Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 octobre 2015 6 24 /10 /octobre /2015 12:44
Qu'EST-CE QUE L'HOMME ?  REFLEXIONS FACE A LA CRISE DU MASCULIN/FEMININ...

OU SONT LES HOMMES ? (POÉSIE VIRILE)

Sans parler de ceux tués dans le sein maternel...
Où sont les hommes dont l'enfance se virilise
Par des mères qui les distinguent de leurs jumelles,
Par des pères et des pairs, des mentors qui visent
A construire des garçons, mâles, virils, au fil des ans ?
Sommes-nous redevenus si mal-voyants ?...

Où est l'intelligence éclairée qui discrimine
Pour séparer les genres en vue qu'ils s'aiment et s'apprécient
Différents, complémentaires, chacun se faisant bonne mine
Car formés, conduits, élevés dans son héritage bien compris ?
A-t-on oublié Shakespeare qui comme d'autres disait, sombre,
Que laisser un fils à sa seule mère n'en fait qu'une ombre* ?

Sous la lumière crue de la chute adamique
Qui donna à la femme un statut avancé dangereux,
Nos ancêtres plus éclairés - malgré leurs failles dramatiques -
Savaient aller contre nature par des rites soucieux
De rendre au mâle sa force perdue
En faisant des garçons forts face à l'inconnu.

Non initiés, mal grandis, blessés, sans foi pour être guéris,
Pères et mères de génération en génération
N'ont plus sacrifié à restaurer comme il faut la vie,
Laissant les sexes sous passions et confusion,
Immatures, sous plaisir ego, livrés à la luxure,
Rendus incapables de s'aimer tant les cœurs sont durs.

Moi aussi j'ai subi, moi aussi j'ai pas su
Élever mon âme et recevoir l'Esprit
Pour faire mieux pour les miens j'ai pas vu
Mal aimé mal aimant, mal compris
Dans le flot qui nous roule alors que Dieu est là
Patient, pour nous tirer de tous nos mauvais pas.

Repentons-nous d'avoir cru pouvoir évoluer
Correctement sans Christ : faux progrès, involution néfaste,
On revient en arrière - même cause même effet ! -
Jour après jour des maux nouveaux variés dévastent
Ordres et harmonies, unité, prospérité, liberté et vies :
Les bons mots ne suffisent plus pour faire croire au paradis
Ici !...

© Claude T. - 23 octobre 2015 - ALGDDV

* C'est une vraie virilité pour l'homme (mâle) d'écouter et d'obéir au Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob... de Jésus-Christ, de Copernic, de Galilée, de Blaise Pascal, de Newton, Faraday, Pasteur, Washington, Lincoln, etc, etc... (parmi ceux qui eurent la foi jusqu'à la faire connaître) ;
* Pour la femme, c'est une vraie sécurité ;
* C'est pour tous un ordre et une paix à retrouver.

J'ai ajouté une page de "CHANTS comme vous n'en imaginez peut-être pas..." >

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2015 5 23 /10 /octobre /2015 09:33

Dieu continue à mener le mal à son comble afin de pouvoir le juger - de manière impartiale sévère - pour en délivrer nos existences et le monde, pour l'anéantir jusqu'à la mort comprise qui sera le dernier ennemi - de l'ordre, des harmonies, de la vie - vaincu.

Le mal n'est pas de Dieu, mais, étant entré et présent dans le monde, il s'en sert afin d'en retirer du bien.

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2015 7 18 /10 /octobre /2015 15:25

"C'est une parole certaine et entièrement digne d'être reçue, que Jésus Christ est venu dans le monde pour sauver les pécheurs, dont je suis le premier (écrit l'apôtre Paul). 16 Mais j'ai obtenu miséricorde, afin que Jésus Christ fît voir en moi le premier toute sa longanimité, pour que je servisse d'exemple à ceux qui croiraient en lui pour la vie éternelle. 17 Au roi des siècles, immortel, invisible, seul Dieu, soient honneur et gloire, aux siècles des siècles! Amen." La Bible 1ère lettre adressée à Timothée chap. 1, vers. 15,17.

1/ On est tous des pécheurs, des êtres dégénérés, incapables de tenir dans le bien, soumis à des pulsions ou réactions qui sont loin d'être toujours les plus justes, les plus aimables ou aimantes.
En ce sens parler de "notre dignité", que ce soit pour les plus riches ou pour les pauvres, c'est un doux euphémisme ! Comme l'apôtre Paul lui-même a pu l'expérimenter en vérité, on est des êtres terribles tragiques, impurs, insuffisants...


Mais est-ce à dire que nous ne valons rien !?

2/ Certainement pas ! Puisque Dieu lui-même a estimé le prix de notre existence à la valeur de la vie de Jésus le Christ et Messie ! Puisque c'est à ce prix-là que la Justice de Dieu peut être satisfaite me concernant, te ou vous concernant, afin que nous obtenions individuellement, chacun pour lui-même, par notre croyance (foi) le pardon de nos fautes, une réconciliation et/ou paix avec lui, et d'autres avantages encore...

Mais connaissez-vous déjà cette (ré)conciliation et paix avec Dieu par la foi au Christ Jésus qui a donné sa vie pour que votre existence ne soit pas définitivement qu'une balayure face à l'éternité ?...

Vous pouvez suivre cette page > bouton en haut, ou vous y abonner par mail > sur la droite >

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2015 7 11 /10 /octobre /2015 14:07

La liberté, ce n'est pas pouvoir faire tout ce qu'on veut, tout ce qui nous attire, nous tente... C'est plutôt rester - ou devenir - libre de forces compulsives mauvaises : de convoitise, de séduction trompeuse, d'envie, de désirs malsains, de mensonge, de vol, de rapine... qui nous rendent dépendants d'objets, de produits, de pratiques... qui nous usent, asservissent et détruisent bien plus que ne valent tous les plaisirs éphémères qu'elles peuvent très temporairement procurer.

Un chant qui peut vous parler : http://www.dailymotion.com/video/x7iiue_claude-julia-lettre-a-papa-et-a-mam_people

Notre problème avec les autres est souvent celui que nous avons "naturellement" avec Dieu : Être en paix avec... !
Mais il est un Dieu qui VEUT, même qui désire ardemment que nous soyons RÉCONCILIES avec lui, c'est-à-dire que nous trouvions (recevions) cette paix si bonne et absente au fond de nous.

Pour approfondir lisez dans une Bible ce merveilleux texte du Nouveau Testament, dans la 2ème lettre aux Corinthiens, les versets 17 à 21 du 5ème chapitre...

Pour (re)venir au Dieu vivant et vrai, voyez les pages sur la droite.

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 13:09

"Vous ne pouvez pas créer la prospérité en décourageant l'épargne. Vous ne pouvez pas donner la force au faible en affaiblissant le fort. Vous ne pouvez pas aider le salarié en anéantissant l'employeur. Vous ne pouvez pas favoriser la fraternité en encourageant la lutte des classes. Vous ne pouvez pas aider le pauvre en ruinant le riche. Vous ne pouvez pas forcer le caractère et le courage en décourageant l'initiative et d'indépendance. Vous ne pouvez pas aider les hommes continuellement en faisant pour eux ce qu'ils pourraient et devraient faire eux-mêmes."

 

Ce texte aurait-il pris des rides !? Est-il obsolète, alors que sur sa base en moins de deux siècles les États-Unis d'Amérique sont devenus la première puissance mondiale !?


Mais voilà ! Abraham Lincoln qui dit cela lors de son discours d'investiture devant le Congrès en 1860, était (comme Washington, Jefferson et autres pères de la nation américaine) un chrétien biblique. Or les principes les plus justes ne peuvent subsister quand l'on devient injuste en ne voulant plus connaître et croire les réalités spirituelles, dont principalement le Dieu vivant et vrai, Dieu d'Abraham, de Moïse, de Jésus son émanation la plus représentative...

George Washington - qui devenait en 1789 le 1er Président des E.-U. - alors que la France sombrait dans un chaos démoniaque - écrivit : "Il est impossible de gouverner le monde avec droiture sans Dieu et la Bible."

 

 

Si vous ressentez la vérité de Dieu sur vous, repentez-vous, ne restez pas avec une culpabilité, un trouble, une confusion, qui va ou vont vous pourrir la vie jusque dans l'éternité.
(Page Prière et bouton Contact sur la droite)

LE PENSER DE TOUS-JOURS

"Les faits ne cessent pas d'exister parce qu'on les ignore." Aldous Huxley (Le meilleur des mondes).

Et les effets ne cessent pas de parler à qui veut entendre.

La Bruyère : "L'impossibilité où je suis de prouver que Dieu n'est pas, me découvre son existence."
Toutes choses, surtout vivantes, produisent un ou des effets. Si on ne voit pas la chose, la cause , on peut la déduire à partir d'un effet (ou de plusieurs).
Galilée a dit qu'on a sous nos yeux deux livres de Dieu : la nature
et la Bible.

La psychologie populaire a contribué dans une large mesure au chaos formé par un hédonisme charnel, le laïcisme et le nihilisme, qui fondent la culture occidentale post-chrétienne.

De là à ce qu'elle soit menacée de disparaître, il n'y a que...

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 09:18
ENTROPIQUE, LE MAL AVANCE

Dans un univers duel comme le nôtre, le mal et le bien se côtoient, se heurtent, se détruisent...
Et le mal avance de deux manières : d'une manière ouverte, violente, blessante ou meurtrière ; et de manière cachée, sournoise, qui ne laisse rien paraître de sa progression, comme fait le cancer ; ou encore se manifestant comme un bien qu'il n'est pas, usant de séduction, de mensonges plus ou moins subtils, voire de demi-vérités, de tromperie...
A chacun de nous de chercher à voir, de discerner, pour échapper aux effets malveillants, nocifs, mortifères à mortels du mal. Et bien sûr d'abord en voyant celui que nous avons fait, car personne ne peut rester indemne du mal qu'il a commis.
Aimons la vérité, cherchons le Bien, repentons-nous de la main que nous avons prêtée à des choses malhonnêtes : Dieu fait grâce au cœur repentant, au cœur contrit, au cœur coupable, tourmenté, troublé par le mal fait.
Si c'est votre cas, rejoignez la prière d'aide (à droite parmi les pages). Et belle journée.

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 19:25

( remarque de François d'Assise)

Oh, si nous savions mieux tout ce qui tue l'amour,

Ce qui le blesse ici, qui le déchire là,
Ce qui rompt les alliances qu'on scellât pour toujours
Ce qui renvoie à vide en causant son trépas !

Si nous savions rejoindre les causes et le
s effets,

Ce qui ronge doucement ou dévore tout d'un coup,

Ce qui, sans nous faire mal, travaille à satiété
Jusqu'à tout refroidir, mettant l'hiver en août,

Nous saurions mieux tenir, mieux armés pour d
éfendre

Ce trésor si précieux, si fort et si fragile,

Qui se donne parfois et, nous rendant plus tendres,
Fait toucher jusqu'aux cieux ou découvrir une île.

Il nous faut donc apprendre, en amour comme e
n tout,

Des règles de conduite si pour nous le bonheur

D'aimer et d'être aimé est supérieur à tout.
Et j'ai vu et compris, en ennemis du cœur
:

L'injustice, l'égoïsme, diverses vanités,

L'impatience, l'irrespect, tout ce qui est vicieux,
Mensonges qui sévissent en toute sociét
é,

Et l'insouciance aussi... en vis-à-vis de Dieu.

Car l'amour est de lui - c'est même ce qu'il est -,

Cadeau qu'il laisse aller - comme la liberté -,

Dont il faut devenir gardien comme héritier,

Bien conscient que l'amour n'est pas partout aimé,

Mais qu'il est saupoudré comme une réalité...

A chercher, du côté de l'éternité.

Claude T. Mai 2015 ALGDDV

___________

Cliquez sur "suivre ce blog" au sommet de la page ou abonnez-vous pour être informé des articles suivants. Aussi bouton "Contact" possible.

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 21:37

Les scientifiques le savent, mais la divulgation et vulgarisation ne se font pas :
LA THÉORIE DE L’ÉVOLUTION est KO ! OBSOLETE ! OUT ! Scientifiquement INSOUTENABLE ! chaque jour un peu plus, depuis au moins plus de trente ans !

En 1982, Francis Crick découvre la structure en double hélice de l'ADN.
A partir de là les doutes et objections déjà existants sur la véracité de la Théorie de l'Evolution sont appuyés par cette découverte de la complexité technologique de la cellule, qui est comparable à celle d'une ville de 10 km de côté employant 10 à 15 000 personnes 2
4/24 h. !


Lamarck et Darwin avaient supposé le transformisme ou évolutionnisme comme moteur unique du vivant à partir de la connaissance d'alors :
- que la vie peut sortir spontanément de la non-vie – comme on voit soudain des asticots sur un morceau de viande avarié ou un fromage (Pasteur en son temps avait démontré l'erreur) ;
- que la cellule, plus petite unité de la vie, était juste une sorte de "sac d'eau", dont seulement les agencements entre elles formaient de manière aléatoire, tâtonnante, aveugle, finalement des corps ou espèces comme on les vo
it !


Quelqu'un a dit depuis longtemps : "Il faut beaucoup de foi pour être athée", càd pour défendre une telle hypothèse quant à l'origine du vivant. La réalité c'est que l'évolution est bien un des moteurs des expressions de la vie, mais pas du tout le seul...

Juste pour interpeler une personne honnête, qui serait athée parce qu'elle a été formée dans son enfance et adolescence par l'école d'une telle instruction : Qu'elle s'interroge seulement sur cela :
- Comment un organisme quelconque unicellulaire de base, a-t-il pu trouver et se donner - par tâtonnements multiples et tout à fait par hasard selon la doctrine évolutionniste - pour survivre - parce qu'il meurt très vite ! - à la fois un système digestif pour se nourrir, un système respiratoire, un système pour se déplacer, un système reproductif ?... Comment ce genre d'ingénierie interne a-t-il pu se faire ? Combien de temps cela aurait-il pu prendre, en regard des heures ou jours de son existence ? Comment même des fragments ou amorces de systèmes en une cellule auraient-ils pu se transmettre à une autre pour faire une chaîne d'évolution ? Réfléchissez 3 mn - ou 20 ans ! et concluez, en toute honnêteté.

Une vidéo pour conforter votre foi ou pour votre mise en bouche - si le conditionnement matérialiste dont vous avez été l'objet vous a occulté(e) jusque là qu'il y a un Créateur à l'origine de l'univers et des diverses formes de vie (après il restera à trouver LEQUEL IL EST en rapport des diverses représentations (partielles à trompeuses) qui en so
nt faites) :
https://www.youtube.com/watch?v=P2CgprWgynU#t=15

Soyez béni(e).

____________

Cliquez sur "suivre ce blog" au sommet de la page ou abonnez-vous pour être informé des articles suivants. Aussi bouton "Contact" possible.

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 11:20

On est pleins, de quoi ?
De programmes, de soucis, de trac
as,

De travers, d'envers, d'endroits
Chez soi, ailleurs, où l'on
va,

De repères clairs, de repaires flous,

De quelques questions - mais pas trop !
Pleins de soi ou pleins de no
us,

De nos images, de fesses flasques, de seins trop gros,

De divers films qu'on se fait,

Qu'on a vus, qu'on attend, impatients,
pleins de pensées incontrôl
ées

Nées d'un monde qui court, tâtonnant, peu rassurant...

Et plein de quoi encore ?... D'un vide,

D'un vide immense comme un trou noir, un puits
Qu'on remplit - mal -, qu'on couvre, qu'on bride,
Qu'on meuble d'ina-propos, de courses, de b
ruits,

D'implosion des sens et de non sens, de fausses braises ;
Un vide en forme d'absence, hanté de peur et solitude,
que rien ne peut combler... que Dieu - dit le grand
Blaise

(Pascal) avec raison ! Le Dieu qui éclairait foi et études

Jusqu'à faire naître un Occident, une culture, un devenir...

Qui s'est vidé de lui et de ses lois, de vie
Et de sûre-vie, laissant le trou béant s'emp
lir

D'étourdissements, de morts-fines arrachées, trahies,

Trompées, poussières retournant à la terre,

Et l'âme se retrouvant où ? Où ?... Où il fait froid,

Où il fait noir, où tout est trouble et délétère,

Où ça grouille, d'indifférenciation et de moi(s)

Fondus, percés, amnésiques, englués, éperdus,
Faute d'avoir su, faute d'avoir voulu croire,
Faute d'avoir reçu l'Esprit envoyé par Jésus,
Sans lequel croire ne permet pa
s de voir

La réalité créée comme elle est,
Les causes des effets, la vie après mourir,
Et Dieu tel qu'on peut en vérité l'appréh
ender,

Tel qu'il peut - quelle grâce ! - nous remplir.


© Claude T. - As'Bach
Bonne journée.
______
_____

Cliquez sur "suivre ce blog" au sommet de la page ou abonnez-vous pour être informé des articles suivants. Aussi bouton "Contact" possible.

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2015 7 27 /09 /septembre /2015 07:07

Si aimer n'est certainement pas dire non à tout, ce n'est certainement pas non plus répondre oui à tout.
Aimer sans discerner est une séduction, et toute séduction finit par se payer, parfois bien cher. Aimer tient comme le reste dans un équilibre, dans le haut d'une hyperbole dont les branches malignes se prolongent égocentriquement, de part et d'aut
re, par Indifférence et par Fusion.
- Il n'y a qu'avec Dieu, en image par le soleil et en prémices dans le mariage, que la fusion produit du Bien -.
Aimer se reçoit et s'apprend : l'amour tient du feu, entre bougie et Tche
rnobyl.

Dieu (seul) EST amour. Possédons-le, en lui appartenant, plutôt qu'à nous-mêmes, ici comme ailleurs insuffisants...



ILS ARRIVENT

Ils sont vivants, et ils arrivent,
Partis de tous les sud, décid
és,
Par des ravins, par des traverses, changeant de rive,
Des faims au ventre, avec des soifs, par l'eau salée,

Par quelque bois, par des déserts et de sombres passeurs,
Par quelle chance et pour quel devenir ?
Peut-on connaître pire que ces peurs,
Pire que la guerre, pire qu'un rêve à mourir ?...

Les voilà, ils viennent. Il
s arrivent comme
Des fantômes peut-être, les yeux allumés
Par quelles vues, d'enfants, de femmes et d'hommes,
Quelles images du passé et encore celles imaginées !?...

Comme des fantômes
qui montent,
- Comme Samuel dérangé par le mauvais roi -
Fantômes des enfants morts sans honte
Dans des seins confortables trop froids,

De mères au corps t
rop précieux
Pour être déformé ; au cœur trop étroit,
D'amants fuyards ou de maris frileux,
Par cent mille arrachés, sous couvert de l
ois,

A la vie qu'ils auraient maintenant...
Et ces autres soudain les remplaçant, comme sortis
Des eaux sont là, sous des regards complaisants,
Inquiets, perturbés, haineux ou ébahis !

Eux sont vivants ! Faibles encore mais si vivants
Qu'on ne peut les traiter comme des fétus
De paille, et cela ress
emble à un jugement,
Comme un retour sur soi qu'on avait pas voulu !

Ah, la culpabilité sournoise qu'on ne peut taire,
Qu'on veut enfouir sous des compensations !
Elle nous dérange, mais surtout elle nous éclaire,
Et la tromper ne peut que durcir le bâton.

La solution ? Encore
une illusion ! Des impasses,
Des déboires s'ajoutant jusqu'à la coupe pleine
De la colère de Dieu qui suit ce qui se passe
Dans le retrait forcé où nos fautes le tiennent.

Alors un tri s'opère par la sincérité du cœur,
Entre qui s'élèvent chargé
s de faux-semblants,
Et qui est attristé, se reconnaît pécheur
Et demande pardon pour sa part prise au sang.

Comme en home-cinéma sur un plateau géant,
Notre histoire se déroule dont les séquences
Du scénario écrit depuis i
l y a bien longtemps
Nous laissent à choisir entre foi et démence*.
_____________
* Car c'est perdre son âme que de fauter encore
Sans jamais revenir vers La Source de Vie,
Endettés jusqu'au ciel, pesants de tous nos torts,
Comment en réchapper si on fuit ?

© Claude T. ALGDDV 26 09 15

____________

Pour être informé des posts suivants, vous pouvez cliquer sur "suivre ce blog" au sommet de la page, ou abonnez-vous sur la droite.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche