Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 décembre 2015 6 26 /12 /décembre /2015 07:17

LES SONGES (suite de la partie 1 ici)

)Le songe a pour origine non plus une activité propre d'une fonction psycho-somatique, mais nous vient d'une source extérieure, qui est Dieu lui-même. Pendant notre sommeil Dieu peut nous parler pour nous faire entendre des choses que notre état de veille, de connaissance, de compréhension et/ou d'incrédulité ne permet pas de recevoir autrement.

Ce qui caractérise le songe et l'oppose au rêve, c'est qu'il a du sens, ayant une raison d'être et une finalité : quelque vérité à nous faire connaître. Il est fait la plupart du temps d'images, de scènes, de mouvements symboliques (que d'aucuns diront archétypaux) dont l'apparition veut nous interpeler sur ce que nous vivons, notamment de problématique (mais pas toujours).

C'est une expression généralement secourable (parfois encourageante) du regard de Dieu sur l'orientation de notre existence ou sur une décision spécifique qu'on vient de prendre, ou qu'on veut prendre. Comme nous ne savons - et le plus souvent ne comprenons - pas le sens du message que nous recevons, le songe peut se répéter plusieurs fois, une nuit après l'autre ou parfois à des années d'intervalles. Et il nécessite interprétation : passage du symbolique à son sens clair, décodeur. En ce sens Dieu à qui nous le demandons nous traduit le sonde quand nous savons marcher avec lui, sinon aussi il accorde le don d'interprétation à certains (ce que Dieu m'a accordé) pour donner à qq'un d'autre le sens de ce qu'il reçoit en songe.

Une autre de leurs caractéristiques est que les songes ne s'effacent guère : même bien longtemps après, on peut s'en souvenir comme s'ils étaient d'hier.

Pour ma part et déjà avant que je sois croyant, Dieu m'a souvent parler par songe. Des songes pendant ma jeunesse qu'il me redonnait régulièrement, que je ne comprenais pas et que non plus, dans la part de liberté qui fait notre responsabilité, je ne cherchais pas à comprendre. Par exemple, je rêvais que je montais une charge au sommet d'un promontoire et juste avant d'en atteindre le sommet, la charge m'échappait, et je devais la remonter, et ainsi de suite jusqu'à ce que je me réveille en sueur... bien heureux, croyais-je, que ce n'était qu'un rêve ! (on retrouve là ce qui fut synthétiser par la réflexion et mythologie grecques comme étant le mythe de Sysiphe dans le Tartare).

Un autre songe était que je conduisais une voiture et que j'en perdais le contrôle parce que l'accélérateur était bloqué à fond ; d'autre fois parce que je n'avais pas de frein. Parfois encore je roulais en marche arrière, de plus en plus vite, évitant des obstacles mais j'étais vite dépassé par la vitesse et me réveillais au moment où j'avais un accident.

Autre songe récurrent, je suis pris au milieu de nombreux rails et arrive(nt) un ou des trains dont il est difficile de voir où ils vont passer. Je me déplace d'un rail à l'autre pour les éviter. Parfois j'y réussis et parfois je ne peux pas en éviter un ! Et ouf, réveil ! Mais, faute d'avoir été enseigner sur ce plan, je ne cherche pas le sens, je ne comprends pas que Dieu me montre ma conduite de vie, et veut m'en alerter...

Souvent aussi un temps, c'était des ruelles sombres qui m'apparaissaient, désertes, mal éclairées, lugubre (le monde que je fréquentais alors), et bientôt un bruit se rapprochait : celui des fers d'un cheval tirant un corbillard. Quand il est suffisamment près, le cerceuil transporté glisse et s'ouvre devant moi. M'approchant pour voir qui est dedans, je découvre... que c'est moi ! - Ouf, le réveil en sursaut me rend à la vie !... Mais en réalité Dieu me montre que je suis désormais spirituellement, son esprit ayant du me quitter à cause de mes comportements...

Le réveil ne sauve la mise qu'a priori, que dans l'apparent. Parce qu'en réalité on doit comprendre que le songe est une expression figurée de ce que nous vivons réellement lorsque nous ne dormons pas, dans nos journées, éveillé mais seulement sur un plan ordinaire de conscience. Ainsi nous ne nous rendons pas compte que sur un plan moins évident mais plus important – celui de l'esprit, où nous devrions être tout autant conscient - nous ne le sommes pas.

Quand on est bien content de se réveiller, ce n'est pas du tout qu'on passe d'un temps et d'un univers irréels dans la réalité, mais plutôt d'un plan supérieur de conscience à un autre inférieur en signification, d'un plan où les choses sont vues de manière spirituelle au niveau de notre plan psychique ordinaire.

Je suis resté longtemps, à mon détriment, sans l'intelligence qui permet de s'interroger jusqu'à trouver pour mon quotidien le sens profitable de ces informations significatives importantes. Après coup j'ai tout à fait compris que Dieu m'avait parlé de mon comportement qui n'était alors que travail vain, qu'élan dans des projets qui ne tenaient pas la route, des choix à faire alors que surtout je me trouvais globalement au mauvais endroit...

Côté positif, deux exemples de songe : je me mets à voler, parcourant des rues quelques mètres au-dessus de la chaussée ou des maisons. C'est une impression magnifique, une liberté - dans laquelle me dit le songe, je suis en train d'entrer. Mais faute de savoir, en général on perd par la suite cette liberté qu'on avait rejoint... sans savoir comment !

A deux ou trois reprises aussi, lorsque ma foi en prise avec de mauvais esprits était chancelante au plan du salut éternel de mon âme, je me vis en songe dans des scènes de combats, de guerre, des fusillades de la part d'ennemis déterminés qui me tiraient dessus. Mais leurs balles qui m'atteignent me traversent sans mal : Je suis surpris de rester en vie, et au réveil je remercie Dieu pour cette image qui m'affermit dans l'éternisation qu'il m'a accordée de mon âme (ou vie éternelle telle que Jésus la promet à qui croit en lui ).

Dieu m'a beaucoup informé par songe les premières années de ma conversion (preuve que je manquais de capacité pour assez le comprendre en état de conscience). Quand le sens était a priori mystérieux, je lui ai demandé l'interprétation de ce qu'il disait (cela pour moi-même ou ensuite pour d'autres personnes). Il n'est par exemple pas forcément évident la première fois de comprendre ce que représentent les excréments, ou se trouver aux toilettes porte ouverte, à la vue de tous, etc... On ne doit pas crainte de demander à Dieu de comprendre : c'est une des pistes de la relation efficiente qu'il veut créer avec nous.

Demain LES VISIONS et LES CAUCHEMARS. On verra comment leurs sources sont diamétralement opposées, ce qui n'empêche pas Dieu de nous permettre de mieux comprendre notre relation aux sphères célestes, en vu d'une conscience toujours plus éclairée (et donc libre) quant à notre positionnement personnel.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS : Dieu existe ! C'est ici mon cheminement depuis ce premier instant, pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il !? C'est aussi un Questions/réponses dans les domaines connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité, politique, philo, actualité... bref, un englobe-blog. Répétez ! ☺
  • Contact

Recherche