Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 octobre 2018 7 14 /10 /octobre /2018 15:43

suite de l'article commencé ici

LA FORCE DES SYMBOLES (COMME DES PARABOLES ET AUTRES MÉTAPHORES)
Comme il y a le monde des idées, avec des concepts qui sont des abstractions avant d'être changés en des réalités sensibles, il y a 6 autres modes/univers/branches que figure depuis l'antiquité le chandelier à 7 branches dont Moïse reçut le modèle sur le Mont-Sinaï... On peut aussi parler de faces de Dieu, qui sont chacune un esprit de dimension divine, les 7 formant ce qu'on appelle le Saint-Esprit (Apocalypse ch. 5).

Par exemple la face avec son domaine spécifique de l'Esthétique, de tout ce qui est artistique, beautés, proportions, couleurs, formes, car Dieu-l'Esprit est en cette part entière de lui-même un artiste, L'artiste !

Autre est le champ des émotions, de l'affect, avec l'enthousiasme divin, notamment la joie de l’Éternel qui peut devenir notre force car Dieu veut la partager - il veut tout partager ! - avec nous... C'est pourquoi l'apôtre Paul invite les croyants à se réjouir de cette joie, pour dominer tout ce qui vient assombrir nos jours...

Mais je ne vais pas là entrer dans un développement complet des faces divines - connaissance dont notre ego pourrait se repaître et/ou se glorifier lui-même au lieu de laisser la place à l'Esprit et de donner à Dieu la gloire quant à ces réalités.
On vient maintenant à ce nec plus essentiel, que notre cœur désire, cherche comme le nourrisson cherche le sein où s'alimenter dans la délectation : l'amour.
Recherche souvent bien maladroite et sans intelligence affective - qui est une intelligence embarquée (donc instinctivement) opérationnelle chez les mammifères en général, mais à former chez nous (ce qui est un privilège et une responsabilité...).
Ce qui fait tant de souffrances, si mal à notre être intérieur quand il (l'amour) est trahi ou cesse d'être partagé.

Sans tomber dans les perversions, tentations et bassesses qui sont que trop possibles, Jésus a dévoilé l'amour (filéo au plan psychique et agâpé au plan spirituel) comme les transcendances de l'être et des existences pourvues de liberté.
Amour filial, fraternel, familial, amitié) et amour plus fort encore (de Dieu, ou qui est Dieu - sa face maitresse avec la justesse et la justice - dont l'autre nom générique et possiblement plus significatif est la bonté ! Car Dieu est bon et sa bonté dure à toujours.

PAS D'AMOUR (DURABLE) SANS BONTÉ
Quand Jésus parle de l'amour comme point vernal de nos relations (en nous-même compris), il fait référence à la bonté plus qu'au sentiment amoureux. Sachant que le sentiment ne peut être permanent chez nous. Selon qu'il se trouve ici-bas souvent éprouvé, contrecarré, soumis à des épreuves qui peuvent être autant de seaux d'eau sur un feu (seul le feu de l'amour de Dieu peut transformer l'eau pour en faire oxygène et hydrogène séparés, un comburant et un combustible qui s'associent pour ajouter à la combustion et non plus l'éteindre).

La bonté véritable possède une force volontaire que n'a pas forcément l'amour sentimental. En cela, l'amour-bonté et les sentiments (dont amoureux) sont deux branches distinctes du chandelier, deux faces de Dieu. Et là encore on peut redire avec le prophète cette parole de Dieu : "Mon peuple est détruit, parce qu'il lui manque la connaissance."
C'est qu'en rejetant Dieu on s'est aussi privés de connaissances  de base, fondamentales - qu'on croyait seulement religieuses -, dont le retrait et l'ignorance produisent l'effondrement des équilibres.

Car si notre centre psychique peut trouver sa tasse de thé ou son café noir, son tiramisu... dans le savoir et quelques concepts ou réflexions même ésotériques, métaphysiques, autant que relatives à son univers matériel terrestre, il ne doit pas nous faire oublier l'amour, si ce n'est le sentiment la bonté... et le manque flagrant qu'on en a !
Car notre capacité intellectuelle est du même ordre que l'argent, le pouvoir ou la sexualité : un bien, des biens, mais qui nous gèrent plus que nous ne sommes capables de les gérer. Et dans tous les cas, sans Dieu compris dans une alliance scellée, on n'arrive à rien de durablement bon.
"... car la loi (la religion en tant que système de médiation) n'a rien amené à la perfection, mais Jésus a introduit une meilleure espérance, par laquelle nous nous approchons de Dieu....
Jésus est devenu sacrificateur (intermédiaire entre Dieu et les hommes pécheurs) avec serment ,par celui qui lui a dit : Le Seigneur a juré, et il ne se repentira pas : Tu es sacrificateur pour toujours, Selon l'ordre de Melchisédek. -
22 Jésus est par cela même le garant d'une alliance plus excellente....
C'est aussi pour cela qu'il peut sauver parfaitement ceux qui s'approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur.26 Il nous convenait, en effet, d'avoir un souverain sacrificateur comme lui, saint, innocent, sans tache, séparé des pécheurs, et plus élevé que les cieux,27 qui n'a pas besoin, comme les souverains sacrificateurs (des religions), d'offrir chaque jour des sacrifices, d'abord pour ses propres péchés, ensuite pour ceux du peuple, -car ceci, il l'a fait une fois pour toutes en s'offrant lui-même....
...Maintenant il a obtenu un ministère d'autant supérieur qu'il est le médiateur d'une alliance plus excellente, qui a été établie sur de meilleures promesses."

Jésus a pu dire comme personne "Aimez-vous les uns les autres" ; "Aimez Dieu et votre prochain comme vous-même" ; et encore "Aimez vos ennemis"... parce qu'il l'a d'abord vécu lui-même dans son environnement le plus immédiat - c'est toujours là qu'on doit fleurir, sans courir le monde pour y sembler plus beau/belle, à chercher des challenges excitants mais factices le plus souvent, des accréditations de personnalités, une reconnaissance (nationale ou internationale)...

Pour fleurir en Israël, Jésus a du accepter de se voir comme (en tant que) une créature et non comme Dieu, et de dépasser de cette créature, fut-elle la plus élaborée et bien élevée, le mur du son de la force centripète de soi - du moi-je dans l'âme que pose naturellement le fait d'être une personne en soi consciente d'être soi (par distinction et opposition à tout ce qui n'est pas moi-je).

Et cet amour - qui n'est pas l’éros dans lequel on pense en premier le trouver... jusqu'à la nausée et/ou diverses formes de prostitution - n'est pas non plus seulement l'amour filéo, la belle amitié, si rare, dont quelque trahison peut vite obstruer l'accès.

C'est surtout l'amour à sa source, d'avant le big-bang primitif et tous les autres, d'avant la conception même. C'est l'amour face aimante de Dieu cause de nos créations, parce que l'amour n'a de sens que partager, qu'ayant des réalités à aimer, et si possible pouvant être aimé en retour.
Et c'est l'amour/bonté qui sait que ça ne va pas être facile avec le genre humain, comme ça s'est mis à ne pas devenir facile avec un tiers des anges parti à l'ennemi.
Aimer ce qui n'est pas aimable n'est jamais facile, voire c'est hors de notre portée. Et aimer Dieu qu'on ne voit pas, de la part de ses créatures marquées et pas mal soumises aux esprits angéliques rebelles, est un de ces challenges de la foi qu'il dut poser pour notre rachat/retour ou venue à lui, sans pouvoir savoir réellement combien répondrait à l'appel (car il ne veut pas user tout le temps de sa capacité à tout savoir d'avance).
"9 Pour nous, nous l'aimons, parce qu'il nous a aimés le premier.20 Si quelqu'un dit : J'aime Dieu, et qu'il haïsse son frère, c'est un menteur..."

"...Jésus-Christ, le témoin fidèle, le premier-né d'entre les morts et le chef des rois de la terre ! A lui (et au Saint-Esprit) qui nous aime, qui nous a lavés de nos péchés par son sang6 et qui a fait de nous un royaume, des intercesseurs pour Dieu son Père, à lui soient la gloire et la domination aux siècles des siècles ! Amen !"

SACHANT, ÉVADEZ-VOUS ! POUR TOUCHER AU BUT...
Mieux même, pour entrée dans le but, ou dans l'en-but comme au foot ou au rugby.
De la pensée qui ne tient pas en place mais qui sera toujours coincée dans un domaine spécifique ; de l'entêtement ou orgueil qui préfère la résilience à la capitulation sans condition devant un Dieu vivant qui est justice et amour ; de la peur et de l'incrédulité qui pourtant peuvent se dépasser, Évadez-vous !
Des biens matériels surabondants qui vous essoufflent et étouffent ; des honneurs, de l'apparence, de l'orgueil ; de vos fautes qui pèsent ; de votre insignifiance à vos propres yeux ou aux yeux des autres... tant de choses pouvant nous tenir dans une captivité et/ou une culpabilité.

La connaissance comme toute cette existence n'a qu'un but final (finalité du côté divin) : Faire quelques pas de foi dans l'inconnu qui semble un vide (le vide est en nous, pas en Dieu !), pour être introduit en Dieu. Par une expérience ou une autre de sa personne, ou avec une parole ou une autre qui sort de sa bouche, un songe, etc., afin de parvenir à notre éternisation en Christ.
"L'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu."
"Le ciel et la terre disparaîtront, mais mes paroles ne disparaîtront pas." (Ce qui se vérifie : la Bible est depuis longtemps le livre le plus traduit, le plus imprimé et le plus lu au monde).

Ainsi l'essentiel pour chacun parmi nous, est de rejoindre la finalité conçue et à établir de toute l'existence temporaire ici-bas : être refait par Dieu créature nouvelle et éternelle :
"La vie éternelle, c'est qu'ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ."

"(Il fallait) que le Fils de l'homme (Jésus) soit élevé15 afin que quiconque croit en lui [ne périsse pas mais qu'il] ait la vie éternelle.16 En effet, Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle.
17 Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.18 Celui qui croit en lui n'est pas jugé, mais celui qui ne croit pas est déjà jugé parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.19 Et voici quel est ce jugement : la lumière est venue dans le monde et les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière parce que leur manière d’agir était mauvaise.20 En effet, toute personne qui fait le mal déteste la lumière, et elle ne vient pas à la lumière pour éviter que ses actes soient dévoilés.21 Mais celui qui agit conformément à la vérité vient à la lumière afin qu'il soit évident que ce qu’il a fait, il l’a fait en Dieu. »"

Et donc, l'avez-vous compris, il ne s'agit pas d'une capitulation de nos capacités intellectuelles qui nous laisse végétal ou animal plus que roseau pensant !
Il s'agit de rallier en connaissance et conscience une plate-forme de la connaissance - dont la Bible et l'Esprit-Saint attestent qu'elle est venue de Dieu -, qui aborde toutes les parts de notre réalité, du matériel au spirituel ; qui dit le bien et indique le mal : qui conduit dans la liberté d'un déploiement personnel.
Dès lors il devient pertinent, performant, si on le travaille en joignant à la force divine notre volonté et désir de donner gloire à Dieu... plutôt qu'à nous.

Bien cordialement, soyez béni-e.

Annexe : guide de prière si vous désirez là remettre votre existence entre les mains de Dieu le Père et de Jésus pour qu'il pardonne vos fautes et vous accorde sa vie éternelle.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche