Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mai 2021 6 29 /05 /mai /2021 18:40

 

 

Que vous croyez en un homme-singe sorti de nulle part par hasard et ayant évolué,
ou en Adam et Eve créés par un Dieu intelligent, dans tous les cas, vous ne faites que CROIRE.

Mais de croire, l'important est de passer à SAVOIR...

ARGUMENT SCIENTIFIQUE : A CHACUN DE NOUS D'Y RÉFLÉCHIR ET DE VÉRIFIER

Partant des faits observables, je suis arrivé à la conclusion - et chacun peut le faire -que la croyance est le moteur numéro 1 de notre existence, comme de tout ce qui vit.

Il ne s'agit donc pas - plus - de réduire le concept de croyance, sans réflexion, par préjugé, à la religion.

Car la croyance apparaît nettement à l'étude du vivant, principalement comme un moteur des mouvements de tout ce qui se bouge.
C'est une disposition, et même une prédisposition, dynamique qu'on peut aussi appeler la foi.

Jugez-en vous-même :

Un enfant d'un an, debout sur ses jambes, se lance à marcher, lâchant pour la première foi, les mains qui le tiennent.
Il n'est bien sûr pas conscient de ce qu'il fait, mais il le fait, et c'est un pas de foi.

Voilà des oisillons au bord d'un nid, le père ou la mère voletant, voire les poussant, pour qu'ils prennent leur envol pour la première foi ! Un moment arrive où les parents "savent" - par quelque préscience qui tient aussi de la foi - que c'est le moment pour leurs petits de sortir du nid en se lançant dans le vide.

On continue dans on apprend à faire du vélo, à nager, à conduire une voiture, à monter en avion ou une entreprise, quand on décide de sarier...
Voyez-vous que tout se fait par une dynamique incluse en nous, qui est un vrai moteur primordial de ce qui a vie, qu'on ne peut qu'appeler croyance ou foi, que définir par le verbe d'action CROIRE !

Cela va bien au delà du mimétisme, qu'on peut évoquer comme un mode d'acquisition de certaines connaissances ou comportements certes, mais qui n'exclut jamais la foi, qui est le pas de faire soi-même ce qu'on voit faire....

Ainsi sommes-nous tous croyants, des croyants qui s'ignorent pendant longtemps, ne vivant pour bouger que par le bénéfique de ce déterminisme premier qui est une organisation dynamique incluse (plus explicitement qu'ailleurs) dans le vivant,un système - la croyance ou la foi - mise en nous... Par qui ?

LE HASARD, CRÉATEUR DE CE MOTEUR !?

Par qui, si ce n'est un Créateur - qui lui-même a agi avec foi chaque fois qu'il y a pensé à une création, et qu'il l'a réalisée passant de la conception (de la pensée) à la concrétisation (les forces et la matière formant l'univers).

Rien que cette observation des plus objectives de la vie comme elle apparait quand on y réfléchit avec attention, en dehors de tout préjugé athée, permet de s'émanciper de la théorie matérialiste évolutionniste qui ne prête à la vie que des mouvements évolutifs hasardeux, non programmés d'avance, ce qui ne reflète qu'une très faible partie de ce qu'on peut comprendre et de tout ce qu'est l'univers.

Seuls l'inobservation, le manque de sérieux ou d'intérêt pour la vérité, voire le déni initié par une position matérialiste jamais contestée, peut laisser au(x) hasard(s) la paternité des organisations célestes et terrestres en corps séparés mis en relation et en forces gigantesques.
Et cela - a du admettre la communauté sceintifique - depuis un commencement - dénommé Big bang - survenu pourquoi, décidé par qui, par quoi ? - et déployé jusqu'à la vie, jusqu'à nous, c'est-à-dire jusqu'à l'intelligence incluse dans la matière, et la pensée autonome...

Aujourd'hui nous savons que tout ce qui existe de visible ou même invisible, de matière ou d'énergies plus subtiles, est essentiellement de l'information.
Et qui dit information, dit organisation, ordre, programme, prédisposition orientée vers des mouvements cohérents et des fonctions qui ont du sens, qui sont des expressions d'intelligence(s), multiple(s), différenciée(s), forccément primordiale(s), cause première, visant des objectifs déterminés, utiles, accessoirement beaux, comme respirer, manger, dormir, éliminer, se reproduire... autant de actions qui réclament de plus du discernement (Qu'est-ce qui est bon et mauvais à manger ?...), des attirances, des accointances, des complémentarités préétablies, comme il se trouve aussi des répulsions, des aversions, des inimitiés...

Et donc les actions du vivant, comme les mouvements automatisés de l'univers, sont d'abord mues par une dynamique, un dispositif actif, un programme originel aux applications multiples, dont seuls le mot foi et le verbe croire peuvent dire au mieux de quoi il s'agit.

DES PRÉDISPOSITIONS (INNÉISME) A DES EXTENSIONS CONSCIENTES (EMPIRISME)

Une définition de la foi est la suivante : "La foi est une ferme assurance des choses qu'on espère, une démonstration de celles qu'on ne voit pas."
Et c'est ce que nous faisons, sans nous en rendre compte, parce que cette manière de bouger, d'avancer, de passer d'une chose ou d'une situation connue à une chose ou situation inconnue, est là, active par elle-même en son temps (programmée donc), et encore, plus largement et progressivement, s'ouvrant à la disposition de notre volonté : on peut choisir de manifester de la foi... Et on ne fait quasiment que cela !

Car, au delà de cette disposition déterminée qui précède... tout, il y a la possibilité supplémentaire que nous prenions conscience de cette capacité, au point d'en déclencher nous-même en conscience des mouvements, des applications, des actions.

De la sorte, dès qu'il y a une part de risque dans un mouvement, dans ce qui est visé, c'est de la foi que nous manifestons.
Foi pour décider d'avoir un ou des enfants, pour faire et envoyer un CV, pour se lancer dans une recherche scientifique, pour manger les aliments qui sont chaque jour sur notre table ! Et oui, même manger ce sur quoi nous n'avons aucun moyen effectif de vérifier s'ils sont sains ou toxiques, c'est avoir la foi.

Spécifiquement chez nous, humains, la foi tend donc, par sa nature et son organisation intelligente, à (faire) entrer en conscience dans des champs inconnus, à nous ouvrir des horizons dans le faire et dans la compréhension, dans le sens des choses et des relations, etc...

Ainsi va-t-on d'émerveillement en émerveillement par le jeu de ce principe appliqué à certains domaines... comme aussi on peut se casser les dents, s'accidenter le corps, les biens ou l'âme, en ayant mal calculé notre saut dans le vide. Toujours la notion de risque, que nous devons apprendre à calculer avec nos autres capacités, de la connaissance, de la réflexion, des craintes justifiées, la prudence, la maîtrise de soi...

Ainsi est le challenge de notre existence, qu'on peut vivre rikiki, replier sur nous-même, dans la peur de perdre ce qu'on a, ou nous ouvrant sur le don, le partage,l'exploration du Réel, la recherche de nouvelles vérités, avec le risque de se planter ou de (se) faire du bien sans effets secondaires néfastes.
S
ortir de nos limites naturelles ou artificieuses (culturelle, idéologique, religieuse, familiale...), lâcher des zones de confort, de connu, pour entrer dans plus de sens... jusqu'à découvrir, savoir, qu'il y a bien un Créateur, et qu'on peut se connaître lui et nous !

Car dans une quête véritable de sens, il est évident que la question de la foi, en Dieu, apparaît.
Le croyons-nous déjà par éducation familiale ? Ou croyons-nous qu'il n'y a pas de Dieu par éducation sociétale, par l'école et les médias, notamment dans notre occident devenu subreptisement athée ?
Dans tous les cas, on ne sait pas au départ, mais on se met à croire et à nous comporter en fonction de ce qu'on nous dit, ce qu'on voit et entend.
Et à partir de là, exactement comme dans une recherche scientifique ou un développement économique, commercial, etc.., on va pouvoir découvrir la pertinence de cce qu'on aura cru... jusqu'à savoir si Dieu existe réellement. Pour le savoir, je puis vous assurer qu'il nous est possible de savoir, ce qui est bien plus que de croire.

AVANCER EN AVEUGLE OU EN VOYANT

On se marie ou se mit en couple, et c'est le divorce brutal, douloureux, au bout de 6 mois ! On investit pour monter une boîte ou un commerce à son compte, et au bout de deux ans, l'investissement se perd car l'affaire s'évère non viable.

On a pu faire une étude des compatibilités de caractères, ou une étude de marché, rien dans ce monde ne peut garantir d'un succès à l'avance, et surtout de ce que cela va durer. C'est ainsi - loi d'imprévisibilité de E. Lore,z notamment.

Et la vérité que nous avons à rejoindre, c'est que Dieu seul sait tout d'avance, et peut nous aider à cheminer dans la foi, en évitant des écueils cuisants.

Et quelqu'un s'est peut-être mis à croire qu'il ya un Dieu selon ce qu'il a entendu de tel ou telle croyant-e ou religion, et ça ne marche pas : on ne sent rien de réel de la part de Dieu, on se trouve pris dans un système où on fait semblant plus qu'on ne montre vrai, on se sent coincé et obligé, etc...

A l'inverse, on a cru bon de ne rien croire de ce qu'il y ait un Dieu ; on a fait son chemin sans cette dimension d'une spiritualité, et les échecs, les baffes, les accidents s'accumulent et nous submergent ; on déprime, on ne trouve plus de sens et de goût à rien, on pense au suicide, on est mal et plus rien ne suffit pour nous sortir de ce malaise.

CHOISIR DE CHERCHER LE VRAI POUR NE PLUS SUBIR CE QUI EST FAUX

Dans tous ces cas, ce qu'on a cru être juste s'avère... faux ou vrai. Une fausse piste, une croyance mal placée peut commencer par un temps d'euphorie (comme il y en a souvent en quelque nouveauté). Mais bientôt, une nouvelle, un choc, un coup d'arrêt ou une grande insatisfaction vient nous dire qu'en fait c'est un mauvais chemin pour nous, une voie sans issue, une erreur, une illusion qui se dévoile.
On a perdu l'enthousiasme et la paix, peut-être le sommeil ou le goût de manger... La ou les raisons d'être et de continuer disparaisent, que ce soit dans une relation, dans un boulot, dans une religion, dans un mouvement politique ou quelqu'autre cause que ce soit.

La maladie même peut-être est là pour nous "aider" à voir que quelque chose ne marche pas... parce qu'on a cru en quelque chose de faux, ou de la mauvaise manière.

Et c'est là que, à bout de ressources naturelles ou d'expédients, de tentatives, de déconvenues ou d'un lâcher-prise forcé, une lumière nouvelle peut encore arriver : Il y a un Dieu, et on peut le connaître, expérimenter sa réalité, en direct, sans religion, sans système, sans pratique obligée, sans rituel... juste en capitulant devant lui, par et dans la foi qu'il est là, même si on ne ressent encore rien, et qu'il peut, lui comme personne, faire quelque chosede bien, de bon, de solide, pour nous.

Il ne reste plus qu'à faire ce pas supérieur à tous les autres, de la foi, à activer ici dans la direction la plus haute, la plus déterminante de toute notre réalité et présence ici à ce moment-là : la foi en Dieu.

Il suffit de commencer à croire qu'il existe vraimen (ou peut-être, car à ce stade rien ne peut encore être certain).

Croire qu'il nous voit, compatit à la situation ou l'état dans lequel on s'est mis. Il nous voit humilié-e, misèrable, en réel besoin. On touche au côté positif des erreurs, des fautes, des égarements : un abaissement qui permet de croire que Dieu peut quelque chose pour moi. Une attitude de vérité, d'authenticité qui permet à Dieu de nous voir dans la vérité admise de ce qu'on est : des créatures séparées de notre Créateur, des enfants sans père - sans le Père du Ciel, voire sans la mère qu'il peut devenir pour nous par le côté féminin de son Esprit.

Dieu voit alors votre démarche, et va y répondre.
Il y répond parfois dans l'instant, nous donnant d'avoir une perception inouïe de sa présence, d'une délivrance, d'une chaleur surnaturelle, d'une joie, de pleurs qui font du bien... Et parfois c'est plus tard que nous allons nous apercevoir qu'il a répondu... Dans tous les cas croyez, et vous verrez.

Car Dieu, comme toutes les autres réalités de l'univers, se découvre à ceux qui cherchent, qui veulent savoir, de tout leur coeur, comme du plus profond de leur détresse, ou d'un vide accidentel qu'il a soudain envie de combler - Diverses situations qui lui permette de nous approcher, de se faire entendre comme un Dieu vivant qui a compassion de nous, pour nous pardonner, et nous donner un tout nouveau départ d'existence et de vie avec lui.

C'est tout le bien que je souhaite, et pour quoi je prie, pour toi qui a lu jusqu'ici. Que Dieu fasse luire sur toi sa face, révèle sa réalité merveilleuse et bienveillnte, sa réalité et son amour pour toi, de la manière qu'il jugera la meilleure.

 

Si tu le ressens, ici > un guide de prière pour faire un pas - de plus, de foi - vers lui.
 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche