Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 décembre 2018 1 10 /12 /décembre /2018 14:54

PREMIÈREMENT : ARRIVER AU CŒUR PROFOND DE NOS CRISES

Les "vieux démons" !? Vous avez certainement entendu cette expression - qui réapparaît régulièrement quand il s'agit d'actes de barbarie, de terrorisme, de casse, d'addictions... !

Notre problème c'est qu'on a réduit une réalité bien vivante - les démons, sans chair et sans os mais puissants* ! - à un concept, à une forme métaphorique aussi insignifiante qu'une coquille de noix vide. Et voilà une grande cause de nos difficultés parmi les plus violences.

Parce que oui, les démons existent et continuent d'exister ! Regarder vos écrans (ou l'histoire à toutes les époques), et vous en voyez les effets.

Oui, ils sont vieux, mais surtout ils sont éternels ! On n'a donc pas fini d'y faire référence, dans une inconscience qu'il va bien falloir accepter de revoir et changer contre une réelle prise de conscience du Réel – et le plus tôt est bien sûr le mieux.

_______________
* Anges déchus, les démons sont de l'ordre des entités (sans avoir besoin d'un corps dense) et des énergies (essentiellement invisibles en elles-mêmes, qui se découvrent et se "voit" indirectement par leurs effets : comme les forces élémentaires de l'univers, l'électricité, les ondes, l'âme et les pensées, et tout le spirituel).

1968, 2012 ou 2018 !? Les causes secondes changent, mais le fond du problème
(de la condition humaine) est toujours le même...

CHANGEMENT, CHANGEMENTS !?...

Globalement on ne peut plus ignorer qu'avec l'arrivée du IIIe millénaire christique, nous sommes entrés dans une période étonnamment nouvelle. Cela va être un bref temps-charnière, avec des changements encore largement insoupçonnés par la plupart, aussi profonds que le réveil d'un volcan ou les contractions d'une femme enceinte.

Outre que le genre humain à perdu sa souveraineté terrestre depuis que le premier esprit extra-terrestre maléfique en a pris le contrôle, nous sommes actuellement dans un temps très très particulier : Celui de l'achèvement du "temps de la grâce" autrement appelé "temps des nations". Savoir l'approche de la fin des deux derniers millénaires, qu'avait ouverts Jésus-Christ (Yeshoua le Messie d'Israël reçu comme le Christ des nations) à partir de sa mort et résurrection (probablement vers l'an 27).

En d'autres termes une mutation bien plus prodigieuse que ce qu'on imagine ou craint ou espère a commencé et se déploie dans sa fin de plus en plus rapidement et de manière choquante à sidérante, alarmante, interpellante pour l'âme ou violente pour les corps ! Sous nos yeux le plus souvent myopes ou aveugles... malgré cumulativement la fin de toutes semences saines, l'extinction impressionnante de toutes sortes d'espèces animales, des dérégulations monétaires problématiques, les dérèglements climatiques croissants, des déséquilibres écologiques dramatiques (appauvrissement des terres arables, déforestations, pollutions partout...), la montée des addictions, apparition ou réapparition de maladies souvent contagieuses, les famines, le chômage, les divorces, le recours croissant à la mort comme "solution" de libération, le retour de barbaries...

Est-on si loin des années folles ou des années 30, deux périodes de dérégulation morale ponctuées par les deux grandes guerres mondiales ? Pas tant que ça ! Même nos politiques font le rapprochement...


PLUS QU'UN CHANGEMENT, ON VIT UN CHAMBOULEMENT

C'est ce qu'on a pu notamment observer quand Nicolas Sarkozy, adhérent voire héraut (comme les autres) d'une idéologie politique mondialisante, a vendu la France (par le traité de Lisbonne, contre le résultat du référendum) à une "technocratie européenne invisible".

Depuis c'est la Bérézina (quand l'armée napoléonienne devenue incapable de conquérir la Russie sombra plus encore dans le fleuve Bérézina dont la glace des eaux céda sous leur poids). On vit le démembrement des nations, ce que la Bible nomme "la fin du temps des nations". 
 

Depuis cette européanisation de la France perpétuée par les deux présidents suivants, la vis (les libertés) se serre au point de créer ce qu'on voit ces jours de décembre dans les rues de France (dans ses "artères"), et significativement aux ronds-points : carrefours qui parlent de différentes directions possibles : et quand on veut aller au bon endroit, il vaut mieux faire le bon choix !

La vis se serre car
- d'un côté on est engagés dans une idéologie bureaucratique (ou bureaucratie idéologique) hors-sol, prémices de la Mondialisation recherchée par les "vieux démons" qui n'en démordent pas,
- et de l'autre on a laissé Les droits universels de l'homme se muter – et là aussi on peut parler de pressions initiées par le monde infernal – en droits partisans de chacun !
... sans jamais parler des Devoirs obligés de tous ! Donc sans plus de responsabilité personnelle quant à ce qui nous arrive.

Or, est-ce une vérité qu'on se retrouve innocemment au mauvais endroit au mauvais moment, sans y être pour rien ?
Ce qui veut trop dire : Je ne suis en rien cause dans ce qui m'arrive !
Ainsi la dérive de la victimisation : Quand je suis atteint par quelque mal, et quand je fais du mal en réaction à mes souffrances, je ne suis qu'une victime !
Et encore, pourquoi pas : - On me doit quelque chose !

C'est là une conception erronée du Réel, un mensonge diabolique.
C'est au point où déjà on n'est même plus le responsable de nos actes : J'ai tué parce que je supportais plus telle situation ! J'ai violé parce que j'avais envie et l'autre n'a pas réagi au point où je n'aurais pas pu le faire !


Tout et nous-même nous enferment dans cette déresponsabilisation et irresponsabilité - alors qu'on est toujours coupable aux yeux de Dieu. Ce qui fait un profond malaise intérieur (à l'intérieur des personnes et à l'intérieur de la nation), et qu'il ne reste plus que des électrochocs de plus en plus sévères pour nous… sauver de cette "mort-fine" !
Pour réveiller dans tous les camps (gilets jaunes, casseurs sombres, dirigeants oligarques, forces de l'ordre, indifférents à tout...) de cet endormissement mortifère dans lequel on laisse toujours plus de terrain… à Satan !…

C'est ainsi qu'on a longtemps laissé les casseurs casser sans les contrarier ! ...Comme on a laissé les enfants s'élever tout seul, sans correction, juste livrés à leurs pulsions, ressentis et autres impressions… Et là aussi livrés aux démons dès lors que le laxisme parental ou institutionnel leur laisse le champ libre… Remarquez l'autorité ou la force de certains tout-petits ou de certains pré-ados !...

ANTAGONISMES, LUTTES, COMBATS, RUPTURES, EN LIEU ET PLACE DES INSIGNES RÉPUBLICAINS… IDÉAUX

Qui va gagner, dans ce contexte ?
Contexte occasionné - voyons-le ! - d'abord par l'abandon croissant de valeurs et vérités religieuses traditionnelles (chrétiennes, universelles autant que françaises) et à la suite par des développements sans conscience suffisante de philosophies et idéologies athées, et de technologies dans un but essentiellement mercantiles.

Qui va gagner ? Certainement pas l'individu ! Certainement pas l'homme, la personne humaine ! C'est-à-dire certainement pas la démocratie !

Remarquez : Il suffit d'ajouter la lettre N – la haine – dans la démocratie pour en faire une démoNcratie (une gouvernance humaine pilotée par les esprits mauvais), à la base trop large et à la tête trop indéfinie pour pouvoir gagner.

A l'opposé, par le haut, c'est la mondialisation (où le monde, c'est démon en verlan). Un autre positionnement, mais l'action est dans le même sens, au profit de l'occulte ténébreux.
Le gouvernement collégial unique inféodera les peuples à eux, croient-ils, mais ce sera, eux compris, qui seront les bernés, les benés du Malin au lieu d'avoir choisi d'être les bénis de Dieu.

Ainsi a-t-on, orientés les uns contre les autres d'un côté un immense corps sans tête (les peuples), de l'autre une tête (oligarque) coupée du corps qu'elle sait de moins en moins bien gouverner...

Dans tous les cas, c'est l'homme, la femme, les enfants, tout le genre humain qui perd en ne suivant plus les préceptes et les ordonnancements naturels divins.

¤

Ce sens - le plus visible - de l'histoire est d'autant plus certain et à surveiller qu'on emploie de plus en plus souvent le mot Apocalypse. Du nom de ce livre de la Bible qui (avec d'autres) prédit un système unique de gouvernance mondiale (à partir de son chap. 13 – On est à la fin du chap. 9).
C'est un impérialisme qui est là prophétisé, plus terrible que les impérialismes réunis d'Alexandre le grand et des césars romains (pour qui connait un peu ses histoires) !

Quand on sait que déjà bien plus de 100 prophéties se sont fidèlement accomplies en leur temps, on peut se dire qu'il faut peut-être mieux écouter pour anticiper sur les jours sombres et nuits noires annoncés.

SIGNES, BALISES, LUMIÈRE, ALERTE... CAR IL Y A DANS LE MÊME TEMPS UN AUTRE COURANT DE L'HISTOIRE : CELUI DU SENS !

Être attentif donc, car toujours des signes annonciateurs d'un changement au moins assez important paraissent – témoins aussi que les temps et événements ne sont livrés ni à des hasards aveugles ni à la seule conduite (inconsidérée) des créatures, mais restent sous contrôle divin.

Ainsi vient un chaos planétaire, et une solution divine comme jamais encore il n'en a fait paraître (un événement bien plus grand que la traversée à pied sec par les israélites conduits par Moïse de la Mer rouge... qui engloutit à la suite la féroce 'armée du Pharaon d’Égypte).

POURQUOI UN TRIOMPHE DE LA VIOLENCE ?

Parce que les démons ne vieillissent pas : Ils sont très nombreux (1/3 de tous les anges créés par Dieu, sortis de leur rang et du Bien, par arrogance et orgueil pour certains, par faiblesses pour d'autres, à la suite de l'ange brillant et usurpateur premier (appelé parfois Lucifer) devenu Satan, l'adversaire de tous biens véritables... dont nous !

Ainsi, à cause d'un abandon généralisé (ou apostasie) rudement (plus que savamment) orchestré, des croyances de source chrétienne, et forcément à la suite des valeurs qui allaient avec, l'être humain a naturellement tendance à se faire jusqu'à démoniser, alors que Dieu lui offre - nous offre - la possibilité d'être divinisé, en recevant (de) son Esprit.

Un don de l'Esprit de Dieu à la fois
- comme lumière intérieure, avec une conscience redonnée de ce qu'est de manière intangible le bien et le mal. Pour bien mieux voir le Réel comme il est, notamment avec sa double dimension surnaturelle spirituelle que forment les sphères asymétriques de Dieu (infinies) et de Satan (limitée puis conséquente).
Lumière intérieure qui trouve son alter-ego, ses appuis ou confirmations dans les Écritures bibliques (notamment du Nouveau Testament)… ;

- comme paix intérieure, comme confiance grandissante dans le présent et l'avenir… ;

- comme force surnaturelle pour résister au mal, pour opter pour le bien, pour prier avec efficacité… ;

- et, plus important que tout, comme vie éternelle - l'éternisation de notre personnalité psychique !

Réalisons-nous que nous sommes mortels !? Mais aussi que Jésus est venu pour nous réintroduire vivant dans La Vie intemporelle de Dieu ! En déposant en n'importe qui d'entre nous croit en Son plan christique de rédemption,"les arrhes de son Esprit éternel".

DEUX MODES D'ARRÊT DE LA JUSTICE BASIQUE DE DIEU

De l'Ouest américain (avec par exemple le feu dévastateur de la ville de Paradis…) à "la plus belle avenue du monde", on a de quoi s'interroger sur ce qui se passe !
La Bible dit que si Dieu n'exerçait pas de jugements, plus personne ne croirait qu'il existe. Et il les exerce.

Dans tous les cas si aucune repentance n'apparaît les démons peuvent vite venir ajouter à un juste jugement des forces amplificatrices. En agitant et mobilisant ceux dont les pensées et comportements humains habituels sont des portes ouvertes à leurs débordements.
Sans parler des vrais gilets jaunes au départ pacifiques, qui se sont laissés et peuvent se faire encore contaminés par les vents subtils mais potentiellement puissants libérés dans les rues et dans cette crise.

Je le rappelle ! Dieu fait grâce aux humbles et à qui s'abaisse, mais il résiste aux arrogants dont l'orgueil précède et précipite la ruine.

L'organisation divine veut et fait que tout jugement ne peut cesser que de deux manières :

a) Par l'abaissement et la repentance (contrition, amer regret, mea culpa, demande de pardon, humiliation volontaire) de celui/celle qui en est atteint/e.

C'est le signe que l'on a encore une conscience de ce qu'on est des êtres (quelque part, d'une manière ou d'une autre, pour une raison ou une autre), responsables de ce qui nous arrive. Si cette prise de conscience ne se fait même plus, il ne faut pas s'étonner si on se trouve soudain confrontés à des violences ou viols ou pillages... qui se passent dans le même genre d'inconscience de sa responsabilité propre.

b) Ou bien, quand dans un embrasement surabondant, Dieu juge que l'injustice dans le jugement est arrivée à son comble.
Quand la correction est telle qu'il ne s'agit plus d'un acte de justice, mais d'une nouvelle injustice qui doit être à son tour châtiée. Les démons alors jugés et sortis du terrain de leurs exactions doivent laisser le terrain et la paix revient comme d'elle-même. Exemple fort et typique : La chute du mur de Berlin, sans la moindre résistance.

Si donc le Président Macron s'abaisse suffisamment pour que la démocratie tienne encore face à la montée de la mondialisation, la paix reviendra vite. Sinon les démons auront encore des droits pour pousser dans l'insatisfaction et la révolte (si leurs ravages ne sont pas parvenus à leur comble).

Aparté : Quand on a choisi pour dieu Mammon, personnalisation de l'argent, de la finance, il ne faut pas s'étonner si les jugements viennent toucher aux portefeuilles ! Car il y a toujours une vraie logique en toutes ses choses : on est le plus souvent puni par où l'on pèche.

 

Ainsi s'exerce toujours une justice basique de Dieu, même si on n'y croit pas ou si on ne le voit pas en tant que tel. La justice du mal payé par le mal ou justice rétributive, que ne peut arrêter ou amoindrir qu'une marque réelle de regret.

DES IMAGES EUROPÉENNES SIGNIFICATIVES

Pour s'assurer qu'il y a bien continuité du passé le plus antique à ce qu'on vit aujourd'hui, l'Europe a conservé deux images fortes indéniables.

a) La tour de Babel, le parlement européen de Strasbourg étant physiquement construit sur ce schéma d'une tour... inachevée. Pour dire : NOUS, nous allons faire; finir l'unité (interrompue) des hommes que figura cette tour ancestrale !
Que faut-il comprendre de ce symbole dès lors qu'on sait que c'est le Dieu-qui-ne-change-pas qui a interrompu cette construction et sa finalité (parce qu'elle se bâtissait en liaison avec les démons justement - livre biblique de la Genèse, chap. 11) ! Et donc ?...

b) D'autre part de la mythologie grecque, l'image d'Europa chevauchant le taureau blanc qui l'avait séduite et enlevée (motif paraissant notamment à Bruxelles). Taureau figurant le Dieu souverain, Zeus chez les grecs, déguisé en une créature superbe capable de toucher le cœur de la belle Europe dont il est tombé amoureux.
Qui donc figure Zeus ?

Est-ce une expression du Dieu des dieux que découvrit Abra(ha)m et qui ouvrit lui-même par diverses révélations dans un premier temps au monothéisme, puis à l'incarnation du Verbe éternel ?

Ou est-ce le dieu de ce monde que la Bible appelle "le prince de ce monde", Satan devenu le vainqueur des hommes par une première faute adamique (dont la femme fut la 1ère victime) ?
On est encore avertis par la Bible que ce "dieu" (par sa position au-dessus de nous)peut se faire passer à nos yeux pour "un ange de lumière", pouvant donc nous séduire, tromper et enlever/entraîner dans ses conceptions artificieuses !...

NE NOUS TROMPONS PAS DE DIEU !

C'est tout l'enjeu de notre temps, de notre terre, et de l'appropriation 'définitive) ou de la perte de nos âmes qui est là sur les différentes places du monde (financières, économiques, politiques, cognitives, conceptuelles…) ! Ne nous trompons pas de Dieu ! On peut s'en donner tellement, qui ne sont au final que des supports de Satan qui en tirent les ficelles pour que nous ne venions pas dans la grâce de son salut.

Entre les paillettes et les peurs qu'utilise contre tous "le taureau" (aussi figuré à New-York devant la Bourse de Wall Street !) et les vérités et les grâces qu'offre Celui qui refuse les images représentatives et se propose à qui veut le suivre, il ne faut pas se tromper !
Entre celui qui a exulté en poussant à bout la crucifixion de Jésus (et qui s'en prend encore aujourd'hui à ceux qui croient en lui) et Celui qui l'a subie pour nous extirper de ses griffes et des condamnations, sachons faire la différence. 

LE POUVOIR PERMANENT, A ACTIVER, DE LA CRUCIFIXION DE JÉSUS

Savez-vous cela !? La Bible dit avec toujours la même constante actualité jusqu'à maintenant :
"Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance, Semblable à celui dont on détourne le visage, Nous l'avons dédaigné (Jésus, Yeshoua en hébreu, Issa en arabe…), nous n'avons fait de lui aucun cas. 4 Cependant, ce sont nos souffrances qu'il a portées, C'est de nos douleurs qu'il s'est chargé ; Et nous l'avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié. 5 Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités ; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. 6 Nous étions tous errants comme des brebis, Chacun suivait sa propre voie ; Et l'Éternel a fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous. 7 Il a été maltraité et opprimé, Et il n'a point ouvert la bouche, Semblable à un agneau qu'on mène à la boucherie, A une brebis muette devant ceux qui la tondent ; Il n'a point ouvert la bouche. 8 Il a été enlevé par l'angoisse et le châtiment ; Et parmi ceux de sa génération, qui a cru Qu'il était retranché de la terre des vivants Et frappé pour les péchés de mon peuple ? 9 On a mis son sépulcre parmi les méchants, Son tombeau avec le riche, Quoiqu'il n'eût point commis de violence Et qu'il n'y eût point de fraude dans sa bouche. 10 Il a plu à l'Éternel de le briser par la souffrance... Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, Il verra une postérité et prolongera ses jours ; Et l’œuvre de l'Éternel prospérera entre ses mains. 11 A cause du travail de son âme, il rassasiera ses regards ; Par sa connaissance mon serviteur juste justifiera beaucoup d'hommes, Et il se chargera de leurs iniquités.
12 C'est pourquoi je lui donnerai sa part avec les grands ; Il partagera le butin avec les puissants, Parce qu'il s'est livré lui-même à la mort, Et qu'il a été mis au nombre des malfaiteurs, Parce qu'il a porté les péchés de beaucoup d'hommes, Et qu'il a intercédé pour les coupables.
"

Réalisez-vous ce qui a été écrit là de Jésus (7 siècles avant que cela n'arrive) au sujet de cette mort unique qui fut la sienne :  comprise comme indispensable, acceptée, rédemptrice, potentiellement salvatrice de l'âme de tout être humain !?

Pourquoi a-t-il "plu" à l’Éternel de voir mourir ainsi Jésus ? Parce que ce fils unique bien-aimé a accepté de prendre cette place des coupables que nous sommes tous.
Parce que c'était le seul moyen juste pour stopper la justice basique de Dieu qui nous condamne tous à mourir sans pouvoir dès lors connaître tout le Bien qu'est Dieu et une vie en relation avec lui.

"Car le salaire du péché, c'est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur."

Et pour cela il fallut "que le Fils de l'homme soit élevé, 15 afin que quiconque croit en lui ait la vie éternelle.
16 Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.
17 Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.
18 Celui qui croit en lui n'est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. 19 Et ce jugement c'est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises.
20 Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dévoilées ; 21 mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses œuvres soient manifestées dans une conformité à ce qui se fait en Dieu.
"
- POURQUOI !?
LA QUESTION À TOUJOURS SE POSER
Je la pose souvent à Dieu, sinon comment comprendre certaines choses qui nous arrivent ou qu'il cherche à nous dire ! Et il répond !... si on attend vraiment qu'il nous réponde (ce qui nous manque souvent).

Pourquoi donc Paris et la France encore à feu et à sang ? Pourquoi Mai 68 réitéré un demi-siècle plus tard – en pire parfois ?

Parce que les démons ne changent pas, et sont toujours dynamiques quand nos comportements – surtout ceux des leaders politiques quand on parle en terme de nation – deviennent trop injustes ;

Parce que le cœur des hommes/femmes/enfants ne change pas (Jérémie chap. 17.9) ;

Parce que sans foi en regard de la mort secourable – secouriste ! – de Jésus, on reste tous et chacun livrés à nos insuffisances, à nos dérèglements, égarements, perversions, méchancetés, illusions, égoïsme coupable, convoitise, jalousie, addictions, incompréhensions… 

MAIS LA BONNE NOUVELLE...
c'est que si les situations sont globalement en marche vers le mal, planétairement, de manière irréversible, la nôtre à chacun, la vôtre, est encore individuellement modifiable pour que vous marchiez, même parmi le chaos, dans un présent transformé (par votre regard éclairé par la foi) et vers un avenir sans fin où le mal ne sera plus !

C'est vrai pour chacun qui cherche et trouve, reçoit dans sa vie le seul vrai Dieu :
- Celui qui s'est donné pour le genre humain en la personne de Jésus, en vue de la repentance individuelle et du pardon des péchés (fautes) de chacun ;

- Celui qui donne de plus son Esprit à quiconque croit, afin que nous n'ayons pas une religion ou une autre à suivre comme une contrainte (de plus) et entrave à notre liberté intérieure. Mais que par cette force de vie surajoutée nous trouvions la paix en nous-même, le meilleur de la liberté psychique et spirituelle, des solutions à nos problèmes de relations, d'inconfort et autres addictions les plus contraignantes…

...SE SAISIT VRAIMENT INDIVIDUELLEMENT

Ainsi chacun, chacune de nous peut potentiellement se faire démoniser (assujettir à, par, des oppressions ou même possession(s) démoniaque(s)).
A l'inverse chacun, chacune peut être divinisé (réconcilié et en paix avec Dieu dès ici-bas et pour vivre la création suivante).

Jésus n'a pas promis à ceux qui veulent le suivre la facilité, une vie rose-bonbon ! Mais il a dit qu'avec lui on pouvait être plein d'assurance dans les adversités, car il avait vaincu les forces mauvaises de ce monde ! Lire aussi le Psaume 91 par exemple.

L'apôtre Pierre dit qu'il est préférable pour un enfant de Dieu (chrétien) de souffrir pour sa foi, dans sa foi, plutôt que de souffrir à cause de nos péchés comme incrédule ou religieux hypocrite.

Gilet jaune, casseur sombre, gouvernant subjugué, citoyen jusque-là indifférent ou encore étranger déraciné, qui que nous soyons, nous pouvons tous entendre et répondre à ces affirmations percutantes de Jésus :

"Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi."

"Je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie."

Mais aussi "il ajouta : nul ne peut venir à moi, si cela ne lui a été donné par le Père."

Priez donc Dieu, l’Éternel Père absolu des créations, si vous ne le connaissez pas encore "en esprit et en vérité", pour qu'il vous envoie des révélations pour votre salut.
Sachant ou sans oublier que "la foi vient de ce qu'on entend qui nous vient de la parole de Christ."

Et "Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples."

Alors "vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libre."

Soyez sauvé-e !

Articles connexes : Les 5 types de mortune trame pour prierLes 5 formes bibliques de résurrection.

Partager cet article

Repost0
26 février 2018 1 26 /02 /février /2018 21:23
 
 

C'est une histoire vraie qui est à l'origine de ce film de Spielberg :
toute une fratrie qui aurait été décimée, en Amérique,
dans la guerre de Sécession.

Le film quant à lui, met en scène de jeunes soldats américains dans le cadre de la bataille de Normandie, venus pour libérer la France de l'autorité démoniaque du national-socialisme (nazisme). James Francis Ryan a été parachuté derrière les lignes ennemies. L’État-major est sans nouvelles de lui et, sachant que ses trois frères ont été tués dans d'autres combats. il est décidé de monter un commando pour le récupérer. (pour plus ici).
C'est finalement au prix de la vie de plusieurs autres soldats que le soldat Ryan est sauvé.

ÉTAT DES LIEUX
Cela nous parle de l'état dans lequel se trouve la  terre toute entière : prise dans une guerre très mystérieuse, où s'allient séductions, tromperies, manipulations, bien (un peu), violences, cruautés... Même si des bombes n'explosent pas tous les jours, même si le feu n'est pas incessamment nourri partout, on y trouve très régulièrement des tueries, des combats ethniques, des ennemis tout proches, la haine, la délation, les collabos, des traitrises, des gains honteux, des viols, des expropriations, une économie entravée, la peur, l'insécurité, des lois restrictives de liberté... et une certaine résistance !

La Bible dit que "le monde entier est sous la puissance du mal (ou Malin)." et encore "Car la création a été soumise à la vanité - non de son gré, mais à cause de celui qui l'y a soumise (Satan, un ange déchu) -,21 avec l'espérance (pour nous) qu'elle aussi sera affranchie de la servitude de la corruption, pour avoir part à la liberté de la gloire des enfants de Dieu.22 Or, nous savons que, jusqu'à ce jour, la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l'enfantement."

Et dans ce monde soumis au mal, il n'y a qu'une fin réelle apparente : la mort ! (Une mort parmi d'autres en réalité), la mort physique, qui n'est pas la fin de tout, la fin dernière.
Car la fin (physiologique) du corps, n'est pas notre fin : on est une âme dans un corps, et non un corps seulement.

Et la Bible annonce que cette âme - siège de notre réalité consciente, qui nous faire dire "moi" et "je" - est en danger dès lors que l'esprit (part de Dieu lui-même en nous) est parti, sorti de nous, séparé, ce qui s'appelle notre mort spirituelle.

Ainsi sommes-nous entourés de lignes ennemies qui veulent nous garder - malgré les bruits de guerre alarmants qu'on entend - dans l'ignorance et l'illusion que tout est bien dans le meilleur des mondes.
Et là, on a besoin d'être sauvés ! Tous, chacun, un par un, les uns après les autres, un peu comme on voit dans le film "Tu ne tueras point" (une autre histoire vraie) l'infirmier croyant arrachant au champ de bataille un à un ceux qui peuvent encore restés en vie.

Transposé dans notre réalité personnelle, on est chacun ici des blessés, plus ou moins atteints, qui peuvent encore rester en vie - dans cette vie -, même si on est mort spirituellement, et donc particulièrement affaiblis. On est là en sursis de vie (en attente confuse d'une autre vie, ou dans le non sens d'un égarement). Et donc face à l'échéance inéluctable qu'est et que représente la mort qui se voit, on a besoin d'être - et on peut être  - sauvés !

- Sauvés d'une perdition éternelle de soi ;
- Sauvés des forces occultes (des anges rebelles, démons) qui nous tentent, nous trompent, et ramassent  les âmes défuntes dans un "séjour des morts" (shéol ou hadès) qui leur appartient ;
- Sauvés des dangers de ce monde présent avec ses concepts controuvés trompeurs et ses dysfonctionnements (qui vont encore largement croître sous nos yeux) ;
- Sauvés de la force à mal faire qui nous habite chacun, nous empêche de faire bien comme on voudrait et encore nous pousse dans des paroles ou choix ou actes qu'on ne voudrait même pas si on était réellement libre.

 

SAUVÉS COMMENT ? PAR QUI ?
Là, le secours ne vient pas d'un commando ou d'un "comité de salut public", mais est une œuvre de salut individuel *: On est chacun le soldat Ryan en grande difficulté.
Comme le film nous parle de l'équipe engagée pour ce sauvetage où chacun risque sa vie en sacrifice, la Bible et les disciples de Jésus rapportent que Celui-ci s'est lui-même,  seul, offert en sacrifice pour nous sauver. Pour nous sauver potentiellement tous. Comme quelqu'un qui se jetterait dans la gueule d'un requin pour qu'il ne morde plus personne.
"Car, lorsque nous étions encore sans force, Christ, au temps marqué, est mort pour des impies.7 A peine mourrait-on pour un juste ; quelqu'un peut-être mourrait-il pour un homme de bien.8 Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous."

Jésus s'est préparé pendant de longues années pour être prêt à supporter toutes les bassesses et ignominies de cette heure des ténèbres décisive - cruciale, c'est le cas de le dire !

"Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance, Semblable à celui dont on détourne le visage, Nous l'avons dédaigné, nous n'avons fait de lui aucun cas.4 Cependant, ce sont nos souffrances qu'il a portées, C'est de nos douleurs qu'il s'est chargé ; Et nous l'avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié.5 Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités ; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris.6 Nous étions tous errants comme des brebis, Chacun suivait sa propre voie ; Et l'Éternel a fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous. 7 Il a été maltraité et opprimé, Et il n'a point ouvert la bouche, Semblable à un agneau qu'on mène à la boucherie, A une brebis muette devant ceux qui la tondent ; Il n'a point ouvert la bouche.8 Il a été enlevé par l'angoisse et le châtiment ; Et parmi ceux de sa génération, qui a cru Qu'il était retranché de la terre des vivants Et frappé pour les péchés de mon peuple ?9 On a mis son sépulcre parmi les méchants, Son tombeau avec le riche, Quoiqu'il n'eût point commis de violence Et qu'il n'y eût point de fraude dans sa bouche.10 Il a plu à l'Éternel de le briser par la souffrance... Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, Il verra une postérité et prolongera ses jours ; Et l'oeuvre de l'Éternel prospérera entre ses mains.11 A cause du travail de son âme, il rassasiera ses regards ; Par sa connaissance mon serviteur juste justifiera beaucoup d'hommes, Et il se chargera de leurs iniquités."

N'est-ce pas magnifique que Jésus, en conscience, en pleine liberté de choix, ait accepté et désiré donner ainsi sa vie pour sauver tous les soldats Ryan qui ne se cachent pas quand on vient les chercher, qui répondent quand on les appelle par leur nom dans le but de les faire passer de leur condition de perdu, de "porté disparu"au registre divin, de vivant déjà mort, à celle de vivant pour toujours !?

Sacrifice unique, abandonné même de ses disciples en cette heure terrible "afin que quiconque croit en lui ait la vie éternelle.16 Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.17 Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.18 Celui qui croit en lui n'est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.19 Et ce jugement c'est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises.20 Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient dévoilées ;21 mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses oeuvres soient manifestées, parce qu'elles sont faites en Dieu."

Ainsi, chaque soldat Ryan peut être secouru, s'il le croit, rapatrié vers "la maison du Père céleste", notre âme un jour transportée dans la dimension psycho-spirituelle du Royaume de Dieu. Tel est le salut pour lequel un combattant hors normes a livré bataille à Satan pour nous, lui résistant en tout sans pécher pour ne pas se soumettre à cette autorité maléfique, mais rester en tant que fils (Parole de Dieu incarnée) soumis à son Père.
Lire éventuellement les deux aspects (prophétisé et expliqué) de ce qui se passe dans l'invisible pendant que Jésus est sur la croix.

"Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ...19 Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation...21 Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui  (vous et moi) justice de Dieu."

Aussi, Dieu vous exhorte par moi : Soyez réconciliés avec Lui !
_______
* Le salut individuel peut aussi amener un salut plus collectif, familial, très exceptionnellement ethnique... mais jamais national.

 

Partager cet article

Repost0
29 décembre 2017 5 29 /12 /décembre /2017 09:41

A que voilà des paroles d'une force incroyable !
Mais que signifient-elles !?

En français, il y a plusieurs mots qui permettent de parler d'amour : l'amour-éros ou sexuel ; mais aussi l'amour-compassion (qui parle de souffrir avec...) ; l'amour miséricorde (une corde - de Dieu, affective - lancée à la misère pour en secourir) ; l'amour-filéo (affection fraternelle, amitié par affinité) ; l'amour-agapé qui est l'amour de Dieu (l'amour qu'il est en lui-même de la même manière qu'est la lumière blanche, en laquelle se trouvent toutes les couleurs). Et il y a encore des séductions qui ne sont pas de l'amour mais y ressemblent, des imitations comme Satan et certains de ses démons savent les produire...

ET quand Johnny devient "forçat de l'amour", de quel amour s'agit-il ? Explicitement de l'amour physique, en vue du plaisir charnel qui peut en résulter, possiblement indépendant de l'amour qui est le véritable amour entre un homme et une femme (à la fois filéo et agapé), celui qui n'a même pas besoin de mettre les corps en mouvement ni pour être, ni pour brûler ni pour s'entretenir.*

C'est qu'il est des amours dont le feu est destructeur, de l'âme ou du corps indifféremment, et bien sûr de la spiritualité. Comme il en est qui sont semblables au feu qui brûlait devant Moïse dans un buisson sans le consumer.

Quand même le meilleur de l'amour se mêle de convoitise, d'envie charnelle qu'on ne maîtrise pas, de désirs impudiques, s'en est fait de l'amour ! Apparaît une emprise qui va croissant, d'autant on se soumet à des tentations, à toutes les occasions et séductions, jusqu'à nous posséder. On devient ainsi addict au sexe, comme à l'alcool, à la drogue, à l'argent ou à la nourriture...
C'est-à-dire que de certains comportements humains dont Dieu nous met en garde, on va tomber sous une double domination, d'une part de nous-même dont le corps après l'âme se dérègle (phénomène de somatisation) ; et d' autre part d'un démon (minimum) qui, nous voyant ainsi amorcé, peut entrer dans le jeu de nos ébats (comme de nos beuveries ou prises de stup', actes de cupidité ou boulimique...).

Il y a une frontière entre l'humain et le démoniaque, qui est "matérialisée" par notre conscience morale et des lois de société, par des préceptes d'une religion quand on en a une, aussi par des situations ou circonstances défavorables (qu'on doit apprendre à discerner comme étant significatives), et même des songes.
Frontière dont le passage un peu répété ouvre en nous la porte à une présence démoniaque, d'abord sous forme de convoitise excessive, pressante et exacerbée au point qu'on y pense sans pouvoir le contrôler, voire tout le temps. Oppression donc, compulsion et dépendance avec toutes les souffrances de l'obsession, du manque créé artificieusement, de la frustration..., jusqu'à une possible possession où l'on ne s'appartient plus. Quand on arrive à dire "C'est plus fort que moi ! C'a été plus fort que moi !". D'où des comportements que dominent la violence, l'insolence, des abus, l'irrespect le plus absolu, jusqu'au viol ou meurtre comme l'actualité nous donne parfois de voir.
...Ce qui peut également se produire dans le cadre du mariage, ce qui fait dire à la Bible cette exhortation interpellative : "Que le lit conjugal soit exempt de toutes souillures." Est-ce que Dieu est voyeur et despote jusqu'à ne pouvoir s'empêcher d'instruire de telles dispositions concernant nos intimités, ou parle-t-il ainsi pour notre bien ?... sachant mieux que nous que les anges déchus, démons séducteurs autant que méchants, plongent leur regard dans nos vies jusqu'à vouloir et pouvoir les posséder pour en jouir selon leurs lubies, leurs dérèglements, leurs perversités, leur rage et haine du bonheur du genre humain. 
Ainsi si Satan peut dénaturer l'amour et les beautés qui y sont liées, il réussit à nous asservir à ses propres vices, et donne au monde l'image de la bassesse humain qui cherche à nous faire conclure, à partir de là, qu'il ne peut y avoir un Dieu.

Ainsi dès lors qu'on suit de moins en moins le comportement individuel et/ou sociétal que la Bible présente comme le bien, ce qui est bon, on donne de plus en plus accès à des esprits méchants et trompeurs qui, de leur sphère céleste sombre coincé entre le ciel divin et notre ciel atmosphérique, peuvent descendre jusqu'à nous, parmi nous, et quand c'est possible jusqu'en nous (possession).
C'est seulement avec ce regard sur le Réel qu'on peut comprendre ce qui arrive de plus en plus parmi nous, qu'il s'agisse des drames terroristes, de l'amour de l'argent, des addictions à des produits ou d'abus sexuels.

Il est ainsi des libertés qu'on se donne dont l'issue n'est pas plus de libertés encore, mais un enfermement, un esclavage, - des conditions de forçat -, souvent accompagné de solitude qui grandit...
En ce sens, dans les libertés prises, le sexe tue l'amour véritable bien plus qu'il ne le sert. Le beau, précieux, fragile, exclusif et intime cadeau de Dieu perd de ses attraits (par impuissance, déception, frustration, asynchronicité, mépris, dégoût, nausée, haine...) quand il est foulé aux pieds, abordé dans la boue des péchés... Il n'est pas difficile dès lors de comprendre que l'amour véritable  n'a rien à voir avec ces mélanges et ce gâchis. Et là aussi on peut dire que "rien n'est pire que la corruption du meilleur."

Vouloir mourir d'amour enchaîné, est donc une folie, parmi d'autres auxquelles nous adhérons sans discernement, inconscient de ce qu'est la  vie réelle, ses forces les plus fortes, ses tenants et aboutissants... dont la souffrance, la maladie, les accidents et autres ruptures toujours douloureuses, la mort étant l'ultime.

¤ 

Ce qu'on ne nous apprend pas, c'est que l'amour, s'il est du domaine du sentiment, de l'affect, du cœur, est aussi une réalité qui se vit par la volonté... Le pasteur noir Martin Luther a écrit un livre qui s'appelle "La force d'aimer". Il sait de quoi il parlait ! Et on devrait savoir de quoi on parle, quand on parle d'amour, d'aimer. Pour le défendre comme il y a des plantes à protéger de prédateurs, ou encore pour l'entretenir et le soigner intérieurement comme avec les plantes prises par une maladie.

Que de paroles, d'injustices (dont l'infidélité, les mensonges), de comportements qui sabordent un couple pourtant uni, parfois avec des enfants ! Quelqu'un qu'on voudrait aimer, mais qui le rend impossible parce qu'il est ou fait ce qui est trop injuste. Quelqu'un qui a voulu nous aimer mais a dû abandonner à cause de notre fichu caractère ou de telle lubie !...

à suivre, demain...

____________________
* L'amour physique étant avec cet amour-là, dans un couple, cadeau particulier de Dieu. Mais cet amour n'est pas forcément celui dont parlait Platon (l'amour platonique), qui est plutôt l'amour filéo qui donne la véritable amitié, indépendamment du genre des personnes.

Partager cet article

Repost0
9 juin 2017 5 09 /06 /juin /2017 07:57

suite de l'article précédent

LES JUGEMENTS QUI NOUS ATTEIGNENT SONT-ILS TOUJOURS JUSTES !?

La plupart sont injustes. Dieu répugne à nous juger, c'est-à-dire à rendre contre nous le mal qu'on mérite en raison de nos mauvais comportements.
Un comportement mauvais est un comportement qui masque ou déforme l'image de Dieu en nous ; qui donc rend plus difficile la croyance 1/ qu'un Dieu existe, et 2/ qu'il est foncièrement bon. Car nos fautes nous séparent de Dieu comme un rideau gris ou noir qu'on tire entre nos yeux et le ciel bleu.

Dieu voudrait - et veut - surtout nous parler - pour nous réconcilier avec lui plutôt que nous affliger de sanctions (dont la vertu est, en soi et par notre compréhension, corrective). Mais quand nous ne nous soucions pas ou plus de lui, les démons obtiennent de nous toucher. Physiquement dans notre corps ou psychiquement dans notre intelligence, nos sentiments, émotions, volonté ou mémoire. Cela à titre de jugement, sur la base de nos fautes cumulées et/ou perdurantes, comme des huissiers vivent de l'exécution des jugements ou arrêts prononcés contre des coupables par les magistrats...

Sauf que les démons pour leur part sont par nature, depuis leur sortie de la lumière et des ordres divins, des créatures injustes, peu capables de maîtrise, donc incapables d'être des exécutants de jugements "neutres", équilibrés. Ainsi peut-on être frappés par un mal violent (plus ou moins) au-delà de ce que nous mériterions en justice.

 

LES JUGEMENTS QUI JUSTIFIENT : EN NOTRE FAVEUR.
Un jugement n'est pas qu'une condamnation. Ce peut être une réparation, voire une grâce (comme existe la grâce présidentielle en politique judiciaire).

C'est notamment là que Dieu peut venir vers nous. Quand nous sommes atteints trop méchamment, il se révèle en accordant une contrepartie ou grâce particulière en correction de l'injustice qui nous a été opposée.

C'est ainsi que lorsque Jésus meurt, il meurt parce qu'il consent à se laisser crucifier à notre place à tous. Il prend sur lui les pires souffrances que pourrait souffrir le pire pécheur (donc les englobant toutes en sa personne), et dans ce laisser-faire inouï, Satan et les démons ne se gênent pas....
Que se passe-t-il alors ? Pour un seul fait, deux réalités concomitantes :
- Ce que Jésus fait en sa qualité d'homme, d'être humain qui se substitue à la condamnation de tous et pour le bénéfique de tous, c'est accomplir la justice parfaite de Dieu qui veut que tout coupable meurt - la mort étant "le salaire du péché".

- Cependant les esprits méchants qui tournoient, raillent et excitent les hommes à la cruauté, tout à leurs jouissances perverses, ne réalisent pas l'injustice qu'ils commettent contre Jésus en sa qualité de Fils de Dieu. Il est pur quant à lui-même de tout péché, il est resté innocent, et sa mort quant à son incarnation est donc une injustice totale, insupportable à la justice de Dieu.
La preuve ? Dieu la donne en le ressuscitant d'entre les morts - ce qui parait au matin du troisième jour après sa crucifixion.

Concernant telles atteintes contre l'intégrité des personnes lors d'un attentat, ou accident, ou licenciement, divorce, maladie... (tout ce qui en fait constitue une rupture grave dans notre continuum ordinaire), on est dans le même cas de figure : Exécution de condamnation - plus ou moins injuste -, donc 1/ acte réprimandable sur les exécuteurs, et 2/ grâce que Dieu peut accorder en contrepartie d'un mal subi par trop inique.

Pourquoi donc la crucifixion de Jésus ?
Pour que quiconque y croit échappe aux châtiments (présents, déjà actifs, contraignants, douloureux... et futurs...) qu'il mérite, Jésus ayant été châtié mortellement à sa place. Sa mort fut le prix de la rançon payée à Satan pour racheter les âmes humaines de son emprise ici-bas et après la mort.
"Le Fils de l'homme (Jésus) n'est pas venu pour être servi, mais pour servir, et pour donner sa vie en rançon pour un grand nombre (tous ceux qui croient en lui et en son sacrifice)."

LE RÉEL VA BIEN AU-DELÀ DE CE QUE NOS YEUX VOIENT
Comme l'univers a un horizon cosmologique, nous sommes confrontés à un horizon psychologique, au-delà duquel nous ne voyons pas... si ce n'est par révélation(s) divine(s).

Dieu a donc des pensées et solutions qui nous dépassent. Dans la Bible, vous pouvez encore lire le passage qui commence là....
En effet on ne peut comprendre l'essentiel de ce qui arrive sur terre, si notre regard du Réel ne porte pas au-delà des sangs versés et des morts physiologiques*, c'est-à-dire sur notre vie immédiate en tant que foncièrement problématique et sur tout ce que Dieu donne de connaître qui sera ou qui peut être (selon votre positionnement ici-bas) après la mort corporelle...

Une autre réalité est que si les anges déchus sont à l'oeuvre dans une action violente contre nous, il peut y avoir en notre faveur protection de la part d'anges de Dieu tout aussi présents. On parle alors de miracles.
Il y en a assez souvent dans des catastrophes visant beaucoup de monde. Dieu garde ainsi tout particulièrement une personne ou une autre en rapport de sa relation à elle et/ou de ce qu'il veut faire par la suite avec elle (la sauver et/ou l'utiliser comme témoin...).
Chacun avons pu, sans même réaliser le fond de ce qui s'est passé, bénéficier d'une intervention ou d'une autre d'un ange. On en sent alors le côté étonnant, une situation délicate tournant d'un coup en un dénouement inattendu, inespéré, surnaturel...

DIEU REND DES JUGEMENTS JUSTES
En ce sens que Dieu ne laisse aucun jugement sans l'utiliser d'une manière ou d'une autre avant qu'il soit au final juste, voire largement bénéfique, on peut fonder notre foi dans le fait que :
"Tu es juste, toi qui es, et qui étais ; tu es saint, parce que tu as exercé ce jugement.(6 Car ils ont versé le sang des saints et des prophètes, et tu leur as donné du sang à boire : ils en sont dignes.7 Et j'entendis l'autel qui disait : Oui, Seigneur Dieu tout puissant, tes jugements sont véritables et justes.)"

"Tu es juste, ô Éternel ! Et tes jugements sont équitables ;"

"Je sais, ô Éternel ! que tes jugements sont justes ; C'est par fidélité que tu m'as humilié.76 Que ta bonté soit ma consolation, Comme tu l'as promis à ton serviteur !77 Que tes compassions viennent sur moi, pour que je vive ! Car ta loi fait mes délices.78 Qu'ils soient confondus, les orgueilleux qui m'oppriment sans cause ! Moi, je médite sur tes ordonnances."

Dieu juge tous les coupables, dont les prétendus justiciers : "Le chemin du juste est la droiture ; Toi qui es juste, tu aplanis le sentier du juste.8 Aussi nous t'attendons, ô Éternel ! sur la voie de tes jugements ; Notre âme soupire après ton nom et après ton souvenir.9 Mon âme te désire pendant la nuit, Et mon esprit te cherche au dedans de moi ; Car, lorsque tes jugements s'exercent sur la terre, Les habitants du monde apprennent la justice.10 Si l'on fait grâce au méchant, il n'apprend pas la justice, Il se livre au mal dans le pays de la droiture, Et il n'a point égard à la majesté de Dieu.11 Éternel, ta main est puissante : Ils ne l'aperçoivent pas. Ils verront ton zèle pour le peuple, et ils en seront confus ; Le feu consumera tes ennemis."

"Cherchez l'Éternel pendant qu'il se trouve ; Invoquez-le, tandis qu'il est près.7 Que le méchant abandonne sa voie, Et l'homme d'iniquité ses pensées ; Qu'il retourne à l'Éternel, qui aura pitié de lui, A notre Dieu, qui ne se lasse pas de pardonner."

La Bible a rendu célèbre l'histoire de Job, dont il a fait une bénédiction pour cet homme pieux et pour des multitudes qui ont été enrichis (jusqu'à aujourd'hui) en connaissance du Réel et en compréhension...

NE PAS PERDRE DE VUE
On peut perdre de vue beaucoup de choses ou de personnes ici-bas. Mais ne perdons pas de vue - ou apprenons - que c'est la fin d'une chose, d'une existence, qui compte. Si on ne veut pas lire tout Job, il faut au moins en connaître la fin (à partir d'ici).
Un proverbe dit que du côté où un arbre tombe, il reste. L'Éternel-Dieu veut que nous tombions du bon côté : dans ses bras d'amour, dans sa prochaine création terrestre et céleste qui sera véritablement paradisiaque, sans plus de souffrances, de cris et de larmes (si ce n'est peut-être de joie). A nous de mettre à profit ce que nous avons encore de liberté dans ce corps, pour lui dit : Oui, Jésus, je veux te connaître ! Je veux moi aussi de ta vie éternelle ! 

Chacun-e de nous, ne perdons jamais de vue la grande et précieuse promesse de Dieu envers nous (qui sommes toujours coupables d'une faute ou d'une autre qui nous sépare de sa glorieuse présence) : "Si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché.8 Si nous disons que nous n'avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n'est point en nous.9 Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité.10 Si nous disons que nous n'avons pas péché, nous le faisons menteur, et sa parole n'est point en nous."

"Je vous rappelle l'Évangile que je vous ai annoncé... 2 et par lequel vous êtes sauvés, si vous le retenez tel que je vous l'ai annoncé ; autrement, vous auriez cru en vain.3 Je vous ai enseigné avant tout, comme je l'avais aussi reçu, que Christ est mort pour nos péchés, selon les Écritures..."

Soyez touché-e par l'Esprit du Dieu qui vit, qui voit et entend et qui sauve.

Prière pour faire la paix avec Dieu

un chant
___________
* retrait de la vie qui rend progressivement le corps à sa condition purement physique.

 

Partager cet article

Repost0
14 juillet 2016 4 14 /07 /juillet /2016 05:09

Charles Finney, un grand et puissant serviteur de Dieu du XIXe siècle, a donné une bonne définition de ce que sont la repentance et l’humiliation véritables. Dans son livre Discours sur les Réveils Religieux, il enseigne la différence entre avoir ou venir à une religion, et en venir à connaître Dieu - par le moyen indispensable qu'est une vraie repentance :

« La repentance est un changement total de l’esprit et du cœur quant au péché. Ce n’est pas seulement un changement de vues, mais aussi de sentiments à cet égard. La repentance suppose toujours qu’il y a horreur pour le péché dans le cœur et que l’individu y renonce. Mais les sentiments du pécheur qui se repent sont bien différents de ce que les gens du monde s’imaginent à l’avance qu’ils sentiraient en délaissant leur voie pour devenir religieux.
Dans le monde, la religion est envisagée seulement sous ce point de vue, que, si quelqu’un devient pieux, il est obligé d’abandonner les amusements auxquels il prend plaisir ; et on ne comprend pas comment on peut encore après tout cela avoir des jouissances quelconques. Mais ce n’est là qu’une idée fausse qu’on se fait de la religion. Elle ne rend nullement malheureux celui qui, par elle, se prive des choses auxquelles il prenait plaisir, puisque le premier pas à faire dans le chemin de la piété, c’est de changer de dispositions à l’égard de toutes les choses mondaines. C’est donc une grande erreur, parmi les pécheurs impénitents, que de croire qu’ils sentiront toujours le besoin de leurs amusements s’ils se convertissent, et qu’ainsi ils auraient sans cesse à s’imposer des sacrifices qui les rendraient malheureu
x. »

Quand on rencontre Christ par le moyen de notre repentance du mal qu'on a fait, on découvre une telle réalité qu'elle fait pâlir l'attrait des mauvais divertissements et des pratiques impures. On a tout à coup bien mieux à faire, à connaître, à vivre !

Pourquoi parler de Christ ou Jésus-Christ ?

Parce que si vous cherchez réellement la paix avec Dieu vous ne pourrez la trouver sans passer par la personne de Jésus car c'est lui seul qui, par sa mort et sa résurrection, nous a acquis le droit - la grâce - de pouvoir être pardonnés.


Cherchez donc un vrai pardon, effectif, de vos péchés, et Dieu vous éclairera. Alors ni la religion - la religiosité - ni l'impiété - matérialisme agnostique ou athée - ne vous attireront plus, mais que Dieu par Christ seul. C'est cela le spirituel divin. En deçà, c'est du psychique ou du spirituel tenu par d'autres esprits que l'Esprit du seul vrai Dieu.

« Il est vrai qu’il y a quelques personnes qui, tout en faisant profession d’être pieuses, seraient bien aises de prendre ou de garder leur ancien train de vie, si elles ne se sentaient pas retenues par la crainte de perdre entièrement leur caractère de chrétien, ou par d’autres considérations semblables. Mais remarquez que, si elles ont de tels sentiments, c’est parce qu’elles n’ont pas de véritable religion, et qu’elles ne haïssent pas le péché. Elles ne se sont jamais repenties, car, si elles étaient réellement converties, elles se détourneraient avec dégoût de leur ancienne voie, au lieu d’avoir le désir d’y rentrer. Quiconque s’est vraiment repenti trouve son plus grand plaisir à obéir à Dieu. » (Discours sur les Réveils Religieux).

Connaissez-vous Dieu comme il lui plaît qu'on le connaisse et comme il nous est bon ? Je prie que son Esprit s'attache à être avec vous qui lisez, pour qu'il soit votre lumière, et de là vous scelle dans son salut éternel.

Si besoin, pour vous aider à demander pardon - par un clic

Partager cet article

Repost0
29 juin 2016 3 29 /06 /juin /2016 18:00

Un dernier attentat qui vient encore de tuer, hier mardi, à l'aéroport d'Istanbul confirme la véracité des prophéties apocalyptiques données par l'Esprit de Dieu à son apôtre et prophète Jean il y a environ dix-neuf siècles.

Par ce genre d'événements dramatiques, nous pouvons voir en quelle heure nous sommes de l'horloge de Dieu du "temps de la fin des nations" ! Ne nous laissons ni apeurer ni séduire par des interprétations trompeuses, mais laissons-nous interpeller par ce qui arrive, pour rechercher la face de Dieu, du vrai Dieu, dont Satan son ange déchu (avec ses démons et ceux qu'ils trompent) usurpe la divinité.

On est avertis depuis longtemps ! Jésus et la Bible parle(nt) des douleurs de l'enfantement de la naissance spirituelle de l'Eglise qui est son Corps mystique et son Epouse éternelle - dont chaque chrétien né de Dieu est une cellule de base.

Il nous est demandé
- de regarder à Jésus, le Sauveur, pour être gardé dans ces heures où la peur cherche à s'installer partout - et peut le faire....
- de regarder à l'actualité pour discerner les signes des temps. On est entrés, en corrélation avec la dernière tétrade exceptionnelle qui vient de passer, dans le 9ème chapitre de l'Apocalypse, versets 13 et suivants. Cela depuis déjà deux ans environ. N'est-ce pas compréhensible avec la mention explicite du fleuve de l'Euphrate?
De la même façon quand l'ère des accidents nucléaires fut ouverte - et n'est malheureusement pas close (la 3ème trompette, chapitre 8 du même livre), quand le nom de Tchernobyl parut, on comprit où on en était, car le mot Absinthe qui est annoncé de longue date dans la Bible pour nommer le démon puissant qui mit cela en route, c'est Tchernobi en russe (ou ukrainien).

Par les médias on entend donc "des bruits de guerre" annoncés et les sons graves de la 6e trompette - que la Bible nomme "un (premier de deux) malheur(s)" !

La Bible avertit par ailleurs qu'à la 7e - et dernière trompette - l'Eglise préparée est enlevée ? Le savez-vous? Le comprenez-vous?

Dans tous les cas, lorsque surviennent jusqu'à nous des accidents ou autres catastrophes, Jésus a dit ce qu'était la meilleure réaction de quiconque est interpelé par un malheur : Clic ici pour le lire

Soyez attiré-e par la lumière de Jésus, Dieu fait homme et homme fait Dieu.

Partager cet article

Repost0
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 05:04

Dieu est amour, donc Dieu nous aime – DIEU VOUS AIME.

Mais son amour est tributaire de la justice (dont la vérité fait partie) : si nous commettons des fautes (péchés) nous nous montrons injustes, et son Esprit comme son amour se tiennent loin de nous. De fait nous subissons des effets – néfastes - de nos mensonges, supercheries, légèreté et autres méchancetés, perversités ou forces mauvaises que nous mettons à l'œuvre dans notre existence. Si nous confondons amour et séduction, nous entrons dans des pensées perverties, adultères, coupables, voire dans des relations qui vont devenir problématiques.

De tels comportements attirent sur nous des jugements, du mal physique ou psychique, et spirituellement c'est la mort (à Dieu et à son amour). L'issue de tout ça au final c'est la mort – qui peit être séparation éternelle de Dieu – ce qu'on appelle l'enfer.

Et pourtant Dieu nous aime et veut tous nous – VOUS – sauver de cette spirale maléfique que nous amorçons où le mal importe sur le bien, les problèmes sur la paix. Que faire ? Forcément quelque chose!

La Bible nous indique la réponse que Dieu attend :
Repentez-vous, renoncez à vos œuvres mauvaises, et désirez marcher dans les voies de ce qui est juste, honorable, source de paix et d'amour pour Dieu et pour notre prochain – c'est-à-dire pour ceux qui nous sont le plus proche.

Si parmi nos fautes, on a fait des erreurs d'aiguillages qui nous ont mis dans des situations personnelles ou relationnelles délicates à intenables, confessons-le à Dieu, remettez-lui tous les problèmes importants en lui demandant de commencer à travailler à améliorer notre situation. Il faut lui faire confiance, sans plus rien entreprendre par nous-même pour corriger le tir, car il y a de fortes chances que nous envisagions une nouvelle fois un leurre, une solution à notre façon dont l'issue ne sera pas bonne – et peut être la mort.

La foi est active par la demande de pardon et par la réponse que Dieu nous accorde – dès lors qu'on est sincère dans notre démarche.

La Bible dit encore que c'est parce que Jésus a été crucifié à notre place que Dieu peut nous pardonner, la grâce qu'il nous fait de nos fautes résultant de la justice accomplit par Jésus qui meurt comme un coupable, à notre place. La foi qui arrête la colère de Dieu sur nous est donc la foi au Seigneur Jésus.

http://www.topchretien.com/topbible/2-corinthiens.5.18/S21/
http://www.topchretien.com/topbible/jean.3.16/S21/
http://www.topchretien.com/topbible/actes.2.32/S21/
http://www.topchretien.com/topbible/marc.16.15/S21/
http://www.topchretien.com/topbible/ephesiens.2.3/S21/ jusqu'à vers. 10
http://www.topchretien.com/topbible/actes.16.30/S21/
http://www.topchretien.com/topbible/matthieu.28.16/S21/
http://www.topchretien.com/topbible/romains.6.23/S21/
http://www.topchretien.com/topbible/1-jean.1.5/S21/

Une prière –guide pour concrétiser cela si vous vous y sentez prêt-e :
http://www.toucherlalumiere.info/priere-guide-pour-paix-avec-dieu.html

Si vous ne connaissiez pas encore Dieu comme Sauveur, et si votre démarche envers lui est authentique, vous savez ce qu'il vous reste à faire…

Soyez encore béni-e.

Partager cet article

Repost0
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 19:26

"Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu.9 Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie." Lettre aux Ephésiens, chap. 2.

Dieu oppose ici LA FOI et LES OEUVRES qu'on pourrait faire pour essayer de lui plaire ou de le servir.
En quoi consiste une telle foi ?

1- clic pour lire Actes 16, versets 25 à 31

clic Marc 16.16

2- clic pour lire ce que contient encore la foi véritable Esaïe chap. 53, vers. 1 à 5

3- clic pour affirmation de Hébreux chap. 2, vers. 9 et svts

4- clic pour autre formulation Galates ch. 2, vers. 16

 

Vous pouvez ajouter des éléments si vous connaissez d'autres références...

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche