Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 août 2020 1 03 /08 /août /2020 14:36

Dans les jours qui viennent, bien plus que le covid déjà bien exceptionnel, des événements d'ampleur planétaire vont se succèder - annonce la Bible de diverses manières.
Plus vite on apprend ce qui concerne ces réalités, moins on a de chance de se faire surprendre en fâcheuse posture quand on n'aura plus de temps pour se positionner autrement.

DES JEUX DES LOIS ET DES HASARDS

On peut admettre que des hasards se faufilent ici ou là dans nos existences. Il s'agit de rencontres, de résolutions ou de complications - jamais de choses aux conséquences importantes, sévères ou durables. Cela se produit aléatoirement, fortuitement, sans le jeu d'aucune volonté. Sans calcul quelque part, sans raison (autre que le hasard) en amont, mais pas forcément sans effet à la suite.
En ce sens, la connaissance du Réel est précieuse pour nous éviter de passer à côté de quelque chose qui n'est pas venu par hasard, et aussi pour nous empêcher de tomber dans ce qui peut être un piège tendu intentionnellement, par une personne humaine ou par une entité invisible, un esprit mauvais, qui cherche à nous faire du mal immédiat ou à nous mettre en difficulté (on parle alors de tentation).

Ce qui est certain scientifiquement, c'est que l'univers est fait d'une somme considérable de lois, d'ordres, d'organisations inouïes, de relations qui souvent ne laissent pas la moindre place à un écart, ce qui fait que dans les jeux fantastiques de toutes les lois qui se combinent de cent mille façons (et plus !), la place pour des hasards véritables est très infime... alors que quelques hasards aussi ne le restent qu'à cause de notre manque de discernement (quant aux lois diverses en train de jouer chacune leur partition). Mettre les vraies causes en face d'effets vus, est un challenge que nous ne soupçonnons généralement même pas exister. D'où bien de nos confusions, errements, hauts et bas à répétition.

Et puis il y a des coïncidences, des faits qui, ajoutés ou vus les uns rapprochés des autres, interrogent, laissent apercevoir une singularité qui sort de l'ordinaire, qui pourrait ou veut carrément dire quelque chose de spécifique, d'à propos; et en même temps qui montre un "plus que" l'ordinaire, que la vue matérialiste du Réel a bien du mal à faire entrer dans son étroite représentation.
Personne ne peut rester matérialiste s'il veut voir et entendre le Réel dans toutes ses acceptations.

Et quand on a découvert la réalité vivante de Dieu au point de le "voir" dans plusieurs effets qui en témoignent, on s'attache avec plénitude de vie à décrypter au mieux les arcanes du Réel pour le vivre avec le moins de place possible à l'aléatoire, à ce qui peut être un hasard mais aussi une tentation...
L'exemple que je veux partager date d'hier.

DU GÉNÉRAL AU PARTICUIER

Dans la soirée je cherche encore à voir un dernier post sur la toile, et j'arrive sur une chaîne inconnue dont je regarde une vidéo, que je mets ici pour qui veut vérifier la pertinence de mon expérience : "Parle au rocher!". Rien d'original pour moi, une sorte de révision ou entretien de la mémoire.

Comme vous l'entendez si vous l'écoutez, il y est surtout question d'un rocher. Un rocher qui est Christ, Dieu lui-même en figuration, en symbolique active. Le sujet n'est pas ici de partager davantage sur ce qu'enseigne ce passage, mais de la suite de la soirée.

Une fois déconnecté, je vais pour me coucher. Je voudrais louer Dieu, c'est-à-dire me réjouir de sa bonté (générale et envers moi, ma famille, etc...); le remercier de ce qu'il m'a donné de savoir qu'il existe et de faire des expériences avec lui, etc... Mais j'ai pas de mots. Je suis sec, et si je forçais, je sais que ce ne serais pas la bonne manière pour relationner avec lui, pour vivre quelque chose qui soit en vérité avec lui.

Alors j'ai un simple désir d'entendre Dieu me parler; me dire quelque chose qui me montre qu'il est bien là avec moi, indépendamment du fait patent que là, en cet instant, je ne sens rien de sa présence ni au-dedans de moi, ni en dehors. 
Je lui demande donc, totalement par la foi, de me parler.
Aussitôt (comme cela arrive parfois de cette manière-là), j'entends intérieurement "Psaume 95". 
Je connais assez bien la Bible mais là je ne vois pas de quoi il va s'agir.
J'ouvre la Bible et je lis... avec l'émotion qui monte dès la première ligne, où figure cette même image que dans la vidéo, du rocher, qu'est Dieu. Une image pas très fréquente dans les Écritures.

"Venez, chantons avec allégresse à l'Éternel ! Poussons des cris de joie vers le rocher de notre salut.2 Allons au-devant de lui avec des louanges, Faisons retentir des cantiques en son honneur !3 Car l'Éternel est un grand Dieu, Il est un grand roi au-dessus de tous les dieux.4 Il tient dans sa main les profondeurs de la terre, Et les sommets des montagnes sont à lui.5 La mer est à lui, c'est lui qui l'a faite ; La terre aussi, ses mains l'ont formée.6 Venez, prosternons-nous et humilions-nous, Fléchissons le genou devant l'Éternel, notre créateur !7 Car il est notre Dieu, Et nous sommes le peuple de son pâturage, Le troupeau que sa main conduit... Oh ! si vous pouviez écouter aujourd'hui sa voix !8 N'endurcissez pas votre coeur, comme à Meriba, Comme à la journée de Massa, dans le désert,9 Où vos pères me tentèrent, M'éprouvèrent, quoiqu'ils vissent mes oeuvres..."

Hier soir donc j'ai perçu un de ces vrais clins d’œil du Dieu du Ciel et de la Terre, qui rebooste dans une foi heureuse, victorieuse, comme il veut que nous en vivions. Car "l'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu."
Les paroles (lues ou écoutées) sont nourriture pour l'âme, aliment psychique. Comme l'herbe fraîche du ruminant... que nous sommes appelés à devenir (méditer c'est ruminer). Ces paroles sont eau fraîche qui désaltère, et d'un coup toute mon aridité intérieure s'est évanouie.

Le choix de Dieu de me parler de lui en tant que rocher correspond au temps très particulier que nous vivons - que l'apparition du covid est venue comme avérée, certifiée, scellée, alors que nous (les chrétiens éveillés) en parlons depuis longtemps. Vient un moment où Jésus revenant sur terre pour y établir un règne de mille ans, frappera les méchants et incrédules de ses paroles puissantes comme la pierre envoyée par David pour terrasser le géant philistin Goliath."

UNE QUÊTE OUVERTE À TOUS

Avez-vous trouvé en Jésus le Christ, Celui qui a "les paroles de la vie", vie éternelle au demeurant ? Celui dont les paroles peuvent être douces comme le miel, mais aussi cassantes comme un marteau ! Il vaut mieux connaître Dieu dans son amour, dans sa grâce, plutôt que selon sa justice, implacable, qui demeure sur nous tant que notre péché n'est pas ôté, nos fautes ne sont pas pardonnées.

A chacun de se positionner. C'est simple : Entre ce qui est de la mort et donne la mort, et ce qui est de la vie et donne la vie... choisissez la vie.

Soyez sauvé-e !

Partager cet article

Repost0
27 novembre 2019 3 27 /11 /novembre /2019 11:19

C'est un fait indéniable que nous sommes tous mortels,
et que le jour de notre mort ne nous appartient pas.
Et la peur même que cette évocation suscite en nous
est un signal qui montre que cet article
n'est pas sans importance.

Il suffit de voir ce qui peut survenir soudain comme déréglement climatique jusqu'à mortifère (eaux diluviennes*, neige, canicule), accidents de voiture, d'avion, de train (ou d'hélicoptère comme avant-hier avec 13 militaires tués), attentat, meurtre passionnel ou familial, AVC, cancer.......... Personne n'est à l'abri... mais personne aussi n'est mieux protéger que celui/celle qui a remis sa personne entière sous l'autorité de Dieu par Jésus-Christ. Et on va là voir pourquoi.

Si donc la mort est un fait indéniable qui risque de faire que cette existence avec toutes ses difficultés et souffrances n'aura eu aucun sens si elle est la fin de notre conscience, un anéantissement total de soi, pourquoi continuer à vivre ?...
C'est ce qu'on peut entendre de plus ou plus souvent chuchoté à nos âmes. Ce qu'on peut chacun percevoir à un moment ou à un autre (bien sûr surtout quand ça va mal), sous forme d'une pensée... qui en fait est une suggestion maligne qui vient d'où ?

De nous-même ou de Satan, du diable, d'un démon ? D'une ou l'autre de ses créatures angéliques déchues (invisibles car seulement psychiques et spirituelles, sans corps) qui nous détestent et se jouent de nous d'autant que nous ne croyons pas à leur existence. Ces esprits maléfiques nous détestent et le bonheur qu'on peut connaître.
Pourquoi ?

Car ils se sont mis dans le malheur et ne semblent plus trouver de satisfaction qu'en cherchant à nous entraîner dans leurs vices, leurs perversions, leurs mensonges, leurs injustices, et dans la mort, par le meurtre ou encore par le suicide qui se présente (faussement) comme le terminal d'un mal-être.
Or la mort telle que nous la voyons et comprenons, savons-nous ce que c'est réellement ?

QUE CROIRE QUANT À LA MORT?
- Certains croient que c'est la fin (de nous, de tout, de moi). Un anéantissement donc de notre corps et de notre psychisme.

- D'autres croient que c'est comme une mutation ou métamorphose où on va changer de corps. Où l'âme continue à vivre mais en migrer dans un autre corps, plus divin ou, le plus souvent, dans un corps animal quelconque (comme punition d'une vie où le mal à dominer sur le bien). Ils parlent alors de réincarnation.

- D'autres encore croient qu'en se sacrifiant pour une cause (religieuse ou humaniste ou politique), ils vont au moins changer la face du monde ou d'une situation, sans la moindre idée de ce qui se passe quand on meurt et quand on est mort, ou encore en croyant que des vierges nous attendent pour que nous assouvissions sans limites, sans opposition, nos pulsions sexuelles.

- Certains croient qu'il y a un paradis pour tous, ou encore différents paradis, comme un paradis des boxeurs par exemple pour les boxeurs qui meurent (où ils se boxeront éternellement peut-être !?).

- d'autres croient qu'il y a un paradis et un enfer, et que c'est loin d'être gagné d'avance pour savoir où on va se retrouver pour l'éternité !

- Certains croient que les morts avec leurs sensations psychiques sont toujours attachés à leur corps et qu'il faut aux vivants retourner leur corps une fois par an pour qu'ils se sentent mieux.

- Certains croient que l'âme sort du corps et par là perd son individualité pour rejoindre et se fonde en pleine inconscience une Conscience cosmique unique et universelle qui n'a rien de personnel.

- Peut-être croyez-vous encore d'une autre manière !?

Surtout remarquez que dans tous les cas il s'agit de CROIRE.
Ce qui peut nous poser un vrai problème: Celui que croire touche au religieux (et donc on se ferme rien qu'à entendre ou lire ce mot), ou touche à un inconnu inconnaissable, à ce qu'on ne peut absolument pas savoir.

Or je voudrais vous inviter à observer ce qui est observable, à réfléchir avec vos capacités de raison et de bon sens bien terre à terre, et à comprendre ce qui demande simplement que nous cherchions - comme en science si nous voulons découvrir des vérités qui ne sont pas immédiatement accessibles. 

UNE INVITATION À... NE PAS MOURIR... IDIOT !?
Questions :
Comment avez-vous appris tout ce que vous savez par l'école?
Comment avez-vous présenté un concours pour entrer dans une grande école ou dans un poste?
Comment avez-vous reçu les instructions d'un apprentissage?
Comment avez-vous appris le code de la route et la conduite (automobile ou maritime ou aérienne)?
Comment avez-vous appris à faire du vélo ou à nager?
Comment avez-vous pu manger aujourd'hui sans savoir si ce que vous avez mis dans votre bouche était bon ou avarié?
Etc, etc, etc...
Avez-vous la réponse exacte... que vous n'avez peut-être jamais soupçonnée!?

C'est que TOUT ce que nous apprenons et faisons, commence par un acte de confiance, par une transmission qui ne se reçoit que par... la foi ! En croyant ce qu'on nous dit.
Vrai ou faux!?
Et donc à la question qui peut vivre sans croire? la réponse est PERSONNE!

Car on est tous par nature des croyants, des êtres capables de croire avant de savoir ET POUR SAVOIR.
On ne peut arriver à SAVOIR quelque chose, que ce soit pas le domaine matériel le plus basique (apprendre un métier manuel) ou dans des domaines de connaissances théoriques (comme les maths, les physiques, la biologie...), qu'en commençant par écouter ou lire quelque chose qui nous est extérieur, qu'on ne connaît pas, et, le croyant, on se l'approprie en tant que savoir.

En fait il nous est absolument impossible d'avancer, de vivre la dynamique du vivant qu'on a héritée,  sans faire "des pas de foi", sans accepter de croire (quelqu'un, des idées, des concepts, des axiomes, des instructions, du savoir, qu'on va y arriver) pour arriver à autre chose, à plus loin, à plus haut, à plus grand, à meilleur, que ce qu'on est à un moment donné (que ce soit en tant qu'enfant, ado, adulte, ou même vieillard).
Beaucoup de cette vérité se passe comme indépendamment de nous, c'est-à-dire en dehors d'une conscience éveillée à comment on approche ou saisit les choses, à comment on a cet élan vital qui nous fait lever le matin (quand il n'est pas cassé!), préparer un cours, une conférence, chercher une solution, concevoir un film, tenir le choc (sans mal faire) face à une adversité qui nous encombre la vie...
Mais notre capacité et potentialité spécifiques d'être humain contiennent  aussi que nous puissions en conscience acquérir des données, des connaissances, du savoir et des savoir-faire. C'est-à-dire conscient qu'on se met à croire quelque chose alors même qu'on ne sait pas si c'est juste, vrai, bénéfique, utile, intéressant...

C'est donc là le POINT DE DÉPART crucial, prédéfini et toujours prêt à être actif ou activé de nos mouvements (physiques, psychiques ou spirituels).
Êtes-vous déjà convaincu-e que cela est vrai ?
Convaincu-e de la prééminence de cet axiome, de ce moteur fantastique  posé en nous par le Créateur**, qui fait que la vie est mouvements et dépassements et joie d'aventures, d'explorations et de nouveautés toujours possibles ?
Je pose cette question car le but de la dynamique du vivant pour nous, c'est que nous acquérions, que nous nous enrichissions donc de ce qu'on n'a pas à l'origine (bien qu'on ait déjà des capacités et beaucoup de potentialités), et que par là nous nous déployons jusqu'à dépasser même le cap suprême... celui de la mort physique !

Et c'est là TOUT l'enjeu (si ce n'est premier en tout cas final) de cette existence. C'est l'enjeu supérieur à tout, transcendant, de ce principe de foi qui est notre propre puissant moteur par lequel nous saisissons et évoluons... en bien ou en mal... selon ce qu'on va croire, qui on va croire, pour quoi on va croire.
Et on arrive là à "l'entonnoir" de la vérité !

L'ENTONNOIR DE LA VÉRITÉ
Facile à comprendre. Si 2 et 9 font 11 tout rond, cela ne fait ni 10, ni 13, ni même 10,5 ou 10,95, ni 11,05 ou 12, etc...

On comprend par là que la vérité, comme l'exactitude, est quelque chose de précis, qui exclut plusieurs autres choses qui dès lors, n'étant pas vérité, sont des erreurs, ce qu'on appelle encore selon les domaines des fautes ou des mensonges, voire des demi-vérités (qui peuvent être une forme subtile de mensonge).

CROIRE, QUOI ET PAS QUOI ? TOUT !?...

De la question de la vérité et du mensonge, du juste et du faux, donc plus globalement du bien et du mal, découle les questions ou notions capitales de notre liberté et d'une capacité personnelle à trier les informations - capacité psychique que nous avons comme bien d'autres choses à développer, ce qui donne du discernement, un jugement critique, une capacité à ne pas se faire avoir par n'importe quoi.
On connaît bien ça par les tentatives d'arnaque, d'hameçonnage sur la toile, par la faon dont des gens peuvent essayer de nous séduire (par l'attrait du gain, du sexe, du pouvoir, de produits stupéfiants, etc...) pour tirer profit de nous, nous manipuler, escroquer, etc...

DONC TOUT N'EST PAS A CROIRE, BIEN ÉVIDEMMENT !
Tout de ce qu'on entend, de ce qu'on nous dit ou nous montre, n'est donc pas à prendre "pour argent comptant". Comme s'il s'agissait d'une vérité, d'une bonne chose. 
Et là il faut croire que sans Dieu le discernement et la protection est bien difficile, voire impossible.
Qui ne s'est pas fait trompé, arnaqué, possédé, par une offre alléchante, par un gars ou par une fille, par une promesse (il n'y a pas qu'en politique que les promesses ne sont pas tenues, une fois qu'on a mordu à l'hameçon ! Emoji ).

EXTENSION DES DOMAINES OÙ EXERCER DE LA FOI  POUR S'ENRICHIR DE SAVOIRS... ET DE VIE !

On est toujours à avancer sur et par le principe de croire avant de savoir et pour savoir. Et on est juste en train de faire le pas qui passe d'un contenu matériel (physique et psychique) de ce qu'on croit à un contenu spirituel (qui touche au domaine des esprits, de Dieu donc, de l'après-mort, de l'éternité...).

ET DONC LA QUESTION MAJEURE DE LA VIE MORTELLE ET DE L'ÉTERNITÉ !?...
Plus conséquente que tout - on y arrive -, la question de savoir ce qu'il y a après la mort est capitale car cette échéance peut arriver à l'improviste - ça n'arrive pas qu'aux autres ! -, ouvrant sur rien moins que l'éternité.
On a vu plus haut diverses idées ou pensées, opinions, préjugés ou connaissance avérée) à ce sujet, chacun de nous ayant forcément une position, une idée (l'absence même d'idée est une forme d'idée, une façon de concevoir certaines choses par l'indifférence). Et parmi ce florilège de propositions issues d'ici ou de là, il y a FORCÉMENT, ASSURÉMENT, UNE RÉPONSE JUSTE, ce qui est LA VÉRITÉ sur ce point à la fois délicat (comme sont toutes recherches) et auquel personne ne peut éviter d'être confronté.
Comment savoir? Comment passer de croire à savoir?

Une bonne manière de procéder consiste à s'appuyant sur une approche comparée des propositions. En disposant et cherchant des informations sans faire l'impasse sur rien, dans la dynamique de TROUVER ce qui est vrai.
Car seul chercher ce qui est vrai permet de sentir et d'accéder à une conviction toute personnelle que la chose (l'information, l'affirmation, la proposition) est vraie.

La Bible insiste sur ce principe de chercher la vérité pour trouver la vérité. Par exemple dans la lettre aux Thessaloniciens on peut lire cet avertissement :
"La venue de cet impie (l'antéchrist) se fera par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers10 et avec toutes les séductions de l'injustice pour ceux qui périssent parce qu'ils n'ont pas accueilli l'amour de la vérité pour être sauvés.11 C'est pourquoi Dieu leur envoie une puissance d'égarement pour qu'ils croient au mensonge,12 afin que tous ceux qui n'ont pas cru à la vérité mais ont pris plaisir à l'injustice soient condamnés."

Ainsi permettez-moi pour faciliter cette recherche, de vous donner là ma réponse, mon intime conviction, acquise par différents chemins, ce que vous mettrez en vis-à-vis de ce que vous croyez déjà et si nécessaire pour vous faire une idée bien arrêtée en vis-à-vis du contenu d'autres croyances.

En fait je n'ai rien inventé - car on n'a pas à imaginer ce genre de connaissance (universelle et préétablie) -, mais j'ai rallié ce que dit la Bible (après avoir été au préalable indifférent, ignorant, et encore en comparant ce qui se dit ici et là).

QU'ENSEIGNE LA BIBLE SUR L’APRÈS MORT (LE "POST MORTEM") ?

La Bible dit depuis le commencement, que l'âme ne meurt pas avec la mort physique. 1er exemple : Dieu dit à Caïn après qu'il ait tué son frère Abel: "Qu'as-tu fait ? La voix du sang (l'âme***) de ton frère crie de la terre jusqu'à moi.".

Dieu conduit encore la foi d'Abraham jusque dans la résurrection des morts. En lui demandant de sacrifier le fils unique qu'il lui a donné par Sarah (Isaac) afin de leur assurer une postérité, Dieu amène Abraham à croire, de manière logique, rationnelle bien que surnaturelle, qu'il ne peut lui demander cela que parce qu'il a le pouvoir de le ressusciter ensuite.

Du temps de Jésus (1 800 ans plus tard), cette descendance abrahamique, dans sa partie engagée dans la fonction religieuse (sacerdotale) est divisée sur le sujet, avec d'un côté le parti majoritaire, les pharisiens, qui croient à une pérennité de l'âme et à la résurrection des corps.
Les saducéens (alors minoritaire) ont pour leur part adopté une position "moderne", qui coupe d'avec la tradition et les textes sacrés, niant toute vie post mortem de l'âme, et donc toute résurrection des corps. Sûrs de l'option nouvelle par laquelle ils se distinguent, ils viennent tenter Jésus, pour le confondre et/ou pour le faire rejoindre leur camp:
"« Maître, voici ce que Moïse nous a prescrit : Si un homme marié meurt sans avoir d'enfants, son frère épousera la veuve et donnera une descendance à son frère.29 Or, il y avait sept frères. Le premier s’est marié et est mort sans enfants.30 Le deuxième [a épousé la veuve et est mort sans enfants],31 puis le troisième l’a épousée ; il en est allé de même pour les sept : ils sont morts sans laisser d'enfants.32 Enfin, la femme est morte aussi.33 A la résurrection, duquel d'entre eux sera-t-elle donc la femme ? En effet, les sept l'ont eue pour épouse. »
34 Jésus leur répondit : « Les hommes et les femmes de ce monde se marient,35 mais celles et ceux qui seront jugés dignes de prendre part au monde à venir et à la résurrection ne se marieront pas.36 Ils ne pourront pas non plus mourir, car ils seront semblables aux anges, et ils seront enfants de Dieu en tant qu’enfants de la résurrection.37 Que les morts ressuscitent, c'est ce que Moïse a indiqué, dans l'épisode du buisson, quand il appelle le Seigneur le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob.38 Or Dieu n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants, car tous sont vivants pour lui. »39 Quelques spécialistes de la loi prirent la parole et dirent : « Maître, tu as bien parlé »"

La question est alors: Qui, mieux que Jésus qui a donné des signes surnaturels de sa nature divine (jointe à sa nature humaine), a pu dire autrement et aurait raison?
Et encore qui, mieux que l'Esprit de Dieu qui a enseigné et inspiré les écrivains des  la Bible, sait ce qu'il en est de ce qui se passe sur l'autre versant de tout ce qui fait le Réel ? (vous pouvez par exemple (lire ou écouter en cliquant ici ce qu'a pu écrire l'apôtre Paul de détaillé sur la 1ère résurrection)
A vous de chercher... si sa réponse christique et biblique est bonne, ou pas...

POUR NOUS AIDER À TROUVER L'HISTOIRE (BIBLIQUE) MAIS AUSSI L’ACTUALITÉ
Depuis quelques années les langues se délient dans plein de domaines. Et dans celui qui nous concerne ici aussi. On parle alors de EMI (Expérience de Mort Imminente) ou NDE (Near Death Expérience).
On pourrait surtout parler de Vie Imminente, car les rapporteurs de ces expériences faites alors qu'ils sont en état comateux ou de mort clinique, dans un ou des univers surnaturels (qui tiennent de l'enfer et du paradis), racontent qu'il y a dans ces sphères non matérielles (psychiques et spirituelles), où ce corps n'a pas sa place, plus de vie, plus de conscience, plus d'acuité de perception, qu'ici-bas.
Pour écouter de ces témoignages, tapez EMI ou NDE sur un moteur de recherche et vous pourrez rejoindre des milliers de vidéos qui forme un tel faisceau d'indices qu'on peut désormais parler de preuve que l'essentiel de notre existence et de notre être, c'est l'âme (la psyché en grec, d'où tous les mots formés autour de la racine "psy").
Ce que disent depuis l'aube des temps toutes les religions et encore aujourd'hui bien des cultures, et la Bible qui va même plus loin en disant que l'être humain créé à l'image de Dieu (qui est un Dieu Un et trinitaire en même temps) est un corps habité par une âme et un esprit...

La Bible enseigne encore qu'outre des résurrections isolées surnaturelles de morts, il va se produire pour tout le genre humain deux résurrections bien distinctes et différentes des défunts, distantes de mille ans.

PREMIÈRE RÉSURRECTION DES MORTS
Une 1ère résurrection est celle de ceux qui sont morts dans leur foi au Seigneur Jésus venu sur terre pour y mourir en tant que Sauveur, obtenant que quiconque croit en lui et en ce sacrifice totale de sa personne puisse recevoir un authentique pardon de Dieu de toutes ses fautes.

Cette résurrection donne immédiatement à qui en bénéficie un corps nouveau, tout autre, comme si en tant que conducteur on recevez d'un coup une Ferrari toute neuve, une Bentley, une Tesla, une Maserati, une Rolls-Royce...
C'est ce que la Bible déclare (que vous pouvez lire en cliquant ici). 
Cette résurrection va conduire ses heureux bénéficiaires jusque dans le Royaume céleste éternel de Dieu. La Bible donne pas mal de renseignements sur ce futur... qui devient de plus ou plus imminent, ce qui apparait par une conjonction des textes bibliques prophétiques et des principales actualités planétaires.

Ce qui pose là aussi la question de la véracité des écrits bibliques !
Écrits d'hommes (une quarantaine) qui, bien que sur une durée de 1 500 ans environ, ont pris l'initiative de faire ce livre, ou bien livre totalement inspiré par l'Esprit de Dieu pour que nous sachions, en croyant, ce qui ne peut être accessible à notre raison, à notre âme, mais qui l'est à notre esprit.
A vous de chercher, et une bonne manière de le faire est de chercher cette vérité en lisant la Bible (en commençant par la seconde partie (le Nouveau Testament) par exemple car elle est plus courte et éclaire beaucoup ce qui était resté mystérieux dans la première.
Pour ma part la réponse n'a pas été difficile du fait qu'un jour où j'étais en panne dans mes recherches et tâtonnements spirituels (genre Nouvel-âge), Dieu m'a parlé par une voix très audible, disant simplement : "Lis la Bible ! Lis la Bible !" (Je raconte la suite surnaturelle ici en descendant la page jusqu'à DIEU ME PARLE, VRAIMENT !).

SECONDE RÉSURRECTION DES MORTS
Elle est celle de tous les autres qui n'ont pas pu être de la première.
Elle interviendra après le millénium ou règne terrestre de Jésus de 1 000 ans. (comme vous pouvez le remarquer, la foi en Christ et par la Bible ne laisse pas dans du flou ou des limbes évanescentes au sujet du futur (terrestre, céleste, puis sur une nouvelle terre et sous un nouveau ciel...).

ÔTER DES OBSTACLES QUI BOUCHENT LA VUE ET PARALYSENT LE CŒUR ET LA RAISON
Mais pour entrer dans l'assurance qui est un des signes qui attestent d'une foi juste, c'est-à-dire d'une foi en ce qui une vérité, il faut d'abord que nos péchés (nos fautes morales et autres injustices et pratiques occultes) soient vus et confessés à Dieu pour obtenir de sa part un pardon véritable? Et cela dans la foi concomitante que c'est uniquement parce que Jésus est mort à cause de nos fautes, prenant sur lui tous les effets qui en résultent, dont la mort, que le Dieu éternel peut nous laver de tout.
Ainsi est-on chacun remis en règle et en paix avec Dieu, non sur quelque mérité de notre part (car toute notre justice est comme un vêtement souillé, dit le prophète Ésaïe), mais uniquement sur la base que Jésus, en donnant sa vie pour nous, a satisfait la justice de Dieu qui exige que le mal commis soit sanctionné.
Ce qui est dit ici de merveilleuse manière: "En effet, le salaire du péché, c'est la mort, mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur.". 

Désormais, ayant lu jusque là, vous avez la responsabilité de poursuivre (ou pas) dans la seule quête qui finalement est importante, car vitale (et bien au delà de ce qu'on peut imaginer), celle de chercher comment entrer en relation avec Dieu dès ici et maintenant, c'est-à-dire comment trouver ç s'établir dans une paix avec lui, ce qui seul permet de tenir les démons et Satan (qui sont des anges déchus) à distance.
Enfin faire la paix avec Dieu pour le connaître de l'intérieur, dans sa sensibilité, dans son amour, dans son repos, dans sa dynamique en notre faveur... et non seulement du dehors par ses jugements, c'est trouver comment accéder à l'éternisation qu'il désire tant de notre âme - c'est-à-dire une pérennité éternelle de notre moi-je, de notre personne consciente d'elle-même et unique.
Avec Jésus les choses sont simples. 
C'est au point où entendant et discernant l'état d'esprit d'un des deux brigands crucifiés à côté de lui, il lui répond: "Aujourd'hui tu seras avec mon dans le paradis".
A un autre, l'apôtre Paul va dire: "Crois au Seigneur Jésus et tu seras sauvé toi et ta famille".
A d'autres l'apôtre Pierre dit: "Repentez-vous (ce qui veut dire Regrettez ce qu'a été votre vie passée tout en décidant de changer vos  manières de faire) et que chacun de vous soit baptisé pour signe du pardon de vos péchés (comme expression physique qui rend visible ce qui s'est réellement passé comme changement dans votre for intérieur), et vous recevrez le don du Saint-Esprit (qui est la vie même de Dieu, éternelle donc, qui vient s'ajouter à notre être psychique pour nous mettre à part de toutes les forces dominantes mauvaises et nous sauver de la perdition de soi qui suivra toute mort qui n'est pas marquée par cette présence divine en nous).

En toutes ces choses je n'invente rien; je n'ai fait, parmi tous les possibles proposés par les uns et les autres, philosophes, idéologues, médiums, charlatans, religions, que croire que la meilleure manière de croire consiste à considérer les écritures bibliques comme étant d'origine divine, et donc que Jésus est bien l'unique Sauveur dont nous ayons besoin pour échapper un maximum au mal présent et à venir.

Pour clore ici, un verset dans lequel il peut suffire de mettre votre nom à la place du mot "quiconque"pour que, si vous le faites en toute intégrité et foi, vous entriez (naissiez spirituellement) immédiatement dans le plan rédempteur de Dieu:
"En effet, Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle."

Si vous désirez mieux ancrer encore en conscience une telle démarche que vous venez de faire ou que vous désirerez de faire, voici en cliquant ici > un guide de prière pour vous aider à passer ainsi d'une mort (spirituelle, qui est notre lot commun) à La vie (spirituelle qui se reçoit et ne peut jamais finir). 

Soyez richement béni-e.

(Pour + mon article sur les 5 formes de résurrections en cliquant ici. Aussi si vous voulez creuser le sujet de la mort Les 5 types de mort < ici

_________________
* La Bible nous dit que Dieu a fait une alliance avec nous par Noé, lui assurant qu'il ne détruirait plus de lui-même le genre humain par de "grandes eaux" (grosses inondations, cyclone, rupture de barrage,  tsunami, pollutions mortelles...).
Ce qui signifie que lorsque de tels accidents se produisent en rapport avec l'eau, Dieu n'en est pas responsable. La cause, la responsabilité incombe à ceux qui les subissent pour les avoir suscités de la part des démons (toujours capables d'influencer les éléments naturels comme on peut le lire ici dans la Bible) à partir de leurs comportements coupables. Notamment par des pratiques graves (individuelles, collectives ou d'un groupe de responsables) que la Bible appelle des abominations parce qu'elles donnent des droits sur nos existences aux démons). Il en est ainsi des meurtres (dont l'avortement fait partie aux yeux de Dieu et de Satan), de perversités dénaturées, de diverses formes d'occultisme et autre satanisme (notamment comme il est écrit dans le livre biblique du Deutéronome au chapitre 18, à partir du verset 10).

** Rien que par cette dynamique incluse dans le vivant, la théorie athée qui pose l'évolution comme moteur du vie est intenable (sans parler de toutes les lois, organisations, complexités et systèmes découverts).
En effet avec ce que prône cette doctrine qui veut ôter à Dieu la paternité du monde et de la vie, on veut nous faire croire - toujours la croyance au départ de nos adhésions ou refus - que tout s'est fait à partir de rien uniquement par des successions infinies d'évolutions conduites par la main droite du hasard (des hasards) et par la main secondaire (gauche) des nécessités qui surviennent et obligent le hasard à se mettre à chercher sans la moindre intelligence des solutions aux problèmes posés...
Et donc comment le hasard serait-il parvenu à créer un déterminisme primordial comme est le principe de foi? Quelle nécessité aurait amené une telle évolution interne dans la nature psychique du vivant, qui n'est pas solution à une problématique particulière apparue au cours du temps, mais un universalisme préexistant à des situations et difficultés qui apparaissent dans le temps, qui s'y adapte plus que rapidement puisque c'est le principe même qui invite, appelle, déclenche toute appropriation nouvelle dans des dépassements de soi...

*** L'expression "la voix du sang" enseigne déjà ici que l'âme, le psychisme, est liée au sang, en est une émanation, le sang restant son support tant qu'il peut assurer la vie au corps. 

Partager cet article

Repost0
14 novembre 2019 4 14 /11 /novembre /2019 11:19

 

 

Notre cœur,
comme nos pieds ou nos mains,
a besoin d'être
lavé, purifié, éclairé, régénéré...

 

Ce qui réjouit le cœur de Dieu, c'est qu'il puisse nous pardonner.
L'avez-vous appris ? Ne le savez-vous pas ? Le saviez-vous mais l'avez-vous oublié?

"Car, lorsque nous étions encore sans force, Christ, au temps marqué, est mort pour des impies.7 A peine mourrait-on pour un juste ; quelqu'un peut-être mourrait-il pour un homme de bien.8 Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous."

Jésus-Christ "mort pour nous" pour quoi?
Entre eux - la première raison à expérimenter: Pour nous pardonner.

Un jour j'ai vu (et entendu) un handicapé sur une chaise roulante s'en prendre avec violence (verbale) à la personne qui manœuvrait son fauteuil.
Apparemment parce que cette dernière venait de trop le secouer alors qu'il s'agissait de sortir d'un magasin ayant une marche ou deux à son entrée.

Sans doute pas facile de gérer ce passage difficile, et le jeune homme assis a-t-il pu être plus ou moins secoué et avoir mal.
Mais autant il était sans force physique pour marcher, autant il n'était pas sans animosité tapie au fond de son cœur pour réagir. C'est réellement de la méchanceté qui sortit alors de sa bouche, au point de me faire retourner.

CONNAISSANCE DE SOI

Cette image est pour moi une illustration de ce que nous sommes chacun en face de Dieu: à la fois la personne handicapée qui a besoin d'aide, et la personne qui assiste l'autre pour bien faire, mais sans expertise, et avec moultes maladresses...

D'un côté un cœur profond dont une contrariété peut rapidement atteindre et faire déborder son fond (qui est comme la lie déposée au fond d'une bouteille); de l'autre une bonne volonté à bien faire, mais avec une sempiternelle insuffisance pour réussir là où ce serait le plus nécessaire... notamment dans nos relations les plus rapprochées et obligées.

C'est ainsi que Jésus (le psy qui connaît l'être humain plus que quiconque) dit un jour: "Ayant de nouveau appelé la foule à lui, il lui dit : Écoutez-moi tous, et comprenez.15 Il n'est hors de l'homme rien qui, entrant en lui, puisse le souiller ; mais ce qui sort de l'homme, c'est ce qui le souille.16 Si quelqu'un a des oreilles pour entendre, qu'il entende.
17 Lorsqu'il fut entré dans la maison, loin de la foule, ses disciples l'interrogèrent sur cette parabole.18 Il leur dit : Vous aussi, êtes-vous donc sans intelligence ? Ne comprenez-vous pas que rien de ce qui du dehors entre dans l'homme ne peut le souiller ?19 Car cela n'entre pas dans son coeur, mais dans son ventre, puis s'en va dans les lieux secrets, qui purifient tous les aliments.20 Il dit encore : Ce qui sort de l'homme, c'est ce qui souille l'homme.21 Car c'est du dedans, c'est du coeur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres,22 les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l'orgueil, la folie.23 Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans, et souillent l'homme."

Voilà ce qui nous habite... tous ! Et qui se révèle à une occasion, dans une situation ou même une discussion ou une autre. On a vu que ça peut aller jusqu'à un coup de couteau pour une place de parking!
Certes, une bonne socialisation (éducation) peut rabaisser les pulsions qui résultent de cet état de fait générique, mais c'est dans une adversité qu'on peut réellement se découvrir... tel-le que Dieu nous voit. 

Et avec son pardon pour les faute passées, c'est aussi ce fond mauvais, corrompu, déréglé de diverses manières, que Dieu veut changer, pour nous changer.
D'une part donc, en commençant par nous pardonner chaque élément et la somme de ce qui est sorti de notre bouche et jusque dans notre comportement, tout ce qu'on a pu faire de mal, à partir et à la suite de mauvaises pensées et/ou de mauvais choix, avec notre corps (que ce soit dans la luxure ou dans la violence).
Et d'autre part, ce qui nous caractérise d'une autre manière, c'est une vraie faiblesse, congénitale, adamique, universelle, qui nous laisse laxiste où il faudrait réagir, ou au contraire qui nous met en mouvement pour ce qu'on pense être du bien, et qui va s'avérer être mal.

UNE AFFAIRE DE CONNAISSEURS   

Un autre grand psychologue avant l'heure (et psychanalyste puisqu'il a fait son analyse et peut dire ce qu'il a expérimenté en lui-même), l'apôtre Paul, décrit cela ainsi: "Car je ne sais pas ce que je fais : je ne fais point ce que je veux, et je fais ce que je hais.16 Or, si je fais ce que je ne veux pas, je reconnais par là que la loi (qu'elle soit celle de notre conscience personnelle ou d'une religion) est bonne.17 Et maintenant ce n'est plus moi qui le fais, mais c'est le péché qui habite en moi.18 Ce qui est bon, je le sais, n'habite pas en moi, c'est-à-dire dans ma chair : j'ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien.19 Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas.20 Et si je fais ce que je ne veux pas, ce n'est plus moi qui le fais, c'est le péché qui habite en moi.21 Je trouve donc en moi cette loi : quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi.22 Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l'homme intérieur ;23 mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres.24 Misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps de cette mort ?..."

N'avez-vous jamais failli, cédé ainsi, jusqu'à vous laisser entraîner dans ce que vous sentiez ou saviez être mal ?
Ou encore au contraire, ne vous êtes-vous jamais comporté comme un lâche, un peureux, un muet, là où il aurait fallu ouvrir la bouche pour défendre une situation, une cause ou une personne?

DÉVELOPPEMENT PERSONNEL

Il est important d'apprendre à être ou à devenir honnête vis-à-vis de soi-même quant à ce que nous sommes. C'est là que commence le véritable développement personnel !
Si on aspire à s'améliorer (mentalement, psychiquement ou spirituellement), il ne faut pas que ce soit une construction qu'on veuille développer sur un fondement pourri, piqué des vers... que sont ces forces intérieures mauvaises qui forment ce que la Bible appelle "le péché" (mot décrié mais très significatif puisqu'il a le sens de "manquer une cible", "passer à coté de" (ce qui est le bien véritable).

Et tant que le péché est une loi qu'on laisse librement écrite et agir, selon sa propension naturelle (psycho-génétiquement et par suite développée par nous-même), tant qu'on ne peut se maîtriser au contact des forces qui animent le monde qui nous entoure, nous sommes entraînés dans des erreurs, ses mensonges, des divagations, des pulsions malignes, des travers, des perversités et autre aveuglement...

Et le grand psy Paul expose encore de manière synthétique et parlante l'opposition qu'il y a entre le bien et le mal. C'est-à-dire entre ce qu'on peut vivre selon qu'on poursuit notre route sans la transformation surnaturelle que Dieu (le vrai, le Dieu de la Bible et non celui des religions ou des philosophes) peut opérer en nous; ou selon qu'on désire être pardonné et purifié par lui. Lisons: "Car la chair a des désirs contraires à ceux de l'Esprit, et l'Esprit en a de contraires à ceux de la chair ; ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez.18 Si vous êtes conduits par l'Esprit, vous n'êtes point sous la loi.19 Or, les oeuvres de la chair sont manifestes, ce sont l'impudicité, l'impureté, la dissolution,20 l'idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes,21 l'envie, l'ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d'avance, comme je l'ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n'hériteront point le royaume de Dieu.
22 Mais le fruit de l'Esprit, c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance."

Par le mot "chair" il est question de notre être naturel (notre corps et notre âme), qui ne tient pas compte de la réalité de Dieu et ne peut triompher du mal par le bien car nous sommes chacun habités par cette loi terrible dite "du péché et de la mort."

Par le mot "Esprit" il est parlé de l'Esprit même de Dieu qu'il donne à ceux qui veulent entrer et entrent effectivement dans son plan de rédemption de nos âmes et personnes.

Le verset suivant nous expliquant: "24 Ceux qui sont à Jésus Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs.

Dès lors que Dieu nous donne de voir aussi clair entre ce qui est bien et ce qui est mauvais pour moi et en moi, va-t-on rester ce que nous sommes - c'est-à-dire la personne pécheresse dont on a lu les descriptions, ce que je suis par nature et encore ce qui a été fabriqué dans mon intérieur par une culture et/ou par une religion?

Ou bien veut-on que Dieu nous adopte? Veut-on qu'il nous donne de repartir tout à nouveau, en mettant le compteur de nos péchés à zéro?

TRANSFORMATION DE SOI

Rien de religieux là-dedans!
Il s'agit seulement que nous trouvions ou retrouvions comment vivre en relation avec Dieu. C'est-à-dire dans une relation vivante (vivifiante, purificatrice, sanctifiante, apaisée, réjouissante...) avec ce Dieu véritable qui veut nous enrichir de son propre Esprit.

C'est pourquoi, quand ils veulent savoir comment entrer au bénéfice de la rédemption obtenue pour nous en sa mort par Jésus, l'apôtre Pierre dit à ses auditeurs ce que la Bible nous rapporte ainsi: "Après avoir entendu ce discours, ils eurent le coeur vivement touché, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres : Hommes frères, que ferons-nous ?38 Pierre leur dit : Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ, pour le pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint Esprit.39 Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera.40 Et, par plusieurs autres paroles, il les conjurait et les exhortait, disant : Sauvez-vous de cette génération perverse.41 Ceux qui acceptèrent sa parole furent baptisés ; et, en ce jour-là, le nombre des disciples s'augmenta d'environ trois mille âmes.42 Ils persévéraient dans l'enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières."
"Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.18 Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation.19 Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation.20 Nous faisons donc les fonctions d'ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous ; nous vous en supplions au nom de Christ : Soyez réconciliés avec Dieu !21 Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu."

Voilà tout "l'Evangile" de Jésus-Christ (mot venant du grec qui veut dire Bonne nouvelle). Ces passages en sont son cœur, qui expriment le cœur de Dieu, vérités à partir de quoi quiconque veut être honnête et sauvé de la perdition dans laquelle nous naissons tous et risquons de finir, peut s'impliquer, s'insérer tout personnellement dans ce plan de rachat de nos personnalités en risque et état de perdition.

En cliquant ici vous avez un guide de prière si vous désirez faire cette démarche toute personnelle qui permet d'obtenir le pardon de nos fautes et de recevoir la vie de l'Esprit de Dieu qui fait de nous des "nouvelles créatures" (qui seront ici-bas des enfants adoptifs de Dieu et vivront par la suite leur maturité, dans un nouveau corps glorifié, dans le Royaume éternel de Dieu, ce qu'on appelle le Paradis). 

Soyez béni-e, et sauvé-e.

Pour lire la Bible si vous en êtes totalement ou largement ignorant, je vous conseille de commencer par le Nouveau Testament (sa 2e partie) et par un des quatre évangiles - par exemple en cliquant ici: 1/ Évangile selon Matthieu - 2/selon Marc - 3/selon Luc - 4/selon Jean...

 

Partager cet article

Repost0
2 novembre 2019 6 02 /11 /novembre /2019 08:48

 

On est notre ADN !

Oui. Mais avant,

et après?...

 

En réalité (comme monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir), on part tous d'un principe (puisque par définition principe signifie "Point de départ, commencement").

Et notre principe premier est celui qui nous est donné - en fait inculqué pour l'essentiel sans qu'on en soit conscient - par le mix (cohérent ou bâtard) des opinions, avis et croyances (athées ou religieuses) de nos formateurs (parents, école, réseaux sociaux et autres médias).

"AUX ÂMES BIEN NÉES, LA VALEUR N'ATTEND PAS LE NOMBRE DES ANNÉES" (CORNEILLE) 

De fait, naissant en France après la 2e guerre mondiale de lignées de parents formés par la culture socio-humaniste (post-judéo-gréco-chrétienne, née au XXe siècle), on devient le plus généralement tout naturellement... incroyant (indifférent à ce qu'il y ait un Dieu ou pas, agnostique ou athée).

Né-e de lignées de parents formés dans une appartenance religieuse, on devient par un autre principe catholique ou musulman par exemple.

Ainsi un principe n'est pas juste un mot ou un concept, c'est un contenu ! C'est un pack fait d'acquis automatisés (bons ou mauvais), de préjugés, de prédominance, de partialité, d'insuffisance, de tares (toujours certainement) comme de valeurs.

Ainsi on part tous dans notre existence nantis d'une somme de données, d'un principe donc, par défaut.

Et la pire chose pour chacun de nous est de ne pas éprouver la valeur (morale, sociale, sociétale) de ce principe (qu'il soit dit laïc, athée ou religieux), selon que le bien consiste globalement en une vie paisible, sociable, solidaire, où le bien commun nous est aussi cher que notre propre bien - notre bonheur ne naissant au minimum que d'un respect conjoint de soi et de ce qui fait notre environnement (il n'y a pas de bonheur tout seul).

LE VRAI CARTÉSIANISME

Le grand apport de Descartes - si piteusement dévié en un principe agnostique par les incroyants - tient de cette révélation qu'il a eu, qu'il est fort bon que nous ayons tous un jour une prise de conscience - toute personnelle pour le coup, véritable - qui nous amène à remettre en cause ces fondements principaux.
Fondamentaux à partir desquels nous avons tous commencé à exprimer notre existence. Une phrase le résume particulièrement où il dit:
"Pour atteindre la vérité, il faut une fois dans sa vie se défaire de toutes les opinions qu'on a reçues, et reconstruire de nouveau tout le système de ses connaissances."

Car la question pour le coup réellement principale, est que nous vivons majoritairement sur la base d'opinions (qu'on a héritées plus que nous les avons réfléchies et adoptées en conscience), indépendamment de la notion de vérité.

Or il y a bien souvent antinomie, contradiction, tension, entre comment "ça pense" en nous (ce qu'on appelle "nos" opinions) et ce qui est juste, vrai, bien, bon, meilleur (des vérités que caractérisent leur universalisme et leur stabilité).

Ce n'est pas qu'on n'ait pas à avoir des opinions! C'est qu'elles ne doivent pas prendre la place des vérités. Par exemple c'est une vérité qu'on ait besoin de manger. C'est une opinion qu'on mange de la viande ou qu'on n'en mange pas, bio ou pas... (Et c'est important que nos opinions soient conformes à notre conscience...).

VÉRITÉS ET OPINIONS, LE GRAND DILEMME

Ainsi déjà le slogan qui court plus que jamais "A chacun ses vérités" est un non-sens complet. C'est confondre les opinions qui se caractérisent par la subjectivité et la multiplicité, avec les vérités qui sont objectives en soi, et une pour chaque chose. Par exemple pour dix mensonges possibles sur quelque chose, il y a une vérité. Comme 3 et 2 font 5,00 et pas tout autre chiffre et autres décimales.

Aussi Descartes dit encore: "Nous devons chercher la vérité en pleine liberté, affranchis de toute idée préconçue."

Des siècles plus tard dans le même esprit, le scientifique fait écho au philosophe, Albert Einstein disant: ''Le souci de parvenir à la vérité doit primer sur toutes les autres considérations.''

Parce que, remarque Otto Niebergall : "Tous les hommes naissent en originaux, mais la plupart meurent en copie."

Allez-vous rester une copie de ceux qui vous ont formé-e, voire fortement déformé-e par rapport à un schéma idéal que pourrait être votre vie et un réel mieux-être?

Einstein a encore dit: "Rare est le nombre de ceux qui regardent avec leurs propres yeux et qui éprouvent avec leur propre sensibilité."

Qu'allez-vous faire de ces remarques des plus pertinentes?
Rester ce que d'autres vous ont fait-e, peut-être dans une dramatique illusion que ce que vous croyez être déjà, n'est pas ce que vous pourriez déjà être de mieux?
Ou bien chercher davantage les grandes vérités du Réel, des personnes et des choses, sans rester embarrassé-e dans des préjugés, des erreurs, de l'ignorance, des mensonges, de fausses croyances (matérialistes ou religieuses)!?

Un jour j'ai été mis face à l'évidence de cette nécessité de revoir la copie que je rendais jour après jour face au monde qui m'entourait.
Jusque là j'avais été croyant selon la tradition protestante pendant deux à trois ans. Puis un prof de philo qui se disait librement athée marxiste-léniniste (c'était avant qu'on apprit les horreurs qui se passaient derrière "le rideau de fer") m'avait dépouillé du peu de foi que j'avais eu au contact d'histoires bibliques,
avec cette idée présomptueuse et complétement irréfléchie qu'il n'y n'y a pas de Dieu. Qu'on n'a pas besoin de s'en mettre un au-dessus de nos têtes. Que ce n'est que faiblesse, peur et superstitions qui nous amènent à croire à une transcendance qui pourrait quelque chose pour nous.

Avec son armée philosophique de païens, nihilistes, révolutionnaires, existentialistes, et de pseudo-scientifiques (évolutionnistes à la vue étroitisée), il avait fait de moi un révolutionnaire en herbe, un anti-conformiste, un débridé, qui allait pouvoir s'affranchir de la religion qui fait des hommes des toxicomanes, et par là de la morale judéo-chrétienne qui aliène l'individu... Ce qui me conduisit en une douzaine d'années à des sorties de route graves, le tout se soldant dans un sérieux accident qui me mit une nuit à la porte de la mort.

Et c'est là où, dans sa clémence, dans sa miséricorde, par son regard qu'il maintient cependant sur nous, Dieu vint révolutionner ma vue quant à lui et du monde. Il se présenta lui-même à ma conscience, comme le principe de tout, réel, immuable et dynamique à la fois. Celui qui ouvre les horizons bouchés par les philosophies et par nos fautes; qui élargit le Réel aux dimensions de ses vérités éternelles là où on avait fait qu'être rabaissés au plan de la matérialité.

Et nous voilà dans cette courte existence - prêtée et non donnée en toute propriété -, à ce stade où nous avons avancé et où les épreuves n'ont pas manqué - sans même que nous réalisions que c'était parfois des avertissements bienveillants et parfois des jugements sur nos comportements qui finissaient par arriver.
A un stade où, parce que vous êtes ici en train de lire, vous pouvez dire (à votre tour): Et si je partais effectivement du principe que Dieu existe réellement, qu'il est vivant et qu'on peut vivre une relation avec lui!?

RIEN N'EST PLUS PERSONNEL ET MOINS DÉLÉGABLE
Car, comme il est dit dans le film "Reines et rois": "Il faut toujours prévoir que, évidemment, on a raison, mais que c'est toujours possible qu'on ait un peu tort en plus, sans s'en rendre compte. Et avoir un peu tort, c'est une très bonne nouvelle! Ca veut dire qu'on n'a déjà pas toute la solution et que la vie va être bien plus étonnante et pleine de surprises que ce que l'on croyait."

Et combien on a besoin de retrouver ou recevoir pour la première fois de la fraîcheur, comme après une difficile canicule. Recevoir de l'enthousiasme pour chercher, une soif de savoir jusqu'à entrer dans la joie de comprendre et dans la découverte de plus de vie.
(Le docteur Alexis Carrel disait : "Il vaut mieux ajouter de la vie à nos années que des années à notre vie").

Et dans son livre culte "Le meilleur des mondes", Aldous Huxley affirme que "Les faits ne cessent pas d'exister parce qu'on les ignore."
Alors Oui, Dieu existe, il me l'a révélé - il s'est révélé, alors même que je ne pensais en rien à lui. Et cela en dehors de tout contexte religieux.
C'est pourquoi, il ne nous faut pas amalgamer Dieu et religion, ni même Jésus (vivant) et christianisme (système mortifère). Il faut le chercher Lui, comme on peut et en comptant sur sa grâce pour qu'il vienne à notre rencontre.

Car c'est Dieu qui nous rencontre, ce n'est jamais nous qui pouvons aller jusqu'où il est (même s'il est parfois tout près de notre cœur).

Alors "Cherchez Dieu de tout votre cœur", dit la Bible. "Chercher et vous trouverez", dit Jésus. "Frappez et il vous ouvrira". C'est votre éternité qui est en jeu. Lui a accomplit une Rédemption parfaite pour nous; notre part est de désirer la réconciliation possible avec Dieu que cela ouvre.

"Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.17 Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.18 Celui qui croit en lui n'est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.19 Et ce jugement c'est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises.20 Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient dévoilées ;21 mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses oeuvres soient manifestées, parce qu'elles sont faites comme Dieu l'approuve."

Soyez béni-e par Lui.

 

Guide ici si vous désirez prier Dieu

Partager cet article

Repost0
12 juillet 2019 5 12 /07 /juillet /2019 18:42

Aussi préfiguratif, deux ans avant la 1ère guerre mondiale.

L'état d'entropie (déstructuration, décomposition, mutation incontrôlée) croissante des sociétés et relations humaines, ne doit pas nous empêcher, pour le temps qu'il nous reste à vivre dans ce monde, de mettre nos mains à la pâte de sa finalité.

Il s'agit au final de parvenir à une conscience du Réel élargie, qui va de la conscience basique initiale de soi à celle du non-soi, savoir celle des autres, de nos environnements et essentiellement de Dieu - le vrai ! qui est à la fois Créateur et Rédempteur. 

Voici encore écho de sa voix attentive aux perdus cosmiques et spirituels et aliénés psychiques que nous sommes tous par condition naturelle (générique et ajouts personnels).

PENSÉE DIVINE GÉNÉRALE

Dans sa première partie (Ancien Testament ou Tanakh initialement destiné au peuple juif), la Bible rapporte et indique à quiconque (peuples de tous les temps et individus) ce qu'il faudrait faire - et comment cela n'est pas fait  !- pour parvenir à entrer dans une relation rétablie et durable (qu'on a tous perdue) avec Dieu. 
On parle ici de la finalité recherchée par le Divin, de ré-unir en lui le genre humain par la voie système qu'on appelle religion.

L'histoire entière rapporte l'échec de ce moyen. Moyen cependant légitime de la part d'un Dieu saint, parfait en lui-même, voire agréable à pratiquer, mais surtout impuissant pour changer nos cœurs (notre nature adamique, malencontreusement marquée par une dynamique interne maléfique appelée "le mal" ou "le péché").

Dieu laissa en effet environ 15 siècles à la descendance d'Abraham,d' Isaac et de Jacob pour qu'elle tente de suivre cette Loi (ou Torah) et surtout - finalité de toute religion, que Dieu permet à cette fin - pour réaliser avec contrition, voire avec larmes, que cela n'est pas possible en l'état.
C'est à cette sincérité navrée et navrante que Dieu attend que tous croyants parviennent. Car ce n'est que de là qu'une solution victorieuse peut apparaître... de sa part. 

C'est ainsi que l'histoire de la terre n'est très largement qu'expressions lamentables (tragiques, conflictuelles, horribles, douloureuses, de cet état d'échec sans cesse réitéré de la part des générations d'Israël et plus largement des descendances d'Abra(ha)m et autres goïm (étrangers à cette descendance sémitique).

D'UN SYSTÈME À UNE PERSONNE

Et donc, parce que quand même un petit reste de juifs s'attendent (il y a un peu plus de 2  000 ans) à la venue de la solution divine - un "Schilo", un "mashiah (Messie) promis comme libérateur, Dieu après 400 ans de silence lance la seconde partie de son plan de rédemption : C'est l'apparition de la personne de Jésus.
En substance, désormais Dieu dit que l'approche de la divinité par quelques pratiques religieuses que ce soit - toujours marquées d'infidélité, d'hypocrisie, de stagnation, d'irritation ou de frustration) n'aura jamais lieu. Que les croyances et efforts religieux avérés impuissants doivent maintenant être changés en une foi tout autre, où l'on ne pas plus avoir à chercher à gravir la montagne (inviolable) de Dieu, mais simplement croire que quelqu'un - Jésus, le Messie juif, le Christ des nations) l'a gravie avec succès pour nous tous.
Cela s'appelle Évangile (du grec ancien evangelion qui signifie Bonne Nouvelle - Gospel en anglais), formant pour sa transmission la seconde partie de la Bible : le Nouveau Testament.

C'est ainsi que l'état du cœur des hommes, femmes et enfants commença à changer sous l'effet de la foi placée en Jésus comme Sauveur et libérateur du mal.
Malgré que des hommes trafiquèrent avec l’Évangile au point de créer des "religions chrétiennes" - un oxymore -, des nations entières se formèrent sur les fondements évangéliques, d'abord après la chute de l'Empire romain (IVe siècle), et plus tard par le renouveau que fut le réveil spirituel initié par le moine Martin Luther pour désenliser de la religiosité résurgente (au XVIe siècle). 

MAIS L'HUMAIN PEUT ENCORE ÊTRE RELIGIEUX ET TERRIBLE - USURPATEUR

C'est un des risques de la liberté dont Dieu nous apourvu.
Ainsi, dès le XVIIIe siècle quelques antireligieux (dont Voltaire n'est pas le moindre, non sans raison mais de bien mauvaise manière) entreprirent de jeter (dénoncer) les eaux sales, agitées et sanglantes ecclésiales... jusqu'à progressivement occulter parmi toute l'Europe la pensée de Dieu (dans la mesure où les trahisons des hommes l'obligent). 

D'où naquit l'humanisme, où l'on prend les valeurs, les bonnes choses, les bénédictions héritées issues de la foi des ancêtres, tout en ne voulant pas de Celui qui les dispensent...
Un ersatz, un placebo même, qui ne peut durer (tromper son monde sur la justesse de son point de vue) qu'un temps.

C'est ainsi que comme l'institution ecclésiale dominante (catholique) fut jugée pour ses déviances et intrigues de manière sévère à partir de 1789 (notamment par des expropriations massives de biens et autres assassinats de religieux), l'humanisme va être jugé à son tour.
(Mal) habité par un concept de laïcité tôt dévié du bien-fondé de son origine), l'humanisme va vite laisser voir le cœur de ses principaux leaders (agitateurs), se mutant en socialisme, une idéologie qui n'est pas étrangère à la pensée de Marx et Hegel fondée sur la lutte entre humains.  
La virulence de la doctrine éclate fin du XIXe et début du XXe siècle, avec un combat politique qui emporte la "séparation de l’Église et de l’État", une formule inappropriée (qui nomme Église ce qui n'en est pas la plus juste expression) qui n'est en fait que la prise du pouvoir politique français par des athées (ou athées et croyants affiliés à quelque secte occulte).

On est en 1905. Jean-Jaurès, passionné par la force que représente le pouvoir politique autant qu'il l'est au plus profond par sa foi vivante au Christ est amené à lâché cette dernière : l'amalgame n'est pas tenable, il apostasie... et il est assassiné (pour cette trahison spirituelle ? car comment vouloir la paix sans son divin Prince !?) et la France prise d'assaut par ceux qui veut son bonheur et des libertés sans le secours de Dieu est envahit : 1ère guerre qui devient "mondiale".

L'humanisme a été là une tentative d'impérialisme à partir du nationalisme (orgueilleux) allemand.
A quelque distance (géographique et temporelle) de là, en Russie Lénine s'empare de la même idéologie commençant son action marxiste révolutionnaire avec le Parti ouvrier social-démocrate.
Mais très vite, pour mieux soumettre les hommes, il faut les collectiviser de force, les tenir par la dépendance en l’État propriétaire de tout. Une expérience athée qui tourne à une nouvelle forme de l'esclavage, ou d'un totalitarisme progressivement terriblement meurtrier et horrible - démoniaque pour tout dire, comme c'est avec Hitler plus à l'Ouest...

XXe siècle, LE PLUS MEURTRIER DE TOUTE L'HISTOIRE

Faute de revenir à Dieu en tant que nation, en 1918 la France n'a que le temps de se donner une nouvelle jeunesse qui va devenir de "la chair à canon".
La liste des dizaines de millions de morts s'allongent.

Après 1945, le bilan d'une politique menée en laissant délibérément Dieu et la foi en retrait de nos affaires, n'ai pas mieux fait en matière de justice sociale que ce qui était reproché aux religieux tenant les rênes du pouvoir : désormais les morts se comptent par dizaines de millions !

Alors que les survivants de l'Europe disloquée cherchent des termes de paix - toujours sans revenir à Dieu, que pourtant ils ont ô combien invoqué au cours des hostilités ! -, en Chine l'humanisme collectiviste trouve en Mao Tsé-Toung un nouvel outil bien disposé pour imposer l'unité des hommes sans l'amour (de Christ) qui serait nécessaire, donc par les armes et toutes sortes de répression et de meurtres.

C'est que pas plus les valeurs chrétiennes qu'on veut appliquer humainement sans Christ, que les religions qui poursuivent le même but d'unir et de faire grandir une unité par une religion, n'ont de force pour le bien.

NOUVELLE STRATÉGIE... OU TRAGÉDIE ?

Ne faisons plus la guerre mais faisons l'amour, proposent - et s'illusionnent - les jeunesses occidentales qui fleurissent malgré tout des guerres.
Les années 60 avec le pic de Mai 68 sont ces nouvelles années folles qui avaient suivies l'armistice de 18.

Mais ce débridement des mœurs va s'avérait en moins de trois générations une véritable bombe à retardement... comme on a appris à en fabriquer, des nucléaires, par ailleurs.
Car les plaisirs immédiats obtenus par cette prétendue libération des corps (féminin surtout) vont faire apparaître de plus en plus de grossesses non désirées, toute une progéniture naturelle, adultérine, voire née d'inceste ou d'acte pédophile.

La science comme l'art et les réflexions philosophiques impies avancent sans frein, apportant effectivement au fils des ans un confort matériel heureux à surabondant ; le cubisme et autres arts abstraits et musiques déjantées jusqu'aux confessions des satanistes ; l'existentialisme qui confesse de son côté l'échec de la compréhension et ouvre la voie à la désespérance suicidaire ; la subjectivité va prendre le dessus à la place du sens : les opinions - même des enfants - sont érigés en vérités objectives.

Il résulte de toutes ces forces développées sans schéma directeur, dans la quête d'un développement de soi qu'on prend pour la désaliénation qui nous est nécessaire, des productions technologiques qui nous étouffent, des relations obligées de toutes sortes de plus en plus difficiles, éprouvantes, dégradées, conflictuelles. Et on n'est qu'au début de la fin...

On crée des concepts artificieux qui vont s'avérer dramatiques, toujours plus mortifères et meurtriers.
On confond progrès (calculés, mûris, bénéfiques) et progression (réactive, obstiné, aléatoire, où le changement importe plus que ce qui va effectivement en résulter (ce qu'on appelle progressisme).

Bref, on a construit un Titanic aquatique (1912), puis des Titanic sociétaux, "culturels", qu'on veut maintenant unifier par le calcul mental humain, toujours sans Dieu.
On navigue dans la nuit, dans l'éclairage - et moins encore - insuffisant des lumières du XVIIIe (siècle), et de très gros icebergs se promènent à la surface de notre monde, qui ne veulent certainement pas se dérouter pour laisser l'avantage à Lord Humanisme-social-capital, à Dame Républicaine laïque.

DES PROPHÉTIES POUR REPÈRES

La Bible semble montrer que l'Amérique va être mise complétement out dans la préparation du sprint final pour l'hégémonie planétaire.  Catastrophe naturelle énorme ou cataclysme par une attaque ou riposte nucléaire qui va mettre le géant au sol !?...
Toujours est-il que la Bible fait référence à un Empire romain reconstitué - en tout cas géographiquement -Christ Sauveur, c'est-à-dire dans toute la vulnérabilité qui a déjà permis plus d'une fois à Satan et ses légions d'anghes déchus et dépravés de s'imposer aux créatures intelligentes mais pas très futées (affutées) que nous sommes de manière naturelle.

RETOUR AUX SOURCES

Là où l'eau n'a pas encore été polluées.
Avec un rappel à la loi divine - comme base de la connaissance du bien et du mal et moyen de que nous nous voyons coupables devant Dieu par plus d'un acte, d'une parole ou d'une pensée ;
Et le rappel que Dieu est compatissant à la vue de nos faillites, de notre imbécilité, de nos illusions, de notre mégalomanie, de nos déboires et souffrances..., tenant encore en réserve pour nous sa Grâce, le pardon de nos fautes (que notre conscience connaît bien ou que l'Esprit de Dieu nous rappelle maintenant) et le don de son Esprit pour nous changer et transmettre sa vie éternelle même.
Et cela consiste à nous faire naître une nouvelle fois, à une compréhension et à une vie tout autre ancrée dans le Ciel spirituel (lire Jean chap. 1, vers. 12 et 13 et chap. 3.1... ).

Dans 1Corinthiens 15. 33 on peut lire : "Ne vous y trompez pas : les mauvaises compagnies corrompent les bonnes mœurs.34 Revenez à vous-mêmes, comme il est convenable, et ne péchez point ; car quelques-uns (parmi les dits-chrétiens ou autres croyants) ne connaissent pas Dieu, je le dis à votre honte." Lire encore Luc 15, 10,24.

Ce qui arrive dans les rues (grèves, manifs, attentats, vagues de violence...) et encore dans les campagnes au milieu des agriculteurs, n'est-ce pas aussi des signes d'un temps mauvais comme dit le berger-prophète Amos ? chap. 5, vers.15 : "Haïssez le mal et aimez le bien, Faites régner à la porte la justice ; Et peut-être l'Éternel, le Dieu des armées, aura pitié Des restes de Joseph.16 C'est pourquoi ainsi parle l'Éternel, le Dieu des armées, le Seigneur ; Dans toutes les places on se lamentera, Dans toutes les rues on dira : Hélas ! hélas ! On appellera le laboureur au deuil, Et aux lamentations ceux qui disent des complaintes."

Malgré leur ancienneté les Écritures venues de Dieu n'ont pas vieillies et peuvent encore parler à quiconque ouvre son oreille pour connaître ce qu'est véritablement ce monde que nous vivons, et qui est le Dieu véritable encore capable de sauver et protéger ceux qui se confient dans son nom rédempteur : Jésus, Yeshoua en hébreu d'origine, ce qui signifie "Dieu sauve". (Matthieu 1.21).

Le Titanic est en train de se casser en deux. Dans un soubresaut, pendant 3 ans et 1/2 on va croire avoir trouvé la solution pour une paix durable entre les peuples - notamment entre Israël et les pays arabes -. Mais les accords ne tiendront pas. Alors une ruine soudaine arrivera sur le monde...

Jésus a parlé. Sans qu'il ait rien écrit lui-même ses disciples mus par l'Esprit de Dieu nous ont rapporté ses paroles essentielles et donné la Bible. L'internet même participe de cette ouvre de salut de nos âmes, de VOTRE âme comme de la mienne.

Allez-vous rester indécis-e, seulement soumis-e à la mollesse générale, aux sur-informations endormantes et à la grande boucherie qui vient ? Ou bien dès maintenant réagissez-vous, cherchez-vous le Dieu vivant - qui fait partie du domaine de ce qui nous est connaissable ?

Soyez béni-e, et sauvé-e.

Mon secours est en toi Impact

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2019 4 04 /07 /juillet /2019 17:00

Merci de participer à diffuser vers les intéressés si vous le pouvez

Faut-il que nous soyons indécis, que la médecine ne sache pas mieux qu'existe dans notre vivant une composante majeure distincte qui s'appelle l'âme (ou psychisme, du grec psuché), et que des parents croyants ne secourent pas mieux leur fils (ou époux) par leur intervention !
Mais que cela ne soit pas une fatalité qui laisse impuissant devant l'adversité.

Car on peut heureusement pallier à ce manque terrible, cruel, sociétal, vis-à-vis de la lumière de l’Évangile, par de la connaissance et en accueillant l'amour de la vérité nous concernant et concernant Christ.

FAIRE PARLER LA BIBLE

En ouvrant la Bible, on peut lire ce fait d'actualité d'alors rapporté par le médecin grec Luc (chap. 13) : "En ce même temps, quelques personnes qui se trouvaient là racontaient à Jésus ce qui était arrivé à des Galiléens dont Pilate avait mêlé le sang avec celui de leurs sacrifices. Il leur répondit : "Croyez-vous que ces Galiléens fussent de plus grands pécheurs que tous les autres Galiléens, parce qu'ils ont souffert de la sorte ? Non, je vous le dis. Mais si vous ne vous repentez, vous périrez tous également. Ou bien, ces dix-huit personnes sur qui est tombée la tour de Siloé et qu'elle a tuées, croyez-vous qu'elles fussent plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ? Non, je vous le dis. Mais si vous ne vous repentez, vous périrez tous également."

 Le fondement de notre condition est que nous sommes tous des "pécheurs", des "pécheresses", ce qui n'est guère flatteur nous l'admettons bien volontiers. Cela signifie étymologiquement des gens qui manquons régulièrement le but du bien. Pécher, mal faire (dire, penser), c'est toujours ne pas faire ce qui est bien (bien dont Jésus a dit que l'amour de Dieu déversé dans nos cœurs est la clé).

Et donc laissons-nous un peu remettre à notre place, à notre plus juste hauteur, car il vaut mieux être abaissés par une parole biblique plutôt que de jouer les arrogants. Selon que la Bonne Nouvelle de l'attitude de Dieu en face des pécheurs, c'est qu'il fait grâce aux humbles, alors qu'il résiste aux orgueilleux.
Et donc, voilà à quoi contribue, dans son état, indirectement mais combien activement, Vincent Lambert - l'épreuve étant globalement ce qui révèle le mieux ce qu'est le vrai fond de nos cœurs.

LA FOI À METTRE EN PRATIQUE

Alors maintenant soyons pragmatiques. C'est-à-dire devenons spirituels. Comprenons que les accidents graves ne nous arrivent jamais par hasard ! J'en ai connu un limite, et j'ai appris la causalité sous-jacente qui existe là (comme partout ailleurs dans l'univers).

Donc, on doit admettre, pour cet accident tragique, qu'il y a quelque part au moins une faute caractérisée commise par Vincent, dont l'aboutissement fut ce qu'il supporte encore... et pourrait supporter encore au delà de sa mort physiologique, tout ne finissant assurément pas par un encéphalogramme plat, le refroidissement du corps étant l'expression causale de la sortie finale et migration de l'âme (quand le lien entre les deux corps, physique et psychique, est rompu).

La foi chrétienne n'est pas prise de court dans tous les cas, puisque nous pouvons prier sous ces diverses formes pour le pardon des péchés (dans la mesure où nous savons et avons quelque prise de conscience de ces vérités spirituelles, avançant humblement, avec contrition et/ou compassion pour qui en a besoin).

Dans l'idéal ici, il conviendrait que les parents ou l'épouse parlent à Vincent qui, fort probablement, entend tout ce qui se dit, puisque le réceptacle des sons (des images, etc...) c'est l'âme. Lui disent qu'il a à demander (intérieurement) pardon à Dieu pour ce qu'il a fait lui-même de mal. En demandant à Dieu de ramener au plan de sa conscience ce qu'il peut avoir oublié et doit être à confesser...
Pour l'avoir fait récemment avec une tante qui ne bougeait plus, je l'ai vu, par le mouvement de sa mâchoire inférieure se mettre à parler à Dieu, répétant après moi des paroles de repentance et d'abandon à Dieu pour être reçue dans son Royaume.
Après de longues semaines de stagnation, elle partit moins de deux jours après. La Bible parle de ces cas de rédemption in-extremis, comme ce fut pour un des deux brigands crucifiés à côté de Jésus, qui fut ainsi sauvé par pure grâce, au dernier moment, par sa foi).

Et quelqu'un peut-être pourra avoir à demander pardon à Vincent, ce qui pourra libérer l'un(e) et l'autre (le pardon demandé et accordé est une puissance qui libère).

VENIR AU BÉNÉFICE DU SACRIFICE DE JÉSUS

Car pourquoi Jésus est-il mort, si ce n'est pour que les pécheurs et pécheresses puissent être libérés et mis en paix avec Dieu par le pardon qu'il désire toujours accorder aux âmes repentantes ?

En témoigne aussi l'épisode fameux de la femme adultère (Évangile selon Jean, ch. 8) ;
ce que dit aussi cette parole du même disciple (ch. 3) : "Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.17 Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.18 Celui qui croit en lui n'est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.19 Et ce jugement c'est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises."

Dans la Bible, on voit encore la compassion de quatre amis qui font descendre devant Jésus un grabataire sur son lit. A la vue de la foi de ces amis, Jésus dit à l'homme : "Mon enfant, tes péchés sont pardonnés.
Enfin, les apôtres Paul et Silas dirent au geôlier désespéré de la prison de la ville grecque de Philippes : "
 Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé, toi et ta famille."

Et ne le ferait-il pas avec Vincent si une vraie foi de ses familiers dans la vertu de la grâce christique est mise en œuvre ? Dieu lit au cœur : la croyance superstitieuse ou la foi mal placée ne procure que des déconvenues. Mais la foi au Christ Jésus mort pour nos péchés et ressuscité sauve !
Et il s'agit maintenant de libérer Vincent du fardeau de ses fautes (voire d'autres, antérieures) pour le laisser rencontrer celui qui veut réellement maintenant devenir son Dieu.

Alors, parents ou amis croyants qui pouvez approcher Vincent, soyez, devenez de vrais intercesseurs afin que la gloire de Dieu, visible ou invisible et de toute façon déjà manifestée en Jésus ressuscité, puisse devenir sans plus tarder le partage bienheureux de Vincent.

"Si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même  (Jésus) dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché. 8 Si nous disons que nous n'avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n'est point en nous. 9 Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité."

Et "...Priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière fervente du juste a une grande efficace."

Soyez bénis.

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2018 3 19 /09 /septembre /2018 15:34

suite de l'article commencé ici... - ou suite de la partie précédente...

Nous sommes tous des êtres aliénés, privés de liberté (entre autres) par des liens (malédictions) qui sont parfois de véritables chaînes, des boulets aux pieds ou à l'âme, dont les sources se trouvent dans des comportements humains qui ne respectent pas les lois divines (toujours bonnes) ni les lumières (de la conscience personnelle, d'une loi morale et/ou parfois des autres) qui tentent de nous alerter.

Il ne faut pas non plus oublier que la malédiction est le fond d'existence ordinaire de toute l'humanité ! Nous sommes tous en difficulté, parce que nous héritons tous au départ d'une nature abimée, d'une condition humaine si problématique que la mort doit venir y mettre un terme sur la terre. En fait une condition pervertie où le mal, génétiquement et psycho-génétiquement inscrit dans le genre humain, est naturellement dominant. Regardez un enfant (surtout laissé livré à lui-même pendant sa croissance), et vous le verrez sans trop avoir à chercher...

Dès lors nous avons réalisé qu'on a hérité d'un ou de plusieurs mauvais penchants du fait de comportements coupables de parents, grands-parents,etc... Mais aussi nous devons voir que de nous-même nous avons eu, choisi, développé, un ou des comportements transgresseurs - en infraction de ce qu'on connaît du bien et du mal à partir d'une loi morale et/ou d'une bonne éducation, et de notre propre conscience.

Bien que nous ayons été pour beaucoup formés par d'autres que nous-mêmes pendant des années, une part non négligeable de nos comportements personnels tient de choix qui engagent notre responsabilité individuelle. Ils nous rendent donc coupables aux yeux de Dieu, voire d'autres personnes, et nous devons en être pardonné si nous voulons connaître la grâce de Dieu qui efface les fautes et en amoindrit ou annule les effets encore actuels.

C'est en ce sens que Jésus enseigne par ce qu'on appelle "le Notre Père" et sa suite immédiate, que nous avons
1/ besoin de son pardon,
et 2/ et de la nécessité de pardonner aux autres si nous voulons que Dieu nous pardonne effectivement nos propres fautes.

Et parmi les autres il y a dans le cas qui nous intéresse les parents, grands-parents et jusqu'à des arrière-arrière grands-parents, mais encore les oncles ou tantes qui ont pu être malveillants, les grands frères ou demi-frères qui ont abusé, etc... dont les fautes sont sur nous une charge, un handicap, un trouble de comportement, un mauvais travers, etc.

Si donc nous voulons en le comprenant, nous défaire d'un poids qui plombe notre existence, on est appelé à traiter ses choses sans rien laisser de côté... (sinon il faudra y venir ou revenir un jour ou l'autre quand on réalisera qu'il y a encore quelque chose qui ne fonctionne pas comme il faudrait).

C'est en ce sens-là que la grâce de Dieu manifestée en et par Jésus-Christ nous exhorte à ne pas rester captif-ve inutilement alors que tout a été accompli par lui pour que nous connaissions une libération des plus bénéfiques et durables, disant : "Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.29 Prenez mon joug (mon enseignement, mes directives) sur vous et recevez mes instructions (en temps réel), car je suis doux et humble de coeur ; et vous trouverez du repos pour vos âmes.30 Car mon joug est doux, et mon fardeau léger."

Et encore : "Venez et plaidons ! dit l'Éternel. Si vos péchés sont comme le cramoisi (la couleur du sang), ils deviendront blancs comme la neige ; S'ils sont rouges comme la pourpre (la couleur que prend le corps écrasé de la cochenille), ils deviendront comme la laine.19 Si vous avez de la bonne volonté et si vous êtes souples, Vous mangerez les meilleures productions du pays...", car "Si nous confessons nos péchés (les dire, les avouer, ne plus les cacher, bien illusoirement), il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité."

C'est pourquoi j'invite le lecteur, la lectrice, qui a suivi jusque là, à se placer par la pensée devant Dieu afin de recevoir son secours le plus gracieux et immédiat en rapport de votre désir d'être libéré et aussi de ne plus continuer à vivre sous la domination de vos propres fautes et mauvais penchant(s), mauvaise(s) passion(s), addiction(s)...

PRIER
Selon cette bonne disposition, voici comment vous pouvez prier :

- Dieu que je ne connais pas - ou si mal -, je viens à Toi maintenant, comme (un homme - une femme) en qui et sur qui le mal domine.
Je te demande pour ma propre part de me pardonner tout le mal que j'ai fait... et de me montrer ce que j'ai pu oublier afin que je te le confesse et que tu me pardonne toutes mes fautes.

(Là prenez le temps devant Dieu de nommer vos fautes, que ce soit des excès, manquements, méchanceté, mensonge, vol, et autres perversités..). Lui dire tout ce qui vous vient maintenant (et demain..) à la pensée que vous ressentez comme vous rendant coupable...
Et pour tout ce que vous aurez avoué, demandez pardon, et croyez que Jésus en mourant crucifié prenait en fait sur lui la culpabilité et le châtiment que méritent nos fautes (nos péchés).
A la suite vous pouvez dire) :
- Merci de me pardonner de toutes mes fautes, et de me montrer celles que je ne vois pas encore pour qu'en les voyant je puisse aussi te demander pardon et en être purifié-e**.

Je désire également me remettre à Toi pour mon présent et mon devenir, dans ma volonté de renoncer au mal, de mieux connaître le bien et le mal selon Toi, afin de trouver en Jésus le gardien de mon âme, Celui qui me sauve de toutes les forces du mal - dont celle de la mort* et des mauvais esprits.
(ce qu'il peut faire parfaitement puisque par sa vie offerte en sacrifice à notre place, il a vaincu les forces occultes du mal et la mort étant ressuscité et retourné auprès de Dieu devenu son Père sur son trône)***.

Enfin, selon la promesse que contient la Bible où on lit de la bouche de l'apôtre Pierre : "Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ, pour le pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint Esprit.39 Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera.", priez pour recevoir ce don sans prix qu'est une part de la vie même de Dieu qu'il peut mettre en nous, associée à notre âme, pour notre bien et comme expression spirituelle de l'alliance qu'on fait avec lui :

- merci Seigneur-Dieu de me donner ton Saint-Esprit, comme vie supplémentaire ; comme force pour discerner ce qui est le bien et le mal à quoi il faut résister ; pour ne plus avoir peur me sachant aimé-e et accompagné-e de Toi ; et comme vie contre laquelle la mort n'a aucune prise.

Je veux aussi te dire ce que je sais des fautes de mes parents et autres ancêtres dont les effets sont malédictions sur mon existence.
(Ici vous nommez ce que vous avez noté..., et vous demandez à Dieu de pardonner
- toutes ces offenses (fautes, horreurs, perversités, abominations...**),
- ainsi que celles dont vous n'avez pas eu précisément connaissance qui peuvent avoir cependant un effet maléfique,
- et de briser leur pouvoir sur votre personnalité et leurs effets sur votre existence) :
- A Toi qui deviens maintenant "mon" Dieu, je demande par le nom de Jésus****, avec le pardon de toutes les fautes de mes ascendants de briser la force des malédictions ainsi mises sur moi (et sur mon couple*****) par la voie des liens familiaux générationnels.
Merci Dieu éternel et Seigneur Jésus d'entendre ma prière et de m'exaucer en me faisant ainsi grâce. Amen.

Ne vous gênez pas pour me dire par le bouton "contact" en accueil ce que vous vivez de ces choses, voire pour demander plus d'explications ou d'aide. Bien cordialement. Jésus vous aime.

_________________
* "
Jésus lui dit : « C’est moi qui suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, même s'il meurt ; et toute personne qui vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? "

** Sommairement l'essentiel des fautes de comportement peut se résumer :
- par les 10 Commandements (les versets 7 à 21) ;
- par ce passage au sujet des contacts avec le monde occulte (verset 9 à 13) :
- par cette liste du Nouveau Testament (verset 19 et ss.) ;

*** Pour une meilleure connaissance de Jésus et des pouvoirs de sa mort sur le mal, vous pouvez trouver plusieurs articles, dont celui-ci : Base juridique du pardon et de la guérison...

****Jésus étant le moyen de nos délivrances élaboré par Dieu en son propre conseil, nous avons par le nom invoqué de sa personne un libre accès auprès de lui. "Tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai afin que la gloire du Père soit révélée dans le Fils."
"Je sais que tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l'accordera."
"Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu, et les hommes, le Christ-Jésus homme..."*

***** Si vous êtes en couple, il faudra bien sûr poursuivre la délivrance avec les fautes et lignées de votre conjoint...  .

Partager cet article

Repost0
28 août 2018 2 28 /08 /août /2018 06:07

suite de l'article commencé ici ou suite de la section précédente

Vous avez pu voir jusque là que je fonde mes affirmations sur les dires bibliques - qui englobent les paroles de Jésus. Ni donc sur une vue personnelle imaginée du Réel, ni sur des écrits (innombrables) qui ne concordent pas suffisant avec le message christique (évangélique) telle que toute la Bible nous le met à disposition.
En science des hommes cherchent une modélisation (représentation, explication, schéma) du réel mesurable. Elle vise à en inclut toutes les lois et mouvements (en laissant le moins possible d'"anomalies" qui ne collent pas avec ses propositions, car ce sont elles qui démontrent l'insuffisance de notre compréhension et modèle imaginé).
De la même manière, il y a, concernant nos dimensions psychique et spirituelle (ce qui touche à ce qu'il y a de plus essentiel de nous-même), des hommes qui ont été au service du Créateur pour recevoir les bases de la compréhension de la vie et de nos existences, ce qui a donné la Bible.
C'est cette somme de données que je prends pour argent comptant, pour valeur sûre, pour transmission sécurisée, pour parole vivifiante, car elle répond mieux que tout autres, avec l'Esprit Divin qui en est l'inspirateur et le révélateur, à mes besoins immédiats de connaissances (essentielles et existentielles), de sens, de paix, de bienveillance, de biens divers, et encore à mes attentes et/ou espérance les plus profondes (pour le présent monde et pour notre devenir sans fin)... sans laisser d'"anomalies" hors de ses lignes directrices.
Si vous préférez un autre ouvrage, une autre idéologie ou trame religieuse, il y a du choix. Mais ne nous contentons pas d'adhérer innocemment à une vue des choses parce que c'est une tradition dont on a héritée ; ou parce que nos parents ou d'autres avant vous ou à côté de vous ont cru ou croient comme ça. Voyez de manière responsable en quoi vous croyez dans ce qui est le plus juste selon ce qui est, et le plus éclairant selon ce qui se déroule jour après jour en nous et alentour, et jusqu'en éternité...

Et voilà qu'ici on est arrivés au point où Jésus vint révéler que nous devons naître de Dieu si nous voulons être de son Royaume et de son éternité...

5 – LA RÉSURRECTION SPIRITUELLE INTÉRIEURE OU "NOUVELLE NAISSANCE"

On parle de nouvelle naissance par rapport à notre naissance initiale, physique, qui s'est opérée par la sortie des eaux d'un utérus.
On parle de la même chose par le mot résurrection qu'on utilise par rapport à une condition de mort spirituelle qui nous caractérise tant qu'on ne connaît pas (encore) Dieu en esprit et en vérité.
"Car l'amour de Dieu consiste a garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles,4 parce que tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde ; et la victoire qui triomphe du monde, c'est notre foi."

Lorsqu'on vient à Christ comme au Sauveur, on réalise qu’on a besoin de lui
- pour que nos péchés soient pardonnés,
- pour que notre âme soit délivrée de diverses contraintes (physiques à démoniaques) et
- sauvée au delà de la mort corporelle, en ne vivant pas celle-ci comme un drame mais comme un passage et accès à Dieu.
C'est dans cette foi qu'on échappe aussi à la seconde mort dont on a traitée précédemment.

Quand cette démarche est sincère, authentiquement humble (voire se passe dans l’humiliation), on reçoit de Dieu sa vie, c’est-à-dire le don de son Esprit (dans un premier temps sous forme d’arrhes).
Cela s’appelle nouvelle naissance ou naître de nouveau.

Ce qui fait de nous non seulement un croyant, mais en réalité une nouvelle créature – de la même manière qu'un papillon préexistant mais non automatiquement advenu se forme dans une chrysalide à partir d'une chenille. (La chrysalide figure alors le temps qui nous reste à vivre sur terre après notre résurrection intérieure)… Selon cette image on peut dire que tous les êtres naissant comme des chenilles, ne parviendront pas fatalement au stade de papillon...

Dieu surajoute ainsi à la vie de notre âme une vie différente qui est la sienne, une portion de son Esprit qui est :
- d'une part vie éternelle en soi, avec lequel on fait alliance pour que notre âme mortelle s'attachant à l'Esprit de Dieu, nous soyons sauvés de la perdition qui suit la mort physique et la seconde résurrection ;
- et d'autre part vue étendue du Réel et compréhension de son sens. Avec ses vérités fondamentales vivifiantes, rassurantes, réjouissantes ; avec la lumière sur le bien et le mal ; avec la force pour saisir les pensées de Dieu, discerner sa volonté, ce qu’il fait, etc, etc...
"La lumière véritable est venue chez les siens, et les siens ne l'ont point reçue.12 Mais à tous ceux qui l'ont reçue (sous la forme de vérités écrites et  de l'Esprit de Dieu), à ceux qui croient en son nom (Jésus-Christ), elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés,13 non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu."

La nouvelle naissance est une résurrection en ce sens que spirituellement on était mort, et par la foi on reçoit à nouveau de Dieu (de) son Esprit qui est vie éternelle. Par cette alliance, nous devenons enfant de Dieu, pour partager ses biens - dont l'amour permanent (qu'il est et communique) - et son éternité.

Cela n'a rien à voir avec des pratiques religieuses sur lesquelles on s'appuie dans l'espoir d'être méritant pour pouvoir être sauvé, où c'est par notre âme et non par l'Esprit issu de Dieu qu'on s'évertue et qu'on espère - avec plein de fautes, d'injustices, d'insuffisances et/ou de de faussetés - plaire à Dieu. Lire éventuellement EsaÎe 64.6.

Ce qu'en dit l'apôtre Paul à ceux qui sont entrés dans cette vie nouvelle : "Vous étiez morts (spirituellement) par vos offenses et par vos péchés,2 dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l'air, de l'esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion.3 Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres...4 Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés,5 nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c'est par grâce que vous êtes sauvés) ;6 il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus Christ,7 afin de montrer dans les siècles à venir l'infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus Christ.8 Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu.9 Ce n'est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie.10 Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d'avance, afin que nous les pratiquions.

Ainsi, aussi simplement que le disait Tertullien au IIe siècle : "On ne naît pas chrétien, on le devient." Et un chrétien n'est pas quelqu'un qui devient religieux pour suivre une règle religieuse ou une autre qui va le sauver à cause de ses forces mises au service de sa nouvelle foi. Mais quelqu'un qui, à partir des écritures bibliques (et ce qui s'accorde avec elles), va suivre Christ en "nouveauté de vie"...

Lecture édifiante conseillée : Évangile selon Jean, chap. 3, versets 1 à 21.

Que le Dieu trois fois saint vous/nous vienne (encore) en aide dans la suite de ce cheminement terrestre... et éternel... afin que les versets suivants puissent correspondre à votre propre réalité : "Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ ! Conformément à sa grande bonté, il nous a fait naître de nouveau à travers la résurrection de Jésus-Christ pour une espérance vivante,4 pour un héritage qui ne peut ni se détruire, ni se souiller, ni perdre son éclat. Il vous est réservé dans le ciel, à vous5 qui êtes gardés par la puissance de Dieu, au moyen de la foi, pour le salut prêt à être révélé (par la 1ère résurrection et l’enlèvement) dans les derniers temps."

Guide pour une prière de naissance spirituelle avec Dieu.

Partager cet article

Repost0
11 août 2018 6 11 /08 /août /2018 07:30

Un texte proclamé au XVIe siècle, d'autant plus significatif qu'il est écrit et chanté au cœur d'un environnement sociologique des plus puissamment hostiles (opposition spirituelle employant l'organisation catholique romaine et le pouvoir politique du moment).
Martin LUTHER, instrument majeur (trompette !) de Dieu pour un gigantesque réveil spirituel ou : Comment Dieu par un seul homme oint par le Saint-Esprit peut changer un cours de l'histoire dominé par Satan et ses fortes armées.
 

C'EST UN REMPART - Martin LUTHER

1. C'est un rempart que notre Dieu :
    Si l'on nous fait injure,
    Son bras puissant nous tiendra lieu
    Et de fort et d'armure.     
    L'ennemi contre nous
    Redouble de courroux :
    Vaine colère !
    Que pourrait l'adversaire ?
    L’Éternel détourne ses coups.

2. Seuls, nous bronchons à chaque pas,
    Notre force est faiblesse.
    Mais un héros, dans les combats,
    Pour nous lutte sans cesse.
    Quel est ce défenseur ?
    C'est toi, puissant Seigneur,
    Dieu des armées !
    Tes tribus opprimées
    Connaissent leur libérateur.

3. Que les démons forgent des fers
    Pour accabler l’Église,
    Ta cité brave les enfers,
    Sur le rocher assise !
    Constant dans son effort,
    En vain, avec la mort,
    Satan conspire :
    Pour briser son empire,
    Il suffit d'un mot du Dieu fort !

4. Dis-le, ce mot victorieux,
    Dans toutes nos détresses !
    Répands sur nous du haut des cieux
    Tes divines largesses.
    Qu'on nous ôte nos biens,
    Qu'on serre nos liens,
    Que nous importe ?
    Ta grâce est la plus forte,
    Et ton royaume est pour les tiens.

 

Et si on peut faire des reproches à Luther qui est resté homme et n'a pas eu le temps de tout comprendre de la Bible - qui a tout compris ? -, on peut aussi se regarder soi-même et se demander ce que le Dieu créateur des cieux et de la terre et rédempteur du genre humain peut opérer de sa volonté à travers nous...

Toujours en recherche de plus de justesse et de vérités, soyez béni-e, et inspiré-e... par le "bon" Dieu.

 

Partager cet article

Repost0
2 juin 2018 6 02 /06 /juin /2018 10:23

 

Les dernières actualités nous interpellent étrangement au sujet de notre perception (qui peut être réaliste ou controuvée) de la mort.

 

Il y avait eu l'automne dernier le "spectacle" pour le moins déroutant de Douaumont où des milliers de jeunes ont été mis en scène pour courir pêle-mêle entre les tombes des combattants tombés à Verdun en 1916...

Il y a aujourd'hui cette idée (vieille de 2016) reprise par la maire de Paris, d'un "Printemps des cimetières" où les populations curieuses et/ou festives sont invitées à venir non seulement visiter mais encore écouter de la musique, chanter ou même danser au gré de diverses animations parmi les tombes dans les cimetières de la capitale...

Et puis cette autre idée de fin d'un épisode de l'aventure humaine, qui offre à chacun de pouvoir mourir tout seul, à l'azote liquide, de manière certaine (pas de risque de  faire une simple T.S.), directement dans son cercueil (appelé en l'espèce sarcophage - étymologiquement "qui mange la chair") fabriqué par imprimante 3D selon fichier joint... Départ en douceur, mort en 5 mn après avoir composé un code pour montrer qu'on est bien conscient de ce qu'on fait. Suicide pour tous en accès libre et facilité.
Réflexion : Mais qu'est-ce que la conscience, et qu'est-ce qu'être conscient ?... Un groupe de musique heavy-metal qui signe un pacte avec Satan est-il "conscient" de ce qu'il fait ?

On n'en est donc plus à vouloir aller "cracher sur vos tombes". Les scandales d'hier sont du pipi de chat aujourd'hui... et les scandales d'aujourd'hui n'en seront plus demain.
Mais Boris Vian est mort à 39 ans d'une crise cardiaque - il y a un temps où on disait plus explicitement "d'une attaque". Et demain le mal vengeur sera encore à la mesure de comment on s'enfonce dans l'irrespect des conditions bénéfiques à la vie...

Plusieurs - une minorité quand même - sont lucides sur la gravité de nos évolutions, mais sans solution tant qu'on amalgame l'impiété et les injustices qui vont avec, avec le reste de nos capacités - même les plus pertinentes par ailleurs.
On est "bel et bien", c'est-à-dire terriblement, sur la pente savonneuse d'une fin de civilisation. Dont les ingrédients sont connus depuis l'antiquité, et dont la Bible, par Jésus et autres prophètes, prophétise l'arrivée, qui va maintenant se produire en deux temps* :
- Bientôt un temps de paix et sécurité formidable proclamé avec force et enthousiasme, notamment au sujet du Moyen-Orient (des relations d'Israël et des populations arabes) -, ce que - presque - tout le monde va prendre pour le commencement d'un nouveau paradigme (paradis) sur terre....,
- sauf qu'avant quatre années, les accords et compromis et compromissions ne vont unilatéralement plus être respectés***, déclenchant des conflits de plus en plus cataclysmiques, la montée d'un totalitarisme planétaire inouï, avec des conséquences apocalyptiques comme il est écrit à partir du chapitre 13 du dernier livre de la Bible.
A ce moment-là ceux qui auront su mettre au préalable - c'est-à-dire déjà maintenant ! - leur pleine confiance en Dieu par Jésus le Christ pour les nations et Messie d'Israël, auront été mis à part pour être épargnés et pouvoir intervenir à la suite avec leur Héros, le Seigneur Jésus, revenant pour entrer dans son règne terrestre de mille ans...

Avant ces événements d'autant plus certains qu'ils ont été écrits depuis deux et trois millénaires et que beaucoup se sont déjà réalisés, nous sommes dans cette phase de destructuration, démontage, décomposition, d'un ordre ancien, temps trouble et troublé par des avertissements retentissants sporadiques (plus que par les grands jugements des nations qui suivront), avec une redistribution des cartes - on l'a déjà vu, des plus surprenantes et rapides.

Et donc ce qui caractérise cette course folle - vers le bonheur, la liberté de tout pouvoir choisir, la quête effrénée des conditions d'un bien-être jusqu'à la jouissance personnelle illimitée... comme croient les progressistes -, c'est la place que prend la mort, depuis la conception du vivant jusqu'aux blancheurs de la vieillesse.
Et ce qu'on voit, c'est un déni - de plus - du Réel. La mort n'est pas la mort, veut-on dire et se dire, en jouant avec, en se donnant la liberté de choisir son heure... comme si cela la rendait moins inéluctable, l'apprivoisait au point où elle n'est plus la mort. Des enfants peuvent ainsi jouer sur un nid de vipères...
Et c'est précisément quand la mort est le plus ressenti - de manière persistante mais avec peu de conscience réelle - comme une problématique prégnante, qui s'impose jusque dans nos fibres, qu'on cherche une ou des échappatoires pour s'en divertir comme on a vu au début de cet article. La dérision est un des ultimes moyens réactifs et preuve de notre... impuissance.

DEUX CHEMINS
Et la Bible a encore des choses à nous dire à ce sujet. Elle nous parle bien de faire un choix personnel capital en rapport avec la mort. Mais pas le choix de se la donner un soir enfermé dans sa chambre ou devant un coucher de soleil !
Elle parle de choisir entre la vie et la mort ! En disant : Choisis la vie !
Et la vie que nous avons à choisir est celle de Jésus, qui par sa marche avec Dieu devenu son Père, a été ressuscité des morts et vit désormais éternellement - vérité qu'en tant que croyant-e nous pouvons expérimenter. Jésus a du mourir pour plusieurs raisons nous concernant, dont celle de montrer son triomphe de la mort par sa résurrection.

Qui a pu dire comme lui : "Je suis le chemin (pour aller à Dieu), la vérité (à connaître pour être sauvé), la vie (éternelle, qu'il peut donner à qui il veut)" !?

A l'opposé on a la mort. Et pourquoi notre âme, notre conscience, ressent-elle la mort et la peur de la mort jusqu'à l'épouvante parfois, parce que "le salaire du péché (du mal que nous faisons), c'est la mort", dit la Bible.
Et la mort en nous est d'abord une mort spirituelle, déjà active et privative de beaucoup de choses bonnes et de vraies libertés.

J'ai connu cette mort de l'esprit en moi, consécutive à des comportements et choix amoraux, pouvant dire comme l'apôtre Paul (un ex-terroriste religieux en fait !) l'écrivit aux habitants d’Éphèse :
"Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés,2 dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l'air, de l'esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion.3 Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres...
4 Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés,5 nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c'est par grâce que vous êtes sauvés) ;6 il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus Christ,7 afin de montrer dans les siècles à venir l'infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus Christ.8 Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu.9 Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie."

La suite de cette mort - dans laquelle des foules de plus en plus nombreuses marchent et échangent et se déchirent crescendo, ne se supportent plus, forcément ! -, c'est la mort physique où l'âme se détache du corps pour migrer vers l'une ou l'autre de deux types de régions spirituelles :
- la sphère divine ou royaume de Dieu (des cieux), première étape d'un paradis sans fin...,
- et la sphère ténébreuse des esprits angéliques déchus (démons) qui engrangent les âmes défuntes (désincarnées) dans ce que la Bible appelle Shéol en hébreu, Hadès en grec, ce qu'on traduit par "Séjour des morts", première étape en direction de l'Enfer (défini en Apocalypse comme un "étang ardent inextinguible de feu et de soufre").

Alors choisir le moment où on va mourir, dans quel but ? Faire cesser des souffrances physiques !?
Normalement** oui !
Mais qu'en est-il des souffrances psychiques, puisque l'âme continue à vivre avec ses capacités propres - dont les sensations et la mémoire !?...

Faut-il que nous soyons insensés pour ne pas (mieux) nous soucier, nous inquiéter de ce fait patent que nous sommes mortels ?
Car la mort est plus présente que jamais, outre spirituelle, fauchant par le monde plus de cent personnes chaque minute, séparant des corps qui tombent à terre et y retournent les âmes (siège de notre moi conscient et autres fonctions psychiques) qui entrent dans une éternité ou éternisation généralement ignorée ou méconnue... ce qui est le pire qui puisse suivre la mort physique...

Si "la mort m'est un gain" comme le dit l'apôtre Paul, ce n'est pas (seulement) parce qu'il est âgé et usé, mais plutôt parce qu'il est bien certain de rejoindre son Seigneur dans la félicité divine dès son départ de cette tente devenue pour un moment le temple du St-Esprit : C'est l'Esprit de Dieu et ses anges qui entraînent les âmes attachées à Dieu par Jésus dans l'éternité bénie.
Sinon le poids des fautes fait descendre dans le séjour des tourments post-mortem dont parlent la Bible et plusieurs qui l'ont expérimenté en état de mort clinique (vois EMI ou NDE sur Youtube par exemple).
Et si vous ne le croyez pas (encore) - ce qui est tout à fait naturel quand on est mort spirituellement -, demandez à Dieu qu'il vous le révèle : Il en est capable (si vous êtes sincère)...

De toutes les façons, bonne suite d'existence pour vous cher lecteur, chère lectrice, qui êtes parvenu-e jusque là. Bonne quête pour votre éternisation dans le meilleur possible.
Faites le choix de la vie ! selon qu'il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus Christ homme,6 qui s'est donné lui-même en rançon pour tous." Et qui attend la réponse personnelle de chacun.

Soyez béni-e pour discerner jusque dans l'invisible.

 

Voir aussi mon étude sur les 5 types de mort. Pourquoi cet article est-il régulièrement le plus lu de mon blog, si ce n'est que la civilisation occidentale glisse dans une culture impie mortifère dont chacun reçoit en lui-même de plus en plus la perception et l'alerte !?

______________
* Comme est la fin des supernovas, avec une brusque et brève immense expansion 'éclatante, lumineuse, joyeuse), immédiatement suivie d'un effondrement sur soi auto-destructeur.

** "Normalement" car un corps sans vie ne ressent plus rien. Mais dans l'autre sens, il n'est pas vraiment certain que l'âme - qui elle ne meurt pas ! - ne conserve pas le souvenir de douleurs corporelles !? Ce qui me fait penser ainsi, c'est que nous pouvons parfois ressentir, après la perte d'un membre, des douleurs comme s'il était encore là...

*** scénario non inédit puisque déjà déployé via Hitler qui signa des accords avec la Russie par exemple, pour l'envahir par surprise peu de temps après.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche