Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 12:34

photo d'oeuvres divines inimitables

 

Photo d'une composition oeuvre de l'Artiste

 

Photo d’œuvres composites de l'Eternel-Dieu
Chaque oeuvre perceptible (oiseaux, sable, végétation, eau, soleil, ciel) renferme et montre à demi - plus qu'elle ne le révèle - leur Créateur.
Le voyez-vous déjà,
comme des causes se voient par leurs effets ?  

 

Photo d'une composition d'origine divine : Dieu et Le Beau ne sont pas étrangers l'un à l'autre...

 

Photo d'oeuvres (animale et végétale) du Créateur

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Œuvre(s) du Créateur - un aperçu en contre-jour

 

 

 

 

Champignons de souche près de l'eau : la création est empreinte de dynamismes

Photo d’une des belles œuvres africaines du Créateur

 

 

Photo d'une composition alpine d'oeuvres nées de l'Eternel

 

Portrait d'un lama - création animalière spécifique : Où le hasard a-t-il sa place dans telle ou telle création ?...

 

Photo d'une croix que diverses lois divines combinées ont formée... par hasard - et pour que je la vois, par hasard !

Oeuvre de Dieu travaillée jusque dans l'élégance (photo)

 

Photo d'un puits de soleil sur l'eau par jeu de lois préétablies

 

 

Photo de détail d'une création animalière divine

 

Photo de terre, mer, air éclairés par le feu. On dit les 4 éléments physiques

Photo d'un reflet par l'eau tel que conçu et projeté par le Créateur

 

Photo d'une réalisation de l'idée de complémentarité des règnes.
Ici végétal-animal
Rien que les écosystèmes rendent insuffisante la théorie de l'évolution !

 

Implication du photographe à partir de créations artistiques divines

Photo d'un ragondin tel que dessiné par son créateur

 

 

Comment le hasard aurait-il pu devenir Artiste,
créer le beau, manifester (de) la Beauté ou des beautés, L'esthétique avec ses chiffres, ses proportions, ses lois ?

La photo la plus fidèle peut être trompeuse
...faisant ici du ciel un arrière-plan,
alors que ces deux créations volantes sont... dedans !

Avec ou sans cadre, mon Dieu en est l'Artiste

Photo d'oeuvres de Dieu où s'imbriquent puissance et paix, esthétique et fonctionnalités, visible et invisible

Oeuvres divines diversifiées au-dessus d'un serpent de brume sur une vallée de Chartreuse

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 10:59

.

 

 

Si vous ne connaissez pas la parabole biblique dite du fils prodigue, vous pouvez la lire ici.

Y a-t-il encore des fils prodigues aujourd'hui ? Certainement !

- En voici un qui a envie de revenir : il vient de sortir de prison, où il a eu le temps de réaliser que le braquage de buraliste c'est pas la voie ; en regardant une famille qui passe il se met à pleurer...

- Un autre est encore en proie à la défonce. partagé par le milieu, déchiré entre ce qui le pousse à se piquer encore et encore et ce qui en lui ne voudrait pas, ne voudrait plus. Il voudrait mourir mais il ne peut s'y résoudre...

- Une autre un enfant sur le bras, marche vers un besoin de lumière dont elle ne sait toujours pas si elle existe, si on peut en trouver ici-bas, qui réchauffe le coeur plus que seulement le corps...

- Cet-te autre est célèbre, on l'aime, on la désire, on l'envie, on l'adule... Trois enfants qu'il-elle aurait pu avoir ont fini dans des poubelles thérapeutiques. Mais il-elle apporte tant à ceux pour qui il-elle est une icône - plaquée or ou platine, mais à l'intérieur de bois, parfois de paille et parfois de fer, bouffées de chaleur et sueurs froides, que des vagues d'angoisse n'épargnent pas, submergent quelquefois à mourir...

- Et lui encore, qui revient avec une compagne enceinte, qu'accompagnent deux autres enfants qui ne sont pas de lui...

Dieu va-t-il recevoir cette armée de bras cassés, de têtes lourdes et vides à la fois, de blessés et invalides de quelle drôle de guerre ?...
De loin il les voit. Il entend même les soupirs inexprimables. Le dieu Père Créateur initial voit parmi cette horde de miséreux, pauvres ou financièrement riches, chacun de ces enfants perdus qui n'ont plus sous les pieds de routes praticables, plus de chemins détournés, buissonniers, qui puissent encore les séduire.

Leur père à tous ne fait aucun reproche, ne pose aucune question… Il les voit de loin sur le seul chemin possible qui leur tend les bras du retour à la maison. Et ce père se met à courir à leur rencontre. Il ne fait acception de personne. Il se met à courir vers son fils, vers sa fille, à l'encontre des codes sociaux et religieux : Parce qu'il est Dieu il a le droit de le faire. Lui seul a tous les droits, dont celui de nous aimer follement, parce que son amour inclut sa justice, qui a déchiré et crucifié sa propre chair pour qu'il ait le droit de nous aimer encore. De nous aimer malgré qu'on ne ressemble plus à rien (de divin) ; malgré qu'on n'ait pas encore tout compris et qu'on ne méritera jamais rien qui nous fasse obtenir les bienfaits de cet amour : depuis la venue et la mort de Jésus, Dieu peut nous aimer par pure grâce.
Au lieu d'accabler le fils, la fille prodigue qui lisant s'approche de lui, le Dieu Père répand abondamment son amour pour son enfant !

Entendez ici votre prénom :                 , votre père céleste vous accueille les bras ouverts. Vous pouvez venir à lui sans crainte : vos larmes sont témoins de votre repentance, de votre regret de n'avoir pas voulu entendre parler de sa maison quand tout allait bien. Elles lavent votre amertume de ne être resté-e dans sa maison, ou de ne même pas y avoir penser par vous-même.

Dieu ne vous a pas attendu-e pour vous gronder ou vous interroger. Non, il s'approche très vite de vous ! Le sentez-vous s’approcher, le sourire aux lèvres, des larmes dans les yeux, son amour déjà vous touchant, ému autant que vous de vous retrouver ?
Vous êtes tellement aimé-e de Dieu !

Ce que Jésus dit ainsi en une seule phrase : Dieu a tant aimé le monde (l'humanité perdue loin de lui, dont nous sommes tous et chacun), qu'il a livré à la mort son fils unique, le plus aimé, afin que (votre prénom :                          ) croit en lui - et par là ne périsse pas -, mais qu'il-elle ait la vie éternelle. (Jean 3.16).

C'est tout le bien que je vous souhaite et pour quoi je prie.

Je te donne ma vie

Permets-moi de t'exprimer

Dans ta présence

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 09:12

Dieu a la capacité de se révéler de diverses manières. Et cela va
- du subtil qu'on aperçoit à peine, ou difficilement, même avec de l'expérience, ou même qu'on ne voit qu'après coup, avec du recul - par exemple comme il est dans la nature qui le reflète dans ses dedans comme de ses dehors,
- à l'évidence, à des expériences si sensibles qu'on SAIT ! On sait que c'est Lui ! Même en n'ayant jamais rien expérimenter de semblable auparavant. Même sans être croyant avant : ce fut le cas de ma première expérience significative, étonnante, révolutionnaire, avec Lui, le Dieu qui peut venir à nous quand il veut, où qu'on soit, même si on ne le connaît pas.
Et à plus forte raison si on le cherche, si on commence à lui parler, il entend, il voit, et il va répondre. Ce qui n'est pas toujours la façon qu'il a ou qu'on aurait imaginée ; ce qui n'est pas toujours avec des mots ou une explication qu'on aurait attendus ou aimés entendre... ce qui fait qu'on est parfois décontenancé jusqu'à rester sourd ou incrédule à ce qui a suivi notre demande.
Mais Dieu veut toujours nous former à être, à devenir, des hommes, des femmes, selon son projet (général et particulier). Cette formation d'ailleurs commence avant même qu'on ait l'idée qu'il existe effectivement quelque part. Et la persévérance n'est pas une des moindres valeurs qu'il veut nous faire acquérir. D'où le besoin de, parfois, revenir à la charge, tirer sur le pan de son vêtement pour obtenir une réponse déterminante. Regardez comment ces femmes ont obtenu de Jésus une réponse favorable :
- La syro-phénicienne dont l'enfant était possédé par un démon. Marc 7.24-30.
- La femme à la perte de sang incessante. Luc 8.42-48

Il y a des conditions génériques à l'obtention de grâces divines - même si Dieu ne tient pas toujours compte de principes ou de manières qu'on a de l'aborder. Mais quand on peut savoir, il vaut mieux le savoir :
1/ Dieu fait grâce aux humbles, aux expressions non calculées d'une vraie humilité. On le voit bien avec la femme syro-phénicienne. On le voit aussi avec un centenier romain (Luc 7.2-10) qui demande à Jésus la guérison de son serviteur.

2/ Dieu répond parfois après que nous l'ayons supplié. J'avoue que je n'aime pas trop cette manière. C'est là aussi qu'on est abaissé, mais de façon bien moins naturelle que dans les cas précédents. Cela pose une vraie distance incompressible entre nous et Dieu - qui est Dieu et qui fait aussi ce qu'il veut comme il veut quand il veut... sauf si notre désir ou besoin de son intervention est plus fort que l'opinion qu'on a de nous-même. Et donc là, parfois, il faut savoir ce qu'on veut :
- une réponse de Dieu qui va changer notablement notre existence, voire notre vie dans sa dimension d'éternité,
- ou rester à ne pas plier le genou parce qu'une supplication place Dieu trop haut et moi trop bas ?
La Bible nous offre là aussi un exemple concret de la (parfois difficile) pédagogie divine, avec le cas de Naaman, chef d'armée d'une grande nation (2Rois 5.1-14).

Ephésiens 6.18 "Faites en tout temps par l'Esprit toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance..."

Je suis persuadé que Dieu parle ici à quelque lecteur-lectrice (habituel-le ou de passage), l'exhortant à persévérer dans la prière jusqu'à obtenir ce qui sera une victoire pour sa vie. Et ma prière se joint à la sienne : "Exauce des cieux leurs prières et leurs supplications !"

 

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 13:59




 

Profiter des accalmies pour rejoindre le port de la vie éternelle.

Des tempêtes menacent mais Dieu garde le gouvernail et le timing des événements même les plus terribles.

Ne tardez pas à entrer dans la relation vivante et vivifiante avec le seul vrai Dieu que Jésus, par son amour et sacrifice, offre à quiconque veut croire en lui et en ce qu'est véritablement le Réel, en esprit et en vérité.

Passez des "bonnes résolutions annuelles"
à la foi solide et durable qui obtient
notamment des gains éternels.

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2016 6 31 /12 /décembre /2016 19:48
QUI PEUT SAVOIR* ?...

Cette année nouvelle : UN COUCHER OU UN LEVER DE SOLEIL ? DU SOLEIL DE JUSTICE

 

Malachie 4.2" Mais pour vous qui craignez mon nom, se lèvera Le soleil de la justice**, Et la guérison sera sous ses ailes ; Vous sortirez, et vous sauterez comme les veaux d'une étable..."

Psaume 37.6 "Il fera paraître ta justice comme la lumière, Et ton droit comme le soleil à son midi."

De qui cela dépend-il ?...
Oui, des deux ! De Dieu et de nous !

... et je prie que Lui et vous vous accordiez, pour que 2017 soit, bien au-delà des voeux de tradition, une BONNE année. Amen !

_______
* Lui, c'est sûr.
** Le soleil de la justice, c'est Jésus. Parce qu'en dehors de Lui, la justice est sombre, implacable - un jour ou l'autre - contre les coupables. Or qui ne sera jamais coupable devant le Dieu juste trois fois saint ?...
C'est pourquoi il est écrit qu'en se laissant arrêter et frappé et crucifié, Jésus a subi la justice divine à notre place :"
il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités ; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui...
6 Nous étions tous errants comme des brebis, Chacun suivait sa propre voie ; Et l'Éternel a fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous.7 Il a été maltraité et opprimé, Et il n'a point ouvert la bouche, Semblable à un agneau qu'on mène à la boucherie, A une brebis muette devant ceux qui la tondent ; Il n'a point ouvert la bouche.8 Il a été enlevé par l'angoisse et le châtiment ; Et parmi ceux de sa génération, qui a cru Qu'il était retranché de la terre des vivants et frappé pour les péchés ?" Esaïe 53

 

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2016 4 29 /12 /décembre /2016 21:47

Exemple immédiat : M'avez-vous vu ? Certains oui, mais d'autres non pas du tout. Est-ce pour cela que je n'existe pas ? Qu'est-ce qui prouve donc ici chez vous, pour vous, que j'existe bien quelque part ?...
Avec Dieu c'est exactement la même chose : il a donné des écrits pour que par eux nous découvrions
- qu'il est,
- qui il est,
- comment entrer en relation avec lui
- et comment changer pour toujours mieux relationner avec lui et les uns avec les autres.
Dès lors comme vous apprenez à me connaître (déjà) par ce que j'écris, et j'espère apprenez des choses sur vous-même et pour vous-même, lire la Bible permet d'entrer dans une certaine connaissance et relation avec Dieu. Ce qui doit vous conduire ou vous pousser à (vouloir) entrer plus directement encore en relation (= en communion) avec lui. Et cela de manière de plus en plus permanente...

Ce parallèle entre vous/moi et Dieu/nous est indiscutable dès lors que vous commencez à lire des paroles bibliques, notamment en cherchant à saisir ce que Dieu veut vous dire.
Au-delà, d'autres parallèles peuvent être faits si vous doutez que Dieu puisse exister sans qu'il nous soit visible :
A - LES ONDES
Existe-t-il seulement les ondes qui forment ce qu'on appelle le spectre visible (les longueurs d'onde qui nous permettent de voir les couleurs comme nous voyons) ?
Non, la gamme des longueurs d'onde est beaucoup plus large que sa frange minuscule que nos yeux peuvent capter. D'un côté avec des ondes aux ondulations très courtes, de l'autre avec des ondulations très longues, comme le montre ce schéma :

 

C'est en cherchant que nous avons découvert ce spectre des fréquences ondulatoires.
C'est en cherchant que nous découvrons de la même manière ce qui forme la réalité de Dieu - avec ce que nous voyons de ses créations : le ciel, la terre, la nature et toutes leurs lois, leurs organisations, leurs complexités, leurs capacités, potentialités, parties visibles et invisibles... formant la part qui témoigne le plus aisément de sa réalité.

C'est pourquoi il est écrit : "La colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes qui retiennent injustement la vérité captive,19 car ce qu'on peut connaître de Dieu est manifeste pour eux, Dieu le leur ayant fait connaître.20 En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l'oeil, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. Ils sont donc sans excuse,21 puisque ayant connu Dieu, ils ne l'ont point glorifié comme Dieu, et ne lui ont point rendu grâces ; mais ils se sont égarés dans leurs pensées, et leur coeur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres.22 Se vantant d'être sages, ils sont devenus fous."
La folie étant de croire que tout s'est fait par des hasards et des nécessités, sans Dieu, sans intelligence initiale, sans but. C'est comme de dire qu'un film sur DVD s'est fait tout seul, sans scénariste (Jésus la Parole de Dieu), sans producteur (le Dieu-Père éternel), sans réalisateur (l'Esprit-Saint).

B - L'AIR... ET + ENCORE...
On le respire sans le voir. On le sent sous forme de vent, selon ses mouvements. Idem avec Dieu. Comme on peut respirer sans voir ces réalités invisibles que nous respirons, on peut croire en Dieu déjà en percevant des effets de ses mouvements (actions, présence, pensées, paroles).
Maintenant voit-on les molécules des divers gaz formant l'air qu'on respire ? Et les atomes et les électrons ?...
On est amenés à comprendre que les réalités qui nous sont immédiatement invisibles, inaccessibles, existent malgré tout, et, croyant cela - au départ -, on arrive à en découvrir la réalité, même sans les voir. Par exemple croyez-vous que quelqu'un ait un jour vu un électron ?
Jamais de la vie ! Personne n'a vu un électron ! Personne ne peut le représenter tel qu'il est ! La représentation qu'on en fait est totalement imaginative : un point avec une ellipse qui figure sa trajectoire. A combien plus forte raison ce qu'on a découvert dans l'atome : les quarks et autres bosons....

Ainsi la grande leçon (de modestie et de science) que nous devons accepter, c'est que les réalités les plus fondamentales et puissantes sont d'abord invisibles. Et cela qu'elles soient
- physiques (inertes ou vivantes, électromagnétiques...)
- psychiques (comme notre âme, la conscience, les émotions, sentiments, pensées)
- ou spirituelles (comme notre esprit, la conscience morale et ses valeurs, les anges, les démons, les lois de création, Dieu).
Par contre il existe des effets qui témoignent, démontrent, prouvent, que ces réalités ne sont pas des leurres, car il n'y a pas d'effet(s) sans cause (base fondamentale du Réel).
Et donc c''est à nous à chercher Dieu - comme Jésus y incite -, de la même manière qu'un scientifique honnête cherche à mettre à jour des éléments non-immédiatement accessibles du réel. (celui qui n'est pas honnête cherche à faire coller le réel avec sa vue partisane préjugée - dont il ne veut pas se départir...).
Bonne quête de Lui. C'est en ce sens que Jésus dit qu'il cherche et veut former des disciples et non des gens religieux seulement. Le disciple est, dans la dimension de l'âme et de l'esprit, ce que le scientifique est dans la dimension de la physique mécanique ou quantique, ou encore ce que le psy est ou devrait être dans la dimension de l'âme (la psyché en grec).
Soyez béni-e.

Unz courte vidéo sur trois effets scientifiquement démonstratifs de l'omniscience divine.

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2016 3 28 /12 /décembre /2016 12:34

Suite de l'article lisible ici (les textes en vert sont des liens)

B.2 - NOURRITURES SPIRITUELLES
Jésus a dit : "J'ai à manger une nourriture que vous ne connaissez pas.33 Les disciples se disaient donc les uns aux autres : Quelqu'un lui aurait-il apporté à manger ?
34 Jésus leur dit : Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m'a envoyé, et d'accomplir son oeuvre.35 Ne dites-vous pas qu'il y a encore quatre mois jusqu'à la moisson ? Voici, je vous le dis, levez les yeux, et regardez les champs qui déjà blanchissent pour la moisson.36 Celui qui moissonne reçoit un salaire, et amasse des fruits pour la vie éternelle, afin que celui qui sème et celui qui moissonne se réjouissent ensemble."
En l'occurrence il vient de passer du temps avec une femme samaritaine dont il a touché le coeur à conversion (Evangile selon Jean ch. 4). C'est la volonté de Dieu que "tous soient sauvés" de la perte de cette conscience personnelle qu'on a d'exister en tant que création/créature/personne unique et différenciée parmi tout le reste. Ce salut des âmes humaines - notre salut - est appelé génériquement "la moisson" (de Dieu)* dans la Bible. C'est ce qui les détourne du Séjour des morts** dont Satan tient les portes.
C'est donc pour un-e chrétien-ne authentique une vraie nourriture que d'annoncer autour de lui/elle comment on peut sauver notre âme de la perdition éternelle en acceptant la vie de Jésus
- comme moyen de notre mise en contact et communion avec Dieu,
- comme moyen d'entretenir (comme j'ai dit précédemment) la vie éternelle divine qu'il nous a donné (quand c'est fait) de recevoir.

Et donc que produit le fait de se nourrir spirituellement d'une manière ou d'une autre ? Cette nourriture, à ses trois niveaux d'effets,
- nous maintient en vie ;
- nous fortifie, nous redonne des forces quand on s'est affaibli ;
- nous protège, comme manger contribue à nous protéger en entretenant ou en renforçant nos forces/barrières immunitaires et nos forces réparatrices quand c'est nécessaire. Ces forces du plan physique figurent ce que sont, aux plans psychique et spirituel,
la foi et l'espérance ;
- nous fait du bien. Comme en mangeant on a à la fois le plaisir psychique par les capteurs du palais et de la langue (hum, c'est bon !), et le bien que constitue la santé (bonne santé physiologique), en se nourrissant de vérités, connaissances et expériences spirituelles, on se fait du bien au plan de l'âme (satisfaction intellectuelle) comme au plan de l'esprit (vitalité en soi et pour l'action).

Cet article est plutôt adressé à ceux qui sont venus au monde... de (l'Esprit de) Dieu, nés de et pour sa création suivante - qui est en germe dans les coeurs qui ont cru et encore à venir en plénitude.
Mais quiconque n'est encore qu'en gestation parmi les douleurs de contractions de ce monde matériel malade et finissant, peut sentir-là des frémissements d'une vie qu'il n'a pas mais qui lui est encore possible, comme complément de la vie insuffisante en soi de son corps et de son âme... A qui je dis : Cherchez, et vous trouverez ! Ayez l'amour de la vérité, et vous pourrez la recevoir. Venez à Jésus, et il ne vous mettra pas dehors : il répondra d'une manière ou d'une autre à votre approche. Matthieu

DE L'ETABLE AU TEMPLE !
"Tout est bien qui finit bien" dit le proverbe - ce qui est vrai en tout cas avec Dieu. Car la bonne fin de cette histoire - potentiellement de notre histoire personnelle - c'est que l'étable et la mangeoire sont destinés, par la grâce de Dieu et notre foi, à devenir des habitations plus solennelles : des temples !*** Ce que l'apôtre Paul dit ainsi à des chrétiens nés de Dieu : "Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu...?20 Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu. "
Et " Si quelqu'un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira ; car le temple de Dieu est saint, et c'est ce que vous êtes."

Bien cordialement en Christ.

Un chant motivant
 

_________
* On a aussi dans la Bible l'image de la pêche
** ce que la religion catholique a déformé en purgatoire.
*** Ainsi, puisque depuis le début il y a forcément des odeurs sous-jacentes aux espaces évoqués, voyons encore ce verset qui confirme sans ambage ce qu'on a abordé ici : "Nous sommes, en effet, pour Dieu la bonne odeur de Christ, parmi ceux qui sont sauvés et parmi ceux qui périssent :16 aux uns, une odeur de mort, donnant la mort ; aux autres, une odeur de vie, donnant la vie. -Et qui est suffisant pour ces choses ? -17 Car nous ne falsifions point la parole de Dieu, comme font plusieurs ; mais c'est avec sincérité, mais c'est de la part de Dieu, que nous parlons en Christ devant Dieu."

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2016 1 26 /12 /décembre /2016 11:02

Cet article fait suite à celui ici....

B - NOURRI DE LA VIE DE JESUS
C'est tout le sens de sa mise dans la crèche - en réalité une mangeoire pour animaux - après sa naissance.
C'est un raccourci de langage que de dire que la mangeoire est notre moi ! On comprend que la mangeoire est plus précisément notre corps (physique), par quoi notre être intérieur peut être alimenté concernant ses dimensions propres (psychique et spirituelle). La comparaison, ou plus exactement la correspondance est donc juste et préci(eu)se entre ce temps de la venue dans notre monde matériel de Jésus, et ses venues ultérieures par son Esprit dans l'univers intérieur dont notre conscience personnelle est le point culminant.

Ainsi Jésus est né pour donner sa vie pour nous comme une nourriture - et il l'a fait jusqu'au bout.
Car NOUS AVONS CHACUN BESOIN D'ÊTRE NOURRI DE LA VIE MÊME DE DIEU*... si du moins nous voulons ne pas mourir de la seconde mort. Apocalypse

La correspondance donc se poursuit, qui nous est compréhensible - dans toute sa logique - au plan spirituel comme physique : après être né, le bébé a besoin d'être nourri le restant de sa vie terrestre par des aliments de ce monde. Pareillement, après être né-e de Dieu, vous comme moi avons besoin de nourrir cette vie nouvelle en nous, cette vie de notre esprit activée par l'Esprit de Dieu, ce qui est la vie éternelle, et ce qui forme le fond de notre identité la plus personnelle et durable (psychique).

Ainsi quelqu'un qui est né spirituellement, non seulement vit de la vie de l'esprit né dans son étable - nettoyé*... -, mais encore a soif et faim de nourriture solide venant du Ciel, qui correspondant à cette dimension supplémentaire de sa vie.
C'est le sens de cette parole, énigmatique pour les religieux (d'alors et peut-être encore de maintenant), que dit Jésus au chapitre 8 de l'Evangile selon Jean : "En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi a la vie éternelle.48 Je suis le pain de vie... 50 C'est ici le pain qui descend du ciel, afin que celui qui en mange ne meure point.51 Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement ; et le pain que je donnerai, c'est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde.52 Là-dessus, les Juifs disputaient entre eux, disant : Comment peut-il nous donner sa chair à manger ?53 Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme, et si vous ne buvez son sang, vous n'avez point la vie en vous-mêmes.54 Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour.55 Car ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang est vraiment un breuvage.56 Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi, et je demeure en lui.57 Comme le Père qui est vivant m'a envoyé, et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mange vivra par moi.58 C'est ici le pain qui est descendu du ciel. Il n'en est pas comme de vos pères qui ont mangé la manne et qui sont morts : celui qui mange ce pain vivra éternellement."

 


Pour appuyer cette exhortation à comprendre et apprendre à se nourrir de Jésus, il a aussi institué un mémorial : la Sainte-Cène ou Repas du Seigneur, inaugurant cette pratique lors de son dernier repas (nocturne), qui était aussi le repas plus que symbolique de "la Pâque" : On lit cette ordonnance intemporelle ici.

C'est ainsi que Jésus va devenir l'agneau qui devait être sacrifié pour la rémission des fautes pendant la nuit de la sortie d'Egypte au temps de Moïse, ultime mouvement divin vers la rédemption de tous les hommes dont l'Eternel-Dieu - qui a de la suite dans les idées à travers les époques - avait aussi fait allusion de manière étonnante auprès d'Abraham (Genèse 22). La première expression de la nécessité d'un sacrifice rédempteur (expiation et propitiatoire envers quiconque y croyant s'en approprie les vertus) remontant à l'origine de la chute adamique : "L'Éternel-Dieu fit à Adam et à sa femme des habits de peau, et il les en revêtit." (Genèse ch. 3, v. 1 à 21)...

 

On apprend tous à manger pour nourrir notre corps. De même pour nourrir notre âme (avec ses capacités et potentialités que sont l'intellect, la mémoire, les affections, la volonté), on apprend, notamment par l'école et tous les contacts avec notre environnement physique et psychique. Et tout pareillement il faut à l'esprit en nous des nourritures qui lui correspondent pour grandir en vitalité, en foi, en amour, patience et autres attributs spécifiques à l'Esprit.

Dans ce cadre de la connaissance, on peut se souvenir de la parole toujours actuelle de Montaigne qui avertit qu'"il vaut mieux des têtes (mot qui traduit notre conscience du Réel) bien faites (ce qu'on peut traduire par équilibrée) que des têtes bien pleines (ce qu'on continue bien malencontreusement à faire...)."

Pour bien faire donc, on va se nourrir de Jésus, et ce en ce qu'il est de plus puissant en lui-même : Parole de Dieu. C'est ce qu'il est en lui-même dès avant que tous les mondes soient créés, et c'est ce qui a été donné à des hommes d'écrire de la part de Dieu. Il s'agit globalement de ce qui forme la Bible** ; mais encore de beaucoup d'autres paroles (dites, écrites ou même reçues en pensée) qui peuvent venir à nous de diverses manières de la part de Dieu : des paroles ou images essentiellement caractérisées par leur à propos.
Globalement, on va se nourrir ainsi de Jésus, directement ou indirectement, comme on trouve écrit dans le livre de la création de l'Eglise (Actes des Apôtres, au chapitre 2) : "Ceux qui acceptèrent sa parole furent baptisés ; et, en ce jour-là, le nombre des disciples s'augmenta d'environ trois mille âmes.42 Ils persévéraient
- dans l'enseignement des apôtres (pour nous le Nouveau Testament),
- dans la communion fraternelle (les rencontres entre chrétiens),
- dans la fraction du pain (le repas figurant et rappelant le don de toute sa vie par Jésus - dont j'ai parlé plus haut),
- et dans les prières."

Cela n'a pas à être suivi comme un légalisme, comme le contenu d'une religion à pratiquer absolument pour plaire à Dieu ; mais doit être vécu dans le désir que crée la vie même de l'esprit en nous, selon que notre esprit (quand il est vivant, vivifié) aspire aux choses de l'Esprit, est attiré par ce qui me donne - au final à moi en tant que "moi-je", mon être "psycho-spiritualisé" - sa force pour être et demeurer dans la foi qui contribue à mon salut éternel.
Cette construction du moi-je que je suis - déjà et toujours en train de devenir - ne sera révélé dans son éclat qu'après son périple terrestre, parcouru dans ce corps mortel, au coeur des dualités. En attendant je le vis de manière dynamique : Moi - la mangeoire et l'animalité qui mange -, m'alimentant du meilleur pour le devenir*** ; Moi dont le coeur d'abord étable a été purifié, apparait progressivement sanctifié, éclairé, amplifié par le pardon divin, par des délivrances et autres expériences spirituelles transformantes...

à suivre...

Soyez béni-e en cette fin d'année - et à la suite -, n'oubliant pas que si le corps a besoin de nourriture
1/ Trop c'est trop... et il vous rendra son mécontentement si vous écoutez plutôt le plaisir du palais et des papilles que celui de l'estomac et autres organes sensibles à leur façon,
2/ et aussi l'esprit a besoin d'un contact avec ce qui le concerne et le vivifie...
Je vous embrasse dans l'amour du Sauveur.

__________
* Ce développement relative à la venue de Jésus dit encore, pour qui ne l'a pas personnellement réalisé ou vécu en lui-même, que Jésus est bien Dieu - incarné, descendu dans un corps humain. Il dit aussi l'équivalence qu'il y a entre Jésus Dieu fait homme et l'Esprit de Dieu - qui est une autre expression de la Divinité (Dieu Un et multiple en même temps...).
** 2Timothée 3.16 - Hébreux 4.12 - Matthieu 4.4 - Marc 13.31 -
*** Philippiens 4.8

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2016 6 24 /12 /décembre /2016 10:03

Dieu fait bien souvent les choses en tant que réalité immédiate, avec le sens premier de la réalité qu'est la chose apparue, et en même temps comme image figurative d'une autre réalité, quelque part similaire mais aussi différente, plus ou moins profonde, plus ou moins générique, en tout cas décalée dans l'espace et le temps.


C'est ainsi que
A - la naissance de Jésus dans une étable (écurie),
B - placé dans une crèche (mangeoire),
est aussi l'expression de ce qu'il voudra par la suite - c'est-à-dire pour nous maintenant :
 

A - NAÎTRE EN NOUS, par son Esprit - comme il fut déposé initialement par le même Esprit dans le sein de la jeune Myriam - Marie. Naître dans l'écurie de notre coeur ! Pas très flatteur pour nous que cette comparaison ! Qu'en est-il de la dignité dont nous aimons nous revêtir les uns les autres !?... alors justement que Dieu voit nos coeurs comme des étables, avec de la paille souillée, des excréments, des odeurs ou chaleurs animales ! Osons regarder de la sorte !

Voyons, observons objectivement, découvrons, ce que Ce nouveau-né vient, par le cadre physique qui accueillit sa naissance, nous révéler de fondamental quant au cadre psychique (notre âme) dans lequel il veut poursuivre sa conquête sur le mal possédant la terre et nous-mêmes. Ne voit-on pas dans ce coeur profond de nous-même, sous la lumière et dans les coins les plus obscurs :
- des mensonges ? De la tromperie et autres diverses manières de dire faux, de ne pas être vrai en face de l'autre - et sans le savoir contre nous-même ? Avant, j'avais cette capacité extraordinaire, outre de mentir, de dire même ce que je ne savais pas, comme si je le savais !
Ainsi on veut (même peu consciemment) passer pour plus qu'on est. Ou cacher une situation trouble, injuste, inavouable. Ou encore se tirer de situations où on n'est pas à notre avantage, où on risque d'être découvert... comme ressemblant peut-être plus à un cochon ou une truie qu'au beau cheval ou à la douce biche qu'on voudrait paraître...

- de la jalousie dans nos coeurs, des sentiments réactifs des plus surprenants parfois, quand on voit quelqu'un tourner autour de celui ou de celle qu'on aime, avec la peur qu'il nous le ou la prenne. La jalousie a initié des drames terribles, ce qu'on appelle crime passionnel par exemple, actes de violence inconsidérés ou même froidement réfléchis. Car la jalousie a cette capacité terrible de faire perdre la raison (même aux plus socialisés), d'induire la vengeance quand le mal qu'on nous a fait parait insupportable, au point qu'on doit faire payer nous-même...

- On peut aussi facilement être mesquin, médisant, voire calomnier. Qui n'a jamais critiqué de manière négative, condamné quelqu'un auprès d'autres personnes alors qu'il aurait mieux valu se taire ? Même malgré une bonne éducation à la sociabilité, la critique qui met la faute sur autrui nous colle bien souvent à la peau. Depuis Adam et Eve, on voit toujours premièrement la paille dans l'oeil de l'autre plus que la poutre dans le nôtre ! ce qui est souvent la même pièce vue en perspective. On dit aussi que montrer quelqu'un du doigt (de l'index), c'est tourner les 3 autres doigts dans notre direction.
Et donc dans ce coin aussi ça sent mauvais chez nous, au plus profond de nous-même et jusqu'à exhaler nos odeurs alentour. Rejoignons donc le diagnostic plus général encore de Jésus au sujet de notre coeur/étable (rapporté par Marc ch. 7) "Vous aussi, êtes-vous donc sans intelligence ? Ne comprenez-vous pas que rien de ce qui du dehors entre dans l'homme ne peut le souiller ?19 Car cela n'entre pas dans son coeur, mais dans son ventre, puis s'en va dans les lieux secrets, qui purifient tous les aliments.20 Il dit encore : Ce qui sort de l'homme, c'est ce qui souille l'homme.21 Car c'est du dedans, c'est du coeur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres,22 les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l'orgueil, la folie.23 Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans, et souillent l'homme."
Or "pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l'étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort." Apocalypse

Mais chacun de nous sait bien ce qu'il en est de son propre coeur, dès lors que Dieu s'approche de nous ou que nous nous approchons de lui ! (et c'est encore parler sans les addictions de toutes sortes qui généralement viennent s'ajouter à nos penchants ou pratiques préjudiciables pour que nous réalisions mieux notre condition de vie sans Dieu).
Il vaut donc mieux accepter de se voir le plus tôt possible - car demain ou l'heure qui vient n'appartient à personne de la terre - comme Dieu nous voit, que de se croire encore être quelqu'un qui n'a pas besoin de Dieu (selon cette autre parole de Christ).

La SOLUTION !?... est simple :
"Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. 10 Si nous disons que nous n'avons pas péché, nous le faisons menteur, et sa parole n'est point en nous." 1ère lettre de Jean.
Actes des Apôtres ch. 2, vers. 38 et sv.
Actes ch. 16, v. 31 et sv.
Ici une prière-guide pour aider à venir à Dieu afin de naître de lui.

B - ÊTRE NOURRI DE SA VIE
à suivre...

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2016 5 23 /12 /décembre /2016 09:25

L'Amour est une haute-montagne dans un lointain
Qui nous semble incertain.
Pourtant on l'aperçoit, on en goûte parfois
Le bonheur, la candeur, la loi
Qui fait taire les malheurs.

Ses sommets sont brillants et brûlants à nos cœurs
Mont-Blanc ou Everest, plus beau qu'un Kilimandjaro,
Avec des hauts-plateaux paisibles verdoyants
Et des eaux fraîches les parcourant,
Jaillissantes en torrent ou posées
En des lacs tendus noirs ou bleus
Reflétant leur écrin aux pics sans espoir.
Et je veux cet Amour !... Le gravir où c'est beau,
Me rouler dans ses vagues, ses ondes, ses cristaux…

Mais comment l'ordinaire que je suis
Le profane que je vis montera-t-il là-haut ?
Comme si un Pic du Midi et de nuit
Pouvait s'atteindre à la lueur d'une bougie,
A la force de mes pieds ou même
Avec un bâton religion qui ne sème
Que des ordres de marche, sans arche, sans nuée,
- Là où c'est l'intuition, le subtil, l'esprit vif,
L'Amour en sa passion qui seuls peuvent élever !
Et moi dans la vallée sombre et profonde,
Qui désire, souffre ou soupire parmi les ombres
Du Réel, sans zèle, faussement équipé
D'une laïcité qui tient du plomb dans l'aile,
De l'idée, pléthorique en envies, jouissive à l'envi,
Entropique à la fin, isolante - ni du froid ni du chaud -
Nous laissant seul-e, dénudé-e, sur un lit de rivière
Asséchée, sur un lit sans tain, défait, lit de rien.

L'Amour beau est trop haut, là où les êtres et les choses
Sont éternelles plus que les neiges, là où les grèves
Se désagrègent ou, balayées par la douceur
Eclosent de vie : l'amour est plein de vie !

Qui me fera monter, asseoir et contempler ?
L'abîme est trop immense, ce Dieu Amour
Que je veux, inaccessible, comme invincible,
Fermé, enclos, trop lisse, sans prise…
Je vois - mais est-ce un mirage, un faux espoir,
Réminiscence douteuse, encore simple ciboire ou enfin
Réponse clarifiante !? -, je vois du sang,
Du sang coulé, qui coule encore rouge vermeil,
Carmin, dissout la croûte, le Mal s'y engluant,
Avec aussi une eau, unique, lustrale, qui sort de ce roc élevé,
Forcé, percé, pillé mais pas abandonné
Qui donna, qui donne encore et donnera toujours,
Homme-roc dont les effets sur qui croit sont la paix
Et l'amour retenu en otage retrouvés.
Je regarde et je crois et voilà :
Aimé-e, croyant-e, je suis sauvé-e.

C.T. 12-12-16 ALGDDV

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche