Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juillet 2020 5 03 /07 /juillet /2020 10:39

 

Moins nous réfléchissons,
plus nous rétrécissons.

 

C'est ainsi qu'une lecture attentive des trois premiers chapitres du livre des origines (Genèse), montre que la situation dramatique dans laquelle le genre humain a été plongée - dans quoi nous nous débattons aujourd'hui encore - est venue d'un manque de réflexion de la part du premier Adam et de la première femme.

En effet, Adam a reçu comme instruction, dès qu'il peut l'entendre, de "cultiver et garder le jardin", de ne pas toucher à un (seul) arbre du jardin (de la connaissance du bien et du mal) sous peine de mort. Puis, une fois qu'il eut reçu sa "moitié" (la femme), de "croître et de multiplier" (une manière raccourcie de les inviter à s'unir dans l'amour éprouvé l'un pour l'autre jusque physiquement).

Pas de quoi se révolter contre Dieu d'être soumis à si peu d'exigences !
On peut d'ailleurs aussi parler de conseils, dans la mesure où nous avons été créés pourvus d'une capacité de faire des choix libres.

POSER LES BONNES QUESTIONS AU BON MOMENT

Mais surtout, n'y a-t-il pas là - dès l'origine - de quoi s'interroger, se poser des questions, réfléchir, autant que d'agir ?
Pourquoi "garder" le jardin ? De quoi, de qui ?
Pourquoi cet arbre, s'il est interdit d'y toucher ?
Et qu'est-ce que "le mal" puisqu'à ce moment -là il est dit de cette organisation terrestre que "tout est très bon", parfait donc, sans rien de mauvais, sans mal. Donc cet arbre on va dire dangereux, n'est pas mal, n'est pas un mal en soi.

Pourquoi aussi se passe-t-il des dizaines d'années avant que l'amour qui unit psychiquement et spirituellement l'homme et la femme ne soit consommé physiquement, dans une relation sexuelle qui accomplit le désir de Dieu de les voir se multiplier, avoir des enfants ?

Pourquoi ne s'est-il pas formé de telles questions dans le cœur, la pensée, de l'une ou de l'autre ? Questions bonnes et légitimes qui auraient pu être poser à Dieu. A cette époque, Dieu et l'homme se parlent et se comprennent sans difficulté, Dieu se matérialise à leurs yeux chaque soir, venant se promener dans le jardin.

UNE PART QUI EST (TOUJOURS) LA NÔTRE

Manifestement, Dieu attend de l'être humain qu'il fasse, par rapport à ce qu'il a mis en place, par rapport à ce qui est, les premiers pas. Qu'il s'éveille à la curiosité de lui-même.
Ce qui veut dire que c'est toujours notre part, d'avoir un mouvement vers Dieu, pour l'interroger sur ce qui suscite de vraies questions. Et on n'a pas besoin de le voir pour cela, car il s'agit d'une démarche non physique, mais psychique et spirituelle.

On comprend ainsi que déjà avec Adam, Dieu veut que se forme un être qui participe au développement de ses acquis d'origine (innés), de ses capacités d'intelligence, ce qui constitue une vraie (prise de) responsabilité. C'est ce qui a été dit avec le fameux "Croissez", qui signifie grandissez, impliquez-vous dans votre environnement pour mieux le connaître, le comprendre. Cultivez-vous vous-même, à partir de vous-même ET avec Dieu pour vous y aider. Pour que se découvre toute une dynamique relationnel possible entre le Créateur et les créatures conscientisées que nous sommes.

UN DANGER À N'ÊTRE PAS ASSEZ CURIEUX !?...

Et c'est parce que ni l'une ni l'autre formant le premier couple humain ne se sont suffisamment interrogés, au point d'interroger leur Créateur sur les mystères placés en évidence dans ce jardin, que le Shatan (l'ange déchu maléfique par qui la terre étaitdéjà devenue un "tohu bohu", un abîme invivable couvert d'eau) va venir les tenter et faire tomber sous sa domination.

Il provoque d'abord la femme, par des questions. Il outrepasse ainsi la liberté humaine telle que Dieu, dans sa sagesse et son amour, l'a définie.
A travers un serpent qui lui sert de support visuel, il va les amener à sortir de leur satisfaction paradisiaque de la mauvaise manière.

Il les fait s'interroger, il excite leur curiosit malignement, en déviant le sens des paroles de Dieu, afin que la femme d'abord, puis l'homme, tombent sous le pouvoir de cet ange déchu. Un ange, il faut le savoir, déchu et maléfique, invisible mais bien réel, créé éternel et donc toujours capable d'agir parmi nous, génération après génération... jusqu'à ce qu'il ait mis le comble au mal et aux malheurs sur la terre, et que Dieu l'arrête.

Voilà de quoi s'interroger et chercher des réponses qui soient les bonnes, qui soient exactes et justes.
Car il est évident que la création toute entière et l'organisation de la terre en particulier sont truffées de mystères, de réalités cachées, invisibles ou occultées. Et ainsi bien sûr nous avons une part individuelle à dynamiser pour mieux connaître le Réel (dans sa globalité) afin de nous déployer dans notre devenir le meilleur.
Ce qui veut dire que pour nous aujourd'hui encore, il nous reste à chercher - avec Dieu - ce qui concerne les mystères essentiels de notre monde :
Pourquoi le mal ? Comment faire pour qu'il ne domine pas en moi, sur moi, à partir de moi-même ou par les autres ?
Pourquoi est-il si difficile de s'aimer, de tenir unis sans se diviser, sans partir en guerre au quart de tour les uns contre les autres ?
Pourquoi la mort et comment faire pour qu'elle ne soit pas un passage et une continuation sous la domination du mal ?

Les BONNES questions, légitimes, utiles, ouvrant la porte à des connaissances révélées essentielles, ne manquent pas.
Se les poser et chercher du côté de Dieu les réponses justes (car il y a là aussi par le versant religieux des réponses sataniques tropeuses), évite que ce même démon vienne nous tenter en activant notre curiosité.
Curiosité détournée alors sur des choses mauvaises, qui discutent la façon dont Dieu a fait les choses, ce qu'il a dit qu'on peut savoir (notamment par Jésus et par la Bible). Ce diable et les nombreux démons anges déchus comme lui ne s'arrêtent pas. Ils ont toujours de mauvaises (anciennes ou nouvellesà pistes à nous ouvrir.

Mais plus on sort des voies du seul vrai Dieu, plus on se soumet à des pratiques (religieuses, commerciales, politiques, sexuelles...) qui méprisent les organisations divines, plus on devient esclave de ce qui triomphe de nous...

D'où l'attention qu'on doit garder dans un univers post-moderne néo-libéral où se mélangent tout et n'importe quoi, où les invitations à changer/casser tous les codes anciens sont le plus souvent des tentations démoniaques.

Changer donc oui bien entendu ! Mais pour quoi ? Au bénéfice de qui ? D'un bien commun qui favorise qui ? Quoi ?
Surtout envisager de changer à quel niveau ? National, européen ou planétaire (la mondialisation, une gouvernance mondiale) ; collectif ou individuel ?

QUE SOMMES-NOUS CAPABLE DE GÉRER ?

Autant un multiculturalisme établi en un même lieu est forcément problématique, autant de plus l'expression et l'exigence d'une pensée unique est une tentation qui ne peut aboutir à une bonne fin.
Je ne doute pas que la bonne volonté de beaucoup soit d'amener plus de bien, des améliorations de conditions d'existence, de travail, de relations...
Mais si on ne sait pas premièrement bien diriger sa maison, se tenir soi-même en dehors de telle ou telle addiction, sans laisser des enfants sur le carreau (soumis à la drogue, à la dépression ou à des pratiques honteuses), comment peut-on prétendre pouvoir gouverner une ville ou une région, un pays ou l'Europe, ou le monde ?...

Aussi que chacun, chacune, simple citoyen dans son coin, leader religieux, syndical ou politique, banquier ou autre milliardaire, ne perde pas de vue qu'on est d'abord des créatures et mortels. Deux réalités de fond qui nous placent tous un jour ou l'autre devant Dieu.

"Et que sert-il à un homme de gagner tout le monde, s'il perd son âme ?" Évangile selon Marc, ch. 8, vers. 36.

Ainsi la mondialisation qui vient... pour remettre à Satan la terre habitée toute entière, n'a qu'une alternative véritable possible : trouver en Dieu et Jésus-Christ les secours nécessaires pour se trouver caché en lui face aux épreuves lourdes annoncées et/ou qui arrivent.
Le Dieu véritable nous a créés pour sonder ses mystères et dépasser des horizons toujours nouveaux.
Faute de vouloir être en marche avec lui sur son chemin des libertés intérieures, les hommes les plus puissants comme les plus misérables s'acheminent vers des rétrécissements toujours plus aliénants et avilissants.
Mais on est encore libre - pour un temps - de croire et de faire comme on veut...

Enfin, à trop réfléchir on risque aussi de se perdre... tant on est naturellement rétréci, petit, limité, insuffisant, par rapport à l'infini de l'univers et de son Créateur.
Ce qui compte donc, ce n'est pas de tout comprendre, mais c'est de saisir l'essentiel, le fondamental, le basique, en connaissant Dieu... par expérience. C'est-à-dire non dans la dimension restreinte des capacités cognitives de notre âme, mais dans la dimension de l'Esprit, où notre esprit peut rencontrer Dieu qui est Esprit...

Bien cordialement, et soyez béni-e pour une réflexion qui se continue bien au delà des a priori et préjugés largement semés en vous, au delà des schémas ou systèmes culturels les plus éloignés des lois et ordres divins, dans une quête de vérité dont on ne peut faire l'impasse si nous ne voulons pas être pris dans les événements terribles qui viennent (notamment mentionnés aux chapitres 13 et jusqu'à 20 de l'Apocalypse).

> Une courte vidéo <

> un guide de prière pour qui veut se mettre en ordre avec Dieu et accéder à ses protections <

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche