Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mars 2018 4 29 /03 /mars /2018 19:43

Suite de la (bonne) nouvelle commencée ici

Jésus est maintenant cloué et attaché sur son instrument de supplice, une croix, depuis presque trois heures.
Le ciel a la couleur et la lourdeur d'une chape de plomb, tenue en suspens au-dessus du monde.

Dans un mouvement plein de courage, presque un soubresaut, Jean s'anime et se faufile pour rejoindre tout près de la croix deux femmes qu'il vient d'apercevoir et semble reconnaître. (les autres sont plus en arrière).

Jésus le regarde arriver... Jean n'ose pas lever les yeux. Il fixe les pieds ensanglantés, aux orteils crispés, transpercés par un énorme clou. L'émotion lui monte aux yeux et à la gorge. Il ne voudrait pas défaillir. Le sentiment qu'il a de sa fuite et de celle de tous les autres lui pèse atrocement depuis hier soir. Mais il veut être là, maintenant.

Jésus bouge un peu la tête du côté de sa mère qui est là depuis au moins deux heures, debout, vieillie, accablée, chancelante, l'âme comme traversée par un glaive. Créature là pitoyable, qui avait accepté avec tant de simplicité et d'innocence de servir l’Éternel Dieu, sans la moindre idée du scénario divin.
Hébétée, interdite, sidérée, sans plus pouvoir penser, ayant déjà connu les affres d'un veuvage quelque peu prématuré, il lui faut un soutien immédiat, sensible, aimant, pour ces jours de vallée de larmes et d'ombre de la mort qui plus que jamais sont là.
Sans céder à la sensiblerie, Jésus l'interpelle par un mot qui pose (comme il a déjà dû faire à Cana) une juste distance entre elle et lui :
- Femme... Voici ton fils.
Marie regarde Jean, à qui Jésus dit maintenant :
- Voici ta mère.
Le jeune homme (dont la maison est à Jérusalem) comprend qu'il lui faut prendre chez lui Marie et la garder près de lui. Ainsi pourra-t-elle entrer elle aussi dans la suite des événements...

 

Puis c'est une obscurité inouïe qui tombe sur le lieu (et sur toute la terre, fut-il dit après), qui durera pendant trois heures, de midi à quinze heures.
Trois heures de fin d'un monde, d'angoisses irrationnelles fondant sur le genre humain. L'épouvante règne comme dans une maison hantée où les démons tels des chiens ou des taureaux en furie exultent.

Jésus se remet à prier, se concentrant à l'extrême pour rester cohérent dans son âme. De la voix encore puissante d'un homme à bout mais qui ne veut pas désespérer, il lève la tête vers le ciel sombre et fermé et appelle son père :
- "Éloï, Éloï ! Mon Dieu! mon Dieu! pourquoi m’as-tu abandonné !?…
Sa voix se casse, il s'étouffe. Il est homme et plus rien qu'un homme livré aux pires conséquences des malédictions entrées en Eden dans le premier Jardin. Condition adamique déchue qu'il a acceptée et voulu épouser dans un amour inouï, pour en sauver le genre - à ce moment encore irrémédiablement condamné.
En sauver au moins quelques-uns.
Il poursuit à voix basse :
- "Pourquoi t’éloignes-tu sans me secourir, sans écouter mes plaintes ?... Éternel, ne t’éloigne pas ! Toi qui es ma force, viens en hâte à mon secours ! Protège mon âme contre le glaive, ma vie contre le pouvoir des chiens! Sauve-moi de la gueule du lion, délivre-moi des cornes du buffle ! … Je publierai ton nom parmi mes frères, Je te célébrerai au milieu de l’assemblée…"

Le temps s'est éternisé comme ne pouvant pas aller plus loin. L'air semble manquer. Le soleil darde ses rayons comme des guêpes dans les chairs à vif où se mêlent la sueur et le sang. Partout sans bruit des mouches excitées sucent le sang et les humeurs. Il voudrait les chasser ; se gratter...
Dans l'invisible Satan exulte.
C'est son heure. Enfin l'heure de sa victoire absolue ! Judas s'est suicidé - tant pis pour cet imbécile qu'il aurait revêtu de la puissance ! C'est la fin de ce Jésus qui voulait, qui pensait lui tenir tête et débandait ses hordes avec impudence. C'est désormais la voie à sa toute-puissance à lui, Astre éternel brillant qui va pouvoir se faire adorer par tous : La terre est à lui, pour l'éternité !

¤

La lumière du jour revient et un vent d'est apporte des bruits de l'activité du temple. C'est l'heure du sacrifice. Des agneaux bêlent. Jésus les entend et parvient à les écouter, lointains comme venant d'un autre monde. De beaux agneaux de l'année, sans défaut et sans tache. Les plus beaux des troupeaux... quand encore les coupables ne trichent pas sur la qualité requise. Des agneaux qui ne prospéreront pas, bientôt égorgés...
Jésus sait qu'il est la fin de la Loi (des religions en tant que système), l'accomplissement de la justice divine ; Celui qui fait naître la foi qui sauve et peut la rendre parfaite. Dans un souffle court et d'une voix affermie il peut dire maintenant :
- Tout est accompli.

Nicodème apercevant la tête qui tombe sur la poitrine, se souvient de la parole de Jean le Baptiste qu'on lui a rapportée : "Voici l'agneau de Dieu qui ôte le péché du monde."
Quel prodige ! se dit-il en fixant la croix... sur laquelle il voit maintenant le Dieu descendu élevé comme un trait d'union entre ciel et terre, sanguinolent comme tous les holocaustes et tous les sacrifices consumés par le feu sur l'autel.
Rendu de la couleur bariolée sombre des péchés de la race humaine, il semble là comme incrusté au bois à jamais. Tout à la fois bouc-émissaire honni, sacrifice de culpabilité propitiatoire, offrande d'agréable odeur à l’Éternel. Jamais la terre ne reverra pareil et si puissant spectacle !

Au cœur du silence et des murmures, soudain Jésus pousse un grand cri tout en disant d'une voix exténuée :
- Père… je remets mon esprit entre tes mains.
Et il expira.

Le centenier romain qui se trouvait en face de lui, voyant qu'il avait ainsi expiré, dit : Vraiment cet homme était fils de Dieu !

¤


- Heureusement que tu avais fait tailler ce sépulcre, dit Marie de Magdala à Joseph d'Arimathée.
- Je crois qu'il n'y a pas de place pour le hasard avec notre Dieu, répond modestement l'homme riche.
- C'est vrai, Dieu ne joue pas aux dés comme les romains, renchérit Thaddée.
Nicodème rejoint le petit groupe :
- Il s'est passé une chose, une chose si grande et si belle, dans le temple, exactement à l'heure où Jésus notre Mashiah a expiré : Le rideau, le gros rideau lourd qui sépare le lieu très-saint du lieu saint, s'est déchiré ! Entièrement ! En deux, et de haut en bas ! Vous rendez-vous compte ? De haut en bas.
- Par les bras puissants d'un ange ou par l’Éternel lui-même.
- Et qu'est-ce que ça veut dire frère Nicodème ?
- L’Éternel notre Adonaï nous dit qu'il a agréé la mort de son unique ! Qu'il a fait tomber par elle le mur de séparation et d’inimitié qui nous séparait tous de la glorieuse présence.
- On va pouvoir toucher Dieu alors, dit Thomas !?
- En quelque sorte oui.

- Maître, dit encore Thomas, je n'ai pas entendu ce que tu as rapporté à mes frères de ta rencontre de nuit…
- Je t'en prie - je vous en prie -, ne m'appelez plus Maître, car il y en a un seul et nous le connaissons maintenant.
J'ai dit que lorsque je suis allé le voir une certaine nuit, il m'a rappelé l'épisode que nos pères vécurent dans le désert quand leurs fautes avaient amené dans leur camp des serpents brûlants qui les faisaient mourir tous.
Moïse reçut alors de se faire une haute perche sur laquelle fixer un semblable serpent fait d'airain. Pour que chacun du peuple atteint par une morsure mortelle, qui y regarderait, ne périt pas mais conserve la vie.
Tout le petit groupe avait écouté l'ancien maître devenu disciple, et dans le silence chacun essayait de faire la translation de l'histoire ancienne à la crucifixion du Maître. La peur se dissipait ainsi par moment, sous une espérance qui semblait folle, que Jésus soit à nouveau parmi eux.

Nicodème dit encore : - Cela m'a aussi permis de comprendre la seconde parole (des 10 commandements), concernant les images taillées qu'Adonaï notre Seigneur abomine.
C'est qu'il y a dans notre histoire et dans toutes les choses visibles tout ce qui est nécessaire pour que par elles nous approchions et saisissions ce qu'il en est dans l'invisible vivant.
- C'est pour ça que notre Rabbouni parlait souvent en paraboles, dit une des Marie !
- Nous on n'a jamais aimé les images, contrairement aux autres peuples qui se font des idoles de pierre ou de bois, dit un autre disciple.
- Quand est-ce qu'il reviendra ?
- "L'an prochain à Jérusalem", répondit Nicodème mu par un certain automatisme.
Je veux dire que pour notre Seigneur mille ans ici sont comme un jour de son éternité. Vivons donc, puisqu'il nous accorde encore la vie, et attendons-le comme si son retour était pour ce soir ou demain.
Matthieu - Il a dit aussi de nous aimer ! Et d'aimer même nos ennemis. Et ça pour moi c'est pas facile…
- Pour personne, dit Jacques. Mais essayons, et avec des efforts on y arrivera au moins un peu.
- C'est un commandement que nous avons reçu, dit André !
- L’Éternel peut-il commander d'aimer ?!...
C'est Jean qui a posé la question, soulevant l'oxymore. Et il continua :
- Je ne sais pas comment il va faire, mais il nous donnera lui-même cette capacité. Sondons encore les Écritures des rouleaux ; je suis sûr qu'elles renferment à nos yeux, à nos cœurs - tout comme la nature - beaucoup de choses cachées magnifiques, qui peuvent nous aimer à comprendre.
Nicodème : - Oui, ce qu'il m'a surtout dit en cette nuit mémorable, lumineuse de son assurance et de sa douceur, c'est littéralement : Il te faut naître de nouveau ! Imaginez ma surprise ! Comment puis-je naître une seconde fois, lui réponds-je totalement déconcerté ?
Il m'expliqua alors la naissance spirituelle, celle qui vient tout changer dans le fond de nous-même, lorsqu'on reçoit l'Esprit du Très-Haut. J'ai juste compris qu'on doit de cette manière passer de notre insuffisante religiosité, à une dimension de spiritualité toute nouvelle.
- Loué soit-il, s'enthousiasma Thomas ! Il va nous faire renaître.

¤

Jésus est ressuscité ! Il s'est montré aux femmes qui courent le rapporter aux disciples. Est-ce possible ? Est-ce croyable ?

Le soir de ce même jour, alors que les portes de la maison où les disciples se trouvent sont fermées car ils ont (encore) peur des chefs juifs, Jésus vient se présenter au milieu d'eux et leur dit : - Que la paix soit avec vous !
Puis il leur montre ses mains et son côté, percés. Les disciples sont remplis de joie en voyant tout à nouveau leur Seigneur.

Jésus leur dit encore : - Que la paix soit avec vous ! Tout comme le Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie. Après ces paroles, il souffla sur eux et leur dit : - Recevez le Saint-Esprit !

Un feu nouveau venait d'être allumé sur la terre ! Des hommes et des femmes tout à fait ordinaires allaient désormais être changés en messagers de cette bonne nouvelle qui peut donner à quiconque croît la paix avec Dieu, ses protections et sa force pour reprendre le dessus sur les forces du mal.

¤

 

Dans un groupe de jeunes où il a été invité, très curieux Jérémie interroge :
- Pourquoi vous dites que Pâques est une fête alors que c'est le jour où Jésus a été tué !?
L'animateur lui explique, en lisant le passage biblique correspondant, l'événement qui est l'origine de la Pâque.
- C'est le souvenir d'une libération, de la délivrance de l'esclavage de tout un peuple. Voilà pourquoi c'est une fête, comme on fête la libération de 1945 par exemple.
Et surtout, ajoute l'animateur, ce qui compte c'est le rapport du sacrifice de Jésus avec chacun de nous aujourd'hui encore. Car bien au-delà du souvenir, c'est une œuvre intemporelle qui fut accomplie ce jour-là.
- Et c'est quoi ?
- C'est que Jésus étant mort pour qu'au fil du temps les péchés des êtres humains puissent être pardonnés, arrive un jour où c'est nous, personnellement, qui nous trouvons placés face à cette croix. Face au pouvoir potentiel immense de cette mort tout à fait unique.
Parce que Dieu a tellement aimé notre humanité marqué à mort par le péché, qu'il a donné ce fils sans pareil afin que quiconque croit en lui - toi comme moi - puisse échapper par sa foi aux angoisses de la mort et à la domination du péché.

Un jeune prend la parole :
- Moi je peux le dire : J'ai connu cette libération en croyant que la mort comme la résurrection de Jésus est une victoire. Satan croyait gagner, mais il a perdu. Jésus est maintenant mon Sauveur, depuis deux ans ; mon parachute par rapport à la chute d'Adam.
- Ah oui, belle image Adrien !
- Et vous dites il suffit de croire, demande Jérémie !? C'est un peu facile !
- C'est le point de départ. Ensuite la foi est, avec la raison, le fil rouge de toute notre existence dans ce bas-monde.
"Crois au Seigneur Jésus et tu seras sauvé !". Oui c'est facile. Mais pourquoi alors pas plus n'arrivent à le croire !?
- Oui, pourquoi ?
- Pourquoi les amis ?
Cyprien - Parce qu'on est tous bien formatés par la culture dans laquelle on naît. Dans un univers athée tu deviens naturellement athée, c'est logique !
Amid - Oui et quand tu es né dans une religion qui t'entoure de partout, tu te mets à croire comme les autres. Sauf qu'ici la laïcité te donne une porte de sortie ! Mais alors tu crois plus vraiment en Dieu, tu l'oublies, et même tu sais plus où tu en es.
- Voilà, ça c'est l'expérience d'Amid. Chacun a un parcours de vie différent avant d'arriver à Jésus.
Antoine veut prendre la parole :
- Moi j'ai eu du mal à croire parce qu'en fait je ne voulais pas avouer mes fautes à Dieu. Je me cachais pour faire des choses mal. Je disais que ça allait bien alors que ça n'allait pas du tout. Je me disais que Dieu peut-être me voyait, s'il existait. Mais je n'arrivais à lui dire ouvertement mon péché...
Et quand j'ai pu lui dire, voilà : j'ai été libéré et j'ai reçu sa paix.
Amid - Y a qu'en trouvant Jésus qu'on trouve Dieu. C'est comme ça ! Maintenant moi aussi je suis cool.
Jérémie - C'est pour ça que vous avez l'air si paisible tous !? C'est rare, et c'est un peu ce qui m'a attiré chez vous.
- Il dépend de toi de recevoir de Dieu le pardon de tes fautes et son Esprit-Saint. Parce que c'est par ce chemin que se trouvent la paix, l'amour, une vraie force face à l'avenir, et l'éternisation de ton âme, c'est-à-dire la vie éternelle...
Veux-tu cela maintenant toi aussi ? Attention : Il ne faut pas répondre oui pour nous faire plaisir ou juste pour faire partie du groupe ! C'est seulement si maintenant tu ressens un réel besoin de Jésus.


Claude Thé - @LGDDV - 2018

Une aide à la prière
Soyez béni-e.

Partager cet article
Repost0
27 mars 2018 2 27 /03 /mars /2018 14:05

- sous la forme d'une (bonne) nouvelle -

Yerushaláyim (Jérusalem), fin de la troisième décennie de notre ère. 6ème jour (jour où Dieu créa l'homme).

Salmon – Tu as entendu ce qui se passe du côté de Golgotha !?
David – Shalom Salmon ! Qu'est-ce qui se passe à Golgotha ?
Salmon – Les romains sont en train de crucifier des brigands.
David – Rien de bien nouveau !
Salmon – Quand même ! On arrive à un grand shabbat et les chefs du Sanhédrin (tribunal religieux) seraient à l'origine d'une des mises à mort ! Et ça avait l'air urgent de chez urgent d'après ce que j'ai entendu. Étonnant non !?
David – Pour dépendre les corps avant le commencement de la fête.
Arrive Moshé tout excité :
- Eh David, shalom, il paraît que c'est Jésus qu'on veut crucifier ! Tu sais, celui qui fait des miracles et a de bonnes paroles pour les pauvres.
David – Non !? Celui qu'on a vu guérir un paralytique à la piscine de Bethesda ?
Moshé – Oui et entends comment ça rouspète du côté de chez Pilate !
Arrive Josh – Jésus a été arrêté cette nuit. Il paraît qu'on est en train de lui donner les 40 coups moins 1 quelque part dans Antonia (Palais du gouverneur romain).
Salmon – Aïe ! C'est dur mais au moins il ne sera pas crucifié ! Qu'est-ce qu'il a bien pu faire pour mériter ça ?
Moshé – Il n'a pas été tendre avec les prêtres ! Je l'ai entendu les traiter de race de vipères !
David – Le racisme est-il une faute que condamne la Torah (la Loi ou Écritures qui fondent la religion juive) ?! D'ailleurs c'est même pas du raciste ! C'est comme quand il leur aurait dit que leur père c'est le diable. Il paraît qu'il y avait de l'orage dans l'air ce jour-là !
Moshé – Ça a toujours été chaud entre lui et tous ces religieux qui font les beaux par devant, mais dans le fond on ne sait pas tout ce qui se passe !...
Salmon – Si tu veux mon avis, c'est tous des hypocrites ; alors que Jésus, je l'ai vu et entendu une fois, c'est un parfait. Il guérit, il chasse les démons, et ses paroles - je sais pas comment dire... elles coulaient dans mon âme comme un miel liquide descend dans la gorge. Un délice !
Josh – Moi j'ai compris pourquoi il était si dur avec les prêtres et les lévites ! Parce qu'en fait ils se donnent pour justice uniquement les articles de la Torah, sans la moindre miséricorde. Et en fait, ils les transgressent, peut-être autant que nous (malgré toute notre bonne volonté). Alors Jésus les traite comme ils font eux-mêmes avec nous, selon la même loi, œil pour œil. Dureté pour dureté. A la différence d'avec ceux qui le suivent, à qui il manifeste de l'attention, de la compréhension... une gentillesse comme j'ai jamais vue.
Moshé - Ça ne veut pas dire qu'il méprise la Loi et que pour lui tout le monde il est beau, tout le monde il ira au Paradis ! Moi je l'ai entendu dire à la femme adultère - qu'il a sauvée de la lapidation : Va, et ne pèche plus !
David - Sinon la condition devient pire. Forcément !
Salmon – Tu as raison Josh, et toi aussi Mosh ; je comprends mieux maintenant… Je suis sûr qu'on n'imagine même pas la moitié du quart du sens de ce qu'il dit.
Moshé – Moi je connais un peu un apôtre - Jean il s'appelle -, je lui demanderai encore des choses.
Salmon – Hey, c'est quoi cette clameur !... Moi j'y vais, je sens qu'il se passe vraiment de drôles de choses ici ce matin…

¤

 

Face au mont Golgotha (autrement appelé Lieu du crâne), au nord-ouest de Jérusalem.

Élisée – Il parait que c'est Jésus.
Barthélémy – Oui. On le reconnaît même pas tellement ils l'ont massacré. Quels ss… (Il retient sa colère). L'horreur comme j'ai jamais vu… Comment des hommes peuvent-ils faire ça à un autre homme !?... Moi je comprends plus rien.
Élisée – Pour comprendre déjà, il faut voir Satan et les démons qui sont derrière tout ça !
Barthélémy - Au fait, je cherchais Pierre ! Tu l'as pas vu ?
- Non, pas vu.

¤

Jésus a été cloué sur le patibulum comme certains clouent une peau de bête sur une porte pour se protéger des mauvais esprits. Une fois les deux bras ficelés, il a été monté en l'air jusqu'à ce que la pièce de bois prenne sa place - dans un sursaut terrible, sur le poteau de la condamnation et du supplice.
Jean à Philippe : - Tu crois qu'il nous voit ?
- Je sais pas... Je sais pas ce qu'on a fait de mal pour en être arrivé là !?...
A côté d'eux Nicodème qui les a entendus cite la parole du prophète Isaïe :
- "Méprisé et abandonné des hommes, homme de douleur et habitué à la souffrance, semblable à celui dont on détourne le visage, nous l’avons dédaigné, nous n’avons fait de lui aucun cas. Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, C’est de nos douleurs qu’il s’est chargé; et nous l’avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié."

Jean et Philippe ont d'abord sursauté. Philippe a eu un mouvement de recul, presque de répulsion en découvrant à son habit qu'il s'agit d'un des prêtres du Temple. Celui-ci le regarde droit dans les yeux et poursuit sa lecture :
- "Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris."
- Mais attends Maître, l'interrompt Jean. Que dis-tu là !? D'où tiens-tu ces paroles ? Tu es prophète ?
- C'est Isaïe qui a prophétisé il y a 700 ans : "Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait sa propre voie; Et l’Éternel a fait retomber sur lui l’iniquité de nous tous. Il a été maltraité et opprimé, Et il n’a point ouvert la bouche, Semblable à un agneau qu’on mène à la boucherie, à une brebis muette devant ceux qui la tondent; Il n’a point ouvert la bouche."
Les yeux et les oreilles grand ouverts quelques hommes présents ont écouté, comme magnétisés par ces paroles étrangement nouvelles.
- Mais, mais j'ai jamais entendu cette écriture dans la synagogue, réagit Philippe ! Tu es sûr ? Et pourquoi n'es-tu pas avec les autres du Sanhédrin, là-bas ?
- L’Éternel Adonaï notre Dieu sépara le premier jour la lumière d'avec les ténèbres, après qu'il l'eut prononcé. La lumière est venue mais ils ne l'ont pas reçue. Ils ont préféré rester attachés à leurs œuvres sombres, cachées, que pourtant lui est venu nous rendre visibles, plus encore que les paroles de notre Loi.
Jean – Et toi tu as cru que Jésus…!?
- Est l'oint de l’Éternel, le fils du Psaume deuxième. Peut-être celui-là même que le prophète annonça encore comme devant naître d'une jeune fille vierge… On le saura bientôt.

- Il a dit quelque chose ! Il a dit quelque chose !
Comme une vague qui roule, un murmure sourd parcourt les rangs épars.
- Quoi, quoi ?
- Il a dit "Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font."
Nicodème – Alors c'est bien lui.
Parce qu'instantanément il s'est souvenu de la fin de cette prophétie : " il a intercédé pour les coupables."
- Hashem soit loué ! C'est lui !
Son cœur se gonfle comme la voile d'une embarcation qui prend le meilleur des vents. Il n'a jamais été aussi heureux de toute son existence.

Au bout d'un moment où chacun reste tendu vers la croix dans l'attente d'une autre parole, Jean ajoute :
- Je le crois aussi… Pierre avait été inspiré par la Rouah du Très-haut quand il avait dit sans la moindre réflexion : - Tu es le fils du Dieu vivant !
Nicodème – C'est cela. On y est les enfants ! C'est notre Mashiah. C'est le Messie de notre peuple.
- Mais Maître, réagit Philippe, il est en train de mourir là !?
Au même moment une pensée pleine de vie le traverse et il ajoute sur un tout autre ton :
- Il va ressusciter ! C'est ça, on va le voir ressusciter !? Comme il a fait avec Lazare à Béthanie ! Oh oui ça va être glorieux ; pour fermer la bouche à tous ces religieux qui n'ont eu que l'endurcissement comme réponse à ses lumières. Pour mettre dehors ses romains qui nous prennent pour des esclaves.
- Chuuut ! fait Nicodème. Attendons, et ne risquons pas d'attirer l'attention au détriment du plan de Dieu.

C'est que l'homme connaît la suite du chapitre 53ème d'Isaïe dont il se dit intérieurement la suite : "Il a été enlevé par l’angoisse et le châtiment ; et parmi ceux de sa génération, qui a cru qu’il était retranché de la terre des vivants, et frappé pour les péchés de mon peuple ? On a mis son sépulcre parmi les méchants, son tombeau avec le riche. Quoi qu’il n’eût point commis de violence et qu’il n’y eût point de fraude dans sa bouche. Il a plu à l’Éternel de le briser par la souffrance… Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, Il verra une postérité et prolongera ses jours; et l’œuvre de l’Éternel prospérera entre ses mains. A cause du travail de son âme, il rassasiera ses regards. Par sa connaissance mon serviteur juste justifiera beaucoup d’hommes, et il se chargera de leurs iniquités. C’est pourquoi je lui donnerai sa part avec les grands; il partagera le butin avec les puissants. Parce qu’il s’est livré lui-même à la mort, et qu’il a été mis au nombre des malfaiteurs; parce qu’il a porté les péchés de beaucoup d’hommes, et qu’il a intercédé pour les coupables."

Sur la croix, délaissé comme un simple - ou le pire - homme pécheur, Jésus parle à son céleste père :
- "Je suis un ver et non un homme, l’opprobre des hommes et le méprisé du peuple. Tous ceux qui me voient se moquent de moi. Ils ouvrent la bouche, secouent la tête :
- Recommande-toi à l’Éternel, disent-ils partagés en deux entre la haine et la crainte ! L’Éternel le sauvera, Il le délivrera, puisqu’il l’aime !"

Jésus lutte contre les pensées qui tourbillonnent et s'agitent  au-dedans de lui. Il veut revenir à son père. Il veut ne pas se laisser esseulé, enfermé dans la souffrance et l'hystérie qui sévissent jusqu'à perdre le sens de qui il est. Ne pas lâcher la main perdue du père, dont il ne perçoit absolument plus rien :
- "Dès le sein maternel j’ai été sous ta garde: dès le ventre de ma mère tu as été mon Dieu. Ne t’éloigne pas de moi quand la détresse est proche, quand personne ne vient à mon secours! De nombreux taureaux sont autour de moi, des taureaux de Basan m’environnent. Ils ouvrent contre moi leur gueule, semblables au lion qui déchire et rugit. Je suis comme de l’eau qui s’écoule, et tous mes os se séparent. Mon cœur est comme de la cire, Il se fond dans mes entrailles. Ma force se dessèche comme l’argile, et ma langue s’attache à mon palais. Tu me réduis à la poussière de la mort. Car des chiens m’environnent, une bande de scélérats rôdent autour de moi. Ils ont percé mes mains et mes pieds. Je pourrais compter tous mes os. Eux, ils observent, ils me regardent; ils se partagent mes vêtements, ils tirent au sort ma tunique."

Autour le temps semble arrêté.

à suivre
 

Partager cet article
Repost0
17 mars 2018 6 17 /03 /mars /2018 13:50

Beaucoup de personnes aujourd'hui encore disent ou pensent
que les animaux n'ont pas d'âme.
Mais la Bible dit que les animaux sont comme l'homme "une âme vivante".

Par ses yeux (fenêtre de l'âme !), le sentiment d'étonnement mêlé de crainte
de ce chaton ne vous apparait-il pas ?
...Mais les ressemblances n'excluent ni n'annulent les différences !...

Les animaux ne savent pas construire un langage.
L'être humain est distinct de tout le reste du règne vivant en ce qu'il est capable de créer des langages (des langues parlées, articulées et articulables, aussi des langages mathématiques, informatiques, symboliques, culturels…).

Bien plus que l'animal donc, l'être humain est capable de prouesses phénoménales, de découvertes et d'inventions merveilleuses… mais il est aussi capable des pires crasses, d'actes de cruauté sidérants, de manipulations psychologiques et (désormais) génétiques sur une échelle qui va des moins respectueuses de l'environnement et de la personne aux plus abjects.

ET DONC !?
No problem ! No questionnement ?
Non ! A cause de tout cela, il faut qu'en tant qu'être - digne de cet adjectif : humain, que nous sachions bien mieux qui nous sommes ?!
a) Créature de néants qui les unes les autres se télescopent, s'attirent et se repoussent aléatoirement depuis l'origine de la vie - celle-ci étant dans ce cas présumée apparue par hasard (rien que par des hasards !), sans intention ni finalité, ce qui fait que tout y est essentiellement absurde (vision existentialiste), dépourvu de sens, de cohérence, de surnaturel !? Est-ce votre vue des réalités ?...

b) ou bien nous sommes créature problématique, à l'image dérivée d'un esprit puissant qui a quelque chose de notre père, qu'on appelle Lucifer, Prométhée, le serpent ancien, Satan ou le diable !? Il est évident en ce sens que bien sûr le mal existe, et parfois en étant "plus fort que nous", proliférant plus facilement qu'on ne parvient à construire de bonnes relations durables. Ainsi, on n'a pas besoin d'apprendre à un enfant à mentir... mais il faut lui apprendre à dire la vérité.

c) ou encore sommes-nous créature d'un Dieu parfait, éternel, unique qui est en soi le Bien, le Beau, le Bon, qui nous dota, dans son image, de beaucoup de capacités et potentialités, dont aussi une liberté que ne possède aucune autre créature vivante de la terre !?
Espace spécifique de liberté, ici comprise comme accordée par un Créateur, si réelle que par elle on est chacun capable de sortir du bien (du beau, de l'aimable, de l'honorable, du juste, de la vérité, de la paix... plus facilement que d'y revenir), jusqu'à devenir la création d'un autre - du dit-diable, de Satan-Lucifer et encore de ses hordes d'anges déchus comme lui et devenus les démons.

¤

En vérité, on est bien chacun cumul de c) et de b), des êtres hybrides, des fruits génétiquement modifiés qui unissent si difficilement la Lumière et les ténèbres, le Sublime et l'horreur, la permanence et la corruption, des vérités et des mensonges mêlés et scellés... par une usurpation initiale (comme il est écrit ici).
De là la situation duelle malaisée à terrifiante dans laquelle on est tous aujourd'hui encore.

ILLUSTRATION
Dans cette image du mal résidant, en nous plus fort que faire le bien, on a pu entendre ces derniers temps l'histoire d'un septuagénaire qui réussit pendant très longtemps à abuser de dizaines de femmes qu'il hameçonnait sur internet (sous l'apparence d'un beau jeune homme), et qui finissait par copuler avec elles à partir d'un scénario trompeur suffisamment tentateur pour séduire celles qui croyaient qu'il suffit d'être libre de ses choix et de ses déplacements pour trouver son bon plaisir voire le bonheur.... Rien de nouveau sous le soleil ! Seulement les formes et forces des violences et des tromperies changent.
La Bible dit encore qu'on est chacun amorcé par sa propre convoitise, et que la convoitise étant consommée, elle produit la mort (au moins spirituelle, au pire physique).

ET DONC !?
Il faut choisir de savoir Qui on est, si on ne veut pas être la proie de ces esprits démonisés qui insécurisent nos pays et nos rues (et peuvent venir jusqu'en nous-mêmes), d'autant qu'on leur ouvre des portes pour entrer dans nos sphères personnelles ou collectives (de politique à conjugale) ! C'est la question capitale de notre première identité : De qui sommes-nous d'abord issus ?  Et encore Quelles sont les forces réellement en présence dans ce monde ?

COHÉRENCE DANS LE RÉEL
Déjà la physique nous répond : Ce qui est le plus puissant dans tout l'univers, ce ne sont pas les corps visibles (soleil, planètes, et autres étoiles), mais les forces invisibles qui tiennent et repoussent les corps (forces électromagnétiques, ondes de transport de données, forces quantiques...).
Quid chez nous avec la force de la pensée, et infiniment de Dieu, et des anges, compris les entités dénaturées rusées et méchantes.

Aux religieux de son temps qui se défendaient en disant qu'Abraham était leur père (ce qui était vrai sur le plan physique, génétique), Jésus répond : C'est pas vrai ! La vérité, c'est que votre père c'est le diable !
Jésus regarde au plan psycho-génétique, de leur âme (dont le corps physique est ,dans la normalité, le véhicule plus que le directeur), et il leur dit : Votre père c'est le diable, parce que vous obéissez à ses injonctions, vous vous soumettez à ses tentations. (lire ici)

Il est capital de savoir que nous existons entre la rive de l'éternité qui nous précède, et celle de l'éternité que le développement de notre conscience individualisée nous permet d'apercevoir (tout ne finissant pas avec nous), et dans laquelle à tout moment on peut entrer...

HUMAIN A PART ENTIÈRE OU PARTIELLEMENT ?
Si on ne s'arrête pas à ce genre de considération fondamentale pour en connaître la vérité, on aura été en quelque sorte comme un de ces milliards de spermatozoïdes produits et éjaculés pour rien dès lors qu'ils n'atteignent pas la cible unique prédisposée à la fois pour leur fin et pour leur métamorphose glorieuse : un ovule.
...La cible étant à notre niveau la sphère de Dieu lui-même, son Royaume éternel aux capacités et développements infinis... et plus encore…

Qui êtes-vous ? C'est à vous à le savoir - chacun pour notre part de conscientisation. Que voulez-vous devenir ?
Votre objectif et fin est-ce seulement de mourir à cette terre ?
Et si la réalité va bien au delà, et que vous ne le sachiez pas ?... Considérez tout le temps que vous passez à telle ou telle activité qui n'est pas vitale, et combien vous en avez passé à chercher la vérité sur Dieu, sur l'immortalité réelle ou potentielle de votre âme - c'est-à-dire de vous-même !

La vie, "on est vraiment rien sans elle" ! Des foules entendent tous les soirs depuis des années ce refrain du générique d'une série télé ! Mais qu'est-ce que ça veut dire !?...
Tout de surface, on se laisse ainsi bercer (ou secouer l'instant d'après par un nouveau thriller) avant d'aller se coucher abruti plus que lucide sur ce qu'on a fait de cette journée... Et ainsi, jour après jour, on se laisse endormir (et en même temps on n'arrive plus à trouver le sommeil !) par les idées et modes ambiantes d'un système qui vit sans Dieu - sans réaliser qu'"on est vraiment rien sans... LUI" ! Encore combien de temps ?
Jusqu'au dernier sommeil, où il ne restera plus qu'à découvrir avec effarement et en toute impuissance où nos choix et notre insouciance nous auront conduits.

Bonne quête ! Il en est maintenant encore temps : On ne sait jamais avec assurance de quoi tout à l'heure sera fait.
Or le jeu en vaut la chandelle, et ... *:) Heureux "un peu plus", ce que Dieu appelle l'éternité, une place dans son Royaume de vies sans fin, le véritable Paradis.
Sinon ce sera éternellement rien moins que tout le contraire du Bien...
Bénédictions de sa part. Il est vivant. Cherchez-le en vérité.

Prière-guide de réconciliation avec Dieu

Partager cet article
Repost0
13 mars 2018 2 13 /03 /mars /2018 13:16

 

"JÉSUS, L'ENQUÊTE" est un film A VOIR surtout
- si vous vous posez des questions sur : Qui est réellement Jésus, ou sur le christianisme ;
- si vous êtes hostile à tout ce qui est religion et à toute foi ;
- si connaître la vérité est pour vous un point important dans notre relation au réel, à nous-même et au reste ;
- si vous êtes déjà chrétien-ne ;

La bande-annonce (trailer) en cliquant ici  (il est en français dans les salles).
Ouvert à vos réactions (privé ou en commentaire)...
Soyez béni-e.

Partager cet article
Repost0
27 février 2018 2 27 /02 /février /2018 13:11

La vie et la mort et la signification des rêves (songes, cauchemars, visions) sont les deux sujets d'articles les plus lus ici. Si vous fréquentez mon blog depuis peu - et bienvenue aux nouveaux abonnés de ces derniers jours - , les voici si cela vous intéresse :
LES 5 TYPES DE MORT    -    RÊVES ET AUTRES SONGES ET CAUCHEMARS...

Soyez béni-e dans vos lectures.  Que le Dieu vivant et vrai vous donne de toujours mieux connaître et comprendre le sens de votre existence et présence ici maintenant.

citations de C.S. Lewis (auteur des Chroniques de Narnia) :
« Dieu ne peut pas nous donner le bonheur et la paix en dehors de lui-même, précisément parce qu’il n’y est pas. »

« Le christianisme, s’il est faux, n’a aucune importance, et s’il est vrai, est d’une importance infinie. La seule chose qu’il ne peut pas être, c’est modérément important. »

Un chant

Partager cet article
Repost0
26 février 2018 1 26 /02 /février /2018 21:23
 
 

C'est une histoire vraie qui est à l'origine de ce film de Spielberg :
toute une fratrie qui aurait été décimée, en Amérique,
dans la guerre de Sécession.

Le film quant à lui, met en scène de jeunes soldats américains dans le cadre de la bataille de Normandie, venus pour libérer la France de l'autorité démoniaque du national-socialisme (nazisme). James Francis Ryan a été parachuté derrière les lignes ennemies. L’État-major est sans nouvelles de lui et, sachant que ses trois frères ont été tués dans d'autres combats. il est décidé de monter un commando pour le récupérer. (pour plus ici).
C'est finalement au prix de la vie de plusieurs autres soldats que le soldat Ryan est sauvé.

ÉTAT DES LIEUX
Cela nous parle de l'état dans lequel se trouve la  terre toute entière : prise dans une guerre très mystérieuse, où s'allient séductions, tromperies, manipulations, bien (un peu), violences, cruautés... Même si des bombes n'explosent pas tous les jours, même si le feu n'est pas incessamment nourri partout, on y trouve très régulièrement des tueries, des combats ethniques, des ennemis tout proches, la haine, la délation, les collabos, des traitrises, des gains honteux, des viols, des expropriations, une économie entravée, la peur, l'insécurité, des lois restrictives de liberté... et une certaine résistance !

La Bible dit que "le monde entier est sous la puissance du mal (ou Malin)." et encore "Car la création a été soumise à la vanité - non de son gré, mais à cause de celui qui l'y a soumise (Satan, un ange déchu) -,21 avec l'espérance (pour nous) qu'elle aussi sera affranchie de la servitude de la corruption, pour avoir part à la liberté de la gloire des enfants de Dieu.22 Or, nous savons que, jusqu'à ce jour, la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l'enfantement."

Et dans ce monde soumis au mal, il n'y a qu'une fin réelle apparente : la mort ! (Une mort parmi d'autres en réalité), la mort physique, qui n'est pas la fin de tout, la fin dernière.
Car la fin (physiologique) du corps, n'est pas notre fin : on est une âme dans un corps, et non un corps seulement.

Et la Bible annonce que cette âme - siège de notre réalité consciente, qui nous faire dire "moi" et "je" - est en danger dès lors que l'esprit (part de Dieu lui-même en nous) est parti, sorti de nous, séparé, ce qui s'appelle notre mort spirituelle.

Ainsi sommes-nous entourés de lignes ennemies qui veulent nous garder - malgré les bruits de guerre alarmants qu'on entend - dans l'ignorance et l'illusion que tout est bien dans le meilleur des mondes.
Et là, on a besoin d'être sauvés ! Tous, chacun, un par un, les uns après les autres, un peu comme on voit dans le film "Tu ne tueras point" (une autre histoire vraie) l'infirmier croyant arrachant au champ de bataille un à un ceux qui peuvent encore restés en vie.

Transposé dans notre réalité personnelle, on est chacun ici des blessés, plus ou moins atteints, qui peuvent encore rester en vie - dans cette vie -, même si on est mort spirituellement, et donc particulièrement affaiblis. On est là en sursis de vie (en attente confuse d'une autre vie, ou dans le non sens d'un égarement). Et donc face à l'échéance inéluctable qu'est et que représente la mort qui se voit, on a besoin d'être - et on peut être  - sauvés !

- Sauvés d'une perdition éternelle de soi ;
- Sauvés des forces occultes (des anges rebelles, démons) qui nous tentent, nous trompent, et ramassent  les âmes défuntes dans un "séjour des morts" (shéol ou hadès) qui leur appartient ;
- Sauvés des dangers de ce monde présent avec ses concepts controuvés trompeurs et ses dysfonctionnements (qui vont encore largement croître sous nos yeux) ;
- Sauvés de la force à mal faire qui nous habite chacun, nous empêche de faire bien comme on voudrait et encore nous pousse dans des paroles ou choix ou actes qu'on ne voudrait même pas si on était réellement libre.

 

SAUVÉS COMMENT ? PAR QUI ?
Là, le secours ne vient pas d'un commando ou d'un "comité de salut public", mais est une œuvre de salut individuel *: On est chacun le soldat Ryan en grande difficulté.
Comme le film nous parle de l'équipe engagée pour ce sauvetage où chacun risque sa vie en sacrifice, la Bible et les disciples de Jésus rapportent que Celui-ci s'est lui-même,  seul, offert en sacrifice pour nous sauver. Pour nous sauver potentiellement tous. Comme quelqu'un qui se jetterait dans la gueule d'un requin pour qu'il ne morde plus personne.
"Car, lorsque nous étions encore sans force, Christ, au temps marqué, est mort pour des impies.7 A peine mourrait-on pour un juste ; quelqu'un peut-être mourrait-il pour un homme de bien.8 Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous."

Jésus s'est préparé pendant de longues années pour être prêt à supporter toutes les bassesses et ignominies de cette heure des ténèbres décisive - cruciale, c'est le cas de le dire !

"Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance, Semblable à celui dont on détourne le visage, Nous l'avons dédaigné, nous n'avons fait de lui aucun cas.4 Cependant, ce sont nos souffrances qu'il a portées, C'est de nos douleurs qu'il s'est chargé ; Et nous l'avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié.5 Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités ; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris.6 Nous étions tous errants comme des brebis, Chacun suivait sa propre voie ; Et l'Éternel a fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous. 7 Il a été maltraité et opprimé, Et il n'a point ouvert la bouche, Semblable à un agneau qu'on mène à la boucherie, A une brebis muette devant ceux qui la tondent ; Il n'a point ouvert la bouche.8 Il a été enlevé par l'angoisse et le châtiment ; Et parmi ceux de sa génération, qui a cru Qu'il était retranché de la terre des vivants Et frappé pour les péchés de mon peuple ?9 On a mis son sépulcre parmi les méchants, Son tombeau avec le riche, Quoiqu'il n'eût point commis de violence Et qu'il n'y eût point de fraude dans sa bouche.10 Il a plu à l'Éternel de le briser par la souffrance... Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, Il verra une postérité et prolongera ses jours ; Et l'oeuvre de l'Éternel prospérera entre ses mains.11 A cause du travail de son âme, il rassasiera ses regards ; Par sa connaissance mon serviteur juste justifiera beaucoup d'hommes, Et il se chargera de leurs iniquités."

N'est-ce pas magnifique que Jésus, en conscience, en pleine liberté de choix, ait accepté et désiré donner ainsi sa vie pour sauver tous les soldats Ryan qui ne se cachent pas quand on vient les chercher, qui répondent quand on les appelle par leur nom dans le but de les faire passer de leur condition de perdu, de "porté disparu"au registre divin, de vivant déjà mort, à celle de vivant pour toujours !?

Sacrifice unique, abandonné même de ses disciples en cette heure terrible "afin que quiconque croit en lui ait la vie éternelle.16 Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.17 Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.18 Celui qui croit en lui n'est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.19 Et ce jugement c'est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises.20 Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient dévoilées ;21 mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses oeuvres soient manifestées, parce qu'elles sont faites en Dieu."

Ainsi, chaque soldat Ryan peut être secouru, s'il le croit, rapatrié vers "la maison du Père céleste", notre âme un jour transportée dans la dimension psycho-spirituelle du Royaume de Dieu. Tel est le salut pour lequel un combattant hors normes a livré bataille à Satan pour nous, lui résistant en tout sans pécher pour ne pas se soumettre à cette autorité maléfique, mais rester en tant que fils (Parole de Dieu incarnée) soumis à son Père.
Lire éventuellement les deux aspects (prophétisé et expliqué) de ce qui se passe dans l'invisible pendant que Jésus est sur la croix.

"Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ...19 Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation...21 Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui  (vous et moi) justice de Dieu."

Aussi, Dieu vous exhorte par moi : Soyez réconciliés avec Lui !
_______
* Le salut individuel peut aussi amener un salut plus collectif, familial, très exceptionnellement ethnique... mais jamais national.

 

Partager cet article
Repost0
24 février 2018 6 24 /02 /février /2018 10:34

 

 

 

 

 

 

Qu'est-ce que l'homme
n'a pas construit,
pour rien,
ou pour gagner sa vie ?...

 

 

 

On en a cherché des choses !
Des bleus, des jaunes, des roses
En huit pieds ou en prose,
Du fond des données de l'histoire,
De l'hermétique de vieux grimoires
Ou du haut pensé de notre seule mémoire.


Ensemble. Mais le plus souvent
Chacun sous son toit ou son auvent
Protégé ou en proie aux quatre vents.
Et on en a trouvé des choses !
Comme extraire le parfum des roses
Ou se donner de nouvelles poses
Pour enfin plus de bonheur
Pris en plein jour, pris sur nos heures
Qu'on raccourcit comme on coupe une fleur.


On en a fait des découvertes !
Sur les atomes, les plantes vertes,
Tant d'avancées malgré des pertes
Avec brio, que de boulot,
Jusqu'aux robots, et écolos
Qui reviennent penauds, au simple, au bio.

Dualité quand tu nous tiens
Comment rester sur le chemin
Et résister avec les siens ?

On se donne vitesses et pauses
On se fabrique des ménopauses
Contre nature on bluffe, on ose
Des mots comme des gestes hors-sol,
On inverse des brins, des rôles
On se prend la tête et des casseroles…

Le rose tourne au gris et au noir,
On propose mais qui fait l'histoire ?
Qui dispose de l'or et de l'ivoire ?
...Mais on court encore quand même tête coupée
Comme un canard étêté sait voler
Pour finir dans quel-le pâté-e ?

Métamorph'ose !
Ose ce qui repose
Vraiment ! Par la foi pose
Tes fardeaux, des ratés, tes rages,
Le non-pardon, tes fautes, tes images
De toi, des autres... qui ne sont que mirage.

Dualité quand tu nous tiens
Comment rester sur le chemin
Et résister avec les siens ?
La vie est plus grande que tu croîs.
Tout seul tu as trop froid,
Et même à deux tu fais pas le poids.

Tu as - All we need - on a tous besoin
D'un amour sans fin, de câlins, de soins,
D'un regard qui voit près, qui voit loin
Les confins d'un pays où rien
De mal ne vient que du bien,
Un royaume toujours présent... qui vient !

Dualité quand tu nous tiens
Comment trouver le bon chemin
Et résister avec les siens ?
Dieu est justice, Dieu est amour,
Cherche, demande, crois, ose,
Sois pardonné-e jour après jour,
Un jour pour toi aussi l'apothéose,
Reçois sa grâce et la seule vie qui dure toujours...
Cet amour-là, pur et fidèle : Ose !

C.T.  - @LGDDV -  Fév.-Mars 18

 

Partager cet article
Repost0
16 février 2018 5 16 /02 /février /2018 22:09

 

 

 

 

Notre terre peut refléter le ciel.
Réellement et symboliquement,
l'eau ayant de nombreuses propriétés surnaturelles.

L'eau est aussi une image des paroles divines que la Bible amène jusqu'à nous, capables de refléter à notre conscience ce qu'il en est des réalités invisibles d'ordre métaphysique (psychique et spirituelle).

 

Bon jour,
Je poste là mon article qui s'avère régulièrement depuis mars 2017 le plus lu, donc sur un sujet qui semble proportionnellement intéresser un nombre important de personnes. Il s'agit de l'étude intitulée LES 5 TYPES DE MORT.

Une question gênante mais qui le sera d'autant plus, quand notre heure dernière sera là, qu'on n'aura pas eu le courage ou la curiosité de savoir. Un embarras qu'il vaut mieux prendre à bras le corps maintenant que c'est possible, avant que notre liberté soit changée en une fatalité qu'on aura nous-même arrêtée.. de mauvaise manière... 

La semaine prochaine, on abordera le rapport du cinéma et de notre actualité personnelle à partir du film "Il faut sauver le soldat Ryan"... Un moyen de répondre à la question la plus importante que soulève la proposition d'étude de ce week-end.
Bon ouikinde donc ☺ avec l'aide du seul Dieu éternel.

Partager cet article
Repost0
13 février 2018 2 13 /02 /février /2018 16:27

Le bonheur tient de l'iceberg !
On veut tous des éclats et brillance de la partie émergée,
mais s'il faut descendre sous le niveau de l'apparence pour voir ce qui lui donne sa stabilité... Qu'en savons-nous ? Le voulons-nous ?
 

Le fond du fond en nous tient du lit de la rivière, qui en modèle la course. Parfois en un torrent rapide bondissant parmi et au-dessus des rochers. Parfois en un large fleuve à la surface lisse qui semble à l'arrêt. Ou encore en des cascades ou une chute vertigineuse ; en deux bras qui se séparent face à un obstacle plus important. Jusqu'à une solution où le cours d'eau douce se mixe avec l'immensité des eaux salées...

Ainsi avons-nous chacun en notre âme un lit qui s'est formé. Qui donne au cours de notre existence des expressions variées, un ou des comportements, des réactions et des choix qui créent un tracé ou un autre, de bonnes ou de mauvaises trajectoires, une vie cool ou une vie mouvementée, et forcément un jour ou l'autre accidentée… ne serait-ce que par ce qu'on appelle la mort - qui est un accident* ultime.

Ce lit est fait pour l'essentiel de quelque héritage psychogénétique et de nos environnements instructif et éducatif (parents, école, médias, pairs…), et un p'tit peu - pas plus en général - de notre propre insertion en conscience dans la connaissance de soi et du Réel Global - insertion le plus souvent gênée, empêchée, occultée, court-circuitée, déviée par n'importe quoi qui devrait rester secondaire ou même n'être pas.

Alors, les besoins essentiels, qui auraient pu - et peuvent encore - nous donner un fond d'être, un socle d'existence, plus apaisé et même heureux !?

- La justice : ne pas vivre d'iniquités, en irrespect des lois qui font la société dans laquelle on vit, en transgressant de notre propre conscience, ou une loi morale religieuse bonne à laquelle on est attaché.
"L’œuvre de la justice sera la paix, Et le fruit de la justice le repos et la sécurité pour toujours.18 Mon peuple demeurera dans le séjour de la paix, Dans des habitations sûres, Dans des asiles tranquilles." (comparez avec Osée 4.6).
Avez-vous déjà vu en quoi la être juste est important ?
Parfois prendre pour quatre-vingt-dix ou cent cinquante euros d'amende et trois ou cinq points en moins sur le permis de conduire peut nous rendre plus juste. La prison devrait avoir cette vocation...
Dans tous les cas, on a TOUS besoin d'être rendus plus justes, car l'injustice fait partie de notre psychisme naturel (ce que notre socialisation peut réduire, mais jamais totalement)...

 

- La vérité (c'est un élément particulier de la justice) : Ne pas trouver dans le(s) mensonge(s) les moyens de gagner ou de se tirer d'une situation en notre défaveur.
Chercher, désirer, aimer la vérité, dans la connaissance comme dans les échanges.
Jésus a dit à des leaders religieux : "Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu'il n'y a pas de vérité en lui. Lorsqu'il profère le mensonge, il parle de son propre fonds ; car il est menteur et le père du mensonge."

En 2Thessaloniciens 2, il est question de "recevoir l'amour de la vérité pour être sauvés..."
Pour Dieu mentir ou voler ou tuer ou convoiter entretient ou produit la même séparation entre lui et nous. Quel gain cherchons-nous ? Un gain inique obtenu par ruse, manipulation, séduction ou violence, ou le gain de Le connaître Lui, la vraie vie, la paix, l'amour, la pureté de coeur, le bien-être en soi... toutes choses bonnes qu'il peut nous communiquer en esprit et en vérité.

 

- (Connaître) Dieu ! L'essentiel des essentiels. Le Dieu créateur, qui ne change pas, qui ne se contredit pas, qui est amour et dont l'amour a absorbé la justice punitive. Comment ?

"Le Dieu qui a fait le monde et tout ce qui s'y trouve, étant le Seigneur du ciel et de la terre, n'habite point dans des temples faits de main d'homme ;25 il n'est point servi par des mains humaines, comme s'il avait besoin de quoi que ce soit, lui qui donne à tous la vie, la respiration, et toutes choses.26 Il a fait que tous les hommes, sortis d'un seul sang, habitassent sur toute la surface de la terre, ayant déterminé la durée des temps et les bornes de leur demeure ;27 il a voulu qu'ils cherchassent le Seigneur, et qu'ils s'efforçassent de le trouver en tâtonnant, bien qu'il ne soit pas loin de chacun de nous..,
30 Dieu, sans tenir compte des temps d'ignorance, annonce maintenant à tous les hommes, en tous lieux, qu'ils aient à se repentir,31 parce qu'il a fixé un jour où il jugera le monde selon la justice, par l'homme qu'il a désigné, ce dont il a donné à tous une preuve certaine en le ressuscitant des morts."

Comment trouver Dieu ? En cherchant ce qui est vrai, juste et vérité à son sujet. Et par la foi jusque découvrir ce qu'est la mort sacrificielle, substitutive de Jésus. Ce qu'elle est depuis l'instant où Jésus a été élevé comme un assassin sur un bois de torture, acceptant
- de porter en son corps nos péchés (nos injustices, nos mensonges, nos fautes morales, tous nos égarements coupables),
- et d'être fait malédiction pour que l'obligation et le poids de la justice nécessaire à notre bien soit changé en un don : Celui de l'Esprit Divin comme la force nécessaire suffisante pour marcher droit, pour se purifier, et comme vie éternelle qui nous est accordée, par grâce, dans la foi.

Pause (réflexive, cognitive, musicale)

Psaume 4. 6 : "Beaucoup disent: Qui nous fera voir le bonheur?
Fais lever sur nous la lumière de ta face, ô Éternel !"
Que cela soit une prière authentique de votre cœur, dans votre bouche, et vous en verrez l'exaucement !

1Pierre ch. 3, vers. 9 à 17

"Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé-e, toi et ta famille."

- Mise à jour, compteur à zéro
Il y a en nous comme une boîte noire et un compteur qui enregistrent TOUT ce qu'on fait de mal, c'est-à-dire en dehors de ce que Dieu veut comme Bien ou de ce qu'il agrée de nos initiatives. Tout cela nous sépare (de la sainteté) de Dieu, nécessitant, si on veut se mettre en ordre, en bonne relation avec le Divin, que cela soit effacé de notre casier judiciaire à la fois intérieur et céleste.
C'est pour cela que Jésus est mort, prenant sur lui les souffrances et la mort qu'occasionnent toutes ses choses mauvaises, afin que nous puissions être pardonnés de tout cela en toute grâce - de manière totalement imméritée - pour notre part, et en toute justice du côté de Dieu.
Alors, ne soyons pas dans le déni vis-à-vis de ces réalités qui plombent notre existence, mais plutôt acceptons qu'elles soient mises en lumière, reconnues pour fautes, pour mal, et recevons le pardon de Dieu pour en être débarrassées (comme il est écrit ici - vers. 7 à 10).
 

Soyez béni-e par ce Dieu qui vous connait déjà si bien, dont notre mieux-être présent et bonheur éternel dépendent : de sa personne, de sa connaissance, et d'une vivante relation à lui.

un chant - un autre

Trame de prière pour le cas où...

___________________
* Accident dans le sens où, à l'origine de l'être humain, la mort n'est pas la destination qu'elle est devenue, mais c'est la vie éternelle - notre éternisation personnelle - qui était la finalité de notre création.
La mort avait été prévue, potentiellement (comme un plan B), pour le cas où nous tomberions… dans ce qui s'est passé que nous rapporte le 3e chapitre du livre biblique de la Genèse. Liberté oblige, cela aurait pu être autrement, pour la chute comme pour la non-chute. Toujours est-il qu'on a tous été génétiquement scellés dans la mort(alité), et qu'il nous faut maintenant rejoindre le Plan Divin Rédempteur (B2) pour être replacé sur le chemin de l'éternité qu'on appelle Royaume éternel de Dieu ou Paradis sans fin.

Partager cet article
Repost0
10 février 2018 6 10 /02 /février /2018 22:31

Après que Dieu m'ait soulevé le voile qui me séparait de sa réalité immuable, il m'a conduit à rencontrer la musique chrétienne contemporaine : Quel étonnement bienheureux !
J'avais tellement dans l'idée (un de ces préjugés trompeurs) que Dieu était seulement relié à une "musique religieuse d'église", que ce fut une autre révolution que la découverte des chants chrétiens du moment, assez semblables dans la forme, les tempos et autres dynamiques aux chants que les radios et autres MP3 infusent dans les âmes par les ondes.

Différence majeure cependant ! Il y avait là des paroles qui étaient - qui sont - l'essentiel des compositions, avec de la profondeur, des vérités si nouvelles, autant que de la fraîcheur dont mon âme en train d'être libérée avait besoin...

Et encore - autre différence majeure -, ce n'est plus là les chanteurs, auteur ou interprète, qui sont l'essentiel des prestations, mais : Qui est chanté ; A qui on chante des louanges, pour ce qu'il est, pour ce qu'il a fait et fait pour nous, pour dire notre foi,  pour remercier, pour nous émerveiller dans sa présence...

Et donc quand on chante là, on chante à Dieu, en communion ou en recherche de communion avec lui, ce qui est une tout autre démarche que de se connecter sur les ondes d'une idole (certes peut-être talentueuse mais) de chair et d'os, sans avenir pour me secourir ou porter longtemps, et qui souvent sombre dans les tentations et pires désastres - malgré gloire et argent - pour sa propre existence...

My playlist for you ! Chant 1 - chant 2 - chant 3  - chant 4 - chant 5 - chant 6 - chant 7 - chant 8 (anglais) - chant 9 (anglais) - chant 10 (anglais)
(sans compter tout ce qui se propose dans la bande droite...)

C'est ma prière que Dieu parle à votre cœur par l'une ou l'autre de ses preuves composées et chantées de la foi vivante possible en un Dieu... plus vivant encore.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche