Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 10:10

A 30 ans j'étais athée,
jusqu'à ce jour où
un voile mystérieux
fut soulevé devant mes yeux
découvrant soudain Dieu à ma conscience,
d'une façon subite, inattendue, radicale,
révolutionnaire ! Conversion, 1er acte !...
.  
 

 

Le développement de ce témoignage est ci-dessous :
ACCIDENTE... MAIS PAS POUR RIEN !
Vous trouve(re)z aussi ici des ARTICLES et des PAGES sur la droite >>>
mon désir étant surtout envers chaque lecteur-trice qui n'a pas encore fait l'expérience que DIeu existe réellement, que vous aussi découvriez
COMMENT VOUS POUVEZ A VOTRE TOUR

 

 OSER (ESPERER) TOUCHER LA LUMIERE !

 

... en lisant ici et là ; en priant (vous aidant si besoin d'une prière-guide) ;
en vous abonnant, ou en posant des questions par le lien CONTACT >>>

Dans tous les cas soyez béni-e "à salut" - et si vous ne savez pas ce que cela signifie, vous pouvez le découvrir à partir d'ici.

ACCIDENTÉ... MAIS PAS POUR RIEN ! En l'espace d'un éclair un bolide rugissant heurtait le rocher à l'intérieur du virage, se levait sur deux roues (clic !) et fonçait droit sur moi : ma carrière de reporter-photographe spécialisé dans le sport automobile se terminait là au fond d'un ravin où j'étais projeté, bras droit presque sectionné. J'avais trente ans; j'étais incroyant. Mais Dieu permettait par ce moyen plutôt radical -après en avoir épuisé d'autres...- un amoindrissement qui allait me placer à la portée de son désir de se faire connaître.

(pour des détails sur le Pourquoi de cet accident : MAIS COMMENT EN ETAIS-JE ARRIVE LA ?

DIEU SE RÉVÈLE

La convalescence fut donc le temps où de plusieurs manières et le plus souvent sans intermédiaire, Dieu commença à se révéler à moi. Vidé de toute activité et projet, j'avais le sentiment qu'une page de ma vie avait été tournée. Apaisé comme jamais, j'acceptais ce repos forcé et, dans la disponibilité qui en résultait, je me mis à ouvrir des livres, ce que je n'avais plus fait depuis longtemps. Plusieurs, encore jamais lus, semblaient être là tout exprès pour ce temps particulier. Je me sentais aspiré et conduit vers une dimension surnaturelle que je ne connaissais pas. Mon cœur s'enflait comme une voile sous l'effet d'une soif de connaissances que je n'avais jamais eue.

Dès le réveil je sautais du lit. Et je lisais, je lisais, Antonin Artaud, Beaudelaire, Rimbaud (dont certaines pages me témoignaient très fort qu'ils avaient connu cette expansion, cette ouverture); les mystères de Sumer ou des Incas, les religions anciennes et la dimension qu'elles représentaient. Le paranormal s'éclairait, les mystères semblaient se raconter...

Je me souviens notamment d'un livre de Teilhard de Chardin, "La place de l'homme dans l'univers", dans lequel je trouvais au-delà de sa laborieuse volonté de concilier création et évolution la notion de Créateur. Comme pour la première fois je levais les yeux vers le ciel, certes tout physique mais qui prenait alors une importance toute particulière, comme une découverte, après des années de cheminement "au ras des pâquerettes". Surtout cela s'ouvrit tout à coup sur une réalité tout autre ! Celle, essentielle - qu'en fait le ciel représente - de Dieu. Voilà qu'il entreprenait de venir à ma rencontre par delà les réalités qui forment ce monde!

Ce fut un jour où devant mes yeux comme un voile était soulevé par une main invisible, me faisant apparaître toute une dimension nouvelle de perception et de réalité. D'un coup l'évidence de Dieu m'apparut, comme présent derrière toutes choses, avec ce mot (ou nom) qui était là et le disait: Dieu! C'était venu sans même un questionnement préalable, hors de toute attente ou croyance. En un instant, d'un coup, je vivais la révélation sublime que Dieu était ! C'était si fort que je peux dire: Je savais Dieu ! Et je le disais, j'avais envie de le crier à tout le monde: Dieu existe! Oui il existe vraiment!...... Pourtant les choses s'étaient à nouveau normalisées devant mes yeux. Mais pas en moi ! D'athée j'avais été instantanément rendu croyant.

REMPLI D'AMOUR Ce qui suivit ne m'apparut pas immédiatement liée à cette expérience. Mais c'était encore un surnaturel puissant, réformateur, extraordinaire. Je me retrouvais maintenant rempli d'amour, le coeur débordant d'un amour merveilleux qui se mit à brûler sans objet visible particulier, inexplicable et si fort que l'envie de chanter me prenait. Mais les mots des refrains qui se fredonnaient alors étaient trop pauvres pour le rendre, l'éteignaient même... Rien ici ne disait que c'était Dieu. C'était ce genre de feu que j'avais connu une fois étant plus jeune, qui s'était allumé par un regard. J'aimais. Qui, quoi!? Tout, les voitures qui passaient, les arbres, les gens, l'air de ce printemps enchanté mais aussi les pylônes électriques, tout! Et le monde m'apparaissait comme lavé, brillant, tout neuf, comme sont les paysages après certains orages. J'ai vécu quelques semaines de ce bonheur béat qui gommait tout des incertitudes quant à mon handicap -encore sévère- et à mon avenir. C'était si merveilleux que je transposais cette expérience en un roman, formant laborieusement les mots de ma main gauche seule valide. Par cette écriture je recevais encore un surplus de révélation qui attribuait maintenant totalement à Dieu ce miracle de l'amour accordé. Sur le papier cela devenait une éclaboussante lumière aux rayons jaillissant du ciel, qui inondait une campagne resplendissante où mon personnage (un journaliste qui me ressemblait!) était comme mystiquement engendré, ce qui lui ouvrait accès à un tout nouveau départ... Bien curieusement - mais j'ai réalisé depuis qu'on est souvent fait ainsi -, je ne cherchais pas pour autant à mieux savoir ce qu'il en était de ce Dieu, à m'approcher de lui par un mouvement, une parole ou une prière. Bien que retourné, converti, je restais centré sur ce côté du Réel, et ma propre personne...

SECONDE EXPÉRIENCE SURNATURELLE Alors Dieu vint encore. Un soir où j'étais couché les yeux fermés mais pas encore endormi. Soudain je sentis une présence entrer dans la chambre, par le plafond. Elle se mit aussitôt à descendre rapidement vers moi. C'était à la fois très dense et d'une extrême douceur. Très vite je me dis que cette approche allait s'arrêter avant de me toucher, mais voilà que sans autre préambule, la réalité toute immatérielle mais tellement tangible me pénètre, se coule, se fond en moi, s'immerge sans trouble en une osmose sensible qui me laisse comme spectateur. Investi, je suis bien, dans la douceur, immobile, comme en suspens, sans oser interférer avec ce qui se passe.

Surtout, il y avait dans cette présence un nom, (comme) écrit, fort et plein comme elle, et ce nom c'était Christ...

AUTRES REVELATIONS

Après pareilles expériences (visitations, révélations...), vous pensez bien qu'on ne peut plus être le même ! (bien qu'on reste qui on est). Ma bouche en débordait, et dans son langage de militaire mon beau-frère m'appelait " Dieu "! D'autres me disaient illuminé, mystique... En tout cas (r)éveillé, et comment ! j'étais alors dynamisé par un enthousiasme extraordinaire, vitalisé, et cette soif inconnue de vivre et de connaître, de savoir. Et un désir fou de partager, de dire à tous : Oui Dieu existe ! Il existe vraiment, et on peut en faire l'expérience !...

Alors j'écrivais, j'écrivais, traduisant en mots cette découverte de la face cachée, enfouie sous le sable ou sciemment occultée, et maintenant rendue évidente à mon esprit, ce qui m'animait d' cette formidable envie de le crier à la terre entière! ...Mais c'était encore sans suffisamment savoir, et sans me poser la question de ce que Dieu voulait, de si c'était bien ainsi qu'il me fallait répondre...

CONTACT AVEC LA GNOSE Puis un jour ce fut, peut-on dire plus grand encore!? en tout cas bien différent... En un temps qui sembla une infime fraction de seconde, d'un coup voilà que je savais tout ! C'est comme si j'étais soudain introduit dans ce que j'appelais par la suite "la Centrale de Connaissances de Dieu" (ce que d'autres, je l'appris par la suite, appellèrent la Gnose). Quel nouveau chamboulement! Quel vertige! Comment faire pour tout retenir!?... Il suffisait que je commence à formuler n'importe quelle question, et instantanément la réponse m'était donnée, et je savais que c'était vrai pour tout ce que je pouvais demander!... Mais comment fixer la somme déjà aperçue, que je sentais terriblement volatile? Comment gardait des traces de ce submergement tsunamique dans lequel je n'avais pas de prise et qui déjà se refermait?!... J'écrivais, fébrilement, maintenant sur une vieille machine à écrire, de plus en plus vite... Mais aussi sans que je le réalise, il s'était déjà produit un glissement et progressivement ce n'allait plus être la même chose, plus la même source où je m'abreuvais... Au fil des semaines, j'arrivais à une impasse, enlisé dans tout le fatras des lectures, des révélations, des pensées, des perceptions... tout amalgamé sans discernement, ésotérique, religieux, astrologie, médiumnité, symbolisme, mythologies... Où était Dieu au milieu de tout cela? Je me sentais las et en panne. Ne fallait-il pas que le Dieu qui s'était révélé vienne maintenant à mon secours? Je ne pensais même pas à le lui demander.

DIEU ME PARLE, VRAIMENT ! Mais un de ces jours pourtant où, arrêté, j'étais assis à mon bureau, une voix d'homme se fit soudain entendre très clairement et très proche dans mon dos : " Lis la Bible ! Lis la Bible ! " Plus que surpris que quelqu'un ait pu entrer dans la maison sans que je l'ai entendu, je me retournai: Personne! de visible du moins. Mais je savais qu'il me fallait une bible, et sans m'arrêter au mystère de cette voix, je lui obéissais en quelque sorte, cherchant ici ou là, en vain. Je sortais alors et parcourais tout Aix-les-Bains sans succès, jusqu'au septième et dernier libraire visité qui me dit: "Je n'en ai pas, mais ce matin un camion était stationné en face qui en proposait." Effectivement, il était encore là, venu pour ce jour d'Ardèche en Savoie. J'y achetai ma première Bible, réalisant déjà un peu mieux comment Dieu avait conduit et peut conduire les choses.

MA RECHERCHE JUSQU'AU NEW-ÂGE La lecture de la Bible "au hasard", celle de la longue préface (Darby), faisait brûler mon coeur tout à nouveau. Mais encore une fois je ne tenais pas longtemps dans ce mouvement qui pourtant avait bien été initié par Dieu. Une pensée notamment me dérouta -j'étais alors loin de distinguer ce genre de subtilités!-, qui me disait qu'il était plus rationnel, plus raisonnable, de lire comme on lit les autres livres, en commençant par le commencement !... Je passai ainsi à une lecture bien différente, qui devenait toute intellectuelle, et une nouvelle fois, je m'y perdais. J'extrayais ici et là des versets ou des pensées que j'ajoutais encore à tout ce que j'avais écrit jusque là ; de quoi sortit comme de l'or des Hébreux un veau d'or, un livre, L'Appel cosmique, que j'allais tout faire pour éditer... Mais avant d'en arriver là, je dois encore dire que durant tout ce temps j'avais aussi entrepris de trouver des personnes avec qui parler de ce que je vivais : Ce furent, après une astrologue des prêtres, qui ne captèrent pas trop, un cependant me disant que c'était la grâce qui m'avait touché, mais plus étonné que capable de répondre à ma confuse attente. Je pensais alors aux moines d'Hautecombe, de l'autre côté du lac : n'avaient-ils pas mis leur vie à part pour Dieu!? Je vivais quelques jours parmi eux, passant de longues heures à discuter, à écouter, à lire, fébrilement attiré par les livres de " l'enfer " qu'on m'ouvrait exceptionnellement et secrètement, à suivre les offices... toutefois sans trouver ce que j'avais espéré, chose que je n'aurais pas su formuler, en tout cas suffisamment insatisfait pour écourter mon séjour et chercher plus avant. Car, me disais-je, il y avait d'autres religions, et je ne devais pas m'en arrêter à cette seule expression, insuffisante, de la spiritualité! Après avoir encore trouvé le temple réformé inaccessible, dans une conduite des choses, je voyais à Aix-les-Bains une plaque de rue et la vitrine d'une assemblée évangélique, mais cela resta comme un appel qui me trouvait sans force ou sans mémoire pour y venir à un moment d'ouverture. A Chambéry par contre, j'étais été abordé par des Hare Khrisna, et quand on me présenta une autre personne qui avait connu dans sa jeunesse une fulgurante illumination et qui habitait Paris, il ne restait plus qu'à prendre le train. C'était ainsi qu'avec Marc maintenant ingénieur retraité pourvu d'un bon carnet d'adresses, et encore conduit par des affiches et autres connexions nouvelles... on se mit à faire " la tournée des grands ducs " de l'autre versant des choses, commençant par les Hare khrisna, passant à la Pure Vérité, par les Amis de l'Homme et d'autres mouvements et salons mondains où une certaine culture spirituelle avait sa place. Plus que curieux, amorcé, attiré, poussé, puis par un détail ou une énormité désillusionné, fatigué, je parcourais ainsi Paris, puis bientôt la Suisse, découvrant Findhorn, l'instinctothérapie, la macrobiotique, le végétarisme, Khrishnamurti..., élargissant jour après jour mon exploration de la galaxie des métaphysiques, mais toujours sans trouver résonance, sans parole ou contact que confusément je recherchais et qui auraient été échangés dans une évidence que c'était bien en Dieu qu'on se rencontrait...

Cette quête prenait aussi de plus en plus une autre orientation. Des personnes étaient touchées par mon témoignage. D'abord dans mon entourage direct: ma femme, puis un beau-frère et sa femme dont le couple battait de l'aile...

Mais quand j'éditais mon 1er livre, c'est moi plus que Dieu qui me trouvais propulsé sur l'avant de la scène, côté initié disait-on! Après sa parution et un stand au salon Marjolaine ( en gros New-âge et Nature) à Paris, non seulement j'étais vu, lu et écouté, mais encore je recevais les honneurs de la télévision et autre radio locale, et une petite-fille (déjà d'un âge bien avancé) d'un des maréchaux du Grand Empire (Masséna) m'offrait une aile d'un de ses châteaux pour loger "mon mouvement" me dit-elle! Un peu plus tard je recevais encore l'intégralité du prix d'édition d'un second livre (La vibration d'amour I). C'est dire que je me trouvais maintenant à l'aise dans cette auberge espagnole qu'est le Nouvel-âge: l'homme aime toujours à être élevé, écouté, regardé! Ce n'était plus Celui qui m'avait visité qui comptait (avait-il seulement déjà compté pour lui-même, hormis le fait que j'avais été mis en mouvement pour l'autre côté de la porte de l'univers?). Comme beaucoup dans cette sphère, je parlais certainement beaucoup de l'expansion de conscience ou de l'évolution cosmogonique, mais de QUI ETAIT Dieu?... Partout on se référait à la Bible, mais que ne lui fait-on pas dire? Christ aussi était très présent dans les milieux orientalistes ou médiumniques, LE MOT, sans qu'on se soucie de QUI il pouvait réellement être. Ca marchait bien -apparemment!- pour moi. Des commades de livres arrivaient de Suisse, Canada, Afrique... mais je n'avais toujours pas compris grand-chose à POURQUOI Dieu m'avait révélé son existence. Je m'attachais plus à la dimension ouverte qu'à son contenu, encore captifs, comme tant d'autres, de l'illusion d'être déjà dans ce qu'on n'a encore fait d'entrevoir...

ENCORE DU NOUVEAU ! Cependant Dieu veillait! Et s'il ne peut enfreindre certaines des libertés dont il nous a pourvus, s'il permet même, outre nos vagabondages des déroutages insidieux, Dieu n'en garde pas moins le contrôle des opérations, la maîtrise des temps et des circonstances! Alléluia! C'est ainsi qu'arriva un temps où je ne parvenais pas à mettre le mot Fin sur le second volume de La vibration d'amour, qui me semblait pourtant achevé. C'était comme un mur devant moi, invisible mais bien réel, que je cherchais un temps à contourner, puis que j'acceptais, sans comprendre autre chose que c'était mieux de ne pas insister et d'attendre. A cet endroit je dois encore revenir en arrière pour dire ce que j'avais mis en place en parallèle à mes pérégrinations et dont l'aboutissement arrivait. Face à mon incapacité à partager ce que je vivais de surnaturel avec mon fils alors âgé de sept ou huit ans, j'avais voulu qu'il soit quand même au moins enseigné de rudiments, ce qu'on trouve dans le catholicisme. Or la catéchiste sollicitée, que je ne connaissais pas, était également une sympathisante d'un mouvement chrétien international qui, traduit de l'anglais s'appelle "Association des Hommes d'Affaires du Plein Evangile". A Chambéry comme dans beaucoup de villes de nombreux pays, des soirées-témoignage étaient organisées mensuellement, et j'en trouvais dans ma boîte aux lettres des invitations avec notamment le nom de Jésus-Christ qui m'interpellait... Un soir, avec ma femme qui suivait un peu à distance ce que je vivais, on finit par rejoindre une de ces réunions. Précieux rendez-vous en vérité, car Dieu nous attendait là l'un et l'autre! Nous arrivions précisément pendant que l'assemblée des personnes présentes chantait les louanges de Dieu les bras levés vers le ciel. A cet instant, encore sur le pas de la porte, le Saint-Esprit fondit sur moi, me traversant dans un fourmillement très sensible de la tête aux pieds. Puissante manifestation qui était en même temps une attestation qui disait à mon coeur : "Voilà! Ils sont là, ceux que tu cherches!". Je trouvais, on pourrait dire "tout simplement", des chrétiens; mais c'en était des vrais, pas des croyants de nom ou de tradition. Ils étaient réunis là autour de ce Dieu qui était venu à moi et qui était ici pour eux, en une personnalisation ou appropriation que je ne connaissais pas, "leur" Dieu, leur Père, eux en lui et lui en eux et au milieu d'eux... Merveille de la présence de Dieu parmi les hommes! Il m'avait donc fallu un périple de quatre années, un tour d'horizon de (presque!) tout ce qui se vit ou se propose de surnaturel sous le soleil, avant d'aboutir –acceptant à la fois de laisser mon livre et de répondre à une invitation- à cette rencontre qui allait s'avérer déterminante pour la suite de ma (lente) remontée et restauration en Dieu. ...Et voilà que certains de ceux qui allaient maintenant devenir "mes frères et sœurs", habitaient en fait... tout près de chez nous!

Ma croyance à ce moment-là n'avait pas cet effet que le Créateur recherche, de nous (re)créer en lui, de nous faire entrer dans une relation vivante avec lui (on dit autrement encore nous sauver, nous racheter des forces mauvaises de ce monde, nous en rendre libres et vainqueurs...)

En vérité jusque là je n'avais encore jamais ressenti un réel besoin de Dieu. J'avais bien été grandement éveillé à lui, chamboulé, dynamisé, rendu heureux... mais je ne voyais ni n'imaginais rien de plus permanent à vivre avec Dieu. Je pouvais en parler avec conviction, la certitude de sa réalité s'étant comme écrite en moi, mais je ne priais pas et je n'avais que très peu lu la Bible. J'avais bien résisté à quelques tentations, mais à l'occasion d'un séminaire j'avais aussi glissé dans une relation coupable qui ajoutait à mon porte-à-faux et à mes nouveaux égarements... Vers la fin donc de cette soirée de l'HAPE, pour sa part ma femme avait été puissamment visitée et convaincue d'être une pécheresse devant Dieu. Elle s'était vue souillée, misérable, pleurant toutes les larmes de son corps, au moment où j'avais quitté ma place pour répondre à un appel lançé à suivre Jésus. Je m'étais levé dans l'évidence que j'avais déjà répondu depuis longtemps, et certainement sans en avoir dévié! Mais à la différence de sa femme, ma véritable condition spirituelle (pécheur, souillé, perdu, "mort dans nos offenses", dit la Bible) m'était là encore restée cachée. Des chrétiens se sont approchés, certains étaient du Renouveau Charismatique, d'autres de l'Eglise dite Réformée, d'autres encore d'églises dites évangéliques, et Christine la catéchiste de notre fils s'est présentée comme étant aussi la factrice par qui on avait pu être présents... Puis Marc et Gabrielle nous ont prêté un disque ("Si mon peuple", de Jeunesse en Mission), et je chantais de tout mon coeur ses musiques modernes et entraînantes, ses paroles spirituelles bénies, heureux... comme si j'étais déjà de ce peuple!... Mais change-t-on si facilement de direction et de maître!? La Bible dit par le prophète Jérémie (ch. 10, verset 23) que la voie de l'homme n'est pas en son pouvoir quand il marche. Ce que je devais encore l'expérimenter. Ainsi, malgré ces nouveaux contacts hyper sympathiques, je me rendais bientôt -cette fois avec ma femme- en Suisse où Khrishnamurti rassemblait toujours quelques milliers de personnes... pour moi autant d'acheteurs potentiels de mes livres! Mais quelque chose s'était passé en moi: je n'avais plus aucun allant pour proposer et vendre mes livres, ni pour écouter l'orateur d'ailleurs dont l'anglais de plus (non traduit) m'était complétement inacessible. L'événement majeur de ce déplacement se trouva ailleurs, qui montre comment les forces occultes ne sont jamais très éloignées de ce que nous vivons ou de ce que Dieu entreprend. Ce fut une rencontre avec une jolie jeune femme, notamment séduisante par un mystère qu'elle entretenait avec une certaine maîtrise. On sympathisa rapidement, et après nous avoir poussés à vouloir savoir, elle finit par nous dire à quel mouvement elle appartenait, une secte internationale qui allait avoir son grand rassemblement annuel très prochainement... à quoi elle nous invitait bien évidemment. Le soir et notre départ arrivant, elle nous offrit de partager... son lit, ce que je déclinai plutôt sèchement, surnaturellement gardé une nouvelle fois (même si la chair voudrait le voir autrement !) plus que conscient de ma réponse...

Mais la séduction fut telle que le moment venu ma femme acceptait de partir avec elle, ralliant toutes les deux de Savoie Amsterdam... en stop! Etonné plus que réalisant ce qui se passait, je les laissais à cette soudaine complicité, sans imaginer qu'en fait Dieu avait prévu de mettre cette dizaine de jours à profit pour m'approcher encore plus de lui!

CHEMINER JUSQU’À "NAÎTRE DE NOUVEAU" (SPIRITUELLEMENT) Il se servit cette fois d'Eugène, un jeune ex-toxicomane, qui me raconta sa quête éperdue du bonheur, via toutes sortes de drogues, la méditation, l'appartenance à une secte, et comment Jésus l'avait délivré récemment, sans aucun effort de sa part, de tout (témoignage disponible sur K7 audio ou CD). On en vint à parler de mes propres expériences, et de ce qu'on vivait depuis que Dieu s'était manifesté: mes et nos rencontres avec astrologues, médiums et autres mouvements; nos séances de spiritisme, table tournante, pendule, divination, hypnose; comment, naïfs et inconscients d'avec quoi l'on jouait, on envoyait les esprits invoqués à l'hôpital pour guérir des malades du cancer!...

Alors Eugène avait ouvert la Bible, au livre du Deutéronome, chap. 18, versets 9 et suivants, lisant combien ces choses sont des pratiques abominables aux yeux de Dieu! Parce qu'elles nous mettent en contact avec le monde invisible mauvais, satanique et démoniaque, hostile à Dieu et aux hommes. Cette fois, les contours de la dualité toute spirituelle m'apparaissaient. Pouvais-je avoir été à ce point béni par Dieu et encore un jouet de l'invisible!?... Après avoir prié, Eugène m'avait laissé une K7: le témoignage d'une jeune femme entraînée dans l'occultisme et la prostitution, ses combats invraisemblables pour être libérée des liens et de l'emprise de Satan... En écoutant je me mis tout à coup à pleurer, de façon incompréhensible, telle une source ouverte de larmes chaudes, douces, bienfaisantes, libératrices. Son histoire et ses luttes parfois terribles éclairaient la mienne, et Dieu, curieusement, m'accordait dans cet instant une extraordinaire détente, un nouveau rafraîchissement, comme pour m'assurer que sa grâce était là et serait là dans les moments difficiles qui allaient bientôt être aussi les miens.

A la fin de l'écoute en effet, je compris dans quelle galère je m'étais mis! ... par mes pratiques occultes; par mes livres même, qui pourtant parlaient de Dieu!? Par mon ignorance, par mon inintelligence de tout ce qui m'arrivait! Non, tout n'était pas réglé! Par une image ou vision intérieure, je me voyais sous une voûte sombre verdâtre, glauque, visqueuse, et je réalisais combien j'avais un réel besoin de Jésus! Je lui adressais une prière toute silencieuse, pas apprise ou préparée mais en prise directe avec l'instant et la situation.

Alors il continua à conduire. Un soir suivant, à l'assemblée où Eugène m'avait invité, Roland Vivès (K7 ou CD de témoignage très intéressant) prêcha sur Josué, sacrificateur de Dieu que Satan accusait à cause de ses vêtements sales. (Zacharie chap. 3). Il ne me connaissait pas, mais il parlait vraiment pour moi, mettant en lumière ma condition à travers celle de Josué, la condamnation du diable qui était sur ma vie comme alors sur la sienne. Surtout Roland apportait la solution, proposait la délivrance (que Dieu offre quand c'est nécessaire à tout homme ou femme humilié(e) ou qui s'humilie). Assis au premier rang, je tombais à genoux au pied de l'estrade, progressivement paralysé tout autour de la bouche, les épaules, les bras... C'était le début des prières de l'Eglise vivante et agissante, qui allaient m'arracher aux ténèbres, aux effets de mes fautes et de mes errements, Dieu se servant maintenant d'hommes ses serviteurs pour me conduire dans sa liberté...

Pendant ce temps au Pays-Bas, mon épouse avait été prise à fond dans le filet de la séduction. Quand elle revint, c'était pour faire ses valises et prendre avec elle notre fils pour rejoindre un homme "extraordinaire" qu'elle avait rencontré et avec qui elle avait décidé de poursuivre sa vie... à Oslo! Je me souviens être tombé à genoux dans la chambre pendant qu'elle y prenait ses affaires, et les mains jointes (!) avoir imploré Dieu de la retenir! ...Et elle était restée -m'expliquant par la suite comment elle avait vécu ce temps comme dans la ouate, en rêve ou sur un nuage, (comme) droguée, oubliant pendant plusieurs jours tout ce qui faisait sa vie, complètement aveuglée par l'esprit qui dominait ce rassemblement... mais en même temps gardée de travers les plus terribles.

Je réalisai que j'avais vraiment besoin d'être instruit dans la connaissance de Dieu et des réalités spirituelles, de voir plus clair dans cet antagonisme subtil qui se jouait et se tramait dans les coulisses de notre monde et de nos existences, entre le merveilleux réellement bienfaisant et la poudre aux yeux qui ne vise qu'à nous asservir, entre le vrai et l'imité, entre Dieu (qui a choisi de ne jamais s'imposer, parce qu'il est Amour et que l'amour ne le peut pas), et celui qui est le mal dès lors qu'il a cherché et cherche toujours à s'imposer à sa place et à s'assujettir nos vies par la séduction ou par la violence (ses deux fonds d'action principaux). Je devais comprendre ce que Dieu faisait et voulait, ce qu'était son moyen de délivrance, de salut, dont j'entendais maintenant parler, par lequel il pouvait nous -et pour me- sortir de ces ruses du diable et de sa domination insidieuse et perverse.

Dans sa souveraineté à conduire toutes choses, le Seigneur employa encore Paul à cette fin, un missionnaire américain (des églises dites baptistes), rencontré à ce moment-là... c'est-à-dire pas par hasard! Paul et Lorraine avaient désiré venir à la maison chaque semaine, pour nous apporter leurs chants, leurs prières, leur amour et un enseignement biblique solide qui fut longtemps centré sur le salut par la personne et la mort de Jésus-Christ, et encore sur l'assurance qu'il nous faut en avoir. Paul insistait pour qu'on (mon épouse, moi et encore beau-frère et belle-soeur qui étaient en train de changer) saisisse par la foi que nous sommes sauvés dès lors que nous croyons que Jésus est Sauveur, que nous avons accepté sa mort comme sacrifice pour nos péchés, son sang les effaçant de la mémoire de Dieu dès l'instant qu'il intercède pour nous (étant maintenant ressuscité), qu'on voit et confesse nos fautes et qu'on s'en repent...

En ces jours-là je naissais donc spirituellement, d'en-haut, de Dieu comme dit la Bible (Evangile selon Jean chap.1, versets 12 et 13). Je devenais comme le papillon qui sort de la chenille, "nouvelle créature" (Jean, tout le chap. 3 - 2Corinthiens, 5.17)... Mon cœur, plusieurs fois éteint par les erreurs, les illusions ou les faux-pas, recommençait à brûler du feu de l'amour divin, notamment à l'écoute de la Parole de Dieu, cette Bonne Nouvelle de l'Evangile qui nous fait tout saisir des vérités et réalités véritables, nous avertissant aussi que si nous n'avons pas en nous cet amour, nous ne sommes rien, c'est-à-dire nous ne pouvons connaître Dieu et entrer dans son éternité...

Je me mis à apprendre comment être changé, comment revenir à Dieu quand je m'en éloigne, comment grandir spirituellement pour être établi dans une communion toujours plus permanente et intime avec lui... avec toujours le plus vif désir de le servir! Le Seigneur me permettait de renouer avec mes parents dont je m'étais bien éloigné - me mariant sans eux par exemple. Me voyant changé, ils se tournèrent vers Dieu à leur tour et entrèrent spirituellement et localement dans la famille de Dieu.

*** Rien ne se fait sans du temps, des études, des expériences, des tâtonnements et d'autres difficultés encore, mais toujours, une fois que nous avons le pied à l'étrier, dans le sens de notre formation (croissance et affermissement), et encore pour que nous ayons la joie de (quelques) victoires (que nous ne pourrions pas connaître s'il n'y avait pas d'adversités et d'adversaires). Et pour toutes ces choses, on peut encore avoir l'assurance que la force nécessaire vient de Dieu, et au(x) bon(s) moment(s); qu'on n'a donc pas à s'inquiéter, car il est un Dieu vivant et son secours, parfois même pas demandé ou inespéré, en est une preuve tangible. Je dis maintenant que la gloire de Dieu, sa grandeur suprême envers nous, ce n'est pas de s'imposer (maintenant) à tout et à tous comme il aurait largement la capacité de le faire (ce qui ferait taire tout le monde!), ce n'est pas non plus de nous préserver de toutes les difficultés pour que nous ne vivions déjà que du bien et du bon (cela viendra, mais en un autre temps - qui arrive...). La gloire de Dieu est dans sa capacité à pouvoir retourner favorablement toutes situations mauvaises, qu'elles nous aient surpris ou que nous nous y soyons enfermés nous-même. Une dernière anecdote, au sujet de mes livres. Dans ces moments-là, j'en vendais encore régulièrement plus de vingt par semaine, commandés par correspondance, ce que je ne pouvais absolument pas maîtriser. Quand je demandais à Dieu d'arrêter ce mouvement si ces livres étaient réellement un problème, le chiffre tomba à sept la semaine suivante. Demandant encore un signe plus radical, dès la semaine suivante il n'y eut plus aucune vente! C'était clair! Voyez-vous comment Dieu peut s'occuper de nous? Il nous connaît chacun, étant patient envers tous, sachant ce qu'il nous faut, où nous en sommes et encore nous accordant des aides nécessaires, avant même qu'on ait conscience de lui. (A plus forte raison si on l'invoque!). Il y aurait de quoi développer et écrire encore beaucoup après des années de marche avec Jésus! Mais il y a déjà là de quoi apercevoir certaines des vérités fondamentales, trop souvent trop bien cachées, qu'il est crucial et vital (dans le sens de notre éternité) de connaître, dont ce besoin personnel et personnalisable de la grâce que Dieu accorde, non en raison des œuvres ou mérites qui peuvent être les nôtres, mais à cause de son amour et du sacrifice incomparable -pour nous!- de Christ sur la croix.

D'UN RASSEMBLEMENT A L'AUTRE... ET A CHACUN SON TOUR !? Pour finir, je veux dire encore qu'au fil des années et de déménagements, le Seigneur m'a fait passé par diverses manières de vivre collectivement ma vie chrétienne. Le fait est bien sûr qu'on ne peut normalement pas vivre une vie avec Dieu sans relation avec d'autres chrétiens: Sauf exception incontournable, comment le "Aimez-vous les uns les autres" de Jésus à ses disciples, peut-il s'appliquer si on reste volontairement dans son coin !?... Après le 1er groupe du Renouveau charismatique et la 1ère Assemblée de Dieu pentecôtiste (ADD), j'ai été conduit à rencontrer en Suisse et Haute-Savoie des églises dites Apostoliques. Changeant de région j'ai fréquenté pendant 7 ans une Eglise Evangélique Libre (où le mot Libre parle plus de la constitution historique de ce type de rassemblement que de liberté dans l'Esprit - Ma femme préférait alors cette assemblée pour son organisation en faveur des enfants...). Pour vivre une communion fraternelle plus véritable, on a aussi été conduits à fonder un petit groupe qui se réunit dans les maisons des uns ou des autres, sans couper avec les plus grands rassemblements. Organisés en association on fait aussi fonctionner un local qui permet revente de (beaux) vêtements d'occasion à bas prix (Friperie Retrouvailles 3) et réunions spirituelles. C'est ainsi que l'Esprit ajoute parfois de nouveaux convertis, qu'on et qu'il travaille à nous édifier en connaissance et transformation de soi, afin que nous vivions toujours plus la présence bénissante de notre Papa-Dieu par son Esprit, selon sa volonté dont - la foi, l'amour et l'espérance sont les bases et les sommets spirituels (1ère aux Corinthiens chap. 13, vers. 13), et - l'enseignement des apôtres (le Nouveau Testament), la communion fraternelle, la fraction du pain (ou Sainte-cène) et les prières, sont les fondements incarnés (Actes des apôtres ch. 2, vers. 42). *** Si ce témoignage vous interpelle; si vous sentez que vous pouvez vous aussi maintenant être approché de Dieu au point de vivre une véritable expérience de sa réalité, cela dépend maintenant de vous ! ...et voici une prière pour vous aider/guider dans un 1er pas de réconciliation avec le Dieu créateur du monde.

PRIERE-GUIDE pour VOTRE PROPRE RÉCONCILIATION AVEC DIEU - Dieu créateur du ciel et de la terre, je veux moi aussi venir à toi maintenant, tel(le) que je suis, encore souillé(e) par mes fautes, fatigué(e) par mes péchés, captif(ve) à cause de ce que tu sais encore mieux que moi... Mais surtout attiré(e) par ta grâce, désireux(se) de connaître une réelle intervention de Toi dans ma vie, afin que je te découvre et désire te connaître. Je te confesse ici ...(dites-lui déjà les péchés qui vous sont maintenant présents à l'esprit...). Je te demande sincèrement pardon pour toutes ces fautes, pour toutes mes offenses envers Toi et les autres, tous mes manquements, et encore les péchés que j'ai pu commettre sans même en avoir été conscient(e). Je compte sur toi Seigneur-Dieu, pour me montrer tout ce qui peut être un obstacle entre Toi et moi, conduisant toutes choses pour moi en vue de toute délivrance qui m'est nécessaire. Merci Jésus, toi qui a dis que tu es la lumière du monde, de devenir la mienne, maintenant et toujours. Oui, je crois Jésus que tu es mort pour moi, crucifié pour mes péchés, pour me sauver. J'entends et je crois que tu as donné ta vie à la place de la mienne pour que le châtiment que méritaient mes fautes ne m'atteigne pas, pour que Satan perde de sa force et de sa ruse envers moi, et pour que la mort ne soit plus pour moi qu'un passage dans ton éternité. Merci de me laver maintenant de tout l'impur de ma vie. Je veux désormais vivre et marcher avec Toi Seigneur Jésus mort et ressuscité, aussi je t'ouvre mon coeur pour recevoir ton Esprit-Saint comme vie éternelle, comme force contre le mal, et comme lumière pour guider mes pas jour après jour dans tes voies. Merci Seigneur de me faire grandir dans les connaissances justes nécessaires, et dans une communion réelle vivante avec Toi, et à terme de me faire entrer dans ton éternité exempte de tout mal, de pleurs et de toutes souffrances. Amen. *** Si vous avez fait cette prière, réjouissez-vous, continuez avec vos propres mots, librement, comme on parle à une personne présente, remerciant Dieu pour ses bienfaits, de vous avoir trouvé(e) en étant là maintenant (car si les maux qu'on a connus n'ont pas été sa volonté, il sait cependant faire concourir TOUTES choses qu'il a permises au bien de ceux qu'il appelle. La Bible déclare cela au chapitre 8, verset 28 de la lettre aux Romains). Prenez le temps de réaliser, parlez à Dieu, apprenez son repos, le silence et la paix d'une vraie réconciliation avec lui. Quelques chants en rapport de notre - et votre - démarche de foi: http://www.youtube.com/watch?v=z4BYLUFp-JI.html http://www.youtube.com/watch?v=Zhx2ucoSJ6Q.html http://www.youtube.com/watch?v=FAyXb61hJ_Q.html http://www.youtube.com/watch?v=xAPgdXKx5es&feature=channel http://www.youtube.com/watch?v=va3n0bogjH8.html http://www.youtube.com/watch?v=-p_Pk7AXL28.html http://www.youtube.com/watch?v=8NrkZQvHtbo.html http://www.youtube.com/watch?v=ojRzpyCgQeU.html ... N'hésitez pas, en cas de questions (qui restent en suspens) ou autre partage que vous désireriez, à me contacter par mail, ou d'aller vers d'autres chrétiens capables de vous accompagner dans ce chemin de la pleine vie... Que Dieu vous bénisse, - à salut si vous sentez encore quelque obstacle qui vous empêche d'entrer vous en lui et lui en vous, dans cette relation d'Esprit à esprit et d'esprit à Esprit, avec lui, - ou de gloire en gloire, si vous avez déjà fait correctement la démarche nécessaire à votre positionnement en Dieu, et sentez déjà les effets d'appartenir à Christ plus qu'à l'esprit (pervers, méchant, malin...) de ce monde. Bien cordialement,

Claude

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS : Dieu existe ! C'est ici mon cheminement depuis ce premier instant, pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il !? C'est aussi un Questions/réponses dans les domaines connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité, politique, philo, actualité... bref, un englobe-blog. Répétez ! ☺
  • Contact

Recherche