Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 09:00
Pensée du jour : LA FOI, UN PRINCIPE UNIVERSEL, AUSSI SOUVENT ACTIVÉ QU'IL EST INDENIABLE...

La foi EST un principe actif universel, un véritable déterminisme de la vie, autant animale qu'humaine.

Sans elle, on ne se lèverait même pas le matin pour attaquer une nouvelle journée ! On ne mettrait pas un pied devant l'autre ! On ne rejoindrait pas un rendez-vous qui peut nous rendre (plus) riche ou (plus) heureux ! On n'aurait, dans le monde tel qu'il est, aucune force pour plaisanter ou sourire ! On s'empêcherait d'avoir des enfants (ce qui se fait bien !), de prendre le train ou l'avion, et aujourd'hui de s’asseoir seulement à une terrasse de café !

A partir de la naissance, on ne chercherait pas à se redresser, à marcher, à courir, à monter sur un vélo, à conduire une voiture, à draguer l'autre sexe !... Même s'asseoir sur une chaise - chez soi - requiert un mécanisme inné qui est de la foi !
C'est ainsi qu'on est TOUS, TOUJOURS, D'ABORD, OBLIGES D"AGIR PAR LA FOI, bien plus que selon ce qu'on voit ! Sans savoir donc ce qu'il en est réellement quant à la vérité de ce qu'on nous dit ou du mensonge ! Sans jugement personnel (qui se forme -bénéfique ou problématique- à partir des dires des autres) ; sans assurance qu'on ne nous berne pas, sans repère sûr comme est le pôle nord pour se guider ; Bref, en aveugle.
Et cela, et par cela, qu'on en arrive à se dire athée, agnostique ou croyant (d'une confession ou d'une autre), donc avec des vues jusqu'à inconciliables, voire ennemies !
Voilà les croyants que nous sommes tous aux plans les plus primaires, pour commencer, pour apprendre, pour entreprendre, pour continuer, pour persévérer, pour gagner, pour devenir un bon, pour avoir une croyance en Dieu ou pas, selon ce qu'on aura prioritairement eu à entendre...

Qui peut dire qu'il est devenu ce qu'il est autrement ? Qu'il s'est fait sur le fond des choses (des réalités) autrement ?...


Donc la foi est effectivement un des principes les plus dynamiques et dynamisants des créations qui expriment la vie. Ce principe inhérent dont personne ne peut se passer est donc aussi à voir comme UN DES MOTEURS CONSTITUTIFS du vivant.
Et un des autres de ses moteurs est ce qu'on appelle... l’ÉVOLUTION. Ce qui fait que bien évidemment cette Évolution telle que présentée dans nos écoles - et donc l'évolutionnisme sa doctrine - est une vue erronée, fausse, partielle, tronquée, non pertinente, et réductrice du vivant et du Réel.
Parce que le vivant témoigne à l'observateur sérieux résulter non pas d'une seule force dynamique, mais bien de plusieurs, dont en réalité la force hyper intelligente (intelligencée = rendue intelligente, dotée de beaucoup d'intelligence) de L'ADAPTATION - qui se voit comme étant bien plus et autre chose que de l'évolution néo-darwinienne tâtonnante et mutante aveugle...

L'Évolutionnisme est donc un anthropomorphisme. Primaire ET COUPABLE, d'une aberration de vue sur les conséquences désastreuses, notamment sur la France, comme on voit (comme on PEUT voir) dès lors qu'on met les bonnes lunettes, celle de la foi au service de la compréhension des origines.


On a rentré nos antennes spirituelles ! Et pour nous aider à les ressortir - car il vaut mieux voir le Réel que de se faire autruche - ça claque parfois fort ! On se trouve confrontés à - obligés de voir - des crises, personnelles, familiales, de gouvernement ou de société... Mais voit-on obligatoirement mieux pour autant ? Non. On peut persister et signer dans ses échecs !
Et donc encore, on peut trouver des écritures prophétiques, qui témoignent qu'on est sur une trajectoire qui était prévisible, que Dieu sait les choses par avance... Ainsi, par Malraux ou quelqu'un d'autre, il a été dit dans les années 80 que le XXIe siècle serait religieux, ou ne serait pas. Il est, et il est étrangement et particulièrement religieux !
Ma Bible dit encore qu'il va à la suite de terribles difficultés, devenir spirituel : les prophéties véritables s'accomplissent toujours, et il y en a encore à venir, ou présente - et pas des moindres - qu'annonce la Bible depuis 2000 et plus. Quand on voit le nombre de celles qui se sont déjà réalisées, on est confortés dans notre foi en ce Dieu-là et en ses paroles, notamment bibliques... et on peut déjà savoir l'essentiel de ce qui très vite est en train d'arriver.
Par exemple en lisant le 9e chapitre de l'Apocalypse ou Révélation, on a été plusieurs à voir où on en est des accomplissements des paroles prophétiques ce dernier livre de la Bible ! Il nous est parlé d'une 6e trompette qui sonne (quelque chose qui fait beaucoup de bruit, mondialement). Et voilà qu'elle a sonné : En mettant en parallèle la Bible et l'Actualité mondiale on VOIT ! Lisez et vous pourrez comprendre.

Mais encore faut-il quelque peu s'intéresser aux actualités qui font le monde, ET SURTOUT avoir la Bible plus près de nous que sur une étagère où la poussière a raison des trésors qu'elle renferme !

La Bible donne, propose, UN CONTENU pour la foi quand elle est dirigée vers le Divin. Le co-pilote d'une voiture de rallye doit avoir CONFIANCE = AVOIR FOI en son pilote. On doit avoir foi en sa femme si on veut vivre une bonne relation avec elle, et réciproquement. C'est pareil avec Dieu ! Nous devons avoir confiance que Dieu peut nous parler et parle encore, et que ce qu'il dit s'accomplit, de n'importe quelles manières.

Alors croire en quoi ? J'ai trouvé dans la Bible cette réponse qui me satisfait et que j'ai mis en pratique : "La foi vient de ce qu'on entend, qui nous vient de la parole de Christ." Ce qui donne une suprématie certaine aux paroles de Jésus, et à la suite à celles qu'inspire le Saint-Esprit (lui aussi Christ = envoyé). Et encore :

Luc 4:4 "Jésus lui répondit : Il est écrit : L'Homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu."
Psaumes 119:105 "Ta parole est une lampe à mes pieds, Et une lumière sur mon sentier."

Au nom de Jésus, soyez béni-e, selon les besoins de votre âme.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 07:00
LA FOURMI BLEUE : UNE NOUVELLE POUR SE DETENDRE... OU/ET REFLECHIR...

Un jour j'ai vu le ciel : Bleu !!!
D'un bleu intense, comme jamais je ne l'avais vu.
Je l'ai photographié, puis j'ai mis cette capture dans la poche de ma chemise, côté cœur. D'ailleurs mon cœur bien curieusement s'était mis à brûler à partir de ce moment-là. Pour moi si souvent pauvre en amour, c'était comme un feu et un baume qui me transportaient... Ce qui aussi me faisait penser à l'amoureux ronron des chats.

C'était arrivé plutôt tip-top, après une période assez noire, où le ciel avait bien toujours été là mais où ma vue était trop attachée à mes affaires.
Ç'avait été fort comme si le contenu du ciel même était mis à ma portée. Et ce fut comme s'il fallait, outre la carte SDhc1 sur laquelle je l'avais enregistré, que je le peigne !

J'achetai quatre gros tubes de bleus soutenus les plus proches, et un petit tube de blanc. Une toile, une brosse... et je mélangeais sur la palette... Mais sans parvenir à satisfaction. J'étais vraiment déçu ; mais je réfléchissais... quand tout à coup je crois savoir ! J'avais entendu ça d'un ami imprimeur. Je cours acheter un petit tube de noir, je mélange, et voilà ! Il manquait pour faire ce bleu-là une pointe de noir.

Quand je commence, impatient, à montrer mes premières toiles, je m'attends à un enthousiasme qui rejoigne le mien ! Mais les réactions furent bien mitigées. Sauf chez ma belle-mère qui, à partir de ce moment-là entra dans une meilleure relation avec moi !...

Je voulais exposer bien sûr ; mais avec si peu de couleurs... J'avais ajouté quelques nuages blancs pour que le bleu paraisse davantage, mais quoi d'autres !? Trop de diversités ne prendrait-il pas le pas sur l'essentiel ?

Je pensais à des lacs de montagne : Ils savent si bien refléter les bleus du ciel. Et puis la mer ! Mais c'était plus difficile : il fallait faire des vagues ; de l'écume que je travaillais des jours ; tout un relief subtil... Je plantais des cocotiers sur du sable, et encore en fond une montagne, plate comme on peut voir près de l'océan juste derrière Cape town...

Cela faisait peut-être de beaux tableaux, mais finalement changeait subrepticement mon impression première.
Cependant alors, on me regardait !

Suivant encore un conseil d'ami, j'introduisis d'autres choses, jouant à laisser toujours paraître ici ou là un coin de mon bleu, en reflet sur une vitre ou sur une carrosserie de voiture noire... J'exposais donc.
Mais surtout, sans m'en être rendu compte : JE m'exposais ! ce que j'avais développé comme talent se substituant à ce qui l'avait déclenché. J'avais toujours sur le cœur l'image enregistrée, mais ceux qui me louaient ne voyaient pas ce fil rouge - bleu ! - qui pour moi était, de moins en moins cependant, l'essentiel des salons et expositions.

On tomberait dans la dépression à moins ! Malgré un succès qui satisfaisait mon ego, je devins, au fond, morose, désabusé. Surtout ce jour où je m'éloignais de mon atelier, lourd comme le ciel aux nuages foncés qui semblaient me suivre, et entrai dans un bois aux verts tendres naissants. Je m'assis sur une pierre... ou une souche, ou un tronc abattu ? Bref, je regardais sans voir, pensant au penseur de Rodin, noir comme lui. En fait je n'pensais à rien. Même pas à ce vide ressenti comme si j'avais perdu quelq...!? Je mis vivement la main sur mon cœur : elle était bien toujours là ! Quel soulagement !
Mais le chat ne ronronnait plus près du feu pendant que la bouilloire chantait. Le bleu avait glissé sous un voile laiteux, puis s'était fait nuage et gris. Alors mon cœur s'humecta de larmes jusqu'aux yeux... Au travers desquelles j'aperçus qu'à mes pieds vibrait de mille mouvements une grosse fourmilière.

C'était de grosses fourmis rouges sombres, sans doute énervées par l'approche d'un orage. Ça grouille dans tous les sens sur un enchevêtrement de brindilles pas possible, et ça me rappelle cette envie irrépressible que j'avais, enfant, d'y mettre avec un bâton ou d'un coup de pied le plus grand désordre, d'y semer un chaos !...
- Mon chaos, me dis-je confus.

Je continuais à regarder, à peine curieux, jusqu'à soudain apercevoir QUOI !?... Une fourmi Bleue !!! Bleue comme mon ciel ! dont j'avais presque oublié la couleur véritable.
Mais là par cette fourmi, pas forcément la plus grosse, je reprends vie. Je lui parlerai presque : On parle bien à un hamster ! J'en eus un rire un peu nerveux : Être chamboulé à ce point par la vue d'une fourmi - certes bleue -, mais quoi, rien qu'une fourmi ! - Non, non ! Je la vois bien différente, exceptionnelle, comme le ciel qui m'a parlé...

Et autour de moi aussi le temps changeait, le bois devenait plus clair. J'observais... Comparée aux autres cette fourmi était manifestement plus sereine ; et son calme se diffusait à celles qui l'entouraient. Je ne voulais plus la quitter des yeux, ma fourmi bleue !

Je l'ai emportée chez moi. C'est là un miracle de plus : elle s'est laissée prendre, et j'ai senti une joie incroyable m'envahir. Mon cœur s'est remis à ronronner, la bouilloire à chanter, le bonheur me revenait. Ça tient à quoi d'être heureux !?…
Je pensais à ça devant une toile en chantier... quand une coccinelle vint se poser sur ma main ! - Il ne manquait plus qu'elle, me dis-je en souriant comme d'une bonne blague !

Elle était rouge bien sûr - mais elle aurait pu être jaune ! -. Non, rouge vermillon, de la couleur du sang vif, brillante, vernissée, avec trois points noirs, plutôt gros. Elle ne bougeait pas, et parfois se mettait à trottiner, curieuse, comme énorme sur de si petites pattes. Je la trouvais belle et sympathique. Pourquoi les coccinelles ont-elles quasi-universellement cette vertu de nous plaire, de nous attendrir, de nous les faire aimer !? Je me posai vraiment cette question... et je me dis que, peut-être... Une coccinelle, Bleue !!!... avec des points : blancs !?

L'histoire n'est donc pas finie... Je reste persuadé qu'un jour ou une nuit, je la trouverai - ou Elle me trouvera - la coccinelle bleue à points blancs.

© Claude T. - ALGDDV - Novembre 2015

"Création réalisée dans le cadre du Prix Bibliothèques Pour Tous, Short Edition"

Comme cette nouvelle est actuellement en concours pour le PRIX Bibliothèques Pour Tous, si elle vous plaît bien vous pouvez aussi voter pour elle > me demander l'adresse où se trouve... la fourmi bleue, quelque part sur le net !

LA FOURMI BLEUE : UNE NOUVELLE POUR SE DETENDRE... OU/ET REFLECHIR...
Partager cet article
Repost0
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 07:00
Pensée du jour : EN FRANCE (et autres pays occidentaux) ON PEUT CHOISIR SA RELIGION ! (3)

1ère partie : http://toucherlalumiere.info.over-blog.com/2015/12/pensee-du-jour-en-france-et-autres-pays-occidentaux-on-peut-choisir-sa-religion-1.html
2e partie : http://toucherlalumiere.info.over-blog.com/2015/12/pensee-du-jour-en-france-et-autres-pays-occidentaux-on-peut-choisir-sa-religion-2.html

C'est pour la liberté que Christ vous appelle et est venu, déclare la Bible ; pour rendre les captifs libres : du péché, de multiples formes du mal (physique, psychique et spirituelle), de maladies, d'addictions, de déprimes chroniques, d'un mysticisme problématique, d'une culpabilité persistante, de la peur de la mort, de comportements compulsifs qui toujours réduisent l'homme/la femme...

Il n'est pas question ici
- ni de la liberté (qu'on est libre) de prendre quand on est ignorants et/ou incroyants, libertés de faire n'importe quoi dans notre ignorance, sous l'effet de nos envies et convoitises, de manipulations, de mauvaises séductions ou tentations, ou encore sous prétexte de liberté d'expression psychique, spirituelle ou corporelle ;
- ni des privations de libertés que tels mouvements sectaires ou religion imposent à ceux qui s'y soumettent, et à ceux qui ne veulent pas s'y soumettre. Cela ne peut venir de Dieu, pour qui notre vraie liberté d'être et son respect sont choses importantes.

Certes la quête et la rencontre avec Dieu est une chose subtile, en ce qu'elle est de l'ordre de l'esprit (spirituelle), alors que nous nous sommes pour l'essentiel dans l'ordre physique (matériel, par notre corps) et de l'ordre psychique (de psyché, âme en grec, qui peut se développer jusqu'à des comportements religieux, mais pas spirituels).

Aussi ne laissez pas une religion, pas plus que l'incrédulité, vous priver de la CONNAISSANCE de Dieu ! Cherchez plutôt comment la religion peut nous aider à mieux nous connaître nous-même - en vérité -, afin que nous cherchions davantage Dieu en raison du ou des besoins que nous verrons alors apparaître.
CONNAISSANCE dans le sens
1- d'apprendre des vérités à son sujet ; de connaître ses œuvres et ce qu'il veut établir avec nous ; de connaître ses manières de faire et ses voies. Et
2- Connaître dans le sens d'avoir intimité avec Dieu, contact réel dans la dimension Esprit, communion avec lui.

Mais bien sûr je vous dit là UNE DES VUES (propositions) que Dieu permet que nous entendions, qui découle d'une religion et d'un texte dit sacré. Or, comme j'ai dis, il y en a d'autres, et c'est aussi (en plus des prières et révélations) par études et comparaisons que Dieu m'a établi dans des assurances spirituelles.
Pas des études ou comparaisons pour démolir les autres écrits, mais pour trouver ce qu'est la vérité, comme on cherche la solution d'un problème mathématique, indépendamment donc d'une attache de notre âme à un système quelconque qu'on aurait reçu dans notre enfance et/ou sans liberté de dire Oui ou de dire Non.


Sur la bonne façon de faire, on a l'exemple et la pensée célèbre - malheureusement si mal comprise et déformée - de Descartes, dont une phrase résume à peu près la découverte et ce qu'il appela à la suite "la méthode" : "Pour atteindre la vérité, il faut une fois dans sa vie se défaire de toutes les opinions qu'on a reçues, et reconstruire de nouveau tout le système de ses connaissances."
Intéressant non !? C'est de la pure et bonne raison, ce que n'exclut pas forcément la foi la plus authentique (Ça aussi il faut le savoir !).
Après, après avoir compris cela, il s'agit d'avancer en cherchant LA VÉRITÉ bien sûr, car la vérité existe dans le monde spirituel
1- de la même manière que dans les mondes physique et psychique,
2- c'est-à-dire que nous devons distinguer ce qui vraiment juste et bon pour nous (car cela va ensemble), de ce qui n'est pas juste, ou bien moins juste...
Et là c'est Einstein qui nous encourage, disant "Le souci de parvenir à la vérité doit primer sur toutes les autres considérations." C'est très important. Et Einstein lui-même fut vivement confronté à ce problème de ce qui est vrai et de ce qui est faux, au plan de la physique, au point où dans les années 50 il du abandonner une part fondamentale de la conception qu'il avait de l'univers, pour rallier une vue tout autre, plus juste, meilleure...


Voilà pourquoi je voudrais vous exhorter à ne pas vous attacher à une religion de manière traditionnelle, ou encore à vouloir la défendre, sans chercher PREMIÈREMENT Dieu, sans lui parler - aussi simplement qu'on parle à quelqu'un par un portable.
Prenez donc, si vous ne la connaissez pas encore, cette liberté de parler à Dieu ! Car nous pouvons - vous pouvez
- lui exprimer vos demandes les plus précises ;
- lui poser les bonnes questions ;
- lui demander qu'il vous révèle vos PLUS RÉELS BESOINS...
- lui demander qu'il se révèle à votre conscience (comme il a fait et continue à faire avec moi) ; qu'il vous montre LE CHEMIN DE SA GRÂCE, pour qu'il pardonne EFFECTIVEMENT vos péchés ; pour qu'il devienne VOTRE Dieu, càd un Dieu dont vous savez qu'il vous connaît, et cela pour qu'il vous rende libre
- de pratiquer vous-même la justice ;
- de vous aimer vous-même ;
- et encore d'aimer votre prochain...

Et ATTENDEZ-VOUS à des réponses, à des manifestations en retour, des signes, des paroles (audibles ou intérieures), des songes... car Dieu a bien des manières, parfois surprenantes, de nous répondre... et qu'il nous donne de reconnaître comme venant véritablement de lui. Plus nous l'interrogeons, plus nous avons de chances de voir son surnaturel entrer dans notre existence !


Qu'il vous bénisse en cet instant, selon sa sagesse et sa justice alliées à la grandeur de sa grâce, et plus encore qu'en rapport de ce que vous pensez poouvoir recevoir de bon de sa part...

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2015 4 03 /12 /décembre /2015 07:00
On est séparés de Dieu par des gros et lourds "rideaux" (image)... Mais Dieu a tout fait pour qu'ils puissent s'ouvrir...
On est séparés de Dieu par des gros et lourds "rideaux" (image)... Mais Dieu a tout fait pour qu'ils puissent s'ouvrir...

Ce qui a été posté hier (http://toucherlalumiere.info.over-blog.com/2015/12/pensee-du-jour-en-france-et-autres-pays-occidentaux-on-peut-choisir-sa-religion-1.html) doit nous apprendre à voir la religion, quelle qu'elle soit, essentiellement comme une forme d'échafaudage qui permet de nous aider à nous construire et à être construit par Dieu. Et si on prend l'image de l'échafaudage de construction d'une FUSÉE, on saisit mieux ce qu'est LE MOYEN, et ce qu'est LA FINALITÉ : accéder au ciel...

Bref, Dieu -le vrai !- nous veut dans une relation (r)établie avec lui, pas demain ! pas futur, mais dès chaque maintenant qui passe. Une relation qui se passe particulièrement de notre esprit à son Esprit et inversement (ce que Jésus appelle : "en esprit et vérité")*. Ce qui ne peut se faire sans une participation intelligente et active de notre part (la foi authentique ne se heurtant majoritairement pas avec le simple bon sens, la liberté (conquise) d'être, ni avec une raison saine).

Notre quête doit être orientée et dynamisée par le désir de connaître toutes choses et Dieu "en vérité" ! Ce que la Bible appelle avoir et "recevoir l'amour de la vérité", autrement dit il nous faut avoir reçu l'Esprit de Dieu pour avoir communion avec Dieu...


Notre conception de Dieu doit comprendre (intégrer) que s'il est un juge incontournable et sévère de nos actes et pensées, il est aussi ET PAR-DESSUS TOUT un Dieu qui a trouvé LE MOYEN de faire GRÂCE là même où on devrait être châtier, où même on pourrait être détruit (psychiquement ou physiquement). C'est-à-dire quand on se fourvoie dans des injustices, le crime même, dans toutes sortes d'égarements, de méchancetés, perversités, idolâtries, cupidités...

Pour avoir été mis au bénéfice (c'est-à-dire dans la connaissance et la foi et l'expérience) de ce don de la GRÂCE DIVINE, je peux vous dire qu'il est le moyen supérieur de rétablissement de notre relation avec Dieu, et qu'il opère par deux entrées :
1- D'une part par ce que Dieu a fait en laissant Jésus aller à la mort que des hommes et les démons ont désiré lui infliger pour s'en débarrasser... :
2- De notre côté, par la repentance (ou regret très fort) de nos fautes, ce qui nous amène à vouloir absolument les confesser à Dieu, directement si vous êtes seul-e face à lui, dans la foi que le châtiment accepté et subi par Jésus fut ce que nous mériterions si nous restions sans regarder et croire en ce sacrifice que fut sa crucifixion (lire par exemple dans la Bible, le 53e chapitre du prophète Esaïe qui donne prophétiquement -600 ans avant que cela n'arrive- le sens de la mort en croix de Jésus)...


C'est en ce sens que le Dieu qui m'a trouvé et que j'ai trouvé et avec qui je vis jour après jour, s'avère le bon : Bon dans le sens de Le Vrai, Le Véritable, et bon dans le sens de Bonté transcendante, son amour ayant surpassé sa justice primaire.

A suivre, demain, suite et fin de cet article.
_____________
*et d'autres moyens de grâce, qui se découvrent ou s'apprennent au fur et à mesure que nous avançons dans le bon chemin.

Liens internes en rapport : http://toucherlalumiere.info.over-blog.com/2015/11/pensee-du-jour-beaucoup-en-sont-encore-a-ne-pas-distinguer-entre-religion-et-spiritualite-entre-dieu-et-representations-problematiqu

http://toucherlalumiere.info.over-blog.com/2015/11/le-pardon-de-dieu-et-la-folie-des-hommes-quel-en-est-le-prix-combien-coutent-ils.html

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2015 3 02 /12 /décembre /2015 07:00
Ben oui ! Il y a forcément un chemin de Dieu...
Ben oui ! Il y a forcément un chemin de Dieu...

CHOISIR SA RELIGION, comme sa manière de relationner avec Dieu, est une liberté de conscience qui coûta cher - en sang et autres violences et brimades - à acquérir.


C'est pouvoir faire LE CHOIX, c'est avoir LE DROIT de trouver, en conscience et du cœur, notamment à partir des trois grandes religions monothéismes, ce qu'est la meilleure proposition de vie et de relation avec Dieu qu'on puisse désirer et obtenir.

Cette disposition même de trois religions (et autres mouvements particuliers dans leur sein ou en dehors)* est en réalité la façon dont Dieu lui-même juge bon de nous offrir la religion comme MOYEN D'APPROCHE de sa réalité, compte tenu de LA LIBERTÉ dans laquelle il nous a créés et désire que nous le trouvions et/ou rencontrions.

C'est donc essentiellement cette liberté qu'il respecte et qu'il désire que nous mettions en œuvre, en offrant le religieux de la sorte. Et plus particulièrement (concrètement) quand les mouvements des uns et des autres permettent de voir, de comparer, peut-être de confronter, telle proposition (organisation, institution, système religieux) avec telle(s) autres(s).

En ce sens c'est une richesse que d'avoir plusieurs moyens religieux à notre portée, plutôt que de ne connaître qu'un seul son de cloche - qui n'est pas forcément le meilleur.

Mais c'est aussi une plus grande responsabilité individuelle pour nous, du fait du choix (rendu) possible :


1- de ne pas rester attaché à un système religieux que notre naissance ou lieu de résidence rend quasi-obligatoire, indépendamment que nous soyons convaincus ou pas de sa pertinence. Une telle décision peut n'être pas facile du tout, et c'est le secours même de Dieu qui donne la force, quand il s'agit de faire le bon choix. Dans tous les cas, il faut se positionner avec une entière conviction, car "tout ce qui n'est pas produit d'une conviction est péché" dit la Bible ;


2- ou de persévérer dans des apports (textes dits sacrés, affirmations, valeurs proposées et sollicitées, promesses), sur un contenu de formulations qu'on a déjà éprouvé, persévérer malgré des pressions qui voudraient nous faire changer. Les principaux critères à considérer, qui peuvent nous permettre de voir clair, sont essentiellement en rapport avec :
- ce qu'est le bien et le mal, relativement à nous-même et aux autres personnes ;
- le pardon de nos péchés (problème crucial !) ;
- la liberté qu'on peut avoir -ou pas- de relation personnelle avec Dieu ;
- des manières existantes -ou pas- dont Dieu interagit avec nous : en répondant à nos prières (en notre faveur ou en faveur des autres), par des directions qu'il donne, des songes, des paroles à-propos, des corrections qu'il produit ou montre.... ;
- notre éternisation (éternité post-mortem de notre âme avec Dieu), autrement appelée : accès au Paradis ou entrée dans le Royaume de Dieu...

A suivre, demain. Soyez béni(e) en cette journée.

__________________

* On peut ajouter d'autres propositions religieuses disponibles mais qui n'offrent pas une perception de Dieu en tant que Dieu créateur intelligent et souverain par dessus tout, ce qui le réduit considérablement dans notre capacité à le concevoir et le rencontrer en vérité. Avec la proposition évolutionniste néo-darwinienne tenant actuellement dans les nations une position cosmogonique qui en fait en réalité une religion, Dieu laisse un large panel parmi lequel se trouve le fondement même de notre existence (actions, paroles, pensées déterminantes) qui est ou sera le plus en rapport avec le Réel et bien sûr avec Dieu tel qu'il est.

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2015 1 30 /11 /novembre /2015 07:00

Pour être bénévole il faut en avoir le temps, ou il faut le prendre, son temps - et moins celui des autres...

Ensuite il faut en avoir la liberté, psychique, intérieure, ce qui peut aussi ne pas être facile...

Et puis, pour que ce soit réellement une bénédiction - pour quelqu'un et pour soi-même - il faut que ce soit là et au moment où il faut ! Et ça, c'est bien compliqué ! C'est ce que la Bible appelle "les œuvres préparées d'avance par Dieu pour que nous les pratiquions." C'est faire la bonne chose et être au bon endroit au bon moment ! Ce qui bien sûr s'apprend, dans une relation toujours plus rapprochée et vivante avec Dieu, par son Esprit donné et reçu en nous, comme il est dit par exemple dans le livre du Nouveau Testament appelé Actes des apôtres, au chapitre 2, verset 38 (lire ensuite tout le chapitre pour bien comprendre le contexte). et si vous n'avez pas de Bible cliquez ici : http://www.info-bible.org/lsg/44.Actes.html#2

Être bénévole n'est pas donné à tout le monde, surtout tant qu'on n'a pas reçu l'Esprit de Dieu pour qu'il habite en nous. Mais ce qui peut être donné à tous, c'est justement de venir à Dieu pour recevoir le pardon de nos péchés et repartir de ce mouvement humble et sincère du cœur libéré, allégé, pardonné, purifié, justifié (rendu juste, comme n'ayant jamais péché).

Et plus vous comprendrez que le pardon de Dieu et la libération du poids de nos fautes s'obtient dans la foi en Jésus-Christ, plus la puissance de son sacrifice libératoire (substitutif, expiatoire et propitiatoire) pourra se manifester concrètement dans votre âme et jusque dans votre corps. Pourquoi ?

Parce que lorsque Jésus est frappé et cloué comme un malfaiteur notoire, en fait il est en train de prendre sur lui tout le poids des fautes possibles des hommes. Et quand il meurt, bien qu'il n'est jamais lui-même péché (fait aucun mal), c'est que "le salaire du péché" qu'est la mort, dit la Bible, tombe sur lui, pour qu'il n'ait pas à tomber sur nous quand nous avons à être jugé pour nos mauvais comportements.

Et la preuve que sa mort n'était juste qu'en notre faveur, Dieu le ressuscita au 3e jour car lui-même en tant qu'homme n'avait jamais péché.

Qui a vu ou entendu parler d'un tel don de vie ? Peut-être quelqu'un mourrait pour un homme ou une femme de bien ; pour sauver un enfant... Mais Jésus est mort sciemment pour des êtres terribles comme nous, méchants, pervers ou jaloux, mesquins, rancuniers, égoïstes, menteurs ou/et voleurs, meurtriers peut-être même... Sans même être sûr qu'aucun répondrait favorablement au don de sa vie - puisqu'au moment de son arrestation tous ses disciples se sont enfuis.

Mais dans sa grâce Dieu m'a convaincu d'avoir péché devant lui et les hommes, d'être un pécheur, un être perdu pour lui, et il m'a aussi convaincu de son amour ainsi manifesté envers moi, par cette crucifixion.

Soyez éclairé(e), laissez-vous éclairé(e) par l'Esprit de Dieu, pour entrer dans une réelle paix et réconciliation avec lui, DES MAINTENANT, et pour une éternité de vie avec lui (et avec moi !!! et tant d'autres).

Dieu dit qu'il voit même un moineau qui tombe à terre ! A combien plus forte raison nous voit-il, et veut nous relever, nous sauver !...

Dieu dit qu'il voit même un moineau qui tombe à terre ! A combien plus forte raison nous voit-il, et veut nous relever, nous sauver !...

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2015 7 29 /11 /novembre /2015 08:30

... Dieu détruit ou laisse détruire, POUR MIEUX RECONSTRUIRE !
Cela ne veut pas dire que des tueries perpétrées en son nom soient sa volonté, et qu'on doive s'en réjouir ! Mais cela veut dire que sa Grandeur est telle que de n'importe quel mal, juste ou injuste, il est capable de faire sortir du bien. Il est important de bien le comprendre, pour comprendre ce monde, ce qui s'y passe et ce qui nous arrive personnellement.

La nature même ne nous enseigne-t-elle pas cela ? N'a-t-on pas découvert comment extraire des substances du venin des serpents pour faire des médicaments ? Ce qui veut aussi dire que ce bien s'y trouvait déjà, inclus, encapsulé, inhérent, prédisposé - ce qui laisse bien loin en arrière la conception d'une création et de son évolution sans intelligence intentionnée !...

On soigne aussi avec de la morphine, et même avec du curare ! Un peu de curare m'a sauvé - ultime remède chimique - un œil qui s'était infecté à la suite d'une opération.

Les feuilles mortes de l'automne et autres bois morts retournent à la terre. Les lombrics et autres nécrophages et coprophages mangent ces déchets et bien d'autres, les réduisent en humus, en molécules, les recyclent, ré-enrichissant ainsi le sol d'où l'arbre, l'animal et l'homme tirent subsistance et croissance...

Claude Bernard (qu'on dit père de la médecine moderne) énonce : "Tout est poison ; rien n'est poison : question de dose !"
Avant que l’État ne mette la main sur lui, LE TABAC avait été reconnu, notamment par Olivier de Serres (le père lui de l'agriculture moderne), comme une plante médicinale merveilleuse, celle aux plus grandes vertus ! - Et qu'en avons-nous fait !?...

Même sans connaître Dieu et sans le savoir, nous reprenons très souvent les schémas inscrits dans ses créations ! Sur ce sujet, on sait bien que la vétusté des choses (dégradation ou entropie qui est une des 4 lois fondamentales de l'univers) nous obligent parfois à recourir à la destruction complète, d'un immeuble par exemple ou d'un véhicule, d'une canette de bière, d'un produit quelconque (opération triage et recyclage), si on veut rebâtir à la place pour l'immeuble, ou refaire avec pour les autres choses devenues inutilisables dans leur forme première...

Mais que faisons-nous des choses dont nous disposons ? Comment les voyons-nous avec nos aberrations de vue adamiques ? Et quels dégâts encore allons-nous faire sur la planète, ou dans des cœurs, des corps, de nos semblables !?... Peut-être des choses encore inimaginables, terribles, sidérantes, inouïes, mais qui n'échapperont pas au pouvoir rédempteur (qui rachète, qui récupère, qui sort du mal, qui donne une seconde vie) du Dieu bon et puissant qui est à l'origine de toutes choses !

Car n'avons-nous pas vu que toute la terre, avec la formation de ses éléments et ses organisations naturelles, a été (ré)aménagée selon le principe directeur de la dualité, qui se décline en complémentarité et en antagonisme, et, avec Dieu (ou par quelques démons), en terme de transcendance !...

Mais sans Dieu, nous pensons, concevons, agissons, comme si nous étions les maîtres du monde, sans pouvoir aller bien loin, dans le domaine du Bien. Car comme le bien peut alors devenir mal - par une dose de trop, ou par quelque insuffisance -, de même nous pouvons, malgré des alertes dissuasives, décréter qu'un mal est un bien, et bientôt avoir à en supporter les conséquences : la loi de causalité joue sur les plans moraux et psychique comme sur celul de la matière inerte....

Tant de maux, de souffrances, de destructions pourraient être évités !... Mais s'ils sont permis - et voyons aussi que certains ne sont un jour pas ou plus tolérés ! -, sachons encore que le mal n'est jamais pour Dieu une fin dernière. Il dit au chapitre 54 d'Esaïe :
- qu'il "crée l'ouvrier qui souffle le charbon au feu (qui produit un embrasement croissant des malheurs),
- et qu'il fabrique une arme pour son travail ;
- MAIS AUSSI qu'il a créé (par avance) le destructeur pour la briser. Et il ajoute à l'attention de ceux qui l'écoutent et marchent avec lui : "TOUTE armé forgée contre toi sera brisée !..." (vers. 16 et 17) ;
- et encore plus loin on apprend que la mort sera le dernier des ennemis (de la terre, des hommes, des animaux, de la nature, de l'univers, des plans divins, de la liberté accordée aux créatures...) qui sera vaincu ! Gloire à Dieu ! Pour ses capacités, pour ses moyens, pour ses œuvres qui opèrent, visiblement ou secrètement, encore jour après jour (alors que nos yeux et notre entendement aveuglés ne le discernent pas).

Et donc pourquoi en est-il ainsi ?

Parce que nous avons pour notre part à VIVRE PAR LA FOI ! Dieu ne nous ayant pas IMPOSÉ, dans ce premier stade de sa création de nos personnes, la vue et la conscience absolue de sa réalité, mais une LIBERTÉ véritable si large que nous pouvons exister - pour un temps - en dehors même de déterminismes BONS qui nous régentent...*

Soyez béni(e) pour et par le compréhension des œuvres glorieuses de Dieu en notre faveur, pour aussi que PAR LA FOI vous n'ayez pas peur de ce qui échappe aux hommes et à leurs gouvernements, mais JAMAIS à lui !
__________________

* Si nous réalisions seulement tout ce qu'on peut encore connaître du Réel, dans cette vie et sur son après, nous aurions envie d'accourir vers Dieu pour savoir, pour connaître et vivre une vie d'enthousiasme qui autrement nous est inaccessible (sauf par de minuscules bribes parfois, juste pour que nous réalisions que ça existe, et qu'on peut y avoir droit) !

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2015 6 28 /11 /novembre /2015 08:00

- Tu cherches à le connaître, ou à le fuir !?
> Si c'est le fuir, ce ne sera pas pour bien longtemps ; Car tous un jour ou l'autre nous aurons à comparaître devant lui, pour des jugements en rapport de notre amour et de notre obéissance - ou pas - à notre conscience morale ;
> si c'est pour le connaître, il se laisse trouver par ceux qui le cherchent de tout leur cœur, pour leur pardonner quand ils voient leur vie misérable de pécheur ; pour les adopter comme un père compatissant qui a pour chacun un beau projet préparé d'avance ;

- Tu cherches une religion, avec des préceptes auxquels te soumettre ?
> Es-tu donc si mauvais à tes propres yeux que tu crois trouver par la rigidité, par un légalisme et les souffrances - plus que par l'amour et la bonté - ce dont ton cœur et ton âme ont le plus besoin !?

- Tu cherches un Dieu qui peut te changer :
> le cœur trop dur ?
> l'existence et les circonstances ?
> les faiblesses - en source de vie nouvelle ?
> le cours d'un procès que tu devrais gagner, mais tu n'y arrives pas ?
> autres... ?

IL EXISTE !

- Tu cherches Dieu pour qu'il te délivre :
> d'une addiction dont tu ne te sors pas ?
> de la déprime, du non-sens, esprit suicidaire, borderline ?
> d'une peut persistante ou aléatoire répétitive de la mort ?
> d'une existence pépère qui ne te satisfait pas ou plus ?
> autres... ?

OUI, IL EXISTE, toujours le même !

- Tu cherches LA VÉRITÉ, au sujet des religions ; Quelle (re)présentation de Dieu il faut croire pour commencer à l'approcher et lui permettre de venir jusqu'à toi et de te sauver de ce qu'est l'enfer d'une éternité hors de lui ?
> Pense à un signe par lequel Dieu pourrait répondre à tes interrogations et te guider à faire le choix DU MEILLEUR... Parle-lui comme à une personne présente, comme tu parles au téléphone, comme tu expliques à quelqu'un en qui tu as pleinement confiance - car la foi, c'est de la confiance en Dieu.

Soyez béni(e) du Ciel.

liens en rapport http://toucherlalumiere.info.over-blog.com/2015/11/pensee-du-jour-chaque-probleme-ouvre-aussi-une-opportunite-pour-nous-ou-pour-dieu.html

http://toucherlalumiere.info.over-blog.com/pages/DIEU_SE_REVELE-5531134.html

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2015 5 27 /11 /novembre /2015 09:00
Pensée du jour : IL EST CLAIR QU'ON N'A PAS A SE LAISSER IMPRESSIONNER, MAIS (QUAND) LA PEUR GAGNE OU RÔDE...



On est tous des êtres vulnérables. Notre chair peut retourner plus ou moins vite à la terre, mais dans tous les cas elle y retourne (même incinérée).

Notre âme, que notre corps contient et véhicule (partiellement, dans son domaine), est sujette à la peur et aux défaillances - comme pour d'autres raisons à la joie et à des victoires.

La peur elle-même peut se situer à deux endroits :

- en nous, dans notre âme, jusqu'à faire trembler notre corps ; mais aussi
- en dehors de nous, dans notre environnement. Dans les deux cas, la déjouer pour ne pas tomber sous une réaction mauvaise ou une autre - qu'elle peut, voire qu'elle VEUT provoquer - n'est pas facile. Cela requiert une force de caractère personnelle ou une foi réelle qu'on peut mettre en action de deux manières :
- En demandant à Dieu de nous garder ; ou bien
- En prenant autorité contre la peur, par notre force psychique ou notre force spirituelle.

Les causes de la peur sont diverses, mais elle résulte principalement de :
- un bruit ou un mouvement inattendu et subit qui nous surprend ;
- une parole ou une lecture mauvaise qui nous agresse ;
- la vue d'une scène ou d'images terribles qui incluent une action démoniaque ;
- une présence démoniaque dans notre propre environnement immédiat (notre maison, un lieu particulier où l'on va, dans la rue où nous marchons, sur une personne possédée...), voire qui a déjà réussi à s'attacher à nous (se faisant pressante, oppressante, affligeante, déprimante ou conquérante, nous rendant vindicatif, critique, pervers, profiteur, manipulateur, cupide, haineux, radical...) ;
- nos propres fautes morales quand elles se répètent et des contacts que nous établissons avec des esprits maléfiques par des pratiques dont Dieu nous avertit du danger : ces choses nous mettent dans la situation d'Adam et Eve après qu'ils aient cédé au serpent (Satan infiltré) qui réussit à les faire désobéir à Dieu. (Genèse chap. 3)

"Que personne, lorsqu'il est tenté, ne dise: «C'est Dieu qui me tente», car Dieu ne peut pas être tenté par le mal et il ne tente lui-même personne. Mais chacun est tenté quand il est attiré et entraîné par ses propres désirs. Puis le désir, lorsqu'il est encouragé, donne naissance au péché et le péché, parvenu à son plein développement, a pour fruit la mort." Épitre de Jacques, chap. 1, vers. 13-15.

Dans tous les cas, Dieu peut venir à notre secours, dès lors qu'on demande à Jésus son aide (ou qu'on demande à DIeu par Jésus), et d'autant plus quand l'on a compris : en cherchant à voir quelle faute de notre part pourrait être à l'origine du mal-être ressenti.

Dans votre quête soyez béni(e), éclairé(e) d'En-Haut.

Un chant de circonstance : http://www.dailymotion.com/video/xly2ko_pardon-seigneur-pardon_music

http://toucherlalumiere.info.over-blog.com/2015/11/le-pardon-de-dieu-et-la-folie-des-hommes-quel-en-est-le-prix-combien-coutent-ils.html

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2015 3 25 /11 /novembre /2015 12:49
DESCARTES OU CAMUS : FAUT CHOISIR ! MAIS CELA DE- MANDE QUE NOUS EN AYONS LA LIBERTE, ET LE SOUCI...

Pourquoi Descartes ou Camus ?
Parce qu'Albert Camus disait : "Je mourrai à gauche malgré elle, malgré moi." N'est-ce pas l'expression d'une véritable aliénation ?! De la main mise d'une idéologie sur notre conscience et liberté ?... Qu'est-ce donc qu'une idéologie ? d'où viennent-elles, chacune avec ses particularismes qu'on pense être les meilleurs, les plus ultimement recommandables et applicables, bien souvent simplement parce qu'étant les dernières "pontes humanoïdes" !?


Le temps est venu de se poser ces questions profondes, contre pas mal de nos préjugés, de ces préjugés qu'on a fait siens sans douter, simplement parce qu'initiés par un prof habile ou par l'air du temps : Or, ils nous enserrent, sans que nous voyions le rapport (pourtant direct) entre ces fondements trop facilement admis et telles ou telles difficultés de notre quotidien (relationnelles ou de santé, accident, incompréhension, malaise...). Se vouloir et se croire libre, ce n'est pas assurément encore l'être !

Et puis il y a Descartes - et nous qui disons si souvent "être cartésien" alors... qu'on ne l'ait pas ! Pas à la façon dont René a perçu et écrit Le discours de sa Méthode :
1 - que résume cette phrase : "Pour atteindre la vérité, il faut une fois dans sa vie se défaire de toutes les opinions qu'on a reçues, et reconstruire de nouveau tout le système de ses connaissances." et
2 - où il insiste que si nous pouvons, voire devons, douter de tout ce qu'on a reçu comme enseignement, comme connaissance, comme croyance, il n'est pas question d'appliquer la remise en cause systématique à LA RÉALITÉ DE DIEU.
Pourquoi cet aparté ? Parce qu'il SAIT que ce qu'il a reçu comme compréhension et veut transmettre résulte de la grâce que Dieu lui a faite alors qu'il était dépressif, au bout du rouleau... C'est pourquoi il exclut si EXPRESSÉMENT Dieu du doute profitable, comme s'il sentait par avance que ses successeurs risqueraient fort de "jeter le bébé avec l'eau du bain." Ce qui rejoint aussi cette phrase de Diderot : "La philosophie est le premier pas vers l'incrédulité." * Diantre !!! Donc on n'est pas forcément incrédule de naissance, par nature, mais ce peut être seulement le résultat d'une culture ! Que de choses donc à reconsidérer dans les valeurs que l'école des dites-lumières, par nos parents et autres enseignants, nous a inculquées !

C'est donc seulement une récupération, par des intellectuels malhonnêtes, qui a fait de Descartes un athée et père des pensées impies qui lui succédèrent, notamment en France. Ce qui ne veut pas dire qu'on puisse être d'accord avec toutes ses vues sur la réalité de ce monde (animaux-mécaniques) : Personne jamais ne pourra accéder à une somme de savoir juste ! C'est pourquoi chacun doit avancer avec l'amour de la vérité pour en saisir non le plus possible, mais le plus essentiel, ce qui touche à l'éternel.


Devons-nous rester de gauche, communiste ou bouddhiste, musulman ou catholique... sans nous interroger quand nous voyons que les fruits de notre croyance (car tout à ce niveau n'est que croyance) paraissent de plus en plus problématiques ? Pour ma part, ce n'est que parce que je vis des expériences personnelles, intimes, régulières, pas toujours faciles mais toujours constructives, avec le Dieu qui s'est révélé à moi, que je continue à croire et à savoir toujours plus que j'ai bien affaire au Dieu Créateur
- bon,
- qui juge le mal,***
- qui pardonne ceux qui se repentent de leurs fautes***,
- qui donne son Esprit comme force intérieure et vie éternelle,
- qui change mon cœur et me délivre de mes travers pour me restaurer toujours plus dans son image...

Descartes ou Camus, faut choisir ! Entre deux moyens de vivre le Réel et de le connaître. Mais sans s'arrêter au MOYEN ! En cherchant LA FINALITÉ de notre existence personnelle et de la création de ce monde. En cherchant le plus objectivement possible LE sens, et non en se contenant trop subjectivement de (se) trouver DU sens, quelque sens qui empêche seulement de sombrer.
En cherchant donc le grand JE-SUIS, CELUI-QUI-EST à l'origine du sens de toutes choses, parce qu'on le voit bien : une philosophie ou une doctrine impie ou religieuse, n'a pas beaucoup plus de bons fruits pour construire que de sens.

Cherchez Dieu pendant qu'il se laisse trouver, nous exhorte-t-il. Ne vous contentez pas d'avoir reçu une croyance athée, agnostique ou religieuse, pendant l'enfance ou l'adolescence : Cherchez DIEU, l'unique, le vrai, qui n'est pas loin de ceux qui le cherchent, et qui se découvre en conscience et en vérité...
Soyez béni(e), par lui.

_______________
* Quelques années auparavant il écrivait "L’œil, l'aile du papillon, suffisent à nier la négation de Dieu."
** Le Coran dit dans le même sens : Si tu es dans le doute, va vers les gens du Livre et demande-leur. (sourate 10.94 - 5.46)
*** C'est précisément parce qu'il a jugé le mal sur la personne innocente de Jésus, le rendant coupable à notre place, que Dieu peut pardonner parmi les coupables que nous sommes tous, ceux qui croient en ce sacrifice et en qui il est...


Chants : https://www.youtube.com/watch?v=1APXvXukomU
https://www.youtube.com/watch?v=oNJQqEVuI2k&list=PLB14266B0A743DF8E
https://www.youtube.com/watch?v=8ke0qqh_-II&index=18&list=RDdYtJU4MEDVQhttp://

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche