Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 09:02

Ce n'est pas que Dieu n'ait pas LE POUVOIR de toutes choses, mais là comme ailleurs il ne veut pas faire sans respecter notre liberté, sans notre réponse personnelle à ce qu'on apprend qui peut être obtenu de/par lui.

(Cet article fait suite à celui-ci)

"Je leur donnerai un même coeur, Et je mettrai en vous un esprit nouveau ; J'ôterai de leur corps le coeur de pierre, Et je leur donnerai un coeur de chair,20 Afin qu'ils suivent mes ordonnances, Et qu'ils observent et pratiquent mes lois ; Et ils seront mon peuple, et je serai leur Dieu.21 Mais pour ceux dont le coeur se plaît à leurs idoles et à leurs abominations, Je ferai retomber leurs oeuvres sur leur tête, Dit le Seigneur, l'Éternel." La Bible, Ezéchiel 11.

Voilà ce que le Dieu vivant et vrai peut nous faire :
- nous donner un coeur de chair, pour que nous soyons des enfants légitimes de Dieu, rachetés par la foi au sang du sacrifice rédempteur, adoptés par Dieu afin de devenir une image restaurée, rénovée, de sa réalité ; un reflet de Dieu dont Jésus fut la première manifestation et modèle ;

- sinon nous abandonner aux penchants de nos coeurs qui aiment des idoles et des abominations là où on devrait (chercher à) connaître le Bien et Celui qui en est la source.

On voit qu'il dépend a) de Dieu de nous faire grâce s'il le désire, mais aussi b) de nous que nous lui donnions accès en rejetant le mal sous quelques formes que ce soit - que nous lui trouvons plaisantes.

COMME LE ROI DAVID
Le roi David n'a pas fait que des bonnes choses : adultère, meurtre - c'est déjà pas mal -, même si par ailleurs il avait un comportement général qui plaisait à Dieu. Son comportement résultait de son éducation, donc des gênes de ses parents et encore de leur sérieux à s'être occupés de lui, à en faire un homme
.*
Mais quand il pèche, quand il succombe à la tentation jusqu'à en arriver à tuer le mari de la femme qu'il a mise dans son lit, il voit le fond de sa nature. Il voit que l'éducation, la socialisation, n'a pas eu de force face à la situation de séduction qui l'a fait tomber.
Coucher avec la femme d'un autre, pas grave dira-t-on aujourd'hui, dans l'aujourd'hui où l'éducation est remplacée par la primauté de la recherche du plaisir perso ! Mais Dieu ne le voit pas comme ça ! Il ne permet pas que l'enfant conçu dans cette union vive. Ainsi il nous arrive des catastrophes mais - malheur supplémentaire - on ne sait pas les lier - en tant qu'effets - à leur cause. Cela s'appelle aveuglement, ou marche dans les ténèbres, loin de Dieu (qui est lumière).
Alors comme David (malgré toutes ses valeurs par ailleurs) est de la même nature que nous - un pécheur ayant besoin de la grâce, du pardon de Dieu -, il lui faut Nathan, un prophète que Dieu lui envoie, pour l'éclairer sur ce qu'il a fait. Parce que son coeur ne portait pas de lumière en lui-même.
Et ainsi beaucoup de gens dont on peut dire qu'ils ont "bon coeur", sont en fait, malgré leur "bon fond", sans force pour réagir de la bonne façon quand une tentation ou un incident ou un accident leur tombe dessus. C'est dans ses moments qu'on juge de quelqu'un ; c'est dans ces moments qu'on peut aussi juger de nous-même... si du moins une lumière se fait (par quelqu'un ou par Dieu lui-même ou par la Bible) sur ce qu'on a fait de mal sans le réaliser.
Et quand David VOIT ce qu'il a fait - la Bible parle "d'écailles qui tombent des yeux" - il peut être ce texte - une prière - (devenu le psaume 51)... que nous pouvons faire nôtre si nous la disons avec la même droiture de coeur que David quand il l'écrivit :
"1 Au chef des chantres. Psaume de David. Lorsque Nathan, le prophète, vint à lui, après que David fut allé vers Bath Schéba. O Dieu ! aie pitié de moi dans ta bonté ; Selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions ;2 Lave-moi complètement de mon iniquité, Et purifie-moi de mon péché.3 Car je reconnais mes transgressions, Et mon péché est constamment devant moi.4 J'ai péché contre toi seul, Et j'ai fait ce qui est mal à tes yeux, En sorte que tu seras juste dans ta sentence, Sans reproche dans ton jugement.5 Voici, je suis né dans l'iniquité, Et ma mère m'a conçu dans le péché.6 Mais tu veux que la vérité soit au fond du coeur : Fais donc pénétrer la sagesse au dedans de moi !7 Purifie-moi avec l'hysope, et je serai pur ; Lave-moi, et je serai plus blanc que la neige.8 Annonce-moi l'allégresse et la joie, Et les os que tu as brisés se réjouiront.9 Détourne ton regard de mes péchés, Efface toutes mes iniquités.10 O Dieu ! crée en moi un coeur pur, Renouvelle en moi un esprit bien disposé.11 Ne me rejette pas loin de ta face, Ne me retire pas ton esprit saint.12 Rends-moi la joie de ton salut, Et qu'un esprit de bonne volonté me soutienne !
13 J'enseignerai (alors) tes voies à ceux qui les transgressent, Et les pécheurs reviendront à toi.14 O Dieu, Dieu de mon salut ! délivre-moi du sang versé, Et ma langue célébrera ta miséricorde.15 Seigneur ! ouvre mes lèvres, Et ma bouche publiera ta louange.16 Si tu eusses voulu des sacrifices, je t'en aurais offert ; Mais tu ne prends point plaisir aux holocaustes.17 Les sacrifices qui sont agréables à Dieu, c'est un esprit brisé : O Dieu ! tu ne dédaignes pas un coeur brisé et contrit.18 Répands par ta grâce tes bienfaits sur Sion, Bâtis les murs de Jérusalem !19 Alors tu agréeras des sacrifices de justice, Des holocaustes et des victimes tout entières ; Alors on offrira des taureaux sur ton autel."

Au verset 11, celui/celle qui commence juste ici à faire la paix avec Dieu, à chercher obtenir son pardon pour la 1ère fois, peut dire : Ne me rejette pas loin de ta face, Mets en moi ton Esprit saint.12 Donne-moi la joie de ton salut, Et qu'un esprit de bonne volonté me soutienne !

UN COEUR MAUVAIS, MAIS dans la mesure du possible DROIT
A la suite on voit que de notre part Dieu n'attend de sacrifice (ce qui nous coûte) que ce coeur méchant qui est le nôtre qui s'humilie, est contrit, malheureux d'avoir fait du mal (à Dieu et/ou contre quelqu'un).
Je le redis : la seule bonne chose qui peut venir de notre coeur naturel (adamiquement déchu), c'est la droiture, l'intégrité, savoir reconnaître ce qu'on est de misérable, d'insuffisant, de vaincu par le mal, de mortel, de fourbe ou vicieux...
Un coeur que Dieu même ne peut pas améliorer ; qu'il doit changer ! Alors à combien plus forte raison nos bonne intentions, nos résolutions, nos efforts, nos suivis psychologiques... ne nous changeront jamais... en bien !
"Bâtis les murs de Jérusalem", cela veut dire : Construis autour de mon âme des murs qui barrent la route aux pensées malsaines de ce monde, aux effets de ce que je vois ou entends sans le chercher, qui est mal.

Mais quand on parle de confession de nos fautes et du pardon de Dieu, on ne peut finir sans référence à un sacrifice. C'est là une règle éternelle. Et ainsi c'est pour rendre possible en nous l'opération psycho-cardiaque (qui consiste pour le Saint-Esprit a nous donner un coeur nouveau, différent), que Jésus a été - a accepté de devenir -  le sacrifice nécessaire satisfaisant pour apaiser la justice divine.
Jésus en tant que Parole éternelle de Dieu encore non incarnée : "Après avoir dit d'abord : Tu n'as voulu et tu n'as agréé ni sacrifices ni offrandes, Ni holocaustes ni sacrifices pour le péché (ce qu'on offre selon la loi religieuse donnée à Moïse),9 il dit ensuite : Voici, je viens Pour faire ta volonté. Il abolit ainsi la première chose pour établir la seconde.10 C'est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l'offrande du corps de Jésus Christ, une fois pour toutes.11 Et tandis que tout sacrificateur fait chaque jour le service et offre souvent les mêmes sacrifices, qui ne peuvent jamais ôter les péchés,12 lui, après avoir offert un seul sacrifice pour les péchés, s'est assis pour toujours à la droite de Dieu,13 attendant désormais que ses ennemis soient devenus son marchepied.14 Car, par une seule offrande, il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés.15 C'est ce que le Saint Esprit nous atteste aussi ; car, après avoir dit :16 Voici l'alliance que je ferai avec eux, Après ces jours-là, dit le Seigneur : Je mettrai mes lois dans leurs coeurs, Et je les écrirai dans leur esprit, il ajoute :17 Et je ne me souviendrai plus de leurs péchés ni de leurs iniquités...
21 et puisque nous avons un souverain sacrificateur établi sur la maison de Dieu,22 approchons-nous avec un coeur sincère, dans la plénitude de la foi, les coeurs purifiés d'une mauvaise conscience, et le corps lavé d'une eau pure." Lettre aux Hébreux chap. 10.

Ainsi est le fondement de la foi qui sauve, qui établit dans une relation effective, vivante, d'esprit à Esprit, avec le Dieu d'Adam, de Noé, d'Abra(ha)m, de Jésus (en tant que fils de l'homme).

Soyez sauvé-e ! Il dépend (aussi) de vous...

______
* Cette histoire ici

 

 

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 13:59




 

Profiter des accalmies pour rejoindre le port de la vie éternelle.

Des tempêtes menacent mais Dieu garde le gouvernail et le timing des événements même les plus terribles.

Ne tardez pas à entrer dans la relation vivante et vivifiante avec le seul vrai Dieu que Jésus, par son amour et sacrifice, offre à quiconque veut croire en lui et en ce qu'est véritablement le Réel, en esprit et en vérité.

Passez des "bonnes résolutions annuelles"
à la foi solide et durable qui obtient
notamment des gains éternels.

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2016 1 26 /12 /décembre /2016 11:02

Cet article fait suite à celui ici....

B - NOURRI DE LA VIE DE JESUS
C'est tout le sens de sa mise dans la crèche - en réalité une mangeoire pour animaux - après sa naissance.
C'est un raccourci de langage que de dire que la mangeoire est notre moi ! On comprend que la mangeoire est plus précisément notre corps (physique), par quoi notre être intérieur peut être alimenté concernant ses dimensions propres (psychique et spirituelle). La comparaison, ou plus exactement la correspondance est donc juste et préci(eu)se entre ce temps de la venue dans notre monde matériel de Jésus, et ses venues ultérieures par son Esprit dans l'univers intérieur dont notre conscience personnelle est le point culminant.

Ainsi Jésus est né pour donner sa vie pour nous comme une nourriture - et il l'a fait jusqu'au bout.
Car NOUS AVONS CHACUN BESOIN D'ÊTRE NOURRI DE LA VIE MÊME DE DIEU*... si du moins nous voulons ne pas mourir de la seconde mort. Apocalypse

La correspondance donc se poursuit, qui nous est compréhensible - dans toute sa logique - au plan spirituel comme physique : après être né, le bébé a besoin d'être nourri le restant de sa vie terrestre par des aliments de ce monde. Pareillement, après être né-e de Dieu, vous comme moi avons besoin de nourrir cette vie nouvelle en nous, cette vie de notre esprit activée par l'Esprit de Dieu, ce qui est la vie éternelle, et ce qui forme le fond de notre identité la plus personnelle et durable (psychique).

Ainsi quelqu'un qui est né spirituellement, non seulement vit de la vie de l'esprit né dans son étable - nettoyé*... -, mais encore a soif et faim de nourriture solide venant du Ciel, qui correspondant à cette dimension supplémentaire de sa vie.
C'est le sens de cette parole, énigmatique pour les religieux (d'alors et peut-être encore de maintenant), que dit Jésus au chapitre 8 de l'Evangile selon Jean : "En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi a la vie éternelle.48 Je suis le pain de vie... 50 C'est ici le pain qui descend du ciel, afin que celui qui en mange ne meure point.51 Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement ; et le pain que je donnerai, c'est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde.52 Là-dessus, les Juifs disputaient entre eux, disant : Comment peut-il nous donner sa chair à manger ?53 Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme, et si vous ne buvez son sang, vous n'avez point la vie en vous-mêmes.54 Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour.55 Car ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang est vraiment un breuvage.56 Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi, et je demeure en lui.57 Comme le Père qui est vivant m'a envoyé, et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mange vivra par moi.58 C'est ici le pain qui est descendu du ciel. Il n'en est pas comme de vos pères qui ont mangé la manne et qui sont morts : celui qui mange ce pain vivra éternellement."

 


Pour appuyer cette exhortation à comprendre et apprendre à se nourrir de Jésus, il a aussi institué un mémorial : la Sainte-Cène ou Repas du Seigneur, inaugurant cette pratique lors de son dernier repas (nocturne), qui était aussi le repas plus que symbolique de "la Pâque" : On lit cette ordonnance intemporelle ici.

C'est ainsi que Jésus va devenir l'agneau qui devait être sacrifié pour la rémission des fautes pendant la nuit de la sortie d'Egypte au temps de Moïse, ultime mouvement divin vers la rédemption de tous les hommes dont l'Eternel-Dieu - qui a de la suite dans les idées à travers les époques - avait aussi fait allusion de manière étonnante auprès d'Abraham (Genèse 22). La première expression de la nécessité d'un sacrifice rédempteur (expiation et propitiatoire envers quiconque y croyant s'en approprie les vertus) remontant à l'origine de la chute adamique : "L'Éternel-Dieu fit à Adam et à sa femme des habits de peau, et il les en revêtit." (Genèse ch. 3, v. 1 à 21)...

 

On apprend tous à manger pour nourrir notre corps. De même pour nourrir notre âme (avec ses capacités et potentialités que sont l'intellect, la mémoire, les affections, la volonté), on apprend, notamment par l'école et tous les contacts avec notre environnement physique et psychique. Et tout pareillement il faut à l'esprit en nous des nourritures qui lui correspondent pour grandir en vitalité, en foi, en amour, patience et autres attributs spécifiques à l'Esprit.

Dans ce cadre de la connaissance, on peut se souvenir de la parole toujours actuelle de Montaigne qui avertit qu'"il vaut mieux des têtes (mot qui traduit notre conscience du Réel) bien faites (ce qu'on peut traduire par équilibrée) que des têtes bien pleines (ce qu'on continue bien malencontreusement à faire...)."

Pour bien faire donc, on va se nourrir de Jésus, et ce en ce qu'il est de plus puissant en lui-même : Parole de Dieu. C'est ce qu'il est en lui-même dès avant que tous les mondes soient créés, et c'est ce qui a été donné à des hommes d'écrire de la part de Dieu. Il s'agit globalement de ce qui forme la Bible** ; mais encore de beaucoup d'autres paroles (dites, écrites ou même reçues en pensée) qui peuvent venir à nous de diverses manières de la part de Dieu : des paroles ou images essentiellement caractérisées par leur à propos.
Globalement, on va se nourrir ainsi de Jésus, directement ou indirectement, comme on trouve écrit dans le livre de la création de l'Eglise (Actes des Apôtres, au chapitre 2) : "Ceux qui acceptèrent sa parole furent baptisés ; et, en ce jour-là, le nombre des disciples s'augmenta d'environ trois mille âmes.42 Ils persévéraient
- dans l'enseignement des apôtres (pour nous le Nouveau Testament),
- dans la communion fraternelle (les rencontres entre chrétiens),
- dans la fraction du pain (le repas figurant et rappelant le don de toute sa vie par Jésus - dont j'ai parlé plus haut),
- et dans les prières."

Cela n'a pas à être suivi comme un légalisme, comme le contenu d'une religion à pratiquer absolument pour plaire à Dieu ; mais doit être vécu dans le désir que crée la vie même de l'esprit en nous, selon que notre esprit (quand il est vivant, vivifié) aspire aux choses de l'Esprit, est attiré par ce qui me donne - au final à moi en tant que "moi-je", mon être "psycho-spiritualisé" - sa force pour être et demeurer dans la foi qui contribue à mon salut éternel.
Cette construction du moi-je que je suis - déjà et toujours en train de devenir - ne sera révélé dans son éclat qu'après son périple terrestre, parcouru dans ce corps mortel, au coeur des dualités. En attendant je le vis de manière dynamique : Moi - la mangeoire et l'animalité qui mange -, m'alimentant du meilleur pour le devenir*** ; Moi dont le coeur d'abord étable a été purifié, apparait progressivement sanctifié, éclairé, amplifié par le pardon divin, par des délivrances et autres expériences spirituelles transformantes...

à suivre...

Soyez béni-e en cette fin d'année - et à la suite -, n'oubliant pas que si le corps a besoin de nourriture
1/ Trop c'est trop... et il vous rendra son mécontentement si vous écoutez plutôt le plaisir du palais et des papilles que celui de l'estomac et autres organes sensibles à leur façon,
2/ et aussi l'esprit a besoin d'un contact avec ce qui le concerne et le vivifie...
Je vous embrasse dans l'amour du Sauveur.

__________
* Ce développement relative à la venue de Jésus dit encore, pour qui ne l'a pas personnellement réalisé ou vécu en lui-même, que Jésus est bien Dieu - incarné, descendu dans un corps humain. Il dit aussi l'équivalence qu'il y a entre Jésus Dieu fait homme et l'Esprit de Dieu - qui est une autre expression de la Divinité (Dieu Un et multiple en même temps...).
** 2Timothée 3.16 - Hébreux 4.12 - Matthieu 4.4 - Marc 13.31 -
*** Philippiens 4.8

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2016 6 24 /12 /décembre /2016 10:03

Dieu fait bien souvent les choses en tant que réalité immédiate, avec le sens premier de la réalité qu'est la chose apparue, et en même temps comme image figurative d'une autre réalité, quelque part similaire mais aussi différente, plus ou moins profonde, plus ou moins générique, en tout cas décalée dans l'espace et le temps.


C'est ainsi que
A - la naissance de Jésus dans une étable (écurie),
B - placé dans une crèche (mangeoire),
est aussi l'expression de ce qu'il voudra par la suite - c'est-à-dire pour nous maintenant :
 

A - NAÎTRE EN NOUS, par son Esprit - comme il fut déposé initialement par le même Esprit dans le sein de la jeune Myriam - Marie. Naître dans l'écurie de notre coeur ! Pas très flatteur pour nous que cette comparaison ! Qu'en est-il de la dignité dont nous aimons nous revêtir les uns les autres !?... alors justement que Dieu voit nos coeurs comme des étables, avec de la paille souillée, des excréments, des odeurs ou chaleurs animales ! Osons regarder de la sorte !

Voyons, observons objectivement, découvrons, ce que Ce nouveau-né vient, par le cadre physique qui accueillit sa naissance, nous révéler de fondamental quant au cadre psychique (notre âme) dans lequel il veut poursuivre sa conquête sur le mal possédant la terre et nous-mêmes. Ne voit-on pas dans ce coeur profond de nous-même, sous la lumière et dans les coins les plus obscurs :
- des mensonges ? De la tromperie et autres diverses manières de dire faux, de ne pas être vrai en face de l'autre - et sans le savoir contre nous-même ? Avant, j'avais cette capacité extraordinaire, outre de mentir, de dire même ce que je ne savais pas, comme si je le savais !
Ainsi on veut (même peu consciemment) passer pour plus qu'on est. Ou cacher une situation trouble, injuste, inavouable. Ou encore se tirer de situations où on n'est pas à notre avantage, où on risque d'être découvert... comme ressemblant peut-être plus à un cochon ou une truie qu'au beau cheval ou à la douce biche qu'on voudrait paraître...

- de la jalousie dans nos coeurs, des sentiments réactifs des plus surprenants parfois, quand on voit quelqu'un tourner autour de celui ou de celle qu'on aime, avec la peur qu'il nous le ou la prenne. La jalousie a initié des drames terribles, ce qu'on appelle crime passionnel par exemple, actes de violence inconsidérés ou même froidement réfléchis. Car la jalousie a cette capacité terrible de faire perdre la raison (même aux plus socialisés), d'induire la vengeance quand le mal qu'on nous a fait parait insupportable, au point qu'on doit faire payer nous-même...

- On peut aussi facilement être mesquin, médisant, voire calomnier. Qui n'a jamais critiqué de manière négative, condamné quelqu'un auprès d'autres personnes alors qu'il aurait mieux valu se taire ? Même malgré une bonne éducation à la sociabilité, la critique qui met la faute sur autrui nous colle bien souvent à la peau. Depuis Adam et Eve, on voit toujours premièrement la paille dans l'oeil de l'autre plus que la poutre dans le nôtre ! ce qui est souvent la même pièce vue en perspective. On dit aussi que montrer quelqu'un du doigt (de l'index), c'est tourner les 3 autres doigts dans notre direction.
Et donc dans ce coin aussi ça sent mauvais chez nous, au plus profond de nous-même et jusqu'à exhaler nos odeurs alentour. Rejoignons donc le diagnostic plus général encore de Jésus au sujet de notre coeur/étable (rapporté par Marc ch. 7) "Vous aussi, êtes-vous donc sans intelligence ? Ne comprenez-vous pas que rien de ce qui du dehors entre dans l'homme ne peut le souiller ?19 Car cela n'entre pas dans son coeur, mais dans son ventre, puis s'en va dans les lieux secrets, qui purifient tous les aliments.20 Il dit encore : Ce qui sort de l'homme, c'est ce qui souille l'homme.21 Car c'est du dedans, c'est du coeur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres,22 les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l'orgueil, la folie.23 Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans, et souillent l'homme."
Or "pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l'étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort." Apocalypse

Mais chacun de nous sait bien ce qu'il en est de son propre coeur, dès lors que Dieu s'approche de nous ou que nous nous approchons de lui ! (et c'est encore parler sans les addictions de toutes sortes qui généralement viennent s'ajouter à nos penchants ou pratiques préjudiciables pour que nous réalisions mieux notre condition de vie sans Dieu).
Il vaut donc mieux accepter de se voir le plus tôt possible - car demain ou l'heure qui vient n'appartient à personne de la terre - comme Dieu nous voit, que de se croire encore être quelqu'un qui n'a pas besoin de Dieu (selon cette autre parole de Christ).

La SOLUTION !?... est simple :
"Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. 10 Si nous disons que nous n'avons pas péché, nous le faisons menteur, et sa parole n'est point en nous." 1ère lettre de Jean.
Actes des Apôtres ch. 2, vers. 38 et sv.
Actes ch. 16, v. 31 et sv.
Ici une prière-guide pour aider à venir à Dieu afin de naître de lui.

B - ÊTRE NOURRI DE SA VIE
à suivre...

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 21:07
"CAR DIEU A TANT AIME LE MONDE QU'IL A DONNE SON FILS UNIQUE (JESUS) AFIN QUE QUICONQUE CROIT EN LUI...

(série commencée ici)

Chacune de nos existences se situe ENTRE :
- le POURQUOI (initial) Dieu a-t-il créé les hommes, son motif premier d'action (et on a entendu que c'est son amour qui fut le moteur décisif premier de ses créations - dont nous sommes...
Après l'avoir entendu, il nous reste à le croire POUR le voir devenir expérience toute personnelle de cet amour. (rappel  avec mon témoignage à ce sujet).

- et le POUR QUOI, qui est son intention finale, la finalité potentielle de notre existence - c'est qu'il désire que nous le rejoignions en conscience, d'abord d'Esprit à esprit, puis un jour d'âme à âme dans un corps nouveau...
Et là nous lisons que comme Dieu a créé le monde, il s'est donné lui-même en forme de Fils (d'homme et de Dieu) pour que N'IMPORTE QUI D'ENTRE NOUS parmi les êtres humains puisse un jour ou l'autre croire en la vérité de cette personne (et des oeuvres) de Jésus.

On peut croire plein de choses sur Jésus, justes ou totalement fausses. Par exemple que ce fut un être d'exception - un initié - un avatar - un sage - un prophète... Il y a de cela dans la personne de Jésus, mais surtout il est bien autre chose que tout cela.
Mais c'est ainsi qu'on peut s'arrêter à une représentation ou une autre, parce que Dieu nous laisse toujours une plage (plus ou moins large pour chacun) de liberté, qui permet nos choix les plus décisifs - sans quoi on ne serait ni libre ni responsable véritablement.
Et donc ce qu'on peut entendre et croire concernant Jésus amène forcément à un choix, appelle une vraie réponse. (et l'indifférence même est une réponse).

Un jour ou un autre tout le monde se trouve ou va se trouver face à la connaissance de Jésus en tant que ce qu'il est et que ce qu'il a fait pour nous. Le mieux que nous puissions vivre, c'est de se trouver confronté à cette vérité maintenant et ici(-bas). Car c'est là que notre liberté est la plus totale pour une réponse personnelle qui engage dans le meilleur possible de notre destinée éternelle.

Dès lors que croire de Jésus ?
- Soit qu'il est un fabulateur menteur, si est faux ce qu'il dit qu'il est : Fils unique de Dieu venu de Dieu (Jean 8.58)

- Soit qu'il est ce qu'il dit être : Fils de Dieu et fils d'homme à la fois - L'unique médiateur entre les hommes et Dieu - Le chemin qui mène à Dieu - La lumière (pour l'âme) qui donne la compréhension du monde - La vérité à connaître pour trouver Dieu par expérience spirituelle, dont la paix avec lui. Jésus dit même qu'il est La Vie !... (Jean 14.6)

Croire en Jésus c'est croire en des paroles qu'il dit qui dépassent notre perception et capacité mentales (par l'âme) du Réel, comme encore par exemple :
"Croyez-moi : je suis dans le Père et le Père est en moi. Sinon, croyez au moins à cause de ces œuvres (qu'on voit décrites dans la Bible) !" Jean 14.11. Cela signifie que faute d'être encore né spirituellement de Dieu, on peut déjà s'approcher des vérités de l'Esprit par la considération de réalités plus tangibles produites par Dieu, comme les miracles que Jésus a fait - ou plus directement encore en regardant, écoutant, observant, étudiant... la nature - notre environnement naturel et nous-même compris (qui sommes une création magnifique, non !? (malgré notre état de disgrâce).

 
"Il y a beaucoup de demeures dans la maison de mon Père. Si ce n'était pas le cas, je vous l'aurais dit. Je vais vous préparer une place. 3 Et puisque je vais vous préparer une place, je reviendrai et je vous prendrai avec moi afin que, là où je suis, vous y soyez aussi." Jean 14.2

Êtes-vous donc déjà entré-e dans le POUR QUOI - POUR QUI - Jésus est venu et s'est donné en sacrifice vivant ? Toute la démarche est de nous faire passer de la POTENTIALITE incluse dans la mort du Crucifié - il est mort pour tous -, à L'ACTIVATION toute personnelle de cette réalité - il est mort pour... moi !

Qu'arrive-t-il donc qui vaille la peine de s'arrêter sur le sujet dès lors qu'on croit en Jésus ?... On y viendra dans le prochain article. En attendant soyez béni-e par Lui du haut de son trône de gloire... d'où il va (bientôt) revenir sortir les siens (ceux qui auront sérieusement cru en lui) du chaos généralisé (actuel, commencé il y a quelques décennies et qui va aller en s'amplifiant).

Guide pour une prière personnelle de venue ou retour à Dieu par Jésus.

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2016 6 10 /12 /décembre /2016 11:51
"CAR DIEU A TANT AIME LE MONDE QU'IL A DONNE SON FILS UNIQUE (JESUS)...

(suite de...)
 

Qui donnerait son fils - unique, aimé, plein de capacités - pour qu'il meure à la place d'un ou de quelques vauriens qui mérite(nt) d'être exécuté(s) ?
Il n'y avait que Dieu pour vouloir cela, et que Jésus pour l'accepter... non sans un combat terrible (que vous pouvez lire ici) !

Certains disent que Jésus a été un être exceptionnel mais qu'il a mal fini, parce qu'il n'a pu échapper à la cruauté des hommes. L'Evangile (ou Bonne Nouvelle) est tout autre : Par son volontarisme et son accord parfait avec Dieu devenu son Père, Jésus a été vainqueur pour l'humanité entière de la puissance du mal - dont la mort est l'ultime. Ici cette parole rapportée par Jean (chap. 10, vers. 15-18)

Une preuve essentielle de qui est réellement Jésus et sa venue se trouve dans les nombreuses prophéties l'annonçant longtemps à l'avance.
Ainsi 700 ans avant que Jésus ne naisse, le prophète Esaïe eut à écrire : "un enfant nous est né, un fils nous a été donné, et la souveraineté reposera sur son épaule ; on l'appellera merveilleux conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix." ch. 9, vers. 5.
Un autre, Michée, dit plus de six siècles par avance où Jésus naitra : " Et toi, Bethléhem Ephrata, qui es petite parmi les villes de Juda, de toi sortira pour moi celui qui dominera sur Israël et dont l'origine remonte loin dans le passé, à l'éternité." ch. 5, vers. 1*.

Avant de revêtir un corps humain, Jésus était la Parole éternelle de Dieu, par qui tout a été créé :
- Jean ch. 1 "Au commencement, la Parole existait déjà. La Parole était avec Dieu et la Parole était Dieu.2 Elle était au commencement avec Dieu.3 Tout a été fait par elle et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans elle...
14 Et la Parole s'est faite homme, elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité, et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme celle du Fils unique venu du Père."
- Colossiens ch. 1, vers. 15 "Le Fils est l'image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création.16 En effet, c’est en lui que tout a été créé dans le ciel et sur la terre, le visible et l’invisible, trônes, souverainetés, dominations, autorités. Tout a été créé par lui et pour lui.17 Il existe avant toutes choses et tout subsiste en lui."

Noël rappelle que Dieu s'est abaissé jusqu'à notre condition d'êtres mortels en se donnant lui-même un corps humain, qui devient une âme vivante, indépendante et consciente d'elle-même comme c'est notre particularité, puis se soumet aux volontés (toujours bonnes et parfaites) de Dieu (qui, en tant que personne divine distincte, demeure dans sa dimension toute spirituelle).
Ainsi Dieu se sépare-t-il de lui-même en tant que deux êtres spécifiques, mais jamais en tant que pensée différente. Ce qui donne cette relation nouvelle dans la tri-unité divine, où Dieu (re)devient Père de l'humain - place que Satan lui a ravi depuis la chute adamique -, Père de Jésus pour commencer, puis Père de quiconque suivra ce Fils découvert en ce qu'il est véritablement

Et donner, les deux savent que c'est se donner jusqu'à la croix, pour être pour la première fois SEPARES en tout l'un de l'autre, jusqu'à mourir physiquement pour ce Fils. Ils savent qu'entrer en humanité, c'est entrer dans la souffrance jusqu'à la plus extrême. Pourquoi ?
Parce que Dieu en lui-même ne connaît pas la souffrance. Pour compatir plus totalement avec nous, il lui faut revêtir notre nature, un corps donc qui tient de la mort, par lequel il va pouvoir souffrir - pour les connaître du dedans et pour mieux les épouser - tous les martyrs des hommes, les douleurs physiques les plus extrêmes (par la flagellation - 40 coups moins 1 -, la crucifixion et l'agonie) et les souffrances psychiques et spirituelles les plus profondes (au jardin de Gethsémané et sur la croix : rejet, trahison, abandon, solitude, tentation de reculer, épreuve extrême de la foi...).
Et tout cela ne peut se faire que par force de caractère bien sûr - un caractère viril formé à partir de la Torah ou Loi (religion devenue le judaïsme) et par un amour pour Dieu et pour nous qui ne nous est même pas concevable...

Si encore quelqu'un doute que la crucifixion de Jésus avait été prévue depuis longtemps comme un passage spécifique et obligé pour notre propre retour à Dieu, je vous invite à lire - entre autres - le Psaume 22 qui est une vison - donnée par Dieu au Roi David, 1 000 ans donc avant que cela n'arrive - de ce qui se passe aux plans physique et spirituel (ce que figurent les animaux mentionnés) au moment de la crucifixion...

Attaché à la croix pour moi

_____________
* On peut noter qu'autant il y a des dizaines de prophéties concernant Jésus dans les Ecritures (bibliques) venues avant lui, autant il n'y en a pas pour les prophètes - excepté pour Jean le Baptiste (Esaïe 40.3)...

Most ou Le pont (en français) - film d'1h05

Extrait du même (6 mn)

 

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2016 3 07 /12 /décembre /2016 22:14

"CAR DIEU A TANT AIME LE MONDE... dit la Bible

Le monde (en grec cosmos dans le texte biblique original) désigne diverses réalités dont surtout
- l'ensemble des habitants de la terre, les hommes, la race humaine; ou encore
- la multitude des hommes séparés de Dieu, ceux qui vivent sans Dieu et/ou sont hostiles à Christ.
Voilà ce que Dieu a aimé avec un amour qui tient de la passion dévorante : vous, toi, moi, nous tous nés en un temps ou un autre ici ou là sur cette terre, croyant en lui ou hostile à l'idée de sa réalité.
Il a aimé de l'amour qu'il est, infini en soi MAIS conditionnel dans sa manifestation (contrairement à ce qui se dit ici ou là, car l'amour de Dieu ne peut se séparer de ses autres attributs essentiels : ce qui est juste et sa pureté).

Je viens d'avoir un âpre débat avec un homme qui, pour faire accepter sa religion comme étant la dernière et de là la plus universelle, cherchait avec insistance à me faire admettre que le Dieu de la Bible ne s'intéresse pas à tous les hommes mais uniquement aux juifs.
Il fonde cela sur une parole même de Jésus qui a dit qu'il n'avait été envoyé que vers les brebis perdus d'Israël. De là sa conclusion - qu'on lui a enseignée - que sa religion est destinée au reste du monde, au cosmos !

Il était facile de lui répondre que Jésus a aussi dit à ses apôtres et disciples qu'ils aient à aller faire de toutes les nations des disciples (Matthieu 28.19), commençant par Jérusalem où ils étaient, puis en Samarie "et jusqu'aux extrémités de la terre" (Actes des apôtres 1.8). Mais il ne voulait pas démordre que les nations dont Jésus parlait c'étaient les tribus dispersés d'Israël. De là il conclut que c'est sur leur propre initiative que les apôtres et chrétiens ont christianisé les nations (notamment) occidentales.

Je lui dis qu'il y a une différence entre ce que sont les nations (en grec ethnos) qui forment le monde, et ce que sont les tribus (grec phule) formant Israël. Mais il ne peut pas entendre, car il a intégré ce qu'on lui a dit et y revient plusieurs fois pour que je comprenne bien ce qu'il dit. Ce qu'il dit de juste - que j'acquiesce - et ce qu'il dit de faux - que je réfute.
Drame de la force que peut prendre sur notre entendement une chose entendue à quoi on a mordu comme une truite à un ver recouvrant un hameçon. C'est au point où l'échange devient tellement décalé que l'Esprit de Dieu finit par me dire qu'il ne sert plus à rien de continuer à parler. Lui veut continue : il me dit finalement que ça lui a plu de débattre, de trouver de la répartie même si on n'est pas arrivés à voir de la même manière.

Moi je suis plutôt navré de ce que l'ouverture d'esprit qu'il annonçait dans son désir de parler de Jésus et de la Bible n'était qu'un leurre. Mais certainement pas du temps perdu ! Parce que j'ai bien remarqué que quelquefois des paroles l'ont touché au-delà ou autrement que ce qu'il croyait obtenir en retour de son désir de parler avec moi.
Maintenant il reste à Dieu à faire du chemin dans son âme pour qu'il ose accepter de voir et de remettre en cause des fondements qu'il a reçus sans jamais les observer en vis-à-vis de la vérité comme Dieu la révèle dans le Livre où Thora (Ancien Testament) et Injil (Nouveau Testament) antagonistes sur un même plan sont intelligemment associés pour former la plus complète révélation dont nous ayons besoin... 
C'est pourquoi aussi il est écrit sur "ceux qui périssent parce qu'ils n'ont pas reçu l'amour de la vérité pour être sauvés : Dieu leur envoie une puissance d'égarement, pour qu'ils croient au mensonge.*" Tout le contexte ici

Que le seul vrai Dieu vous garde d'être trompé-e par des mensonges touchant à votre avenir éternel. Aimez la vérité et Dieu pourra vous faire ressentir son amour.

__________
* Contre cela la compassion peut conduire le chrétien à prier (intercéder) pour que le voile (religieux ou aussi d'incrédulité) qui a déjà été déchiré dans le Temple de Jérusalem au moment de la mort de Jésus soit ôté du coeur.

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2016 2 06 /12 /décembre /2016 23:38

Le 4 décembre (2016) - après un curieux report de date (de plus de 6 mois) qui place cette élection présidentielle dans un timing qui dépasse de beaucoup les hommes et les nations -, l'Autriche vient de botter en touche (par rapport à la poussée mondialisante) en votant majoritairement Ecologisme là où l'extrême-droite aurait pu être une alternative politique aux effets des plus aléatoires - face donc à la pensée mondialiste, ici comme en G-B, aux US et ailleurs, une nouvelle fois sans force.
article précédent ici

C'est dire que même par une élection relativement de second plan, l'effet de détente des tensions et pressions et lois qui ensemble visent à établir au plus vite un gouvernement mondial se confirme. Cela rejoint le synopsis écrit depuis plus de 19 siècles notamment dans les deux livres bibliques les plus eschatologiques (relatifs aux fins dernières de l'histoire humaine) : le livre de Daniel et celui de l'Apocalypse (ou révélation de Jésus-Christ).
Il y est parlé d'un temps de repos qui surviendra sur la terre, où les hommes se diront de toutes parts (dans tous les camps) : Paix et sécurité ! Paix et sécurité !

Mais ce temps sera bref (42 mois) car comment parler de paix et sécurité sans Celui qui est "le Prince de la Paix" et la force de la sécurité parmi les hommes : Jésus, le mashiah d'Israël et Christ des nations ?
Cette paix apparente qui vient, fondée sur des compromis et alliances de bonnes volontés, sera pipée car chez les leaders principaux elle sera insuffisamment basée sur la sincérité, et ceux-ci étant toujours largement aveugles aux réalités spirituelles démoniaques qui tiennent leur part entière de la domination du monde.
Au terme de ce temps intermédiaire de détente - auquel peuvent nous faire penser "les années folles" de l'entre-deux-guerres - deux événements majeurs vont rapidement se succéder, un magnifique - mais seulement pour les chrétiens qui auront cru avec une attention particulière à la vie de l'Esprit (en eux et avec eux) (Evangile selon Matthieu ch. 25) - ; et un autre abominable, comme il n'y eut jamais temps plus terrible sur toute la terre, nous est-il dit. (1ère lettre aux Thessaloniciens ch. 5).

Une lecture naturelle autant que spirituelle de l'actualité donne de comprendre qu'on ne va pas vers des lendemains qui chantent mais vers des nuits très noires. En effet on remarque que c'est la vox populi - qu'on méprise déjà en parlant de "populisme" - qui vient s'opposer aux avancées qui préparent une gouvernance mondiale. Et dans ce rapport de force aujourd'hui encore en faveur de la démocratie, il est clair que
- la force naturelle - des armes comme du nerf de la guerre, l'argent et le maniement des économies - n'est pas aux mains du plus grand nombre,
et la force surnaturelle - des entités spirituelles qui veulent plus globalement dominer toute la terre habitée - peut se nourrir des comportements humains de toutes les classes,
jusqu'à bientôt ne plus se maîtriser du tout et forcer avec les pires violences si ce n'est la pensée unique, en tous cas le comportement unique...

C'est aussi pourquoi il est écrit : "nous avons eu auprès de vous, et vous vous êtes convertis à Dieu, en abandonnant les idoles pour servir le Dieu vivant et vrai, et pour attendre des cieux son Fils, qu'il a ressuscité des morts, Jésus, qui nous délivre de la colère à venir." 1ère aux Thessaloniciens ch. 1.

Ainsi voyons-nous de plus en plus l'actualité mondiale donner son relief à des prophéties anciennes couchées par Dieu sur des supports fragiles - maintenant du papier ou des fichiers informatiques - mais qui assurent la continuité du déroulement d'un Dessein indéracinable.

Réagissons bien en croyant que si des centaines de prophéties se sont déjà accomplies, celles qui sont encore en suspens se matérialiseront tout aussi certainement.
Que donc les temps de paix, ou du moins de détente dont vous pouvez bénéficier, ne soient pas changés en divertissements stupides ou quête de plaisirs qui ruinent l'âme, mais bien plutôt employés pour que vous échappiez quand elle cédera son pas apaisé à la colère annoncée - qui consiste à laisser à Satan et à ses myriades d'esprits-démons le loisir, la cruauté et le vice de mal-mener les hommes au point qu'ils ne trouvent plus en la personne, mort et résurrection de Jésus-Christ la porte d'accès à leur sécurité immédiate et au Royaume Divin éternel.

"Nul ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l'un, et aimera l'autre ; ou il s'attachera à l'un, et méprisera l'autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon (l'argent).25 C'est pourquoi je vous dis : Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus. La vie n'est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement ?26 Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n'amassent rien dans des greniers ; et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu'eux ?27 Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie ?28 Et pourquoi vous inquiéter au sujet du vêtement ? Considérez comment croissent les lis des champs : ils ne travaillent ni ne filent ;29 cependant je vous dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n'a pas été vêtu comme l'un d'eux.30 Si Dieu revêt ainsi l'herbe des champs, qui existe aujourd'hui et qui demain sera jetée au four, ne vous vêtira-t-il pas à plus forte raison, gens de peu de foi ?31 Ne vous inquiétez donc point, et ne dites pas : Que mangerons-nous ? que boirons-nous ? de quoi serons-nous vêtus ?32 Car toutes ces choses, ce sont les païens qui les recherchent. Votre Père céleste sait que vous en avez besoin.33 Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus.34 Ne vous inquiétez donc pas du lendemain ; car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine." Matthieu ch. 6

 Que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu mon Père et du Seigneur Jésus-Christ.

Je m'abandonne

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 00:00

Avant l'article : Peut-être à la maison et face à l'internet ce dimanche matin !? Sachez qu'à partir de 9h30 une réunion chrétienne de qualité est diffusée en directe d'Alsace (clic ici)

***

N'avoir vu jeudi soir 24 novembre qu'un débat politique entre deux hommes, FILLON-JUPPÉ, c'est ne pas avoir vu l'essentiel, savoir que cette grande soirée avait été prévue avec un TROISIEME HOMME ! (et je ne parle pas des journalistes formant le corps des animateurs).

Disons que ce fut une soirée essentiellement en deux temps, en deux rounds, en deux combats très différents.

1ère partie : Fillon-Juppé
Un débat de qualité
, avec deux hommes possédant des qualités intellectuelles, réflexives et mémorielles remarquables, l'élocution, la sobriété... qui ont permis de voir qu'on est effectivement là à un niveau de présidentiable... selon qu'on s'en tient au plan de la représentation et de l'action politiques telles qu'elles apparaissent aujourd'hui dans le monde - un monde redisons-le, rendu et tenu aveugle quant aux réalités agissantes les plus puissantes, que sont les forces spirituelles occultes qui, de l'invisible, tiennent et actionnent des ficelles qui nous - petits hommes de la terre - font bouger.
In fine sur ce point, on a pu un peu mieux s'apercevoir que les différences étaient dans le détail finalement peu sensibles - au point où un candidat ou un autre... -.
Cependant, au-delà des détails, avec un recul qui tient d'une nécessaire (utile) part d'objectivité au sein de notre subjectivité, on a pu entendre que la différente entre les deux hommes est en fait très importante, globalement irréductible, d'où leur présence et ce débat. Et chacun d'entre nous, selon "l'arrière-boutique" qui nous constitue au fond, trouvera en l'un ou l'autre celui qui a la même arrière-boutique que lui, le même arrière-plan psychogénétique (hérité et acquis, élaboré ou brut de formation), ce qui donne nos perceptions et notre conceptualisation du monde.
Pour moi - comme ce devrait être pour chacun - il n'y a pas photo tant l'arrière-boutique des deux hommes (leur conceptualisation du réel) n'est pas la même. Et donc c'est à chacun en conscience de voir et/ou de chercher "comment ça marche" !
- D'abord en nous, si l'idée propre (ou sale !) qu'on nous a forgée (qu'on a été forgée) plus qu'on ne l'a personnellement réfléchie, remise en cause en vue d'une objectivité minimale de notre subjectivité, est la bonne, la meilleure.*
- De là, ensuite discerner en l'autre : si tel candidat est (plutôt) fondé sur ce qui est juste en soi, plus que ce qui est juste selon lui, selon ses intérêts et visées (ou ceux de ses supporters).
Car il ne s'agit pas de plaire à un public - comme ferait un acteur ou un joueur de violon -, mais de vouloir travailler dans la matière humaine pour qu'il en sorte, outre des productions matérielles, par le travail, un véritable gain psychique, en connaissance de soi et du Réel, en vue de trouver comment mieux-vivre durablement
- avec soi-même,
- par un mieux vivre avec notre Créateur originel (ce qui est l'essentiel de ce qui m'a été mise à jour par Lui et à quoi j'ai adhéré).
Deux choses qui ne peuvent que précéder la recherche du vivre-ensemble. Ce que Jésus a résumé par sa double ordonnance : Aimer Dieu et s'aimer soi-même... pour aimer son prochain comme soi-même.

2e partie : CANTELOUP ou la bouffonnerie au service de la désorganisation sociétale.
Voilà LE 3e HOMME de la soirée, celui qui vient casser, défaire, piétiner les protagonistes précédents, cherchant lourdement à ridiculiser ce qui est sérieux et conséquent pour la société. Voilà le "champion" qu'on fait monter sur le ring de la soirée pour un soi-disant débrief qui ne vise qu'à mettre KO les propos échangés et par là la personne politique, élevant au-dessus d'eux le moqueur et la moquerie, au rang du juge-arbitre, de celui qui a le dernier mot.

Et après ça, avec ça, on s'étonne que l'autorité de l'Etat n'est plus respectée dans les banlieues ! Mais c'est dans nos salons que l'irrespect se propose, c'est à la multitude qu'est l'invite à se moquer de la parole de présidentiables - comme par ailleurs de tout ce qui pourrait ou devrait être mieux respecté.
Certes certains personnages politiques prêtent largement le flanc à la moquerie, et pas des moindres. Mais de là à amalgamer la position d'autorité et l'attitude de certains - ou de tous, car on peut toujours trouver à redire à tout -, de là à quasiment institutionnalisé le moqueur comme dernière bouche à parler - de la même manière sur le sérieux respectable et sur le ridicule -, il y a un monde... que TF1 et Canteloup franchissent allégrement. Pourquoi est-ce pour moi une honte dans/pour un pays ?

Parce que de la dérision, de la raillerie, on arrive vite - voire il y est inclus - au mépris, à l'arrogance ouverte, à la jalousie sournoise ou à la haine déclarée, à toutes sortes de violences, parce qu'il n'y a dans l'entendement et les facultés de beaucoup qu'un tout petit pas, qui peut se faire sans difficulté puisque c'est le sens de notre penchant naturel. Et QUI SE FAIT !

Si l'on savait prendre la Parole de Dieu pour premier et dernier mot - entre quoi il y a une vraie liberté pour penser et dire et vivre bien -, on n'en serait pas là ! Car il nous est dit que le moqueur est aux yeux de Dieu un des pires méchants, qui par cela même, s'expose lui-même aux plus rudes jugements.

Proverbes: 19.29 Les châtiments sont prêts pour les moqueurs, Et les coups pour le dos des insensés.

Psaumes: 1.1 Heureux l'homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, Qui ne s'arrête pas sur la voie des pécheurs, Et qui ne s'assied pas en compagnie des moqueurs...
Et il y en a d'autres...

Ce qui aussi peut se traduire par : Ce qui est prioritaire à la résorption des crises, ne se situe pas au plan économique, mais au plan MORAL. Car si le travail est un don de Dieu comme dit dans l'Ecclésiaste 3.13 , les dons de Dieu d'une manière générale dépendent de la manière dont nous voyons ou pas
- d'abord notre propre comportement pécheur, regardant en nous avant de critiquer les autres (qui sont souvent aussi, si on sait ou ose bien observer, une image révélatrice de ce que nous faisons nous-même),
- ensuite le mal tel qu'il est et comment on se positionne contre, ou on s'y soumet...
Question donc ? Se moquer comme il est fait là peut-il être un bien, un gain pour le pays et pour qui écoute ? Ou est-ce seulement un mal - de plus -, vu ce qu'on peut en lire dans la Bible et/ou vu des effets observables ?...

 

Et donc cette soirée vue dans sa globalité, veut encore dire que si des hommes se démènent pour prendre en mains avec quelque application une gestion de société difficile - et d'autant plus difficile qu'il le font sans Dieu -, les forces occultes sataniques contraires sont aussi, pas loin, tout près parfois, à l'oeuvre. Car il y a là, sur ce plan, le plus réel des combats entre forces dynamiques de vie et forces entropiques de mort. Cela qu'on y croit ou pas... ce qu'on peut soi-même, avec une saine curiosité, apercevoir, découvrir, si on veut apprendre ce qui constitue réellement notre monde, les forces les plus puissantes qui le régentent et le tirent vers le Haut - via des comportements moraux que le Créateur a défini lui-même - ou vers le bas.
Référence donc à des forces démoniaques bien réelles et d'autant plus actives qu'on les ignore ou veut les ignorer, qui continuent à trouver toutes sortes de moyens - antiques ou modernes - pour le discrédit de la race humaine, en vue d'une toujours plus grande main mise de leur part sur elle - sur nous !
...Ce que Jésus seul revenant dans ce monde comme il l'a dit en le quittant, pourra définitivement stopper et éradiquer... 

Une soirée donc qui peut encore donner à réfléchir et à revoir notre copie peut-être !?
Parce qu'on a encore à choisir pour 2017 et la suite, parmi des hommes qui bien sûr jamais ne sont parfaits, celui qui, quand même, offre le plus de chances et de résistance à des avancées émancipatrices qui, sous prétexte de modernité ou de progrès, ne sont pas étrangères en fait à la multiplication de nos problèmes et à notre plus subtile et réelle servitude.
Cela dit, pour l'essenCiel, pour entrer dans la vue et connaissance de l'invisible - Divin et démoniaque - via la vue de leurs effets manifestes.

Soyez béni-e.
 _______________
* parce qu'il y a des divergences de vue sur des points fondamentaux, il y a forcément UN point de vue qui est le juste - ou le plus juste, de loin le meilleur - et DES points de vue problématiques et porteurs de problématiques, qui résultent de l'erreur, de l'ignorance, du préjugé non aperçu, de l'orgueil, de l'influence sur notre faiblesse (manque de construction objectivée réellement personnelle), etc... 
Nous avons à apprendre, à comprendre, ce qu'est et comment se fait notre "arrière-boutique personnelle", dont nos perceptions, notre vue du monde et nos réactions sont les résultats.

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 10:56

 

La Bible 2e Pierre chap. 1, vers. 19 : "Nous considérons comme d'autant plus certaine la parole des prophètes. Vous faites bien de lui prêter attention comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur jusqu'à ce que le jour commence à poindre et que l'étoile du matin se lève dans votre cœur."

 

Les prophéties bibliques aident à comprendre les grands mouvements et l'évolution des forces qui visent à gouverner le monde. J'ai déjà dit par ailleurs que ces forces majeures sont essentiellement spirituelles, oeuvrant de l'invisible pour animer en faveur de leur suprématie sur le genre humain les hommes - et femmes -, des moindres aux plus grands.

Si on parle en termes de jeu d'échec, on est face à une nouvelle partie fondamentale ouverte par le Brexit, où le camp des peuples (dêmos) est opposé à celui d'une aristocratie (aristoi = les meilleurs) ou oligarchie (olígos = petit, peu nombreux) dont quelques têtes humaines émergent ici et là mais actuellement perdent du terrain sur des espaces cruciaux de l'échiquier mondial. Comme perdre une tour ou un cavalier peut être une perte décisive, la disparition d'éléphants politique peut permettre à des "petits" pions d'être changés en reine - en Président.

C'est plus qu'une victoire de la démocratie - car un vote majoritaire quel qu'il soit est toujours démocratique dans nos pays. Le Brexit et Donald Trump - et maintenant la "surprise" Fillon - sont surtout l'expression d'un éveil au plan de la conscience personnelle et sociétale.
Cette expansion qui se généralise tient de développements psychiques individuelles multipliés parmi un nombre de plus en plus important de personnes et de populations.
Cette évolution consiste en un passage au-dessus d'un seuil de conscience qui rend la personne plus citoyenne, plus vindicative, plus libre dans ses expressions et désireuse de plus, de plus... - on ne sait pas toujours de quoi, mais de plus de quelque chose, ou de quelqu'un...
Cela tient de la mutation, d'un basculement à l'intérieur, d'une conscience d'un poids personnel qui devient dès lors un poids, un vrai contre-pouvoir.

Ainsi ont sans doute participé à ce basculement déjà spectaculaire dans la conscientisation et un certain développement intellectuel des êtres :
- la scolarisation, cumulée sur quelques générations, d'un nombre croissant de personnes et de peuples,
- des dites-libérations insufflées par les démons qui obtiennent d'autant plus de pouvoir sur l'humain qu'ils nous font sortir des cadres et valeurs initiés par le Créateur et peu ou prou perpétués par des générations de croyants plus ou moins fidèles à ses ordonnances,
- des épreuves et souffrances psychiques conséquences de ces pseudo-libérations à travers les crises qu'on voit, causées à tous les niveaux (personnel, familial, moral, économique...),
- un recul réflexif et une distanciation des instances établies toujours plus impuissantes à bien faire, cela sans doute aussi provoqué par le trop de manipulations (médiatiques, commerciales, et autres pressions) qui viennent confronter cet éveil de soi en tant que force d'intervention pour soi et hors de soi.

C'est là un retournement après franchissement irrémédiable d'un seuil de basculement, dès lors que ce qui a conduit à une émancipation - jusqu'à cognitive et réflexive - n'est plus supporté par ce qu'elle a produit. C'est l'histoire de l'adolescent - grandi pas encore mature - qui claque la porte de la maison familiale.
C'est l'histoire au XVIIIe siècle des dits-philosophes - plutôt des philonouces (noos = raison personnelle) - qui jettent la religion et Dieu avec !... pour s'inventer un espace édénique nouveau... qui va produire en France la Révolution et un siècle de malheurs et de sang.

Savons-nous tirer les leçons de l'histoire ? On sait qu'il y a des leçons et des répétitions, mais en tenons-nous compte ? Allons-nous en tenir compte à l'aube de brèches de grâce ouvertes pour les peuples, qui sont plutôt un coup de massue - préhistorique, rétrograde, vilement réactionnaire diront-elles - sur les têtes qui de tous bords ne voient que mondialisation et gouvernance mondiale ?

Cela pourrait être une belle aventure - et s'en est déjà une en soi pour beaucoup -  que l'Angleterre brexitée, que l'Amérique Trumpérisée ou la France revenant à "un bon sens près de chez nous" ! C'est le pot de terre contre le pot de fer.
Cela pourrait être David contre Goliath, mais David avait l'Eternel-Dieu pour assurance et force (intérieure et extérieure). Le jeune berger avait trouvé pour lui-même le Dieu de ses pères, le seul Dieu véritable, le Dieu d'Abra(ha)m, d'Isaac, de Jacob(Israël), et à la suite de Jésus de Nazareth...
A ce niveau du jeu d'échec - plus réellement du combat contre les puissances célestes sataniques (qui sont d'autant plus fortes que la grande majorité des êtres humains ne les soupçonne même pas) -, il ne suffit pas d'être croyant, d'avoir une religion, pour tenir soi-même le gouvernail !
Il faut que soit établie une vraie relation de notre camp avec celui du Dieu Très-haut qui est Saint. Donc certes on voit poindre un renouveau, un temps de détente parmi les encombrements et difficultés, comme une trêve au coeur qu'une guerre qui n'est pas achevée. Détente et lutte en ainsi pris le dessus, mais pas encore solution... car "la solution finale" divine n'arrivera qu'avec le retour glorieux de Jésus le Mashiah des juifs et Christ des nations...

Jusque là le synopsis du scénario est écrit et se déroule : C'est celui des livres bibliques prophétiques, qui prévoit effectivement un temps de grâce - qui pourrait arriver de cette manière -, avec une paix globale pendant 3 ans et demi, propice aux hommes mais pas à Satan et à ses cohortes. Aussi soudainement des accords signés de paix seront unilatéralement rompus par une partie, jetant la terre entière dans les pires scénarios de guerre et de destruction. Les barbaries et le totalitarisme le plus puissant qui n'ait jamais été surgiront tout à coup, car les individus "trop" conscientisés ne voudront plus se soumettre à des autorités dont ils ont compris les mécanismes et les visées égotiques.
Rapport de forces terribles entre des hommes désireux de liberté livrés à leurs forces propres face à des corps armés endurcis et dynamisés par les démons. Ce genre de rapport de forces n'est pas nouveau comme déjà on est au courant par l'Histoire : avec les impérialismes antiques ; avec la puissance religieuse et royale qui chercha à exterminer juifs, amérindiens et huguenots à divers moments ; par l'amenée au pouvoir de Lénine et autre Staline en Russie et URSS, de Mao en Chine, d'Hitler en Allemagne - et d'autres meurtres et viols et barbaries et terrorisme aujourd'hui encore en Afrique, au Moyen-Orient et tout autour de la terre.

Dès lors que faire ? Comment se positionner ? En s'engageant peut-être plus politiquement, c'est à chacun à voir. Plus certainement en devenant des résistants, en s'enrôlant dans les troupes qui ont pour chef "l'Eternel des armées" comme l'appelle parfois la Bible, le Dieu créateur et rédempteur. Car il est écrit que Satan est le Prince spirituel de ce monde dans sa dimension de ténèbres, de mensonge, de duplicité, de malfaisance, alors que Jésus est le Prince de la paix, son Esprit-Saint étant le gardien de ceux qui se confient en Dieu pour ici-bas et pour l'éternité.
"et pour l'éternité" car nous devons être au clair sur le fait que les âmes - que nous sommes pour l'essentiel - séparées du corps par ce qu'on appelle la mort physique, soit rejoignent Dieu avec qui elles sont réconciliées (en paix avant de quitter la terre), soit se trouvent plongées dans le Séjour (obscur) des morts* dont Satan détient toujours le contrôle...

Ainsi les surprises et besoin de découvertes ne manquent pas sur le chemin de la vie. Qui peut dire qu'il n'a plus rien à apprendre, concernant sa personne, sa destinée, Dieu, sa conscientisation face au Réel, son éternisation ?...

Soyez béni-e sur le chemin terrestre et spirituel vers la vie qui ne finira jamais.

 

________________
* espace spirituel pour les psychismes (âmes) non consciemment rattachés à Dieu, que des vidéos de témoignage de NDE (ou EMI) rend de plus en plus tangible...
 


 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche