Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 septembre 2020 5 25 /09 /septembre /2020 12:48

 

Si on cherche la vérité d'une manière générale,
il n'y a aucune raison pour qu'on ne la trouve pas dans le domaine spirituel.


Dans la Bible, Dieu ne mâche pas ses mots !
Par la bouche de son prophète Jérémie (Yirməyāhū), il avertit "Ainsi parle l'Éternel : Maudit soit l'homme qui se confie dans l'homme, Qui prend la chair pour son appui, Et qui détourne son cœur de l'Éternel !"

N'est-ce pas parlant !?
S'il n'y a que des hasards aveugles pour conduire le monde et notre histoire, n'écoutez pas !
Mais s'il y a un Dieu à l'origine de l'univers et de ce qui vit, le plus sage n'est-il pas d'abord de s'en assurer, puis de l'écouter !?

Ainsi, après avoir été formaté athée par un prof de philo matérialiste, j'ai connu (et je vis toujours) la grâce de faire des expériences spirituelles avec Dieu, dont celles de l'entendre me parler - soit à partir de la Bible, soit par des intermédiaires, soit directement par son Esprit en moi.

Si ce Dieu existe bel et bien, croyez qu'il est forcément Créateur (de tout, dont la liberté, entre bien et mal, de le croire ou pas), et Rédempteur (dans notre besoin de secours, au quotidien comme face à la mort, nous offrant une relation vivante et éternelle avec lui).

Et s'il nous dit qu'en plaçant aveuglément notre confiance dans les hommes, on se met sous une malédiction, c'est sérieux.
Car le mot malédiction fait référence à des forces célestes maléfiques, à des esprits méchants, occultes, Satan et autres démons qui veulent mettre la main sur nous et nous veulent du mal.
C'est nettement pour qu'on ne reste pas ignorant, et pour qu'on ne le fasse pas !

C'est pour qu'on cherche plutôt l'apaisement, plus de sécurité, des réponses et des solutions en Dieu, par lui, avec lui... (sans qu'il soit question de religion* pour mettre en contact**).

Qu'est-il encore dit de celui/celle qui se confie en l'homme plus qu'en Dieu (ou à la place de Dieu) : "6 Il est comme un misérable dans le désert, Et il ne voit point arriver le bonheur ; Il habite les lieux brûlés du désert, Une terre salée et sans habitants.
7 Béni soit l'homme qui se confie dans l'Éternel, Et dont l'Éternel est l'espérance !8 Il est comme un arbre planté près des eaux, Et qui étend ses racines vers le courant ; Il n'aperçoit point la chaleur quand elle vient, Et son feuillage reste vert ; Dans l'année de la sécheresse, il n'a point de crainte, Et il ne cesse de porter du fruit.
9 Le cœur est tortueux par-dessus tout, et il est méchant : Qui peut le connaître ?10 Moi, l'Éternel, j'éprouve le cœur, je sonde les reins..."

"Éprouvez-vous vous-même" dit encore Dieu par sa Parole écrite. Et croyez en Dieu pour obtenir sa grâce, son pardon, sa purification, de ses dons, sa transformation de notre intérieur (bref, tout ce qui est compris dans la Rédemption qui ne demande qu'à ce que nous aspirions à le désirer et le vivre).

Shalom. Grâce et paix pour quiconque a lu jusque là.
D'autres articles sont disponibles sur ce blog (voir Articles chronologiques et pages fixes côté droit).

Guide de prières pour paix, pardon, réconciliation, nouvelle naissance de la part de Dieu (Évangile selon Jean chap. 3). 
______________
* Jésus n'est jamais venu pour créer une ou des religions nouvelles, mais pour montrer leur inefficacité pour nous rendre meilleurs, et plus encore pour que notre nature mauvaise soit bien mise en lumière.
En effet, plus nous voulons obéir aux lois d'une religion, plus elle devient vivante en face de nous, et comme nous sommes incapables d'y demeurer fidèle (étant des pécheurs), elle nous tue (voire nous en fait tuer d'autres) !

** Le Dieu d'Abraham, de Moïse, de la Bible, nous fait savoir par cette dernière que la médiation dont on a besoin (entre Dieu et nous), ce sont essentiellement
- d'une part les Écritures qu'il nous a faits transmettre notamment par Moïse, les prophètes et les apôtres,
- et d'autre part par Jésus, médiateur central incontournable entre Dieu et les hommes par la foi en qui nous pouvons être sauvés (Éphésiens, chap. 2, vers. 1 à 10 - 1Timothée 2.5) - Évangile selon Jean, chap. 3, vers. 16 à 21 - chap. 14, vers. 6).
 

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2020 7 20 /09 /septembre /2020 09:28

Hey ! Vous avez entendu l'enseignement de ce matin ?
Cool, rien n'est perdu ! Avec le net le temps n'existe plus de la même manière ; ce qui est passé ne l'est pas vraiment, il suffit maintenant de copier/coller ou de cliquer >
https://www.youtube.com/watch?v=kuuAkaeCf3s

 

Partager cet article

Repost0
3 septembre 2020 4 03 /09 /septembre /2020 20:50

 

Parler encore de la covid, mais pas pour ne rien dire de plus...
Car il y a bien de plus en plus deux manières de voir la même réalité (comme ici vase et visages)...

HUM, HUMMM !

Il y a eu la soudaineté et l'ampleur avec lesquelles s'est répandue cette covid-19... événement qui confirme bien cette loi (relative aux connaissances de phénomènes) de "l'imprévisibilité" ou Théorie du Chaos*.
Elle dit que dans notre univers, on sera toujours incapable de tout prévoir, et encore qu'un battement d'aile de papillon en Chine peut provoquer un cataclysme en Amérique du Sud ! Ce qui veut dire que tout est relié d'une manière qui dépasse largement notre compréhension du Réel dans ses parties comme dans son ensemble ;

Il y a eu (et il y a encore) des tâtonnements de gouvernements bizarres, voire inquiétants dans la mesure où ils se réclament de la vigilance et de la compétence de leur plus "haute autorité scientifique" pour gérer et maîtriser cette situation inouïe.

En l'espèce, un peu de connaissance et d'humilité permettent de savoir que tous nos systèmes de connaissances humains ne permettent (et permettront) jamais de trouver tout ce qu'il faut connaître ou comprendre pour résoudre bien des problèmes : C'est ce que déclare la loi ou principe d'incomplétude (de tout système terrestre) mise en évidence par les deux théorèmes du mathématicien Gödel ;

Il y a aussi, toujours, ce matraquage médiatique qui maintient la pression quant à l'obéissance et à une flexibilité qu'on doit manifester en fonction des fluctuations de décisions politiques... qui parfois heurtent le simple bon sens (comme la vue la plus scientifique du problème) ;

Voilà un article qui vaut la peine d'être lu. Il vient de Suisse, mais ses informations sensées et pertinentes sont de portée universelle :
Une Statistique détournée met à mal la démocratie et les Libertés! Charly Pache

 

DE QUOI S'INTERROGER PLUS QUE JAMAIS

Alors des questions  se posent, de plus en plus de gens s'interrogent sur comment on leur demande - commande ! - de vivre sous contrôle rapproché, sanction pécuniaire à la clé. Interrogation jusqu'à constater une possible violation du principe de proportionnalité, un  principe d'adéquation des moyens employés à un but recherché.
D'où la question : Quel est le but réellement poursuivi par ceux qui font bouger les gens de populations entières... Ce qui finit bien évidemment par rejoindre la fameuse "Théorie du complot" que toutes ces choses font toujours mieux apparaître. 

Et puis il y a un double fait patent.

1 - CHAQUE PROPHÉTIE BIBLIQUE EST UN PRONOSTIC FIABLE
Ce fait que je juge patent, c'est d'une part ce que la Bible annonce - notamment par son célébrissime, mais fort mal connu, livre de l'Apocalypse.

Savoir qu'un sens de l'histoire est en marche, où chaque civilisation va d'un commencement à un enflement puis à une décadence ou décomposition relativement rapide, et plus précisément où un impérialisme planétaire vient mettre fin aux cultures et politiques nationales, bousculant et ébranlant tout pour ce faire, jusqu'à apparaître comme un totalitarisme et la pire dictature que la terre ait portée.

Et il y a de quoi envisager ce que cela peut être, quand on sait ce que fut il n'y a pas très longtemps tout le XXe siècle rien qu'avec la Première Guerre mondiale, la révolution communiste bolchévique, le Seconde Guerre mondiale avec la Shoah (tentative d'anéantissement du peuple juif), la révolution communiste chinoise avec ses satellites. En tout des centaines de millions de déportations et de morts violentes, barbares, ignobles, en bien des points inhumaines.

Or quand l'homme (ou la femme - fait des choses barbaresques, ignoblement surhumaines, qui tiennent du "C'est plus fort que moi", ne faut-il pas (re)commencer à penser en termes de Réel élargi ?
Un Réel plus réel que la seule matérialité des choses qu'on peut voir ou mesurer, avec d'une part un Dieu qu'on a voulu écarté de nos gouvernances humaines - et qui respecte ces prises de libertés qu'on se donne -, et d'autre part des forces occultes maléfiques terribles, des esprits dénaturés qu'on appelle Satan et démons, qui sont, de leur invisibilité, comme le marionnettiste qui tire les ficelles subtiles de ces marionnettes.

L'actualité comme l'histoire des siècles, grouille de plus en plus de faits divers et d'événements sidérants, avec des terroristes religieux, racistes et sexistes, des casseurs et pilleurs, des arnaqueurs séducteurs, inconnus des fichiers de police ou récidivistes bien connus, qui échappent par la duplicité et les ruses même des esprits devenus maîtres de leurs existences... Ce qui va aller crescendo dans les faits délictueux et criminels et dans la restriction croissante des libertés de tous.

2 - LE NIVEAU DE CONSCIENCE INDIVIDUELLE : UN DÉVELOPPEMENT HÉMIPLÉGIQUE

Ce niveau de conscience (de réalités conceptuelles) et de la force propre à avoir une opinion (sur presque tout, même sans savoir) a rapidement augmenté, d'autant que la civilisation qui s'est voulue post-chrétienne (à partir du XIXe siècle) a voulu cultiver - culturer - les individus par l'école laïque (athée pour parler sans langue de bois) et obligatoire.
L'idée n'est pas mauvaise en soi - pas plus que la découverte des lois de l'atome par Einstein -, mais voilà le constat de toujours : C'est qu'on ne peut éviter que tout le bien que l'être humain veut développer sans un accompagnement ou une direction d'ordre divin, tourne au fiasco, à la catastrophe (du fait de notre dégénérescence adamique et  insuffisances.   

Plus particulièrement aujourd’hui, les individus par le monde, internet à l'appui démultipliant beaucoup ce phénomène, connaissent une vraie émancipation par la pensée personnelle capable de former, si ce n'est beaucoup de réflexions pertinentes, du moins assez d'opinions subjectives sitôt prises pour des vérités. D'où le slogan inepte qu'on se répète bêtement comme s'il s'agissait qu'une vraie force personnelle "A chacun ses vérités !"

Ainsi en est-il de l'approche de ce temps prophétisé où une dictature mondiale va vouloir jeter un filet gigantesque unique sur tous, alors qu'à l'opposé de plus en plus de personnes prennent conscience qu'on veut les mener en bateau, leur faire croire des inepties et encore leur imposer des choses injustes. Que peut-il résulter de cette tectonique de plaques (humano-démoniaques), si ce n'est une régression ou récession forcée, une répression croissante qui va vite montrer son caractère irrépressible, inhumain, démoniaque.
On n'en sera plus aux crises dues à des addictions marginales, à des mutilations humaines ou de chevaux (comme en ce moment étrangement un peu partout en France).

D'aucuns réfléchissent aussi sur la question du vaccin - une manne grasse pour l'oligarchie pharma qui le produira (qu'il y en ait un ou deux différents). Quelle sera sa réelle efficience ? Que contiendra-t-il ?
La vaccination, encore un principe dégagé du mal pour faire du bien, mais qui peut, comme tout, faire tourner au cauchemar !?

Dans tous les cas, pour le croyant véritable Dieu est en contrôle et rien ne se fera qui dépassait la limite de ce qu'il permet.

PROSPECTIVE : DES LENDEMAINS QUI DÉCHANTERONT 

Vu que l'augmentation des suicides (de jeunes, de policiers, d'agriculteurs...) ne suffit pas, pas plus que les actes de barbarie qui frappent chaque jour ici ou là, pas plus que les naissances d'enfants déficients physiques ou psychiques, ou encore que l'apparition de la covid-19 comme jugement de Dieu, la réalité de notre temps vue du point de vue divin veut que l'on va voir de plus en plus de phénomènes témoignant d'activités démoniaques (via personnes humaines ou pas). Pour que l'on réalise que cette dimension de notre environnement existe et agit avec forces contraignantes (comme avec forces de séduction).
De là, il restera - s'il n'est pas trop tard - à passer à une conscience éclairée que Dieu aussi existe, et qu'il faut vite venir à lui avant que le tsunami de privations qui vient ne vous prenne dans ses mailles irrésistibles.

Entre le confort encore apparent du Titanic déjà coupé en deux (ce monde avec sa civilisation globale puissamment athée et misérablement religieuse), et une chaloupe de secours - qui semble minuscule mais qui sauve ceux qui la rejoigne - (notre sauvetage par la foi placée en Jésus (crucifié, ressuscité et glorifié) comme Sauveur offert pour le monde, il peut y avoir de quoi hésiter ! Mais le temps pour choisir son camp est court, car il faut bien voir ce qui nous est bon à garder et ce qu'il faut laisser sans retour...   

____________
* Loi mise en lumière par Edward Lorenz à partir des années 60.

Guide de prières

 

Partager cet article

Repost0
30 août 2020 7 30 /08 /août /2020 18:19

Dimanche j'ai remarqué trois messages qui parlent de Dieu et de comment on peut relationner de manière effective avec lui.

Rien à voir avec un système religieux fait d'un légalisme qui n'est que basé sur une soumission à des règles et des règles et des pratiques.
La spiritualité avec Dieu, c'est plutôt une question de relation, où l'on trouve en sa vivante réalité la force (Sa force communiquée, sa Vie) pour vivre d'une manière qui lui plaît et qui nous satisfait plus que toute autre.

En Europe comme en Chine, on évolue dans un monde qui a mis Dieu au placard*, croyant - Quelle étrange croyance ! - que de la sorte on n'entendra plus parler de lui et on aura la paix.
Mais ça ne marche pas comme ça !

Toutes les difficultés, crises, tensions, ruptures douloureuses, mésententes, violences, manipulations, insatisfactions... qui résultent de ce comportement (incrédule, athée, païen, impie) s'accumulent au fil des années et décennies, sans solutions satisfaisantes durables.

Je vous invite à regarder (au choix) une ou l'autre de ces trois vidéos par lesquelles Dieu peut vous montrer qu'il vous connaît et peut vous le faire sentir.

Cliquez ici sur Message 1 (le message lui-même commence à 46 mn),

ou sur Message 2 (commence à 26 mn)

ou sur message 3 (commence à 1 h. 26 mn).

Bonne réception dans la Grâce bénissante du Dieu vivant éternel qui nous connaît et nous aime.

___________
* par des pensées ou philosophies impies, par un humanisme athée,

Partager cet article

Repost0
2 août 2020 7 02 /08 /août /2020 07:58

 

Doit-on croire et espérer - seulement - en la science (ou en la politique ou en la justice ou en la police...) pour nous protéger ?

 

Je mets ici le commentaire posé suite à un article* sur les "pestes modernes" (actuelles). Le but étant toujours de réfléchir et de trouver le sens de la vie, la raison et la finalité de notre présence ici maintenant.

"Je vais jouer l’extra-terrestre… nécessaire !?
L’origine du mal c’est la transgression d’un ordre établi par le Créateur – qui n’est pas un hasard et des hasards aveugles; si on s’y arrête un minimum.

Dès lors, cette possibilité (la transgression) ayant été prévue par ce Dieu-là (le Créateur), il a aussi établi des systèmes de défense dont les réactions immunitaires. Sauf bien sûr qu’il ne nous accorde pas tout, pour qu’on n’évolue pas sans lui, le fondement de ses créations étant son amour – qu’il désire partager – autant que son potentiel créatif -qu’il partage aussi un peu.

Et donc, quand on persiste à dire qu’il n’y a pas de Dieu et qu’être c’est faire tout ce qu’on voudra (Même Lacan le frère du moine que j’ai connu le dit !), on arrive un jour on l’autre au seuil où les immunités ne suffisent plus, ni en soi ni via les recherches scientifiques… dont on sait de plus en plus comment elles sont aussi incertaines et insuffisantes que nous-mêmes (Heisenberg, Gödel, Lorenz…). Et si on persiste et signe en ne voulant toujours pas voir ou entendre qu’on n’est que des créatures (dénaturées, génériquement et psycho-génétiquement accidentées, abîmées) et qu’il existe (dont on est en exil ou exit) un Dieu dont on est une image (déformée, amoindrie), ça va être comme pour la génération d’après la 1ère guerre mondiale, une seconde « vague » qui n’aura rien à voir avec la première.
D’autant que les prophéties bibliques ne sont pas prises de court avec ce qui arrive.

Alors VIH ou Covid sont seulement des déclencheurs, des gouttes qui font mousser et déborder le vase de nos intérieurs impurs, malades, insanes (au plan psyché, l’âme en grec, avant que le principe de somatisation opère). Et tout le monde sait que la saleté est source de bien des maladies et morts.
C.T. "

Psaume 91 : "Celui qui demeure sous l'abri du Très Haut Repose à l'ombre du Tout Puissant.2 Je dis à l'Éternel : Mon refuge et ma forteresse, Mon Dieu en qui je me confie !3 Car c'est lui qui te délivre du filet de l'oiseleur, De la peste et de ses ravages.4 Il te couvrira de ses plumes, Et tu trouveras un refuge sous ses ailes ; Sa fidélité est un bouclier et une cuirasse.5 Tu ne craindras ni les terreurs de la nuit, Ni la flèche qui vole de jour,6 Ni la peste qui marche dans les ténèbres, Ni la contagion qui frappe en plein midi."On croit tous en quelque chose ! On ne peut d'ailleurs pas vivre, pas mettre un pied devant l'autre, sans croire. La question primordiale est alors : Croire quoi ? Croire qui ? 
Dieu ne se voit pas ! Certes, Mais le Covid-19 non plus ! Ni les électrons, ni les autres particules formant la physique quantique ! Ni même l'air qu'on respire (avec ou sans covid pris dedans).

- Mais on peut savoir qu'une chose existe sans la voir, par les effets qu'elle produit. Comme les électrons invisibles par l'électricité par exemple. Ou lle covid par des symptômes, etc... Et Dieu de la même manière se voit par les effets de sa présence ou de ses actions. Si on le croit, on le voit. Et si on place en lui notre confiance, il agit et agira. Ce qui me permet de faire mien ce texte du frand roi-poète David :
". L'Éternel est mon berger : je ne manquerai de rien.2 Il me fait reposer dans de verts pâturages, Il me dirige près des eaux paisibles.3 Il restaure mon âme, Il me conduit dans les sentiers de la justice, A cause de son nom.4 Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : Ta houlette et ton bâton me rassurent.5 Tu dresses devant moi une table, En face de mes adversaires ; Tu oins d'huile ma tête, Et ma coupe déborde.6 Oui, le bonheur et la grâce m'accompagneront Tous les jours de ma vie, Et j'habiterai dans la maison de l'Éternel Jusqu'à la fin de mes jours."

Ici clic sur un Guide pour prier en vue de se réconcilier avec Dieu, de faire la paix avec lui et avec d'autres

* https://lilianeheldkhawam.com/2020/08/01/sida-le-doute-film-documentaire-rts-arte-france-tve-histoire-tv-1997/

 

Partager cet article

Repost0
9 juin 2020 2 09 /06 /juin /2020 16:37


C'est une grave erreur que de croire que les pires moments de la terre sont passés... dès lors qu'on ne comprend pas et qu'on ne cherche pas de quoi ce monde est fait, spirituellement comme matériellement.

Une manière de voir que notre humanité est parvenue comme jamais à une fin - la fin du respect de ce qu'elle a et de ce qu'elle est d'humain -, est de considérer la part et l'emprise que la science s'est taillée parmi les forces de domination.

On est partis il y a deux siècles de l'hypothèse que la science valait bien mieux que la religion en ce qui concerne la connaissance de l'homme et les moyens de nous rendre libres et heureux, c'est-à-dire de nous désaliéner.

On a eu quelque temps en occident l'impression - illusion d'optique - que l'on se libérait, d'une part par des savoirs croissants vulgarisés, d'autre part par un remplacement de l'individu par la machine.
Cependant les conditions de travail en usine (ou à la mine) sont vite devenues infernales... ce qui fut mis (non sans raison) sur le dos des propriétaires fonciers et autres patrons. Le problème et l'éclairage était donc une confirmation qu'on ne change pas le cœur humain par des enrichissements matériels.

Des réflexions et "la raison", autrement appelées "les lumières" du XVIIe, firent émerger le concept d'humanisme - en gros un cocktail béat, lénifié et lénifiant de bourdes et d'hypothèses scientifiques hardies mêlées à des valeurs évangéliques avérées mais saisies sans besoin de recourir à Dieu. La démonstration n'allait pas tarder que ça ne marche pas... pour établir le bien la paix.

Car cette vue philosophique du monde muta assez rapidement en révolutions et conflits armés terribles (à partir de 1789), et bientôt en socialisme, idéologie principalement allemande.
Les deux fruits de cette vue sociale et athée des sociétés parurent à peu près en même temps. D'une part dans une application concrète, de terrain, élargie à l'international : le communisme... avec ses meurtres et déportations de masse, goulags et totalitarisme, en Russie puis en Chine...
Et d'autre part, cantonnée au plan national, la pensée socialiste donna naissance au fürher Hitler, au nazisme démoniaque et la Shoah tout autant satanique (où les sciences de pointe étaient par leurs effets parmi les armes les plus terrifiantes).

Démonstrations étaient faites qu'il n'y a pas que les croyants pour occire le genre humain. Et donc que c'est le cœur humain - en tant que vie intérieure déterminante qui est le problème, et où il importe de comprendre et de vouloir agir.

Hébétés mais réfléchissant, les survivants décidèrent de s'unir pour ne plus s'entretuer.
Des prospérités en découlèrent, notamment par la recherche scientifique qui pénétra de nombreux mystères dont la création est largement pourvue (pour la joie de la découverte et des applications).

Outre les bombes de Hiroshima et de Nagasaki et outre les accidents de Tchernobyl et de Fukushima, nous sommes aujourd'hui parvenus au bénéfice d'applications beaucoup plus personnelles (si on peut dire). avec l'informatique, Internet, les portables, les mobiles.
En rien de temps, ces applications technologiques se sont multipliées, se multiplient, se mettent à jour et deviennent obsolètes. C'est une course en avant, un sprint - pour ne pas être largué - et un marathon qui nous accroche jusqu'à une sweet mais puissante addiction (ce qui s'appelle manipulation, oppression, obsession ou possession quand on voit cette réalité dans sa dimension spirituelle.

Si on reprend la phraséologie ancienne, ce qu'on appelle désormais addiction (aux produitstechnologiques de dernières générations et bien d'autres choses) c'est une aliénation.
Parce qu'on a basculé de la satisfaction prioritaire des besoins réels, à la fabrication de faux besoins.

Ainsi a émergé en quelques décennies une explosion de techniques et technologies, dûe à l'appât de gains matériels, économiques, financiers et à une satisfaction de désirs, d'envies suscités (en jouant sur la vieille perversion qu'est la convoitise).

Cette explosion de biens accessibles au plus grand nombre - même les pauvres, les SDF et autres émigrés sans papiers ont un mobile, voire avec internet) est en train de travailler à changer l'être humain en le déterminant au plan de l'espèce*.
Et qui dit déterminisme d'espèce, ne dit pas progrès, évolution positive, émancipatrice, mais régression à... l'animal - voire pire dans la mesure où les déterminismes inculqués ne sont pas compatibles avec les lois de nature (physiques, morales, psychiques, spirituelles).

C'est ce que produit tout système de gouvernement directement totalitaire, mais aussi une organisation plus subtile, mieux élaborée, qui accepte toutes les opinions et cultures seulement pour mieux les fondre dans une pensée unique qui les chapeaute.

De la sorte la science s'est adroitement substituée à la force brute, physique, armée, pour mettre en place un système impérialiste comme Satan et les démons cherchent sans cesse depuis la nuit des hommes à établir sur le genre humain.
On se comprend bien ! Ce n'est pas la science en tant qu'approche du réel qui est un problème, une mauvaise voie; c'est le fait que les humains que nous sommes, ceux qui utilisent les acquis de la science gagnés sur l'ignorance ou l'erreur, qui soit la pervertissent par une interprétation subjective (comme avec l'évolutionnisme), soit en tirent des applications malignes du fait notamment de l'appât de gains possibles, de peurs ou d'orgueil, et encore de soif de pouvoir.

Dire comme Rousseau que l'homme est bon mais c'est la société qui le corrompt, c'est du même ordre que dire que les scientifiques sont bons mais c'est la science qui les pervertit. Il est bien évident que, malgré le succès qu'on accorde encore à Rousseau ou à certaines marques de produits technologiques, c'est bien le contraire qui est vrai. C'est bien l'être humain individuellement, en soi, qui est corrompu en son être intérieur profond (qu'on peut appeler l'âme ou le coeur), habité et mu par une force problématique que la Bible nomme "le loi du péché et de la mort" (de la mort en ce qu'elle est l'aboutissement de cet égocentrisme dégénéré qu'est le péché.
De cela nous n'avons pas même à conclure qu'on doit être amélioré (individuellement), mais plutôt réformé (re-formé), transformer, régénéré. 
Pour être clair, il n'est pas question que nous devenions meilleurs comme une chenille serait une meilleure créature en se faisant pousser des ailes, mais ce que la Bible annonce et propose c'est que la chenille que nous sommes s'efface en reconnaissant ses misérables limites, pour que Dieu la transforme en un papillon tout autre. C'est bien toujours la même créature, mais tout en étant devenu bien autre chose... Ce qui est appelé la rédemption.
 

CONSEIL SCIENTIFIQUE !?

On peut observer le phénomène qu'on va appeler scientiste*** plutôt que scientifique, émergé suite à l'apparition du dernier coronavirus, où tout à coup un "Conseil scientifique" décide de ce qu'est le bien (faire) et le mal (faire) alors qu'il est évident qu'il n'a même pas les données nécessaires qui lui permettraient d'analyser avec objectivement la situation, en vue de proposer effectivement des réponses pertinentes où l'individu est largement pris en compte.
Dès lors sous couvert scientifique et à partir de ce bien précieux qu'est la santé, voilà que des normes apparaissent, qui n'ont pas forcément la vérité pour fondement.
C'est d'autant plus vrai qu'on sait depuis maintenant bientôt un siècle qu'il n'y a aucune science exacte... et dès lors sans doute pas davantage, voire bien moins, d'applications justes.****

C'est pourquoi cette pandémie n'a pas pu être prévue, d'où les manques, la panique, les communiqués et les démentis, les tâtonnements et certainement plus d'une affirmation qui donne l'impression qu'on sait, alors qu'on ne sait pas.

LE BIEN CHANGÉ EN MAL
La voie scientifique est un bien pour tous. Mais elle ne sera jamais suffisante en elle-même. Il faut y adjoindre une autre rationalité pour un maximum de justesse, notamment morale... et certainement économique comme c'est le cas aujourd'hui.
C'est une autre loi-cadre qui se vérifie) de l'organisation humaine terrestre, que tout bien mis en œuvre sans Celui qui sait tout (parce qu'il est hors système, et notamment hors du temps) est voué à mal tourner ! C'est un principe universelle irrépressible - sauf par Dieu lui-même et par une foi intègre.

Ainsi la rationalité scientifique technique, d'ordre informatique et médicale, est et devient la rationalité de la domination même. Elle se déploie comme un moyen coercitif de la société aliénée... qu'elle enfonce encore au lieu de la faire triompher. Pourquoi ?
Entre autre parce qu'elle n'a pour connaissance et frontière du bien et du mal que les vues humaines limitées, changeantes, partielles et souvent partiales de ceux qui l'apportent.

Et d'autant plus l'individu se soumet à ce conseil supérieur, d'autant moins va-t-il chercher la solution propre qui lui convient, s'il accepte qu'une norme universelle prend le pas sur les parts subjectives des uns et des autres.
Et à ce pas, bien qu'en habits et activités civils, on est tous conduits à marcher au pas comme des militaires que nous ne sommes pas.

________________
* Il y a déjà 6 ans, j'ai été étonné de rencontrer une jeune femme dans une case sans électricité, perdue au bout de dizaines de km de chemins de terre, en plein bush d'Afrique du sud, un mobile à la main.

*** Ce qui est digne d'être appelé scientifique s'appuie sur des savoirs acquis et avérés. Par scientisme je parle d'extrapolations, d'hypothèses hasardeuses qu'on tire pour les besoins d'une cause, de certaines vérités scientifiques établies mais dont on s'éloigne en disant ce qui ne se sait pas, en donnant comme un savoir véritable ce qui n'en est pas.
Si faire des hypothèses, avancer des modélisations inédites est une bonne chose de manière théorique, dès lors qu'elles sont proposées pour être soumises à étude et validation (ou invalidation). Mais user de cette méthode pour apporter des réponses justes nécessaires à un moment donné où on ne les possède pas, c'est jouer aux apprentis-sorciers, c'est prendre la place de Dieu - qui seule sait tout et possède toutes les réponses à tous les problèmes. C'est non seulement risquer de se tromper, mais c'est en tromper d'autres, et c'est risquer d'être abaisser de manière significative (selon que celui qui s'élève sera abaissé)...

**** Pour rappel ici, on a de la part de Heisenberg la mise à jour du principe d'incertitude ou indétermination, par Gödel deux théorèmes qui disent la loi d'incomplétude, et par Ed. Lorenz le principe d'imprévisibilité ou théorie du chaos (illustrée par "l'effet papillon"... dont le trouble créé par le covid-19 est une expression réelle totale).

Ainsi la science s'avère déjà et toujours plus un dieu dangereux, qui, au lieu d'aider l'humain en nous, d'élargir nos espaces de bien-être et libertés intérieurs et relationnels, nous enserre dans des normes - des dogmes - qu'elle (se) donne - que les êtres humains forment - dont le but n'est pas le bien commun, mais le contrôle de tous, on l'a maintenant plus que jamais bien compris.
C'est qu'on ne peut pas ériger en dieu surnos existences n'importe quoi et n'importe qui, là où il n'y a que le seul vrai Dieu qui puisse être notre allié et notre souverain bien.
Alors que faire ?

LE SALUT, LE SECOURS EST INDIVIDUEL
A chacun de chercher, parmi les chemins supra-matérialistes, religions de traditions ou spiritualités adaptées à notre époque, Le chemin le meilleur, celui qui pas seulement pose des règles, des commandements et des interdits, mais qui porte avec lui, en lui, la force de faire échapper des chaos (KO) qui sont là et qui viennent, celui, celle qui sentira le vrai danger (multiforme) présent et voudra ne pas se laisser enfermer dans ses filets... en voyant honnêtement en son propre cœur des mouvements certains du mal semblables à ceux qui sévissent alentour chez d'autres et dans les systèmes.

"Après avoir entendu ce discours, ils eurent le coeur vivement touché, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres : Hommes frères, que ferons-nous ?"
Si vous en êtes là, lisez ici > la réponse qui ne change pas.

Accès ici > à un guide de prière pour commencer à matérialiser une vraie approche de Dieu (venue ou retour).

Soyez béni-e et sauvé-e.

Partager cet article

Repost0
23 mai 2020 6 23 /05 /mai /2020 18:00

suite de l'article commencé ici <

On a vu précédemment 4 des 8
(jusqu'au coronavirus actuel)
événements d'ampleur planétaire initiés par Dieu au fil des siècles et millénaires.
Il y a deux mille ans paraissait le 5e de ces événements majeurs, d'abord invisible, puis croissant jusqu'à emplir de son message et de ses effets la terre toute entière.

5e événement planétaire - JÉSUS
En symbolique le 5 est le chiffre de la Grâce.
L'événement suivant, comme un rejeton tout particulier de la foi et descendance d'Abraham, c'est encore un homme unique : Jésus de Nazareth.

"Il s'est élevé comme une faible plante", prophétisa de lui Ésaïe environ 700 ans à l'avance ! Le lieu (Bethléem) et le moyen hautement improbables de la naissance de Jésus aussi furent prophétisés ainsi que des dizaines d'autres détails, ce qui lui confère un statut à nul autre pareil.

En quoi la naissance et la vie de Jésus forment-elles un événement à portée planétaire ?
C'est que Jésus est venue comme une incarnation divine dont la finalité est de "sauver tous les hommes", de toutes nations, de toutes tribus, de toutes couleurs et langues.
C'est pourquoi aussi le Nouveau Testament qui résulte de la venue de Jésus est traduit en plus de 1 300 langues et dialectes.

JÉSUS VENU NOUS SAUVER DE QUOI ?

- des pressions, oppressions, accaparations et autres méfaits douloureux, aliénants, traumatisants, handicapants, invalidants, formés contre le genre humain par Satan et ses multitudes d'anges révoltés et dégénérés (devenus des démons de différentes forces).

Certes si les démons peuvent ainsi nous imposer leurs forces répressives (ou séductrices pour mieux prendre possession de nous), c'est que nous le leur permettons, en agissant, parlant ou pensant mal, en nous positionnant contre Dieu ou dans l'indifférence à son égard.

- Jésus sauve donc aussi de la force du mal qui nous habite chacun et nous pousse, même malgré notre bonne volonté, à mal nous comporter, à pécher pour employer un terme générique (qui signifie "manquer le but, rater la cible de ce qui est bien).
On pèche tous d'une ou l'autre des multiples manières de manifester du mal, dans tous les cas toujours à notre détriment (malgré parfois que ça ne semble pas) et au détriment de ceux que nous atteignons (parfois en voulant faire nous-même notre propre justice).

La Bible appelle cette propension à mal faire (par actions ou par omissions) "la loi du péché", une dynamique dominatrice de notre âme que Jésus peut venir réduire et soumettre en nous, en nous communiquant son Esprit avec sa "loi de l'Esprit de vie";

- sauver de "la loi de la mort", mort physique mais aussi mort spirituelle, et jusqu'à plus gravement encore mort psychique (anéantissement dramatique et éternel de la conscience de soi, de notre moi-je).
Par la même foi qu'Abraham en la vérité révélée de Dieu et de Jésus son Christ rédempteur, chacun peut échapper à ce terrible jugement de finir éternellement hors du Bien que Dieu (seul) est, défend et partage;

- nous sauver encore donc des influences et tentations qui nous environnent, ce que la Bible appelle "l'esprit du monde" que forme les cultures, les religions, les idéologies de toutes sortes. Que ce soit celle du pays ou de la famille dans lesquels on grandit? ou une (trompeuse, insuffisante) à quoi on se met à adhérer de nous-même par quelque séduction qui peut facilement avoir raison de nous si nous n'avons pas "l'amour de la vérité" pour être sauvés;

- ainsi, nous sauvant en nous délivrant de l'ignorance, des erreurs ou mensonges qui circulent, Jésus et son Esprit nous reforment (réforment, transforment) afin que nous devenions toujours plus une représentation "à l'image de Dieu"... ce qu'on n'est plus trop par nature. On est d'abord tout naturellement formés et fabriqués socialement à l'image du "père du mensonge" qui est le diable (qu'on l'appelle Satan ou Lucifer c'est le même), le chef des démons.

On sait aujourd'hui combien la foi en Dieu et en son Christ Jésus ont, depuis deux mille ans, changé la face des continents et nations, bien sûr surtout de celles dont les autorités ont elles-mêmes été touchées par le message évangélique de la grâce que Dieu accorde par la foi.

FOI EN QUOI (MOYEN EMPLOYÉ POUR NOUS SAUVER) ?

- en la personne de Jésus paru comme Sauveur (c'est la signification de son nom en hébreu, Yeshoua, Dieu sauve), autrement dit aussi Rédempteur. (Matthieu ch. 16, vers. 16 et 17);

- foi en son sacrifice volontaire, sa mort étant le prix a payé pour racheter les pécheurs que nous sommes de nos fautes et des griffes, caresses ou pommades séductrices des esprits mauvais. (Pour ceux qui veulent saisir le sens en approfondissant les réalités, on dit que cette mort est (toujours) à la fois expiatoire, substitutive et propitiatoire). Toutes choses à la fois accomplies et potentielles qui s'activent pour chacun dans sa foi personnelle;

- idem pour la foi en la résurrection de Jésus, qui est apparu physiquement après un bref séjour dans un tombeau à des centaines de personnes (1Co 15).

Il apparait aujourd'hui encore, parfois en songe ou vision à certains (notamment à des musulmans pieux qui veulent aimer Dieu sans faux-semblants et sans le connaître suffisamment), et aussi par des attouchements sensibles (expériences diverses) dans l'ordre psychique et/ou spirituel, en faveur de ceux qui l'aiment ou de ceux qu'il appelle au salut;

- la preuve permanente de la résurrection de Jésus et de sa montée au (3e) Ciel, est qu'il a envoyé son Esprit, le Saint-Esprit. Celui-ci a pris sa place, avec l'avantage qu'il peut être possiblement en même temps sur toute la terre au même moment (ce qui est de l'ordre de l'esprit échappant à l'espace-temps tel que nous le rend sensible la limitation de la vitesse de la lumière);

- foi encore en ce que Dieu a été capable de dicter ses instructions, enseignements, promesses, avertissements... à de ces serviteurs pour que quiconque veut croire en lui ait des écritures lisibles ou audibles, immuables, fiables, par lesquelles connaître les vérités fondamentales nécessaires à notre connaissance de Dieu, de nous-même et de nos environnements.
C'est ainsi que la venue et émergence de Jésus a conduit à la rédaction et formation de la deuxième partie de la Bible, le Nouveau Testament, Nouvelle Alliance, Bonne nouvelle (gospel) ou Évangile de Jésus-Christ.

Ainsi est apparu sur toute la terre, ce fait unique que des hommes, femmes et enfants marqués et limités par les lois fondamentales activées par le péché, échappent à cette finitude essentielle qu'est la mort (sous ses diverses formes - lien d'étude possible : Les 5 types de mort).

En résulte, par le jeu d'une "nouvelle naissance" ou born again, la création inédite d'une humanité qui pourra vivre éternellement avec Dieu quand ce temps sera venu, c'est-à-dire quand il n'y aura plus personne sur terre à s'intéresser à cela, c'est-à-dire plus de repentance, le nombre de personnes ainsi sauvées n'étant plus modifiable.

6 et 7 - GUERRES MONDIALES ET  RÉVOLUTION BOLCHÉVIQUE
Par l'effet de La Science érigée en Europe depuis le XVIIIe siècle en divinité ultime, les découvertes scientifiques et développements technologiques se sont multipliés et approfondis, donnant au XXe siècle de devenir le plus meurtrier de tous les temps. Tels sont les progrès sans la supervision divine. Rabelais déjà l'avait aperçu et dit il y a longtemps : "Science sans conscience, n'est que ruine de l'âme."

Le fait - et problème - est qu'on n'est pas des êtres naturellement profonds, pour s'arrêter et faire le point quand des choses graves arrivent.
C'est ainsi qu'après avoir déposé plus radicalement que jamais, en 1905, sans distinction Dieu le Créateur avec ses représentants peu représentatifs (les religions bâtardes issues de la pure et saine doctrine produite par le Christ Jésus), la France orgueilleuse a été jugée par Dieu et attaquée par l'Allemagne au point de produire ce qu'on a appelé les deux guerres mondiales.

Une aurait pu suffire, si l'attaque en 1914 avait été vue comme un jugement divin sur son orientation politique maligne, tout jugement portant à la repentance et appelant à changer (de voie, de choix, de comportement, de priorité...).

Au lieu de cela, la victoire, non sans l'aide d'alliés, n'a débouché que sur des "années folles" (comme les ont baptisées les historiens). Ou il ne fut pas question de "changer son fusil d'épaule", c'est-à-dire à replacer Dieu (épuré si on peut dire des fatras religieux qui en déforment la réalité) au centre des vies et de la société. Car au lieu de cela, on se lança plus encore dans l'abandon des fondements chrétiens, dans l'illusion d'un bonheur possible sans Dieu, dans des libertés de plus en plus liberticides, au point où le jugement revint 20 ans plus tard, sur une génération et jeunesse après l'autre.

En parallèle dans le même temps, donnant aux conflits barbares leur dimension planétaire, la vue marxiste et les pensées socialistes devenaient le moyen d'un jugement sur la grande Russie et son gouvernement tsariste perverti, jusqu'à produire, après sa défaite infligée par le Japon en 1905, la révolution bolchévique (en 1917) qui allait conduire au bloc soviétique formé en Union de Républiques Socialistes Soviétiques (URSS) au prix de dizaines de millions de vies sacrifiées, tuées, déportées, mutilées...

Le chiffre 6 est le chiffre de l'homme quand il se définit ou déploie dans sa nature charnelle problématique. Et le 7 est un chiffre divin pour dire qu'en dernier ressort c'est Dieu qui reste le maître, fut-ce au prix de jugements qu'on l'oblige : Si nous ne savons pas marcher sous et selon la justice de sa Grâce, on se trouve un jour ou l'autre (collectivement comme individuellement) soumis à sa stricte justice, sans clémence, et parfois rendue inique par les esprits qui l'exercent.

Faute de tirer en conscience les leçons de nos histoires, nous sommes amenés, à notre encontre, pour notre malheur, à devoir subir les conséquences de nos mauvais comportements réitérés.

Et nous voilà parvenant, avec le covid-19, comme au temps de la 1ère guerre mondiale...

8 - LE VIRUS COVID-19
Le 8 est un chiffre de fait référence à quelque chose de nouveau. Une nouveauté en soi, qu'on a à comprendre comme un moyen de chercher un nouveau chemin, une nouvelle manière de poursuivre l'aventure chaotique de l'existence.

Nous voilà arrivés à ce virus pas ordinaire.
Il constitue, au vu des jugements précédents et des orientations d'existence prises par les instances gouvernementales et par les peuples les plus dominants, un de tout derniers avertissements divins.
Ce qu'on peut encore appeler un jugement de grâce, selon que le mal a vocation de sanction, mais aussi de permettre une remise bénéfique sur de meilleurs rails que ceux qui ont conduit jusque là.
C'est en ce sens que la parole d'Einstein est pertinente pour ici maintenant, qui dit que "On ne peut pas sortir d'un problème avec les modes de pensée qui ont créé ce problème."
En d'autres termes, ne revenons surtout pas à la "normale" d'avant le covid, car c'est cette normalisation de certains comportements (généralisés ou marginaux, commerciaux, politiques, moraux) qui a amené cette crise (et déjà d'autres avant) en tant que jugement sanction du mal.

TOUT JUGEMENT FAIT CESSER UN ORDRE (MALIN) DES CHOSES, EN VUE D'UN AUTRE (À RE-CHERCHER)

Jugement sur des orientations d'existence et des système dominées par la cupidité, l'avidité, l'avarice, la rapine - le dieu Mammon comme Jésus personnifie l'argent, la finance -; dominés par les plaisirs et gains personnels amoraux, égoïstes,avec des alliances, compromis et connivences malignes, les usages pervertis de connaissances (psychologiques, scientifiques, technologiques) pour manipuler les personnes, pour les monter les unes contre les autres ou pour les rapprocher artificieusement, pour fabriquer des armes de plus en plus hyper-sophistiqués (coûteuses et terriblement meurtrières)... 

Résulte de ce regard de plus en plus égotique des grands de ce monde et de tous, que grandit la faiblesse du plus grand nombre.
Une majorité de plus en plus grande est bernée, séduite, craintive ou indifférente, vindicative mais impuissante (à cause de ses propres péchés), est conduite (contrainte, sollicitée pour, poussée) vers un appauvrissement multi-face (financier, culturel, éthique, moral, spirituel), voire est éliminée (démographiquement).
Cela au profit organisé de quelques minorités (personnalités) toujours plus concentrées, des mieux-nés, des plus débrouillards, iniques ou mégalomanes, chacun dans tous les cas devant un jour rendre compte de ses faits, gestes, paroles et choix devant Celui qui prête vie.

Ce qui forme une cour de terrain privilégiée, au service d'une oligarchie de type Nemrod - par exemple en Europe qui veut poursuivre la construction arrêtée par Dieu - quelle défiance ! - de la tour de Babel. Sans réaliser qu'ils touchent dans l'invisible aux puissances occultes, qu'ils ne font que se placer sous les auspices d'entités spirituelles qui se veulent divines mais ne le sont pas, dont l'objectif final est d'obtenir de Dieu qu'elles puissent régner éternellement sur le genre humain sans le moindre regard de Dieu sur cette part de ses créations....

Voilà ce que Dieu voit et vient juger : les commerces et appropriations éléphantesques iniques des grands, et en rapport, les commerces pervertis goguenards des foules qui ne voient rien de "ce qui n'est pas à leur dire" et se satisfont à peu près de la belle étiquette "Démocratie" et de ce qu'on leur accorde sous ce label hautement honorifique.

L'ESSENTIEL DE LA CRISE

Dans cette situation Dieu agit largement auprès des plus faibles, des humbles, des affligés, des contrits, se révélant à ceux que leur instruction et éducation ont privé de lumière, de possibilité de foi, de connaissance de Dieu.
En ce sens, un de ces jours de confinement où je demandais à Dieu qu'il me dise quelque chose sur sa manière de voir cette actualité (outre que je sache qu'on est à la fin du chapitre 9 de l'Apocalypse), il me dit de lire le psaume 12. En quelques lignes, il me dit là l'essentiel de ce qu'il opère (qui se voit et qui ne se voit pas).

Notamment que chacun peut se fier à la Bible, étant "la parole de Dieu" qu'il a gardée au fil des générations pour que nous puissions en disposer maintenant encore dans l'assurance que rien n'a été déformés ou falsifiés des plus anciens manuscrits à partir de quoi on traduit encore la Bible dans toutes les langues.

Ainsi ce coronavirus, cette peste comme il y en eut d'autres mais jamais avec un tel effet dominant, nous dit que la colère de Dieu approche de son comble quand il voit où nous sommes parvenus, malgré de grands progrès divers, en matière d'injustices, de magouilles, de trafics, manipulations, exploitations, tromperies, perversions, violences...

De quoi amener encore bientôt un jugement plus final, plus terrible, dont la seconde guerre mondiale et la Shoah sont une image (géographiquement partielle) autant qu'une réalité déjà apocalyptique de ce qui vient, ce qui a été depuis longtemps prophétisé par divers livres bibliques (Apocalypse, Daniel, Zacharie, Ézéchiel, Ésaïe...).

Avez-vous réaliser comment avec quasiment rien, le Dieu éternel tout-puissant peut arrêter l'essentiel de nos activités, voire nos existences.
En ce sens, le nombre de morts annoncé dans l'Apocalypse laisse entendre qu'il y aura certainement usage d'armes atomiques... et sans doute bactériologiques (virales ?).

Pour ce qui est de la suite de cette liste des événements planétaires qui restent à venir, on peut la connaître dans ses divers points... mais je m'arrêterai ici seulement au suivant.

9 - LA PAROUSIA

Ce mot grec du Nouveau Testament signifie Présence, la venue, l'arrivée, l'avènement, le retour futur et visible de Jésus depuis les cieux, pour ressusciter les morts dans la foi en lui et enlever dans les airs les chrétiens préparés pour cet événement planétaire.

Le chiffre 9 parle de fin de cycle, de mouvement complet, en l'occurrence l'entrée dans une brève plage de temps où va se signer la fin des 2 000 ans de la grâce christique.

Voici quelques références* pour qui veut faire une étude de cet événement qui sera à coup sûr le plus surnaturel et imposant de tout ce que la terre a connu jusque là.
Ce ne sera pas du tout pour autant la fin de la terre et de l'humanité, mais le point de départ cependant d'une transition planétaire phénoménale qui amènera en rien de temps sur le monde une dictature et un totalitarisme comme il n'y en a jamais eu et comme il n'y en aura plus jamais.
Telle est, nous dit la Bible, le sens eschatologique de l'histoire : une fin qui tient de la domination de la loi d'entropie (usure, érosion, décomposition).

* Matthieu 24 : 3 - Matthieu 24 : 37 - 1Thessaloniciens 4 : 15 - 1Corinthiens 15 : 51

LEÇONS DE L'HISTOIRE

A quoi sert d'avoir remarqué que l'apparition du corona covid année 2019 est un des rares grands événements qui a changé et changent encore la face habitée de la terre ?

L'histoire est toujours faite de leçons qu'on peut en tirer. Sans aller trop loin dans le passé, le XXe siècle nous donne de voir à la fois comme le cœur humain n'évolue pas, reste barbare (malgré ce que fut une remontée significative des ténèbres avec le christianisme), tous les bienfaits d'une civilisation avancée (morale, juste, humaine) pouvant se perdre totalement en deux et trois générations.

De plus il semble que les deux guerres mondiales apparaissent comme une réalité et une image. Que si on ne tire pas leçon d'un événement grave (comme fut la 1ère G. M. pour la France et pour l'Allemagne, ou encore la défaite russe contre les japonais en 1905), il doit être répété avec plus de violences encore.
Pourquoi ? Rappelons-le : Parce qu'après 14-18, au lieu d'une reprise en main de la foi chrétienne (et de comportements en adéquation), en revenant, dans l'humiliation des vaincus et l'humilité des vainqueurs, à sa source - divine et biblique -, ce furent "les années folles", c'est-à-dire un retour et un redéploiement d'immoralité, du non-pardon, de pensées vengeresses sous couvert, de débauches, d'insouciances coupables ou de soucis purement matériels.

Aussi je vous invite à sentir comment Dieu s'approche de vous avec grâce, à cause de son amour et par cette vertu imméritée que Jésus a payé le prix de vos fautes par sa mort. Laissez-vous convaincre de culpabilité pour le mal que vous avez fait avant (voire pendant) cette peste, demandez pardon à Dieu et recevez son Esprit en signe de votre réconciliation avec lui.

Car c'est par la grâce de Dieu que nous pouvons être et sommes sauvés, grâce comme celle présidentielle qui amnistie, efface les condamnations et libére les prisonniers. Grâce qui vient de Dieu et non de nous, non de nos mérités, afin que personne ne puisse se glorifier d'avoir fait quelque chose pour se sauver lui-même.
Et grâce qui se reçoit par la foi, comme il faut tendre la main et prendre un cadeau que vous offre un ami, comme il faut saisit avec déterminantion la bouée de sauvetage que vous lance un sauveteur.

Passages à lire... et à croire...
C'est cela la foi : Romains 10 : 17 - Hébreux 11 : 1 - Jean 3, vers. 1 à 21

Soyez béni-e et sauvé-e

Partager cet article

Repost0
7 mai 2020 4 07 /05 /mai /2020 12:22

L'univers comme nos existences et les événements qui les font - et défont -
sont d'immenses cryptages.
Êtres intelligents, il nous appartient de vouloir décrypter,
de chercher pour trouver,
de nous insérer au mieux dans l'histoire comme dans nos propres histoires
pour y apercevoir du sens, pour mettre en lumière ce qui donne le sens.
¤

Pour se faire une idée la plus juste possible sur un sujet débattu, il faut écouter les différents "sons de cloche", notamment venant des parties en cause (Rien n'est pire de la part des hommes que "la pensée unique"). 

Aussi, après tout ce qu'on entend de juste et de faux et de contradictoire au sujet du coronavirus covid-19, je vous invite à suivre aujourd'hui sur le net > ce LIVE à 18 h. (sinon en différé si vous en êtes informés trop tard).

Y sera exposé le point de vue de l'Assemblée évangélique de Mulhouse (La Porte Ouverte chrétienne) dont l'important rassemblement de février fut impacté par le virus au point de déclencher la sonnette d'alarme pour la France (encore insouciante alors que le mal agissait déjà largement en Italie).

Le but n'est pas de jeter la pierre sur qui que ce soit, mais de rétablir un minimum de vérité... et encore de rappeler combien notre race humaine, fut-elle à la pointe des innovations et désireuse de prédictions, reste peu de choses face à ce qui peut lui tomber dessus, que ce soit collectivement, planétairement même, comme individuellement.

Bonne réception, et je suis disponible si vous le désirez via les commentaires...

Le Live #OnEstEnsemble

Soyez interpelé-e.

Partager cet article

Repost0
21 avril 2020 2 21 /04 /avril /2020 12:50

On a tous besoin un jour ou l'autre d'un secours qui dépasse nos propres capacités.
Cela peut aller du plombier au médecin, d'une écoute à une opération chirurgicale... Et puis notre besoin peut aller jusqu'à savoir si un Dieu existe vraiment, et s'il peut quelque chose pour moi.

Eh bien oui, je vous l'assure ! Pour l'expérimenter depuis maintenant presque 40 ans (après avoir été indifférent à tout ce qui est religieux ou spirituel), je vous assure qu'il y a un Dieu vivant, créateur des cieux et de la terre, des fleurs, des animaux, du genre humain... qui est aussi un secours (rédempteur, sauveur) dans les (grandes) difficultés. (voir mon témoignage en cliquant sur Accueil).

Dieu exceptionnel, unique, secours toujours accessible dès lors qu'on le sait et qu'on le croit.
Il est celui qui parle et notamment a mis à notre portée, pour nos yeux, à nos oreilles,  ce qu'il veut de plus essentiel qu'on sache.

Voici un passage qui peut devenir pour vous comme une véritable bouée de sauvetage si vous êtes (bien) mal... et si vous voulez le croire:

Psaume 46 "Cantique. Dieu est pour nous un refuge et un appui, Un secours qui ne manque jamais dans la détresse. 2 C'est pourquoi nous sommes sans crainte quand la terre est bouleversée, Et que les montagnes chancellent au coeur des mers, 3 Quand les flots de la mer mugissent, écument, Se soulèvent jusqu'à faire trembler les montagnes. -Pause. 4 Il est un fleuve dont les courants réjouissent la cité de Dieu, Le sanctuaire des demeures du Très Haut. 5 Dieu est au milieu d'elle : elle n'est point ébranlée ; Dieu la secourt dès l'aube du matin. 6 Des nations s'agitent, des royaumes s'ébranlent ; Il fait entendre sa voix : la terre se fond d'épouvante. 7 L'Éternel des armées est avec nous, Le Dieu de Jacob est pour nous une haute retraite. -Pause.
8 Venez, contemplez les oeuvres de l'Éternel, Les ravages qu'il a opérés sur la terre ! 9 C'est lui qui a fait cesser les combats jusqu'au bout de la terre ; Il a brisé l'arc, et il a rompu la lance, Il a consumé par le feu les chars de guerre. - 10 Arrêtez, et sachez que je suis Dieu : Je domine sur les nations, je domine sur la terre. - 11 L'Éternel des armées est avec nous, Le Dieu de Jacob est pour nous une haute retraite. -Pause."

Lisez et relisez, ou écoutez (en cliquant sur le texte puis sur le casque à gauche du titre), chercher ce que vous voulez prendre pour vous comme appui, comme affirmation que l'écrivain inspiré pose là comme objet de la foi. Vous pouvez vouloir que le "nous" au début soit remplacé par "moi".

Il est écrit par ailleurs que "la foi vient de ce qu'on entend, et ce qu'on entend vient de la parole de Christ."
Et la parole de Christ signifie les évangiles et autres écrits qui forment ensemble l'Evangile de Jésus-Christ ou Nouveau Testament (2e partie de la Bible).
C'est là (entre autres) qu'on peut, seul-e avec Dieu, el lisant et en croyant, faire des expériences avec lui.

Car plus encore que croire en Dieu, ce qui est important et donne d'avoir une foi solide et efficace jusque dans les difficultés, c'est croire Dieu. Croire ce qu'il dit.

Une autre parole de ce genre pour vous: "Invoque-moi, et je te répondrai ; Je t'annoncerai de grandes choses, des choses cachées, Que tu ne connais pas."

Croyez, et vous expérimenterez. Cherchez, et vous trouverez. Et priez (ici quelques pistes pour vous aidez à prier).

Bien à vous, Claude

Partager cet article

Repost0
20 avril 2020 1 20 /04 /avril /2020 12:52


La Bible, un livre souvent écrit
au cœur des tourmentes, des confinements*, scellée par le sang, la souffrance et la foi victorieuse.
Il devient paroles vivantes, lampe et lumière, semence, nourriture, eaux vives, pluie rafraîchissante, marteau, épée, miroir, feu ou puissance, quand il est ouvert et lu ou écouté. Qu'il soit papier ou numérique, jugez vous-même de ces écritures sans compromis au pouvoir surnaturel.

"Nous sommes, en effet, pour Dieu la bonne odeur de Christ, parmi ceux qui sont sauvés et parmi ceux qui périssent : 16 aux uns, une odeur de mort, donnant la mort ; aux autres, une odeur de vie, donnant la vie. -Et qui est suffisant pour ces choses ? - 17 Car nous ne falsifions point la parole de Dieu, comme font plusieurs ; mais c'est avec sincérité, mais c'est de la part de Dieu, que nous parlons en Christ devant Dieu."

___________________________
* Confinement du peuple de Jacob devenu jusqu'à Moïse esclave en Égypte - de plusieurs prophètes déportés et exilés en Babylonie ou Assyrie - de la nation israélite occupée par l'Empire romain - de 120 disciples entre Pâques et Pentecôte - des apôtres Paul (prisonnier à Rome) ou Jean (exilé sur l'île de Patmos)...

AVEZ-VOUS UNE IDÉE DE CE QU'EST L'ÉVANGILE ?

Du grec evangelion, qui signifie Bonne nouvelle
L'
Évangile est la bonne nouvelle, faite de quatre parties très particulières,
- que Dieu (le seul véritable) s'est incarné en prenant forme humaine,
- que cet homme (Jésus) est mort crucifié,
- qu'il est ressuscité d'entre les morts,
- et qu'il va revenir (selon des promesses).

A chacune de ses étapes, il y a une raison (une cause en amont) et un ou des effets (consécutifs). Tout cela peut (et veut, désire) être en rapport direct (étroit, vivant, intime) avec chacun de nous.
Tel est l'essentiel, tenu en suspens dans le temps depuis presque 2 000 ans... à la manière du pompon d'un manège aux chevaux de bois et au camion de pompiers, agité et à attraper pour gagner un nouveau tour.
Avec Dieu le gain possible c'est un super merveilleux nouveau tour: la vie éternelle (notre éternisation) qui nous sort (de la domination) du mal...

Ce projet (rédempteur) divn, se dit avec des mots et des phrases, des pensées, des rapports, des affirmations et promesses qui sont par essence d'un pays (d'un Royaume) étranger - qui est un peu comme la face cachée de la lune, existant dans un autre versant, invisible mais accessible quand même, de ce monde où ne se voit (de prime abord) que ce qui est matériel.

Alors lisons, écoutons, entendons et saisissons ce que sont ces 4 points qui fondent cette Bonne Nouvelle qu'est l'Évangile du Christ.

(Tous les textes en vert sont de ces paroles du Royaume de Dieu, à la fois permanent et en cours de création. Chacune est en lien: par un clic, vous pouvez les retrouver sur la toile avec leurs références bibliques).


1 - POURQUOI DIEU S'EST-IL FAIT HOMME ?

A cause du mal et des maux, des souffrances qui affectent (infectent) tout le genre humain.
Car "par un seul homme le péché (le mal) est entré dans le monde, et par le péché la mort, et ainsi la mort s'est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché,...
15 Mais il n'en est pas du don gratuit (de la bonne nouvelle de la venue de Jésus-Christ) comme de l'offense ; car, si par l'offense d'un seul il en est beaucoup qui sont morts, à plus forte raison la grâce de Dieu et le don de la grâce venant d'un seul homme, Jésus Christ, ont-ils été abondamment répandus sur beaucoup...
18 Ainsi donc, comme par une seule offense la condamnation a atteint tous les hommes, de même par un seul acte de justice la justification qui donne la vie s'étend à tous les hommes. 19 Car, comme par la désobéissance d'un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs, de même par l'obéissance d'un seul beaucoup seront rendus justes."

En d'autres termes: "Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. 2 Elle était au commencement avec Dieu. 3 Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans elle. 4 En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes. 5 La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont point reçue...
Cette lumière était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme.
10 Elle était dans le monde, et le monde a été fait par elle, et le monde ne l'a point connue.11 Elle est venue chez les siens, et les siens ne l'ont point reçue.12 Mais à tous ceux qui l'ont reçue, à ceux qui croient en son nom (Jésus le Christ), elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés,13 non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu.
14 Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père.
15 Jean lui a rendu témoignage, et s'est écrié : C'est celui dont j'ai dit : Celui qui vient après moi m'a précédé, car il était avant moi.16 Et nous avons tous reçu de sa plénitude, et grâce pour grâce ;18 Personne n'a jamais vu Dieu ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l'a fait connaître."

"Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, 2 Dieu, dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils, qu'il a établi héritier de toutes choses, par lequel il a aussi créé le monde, 3 lui qui est le reflet de sa gloire et l'empreinte de sa personne...
Car auquel des anges Dieu a-t-il jamais dit : Tu es mon Fils, Je t'ai engendré aujourd'hui ? Et encore : Je serai pour lui un père, et il sera pour moi un fils ?
6 Et lorsqu'il introduit de nouveau dans le monde le premier-né, il dit : Que tous les anges de Dieu l'adorent !"

Or Dieu seul est à adorer. Nous n'avons pas à adorer, c'est-à-dire à nous prosterner, à nous mettre à genoux de nous-même, devant aucune créature (et à plus forte raison devant une statue): c'est de l'idolâtrie - ce que Dieu abhorre et condamne (> voir les 2 premiers des 10 commandements).

Voilà donc Jésus décrit comme étant un être humain (pleinement), et comme étant Dieu, juste différemment qu'il ne l'était avant son incarnation.

2 - POURQUOI CET HOMME, JÉSUS, EST-IL MORT ?

Il est évident que Dieu ne peut pas mourir - il est vie éternellement. C'est pourquoi il retire de Jésus son Esprit quand celui-ci prend réellement la place de nous tous (êtres pécheurs, séparés de Dieu), quand il est élevé sur une croix.
Dieu le laisse alors comme un simple être humain (physiologique et psychique, ensemble corps et âme privé de la dimension spirituelle, qui est de Dieu).

D'où ce cri de l'homme quasi-ordinaire, innocent fait pécheur (transgresseur, fauteur, coupable) et péché (expression du mal), séparé de Dieu: "Jésus s'écria d'une voix forte : Éli, Éli, lama sabachthani ? c'est-à-dire : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?"

"Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu."

"6 Car, lorsque nous étions encore sans force, Christ, au temps marqué, est mort pour des impies. 7 A peine mourrait-on pour un juste ; quelqu'un peut-être mourrait-il pour un homme de bien. 8 Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous."

"8 Ainsi donc, comme par une seule offense la condamnation a atteint tous les hommes, de même par un seul acte de justice la justification qui donne la vie s'étend à tous les hommes. 19 Car, comme par la désobéissance d'un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs, de même par l'obéissance d'un seul beaucoup seront rendus justes."

Une mort prévue, acceptée, nécessaire à notre salut (accès à la vie divine, qui ne finit jamais, en nous), prophétisée ainsi sept siècles à l'avance par Ésaïe:  "Qui a cru à ce qui nous était annoncé ? Qui a reconnu le bras de l'Éternel ?
2 Il s'est élevé devant lui comme une faible plante, Comme un rejeton qui sort d'une terre desséchée ; Il n'avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, Et son aspect n'avait rien pour nous plaire.3 Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance, Semblable à celui dont on détourne le visage, Nous l'avons dédaigné, nous n'avons fait de lui aucun cas.4 Cependant, ce sont nos souffrances qu'il a portées, C'est de nos douleurs qu'il s'est chargé ; Et nous l'avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié.5 Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités ; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris.6 Nous étions tous errants comme des brebis, Chacun suivait sa propre voie ; Et l'Éternel a fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous.7 Il a été maltraité et opprimé, Et il n'a point ouvert la bouche, Semblable à un agneau qu'on mène à la boucherie, A une brebis muette devant ceux qui la tondent ; Il n'a point ouvert la bouche.8 Il a été enlevé par l'angoisse et le châtiment ; Et parmi ceux de sa génération, qui a cru Qu'il était retranché de la terre des vivants Et frappé pour les péchés de mon peuple ?9 On a mis son sépulcre parmi les méchants, Son tombeau avec le riche, Quoiqu'il n'eût point commis de violence Et qu'il n'y eût point de fraude dans sa bouche.10 Il a plu à l'Éternel de le briser par la souffrance... Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, Il verra une postérité et prolongera ses jours ; Et l'oeuvre de l'Éternel prospérera entre ses mains.11 A cause du travail de son âme, il rassasiera ses regards ; Par sa connaissance mon serviteur juste justifiera beaucoup d'hommes, Et il se chargera de leurs iniquités.12 C'est pourquoi je lui donnerai sa part avec les grands ; Il partagera le butin avec les puissants, Parce qu'il s'est livré lui-même à la mort, Et qu'il a été mis au nombre des malfaiteurs, Parce qu'il a porté les péchés de beaucoup d'hommes, Et qu'il a intercédé pour les coupables."

"Voici, mon serviteur prospérera ; Il montera, il s'élèvera, il s'élèvera bien haut. 14 De même qu'il a été pour plusieurs un sujet d'effroi, -Tant son visage était défiguré, Tant son aspect différait de celui des fils de l'homme, - 5 De même il sera pour beaucoup de peuples un sujet de joie ; Devant lui des rois fermeront la bouche ; Car ils verront ce qui ne leur avait point été raconté, Ils apprendront ce qu'ils n'avaient point entendu."

EFFET POSSIBLE (POTENTIEL) DE LA MORT DE JÉSUS... PAR (LE MOYEN) DE LA FOI

Au moment d'expirer, Jésus dit: "Tout est accompli".
Du côté de Dieu donc, tout est fait pour que nos péchés puissent être pardonnés, pour que notre âme échappe au diable, au séjour des morts post-mortem, et à la perdition éternelle dans l'étang ardent de feu et de soufre (la géhenne ou enfer).

Pour que cette potentialité qui fit dire à Jean-Baptiste voyant Jésus venir à lui "Voici l'Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde" soit activé dans nos vies à chacun, nous avons à y ajouter la foi, notre foi. Notre part est donc de croire en Dieu et de croire en Jésus en tant que ce don unique de Dieu comme Sauveur sacrifié pour notre sauvetage de tout mal.

"La foi vient de ce qu'on entend, et ce qu'on entend vient de la parole de Christ."
C'est la raison pour laquelle je vous abreuve là de paroles bibliques... et vous ferez bien de vous en nourrir quotidiennement pour entretenir la relation à ce qui est de l'ordre de l'Esprit.

Jésus répondit (à Satan): Il est écrit : L'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu."

"Maintenant... est manifestée la justice de Dieu, à laquelle rendent témoignage la loi et les prophètes,22 justice de Dieu par la foi en Jésus Christ pour tous ceux qui croient. Il n'y a point de distinction.
23 Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu ; 24 et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus Christ.
25 C'est lui que Dieu a destiné, par son sang, à être, pour ceux qui croiraient victime propitiatoire, afin de montrer sa justice, parce qu'il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, au temps de sa patience, afin, dis-je, 26 de montrer sa justice dans le temps présent, de manière à être juste tout en justifiant celui qui a la foi en Jésus."

"Car c'est par (la) grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu.9 Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie."

"Car le salaire du péché (ce que produit le mal que nous avons fait et faisons), c'est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur."

3 - LA RÉSURRECTION, PREUVE QUE DIEU ACCEPTA LE SACRIFICE DE JÉSUS

Vous pouvez lire le récit des premières apparitions de Jésus après sa résurrection ici au chap. 20 de l'Évangile rapporté par Jean.
Et l'apôtre Paul met par écrit ces réalités (historiques et spirituelles): "Je vous rappelle l'Évangile que je vous ai annoncé, que vous avez reçu, dans lequel vous avez persévéré,2 et par lequel vous êtes sauvés, si vous le retenez tel que je vous l'ai annoncé ; autrement, vous auriez cru en vain.3 Je vous ai enseigné avant tout, comme je l'avais aussi reçu, que Christ est mort pour nos péchés, selon les Écritures ;4 qu'il a été enseveli, et qu'il est ressuscité le troisième jour, selon les Écritures ; 5 et qu'il est apparu à Céphas, puis aux douze. 6 Ensuite, il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois, dont la plupart sont encore vivants, et dont quelques-uns sont morts. 7 Ensuite, il est apparu à Jacques, puis à tous les apôtres. 8 Après eux tous, il m'est aussi apparu à moi, comme à l'avorton ; 9 car je suis le moindre des apôtres, je ne suis pas digne d'être appelé apôtre, parce que j'ai persécuté l'Église de Dieu. 10 Par la grâce de Dieu je suis ce que je suis, et sa grâce envers moi n'a pas été vaine ; loin de là, j'ai travaillé plus qu'eux tous, non pas moi toutefois, mais la grâce de Dieu qui est avec moi. 11 Ainsi donc, que ce soit moi, que ce soient eux, voilà ce que nous prêchons, et c'est ce que vous avez cru."

LA FOI POUR ÊTRE SAUVÉ-E

L'histoire biblique, l'histoire de Jésus et les nôtres ne s'arrêtent pas à ce commencement de la vie de Jésus et de la naissance de l'Église.

Savez-vous que cela peut maintenant encore s'écrire au plus profond de notre être - du vôtre ?
Comment ? En recevant en nous l'Esprit même de Dieu, qui est la vie éternelle, désireux de nous conduire dès ici et en ce temps, jusque dans le Royaume éternel magnifique du Dieu vivant.

Pour vivre donc déjà une vie avec Dieu (qui change fondamentalement tout), et pour connaître (expérimenter de la bonne manière) ce qu'on va voir ensuite, le retour de Jésus, il convient premièrement d'avoir fait la paix avec Dieu par le regret de notre existence passée (qui n'a pas tenu compte de la réalité de Dieu) et par le pardon de nos péchés.

"Après avoir entendu ce discours (un peu tout ce qui précèdei, ils eurent le coeur vivement touché, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres : Hommes frères, que ferons-nous ?
38 Pierre leur dit : Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ, pour le pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint Esprit. 39 Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera.
40 Et, par plusieurs autres paroles, il les conjurait et les exhortait, disant : Sauvez-vous de cette génération perverse."

"Si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché. 8 Si nous disons que nous n'avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n'est point en nous. 9 Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité."

Ce pardon résulte d'un positionnement personnel devant Dieu, fait de regret du mal fait, de la repentance, de la confession à Dieu, et de la réception en retour de l'Esprit de Dieu en nous.
Ici une aide de prière en lien qui permet de vérifier ou de formaliser une vraie relation avec Dieu.

4 - JÉSUS DOIT REVENIR.... TRÈS BIENTÔT...
Que pouvons-nous savoir du retour de Jésus ?

Aux disciples qui viennent de voir Jésus partir de la terre, deux "hommes vêtus de blanc" (des anges matériaisés) leur dire: "Pourquoi vous arrêtez-vous à regarder au ciel ? Ce Jésus, qui a été enlevé au ciel du milieu de vous, viendra de la même manière que vous l'avez vu allant au ciel. "

Jésus lui-même avait prophétisé: "Que votre coeur ne se trouble point. Croyez en Dieu, et croyez en moi.2 Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père. Si cela n'était pas, je vous l'aurais dit. Je vais vous préparer une place.3 Et, lorsque je m'en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi."

L'apôtre Paul qui reçut d'importantes révélations de la part de Dieu a pu écrire: "Voici, je vous dis un mystère : nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés, 52 en un instant, en un clin d'oeil, à la dernière trompette. La trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés. 53 Car il faut que ce corps corruptible revête l'incorruptibilité, et que ce corps mortel revête l'immortalité. 54 Lorsque ce corps corruptible aura revêtu l'incorruptibilité, et que ce corps mortel aura revêtu l'immortalité, alors s'accomplira la parole qui est écrite : La mort a été engloutie dans la victoire. 55 O mort, où est ta victoire ? O mort, où est ton aiguillon ? 56 L'aiguillon de la mort, c'est le péché...
57 Mais grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus Christ !
58 Ainsi, mes frères bien-aimés, soyez fermes, inébranlables, travaillant de mieux en mieux à l'oeuvre du Seigneur, sachant que votre travail ne sera pas vain dans le Seigneur."

"Nous ne voulons pas que vous soyez dans l'ignorance au sujet de ceux qui dorment, afin que vous ne vous affligiez pas comme les autres qui n'ont point d'espérance. 14 Car, si nous croyons que Jésus est mort et qu'il est ressuscité, croyons aussi que Dieu ramènera par Jésus et avec lui ceux qui sont morts. 15 Voici, en effet, ce que nous vous déclarons d'après la parole du Seigneur : nous les vivants, restés pour l'avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui sont morts.
16 Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d'un archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement. 17 Ensuite, nous les vivants, qui seront restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. "

Le Dieu éternel en sa tri-unité a préparé pour ceux qui acceptent humblement d'être ses enfants par la foi, une seconde création qui ne finira jamais, exempte de tout mal, où l'amour régnera entre tous et où la justice sera automatique (comme l'annonce par exemple l'Apocalypse chap. 21.

Enfin retour, 2e venue de Jésus, "très bientôt". C'est une expression de la Bible qui veut dire que Dieu ne tarde pas dans l'accomplissement de ses promesses, et donc que Jésus reviendra au jour et à l'heure que Dieu décrétera.
"très bientôt" veut plus précisément dire, en ces jours de début du 3e millénaire christique, sans plus beaucoup d'années à attendre. En cela Jésus (et autres prophètes) a donné des repères, indiqué des signes précurseurs de son retour. Une recherche et étude très intéressantes... que je vous invite à faire, dans l'amour de la vérité, en vous aidant des moyens (nombreux) que peuvent fournir les librairies chrétiennes et des sites et blogs de l'internet. 

Dans l'espérance que si, vous et moi, on ne se rencontre pas ici-bas, on fera connaissance dans le Royaume bienheureux du Dieu qui nous aime jusqu'à avoir donné son fils unique, Jésus, Christ des nations/Messie d'Israël, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle.

Bonne marche sur le chemin qu'est Christ, qui ne mène peut-être pas à Rome, mais bien certainement jusqu'à la "Jérusalem céleste", capitale de la prochaine création.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche