Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2016 6 19 /11 /novembre /2016 18:50

Manger est un BESOIN ! A nous d'y ajouter de la diversité pour en retirer un PLAISIR (effet, ressenti psychique lié à la satisfaction des besoins naturels).

***

Nous sommes des êtres dépendants. Essentiellement, existentiellement et absolument dépendants. Le plus généralement on existe - pour un temps - sans avoir une  conscience bien éveillée du Réel tel qu'il est, et on ne s'interroge globalement pas sur le fait pandémique de notre absolue dépendance.*

Pourtant pourquoi tant de misères, tant de revendications, de luttes, de discordes, de relations (humaines et avec la nature) difficiles, de guerres ?... Parce qu'on est des êtres dépendants. Avant tout quotidiennement dépendants.


C'est que l'existant sous ses diverses formes terrestres n'est jamais sans rapport avec un environnement qui lui est nécessaire et temporairement suffisant. C'est une évidence sur laquelle nous devons nous arrêter : Comment vivre sans respirer (de l'air qui n'est pas nous – respirer étant d'une certaine manière : se nourrir), et sans se nourrir (d'aliments solides ou liquides qui ne sont pas nous, mais se trouvent là, à portée de mains ou à portée de fusil, à portée de travail… ou pas) ?

Cette disposition concerne tout le vivant. C'est un principe même du vivant. Parce que la vie aux expressions multiples que nous connaissons sur la terre n'est pas vie en soi ! N'est pas porteuse de sa permanence et pérennité. La vie a besoin du non-vivant pour durer, de l'invisible qui se respire, de l'amorphe qui s'assimile. On est conçus ainsi, nous-même comme la moindre amibe.

Dès lors qu'on observe ce simple fait - qui est plus que le nez au milieu de la figure - en rapport de la théorie évolutionniste – qui prétend remettre toutes créations à des hasards et des nécessités -, il est clair que la vie n'a pas pu apparaître et subsister sans des rapports très précis avec des environnements dont elle dépend dès sa parution. Parce que la moindre expression cellulaire ne peut vivre sans respirer et se nourrir et se mouvoir, ce qui demande une "finition globale" dès l'origine, un état d'achèvement indéniable, d'une complexité - irréductible - qui ne laisse pas à d'éventuels hasards constructeurs tâtonnants, un laps de temps suffisant pour trouver toutes les solutions que réclament, outre des nécessités accidentelles, le simple fait - majeur et inhérent - que ce qui vit ne peut jamais se suffire à lui-même.

      Rien donc que cette question des dépendances auxquelles est soumis le vivant suffit à balayer un quelconque dieu Hasard qui finirait toujours par résoudre les problèmes rencontrés par la vie.

      Ce ne sont pas quelques expériences faites par Stanley Miller ou d'autres à sa suite - qui ont produit des acides aminés vivants quelques secondes - qui peuvent étayer une vue purement matérialiste du Réel et du vivant. Si l'on devenait plus sérieux dans la dimension scientifique – le contraire de sérieux étant partisan, obstiné, à partir d'une hypothèse dont on ne veut pas démordre, jusqu'à l'aveuglement le plus total -, si l'on devenait plus honnête et conséquent donc, on résoudrait beaucoup de problèmes en très peu de temps…


Parce que la vie est bien au-delà de l'acide aminé - dite "brique élémentaire"dans l'ordre physique de la construction du vivant. Bien au-delà aussi des protéines dont le vivant a BESOIN dès sa conception pour durer et se développer...
Il faut à l'organisation du vivant - même unicellulaire - des dispositions d'informations et des moyens de traitement des informations. Ce qui pose dès le départ la question d'une nécessaire intelligence non seulement incluse dès l'origine de ce qui va se mettre à vivre, mais encore qui précède les expressions de vie sur la terre. Rien que l'ADN et l'ARN devrait nous arrêter… avant que nous croyons ou déclamions ou professions qu'il n'y a pas un Dieu, que tout n'est que matière et énergie mesurables.

      Tant déjà qu'on confond cerveau et âme - comme on confondrait l'écran qu'un ordinateur avec son utilisateur ! - et encore les réalités typiquement physiologique et psychique avec la réalité physique, on restera bloqués pour notre malheur dans un matérialisme aux conséquences désastreuses, que de plus des croyances religieuses peuvent tenir en échec dès lors que l'on fait… parler la poudre ou exploser l'atome.
Je veux dire que sans une connaissance transcendante, expérimentale, révolutionnaire, du Dieu créateur, athéisme et religions et religions entre elles subsisteront comme des dualités antagonistes, dominant toujours les bonnes volontés de tous bords et entravant les progrès les plus véritablement bénéfiques pour le genre humain.
Et cela au point où chacun, de toutes parts, étant persuadé d'être dans le camp du Bien, d'avoir LA bonne solution pour l'unité procurant la paix mondiale, vise – non pas à changer son propre coeur, non pas à remettre en cause en quoi il est d'abord un produit fabriqué (par héritage, familial et/ou sociétal et auto-construction sur cette base) - mais vise à amener l'autre à sa vue propre, à se convertir, ce qui se fait par des discours élaborés par la sève (substantielle moelle) de la psychologie et produits dérivés, OU par des pressions et limitations diverses - surtout des autres pensances - jusqu'aux brassages de populations, massacres ethniques ou religieux, et - bientôt ! – totalitarisme universel**…

      Dépendant, l'homme, et le vivant d'une façon générale sont des réalités… en creux. Des réalités habitées de vides à remplir : poumons, cœur, vaisseaux sanguins, cerveau, estomac, intestins, cellules, mais aussi cette fameuse âme (psyché du grec psuché) qui est l'émergence essentielle du corps physiologique, et d'où émerge notre conscience d'être une réalité en soi : moi !
Réalité en soi mais surtout en creux ! Qui a incessamment besoin de renouvellement d'énergies et donc de combustibles et de comburants...

Ainsi Dieu dit et il fit, liant à chaque besoin un plaisir particulier pour que les dépendances dans lesquelles on se forme en tant qu'individualité, soit une bénédiction et ne soit pas prise pour de simples contraintes.

La dépendance - ou besoin - est donc, avec l'évolution - ou capacité (intelligente) d'adaptation -,  un des moteurs élémentaires du vivant. En d'autres termes un environnement ou milieu donné, préétabli, à la fois base et supplément des règnes vivants, ne peut être exclu de la notion de moteur du vie.
...Et il y en a d'autres, qu'on peut découvrir, comme se sont découvertes les quatre forces élémentaires de l'univers. Pour le vivant il y en a plus de quatre - dont le Créateur qui est la vie sans fin bien sûr…

Chercher ou connaître Dieu contient bien plus que d'avoir une excellente capacité cognitive, réflexive, mémoire, intuition... ou encore une religion à défendre ou à proposer, parce qu'"auprès de Lui est la source de la vie" et "fais de l'Eternel-Dieu tes délices, et il te donnera ce que ton cœur désire."

Et Jésus lui répondit ...

Soyez béni-e.   

_____________

* N'en déplaise aux libre-penseurs qui devront toute leur existence durant supporter les innombrables déterminismes divins et problématiques qui l'encadrent et la régissent... tant qu'ils ne seront pas capables, à partir de rien, de se créer eux-mêmes...

* *Totalitarisme et Bientôt, parce que la Bible dans plusieurs de ses livres a parlé concernant des "temps de la fin des nations".

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS : Dieu existe ! C'est ici mon cheminement depuis ce premier instant, pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il !? C'est aussi un Questions/réponses dans les domaines connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité, politique, philo, actualité... bref, un englobe-blog. Répétez ! ☺
  • Contact

Recherche