Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 octobre 2016 5 28 /10 /octobre /2016 08:26
L'existence !? Un chantier à peine possible ! Mais rien n'est impossible à Dieu pour rendre Beau ce qui ne l'est pas. Il vaut nous faire passer de l'existence (temporelle) à la Vie (éternelle).

L'existence !? Un chantier à peine possible ! Mais rien n'est impossible à Dieu pour rendre Beau ce qui ne l'est pas. Il vaut nous faire passer de l'existence (temporelle) à la Vie (éternelle).

Méditer, ce n'est pas faire le vide pour se donner une paix intérieure. Méditer c'est être partie active par la réflexion.
Ce n'est pas non plus broder sur toutes les pensées sympas ou pas qui paraissent à notre conscience.
Une bonne base de méditation est un texte fiable et/ou interpelant, qu'on met en vis-à-vis de notre actualité personnelle, familiale ou sociétale.
…"Et la corde à trois fils est plus solide"…

 

Psaume 127 1 Si l'Éternel ne bâtit la maison, ceux qui la bâtissent peinent en vain.

Si l'Éternel ne garde la ville, Celui qui la garde veille en vain.

2 En vain vous levez-vous matin, vous couchez-vous tard, Et mangez-vous le pain de douleur ; Il en donne autant à ses bien-aimés pendant leur sommeil.

3 Voici, des fils sont un héritage de l'Éternel, Le fruit des entrailles est une récompense.

4 Comme les flèches dans la main d'un guerrier, Ainsi sont les fils de la jeunesse.

5 Heureux l'homme qui en a rempli son carquois ! Ils ne seront pas confus, Quand ils parleront avec des ennemis à la porte.

// Proverbe 24.27Prov. 24.3Psaume 12. 9Jérémie 22.13 et svts.

Soyez béni-e. Dieu vous aime. Un chant pour le louer.

 

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2016 3 26 /10 /octobre /2016 20:49
ATMOSPHÈRES

 

Au cœur de Paris

 


Un havre bien caché, à Blaye

 

L'existence : un chantier. Objectif : la vie éternelle

 

la Gironde, du côté de Plassac

 

Un autre "signe" semeur de lumière

 

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2016 5 21 /10 /octobre /2016 17:07
Qu'est-ce que l'homme, Ô Eternel, que tu te souviennes de nous ? Que tu descendes jusqu'à sonder notre coeur... et jusqu'à vouloir nous introduire au plus haut dans Ta maison...

Qu'est-ce que l'homme, Ô Eternel, que tu te souviennes de nous ? Que tu descendes jusqu'à sonder notre coeur... et jusqu'à vouloir nous introduire au plus haut dans Ta maison...

Comme Dieu nous a créés à la fois un et pluriel - à son image -, nous sommes chacun constitués avec un corps, une âme et un esprit. 3 réalités distinctes entrelacées (imbriquées) et séparables, trois espaces (ou dimensions) distincts en une.

Cette conformation se trouve représentée par 3 centres physiques, disposés verticalement : la tête, le cœur, et le sexe.

LA TÊTE renvoie à l'âme (la psyché), se trouvant là le cerveau qui est interface entre le monde physique et nous (en tant qu'être intérieur). Le cerveau est comme l'écran d'un ordinateur entre l'opérateur et le reste de la machine - rien de plus… mais quelle organisation ! Il n'est pas nous en tant qu'être conscient. C'est un merveilleux moyen de capture et de renvoi avec notre environnement, mais pas une fin qui pourrait se conserver.

La fin c'est l'éternisation - positive ou négative, victorieuse ou défaite – de notre âme en tant que moi-je. A ce plan, la prédominance est normalement à l'intellect, qu'accompagnent volonté et sentiments, et encore en subconscience ce qu'on appelle la mémoire. (le corps aussi à les siennes).

 

LE CŒUR figure l'esprit. Comme l'âme est le produit supérieur du fonctionnement du corps – via le sang, dit la Bible -, l'esprit est don de Dieu spécifique à l'homme, en lequel la prédominance est à l'affect - l'amour essentiellement, la joie, l'altruisme…

Autant l'âme apparent comme un contenant - à (bien) remplir de connaissances -, l'esprit apparent comme un contenu, avec des chemins frayés, des voies préexistantes, une sensibilité supérieure, surnaturelle, un tout qui ne s'impose pas mais un copilote fameux... pourvu qu'il - qu'on - soit connecté avec sa source initiatrice, l'Esprit même de Dieu...

Enfin, LE SEXE figure le centre corporel en tant que moyen par lequel on peut obtenir le summum des plaisirs issus de la chair, d'autant plus béni qu'il s'agit d'un prolongement physique d'une relation psychique librement liée dans un engagement (alliance d'amour qu'on appelle mariage) . En dehors de son cadre béni offert et voulu de Dieu, le sexe ne peut apporter longtemps les jouissances liées à son activité. C'est comme utiliser une machine dans de mauvaises conditions ou sans respect des modalités de fonctionnement initiées par son concepteur.

Ce qu'on peut observer c'est que le coeur ou esprit ne trouve pas naturellement sa place en nous et avec nous (en tant que psyché). Il faut établir et entretenir une relation avec Dieu pour l'optimisation de notre développement - qui n'est pas vraiment ce qui nous est offert par un monde et un environnement humain qui ne connaissent pas...


On n'a pas forcément besoin de plus de connaissances sur l'être que nous avons chacun été créés. Par contre, nous avons besoin de connaissances spirituelles - du domaine des esprits,
- de Dieu avec ses anges fidèles,
- et sur les anges déchus ou démons dont Satan est la tête, pour leur résister et en libérer quand c'est possible la planète.

Pour ce faire, le Nouveau Testament ou Evangile de Jésus-Christ - bien compris, par l'Esprit - est largement suffisant pour que nous soyons des vainqueurs (en vis-à-vis des savoirs qui renvoient l'être humain à ses seules dimensions animales ; en vis-à-vis de la mort spirituelle et de la mort physiologique ; en vis-à-vis de toutes les adversités qui peuvent nous atteindre…)

Avec la grâce de Dieu – qui est tout un programme à elle seule -, on est tous appelés à apprendre à fonctionner comme Dieu l'a conçu, en ayant au plan de la conscience l'esprit le plus possible au-dessus des mouvements de nos perceptions et réactions psychiques (charnelles).

La gestion de cette dualité intérieure est toute la question de l'appropriation par la foi de la vie de Dieu en nous en vue qu'elle s'exprime le plus largement possible.
Où en êtes-vous, lecteur, lectrice ? Né-e de Dieu ou pas encore ? Converti-e mais pas encore entré-e dans l'obéissance - par le baptême d'eau ? La rubrique Contact est aussi là pour aller plus loin si vous le désirez.
Soyez béni-e

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2016 4 20 /10 /octobre /2016 18:40

photo C.T. La vie, quelle course ? Quels objectifs ? Quelle finalité ?

Pendant longtemps, la peur des esprits méchants qui avaient envahi la Terre via la désobéissance du premier couple humain, conduisit les hommes nos ancêtres à la superstition, c'est-à-dire à des moyens empiriques pour trouver comment calmer ces esprits dans leur méchanceté envers eux. Quand certaines choses semblaient marcher, les hommes en faisaient une règle, et ainsi, cumulant les règles qui semblaient rendre les dieux favorables, se formèrent ce qu'on appelle les religions. Ce sont elles qui fondent un comportement normatif pour tous et par là une vie sociétale relativement homogène, standardisée. Un bien supérieur à des comportements isolés non coordonnés, sans cohérence globale...

Aujourd'hui dans de larges parties habitées, on peut ne pas avoir de religion au-dessus de notre liberté - toujours largement conditionnée -, mais agir, décider, réagir, de manière superstitieuse. Dans tous les cas, personne n'est libre !

Avec le remplacement des religions par une forme plus subtile, mais pas forcément moins reliée à la réalité des esprits démoniaques qui, plus que nous, demeurent (n'étant pas mortels comme nous), on est entrés dans l'ère de la culture.
On parle alors d'idéologies, issues davantage de réflexions de quelques hommes (plus ou moins éclairés ou ténèbreusement inspirés) que des peurs, de ce qu'on appelle la philosophie (normalement amitié de la sagesse, mais de plus en plus adoration de sa propre pensée).


Ce passage est récent de la suprématie de la religion à des cultures qui sont sans Dieu créateur admis... mais avec combien d'autres dieux (autrement appelés idoles) à qui on se soumet !? Il ne suffit pas de ne plus penser ou de refuser de croire au schéma spiritualiste du monde peu en évacuer les réalités les plus subtiles et contraignantes...

On peut parler pour ce changement de bâton du XVIIIe siècle, à partir de l'Italie et de la France (une certaine Renaissance), avec des expansions monumentales ici ou là tout autour de la planète.
L'histoire montre que chaque fois on ne passe pas d'une religion à une idéologie sans heurts, sans meurtres, massacres, génocides, déplacement de populations.

Cependant on réalise qu'un changement fondamental sans les mêmes heurts s'est produit subrepticement dans le monde, à partir de l'Europe et d'une émergence globale de l'individualisation à partir de la religion et vie culturelle fondée sur la Parole libératrice du Christ et Mashiah Jésus, et de sa Bonne Nouvelle ou Evangile.
On voit qu'il en résulte déjà un basculement où la force d'unification d'une religion ou d'une culture est de plus en plus contestée par des individus et des groupes, même minoritaires, déterminés, qu'anime tel ou tel idéal de vie, religieux ou non (laïc). En résulte des communautaristes qui sont tout autant new-âge, écolo, socialiste, alternatif que religieux.

De cette émergence des ego, des moi-je, au-dessus d'un seuil de conscience de soi qui ne se soumet plus facilement à ce qui, pendant longtemps, était admis comme des autorités à respecter, naît une agitation nouvelle, une déstabilisation des données normatives, une quête quasiment vaine d'union, de fédération, de développement de forces capables de prendre le pas... sur tout le reste.
Et il suffit de réfléchir un peu et de regarder l'Histoire - même si on ne consulte pas la Bible dont les textes vont dans ce même sens - pour voir venir que si une unité des hommes est nécessaire pour dépasser leurs particularismes, elle ne pourra certainement pas être le résultat d'un consensus, d'une adhésion massive à une vue des choses plus qu'à une autre, mais induira - et induit déj) - une perte des libertés, des lois de plus en plus contraignantes, l'individu devant redescendre dans sa conscience de soi d'un étage ou deux en-dessous de la volonté d'un pouvoir fort. En d'autres termes on parle de dictature, d'autoritarisme, d'un gouvernement qui se voudra mondial pour le bien présumé de tous, quitte à imposer ses lois - à la fois trop souples ou trop rigides selon - si les dit-individus trop conscientisés n'arrivent pas à le comprendre et/ou à l'accepter.

Aujourd'hui on ne sait laquelle des grandes forces en présence, idéologique ou religieuse, va finir par prendre le dessus physiquement et psychiquement sur les âmes, et de quelle manière. Le livre biblique de l'Apocalypse donne cependant un synopsis global dont des phases de mise en place se déploient sous nos yeux.

Mais ce concert va-t-il permettre bien longtemps à l'individu de se tenir debout, parlant et mobilisant, en tant que personne qui en vaut bien d'autres et ce qu'ils pensent ? Suffisamment en tout cas pour que vous qui lisez puissiez, pendant qu'il est encore possible, faire le choix - le bon choix - de la vérité, de les chercher et d'en vivre. C'est en ce sens pour une question aussi cruciale, que Dieu lui-même dit : Je mets devant toi le chemin de la mort et le chemin de la vie. Et il ajoute : Choisit la vie!
Choisissez la vie, car c'est beaucoup beaucoup de morts qui arrivent, morts physiques, morts psychiques et spirituelles devant Dieu.
Soyez fortifiés pour désirer la vérité et la fidélité aux vérités reconnues. Amen.      

 

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2016 2 18 /10 /octobre /2016 18:53

Le mal en nous peut se nicher dans le corps ou dans l'âme, quand on se soumet à une erreur de comportement .

 

Les maux qui peuvent nous atteindre sont multiples et jamais nos capacités humaines ne suffiront à les réduire tous. Plus on avance en découvertes pour contrer ce qui nous atteint, plus des affections dites orphelines paraissent. Et voilà le mal curieux dont je fus un temps la victime.

Je suis né déclaré "rachitique", donc de faible constitution. Sans couche de graisse superflue pour me protéger du froid, j'ai tendance à avoir froid quand d'autres se sentent très bien. Mais surtout si le froid - un refroidissement - me surprend de trop ne serait-ce qu'une minute, même en plein été, c'est le rhume ou une angine ou une grippe, avec des productions immédiates abondantes de mucosités.
Bref est né de cet inconvénient que j'ai progressivement appris à être prudent et à toujours avoir un vêtement de plus sur moi ou avec moi. Dès que le moindre changement de température, un coup de vent, entrée dans une maison trop fraîche... je me couvre sans laisser plus de quelques secondes et ainsi pendant des années je restais en santé, sauf si une inadvertance  venait à me prendre en défaut, et alors c'était des semaines pour me remettre (surtout parce que je veux recourir le moins possible aux antibiotiques). Et plus je me couvrais, plus le contraste entre la chaleur où j'étais bien et la température RÉELLE ou ressenti s'intensifiait. C'est au point où il me fallait pour prendre une douche un radiateur d'appoint quasiment en toutes saisons.

De fait j'étais très subrepticement passé d'une prudence légitime à une crainte d'être pris en défaut et mis à m

al qui me rendait toujours plus fragile. Ce fut là un mal greffé sur une faiblesse, une sorte de mal opportuniste né de ma peur de me retrouver malade par un simple coup de froid. Plus que le froid réel ou ressenti, c'est LA PEUR de prendre froid qui guidait mon comportement.

Et donc Dieu commença a me faire voir par quelques occasions que du froid RESSENTI (qu'on connaît tous, surtout quand il y a une vent froid), j'étais passé au froid CONSENTI. En ce sens que je réagissais au froid ressenti par une réponse PSYCHIQUE (vite me couvrir) qui venait court-circuiter une capacité d'adaptation PHYSIQUE (où le corps se met à libérer de l'énergie (des calories) en direction de l'épiderme pour en élever la température. Que Dieu sait bien faire les choses ! Et que nous sommes bien maladroits ou stupides pour ne pas savoir jouir - voire pour nous opposer à - des déterminismes bénéfiques !
Et donc j'ai appris que notre corps porte en sa biologie (ou intelligence) cellulaire, une potentialité de résistance à des écarts de température, que ce soit dans le trop chaud ou dans le trop froid (par rapport à une normalité). Pour cela il faut le laisser libre de se réguler face à la température extérieure, sans laisser notre psychisme prendre le dessus sur son job béni. Je l'ai compris d'abord dans ma relation aux chaleurs d'été.
Concrétement, généralement on se plaint quand il fait trop chaud. C'est l'âme, notre moi psychique qui se plaint, et de fait la chaleur se fait d'autant accablante qu'on garde nos yeux psychiques sur ce point. mais vient-on à se détourner de ce problème pour s'occuper d'autre chose, et le corps d'un coup peut réagir à la chaleur en se rafraîchissant lui-même - je pense en déplaçant de ses calories vers son centre plutôt que sa périphérie. Là je n'avais pas peur d'avoir trop chaud.Je me sentais libre d'affronter la chaleur sans craindre qu'elle me fasse du mal. Je ne CONSENTAIS donc pas que la chaleur vienne m'oppresser au delà de mon ressenti ou de ce qu'indiquait le thermomètre.

Et de là j'ai observé à deux ou trois reprises que ça pouvait marché dans ma lutte contre le froid. Que si je le craignais moins, si je laissais une plage de réactivité à mes cellules, un travail physiologique s'opérait qui, en quelques secondes, faisait disparaître la sensation de froid. Le froid ressenti était en rien de temps descendu à un niveau où ce n'était plus pour moi du froid. Et miracle ! mon corps ne se mettait pas pour autant à réagir par une production quasi-instantanée et abondante de glaire et autres mucosités par le nez ou dans la gorge.
Et en quelques semaines, progressivement, avançant par la foi que ça marchait, les mucosités se sont bien estompées alors même que j'en arrivais à prendre une douche en automne sans aucun chauffage.

Je me souvins aussi qu'une fois ancienne où j'avais laissé passer plusieurs personnes avant moi sous la douche, une fois bien savonné j'avais découvert avec horreur que l'eau était... glacé ! Que faire ?
Et bien en fait j'avais affronté la peur que cette fois j'allais m'attraper un rhume, une angine ou une pneumonie carabinés, me contractant pour créer une résistance au froid je m'étais rincé, et aucun effet préjudiciable n'était survenu.

Ce n'est bien sûr pas une raison pour que je me lâche et m'expose à de basses températures inconsidérément.  En général Dieu permet un mal sur nos vies pour que par lui nous avancions comme contraint dans un comportement qu'on n'adopterait pas naturellement : aller moins vite - en faire moins - devenir prudent ou attentif d'une nouvelle manière - se détacher de la pression du temps qui passe, etc.... C'est important à comprendre parce que si après une guérison ou une rémission d'un mal sévère on revient au comportement qu'on avait avant son apparition, on risque de recréer la situation qui l'a produit, et donc de favoriser son retour, voire plus grave encore... C'est en ce sens que tout mal a un sens, inclut une ou plusieurs leçons.

 

Voilà comment Jésus par son Esprit me conduisit à réaliser qu'il existe pour nous
- le froid et le chaud RÉELS, la température qu'indique un thermomètre,
- le froid et le chaud RESSENTIS, qui dépendent de notre sensibilité (réglage) personnelle et des mouvements de l'air,
- et le froid ou le chaud CONSENTIS, qui dépendent de la façon dont nous réagissons à la température réelle ou ressentie.
On a aussi là une illustration de ce qu'on appelle le psycho- somatisme, où le corps tributaire du centre de compréhension et de décision que nous sommes en tant qu'être psychique, bénéficie ou doit subir des effets de ce que nous pensons ou faisons.

Est-ce que Dieu a guéri ici ? Oui ! l'intelligence qu'il donne pour comprendre certaines choses est un vrai cadeau de sa part. La Bible dit qu'il fait grâce aux humbles, ou encore qu'il révèle ses secrets à ses serviteurs les prophètes.

Plus généralement encore, on peut voir comment LA PEUR est un facteur actif de notre santé et de notre être. Une étude à faire... aussi vous-même, à partir par exemple de ce rapport qui est fait dans la Bible de la première manifestation de la peur sur la terre. clic ici pour lire ce passage

Soyez-béni-e, cherchant vous aussi Christ et tout ce qui peut se vivre de surnaturel avec le Dieu unique, pluriel vivant et véritable...

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 08:11

On appelle Mort ce qui se passe quand le corps se réduit à la rigidité des éléments matériels qui le composent, à partir du moment où la vie physiologique (au niveau des cellules) n'est plus possible (par un manque de force vitale ou un autre, causé par le vieillissement, un accident, une maladie...). Il en résulte que la vie psychique (notre âme, d'une nature non-corporelle, immatérielle) sort du corps. Elle qui est le support de notre moi conscient, notre être le plus permanent quitte l'enveloppe charnel comme on sort d'une tente. Dieu permet aussi parfois que l'âme se détache momentanément du corps, pour que nous fassions l'expérience de l'autre versant de ce monde, via la traversée d'un tunnel ou l'entrée dans une grande lumière - ce qui signifie nettement les deux aspects possibles de cette après-vie.*

Les scientifiques ou médecins matérialistes - c'est-à-dire accaparés par une conformation intellectuelle éduquée à ne croire qu'en la réalité de la matière - ont bien du mal face à la réalité multipliée des témoignages de décorporations. En fait leur peur d'être obligés de rejoindre le religieux les empêche de voir le Réel tel qu'il paraît. Mais un observateur libre et objectif, comprend que l'âme humaine n'est pas le corps, que si ce dernier retourne à la terre d'où il a été tiré, l'âme retourne vers... les cieux d'où elle tient ses origines... Mais avant ce retour - ce qui fait qu'il n'en est pas un -, se crée, entre la conception biologique et la mort physiologique, l'espace et l'apparition du moi, de cette conscience personnelle qui permet de dire Je - par distinction à tout ce qui nous environne. Et c'est ce moi-je, cet ego, ce J'existe, Je pense, Je fais, Je choisis... qui est le premier pour-quoi de la création humaine, son sommet... et peut-être son abîme. La vie ici-bas donne déjà d'apercevoir, de toucher ou d'être immergé dans le sublime et dans l'épouvante : les situations, pour nous ou autour de nous, ne manquent généralement pas, qui sont à la fois des réalités tangibles et des aperçus de ce qu'il peut bien y avoir de Paradisiaque dans cette création, et d'infernal. L'egocentrique Sartre se trompe quand il dit que l'enfer c'est les autres. Car les autres peuvent AUSSI contribuer à nous faire goûter à l'arbre de vie du Paradis. Soljenitsyne a vu plus justement que la frontière qui délimite le bien et le mal traverse notre coeur. L'enfer ou le Paradis, au-delà de ce présent qui les laisse largement supposer, c'est à nous de le choisir, comme lieu intemporel du devenir final de notre âme, c'est-à-dire de notre, de mon, de ton devenir final. Eternel.

A ce sujet la Bible encore nous éclaire, en nommant les espaces qui viennent - vers quoi l'on va - après ce monde dominé par les poids de la matière et des maux. Il est parlé d'un côté d'Hadès (en hébreu), de Shéol (en grec), ce qu'on traduit par Séjour des morts, et de l'autre de Sein d'Abraham - vu ici en tant que "le père de la foi" et le racheté que Dieu a fait sortir de sa Mésopotamie religieuse idolâtre. On peut lire ainsi l'image employée par Jésus pour parler de la réalité et du contraste de ces deux univers - en l'évangile selon Luc, chap. 16 - par clic ici.

Où cela nous donne-t-il envie d'aller ? La question est importante car la Bible enseigne que l'espace de notre devenir le plus éternel résulte d'une réponse personnelle que nous donnons à Dieu à partir de cet espace-ci de notre existence.

à suivre...

____________________

* voir NDE ou EMI sur Youtube ou autres (par clic ici)

23 minutes en enfer Aux frontières de la mort

2e partie
En Apocalypse le Séjour des morts - un des deux espaces immatériels où peuvent aller les âmes humaines après la mort physiologique - est présenté de manière à ce qu'on peut le visualiser comme un grand sac tenu sur son épaule par un complice de meurtriers, sac dans lequel sont jetées les âmes enlevées violemment à leur existence terrestre.
texte en cliquant ici

Curieusement - mais cela se comprend si on cherche à connaître la vérité sans pari pris -, il est encore parlé de cette capture des âmes arrachées à leur corps à la fin de la Bible, à partir d'une femme prostituée - image utilisée pour décrire en fait un système religieux qui parle de salut des âmes mais ne les enseigne pas pour rendre la chose effective. (Apocalypse 18.13).

Comment échapper à cet emprisonnement des psychismes ignorants des vérités des vérités bibliques, et un jour départis de leur corps ?
La Bible dit nettement que nous devons appartenir à Jésus-Christ, appartenir par lui à Dieu. L'image biblique employée pour faire comprendre cette appartenance est celle des anciens marchés aux esclaves où un maître, un homme riche, pouvait acheter des hommes, des femmes ou des enfants pour les employer à son service. 
Plus généreusement il pouvait arriver qu'un homme riche (r)achète un esclave pour lui donner ensuite la liberté.
C'est là ce que Jésus a fait pour nous tous. Il a payé le prix du rachat pour rendre libres tous les hommes de tous les temps. Le prix c'était celui de sa propre liberté et vie, de son sang, tel qu'il apparait qu'il s'est laissé crucifier pour nous sauver.
Ce qu'il faut bien voir, qui est loin d'être une évidence immédiate mais qui peut apparaître dès lors que Dieu nous éclaire, c'est que tous les humains naissant sur la planète Terre naissent dans une prison, la terre étant devenue par la chute des premiers et par la pratique consécutive du mal par tous, une possession de Satan - l'ange déchu qui apparaît au chap. 3 de la genèse biblique. Vers la fin de la Bible, après même la crucifixion et résurrection de Jésus, l'apôtre Jean peut encore écrire : "Nous savons que... le monde entier est sous la puissance du malin." 1ère lettre de Jean chapitre 5, vers. 19

On remarque donc là qu'il y a une plage vide, un abîme sans pont immédiatement opérationnel, entre ce que Jésus a réellement accompli en faveur de tous, et l'effet qui en résulte sur la terre habité et chacun des humains. Satan sévit toujours, nous péchons autant ou plus que jamais, et donc la paix et la joie que la salut apporte à notre âme reste en retrait, inaccessible. En ce sens on est libre de Dieu, sans lien avec lui, sans qu'il nous impose ses directives salvatrices.

De fait quelqu'un se croit-il libre ? L'est-il, entre les déterminismes inhérents à notre création, ceux consécutifs de la chute adamique, et encore la domination satanique via les démons à qui nous donnons du grain à moudre par nos comportements anti-Dieu ?
Si l'on en croit encore l’Écriture d'inspiration divine, comprenons bien ce qui se passe :
"13 Lequel d'entre vous est sage et intelligent ? Qu'il montre ses oeuvres par une bonne conduite avec la douceur de la sagesse.14 Mais si vous avez dans votre coeur un zèle amer et un esprit de dispute, ne vous glorifiez pas et ne mentez pas contre la vérité.15 Cette sagesse n'est point celle qui vient d'en haut ; mais elle est terrestre, charnelle, diabolique.16 Car là où il y a un zèle amer et un esprit de dispute, il y a du désordre et toutes sortes de mauvaises actions.17 La sagesse d'en haut est premièrement pure, ensuite pacifique, modérée, conciliante, pleine de miséricorde et de bons fruits, exempte de duplicité, d'hypocrisie.18 Le fruit de la justice est semé dans la paix par ceux qui recherchent la paix." Jacques chap. 3.

Dès lors qui veut s'appartenir à lui-même uniquement ? Celui qui s'illusionne quant à son pouvoir sur lui-même, sur ses environnements, sur sa mort et ce qui va la suivre. Dès lors il nous faut choisir, d'entendre et d'accepter - ou pas - que Jésus est mort pour nous racheter de la puissance du diable-Satan.
Ce rachat est accompli, POTENTIELLEMENT pour tous. Il s'actionne pour chacun par la croyance, la foi, qu'on place en la Bonne Nouvelle qu'est cette annonce : Christ est mort pour... toi !

1Corinthiens 7.23 " Vous avez été rachetés à un grand prix ; ne devenez pas esclaves des hommes. " On peut ajouter : et des démons, en écoutant leurs voix, en suivant les courants libertaires de leur séduction et de leur violence.
Marc 9.41 " quiconque vous donnera à boire un verre d'eau en mon nom, parce que vous appartenez à Christ, je vous le dis en vérité, il ne perdra point sa récompense."

Avez-vous déjà été racheté-e personnellement par Christ qui se laissa vendre à la mort pour 30 pièces d'argent ? C'est que l'esclave de ce que nous sommes devenus jusque là a ICI son mot à dire : le changement de seigneur se fait - ou pas - en fonction de notre droit de parole, de notre réponse personnelle :
Jésus dit : Je suis mort pour toi. Par mon sang et ma vie donnés, j'ai payé le prix de ton rachat d'entre les mains de Satan. Tu ne te rends peut-être pas encore assez compte de la situation. Tu te penses plus libre que ne disent les paroles inspirées de la Bible.  Mais quel pouvoir auras-tu sur ton âme le jour ou la nuit noire où elle sera détachée plus ou moins violemment de ton corps ? Moi (dit Jésus) j'ai subi ce sort, mon âme est descendue au Séjour des morts puisque Dieu a été obligé de m'abandonner quand j'ai été fait pécheur à ta place.
Veux-tu croire cela pour que ma mort et ma vie ressuscitée deviennent efficaces pour toi ? voir ici 1Pierre 3.18,20 - Hébreux 2.14,15
Que répondez-vous ? Avez-vous déjà répondu ?
Bien cordialement. Soyez béni-e.
 

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2016 6 15 /10 /octobre /2016 07:38
L'HOMME EST UNE…

L'homme est une

Feuille d'automne détachée

Qui tombe

Enlevée

Ballotée

A son trot ou au galop,

Entre trop de riens

Et trop c'est trop.

C.T. 13-10-16 ALGDDV

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2016 3 12 /10 /octobre /2016 07:40
Smatchez ! "Ce sont les violents (psychiquement) qui s'emparent du (s'élisent pour le) Royaume éternel de Dieu".
Smatchez ! "Ce sont les violents (psychiquement) qui s'emparent du (s'élisent pour le) Royaume éternel de Dieu".

Quand il fait très chaud, on cherche l'ombre. Cet été plus d'une fois j'ai marché sur un trottoir couvert par l'ombre des maisons. Même si cela doit faire changer de rue, doit même rallonger le chemin.

Spirituellement c'est la même chose. On est dans un monde de plus en plus chaud ! Chaud par le climat, mais aussi par la montée de forces humaines et démoniaques problématiques, comme la violence des revendications, de la haine, du racisme, ou d'autres chaleurs malsaines de désir du pouvoir, d'amour pour l'argent en soi, ou de sexualités dépravées.

La question en regard de la réalité de Dieu et de notre condition de mortel, temporel et vulnérable, est: Est-ce que je marche mon quotidien à couvert de ce qui est mal pour moi ? A couvert de ce qui peut me semblait terriblement intéressant et/ou agréable, mais dont l'effet me sera au final, ou m'est déjà nocif ? Comme par exemple s'exposer 2 ou 3 heures aux ardents rayons d'un soleil d’août sans protection.

On peut se vêtir de diverses parures pour paraître beau ou bon, humaniste, généreux, professionnel, maître de soi, etc... Le problème est que nos vêtements, qu'on préfère généralement "de marque", ne sont pas suffisamment bien pour nous couvrir de manière efficace. Ils sont comme des couvertures trop courtes, comme des peaux de chagrin, comme des moyens humains de pourvoir face à une réalité adverse d'un ordre supérieur. C'est en ce sens que la Bible doit nous enseigner que "5 Nous sommes tous devenus comme des objets impurs et toute notre justice est pareille à un habit taché de sang, nous sommes tous aussi fanés qu’une feuille et nos fautes nous emportent comme le vent. 6 Il n'y a personne qui fasse appel à ton nom, qui se réveille pour s'attacher à toi. C’est que tu t’es caché à nous et tu nous laisses nous liquéfier par l’intermédiaire de nos propres fautes" Prophète Esaïe chap. 64.
C'est un réflexe naturel, quand on se découvre nu, de se couvrir très vite, avec n'importe quoi. On voit ça dans le Jardin d'Eden.
Encore faut-il se "découvrir" nu au plan où nous avons le plus besoin d'être couvert !

Car au plan céleste la question est: Vis-tu couvert-e, habillé-e, revêtu-e, ou nu-e, l'âme à nue devant les puissances spirituelles mauvaises qui n'aspirent qu'à captiver et capturer nos âmes ?

Lorsque l'homme comme la femme chute face au mal, cela se traduit par un malaise, un sentiment de honte, de nudité, de culpabilité - qui n'est pas sans rapport avec notre responsabilité personnelle, morale. Ainsi avons-nous une conscience morale... tant que nous ne l'avons pas foulée aux pieds d'une façon ou d'une autre.*
Et si donc vous vous trouvez quelque part sale, mal dans votre peau, avec un sentiment de souillures, de confusion, de culpabilité, l'impression d'être nu-e sous le regard des autres (ou même quand il n'y a personne), ne sachant peut-être même plus regarder en face ceux à qui vous parlez, ne laissez pas s'estomper ou se fondre sous des dérivatifs ce genre de ressenti, mais cherchez la seule vraie solution à ce symptôme qui vous dit que vous avez fait quelque chose de réellement, d'objectivement mal.
Et ce quelque chose, si vous prenez le temps d'accepter de le voir, vous savez déjà de quoi il s'agit. Et là vous êtes en bonne situation pour obtenir le seul secours vraiment opérant, celui qui consiste à recevoir - peut-être à revenir à - Christ, la lumière de Dieu, son Esprit sans lequel nous ne sommes tous que des morts vivants - plus justement des vivants morts, dit la Bible.

Un autre sentiment n'est généralement pas loin lorsque nous nous fourvoyons dans une voie, un comportement, une orientation, un projet... mauvais pour nous. Ce n'est pas que nous faisons ou allons faire du mal à Dieu, mais bien essentiellement à nous-même. Ce sentiment d'accompagnement, c'est la peur. Une peur plutôt irrationnelle. Pour comprendre ce mécanisme psychique basique, vous pouvez lire avec profit le récit de la façon dont le mal s'est donné accès à la terre, en cliquant ici pour arriver au chapitre correspondant.

Comprenez donc où se trouve la vérité quant au Réel, quant aux différents niveaux qui structurent tout le Réel (créé et Incréé) ! Et cherchez tous les effets bénéfiques qu'il y a à connaître la vérité plutôt que de subir tous les effets dévastateurs consécutifs aux mensonges, aux tromperies, aux égarements, aux addictions, aux compulsions, aux conduites en état d'ivresse...

Jean 8.32 - Jean 14.6 - 2Corinthiens 5.3 - Colossiens 3.10 - Galates 3.27 -

Cherchez Dieu et son Christ pour vous, avant qu'il ne soit trop tard. Sinon qu'aura été notre vie, sans cette connaissance intime du seul Nécessaire éternel. Soyez-y aidé-e.

__________________

* comme d'ailleurs les animaux, notamment les plus proches de nous en ont une.

La meilleure couverture spirituelle n'est pas d'avoir une religion, de se faire philosophe, penseur, savant, de devenir riche, de se garder des ondes ou de certains aliments... C'est de recevoir la révélation qu'elle est faite du sang pur de Jésus ! De son sacrifice substitutif, expiatoire et propitiatoire. Entendez-vous cela ? Si oui, on remercie Dieu de ce don de la vie de son Fils pour nous sauver de la puissance spirituelle ennemie ; Si non, on désire, on cherche à comprendre, à recevoir, à bénéficier. "Car lors de la crucifixion de Jésus, Dieu était en Christ réconcliant le monde avec lui-même." Etes-vous du nombre des réconciliés ?

La meilleure couverture spirituelle n'est pas d'avoir une religion, de se faire philosophe, penseur, savant, de devenir riche, de se garder des ondes ou de certains aliments... C'est de recevoir la révélation qu'elle est faite du sang pur de Jésus ! De son sacrifice substitutif, expiatoire et propitiatoire. Entendez-vous cela ? Si oui, on remercie Dieu de ce don de la vie de son Fils pour nous sauver de la puissance spirituelle ennemie ; Si non, on désire, on cherche à comprendre, à recevoir, à bénéficier. "Car lors de la crucifixion de Jésus, Dieu était en Christ réconcliant le monde avec lui-même." Etes-vous du nombre des réconciliés ?

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2016 2 11 /10 /octobre /2016 10:20

Proverbes bibliques 28
2 Quand un pays est en révolte, ses chefs sont nombreux, mais avec un homme qui a de l'intelligence et de la connaissance, l’ordre est maintenu.

5 Les hommes adonnés au mal ne comprennent pas ce qui est juste, tandis que ceux qui cherchent l’Éternel comprennent tout

10 Celui qui égare les hommes droits dans la mauvaise voie Tombe dans la fosse qu'il a creusée ; Mais les hommes intègres héritent le bonheur.

11 L'homme riche se croit sage ; Mais le pauvre qui est intelligent le sonde.

12 Quand les justes triomphent, c'est une grande gloire ; Quand les méchants s'élèvent, chacun se cache.

16 Un prince sans intelligence multiplie les actes d'oppression, Mais celui qui est ennemi de la cupidité prolonge ses jours.

17 Un homme chargé du sang d'un autre Fuit jusqu'à la fosse : qu'on ne l'arrête pas !

18 Celui qui marche dans l'intégrité trouve le salut, Mais celui qui suit deux voies tortueuses tombe dans l'une d'elles.

19 Celui qui cultive son champ est rassasié de pain, Mais celui qui poursuit des choses vaines est rassasié de pauvreté.

20 Un homme fidèle est comblé de bénédictions, Mais celui qui a hâte de s'enrichir ne reste pas impuni.

21 Il n'est pas bon d'avoir égard aux personnes, Et pour un morceau de pain un homme se livre au péché.

22 Un homme envieux a hâte de s'enrichir, Et il ne sait pas que la disette viendra sur lui.

23 Celui qui reprend les autres trouve ensuite plus de faveur Que celui dont la langue est flatteuse.

24 Celui qui vole son père et sa mère, Et qui dit : Ce n'est pas un péché ! Est le compagnon du destructeur.

25 L'orgueilleux excite les querelles, Mais celui qui se confie en l'Éternel est rassasié.

26 Celui qui a confiance dans son propre coeur est un insensé, Mais celui qui marche dans la sagesse sera sauvé.

27 Celui qui donne au pauvre n'éprouve pas la disette, Mais celui qui ferme les yeux est chargé de malédictions.

28 Quand les méchants s'élèvent, chacun se cache ; Et quand ils périssent, les justes se multiplient.

Proverbes 1
7 La crainte de l'Éternel est le commencement de la science (de la vie) ; Les insensés méprisent la sagesse et l'instruction (divine).

Jérémie 16.6 Placez-vous sur les chemins, regardez, Et demandez quels sont les anciens sentiers, Quelle est la bonne voie ; marchez-y, Et vous trouverez le repos de vos âmes !

Matthieu 11.27 Jésus dit : - Toutes choses m'ont été données par mon Père, et personne ne connaît le Fils, si ce n'est le Père ; personne non plus ne connaît le Père, si ce n'est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler. 28 Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. 29 Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur ; et vous trouverez du repos pour vos âmes.30 Car mon joug est doux, et mon fardeau léger.

Jean 14.8 Philippe lui dit : Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit.9 Jésus lui dit : Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m'as pas connu, Philippe ! Celui qui m'a vu a vu le Père ; comment dis-tu : Montre-nous le Père ?10 Ne crois-tu pas que je suis dans le Père, et que le Père est en moi ? Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; et le Père qui demeure en moi, c'est lui qui fait les oeuvres.11 Croyez-moi, je suis dans le Père, et le Père est en moi ; croyez du moins à cause de ces œuvres.

Il est temps pour CHOISIR JÉSUS POUR CE QU'IL EST.
Soyez béni-e.

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2016 5 07 /10 /octobre /2016 08:14

Quel Dieu d'amour nous aurait créés pour que nous soyons esclaves de forces qui nous privent du sentiment intérieur de liberté ? Or, il en est ainsi
- de passions et autres addictions ajoutées,
- d'autres hommes ou femmes qui prétendent avoir le droit ou le pouvoir de nos exploiter ou de nous rendre heureux (!?),
- d'un travail subi plus qu'aimé,
- d'une religion ou d'une idéologie qui n'ont que la violence et la manipulation pour se faire obéir,
- de nous-même quand la terrible "loi du péché" en nous - force qui nous pousse à être méchant ou pervers ou trompeur... n'est pas soumise à la bienveillance du Dieu véritable.

Aujourd'hui Eric Célérier nous dit encore en ce sens :
Liberté !
C’est le cri poussé par les vaillants héros, quand ils ont enfin vaincu l’ennemi et libéré leur pays.
Liberté !
C’est aussi le cri de votre ado, quand vous lui accordez sa sortie le vendredi soir !
Nous avons tous soif de liberté. Nous avons envie, au plus profond de nous-mêmes, d’être libres.
▪ Libres du regard des autres,
▪ Libres d’une addiction,
▪ Libres de ce qui emprisonne notre âme,
▪ Libres de faire ce à quoi nous sommes appelés.

Ce sentiment, commun à tous les êtres humains, est normal.
Dieu, en effet, nous a créés avec ce goût de la liberté. Il nous a créés, non pas pour que nous soyons emprisonnés par quelque chose ou quelqu’un, mais pour que nous soyons libres !
Pour la plupart d’entre nous, nous n’avons pas de véritables chaînes à nos poignets ni à nos pieds, mais trop souvent, nous avons des chaînes dans nos cœurs ou nos pensées.

Jésus est celui qui peut nous libérer de ces chaînes-là.
"Dieu a élevé Jésus, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom." (La Bible, Philippiens 2.9) - car lui seul par sa soumission à Dieu son Père et à la loi religieuse venue par les anges et par Moïse, a pu triompher de TOUTES les forces possibles et inimaginable du mal, physiques, psychiques et spirituelles.

Ainsi, au nom de Jésus, tout ce qui vous emprisonne et vous lie peut être aujourd'hui, maintenant, détruit - SI VOUS LE LUI DEMANDEZ.
Et je vous invite : Au nom de Jésus, DEVENEZ LIBRE, EN CROYANT DE LA SORTE
!
(voir Jean 8.36)

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche