Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 avril 2018 7 29 /04 /avril /2018 09:26

Est-ce dans un tel rapprochement de l'air qu'on peut se sentir physiquement
le plus libre ? Question de goût(s) et d'opinion(s).
Mais pour se sentir libre intérieurement, il nous faut trouver avec quel élément sérieux composer au mieux...
 

La vérité est un principe contesté dans un univers humain qui, originellement duo, est devenu duel. Ainsi ne pouvons-nous pas voir les vérités et les mensonges comme des réalités complémentaires, mais comme une forme des antagonismes, comme des ennemies. De la même manière que la lumière qui en créant des ombres donnent du relief, mais aussi contre laquelle lutte l'obscurité qui est le fond naturel de notre univers.

Quand Jésus paraît, il parle beaucoup moins que la plupart d'entre nous. Mais ce qu'il dit ne peut être qu'une véritable interrogation pour chacun qui dispose de quelque capacité réflexive.
Parmi ses enseignements et affirmations, il (a) dit "Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi."
Parole d'un mégalomane - incapable de prouver ce qu'il affirme - ou parole d'un fils d'homme qui est aussi fils unique de Dieu - ce qu'il prouve par des actions surnaturelles d'exception - ? (lecture ou écoute possible ici de l'essentiel de la vie, des paroles et des actions de Jésus).

À part l'indifférence (qui tient de l'ignorance ou de notre superficialité), on peut considérer concernant Jésus et le poids de ses paroles. qu'il s'agit soit de l'expression d'un orgueil maxi-mégalomane, soit d'une maxi-originalité, d'une apparition unique : "Il leur parla de nouveau, et dit : Je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie."

Entendant de telles affirmations, pouvons-nous rester insensible, statique, désintéressé, étranger... à moins d'être réduit à une incapacité d'être réellement un être humain !?

"LA CHÈVRE BROUTE LÀ OÙ ELLE EST ATTACHÉE" Proverbe africain
Notre formation depuis notre conception et après notre naissance à la lumière physique de ce monde fut essentiellement un conditionnement, une mise en boîte de nos capacités et déploiements via des savoirs, selon un système sociétal donné - non choisi - formant une socio-culture, avec une religion de tradition ou dans le bain de l'athéisme (vue qui se confond de plus en plus avec la laïcité).*
Ce bouillon aux ingrédients multiples et pas forcément bien assemblés, fait se produire en nous des conceptions et autres opinions qu'on considère comme les nôtres, comme "nos" vérités, par mimétisme et autres moyens d'acquisitions conscients ou inconscients, essentiellement indépendamment de tout recul qui pourrait favoriser un regard critique objectivé.
D'où le mot des plus pertinents de Descartes :
"Pour atteindre la vérité, il faut une fois dans sa vie se défaire de toutes les opinions qu'on a reçues, et reconstruire de nouveau tout le système de ses connaissances." ...Et deux fois si on s'aperçoit qu'on n'est pas encore au cœur des savoirs et de la connaissance véritables.

En réalité c'est déjà un mensonge qui se propage qu'il suffit que nous ayons des vérités personnelles pour être capable de juger de tout et de bien vivre.
C'est donner à ce qui n'est le plus souvent que ramassis de savoirs partiels, d'affirmations non prouvées (comme est la théorie de l'évolution !), d'opinions diverses mises à notre contact, de préjugés, qui font qu'on arrive (compris philosophies ou idéologies diverses) à des avis, des vues personnelles, qu'on nomme nos vérités. Qui peuvent certes contenir bien des vérités objectives, mais aussi des erreurs, des bourdes, des mensonges volontaires, des demi-vérités trompeuses, de l'ignorance préjudiciable.

Car existe effectivement le fait que nous pouvons avoir chacun des opinions personnelles, des convictions, mais elles ne peuvent pas être contraires, en antagonisme avec des vérités de premier ordre tel que la Bible ou Jésus essentiellement les abordent, les affirment et nous les fait connaître... sauf au détriment de notre cohésion (équilibre, santé !) personnelle, intérieure (psychique et spirituelle) et même psycho-somatique. Sauf au détriment de notre et de nos justes positionnements dans ce monde (choix, décisions, orientations, relations, activités, pratiques...).

C'est en ce sens que Philippe Mélenchton (bras droit de Martin Luther) dit en vue de l'harmonisation sociale comme de notre harmonisation personnelle :
"Pour les vérités premières : unité (universalisme) ;
Pour les vérités secondes : diversité (opinions différenciées) ;
En tout : charité (amour, respect les uns des autres, tolérance)".

"Jésus dit : « Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples,32 vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. »
33 Ils lui répondirent : « Nous sommes la descendance d'Abraham et nous n'avons jamais été esclaves de personne. Comment peux-tu dire : ‘Vous deviendrez libres’ ? »
34 « En vérité, en vérité, je vous le dis, leur répliqua Jésus, toute personne qui commet le péché est esclave du péché.35 Or, l'esclave ne reste pas pour toujours dans la famille ; c’est le fils qui y reste pour toujours.36 Si donc le Fils vous libère, vous serez réellement libres."

Avec Jésus on est loin de la religiosité : il introduit l'humain dans la connaissance de soi la plus profonde. Qui peut être meilleur psychologue que celui qui a participé, en tant que parole de Dieu, à la création de l'homme comme de l'univers !?

Pas question pour lui de nous interpeller dans le but de remplir des églises ou de nous fidéliser dans des groupements de croyants ! Le nombre n'est pas sa préoccupation, mais la droiture de cœur, c'est-à-dire la vérité vis-à-vis de soi-même pour commencer.

L'essentiel est que nous entrions dans (et connaissions) une vie autre, potentiellement toute autre, spirituelle et non religieuse seulement. Car la liberté dans laquelle Dieu a créé l'homme à son image, ne se trouve pas dans des pratiques ritualistes, mais dans la libération des contraintes de "la loi du péché...", qui nous habite tous et nous pousse à mal faire, contre notre propre volonté même. Dominante à mal faire qui est aussi "loi de la mort" - dont l'imposition finale atteste plus que tout que nous ne sommes pas libres de vivre, donc pas maîtres par nous-même des grandes orientations comme de la durée de la vie qui nous a été prêtée...

ET DONC QUELLES VÉRITÉS LIBÈRENT !?
Les vérités les plus essentielles à connaître sont :
- Celle relative à la réalité de Dieu et à qui il est (quelle en est la meilleure représentation qui nous ait été donnée pour que nous parvenions à entrer en relation avec lui et vivre dans une réelle connexion avec lui) ;
- Celle relative à la personne de Jésus donc ;
- Celle relative à des écrits qui se disent sacrés, émanés de la même source divine, et qui pourtant se contredisent ;
- Celle relative à l'état réel de nos personnes selon le regard que Dieu porte sur nous ; des gens bien, parfaits, suffisants en eux-mêmes, ou des êtres qui ont besoin de grâce, de pardon... et de transformations ;
- Celle relative au bien et au mal, selon des écritures avérées et/ou selon notre propre conscience si on ne se réfère à aucun écrit ;
- Celle relative à notre mortalité** et aux possibilités de pérennité de notre âme après la séparation d'avec le corps ;
- ...

Et avec les charges, pressions et contraintes qu'imposent des lois de société et planétaire toujours plus nombreuses et restrictives de libertés de faire et de temps, (obligations et interdictions), il est bon de chercher comment trouver dès maintenant une vraie liberté intérieure... tout en accueillant la solution divine pour notre devenir éternel.
"... que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l'approbation, ce qui est vertueux et digne de louange, soit l'objet de vos pensées.9 Ce que vous avez appris, reçu et entendu de moi, et ce que vous avez vu en moi, pratiquez-le. Et le Dieu de paix sera avec vous."

Gardez-vous donc de "toutes les séductions de l'iniquité (des injustices) qui emportent ceux qui périssent parce qu'ils n'ont pas reçu l'amour de la vérité pour être sauvés."
Voyez-vous là l'importance de la vérité ? D'être vrai, de chercher ce qui est juste, d'aimer la justice plus que les avantages que peuvent nous procurer quelque mensonge ou détournements ?...

Bonne recherche donc dans les vérités premières, qui fondent tant l'existence que notre devenir - que nous voulons le meilleur (et sans fin quand tout mal aura disparu) - sur un roc (Jésus-Christ et ses paroles)... sinon nous ne faisons que bâtir sur du sable...

Un chant : Libre

________________
* Et s'il arrive que malheureux ou malheureuse dans l'impiété laïque ambiante et personnelle, on nous propose un fond de tarte (une vision du Réel et de soi) tout différend (qui inclut Dieu sous une représentation ou une autre, des relations et mouvements nouveaux), l'alternative est parfois bien tentante... sans qu'on s'interroge plus sur la justesse, la pertinence, la validité devant Dieu, de la nouvelle proposition...
Certes une conception qui intègre le Divin ou le spirituel sera toujours moins étriquée dans la perception du Réel global, mais pas forcément plus large, plus libre, dans ce qui va en résulter dans notre existence et surtout dans notre âme... Car il ne faut pas là d'erreurs à la place des vérités fondamentales qui l'on ne veut pas basculer d'une insatisfaction dans une autre...
** En réalité à notre porte sont 5 types de mort bien distinctes

Partager cet article

Repost0

commentaires

Max 01/05/2018 21:15

Ca parait fou, oui, qu'un homme puisse affirmer qu'IL est le seul chemin qui mène à ce Dieu dont tant d'hommes invoquent et honorent de diverses manières. C'est sans appel, c'est restrictif diront certains...et pourtant! N'est-il pas le seul qui est mort et ressuscité et ce, sous le témoignage de 500 témoins ? Des écrits même, preuves irréfutables, hors bible, n'ont-ils pas été nommés par des romains et des grecs qui se sont trouvés là, lors de cet événement surnaturel ? Les sources sont nombreuses : Le Talmud par exemple, comporte une quinzaine d’allusions à Jésus, faisant état de son activité de guérisseur et de sa mise à mort ; on peut aussi citer le texte de l’historien juif Flavius Josèphe daté de 93, qui parle d’un homme sage, appelé Jésus dont la conduite était bonne, mais qui a été condamné à la crucifixion par Pilate. Il y eu aussi la lettre de Pline le Jeune à l’empereur Trajan (vers 111), qui décrit sommairement les pratiques chrétiennes de son temps ; l’historien Tacite se réfère au Christ pour expliquer l’origine du nom des chrétiens que Néron, pour faire taire la rumeur qui l’accusait de l’incendie de Rome, avait chargé de ce crime ; enfin l’historien Suétone, vers 120, dans sa Vie de l’Empereur Claude, fait allusion à des troubles dans la colonie juive de Rome sous l’instigation d’un certain Chrestos. (Sources Site Publicroire)
Nous avons donc un sauveur qui a marché sur notre terre, afin de nous délivrer de notre état imprégné d'imperfection qui nous invite à le croire et à le suivre...pour une destination éternelle, céleste où un monde paisible, juste, abondant auquel nous aspirons tous finalement est à notre portée ! Alors qu'attendons-nous ???!!!!

Claude Thé, chercheur (et découvreur) en sciences humaines et spiritualités 08/05/2018 08:09

Merci pour ce témoignage.

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche