Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 février 2021 7 14 /02 /février /2021 09:51

Le mal sévit et y éhapper est un leurre ou du déni.
Il est certainement préférable de regarder les choses en face et chercher une solution à nos maux qui soit aussi, voire plus, consistante qu'eux.

Par exemple le mal qu'on appelle Alzheimer est une sombre difficulté, souvent davantage pour les personnes autour que pour le/la souffrant/e.
La caractéristique majeure de ce mal est la perte de mémoire, de repères, jusqu'à la perte de connaissance de sa propre identité.
Où est le bien pour ceux qui peuvent (encore) réfléchir en voyant cela ?

Il est tout entier dans le fait que ce qu'on voit ou entend peut être perçu, compris, comme un miroir qui nous renvoie à nous-même.
En l'espèce, Alzheimer nous renvoie à notre propre problématique qu'est l'amnésie, le fait de ne plus savoir d'où on vient et ce qu'on est réellement.
Choquant !?
Oui et non. Car nous sommes d'abord des créatures de Dieu, alors que nous vivons cette réalité plus que probable, comme un ado qui vivrait comme n'ayant pas de père.
Or, que pourrions-nous être de plus exact, de plus fondamental ? Un singe qui a évolué et gardé quel trait de caractère ?... C'est-à-dire un simple produit aléatoire de hasards infinis et de mutations causées par quelques nécessités ou sélection naturelle ?

Croire en la théorie de l'évolution tient de croire au Père Noël ! Un temps vient om il faut admettre qu'on a été trompés - ce qui est grave aussi pour les menteurs ! -, et que la vérité est tout autre que ce "conte de fées pour adulte" comme le professeur Jérôme Lejeune appelait l'évolutionnisme.

Mais sait-on réfléchir suffisamment par nous-même ?
Le veut-on surtout ? Ou préférons-nous rester avec cette perte de mémoire de laquelle on tirerait quelques avantages... immédiats. Immédiats seulement - et encore pas forcément -, car au final, ce que sera la vie de l'âme après la mort physique sera en directe dépendance de notre positionnement terrestre par rapport à la vérité et aux mensonges...

 

A QUI LE DERNIER MOT !?

 

Il y a des temps, comme des mois et des saisons,

Un temps pour tout, un pour l'assimilation,

L'appropriation, et un pour la restitution, la redistribution,

Pour redonner, bonifié, ce qu'on a reçu,

Comme on mange des légumes cuits ou crus

Qu'on rend en chaleur, en travail, en vertu,

Ce qui est mieux qu'en colère, en misère

Qu'on peut semer par la haine l'adultère

Des envies égoïstes... jusqu'à des guerres

Toujours suicide, fratricides, homicides...

 

Mais le mal, dès lors qu'il y a un Dieu

Ne peut pas être que mal. Il ne peut dans les cieux

Ni sur terre toujours prendre des lieux,

Signe déjà clair d'une vraie liberté

Et fait porteur en son sein du bien caché

Comme l'expose l'horreur de Jésus crucifié

Au troisième jour pour toujours ressuscité.

 

Ainsi en nos maux qui naturellement abaissent

Ne cherchons pas trop vite à sortir des faiblesses,

Ne sombrons pas dans de mornes détresses

L'humiliation ayant du bon, avec l'humilité,

Dispositions et hauteurs où Dieu peut nous rencontrer,

Manifester sa grâce, et qu'en vérité il est.

 

C'est ainsi que parfois, en ultime recours,

Dieu laisse le mal sévir dans nos cœurs ou nos cours

Pour tirer des jugements et de son amour

Un moyen de changer - outre nos trajectoires

Mauvaises, mal jugées - la trame de nos histoires,

Nous libérer de ce qu'il y avait de noir

Triomphant peu à peu ou d'un coup sur nos vies,

Nous offrant à nouveau la chance, et pour lui le pari,

Qu'on est récupérable pour le bien sans mépris.

Pour trouver la sortie de tous nos labyrinthes,

Dieu éclaire en nos cœurs et dessus toutes plaintes

La vertu de sa croix et de sa mort non feinte

Qui fut le prix payé pour qu'on soit racheté

De tout mal, libéré, pardonné, jusqu'à régénéré

En un être nouveau, rendu et susceptible et capable d'aimer.

 

Car l'amour est le but comme il fut l'origine de toute création,

L'amour est Dieu lui-même qui se donne en diverses concrétions,

En matière aux forces mécaniques et quantiques, en bosons

En fermions, en des vies végétales, animales et humaine

En des anges, en sang, en âmes définies suzeraines,

En esprit – qu'il est – et partage pour partager son règne

Et son éternité et ses biens infinis et le bonheur parfait

Dérouté ici-bas par une sombre histoire de dupe et de péché

Qui se résorbe en Christ, par la foi en Jésus mort et ressuscité.

 

Claude T. @LGDDV - 02-21

Bonne réception et soyez-en béni-e.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche