Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 09:57

Parmi les droits humains, celui d'entendre et de croire les Paroles de Dieu dont l'authenticité a été scellée dans la Bible.

"Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. 9 Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie."

On lit qu'il faut là
1/ une intervention gracieuse de Dieu en notre faveur personnelle - une grâce imméritée -, et
2/ que nous exercions notre foi, personnellement, acceptant de croire afin, avant, pour que des réalités (des effets) deviennent manifestes.

la grâce coule de cette étrange croix sur laquelle Jésus s'est laissé crucifié pour nous sauver, et en regardant à cet événement à la fois terriblement naturel et totalement surnaturel, la potentialité de cet événement ancien se met, par notre foi, à prendre vie en nous où nous sommes maintenant. De s'activer, de s'initialiser, par et pour que l'Esprit même, éternel, de Dieu, fasse sa demeure en nous.
C'est ainsi qu'il est écrit :
"Repentez-vous (changez de vie), et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ, pour le pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint Esprit (qui est la vie éternelle).39 Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera."

"Et comme Moïse éleva le serpent dans le désert (cet événement par clic ici), il faut de même que le Fils de l'homme soit élevé, 15 afin que quiconque croit en lui ait la vie éternelle.16 Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.17 Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.18 Celui qui croit en lui n'est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.19 Et ce jugement c'est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises.20 Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient dévoilées ;21 mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses oeuvres soient manifestées, parce qu'elles sont faites en Dieu."

Soyez sauvé-e ! si ce n'est fait !
Autrement, réjouissez-vous de votre salut éternel.

Repost 0
25 juillet 2017 2 25 /07 /juillet /2017 05:59

Le soleil ou les nuages, la neige, la grêle, les éclairs, la pluie...
ne nous disent-ils pas que le lien est intense entre la terre et ce qui est bien
au delà d'elle, et de nous !?...

 

La terre et les cieux sont reliés (par des forces électro-magnétiques énormes) et liés (par des réalités d'ordre psychique et spirituel).
Ce que nous faisons sur terre, compris à partir des pensées que nous adoptons et jusqu'à nos choix de comportements personnels et relationnels, a des répercussions célestes... bénéfiques ou néfastes.
La question du réchauffement climatique est une expression tangible de ce lien. On a compris que par notre comportement, par les effets de nos choix (par exemple pétrole et plastique plutôt qu'énergies et produits propres renouvelables), nous affectons notre couverture atmosphérique, nous nous créons des dangers là où il n'y en avait pas - sauf potentiellement...

Mais il n'y a pas que l'anarchie dans les domaines de l'exploitation des ressources physiques (en lien direct avec la course à la surabondance et aux profits, et notre ignorance) qui soit cause de manifestations célestes qui nous plombent. Car si l'univers tient sur la base des lois physiques, nous-mêmes, notre psychisme, dépend de lois morales tout autant constitutives de l'ordre cosmique, et plus particulièrement terrestre.

Transgresser toujours plus de ces lois-cadre qui fondent les équilibres, dont celui de notre entendement et de nos mouvements, permet à des énergies mauvaises de venir à nous, nous perturbant encore davantage, voire nous plaçant sous des pressions et des jougs de servitude de plus en plus difficiles à supporter.

Ces réalités que nous pouvons attirer du ciel sur la terre, dans notre existence et parmi nous, sont bien concrètement, formant une sphère ou royaume céleste inique, des myriades d'anges sortis de leurs rangs, rebellés à la suite de l'ange puissant qu'on a appelé Lucifer (traduction de "astre brillant" dans Ésaïe 14.12) et qui est devenu Satan (l'ennemi, l'Adversaire), tous étant des esprits occultes, malveillants, directement méchants ou séducteurs, des démons de diverses puissances.

Par leurs influences, ils peuvent de plus avoir sur et par des êtres humains qui se prêtent à leurs malveillances (directes ou déguisées), médiums de toutes sortes... beaucoup de pouvoirs sur nous - surtout en rapport de notre ignorance, méconnaissance, crainte, ou attraits de ces choses.

C'est pourquoi face aux réalités invisibles, il a été ajouté aux 10 commandements (ou Décalogue), comme consigne importante à respecter si on ne veut pas se laisser séduire, entraîner, effrayer, tromper, manipuler... (notamment, d'abord, au niveau des pensées) par ce genre de réalités et forces invisibles préjudiciables :

"... Tu n'apprendras pas à faire selon les abominations de ces nations : 10 il ne se trouvera au milieu de toi personne qui fasse passer par le feu son fils ou sa fille, ni devin qui se mêle de divination, ni pronostiqueur, ni enchanteur, ni magicien, ni sorcier, 11 ni personne qui consulte les esprits, ni diseur de bonne aventure, ni personne qui interroge les morts ; 12 car quiconque fait ces choses est en abomination à l'Éternel ; et à cause de ces abominations, l'Éternel, ton Dieu, les dépossède devant toi. 13 Tu seras parfait avec l'Éternel, ton Dieu. 14 Car ces nations, que tu vas déposséder, écoutent les pronostiqueurs et les devins ; mais pour toi, l'Éternel, ton Dieu, ne t'a pas permis d'agir ainsi."

Il est aussi fait mention ici des morts, car dans l'invisible, on ne peut pas voir distinctement, en esprit, si on a affaire à l'âme d'un défunt ou à un esprit qui se fait passer pour lui, pour nous incommoder, voire nous nuire gravement, par ce moyen de tromperie.
C'est pourquoi, d'une manière générale, Dieu nous dit de ne pas chercher à établir - ou de refuser d'établir - avec quoi que ce soit du domaine de l'invisible un contact, une communication...

 

L'autre manière de faire venir le ciel sur la terre, c'est d'appartenir au seul vrai Dieu, pour être instruit selon lui et par lui, gardé des mauvaises influences ou circonstances problématiques, dirigé dans nos choix, fortifié pour résister au mal, afin que Dieu agisse toujours plus à partir de notre foi, de notre comportement et de nos prières, de manière bénéfique, envoyant parmi nous de cette lumière spirituelle qu'il est, et qui nous manque tant...

Ainsi faisons-nous, bien plus qu'on ne le sait ou imagine, venir d'une manière (bonne) ou d'une autre (mauvaise), de ce qui est des cieux sur la terre, de l'invisible actif dans le visible.
C'est pourquoi aussi il est écrit dans la Bible : "Si je ferme les cieux et qu'il n'y ait pas de pluie, et si je commande à la sauterelle de dévorer la terre, et si j'envoie la peste parmi mon peuple,14 que mon peuple, qui est appelé de mon nom s'humilie, et prie, et cherche ma face, et revienne de ses mauvaises voies, moi aussi j'écouterai des cieux, et je pardonnerai leur péché, et je guérirai leur pays."

Et peut-être même ce Dieu qui n'a pas d'âge, dit-il ce qui suit à quelqu'un qui lit : "5 Maintenant mes yeux seront ouverts et mes oreilles attentives à la prière qu'on fera de ce lieu ;16 car maintenant j'ai choisi et sanctifié cette maison, afin que mon nom y soit à jamais ; et mes yeux et mon coeur seront toujours là. "

 

Si vous vous voyez perdu-e face à la réalité de Dieu et/ou aussi celle des démons, conviez-vous en Jésus.
En Jésus, car il est le seul parmi nous à avoir triomphé pour nous délivrer de toute la puissance ennemie, néfaste, maléfique, cruelle, terrifiante, mortifère à mortelle, en se soumettant à l'injustice terrible exercée contre lui depuis son arrestation et jusqu'à son dernier souffle expiré sur la croix de sa mise à mort. Par ce sacrifice, Jésus sauve parfaitement quiconque se confie en lui - maintenant ressuscité et vivant à toujours.

Prière-guide de délivrance et de paix avec Dieu...

Soyez béni-e.

Repost 0
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 08:35

Tu as (encore) une conscience ?
Tu as une religion !?...
Malheureux ! Malheureuse ! Une religion comme notre conscience ne peut que te condamner ! Car une religion est donnée pour convaincre tout être humain qu'il est pécheur, pécheresse, c'est-à-dire coupable devant Dieu ! N'as-tu pas ce sentiment, qui revient régulièrement, voire obsessionnel, de culpabilité ? C'est tout à fait normal, et il faut avoir l'honnêteté de le reconnaître... si du moins on veut passer à un autre moyen de - bien - vivre sous le regard de Dieu...

Coupable donc parce que si quelqu'un essaie de suivre sa religion du mieux possible, il va TOUJOURS faillir à un moment ou à un autre, dans un domaine ou un autre. Pire ! il va se trouver confronté à un problème récurrent, à une force qui ne le quitte pas et le pousse toujours à pécher de la même manière. Ce qui est complétement incompatible avec l'obéissance que réclament la religion et la satisfaction qu'on pourrait apporter à Dieu.

Cela parce qu'une loi religieuse comme celle de notre conscience, peut tenir d'une perfection que ne peut suivre, imparfait que nous sommes, aucun d'entre nous. Et comment une telle loi nous donnerait-elle la force qui nous manque, puisqu'on est tous pécheurs, séparés de Dieu et sans force vis-à-vis du bien véritable, incapables de nous présenter propre par nos propres moyens devant un Dieu qui est SAINT ?

Coupable aussi parce que si on ne suit une religion que de loin, à la légère, sans se soucier de tout ce qu'elle exige, on est un mauvais croyant, un-e hypocrite, quelqu'un de malhonnête vis-à-vis de Dieu lui-même.

Dans tous les cas, on manque à des commandements, à des pratiques, on n'est pas soumis comme il faudrait, et donc on reste coupable, condamnable, ce qui signifie "l'enfer" au bout de cette route. (Enfer dont d'ailleurs déjà de ce côté-ci du Réel, quelques "flammes" viennent par moment nous lécher les pieds ou les mains ou les pensées, pour que nous réalisions en quoi une vie qui n'est pas couverte (agréée, protégée) par Dieu reste sujette aux effets des mondes infernaux).

C'est d'ailleurs exactement le même problème quand on n'a pas de religion ! Car on a tous une conscience personnelle, qui est une loi de moralité que Dieu a placée en l'homme. Le problème, c'est que Dieu impose le moins possible ses voies sans notre assentiment, ce qui veut dire que nous pouvons faire taire notre conscience. Ne pas l'écouter ou la suivre, et pire la piétiner. D'ailleurs la culture ambiante dans laquelle nous évoluons peut même être tellement anti-Dieu, qu'elle travaille à endormir notre conscience, à nous la faire transgresser - en appelant notamment bien ce qui est mal...

Mais si on se montre honnête, si on reconnaît devant Dieu qu'on est un croyant (ou un incroyant) assez minable, voire misérable, incapable de fidélité, de sérieux avec Dieu et/ou avec ses semblables, irrécupérable par nous-même, alors le Dieu vivant peut venir à nous et nous manifester sa grâce, nous placer sur le chemin d'une vraie relation avec lui.
Si donc aussi l'agnostique ou l'athée n'a pas la paix, est en butte à une culpabilité qu'il ne comprend pas, ou est tenu par la crainte de la mort, qu'il ne cherche pas ou plus à refouler d'une (mauvaise) manière (ou d'une autre), Dieu n'est pas loin de pouvoir lui venir en aide. (Marc 2.16,17)

Car c'est une RELATION que Dieu veut établir avec nous, et la religion - n'importe laquelle - ni notre conscience morale - surtout si elle est vive -, ne sont que des moyens mis à notre disposition pour que nous réalisions
- combien nous sommes insuffisants par rapport au bien véritable, à l'amour et à sa pérennité,
- perdus quant au sens de tout ce qui nous arrive - et par rapport à la réalité de Dieu -,
- combien par ce moyen d'une obéissance servile à des pratiques, on ne peut être ni heureux ni fidèle - car Dieu nous a créés pour la liberté et veut nous rendre libres du péché (qui nous habite et attriste) ET de la religion même (qui nous le montre et nous condamne).

Et le Seigneur-Dieu en a assez qu'on soit - qu'on joue ! -
- pour l'impie à l'humaniste, au gars ou à la fille bien, alors qu'on est égocentré-e au possible, intêressé-e dans tout ce qu'on fait, même bénévole ;

- pour le croyant qu'on joue trop mal au pauvre pécheur, toujours triste ou contrit, hypocrite ou faussement humble, sans ressource pour se changer soi-même, qui bat sa coulpe plus qu'il ne donne gloire à Dieu !

Le Seigneur-Dieu en a assez, parce que par ailleurs IL A TOUT ACCOMPLI pour que nous puissions ÊTRE CHANGÉS, pour vivre une vie et des expériences heureuses
- avec lui, par lui, par SON Esprit, en son Esprit,
- dans la grâce qu'il nous a sauvés, et donc qu'on n'a plus à faire d'efforts méritoires ou quelques mortifications pour se sauver ou se sanctifier soi-même,
- vivre l'expérience de ce salut divin non fondé sur la base de nos mérites, de nos efforts, de notre humanisme, de notre religiosité, pour être quelqu'un de bien.

Telle est la bonne Nouvelle qu'est l'Évangile de Jésus-Christ qui s'est donné lui-même, jusqu'à la mort de la croix, pour nous amener à Dieu sans autre intermédiaire que lui-même et sans condition que notre foi.

"Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu.9 Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie." Lettre aux Ephésiens, chap. 2.

"Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation.20 Nous faisons donc les fonctions d'ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous ; nous vous en supplions au nom de Christ : Soyez réconciliés avec Dieu ! 21 Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu." 2e Corinthiens chap. 5.

Prière de réconcliation et paix avec Dieu

Que le Dieu de toutes grâces vous attire lui-même dans celle majestueuse opérée par lui-même par la mort du Christ Jésus pour le salut éternel (de l'âme) de QUICONQUE croit.

Êtes-vous un de ces "QUICONQUE" pour qui Jésus a donné sa vie ? Il suffit alors de remplacer en conscience et de coeur QUICONQUE par VOTRE PROPRE NOM et/ou PRÉNOM, pour entrer au bénéfice de cette grâce :
"Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque - ........................ - croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.17 Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.18 Celui qui croit en lui n'est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu." Bonne Nouvelle selon Jean chap. 3.

Ainsi
autant notre rachat de la force du mal qui nous habite et des forces occultes démoniaques qui veulent nous asservir ne nous a rien coûté à son origine - don gratuit de la vie, des souffrances et de la mort de Jésus -,
autant il dépend de nous pour l'activer en notre faveur, que nous croyons. "
Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton coeur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé.10 Car c'est en croyant du coeur qu'on parvient à la justice, et c'est en confessant de la bouche qu'on parvient au salut, selon ce que dit l'Écriture."

Ainsi "nous avons, au moyen du sang (de la crucifixion) de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire (céleste de Dieu)20 par la route nouvelle et vivante qu'il a inaugurée pour nous au travers du voile, c'est-à-dire de sa chair.
21 et puisque nous avons un souverain sacrificateur (Jésus seul médiateur entre Dieu et nous) établi sur la maison de Dieu,22 approchons-nous avec un coeur sincère, dans la plénitude de la foi, les coeurs purifiés d'une mauvaise conscience, et le corps lavé d'une eau pure." Hébreux chap. 10.

"vous vous êtes approchés... de la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, des myriades qui forment le choeur des anges,23 de l'assemblée des premiers-nés inscrits dans les cieux, du juge qui est le Dieu de tous, des esprits des justes parvenus à la perfection,24 de Jésus qui est le médiateur de la nouvelle alliance, et du sang de l'aspersion qui parle mieux que celui d'Abel.25 Gardez-vous de refuser d'entendre celui qui parle ; car si ceux-là n'ont pas échappé qui refusèrent d'entendre celui qui publiait les oracles sur la terre, combien moins échapperons-nous, si nous nous détournons de celui qui parle du haut des cieux...""

"Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, 2 Dieu, dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils, qu'il a établi héritier de toutes choses, par lequel il a aussi créé le monde,"

Et donc comme nous ne pouvons pas sauver notre âme par la religion ou par notre humanisme, mais pouvons nous sauver par notre foi, sachons où elle se trouve, au principal :
"
Frères, le voeu de mon coeur et ma prière à Dieu pour eux (les croyants qui n'ont qu'une religion pour couverture), c'est qu'ils soient sauvés.2 Je leur rends le témoignage qu'ils ont du zèle pour Dieu, mais sans intelligence :3 ne connaissant pas la justice de Dieu, et cherchant à établir leur propre justice, ils ne se sont pas soumis à la justice de Dieu ;4 car Christ est la fin de la loi (des religions), pour la justification de tous ceux qui croient.5 En effet, Moïse définit ainsi la justice qui vient de la loi : L'homme qui mettra ces choses en pratique vivra par elles.6 Mais voici comment parle la justice qui vient de la foi : ... La parole est près de toi, dans ta bouche et dans ton coeur. Or, c'est la parole de la foi, que nous prêchons.9 Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton coeur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé.10 Car c'est en croyant du coeur qu'on parvient à la justice, et c'est en confessant de la bouche qu'on parvient au salut, selon ce que dit l'Écriture :11 Quiconque croit en lui ne sera point confus.12 Il n'y a aucune différence, en effet, entre le Juif et le Grec (tous les hommes), puisqu'ils ont tous un même Seigneur, qui est riche pour tous ceux qui l'invoquent.13 Car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé.14 Comment donc invoqueront-ils celui en qui ils n'ont pas cru ? Et comment croiront-ils en celui dont ils n'ont pas entendu parler ? Et comment en entendront-ils parler, s'il n'y a personne qui prêche ?15 Et comment y aura-t-il des prédicateurs, s'ils ne sont pas envoyés ? selon qu'il est écrit : Qu'ils sont beaux Les pieds de ceux qui annoncent la paix, De ceux qui annoncent de bonnes nouvelles ! 16 Mais tous n'ont pas obéi (reçu par la foi) à la bonne nouvelle. Aussi Ésaïe dit-il : Seigneur, Qui a cru à notre prédication ? 17 Ainsi la foi vient de ce qu'on entend, et ce qu'on entend vient de la parole de Christ."

 vous de croire ! C'est le deal - tout à notre avantage - divin. C'est une alliance, qui tient du mariage ou d'une amitié profonde, pour entrer dans l'éternité de bonheur de Dieu. Il nous l'offre à signer.
Jésus l'a signé avec son sang.
Nous en disant : Oui, je crois Seigneur. (Viens au secours de mon incrédulité).

 

Repost 0
6 juin 2017 2 06 /06 /juin /2017 14:09

 

Même si le mal est dans le coeur de l'autre ton semblable,
ce n'est pas à toi à l'en déloger
...sauf par l'amour
ET
le combat spirituel - qui doit d'abord se passer dans ton propre coeur.

 

Articles précédents (notamment explicatifs) ici en vert cliquable > -1- et -2- - Listes précédentes liées.

Je ne fais état ici que d'événements ponctuels médiatisés (tels qu'ils peuvent communément nous parvenir des quatre coins de la planète)...

La Bible dit que "le monde entier est assujetti à la puissance du poneros* - du mal ou Malin." Globalement, tout ce qui touche pour notre part à la corruption (de soi-même et/ou en position d'autorité), abus de pouvoirs, égoïsme, manipulations, exploitations (notamment des personnes) par cupidité, violences, méchancetés, perversités (commerciales, sexuelles, idéologiques, religieuses), orgueil, mégalomanie, passions (dépendances ou tromperies), occultisme, état dépressif, liens générationnels...

En journalisme, on parle de "mort kilométrique" ! Ce qui fait que l'impact de l'information de la mort sur notre conscience suit un ratio entre le nombre de morts et la distance à laquelle l'événement se produit par rapport à nous. Et bien sûr les médias tiennent compte de ce processus psychologique - sans que ce soit le seul - pour livrer leurs infos. 

31 mai 2017 : Kaboul (Afghanistan) : Dans le quartier super sécurisé des ambassades, un camion citerne bourré d'explosifs (1,5 tonne estimé) peut franchir plusieurs barrages avant de faire 90 morts et plus de 450 blessés.

En fait, c'est la guerre en Afghanistan, et la guerre est une activité qui peut être initiée par des hommes dont les mauvais penchants ont été nourris au lieu de contrés, sur la base d'intérêts (ou pseudo-intérêts) ou de causes qu'ils font leur.
Et dans ce "jeu" des ego qui s'égarent, les démons trouvent aussi des terrains de "jeu" - un jeu qui rejoint celui des hommes, mais avec des buts qui ne se recoupent pas du tout sur l'essentiel : Hommes et esprits ou anges rebelles sont foncièrement ennemis.

1er juin : Attentat aux Philippines, dans le casino d'un complexe hôtelier de la banlieue de Manille. Au moins 38 personnes sont mortes par la fumée et le feu mis aux tapis de jeu. Plus de 70 blessés.
"Nous demandons vos prières en ces temps difficiles", a écrit la direction de l'hôtel sur Twitter. Certes, mais convertissez-vous et changez de vie, répond Dieu en pareille circonstance... à tous ceux qui sont en contact avec l'événement ou en sont informés. On ne peut vivre selon les passions de notre chair ou des addictions démoniaques et compter que Dieu arrêtent les jugements quand ils tombent ! Certes il est le consolateur, mais surtout il veut être le directeur (le coach) de nos destinées que nous exposons - dans l'inconscience, l'ignorance, les passions débridées (par l'argent et/ou l'alcool) - aux souffrances et à la mort en rapport de ce que nous vivons loin de lui et de ses préceptes de vie.

Parallèlement à cet attentat, c'est une véritable guerre comme les démons en raffolent, qui se poursuit dans ce pays - et d'autres comme on le sait - entre un pouvoir et des rebelles, des affrontements qui en réalité sont largement des guerres (dites) de religion, animées et alimentées par des esprits religieux et/ou mécréants. 

3 juin : Panique monstre sr une place de Turin en Italie :  + de 1 500 blessés. On ne sait pas ce qu'a été le point de départ... si ce n'est que la peur a agi, le sentiment d'insécurité que les divers attentats et le lâcher de démons sur l'Europe a pu déclencher, même à partir de rien (un pétard ou un cri).
Un accident-symptôme qui montre que la planète est infectée par toujours plus de forces mauvaises, capables de produire des réactions... mauvaises elles aussi. La vérité c'est que la force psychique qu'on veut se donner en réaction au mal subi (comme on entend ici et là), ne peut en fait supporter la réalité occulte qui nous confronte et veut créer en nous un conditionnement de moutons qui acceptent de se laisser parquer sous une même houlette (autorité)...

3 juin : Nouvel attentat à Londres*** : 10 morts (7 + les 3 assaillants), 48 blessés. Ce qui m'interroge c'est qu'il s'agit d'une seconde attaque sur un pont, comme il y a trois mois. Voyant cela devant Dieu, j'ai la pensée de l'intelligence machiavélique qui préside à ce choix : sur un pont il n'y a pas de maisons où se cacher ! Ici que des rambardes ou parapets qui empêchent de fuir, sinon de sauter dans la Tamise et peut-être s'y noyer...

C'est aussi qu'on s'est tellement glorifiés de la solidarité des habitants qui ouvraient leurs maisons... que ce n'est pas tombé que dans de bonnes oreilles ! Et on est là au coeur du problème de fond de la condition du moyen-occidental (européen) :
1/ Ayant globalement perdu le sentiment de Dieu, on n'a plus la moindre image du mal en ce qui nous concerne.

2/ Il en résulte que ce ne sont que des victimes dites innocentes - on est tous des innocents !? - qui sont frappées aveuglément par des méchants haineux. Le mal n'est plus vu que d'un côté.

3/ Donc il n'est pas question de s'humilier de ce qu'on est atteint.  De ce que, quelque part, on est certainement coupable de quelque chose de mal qu'on a commis ou qu'on vit.

4/ Donc pas de repentance, pas de moyen pour l'Esprit de Dieu de nous éclairer - ceux qui restent - pour que nous puissions réagir de manière à faire s'arrêter le mal qui vient nous toucher. Pas de repentance globale, de la part des gouvernements. Mais peut-être des repentances individuelles - qui ont la vertu de ramener qui a fauté sous la couverture du Dieu véritable. C'est la raison pour laquelle Dieu permet que le mal sévisse, surtout en forme de jugement.

5/ De quel Dieu parlent les uns et les autres ? Est-il celui qui commandite ces scènes d'horreur et de terreur ? Existe-t-il seulement un Dieu ?... Un des aspects de l'horreur ou de la sidération, c'est qu'on soit si ignorant et inconséquent sur ce point central de ce qui constitue le Réel dans sa plus grande globalité : Y a-t-il un Dieu créateur, OUI ou NON !?

Quand donc l'Ecole d'une nation
- ne se donne plus la responsabilité de parler de Dieu (alors même que ce qu'elle est ne s'est construit que sur ce fondement !),
- ni ne cherche en quoi on peut SAVOIR à son sujet et expérimenter sa réalité vivante et agissante en revenant à lui,
à quel dieu peut-on se retrouver confrontés, sans chance de réussir contre lui, sinon à Satan et tels ou tels corps de ses armées célestes sévissant parmi nous ? La réalité que nos yeux voient, que nos oreilles entendent, n'est rien d'autre !

6 juin : à Paris, sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame, agression au marteau de 3 policiers : un est blessé ainsi que l'assaillant en riposte.

7 juin : en Iran, à Téhéran, 2 attentats coordonnés ont fait 13 morts et 46 blessés sans compter les terroristes tués.
Politique et religion s'entrecroisent, s'emmêlent.

Les démons-maîtres de Satan vont de plus en plus jouer leur va-tout selon leur volonté individuelle de conquête planétaire. Selon le synopsis biblique lu dans sa phase apocalyptique, suivra, après et avant des événements autrement plus terribles et terrifiants, un temps d'entente et de coalition démoniaque dans leur ciel, ce qui produira une plage de paix inhabituelle sur terre (de 3 ans et demi)...
"Faute de connaissance, dit l'Eternel-Dieu, mon peuple meurt". Sans ce regard spirituel sur le Réel et les événements importants qui nous affectent, nous ne sommes capables que de nous entre-tuer.

Dès lors qu'on ne sait pas ou voulons pas savoir, on se trompe d'ennemi. Comment alors empêcher des jeunes (désoeuvrés et pleins de vie, rendus assez intelligents pour disposer d'autonomie) de trouver dans la révolte un moyen d'exister - d'autant plus facile que la révolte est une expression tout à fait naturelle de l'homme pécheur que nous sommes tous ?

Comment les empêcher de s'unir corps et âme à Satan ou autres esprits maléfiques oeuvrant incognito via des intermédiaires humains qui ne savent pas eux-mêmes à qui ils se soumettent en se faisant leader ou instrument de mouvements assassins ?

Comment tourner les (jeunes) générations vers le Dieu vivant et vrai pour qu'ils trouvent le manque naturel et surnaturel qui est le nôtre : de son Esprit, de sa lumière (de sa paix, etc...). Jésus n'a-t-il pas dit "Je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie." ?
Les témoignages** manquent-ils que le Dieu de la Rédemption existe et peut transformer des existences, faire passer des personnes de toutes origines de la domination du mal dans le camp du bien... et non le contraire ?

 

Pour comprendre ce qui se vit sous nos yeux, on peut prendre une image : on en est à voir le méchant seulement chez l'homme qui gifle sa femme parce qu'elle l'a trompée, ou son enfant qui a encore volé dans un magasin, sans mettre en cause... la cause ! Sans même penser qu'il puisse y en avoir une. Parce que le mal vu, terminal, est mal, on ne cherche pas ce qui peut en avoir été le déclencheur, qui est mal également - même si ce n'est pas du tout le même.

Il n'est pas question d'excuser, de justifier un attentat, il est question de se dire qu'il y a des causes, réelles, et que ne pas vouloir savoir, c'est rester coupable et exposé à une poursuite de représailles. Dire que l'amour suffit à désarmer l'ennemi démoniaque, ne peut que l'irriter et faire chercher plus encore comment "calmer notre joie" que ne justifie aucune justice. 


C'est ainsi qu'on est devant les terroristes sans autre alternative que
- l'impuissance pour les juguler, voire - ce qui serait le mieux - pour les convertir au Dieu véritable*,
- ou les abattre comme des chiens quand ils sont passés à l'action. Ce n'est pas dans cette sorte de loi du talion ou vendetta nouvelle formule qu'on trouve la parade au mal qui fait souffrir et aux démons qui restent les maîtres du jeu... tant que Dieu - le vrai - ne nous secourt pas - ce qui requiert notre bonne attitude.
"Dis-leur : je suis vivant ! dit le Seigneur, l'Éternel, ce que je désire, ce n'est pas que le méchant meure, c'est qu'il change de conduite et qu'il vive. Revenez, revenez de votre mauvaise voie ; et pourquoi mourriez-vous, maison d'Israël ?"

 

Qu'est-ce qu'un méchant selon Dieu ?
Toute personne suffisamment consciente - à partir de 12-13 ans déjà - qui désobéit
- aux règles connues de sa religion et/ou qui l'abandonne,
- ou aux manifestations intérieures de sa conscience, en faisant - à l'encontre de ce qu'elle nous fait sentir comme étant mal.
Et "la résistance (ou persévérance dans l'abandon de Dieu) des stupides les tue, et la sécurité (tranquillité, aise, prospérité) les perd. "

Qui peut dire que Dieu n'avertit pas ? Ne parle pas !? Qui ferait une vraie enquête pour savoir, parmi des victimes, si plusieurs ou toutes n'ont pas été averties d'une manière ou d'une autre qu'elles n'avaient pas à se trouver où le mal a frappé en manière de jugement ? Voilà de l'investigation intelligente, utile !...
Avant mon accident grave, j'ai été averti ! Avec mon épouse, notre conscience à tous deux a été alertée qu'il fallait changer quelque chose à notre existence - alors même que nous étions à cette époque sans foi qu'il y ait un Dieu.
Mais aussi c'est que nous l'avions abandonné, à l'adolescence, chacun de notre côté (comme beaucoup), selon le train impie de ce monde... Certes nous n'avions eu qu'un peu de religion, mais ç'aurait été à nous de creuser, à vouloir vraiment savoir s'il y a un Dieu ou pas !... En cela, Dieu nous considère comme des personnes ayant une vraie responsabilité quant à nos existences et ce qui les atteindre - en bénédictions et/ou en malédictions.

Dans le prochain article en rapport avec les activités démoniaques et notre implication, on verra la question de : LES JUGEMENTS QUI NOUS ATTEIGNENT SONT-ILS JUSTES OU NON !?
Cet article sera aussi suivi d'un sur Bénédictions et malédictions.

Pour l'heure, soyez béni-e dans la victoire de Dieu et des hommes**** contre le Satan et ses hordes.

_______________
* grec poneros, signifiant :
1- rempli de contrariétés, privations
   - pressé et harassé par le labeur
   - apportant des difficultés et périls: d'un temps plein de péril pour la foi chrétienne et la constance; causant peine et difficultés.
2- mauvais, d'une nature ou condition mauvaise
   - dans un sens physique: morbide ou aveugle
   - dans un sens moral: méchant, mauvais

** Exemple de transformations radicales de vie comme le Dieu véritable en opère :
- Témoignage de Nicky Cruz
- Témoignage de Yanis Gautier
- Témoignage de Moussa Koné
- Témoignage d'un fondateur d'"église" luciférienne

*** Pourquoi encore l'Angleterre ? La raison est spirituelle plus que politique. Pour régner sur les hommes Satan veut que nous soyons progressivement toujours plus soumis à un seul centre de décisions et de commandements. Hors le Brexit est une liberté prise par rapport à cette volonté centralisatrice...
**** Car Dieu se sert des hommes pour vaincre ce qui est est à la fois plus faible que lui et plus fort que nous, selon le principe de la foi. Exemple de David contre Goliath, et surtout de Jésus contre le chef des anges rebelles...

 

Repost 0
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 20:24

"J'élève mes yeux vers les montagnes, d'où me viendra le secours ?..."

Dans notre moyen-occident, on est désormais entrés dans un monde si décousu (il était cousu, par la culture chrétienne), qui se décompose plus qu'il ne se recompose (il était composé, à l'image de la famille, malgré ses faiblesses et manquements), si déraciné... qu'on a des fêtes (des jours fériés) dont les dernières générations ne savent guère de quoi il s'agit.

S'il n'y avait pas (encore) quelques querelles pour savoir si on peut mettre ou pas une crèche dans un lieu public, Noël passerait pour beaucoup être sans rapport avec Jésus (ou globalement le christianisme).
...De là à savoir pourquoi Jésus est né et pourquoi il est mort, on est le plus souvent loin de bénéficier de la connaissance du surnaturel de Dieu via la personne - aujourd'hui éternelle - du Christ Jésus, et de ce qu'il est venu faire sur terre pour l'humanité moribonde. (s'il n'était pas venu, déjà ni vous ni moi ne serions là... Article sur le Noël authentique).

Jeudi 25 mai donc il s'agit
- d'un mémorial,
- d'une fête, qui fait bénéficier d'un jour de repos (férié),
- à cause de "l'ascension" de Jésus tel que le médecin grec Luc nous le rapporte dans son second livre biblique appelé Actes des apôtres (chap. 1) :
"les apôtres réunis demandèrent à Jésus : Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d'Israël ?7 Il leur répondit : Ce n'est pas à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité.8 Mais vous recevrez une puissance, le Saint Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre.
9 Après avoir dit cela, il fut élevé pendant qu'ils le regardaient, et une nuée le déroba à leurs yeux.10 Et comme ils avaient les regards fixés vers le ciel pendant qu'il s'en allait, voici, deux hommes vêtus de blanc leur apparurent,11 et dirent : Hommes Galiléens, pourquoi vous arrêtez-vous à regarder au ciel ? Ce Jésus, qui a été enlevé au ciel du milieu de vous, viendra de la même manière que vous l'avez vu allant au ciel."

D'où la question pour le profane curieux : Et qu'en est-il de Jésus aujourd'hui ?

QUEL SOMMET JÉSUS A-T-IL ATTEINT ?
Jésus est monté physiquement dans le ciel et jusque dans un autre Ciel : appelé le 3e Ciel, une réalité transversale, autre que notre espace-temps ou Royaume spirituel éternel divin. Là il a été glorifié en tant que "fils de l'homme" ayant reçu, par sa résurrection, un corps humain nouveau, immortel/éternel/incorruptible - comme en recevront ceux qui auront cru en lui...

Peu après cette ascension, il apparut en vision à son disciple et apôtre Jean de la manière suivante (ce qu'on peut lire dans l'Apocalypse) :
"Moi Jean, votre frère, et qui ai part avec vous à la tribulation et au royaume et à la persévérance en Jésus, j'étais dans l'île appelée Patmos, à cause de la parole de Dieu et du témoignage de Jésus.10 Je fus ravi en esprit au jour du Seigneur, et j'entendis derrière moi une voix forte, comme le son d'une trompette,11 qui disait : Ce que tu vois, écris-le dans un livre, et envoie-le aux sept Églises, à Éphèse, à Smyrne, à Pergame, à Thyatire, à Sardes, à Philadelphie, et à Laodicée.12 Je me retournai pour connaître quelle était la voix qui me parlait. Et, après m'être retourné, je vis sept chandeliers d'or,13 et, au milieu des sept chandeliers, quelqu'un qui ressemblait à un fils d'homme, vêtu d'une longue robe, et ayant une ceinture d'or sur la poitrine.14 Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige ; ses yeux étaient comme une flamme de feu ;15 ses pieds étaient semblables à de l'airain ardent, comme s'il eût été embrasé dans une fournaise ; et sa voix était comme le bruit de grandes eaux.16 Il avait dans sa main droite sept étoiles. De sa bouche sortait une épée aiguë, à deux tranchants ; et son visage était comme le soleil lorsqu'il brille dans sa force.17 Quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort. Il posa sur moi sa main droite en disant : Ne crains point !18 Je suis le premier et le dernier, et le vivant. J'étais mort ; et voici, je suis vivant aux siècles des siècles. Je tiens les clefs de la mort et du séjour des morts.19 Écris donc les choses que tu as vues, et celles qui sont, et celles qui doivent arriver après elles,".

Au delà des mots, il nous faut l'Esprit de Dieu pour nous donner de saisir (un peu) de la réalité de cette vision - sauf à en recevoir pour soi une toute aussi personnelle. Dans tous les cas, les paroles écrites par lesquelles Dieu communique avec nous, ont pour but de nous attirer à mieux savoir, à mieux croire, à expérimenter de notre terre quelque chose qui est de ce Ciel...
Jour férié, temps accordé donc, qui peut permettre de s'interroger, d'interroger Dieu, de vouloir mieux savoir, pour croire afin de voir, toucher, goûter... que ces réalités existent et qu'elles tiennent du meilleur de l'avenir possible de l'humain que nous sommes, inconsistant en nous-même et (devenu) accidentellement mortel.

PARTI, MAIS POUR REVENIR
Concernant Jésus nous savons comme nous l'avons lu, qu'ainsi qu'il est parti, un jour il reviendra : "Voici, il vient avec les nuées. Et tout oeil le verra, même ceux qui l'ont percé ; et toutes les tribus de la terre se lamenteront à cause de lui. Oui. Amen !8 Je suis l'alpha et l'oméga, dit le Seigneur Dieu, celui qui est, qui était, et qui vient, le Tout Puissant.".

Ainsi la fête de l'Ascension nous parle de la manière dont Jésus a quitté la terre après sa résurrection, mais aussi d'un événement qui est maintenant bien-bien plus proche de nous, de son retour.
Assez curieusement - mais y a-t-il quelque chose d'étonnant de la part de Dieu !? -, dans les trois grands ordres de croyance monothéiste, plusieurs disent attendre de manière assez imminente (à la vue notamment des dépravations morales, de l'idolâtrie et de l'apostasie dans et par les pays issus de la foi en Christ), une apparition ou manifestation tangible de Dieu :

- Une venue pour certains musulmans (qui parlent d'un Mahdi) et des juifs (qui disent que leur mashiah (Messie sauveur) est déjà à la porte),
- Un retour pour les chrétiens (et certains musulmans), de cette personne unique dont le nom a été sanctifié (...) pour être le plus haut et le plus puissant de tous ceux qui nous sont prononçables.

CONNAÎTRE LE NOM DE JÉSUS, LE SAUVEUR
Dans sa langue natale, le nom de Jésus : Yeshoua, signifie Dieu sauve, ou Dieu Sauveur. Ce que la Bible rapporte encore ainsi :
"Sachez-le tous... C'est par le nom de Jésus Christ de Nazareth, que vous avez crucifié, et que Dieu a ressuscité des morts, c'est par lui que cet homme se présente en pleine santé devant vous.11 Jésus est La pierre rejetée par vous qui bâtissez, Et qui est devenue la principale de l'angle.12 Il n'y a de salut en aucun autre ; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés.13 Lorsqu'ils virent l'assurance de Pierre et de Jean, ils furent étonnés, sachant que c'étaient des hommes du peuple sans instruction ; et ils les reconnurent pour avoir été avec Jésus.14 Mais comme ils voyaient là près d'eux l'homme qui avait été guéri, ils n'avaient rien à répliquer."

"Dieu, dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils, qu'il a établi héritier de toutes choses, par lequel il a aussi créé le monde,3 et qui, étant le reflet de sa gloire et l'empreinte de sa personne, et soutenant toutes choses par sa parole puissante, a fait la purification des péchés et s'est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très hauts,4 devenu d'autant supérieur aux anges qu'il a hérité d'un nom plus excellent que le leur."

En ce sens on a un réel intérêt à comprendre que la Bible et ses écrits, comme les chrétiens authentiques qui parlent de Jésus, ne sont pas des réalités ringardes, d'un âge que l'évolution a englouties, mais bien la fine fleur de l'avenir de la terre.
Ce n'est pas une marginalisation de l'Évangile et des témoins de la mort salvatrice et de la résurrection transformatrice de Jésus, qui ôte quoi que ce soit à ce que Dieu veut et va encore faire parmi les terriens que nous sommes.
Pas plus le diable Satan et ses hordes de démons chevauchant Hitler, les nazis et autres collabos, n'ont pu faire disparaître physiquement le peuple élu - par leur ascendance physique (les juifs) -, pas plus ils ne pourront avec de nouveaux hommes/femmes assujettis à leur cause faire disparaître les élus - par leur foi et spiritualité (les chrétiens nés de Dieu), car autant pour les uns que pour les autres, encore Dieu va intervenir avec puissance, Jésus va revenir.

Aussi "Nous ne sommes pas de ceux qui se retirent pour se perdre, mais de ceux qui ont la foi pour sauver leur âme.".

De ce Ciel spirituel où les esprits divins se matérialisent, Jésus nous suit et prie :
"Dieu qui n'a point épargné son propre Fils, mais qui l'a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec lui ?33 Qui accusera les élus de Dieu ? C'est Dieu qui justifie !34 Qui les condamnera ? Christ est mort ; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous !"
... jusqu'au jour prochain où il va revenir, descendre encore, cette fois comme il est monté. Heureux qui le sait, le croit, et l'attend... actif et disponible à la fois, comme le moine Martin Luther devenu chrétien qui disait : "Même si Jésus revient demain, aujourd'hui je plante un arbre."
C'est qu'il avait trouvé la foi qui sauve l'âme de l'égarement et de la perdition éternelle de soi, et avait appris la marche par l'Esprit et la foi !

En est-il déjà de même pour vous lecteur/lectrice qui, par cette lecture êtes en train de vous rapprocher ou de mieux connaître Celui a encore dit : "Je suis la vérité" ?

"Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.
17 Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.18 Celui qui croit en lui n'est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.19 Et ce jugement c'est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises.20 Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient dévoilées ;21 mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses oeuvres soient manifestées, parce qu'elles sont faites selon Dieu.".

Et pour les déjà chrétiens (nouveaux ou anciens), voici une feuille de route des plus spirituelles :

"Si donc il y a quelque consolation en Christ, s’il y a quelque soulagement dans la charité, s'il y a quelque communion d'esprit, s'il y a quelques cordiales affections et quelques compassions,2 Rendez ma joie parfaite, étant d'un même sentiment, ayant un même amour, n'étant qu'une même âme, et consentant [tous] à une même chose.3 Que rien ne se fasse par un esprit de dispute, ou par vaine gloire ; mais que par humilité de coeur l’un estime l'autre plus excellent que soi-même.4 Ne regardez point chacun, à votre intérêt particulier, mais [que chacun ait égard] aussi à ce qui concerne les autres.5 Qu'il y ait donc en vous un même sentiment qui a été en Jésus-Christ.6 Lequel étant en forme de Dieu, n'a point regardé comme une usurpation d'être égal à Dieu.7 Cependant il s'est anéanti lui-même, ayant pris la forme de serviteur, fait à la ressemblance des hommes ;8 Et étant trouvé en figure comme un homme, il s'est abaissé lui-même, et a été obéissant jusques à la mort, à la mort même de la croix.9 C'est pourquoi aussi Dieu l'a souverainement élevé, et lui a donné un Nom, qui est au-dessus de tout Nom ;10 Afin qu'au Nom de Jésus tout genou se ploie, tant de ceux qui sont aux cieux, que de ceux qui sont en la terre, et au-dessous de la terre,11 Et que toute Langue confesse que Jésus-Christ est le Seigneur, à la gloire de Dieu le Père."

BONNE ASCENSION PERSONNELLE !
Soyez béni-e. Aimez toujours la vérité. Soyez sauvé-e.  

Repost 0
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 20:45



Croire Dieu sur Parole
est plus déterminant de réussites que seulement croire qu'il existe.
"Faute de connaissance, mon peuple dépérit." Livre du prophète Osée

 

Suite de 1/2 ici
On est comme en temps de guerre où les maisons peuvent soudain s'écrouler - à côté de nous, ou sur nous. Où quelque chose peut nous péter dans la tête ou au coeur avant qu'on ait réalisé ce qui nous arrive.
A-t-on été averti du danger ou de l'imminence d'une attaque ou d'une autre ? Certainement, mais on n'y a pas fait attention. Pourtant cela a été dit et répéter : On EST en guerre ! cf. encore l'état d'urgence !...

Mais jusque-là on n'a pas cru que les avertissements existent, parce qu'on ne croit plus selon le fil intelligent des causalités. Rendus hagards par l'athéisme prégnant, on croit seulement un peu en l'homme mortel et au non-sens de notre existence. On croit comme Sartre, d'autant plus absurdement qu'on ne sait pas,
- que tout n'est qu'existences aléatoires, chanceuses ou pas,
- et ensuite, quant à l'essence, qu'il s'agit de ce qui est possiblement imaginable (comme sens, concept ou solution), à inventer donc...

Or aujourd'hui, par la raison ou les sciences, il est bien plus que probable que le contraire, qu'il y a un Dieu aux origines de l'univers, et encore qui en suit les mouvements. Pour beaucoup de gens honnêtes qui en font l'expérience, comme c'est mon cas, il est clair que Dieu EST.
Dans ce sens-là, on peut observer que l'essence (le sens, la raison, la cause, l'information du pourquoi des choses organisées, complexes et fonctionnelles) précède leur existence (réalisation).
Le sens relie l'essence (la pensée conceptrice) à l'existence (qu'on voit ou entend). Si on inverse, on perd le sens, et notre emprise essentielle sur le monde...

La connectique nous enseigne l'importance du link, des liens, parmi et sur la réalité et les mouvements des choses ou de nos personnes... Et c'est ainsi que Dieu aussi parle : Sa (ses) Parole(s) sont du lien essenCiel entre lui et nous (comme on a découvert "la singularité initiale" entre l'acte appelé Big-bang et son Concepteur). Par la pensée, par l'intuition, par des écritures, des songes, visions... Dieu enseigne et/ou avertit.

Et Dieu n'avertit pas pour qu'on ait peur et qu'on s'affole, qu'on se suicide. Mais pour que nous cherchions comment nous mettre sous sa protection. Ne nous leurrons pas sur ce que de nouveaux ministres peuvent faire pour nous. Sauf qu'ils voient soudain qui est le véritable ennemi qui nous secoue, nous ébranle et met en guerre, qui nous combat tous - non pas le chômage ou l'immigration, ni le FN ou François Fillon... Non, l'ennemi bicéphale que nous avons chacun à combattre ! La Bible les dénonce ici et . Seulement nos politiques - comme nous-mêmes - lisent-ils ce Livre... comme leurs pères européens ou américains l'ont fait ?

Par exemple
Jean Jaurès (XIX-XXe, avant qu'il laisse sa foi être absorbée par le socialisme) "La Bible est le livre qui fait bondir la tête et le coeur des hommes, tressaillir les collines. C’est le livre des sursauts, des images grandioses et tragiques."

William Gladstone (1er ministre britannique de la fin du XIXe) "J’ai connu 95 des plus grands hommes du monde de mon époque, et 87 d’entre eux étaient attachés à la Bible. La Bible est frappée d’un sceau de garantie d’origine. Tout le bien du Sauveur du monde nous est communiqué par ce livre."

Robert Kemp (académicien XXe) "L’importance de la Bible est évidente. Son ignorance creuse un abîme dans la culture... Je veux la Bible pour tout homme désireux d’étendre ses connaissances, de réfléchir sur sa condition et de goûter la beauté des pensées de Jésus."

Comte Axel Oxenstierna (homme d’Etat suédois du XVIIe) "J’ai fait beaucoup d’expériences dans ce monde et jouit de bien des heures agréables; mais en vérité, je n’ai appris que maintenant ce que c’est d’être heureux et joyeux. Je remercie mon Dieu qui m’accorde encore du temps pour apprendre à Le connaître et à me connaître moi-même. La connaissance de l’amour de Dieu par la lecture de ce merveilleux livre a plus de valeur pour mon coeur que tout ce que le monde peut m’offrir."

Jean Gutenberg (XVe - inventeur de l’imprimerie à cause de la Bible, 1er de tous les livres imprimés) "Dieu souffre parce qu’une grande multitude ne peut être atteinte par la Parole Sacrée; la vérité est captive dans un petit nombre de manuscrits qui renferment des trésors. Brisons le sceau qui les lie, donnons des ailes à la vérité. Qu’ils ne soient plus manuscrits à grands frais, par des mains qui se fatiguent, mais qu’ils volent, multipliés par une machine infatigable, et qu’ils atteignent tous les hommes !"

Victor Hugo (XIXe, écrivain et homme politiquee) "Sachez que le livre le plus philosophique, le plus populaire, le plus éternel, c’est l’Ecriture Sainte. Ensemencez les campagnes d’Evangiles! Une Bible par cabane !"

Alphonse de Lamartine (XIXe, homme politique et poète)
Pour les poètes, un poème sur la création

Etc, etc...

ALORS MAINTENANT ENCORE DES NOUVELLES RÉFORMES !?
Moi Président, je parlerai sur

> LA MORALISATION DE LA VIE POLITIQUE... ET LA MORALE PERSONNELLE !
Pour un retour (ou une vraie avancée pour ceux qui n'ont jamais connu) à la Morale Objective. Parce que le Créateur de toutes choses a posé une fois pour toutes (il y a déjà 3 500 ans) 10 points (appelés Les 10 Commandements) comme socle bénéfique de nos existences et à nos relations :
- Aimer Dieu - lui-même et non quelques images ou représentations religieuses qui nous en sont proposées - ;
- Ne pas parler de Lui pour ne rien dire (Galilée "C'est notre grande maladie de parler pour ne rien voir.") ;
- Se reposer un jour par semaine - pour un vrai break et pour s'approcher de Dieu - ;
-
Honorer son père et sa mère afin que nos jours se prolongent et qu'on sois heureux ;
- Ne pas commettre de meurtre ;
- Ne pas commettre d'adultère ;
- Ne pas voler ;
- Ne pas faire de faux-témoignages ;
- Ne pas convoiter la femme et tous les biens de son prochain. Mais désirer son bien.

On peut ajouter, Arrêter de trafiquer avec tout ce qui est occulte (esprits, revenants, apparitions, spiritisme...) - car vous ne réalisez même pas qu'on se met ainsi inévitablement à la portée des démons trompeurs et méchants qui veulent votre perte éternelle.

> LE TRAVAIL
Président je dirais que le chômage doit questionner aussi notre responsabilité personnelle ! Car les crises et toutes sortes de malheurs sévères nous arrivent-ils seulement par hasard ? Par la faute à Pas-de-chance !? Pourquoi je suis au mauvais endroit au mauvais moment (comme ce fut le cas pour mon accident) ?

Un peu de rationalité ! pour ne plus voir seulement globalement la problématique du travail comme une calamité sans cause, mais comme résultant, au cas par cas, de nos propres fautes de comportements qui s'additionnent. D'où jugement qui tombent par exemple sur des patrons cupides ou des gérants peu capables ou vertueux, tels exploiteurs plus qu'humains, ou d'autres trop "humains" quand il s'agit d'évoquer ou solliciter la sexualité...
Et donc peut-être bien aussi des malveillances similaires chez les salariés ! Avec l'employé-e qui sort des fournitures de bureau ; l'ouvrier qui soustrait du matériel ou des produits de sa boîte. Cela s'appelle vol, rapine, larcin, abus, traitrise... ce qu'enseignent les bonnes vieilles fables morales - qu'on a cessé de nous apprendre à l'école : Qui vole un oeuf vole un boeuf !
Profit indu de la sécu ou d'autres choses (ça peut être fraude, arrêt abusif, fausse déclaration, mensonge, détournement...). Avec encore peut-être l'entretien d'un esprit de contradiction ou du mécontentement permanent (participant-e et soumis-e mais à contre-coeur). Soit des relations professionnelles troubles, polluées, tendues, qui nuisent à notre santé et à tout ce qui touche à "notre" entreprise, et jusque dans nos familles et jusqu'à rendre visible la gangrène au plan sociétal.

(Nous) a-t-on appris à être satisfaction d'avoir un emploi, à être reconnaissant, à trouver du plaisir même dans ce qu'on nous dit être des "sots métiers" : "Il n'y a pas de sots métiers" ! Etc, etc...
Est-ce que je parle d'une vue de l'esprit théorique, ou de faits que vous connaissez au plus près de vous ?...

Le roi Salomon (dit l'Ecclésiaste) écrivit "Voici ce que j'ai vu : c'est pour l'homme une chose bonne et belle de manger et de boire, et de jouir du bien-être au milieu de tout le travail qu'il fait sous le soleil, pendant le nombre des jours de vie que Dieu lui a donnés ; car c'est là sa part.19 Mais, si Dieu a donné à un homme des richesses et des biens, s'il l'a rendu maître d'en manger, d'en prendre sa part, et de se réjouir au milieu de son travail, c'est là un don de Dieu."

Dieu ne refuse jamais ses bienfaits sans raison. S'il est l'initiateur du bonheur par le - et dans le - travail (Prov. 12), il "suffit" de chercher pourquoi cette loi parfois cesse de jouer.
Un médecin ne fait normalement pas d'ordonnances avant ou sans diagnostics corrects ! Sinon on va mettre de la pommade contre un cancer, ou opérer une tête agacée par des poux !...
C'est pourquoi aussi il est écrit "C'est une grande source de gain que la piété avec le contentement." et encore "Quand il n'y a pas de révélation, le peuple est sans frein ; Heureux s'il observe la loi !" - Job 12.

SUJET SENSIBLE !?
Vus sous cette angle - pas "en étant dans la lune" mais du plus haut des Cieux -, le chômage et le travail deviennent un sujet plus sensible encore. Et quand on n'a pas le Concepteur des choses et des êtres, et ses lumières avec nous, le traitement des sujets sensibles n'a guère de chances de succès. Quinquennat confirme !

Et donc, quand finalement résultent d'un cumul de fautes (morales plus que professionnelles) des maux de dos ou de tête lancinants à insupportables, des nausées, pressions et tensions à péter les plombs, pénurie de travail, grèves récurrentes, délocalisations, accident ou maladie, licenciements, liquidations d'entreprises pandémiques, révoltes, casses, crises... ne laissent pas en paix. Mais ce "syndrome de ruptures" activé réveille-t-il pour autant - un peu, beaucoup... pas du tout !?... Attention de ne pas en arriver là !

Alors, les bonnes solutions ?
- l'appel à) la repentance,
- la confession des fautes avec demande de pardon,
- le renoncement à nos avantages injustes,
- la volonté d'une existence qui plaise à Dieu...****

Concernant nos décisions et comportements, l'impertinence (dans les 2 sens du mot) est un de ces graves effets qui viennent,
- d'un étage au-dessus, de l'idéologie-évolutionniste-néo-darwinienne prise pour socle de la connaissance du Réel,
     - qui réduit le monde à ce qui se mesure, se compte, est matériel ;
     - qui substitue à Dieu et aux causalités véritables les concepts non-scientifiques (absurdes !?) de hasards infinis, de sélections naturelles (sophisme) ou encore de mutations positives (inexistantes),
- et d'un étage encore plus haut, de démons malins que nous écoutons bien trop souvent, ne serait-ce que parce qu'on n'a pas appris qu'il y a 4 sources d'où proviennent toutes nos pensées, intuitions, nouveautés, concepts, slogans...

Président ou ministre, je repousserais donc cette couverture d'ignorance et de méconnaissance du Réel qui plombent notre entendement, notre paix intérieure et notre bien-vivre ensemble, si ce n'est encore nos allées et venues.
Car toutes nos injustices - qu'on voit plus facilement chez les autres qu'on a envie de les considérer chez nous -, conduisent à nous diviser - ou mal assembler - ; à nous avilir - ou élever dans une gloire factice éphémère - ; et à nous déresponsabiliser dramatiquement - tout en nous culpabilisant - pour, au final, mieux s'approprier nos personnes et après la mort physique nos âmes...

 > ÉDUCATION : Comment être content-e et rayonnant-e (sans produits, sans béquilles), quand on est (subtilement, à notre insu) fondé (conditionné et animé)
- comme si on était seulement vie animale (ce que défend l'évolutionnisme), c'est-à-dire seulement fait d'un corps et d'une âme ?... alors que Dieu nous a créés, par exception, à son  image, réalité unique tri-unitaire, faite d'un corps, une âme et un esprit !
"Connais-toi toi-même et tu connaitras l'univers" disait Socrate. Faute d'une juste connaissance de soi, on centre de plus en plus l'enfant sur son corps, son look... et jusqu'à de "drôles de plaisirs" qu'on veut les aider à expérimenter !!!

Pour voir l'humain comme Rousseau ("L'homme est naturellement bon, c'est seulement son environnement qui le corrompt" - rousseauisme), on n'éduque plus les enfants, on les laisse livrés à leurs instincts, à leur héritage psychique (adamique, c'est-à-dire dénaturé, problématique), qui, il est vrai existent, puisqu'on n'a pas besoin d'apprentissage pour commencer à se battre, pour mentir, envier, voler...
Pas étonnant qu'on arrive naturellement très vite et en masse à des ego intraitables, difficilement enseignables, qui se plaisent dans la confrontation, in fine c'est la lutte fratricide des classes ou/avec des fêtes désinhibées) !

S'il faut une réforme de l'Éducation - ah que oui ! -, il faut peut-être donner à lire aux lycéens*** le petit livre de Maurice DRUON (résistant, écrivain, ministre, académicien...) "La France aux ordres d'un cadavre" (disponible déjà depuis 2000, mais peu popularisé - et pourquoi, malgré qui est l'auteur ?...).

Et bien sûr pour une vraie réforme, redonner à la Bible - dont les enseignements fondamentaux sont intemporels - la place qu'elle avait dans les écoles encore au XIXe siècle... Parce qu'avec sa disparition
- a disparu au minimum la Leçon de morale qui ouvrait la journée de classe,
- puis s'est perdu du sens, pour diverses abstractions, souvent absurdes, ubuesques plus qu'instructives de ce qu'est la vie et de comment se bâtir en société,
- et de détricotage en détricotage, on est arrivés à plus aucun respect des autorités (parents, gendarmes, enseignants, police, juge, gouvernement, pays...).
Et certes, "On récolte ce qu'on sème", et parfois semer de l'ivraie au lieu du bon blé, ou semer de mauvais vents, c'est s'exposer à récolter des tempêtes.

Et si ce nouveau gouvernement Edouard Philippe sera comme les autres sur les raisons de nos problématiques majeures, on n'est pas encore empêchés de donner à nos enfants ou petits-enfants - quand ce n'est pas aussi à nous-même - un fondement qui leur permettra de traverser les temps difficiles qui sont déjà et arrivent vite, en étant le mieux ancrés possible.
"Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits.18 Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits.19 Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu.20 C'est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez.21 Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n'entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux.22 Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé par ton nom ? n'avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ?23 Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité.24 C'est pourquoi, quiconque entend ces paroles que je dis et les met en pratique, sera semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc.25 La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont jetés contre cette maison : elle n'est point tombée, parce qu'elle était fondée sur le roc.26 Mais quiconque entend ces paroles que je dis, et ne les met pas en pratique, sera semblable à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable.27 La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et ont battu cette maison : elle est tombée, et sa ruine a été grande.28 Après que Jésus eut achevé ces discours, la foule fut frappée de sa doctrine ;29 car il enseignait comme ayant autorité, et non pas comme leurs scribes.

 

Liberté - Égalité- Fraternité sont des idéaux très imprécis et ne peuvent être des valeurs... Espérons que de plus en plus s'en rendent compte pour chercher à intégrer les vraies valeurs pour le soi et pour le nous.

Voyez, ce n'est pas difficile en fait de trouver non seulement où le bât blesse - et salit, et casse, et désorganise, et tue... mais aussi comment y remédier : car avec la connaissance des éléments de la loi morale permanente telle que nous la livre le livre le plus imprimé et accessible au monde (la Bible), Dieu nous offre aussi le moyen de remédier à nos fautes, à nos égarements, à nos déviances, à nos insuffisances... : Sa grâce, en lieu et place de ses jugements, obtenue et saisissable par la foi en Jésus le Christ.
"Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation. 20 Nous faisons donc les fonctions d'ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous ; nous vous en supplions au nom de Christ : Soyez réconciliés avec Dieu !21 Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu."

D'où la Bonne Nouvelle dont peuvent bénéficier ceux qui croient ainsi :
"Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés,5 nous qui étions morts (spirituellement) par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c'est par grâce que vous êtes sauvés) ;6 il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus Christ,7 afin de montrer dans les siècles à venir l'infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus Christ.8 Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu.9 Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie."

À QUAND LE DERNIER TOUR DE LA DÉMOCRATIE !?
S'il ne reste plus en juin assez de votants en état de résistance face à l'orientation mondialiste qui veut s'imposer aux gouvernements des hommes les plus influents, on sera tous démocratiquement rendus plus que jamais des sans-dents - ou des méchants qui ne comprennent rien à la fête qui arrive -, qui ne savent pas mordre, à cause de caries réactionnaires, à pleines incisives dans le progrès universel... 

"Jésus leur parla de nouveau, et dit : Je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie."

"La lumière se lève dans les ténèbres pour les hommes droits, Pour celui qui est miséricordieux, compatissant et juste."

Psychiquement (dans notre compréhension du monde réel), on peut être en marche sous un soleil qui éclaire nos pensées et nos choix, comme on peut aussi agir étant dans la nuit : ténèbres de notre ignorance des fondamentaux
- dont Dieu,
- la domination du péché et encore des mauvais esprits (c'est en corrélation),
- et la rédemption qui réveille d'entre les morts et insère dans le Réel ici maintenant et éternellement, de la meilleure manière possible.

Soyez béni-e, effectivement, de Dieu.
_______________
*** Le mot lycée viendrait du gymnase situé au nord-est d'Athènes où enseignait Aristote, dans un coin où rodaient des lycos ou lyceon (des loups).  

**** La Bible emploie le mot "péché" pour dire ce qui est mal. Étymologiquement, il signifie "manquer la cible"... du bien. Passer à côté du meilleur pour nous, donc.
Le Dieu de la Bible ne distingue pas entre les fautes, "Car quiconque observe toute la loi, mais pèche contre un seul commandement, devient coupable de tous.", cela à cause de sa Sainteté (la moindre faute nous séparant de lui), et parce que dans tous les cas il peut et veut toujours accorder son pardon aux coeurs repentants. Quelle grâce de le savoir, et de savoir en bénéficier. C'est de l'ordre du surendettement : car ajouter fautes à péchés, offenses à injustices, sans jamais remettre le compteur à zéro, c'est s'alourdir l'existence de manière insensée - alors que Jésus a tout payé ! (lisez ce chapitre si vous ne le savez pas).

Repost 0
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 15:01

Faire de la nouveauté avec de l'ancien qui court depuis déjà longtemps : "Il n'y a rien de nouveau sous le soleil."

 

La densité et la fébrilité de l'escorte du nouveau Président traversant Paris hier soir pour rejoindre le Louvre, sont-ils le premier signe d'une situation nouvelle qui ne va guère changer l'état général du pays, qui est un "état d'urgence" !?

Qui peut imaginer la pression qui tombe d'un coup sur un tel chef d'État ? Il se trouve soudain pris dans une tenaille
- entre une population insatisfaite qui fonde en lui ses espoirs de bien-être ou de survie,
- et une hiérarchie qui a travaillé à porter par lui un projet qu'il a fait sien.

Qu'est cette hiérarchie ?
- On a tous entendu parler de financiers, milliardaires, de "grands groupes", de lobbies aux idées souvent bien arrêtées et qui montent à la surface plus qu'on ne voit quels sont leurs visages.

Et là, dans la réussite, vous vous trouvez plus que jamais uni avec eux,
- d'un côté une masse (hétérogène ou hétéroclite) de populations qui attend,
- et de l'autre une minorité de "grandes personnes" qui ont misé sur vous, et qui attendent aussi... maintenant - et parfois très vite, parce qu'elles aussi sont des mortels, qui vieillissent et/ou qui sont malades... - leur retour sur investissement.

Et puis, on l'oublie ou on ne le sait pas, dans la transversalité du Réel, il y a, dans la hauteur de leur ciel ténébreux (2e ciel) ou encore se mouvant sur terre, la réalité d'esprits maléfiques, d'anges sortis du projet pourtant infini de Dieu le Créateur, des démons donc, surexcités, qui exultent, éructent, fulminent, se querellent.
Et leurs influences et leur autorité se répandent et descendent ou vont descendre encore sur la terre... selon la force dont on les aura dotés par le "je" de nos bulletins de vote, par le "jeu" de la démocratie.

Parce que monsieur Macron comme madame Le Pen ou monsieur Fillon, et chacun-e de nous, nous sommes d'abord des pécheurs devant Celui qui est, encore un niveau plus haut, au-dessus de tout (3e Ciel ou cieux de Dieu) !
"Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu."

Des pécheurs, des pécheresses, des transgresseurs des lois de la création, tous des créatures abimées, essentiellement soumises à des insuffisances, à la culpabilité, et sous des poids de condamnation... tant que nous n'avons pas reçu de la part de ce Dieu Souverain le pardon de nos fautes et offenses.

"Car le salaire du péché, c'est la mort..." :
- Mort spirituelle premièrement (= séparation d'avec Dieu, incrédulité, athéisme), qui comprend obscurité quant aux réalités et pensées de Dieu et de Satan, faiblesses d'esprit face aux problèmes incontournables...
- capacités psychiques vives mais amoindries, retenues, qui ne peuvent et ne pourront pas être libérées au service du Bien (malgré toute notre bonne volonté, malgré notre volonté humaniste),
- et au final mort physique, où du corps véhicule/tente se détache notre âme - le coeur de notre moi-je vivant, le disque dur de notre existant - pour où ?

     - soit pour le séjour des morts (provisoire mais très long) si on part d'ici sans être entré dans une relation personnelle avec Dieu,
     - soit pour entrer plus pleinement en Dieu - en Christ, dit la Bible, car c'est par le Christ Jésus et la foi en sa mort pour nous et en sa résurrection, que nous sommes réunis à l'éternité divine : "Jésus est La pierre rejetée par vous qui bâtissez, Et qui est devenue la principale de l'angle. 12 Il n'y a de salut en aucun autre ; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés."

CIEUX ET TERRE NE SONT JAMAIS SÉPARÉS
Donc nous vivons avec, ici et là,
- les mauvais esprits qui n'aspirent toujours plus qu'à dominer une bonne fois tout le genre humain, et avec
- Dieu, oui aussi, et même dans des élections démocratiques !
Le spirituel n'est jamais évincé de notre matérialité ! Et s'il n'est pas d'ordre divin, il est de l'ordre de l'occulte déchu, avec qui "ça craint".

C'est pourquoi des milliers de chrétiens ont prié - et jeûné - afin que le résultat de cette élection soit le meilleur pour nous.
Le meilleur ne veut pas forcément dire redressement économique de la France, fin des crises, fête des plaisirs... Mais ce sera des situations, circonstances et événements qui contribueront au mieux à permettre au plus grand nombre de trouver en Dieu par Jésus-Christ et son Divin Esprit, ce que ni un nouveau Président, ni des aides sociales, ni des médecins ou des psy, ni des croyances religieuses ou superstitieuses ou autres techniques ou produits d'apaisement... ne parviendront jamais à leur - à nous - procurer.

C'est en ce sens que, même si on avait pensé une autre séquence du scénario, expression plus directe de la grâce divine, on est maintenant face au mieux pour nous. Pas forcément pour notre porte-feuille, pouvoir d'achat, sécurité immédiate ou liberté d'expression ou même liberté de circulation...
Mais pour notre découverte ou retrouvaille avec le Dieu notre Créateur. Parce que - qu'on le sache ou pas Dieu le sait et y travaille - c'est là notre essentiel : la possible éternisation bienheureuse de notre âme, notre accès à vivre éternellement une autre création que celle-ci, dans le Bien et sans Mal.
Ce qui est et va être
   - l'expression la plus inouïe de l'amour et de la puissance de Dieu envers la terre habitée...,
   - et le fruit de la foi, de l'espérance et de l'amour envers Dieu et son prochain, de quiconque aura cru pour échapper aux temps très très difficiles qui sont encore à venir (On n'est encore qu'au chapitre 9 du livre biblique qu'est l'Apocalypse).

TOUT EST BIEN* !?
Tout est bien :
- pour les convaincus - notamment des jeunes - enthousiastes du pouvoir macronien comme d'un Graal qu'ils auraient saisi...
- peut-être pour le Président encore sans toutes les pressions (dont l'ivresse) de l'exercice du pouvoir...
- et pour les chrétiens qui savent que Dieu est aussi de toutes les turbulences, des souffles ascensionnels qui portent jusqu'où l'oxygène manque pour vivre encore, jusqu'où le froid devient mortel, ou encore quand s'ouvrent des cratères de bombes ou se répandent comme la peste des éclats mêlés de toutes sortes de maux....
Tout est bien, car toujours c'est le seul vrai Dieu - amour, justice, vérité et grâce - qui a tout en contrôle et peut orienter ce qui va suivre dans le sens du bien (de sa grâce), comme dans le sens du mal (de la justice en forme de jugements),
- selon nos comportements et choix (personnels et/ou collectifs),
- et selon les opportunités qu'on laissera ou qu'il créera pour nous rejoindre bien davantage dans nos épreuves. Car nos afflictions du moment présent produisent pour nous, au delà de toute mesure, un poids éternel de gloire... si nous regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles ; car les choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles..

Et donc même si c'est Satan, le chef des anges déchus de nationalité divine, qui fait avancer son désir farouche de mondialisation, d'un unique gouvernement qu'il tienne bien sous sa main velours-et-fer, en dernier ressort, c'est Dieu qui aura le dernier mot. Avec lui seul : "Tout est bien qui finit bien."

Si donc
- François Fillon n'a pas pu devenir la pédale de frein de ce mouvement planétaire centripète et sens prophétisé de l'Histoire - qui ne pourra se faire et tenir que par voie totalitaire** - ;
- ni Marine Le Pen n'a eu le droit de saisir le frein à main - comme il a été donné aux britishs et à D. Trump -,
Dieu saura se servir de tout, tous maux compris, pour faire tourner à sa gloire dans un nombre croissant de coeurs humains, la réalité de qui il est et du bonheur qu'il veut partager avec nous.

Ainsi, c'est bien Lui - et que les chrétiens dépités aussi le comprennent - qui a répondu en sous-main de la démocratie aux prières de ceux qui ont dit : Notre Père qui est aux cieux, que ta volonté soit faite sur la terre - et plus spécifiquement dans cette élection -, car c'est à Toi qu'appartiennent - malgré les apparences - le règne, le pouvoir d'orienter les coeurs, la puissance et la gloire. Amen.

DÉMONS LIBÉRÉS = PERCEPTION ACCRUE DU RÉEL
Il y a ce que Dieu permet et ce qu'il veut. Seule sa bénédiction n'est suivie d'aucun effet secondaire qui l'étouffe. Dans tous les cas, Dieu est capable d'accorder des bénédictions par ricochets, de tourner du mal en bien, de venir faire grâce aux pécheurs, individuellement ou familialement, ou par petits groupes : c'est tout le sens de sa rédemption, le pourquoi de la mort sacrificielle de Jésus, comme il est écrit ici.

DES CONTINUITÉS CONNUES ET INCONNUES
Monsieur Macron et son épouse entrant dans l'Élysée vont s'installer dans les espaces occupés par son prédécesseur... et tout ce qu'il y a fait ! Et ce n'est pas parce que monsieur Hollande en sort, que "tout le monde influent" le suit (je ne parle pas des personnels domestiques).
Ainsi, surtout faute de (le) savoir, se cumule dans ce lieu comme possiblement dans n'importe quelle maison, certainement plus d'une présence, plus d'un esprit malin, qui ne se privera ou ne se priveront pas de jouer de leur droit acquis pour influencer ou imposer leur autorité, et cela jusque dans leur propre intimité...

Parallèlement, que le jeune élève ait maintenant bien dépassé son épouse de professeur, ne va pas être une chose psychologiquement facile à gérer entre eux. Il faut vraiment que l'amour soit réel et fort, et les personnalités capables de sacrifices pas évidents, pour supporter un relationnel empreint de ce genre de passé décalé.

On n'a donc pas fini à mon avis de voir "des affaires" ou des coups d'éclats, car, c'est aussi une loi spirituelle, qu'on est chacun mesuré avec la mesure dont on mesure les autres.

Pour l'heure, il reste à attendre le 3e tour, les Législatives où toutes les cartes maîtresses font pouvoir être remises en attribution. À partir de ce résultat on verra mieux à quelle heure nous sommes du compte à rebours qui égrène en année les dernières minutes où vont paraître les termes clairs et/ou ambigus (selon notre lumière personnelle) de la transition entre l'ère christique de la grâce (ces 2 000 dernières années) et son ère judiciaire et restaurateur... qui arrivera aussi certainement que subsistent les saisons.

Bref, désirons déjà, pour nous-même, une vraie (re)prise en mains divines de vos insuffisances, de notre implacable faillite existentielle, de notre misère fondamentale, de notre bipolarité et incrédulité patente ou latente... de tout ce qui est irréductible... sans Christ.
"Car Christ est la fin de la loi (des religions et des efforts personnels pour être quelqu'un de bien), pour la justification de tous ceux qui croient."

Bien cordialement. Soyez encore béni-e.

un chant d'à propos

__________
* all is well en chant

** J'en ai déjà parlé et on en reparlera et cela se comprend tellement de mieux en mieux : Comment parvenir à une unité fondamentale (dite pensée unique) du genre humain, avec des êtres aussi disparates et munis d'un ego-moi-je toujours plus sûr de lui et intransigeant... D'autant que cela ne peut espérer se mettre en oeuvre que parmi les espaces les plus riches (naturellement et/ou industriellement). (Et la Bible semble particulièrement parler de l'Europe comme coeur de ce système).

Repost 0
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 18:35

ATLÉTICO DE MARINE vs OLYMPIQUE MACRONNAIS
La finale contestée !?

Cela me rappelle la sinistre déchéance de l'Équipe de France
à la Coupe du Monde en Afrique du Sud, après son injuste qualification
sur une main de Thierry Henry :
Prophétique, prémonitoire, et leçon de l'Histoire ?


 

UN FEU ALLUMÉ !?...
Les citoyens que nous sommes sont sous un feu médiatique, plus qu'informés objectivement des projets des candidats et de leur pertinence. Que cela se passe pour Marine Le Pen comme il en a été pour F. Fillon a de quoi faire rejeter ce vote, hisser le vote blanc.
Mais pas forcément le drapeau blanc !

La force et la subjectivité journalistiques ont privé les citoyens de liberté de conscience. En jouant la carte psy de la peur, au lieu d'aider et d'appeler à la réflexion...
Par peur du résultat !?...

Depuis les (récents) développements de la science psychologique (connaissance des mécanismes actifs et réactifs de l'âme), on peut se demander si sa connaissance n'est pas plus utiliser pour manipuler que pour aider ? Dans cette campagne au moins, on a une réponse.

C'est qu'en tout 78,7 % des électeurs inscrits (54,7 % de votants ailleurs que EM ou MLP + 1,78 % de votes blancs + 22,23 % d'abtenus) ne se sont pas prononcés pour le scénario final sorti du chapeau des urnes !
Et beaucoup - influences directes, insinuations appuyées ou autres manoeuvres peu catholiques (comme on dit) - peuvent aujourd'hui encore avoir le sentiment d'être pris au piège d'une démocratie sortie de ses rails.

DÉMOCRATIE, DÉMOCRATIE, QU'EST-CE QUE LA DÉMOCRATIE ?
J'ai déjà dit que la démocratie n'est
- ni un bien en soi (car ses majorités électives sont souvent le vote d'une minorité et de sa morale spécifique),
- ni faite pour durer longtemps (puisque la Bible annonce qu'au temps "de la fin des nations" (comprendre ce que cela signifie qui nous a été prophétisé), c'est un totalitarisme planétaire qui prend (s'empare de) la terre habitée...

Cela s'est avéré avec le traité de Lisbonne : puis avec quelques passages aux forceps 49-3 pour des lois très conséquentes ; ça semble plus vrai que jamais avec ce dernier vote présidentiel éminemment capital.

Tout cela vise - d'En-haut - à ce qu'on prenne conscience de ce qu'est réellement notre condition humaine - de souffrants et de mortels -, de ce qu'est le Réel (tout compris, Dieu et les démons inclus), et encore les temps dans lesquels nous sommes (prophétisés par la Bible et qui prennent consistance jour après jour sous nos yeux).

Alors avoir peur, OUI ! Quel que soit le lauréat des suffrages exprimés. Car les temps sont mauvais, et ce n'est pas un homme - ou une femme - qui va résoudre ou faire fondre... l'insoluble. Donc comme souvent on va faire avec...
Et mon conseil c'est : On va faire avec... en cherchant la paix et la sécurité personnelle, familiale,* que seul le Dieu véritable peut accorder - indépendamment de nos mérites, sur la base de la foi personnelle - plutôt qu'en cherchant du pouvoir d'achat (pour acheter toujours plus d'appareils superflus qui font surtout - et peut-être même pas - le bonheur d'actionnaires et/ou de milliardaires).

Car "C'est, en effet, une grande source de gain que la piété avec le contentement ;"

On pourrait donc moins lutter pour la démocratie, et davantage pour la... domocratie (du latin domus "maison"), c'est-à-dire pour le gouvernement de sa propre maison...

CE QUE SONT LES VRAIES RICHESSES
Votez en conscience, et recherchez les richesses les plus véritables :
- la paix intérieure et la grâce de Dieu qui s'accordent par la foi au Christ Jésus ;
- la libération de la convoitise qui est un vrai fléau de notre coeur ;
- la foi qui met Dieu à la portée de nos prières pour les exhausser ; qui lui permet de nous transformer face au mal, de nous donner la force de tenir dans la vérité et la justice ; et qui nous rend... éternels !

"Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.
17 Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.18 Celui qui croit en lui n'est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.19 Et ce jugement c'est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises.20 Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient dévoilées ;21 mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses oeuvres soient manifestées, parce qu'elles sont faites dans le regard de Dieu."

Soyez béni-e.

(prière-guide de réconciliation avec Dieu)

____________
* Si on veut croire au vivre-ensemble, il faut être lucide : il ne peut que commencer dans nos maisons, dans nos couples, avec nos enfants... Trêve de vue illusionniste !

Repost 0
4 mai 2017 4 04 /05 /mai /2017 07:29

Dans un monde où l'homme pense pouvoir et veut (se) gouverner sans Dieu, le mensonge est une valeur.
Sinon pourquoi s'en servirait-on dans toutes les sauces ?

Il y a le mensonge direct, formulé avec aplomb, de type "ministre délégué chargé du Budget" - ce n'est pas que celui-ci soit plus pécheur* que les autres, mais c'est un cas d'école clair et connu du plus grand nombre ;
et il y a la tromperie plus sophistiquée, où on esquive les questions, où on reste vague avec emphase, où on dit autre chose que le fond de sa pensée et de ses motivations, où on séduit, où on noie le poisson...

Le mensonge (la menterie disent les canadiens - c'est pas mieux) est une des expressions du libre-arbitre**.

Il est écrit dans le livre-arbitre (la Bible) que c'est une des causes (raisons, origines), petites mais majeures, du mal. Pourquoi ? Parce que mentir sans souci de moralité, sans distinction du bien et du mal, c'est emprunter à l'inventeur du mensonge, c'est faire de nous ses fils, ses filles ! Jésus, autorité éternellement compétente,  l'a dit ainsi : "Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu'il n'y a pas de vérité en lui. Lorsqu'il profère le mensonge, il parle de son propre fonds ; car il est menteur et le père du mensonge.45 Et moi, parce que je dis la vérité, vous ne me croyez pas.46 Qui de vous me convaincra de péché ? Si je dis la vérité, pourquoi ne me croyez-vous pas ?47 Celui qui est de Dieu, écoute les paroles de Dieu ; vous n'écoutez pas, parce que vous n'êtes pas de Dieu.
Ces mots s'adressaient à des religieux. Ils s'adressent toujours à eux, et de la même façon à des politiques... et à chacun de nous.

"Nous avons proféré la violence et la révolte, Conçu et médité dans le coeur des paroles de mensonge ;14 Et la délivrance s'est retirée, Et le salut se tient éloigné ; Car la vérité trébuche sur la place publique, Et la droiture ne peut approcher.15 La vérité a disparu, Et celui qui s'éloigne du mal est dépouillé. -L'Éternel voit, d'un regard indigné, Qu'il n'y a plus de droiture,"

Qui donc à raison, de la Bible qui nous incite - pour notre bien (personnel et collectif) - à ne pas mentir, ou d'une culture sociétale qui n'aborde pas la question du mensonge, accordant par là (aussi) aux esprits mauvais de la dimension spirituelle à dominer sur nous ? 

Ajouter dans ce débat du 3 mai 2017 une bonne dose de médisance, un saupoudrage de mesures - qui ne pourront être tenues par personne -, trois louches d'ego - bio, peu vierges mais de première pression (à chaud comme à froid), et on a déjà l'image de la courbe, non seulement du chômage mais de la paix et du bonheur qu'un (tel) État ou association européenne peut apporter à ses populations.

 

DÉMOCRATIE ET CONFIANCE... EN QUI ?
Dans cette démocratie, outre qu'elle en est de moins en moins une, c'est aux futurs votants à aller à la pêche*, sur internet ou on ne sait pas où, aux vérifications, aux informations exactes, au vrai contenu des dossiers débattus, si, d'aventure, on a encore la volonté de savoir qui dit vrai et qui dit faux !

C'est par là toute la question de la confiance - = foi reposante en qui on se confie -, qui est soulevée. Comment voter quand on n'a plus de conviction véritable - sauf inféodation béate à son candidat-idole ?
Voter par défaut, contre sa conscience, "en se pinçant le nez" comme j'ai entendu un politique le dire !? Outre que toutes nos convictions ne sont pas forcément justes, "agir sans conviction c'est péché, dit la Bible !
Donc de toutes parts on est perdus !
On va être gouvernés par des ordonnances, de type médical, faite par un médecin qui, ne voyant guère que des symptômes, ne connaît pas le mal qui frappe le pays et ses populations. Par un médecin qui s'impose plus qu'on ne le choisit et ne lui fera véritablement confiance.

On est faits comme des rats dans une souricière !
Parce qu'on ne s'est pas souciés nous-mêmes de la vérité et du mensonge.
Parce qu'on a préféré suivre des voies plaisantes, jouir immédiatement plutôt que de résister au mal. Parce qu'on s'est laissés aveugler - à l'encontre de nos capacités d'observation et de réflexion.
Parce qu'on a abandonné Dieu, pour ceux qui avaient eu une instruction religieuse, au lieu de le chercher au-delà, voire malgré telle religion (ou toutes les religions) qui nous cache(nt) sa face (autant que nos propres péchés).

TOUS PERDUS !
J'ai été cet apostat qui, à l'adolescence, a préféré le discours matérialiste séduisant d'un prof de philo plutôt que de vouloir approfondir la foi déjà vivante en moi qui me permettait de voir des réponses à mes prières.
J'ai été ce pécheur qui, plus tard, malgré son retour à la croyance et toute ma bonne volonté pour servir Dieu, n'avait pas la force en lui-même pour marcher dans la bonne spiritualité ou même pour résister à quelques tentations basiques. Car il faut recevoir Dieu (Christ) en nous-même comme force de bien et de vie amplifiée...

C'est qu'on est tous perdus ! Sans exception aucune ! Seul Jésus a marché dans notre monde malade, souillé, corrompu, sans faillir en rien. On ait pris la démocratie pour un bon concept - alors que ce n'est qu'un concept envisageable, ni bon ni mauvais en soi. Et dès lors, comme en tout, ce qui peut être bon pouvant aussi être mauvais, le suffrage universel s'avère un leurre - de plus -, un moyen au service des plus intelligents, mais pas des plus nombreux.
Parce que c'est nous-même qui faisons que même la meilleure nourriture peut devenir un problème énorme, quand on se laisse prendre par la boulimie (quand un plaisir excessif de manger est relayé par un démon qui vient se greffer sur notre psychisme et/ou estomac).
Parce que ce sont des hommes (et quelques femmes) de notre Occident atteint et élevé par les bénédictions christiques, qui ont choisi de "jeter le bébé avec les eaux sales de son bain" - de se cacher de Dieu en évacuant le fait religieux et Dieu lui-même de l'avant-scène des nations.

Et donc les heurts chaotiques qui ne peuvent que suivre l'apostasie ou l'incrédulité des uns, et la religiosité non éclairée d'autres, sont déjà là, dont la finale de cette élection présidentielle. On parle à juste titre d'un vote qui va s'écrire dans l'Histoire, en ce qu'il ne peut plus constituer, comme aux USA, qu'un coup de frein à main tiré contre la mondialisation en marche, ou un pied plus lourd encore sur la pédale d'accélérateur d'un dit "ordre" mondial nouveau qui vient - dont la Bible nous informe depuis longtemps...

ALORS LA FOI !
Il reste la foi, qui toujours n'est efficace qu'étant personnelle. La foi car on a des promesses de Dieu pour les temps difficiles que constituent "le temps de la fin des nations" dont on est avertis, et qui s'opèrent sous nos yeux au jour le jour.

La vraie foi - celle qui met en contact avec Dieu et lui permet de nous accompagner ou couvrir de ses grâces jusqu'au coeur de nos problèmes -  consiste non pas seulement à croire qu'il y a un Dieu qui existe, mais à croire Dieu sur parole. Quand on ne peut plus faire confiance aux humains, on peut placer notre confiance en ce Dieu unique
- qui se révèle à notre coeur quand il est purifié (moyen), de son Esprit à notre esprit,
- qui se voit par ses réponses aux prières et diverses autres interventions, selon que les effets montrent leur cause
- et en ce qu'il nous a communiqué via des serviteurs au cours de 1 500 ans (d'où la toute la Bible).

DANS TOUS LES CAS, EN ROUTE VERS L'ESSENTIEL
En ce sens tout ce qui nous arrive est profitable pour nous approcher de Dieu par qui nous pouvons recevoir et le pardon et la paix immédiats, et l'éternisation de notre existence. Maintenant ce problème politique, dans tous les cas ouvert sur l'instabilité ou la déstabilisation, vient s'ajouter à ce que Jésus a dit à propos de la façon dont nous construisons nos maisons (intérieures) : "C'est pourquoi, quiconque entend ces paroles que je dis et les met en pratique, sera semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc.25 La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont jetés contre cette maison : elle n'est point tombée, parce qu'elle était fondée sur le roc.26 Mais quiconque entend ces paroles que je dis, et ne les met pas en pratique, sera semblable à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable.27 La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et ont battu cette maison : elle est tombée, et sa ruine a été grande."  
La sécurité se trouvera donc, si ce n'est pour la société, au moins pour chacun en fonction de son positionnement pesonnel en vis-à-vis du Dieu qui est.  

Shalom. Soyez béni-e.

______________
* Pécheur, péché, pécher (qui n'a rien à voir avec la pêche à la lgne) : C'est ne pas tenir compte des lois divines, commettre des fautes (morales ou contre (la) nature).
Étymologiquement, c'est manquer la cible - en l'occurrence le bonheur éternel que le Créateur veut nous offrir.
C'est se couper de la réalité et des bontés de Dieu. Voire donc un jour de son éternité paradisiaque si on persiste sans chercher et obtenir le pardon de nos fautes.

** Pour ceux à qui ce terme de libre-arbitre est très cher, si y tenir par-dessus tout, c'est pour se vouloir libre de mentir ou autres pratiques qui nous nuisent, libre à eux, mais comme dit A.Huxley "Les faits ne cessent pas d'exister parce qu'on les ignore." Et Dieu non plus.

Repost 0
16 avril 2017 7 16 /04 /avril /2017 12:25


Pâque ! Jésus mort dans la fournaise de la croix,
est ressuscité !
Il peut désormais sauver et réunir
les hommes/femmes/enfants de toutes tribus, de toutes langues :
il est le bon lien, possible, unique, entre JE et US (NOUS).
Il vit éternellement, actuellement sur le trône de Dieu,
avant de revenir - bientôt - sur terre...

suite de l'article ici

Superman, Spiderman, Zorro, Goldorak, L'homme qui tombe à pic... Les personnages héroïques ne manquent pas, sauveurs des faibles ou du monde perdu ou menacé. Juste qu'il s'agit de poupées de cire ou de son, d'images colorisées, virtuelles, d'histoires inventées... Alors qu'avec Jésus on est dans le vrai !

On est dans l'authentique, le vécu à son paroxysme
- en puissance (Il a ressuscité des morts, même en décomposition)
- et en faiblesse (apparente et effective, quand on l'arrête et le crucifie).
On est dans la chair vive, sans cuirasse et sans doublure, dans le sensible jusqu'au sang, dans l'angoisse existentielle et cosmique, dans la douleur la plus véritable et sans morphine.

Fait-on plus de cas de Jésus pour autant ? Étonnant, non !?... Qui s'étonne du deux poids deux mesures ?
N'y a-t-il pas déjà là plus qu'un paradoxe, une interrogation absolue !?...
Pourquoi ne présentons-nous pas Jésus à notre progéniture dans la vérité qu'il est et de ce qu'il a fait ? À notre jeunesse en mal de vivre et en manque de repères, nous offrons des héros de papier ou tout numérique : pourquoi ne faisons-nous pas connaître - aussi, d'abord - Jésus avec enthousiasme, comme le seul héros véritable pour l'humanité ? Lui dont le sacrifice fut pour que nous restions globalement libres.
Pourquoi ne savons-nous pas mieux qu'il a empêché, il y a 2 000 ans, que l'humanité ne soit totalement asservie à Satan et à ses démons via un empire qui se serait développé à toute la terre habitée ?*... Ce qui serait arrivé qu'il avait échoué. Quelle conscience avons-nous de cela ?... Et de ce qui encore arrive* ?...

- C'est de la religion, nous dit-on ! - Bah, Jésus c'est religieux ! C'est pas pour moi, je suis athée !...
Suffit-il qu'on entende dire que la vie et la mort et la résurrection de Jésus sont associées à la religion, pour qu'on se détourne ou pour qu'on soit dégoûté de cet essentiel ?
Religion, le mot épouvantail, qui éloigne de Dieu bien plus qu'il n'en rapproche. Parce qu'on ne sait pas ! Parce qu'on ne sait pas ce qu'est la religion dans la pensée de Dieu ! Même parmi les croyants ! Et alors on amalgame, on coagule !
Mais qui crie, ici comme pour d'autres choses, et à cause de la vérité : Padamalgam ! Arrêtons cet amalgame !**
Quelle autorité ou association aimant la vérité, se soucie de ce qu'on amalgame Dieu et religion, comme si l'une représentait l'Autre ?  Quelle obscurité donc nous environne, au point où nous ne l'apercevons même pas !?

Noël, avec la crèche et les cadeaux - et victuailles et alcools - ; Pâques, avec les oeufs, cloches ou lapins en chocolat ! Et voilà toute l'histoire de ce que Jésus est venu faire sur la terre ! Voilà toute l'oeuvre du diable, quant à la connaissance du fils de Dieu, en occultation ou négation de tout le bien qui pourrait - qui peut potentiellement - nous revenir de cette crucifixion inimitable ! Tout le bien : immédiat, et compris l'éternisation glorieuse de la personne que je suis, que vous êtes, que tu es !

Pendant longtemps pour moi aussi la naissance de Jésus ou Pâques étaient tout au plus des (occasions de) festoyer... voire de faire pire que d'habitude. Et c'est ainsi chez chacun, tant que le voile de l'incrédulité ou de la religiosité nous masque le Réel tel qu'il est (que ce soit même dans la nature, comme dans sa dimension surnaturelle).

C'est pourquoi il faut une vraie révélation, un mouvement de Dieu en notre faveur, pour que soudain on se mette à voir, à entendre, à comprendre comme cela n'a encore jamais été pour nous. Il faut aussi parfois à certains la grâce d'un retour à Dieu, quand on l'a perdu de vue en cours de chemin, parmi les épines ou pierres tranchantes de notre cheminement. Ainsi, à un carrefour ou dans une halte, l'Esprit de Dieu peut se rendre perceptible, peut révéler Jésus, peut réapparaisse.

Car cette histoire millénaire est loin d'être achevée : d'ailleurs elle est sans fin, puisqu'elle ouvre la vie des hommes sur l'éternité de Dieu.
Lecteur nouveau ou ancien, lectrice de même, êtes-vous déjà en lien - spirituel - avec cette vie de résurrection de Jésus, le Christ pour toutes les nations et Mashiah d'Israël qui veut devenir sauveur personnel de tout un chacun ?
Si oui, réjouissez-vous en ! Si non, c'est bien là qu'il ne faut pas remettre à demain ce qui peut se faire le jour même. Ne permettez pas à Satan de vous détourner par une pensée vaine ou un appel futile...

Lien avec l'article précédent, sur le sens de la mort de Jésus.
Chant 1 - chant 2 - chant 3 - chant 4 - chant 5 -

Lecteur, lectrice, soyez tous individuellement sauvés ! C'est ce que Dieu veut, et c'est ma prière : À ce moment-là, il ne dépend plus que de... Qui ?!
Trame de prière
______________
* C'est ce qu'aurait été l'empire romain si Jésus et ses disciples à la suite ne l'avait pas fait tomber - directement par leur résistance dans la foi, ou par des ennemis extérieurs suscités en représailles de tout le mal fait aux chrétiens...
Mais l'Histoire et cette histoire n'est pas finie, qui va bientôt mal évoluer par l'avènement d'un nouvel empire - appelé déjà nouvel ordre mondial, dont la tête invisible sera de la même espèce...

** Jésus n'a de rapport avec la religion que
- pour engloutir lui-même dans sa mort l'aspect légaliste et ritualiste de la religion - même la plus parfaite -, ce côté système qui en fait un joug pesant et sans efficacité contre le mal qui habite le coeur de tous ;
- pour mettre à jour ce qui nous habite tous : quand on est religieux surtout l'hypocrisie ; quand on est militaire ou soumis à des pressions, la méchanceté, la cruauté, l'ingratitude et autres perversions...

Repost 0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS : Dieu existe ! C'est ici mon cheminement depuis ce premier instant, pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il !? C'est aussi un Questions/réponses dans les domaines connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité, politique, philo, actualité... bref, un englobe-blog. Répétez ! ☺
  • Contact

Recherche