Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 19:40

 

Comme ce drapeau, pas très propre l'Amérique du Nord ! *

 

L'élection de Donald Trump** comme 45e Président des Etats-Unis est un jugement sur un comportement politique politicien devenu inacceptable.
Car, est-il écrit dans les Proverbes bibliques (chap. 19, vers. 21) "Il y a dans le cœur de l'homme beaucoup de projets, mais c'est le plan de l'Eternel qui s'accomplit."

La Bible affirme que Dieu tient les temps dans ses mains. C'est en Son temps que les choses dont il a la prescience arrivent. Donc la mise en place de la Mondialisation totalitaire qu'annonce le livre de l'Apocalypse n'est pas pour tout de suite.
C'est que le peuple a encore son mot à dire dans le gouvernement des nations.
C'est que le temps prophétisé "de la fin des nations" n'est pas à son terme.
C'est que la démocratie n'est pas encore là-bas bafouée ou endormie par les sirènes médiatiques et autres manigances politiques, qui visent globalement, consciemment ou non, à établir le règne de "la pensée unique", l'avènement d'un antéchrist avec qui sera terminée l'ère des bonnes libertés.

C'est certainement encore que les Etats-Unis sont un pays suffisamment chrétien pour que les prières qui montent vers Dieu afin que Sa volonté soit faite, soient exaucées. (Et si des chrétiens voient là un échec, c'est juste qu'ils ne comprennent pas suffisamment la pensée et la prééminence sans parti de Dieu***)...

C'est en cela que je dis qu'il s'agit d'un jugement.
La vertu d'un jugement est de faire cesser des injustices portées à leur comble, ou encore d'arrêter des projets iniques, en vue de permettre que soit (r)établie une justice, c'est-à-dire des actes, des vues, des projets plus justes... qui demandent, au delà des bonnes intentions, des résolutions les plus justes possibles et une force dans l'adversité (le mal actif dont on ne sait pas toujours de quel côté il se cache le plus - sans oublier jusque dans notre propre coeur).

Un jugement appelle donc une justice. Mais par qui s'exerce cette justice qui se veut redresseuse de torts et autres déviances ? Par un Président élu et son administration. Mais encore par des esprits du domaine céleste qui oeuvrent, suite à l'arrêt prononcé, soit à aider favorablement au changement (anges fidèles de Dieu), soit à l'entraver ou le dévier (ce à quoi vont travailler les anges rebelles, les démons et autres parmi nous).

On a tous pu voir que si Donald Trump a très certainement des capacités pour que ces entreprises réussissent, il a aussi des écarts de langage qui témoignent d'une maîtrise qui n'est pas sans faille. Et c'est là qu'un jugement qui tombe en tant que bien en soi, bénédiction effective, peut devenir un surcroit de difficultés si les forces démoniaques s'avèrent trouver des instruments puissants - bien inconsciemment la plupart du temps - sur le terrain populaire et/ou dans le camp des leaders. Dans tous les cas Satan ne s'avère jamais vaincu après seulement quelques échecs, même sévères.
Comme Dieu - qu'il imite pour tenter de prendre sa place au plan de la planète entière - il peut se servir indistinctement d'un camp ou d'un autre pour avancer l'impérialisme ultime qu'il prépare qui lui donnerait de devenir propriétaire ad vitam æternam de l'humanité.

Dans les combats qu'on trouve dans l'Ancien Testament, la Bible montre ce schéma du jugement, juste au départ, qui peut devenir jugement inique, qui outrepasse les droits accordés ou s'en crée de nouveaux, ou encore ne tient pas parole. (notre actualité n'est pas départie de tels déviances ou infidélités).

Dans tous les cas avoir un oeil sur l'actualité mondiale et un autre sur la Bible - c'est pour ça qu'on a deux yeux ! - permet de connaître d'un peu près en quel temps nous sommes du calendrier apocalyptique.

A partir de maintenant, le comportement du nouveau Président américain jusqu'à l'heure des élections présidentielles françaises va être déterminant de ce côté de l'Atlantique - vous comprenez pourquoi.

Soyez béni-e, et trouvez dans cette observation et ce travail de mise en action des pièces du Grand Echiquier Mondial, comment positionner votre propre pièce à jouer - vous-même ! - pour n'être pas confus quand des choses bien plus surprenantes encore et soudaines viendront à déferler sur nos têtes ou sous nos pieds. On n'est pas à la fin des surprises, surtout des mauvaises.
Et Dieu qui a tout en contrôle par-dessus les événements et pensées des hommes et de Satan même, de dire : "N'y aurait-il plus rien d'étonnant de ma part ?"

Une info américaine à ce sujet

Chant L'Eternel règne

___________________
* Comme ce drapeau, pas très propre l'Amérique du Nord ! Mais qui peut marcher dans ce monde sans se salir, sans faux-pas, sans manques ou sans excès ? La vraie question est donc : Qui seul sait et peut purifier les péchés et laver les souillures d'une nation ? Jésus va-t-il être invoqué en esprit et en vérité ? Lire ici un merveilleux verset
** Il va falloir mettre à jour les correcteurs d'orthographe pris de court !
*** Pour comprendre un peu je vous invite à (re)lire sous la lumière de l'Esprit cet épisode de la conquête de la Terre Promise par Josué (par clic)

 

Partager cet article

Repost0
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 18:32

Je viens de découvrir un film de 1956 "La loi du Seigneur" et en même temps l'annonce du dernier film de Mel Gibson qui sort le 9 novembre (2016).

Sortie du dernier film de Mel Gibson : TU NE TUERAS POINT (annonce par clic)

Avant même de voir le second, je mets là le premier en lien parce qu'il est très sympa et fort en même temps, et parce qu'il s'agit pour l'essentiel du même sujet traité à 60 ans de distance : De quoi voir et des évolutions - notamment cinématographiques - et des permanences - de problématiques humaines -.
Le tout pour un "interrogement" personnel où se rejoignent (en nous) et la terre - toujours ensanglantée - et le Ciel - où Jésus plaide avec ses mains percées devant le Père en faveur des perdus captifs sur une planète qui va de plus en plus apparaître aux uns et aux autres comme... un ghetto !...


La loi du Seigneur (par clic)

Soyez béni-e.

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2016 5 04 /11 /novembre /2016 12:23

Henry Dunant (fondateur de l'association chrétienne Young Men's Christian pour la Suisse et de la Croix-Rouge) : " Les faiblesses de l'homme, bien davantage que sa volonté, conduisent sa vie."
C'est pourquoi Pascal avait déjà pu dire : "La grandeur de l'homme est grande en ce qu'il se sait misérable."

"Les enfants mûrissent plus vite aujourd'hui que de mon temps. Il y faut plus de police (d'éducation stricte) sinon c'est du vrai chiendent."
Cela est dit à la fin du XIX siècle ! Que devrions-nous comprendre plus d'un siècle plus tard ?

"Notre civilisation tant vantée est désormais traversée par la barbarie dont le spectre n'en est que la guerre universelle." (1895).
Cette époque suit la défaite de la France en 1871 devant la Prusse et ses alliés.
Après une guerre ou une épreuve importante quelconque, l'être humain en position de choisir a toujours la possibilité de revenir soit au Bien (à Dieu), soit de retourner au mal cause du jugement sévère, ou encore de s'égarer dans une nouvelle superficialité et de se retrouver bientôt dans une nouvelle situation de déchéance qui ne peut qu'attirer un nouveau jugement.

 
Moins de vingt ans après cette analyse d'Henry Dunant, et encore moins de vingt ans à la suite de la première, deux guerres mondiales éclatèrent! On ne peut pourtant pas dire que personne ne le voyait, ne le pressentait et ne le disait - au point où il aurait fallu en tenir compte. Idem dans les années 30 avant que des crises n'ouvrent sur l'autorité prise par Satan sur un Hitler...

Et comme rien n'est fini des forces en présence, le scénario dont la seconde guerre aura été comme le synopsis va s'enflammer quand on ne l'attendra pas - ce qui ne saurait être très lointain. D'où la nécessité déjà toute personnelle de chercher le meilleure positionnement  -spirituel - possible, pour soi et nos proches, et pour le faire connaître alentour.

"Plus sa vie est infâme, plus l'homme y tient ; elle est alors une protestation, une vengeance de tous les instants." Honoré de Balzac.
Intéressant rapporté à quelques comportements sociétaux des plus virulents dont on peut avoir connaissance par les médias.
 

Dès lors "que chacun s'éprouve lui-même" dit la Bible, pour voir où il en est entre sa nature adamique automatiquement problématique, la justice irréductible de Dieu, les injustices des hommes et des anges déchus, et encore la Grâce Divine qui peut nous mettre au large dans des immédiats difficiles, jusqu'à nous extraire un jour de cette existence par la bonne porte.
Soyez béni-e à salut...

 

Partager cet article

Repost0
2 novembre 2016 3 02 /11 /novembre /2016 23:05

Histoire ou réalité, la répartie a bien été trouvée par quelqu'un !
Il s'agit d'un curé de village qui rencontre le nouveau maire qui n'est pas un commerçant renommé pour son intégrité dans les affaires :
- J'ai pas besoin de votre Dieu pour vivre ! Je ne dois rien à personne, je me suis fait tout seul monsieur le curé !
- Eh bien au moins ça enlève une grande responsabilité à Dieu !

N'y a-t-il là qu'une boutade ?

On peut y entendre aussi que nous avons été créés libres.
Libres de faire - ou de ne pas faire - beaucoup de choses, sans forcément nous soucier de ce qui est vraiment bien et de ce qui est mal. Dieu nous a laissés la liberté - dangereuse - de pouvoir définir nous-mêmes ce qui est bien et ce qui est mal...
Avec le temps et selon les cultures, nous nous rendons compte que la frontière n'est pas la même partout... Qu'on peut arriver à des aberrations, des contre-sens... Ce qui est déjà un vrai problème en soi, engendré par notre liberté.
Donc attention à ne pas se leurrer ! Car d'autre part notre liberté est limitée, bornée, et conditionnelle - le libre-penseur même devant bien l'admettre, ne serait-ce que s'il se regarde dans la perspective de sa mort certaine.
Est-on si libre et fort que nous ne permettions pas à des virus nanométriques de nous atteindre et changer tous nos programmes ? Que nous ayons une conscience suffisamment éclairée pour voir la loi de causalité incluse dans notre constitution agir sur les équilibres de notre âme ou de notre corps, en fonction de nos choix, de nos actions ou réactions, notamment - mais pas que - dans la dimension morale de nos relations.

Et cette boutade parle aussi de notre responsabilité propre en rapport des libertés que nous prenons, que nous nous donnons, en rapport de nos décisions et autres réactions auto ou socio-conditionnées, qui apportent du bien personnel et/ou social, ou au contraire gâte notre santé et/ou nos relations...
Et cette responsabilité, qui n'est pas celle de la bête beaucoup plus déterminée que l'humain, s'agissant de la réalité d'un Dieu vivant vers qui dans tous les cas on a à venir - S'il se montrait déjà on ne serait pas libre du tout -, comment sera-t-elle jugée ? Tel un devoir, telle un examen, quelle note notre existence vaudra-t-elle ?

Là Jésus est venu apporter une vraie bonne nouvelle : Tous, on pourrait obtenir un 20 sur 20 !
Mais il dit aussi que toutes les autres notes seront en dessous de la moyenne. Et là Dieu ne va pas descendre le niveau (comme on fait avec le bac à la française) pour faire réussir tout ce monde, des gens qui l'auront méprisé, qui se seront moqué, auront été méchants, menteurs, pervers, inhumains... Et aux yeux de Dieu, en regard de sa saintété/pureté/perfection, c'est ce que nous faisons et méritons tous sans distinction ! Donc tous recalés, par nature, par comportement, à cause de ce qu'on n'aura pas réussi à "se faire tout seul".
Car face à notre condition, qu'est-ce que réussir ?... si ce n'est trouver le moyen de pouvoir vivre un éternel bonheur, sinon on aura à supporter la peine d'avoir considérer l'après-existence comme sans valeur, sans intérêt, inexistante, néant !?...

Comment donc passer d'un niveau moins que passable, méprisable, qui se traduit par nul, non admis, rejeté, au 20/20 que Jésus est venu mettre à notre portée ?
En le croyant ! En comptant sur lui, sur sa mort autant que sur sa vie, pour faire du mauvais sujet coupable de fautes, de tricheries, de déviations, de méchancetés... que nous sommes, un pécheur qu'il a pardonné, purifié, justifié, et un jour glorifié, par le moyen - de notre côté - de notre foi. "Le juste - celui/celle que Dieu justifie - l'est pas sa foi".
Ainsi dit la Bible, ainsi devons-nous le croire, pour que cela s'initialise, s'active en nous, pour nous personnellement :
"Nous tous aussi... notre conduite était dictée par les désirs de notre nature propre, puisque nous accomplissions les volontés de la nature humaine et de nos pensées, et nous étions, par notre condition même, destinés à la colère, tout comme les autres.4 Mais Dieu est riche en compassion. A cause du grand amour dont il nous a aimés,5 nous qui étions morts en raison de nos fautes, il nous a rendus à la vie avec Christ – c’est par grâce que vous êtes sauvés –,6 il nous a ressuscités et fait asseoir avec lui dans les lieux célestes, en Jésus-Christ.7 Il a fait cela afin de montrer dans les temps à venir l'infinie richesse de sa grâce par la bonté qu’il a manifestée envers nous en Jésus-Christ.8 En effet, c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu.9 Ce n'est pas par les œuvres, afin que personne ne puisse se vanter." Ephésiens + 2Corinthiens 5.21

Jusqu'à 30 ans, je me suis "fait tout seul". Avec un 1er appareil photo payé par ma grand-mère - j'étais étudiant et n'avais vraiment pas de quoi n'acheter un reflex 24x36 -, j'ai commencé à travailler et en quelques années j'étais un des photographes les plus prisés du sport automobile du sud-est de la France, vendant mes photos aux pilotes et mes reportages à la presse spécialisée (Revue Echappement notamment).
Mais en fait on ne se fait jamais tout seul ! Il y a des circonstances, des rencontres, beaucoup de choses qui montrent - après coup - que ça ne depend pas de nous seul, loin de là.
Et puis ce self-made-man a fini son ascension sociale dans... un ravin, où un bolide m'a projeté lors d'un reportage. Voilà où m'avait conduit ma manière de vivre centrée sur moi, mes capacités, mes plaisirs, mes injustices, tricheries, mon orgueil... bien près de la mort. Déjà !
Mais là la grâce de Dieu envers moi joua à fond. D'un coup il m'est apparu et j'ai SU ! DIEU EXISTE ! REELLEMENT ! (lien de ce récit)
Et il m'a confirmé à la suite que c'est vrai : Esaïe 65.1

Cela pour dire que Dieu existe, et qu'il peut et veut nous manifester sa grâce. S'il l'a fait avec moi alors que je le cherchais même pas, combien plus il peut le faire avec toi qui a lu jusque là ! Parle-lui, dis-lui que tu veux savoir, être sûr toi aussi que ce Dieu créateur et qui fait grâce existe ! Demande-lui de se révéler à toi - il a plusieurs manières pour le faire. Lis la Bible en lui demander de te parler par une ou l'autres des paroles écrites dans ce livre... Bref fais quelque chose ! Si je n'ai pas eu à me mettre en mouvement moi-même, c'est parce que j'ai été accidenté très fort par apport à mes fautes. Donc quelque part j'ai payé cher pour mes fautes de comportement (j'étais pas un truand, jusque un peu comme tout le monde pour tricher, mentir, être orgueilleux, personnel, profiteur...).
Mais pour toi qui lis, maintenant que tu es interpelé sur le fait que Dieu existe, mets-toi en marche dans le sens de cette recherche, cherche et lui viendra aussi à ta rencontre.
Sois béni-e dans ce mouvement vers la vie, la Vraie Vie.

La Ronde où j'ai fini ma carrière de photographe.

 

Partager cet article

Repost0
1 novembre 2016 2 01 /11 /novembre /2016 16:21

Sujet de s'inquiéter ! Michel Rocard : "Gouverner est un métier impossible. Le métier de gouvernant est à mon sens le seul au monde dans lequel les qualités et talents rendant possible l'accès à une fonction soient radicalement étrangers à ceux qui nous sont nécessaires pour exercer efficacement la dite-fonction."

com : Effectivement c'est différent de se raconter une histoire et de se trouver confronter à elle. C'est différent d'être d'un côté de l'écran ou de l'autre. C'est différent, même étant dans le même stade, de voir les fautes des joueurs en tant que spectateur, et de descendre jouer sur la pelouse et mieux jouer qu'eux. Bref, c'est pas tellement une originalité ; plutôt un décalage entre ce qu'on peut valoir réellement où l'on aurait à être, et réaliser ce qu'on vaut à une place qui n'est pas la nôtre. On peut aussi peut-être parler de différence entre ambition louable et présomption de soi. Mais je n'irai pas jusqu'à dire entre servir et se servir.

John Marshall (1755-1835), homme politique américain : "Le pouvoir de taxer est le pouvoir de détruire."

Com : Les états unis d'Amérique sont devenus la puissance mondiale qu'on a connue sur la base que le travail ne devait pas être taxé. Cette base a commencé à être remise sauvagement en cause en 1913, à l'encontre même de la Constitution américaine... C'est que la convoitise et la cupidité sont une puissance terrible en l'être humain, et quand de plus on accède à des pouvoirs, ce sont les démons de Satan qui ne tardent pas à prendre la barre au mépris des lois de préservation des personnes et des sociétés... Ce sont les serfs, les tribus ou populations vaincues qui normalement payent tribut (impôts) à leurs vainqueurs !...

Benjamin Franklin : "La démocratie c'est deux loups et un agneau votant ce qu'il y aura au dîner."

Com : On a bien l'exemple de Hitler qui a été élu...
1er lettre de Jean : "
Nous savons que... le monde entier est sous la puissance du malin." Peut-être parce qu'une population qui vote est (plus que jamais) majoritairement influencée par l'orientation des médias...
Et puis comment jamais parvenir à une unité qu'on voit bien nécessaire mais qui sera toujours démocratiquement inaccessible car quasi par définition une élection c'est 50 + 1 pour cent qui va imposer à 50 - 1 une vue partisane des choses et des solutions... au lieu qu'on cherche l'unité, ce qui ne peut venir bien évidemment du plus grand nombre (d'opinions et de compréhensions). Donc l'unité des hommes sans Dieu ne peut jamais se faire que par... pressions, répressions, contraintes, limogeages... dictature, totalitarisme...

Et donc ce que tous les hommes souhaitent mais n'atteindront jamais, joignant travail et liberté, égalités et hiérarchies respectées, c'est Jésus qui viendra l'accomplir quand le mal sera par toute la planète gérée par les humains, à son comble des désordres et horreurs.
Et il faut mieux croire ou chercher avant cette venue comment échapper aux malheurs qui encore viennent, car quand la colère de Dieu se manifestera contre les impies exploiteurs, pilleurs, ravisseurs, prostitués, idolâtres, manipulateurs, menteurs... il sera trop tard pour trouver la position qui garde dans l'autre face de la Justice divine, sa grâce.

Philippe Murray : "Ce devant quoi une société de prosterne nous dit ce qu'elle est."
Un peuple a le chef qu'il mérite. C'est ce que la Bible montre avec la nomination de Saül de la tribu de Benjamin comme (premier) roi d'Israël. Comme il (le peuple d'Israël) réclamait (démocratiquement) un roi pour être conduit comme les autres peuples, Dieu leur donna celui qu'il voulait : Ce n'était pas le meilleur. Le meilleur, nommé par Dieu lui-même, allait lui succéder : David, le berger fait roi. 

Bonne suite.

Partager cet article

Repost0
28 octobre 2016 5 28 /10 /octobre /2016 10:00

Que se passe-t-il à la Toussaint ? (histoire de la Toussaint par Wikipédia)
On se souvient des défunts, on fleurit les tombes, peut-être prie-t-on... qui ? les morts eux-mêmes ? Des saints défunts ?...
Une tradition peu claire qui finit par faire du souvenir des premiers martyrs chrétiens une fête à tous-les-saints (Toussaint) morts... se détournant progressivement de la notion biblique de "saint" pour entrer dans une vue idolâtre des hommes et/ou des morts.
Quelques chefs religieux (papes) rejoignirent ainsi un culte païen celte conduit par les druides, la fête à Samaïn (lien) qui réapparut en Europe il y a quelques années sous le nom de Halloween (wikipédia).

Cette fête traduit - ou ouvre - la pensée que cette semaine et nuit-là (nuit de Samain - Satan !?) n'appartient ni à l'année qui se termine, ni à celle qui commence. C'est une période "en dehors du temps", où les hommes peuvent communiquer avec ceux de l'autre monde.

Or la Bible proscrit clairement le contact avec les défunts - ceux qui se sont "endormis" (à la réalité de cette terre) -, car on ne peut savoir si c'est réellement leurs âmes ou d'autres entités démoniaques trompeuses qui se manifestent.
Lire la règle à respecter pour ne pas ouvrir la porte de notre existence ou de notre maison aux démons > Deutéronome 18
Le roi Saül désobéit à Dieu et en perdit son trône et sa vie
Voilà pourquoi Halloween est une "fête" qui tourne autour de la peur, de la mort, des ténèbres. Et on offre ça à nos enfants comme un cadeau, avec des jeux, des bonbons, sans voir que Satan l'ange déchu qui orchestre tout ce qui est anti-Dieu, tient les ficelles et se soumet toujours plus les hommes/femmes/enfants en les faisant adhérer à SES pratiques.
Car ni la Toussaint - qui déforme la notion de saints - ni Halloween - qui met plus directement encore en contact avec les esprits maléfiques - ne sont des "fêtes du Dieu-Eternel", mais des solennités ou cultes qui replacent ou maintiennent année après année - et c'est pas le seul moyen ! - ceux qui les pratiquent sous sa domination et la domination des connaissances et informations mensongères ou mélangées que diffusent notamment les cultures et les médias...

C'est toujours la même chose : "Faute de connaissances - véridiques - mon peuple dépérit", dit la Bible. Après, quand on sait, on peut choisir. Avant, on est par nature, captif des informations culturelles ou religieuses qui circulent et nous atteignent. Donc chercher Dieu et vouloir connaître en vérité est de plus en plus important, car le monde des hommes sombre de plus en plus dans un chaos de méconnaissances et de tromperies qui ne peuvent que conduire de Charybde en Scylla, de crise en guerre.

Dès lors qu'"il n'y a pas le moindre coin de l'univers qui soit neutre" - dit CS Lewis, l'auteur de Chroniques de Narnia -, le seul moyen d'échapper aux peurs récurrentes, dont celle de la mort, donc d'échapper de la mort spirituelle et d'une fin éternelle hors du Dieu vivant, ce n'est pas seulement d'éviter de fêter Halloween - ce qui est déjà une bonne chose -, c'est de devenir HALLOWED, en anglais Sanctifié, c'est-à-dire un-e sanctifié-e, un vrai saint ou une vraie sainte bien vivante. De quoi s'agit-i selon la Parole transmise par Dieul ?
Il s'agit d'être rendu-e pur-e par le pardon de nos péchés dans la foi au sacrifice propitiatoire de Jésus le Christ de Dieu. C'est tout l'Evangile, la Bonne Nouvelle que Dieu peut nous purifier pour nous permettre d'entrer en rerlation avec lui, et à la suite, de vivre éternellement en sa présence et dans ses bénédictions. (Les articles ne manquent pas sur ce site pour trouver comment échapper à cette période floue et ténébreuse contenue dans Halloween où l'on est comme flottant entre la vie et la mort, entre Dieu (et des saints bien vivants parmi nous) et Satan (et ses démons tout aussi bien vivants) qui veulent d'un côté notre bien absolu, de l'autre notre fin et perte éternelles.
Ainsi est-on saint par le pardon effectif de nos péchés opéré dans notre foi en la mort expiatoire de Jésus. Que donc en ce temps automnal où les fêtes du monde parlent de mort(s), ce soit pour vous la révélation de celle, toute unique de Jésus, qui vienne à changer ou raviver votre existence - encore trop étriquée ou carrément morte spirituellement.

Et si vous avez déjà entraîné-e votre ou vos enfants dans cette pratique religio-païenne, humiliez-vous et demander pardon à Dieu par Jésus - pour arrêter les conséquences. Et dans la foulée, confessez tout ce qui vous vient à la conscience maintenant...
"Si nous confessons nos péchés..."

Prière-guide si vous vous sentez prêt-e à vouloir être réconclié-e avec Dieu maintenant (clic)

Soyez sauvé-e - si ce n'est pas encore le cas.

article sur le même thème

Partager cet article

Repost0
28 octobre 2016 5 28 /10 /octobre /2016 08:26
L'existence !? Un chantier à peine possible ! Mais rien n'est impossible à Dieu pour rendre Beau ce qui ne l'est pas. Il vaut nous faire passer de l'existence (temporelle) à la Vie (éternelle).

L'existence !? Un chantier à peine possible ! Mais rien n'est impossible à Dieu pour rendre Beau ce qui ne l'est pas. Il vaut nous faire passer de l'existence (temporelle) à la Vie (éternelle).

Méditer, ce n'est pas faire le vide pour se donner une paix intérieure. Méditer c'est être partie active par la réflexion.
Ce n'est pas non plus broder sur toutes les pensées sympas ou pas qui paraissent à notre conscience.
Une bonne base de méditation est un texte fiable et/ou interpelant, qu'on met en vis-à-vis de notre actualité personnelle, familiale ou sociétale.
…"Et la corde à trois fils est plus solide"…

 

Psaume 127 1 Si l'Éternel ne bâtit la maison, ceux qui la bâtissent peinent en vain.

Si l'Éternel ne garde la ville, Celui qui la garde veille en vain.

2 En vain vous levez-vous matin, vous couchez-vous tard, Et mangez-vous le pain de douleur ; Il en donne autant à ses bien-aimés pendant leur sommeil.

3 Voici, des fils sont un héritage de l'Éternel, Le fruit des entrailles est une récompense.

4 Comme les flèches dans la main d'un guerrier, Ainsi sont les fils de la jeunesse.

5 Heureux l'homme qui en a rempli son carquois ! Ils ne seront pas confus, Quand ils parleront avec des ennemis à la porte.

// Proverbe 24.27Prov. 24.3Psaume 12. 9Jérémie 22.13 et svts.

Soyez béni-e. Dieu vous aime. Un chant pour le louer.

 

Partager cet article

Repost0
26 octobre 2016 3 26 /10 /octobre /2016 20:49

ATMOSPHÈRES

 

Au cœur de Paris

 


Un havre bien caché, à Blaye

 

L'existence : un chantier. Objectif : la vie éternelle

 

la Gironde, du côté de Plassac

 

Un autre "signe" semeur de lumière

 

vidéo musicale

Partager cet article

Repost0
21 octobre 2016 5 21 /10 /octobre /2016 17:07
Qu'est-ce que l'homme, Ô Eternel, que tu te souviennes de nous ? Que tu descendes jusqu'à sonder notre coeur... et jusqu'à vouloir nous introduire au plus haut dans Ta maison...

Qu'est-ce que l'homme, Ô Eternel, que tu te souviennes de nous ? Que tu descendes jusqu'à sonder notre coeur... et jusqu'à vouloir nous introduire au plus haut dans Ta maison...

Comme Dieu nous a créés à la fois un et pluriel - à son image -, nous sommes chacun constitués avec un corps, une âme et un esprit. 3 réalités distinctes entrelacées (imbriquées) et séparables, trois espaces (ou dimensions) distincts en une.

Cette conformation se trouve représentée par 3 centres physiques, disposés verticalement : la tête, le cœur, et le sexe.

LA TÊTE renvoie à l'âme (la psyché), se trouvant là le cerveau qui est interface entre le monde physique et nous (en tant qu'être intérieur). Le cerveau est comme l'écran d'un ordinateur entre l'opérateur et le reste de la machine - rien de plus… mais quelle organisation ! Il n'est pas nous en tant qu'être conscient. C'est un merveilleux moyen de capture et de renvoi avec notre environnement, mais pas une fin qui pourrait se conserver.

La fin c'est l'éternisation - positive ou négative, victorieuse ou défaite – de notre âme en tant que moi-je. A ce plan, la prédominance est normalement à l'intellect, qu'accompagnent volonté et sentiments, et encore en subconscience ce qu'on appelle la mémoire. (le corps aussi à les siennes).

 

LE CŒUR figure l'esprit. Comme l'âme est le produit supérieur du fonctionnement du corps – via le sang, dit la Bible -, l'esprit est don de Dieu spécifique à l'homme, en lequel la prédominance est à l'affect - l'amour essentiellement, la joie, l'altruisme…

Autant l'âme apparent comme un contenant - à (bien) remplir de connaissances -, l'esprit apparent comme un contenu, avec des chemins frayés, des voies préexistantes, une sensibilité supérieure, surnaturelle, un tout qui ne s'impose pas mais un copilote fameux... pourvu qu'il - qu'on - soit connecté avec sa source initiatrice, l'Esprit même de Dieu...

Enfin, LE SEXE figure le centre corporel en tant que moyen par lequel on peut obtenir le summum des plaisirs issus de la chair, d'autant plus béni qu'il s'agit d'un prolongement physique d'une relation psychique librement liée dans un engagement (alliance d'amour qu'on appelle mariage) . En dehors de son cadre béni offert et voulu de Dieu, le sexe ne peut apporter longtemps les jouissances liées à son activité. C'est comme utiliser une machine dans de mauvaises conditions ou sans respect des modalités de fonctionnement initiées par son concepteur.

Ce qu'on peut observer c'est que le coeur ou esprit ne trouve pas naturellement sa place en nous et avec nous (en tant que psyché). Il faut établir et entretenir une relation avec Dieu pour l'optimisation de notre développement - qui n'est pas vraiment ce qui nous est offert par un monde et un environnement humain qui ne connaissent pas...


On n'a pas forcément besoin de plus de connaissances sur l'être que nous avons chacun été créés. Par contre, nous avons besoin de connaissances spirituelles - du domaine des esprits,
- de Dieu avec ses anges fidèles,
- et sur les anges déchus ou démons dont Satan est la tête, pour leur résister et en libérer quand c'est possible la planète.

Pour ce faire, le Nouveau Testament ou Evangile de Jésus-Christ - bien compris, par l'Esprit - est largement suffisant pour que nous soyons des vainqueurs (en vis-à-vis des savoirs qui renvoient l'être humain à ses seules dimensions animales ; en vis-à-vis de la mort spirituelle et de la mort physiologique ; en vis-à-vis de toutes les adversités qui peuvent nous atteindre…)

Avec la grâce de Dieu – qui est tout un programme à elle seule -, on est tous appelés à apprendre à fonctionner comme Dieu l'a conçu, en ayant au plan de la conscience l'esprit le plus possible au-dessus des mouvements de nos perceptions et réactions psychiques (charnelles).

La gestion de cette dualité intérieure est toute la question de l'appropriation par la foi de la vie de Dieu en nous en vue qu'elle s'exprime le plus largement possible.
Où en êtes-vous, lecteur, lectrice ? Né-e de Dieu ou pas encore ? Converti-e mais pas encore entré-e dans l'obéissance - par le baptême d'eau ? La rubrique Contact est aussi là pour aller plus loin si vous le désirez.
Soyez béni-e

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2016 4 20 /10 /octobre /2016 18:40

photo C.T. La vie, quelle course ? Quels objectifs ? Quelle finalité ?

Pendant longtemps, la peur des esprits méchants qui avaient envahi la Terre via la désobéissance du premier couple humain, conduisit les hommes nos ancêtres à la superstition, c'est-à-dire à des moyens empiriques pour trouver comment calmer ces esprits dans leur méchanceté envers eux. Quand certaines choses semblaient marcher, les hommes en faisaient une règle, et ainsi, cumulant les règles qui semblaient rendre les dieux favorables, se formèrent ce qu'on appelle les religions. Ce sont elles qui fondent un comportement normatif pour tous et par là une vie sociétale relativement homogène, standardisée. Un bien supérieur à des comportements isolés non coordonnés, sans cohérence globale...

Aujourd'hui dans de larges parties habitées, on peut ne pas avoir de religion au-dessus de notre liberté - toujours largement conditionnée -, mais agir, décider, réagir, de manière superstitieuse. Dans tous les cas, personne n'est libre !

Avec le remplacement des religions par une forme plus subtile, mais pas forcément moins reliée à la réalité des esprits démoniaques qui, plus que nous, demeurent (n'étant pas mortels comme nous), on est entrés dans l'ère de la culture.
On parle alors d'idéologies, issues davantage de réflexions de quelques hommes (plus ou moins éclairés ou ténèbreusement inspirés) que des peurs, de ce qu'on appelle la philosophie (normalement amitié de la sagesse, mais de plus en plus adoration de sa propre pensée).


Ce passage est récent de la suprématie de la religion à des cultures qui sont sans Dieu créateur admis... mais avec combien d'autres dieux (autrement appelés idoles) à qui on se soumet !? Il ne suffit pas de ne plus penser ou de refuser de croire au schéma spiritualiste du monde peu en évacuer les réalités les plus subtiles et contraignantes...

On peut parler pour ce changement de bâton du XVIIIe siècle, à partir de l'Italie et de la France (une certaine Renaissance), avec des expansions monumentales ici ou là tout autour de la planète.
L'histoire montre que chaque fois on ne passe pas d'une religion à une idéologie sans heurts, sans meurtres, massacres, génocides, déplacement de populations.

Cependant on réalise qu'un changement fondamental sans les mêmes heurts s'est produit subrepticement dans le monde, à partir de l'Europe et d'une émergence globale de l'individualisation à partir de la religion et vie culturelle fondée sur la Parole libératrice du Christ et Mashiah Jésus, et de sa Bonne Nouvelle ou Evangile.
On voit qu'il en résulte déjà un basculement où la force d'unification d'une religion ou d'une culture est de plus en plus contestée par des individus et des groupes, même minoritaires, déterminés, qu'anime tel ou tel idéal de vie, religieux ou non (laïc). En résulte des communautaristes qui sont tout autant new-âge, écolo, socialiste, alternatif que religieux.

De cette émergence des ego, des moi-je, au-dessus d'un seuil de conscience de soi qui ne se soumet plus facilement à ce qui, pendant longtemps, était admis comme des autorités à respecter, naît une agitation nouvelle, une déstabilisation des données normatives, une quête quasiment vaine d'union, de fédération, de développement de forces capables de prendre le pas... sur tout le reste.
Et il suffit de réfléchir un peu et de regarder l'Histoire - même si on ne consulte pas la Bible dont les textes vont dans ce même sens - pour voir venir que si une unité des hommes est nécessaire pour dépasser leurs particularismes, elle ne pourra certainement pas être le résultat d'un consensus, d'une adhésion massive à une vue des choses plus qu'à une autre, mais induira - et induit déj) - une perte des libertés, des lois de plus en plus contraignantes, l'individu devant redescendre dans sa conscience de soi d'un étage ou deux en-dessous de la volonté d'un pouvoir fort. En d'autres termes on parle de dictature, d'autoritarisme, d'un gouvernement qui se voudra mondial pour le bien présumé de tous, quitte à imposer ses lois - à la fois trop souples ou trop rigides selon - si les dit-individus trop conscientisés n'arrivent pas à le comprendre et/ou à l'accepter.

Aujourd'hui on ne sait laquelle des grandes forces en présence, idéologique ou religieuse, va finir par prendre le dessus physiquement et psychiquement sur les âmes, et de quelle manière. Le livre biblique de l'Apocalypse donne cependant un synopsis global dont des phases de mise en place se déploient sous nos yeux.

Mais ce concert va-t-il permettre bien longtemps à l'individu de se tenir debout, parlant et mobilisant, en tant que personne qui en vaut bien d'autres et ce qu'ils pensent ? Suffisamment en tout cas pour que vous qui lisez puissiez, pendant qu'il est encore possible, faire le choix - le bon choix - de la vérité, de les chercher et d'en vivre. C'est en ce sens pour une question aussi cruciale, que Dieu lui-même dit : Je mets devant toi le chemin de la mort et le chemin de la vie. Et il ajoute : Choisit la vie!
Choisissez la vie, car c'est beaucoup beaucoup de morts qui arrivent, morts physiques, morts psychiques et spirituelles devant Dieu.
Soyez fortifiés pour désirer la vérité et la fidélité aux vérités reconnues. Amen.      

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche