Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

Sans justice pas de paix !


Dieu ne peut être injuste. C'est au point où pour gracier un coupable, il faut qu'il prenne sur lui de commettre cette... injustice qu'est la non-sanction d'une faute, d'un délit ou d'un crime.
Non-sanction qui ne peut être du laisser-aller, du laxisme, mais seulement l'expression d'un amour qui dépasse la justice divine "ordinaire", basique, universelle, qui veut qu'un-e coupable soit puni-e.
En ce cas (supérieur, transcendant, exceptionnel) on pardonne par grâce - comme par exemple une grâce présidentielle peut être accordée. Ce qui est devenu de la part de Dieu, depuis bientôt 2 000 ans,un nouveau type ou mode opératoire de sa justice...

Et donc on va ici voir - et comprendre - jusqu'où cet absolu de la justice divine l'a lui-même conduit, en considérant ce qu'est "la base juridique du pardon et de la guérison".

Tout le Nouveau Testament - ou nouvelle alliance offerte par Dieu au genre humain, encore appelé Évangile, ce qui signifie, du grec, Bonne Nouvelle - constitue l'information détaillée relative à ce type plus excellent (pour nous, oh que oui !) de la divine justice.
Cependant c'est dans l'Ancien Testament (le Ténak des juifs) qu'on trouve écrit de manière prophétique (écrit plus de 600 ans avant que cela n'arrive pour en attester la validité en tant qu’œuvre de Dieu) un verset disant expressément ce qui fonde la justice de Dieu quand il nous fait grâce :
"Il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités, le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris." (La Bible, Esaïe chap. 53, verset 5)*.
Quasiment tout le monde ayant un minimum de connaissance culturelle, lisant ce chapitre 53* du livre du prophète Ésaïe, comprend qu'il est parlé là de Jésus.

Il est encore précisé au même verset 5 : "Ce sont nos souffrances qu'il a portées": Jésus s’est chargé de nos douleurs et nous l'avons considéré comme puni, frappé de Dieu et humilié. Sur la Croix, Jésus a porté vos souffrances, vos maladies ou infirmités, le poids de tout événement qui vous a atteint de manière particulièrement douloureuse (deuil, divorce, accident grave, abus sexuel/viol, attentat, licenciement...).
Jésus a été puni comme un malfaiteur, comme un coupable qu'il n'a pas été, mais à la place qu'il a choisi de prendre des coupables... que nous sommes tous ; selon que même victime, nous sommes tous imparfaits et quelque part coupables nous-mêmes de quelques fautes qui nous séparent de la sainteté immaculée de Dieu. Et c'est alors toutes fautes que Dieu veut pardonner, des effets de toutes fautes qu'il veut nous libérer***.

Ce verset 5 est très important, car il associe directement l’œuvre de la croix à la solution dont nous avons chacun besoin : la grâce de Dieu, là où nous méritons normalement, selon sa justice ordinaire, la mort, car "le salaire du péché, c'est la mort !". Mais voilà aussi la justice divine selon sa grâce : Mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur. "
La mort, mais aussi ce qui nous atteint gravement, notre mal-vivre, dépression, mauvaises pensées obsédantes et autres addictions... étant le salaire intégral, c'est-à-dire le prix normal à payer en conséquence de nos fautes de toutes sortes (immoralité, injustices, contacts occultes, sataniques...).

Devant la croix où Jésus souffre et va finir par mourir, on est face à une totale substitution, où ce "fils de l'homme" - et on comprend là qu'il doit aussi être Dieu (fait homme) pour faire cela valablement -, prend sur lui "en justice", pour nous pardonner, délivrer, guérir, les souffrances, les maux et la mort que nous méritons.

Par mort, il faut entendre aussi la pire de toutes, savoir la mort spirituelle**** qui est séparation (de l'éternité) de Dieu. Jésus la vit comme telle quand l'Esprit-Saint (la 3e personne de la divinité unique) se retire de lui qui a accepté de prendre la place des pécheurs, de se faire pécheur à notre place. Or aucun pécheur en situation de coupable, ne peut avoir l'Esprit de Dieu avec lui. 
Pour Jésus, le retrait de l'Esprit-saint équivaut à ce qui est chez nous la mort (l'extinction, le départ) de notre esprit. C'est le sentiment de ce retrait, angoissant car il perdure au-delà de la mort physique, qui approche ici et fait crier Jésus, pleinement homme dans cette situation de crucifié : "Eloï, Eloï, lama sabachthani ? » – ce qui signifie : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?".

C'est le cri du cœur d'un homme croyant qui ne perçoit soudain plus rien de la réalité de Dieu. C'est un sentiment que nous pouvons nous-mêmes expérimenter quand nous nous sommes détournés du bien en commettant une faute conséquente ou en persistant dans une mauvaise direction.
Sauf qu'en nous ce sentiment de séparation, de perdition, est bien moins vif car nous cheminons bien souvent dans une relation "délayée", distendue, avec Dieu, contrairement à Jésus qui a appris à être en permanence en communion avec le Ciel divin (Père et/ou Esprit). De fait, on peut être mort spirituellement, et ne même pas le ressentir si on n'a jamais connu cette présence du divin en nous...

¤

Telle est donc la base indispensable par laquelle Dieu peut pardonner tout coupable qui se repent de ses méfaits, forfaits, délits ou crimes. Notre part est d'y croire, selon encore ces paroles inspirées : "En effet, Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en lui ne perisse pas mais qu'il ait la vie éternelle.17 Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. "

"Tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ...19 Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation...21 Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu."

 

Une autre façon que notre propre repentir et demande de pardon immédiate pour établir ou restaurer notre relation avec Dieu, est sa grâce qu'il lui arrive de manifester envers nous sans que nous ayons rien demandé, sans même parfois que nous sachions que Dieu existe !
C'est de cette manière que Dieu s'est découvert à moi (à ma conscience) la toute première fois.
Dans ce cas on est mis en relation avec Dieu de façon tout à fait surnaturelle et gratuite, mais pas sans qu'il y ait
- préalablement quelque(s) raison(s) qui l'ai(en)t déclenché, notamment soit une grosse injustice subie, un événement de rupture très douloureux et/ou injuste, soit l'intercession bienveillante en notre faveur d'un tiers - une ou plusieurs personnes (humaines), ou encore un ange comme il est dit en Job

- et à la suite de notre part, la connaissance de comment Dieu fait grâce (nous a fait grâce) afin que nous sachions comment poursuivre avec lui le cheminement ici-bas de la meilleure façon possible - dans (les effets de) sa grâce.

 

Ainsi nous pouvons - vous pouvez - obtenir une vraie paix intérieure, durable, la paix de Dieu, la paix avec Dieu, parce que Jésus a payé le prix maxi, qui couvre tout, jusqu'à la mort sur la Croix.
Et encore, Parce que Jésus est monté sur la Croix et qu’il a porté là nos/vos maladies et vos infirmités, vous pouvez recevoir toutes sortes de guérisons, y compris celle des blessures de  votre âme.
Tout cela parce que les châtiments - justes, à payer -  qui nous donnent la paix est tombé sur Lui.

Ainsi ce bois maudit dressé en forme de croix sur lequel Jésus agonise et meurt, devient l'arbre de vie tout à nouveau mis à la portée du genre humain pour entrer dans la vie éternelle de Dieu et avec Dieu. Arbre dont on sait ou peut savoir qu'il avait été interdit d'accès après et depuis la chute adamique.

Dès lors que nous/vous reste-t-il à faire ?
- CROIRE !
- Demander PARDON !... et pardonner si vous avez quelque chose en travers du cœur contre quelqu'un...
- CROIRE que Dieu entend et répond, sur la base de la justice qu'a été la crucifixion de Jésus pour nous.** Que Dieu peut aussi délivrer d'oppressions ténébreuses, guérir - physiquement ou psychiquement, émotionnellement -, restaurer des facultés abimées, etc... et bien sûr accorde par son Esprit à notre âme la vie éternelle...

Soyez béni-e... à salut.
Guide de prière

N'hésitez pas à poster un commentaire si vous l'avez à cœur, il y sera répondu. Si vous n'en voyez pas, c'est parce que je préfère les garder masqués.

_____________________
* Si quelque personne d'origine juive lit ici, une question devrait absolument l'interpelée si elle est fidèle à la religion judaïque, attachée à la Torah et aux prophètes : Pourquoi dans la lecture annuelle des Écritures Sacrées, ce chapitre 53 du plus important des prophètes (en volume d'écritures en tout cas) n'est jamais lu ?! Pourquoi, selon la volonté de qui, est-il chapitre interdit !?...

** ... et aussi injustice totale quant à la propre vie de Jésus qui a été entièrement sans péché, ce qui fait que Dieu, dans sa justice et par la puissance de son Esprit l'a aussi à la suite ressuscité.

*** Ce qui sous-entend aussi que nous, nous avons à pardonner ceux qui nous ont fait du mal...

**** sur les 5 types de mort, voir l'article ici.

 

Partager cette page

Repost0
Published by Claude T. chercheur et développeur en humanité et spiritualités - dans justice et pardon Gospel (Bonne Nouvelle) Jésus-Christ grâce de Dieu spiritualité connaissance du Réel connaissance de soi

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche