Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 septembre 2015 7 27 /09 /septembre /2015 07:07

Si aimer n'est certainement pas dire non à tout, ce n'est certainement pas non plus répondre oui à tout.
Aimer sans discerner est une séduction, et toute séduction finit par se payer, parfois bien cher. Aimer tient comme le reste dans un équilibre, dans le haut d'une hyperbole dont les branches malignes se prolongent égocentriquement, de part et d'aut
re, par Indifférence et par Fusion.
- Il n'y a qu'avec Dieu, en image par le soleil et en prémices dans le mariage, que la fusion produit du Bien -.
Aimer se reçoit et s'apprend : l'amour tient du feu, entre bougie et Tche
rnobyl.

Dieu (seul) EST amour. Possédons-le, en lui appartenant, plutôt qu'à nous-mêmes, ici comme ailleurs insuffisants...



ILS ARRIVENT

Ils sont vivants, et ils arrivent,
Partis de tous les sud, décid
és,
Par des ravins, par des traverses, changeant de rive,
Des faims au ventre, avec des soifs, par l'eau salée,

Par quelque bois, par des déserts et de sombres passeurs,
Par quelle chance et pour quel devenir ?
Peut-on connaître pire que ces peurs,
Pire que la guerre, pire qu'un rêve à mourir ?...

Les voilà, ils viennent. Il
s arrivent comme
Des fantômes peut-être, les yeux allumés
Par quelles vues, d'enfants, de femmes et d'hommes,
Quelles images du passé et encore celles imaginées !?...

Comme des fantômes
qui montent,
- Comme Samuel dérangé par le mauvais roi -
Fantômes des enfants morts sans honte
Dans des seins confortables trop froids,

De mères au corps t
rop précieux
Pour être déformé ; au cœur trop étroit,
D'amants fuyards ou de maris frileux,
Par cent mille arrachés, sous couvert de l
ois,

A la vie qu'ils auraient maintenant...
Et ces autres soudain les remplaçant, comme sortis
Des eaux sont là, sous des regards complaisants,
Inquiets, perturbés, haineux ou ébahis !

Eux sont vivants ! Faibles encore mais si vivants
Qu'on ne peut les traiter comme des fétus
De paille, et cela ress
emble à un jugement,
Comme un retour sur soi qu'on avait pas voulu !

Ah, la culpabilité sournoise qu'on ne peut taire,
Qu'on veut enfouir sous des compensations !
Elle nous dérange, mais surtout elle nous éclaire,
Et la tromper ne peut que durcir le bâton.

La solution ? Encore
une illusion ! Des impasses,
Des déboires s'ajoutant jusqu'à la coupe pleine
De la colère de Dieu qui suit ce qui se passe
Dans le retrait forcé où nos fautes le tiennent.

Alors un tri s'opère par la sincérité du cœur,
Entre qui s'élèvent chargé
s de faux-semblants,
Et qui est attristé, se reconnaît pécheur
Et demande pardon pour sa part prise au sang.

Comme en home-cinéma sur un plateau géant,
Notre histoire se déroule dont les séquences
Du scénario écrit depuis i
l y a bien longtemps
Nous laissent à choisir entre foi et démence*.
_____________
* Car c'est perdre son âme que de fauter encore
Sans jamais revenir vers La Source de Vie,
Endettés jusqu'au ciel, pesants de tous nos torts,
Comment en réchapper si on fuit ?

© Claude T. ALGDDV 26 09 15

____________

Pour être informé des posts suivants, vous pouvez cliquer sur "suivre ce blog" au sommet de la page, ou abonnez-vous sur la droite.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche