Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 19:33

  

Enclos dans un espace que bordent la mort et d'autres limites
pas toujours bien aperçues, noyé dans la foule ou esseulé,
nous avons pour recours, parfois ultime, la vraie prière
qui est dialogue (au début balbutiant) avec Dieu.
 

On n’avance tous qu’avec l’aide d’autres (choses et personnes).
D’où l’importance de choisir celles qui nous tirent vers le haut.
D’où l’importance d’avoir d’abord conscience de quel côté se trouve le bas et de quel côté se trouve le haut.

Et notre conscience des réalités résulte de la somme de ce qu’on sait et de ce qu’on ne sait pas.

Ainsi notre tranquillité intérieure peut être due à notre ignorance.
Ce qui n’est certainement pas la meilleure façon dont nous pouvons avoir la paix.
La paix ne nous habite pas naturellement. Pas plus que l’amour, la patience et autres qualités qui sont en fait des attributs de Dieu (Galates 5.22).

Êtes-vous en ce moment dans une tranquillité qui n'est due qu'à votre ignorance ?
Dans ce cas viendra forcément un moment, un événement, une mauvaise surprise, qui montrera que votre sécurité n’est qu’illusoire, sans force face à une de ces adversités qui peuplent notre monde et nous rencontrent un jour ou l’autre.
Êtes-vous inversement dans une inquiétude qui vous
taraude, tellement chevillée à vous que vous ne discernez même pas quelle en est la raison véritable ?

Dans les deux cas, vous n’avez pas la paix que Dieu donne. Car la paix intérieure qui tient même quand notre barque est secouée ou menacée, ne vient que par Celui qui la possède... parce qu’il l’est en sa personne.
C’est là ce que Jésus possède comme il se possède lui-même et veut nous transmettre parce qu’il en a le pouvoir.
Quand Jésus dit « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre coeur ne se trouble point, et ne s'alarme point. », il le fait en même temps qu’il le dit, car ses paroles sont « esprit et vie ». Si vous écoutez et prenez cette affirmation pour vous, vous en recevez et ressentez en même temps l’effet.
Et cela chaque fois que vous viendrez à Jésus après avoir perdu sa paix, par votre légèreté, votre inattention, méconnaissance, ou autre adversité.
 

Notre indigence ne doit pas nous faire venir à Jésus comme un mendiant seulement. Sinon on ne sera toujours qu’un mendiant, qui demeure à la porte, hors les murs.
Par Jésus, l'Éternel-Dieu a beaucoup plus à nous offrir : il veut faire de nous des filles et des fils adoptifs de sa Grâce !
« 
Or, je dis qu'aussi longtemps qu'un héritier est enfant, il ne diffère en rien de l'esclave, quoiqu'il soit seigneur de tout ;2 Mais il est sous des tuteurs et des curateurs jusqu'au temps marqué par le père.3 Nous aussi de même, lorsque nous étions enfants, nous étions sous l'esclavage des rudiments du monde.4 Mais, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d'une femme, né sous la loi,5 Afin qu'il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous reçussions l'adoption.
6 Et, parce que vous êtes fils (et filles), Dieu a envoyé dans vos coeurs l'Esprit de son Fils, lequel crie : Abba, ô Père ! »

Ne voudriez-vous pas trouver - faire - la paix avec Dieu, en vous laissant adopter par lui ? 
Il s’agit là d’une réalité de portée spirituelle éternelle, bien plus qu’une simple idée ou métaphore qui ne serait que temporairement plaisante à notre psychisme, dans notre seule dimension intellect !

Il est dit à ceux qui reçoivent (ont reçu) Jésus comme leur Sauveur : « Et vous n'avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte ; mais vous avez reçu un Esprit d'adoption, par lequel nous crions : Abba ! Père !16 L'Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. »

Si quelqu’un le veut, ce Jésus Sauveur des âmes égarées, pourvoyeur de paix comme personne, la démarche est simple pour notre part : Il nous suffit de vouloir laisser nos vieux vêtements de mendiant. Vêtements de athée, agnostique ou religieux dont les étoiles brillantes ne sont que les trous faits par la vermine des erreurs, de l’ignorance, des mensonges, des mauvaises actions et autres pensées fauuses…
Voulez-vous revêtir les habits de fête que ce Père adoptif veut nous donner à tous, individuellement, par l’entremise de Jésus le premier qui en a été revêtu ?

Si vous en ressentez le besoin, dépouillez-vous donc ainsi :
- Dieu méconnu, je veux venir à toi maintenant pour trouver la paix de l’âme, pour connaître le bien qu’il peut y avoir à être adopté par ton amour, pour ne plus vivre de saletés, de bassesses, d’insatisfactions successives, de plaisirs qui ne sont suivis que d’amertume, de déconvenues ou de mépris…
Pardonne-moi mes erreurs, mes fautes, mes manquements (les lui dire… il les connaît mais les lui confesser c’est dire qu’on devient d’accord avec lui sur ce qu’est le mal…).

Merci père céleste de m’adopter comme un enfant de ton éternité. Merci d’avoir envoyé et donné Jésus ton fils premier-né comme lumière pour me faire connaître tes vérités, comme chemin ouvert devant moi jusqu’à toi, comme sacrifice purificateur. Amen (ce qui signifie : Qu’il en soit ainsi).

"Ne vous inquiétez de rien, mais en toute occasion exposez vos demandes devant Dieu, par des prières et des supplications, avec des actions de grâces,7 Et la paix de Dieu qui surpasse toute intelligence, gardera vos coeurs et vos pensées en Jésus-Christ.8 Au reste, frères, que toutes les choses qui sont véritables, toutes celles qui sont honnêtes, toutes celles qui sont justes, toutes celles qui sont pures, toutes celles qui sont aimables, toutes celles qui sont de bonne réputation, et où il y a quelque vertu, et qui sont dignes de louange ; que toutes ces choses occupent vos pensées.9 Vous les avez aussi apprises, reçues et entendues de moi, et vous les avez vues en moi. Faites-les, et le Dieu de paix sera avec vous."
Autre lecture ici versets 25 à 32.

Soyez encore béni-e.

 

Repost 0
18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 17:31

Suite d'ici

"Le pays est rempli d'idoles ; Ils se prosternent devant l'ouvrage de leurs mains, Devant ce que leurs doigts ont fabriqué." Il en résulte (chap. suivant) : "Je (dit l'Eternel-Dieu) leur donnerai des jeunes gens pour chefs, Et des enfants domineront sur eux.5 Il y aura réciprocité d'oppression parmi le peuple ; L'un opprimera l'autre, chacun son prochain ; Le jeune homme attaquera le vieillard, Et l'homme de rien celui qui est honoré.6 On ira jusqu'à saisir son frère dans la maison paternelle...
(Les capitales) s'écroulent, Parce que leurs paroles et leurs oeuvres sont contre l'Éternel, Bravant les regards de sa majesté.9 L'aspect de leur visage témoigne contre eux, Et, comme Sodome, ils publient leur crime, sans dissimuler. Malheur à leur âme ! Car ils se préparent des maux.10 Dites que le juste prospérera, Car il jouira du fruit de ses oeuvres.11 Malheur au méchant ! il sera dans l'infortune, Car il recueillera le produit de ses mains.12 Mon peuple a pour oppresseurs des enfants, Et des femmes dominent sur lui ; Mon peuple, ceux qui te conduisent t'égarent, Et ils corrompent la voie dans laquelle tu marches."

Sommes-nous loin de ce temps ? (sachant que l'histoire des civilisations se répète, d'autant qu'on n'en tire pas les leçons qu'elle contient... d'autant qu'on n'a pas la Bible ouverte pour y lire l'essentiel de notre nécessaire au meilleur présent et devenir...

C'est au point où, est-il encore écrit, ch. suivant : "Et sept femmes saisiront en ce jour un seul homme, et diront : Nous mangerons notre pain, Et nous nous vêtirons de nos habits ; Fais-nous seulement porter ton nom ! Enlève notre opprobre !" Réalisez-vous ce qui est écrit là en rapport de notre présent le plus immédiat !?...

Voilà l'avenir que la gente féminine se produit en montant comme elle le fait actuellement aux créneaux des pouvoirs : des médias, des plus grosses entreprises, de la politique, jusque (par mimétisme induit) dans leurs maisons, souvent en méprisant les hommes jugés trop lents ou inconsistants !
C'est au point où la plus belle relation que Dieu ait conçue en faveur du genre humain est changée en un fiasco qui n'a pas fini de déborder de ses dérives, outrages et calamités...

Ici comme dans bien des relations, on commence par la période rose. Puis on entre dans la période grise - car on n'est toujours fondamentalement faits que de notre nature adamique abimée, et il faut un vrai travail spirituel
- pour ne pas s'engueuler ou se frapper (et plus d'une femme frappent maintenant violemment "leur" homme avec une force surhumaine : qu'est-ce donc ?...),
- pour ne pas divorcer,
- pour ne pas avorter la conséquence de rapports intimes basiquement égocentrés,
- pour ne pas abandonner ses enfants ou leur infliger nos déchirures...
Voilà vers quoi s'acheminent les femmes qui suivent et forment ce courant de désunion des genres, qui se trompent elles-mêmes en se revêtant d'attributs masculins (notamment d'autorité), croyant par là trouver la clé de ce qui fait une femme à la hauteur - aux yeux de qui ? -, forte et égale à leur alter-ego masculin..
Des temps noirs arrivent pour les femmes qui croient au discours ambiant de la parité tous azimuts, qui enfoncent les hommes - déjà mal en point - au lieu de chercher comment être une aide efficace à leur côté : Entre noir et bleu - si on fait entrer Jésus dans notre barque - il y a un espace pour le choix le plus conséquent de toute la vie.


Le plus grand sage que la terre ait porté (dixit la Bible) a écrit : "Vanité des vanités, vanité des vanités, tout est vanité." Et d'autres ont dit que l'orgueil précède la ruine (ou la chute)... Depuis la construction de la 1ère Tour de Babel il y a quelques millénaires jusqu'à aujourd'hui (où le parlement européen de Strasbourg a été construit symboliquement à l'image de la même Tour inachevée...), l'homme - et la femme - qui s'élève finit toujours par être abaissé : Icare se brûle toujours les ailes et tombe...

Bref, où est parmi la confiance, la détente, le débonnaire à qui Jésus promet qu(il héritera la terre ? Où est la confiance dans les rues et dans les maisons, parmi les adultes et parmi les enfants, ce minimum sans quoi les relations ne peuvent se construire de manière durable pour le bien commun ?
Échaudé(e)s, blessé(e)s, abusé(e)s, violenté(e)s, méprisé(e)s, trompé(e)s... sans jamais être guéri(e)s par Le seul qui sait vraiment le faire, nous entrons globalement en manque de confiance. Parce que nous sommes déjà depuis longtemps entrés dans le manque de foi (foi et confiance ont la même racine), sortis par les discours ambiants impies de la foi qui établit une relation et paix avec Dieu (le vrai, pas la créature angélique qui veut et arrive à se faire passer pour Lui aux yeux d'un grand nombre).

C'est pourquoi tout ce qui arrive, et tout ce qui va arriver de plus en plus terrible, toutes les ruptures, tous les déferlements, les déchirements... tout a un sens : celui de nous faire tourner vers - ou revenir à - Dieu et à Jésus sans qui nul ne peut venir au Père. (Jean ch. 14, vers. 6 - 1Timothée 2.5).

L'augmentation des solitudes intérieures malgré les copains et les foules, les pressions croissantes
- pour nous faire croire que le ciel est rouge (et n'a jamais été bleu),
- que tous les hommes sont bons et faciles à vivre (alors que rien n'est plus délicat que la relation humaine rapprochée),
tout le mal qui s'accumule comme des nuages chargés de tempêtes, tout cela n'a pour fin que de nous aider à venir à Celui sans qui on est tous des vivants-morts - qui un jour deviennent des morts vivants (mort physiquement mais vivant psychiquement)... Et pour devenir quoi encore ?...

Voir que notre vie n'est qu'un prêt, un CDD, devrait nous aider à chercher la vraie vie, qui déjà apporte pour l'immédiat un repos, une paix intérieure - que seul le pardon de nos dérives peut nous obtenir -, et pour l'éternité qui offre à la foi un avenir sans ombres dans une nouvelle création (Apocalypse 21) (celle-ci étant irrémédiable irrécupérable).

Voilà pourquoi quand on ne peut plus faire confiance à tel ou telle des humains, on peut encore trouver à s'appuyer sur Le Tout-Autre ! Il n'est jamais très loin de tout ce qui arrive, incognito, sans superbe mais attentif et pouvant à tous moments intervenir, se faire reconnaître... pour peu qu'on aspire à trouver de la détente dans nos relations.

Lecteur et lectrice, place ta confiance - une confiance qui peut devenir dans le temps toujours plus totale - en Celui seul qui a la capacité de ne pas nous/te décevoir.
Il peut aussi, dans une nouvelle relation avec lui, nous guérir de nos déceptions, refaire notre coeur éteint ou mis à l'envers, nous amener à une vue plus juste du Réel, nous sortir d'une mauvaise voie empruntée...

Guide de prière pour venir à Dieu
Un chant ou un autre

Repost 0
14 juillet 2016 4 14 /07 /juillet /2016 05:09

Charles Finney, un grand et puissant serviteur de Dieu du XIXe siècle, a donné une bonne définition de ce que sont la repentance et l’humiliation véritables. Dans son livre Discours sur les Réveils Religieux, il enseigne la différence entre avoir ou venir à une religion, et en venir à connaître Dieu - par le moyen indispensable qu'est une vraie repentance :

« La repentance est un changement total de l’esprit et du cœur quant au péché. Ce n’est pas seulement un changement de vues, mais aussi de sentiments à cet égard. La repentance suppose toujours qu’il y a horreur pour le péché dans le cœur et que l’individu y renonce. Mais les sentiments du pécheur qui se repent sont bien différents de ce que les gens du monde s’imaginent à l’avance qu’ils sentiraient en délaissant leur voie pour devenir religieux.
Dans le monde, la religion est envisagée seulement sous ce point de vue, que, si quelqu’un devient pieux, il est obligé d’abandonner les amusements auxquels il prend plaisir ; et on ne comprend pas comment on peut encore après tout cela avoir des jouissances quelconques. Mais ce n’est là qu’une idée fausse qu’on se fait de la religion. Elle ne rend nullement malheureux celui qui, par elle, se prive des choses auxquelles il prenait plaisir, puisque le premier pas à faire dans le chemin de la piété, c’est de changer de dispositions à l’égard de toutes les choses mondaines. C’est donc une grande erreur, parmi les pécheurs impénitents, que de croire qu’ils sentiront toujours le besoin de leurs amusements s’ils se convertissent, et qu’ainsi ils auraient sans cesse à s’imposer des sacrifices qui les rendraient malheureu
x. »

Quand on rencontre Christ par le moyen de notre repentance du mal qu'on a fait, on découvre une telle réalité qu'elle fait pâlir l'attrait des mauvais divertissements et des pratiques impures. On a tout à coup bien mieux à faire, à connaître, à vivre !

Pourquoi parler de Christ ou Jésus-Christ ?

Parce que si vous cherchez réellement la paix avec Dieu vous ne pourrez la trouver sans passer par la personne de Jésus car c'est lui seul qui, par sa mort et sa résurrection, nous a acquis le droit - la grâce - de pouvoir être pardonnés.


Cherchez donc un vrai pardon, effectif, de vos péchés, et Dieu vous éclairera. Alors ni la religion - la religiosité - ni l'impiété - matérialisme agnostique ou athée - ne vous attireront plus, mais que Dieu par Christ seul. C'est cela le spirituel divin. En deçà, c'est du psychique ou du spirituel tenu par d'autres esprits que l'Esprit du seul vrai Dieu.

« Il est vrai qu’il y a quelques personnes qui, tout en faisant profession d’être pieuses, seraient bien aises de prendre ou de garder leur ancien train de vie, si elles ne se sentaient pas retenues par la crainte de perdre entièrement leur caractère de chrétien, ou par d’autres considérations semblables. Mais remarquez que, si elles ont de tels sentiments, c’est parce qu’elles n’ont pas de véritable religion, et qu’elles ne haïssent pas le péché. Elles ne se sont jamais repenties, car, si elles étaient réellement converties, elles se détourneraient avec dégoût de leur ancienne voie, au lieu d’avoir le désir d’y rentrer. Quiconque s’est vraiment repenti trouve son plus grand plaisir à obéir à Dieu. » (Discours sur les Réveils Religieux).

Connaissez-vous Dieu comme il lui plaît qu'on le connaisse et comme il nous est bon ? Je prie que son Esprit s'attache à être avec vous qui lisez, pour qu'il soit votre lumière, et de là vous scelle dans son salut éternel.

Si besoin, pour vous aider à demander pardon - par un clic

Repost 0
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 05:04

Dieu est amour, donc Dieu nous aime – DIEU VOUS AIME.

Mais son amour est tributaire de la justice (dont la vérité fait partie) : si nous commettons des fautes (péchés) nous nous montrons injustes, et son Esprit comme son amour se tiennent loin de nous. De fait nous subissons des effets – néfastes - de nos mensonges, supercheries, légèreté et autres méchancetés, perversités ou forces mauvaises que nous mettons à l'œuvre dans notre existence. Si nous confondons amour et séduction, nous entrons dans des pensées perverties, adultères, coupables, voire dans des relations qui vont devenir problématiques.

De tels comportements attirent sur nous des jugements, du mal physique ou psychique, et spirituellement c'est la mort (à Dieu et à son amour). L'issue de tout ça au final c'est la mort – qui peit être séparation éternelle de Dieu – ce qu'on appelle l'enfer.

Et pourtant Dieu nous aime et veut tous nous – VOUS – sauver de cette spirale maléfique que nous amorçons où le mal importe sur le bien, les problèmes sur la paix. Que faire ? Forcément quelque chose!

La Bible nous indique la réponse que Dieu attend :
Repentez-vous, renoncez à vos œuvres mauvaises, et désirez marcher dans les voies de ce qui est juste, honorable, source de paix et d'amour pour Dieu et pour notre prochain – c'est-à-dire pour ceux qui nous sont le plus proche.

Si parmi nos fautes, on a fait des erreurs d'aiguillages qui nous ont mis dans des situations personnelles ou relationnelles délicates à intenables, confessons-le à Dieu, remettez-lui tous les problèmes importants en lui demandant de commencer à travailler à améliorer notre situation. Il faut lui faire confiance, sans plus rien entreprendre par nous-même pour corriger le tir, car il y a de fortes chances que nous envisagions une nouvelle fois un leurre, une solution à notre façon dont l'issue ne sera pas bonne – et peut être la mort.

La foi est active par la demande de pardon et par la réponse que Dieu nous accorde – dès lors qu'on est sincère dans notre démarche.

La Bible dit encore que c'est parce que Jésus a été crucifié à notre place que Dieu peut nous pardonner, la grâce qu'il nous fait de nos fautes résultant de la justice accomplit par Jésus qui meurt comme un coupable, à notre place. La foi qui arrête la colère de Dieu sur nous est donc la foi au Seigneur Jésus.

http://www.topchretien.com/topbible/2-corinthiens.5.18/S21/
http://www.topchretien.com/topbible/jean.3.16/S21/
http://www.topchretien.com/topbible/actes.2.32/S21/
http://www.topchretien.com/topbible/marc.16.15/S21/
http://www.topchretien.com/topbible/ephesiens.2.3/S21/ jusqu'à vers. 10
http://www.topchretien.com/topbible/actes.16.30/S21/
http://www.topchretien.com/topbible/matthieu.28.16/S21/
http://www.topchretien.com/topbible/romains.6.23/S21/
http://www.topchretien.com/topbible/1-jean.1.5/S21/

Une prière –guide pour concrétiser cela si vous vous y sentez prêt-e :
http://www.toucherlalumiere.info/priere-guide-pour-paix-avec-dieu.html

Si vous ne connaissiez pas encore Dieu comme Sauveur, et si votre démarche envers lui est authentique, vous savez ce qu'il vous reste à faire…

Soyez encore béni-e.

Repost 0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS : Dieu existe ! C'est ici mon cheminement depuis ce premier instant, pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il !? C'est aussi un Questions/réponses dans les domaines connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité, politique, philo, actualité... bref, un englobe-blog. Répétez ! ☺
  • Contact

Recherche