Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 décembre 2021 6 04 /12 /décembre /2021 12:20

> Article QUI PRÉCÈDE celui-ci <

On a vu comment un système économico-politique-totalitaire (prophétisé dans la Bible) est en train de se mettre en place comme un filet - a net in english ! - sur la planète. Voyons maintenant ce que dit la Bible sur le moyen d'échapper à ce marquage terrible sans lequel il va devenir impossible "d'acheter et de vendre" - ce qui comprend de ne plus pouvoir s'alimenter !

Ce n'est pas que le flux de la pensée des humains est toujours tourné vers le mal ! Ici l'idée de la marque de la Bête (une micro-puce informatique) peut être honorable, présentant des sécurité contre la falsification, les vols ou les pertes des autres types de documents, gain de temps, voire diminution saluée par les écologiques des consommations de ressources naturelles...
Berf pour beaucoup une panacée, un progrès de plus.

ÉCHAPPER A LA MARQUE DE LA BÊTE

Nous sommes avertis de cette apparition. Elle est déjà aujourd'hui opérante par la vertu des micro- et nanotechnologies.
Un système de marquage sophistiqué, "sur la main droite ou sur le front"précise fort judicieusement Jésus à Jean pour que nous ne soyons pas pris par ignorance.

Et on parle depuis plusieurs décennies de cette puce, dont les éléments micro ou nanométriques pilotent déjà les ordinateurs, téléviseurs, cartes bancaires et autres, portables, mobiles et divers appareils connectés dans les logements.

Une puce qui s'introduit sous la peau avec une... seringue, contenant des matières composites et des capacités de saisie et de stockage d'informations sur la personne, avec des moyens de contrôle, des connexions à des bornes, certainement des antennes et autres moyens non-filaires de connectique: Le futur c'est déjà maintenant !

La première question prioritaire est: Que faut-il faire pour ne plus être sur terre quand ce système va devenir une réalité imposante, impressionnante, effective en 3D, crucifiante, avec cette implantation de technologies super-sophistiquées sous la peau, comme prophétisé au 13e chapitre de l'Apocalypse ? Avec les covid et les vaccinations, on prépare le terrain des mentalités, des assentiments, de la solidarité, d'un gestion de moins en moins démocratique des emprises d'envergure planétaire.

La 1ère démarche consiste à se mettre en ordre avec Dieu, à cesser d'être coupable à ses yeux. Car par nature, nous sommes chacun coupé d'un contact effectif, établi, avec lui (d'ordre spirituel), selon que "tous ont péché et sont privés de la glorieuse présence de Dieu." Romains 3:23

Car nous commettons tous des actes mauvais, méchants, blessants, tordus, injustes... qui nous condamnent, un peu comme des taches sales ou marques perforantes faites sur une belle robe blanche (représentation la sainteté ou pureté de Dieu).

Face à cette situation universelle quasi désespérée et désespérante, aucune religion avec ses règles et rites ne peut être utile, sauf pour nous montrer plus encore comme la disposition à mal faire nous habite. Mais Dieu peut faire, et il nous fait connaître le moyen d'être pardonné de nos fautes, purifié de toute la saleté qu'on a fait venir sur nous. Il le dit ainsi:
"Car, lorsque nous étions encore sans force (pour faire le Bien, càd pas né ou dominés par nos péchés), Christ, au temps marqué, est mort pour des impies. 7 A peine mourrait-on pour un juste; quelqu'un peut-être mourrait-il pour un homme de bien. 8 Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous."

LE SALUT DE NOTRE ÂME, LA PAIX AVEC DIEU

Voilà la Bonne Nouvelle: C'est que Jésus a donné sa vie pour mourir en notre faveur, comme un coupable qu'il n'était pas.
Il a ainsi pris la place de tous, pour que celle ou celui qui croit en cette substitution, en ce remplacement, ne soit un coupable et condamné devant Dieu, mais bénéficie de sa grâce (comme existe possiblement "la grâce présidentielle". Lettre aux Romains, ch. 5.

"Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses. 21 Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu." 2e lettre aux Corinthiens ch. 5.

1ère ÉTAPE: NAÎTRE SPIRITUELLEMENT ou LA NOUVELLE NAISSANCE...

Ainsi par la foi en ce sacrifice parfait de la vie de Jésus, n'importe qui peut recevoir le pardon de ses fautes, pourvu qu'il les voit et accepte comme telles et les Lui confesse. (Cela peut e faire sans intermédiaire humain pour la plupart des fautes, sauf pour les choses les plus graves comme les meurtres - et nous le sommes bien plus que nous en avons conscience - et les pratiques occultes et illicites). 
A partir de là, Dieu nous pardonne et peut remettre son Esprit en nous, comme force pour beaucoup moins mal faire, pour bien faire, et comme vie éternelle.

Car "Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, 5 nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c'est par grâce que vous êtes sauvés)... 7 afin de montrer dans les siècles à venir l'infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus-Christ.8 Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. 9 Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie." Lettre aux Ephésiens ch. 2.

"Si (donc par cette foi) quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. 18 Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ."

Du côté de Dieu donc la croix. De notre côté la foi, et ainsi pouvons-nous naître spirituellement, devenir "enfant de Dieu", héritier de son Royaume éternel:
"
à tous ceux qui l'ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, 13 lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu." Evangile selon Jean, hap. 1.12,13.

"Après avoir entendu ce discours, ils eurent le cœur vivement touché, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres : Hommes frères, que ferons-nous ?38 Pierre leur dit : Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés; et vous recevrez le don du Saint-Esprit. 39 Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera. 40 Et, par plusieurs autres paroles, il les conjurait et les exhortait, disant : Sauvez-vous de cette génération perverse." Actes des Apôtres, chap. 2.

2e ÉTAPE: ÊTRE PRÊT-E POUR LA PAROUSIE OU RETRAIT DU MONDE DES ÉLUS

On a compris que si l'appel à s'approcher ou à se tourner vers Dieu vient de lui (selon qu'"il y a beaucoup d'appelés", entrer dans l'élection, être des élus, dépend de nous, de notre réponse toute personnelle à cet appel à changer de vie, à se moraliser, à entrer dans la paix avec Dieu pour avoir sa paix en nous, et pour relationner à jamais avec lui dans une grâce plénière - qui est le fleuron de son amour envers nous.

UNE VRAIE TRANSITION PERSONNELLE

Et donc ainsi on continue ensuite à vivre ici-bas autrement, avec un regard très élargi sur ce qui fait tout le Réel, avec des pensées et un comportement modifiés, plus respectueux, plus sensible à beaucoup de choses -dont ce qu'est le mal à éviter, en trouvant dans la Bible les enseignements justes et bénéfiques à des progrès et succès matériels et/ou spirituels...jusqu'à ce jour qui approche, où Jésus va descendre du Ciel (transversal) où il est depuis son Ascnesion, pour accomplir ce qui a été annoncé d'avance, qu doit arriver avant que le chaos sur la terre ne devienne terrible, terrifiant, dévastateur à l'extrême...
Ce que la Bible en dit d'immédiatement transparent:

"Nous ne voulons pas que vous soyez dans l'ignorance au sujet de ceux qui dorment, afin que vous ne vous affligiez pas comme les autres qui n'ont point d'espérance. 14 Car, si nous croyons que Jésus est mort et qu'il est ressuscité, croyons aussi que Dieu ramènera par Jésus et avec lui ceux qui sont morts.
15 Voici, en effet, ce que nous vous déclarons d'après la parole du Seigneur : nous les vivants, restés pour l'avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui sont morts.
16 Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d'un archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement. 17 Ensuite, nous les vivants, qui serons restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. 18 Consolez-vous donc les uns les autres par ces paroles." 2e lettre aux Thessaloniciens, chap. 4.

UN EVENMENT PLANETAIRE QUI SERA IMMANQUABLE À VOIR...
Mais l'important sera d'en être. Comme il y a une différence entre des cosmonautes qui partent dans l'espace et ceux qui restent à seulement regarder de leur place.

"Ainsi en est-il de la résurrection des morts. Le corps est semé corruptible; il ressuscite incorruptible; 43 il est semé méprisable, il ressuscite glorieux; il est semé infirme, il ressuscite plein de force; 44 il est semé corps animal, il ressuscite corps spirituel. S'il y a un corps animal, il y a aussi un corps spirituel...45 C'est pourquoi il est écrit : Le premier homme, Adam, devint une âme vivante. Le dernier Adam(Jésus-Christ) est devenu un esprit vivifiant.

46 Ce qui est spirituel n'est pas le premier, c'est ce qui est animal; ce qui est spirituel vient ensuite. 47 Le premier homme, tiré de la terre (Adam, dont nous sommes charnellement les descendants) est terrestre; le second homme (Jésus, premier né d'une race nouvelle, charnelle et spiritualisée) est du ciel. 48 Tel est le terrestre, tels sont aussi les terrestres; et tel est le céleste, tels sont aussi les célestes. 49 Et de même que nous avons porté l'image du terrestre, nous porterons aussi l'image du céleste.

50 Ce que je dis, c'est que la chair et le sang ne peuvent hériter le royaume de Dieu, et que la corruption n'hérite pas l'incorruptibilité. 51 Voici, je vous dis un mystère : nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés, 52 en un instant, en un clin d'oeil, à la dernière trompette. La trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés. 53 Car il faut que ce corps corruptible revête l'incorruptibilité, et que ce corps mortel revête l'immortalité." 1ère lettre aux Corinthiens, chap. 15.

C'est sans doute surprenant losqu'on lit ou entend cela pour la première fois, mais ce n'est pas difficile à comprendre: Il suffit de savoir lire.

Cela dit que dans les brèves années qui viennent, soudain un événement instantané phénoménal va se produire, qui comprendra la résurrection et l'enlévement dans les airs de toutes les personnes décédées dans leur foi en Jésus mort à leur place, et immédiatement dans la suite l'enlèvement de toutes les personnes vivant à ce moment-là dans la même foi et qui se seront préparées à cet événement par la connaissance préalable qu'elles en auront eue.

Ainsi Dieu agit en notre faveur parfois par des avertissements très forts comme des accints, des cancers ou autres Sida, Ebola ou Covids, parfois par des songes ou des cauchemars, parfois par des paroles transmises par un-e chrétien-ne, comme c'est le cas ici, significatives, interpellantes, vibrantes de vérités...

Et puis, il reste toujours notre liberté de réponse:
On ne continue à lire que pour mieux chercher comment démolir ce discours ;
Ou on va vite oublier et l'existence va se poursuivre, dépourvue de sens générique, dans l'oubli ou dominé par les soucis ou d'autres pensées... (vous pouvez lire ici à ce sujet la parabole des 4 terrains dans lesquels sont semées des paroles de Dieu).

Et donc il y a "la bonne terre", qu'on est ou qu'on désire devenir, qui reçoit la semence de vie par de telles paroles et veut les serrer dans son cœur pour entrer dans la germination qu'elles veulent produire, qui est la vie et une existence éternelles dans la prochaine création divine, dans laquelle on entre en conscience à la différence de notre venue dans ce monde-ci...

Bien cordialement, dans la bénédiction déjà agissante du Dieu qui fait grâce aux humbles.

Le cas échéant un guide de prières ici pour qui veut se positionner en Dieu dès maintenant pour n'être pas confus dans les temps vont devenir trop difficiles.

Je vous souhaite et prie pour, LA MEILLEURE SUITE DE VIE POUR VOUS.

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2021 2 30 /11 /novembre /2021 20:58

Heureusement pour le Président Macron que l'ego de chacune et de chacun des autres candidats à l'élection qui vient est plus développé que leur intelligence!

Car il ne faudrait pas faire trop d'efforts pour former un front suffisamment sérieux représenté par un candidat unique qui emporterait les voix du plus grand nombre !

Sans préjuger de qui serait couronné pour ouvrir une voie effective à ceux qui auraient eu l'humilité de se retirer un peu pour mieux gagner avec et par lui, on peut simplement compter et additionner des pourcentages - sur la base des résultats du 1er tour 2017 par exemple - :

Marine Le Pen + Eric Zemmour + les ou des républicains + les ou des verts +Nicolas Dupont-Aignan + Jacques Asselineau et quelques petits qui ne sont là que pour indirectement perpétuer le système régnant en place, et le score est largement bon !
Avec la joie de nombreux français de se trouver un peu d'intelligence unificatrice plutôt que de se dégoûter des urnes.

Pour désigner le candidat de ce front, si un consensus ne se fait pas assurément, et plus encore dans un souci de démocratie, qu'y aurait-il de difficile à organiser une sorte de primaire dont la médiatisation serait déjà un gain d'audience fabuleux ?
Comment rater la cible dans ces circonstances !?

Ensuite, les places au gouvernement ne manqueraient pas pour ceux qui auraient intelligement laisser leur place - perdue d'avance autrement - et ils pourraient dès lors s'appliquer à mettre en place le meilleur de leur vue sur telle ou telle question. Non ?

ET SI C’ÉTAIT DÉJÀ LA LE POLITIQUEMENT CORRECT NOUVEAU, DU VRAI CHANGEMENT, LA VRAIE TRANSITION !?...

Mais voilà ! Il faut être intelligent, de cette intelligence où les intérêts de la nation et du peuple valent mieux qu'une petite gloriole personnelle de quelques mois tous les quatre ou cinq ans !

Il faudrait lâcher un peu des idéaux qu'on voudrait incarner quasiment tout seul, pour entrer dans du pragmatique qui permette non plus seulement de se monter des programmes bien ficelés - les meilleurs bien sûr ! - mais qui ne passeront pas, mais de chercher des solutions concrètes à des problèmes réels mieux identifiés...
En remontant les manches et en cherchant ce qu'on n'a pas et qu'il nous faut avoir... Ce qui pousse forcément à chercher bien au delà de soi et du naturel (si vous voyez ce que je veux dire).
Car il ne faut pas rêver... à la place seulement !
Il faut aussi bien connaître le contexte holistique (moi j'écris "holystique") du monde et des humains.

Et donc c'est là l'humilité qui permet de gagner, contre des forces qui, dans tous les cas, sont suffisamment puissantes pour empêcher les nouveaux présidents de faire ce qu'ils avaient rêvé et auraient voulu de vraiment bien.

Moi je dis ça, mais sans pouvoir de moi-même pour faire bouger quoi que ce soit.

C'est donc bien à eux tous de voir, et de comprendre, le Président sortant compris.
Et on se doute que la chose n'est guère réalisable !
Est-ce que j'aurais donc perdu de mon temps en écrivant cet article ?
Pas forcément, car l'espace qu'il peut y avoir entre une réalisation qui serait bonne, et ce que nous sommes effectivement capables de faire.

Un abîme qui met en lumière ce qu'est en fait la condition terrible humaine, qui voudrait du bonheur, de l'amour, la paix, unité et solidarité, un paradis ici maintenant, mais sans capacité pour atteindre et tenir dans ces bonnes choses.
Car dans la progression vers le Bien véritable, Jésus nous a averti : "Sans moi vous ne pouvez rien faire" !

D'ailleurs si on trouvait un groupe ou un pays qui soit paradisiaque, il ne tarderait pas à ne plus l'être dès l'instant où moi, ou vous, ou quiconque, viendrait le rejoindre et s'y exprimer.
C'est ainsi qu'est le naturel humain.
Mais ce n'est pas pour cela qu'il faut rester ce qu'on est (d'insuffisant, de tordu, de méchant, de critique, de pervers, bref comme force d'injustices et de mal divers).
Car avec le vrai Dieu - non celui des religions ou des philosophes mais de la vie spirituelle -, tout peut changer, et devenir possible.

 

« Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait. » - Mark Twain.

"Or la foi, c'est la ferme assurance des choses qu'on espère, la démonstration de celles qu'on ne voit pas." Lettre aux Hébreux ch. 11.

Et TOUT est question de foi !... bien ou mal placé, et qui peut le savoir par avance !?...

Guide de prière pour aider à entrer dans ce relationnel vivant avec le Dieu vivant.

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2021 4 18 /11 /novembre /2021 08:23

Oui, Dieu nous aime, bien au delà de ce que nous pouvons imaginer.
Je n'écris pas cela par quelque pensée héritée, préjugée ou imaginaire, mais parce qu'il m'a donné d'expérimenter (à la fois beaucoup et un peu) la puissance de cet amour.
Un amour sensible tel que dans ce corps mortel on mourrait, on meurt sous cette puissance d'aimer ; pour donner une image, un peu comme une vieille voiture ou une voiture sans permis, qu'on voudrait voir gagner le Rallye de Monte-Carlo ! et qu'on gonflerait à bloc pour des performances qui ne sont absolument pas dans les capacités de ces différents organes...*

C'EST AINSI, MAIS...

Donc oui, sachez, entendez, que Dieu est amour et qu'il vous aime, "Mais (nous fait-il dire par un prophète) ce sont vos crimes qui mettent une séparation Entre vous et votre Dieu; Ce sont vos péchés** qui vous cachent sa face Et l'empêchent de vous écouter." Esaïe 59:2

QUE FAIRE DÈS LORS ?

"Confessez donc vos péchés** les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière fervente du juste a une grande efficace." Jacques 5:16

Confesser signifie : être d'accord avec ce que Dieu nous montre comme étant mal, mauvais, préjudiciable, condamnable, source de culpabilité. C'est dire : - Oui je suis comme ça, oui j'ai bien fait cela...

QUE SONT NOS FAUTES, NOS PÉCHÉS** ?

- Toutes nos fautes morales, depuis le mensonge jusqu'au meurtre qui supprime la vie à une autre créature humaine ; S'il le faut, en plus de notre propre conscience, nous avons "les 10 commandements" donnés à Moïse qui nous disent ce qui est, quels que soient l'époque, le lieu ou notre origine, mal aux yeux de Dieu  Exode 20:3...

- Des pratiques faisant intervenir du (pouvoir) surnaturel dans nos existences (en dehors de l'invocation du sacrifice de Jésus-Christ), telles les pratiques divinatoires, et autres occultismes comme invoquer et parler avec des morts, envoyer des sorts (maléfiques ou apparemment bénéfiques) sur des personnes, Deutéronome 18 : 11

- idolâtrer (= donner la place de Dieu à) une personne, objet ou animal, voire la nature considérée comme créatrice d'elle-même), ce qui peut passer par des images, statues, représentations diverses Apocalypse 21:8 - 1 Corinthiens 6:9

MAIS COMPTEZ SUR DIEU

Comptez sur Dieu pour vous ramener à la conscience en quoi vous avez mal fait (et faites mal), afin de pouvoir le confesser et en être pardonné-e.

Et surtout comptez sur Dieu qui, dans son amour, désire de tout son cœur vous pardonner, vous accueillir dans sa dimension (spirituelle) dès ce monde-ci, par le canal de son Esprit.
Un pardon qui peut être total, une grâce totalement imméritée, que Dieu peut nous, vous, accorder en toute justice, car Jésus a déjà payé le prix qui nous permet de recevoir un pardon gratuit - c'est-à-dire indépendant de nos mérites propres et de quelque oeuvre bonne que nous ferions ou pas.
"Car c'est par (la) grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. 9 Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie. 10 Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d'avance, afin que nous les pratiquions. " Ephésiens 2:5...

"Car, lorsque nous étions encore sans force (sans vie), Christ, au temps marqué, est mort pour des impies. 7 A peine mourrait-on pour un juste; quelqu'un peut-être mourrait-il pour un homme de bien. 8 Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. " Romains 5:6

"Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation. 20 Nous faisons donc les fonctions d'ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous; nous vous en supplions au nom de Christ : Soyez réconciliés avec Dieu ! 21 Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu." 2 Corinthiens 5:19

UNE BONNE, EXCELLENTE, NOUVELLE !

Connaissiez-vous cette Bonne Nouvelle ? (le mot évangile, evangelion en grec d'origine, signifie littéralement Bonne nouvelle).
Bonne Nouvelle que Dieu n'a pas besoin que nous soyons ou devenions religieux pour vivre une relation vivante, effective, avec (possiblement chacun de) nous !
Bien des fois, une religion sépare ou dégoûte de Dieu, alors que Dieu ne cherche qu'à établir une relation directe avec nous, de son Esprit à notre esprit.

Il cherche aussi à changer nos coeurs (souvent mauvais, injuste, imparfait, insuffisant face au mal et aux tentations) pour que nous menions une existences apaisée, où l'amour trouve sa place dans et malgré le concert chaotique de ce monde que dominent les injustices.

ALORS CROYEZ, SIMPLEMENT, ET RECEVEZ

"Et comme Moïse éleva le serpent dans le désert, il faut de même que le Fils de l'homme soit élevé (Jésus crucifié), 15 afin que quiconque croit en lui ait la vie éternelle. 16 Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle. 17 Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. 18 Celui qui croit en lui n'est point jugé; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. 19 Et ce jugement c'est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises. 20 Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient dévoilées; 21 mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses oeuvres soient manifestées, parce qu'elles sont faites en (concordance; conformité avec) Dieu." Jean 3:16...

Jésus n'est plus là !
Il est ressuscité !

 

Et si cette paix et entrée en relation de vie avec Dieu n'est pas encore faite (fête !), priez pour cela (> ici un guide de prières pour y aider)

Bien cordialement, C.T.

_____________________
* Et en plus de deux manifestations puissantes de son amour envers, j'expérimente comme bien d'autres, des effets réguliers de cet amour que Dieu est et désire nous faire connaître.

** Le mot péché est remplaçable par faute ou transgression (une loi, d'un ordre établi, mais en lui-même il a la valeur de son étymologie originelle : manquer le but, tirer à côté de la cible, la cible bonne étant que nous connaissions et communions avec Dieu dans son amour, le Bien sans mal et son éternité.

Alléluia signifie littéralement : Gloire à Dieu -  A Dieu soit la Gloire.
(C'est ainsi que J.-S. Bach signait les partitions de ses créations musicales).

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2021 5 12 /11 /novembre /2021 17:14
Partager cet article
Repost0
31 octobre 2021 7 31 /10 /octobre /2021 11:09

.. de ceux qui croient que notre vie se termine à la mort physique, ou de ceux qui croient à la survivance de l'âme après la mort ?

RÉFLEXION POUR UNE RÉPONSE SAGE
Chacun est dans une catégorie ou une autre n'est-ce pas ?
Et comme des deux propositions il y en a forcément une vraie et une fausse, soit on croit en une vérité, soit on croit en un mensonge.
Or n'est-il pas important que nous croyons ce qui est vrai, plutôt que ce qui est faux (que ce soit dans ce domaine ou dans un autre, et surtout bien sûr dans ce domaine qui concerne la pérennité de notre existence en tant qu'être conscience de lui-même) ?

À NOTER
Nous commençons tous par apprendre et comprendre à partir de ce qui nous parvient, de la part des autres, QU'ON CROIT... qui peut être vrai, juste, ou faux, inexact, donc préjudiciable à un moment ou à un autre.

Je veux dire que le principe de CROIRE - la croyance, la foi en quelque chose ou quelqu'un - PRÉCÈDE toujours le savoir, et donc que ce qu'on sait et prend pour juste n'est en fait que le résultat, l'appropriation d'une information par la croyance, et ce savoir peut-être un bien (s'il est juste) ou un mal (s'il est faux).

A partir de ce simple et indéniable constat, nous sommes chacun placé en situation de savoir suite à une croyance, notre responsabilité étant à la suite de chercher à savoir - dans la mesure où tout le monde ne croit pas de la même façon - si notre savoir est bien fondé ; si nos valeurs en sont réellement ; si nos fondamentaux sont solides au point de pouvoir construire une existence qui réussit dessus ; autrement dit encore, si les sources qui nous font penser, parler, agir et réagir vont faire couler en nous - dans notre âme et jusque dans nos veines - du bien-être ou du chaos, une bonne liberté intérieure, une clairvoyance et des capacités de gestion gagnantes, ou du mal-vivre, des dépendances malignes et addcictives.

Ainsi la recherche de(s) vérité(s) et de véification(s) de ce qu'on nous a dit, est notre PART D'ÊTRE RESPONSABLE.

Et nous serons jugés, chacun, chacune, par le Créateur de la vie humaine avec ses merveilles appréciables et sa liberté, quant à la façon dont nous nous serons comportés en être humain, en être de réflexion, de choix et d'interrogation.


Cette notion de jugement - et des jugements ne manquent pas de tomber jour après jour sur nos sociétés mégalomanes, orgueilleuses autant qu'impuissantes, et sur nos existences qui se déroulent dans un aveuglement sidérant de ce qu'est le Réel - est bien là pour nous amener à croire, et même à voir, que nos actions et choix ont des conséquences, et pourquoi pas, que si nous ne mourrons pas en même temps que notre corps, nous serons jugés comme chacun est jugé par les lois du pays (qui, selon, nous protègent ou nous condamnent).

une image qui figure l'âme et l'esprit dans leur complémentarité bien comprise

DEUX MOYENS IMPORTANTS POUR SE CONSTRUIRE UNE PREMIÈRE IMPRESSION AU SUJET DE LA VÉRITÉ DE NOTRE DEVENIR POST MORTEM (APRÈS LA MORT). 
Un moyen est apparu assez récemment, notamment avec des progrès médicaux et la force d'oser parler d'expériences surnaturelles sans la peur d'être pris pour  un "dérangé" psychique.
Il s'agit des innombrables témoignages qu'on trouve désormais sur internet, de personnes ayant véçues des expériences psychiques et spirituelles de vie alors que leur corps était considéré médicalement comme mort.
On appelle cela des EMI (Expériences de Mort Imminente) ou NDE en anglais. Faites une recherche par ces mots et si vous ne connaissez pas cela, vous allez être étonné-e par ce que vous allez découvrir et entendre...

Le second moyen qui rejoint ce type d'expériences tangibles indéniables, se trouve par la lecture de la Bible, dans laquelle depuis bien longtemps, il est parlé de l'être humain tel qu'il a été créé, tel qu'il se comporte le plus généralement ou marginalement, avec ce qui concerne la vie après la mort qui vient d'une différence fondamentale entre le corps (métériel) et l'âme (ou psychisme), et encore entre l'âme individuelle (qui a émergé de notre conception physique) et l'esprit (qui est en l'homme une part du Divin, qui ne s'impose pas).
Bref, l'humain que nous sommes chacun a encore largement à se découvrir dans sa complexité constitutive, bien au delà de ce que des discours qu'on appelle psychologie peuvent nous dire (qui restreignent l'humain à de la métière, l'âme et l'esprit au cerveau, ce qui est une aberration grave de vue).

Bonne quête de vous-même, dans la liberté que vous avez eu de lire jusqu'ici et de chercher intelligemment...
Soyez béni-e.

 

DÉJ

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2021 6 30 /10 /octobre /2021 16:04

Nouvelle

UNE SCÈNE D'UN SCÉNARIO À VALENCE
 
suite d'hier

Avec les mots des larmes étaient montées aux yeux de Maya. Sans couler mais bien réelles, rendant les yeux brillants, comme parfois dans un état fiévreux.
Une oasis de silence s’installe entre les deux femmes au cœur du brouhaha des allées et venues. Le bar (à la diagonale de leurs places) est pris d'assaut, mais la somme des voix reste feutrée, comme d'un autre et lointain univers.

 

Ingrid :

  •         J’ai remarqué qu’on a quand même chacune, chacun, une part de responsabilité quand ça pourrait le faire mais ça ne dure pas.

  •         Dans mon cas, je ne vois pas en quoi j’ai mal fait ! Alcools forts, deux fois giflée... Comme une conne, séduite, séduite, je l'aimais, et j'étais impuissante, mais pas coupable…
    Mais parlons plutôt de toi ; Tu es toujours avec, comment tu l’appelais ?

  •         Tu sais, cette dernière année j'ai compris qu’en fait on manque beaucoup de conscience, au sens moral. Rien que sur le mensonge et sa portée possible.
    Et puis je pense que nos casseroles doivent aussi nous servir à grandir en compréhension. En recherche de sens, de causalité. Parce que notre destin n'est pas tout écrit et joué d'avance. Ce n’est pas un scénario mot à mot. Je crois même que des scènes entières n’avaient pas été prévues.

  •         Place à l’impro.

  •         Au point de changer le fil de l’histoire.

  •         Cela a fait partie de plus d’un tournage. Et donc ?

  •         Moins agir par réflexe conditionné ; en sachant prendre du recul, avec une conscience plus éveillée, ce qui aurait permis de voir plus clair plus tôt ; et de prendre une autre voie. La bonne…
    Je me suis aperçue qu'on est des ébauches. Des ébauches de vie ; de soi. mais on se conduit comme si on était des pièces achevées, des valeurs sûres.

  •         Tu veux dire on est comme des rushes ?…
    Ouais-ouais, tu m'impressionnes Ingrid. Tu étais si tournée vers l'extérieur, les rendez-vous, les essais, tournages.
    Moi ça me fait un peu peur de changer. De peut-être trop comprendre.
    Et si tu me parlais – Ah ça me revient, c'était Victor !

  •         Victor, oui.

  •         Toujours avec lui !? Il va bien ? Qu’est-ce qu’il faisait déjà ?

  •         Il est passé comme il dit « des salles aux serres ». Mais toujours dans l'art et l’essai (elle a un sourire malicieux). Il a changé de culture : Il s’est mis à la permaculture.

  •         C’est une culture qui vient de quel pays ?

  •         C’est une philosophie agraire.

  •         Tu m’en diras tant ! Tu sais, je n’ai pas fait d’agrégation moi ; alors dis-moi, agraire ?

  •         Agricole, agriculture. Il a acheté une propriété en Ardèche, depuis bientôt deux ans, et il fait pousser des légumes sous serre et à ciel ouvert. Je le rejoins après le festival, si tu veux je t’y emmène !

  •         Attends ! Tu me parles de philosophie, puis d’agriculture, c’est un peu confus pour ma p’tite tête ! Ça me fait juste penser à « Alexandre le bienheureux » d'Yves Robert, 1968. C’est un bon parallèle ?

  •         Victor a fait un vrai choix de vie, réfléchi. Avec retour à la simplicité, la nature et le respect de ses lois, des saisons, avec des pratiques anciennes ; le moins de moteurs possibles. Des capteurs du soleil et une éolienne, des choses comme ça.
    Et je suis contente du coup qu'il ait aussi changé de basse-cour !
    (rires)
    Tiens, je vais encore te faire rire ! Un exemple de sa nouvelle vie : Il urine maintenant dans un seau ou un flacon (elle rit) ; puis il fait des dilutions, et il enrichit la terre avec. C’est un très bon fertilisant naturel ; et surtout, avec des toilettes sèches, nos excréments ne partent plus dans le tout-à-l’égout pour polluer l’eau qu’on nous sert au robinet, mais c’est recyclé naturellement.
    Il dit qu’il amande la terre, et qu’il s’amande lui-même, au lieu de payer des amendes. Sa petite part pour freiner la dévastation de la planète. 

  •         Oui je vois bien, j'ai vu des docus là-dessus. Si c’est possible !

  •         Il parle d’une seconde jeunesse. Il dit que l’eau est meilleure à la source, que lorsqu’elle arrive dans la mer. Il a brûlé ses bateaux avec la distribution, Paris et Londres, Madrid. Il veut se mettre tout entier à ce qu’il croit, au fur et à mesure qu’il apprend, et que des choix s’imposent.

  •         C’est courageux, je suppose. Et tu le vois souvent ? Tu es toujours en Ile-de-France toi ?

  •         Tous les 15 jours, les week-ends et fêtes.

  •         Comme les enfants de parents séparés en somme.

  •          « Loin des yeux, près du cœur ! ». C’est une formule qu'on a adoptée, adaptée à nos personnalités, ce qui rend les relations plus pérennes.

  •         Sereines.

  •         Aussi. On a compris cette problématique de l'inversion toujours possible des attractions en répulsion. Avec le développement anarchique de nos egos, on doit chercher des organisations et des savoirs, anciens et nouveaux, qui tiennent la route, qui procurent la paix et aident l'amour du cœur.

  •         Ouais, tu as déjà bien adhéré à sa philosophie à ce que j’entends ! C’est vrai que beaucoup de choses changent, et très vite – trop vite –, et ça fait peur quelque part. Pour moi ça sent la Big cata. Comme au niveau des couples, des familles.

  •         Victor dit qu’il est passé de la Terre-à-délit (d-é-l-i-t) à sa Terre-Neuve. Une terre parfois rude, mais il revit.

  •         Un vrai privilège.

  •         On en est conscient. Mais c’est aussi le fruit d’une décision, et de certains sacrifices.

  •         Sûr ! On ne peut pas tout avoir. Une autre version de « L’amour est dans le pré » !
    Je voudrais bien oui, le rencontrer sur son domaine. L’Ardèche, c’est pas un peu dans le secteur !?

  •         De l’autre côté du Rhône, à côté. On y est dans deux jours si tu veux, après le festival ! Je le préviens ?

  •          Des fois qu’il soit nu quand on arrive ! Je rigole ! En tout cas je me sens toute curieuse ! « Victor – la saison 2 » !
    Et toi tu me sembles bien amoureuse en fait !?

  •         Je veux encore y croire. Je n’ai rien trouvé qui soit mieux qu’un couple.

  •         « Un homme et une femme » - 1966, et toujours.
    On est toujours tenté de revenir, de « reloucher » sur ce bonheur comme le plus tout jeune Claude l'a si bien mis et remis en image avec Anouk Aimée et Trintignant.
    Après, entre une réalité montée en film et la réalité brute de quotidien…

  •         Bien sûr qu'on offre du rêve. Mais qui peut parfois en sauver provisoirement certains. C’est ce qui me tient dans cet univers. Alors tant pis si ça devient décadent, dégradé. Il n’y a rien de parfait, et l’important est de se garder soi-même en grandissant en conscience. De devenir une résistante s’il le faut.

  •         J’ai parfois l’impression qu’il y a comme une grosse malédiction, qui pèse sur tout en fait. Un truc qui nous empêche tous d’être heureux.

  •         Je crois que pour un vrai et bon changement, il faut parvenir à un stade certain d’insatisfaction, sans plus de volonté de rebondir par soi-même encore une fois.

  •         Lâcher prise ! Dans la mesure où le monde va de plus en plus mal, on y arrive non ?

  •         Je le crois aussi. Mais pas lâcher prise pour un vide, mental ou un isolement. Pour une meilleure connexion et expansion.
    Allez, je peux te dire : On s’est mariés l’année dernière, malgré le covid et le confinement.

  •         Non ! Avec Victor ? Ingrid, tu m’en diras tant !
    (Maya la regarde l’œil allumé, avec soif, de l’envie peut-être, des questions qui se bousculent).
    Et mariés… devant un monsieur le maire ou devant une mairesse ?

  •         Devant Dieu !

    Claude Thé  Juin 2021 @LGDDV

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2021 5 29 /10 /octobre /2021 15:57

Les scénarios de cinéma sont toujours écrit en police Courier, en mémoire de la fameuse machine à écrire utilisée à leur origine.

*¤*

Cette nouvelle a été initialement écrite pour un concours organisé par l’Éditeur/imprimeur européen BoD et le magazine Femmes Actuelles.

SCÈNE D’UN SCÉNARIO À VALENCE

Séquence au point accueil et bar du Festival Valence-Scénario.
Il fait chaud.

Maya commence.
 

  •         Ça fait deux ou trois ans qu’on ne s’est pas vues ? Je trouve que le temps passe terriblement vite. Est-ce l’âge qui fait ça ? Toi tu vieillis bien.
  •         Merci ! On n’a pas que l’âge de nos artères, heureusement. C’est l’état de notre âme qui importe le plus.
  •         Qu’est-ce que tu appelles l’âme, notre vie intérieure ?

Ingrid :

  •         Le support de ce qu’on pense, de ce qu’on croit, de ce qu’on espère.
  •         Et finalement hier tu as pu voir le film du Navire ?
  •         C’était bien ! Bien parce que le réalisateur s’est donné la liberté de ne pas y mettre la moindre scène de jambes en l’air. Pour ça, chapeau ! La transgression dans ce sens, j'ai trouvé que c'était, courageux.
    Et toi ?
  •         A l’opposé. Un vague documentaire à la solde des codes du moment. Du vendu d’avance. Dommage, le sujet était bon.
  •         Est-ce que tu lis encore toi ?
  •         Ça dépend de ce que tu entends par lire.

Maya :

  •         Pendant les confinements j’ai voulu lire, tu sais de ces livres qu’on s‘met sous le coude pour éventuelles longues soirées d’hiver (sourire complice).
    Aussi quelques-uns trouvés dans ces niches ou cabanes de rue où chacun dépose et prend ce qu'il veut. C'est sympa… si ce n'est toujours hygiénique. Bref, ce qui m’a surtout sidérée, fut de découvrir combien de nanas remplissent leurs pages, voire des chapitres, de scènes qui les auraient classées dans le porno rien que du temps de ma mère !
    Tu vois, comme un méga-hiatus avec le féminisme qu’elles veulent incarner.
  •         La liberté de faire égal avec les mecs !
  •         Est-ce que tu vois l’aberration ! Je ne sais pas si elles vendent, mais mon sentiment c’est bien qu’elles se vendent ! Par leur corps nu écrit, décrit, s’exposant à tous les regards et tous les fantasmes. Mince ! J'ai fini par en avoir honte ! Si c’est ça la liberté d’être femme !
  •         Trop d’un coup.
  •         C'esrt vrai que j'en ai ingurgité pas mal ; mais en même temps c’était terriblement significatif ; révélateur du problème qui là, vient sans se méprendre du côté nana. J'ai fini par lire à saute-mouton puis j’ai laissé tomber.
    Je m’en suis sentie sale, presque nue moi-même, imprégnée, oui un sentiment malsain d'imprégnation, où tu es touchée malgré toi.
  •         Des scènes de leur intimité : elles s’exorcisent.
  •         Ah je n'sais pas si elles s’exorcisent, mais j’ai trouvé cette proportion et cette liberté de dire choquantes !
    Pourtant je ne suis pas la puritaine de service ! Mais quoi, ça n’apporte plus rien ! Pour te dire, jusqu’à rêver des scènes horribles la nuit, presque comme si c’était réel, où tu es abusée, sexuellement violentée, et tout en moi qui ne voulait pas. Breuuuh ! Rien que d’y penser.
    (Elle prend un chewing-gum)
    C’est bon pour les gencives…
    D’ailleurs j’t’avoue en arriver à un point où tout ça me dégoûte. Franchement,  tu vois, l’amour, cet amour-là, j’en veux plus ! Et malheureusement dans la foulée – je trouve dramatique de dire cela, mais je ne crois même plus en aucun amour. Tout est trop faussé. J'ai l'impression qu'on a franchi une barre de non-retour. De non-amour.

Ingrid :

  •         On a laissé la sexualité devenir un concurrent, si ce n’est un ennemi de l’amour. Dans quoi il peut y avoir une grande perte de soi. Alors que cela devrait être un enrichissement, un fleuron de nos relations.
    On nous a appris à se donner, à se partager comme une denrée bonne, savoureuse, mais sans valeur. Sans respect de soi, de sa conscience. Sans amour en fait.
  •         C'est ça ; de l’amour comme du placébo, du vieux-gras - comme je l'appelle -, contre l'amour qui ne nous vient plus au cœur ; ou qu'on ne voit plus durer.
  •         Le concept de « bout de chemin ». Comme on ferait une ligne téléphonique en nouant des morceaux de fil les uns aux autres.
    Et comme on ne réfléchit pas, ou pas encore assez, ça marche, au profit des profiteurs, de prédateurs.
  •         Producteurs, chanteurs et j’en passe. Des politiques, des toubibs.
  •         Les figures d’autorité.
  •         Jusqu’à décider de ta carrière et de ta vie en introduisant dans la donne cet élément ignoble. J’en ai la nausée.
  •         On a bien joué le jeu aussi. Chacun et chacune y a vu son gain, son succès, sa valorisation possible.

Maya :

  •         C’est bon que des abcès éclatent. Mais après, ou pendant, que nous on embraye par l’écriture, ou par l’image, je ne vois plus de logique ! C’est presque hashtag-Balance-ton-porc et prend sa place ! Trop grave.
  •         C’est malheureusement ce qui fait recette. La boucle est bouclée parce que le public, le gros du public en redemande.
    Mais je repense à tes attouchements nocturnes. Une amie d’origine africaine m’en a parlé. Ils appellent cela des « maris de nuit ». Ce seraient des esprits, impudiques, qui se sont acquis des droits jusqu’à pouvoir s’imposer aux corps de cette manière-là. Elle les appelle des incubes ou démons.
  •         Arrête, tu me fais peur ! Mais je ressens bien ça ; c’est ni du rêve ni de la réalité… normale. Dans quel monde on vit ! Il faudrait bien qu’on en sache un peu mieux !
  •         Il faudrait !… Allez, tu prends quoi, je vais chercher à boire ?
  •         Une menthe-Vichy ou Perrier-citron. Et j’espère qu’ils ont des glaçons.
    (Maya s’évente avec un programme).
  •         Ne te plains pas, l’été ne commence que demain. Je reviens…

 

Maya au retour d’Ingrid :

  •         Je réalisais comment on peut mettre un talent fou au service de n’importe quoi. Je me disais : Jusqu’à confondre toutes les crudités ! De la salade composée servie en entrée à une partouze avec des gamines qu’on s’offre en dessert. Qécrivant l’une comme l’autre avec flegme et minutie, pour faire saliver ou donner à bouffer à d’autres qui n’en ont pas les moyens. Berrrk !
  •         Certains appellent cela sociologie ; une peinture de la misère affective et sexuelle de l'homme occidental.
  •         C'est ça, du Zola ! Sauf qu'au lieu d’écrire pour dénoncer, là on fait l’apologie du vice, des turpitudes. Et encore, de mecs obsédés ou frustrés voulant s’exorciser comme tu dis, peut-être ; mais pas de féministes aujourd’hui !
  •         C’est une autre misère.
  •         Une vraie misère !
  •         Je comprends que tu aies atteint un seuil critique de déceptions, où on peut se mettre à haïr ce qu'on a aimé ; peut-être trop, ou mal aimé.
    C’est difficile l’amour et la liberté ensemble. Parce que c’est à l’amour qu’on doit choisir de donner la priorité. En respectant les sentiments et la personne de l’autre, avant soi si nécessaire.
  •         Moi, après Ludo – un autre pervers narcissique de première ! –, j’ai définitivement renoncé à y croire et à espérer. Du coup la tension est tombée, et j'apprécie tu peux pas savoir !
    T'imagine, après plus d'une année de scènes, de conflits, ô que c'est bon de se retrouver seule ! De me remettre à dormir sans somnifère.
  •         Pourtant je te trouve les traits bien tirés.
  •         En quelque sorte j'ai fait mon deuil. C'est que j’ai pas trop pris de temps pour me maquiller ce matin. Pour qui, pour quoi ?
  •         Pour toi ! Tu as l’air très fatiguée quand même. Tu n’es pas malade ?
  •         C’est le boulot. Toujours plus avec le moins, tu connais. Tu n’as plus le temps de vivre. Et puis vivre… Parfois il vaudrait mieux être vraiment malade, au moins tu saurais à quoi tu as à t’occuper d'important.
    (Elle se défait du chewing-gum).
  •         Mais tu as bien une fille ! Tu ne la vois pas trop peut-être ? Elle a quel âge maintenant ?
  •         Elle a définitivement préféré son père. A 13 ans tu n’en fais plus ce que tu veux ! D’ailleurs je n’ai jamais voulu en faire quoi que ce soit. Il voulait un garçon, et raté, comme chez Nougaro. Et il en est devenu toqué. Et moi j’ai juste été hyper-égoïste avec elle…
    Mais on ne nous apprend pas la vie à l’école ; pas même à l’université. Les bonnes priorités. Ou la valeur des petits bonheurs.
    Bref j'ai bien un peu cogité, laissant couler de l'eau sous le Pont des Soupirs. Et je me trouve bien mieux. (Elle sort un paquet de cigarettes, doigts légèrement tremblants).
    Mais c’est absurde aussi la solitude.
  •         Fais quand même attention Maya, tu sens la déprime. Un burn out peut-être.
  •         Je sais… Mais à part faire une psychothérapie que j’ai déjà faite, pour m'entendre dire qu'il faut que je sorte, que je m'amuse, alors que je n'ai toujours fait que ça.
    Et chaque fois j'en pouvais plus, et du mal-être et du vide qu'il en reste, après.

Avec les mots des larmes étaient montées. Sans couler mais bien réelles, rendant les yeux brillants, comme parfois dans un état fiévreux.
Une oasis de silence s’installe entre les deux femmes au cœur du brouhaha des allées et venues. Le bar (à la diagonale de leurs places) est pris d'assaut, mais la somme des voix reste feutrée, comme d'un autre et lointain univers.

 

              à suivre, demain...

 

Partager cet article
Repost0
19 juin 2021 6 19 /06 /juin /2021 09:59

La vie à deux - où l'on partage un même lit - est un cas d'école passionnant !

Passionnant en ce qu'il s'agit dans ce cas d'école, d'une situation où ce qui est passion et donc possiblement passionnel en nous, joue au maximum.

MAIS QU'EST-CE QUE LA PASSION ?

"Ce qui est passionnel" signifie ce qui dépasse l'entendement ordinaire (qu'on appelle la raison ou l'intellect, voire le mental ou la volonté).
La réalité de ce qui est passionnel s'impose parfois, voire souvent, à notre maitrise courante (de nos humeurs, réactions, pulsions ou compréhension).

Ainsi, dans la vie à deux, dans la vie en couple, la passion offre toute sa palette de sentiments et d'émotions confondus, qui va de l'amour le plus tendre et chaleureux à la haine la plus froide et dure.
Dit autrement, du don de soi jusqu'à mourir pour l'autre - de plus en plus rare - à l'emprise ou appropriation de l'autre jusqu'à le ou la tuer - ce qu'on voit de plus en plus paraître.

Qu'on ne se raconte pas des histoires : La vie à deux nous place sur ce terrain du jeu des relations, magnifique certes, mais dont aucune des deux extrêmes ne peut être a priori exclue. Donc la pire comprise.

VERS DES DURCISSEMENTS DANS LES RELATIONS

L'univers humain bizounours s'achève ! Il n'y aura pas de reprise significative de 'ancienne normalité. Après un pétard de liberté(s) et de fêtes retrouvées, on risque d'être pris dans une autre pandémie (possiblement des connexions informatiques dégradées) - parce qu'on n'a rien compris à l'affaire de la vie, de l'existence, de la souffrance, et de la mort.
C'est pourquoi je préfère écrire sévère, plutôt ferme et réaliste qu'utopique, illusoire, style "tout le monde il est beau et gentil", "On ira tous au Paradis" ou encore "amour inconditionnel de Dieu"..

Il suffit d'entendre les infos que rapportent régulièrement les médias pour se persuader que lorsque notre affect est mobilisé, lorsque notre volet sentimental s'ouvre et plus encore lorsque notre sexualité est mise dans la balance des rapports humains, pour être convaincu (si on peut ou veut bien avoir cette intelligence) que nous ne sommes pas si facilement - personne ! - maître du jeu des relations humaines.
Donc à l'abri de débordements incontrôlés graves, qu'ils proviennent d'une réaction totalement impulsive "plus forte que nous", ou d'une réflexion mûrie, induite bien sûr par quelque démon trompeur et destructeur dont on s'est mis à entrer dans quelque pratique maligne (occulte, surnaturelle non sécurisée) ou à écouter des pensées perverses...

Et le mal extrême, à commencer par des violences verbales et/ou des coups, vient aussi parce que se mettre à vivre à deux, à partager son intimité avec un(e) autre, c'est se donner - ce qui est une réalité extrême... dont on ferait mieux de bien prendre la mesure avant de (commencer à) s'engager.

APPRENDRE À VOIR PLUS LUCIDEMENT

Passionnant donc aussi en ce qu'il s'agit d'une situation d'obervation possible (pour les protagonistes comme pour des tiers).
Bien sûr c'est quand on est déjà entré - au moins une fois - dans ce laboratoire d'expériences qu'est la formation d'un couple (qui peut devenir un terrible laboratoire expérimental), qu'on peut le mieux devenir attentif à ce qui se passe, et vers où l'on va.

Car dans tous les cas ce type de relation est par nature "métastable", c'est-à-dire jamais assuré de tenir longtemps ou de casser vite.*

Quand donc nous réalisons (déjà un peu) dans quelle situation et position insécures, voire dangereuses, nous sommes déjà par le fait individuel de vivre, et plus encore quand nous vivons une unité d'existence à deux, ne devons-nous pas chercher un nouvel élément actif positif, fort, transcendant, pour que nous ne sombrions pas d'une manière ou d'une autre ?

LE SECOURS LE PLUS PERTINENT

Quel coach, quel psy, quel humain peut être à la hauteur pour prévenir ET garder de comportements à risques - de soi-même et des autres - ? Qui est suffisamment fort et parfait pour savoir anticiper et résoudre nos problématiques relationnelles (qui se dégradent sans cesse sous l'effet entropique généralisé notamment d'une civilisation laïco-athée qui s'est mise par ses options d'existence prématurèment à l'agonie ? 

C'est là que nous avons peut-être (si ce n'est fait) à découvrir que Dieu, notamment avec la personne ressuscitée de Jésus, existe réellement, et qu'il est pour nous le moyen (comme il est aussi origine et fin) de stabiliser notre existence, et encore de l'assurer au delà du terme incarné de notre périple.

Car nous sommes là comme une embarcation soumise aux plaisirs mais aussi aux dangers d'un océan immense et profond, et comment, sans Dieu dans notre barque, pouvons-nous parvenir au port dans lequel il est possible de se réfugier (et de se reposer) lorsque quelque tempête vient à nous rejoindre et tente de nous submerger ?

Port qui sera aussi notre entrée (bien vivant, vivifié même par l'Esprit divin raccordé à nous) dans l'éternité du Bien divin.

"Venez à moi, dit encore Jésus, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. 29 Prenez ma direction et mes instructions de conduite sur vous, car je suis doux et humble de coeur; et vous trouverez du repos pour vos âmes. 30 Car les conditions de ma conduite opèrent dans la douceur, et mon fardeau est léger."
"
Je suis venu comme une lumière dans le monde, afin que quiconque croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres (dans la confusion, l'incompréhension, des dangers graves...)."

Voilà déjà du bien réel que Dieu peut nous offrir, immédiatement.lors de la fin de ce pèlerinage terrestre, sinon où l'âme que nous sommes(plus que notre corps physique) va-t-elle poursuivre seule sa course de conscience ?... (ce blog répond en plusieurs endroits à cette question fondamentale - parcourir les rubriques du côté droit, avec notamment la page Prière-guide).

Bonne suite de vie.

_________________
* De manière intéressante pour qui a de la connaissance scientifique, la vie de couple se fait ainsi à l'image (on peut dire sous les mêmes lois que celles) de l'univers tout entier au plan de la physique des particules, savoir dans une configuration qui dépend de deux paramètres - pour l'univers il s'agit de la réalité du Quark top et de son énergie, et du Boson de Higgs et de sa masse.
Pareillement en chacun de nous, on peut voir nos instabilités (dans le champ d'une métastabilité générale) comme dépendant de deux facteurs - qui en nous sont de l'ordre psychique et moral - qu'on peut appeler (avant de mieux les définir) Bien et Mal... dont résulte des comportements qui vont de la dépression borderline à l'orgueil mégalomane, deux extrêmes qui approchent pareillement de la mort.

Partager cet article
Repost0
15 mars 2021 1 15 /03 /mars /2021 22:09

Photo de la couverture : Une coccinelle bleue !?
... pour parler du côté surnaturel dont tout ce livre est imprégné. En rapport avec la connaissance de soi, l'actualité, science et foi - fort compatibles -, et comment trouver des solutions à nos problématiques en connaissant Dieu, le vrai, comme dit Blaise Pascal "pas le Dieu des philosophes", ni même celui des religions formées en système qui occulte le Divin plus qu'il
ne permet de l'approcher.

 

Le texte poétique 2 des plus de 50 qui forment (avec un résumé de mon histoire extraordinaire )le corps du livre.

2 – SUBJECTIVITÉS

La subjectivité est élément second du Réel.
Elle nous donne des vues, justes ou fausses,
de ce qui est.


Les lettres, les mots, les sons sont asservis
A qui les emploie à qui les écrit et à qui les lit
Tant pour ne rien dire que pour dire, pour unir que pour trahir,
A qui les conjugue à son être épithète au présent ou à venir.

Ils trouvent ou perdent leur force en des arrangements
Beaux, subtils, vieillissant mal ou nous revigorant,
Poétique par quelle muse qui séduit, qui amuse ou musèle,
Frêle ou terrible comme une femme sans ailes,

Jusqu'à hameçonner de force ou d'illusion
Prosélytes, idolâtres, vies en creux ou en rond,
Rejoignant dans nos vides ou troubles entre-deux
Trop d’échos ou aucun, ou les deux
.

Les langues de bois nous poussent vers les frontières
Qui carapaçonnent sous des fioritures fières
Des tonsures et autres tortures lierres.

Alors parfois, des mots de vie trouvent en derniers
Dans tels bas-fonds des paumés derrière des haies
Des perdus des foutus égarés, des relégués des riches désargentés,
Des absurdes aliénés des Nietzsche religieux ou athées,

Entr'ouvant le Ciel par la force toujours vive jamais surannée
De la vérité.

Vérité, vérités !
Toujours étroites, « sectaires » (le mot ne fait pas peur)
Comme une ligne fait un vers,
Comme des lois font l'univers
Comme on compte trois moins un font deux

Ou encore trois fois un font un... Comme il en est de Dieu.

Sectaires les voies mathématiques,
Sectaires combinaisons chimiques,
Sectaires les règles dans les affaires,
Sectaire un travail, sa valeur, ses horaires,
Sectaires les poids justes et la balance,
Sectaires les hiérarchies et les équivalences,
Sectaires les talents les prédispositons les dons,

Sectaire la mort qui signe la fin du pardon
L'entérinant pour toujours ou le fermant.

Sectaire l'objectivité de ce qui est,
Qui doit prévaloir sur nos subjectivités,
Sectaires beaucoup de choses – bonnes,
Comme le bonheur quand on donne,
Et rien d'étonnant que soit détonante,

Sectaire aussi la voie de Dieu.

 

« Entrez par la porte étroite.
Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent
à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là.
Mais étroite est la porte, resserré le chemin, qui mènent
à la vie, et il y en a peu qui les trouvent. »

Évangile selon Matthieu, ch. 7, vers. 13,14


Partager cet article
Repost0
6 mars 2021 6 06 /03 /mars /2021 14:17
Une  carriole qui a trouvé une seconde jeunesse...

 

NOS DÉCHETS

La vie ici-bas est ainsi disposée
Qu'on fait tous des déchets.
On a tous besoin d'une poubelle
Ou d'un lieu où jeter nos habituels
Ou occasionnels ordures, débris, balayures.

On peut recycler soi-même certains déchets,
Composter, rendre à la terre ce qu'elle a donné...
Mais pas tout. On a aussi besoin d'un ramassage
Ou d'emmener loin de nous, pour d'autres recyclages,
Ce qui va être détruit, brûlé ou enfoui, désossé, réduit, anéanti,
Ou transformé, pour en faire sortir une nouvelle vie.

Alors maintenant voyez ! Au plan de votre âme,
Comment sont traités les déchets, des drames,
Des blessures les infections, des gangrènes :
Regrets, remords, soucis, amertume, rancœur, haine ?
Les pensées mauvaises qu'on garde dans un coin
Du cœur, qui l'affectent et d'aimer nous tiennent loin ;
Et les mots durs et méchants qui se sont construits
Et tapissent notre fond jusqu'au jour (ou la nuit)
Où ils jaillissent et éclaboussent un autre cœur,
Par sms ou par la bouche cassent une relation,
Arrête une entreprise, enraye une belle organisation !

Pense-t-on souvent, ou jamais, à se laver
L'âme comme le corps, souillée, chargée, malade, encombrée,
Ayant besoin de trouver un refraîchissement
Tout intérieur, sans mettre toujours injustement
Sur le dos des autres, la cause de nos heurts,
De nos déboires, insatisfactions, malheurs !?

Est-ce seulement possible, qu'on se purifie soi-même,
Qu'on puisse trouver en nous la solution à tous problèmes ?
Faut pas rêver ! Faut plus rêver ni occulter
Nos insuffisances, nos manques, nos trop, nos difficultés,
Nos peines perdues face aux adversités
Irréductibles et toujours renouvelées.
Il faut trouver ce qui manque à notre billet
Pour qu'il soit entier et qu'on puisse gagner
Le gros lot immérité, qui nous mettrait en liberté,
En joie, en paix, pour aujourd'hui et pour... l'éternité !?

Alors voici une poubelle ! Un dépotoir, une décharge,
A nul autre pareil ; un trou noir, terrestre et cosmique,
Qui s'ouvrit béant en un corps-âme-esprit qui se charge
De tous les déchets du monde, des épaves critiques
Des tissus usées et déchirées, des identités aliénées,
Des pensées trompées trompeuses, des fautes morales,
De la cruauté des cœurs, des plus injustes iniquités,
De l'orgueil, hypocrisie... de tout ce qui s'appelle mal.


 

Regardez ! C'est Jésus mis en croix.
Voilà la poubelle pour le monde habité, dérouté,
Pour l'humanité déshumanisée et condamnée
A souffrir et à mort par la justice, par la Loi.

Entendez, regardez, ce trublion fils de Dieu – parait-il,
Flagellé, déchiré, percé, en conséquence de tous nos péchés,

Pour prix de tous les délits et crimes des continents et des îles,
Des fraudes, des vices, perversions, scories, impuretés,

Cloué sur un bois sans impartialité, en toute illégalité,
S
eulement parce qu'il a laissé les forces terrestres
Et célestes les plus fortes – hors Dieu – s'exprimer
Et faire. Substitution voulue, désirée, mise en orchestre

Par Dieu Père invariable et Parole et Esprit qui en sortent
Pour assurer aux humains que le mal domine un salut éternel.
Car Dieu nous a tant aimé qu'il a livé son fils Jésus de telle sorte
Que quiconque croit en lui vive à jamais, de sa vie éternelle,

Délivré des forces qui font manquer ce but,
Déchet visible par le corps qui meurt et se décompose
Mais possiblement aussi âme lavée, rachetée, de perdue
Retrouvée, adoptée et bientôt nouvels être et cause,

Redistribuée pour les concerts sans fin
De la création qui est et qui vient.

© Claude Thé  mars 2021 - @LGDDV

Vous pouvez demander mon dernier livre :

CHANGER POUR 2 BON
Poétique et Transition du 3e Millénaire.

Soyez béni-e.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche