Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 octobre 2019 5 18 /10 /octobre /2019 15:33

 

Le scandale
de l'exploitation détournée
du tabac.

Peut-on éviter
la même chose
Avec le cannabis ?

 

Dans des appart' dans les étages d'immeuble, ça pousse le cannabis ;
Sur des toits plats ou dans des coins de jardins discrets, ça pousse le cannabis ;

Et surtout sur les médias ça pousse quand, comme lors de campagnes publicitaires ou électorales, on nous en rabat les oreilles du matin au soir sur toutes les grandes chaînes !
Oui ça pousse pour que l'idée de la légalisation du cannabis rejoigne nos synapses, nous entre dans les veines, vienne plus largement encore polluer notre environnement le plus immédiat.

Sous prétexte qu'un pétard ajouté à un pétard, un joint ajouté à un joint, apaise les douleurs que provoque une sclérose en plaques par exemple. On trouve toujours des prétextes, dans les marges problématiques des normalités qu'on appelle bonne santé, équilibre, bien-être naturel.

On connaît le truc avec la légalisation de l'avortement : C'est pour les cas de situations extrêmes, de grande détresse !... Aujourd'hui c'est jusqu'à du démembrement à la chaîne, sacrifices sanglants sur l'autel des plaisirs égoïstes (voire égotiques) !...

Et puis, pour revenir aux plantes qui font du bien, appelons-les "plantes médicinales" au lieu de drogue, narcotique ou stupéfiant. Car c'est bien de cela qu'il s'agit...
Et voyons ce qui s'est passé avec le tabac.

LE CAS DU TABAC

Quand le tabac est introduit en France au temps des grandes découvertes transcontinentales (XVIe siècle), Olivier de Serres (appelé par la suite "le père de l'agriculture moderne" en raison de ses études et apports sérieux à l'agriculture) découvre au tabac des vertus médicinales exceptionnelles.

Il ne craint pas de dire que par les substances qui le constituent, le tabac est un remède (naturel) miracle, le plus avantageux contre de nombreux maux.

C'est au point où avant de l'appeler tabac, on va l'appeler "médicée", "herbe de Monsieur Le Prieur", "herbe sainte", "herbe à tous les maux" ou encore "panacée antarctique".
Or qu'est devenu le tabac ?
De nos jours le responsable de près de 6 millions de décès par an dans le monde dont 600 000 sont des non-fumeurs exposés à la fumée (tabagisme passif). De nombreuses maladies sont liées au tabagisme (maladies cardiovasculaires et cancers, entre autres).

Avec bien sûr la question de la dépendance, qui vient de certaines substances, mais aussi du fait que d'une manière générale l'être humain peut se laisser rendre esclave de plein de choses (bonnes comme mauvaises) et encore qu'on est dans une légalité non médicamenteuse donc libre.

Et donc, est-ce le tabac lui-même le responsable ? Ou est-ce le sucre,
ou l'alcool ?...

Le tabac nous donne donc une de ces démonstrations que l'homme, dès lors qu'il se désolidarise de son Créateur, se désolidarise bientôt de ce que sont ses bénédictions !
C'est au point où ce qui est bien, bon, positif, ce qui est don divin bénéfique via la nature, devient source de problématiques nouvelles !
On découvre E = mc², et on fabrique la bombe atomique...

Et donc ? Légiférer en faveur d'une libre commercialisation du cannabis va-t-il pouvoir arriver à un autre résultat qu'un nouveau fléau sociétal ? Non !

Car de la même manière que pour le tabac, la primauté des gains escomptés (l'appât du gain, des taxes, des profits) empêchera - et empêche déjà - qu'on puisse envisager de se servir de cette plante comme d'une des plantes médicinales. Que la sagesse ou même le simple bon sens devrait nous donner de voir et d'employer à bon escient, comme une base thérapeutique bénie.
On peut rejoindre là Claude Bernard (père de la médecine moderne) qui a dit "Rien n'est poison ; et tout est poison. C'est la dose..."

Ainsi l'homme est tellement malade de son hérédité adamique (ce qu'il ne sait pas ou ne veut pas reconnaître) qu'il n'aperçoit même pas là le chemin intelligent, qui se trouve(rait) entre l'interdiction et les trafics actuels et la grande distribution de demain.

LEÇON À TIRER

A partir de là, il nous appartient toujours à chacun-e, de chercher ou profiter d'une des plus grandes vertus des actualités, savoir nous faire prendre du recul pour mieux voir ce qui se vit sous le soleil.
Notamment notre imbécillité générique (faiblesse, bêtise, insuffisance), nos perversions latentes que le facteur argent ne manque jamais de mettre en évidence, et notre impuissance avérée à réagir - à ne pas être capable de réagir correctement - face à des forces de mises en mouvement les plus sournoises (comme les plus évidentes).

De quelles forces s'agit-il réellement ?
Il s'agit de forces d'influence qui - dès lors que nous vivons en dehors du secours du Dieu véritable - nous dépassent de beaucoup, étant, derrière les effets qui nous en apparaissent, des esprits occultes, invisibles mais forts et agissants, source de toute propagande visant à prendre un contrôle accru des personnes, des individus.

L'homme, la femme, les médias, un moyen, des outils, pour parvenir à une fin. Tout comme le tabac est un moyen... sauf que le tabac, le sucre ou encore l'alcool n'ont pas de conscience pour réfléchir, refuser et échapper au sort malin, maléfique, mortifère, qu'on veut leur imposer !...

Le fait qu'il existe des sectes (aujourd'hui devenues semi-) secrètes, au plus haut des hiérarchies humaines (à un niveau de pouvoir supérieur au politique), des actes sidérants tels que les attentats et autres expressions de barbarie contemporaine (qui semblent d'un autre âge mais qui interagissent de plain-pied dans notre quotidienneté) ; le fait d'une recrudescence du paranormal, des médiums et autres pratiques visant à communiquer avec des esprits ou des défunts, tout cela devrait nous ramener à la raison, savoir admettre et constater que si Dieu existe, les démons et Satan existent aussi.

Ce n'est que la mise en équation dans nos existences, dans nos données intelligibles, de ces deux plus grands et influents tenants et aboutissants du Réel, qui peut nous permettre de commencer à vivre dans un bien plus haut standard de compréhension du monde et des événements qui le constituent.

ENTRER DANS NOTRE PART ACTIVE LA PLUS HAUTE

Avec une telle conscience du monde tel qu'il est et notre part d'humain responsable de notre présent et de notre devenir, il est bon que nous cherchions comme jamais plus de lumière, de vérités, sur le Réel (Réel écrit avec un grand R pour dire TOUT ce qui est, ce ayant été créé ou ce étant Incréé).

...Selon que Jésus a dit "Cherchez et vous trouverez ; demandez et vous recevrez ; frappez et on vous ouvrira".
Car notre problématique primordiale et majeure - individuelle comme collective - n'est pas ailleurs : accéder à une véritable réconciliation et paix avec Dieu dans une plus juste vision de nous-même (de nos péchés, du mal qui peut nous dominer et de notre condition de mortel), et de ce que Dieu a fait pour nous racheter des mains du diable, de ses démons et des charges (mensonges, faux concepts, idéologies, pratiques et religions sans force pour le bien) qui nous sont de plus en plus proposées et mises sur le dos...

... Et puis bien sûr l'Esprit-Saint est toujours le plus à même pour nous délivrer de mauvaises dépendances, de quelqu'addictions que ce soit qui encombrent nos existences et relations...

Soyez béni-e par le Dieu qui œuvre à nous sauver.

Si vous avez à cœur de prier pour trouver Dieu par la paix avec lui cliquez ici <

Si vous voulez mieux connaître comment Dieu nous voit, nous cherche et veut nous-vous sauver, parcourez les articles ou les pages qui sont sur la droite...

 

Partager cet article

Repost0
2 octobre 2019 3 02 /10 /octobre /2019 17:55

Avez-vous suffisamment vécu
pour remarquer cette chose effarante, qui ne manque pas d'apparaître
un jour ou l'autre :
Un jour vous avez tout gâché !?

Plus génériquement :
On gâche tous plein de choses. 

 

Cela vous est-il déjà arrivé-e personnellement de manquer le coche et de perdre gros comme on dit ?
D'abîmer, de dégrader, de salir, accidenter, mettre parterre un projet, une affaire ou une bonne relation ?...

Cela a-t-il été suffisamment important, ou répété pour vous rendre compte que vous avez un vrai problème en vous-même ?

Je l'espère pour vous !
Car vous n'êtes pas une exception : cette problématique est la règle pour tous !

Ne croyez pas que vos ami(e)s, confrères, collèges, tout ceux que vous connaissez de près ou que vous voyez à la télévision, au cinéma, sur scène ou une estrade... différent sur ce point : On est tous des maladroits, des insensés, des débiles même, des mal-inspirés, des casseurs de quelque chose ou de quelqu'un... bref des insuffisants, que ce soit dans nos pensées, dans nos choix, nos visées ou notre quotidien obligé.


Depuis deux générations surtout, on a été de plus en plus formatés dans l'idée : Difficulté = tu t'en vas voir ailleurs (au lieu d'affronter).
Problème de couple: Basta, l'amour ça dure pas, alors on casse, on coupe, on divorce... et si c'est possible, on peut même en profiter au passage pour en retirer un pactole !
Quelle horreur que les mentalités faciles, de la démission, du zapping, "du bout de chemin", de la "liberté" qui se reprend malgré des engagements (ou des enfants), tant de concepts égocentristes, sans coeur, superficiels, dont nous nourrissent les médias,  les films, les livres, notre entourage boosté par les mêmes informations déstructurantes (des personnes et des sociétés)...

Et bien sûr les conseilleurs ne sont toujours pas les payeurs !
Car un jour ou l'autre, le mal qu'on fait nous revient, comme un boomerang, voire comme une tempête dès lors qu'on a semé un mauvais vent...
Parce qu'il y a une "justice de la vie" - pour ne pas dire plus précisément une justice divine, qu'on y croit ou qu'on croit autrement.

Et cela parce qu'on est tous habités par une étrange force à mal faire, à rater, à gâcher, qui agit en nous jusqu'à s'imposer à notre volonté propre, ce que la Bible appelle force ou "loi du péché". Pécher signifiant Manquer un but, passer à côté d'un objectif ou d'un (vrai) gain intéressant (comme la paix, l'amour, une bonne entente...)
Rien de religieux là-dedans ! Mais du spirituel oui.

Ainsi il se trouve que seule et longtemps avant toute approche psychologique de la personne, la Bible (qui n'est pas un livre religieux mais un livre spirituel) met en évidence cette caractéristique de notre condition humaine commune.
Ce qui fait qu'on se montre - voire qu'on se surprend -, et généralement à des moments cruciaux, à prendre la (plus) mauvaise décision ou à avoir la (plus) mauvaise réaction.
On intervient alors qu'il aurait fallu se taire ou ne pas bouger, ou on ne répond pas alors qu'il aurait été mieux de s'expliquer...

Et donc quel psy ou quel livre bien intentionné, quelle loi morale, laïque ou religieuse, quelle idole, quel gourou, quelle belle résolution, quel vœu, quel thérapie ou quel moyen intermédiaire, peut nous permettre de devenir un vrai gagneur ? (Un vrai gagneur qui se réjouit avec bonne conscience, qui trouve son repos dans ses bons choix).

Qu'est-ce qui peut réellement nous changer, car il ne suffit pas de savoir, d'avoir de la connaissance pour changer !? On a besoin d'une vraie force...

LE MEILLEUR DE CE QUI EST POTENTIEL

La mauvaise nouvelle c'est qu'il n'y a rien qui puisse nous libérer d'une force à mal-faire récalcitrante si on cherche seulement autour de nous... ou en nous ! Même pas une religion* !

Mais la bonne nouvelle c'est qu'il y a quelqu'un qui peut faire beaucoup pour nous aider, nous changer, voire nous transformer !
Parce que lorsqu'il s'agit de choisir entre résister ou lâcher-prise, et qu'on sait qu'on n'a pas la clé de la bonne réponse en nous-même, il ne reste plus qu'un plus grand que nous (les hommes ou les femmes) pour nous aider, nous éclairer, voire pour résoudre tout problème à notre place.
Et cette force (d'intelligence, de sagesse, de discernement, d'à propos, d'amour, c'est la personne (toute spirituelle) qu'est l'Esprit de Dieu (ou Esprit-Saint).

Non pas notre esprit qui ne fait pas le poids, ni dans notre quotidien ni dans nos plus dures batailles, mais bien l'Esprit divin, c'est-à-dire Dieu lui-même en son expression mobile et agissante au pus près de nous, et jusqu'en nous.

ATTENTION A NE PAS SE LEURRER
Un mensonge qui fait bien son chemin de nos jours, c'est qu'on a tous en nous le potentiel nécessaire pour tout vaincre, le divin à éveiller, la force enfouie qui peut nous faire triompher en toutes circonstances, entrer dans la réussite ou dans nos rêves... pourvu qu'on pense positivement ; pourvu qu'on lâche-prise ; pourvu qu'on pardonne ; etc... !
On vous dit ainsi qu'il suffit de s'approprier soi-même ces choses bonnes pour changer de vie, mais cela n'a de puissance que dans une relation avec Dieu, mis en œuvre avec lui et par lui, car tout cela est tiré (volé, sorti de son contexte !) de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ qu'est l’Évangile.

Et si certains réussissent en effet, ce n'est pas seulement parce qu'ils ont trouvé la force en eux simplement en la cherchant ; c'est parce qu'ils ont hérité de bénédictions (sans forcément le savoir et/ou s'en rendre compte).
Or les bénédictions de certains ne sont certainement pas les bénédictions des autres ou pour tous. C'est en réalité une erreur ou un mensonge qu'une personne qui réussit dise qu'on peut tous réussir comme elle !

Car on vient tous de lignées (phylums génétiques) plus ou moins bénies, surtout le plus souvent pas mal maudites, plombées par le mal fait par l'un ou l'autre ou plusieurs de nos ascendants (malédictions qui se poursuivent possiblement jusqu'à 3 et 4 générations, voire jusqu'à 10, si rien n'est fait pour les couper, les exorciser.

Et d'une manière générale, on est tous marqués, si ce n'est dans notre corps du moins dans notre âme ou notre esprit, par la malédiction tombée depuis l'origine sur tout le genre humain...
(Cette vue des plus répandues est introduite ou développée dans d'autres articles de ce blog).

Et donc pour certaines choses problématiques, certains travers, déviances, force d'impiété et/ou qui empêche de tenir dans l'équité (ce qui est juste), aucune homme ni aucune femme ne peut être suffisant-e à invoquer, si on y recourt, pour changer nos comportements qui nous causent du tort.
Et si on ne le réalise pas suffisamment, la mort est là comme obstacle suprême à notre existence personnelle pour nous montrer notre insuffisance notoire pour subsister sans fin.

C'est donc de Dieu lui-même dont nous avons besoin, et c'est la raison pour laquelle Jésus est venu, Parole spirituelle éternelle et céleste de Dieu qui s'est donnée pour nous, et que l'Esprit de Dieu a transmuée en une personne humaine, ce qu'on appelle l'incarnation.

Ainsi revêtu de notre humanité, le péché excepté, Jésus est venu afin que nous ne soyons plus toujours dominés par cette propension générique à mal faire. 
C'est au point où on peut savoir que "le salaire du péché, c'est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur. "

LA RAISON MAJEURE DE LA FOI

On a vu par ailleurs que la foi est un principe majeur de notre existence : on fait tout en exprimant ce qu'est la foi : apprendre à marcher, à nager, les maths ou la musique, manger le pain ou les fruits qu'on achète, monter une affaire ou se marier... Bref, tout mouvement de vie tient de la foi en un avenir ou devenir qu'on ne peut maîtriser mais sur quoi on pense avoir le dessus malgré des oppositions et autres difficultés toujours possibles.

Et donc en conscience, la grande question pour chacun de nous est de parvenir à la foi qui a pour objet de croire en Dieu et en ce qu'il nous fait savoir (vérité) comme moyen pour être sauvé-e des effets maléfiques, des conséquences graves, de nos fautes, dans l'ici et maintenant et dans l'après-mort. 
(Pour une étude détaillée significative sur ce qu'on appelle la mort sans trop savoir de quoi on parle, voyez ici l'article intitulé "Les 5 types de mort")

NE GÂCHEZ PAS LA CHANCE INOUÏE OFFERTE PAR LE CIEL, D'OBTENIR DE VIVRE ÉTERNELLEMENT LA FUTURE CRÉATION

Car telle est bien le point culminant, le sommet le plus haut, le point vernal, l'apex, la finalité de cette existence temporaire qui nous a été donnée par deux parents : entrer en conscience dans un projet éternel de Dieu pour notre propre vie !
On peut le lire ainsi par exemple :
"Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne soit pas perdu mais qu’il ait la vie éternelle.17 Dieu n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour condamner le monde, mais pour sauver le monde par lui.18 Celui qui croit au Fils n’est pas condamné ; mais celui qui ne croit pas est déjà condamné, parce qu’il n’a pas cru au Fils unique de Dieu.19 Voici comment la condamnation se manifeste : la lumière est venue dans le monde, mais les hommes préfèrent l’obscurité à la lumière, parce qu’ils agissent mal.20 Quiconque fait le mal déteste la lumière et s’en écarte, car il a peur que ses mauvaises actions apparaissent en plein jour.21 Mais celui qui obéit à la vérité vient à la lumière, afin qu’on voie clairement que ses actions sont accomplies en accord avec Dieu."

Pour découvrir ou revoir les conditions du salut de votre âme (votre moi, votre personne), vous pouvez encore cliquez ici et soyez béni-e dans votre lecture pour que vous en soyez (si cela ne s'est pas encore produit) profondément, bénéfiquement et durablement changé-e.

 _____________________
* Sur la différence entre la religion qui oblige à des comportements et rituels (ce qu'on appelle des œuvres de religion) et la foi qui sauve sur la base établie par Dieu, écouter en cliquant ici ou en cliquant là.

Partager cet article

Repost0
26 septembre 2019 4 26 /09 /septembre /2019 08:00

Le livre, le livre !
Le temps est fini où comme Victor Hugo le fit, on pouvait exalter le livre, tant les développements de l'impression mettaient de bonnes et édifiantes connaissances au service de toujours plus de monde.

Aujourd'hui la recette à la mode pour faire des romans best-sellers est connue : une intrigue compliquée ou un décor minimaliste, de la psychologie, une pointe ou pas mal de notions scientifiques, du sexe décrit avec zoom avant et force détails, ou/et du meurtre sans trop compter, de la transgression en forme de nouveauté, une belle facilité à écrire certes, puis de la promo...

¤

L'homme - et la femme ! - n'ont pas fini de transgresser !
Contre cette propension au mal, aux hors-pistes tels qu'initiés par Satan, Jésus a donné sa vie pour nous pardonner et délivrer des conséquences infernales de tels travers.

Mais on ne comprend toujours pas pour autant comment ce monde tourne - pas rond - et va, dans notre propre existence comme parmi les nations, de Charybde en Scylla (de mal en pire).

Et se vouloir marginal, hors-cadre, innovant à tout prix, risque toujours de nous faire tomber - peut-être pour un temps dans le succès, mais toujours dans une fin des plus problématiques. Il suffit de regarder du côté des chanteurs/ses (surtout) des dernières décennies, (aussi parmi les écrivains, les acteurs..) où la débauche, la drogue ou l'alcool, la soumission aux puissances occultes infernales, ne manquent pas ensemble de tuer.

Et il est clair que l'originalité et son intelligence déspiritualisée n'ont pu que conduire Amélie Nothomb - la soumettre plus précisément - à toucher à ce qui ne doit pas l'être... aux vérités divines.

Et donc quand elle en vient à se faire la bouche même de Jésus, pensant et parlant à sa place - de sa place et son point de vue à elle ! -, il est clair qu'elle est en train de glisser grave vers des abîmes de ténèbres qui n'aspirent sans doute qu'à lui faire payer un jour ou une nuit les faveurs et avantages dont elle a pu bénéficier jusque là de la part de certains.

C'est bien ainsi avec le diable, qu'on croit en lui ou pas (il a semble-t-il appris à se moquer ou du moins à ne pas s'offusquer qu'on le nie, du moment qu'il profite un max de cet incognito).

Et donc lisant encore un article (ici) sur le dernier livre de cette égérie de publications et idoles de lecteurs/lectrices, voici mon commentaire (pour quiconque aspire à mieux comprendre les forces et les enjeux qui se frottent et s'affrontent sous nos yeux tournés vers les actualités).

Commentaire :

"Psaume 2 : "Pourquoi ce tumulte parmi les nations, Ces vaines pensées parmi les peuples ? 2
Pourquoi les rois de la terre se soulèvent-ils Et les princes se
liguent-ils avec eux Contre l'Éternel et contre son oint ? - 3 Brisons leurs liens, Délivrons-nous de leurs chaînes ! - 4 Celui qui siège dans les cieux rit, Le Seigneur se moque d'eux. 5 Puis il leur parle dans sa colère, Il les épouvante dans sa fureur : 6 C'est moi qui ai oint mon roi Sur Sion, ma montagne sainte 7Je publierai le décret ; L'Éternel m'a dit : Tu es mon fils ! Je t'ai engendré aujourd'hui.8 Demande-moi et je te donnerai les nations pour héritage, Les extrémités de la terre pour possession ; 9 Tu les briseras avec une verge de fer, Tu les briseras comme le vase d'un potier. 10 Et maintenant, rois, conduisez-vous avec sagesse ! Juges de la terre, recevez instruction !11Servez l'Éternel avec crainte, Et réjouissez-vous avec tremblement. 12 Chérissez le fils, de peur qu'il ne s'irrite, Et que vous ne
périssiez dans votre voie, Car sa colère est prompte à s'enflammer.
Heureux tous ceux qui se confient en lui "

Elle ne sait pas les risques qu'elle prend la midinette avec cette manière aveugle d'avancer !
Elle ne sait pas non plus qui elle sert en écrivant de telles pensées, par un tel mélange anthropomorphique et démoniaque !
Ah, ils ont beau jeu Satan et ses hordes de démons de réussir à faire croire - une croyance parmi d'autres ! - qu'ils n'existent pas ! Pourtant leurs actions sont bien visibles sur les scènes de l'actualité, à égorger dans les rues ou à faire écrire de telles "bêtises".
Il n'est aussi qu'à voir à quoi elle ressemble déjà dans ses habits de mort Amélie. Qu'un démon la pousse à se suicider pour sortir de la scène avec l'aura incomparable d'une grande prêtresse-écri-vaine du matérialisme et de l'impiété, il n'y a sans doute plus beaucoup de pas !"

bonne réflexion, et bonne lecture... de la Bible de préférence ! Si vous saviez tout ce qu'on peut y trouver et recevoir comme sentences vraies, significatives et pragmatiques du Réel !

Commencez par les Proverbes ou les Psaumes par ex. si vous n'êtes pas un familier de ce livre... Sinon les évangiles si vous désirez connaître les vérités sur la vie, les paroles et la mission réelles de Jésus...
Soyez béni-e.

Partager cet article

Repost0
29 avril 2018 7 29 /04 /avril /2018 09:26

Est-ce dans un tel rapprochement de l'air qu'on peut se sentir physiquement
le plus libre ? Question de goût(s) et d'opinion(s).
Mais pour se sentir libre intérieurement, il nous faut trouver avec quel élément sérieux composer au mieux...
 

La vérité est un principe contesté dans un univers humain qui, originellement duo, est devenu duel. Ainsi ne pouvons-nous pas voir les vérités et les mensonges comme des réalités complémentaires, mais comme une forme des antagonismes, comme des ennemies. De la même manière que la lumière qui en créant des ombres donnent du relief, mais aussi contre laquelle lutte l'obscurité qui est le fond naturel de notre univers.

Quand Jésus paraît, il parle beaucoup moins que la plupart d'entre nous. Mais ce qu'il dit ne peut être qu'une véritable interrogation pour chacun qui dispose de quelque capacité réflexive.
Parmi ses enseignements et affirmations, il (a) dit "Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi."
Parole d'un mégalomane - incapable de prouver ce qu'il affirme - ou parole d'un fils d'homme qui est aussi fils unique de Dieu - ce qu'il prouve par des actions surnaturelles d'exception - ? (lecture ou écoute possible ici de l'essentiel de la vie, des paroles et des actions de Jésus).

À part l'indifférence (qui tient de l'ignorance ou de notre superficialité), on peut considérer concernant Jésus et le poids de ses paroles. qu'il s'agit soit de l'expression d'un orgueil maxi-mégalomane, soit d'une maxi-originalité, d'une apparition unique : "Il leur parla de nouveau, et dit : Je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie."

Entendant de telles affirmations, pouvons-nous rester insensible, statique, désintéressé, étranger... à moins d'être réduit à une incapacité d'être réellement un être humain !?

"LA CHÈVRE BROUTE LÀ OÙ ELLE EST ATTACHÉE" Proverbe africain
Notre formation depuis notre conception et après notre naissance à la lumière physique de ce monde fut essentiellement un conditionnement, une mise en boîte de nos capacités et déploiements via des savoirs, selon un système sociétal donné - non choisi - formant une socio-culture, avec une religion de tradition ou dans le bain de l'athéisme (vue qui se confond de plus en plus avec la laïcité).*
Ce bouillon aux ingrédients multiples et pas forcément bien assemblés, fait se produire en nous des conceptions et autres opinions qu'on considère comme les nôtres, comme "nos" vérités, par mimétisme et autres moyens d'acquisitions conscients ou inconscients, essentiellement indépendamment de tout recul qui pourrait favoriser un regard critique objectivé.
D'où le mot des plus pertinents de Descartes :
"Pour atteindre la vérité, il faut une fois dans sa vie se défaire de toutes les opinions qu'on a reçues, et reconstruire de nouveau tout le système de ses connaissances." ...Et deux fois si on s'aperçoit qu'on n'est pas encore au cœur des savoirs et de la connaissance véritables.

En réalité c'est déjà un mensonge qui se propage qu'il suffit que nous ayons des vérités personnelles pour être capable de juger de tout et de bien vivre.
C'est donner à ce qui n'est le plus souvent que ramassis de savoirs partiels, d'affirmations non prouvées (comme est la théorie de l'évolution !), d'opinions diverses mises à notre contact, de préjugés, qui font qu'on arrive (compris philosophies ou idéologies diverses) à des avis, des vues personnelles, qu'on nomme nos vérités. Qui peuvent certes contenir bien des vérités objectives, mais aussi des erreurs, des bourdes, des mensonges volontaires, des demi-vérités trompeuses, de l'ignorance préjudiciable.

Car existe effectivement le fait que nous pouvons avoir chacun des opinions personnelles, des convictions, mais elles ne peuvent pas être contraires, en antagonisme avec des vérités de premier ordre tel que la Bible ou Jésus essentiellement les abordent, les affirment et nous les fait connaître... sauf au détriment de notre cohésion (équilibre, santé !) personnelle, intérieure (psychique et spirituelle) et même psycho-somatique. Sauf au détriment de notre et de nos justes positionnements dans ce monde (choix, décisions, orientations, relations, activités, pratiques...).

C'est en ce sens que Philippe Mélenchton (bras droit de Martin Luther) dit en vue de l'harmonisation sociale comme de notre harmonisation personnelle :
"Pour les vérités premières : unité (universalisme) ;
Pour les vérités secondes : diversité (opinions différenciées) ;
En tout : charité (amour, respect les uns des autres, tolérance)".

"Jésus dit : « Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples,32 vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. »
33 Ils lui répondirent : « Nous sommes la descendance d'Abraham et nous n'avons jamais été esclaves de personne. Comment peux-tu dire : ‘Vous deviendrez libres’ ? »
34 « En vérité, en vérité, je vous le dis, leur répliqua Jésus, toute personne qui commet le péché est esclave du péché.35 Or, l'esclave ne reste pas pour toujours dans la famille ; c’est le fils qui y reste pour toujours.36 Si donc le Fils vous libère, vous serez réellement libres."

Avec Jésus on est loin de la religiosité : il introduit l'humain dans la connaissance de soi la plus profonde. Qui peut être meilleur psychologue que celui qui a participé, en tant que parole de Dieu, à la création de l'homme comme de l'univers !?

Pas question pour lui de nous interpeller dans le but de remplir des églises ou de nous fidéliser dans des groupements de croyants ! Le nombre n'est pas sa préoccupation, mais la droiture de cœur, c'est-à-dire la vérité vis-à-vis de soi-même pour commencer.

L'essentiel est que nous entrions dans (et connaissions) une vie autre, potentiellement toute autre, spirituelle et non religieuse seulement. Car la liberté dans laquelle Dieu a créé l'homme à son image, ne se trouve pas dans des pratiques ritualistes, mais dans la libération des contraintes de "la loi du péché...", qui nous habite tous et nous pousse à mal faire, contre notre propre volonté même. Dominante à mal faire qui est aussi "loi de la mort" - dont l'imposition finale atteste plus que tout que nous ne sommes pas libres de vivre, donc pas maîtres par nous-même des grandes orientations comme de la durée de la vie qui nous a été prêtée...

ET DONC QUELLES VÉRITÉS LIBÈRENT !?
Les vérités les plus essentielles à connaître sont :
- Celle relative à la réalité de Dieu et à qui il est (quelle en est la meilleure représentation qui nous ait été donnée pour que nous parvenions à entrer en relation avec lui et vivre dans une réelle connexion avec lui) ;
- Celle relative à la personne de Jésus donc ;
- Celle relative à des écrits qui se disent sacrés, émanés de la même source divine, et qui pourtant se contredisent ;
- Celle relative à l'état réel de nos personnes selon le regard que Dieu porte sur nous ; des gens bien, parfaits, suffisants en eux-mêmes, ou des êtres qui ont besoin de grâce, de pardon... et de transformations ;
- Celle relative au bien et au mal, selon des écritures avérées et/ou selon notre propre conscience si on ne se réfère à aucun écrit ;
- Celle relative à notre mortalité** et aux possibilités de pérennité de notre âme après la séparation d'avec le corps ;
- ...

Et avec les charges, pressions et contraintes qu'imposent des lois de société et planétaire toujours plus nombreuses et restrictives de libertés de faire et de temps, (obligations et interdictions), il est bon de chercher comment trouver dès maintenant une vraie liberté intérieure... tout en accueillant la solution divine pour notre devenir éternel.
"... que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l'approbation, ce qui est vertueux et digne de louange, soit l'objet de vos pensées.9 Ce que vous avez appris, reçu et entendu de moi, et ce que vous avez vu en moi, pratiquez-le. Et le Dieu de paix sera avec vous."

Gardez-vous donc de "toutes les séductions de l'iniquité (des injustices) qui emportent ceux qui périssent parce qu'ils n'ont pas reçu l'amour de la vérité pour être sauvés."
Voyez-vous là l'importance de la vérité ? D'être vrai, de chercher ce qui est juste, d'aimer la justice plus que les avantages que peuvent nous procurer quelque mensonge ou détournements ?...

Bonne recherche donc dans les vérités premières, qui fondent tant l'existence que notre devenir - que nous voulons le meilleur (et sans fin quand tout mal aura disparu) - sur un roc (Jésus-Christ et ses paroles)... sinon nous ne faisons que bâtir sur du sable...

Un chant : Libre

________________
* Et s'il arrive que malheureux ou malheureuse dans l'impiété laïque ambiante et personnelle, on nous propose un fond de tarte (une vision du Réel et de soi) tout différend (qui inclut Dieu sous une représentation ou une autre, des relations et mouvements nouveaux), l'alternative est parfois bien tentante... sans qu'on s'interroge plus sur la justesse, la pertinence, la validité devant Dieu, de la nouvelle proposition...
Certes une conception qui intègre le Divin ou le spirituel sera toujours moins étriquée dans la perception du Réel global, mais pas forcément plus large, plus libre, dans ce qui va en résulter dans notre existence et surtout dans notre âme... Car il ne faut pas là d'erreurs à la place des vérités fondamentales qui l'on ne veut pas basculer d'une insatisfaction dans une autre...
** En réalité à notre porte sont 5 types de mort bien distinctes

Partager cet article

Repost0
10 avril 2018 2 10 /04 /avril /2018 08:45

Soyez béni-e !
Je vous informe que je viens de compléter la page (accessible par un clic ici ou dans la liste des pages sur la droite) et finis de la mettre en ligne.
Vous y trouverez pourquoi elle est titrée LA PORTE(S)..., puisqu'on se trouve là encore devant un de ces mots singuliers qui peuvent cacher (contenir) une pluralité : en fait 3 portes bien distinctes de l'unique moyen d'accès dans (la sphère de) la présence de Dieu.
J'ajoute un complément important avec les EMI ou NDE, puisque ces expériences sont (en conformité avec l'existence d'une des trois portes) des accès accordés au Divin... mais pas que...
Si donc le sujet vous intéresse...

Bonne suite de vie à vous.

Partager cet article

Repost0
5 avril 2018 4 05 /04 /avril /2018 21:12

suite de l'article commencé ici, et ce qui précède est là.

3 - 3ème PORTE ou MOYEN DE RENCONTRE AVEC LE DIVIN (suite) : CAS PARTICULIER DES EMI ou NDE.
(EMI pour Expérience de Mort Imminente, ou NDE pour Near Death Experience).

Parmi ces expériences où Dieu prend une initiative secourable qui chamboule tout, on trouve les NDE ou EMI (sommairement décrites précédemment).
Mais cela peut aussi arriver quand on est en état de simple sommeil ou dans un grand relâchement, une vacuité (un vide) intérieure... Par exemple comme il est arrivé il y a quelques années à Mario Martinez - vidéo.*
Ce qui fait que le terme EMI ou NDE n'est pas assez englobant pour parler de toutes ces différentes expériences. Plus généralement on pourrait parler de vision par transportation de l'âme (VTA) ou transport trans-dimensionnel (TTD).
Existent aussi des événements par transportation corporelle (ÉTC)...

(Nombreux témoignages d'EMI sur internet...)

Hormis les cas de ÉTC, il s'agit d'une décorporation de l'âme, d'une sortie de soi de son propre corps laissé mort ou comme mort. Cela révèle et l'existence propre de l'âme - de soi sans corps - et l'existence d'un au delà de notre espace-temps ordinaire qui peut être rejoint dans certaines conditions.

La contestation ou le scepticisme, résultat conditionné des formations scientifiques purement matérialistes, perd relativement pied ici, sauf à s'emmurer dans le déni, qui vient de la vue réductrice de l'humain (voire de l'animal) à seulement de la matière, ce qui fait faussement du cerveau le siège de notre personne. Alors qu'il n'est en réalité que l'interface (comme un écran tv ou informatique) entre le reste du corps et l'âme où se situe notre personnalité.

L’AU-DELÀ : ROYAUME CÉLESTE DE DIEU, SÉJOUR DES MORTS ET/OU ENFER !?
a) Pour certains c'est une expérience qui dévoile la réalité  de ce que la Bible appelle "le séjour des morts" (shéol en hébreun, hadès en grec) ou "l'étang ardent de feu et se soufre", que Jésus appelle "la géhenne" et d'autres l'enfer. D,eux lieux bien distincts (à différencier donc) dont la Bible parle, espaces essentiellement de tourments, de souffrances et de présences terribles, le premier temporaire (ce que les catholiques ont appelé le purgatoire), le suivant éternel...

b) Pour d'autres c'est un transport dans ou vers la lumière. Une lumière dont les témoignages montrent qu'elle n'est pas uniforme et unique, mais faite de "tranches" d'intensité différente. Cela n'est pas sans devoir nous interroger, comme dans notre univers se trouve la lune qui reflète une lumière qui n'est pas directement la sienne, mais celle d'une réalité toute différente, le soleil...

Ce qui caractérise ce côté lumineux de l'après existence incarnée, c'est le sentiment d'un amour comme on n'en trouve pas sur terre, d'une acceptation sans condition, pas de jugement, le pardon, une image donc du paradis, parfois sans décor (significatif), parfois dans ce qui ressemble à un jardin, avec des couleurs inconnues sur terre, des parfums...
On y reconnaît parfois des personnes décédées, avec qui on peut parler, il peut y avoir des anges, parfois des figures mystiques connues, ou Jésus seul... Cela parait assurément être le Ciel le plus haut, une expression du Paradis.
Mais là attention ! Tout comme sur la terre, tout ce qui donne de la lumière, ou des lumières, n'est pas forcément donné par Dieu...

c) Certaines expériences commencent par un transport dans un tunnel sombre, d'où on passe progressivement ou d'un coup dans la lumière.

DES EXPÉRIENCES EN SOI, MAIS SURTOUT BIEN PLUS...
Ce qu'on doit comprendre, c'est que ces expériences - tout comme les songes que Dieu peut nous donner - sont significatives au delà d'elle-mêmes. Sont un moyen d'accès à une connaissance spécifique, d'abord personnelle ( et qui peut avoir un caractère universel), qui a besoin d'être décryptée.
Un jour un pasteur a eu une vision extraordinaire concernant le rassemblement dont il est responsable. Il la raconte.On est tous convaincu par des détails comme par l'ensemble, que c'est une vision de Dieu. Et on en reste là, à la description. Pour ma part, je demande à Dieu ce qu'il a voulu dire par la révélation de ces images, et il donne la signification. Le pasteur partage ainsi plusieurs fois son expérience, mais sans rien dire de plus que ce qu'il a vu.
Je finis par demander s'ils savent ce que Dieu dit par là !? Étonnement ! On s'est arrêtés à l'extraordinaire de ce qui été montré du Ciel...
Et avec les EMI/NDE, on entend de telles descriptions, mais sans même penser que cela peut vouloir dire bien au delà des images, surtout pour celui/celle qui la vit. Pire, on tire une conclusion... fausse ! Genre : Si j'ai vécu le tunnel blanc et l'amour, entendez-moi, c'est ce qui nous attend tous !...
Non ! Ce n'est pas le sens de l'expérience.

Je veux donc aussi m'adresser à ces personnes expérimentatrices d'un plan ou un autre au delà de notre perception habituelle, et surtout à celles qui ont été transportées dans la lumière du Ciel divin... ou dans "quelque chose" qui y ressemble !...
Pour que, soit qu'elles soient descendues dans des ténèbres, soit montées dans de la lumière, elles ne restent pas à croire que leur expérience est la manifestation figée, certaine, de ce qui suivra leur (dernière) mort à la terre, savoir
- que leur âme est déjà absolument éternelle - car selon la Bible l'immortalité de l'âme n'a rien d'absolu, n'est pas sans conditions ;
- et que le lieu visité est une destination déterminée, fatale.

Ainsi, entre une interprétation d'expérience et ce que dit la Bible, que faut-il croire ? C'est une question qu'il convient de se poser.
Jésus dit expressément "En effet, celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi et de la bonne nouvelle la sauvera.36 Et que servira-t-il à un homme de gagner le monde entier, s'il perd son âme ?37 Que donnera un homme en échange de son âme ?38 En effet, celui qui aura honte de moi et de mes paroles au milieu de cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l'homme aura aussi honte de lui quand il viendra dans la gloire de son Père avec les saints anges. »"
Et encore : "Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l'âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr l'âme et le corps dans la géhenne."

La réaction "blanche", positive, optimiste, que rapportent les expérimenteurs dans leurs témoignages est qu'il y a là-haut un amour infini, une quiétude absolue, un bonheur parfait... comme si cela était l'unique au delà. Comme si elles-mêmes, ces personnes bénies de la sorte, étaient déjà ou allaient restées dans l'état de grâce nécessaire pour entrer dans une éternité d'amour dont il leur a été donné de goûter... mais pas de rester.
Certes ce sera - peut-être - pour plus tard pour certains, mais il n'apparait pas que cela sera ainsi pour tous.
Parlant de l'accès au Royaume des cieux ou présence de Dieu, Jésus a encore dit : "Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là.14 Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent.15 Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtement de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs.16 Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons ?17 Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits.18 Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits.19 Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu.20 C'est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez.21 Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n'entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux."

Dès lors la question se pose : S'il y a divergence fondamentale entre ce que dit et offre Jésus à partir de son sacrifice et ce que des expérimenteurs concluent de leur EMI, qui croire ? Pourquoi là aussi les expériences ne sont-elles pas pour une unique convergence qui mettrait tout le monde d'accord ? C'est suffisamment interpelant pour qu'on n'en reste pas à une superficialité dans la compréhension de ce qui nous a été donné de vivre !

Car la réalité, la raison, le message de l'expérience, peut être seulement une image à un instant T de vers où on va si on mourrait maintenant.
Soit encore c'est peut-être une (simple) proposition, une possibilité, un appel du pied à réaliser l'existence du merveilleux céleste - ou de l'horreur de certaines profondeurs -  pour en tenir compte. Réalités non immédiatement accessibles dont on n'avait jamais entendu parler, ou qu'on n'avait pas cru parce que venant d'un enseignement religieux, et à laquelle il faut maintenant se mettre à penser sérieusement si on veut connaître à un terme plus définitif la béatitude montrée... ou éviter un terminal terrible.

C'est que je crois, en toute logique, que les expériences de cet ordre éminemment surnaturel sont comme les autres visions (éveillé) ou songes divins... et encore ce que les religions disent depuis la nuit des temps de l'après-existence terrestre. C'est donc surtout, assurément, une grâce accordée à notre conscience pour que nous sachions que tout ne s'arrête pas cette terre.

Pour nous interroger, on a donc
- qu'on trouve des expériences des ténèbres et d'autres de la lumière. Ce qui doit nous empêcher, je le répète, de dire que ce qu'on a expérimenté est le sort réservé à tous
Chaque expérimenteur doit avoir l’honnêteté de dire que son voyage ne donne pas le seul sens général, universel, de l'après.
- C'est encore que des accès dans la lumière sont nettement de deux catégories bien distinctes ;
       - certaines EMI ne font même pas référence à un Dieu, comme si la spiritualité était une merveille sans personne divine à  son origine et/ou présente, avec seulement des anges ou des formes humanoïdes, qui parlent, mais sans Dieu souverain perceptible et connaissable. Cela peut se comprendre selon que la Bible dit que "Dieu est amour" et donc l'espace pénétré étant amour, c'est la signature de Dieu sans qu'il se fasse connaître en tant que tel. Mais la Bible dit de Dieu qu'il n'est réellement connaissable qu'en esprit et en vérité ! Il est celui qui se révèle, se manifeste, fait connaître son nom par lequel justement nous entrons dans l'éternité de Dieu.

Dans son témoignage, Marie de Solemne se trouve escorté par une entité indéfinissable qu'elle nomme "Ilça", "cette chose", "ce truc" ; puis en face d'une autre "chose", de forme humanoïde sans visage sur laquelle elle s'interroge : - C'est Dieu !? A quoi l'être répond : Non, c'est infiniment plus ! Wouah ! Qu'est-ce qui peut se dire "infiniment plus grand" que Dieu ?... si ce n'est Satan, son usurpateur. Le genre de détails qui doit nous interroger, non !?...

       - Une autre catégorie d'EMI conduit en pleine conscience dans ce que l'expérimenteur sait être la présence de Dieu, avec certaines fois la vue, l'accueil, des échanges avec Jésus. Un type de perception qui ne résulte pas forcément d'un arrière-plan religieux, puisque des incroyants ou athées font cette expérience qui rejoint ou conduit à la Bible.

Aussi permettez-moi de vous dire qu'il faut chercher à y voir plus clair que ce que semble l'expérience sans une analyse critique**. Pourquoi cela est-il effectivement montré ? Est-ce, selon blanc ou noir, une représentation de ce que j'aurai la chance ou que je risque de connaître si je ne change pas ma vie ?...
Exemple : une expérience de l'enfer ne peut être qu'une image de l'enfer, car la Bible enseigne que cet espace initialement conçu pour Satan et ses démons, n'est pas encore en activité, de grands événements prophétisés dans l'Apocalypse et Daniel n'étant pas encore arrivés.
...Alors que le séjour des morts est une réalité effective, créée par Satan, déjà terriblement active, suite à sa main mise sur l'humanité via le premier couple humain. 

En restant sans chercher Dieu pour mieux comprendre pourquoi il a montré ceci ou cela, on risque... d'aller au final où il ne faudrait pas, ou de ne pas retourner où on aurait déjà voulu rester ! La question est très importante, aussi a-t-on besoin de repères. Et pour moi (comme pour des cents millions de chrétiens ayant connaissance et expérience de Dieu), la Bible est véritablement la boussole pour la connaissance de l'homme et de Dieu (comme pour les (grandes) décisions et le comportement ici-bas), et encore pour notre destination post-mortem.
Et puis, Dieu existant, on peut toujours s'adresser ultérieurement à lui pour qu'il nous dise ! - Dieu parle, Dieu répond, Dieu nous vient en aide... : il ne fait parfois qu'attendre cela de notre part. Parce que sachant du surnaturel en général et de Dieu, c'est de foi dont il s'agit : le principe par lequel on entre en relation avec Dieu, c'est l'activation d'une foi toute personnelle.

Ce genre de rencontre qui est à la fois spirituelle et psychique (psyché = âme) relativise toujours beaucoup et la valeur de la matérialité de notre univers présent et celles des religions***. Ce qui est juste.
Il ne faut pas pour autant se déconnecter des contingences matérielles comme si on était déjà désincarné, ni rejeter les religions comme des nuisances absolues : Bien que je ne sois pas devenu religieux (c'est un risque) après que Dieu se soit révélé à moi sans le truchement d'une religion, il m'a montré que si elles sont là, c'est qu'il le permet (comme beaucoup de choses) pour une finalité qui n'est pas ce qu'on croit généralement (en faire un système, une institution une fin qui prend la place même de Dieu). Plutôt qu'une fusée (que le croyant est dans cette illustration), la religion est un échafaudage de sa construction (stable ou... dangereux) et ce qui va permettre - ou empêcher - la mise à feu : l'entrée en relation avec Dieu***.

LE VRAI SENS DES RELIGIONS
La double finalité selon Dieu des religions, c'est de (faire se) tourner la conscience dès le jeune âge vers le Divin. Rôle important car la dimension spirituelle n'est pas ce qu'il y a de plus immédiatement accessible du Réel.
C'est ensuite, par ses lois et exigences, pour être un "bon fidèle" qui devrait mériter le Ciel, le moyen de le convaincre que la force à mal faire est en lui plus forte que la force à vouloir être fidèle et faire le bien, notamment en le faisant transgresser, contre sa volonté même ou ses désirs les meilleurs, les règles qui lui sont édictées. D'où il ne reste plus qu'au pécheur se voyant perdu, de chercher en Dieu seul son secours***...

Quand quelqu'un fait une EMI, réalisant qu'on peut être approché de Dieu et l'approcher sans religion, il faut faire attention de ne pas prendre ces organisations en aversion, mais plutôt comprendre comment dire à quelques croyants en questionnement le danger d'être enfermé dans ce qui est présenté comme une fin en soi (devenir membre d'une organisation), alors que toute institution est au mieux un moyen en vue de chercher et trouver Dieu personnellement (bien plus que collectivement).
Concernant ce qu'est la communauté de croyants, la Bible dit essentiellement deux choses :
- "Là où deux ou trois sont rassemblés en mon nom, je suis au milieu d'eux."
et encore : "Ils persévéraient dans l'enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain et dans les prières."
Et la définition de "La religion pure et sans tache devant Dieu notre Père consiste à s'occuper des orphelins et des veuves dans leur détresse et à ne pas se laisser souiller par le monde."

DANGER DONC, LIÉ À DES EXPÉRIENCES SPIRITUELLES !
Jésus déclare à haute et intelligible voix, qu'il est "la lumière du monde", et Jean précise au début de son évangile : "Cette lumière était la vraie lumière qui, en venant dans le monde, éclaire tout être humain."

De là il est facile de comprendre qu'une belle lumière peut être... jusqu'à une imitation, seulement un reflet de la vraie ! A nos yeux charnels, limités en capacités par l'état de chute dans lequel nous sommes, il est possible que des êtres supérieurs, maléfiques, rusés, trompeurs, encore puissants par rapport à nous, désireux de nous dominer ou posséder, puissent nous tromper par quelque illusion ou jeu de miroir. De la même manière que nous pouvons aisément être trompé par la course du soleil qui nous tourne autour, alors que la vérité est moins accessible : c'est nous qui tournons autour de lui...

La vie ici-bas nous montre que tout ce qui est bien ou bon de manière véritable peut être imité, pour séduire, tromper, accaparer. Quand les esprits méchants ne trouvent plus en nous assez de ressort pour nous animer par la violence et la méchanceté (fatigués qu'on est par les guerres, procès, animosités...), il leur reste la carte du cœur, de la gentillesse, de la séduction,  jusqu'à susciter des amours qui ne vont pouvoir mener qu'à des catastrophes, à des alliances qui vont nous manger, capables de nous détruire quand la phase séductrice est passée...

On est prévenus par Jésus concernant le temps dernier de la fin (de l'ère de sa grâce), "Prenez garde que personne ne vous séduise.5 Car plusieurs viendront sous mon nom, disant : C'est moi qui suis le Christ. Et ils séduiront beaucoup de gens."

Ce que  l'apôtre Paul va confirmer dans sa lettre aux Galates d'abord : "Je m'étonne que vous vous détourniez si vite de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ pour passer à un autre évangile.7 Ce n’est pas qu'il y ait un autre évangile, mais il y a des gens qui vous troublent et qui veulent déformer l'Evangile de Christ.8 Mais si quelqu’un – même nous ou même un ange venu du ciel – vous annonçait un évangile différent de celui que nous vous avons prêché, qu'il soit maudit !9 Nous l'avons déjà dit, et je le répète maintenant : si quelqu'un vous annonce un autre évangile que celui que vous avez reçu, qu'il soit maudit !"
Et dans la 2e lettre aux Corinthiens il écrit : "Et ce n'est pas étonnant, puisque Satan lui-même se déguise en ange de lumière."

C'est qu'à son origine, le diable est un des plus beaux anges de Dieu, extrêmement brillant, auréolé de lumière, appelé dans la Bible "astre brillant" (ce qui donne Lucifer). Et donc, par rapport à nous pris dans l'épaisseur pandémique de la matérialité soumise à la vanité, il est encore capable, malgré sa chute, de transporter des pécheurs dans une lumière, un amour, une douceur si intenses que l'être humain ne peut être qu'ébloui par ces attributs du Divin et croire qu'il est déjà dans la compagnie du vrai Dieu : C'est le feu volé par Prométhée ; c'est la lumière que reflète la lune grise et terne !

ACCÉDER A LA CONNAISSANCE PAR RÉVÉLATION
En écoutant attentivement des témoignages de NDE/EMI, j'ai du demander à Dieu - au Dieu tri-unitaire - plus de lumière pour comprendre ce qui me posait question, sans que j'ai la réponse.
Le lendemain je me suis réveillé avec la réponse ! accompagnée de retours sur plusieurs passages ou versets bibliques qui prirent alors un relief nouveau.

J'ai vu (c'est ce que je viens d'écrire) que des expériences de décorporation et de transport de l'âme dans la lumière, même dans une lumière et un amour révolutionnaires hors du commun, ne sont pas forcément qu'accès au champ spirituel où Dieu règne. Cela peut aussi se passer comme dans une anti-chambre du Divin, dans une zone de rayonnement où les anges déchus peuvent encore venir ou les occupent comme un champ intermédiaire.
La preuve ?
C'est quand ces expérimenteurs reviennent porteurs d'un message qui nie le besoin de réconciliation avec Dieu par la foi en Jésus. Avec un message où "tout le monde il ira au paradis", ce qui désavoue tout le message biblique. "Reconnaissez à ceci l'Esprit de Dieu : tout esprit qui confesse Jésus Christ venu en chair est de Dieu ;3 et tout esprit qui ne confesse pas Jésus n'est pas de Dieu, c'est celui de l'antéchrist, dont vous avez appris la venue, et qui maintenant est déjà dans le monde." La Bible donne encore d'autres critères pour discerner...
Sinon qui croire dans un domaine qui nous est si naturellement étranger !? Un esprit qui dit être notre guide ? Un autre qui nous donne des écritures automatiques ? Des messages pour lesquels on n'a même pas reçu en nous l'Esprit de Dieu pour sentir si on a affaire à la vérité ou à des mensonges ? Voyez-vous jusqu'où Dieu nous prend au sérieux, nous laissant comme Adam et Eve dans le 1er jardin la liberté et la responsabilité de choisir ce qu'on va croire !?

Et donc on entend dans ces rapports d'EMI chacun campé sur son expérience et ce qu'il en comprend sans recul, en se confortant par le témoignage d'autres à peu près similaires, mais sans confrontation avec les expériences divergentes et encore des écrits avérés, anciens, qui en parlent. Esprit critique non pour remettre en cause l'expérience elle-même, mais le sens de son apparition, ce qu'elle veut nous dire vraiment, sa raison la plus dernière.

DUALITÉ = BESOIN DE COMPRÉHENSION, ET DE CHOISIR
Amour et terreur ! Douceur et tourments indicibles ! Ce qui veut déjà dire dualité du bien (le plus fort) et du mal (le plus abject), de la quiétude et des souffrances... Même dualité antagoniste dans le versant invisible du Réel comme de ce côté-ci.
Et donc la quête consécutive à notre expérience - ou à ce qu'on en découvre sur le net - a-t-elle été amorcée, poussée jusqu'à recevoir le sens de la chose, et plus encore, ce à quoi cela veut nous amener ?
Certes il faut plus aimer sur terre ! Mais avec quelle force ? En est-on suffisamment capable ? Il faut ne pas vouloir aller en enfer ou au séjour des morts ! Mais comment ? En aimant ? Mais on en est tellement incapable ? En étant pardonnant - ô que oui ! Mais que faire pour être pardonner ? Est-ce un pur automatisme de la part du Ciel, auquel cas je fais ce que je veux et je serai pardonné ?
Quête de vérité, de la lumière la plus haute - que Jésus a dit être ! Comme un prétentieux absolu ou comme ce qu'il est vraiment !?

Comme j'ai dit, après mes premières révélations, j'ai écrit deux livres (plus de 500 pages, et plein d'autres choses), sans recul, sans m'adresser jamais à Dieu, dont je savais juste qu'il existait, dont il me restait le vif sentiment d'avoir à le dire au monde entier, et encore duquel je recevais - sans m'interroger le moins du monde sur la source - des connaissances nouvelles. Sans imaginer que déjà quelque esprit s'était immiscé là et me donnait aussi des connaissances, erronées, controuvées. De quoi faire une assiette anglaise avec de la mâche et de l'arsenic  !

Boosté par les expériences, mais encore sans moyen de contrôle sur ce qui arrivait. Avec une conscience que Satan aussi existait, mais sans réaliser du tout comment il pouvait être actif en-dehors du mal manifeste, et donc comment agissait déjà pour me mettre dans sa poche, faire de moi son écrivain !
Par le mélange donc qu'il y avait dans ces premiers écrits, il y parvenant, m'élevant dans l'auberge espagnole qu'est le New-Âge au rang d'initié, me donnant de l'argent pour publier, etc... Pour faire quoi, si ce n'est une secte - un sectarisme de plus !
Cela peut être dur pour un expérimenteur de se faire interroger sur le sens, la signification réelle de son expérience, surtout après en avoir parlé pendant longtemps dans un certain  sens. Pour ma part, quand j'ai vu - par une toute nouvelle prise de conscience... -, j'ai été amené à détruire tous les livres qui n'avaient pas encore été vendus (3 000), et des tableaux que j'avais peints. Parce que le mélange est toujours en faveur du mal !

"Faute de connaissance, mon peuple dépérit/meurt" déclare par son prophète Osée le Dieu-Éternel. Alors voyons encore d'une autre manière la sphère de lumière divine.

AUTRES POSSIBILITÉS DES DIFFÉRENTES INTENSITÉS DE LUMIÈRE
Parce que dans certaines EMI, l'expérimentateur transporté dans une lumière déjà éclatante et baigné de douceur ou d'amour, voit plus loin une lumière bien plus étincelante encore et voudrait y aller, mais on leur dit : Non ! il faut retourner.
N'est-ce pas suffisamment explicite pour, une fois de retour dans le corps, s'interroger : Pourquoi une limite à l'accès que J'AI eu, moi, dans la lumière ? Est-ce la même lumière ? Dans sa nature, juste avec un éclat différent, ou bien y a-t-il deux catégories de lumière, une vraie et une imitation?...

La Bible là encore a de la lumière en réserve pour nous.
Le salut de nos âmes s'opère par la foi en la rédemption obtenue pour nous par Jésus, mort pour que Dieu puisse nous pardonner nos fautes, et ressuscité pour être éternellement avec Dieu et Dieu (comme il était avant de venir sur terre).
Il est dit de ceux qui croient ainsi en lui, qu'ils forment tous ensemble, assemblés dans la même foi au fil des siècles, son corps (immense), comme notre propre corps est fait, ou comme toutes les sociétés sont faites, dont chacun est une cellule, l'élément de vie de base. "Vous êtes le corps de Christ, et vous êtes ses membres, chacun pour sa part.".
Ce corps, qui tient de la vie physique, psychique et spirituelle, est la vraie Église de Dieu (vraie parce que là aussi l'imitation existe), en tant que somme des croyants "nés de Dieu", aussi appelé Épouse de Jésus-Christ. Qui dit épouse, dit relation rapprochée, amour, joie d'être ensemble...
Cette épouse unique est une multitude fantastique, inimaginable, qui a répondu à l'amour de Dieu en désirant l'aimer en retour, jusqu'à vivre un jour - et éternellement - plus pleinement cette relation privilégiée dans le Ciel avec son céleste époux le Christ Jésus.
Relation qui se vit et va se vivre dans la plus grande proximité de Dieu, c'est-à-dire dans la lumière et dans l'amour qu'il est les plus intenses.
Et position qui est celle d'un Roi souverain - Jésus ayant été élevé pour la terre au rang de Roi des rois - avec sa Reine...

Et puis on trouve dans le Cantique des cantiques notamment (livre poétique de l'Ancien Testament qui gravite autour de l'amour en ses divers aspects), il est question avec l'épouse du roi, de "concubines". Dans cette dimension spirituelle, il va être question de personnes aimées par le Roi mais avec une intensité moindre, montées et établies dans la lumière divine dans une position des plus bienheureuse, mais avec une proximité bien moindre que celle de la reine avec son roi.

Il est encore question de "demoiselles d'honneur", et des "amis de l'époux" - expression que se donne par exemple Jean le Baptiste (quand on lui parle de son rapport à Jésus) qui est le dernier prophète de l'Ancienne Alliance .
Tout cela est dans l'amour de Dieu, dans sa sphère, mais de manière moindre dans sa proximité et présence.
Ce qui explique que des EMI vécues dans la lumière et dans l'amour divin ne laissaient même pas percevoir la réalité de l'existence ou de la personne de Dieu. Comme on sera resté sur terre, au bénéfique de sa grâce mais distant de Dieu (de Jésus, de son Esprit), sans chercher ou aspirer à une relation vivante à sa personne, il fera avec nous dans sa sphère. 

TRANSCENDANCE (QUI NE S'IMPOSE PAS ABSOLUMENT) ET DUALITÉ (RÉCURRENTE)
Il semble qu'une EMI qui immerge dans la lumière n'est pas sécurisée !

Ce qui veut dire que Dieu n'est pas forcément personnellement à son origine. Cela peut résulter d'un processus comme un airbag se déclenche sous l'effet d'un choc accidentel. Dans tous les cas, la suprématie même d'une transcendance, même dépassant toute perception connue, peut être récupérée par un esprit maléfique, trompeur, sans que le commun des mortels ainsi immergés dans une EMI s'en aperçoive s'il n'a pas au préalable une connaissance suffisante de ce versant occulte et occultée du Réel. Ce qui fait qu'il peut être vécu, dans la même expérience, sous la même lumière, les deux aspects contradictoires. Ce qui fait que souvent l'expérience et son interpellation ne suscite par les réactions de recherche qui devrait, peuvent devenir un poids existentiel plus qu'un gain. Ce qui est bien sûr tellement regrettable.

Deux exemples d'EMI dans la description desquelles on peut distinguer deux expressions surnaturelles issues de deux sources, qui semblent à simple vue une seule, mais en réalité sont antagonistes :
Une première ici - Une autre là -

C'est pourquoi je vous invite à (bien mieux) le chercher si déjà vous avez expérimenté la réalité de sa lumière (par rapport aux ténèbres) et de son amour (en regard de sa pauvreté ou absence dans nos cœurs et sur la terre).

¤

On n'est chacun vraiment libre, ou en position de le devenir, seulement après qu'on ait eu accès aux différentes propositions qui se trouvent dans le monde sur un sujet donné. Certes, c'est plus exigeant de chercher de la sorte que de prendre ce qui fait l'unanimité et qui nous est donné en grande pâture par les médias (ou l'école). 
Mais en rapport avec une grandeur que Dieu considère en nous (créés initialement à son image quand même !) qu'il nous donne des éléments de connaissances qui nous ouvrent des champs d'interpellation et d'implication personnelles, typiquement humaines (ce qui n'est pas offert aux animaux).
Aussi devons-nous au mieux mobiliser nos capacités d'observation, de réflexion, de comparaison, de jugement, si nous voulons sortir des habitudes routinières sources (comme l'oisiveté) de beaucoup de vices, pour découvrir à la place de la suprématie du mal, comment le Bien et le Bon - le Dieu véritable - peuvent devenir notre source, nos objectifs et la fin glorieuse de cette existence.

4 - 4ème PORTE ou MOYEN : LA/les RÉSURRECTION/s

Résurrection : Encore un de ces mots singuliers/pluriels qui s'emploient couramment au singulier, mais qui renferment en réalité des expressions bien différentes de la même chose nommée (comme vie, mort, naissance, baptême...)

Voici dont le moyen universel par lequel le Dieu qui a tout créé va amener devant lui toutes les créatures humaines que la terre aura portées.
Si les trois autres modes de mises en contact avec Dieu sont relatifs à notre existence ici-bas, étant vivants dans ce corps de chair, la quatrième porte est bien différente.
Ainsi la mort dont on connaît le mieux la réalité est ici montrée comme l'accès futur à une porte/événement qu'est la résurrection corporelle de chaque être humain.

Seule la Bible apporte des révélations claires au sujet de la résurrection des corps, notamment par le livre/révélation qu'est l'Apocalypse. On apprend là que vont se produire - événements des plus surnaturelles que la terre aura vu - en fait deux résurrections bien différentes, distantes d'environ 1 000 ans l'une de l'autre. Une très prochaine, aussi appelée Enlèvement (les deux faits étant concomitants), l'autre à un millénaire de là...
Je vous dirige ici maintenant vers un article précédent (au domaine plus vaste) qui développe ces deux résurrections.

Soyez béni-e de Dieu par Jésus-Christ et par son Esprit selon ce qui vous convient le mieux. 

Prière guide pour demande de pardon et paix avec Dieu

Retour au témoignage >  DIEU SE REVELE

___________
* Dans la Bible ces phénomènes sont nombreux, avec les prophètes Ésaïe - ÉzéchielDaniel... Dans le Nouveau Testament on a l'apôtre Paul et surtout Jean qui monta au Ciel divin et vit de nombreuses scènes célestes qui se trouvent maintenant encore dans l'Apocalypse.

** Plus jeune surtout, incroyant j'ai reçu des songes par exemple où je volais (en l'air !). Cela représentait ma et notre disposition spirituelle possible ! Dieu voulait et cherchait à m'attirer vers plus de merveilleux avec lui (je trouvais alors déjà la vie belle). Mais sans n'avoir jamais reçu de connaissances sur ce sens des choses (essentielles), sans intelligence suffisamment vive et curieuse pour chercher à ce moment-là d'où cela venait, est-ce que cela voulait me dire quelque chose - et quoi ? -, je restais sans réaction, comme si une telle information était gratuite, fortuite, aléatoire, et donc indigne d'intérêt.

*** Car aucune religion ne sauve personne - que Dieu sauve -, mais elles servent à quiconque reste lucide et honnête à voir son impuissance à faire (le) bien, sa perdition donc, et son besoin de trouver bien au delà de la religion, en Dieu lui-même son sauveur personnel par une naissance d'ordre spirituel.
Ainsi devons-nous distinguer en nous-même entre la religiosité, qui est croyance par l'âme, dans notre âme (d'origine et par nature) charnelle, et spiritualité qui est foi par l'esprit (d'origine et par nature de Dieu). Le passage de l'impiété de l'athée ou du religieux à une vie spirituelle effective qui provient de ce que la Bible appelle "nouvelle naissance" (plusieurs articles du blog en parlent).

Annexe
Les 5 types de mort

Partager cet article

Repost0
5 avril 2018 4 05 /04 /avril /2018 18:57

UNE SEULE PORTE D’ACCÈS, cloisonnée en trois et quatre par des piliers,
pour figurer les trois et quatre moyens de mise en contact effectif avec
la sphère divine et/ou la présence immédiate de Dieu...

(suite de la page commencée ici)

 

3 - 3ème MOYEN DE CONTACT AVEC LE VRAI DIEU : C'EST LUI QUI VIENT À NOUS !

Ce troisième moyen tient de la grâce absolue de Dieu. C'est ce qu'on trouve, repris dans le Nouveau Testament (la nouvelle alliance par Jésus) de l'Ancien :
"L'Eternel dit à Moïse: Je ferai miséricorde à qui je fais miséricorde, et j’aurai compassion de qui j’ai compassion. Ainsi donc, cela ne dépend ni de celui qui veut, ni de celui qui court, mais de Dieu qui fait miséricorde. Car l’Ecriture dit à Pharaon: Je t’ai suscité à dessein pour montrer en toi ma puissance, et afin que mon nom soit publié par toute la terre. Ainsi, il fait miséricorde à qui il veut, et il endurcit qui il veut. Tu me diras: Pourquoi blâme-t-il encore? Car qui est-ce qui résiste à sa volonté? O homme, toi plutôt, qui es-tu pour contester avec Dieu? Le vase d’argile dira-t-il à celui qui l’a formé: Pourquoi m’as-tu fait ainsi? Le potier n’est-il pas maître de l’argile, pour faire avec la même masse un vase d’honneur et un vase d’un usage vil? Et que dire, si Dieu, voulant montrer sa colère et faire connaître sa puissance, a supporté avec une grande patience des vases de colère formés pour la perdition, et s’il a voulu faire connaître la richesse de sa gloire envers des vases de miséricorde qu’il a d’avance préparés pour la gloire? Ainsi nous a-t-il appelés, non seulement d’entre les Juifs, mais encore d’entre les païens, selon qu’il le dit dans Osée: J’appellerai mon peuple celui qui n’était pas mon peuple, et bien-aimée celle qui n’était pas la bien-aimée; et là où on leur disait: Vous n’êtes pas mon peuple! ils seront appelés fils du Dieu vivant." Lettre aux Romains ch. 9, vers. 15,26.

En clair, Dieu voit une personne qui, pour une raison ou une autre touche son cœur, il intervient dans sa vie, parfois incognito ou en se faisant connaître, pour la secourir, la protéger, la délivrer, pour un moyen ou un autre, l'objectif final étant d'établir une relation pérenne avec lui, d'est-à-dire de la sauver de la condition adamique (déchue) en lui accordant pardon et vie éternelle.

Par exemple Jésus sur la croix voit l'aveuglement des chefs religieux et de son peuple, comment Satan réussit à les manipuler - comme déjà il a fait avec Judas - et va ensuite pouvoir leur faire payer très cher leur crime (sur la base de œil pour œil, où celui qui prend l'épée sera puni par l'épée).
Alors il intercède du haut de la croix où il est abaissé comme le pire des hommes, disant ; Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font !
C'est la grâce totale, sans qu'ils aient conviction du mal qu'ils font et donc sans repentance de la part des coupables. Le céleste Père dès lors pardonne, parce que selon la justice légale son fils est en train de payer le prix qui un jour ou l'autre rejoindrait sur eux leurs fautes : le jugement ou châtiment qu'ils s'attirent... dont la plus grave conséquence est la mort spirituelle qui est séparation éternelle (perdition) d'avec Dieu.
(C'est aussi le résultat de cette prière que Jérusalem et le temple ne seront détruits qu'avec la génération suivante (en 70)... ce qui montre aussi le pouvoir que la prière d'intercession peut avoir dans la bouche d'un enfant de Dieu, selon que "La prière fervente du juste a une grande efficace.).

C'est par cette ouverture souverainement initiée par Dieu que j'ai pu me retrouver un jour face à ce fait rendu évident que Dieu est ! D'un coup, sans l'avoir cherché, sans avoir eu la moindre pensée de Dieu,  il se dévoilait, et JE SAVAIS ! Il était là, dans sa dimension Esprit, invisible à mes yeux charnels, mais tellement perceptible à ma conscience ! (retour à ce témoignage ici)

J'ai trouvé plus tard cette même idée en lisant le prophète Ésaïe, où l'Éternel-Dieu dit - au début du chapitre 65 : "J’ai exaucé ceux qui ne demandaient rien, Je me suis laissé trouver par ceux qui ne me cherchaient pas…"

L'ouverture à sa sphère ou présence de cette manière, c'est le pouvoir souverain de Dieu. Il est Dieu, et il fait comme il veut, quand il veut, envers qui il veut. S'il y a des conditions - et il y en a qui lui sont propres (comme il y en a habituellement qui  sont de notre part) -, on ne les connaît pas... sauf éventuellement après...
Par exemple quand on apprend que Dieu fait grâce aux humbles, secourt les cœurs brisés, les âmes abattues...

AMOUR INCONDITIONNEL DE DIEU : ATTENTION À NE PAS SE TROMPER !
On entend parfois, quand il s'agit de l'ouverture de cette porte qui dépend du seul bon vouloir de Dieu, parler de "l'amour inconditionnel", ce qui peut être une expression déviée de la réalité.
Car en effet Dieu en lui-même est amour, sans condition puisqu'il s'agit de sa nature, de son être même, comme la nature du soleil est combustion et rayonnement.
Cependant, de notre côté, c'est une évidence que le rayonnement de l'amour de Dieu est comme celui du soleil quand le ciel est encombré de nuages. Même si le soleil rayonne sans cesse, il n'est pas question pour nous de le voir briller dans tout son éclat : on en reçoit cependant bien de la lumière, mais très amoindrie, empreinte de grisaille ou d'obscurité. Et dans il fait nuit noire, c'est que le soleil brille ailleurs. Ainsi pouvons-nous avoir différentes perceptions du Divin, de l'incrédulité la plus totale, à la foi la plus vivante.
Maintenant, quand parfois tout à coup une lumière purement divine vient à paraître dans ou à notre conscience c'est, étant dans le cas de cette 3eme possibilité, un don de Dieu, une grâce sans condition de notre côté (à la différence des deux autres possibilités), mais avec condition du sien. Savoir que pour être et rester juste en lui-même tout en rendant quelqu'un juste (c'est  ce que produit son pardon et/ou sa grâce), cela ne peut pas être au détriment de sa justice : il faut que la justice subsiste. En clair, quand Dieu nous fait pleinement grâce à partir de lui-même, c'est qu'il pardonne un coupable indépendamment du jugement qu'il méritait. Ce qui n'est possible, en justice, que parce que Jésus est venir prendre sur lui, de manière générique, totale, tout le châtiment que méritent nos fautes, outre beaucoup et de terribles souffrances, la mort la plus humiliante et cruelle.
"En effet, le salaire du péché, c'est la mort, mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur."

Donc ne croyez pas que si vous expérimentez une grâce absolue de la part de Dieu, c'est seulement par un amour inconditionnel (permanent) que Dieu aurait en votre faveur. C'est que Dieu vous témoigne en une circonstance particulière qu'il est amour, mais cette expression de ce qu'il est n'est pas à voir comme ce qu'il va être toujours et définitive pour vous. C'est comme une levée de voile, une exception à la règle (qui est notre séparation d'avec Dieu), une démonstration de ce qui peut être avec Dieu, ce qu'on doit comprendre comme une invitation à chercher Dieu et son amour en vue d'une pérennité de la relation établie à ce moment-là avec lui. Et à partir de là - comme au commencement de mon cheminement de sa découverte Dieu un jour vint me dire "Lis la Bible ! Lis la Bible !" -, c'est à vous à le chercher... sachant (si vous voulez en tenir compte) que les meilleurs moyens potentiellement à notre disposition sont une bible (notamment le Nouveau Testament) et l'Esprit de Dieu (invisible, mais à qui on peut s'adresser pour recevoir des réponses significatives relatives à nos interrogations, problèmes ou sur des réalités célestes).

 

EXPRESSION DONC D'UNE GRÂCE DIRECTE, INATTENDUE, TOTALEMENT GRATUITE, MAIS PAS QUE...
Ainsi, malgré la force interpellative, révolutionnaire, de ce qu'on vit de la part de Dieu, nous reste une vraie liberté, un espace pour nos réactions. Cela malgré la force de l'expérience - indéniable en soi, transformante déjà -, qui va devenir bientôt un souvenir, un mémorial en nous, prégnant psychiquement, mais ramenée à une sorte de filigrane, qui ne s'impose pas à la conscience au quotidien. On ne fait certes plus du tout bien des choses de la même façon, etc... mais on reste libre de la suite qu'on donne en retour à cette intervention de grâce. Libre en fait de la place qu'on accorde à Dieu - en tant que personne, et non pas expérience ! - dans notre conscient et dans notre quotidien.

C'est que cette expérience ne "scelle" pas à Dieu - en Dieu : le scellement dans notre vie mortelle (de notre âme) à sa vie éternelle (spirituelle) doit encore passer par une expérience bien plus extraordinaire encore qui s'appelle nouvelle naissance : le rachat en conscience, avec notre implication, de notre âme.
- C'est-à-dire une acceptation personnelle de plus, bien plus, que l'expérience initiale, qui passe cette fois par la 1ère des trois portes évoquées, où se rejoignent la crucifixion salvatrice de Jésus (qu'on apprend et comprend) et la foi alors initiée en nous (par laquelle on y croit en même temps qu'on se repent).

- C'est-à-dire qu'il faut, outre une expérience de grâce (un moyen quelconque de révélation du Divin), parvenir à  l'objectif que Dieu poursuit : nous amener à une réponse personnelle en conscience, qui scelle une réconciliation et paix avec lui. La finalité étant que nous recevions de lui la (sa) vie éternelle et/pour l'accès dans sa prochaine création (le Paradis finitif).

En d'autres termes, une expérience révélatrice initiée par Dieu, est seulement un moyen conséquence du don de la vie de Jésus pour nous - qui par sa mort ouvre potentiellement pour tous le chemin du Ciel divin -, et non encore l'activation toute personnelle de ce potentiel en nous qui, elle, est naissance spirituelle et salut éternel de notre âme.

La distinction est primordiale, cruciale, ce qui fit dire (entre autre) à Jésus : "Celui qui croit en moi n'est pas jugé, mais celui qui ne croit pas est déjà jugé parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. "

EXPÉRIENCE PERSO
Pour ma part, j'ai navigué pendant quatre années parmi les spiritualités, cherchant des personnes qui connaissaient ce Dieu qui m'avait visité. Quatre années durant en France et en Suisse, pour en trouver finalement... tout près de chez moi - quand Dieu me remit sur la piste de sa découverte, non plus seulement en tant que Dieu-qui-est - donc que Créateur, encore impersonnel -, mais en tant que Sauveur des pécheurs - dont j'étais encore et que je découvris alors ! (voir dans mon témoignage le chapitre : Croyant, mais pas sauvé).

On peut encore voir cela dans la Bible dans le 4e exposé de l’Évangile où il est écrit au 1er chapitre :
"Cette lumière (Jésus qui a dit : Je suis la lumière du monde) était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme.10 Elle était dans le monde, et le monde a été fait par elle, et le monde ne l'a point connue.11 Elle est venue chez les siens, et les siens ne l'ont point reçue.12 Mais à tous ceux qui l'ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés,13 non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu."

Car Dieu ne fait pas de choses définitives avec nous/pour nous, sans nous. Comment pourrait-il nous imposer une éternité de vie avec lui, si on ne le désire pas déjà (au moins personnellement un minimum) de ce côté-ci de l'existence ?

C'est au point où Jésus s'arrêtant lors d'un certain épisode, demanda un jour aux disciples qui avaient commencé à le suivre s'ils voulaient continuer ou le laisser :
"C'est ici (dit Jésus de lui-même) le pain qui est descendu du ciel. Il n'en est pas comme de vos pères qui ont mangé la manne et qui sont morts : celui qui mange ce pain vivra éternellement.59 Jésus dit ces choses dans la synagogue, enseignant à Capernaüm.60 Plusieurs de ses disciples, après l'avoir entendu, dirent : Cette parole est dure ; qui peut l'écouter ?61 Jésus, sachant en lui-même que ses disciples murmuraient à ce sujet, leur dit : Cela vous scandalise-t-il ?...63 C'est l'esprit qui vivifie ; la chair ne sert de rien.Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie.64 Mais il en est parmi vous quelques-uns qui ne croient point. Car Jésus savait dès le commencement qui étaient ceux qui ne croyaient point, et qui était celui qui le livrerait.65 Et il ajouta : C'est pourquoi je vous ai dit que nul ne peut venir à moi, si cela ne lui a été donné par le Père
66 Dès ce moment, plusieurs de ses disciples se retirèrent, et ils n'allaient plus avec lui.67 Jésus donc dit aux douze : Et vous, ne voulez-vous pas aussi vous en aller ?68 Simon Pierre lui répondit : Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle.69 Et nous avons cru et nous avons connu que tu es le Christ, le Saint de Dieu.70 Jésus leur répondit : N'est-ce pas moi qui vous ai choisis, vous les douze ? Et l'un de vous est un démon !"

Jésus dit bien, dans la vue de cette porte que Dieu lui-même nous ouvre, qu'il a choisi et appelé ceux qui sont devenus ses disciples et ses apôtres, à l'origine donc indépendamment d'eux. Idem avec l'apôtre Paul plus tard.
C'est donc ensuite pour une part de nous que dépend que nous trouvions réellement Jésus comme notre Sauveur et recevions dès lors de Dieu devenant notre Père, son Esprit - ou pas ! Pour preuve ceux qui laissent là Jésus (vous avez peut-être noté que c'est dit au verset 66 du 6e chapitre !) ; et aussi Judas qui va par la suite trahir Jésus.

ATTENTION DONC À NE PAS DORMIR SUR DES LAURIERS... QUI NE SONT PAS UNE RÉALITÉ ACQUISE !!?
Cela est très important à comprendre quand on a fait une expérience déterminante avec Dieu, alors même qu'on ne l'a pas cherché, qu'on dormait - ou qu'on se démenait - dans une religion sans spiritualité, ou encore qu'on était incroyant (comme je l'étais alors).

Au cours de mon périple de quatre années, surtout dans ce qu'on appelle le New-Âge ou Nouvel Âge, j'ai rencontré des gens qui avaient vécu d'authentiques expériences divines. Quand ils me racontaient, l'Esprit de Dieu m'attestait que c'était vrai.
Telle révélation de la croix pour un tel, ou une vision de Jésus, ou du royaume des cieux, ou une intervention surnaturelle qu'on sent intuitivement être de Dieu, ou une visitation qui remplit de son amour, de sa paix ou de sa joie (notamment après ou pendant quelque grosse épreuve)... un événement qui dans tous les cas révèle Dieu comme étant réel, sans intermédiaire.

Réel, mais perçu seulement temporairement et de manière partielle :
- comme le Dieu-qui-est par exemple, c'est-à-dire Dieu en tant que présence invisible mais consistante comme immobile - comme on lit dans la Bible : Dieu générateur des lumières "en qui il n'y a ni changement ni l’ombre d’une variation.."
C'est ainsi que des croyants notamment d'orient en entendent parler et/ou le cherchent (ce qu'ils appellent nirvana) en le concevant seulement comme une conscience cosmique, impersonnelle (nommée Brahma ou "Ça" par Krishnamurti).  C'est à partir de cette révélation (la 1ère pour moi) que j'écrivis un 1er livre sous le titre "L'appel cosmique".
A Moïse aussi le Dieu unique se révèle d'abord comme Yawhé (en hébreu), ce qui se lit "Celui-qui-est en permanence d'être, ou de toute éternité ;

- C'est parfois Jésus qui apparaît, par une partie ou une autre de son corps ou entièrement, en sa forme humaine adaptée à notre capacité à le voir... alors qu'il est aussi comme le décrit l'Apocalypse dans le 1er chapitre.
Jésus se montre souvent ainsi aux musulmans intègres qui prient et veulent plaire à Dieu, mais sans le connaître.
Dans tous les cas une révélation de Dieu nous fait changer radicalement de regard sur le Réel, sur le rapport de la matérialité et de l'invisible psychique et spirituel... mais pas forcément encore sur nous !...

Tous ces bénéficiaires de la grâce insigne du Très-Haut que je rencontrais étaient alors comme moi, ne pouvant pas m'apporter ce qui me manquait de Dieu, ni moi leur en apporter plus que ce que j'avais vécu - c'est-à-dire pas encore assez pour être un vrai témoin de qui est Dieu en vérité et de ce qu'il vise à faire avec chacun (la finalité de sa recherche envers nous : l'accession à son salut éternel, à sa présence et à sa prochaine création qui sera - enfin ! - Le paradis à la fois physique, psychique et spirituel, sans fin).

Par la Bible lue dans sa chronologie, on voit bien que Dieu se révèle le plus généralement progressivement, par touches ou par étapes, par moments, selon ce qu'il sait d'où on en est, qu'on cherche, qu'on attend ou qui nous manque.

¤

ET PUIS IL Y A DES IMITATIONS DU DIVIN, PARCE QU'EXISTE AUSSI UN IMITATEUR, UN USURPATEUR, UN VOLEUR !...
Il faut déjà s'en douter, car toutes les expériences surnaturelles ne sont pas de Dieu ! J'y reviens davantage juste après dans le chapitre suivant sur les EMI ou NDE...

C'est ainsi que beaucoup je pense se trouvent dans le New-Âge ou ailleurs, stoppés dans une sorte de sas étroit entre Ciel et terre, qu'ils prennent déjà pour un aboutissement , une élévation suprême ! Arrêtés et mal animés entre le monde vécu et vu en tant que matérialité qui a perdu beaucoup de son attrait ou emprise, et un regard tout autre, avec des priorités changées et une perspective ouverte sur l'autre versant du Réel dont ils ont été approchés, qu'ils ont entrevue, goûtée ou touchée... mais dont ils restent encore séparés, ne percevant qu'à travers une vitre dépoli, du dehors, sans être "dedans"...

Si vous en êtes là, ne restez pas sur un acquis temporel qui ne se renouvelle pas, mais cherchez Dieu, le vrai, dans "l'amour de la vérité" car il y a aussi dans l'envers de notre décor dense des mauvais anges, des esprits trompeurs, séducteurs, usurpateurs de la présence de Dieu, qui se font passer pour ce qu'ils ne sont pas, en vue de nous garder dans l'égarement du dehors - un égarement plus subtil mais bien effectif -, voire de faire de nous des messagers de mauvaise compréhension, de fausses doctrines, de concepts mensongers.

Il faut aussi savoir que lorsque le vrai Dieu commence à agir en notre faveur, les esprits qui tiennent globalement ce monde - et nous dedans -, le voient et cherchent alors à nous distraire ou dévier. J'ai plusieurs fois eu à faire avec des personnes incroyants à qui je parle de Dieu, de Jésus, du salut, qui soudain se remettent à devenir catholiques ou protestantes, ou décident d'étudier la philosophie... sans plus vouloir écouter. Étonnant n'est-ce pas ? Ce qui rmontre bien que les démons peuvent tout autant utiliser le versant religieux que celui de l'incroyance pour nous garder en dehors de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ...

Cherchez donc toujours, outre un intérêt nouveau pour le religieux ou une soif nouvelle de connaissance, la personne même de Dieu, du transcendant qui ne s'impose pas, le seul vrai Dieu, en lui demandant de se révéler encore : Qui est Jésus selon lui ? Quel est son plan pour vous ? Quelle connaissance est la meilleure pour notre personne mortelle ? Comment échapper à la culpabilité, être délivré d'une addiction ou présence démoniaque, ou de la peur de la mort ?... jusqu'à ce que vous receviez des réponses, la connaissance ou direction nécessaire, et sachiez que vous avez trouvé plus qu'un bienfait particulier : le Dieu véritable qui donne le salut éternel à votre âme (qui est vous, votre personne ou être spécifique qui dit moi-je) "sachant que ce n'est pas par des choses périssables, par de l'argent ou de l'or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous avez héritée de vos pères,19 mais par le sang précieux de Christ, comme d'un agneau sans défaut et sans tache,20 prédestiné avant la fondation du monde, et manifesté à la fin des temps, à cause de vous,21 qui par lui croyez en Dieu, lequel l'a ressuscité des morts et lui a donné la gloire, en sorte que votre foi et votre espérance reposent sur Dieu"

ET EMI (ou NDE), VOUS CONNAISSEZ !?
Dans l'ordre de ces expériences où Dieu et les réalités de l'au-delà sont approchés, où l'on entre soudain dans un champ (de l'Esprit) qui change tout (en nous soustrayant à la souffrance notamment), il y a aussi celles où c'est notre âme qui se trouve mise en état de se séparer du corps (ce qui nous montre ce qui se passe quand on meurt, et qui aussi court-circuite la douleur) qu'on appelle des NDE ou EMI :
Des personnes accidentées, gravement blessées ou victimes d'un problème de santé majeur, se trouve à la frontière de la mort, dans le coma, parfois encore conscient ou en état de mort clinique.
Leur être réel, intérieur, l'âme (en laquelle s'est développée notre individuation pour donner ce que nous sommes comme personne consciente d'elle-même) sort du corps. De cet état de séparation (qui peut permettre de voir ce qui se passe ici et là aux abords de leur corps ou même très loin ailleurs), on est très soudainement entraînée, aspirée, transportée, plus ou moins rapidement et difficilement dans un ou plusieurs autres plans du Réel. Plan qui juxtapose ce qui est de l'ordre psychique (psyché, c'est l'âme en grec) et de l'ordre spirituel (qui comprend deux sphères antagonistes, divine et satanique).

Cela commence le plus généralement par un tunnel ou couloir de transition, plus ou moins sombre, noir ou blanc de différentes intensités, selon l'état de l'âme (graciée ou pas) et donc où elle est dirigée.

L’AU-DELÀ : PARADIS, SÉJOUR DES MORTS ET/OU ENFER !?
a) Pour certains c'est une expérience qui dévoile la réalité de ce que la Bible appelle "le séjour des morts" (shéol en hébreu, hadès en grec) ou encore "l'étang ardent de feu et se soufre", que Jésus appelle "la géhenne" et d'autres l'enfer.

Deux lieux bien distincts (à différencier donc) dont la Bible parle clairement pour notre édification et salut éternel, espaces essentiellement de tourments, de souffrances et de présences horribles, terribles, terrifiantes, obsédantes...
Le premier est temporaire (ce que les catholiques ont appelé et transformé en purgatoire), le suivant est une destination éternelle...

b) Pour d'autres c'est un transport dans ou vers la lumière. Une lumière dont les témoignages montrent qu'elle n'est pas uniforme et unique, mais faite de "tranches" d'intensité différente. Cela n'est pas sans devoir nous interroger, de la même manière que dans notre univers se trouve le soleil, mais aussi la lune qui ne fait que refléter une lumière qui n'est pas directement la sienne...

Ce qui caractérise le côté le plus lumineux de l'après existence incarnée, c'est le sentiment d'une paix ou d'un amour surnaturels, comme on ne le connaît généralement pas sur terre.
Rien que cela nous dit que nous vivons sur la terre une condition où le mal domine, où les relations sont détériorées mais également notre intérieur personnel que domine, dit la Bible, une terrible loi : "la loi du péché et de la mort".

Une fois l'âme sortie de l'attache charnelle, c'est la plénitude d'une acceptation sans condition, sans jugement, où le pardon est accordé, total. Plus qu'une image, une vision, une visitation (sommaire, partielle, mais déjç très significative) de la réalité de ce qu'on doit bien appeler le Paradis.
C'est parfois sans décor, comme sans bords, parfois dans ce qui ressemble à un jardin, avec des couleurs inconnues sur terre, des parfums...
On y reconnaît possiblement des personnes décédées, avec qui on peut parler (ou pas), il peut y avoir des anges, parfois des figures mystiques connues, ou bien Jésus... Cela parait assurément être le Ciel le plus haut, une expression du Paradis.
Mais attention ! Tout comme sur la terre, tout ce qui donne de la lumière, ou des lumières, ne se rapporte pas forcément au Dieu unique souverain ! Car l'usurpation de divinité se trouve, après y avoir commencé premièrement, dans cette dimension des Esprits, de la même manière que des religions ou sectes peuvent donner de fausses représentations, trompeuses, séduisantes, de Dieu...

c) Certaines expériences commencent par un transport dans un tunnel sombre, d'où on passe progressivement ou d'un coup dans la lumière.

 Rejoignez la suite ici, car elle porte des remarques très importantes.

Liens de témoignages de NDE ou EMI :
Vue de l'enfer par une jeune fille argentine
Un homme passe 23 mn en enfer -
Mario ex-gangster voit l'enfer et le ciel -

PRIERE-GUIDE pour PAIX avec DIEU  

Retour au témoignage >  DIEU SE REVELE

Bien à tous.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche