Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 janvier 2018 4 11 /01 /janvier /2018 10:51

...comme encore le départ (de l'âme) de France Gall ou de Françoise Dorin vient nous le redire...

Peu importe si on ne connaît pas Tennessee William pour savoir ce que chante vraiment Johnny Hallyday ? Peu importe si on écoute ou fredonne toute la journée tant de chansons anglophones dont on ne comprend rien aux paroles !? Et donc sans avoir non plus la moindre idée de à quoi on peut s'unir de bon, ou de néfaste de cette manière !

 

Car les musiques comme les paroles ne sont pas neutres : cela se fait par "inspiration", et qu'est-ce qu'une inspiration ? D'où cela vient-il !?... Pourquoi la drogue est liée à certaines musiques ? pourquoi la paix ou la joie à d'autres ?...

Mais si on ne peut pas (avoir le temps ou l'intérêt pour) connaître tout ce qui caractérise au fond chacun d'entre nous, ce peut être une vraie bonne recherche que de savoir ce qui caractérise fondamentalement nos tout premiers ancêtres ! puisque les lois de la génétique et psychogénétique nous obligent à leur ressembler : C'est une démarche qui tient de la science comme de la foi - les deux faisant très bon ménage si chacune n'empiète pas à tort dans le domaine de l'autre.

Ainsi au lieu de partir d'une prétendue transition ininterrompue qui va de la vie de l'amibe au tarsier, peut-être en passant par le poisson, puis en évoluant en simien (singe) et jusqu'à nous, partons du fait - plus rationnel et raisonnable - qu'il y a un vrai premier homme et une vraie première femme à notre origine.
Car que ce soit Tennessee, la Charlie's band, Jojo, Jean, France ou encore Jacquot, les chinois et moi et moi et toi, on a tous en nous quelque chose du premier Adam ! Quelque chose de problématique, de taré, de déréglé, de sombre, d'asocial, de tordu*, d'insuffisant, d'anti-heureux... au point où même on est tous mortels (pour ne pas perpétuer sans fin le mal et des maux)

Alors avançons ainsi dans la connaissance brute de décoffrage de soi (et des autres), si du moins comme disait Sempé nous ne voulons pas mourir idiot, et parce qu'il s'agit à partir de là de pouvoir bien mieux se respecter et s'aimer (dans le sens christique du verbe).

PARTIR DU BON ENDROIT
Pour cela à la base, il nous faut donc faire ce choix plutôt drastique, entre
- croire que nous sommes des humains venus du Hasard et de ses satellites Nécessités ; puis qu'on a transmigré jusqu'à la planète des grands singes, pour finir (présentement) dans la sphère des réflexions et élucubrations intellectuelles, et des émotions et sensations à la fois magnifiques et difficilement gérables...

- ou croire que nous venons d'un Dieu créateur supérieurement intelligent et sage, qui a pensé, conçu, formé et doublement vivifié de son souffle cette créature bipède, pensante et susceptible de créer des langages et des applications technologiques, dont nous sommes encore vous et moi des spécimens.**

Dans les deux cas la réalité est qu'on est tous marqués par une ou plusieurs difficultés existentielles, des difficultés qui ne cessent de nous tomber dessus, ce qui donne un mal-être qui se double d'un relatif mal-vivre prégnant, étant tout à la fois mal au point et mal en point.

La seconde manière de voir fait logiquement corps avec ce qu'est notre quotidien, qu'on peut alors mieux expliquer pour mieux le gérer, comme ayant tous en nous quelque chose comme les traces profondes d'un impact traumatique, des pensées puissantes mais peu cohérentes et qui dominent notre besoin de réflexions, des regards troubles et jusqu'à obliques-révolver, soumis de plus à des tentations venant du dehors qui sont de l'ordre... d'attouchements démoniaques !
Ignorer cette dimension du Réel, c'est en être des proies faciles ; au contraire le sachant, on peut se mettre en position de résister et de lutter. "Résister" grava dans la pierre de son cachot Marie Durand, bien avant que ne le chante France Gall.
Mais comment ?

DÉCALÉS EN DÉCALAGE
C'est ainsi fait, qu'on a la liberté de croire au faux comme au vrai, au plagiat des vérités ou à leur contraire tout comme adhérer aux vérités elles-mêmes. Liberté de choisir donc une base primordiale, un socle de connaissances justes ou controuvées, d'où appréhender le Réel (présent et éternel) et s'y insérer au mieux, ou de la pire manière.
Et cela avec 30 ou 85 % de conscience,  ou dans une méconnaissance qui tient de celle de l'animal.
Une base, une assise, sur laquelle mieux on sera dans ou près des vérités essentielles en soi, surtout de soi et de Dieu, mieux on se portera et pourra (se) bâtir dessus, dedans et autour...

Quand on croit en évolutionniste peu soucieux des vérités, c'est-à-dire sans soucis de vérifier les dogmes de sa croyance, on a naturellement tendance à être le centre - intéressé et se voulant intéressant - de son monde. Tendance à vouloir s'approprier des biens (inertes, virtuels ou vivants) et au mieux à viser des progrès sociaux, moyens privilégiés pense-t-on alors, pour s'affranchir par nos capacités (pas toujours) propres de ce qu'il y a ou il y aurait d'animal associable dans notre condition (reconnue aliénée).

Et comme on n'y arrive pas - après encore que la faute de nos difficultés existentielles ait été mise sur le compte de la religion, c'est aujourd'hui la faute à la culture, au colonialisme d'hier, au manque présent de cœur et de moralité - des autres -, aux hommes plus qu'aux femmes, aux rigueurs même des apprentissages scolaires... bref, une évolution et croyance qui - heureusement - va finir par s'auto-détruire tant elle se tape dessus sans vouloir jamais se remettre en cause là où il faudrait. Ce que la Bible dit simplement ainsi :
"Pourquoi l'homme vivant se plaindrait-il ? Que chacun se plaigne de ses propres péchés."

Alors on a beau se barder d'idéologies ou s'enrubanner de beaux mots (positivisme, progressisme, socialisme, communisme, humanisme), ce n'est pas encore que nous sommes prêts d'arrêter nos enlisements. Pire, dans les sables mouvants que sont les erreurs, les demi-vérités, l'ignorance et les mensonges, plus on bouge plus on s'enfonce.

On est donc devenus capables de découvrir des lois de l'univers, des postulats, axiomes et modes de calcul très complexes, des moyens d'assemblages, de séparations et de transformations des élémentaires, au point d'en tirer des applications plus qu'il nous en faut. Mais, MAIS aussi, dans le même temps, en parallèle, on ne sait toujours pas mieux vivre les uns avec les autres ! Et bien sûr avec soi-même !
On est toujours pris - et plus que jamais -, en tant que personne, dans des compressions intérieures et des contraintes extérieures à faire "péter les plombs", disjoncter, de plus en plus de monde. Sur cette pente des progrès et libérations recherchés sans Dieu, les attentats d'aujourd'hui risquent de n'être que des signaux d'alarme sporadiques et spasmodiques du grand chaos qu'on est en train de mettre en place en croyant bien faire...

Parce que chacun, au fond, adamiquement, on est ainsi fait que le mal a plus d'emprise sur nous que le bien véritable.
Quand Albert Einstein découvre la loi de l'énergie (E = mc²), on va pouvoir entrer dans l'ère fantastique de la manipulation des atomes ! Sauf que la première principale application qu'on développe, avant les centrales nucléaires, c'est des bombes atomiques, et c'est Hiroshima et Nagasaki !.. (D'ailleurs les centrales nucléaires ne sont pas forcément non plus une bonne application ou la meilleure de la fission nucléaire puisque (si j'ai bien compris) on ne rend utilisable pour faire de l'électricité que la chaleur résiduelle des réactions atomiques, c'est-à-dire une infime partie de la puissance engagée et dégageable).

D'une façon générale, les recherches et applications des technologies les plus pointues sont premièrement militaires ! Il peut bien sûr en sortir des bienfaits - comme les ordinateurs et autre internet et mobiles*** - mais il en sort d'abord des moyens de surveillance, d'espionnage, de contrôle des personnes, et des armes, de plus en plus lourdes en pouvoir de destruction, et très coûteuses ! Pourquoi ?

Parce que notre existant d'adam accidenté est décalé (vers le rouge sang) de notre origine bénie, et se poursuit en décalages divers, dont celui entre nos capacités d'avancées de productions matérielles - développées même jusqu'à Mars mazette ! - et nos incapacités à nous changer nous-mêmes - bof ! -, ce qui fait qu'on patauge, on stagne ou on s'affole, on grimpe comme Icare, et dans tous les cas on s'enfonce toujours un peu plus dans des complications et difficultés, dans ce qui reste toujours s'appeler... le péché (tout ce qui est mal évident ou bien présumé mais pas sécurisé dont tel effet néfaste fini par venir à la fois dramatiquement mais heureusement au grand jour : vache folle, prothèse mammaire, pollutions de l'air à l'assiette, lait contaminé... ).

Parce que l'expansion de conscience et de volonté vers le bien non seulement présumé mais véritable, ne suit pas !  "Seule la bénédiction de l'Eternel n'est suivie d'aucun effet secondaire néfaste."
Et plus on veut sophistiquer cette civilisation post-chrétienne - c'est-à-dire en croyant présomptueusement qu'on peut bien  mieux faire sans Dieu qu'avec lui - le véritable -, plus on fait s'approcher les puissances du faux-dieu de ce monde (Satan). Parce qu'on se trompe sur ce qu'est et vaut vraiment ; sur ce dont on est réellement, pratiquement et utilement capables ; et sur les tenants et aboutissants de ce monde et de nos existences individuelles. On cherche**** à se créer une éternisation, on croit et on investit beaucoup pour se donner une immortalité informatique, sans même entendre ou croire que depuis deux mille ans Jésus nous offre, au seul prix de la reconnaissance et de l'abandon de nos fautes et de la foi en lui, une vraie vie éternelle.

à suivre... et bonne suite pour vous...
______________
* ... que Brassens par exemple interprète ainsi dans une de ses chansons : "Sitôt qu'on est plus de quatre, on est une bande de cons." ...Avec le bémol qu'on peut aussi former de belles équipes à plusieurs, non !?...

** Un peu de réflexions honnêtes à partir d''observations un peu poussées des réalités matérielles visibles et invisibles, des agencements fixes et des ordres en mouvements et interactions, des 4 lois élémentaires et des 23 réglages hyper-pointus qui tiennent tout en des équilibres inouïs… suffisent pour arriver à la conclusion qui ouvre la porte à la foi en des réalités, vérités et causalités (re)liant le physique et la métaphysique (âme et esprits), dont font partie Dieu et ce qui concerne notre vie et santés en relation avec lui.

*** Et par internet et autres portables, on n'a pas non plus créé que des plages de rencontres paradisiaques, exemptes de toutes séductions trompeuses, arnaques et virus, possibilités de manipulations, de trafics et autres indiscrétions visant, via psychologie mal employée et algorithmes fouineurs, à l'exploitation la plus subtile de son prochain.

**** on cherche sur la base fausse que le cerveau (physique, physiologique) c'est l'âme (dont la nature est autre, psychique) ! C'est elle qui transmet la vie au corps et au cerveau - "simple" interface entre le vivant qu'elle est et l'inerte en soi...

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2018 7 07 /01 /janvier /2018 10:13

Psychologie : Il ne suffit pas de faire un nœud au canon d'un colt
pour qu'on ne vise plus à faire (le) mal...

Comme cela se chante avec une étrange nostalgie dans le ton, on aurait "tous en nous quelque chose de Tennessee" !? Ou bien par un autre côté, il faudrait tous qu'on soit Charlie pour un "vivre-ensemble-français-heureux" !?
Arrêtons la poésie à deux euros comme le compassionnel à deux balles qu'on se tire dans le pied !

N'y a-t-il pas assez de morts dramatiques au quotidien, d'accidents, d'accrocs, d'abus, de pressions (fiscale comprise), de non-respect des autorités et des proches… pour se réveiller - et se tenir éveillés - malgré les berceuses médiatiques et l'essoufflement dans lequel aussi les technologies - le progrès ou le progressisme !? - nous entraînent ?

Dans le remake américain du film de Godard "A bout de souffle", c'est son identification à un héros de B.D. qui donne au personnage principal de devenir un flambeur... Et surtout pour des spectateurs, il "risque" de devenir un modèle, alors même qu'il ne s'agit en regard du Réel que de l'existence d'un minus, voire d'un minable !*
Mais "rien de nouveau sous le soleil", déjà longtemps avant ces années-là, il y avait eu Bonnie and Clyde…

Toujours est-il que nous sommes sans cesse entraînés, en 3D perso ou par procuration, par un puissant esprit de séduction - qui régit ce monde -, qui montre divers aspects du mal comme des prouesses ou de la bravoure, l'irrespect des conventions comme admirable et comme étant la liberté, jusqu'à susciter des envies malsaines, des luttes fratricides, des identifications problématiques, offrant les pires matériaux pour que se construisent en toute inconscience chez des jeunes (et moins jeunes) des caractères rudes, écervelés, voire démonisés, des personnalités marginales, voire dramatiquement imaginaires, ayant de moins en moins de rapports avec les réalités bonnes et mauvaises telles qu'elles sont selon Dieu, selon ce que Jésus est venu nous montrer et dire.

Alors certes nos existences ne sont pas ce qu'on voudrait ! On a des aspirations, des envies ou des prétentions qui dépassent ce que notre environnement (naturel ou culturel) offre ou permet en toute légalité. Mais là, il faut réaliser que si nous sommes contraints bien souvent de manière injuste, ce qu'on voudrait nous-même est aussi bien souvent injuste, inapproprié, voire disproportionné. Et cette tension entre l'individuel et le collectif ne peut que croître en rapport de l'illusion dans laquelle nous baignons et que nous nourrissons.

Il en résulte qu'on parle de démocratie (pouvoir par l'unité des peuples), alors que se développe au contraire une montée généralisée des egos, des opinions (subjectives) prises pour des vérités (objectives), plus propices aux révoltes qu'à la paix (sociale et personnelle)

PIÈTRE ÉTAT DES RICHES COMME DES PAUVRES
Ce qui veut dire que la quête du bonheur telle que nous la menons est une chimère ! Il n'est que voir l'état déplorable dans lequel se trouve rapidement ceux qui obtiennent de la gloire et/ou de l'argent à ne plus savoir qu'en faire ! Beuveries, éclats caractériels, mal-être, saouleries, orgies, drogues, dépression ou maladie, médicaments, et souvent mort précoce…
"Que sert-il à un être humain de gagner le monde, s'il perd son âme !?" La question de Jésus demeure.

C'est en ce sens encore que J.B. Shaw dit qu'il y a "deux tragédies pour l'homme en ce monde : être riche et ne pas être riche". C'est-à-dire que nous sommes tous, indistinctement, dans le tragique. Et donc avant de se prendre pour des poussières d'étoiles - poésie séductrice maléfique -, réalisons qu'on est basiquement un corps formé de poussières... de la terre ! Et que par la réalité qu'est notre condition adamique déchue, nous y retournons plus sûrement qu'on ne devient une étoile.
En tout cas, il en est ainsi de notre dimension charnelle, après seulement quelques décennies. Or, qu'est-ce que même 100 ans face à l'éternité ?
Et encore qu'est-ce que le corps, si ce n'est qu'un support, un moyen, un véhicule, biodégradable et recyclable***, dont nous - en tant que moi-je psychique** ou ego -, sommes la part consciente la plus essentielle ?
Or, le cinéma et autres romans même à connotation psychologique, ne traite que très très peu de l'âme en la considérant tout autre que le corps, et surtout de ce qu'est son devenir éternel ! On est poussés à rechercher à se délecter d'effets spéciaux, d'actions furieuses, plus que du sens holistique (générique) qui constitue notre raison d'être ici…

Alors oui, réveillons encore, réveillons nous de l'illusion séductrice et/ou de la torpeur qui s'appesantissent sur notre monde (civilisations) finissant et sur nos âmes qui ne savent pas ce que sera leur demeure d'outre-tombe ! Sommes-nous là pour nous extasier ou attendre seulement les scènes filmées les plus explosives ou dénudées, les suites de sagas réelles ou controuvées, les derniers tubes, les concerts où se rendre ou les reprises nostalgiques !
Ne laissons pas le cinéma ou tout autre écran faire écran, nous faire leur cinéma, faisant de nous la proie d'une immense illusion collective qui ne fait qu'une autoroute monumentale à une gouvernance mondiale… qui ne pourra être que menée (au plus haut) par des démons, et jusque par Satan lui-même. Ce qui veut dire impérialisme globalisant, dictature, totalitarisme désidentifiant, comme il n'y en a jamais eu sur terre. Ne nous laissons pas jouer du violon pendant que tout brûle, s'enlise ou se délite autour de nous, et de plus en plus jusqu'en nous. Pourquoi ?

Nous, vous, avez de grands intérêts (à commencer) à voir que le dieu de ce monde n'est pas "le Bon Dieu" ! Bon sous-tendant qu'il y a aussi un Mauvais, un Méchant dieu ! Celui qui s'est acquis le droit de dominer tout le genre humain, célébrités et riches ultra-milliardaires comme les autres.
Cet ennemi de Dieu et de chacun de nous est appelé Satan par Jésus... qui parle aussi ouvertement de la réalité des démons, des esprits maléfiques. Ceux qui séduisent et trompent par exemple les religieux jusqu'à les pousser à faire crucifier le fils unique de Dieu, ou à organiser des inquisitions, ou à perpétrer des attentats.
Et puis ceux qui sévissent et font souffrir les méchants mais aussi ceux qui veulent faire le bien : Pourquoi Daniel Balavoine meurt jeune dans un accident d'hélicoptère alors qu'il amène des pompes pour aider des africains déshérités ? Pourquoi Coluche meurt accidentellement alors qu'il crée Les restos du cœur ? Pourquoi Thierry Le Luron meurt à 34 ans ?
Pourquoi les morts non-naturelles d'Elvis Presley ou Mickaël Jackson, Jean-Luc Delarue ou Johnny Hallyday, Patrick Dewaert ou Jo Dassin et combien d'autres en rien que quelques décennies ?...
Pourquoi la mort tout court ?

Il faut connaître les réponses à ces questions qui ne sont mystères que pour ceux qui ne veulent pas savoir ! Et pourquoi ne voulons-nous pas savoir ce qui nous concerne au premier chef… et pour l'éternité ?
Quel sera le sort de mon âme si je ne fais rien pour savoir ? Suis-je si primaire que je ne cherche qu'à tirer quelques bons moments ici ou là d'une existence foncièrement problématique, et dont rien ne dit que ma conscience va s'arrêter avec la mort physique ? Oui c'est ainsi que j'ai été moi aussi, car on est tous et toujours largement à côté de ce qui fait l'essentiel de TOUT le Réel, déjà par naissance adamique?

 

De nombreux témoins sont désormais visibles ou audibles sur le net**** ayant vécu des expériences dites de "mort imminente" (en abrégé EMI ou NDE), qui racontent ce qu'ils ont vu et entendu, certains dans ce qu'on appelle le Paradis (ou Royaume de Dieu), d'autres dans un lieu de tourments des plus abominables…
Et pour revenir au cinéma - car bien sûr il n'est pas question de condamner le cinéma (la littérature ou la musique…) comme mauvais en soi -, vous pouvez aussi voir le film "Et si le Ciel existait", qui relate l'histoire - vraie - d'un petit garçon transporté au Ciel et qui en rapporte ingénument des connaissances plus que troublantes.
Cela pour dire encore une fois - car c'est aussi mon histoire -, que si le Dieu véritable (incréé, éternel et bon) existe, en exil de nos existences chaotiques (c'est-à-dire de manière naturellement voilée), il reste cependant un Dieu connaissable et qui veut que nous le connaissions.
Que reste-t-il donc entre ce fait et ce que nous sommes ?

Un espace qui est comme un voile, un mur ou un abîme, qui est encore temporairement franchissable, par une porte - selon que Jésus a dit en être le point de passage et qu'il en a frayé le chemin en laissant ses mains et des pieds être cloués sur un instrument de supplice.
Cet espace qui nous sépare et coupe de Dieu et d'une vision éclairée du Réel, est fait de notre liberté de faire des choix et de prendre des décisions nous concernant, d'ignorances ou de méconnaissances existentielles et essentielles, et encore de non-expériences sensibles, aux plans physique (de guérison divine, miraculeuse), psychique (de révélation, vision, expansion de conscience, connaissance biblique), ou encore spirituel (naissance et croissance en relation avec l'Esprit-Saint*****).

Alors bien sûr que le monde que nous expérimentons existait, bien que nous ne pouvions pas le voir et le croire tant que nous n'étions qu'embryon, fœtus, enfant à naître ! Avec la face cachée du Divin, c'est tout simplement la même chose ! C'est pourquoi Jésus dit à un maître religieux de son temps : Il faut naître de nouveau, naître spirituellement, pour entrer en contact avec ce qui est de Dieu…

à suivre...
En attendant, cherchez... et soyez béni-e.

__________
* Dans cette version (Breathless), on perçoit bien les moments où le "héros" bascule de son insouciance et superficialité naturelles dans des comportements conduits non plus par lui-même, mais par un démon.

** Psychique : du mot grec psuché, qui désigne l'âme

*** Le corps physique (ou plus précisément physiologique) est recyclable en ce que Dieu, dans tous les cas, le ressuscitera, soit lors d'une première résurrection introduisant pleinement les véritables croyants dans la réalité d'un Royaume éternel de Dieu (Paradis), soit lors de la seconde et dernière résurrection pour l'ultime jugement (Apocalypse 19.).

**** Aussi parce que Jésus a dit qu'il n'y a rien de caché qui ne viendra un jour ou l'autre à la lumière. Il a aussi dit à Thomas qui ne voulait pas croire sans voir - et pour qui Jésus est quand même revenu pour se montrer percé et ressuscité : "Heureux ceux qui croient sans voir". Ce qui veut dire que tous, de toute façon, nous verrons clairement ce qu'il en est de Dieu et des jugements, mais qu'il est bien préférable d'avoir, de désirer, de développer dès maintenant une foi vivante, qui connaît Dieu de manière spirituelle - par l'Esprit -, plutôt que d'avoir une simple croyance religieuse de tradition - seulement au plan de l'âme, alors qu'on est encore mort spirituellement.

***** L'Esprit de Dieu est appelé Esprit-Saint ou Saint-Esprit, car il est d'une part le seul qui soit saint (pur, éternel, infini et parfait en tout), et d'autre part pour le distinguer de multitudes d'autres esprits que sont notamment les anges déchus, (désormais démons dont Satan est le leader), sortis de la sainteté originelle qui était leur partage.

 

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2018 2 02 /01 /janvier /2018 20:59

Fin d'année : Réveillon - Nouvelle année : Réveillons-nous !

Quand on ne sait pas que Dieu existe, on fait librement beaucoup de choses honteuses…Les fêtes (officielles ou qu'on s'accorde) en sont souvent l'occasion (ou une occasion de plus), surtout l'alcool et son pouvoir désinhibant aidant.

Et puis vient-on à réaliser que Dieu existe, on est comme sortant d'un étrange rêve, si vrai qu'on l'avait pris pour toute la réalité ! Et tout à coup on peut avoir honte, ou très honte, sans savoir comment réparer, couvrir, effacer ce qu'on a laissé derrière soi ! On a pu se dévêtir de manière impudique devant des convives, des enfants ! Ou raconté quelques-unes de ces histoires graveleuses qui n'attendent que ce genre d'occasions arrosées pour sortir de leur boîte…
On a pu être un-peu-beaucoup trop lourd (entreprenant, voire sexuellement pressant) auprès de la compagne d'un ami ou d'un cousin, voire céder à une aventure adultère (dont l'effet peut aller jusqu'à la conception d'un enfant ! ...).
Bien sûr encore dans cet hémisphère, manger jusqu'à trop-plein et peut-être courir vomir dans les toilettes (quand on a le temps d'y arriver)… Sans oublier la vieille querelle familiale qui resurgit à partir d'une parole de trop ! Ou encore un regard concupiscent qui provoque une vraie jalousie !
...Et vous pouvez ajouter ce que vous avez vu ou vécu perso dans ce registre de vérités de ce qu'on est tout au fond, de ce qu'on est parfois (quand la conscience est grisée) et qu'on ne peut pas toujours cacher !... Et les femmes ne sont pas forcément en reste - d'autant qu'on les veut ou qu'elles se veulent égales aux mâles dans tous les domaines…

Alors bon départ dans les starting-blocks cette première semaine de 2018 !? Pas toujours évident, malgré les "vœux les plus sincères" et la bonne volonté qu'on voulait manifester ! Certes la gueule de mélèze ou la crise de foie est peut-être déjà passée, mais êtes-vous surtout sorti-e de la crise de foi !?
Heureusement, pour réparer nos bavures, pour remédier à nos manquements coupables, pour remettre les compteurs à zéro - et pas seulement des écarts ou excès, voire de l'impiété de la fin d'année -, oui heureusement il y a un Dieu vivant !
Un Dieu qui sait tout - forcément ! -, mais surtout qui est toujours disposé et capable de pardonner quiconque d'entre nous se repent, celui ou celle qui admet amèrement sa ou ses fautes, et veut désormais vivre tout autrement sa vie - et ses fêtes. Oui, dans son amour, ce Dieu qui sait de quoi nous sommes faits, peut venir au secours de toutes nos faiblesses, comme aussi des méfaits causés par nos forces malignes.

Alors pour commencer cette nouvelle année de la meilleure façon possible, si vous pouvez avoir honte un moment de ce qui s'est passé d'inavoué, de peu glorieux, lors de ces fêtes ou encore au cours de l'année écoulée, c'est déjà une très bonne chose !
Il suffit ensuite à demander pardon à Dieu de tout son cœur, et de vouloir, avec sa force à lui mise en nous, mener la suite de votre existence autrement vis-à-vis de ce qui est mal - aux yeux de votre propre conscience et de Dieu lui-même, de sa justice et de l'amour pur dont il voudrait que nous nous aimions. On peut se demander : Quelle image de Dieu ai-je donnée, ai-je laissée, autour de moi ?...

Pour que Dieu puisse vous pardonner et que cela devienne franchement bénéfique pour vous, il peut aussi falloir considérer comment vous êtes en ce moment même, par rapport à toutes les personnes que vous connaissez : Y en a-t-il une ou plus à qui vous en voulez ? A qui vous ne pardonnez pas pour ce qu'elle vous a fait (ou pas fait) ?...

Il faut comprendre là que Dieu pardonne nos offenses (nos fautes, nos manquements, tous nos péchés), si nous-même pardonnons à qui nous a fait du mal. Et s'il arrive que c'est devenu pour nous comme une impossibilité de pouvoir pardonner, la grâce de Dieu envers nous est encore qu'il peut libérer notre cœur si nous voulons, malgré cette impossibilité, pardonner.
Car si nous voulons entrer dans la dimension du pardon, nous n'avons pas toujours le pouvoir de le faire. Mais Dieu peut venir ici aussi à notre secours. C'est important car le pardon est une puissance qui libère, en premier celui qui pardonne…
"Demandez, et vous recevrez", dit Jésus dont les paroles ne passent pas. Que ce soit le pardon de vos fautes, ou la force pour pardonner. Sans passer par ses "cases départ", il va être bien difficile en 2018 encore, de connaître le meilleur, d'éviter ou de surmonter les écueils qui ne manqueront pas de survenir jusqu'à nous rendre peut-être l'existence exécrable.

Dieu a le meilleur pour chacun et chacune, adulte ou enfant : Il est amour, et le sacrifice de Jésus* a été le moyen par lequel nous pouvons être rendus juste, sans péché, devant sa face. Croyez-le, bénéficiez-en, et faite-le savoir à ceux que vous aimez.
Prier, c'est seulement parler à Dieu. Venez à lui tel/le que vous êtes, et vous ne le resterez pas définitivement dans des choses maléfiques et/ou honteuses qui font obstacles à votre paix personnelle et relation vivante avec le Dieu que Jésus est venu mettre à notre portée de cœur...

Commencer l'année par une bonne demande orientée vers le Ciel, c'est mieux que la commencer par des souhaits ou bonnes intentions dans lesquelles vous ne tiendrez pas ! Avec pour objectif de dire un jour comme l'apôtre : "Mon désir ardent et mon espérance sont que je n'aurai (plus) honte de rien..."
Pour vous guider dans une prière de paix avec Dieu.

Soyez encouragé-e dans la foi et béni-e de manière miraculeuse.

Libre  - Il est là

___________
* Quelle nouvelle !...

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2017 4 07 /12 /décembre /2017 09:05

Idole des jeunes - Bête de scène - Talent fou -
Instinctif - Courage - Engagement - Intelligence de comportement - Combattant -
Homme hors du commun - Invulnérable....... mais aujourd'hui..
un corps mort ! SEULEMENT !?...

 

Si la mort de Johnny peut avoir pour ceux qui l'ont apprise un effet au moins aussi important que ses chansons ou ses concerts, c'est bien maintenant cela l'ESSENTIEL ! Le comprenez-vous ?

Avec cette croix, ce crucifié qu'il portait en image sur sa poitrine, n'a-t-il pas plus que jamais quelque chose de primordial à interpeler chez nous, à faire réagir en vous ?

Oui on pleure, et j'ai eu en écrivant cette émotion qui monte du fond de moi, le cœur sensible touché. Mais encore ?

Qu'en est-il de nos âmes quand le corps se refroidit, se raidit et bientôt va retourner à la poussière d'où il a été tiré et formé à l'origine par le Créateur ?
Qu'en est-il maintenant que son corps est tombé, de Johnny ?
De son âme qui contient et qui est le plus essentiel, le moi-je Jean-Philippe Smet Johnny Hallyday, cette personne qu'il avait la conscience d'être, le plus réel et durable de lui-même ?

Où est Johnny quand on lui adresse des messages désormais ? Quand Michel Drucker lui dit qu'on se reverra, qu'est-ce que cela signifie ? Que la mort physique n'est pas la fin de la personne ? Qu'ils avaient l'un et l'autre la foi qui sauve* l'âme telle que la Bible en parle ? Si c'est cela, ce n'est malheureusement pas explicite, dit ouvertement ? Ou est-ce une illusion qu'on s'invente en la circonstance pour se consoler ? Ne croyez-vous pas qu'il faut savoir !?

Il ne s'agit pas de croire au Père Noël, cette invention belle mais démoniaque - qui trompe la crédulité des enfants, qui tue en eux la racine du principe de la foi, pour qu'ensuite ils ne croient pas plus à ce qui est vrai qu'à ce qui est faux !?

Il ne s'agit pas de se leurrer comme chantait Michel Polnareff : On ira tous au paradis !
Sur la base de quoi ? De quelle justice divine qui ne saurait être bafouée ?...

Il ne s'agit pas de croire au quotidien en l'évolutionnisme néo-darwinien - cette hypothèse darwinienne devenue doctrine athée dont il n'y a jamais eu aucune preuve scientifique ! -, et puis, quand un être cher disparait, on se met à croire que ça ne peut pas finir comme ça ! D'un coup on passe d'une croyance en des hasards créateurs producteurs de néant, à une croyance en une immortalité qu'ils seraient bien incapables de créer !

Ô que la mort de Johnny serve maintenant à chercher et trouver LA réponse à cette énigme !

Il s'agit de savoir s'il y a réellement une perdition de l'homme, et donc aussi un Dieu qui rachète nos fautes - quand nous les lui confessons, quand nous lui demandons pardon*.

Il s'agit de ne pas avoir qu'un passé ! Qui après nous va seulement alimenter des souvenirs, voire du commerce, ici avec des enregistrements vidéo - déjà préparés depuis quelque temps, tenus sous le coude ! - qui soudain envahissent les écrans ! Seulement un passé qui, quant à nous, quant au défunt, passerait où ?...

Il est plus juste de croire autrement ! Il s'agit de regarder que nous avons tous un avenir, un devenir qui est un mystère terrible tant qu'on n'a pas abordé sérieusement cette question de la mort !
Sommes-nous seulement de la matière qui se décompose ? Pourquoi alors penser, espérer, ressentir, qu'on va retrouver un défunt ? C'est absurde, de cette absurdité dont Sartre a écrit ; "L'univers sans Dieu, sans raison d'être est absurde dans son ensemble et dans ses parties."
C'est tout à fait vrai ! Mais c'est une philosophie de la mort si on en reste là ! Par contre si de là, on reprend la recherche à partir de l'hypothèse qu'il y a un Dieu préalable à tout, alors l'absurde fond, et des perspectives s'ouvrent comme des paysages panoramiques là où il n'y avait que des dunes de désert, des sommets inatteignables, ou des vallées trop sombres. Le sens en nous vient d'abord du postulat accepté qu'il y a un Dieu, existant et à connaître. C'est pourquoi Jésus a dit : "Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus..."

 

Pour moi, ayant été un temps incroyant, du camp des athées-agnostiques, puis touché par Dieu pour que je me mette à regarder ailleurs et autrement, il est devenu évident que tout a du sens - dont je n'ai pas forcément toujours la compréhension -, pourvu que notre croyance en Dieu, en un au-delà de la mort physique, repose sur des connaissances avérées !
Or, il en existe : la pérennité et l'accessibilité quasi universelle de la Bible, les témoignages de millions et de millions de chrétiens l'attestent : On peut savoir plein de choses sur Dieu, sur notre condition de mortel coupé de Dieu, et sur le moyen d'une véritable paix et réconciliation avec ce Dieu qui nous a créés libre et attend de nous des réactions personnelles aux stimuli du Réel - dont la mort n'est pas des moindres.

Aussi cherchez maintenant plus que jamais, si vous ne savez pas encore comment relationner effectivement avec Dieu ! Ce n'est pas toujours facile, mais connaissez-vous quelque chose qui ait quelque valeur qu'il soit facile d'acquérir honnêtement, sans difficulté ?

Ah que la mort de Jojo vous réveille pour trouver vous-même le chemin du ciel non-atmosphérique, du ciel spirituel qui un jour paraitra dans toute son évidence : Pour le moment, c'est par la foi que nous le rejoignons, en esprit... et un jour avec un corps ressuscité**, comme Jésus l'a fait, précédant ceux qui veulent croire comme lui et en lui. Lisez la Bible ! (en commençant peut-être par le Nouveau Testament)..

 

Nota : Le départ de Jean d'Ormesson, éclipsé par l'éclat médiatique donné par préférence à la star de la chanson, aurait donné un article sur le fond similaire. Oui, les étoiles humaines meurent comme celles du ciel atmosphérique, pour finir dans des trous noirs aspirant impressionnants pour les plus grosses.
Mais pour quelle destination ? Pour quel recyclage ? C'est là que nous devons apprendre et savoir car "que servira-t-il à un homme de gagner le monde entier, s'il perd son âme ?37 Que donnera un homme en échange de son âme ?38 En effet, dit Jésus, celui qui aura honte de moi et de mes paroles au milieu de cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l'homme aura aussi honte de lui quand il viendra dans la gloire de son Père avec les saints anges." (Bonne Nouvelle ou Évangile de Jésus-Christ).

Faites ce qu'il faut pour être sauvé-e !

(article annexe : les 5 types de mort et encore...
_____________________
* 1 Jean 1
** Versets qui font référence à la destination des croyants élus par leur foi personnelle au Christ.
Mais cela ne se finira pas encore là ! Car la Bible révèle bien d'autres événements consécutifs... dont la disparition de la mort et de tout mal et l'apparition d'une terre et d'un ciel nouveau...

 

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 08:35

Tu as (encore) une conscience ?
Tu as une religion !?...
Malheureux ! Malheureuse ! Une religion comme notre conscience ne peut que te condamner ! Car une religion est donnée pour convaincre tout être humain qu'il est pécheur, pécheresse, c'est-à-dire coupable devant Dieu ! N'as-tu pas ce sentiment, qui revient régulièrement, voire obsessionnel, de culpabilité ? C'est tout à fait normal, et il faut avoir l'honnêteté de le reconnaître... si du moins on veut passer à un autre moyen de - bien - vivre sous le regard de Dieu...

Coupable donc parce que si quelqu'un essaie de suivre sa religion du mieux possible, il va TOUJOURS faillir à un moment ou à un autre, dans un domaine ou un autre. Pire ! il va se trouver confronté à un problème récurrent, à une force qui ne le quitte pas et le pousse toujours à pécher de la même manière. Ce qui est complétement incompatible avec l'obéissance que réclament la religion et la satisfaction qu'on pourrait apporter à Dieu.

Cela parce qu'une loi religieuse comme celle de notre conscience, peut tenir d'une perfection que ne peut suivre, imparfait que nous sommes, aucun d'entre nous. Et comment une telle loi nous donnerait-elle la force qui nous manque, puisqu'on est tous pécheurs, séparés de Dieu et sans force vis-à-vis du bien véritable, incapables de nous présenter propre par nos propres moyens devant un Dieu qui est SAINT ?

Coupable aussi parce que si on ne suit une religion que de loin, à la légère, sans se soucier de tout ce qu'elle exige, on est un mauvais croyant, un-e hypocrite, quelqu'un de malhonnête vis-à-vis de Dieu lui-même.

Dans tous les cas, on manque à des commandements, à des pratiques, on n'est pas soumis comme il faudrait, et donc on reste coupable, condamnable, ce qui signifie "l'enfer" au bout de cette route. (Enfer dont d'ailleurs déjà de ce côté-ci du Réel, quelques "flammes" viennent par moment nous lécher les pieds ou les mains ou les pensées, pour que nous réalisions en quoi une vie qui n'est pas couverte (agréée, protégée) par Dieu reste sujette aux effets des mondes infernaux).

C'est d'ailleurs exactement le même problème quand on n'a pas de religion ! Car on a tous une conscience personnelle, qui est une loi de moralité que Dieu a placée en l'homme. Le problème, c'est que Dieu impose le moins possible ses voies sans notre assentiment, ce qui veut dire que nous pouvons faire taire notre conscience. Ne pas l'écouter ou la suivre, et pire la piétiner. D'ailleurs la culture ambiante dans laquelle nous évoluons peut même être tellement anti-Dieu, qu'elle travaille à endormir notre conscience, à nous la faire transgresser - en appelant notamment bien ce qui est mal...

Mais si on se montre honnête, si on reconnaît devant Dieu qu'on est un croyant (ou un incroyant) assez minable, voire misérable, incapable de fidélité, de sérieux avec Dieu et/ou avec ses semblables, irrécupérable par nous-même, alors le Dieu vivant peut venir à nous et nous manifester sa grâce, nous placer sur le chemin d'une vraie relation avec lui.
Si donc aussi l'agnostique ou l'athée n'a pas la paix, est en butte à une culpabilité qu'il ne comprend pas, ou est tenu par la crainte de la mort, qu'il ne cherche pas ou plus à refouler d'une (mauvaise) manière (ou d'une autre), Dieu n'est pas loin de pouvoir lui venir en aide. (Marc 2.16,17)

Car c'est une RELATION que Dieu veut établir avec nous, et la religion - n'importe laquelle - ni notre conscience morale - surtout si elle est vive -, ne sont que des moyens mis à notre disposition pour que nous réalisions
- combien nous sommes insuffisants par rapport au bien véritable, à l'amour et à sa pérennité,
- perdus quant au sens de tout ce qui nous arrive - et par rapport à la réalité de Dieu -,
- combien par ce moyen d'une obéissance servile à des pratiques, on ne peut être ni heureux ni fidèle - car Dieu nous a créés pour la liberté et veut nous rendre libres du péché (qui nous habite et attriste) ET de la religion même (qui nous le montre et nous condamne).

Et le Seigneur-Dieu en a assez qu'on soit - qu'on joue ! -
- pour l'impie à l'humaniste, au gars ou à la fille bien, alors qu'on est égocentré-e au possible, intêressé-e dans tout ce qu'on fait, même bénévole ;

- pour le croyant qu'on joue trop mal au pauvre pécheur, toujours triste ou contrit, hypocrite ou faussement humble, sans ressource pour se changer soi-même, qui bat sa coulpe plus qu'il ne donne gloire à Dieu !

Le Seigneur-Dieu en a assez, parce que par ailleurs IL A TOUT ACCOMPLI pour que nous puissions ÊTRE CHANGÉS, pour vivre une vie et des expériences heureuses
- avec lui, par lui, par SON Esprit, en son Esprit,
- dans la grâce qu'il nous a sauvés, et donc qu'on n'a plus à faire d'efforts méritoires ou quelques mortifications pour se sauver ou se sanctifier soi-même,
- vivre l'expérience de ce salut divin non fondé sur la base de nos mérites, de nos efforts, de notre humanisme, de notre religiosité, pour être quelqu'un de bien.

Telle est la bonne Nouvelle qu'est l'Évangile de Jésus-Christ qui s'est donné lui-même, jusqu'à la mort de la croix, pour nous amener à Dieu sans autre intermédiaire que lui-même et sans condition que notre foi.

"Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu.9 Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie." Lettre aux Ephésiens, chap. 2.

"Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation.20 Nous faisons donc les fonctions d'ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous ; nous vous en supplions au nom de Christ : Soyez réconciliés avec Dieu ! 21 Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu." 2e Corinthiens chap. 5.

Prière de réconcliation et paix avec Dieu

Que le Dieu de toutes grâces vous attire lui-même dans celle majestueuse opérée par lui-même par la mort du Christ Jésus pour le salut éternel (de l'âme) de QUICONQUE croit.

Êtes-vous un de ces "QUICONQUE" pour qui Jésus a donné sa vie ? Il suffit alors de remplacer en conscience et de coeur QUICONQUE par VOTRE PROPRE NOM et/ou PRÉNOM, pour entrer au bénéfice de cette grâce :
"Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque - ........................ - croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.17 Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.18 Celui qui croit en lui n'est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu." Bonne Nouvelle selon Jean chap. 3.

Ainsi
autant notre rachat de la force du mal qui nous habite et des forces occultes démoniaques qui veulent nous asservir ne nous a rien coûté à son origine - don gratuit de la vie, des souffrances et de la mort de Jésus -,
autant il dépend de nous pour l'activer en notre faveur, que nous croyons. "
Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton coeur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé.10 Car c'est en croyant du coeur qu'on parvient à la justice, et c'est en confessant de la bouche qu'on parvient au salut, selon ce que dit l'Écriture."

Ainsi "nous avons, au moyen du sang (de la crucifixion) de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire (céleste de Dieu)20 par la route nouvelle et vivante qu'il a inaugurée pour nous au travers du voile, c'est-à-dire de sa chair.
21 et puisque nous avons un souverain sacrificateur (Jésus seul médiateur entre Dieu et nous) établi sur la maison de Dieu,22 approchons-nous avec un coeur sincère, dans la plénitude de la foi, les coeurs purifiés d'une mauvaise conscience, et le corps lavé d'une eau pure." Hébreux chap. 10.

"vous vous êtes approchés... de la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, des myriades qui forment le choeur des anges,23 de l'assemblée des premiers-nés inscrits dans les cieux, du juge qui est le Dieu de tous, des esprits des justes parvenus à la perfection,24 de Jésus qui est le médiateur de la nouvelle alliance, et du sang de l'aspersion qui parle mieux que celui d'Abel.25 Gardez-vous de refuser d'entendre celui qui parle ; car si ceux-là n'ont pas échappé qui refusèrent d'entendre celui qui publiait les oracles sur la terre, combien moins échapperons-nous, si nous nous détournons de celui qui parle du haut des cieux...""

"Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, 2 Dieu, dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils, qu'il a établi héritier de toutes choses, par lequel il a aussi créé le monde,"

Et donc comme nous ne pouvons pas sauver notre âme par la religion ou par notre humanisme, mais pouvons nous sauver par notre foi, sachons où elle se trouve, au principal :
"
Frères, le voeu de mon coeur et ma prière à Dieu pour eux (les croyants qui n'ont qu'une religion pour couverture), c'est qu'ils soient sauvés.2 Je leur rends le témoignage qu'ils ont du zèle pour Dieu, mais sans intelligence :3 ne connaissant pas la justice de Dieu, et cherchant à établir leur propre justice, ils ne se sont pas soumis à la justice de Dieu ;4 car Christ est la fin de la loi (des religions), pour la justification de tous ceux qui croient.5 En effet, Moïse définit ainsi la justice qui vient de la loi : L'homme qui mettra ces choses en pratique vivra par elles.6 Mais voici comment parle la justice qui vient de la foi : ... La parole est près de toi, dans ta bouche et dans ton coeur. Or, c'est la parole de la foi, que nous prêchons.9 Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton coeur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé.10 Car c'est en croyant du coeur qu'on parvient à la justice, et c'est en confessant de la bouche qu'on parvient au salut, selon ce que dit l'Écriture :11 Quiconque croit en lui ne sera point confus.12 Il n'y a aucune différence, en effet, entre le Juif et le Grec (tous les hommes), puisqu'ils ont tous un même Seigneur, qui est riche pour tous ceux qui l'invoquent.13 Car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé.14 Comment donc invoqueront-ils celui en qui ils n'ont pas cru ? Et comment croiront-ils en celui dont ils n'ont pas entendu parler ? Et comment en entendront-ils parler, s'il n'y a personne qui prêche ?15 Et comment y aura-t-il des prédicateurs, s'ils ne sont pas envoyés ? selon qu'il est écrit : Qu'ils sont beaux Les pieds de ceux qui annoncent la paix, De ceux qui annoncent de bonnes nouvelles ! 16 Mais tous n'ont pas obéi (reçu par la foi) à la bonne nouvelle. Aussi Ésaïe dit-il : Seigneur, Qui a cru à notre prédication ? 17 Ainsi la foi vient de ce qu'on entend, et ce qu'on entend vient de la parole de Christ."

 vous de croire ! C'est le deal - tout à notre avantage - divin. C'est une alliance, qui tient du mariage ou d'une amitié profonde, pour entrer dans l'éternité de bonheur de Dieu. Il nous l'offre à signer.
Jésus l'a signé avec son sang.
Nous en disant : Oui, je crois Seigneur. (Viens au secours de mon incrédulité).

 

Partager cet article
Repost0
27 juin 2017 2 27 /06 /juin /2017 11:58

Si Dieu ne s'était révélé,
je serais resté mû par des déterminismes innés et inculqués
qui n'ont vertu que de nous accidenter toujours un peu plus,
sans recul pour voir de manière globale,
sans approche pour discerner des points significatifs (signes),
laissé inachevé en un chantier sans queue ni tête,
mort au devenir le meilleur...
qui peut s'atteindre par Grâce et une avancée authentique (ou inversement).

¤

Les animaux sont faits de déterminismes (dits) naturels. Et pour eux, cela marche plutôt bien...

Les êtres humains ont été faits plus libres, puisque capables de se donner les uns aux autres des déterminismes culturels.
Et pour nous, ça marche plutôt mal !

Parmi les pires animaux sauvages, lesquels ont plus que nous la capacité de meurtre, de filouterie, de démolition de son environnement, d'exploitation de son semblable, de barbarie... ?
 quoi est du ce mal ? ... et l'aveuglement qui va avec ?

L'homme moderne avancé en culture crie encore : Vive l'autodetermination de soi ! Mon corps m'appartient ! Mon âme, j'en ai pas !...

Et l'homme post-moderne ? Incroyant ou partagé, bipolaire (exalté ou déprimé), largement insatisfait, cherche à inventer, en solution buvable allégée, sous-cutanée ou aisément cérébralisable, toujours plus de déterminismes culturels dont s'affubler.
Cela
a) au lieu d'admettre le fond de notre inhumanité, notre misère - toute personnelle et par conséquent collective -, impuissance à nous construire et à bien gérer la terre.

Nous voilà Homo sapiens-sapiens-sapiens*+ - pour reprendre (ironiquement et significativement) la phraséologie évolutionniste - redevenant homo erectus**.
Dans le même temps que la désolidarisation de l'articulation naturelle liant fonction sexuelle et procréation, apparaît progressivement une culture toujours plus mortifère. Une sorte de persistance inéluctable dans la voie de notre extermination, signant et cosignant un peu partout des arrêts de morts imminentes.
Par compensation (principe typiquement humaniste) on se veut protecteur de la nature, la destruction d'un oeuf d'aigle, d'un bébé phoque ou la cueillette de certaines plantes étant sévèrement punies.
Parce que notre conscience toute perso est tourmentée, nous tient par un juste sentiment de culpabilité. Mais se faire grâce à soi-même, est une fausse solution, illusoire, jamais longtemps apaisante : de l'anesthésie à l'euthanasie de notre conscience où est la ligne blanche (ou verte ou rouge) ?
Or Satan et ses démons actifs parmi nous dans l'invisible, veulent cette mort, qui leur permet de faire même possiblement d'un citoyen lambda (ordinaire, apparemment au-dessus de tous soupçons, socialement intégré, "de souche" ou de l'immigration) un terroriste ou un famillicide (il faut bien inventer le mot), un suicidaire ou autre agent de maux "éclatants" ou des plus subtils (manipulation, propagande, arnaque...). 

b) Ces évolutions non-naturelles s'amplifient à notre encontre, sauf, avant que notre entêtement obscur ne devienne plus cuisant encore, à considérer personnellement la venue ou le retour à Dieu comme l'ultime recours en grâce.
Comme le moyen de notre préservation (présente et éternelle) et réformation (psychique et spirituelle) toute individuelle.

... Encore faut-il qu'on soit suffisamment lucide sur soi, se jugeant parvenu au bout de nos tentatives d'y arriver - arriver à quoi ? - par nos capacités propres... ou pas propres du tout.

Avec un peu d'humilité et les moyens utiles nécessaires***, on commence par balayer devant sa porte. Ce qui demande qu'on voit dans quel état est le devant - et le dedans - de notre porte.

"Malheur à vous (tous) hypocrites ! parce que vous ressemblez à des sépulcres blanchis, qui paraissent beaux au dehors, et qui, au dedans, sont pleins d'ossements de morts et de toute espèce d'impuretés."

"Jésus leur (nous) dit : Vous aussi, êtes-vous donc sans intelligence ? Ne comprenez-vous pas que rien de ce qui du dehors entre dans l'homme ne peut le souiller ? 19 Car cela n'entre pas dans son coeur, mais dans son ventre, puis s'en va dans les lieux secrets, qui purifient tous les aliments. 20 Il dit encore : Ce qui sort de l'homme, c'est ce qui souille l'homme. 21 Car c'est du dedans, c'est du coeur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres, 22 les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l'orgueil, la folie. 23 Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans, et souillent l'homme."

Et balayer devant (dans) sa porte, c'est entretenir régulièrement un état de propreté, comme on a à veiller sur les niveaux de notre voiture, sur les mauvaises herbes dans notre jardin, sur le sérieux de notre travail...

¤

Pourquoi n'enseigne-t-on pas ces vérités basiques, fondamentales, primordiales, à l'école de la république ? En quoi la laïcité est-elle tenue de soustraire les élèves - comme les enseignants, dans leur formation formatante - aux vérités de base de la connaissance de soi ?
Pourquoi écouter et enseigner Rousseau***** qui déclare l'homme bon par nature, plutôt que d'enseigner en se fondant sur l'observation de soi-même et les apports de Christ comme le rapportent Marc et la Bible ?
Pourquoi enseigner Nietzsche qui n'arrive pas à triompher des tourments de sa propre âme jusqu'à finir dément dans un asile ?
Pourquoi, là où doivent être alimentées la réflexion et l'intelligence par la découverte du sens, enseigner l'existentialisme de Sartre (ou de Camus) alors qu'il a conclu lui-même que sans Dieu, sans raison d'être, l'univers entier et toutes ses parties n'est qu'absurdité ? 

Bonne réaction. Demandez à Dieu qu'il se révèle à vous.

______________
* sapiens latin signifiant savant, raisonnable, qui a démontré de l'intelligence

** erectus signifie dressé, debout, d'où érection...

*** moyens utiles nécessaires à un retour à Dieu :
- la connaissance selon Dieu : Paroles de Jésus et d'autres témoins**** innombrables de la véracité de ses paroles, soit tous les écrits et autres messages audio ou vidéo en nombre incalculable, anciens et récents, qui ne sont pas en contradiction avec ce que Jésus est venu dire,
- et la foi en la rédemption offerte par Dieu aux pécheurs/pécheresses repentants.

**** mon témoignage

 

Partager cet article
Repost0
23 juin 2017 5 23 /06 /juin /2017 07:21

Les lois religieuses comme celle de notre conscience morale
sont avec la loi amorale qui habite notre âme
comme chien et chat :
une dualité antagonique que ne peut résoudre qu'une transcendance... divine.

suite de l'article commencé ici

Ainsi une forme de notre vie en société - le plus souvent héritée, traditionnelle plus que vivante et vivifiante en elle-même - est appelée à être dépassée, non par l'abandon (apostasie) ou l'agnosticisme ou l'athéisme ! - mais par notre réponse à une meilleure offre faite par Dieu lui-même.

C'est ce qu'avait compris Descartes, qui nous l'a dit depuis longtemps ainsi : "Pour atteindre la vérité, il faut une fois dans sa vie se défaire de toutes les opinions qu'on a reçues, et reconstruire tout à nouveau tout le système de ses connaissances."
Ce qui est vrai
- qu'on soit né et qu'on ait été (comme lui) formaté sous une loi religieuse (n'importe laquelle),
- ou qu'on ait été fabriqué par une culture fondée sur l'incroyance - dont l'essentiel est existentiellement  absurde, comme l'a conclu Jean-Paul Sartre*.

  
QUELLE POSSIBILITÉ DE SORTIE !?
Bien différemment donc que
- de suivre une loi religieuse de manière laborieuse et ingrate (ce qui n'apporte jamais la paix et une relation sensible avec Dieu)
- ou de transgresser sans cesse sa propre conscience (jusqu'à dramatiquement finir par la faire taire),
ce que Dieu nous offre comme substitut à ces deux cas d'échec, c'est que nous passions
     - de la domination du péché qui nous habite - loi amorale s'il en est - (comme on l'a compris)
     - à sa grâce libératrice - ce qui est d'un tout autre ordre. C'est une toute autre expression de la justice divine dont dans tous les on ne peut pas se départir...
Là où la loi ne fait que réclamer de nous, sans nous procurer la force nécessaire pour tenir dans le bien, la grâce de Dieu et son acceptation de notre part vont nous donner accès à la force qui nous manque pour une vie honnête et sans faux-semblants, par une communication - don, gratuit, enthousiaste - de l'Esprit même de Dieu.

Comment cette transition - énergétique pourrait-on dire - se passe-t-elle? La suite du dernier verset cité nous le dit : "...nous étions sous l'esclavage des rudiments du monde.4 mais, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d'une femme, né sous la loi,5 afin qu'il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous puissions recevoir l'adoption de Dieu."

Pour recevoir Jésus comme la Parole de Dieu faite chair afin de nous délivrer de la puissance du péché et du diable, il faut que nous soyons arrivé personnellement au terme de la démarche religieuse, savoir réaliser que par notre religion nous ne pouvons atteindre Dieu, le satisfaire, lui plaire, entrer dans son ciel éternel et ses projets pour aujourd'hui et futurs...
C'est ce que signifie le verset lu plus haut : "Par la loi que je suis mort à la loi, afin de vivre pour Dieu."
Car on ne veut vivre sous deux types de justice ! On ne peut servir deux maîtres à la fois. Ce qui nous est encore expliqué ainsi :
"Ignorez-vous, frères, - car je parle à des gens qui connaissent la loi -, que la loi (notre religion) exerce son pouvoir sur l'homme aussi longtemps qu'il vit ?2 Ainsi, une femme mariée est liée par la loi à son mari tant qu'il est vivant ; mais si le mari meurt, elle est dégagée de la loi qui la liait à son mari.3 Si donc, du vivant de son mari, elle devient la femme d'un autre homme, elle sera appelée adultère ; mais si le mari meurt, elle est affranchie de la loi, de sorte qu'elle n'est point adultère en devenant la femme d'un autre.4 De même, mes frères, vous aussi vous avez été, par le corps de Christ, mis à mort en ce qui concerne la loi, pour que vous apparteniez à un autre, à celui qui est ressuscité des morts, afin que nous portions des fruits pour Dieu.5 Car, lorsque nous étions dans la chair, les passions des péchés provoquées par la loi agissaient dans nos membres, de sorte que nous portions des fruits pour la mort.6 Mais maintenant, nous avons été dégagés de la loi, étant morts à cette loi sous laquelle nous étions retenus, de sorte que nous servons dans un esprit nouveau, et non selon la lettre qui a vieilli."

2 - LA FOI VÉRITABLE DÉPASSE ET ENGLOUTIT LES RELIGIOSITÉS SPIRITUELLEMENT INOPÉRANTES
Cet autre fondement de Justice Divine, celui de la grâce avec pardon effectif de toutes nos fautes quand nous tombons (offenses, transgressions, péchés, travers, dépendances, pratiques perverses...), s'appuie non plus sur nos oeuvres, mais sur ce que nous croyons, concernant Dieu et ce qu'il a fait pour nous faire échapper à la justice religieuse dont les démons et Satan sont souvent les agents d'exécution iniques et les principaux bénéficiaires.

Ainsi lisons-nous : "C'est par la loi que je suis mort à la loi, afin de vivre pour Dieu."
Ce qui pose le fondement nouveau :
     a) sur le seul mérite de ce que Jésus a fait quand, de Parole éternelle de Dieu, il est venu prendre vie dans une chair semblable à la nôtre, pour mourir à notre place.
Non plus loi du talion - qu'il a acceptée de laisser complétement tombée sur lui plutôt que sur nous tous -, mais loi de substitution, d'expiation et de propitiation. C'est la justice rédemptrice qui se substitue à l'ordinaire universel ; qui nous offre comme un asile, une tour de défense, la solution légale qui libère des légalismes impossibles à vivre correctement... sans la réception et force du seul Esprit saint...

     b) sur notre foi toute personnelle en Jésus-Christ.
"Que dirons-nous donc ? Les païens, qui ne cherchaient pas la justice, ont obtenu la justice, la justice qui vient de la foi,31 tandis qu'Israël (et tous ceux qui pratiquent religieusement), qui cherchait une loi de justice, n'est pas parvenu à cette loi.32 Pourquoi ? Parce qu'Israël (et d'autres religions à la suite) l'a cherchée, non par la foi, mais comme provenant des oeuvres. Ils se sont heurtés contre la pierre d'achoppement,33 selon qu'il est écrit : Voici, je mets en Sion une pierre d'achoppement Et un rocher de scandale (Yeshoua, Jésus), Et celui qui croit en lui ne sera point confus."

"Car chose impossible à la loi, - parce que la chair la rendait sans force -, Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché,4 et cela afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l'esprit.5 Ceux, en effet, qui vivent selon la chair, s'affectionnent aux choses de la chair, tandis que ceux qui vivent selon l'esprit s'affectionnent aux choses de l'esprit.6 Et l'affection de la chair, c'est la mort, tandis que l'affection de l'esprit, c'est la vie et la paix ;7 car l'affection de la chair est inimitié contre Dieu, parce qu'elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, et qu'elle ne le peut même pas."

"Car Christ est la fin de la loi, pour la justification de tous ceux qui croient.5 En effet, Moïse définit ainsi la justice qui vient de la loi : L'homme qui mettra ces choses en pratique vivra par elles.6 Mais voici comment parle la justice qui vient de la foi : Ne dis pas en ton coeur : Qui montera au ciel ? c'est en faire descendre Christ ;7 ou : Qui descendra dans l'abîme ? c'est faire remonter Christ d'entre les morts.8 Que dit-elle donc ? La parole est près de toi, dans ta bouche et dans ton coeur. Or, c'est la parole de la foi, que nous prêchons.9 Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton coeur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé.10 Car c'est en croyant du coeur qu'on parvient à la justice, et c'est en confessant de la bouche qu'on parvient au salut, selon ce que dit l'Écriture :11 Quiconque croit en lui ne sera point confus.12 Il n'y a aucune différence, en effet, entre le Juif et le Grec (toutes les ethnies), puisqu'ils ont tous un même Seigneur, qui est riche pour tous ceux qui l'invoquent.13 Car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé."

On appelle cet aspect de notre relation avec Dieu la justification, ce qui signifie que notre foi en qui est Jésus et en ce qu'il a fait pour nous en donnant sa vie, nous rend juste... sans que nous ayant sans cesse à vouloir l'être par nos propres efforts.
La Bible présente Abraham comme étant le "père de la foi", c'est-à-dire le premier des êtres humains qui fut considéré juste par Dieu en raison de sa foi. Ainsi de la même manière chaque chrétien peut plaire à Dieu - devenir héritier de sa vie éternelle - de la même façon qu'Abraham crut, comme il est expliqué ici :
"Les héritiers le sont par la foi, pour que ce soit par grâce, afin que la promesse soit assurée à toute la postérité, non seulement à celle qui est sous la loi, mais aussi à celle qui a la foi d'Abraham, notre père à tous, selon qu'il est écrit :17 Je t'ai établi père d'un grand nombre de nations. Il est notre père devant celui auquel il a cru, Dieu, qui donne la vie aux morts, et qui appelle les choses qui ne sont point comme si elles étaient.18 Espérant contre toute espérance, il crut, en sorte qu'il devint père d'un grand nombre de nations, selon ce qui lui avait été dit : Telle sera ta postérité.19 Et, sans faiblir dans la foi, il ne considéra point que son corps était déjà usé, puisqu'il avait près de cent ans, et que Sara n'était plus en état d'avoir des enfants.20 Il ne douta point, par incrédulité, au sujet de la promesse de Dieu ; mais il fut fortifié par la foi, donnant gloire à Dieu,21 et ayant la pleine conviction que ce qu'il promet il peut aussi l'accomplir.22 C'est pourquoi cela lui fut imputé à justice.23 Mais ce n'est pas à cause de lui seul qu'il est écrit que cela lui fut imputé ;24 c'est encore à cause de nous, à qui cela sera imputé, à nous qui croyons en celui qui a ressuscité des morts Jésus notre Seigneur,25 lequel a été livré pour nos offenses, et est ressuscité pour notre justification."

Après quoi, nous avons à rester saint-e - ce qu'a fait de nous le pardon de nos péchés -. C'est alors ce qui s'appelle la sanctification.

c) La sanctification est complémentairement la façon dont nous vivons dans ce monde sans nous (laisser) séparer de Dieu. Elle dépend de ce que Dieu a fait pour nous ET de notre façon de vivre "en nouveauté de vie", sous ou dans l'influence de l'Esprit et non plus sous et dans la domination de la loi du péché qui procure la mort (spirituelle).
La bonne mesure ou l'étalon de la marche avec Christ :
"Ne jugez point, afin que vous ne soyez point jugés.2 Car on vous jugera du jugement dont vous jugez, et l'on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez.3 Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l'oeil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton oeil ?4 Ou comment peux-tu dire à ton frère : Laisse-moi ôter une paille de ton oeil, toi qui as une poutre dans le tien ?"

Règle effet boomerang : "O homme, qui que tu sois, toi qui juges, tu es donc inexcusable ; car, en jugeant les autres, tu te condamnes toi-même, puisque toi qui juges, tu fais les mêmes choses."

"Je me suis tenu en garde contre mon iniquité.24 (18 : 25) Aussi l'Éternel m'a rendu selon ma droiture, Selon la
pureté de mes mains devant ses yeux.
25 (18 : 26) Avec celui qui est bon tu te montres bon, Avec l'homme droit tu agis selon la droiture,26 (18 : 27) Avec celui qui est pur tu te montres pur, Et avec le pervers tu agis selon sa perversité.27 (18 : 28) Tu sauves le peuple qui s'humilie, Et tu abaisses les regards hautains."

 

COMMENT JÉSUS A-T-IL FAIT CHANGER LE RÉGIME ET L'EXERCICE DE LA JUSTICE DE DIEU ?
En se substituant à celle qui se fondait sur les pratiques ou oeuvres d'obéissance. Il a accompli une oeuvre exceptionnelle, unique, inimitable, parfaite, comme on va le lire à la suite.

à suivre...

Venez à Jésus pour être sauvé-e et gardé-e et conduit-e.
Que sa bénédiction en ce jour vous soit partagée de manière sensible.

___________
* JP Sartre dut convenir du pourquoi de l'absurde - et donc aussi de l'absurdité de sa propre philosophie - : "L'univers sans raison d'être, sans Dieu, est absurde dans son ensemble et dans ses parties."

 

Partager cet article
Repost0
21 juin 2017 3 21 /06 /juin /2017 07:16

La bénédiction de l'Eternel-Dieu nous rend (dans l'absolu, mais notre imperfection ne se réforme pas d'un coup de baguette magique) imperméable au mal comme les plumes du canard : elles figurent la nécessaire connaissance dont on a à être instruits pour être d'autant mieux
gardés...

suite de l'article ici

Réalisons-nous que nous pouvons choisir la qualité de notre existence ? Cela ne veut pas dire que nous en aurons seul-e la capacité et la maîtrise, mais que nous sommes chacun coparticipant de notre devenir, au moins au niveau de deux ou trois de nos choix les plus déterminants : Croire ou non qu'il y a un Dieu - Chercher lequel il est parmi les propositions (souvent contradictoires) qui nous en sont faites - Vouloir vivre une existence toujours plus en résonance (reliée, connectée, pertinente) avec le réel et le Dieu vivant et vrai...

En fait, qu'on le sache ou pas, bénédictions et malédictions forment le fond de nos existences à chacun. Conséquences, effets de jugements qui peuvent être... récompenses ou châtiments, globalement ordres ou désordres, sens ou confusion...

BÉNÉDICTIONS OU MALÉDICTIONS
Les bénédictions sont le bien que Dieu nous accorde ou veut nous accorder, et encore le résultat de lois diverses qui répondent à notre obéissance aux lois divines et/ou à notre propre conscience.

Les malédictions sont le résultat (négatif, difficile, douloureux, chaotique...) d'existences développées hors des (ou en opposition ouverte aux) lois-cadres intangibles, notamment morales, posées par le Créateur.

Les bénédictions et les malédictions
- peuvent être un héritage dont les causes peuvent remonter à quelques ou beaucoup de générations. Un package inclus dans notre domaine physique et/ou psychique, livré avec notre existence - ce que TOUS donc nous recevons, plus ou moins heureusement ou malencontreusement ;
- elles sont à la suite les conséquences de nos propres choix, pensées et paroles et actions et réactions. Ce qui peut corriger un mauvais héritage, mais aussi l'alourdir (pour soi et pour la et les générations qu'on peut mettre eu monde).
En ce sens, chacun est tenu par Dieu pour plus ou moins responsable de ses faits et gestes, et donc de ce qui lui tombe dessus comme mal ou comme de bien .

C'est doublement impressionnant, en ce qu'on trouve, on va le voir à la suite, 4 fois plus de malédictions que de bénédictions !
Pourquoi ?
Tout simplement parce que
- d'une part il en faut peu pour être heureux ! Jésus a résumé le fait que nous ayons sur nous une religion à l'obéissance à seulement deux commandements : Aimer Dieu, et aimer son prochain comme soi-même... De là les autres bénédictions découlent ;

- d'autre part, nous sommes particulièrement sourds à ce qui nous atteint comme étant des conséquences de nos comportements. Et donc le mal doit souvent être multiplié avant que nous apercevions que Dieu - ou Satan ! - est derrière ce qui nous arrive... autant d'épreuves voulues ou permises dont la finalité est de nous (r)amener au Divin...

Cela s'adresse essentiellement aux juifs qui sont les premiers à avoir bénéficier de la connaissance de la Loi Divine, avec ses avertissements abrupts et ses instructions salutaires.
Mais cela s'adresse à la suite aux populations qui ont connu la Bible, dans le cadre d'une des religions dites chrétiennes ayant suivi l'annonce du message évangélique. Les musulmans sont aussi concernés par cette liste puisque le Coran indique qu'il faut connaître les Livres descendus avant, c'est-à-dire la Torah (Ancien Testament) comme l'Injil (l'Évangile ou Nouvel Testament), car ils transportent "lumière et guidance" pour approcher de Dieu, et nous le faire connaître.

On est avertis par ailleurs que les malédictions peuvent sévir jusqu'à 3 et 4 générations (et plus) après des pères ou mères particulièrement transgresseurs. Et comme on ne connaît pas forcément ce qui s'est passé plus d'un siècle avant nous, dans tous les cas il est bon que nous prenions ces données au sérieux. Cela pour ne pas trop (continuer à) compter sur nos propres capacités à bien faire, alors que des forces qu'on ne voit pas nous tiennent captifs. Mais pour venir nous cacher en Dieu par Jésus-Christ, par la connaissance et par la foi, afin que nous soyons un maximum épargnés - car de très grosses épreuves sont encore à venir et viennent.

APARTÉ MAJEURE
En passant, comprenons que bien des "chrétiens" sont dits persécutés par le monde. Ces persécutions sont terribles et plus nombreuses que les médias nous les rapportent. Or elles frappent souvent des personnes qui sont de confession chrétienne sans être forcément chrétiens - c'est-à-dire nés de Dieu comme développé dans ce chapitre 3 de Jean ou dans ce verset.
C'est un vrai drame de la connaissance et de l'orgueil ou l'inintelligence humaine, qui a fait naître des religions se réclamant toutes de Christ, entretenant des fidèles qui sont catholiques, orthodoxes, protestants, anglicans, luthériens, coptes... sans forcément qu'ils soient bibliquement et spirituellement chrétiens.
Jésus a pourtant parlé au sujet de forces déviantes (maléfiques) de la vraie foi, qui méconnaissent ou modifient les paroles divines et son enseignement justes, jusqu'à former des traditions. Leurs divergences et séparations occultent alors ou empêchent
- la lumière de Christ de mieux se répandre dans le monde,
- et à la vraie vie, de l'Esprit, de transformer les âmes...

C'est ce genre de faux-croyants - mus par des esprits (démons) religieux usurpateurs - qui ont déjà
- lutté contre Moïse quand il s'est agi de faire sortir le peuple de Dieu de l'Égypte ancienne,
- contré et crucifié Jésus
- persécuté les huguenots lors du grand réveil spirituel du XVIe siècle,
- et produisent encore aujourd'hui attentats et persécutions...

Dieu garde d'autant les croyants qu'ils sont nés de lui, connaissent ses vérités fondamentales et pratiquent l'Évangile comme des disciples, sur la base de leur foi plus que sur la vertu de leurs pratiques méritoires et de croyances qui peuvent n'être que de l'idolâtrie...
(je prépare un article sur ce sujet capital).

 

QUELLES SONT LES LOIS DE JUSTICE(s) DIVINE(s) QUI S'APPLIQUENT À TOUS ?

1 - JUSTICE COURANTE OU "ORDINAIRE"
Le fondement "ordinaire" (du genre automatique, prédéfini) par lequel Dieu nous juge, ce sont les oeuvres, c'est-à-dire le bien ou le mal que par nos facultés individuelles nous sommes capables de produire.
Notre disposition adamique accidentée nous fait immanquablement et principalement produire des oeuvres... mauvaises, qui donc nous attirent sous un jugement ou le déclenche.
Il s'agit de toutes nos actions ou réactions, pensées et même paroles regardées au plan de la morale et de la justice, et jugées bonnes ou mauvaises en fonction d'une loi référente qui nous domine. Cette loi peut-être :
     a) religieuse et/ou spirituelle, expression d'une religion ou autre secte sous laquelle on est né ou à laquelle nous avons adhéré.

     b) ou psychique et/ou spirituelle. C'est (la loi de) notre conscience, prédéterminée, développable et escamotable. Elle fait sentir à notre âme ce qui est mal. Ce fondement moral individuel éclaire et juge plus particulièrement les mécréants (ceux qui n'ont ni croyance ni religion qui leur donne une loi, ni l'Esprit de Dieu venu les habiter...).

Selon le canon immuable divin, l'une ou l'autre de ces lois est attachée à qui en dépend comme un époux est lié à son épouse, et vice-versa. C'est dire qu'on est là dans une alliance à la vie à la mort !
C'est là le schéma déterminé auquel personne n'échappe, pas plus qu'au vieillissement ou à la mort.
Plus encore que les désobéissances (transgressions), l'abandon de ce type de loi (apostasie religieuse ou mépris de sa propre conscience morale) est grave comme un divorce - infraction où la liberté qu'on croit gagner se paie en général à un moment ou un autre au prix fort...
Si on abandonne la loi la plus naturelle qui nous incombe pour un autre fondement de vie - pour un autre dieu ! -, cela tient de l'adultère ou prostitution, ce qui ne peut que nous apporter de nouveaux désagréments... après une période rose qui ne peut durer...

En ce sens, devant Dieu, changer de religion ou se trouver une religion qui nous conviendrait, n'est pas une évolution favorable, qu'il peut agréer.
Mais avec le vrai Dieu tout ne s'arrête heureusement pas à l'une ou l'autre de ces formes de justice... dont la finalité ne peut aller plus loin que nous... culpabiliser (à mort) !

ÊTRE VRAI DEVANT DIEU, SURTOUT QUAND ON A UNE RELIGION
Nul ne peut tromper Dieu. Nos apparences ne l'impressionnent pas, et notre duplicité (hypocrisie, faux-semblant, religiosité maligne) ne lui est pas cachée.
C'est pourquoi il nous dit, pour que nous ne restions pas dans un leurre vis-à-vis de nous-même :
"La loi (la religion) produit la colère,"
C'est inévitable ! Créés pour vivre une vraie liberté, comment une loi religieuse (religion quelconque) avec toutes ses exigences, pourrait-elle nous permettre de se sentir libre et nous donner la paix ? Impossible !

En cela, nous avons une explication qui donne de comprendre le mépris, la haine, la hargne de gens religieux à la vue de la liberté qu'ont les incroyants ou autres croyants olé-olé avec leur religion. Cette pensée du rapport à la liberté est un moteur puissant par lequel un ou des démons tiennent des croyants qui sont ignorants du vrai Dieu : Elle pousse à imposer sa religion, sa loi, à aller jusqu'à tuer (ensemble les corps et la liberté) les autres s'ils ne veulent pas porter avec eux leur joug ! Comme si le fait que nous soyons tous sous le même esclavage le rende plus acceptable... 

 

LISTE DE BÉNÉDICTIONS ET DE MALÉDICTIONS
Voyons maintenant ce que peuvent être les bénédictions et - surtout - les malédictions attachées à la pratique religieuse comme fondement de notre relation à Dieu et/ou à l'observation ou non des données de notre conscience.

Le chapitre 28 du livre du Deutéronome (5e livre de la Bible) déclare :

"Si tu obéis à la voix de l'Éternel, ton Dieu, en observant et en mettant en pratique tous ses commandements que je te prescris aujourd'hui, l'Éternel, ton Dieu, te donnera la supériorité sur toutes les nations de la terre.
2 Voici toutes les bénédictions qui se répandront sur toi et qui seront ton partage, lorsque tu obéiras à la voix de l'Éternel, ton Dieu :
3 Tu seras béni dans la ville, et tu seras béni dans les champs.
4 Le fruit de tes entrailles, le fruit de ton sol, le fruit de tes troupeaux, les portées de ton gros et de ton menu bétail, toutes ces choses seront bénies.
5 Ta corbeille et ta huche seront bénies.
6 Tu seras béni à ton arrivée, et tu seras béni à ton départ.
7 L'Éternel te donnera la victoire sur tes ennemis qui s'élèveront contre toi ; ils sortiront contre toi par un seul chemin, et ils s'enfuiront devant toi par sept chemins.
8 L'Éternel ordonnera à la bénédiction d'être avec toi dans tes greniers et dans toutes tes entreprises. Il te bénira dans le pays que l'Éternel, ton Dieu, te donne.
9 Tu seras pour l'Éternel un peuple saint, comme il te l'a juré, lorsque tu observeras les commandements de l'Éternel, ton Dieu, et que tu marcheras dans ses voies.
10 Tous les peuples verront que tu es appelé du nom de l'Éternel, et ils te craindront.
11 L'Éternel te comblera de biens, en multipliant le fruit de tes entrailles, le fruit de tes troupeaux et le fruit de ton sol, dans le pays que l'Éternel a juré à tes pères de te donner.
12 L'Éternel t'ouvrira son bon trésor, le ciel, pour envoyer à ton pays la pluie en son temps et pour bénir tout le travail de tes mains ; tu prêteras à beaucoup de nations, et tu n'emprunteras point.
13 L'Éternel fera de toi la tête et non la queue, tu seras toujours en haut et tu ne seras jamais en bas, lorsque tu obéiras aux commandements de l'Éternel, ton Dieu, que je te prescris aujourd'hui, lorsque tu les observeras et les mettras en pratique, 14 et que tu ne te détourneras ni à droite ni à gauche de tous les commandements que je vous donne aujourd'hui, pour aller après d'autres dieux et pour les servir.

15 Mais si tu n'obéis point à la voix de l'Éternel, ton Dieu, si tu n'observes pas et ne mets pas en pratique tous ses commandements et toutes ses lois que je te prescris aujourd'hui, voici toutes les malédictions qui viendront sur toi et qui seront ton partage :
16 Tu seras maudit dans la ville, et tu seras maudit dans les champs.
17 Ta corbeille et ta huche seront maudites.
18 Le fruit de tes entrailles, le fruit de ton sol, les portées de ton gros et de ton menu bétail, toutes ces choses seront maudites.
19 Tu seras maudit à ton arrivée, et tu seras maudit à ton départ.
20 L'Éternel enverra contre toi la malédiction, le trouble et la menace, au milieu de toutes les entreprises que tu feras, jusqu'à ce que tu sois détruit, jusqu'à ce que tu périsses promptement, à cause de la méchanceté de tes actions, qui t'aura porté à m'abandonner.
21 L'Éternel attachera à toi la peste, jusqu'à ce qu'elle te consume dans le pays dont tu vas entrer en possession.
22 L'Éternel te frappera de consomption, de fièvre, d'inflammation, de chaleur brûlante, de dessèchement, de jaunisse et de gangrène, qui te poursuivront jusqu'à ce que tu périsses.
23 Le ciel sur ta tête sera d'airain, et la terre sous toi sera de fer.
24 L'Éternel enverra pour pluie à ton pays de la poussière et de la poudre ; il en descendra du ciel sur toi jusqu'à ce que tu sois détruit.
25 L'Éternel te fera battre par tes ennemis ; tu sortiras contre eux par un seul chemin, et tu t'enfuiras devant eux par sept chemins ; et tu seras un objet d'effroi pour tous les royaumes de la terre.
26 Ton cadavre sera la pâture de tous les oiseaux du ciel et des bêtes de la terre ; et il n'y aura personne pour les troubler.
27 L'Éternel te frappera de l'ulcère d'Égypte, d'hémorroïdes, de gale et de teigne, dont tu ne pourras guérir.
28 L'Éternel te frappera de délire, d'aveuglement, d'égarement d'esprit,
29 et tu tâtonneras en plein midi comme l'aveugle dans l'obscurité, tu n'auras point de succès dans tes entreprises, et tu seras tous les jours opprimé, dépouillé, et il n'y aura personne pour venir à ton secours.
30 Tu auras une fiancée, et un autre homme couchera avec elle ; tu bâtiras une maison, et tu ne l'habiteras pas ; tu planteras une vigne, et tu n'en jouiras pas.
31 Ton boeuf sera égorgé sous tes yeux, et tu n'en mangeras pas ; ton âne sera enlevé devant toi, et on ne te le rendra pas ; tes brebis seront données à tes ennemis, et il n'y aura personne pour venir à ton secours.
32 Tes fils et tes filles seront livrés à un autre peuple, tes yeux le verront et languiront tout le jour après eux, et ta main sera sans force.
33 Un peuple que tu n'auras point connu mangera le fruit de ton sol et tout le produit de ton travail, et tu seras tous les jours opprimé et écrasé.
34 Le spectacle que tu auras sous les yeux te jettera dans le délire.
35 L'Éternel te frappera aux genoux et aux cuisses d'un ulcère malin dont tu ne pourras guérir, il te frappera depuis la plante du pied jusqu'au sommet de la tête.
36 L'Éternel te fera marcher, toi et ton roi que tu auras établi sur toi, vers une nation que tu n'auras point connue, ni toi ni tes pères. Et là, tu serviras d'autres dieux, du bois et de la pierre.
37 Et tu seras un sujet d'étonnement, de sarcasme et de raillerie, parmi tous les peuples chez qui l'Éternel te mènera.
38 Tu transporteras sur ton champ beaucoup de semence ; et tu feras une faible récolte, car les sauterelles la dévoreront.
39 Tu planteras des vignes et tu les cultiveras ; et tu ne boiras pas de vin et tu ne feras pas de récolte, car les vers la mangeront.
40 Tu auras des oliviers dans toute l'étendue de ton pays ; et tu ne t'oindras pas d'huile, car tes olives tomberont.
41 Tu engendreras des fils et des filles ; et ils ne seront pas à toi, car ils iront en captivité.
42 Les insectes prendront possession de tous tes arbres et du fruit de ton sol.
43 L'étranger qui sera au milieu de toi s'élèvera toujours plus au-dessus de toi, et toi, tu descendras toujours plus bas ;
44 il te prêtera, et tu ne lui prêteras pas ; il sera la tête, et tu seras la queue.
45 Toutes ces malédictions viendront sur toi, elles te poursuivront et seront ton partage jusqu'à ce que tu sois détruit, parce que tu n'auras pas obéi à la voix de l'Éternel, ton Dieu, parce que tu n'auras pas observé ses commandements et ses lois qu'il te prescrit.
46 Elles seront à jamais pour toi et pour tes descendants comme des signes et des prodiges.
47 Pour n'avoir pas, au milieu de l'abondance de toutes choses, servi l'Éternel, ton Dieu, avec joie et de bon coeur,
48 tu serviras, au milieu de la faim, de la soif, de la nudité et de la disette de toutes choses, tes ennemis que l'Éternel enverra contre toi. Il mettra un joug de fer sur ton cou, jusqu'à ce qu'il t'ait détruit.
49 L'Éternel fera partir de loin, des extrémités de la terre, une nation qui fondra sur toi d'un vol d'aigle, une nation dont tu n'entendras point la langue,
50 une nation au visage farouche, et qui n'aura ni respect pour le vieillard ni pitié pour l'enfant.
51 Elle mangera le fruit de tes troupeaux et le fruit de ton sol, jusqu'à ce que tu sois détruit ; elle ne te laissera ni blé, ni moût, ni huile, ni portées de ton gros et de ton menu bétail, jusqu'à ce qu'elle t'ait fait périr.
52 Elle t'assiégera dans toutes tes portes, jusqu'à ce que tes murailles tombent, ces hautes et fortes murailles sur lesquelles tu auras placé ta confiance dans toute l'étendue de ton pays ; elle t'assiégera dans toutes tes portes, dans tout le pays que l'Éternel, ton Dieu, te donne.
53 Au milieu de l'angoisse et de la détresse où te réduira ton ennemi, tu mangeras le fruit de tes entrailles, la chair de tes fils et de tes filles que l'Éternel, ton Dieu, t'aura donnés.
54 L'homme d'entre vous le plus délicat et le plus habitué à la mollesse aura un oeil sans pitié pour son frère, pour la femme qui repose sur son sein, pour ceux de ses enfants qu'il a épargnés ;
55 il ne donnera à aucun d'eux de la chair de ses enfants dont il fait sa nourriture, parce qu'il ne lui reste plus rien au milieu de l'angoisse et de la détresse où te réduira ton ennemi dans toutes tes portes.
56 La femme d'entre vous la plus délicate et la plus habituée à la mollesse et par délicatesse n'essayait pas de poser à terre la plante de son pied, aura un oeil sans pitié pour le mari qui repose sur son sein, pour son fils et pour sa fille ;
57 elle ne leur donnera rien de l'arrière-faix sorti d'entre ses pieds et des enfants qu'elle mettra au monde, car, manquant de tout, elle en fera secrètement sa nourriture au milieu de l'angoisse et de la détresse où te réduira ton ennemi dans tes portes.

58 Si tu n'observes pas et ne mets pas en pratique toutes les paroles de cette loi, écrites dans ce livre, si tu ne crains pas ce nom glorieux et redoutable de l'Éternel, ton Dieu, 59 l'Éternel te frappera miraculeusement, toi et ta postérité, par des plaies grandes et de longue durée, par des maladies graves et opiniâtres.
60 Il amènera sur toi toutes les maladies d'Égypte, devant lesquelles tu tremblais ; et elles s'attacheront à toi.
61 Et même, l'Éternel fera venir sur toi, jusqu'à ce que tu sois détruit, toutes sortes de maladies et de plaies qui ne sont point mentionnées dans le livre de cette loi.

62 Après avoir été aussi nombreux que les étoiles du ciel, vous ne resterez qu'un petit nombre, parce que tu n'auras point obéi à la voix de l'Éternel, ton Dieu.
63 De même que l'Éternel prenait plaisir à vous faire du bien et à vous multiplier, de même l'Éternel prendra plaisir à vous faire périr et à vous détruire ; et vous serez arrachés du pays dont tu vas entrer en possession.
64 L'Éternel te dispersera parmi tous les peuples, d'une extrémité de la terre à l'autre ; et là, tu serviras d'autres dieux que n'ont connus ni toi, ni tes pères, du bois et de la pierre.
65 Parmi ces nations, tu ne seras pas tranquille, et tu n'auras pas un lieu de repos pour la plante de tes pieds. L'Éternel rendra ton coeur agité, tes yeux languissants, ton âme souffrante.
66 Ta vie sera comme en suspens devant toi, tu trembleras la nuit et le jour, tu douteras de ton existence.
67 Dans l'effroi qui remplira ton coeur et en présence de ce que tes yeux verront, tu diras le matin : Puisse le soir être là ! et tu diras le soir : Puisse le matin être là !

68 Et l'Éternel te ramènera sur des navires en Égypte, et tu feras ce chemin dont je t'avais dit : Tu ne le reverras plus ! Là, vous vous offrirez en vente à vos ennemis, comme esclaves et comme servantes ; et il n'y aura personne pour vous acheter.

Ne peut-on pas reconnaître là quantité des maux qui frappent autour de nous, voire qui nous atteignent en ce moment ?
Dès lors, cessons de nous raconter des histoires si on veut être un croyant authentique, sinon ce sont plus de malédictions que de bénédictions que nous allons récolter ! Pourquoi ?

Car Dieu nous explique le mécanisme psychologique que met en oeuvre la religion, et le but qu'il poursuit à partir de toutes les formes de lois religieuses :
"Que dirons-nous donc ? La loi (religion) est-elle mal ? Loin de là ! Mais je n'ai connu le péché que par la loi. Car je n'aurais pas connu la convoitise, si la loi n'eût dit : Tu ne convoiteras point.8 Et le péché, saisissant l'occasion, produisit en moi par le commandement toutes sortes de convoitises ; car sans loi le péché est mort... Ainsi, le commandement qui conduit à la vie se trouva pour moi conduire à la mort.11 Car le péché saisissant l'occasion, me séduisit par le commandement, et par lui me fit mourir.12 La loi (la religion) donc est sainte, et le commandement est saint, juste et bon.13 Ce qui est bon a-t-il donc été pour moi une cause de mort ? Loin de là ! Mais c'est le péché, afin qu'il se manifestât comme péché en me donnant la mort par ce qui est bon, et que, par le commandement, il devînt condamnable au plus haut point.
14 Nous savons, en effet, que la loi est spirituelle ; mais moi, je suis charnel, vendu au péché.15 Car je ne sais pas ce que je fais : je ne fais point ce que je veux, et je fais ce que je hais.16 Or, si je fais ce que je ne veux pas, je reconnais par là que la loi est bonne.17 Et maintenant ce n'est plus moi qui le fais, mais c'est le péché qui habite en moi.18 Ce qui est bon, je le sais, n'habite pas en moi, c'est-à-dire dans ma chair : j'ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien.19 Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas.20 Et si je fais ce que je ne veux pas, ce n'est plus moi qui le fais, c'est le péché qui habite en moi.21 Je trouve donc en moi cette loi : quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi.22 Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l'homme intérieur ;23 mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres.24 Misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps de cette mort ?.."
On va répondre à cette question primordiale. Mais avant, voyons bien ce que Dieu enseigne là.
Il nous dit qu'il y a en nous une force qu'il appelle "le péché", qui est une loi intérieure, inhérente à nous tous, si puissante qu'elle domine sur notre volonté à bien faire. La Bible appelle cela "la loi du péché et de la mort" : c'est ce qui résulte, dans notre âme, de la chute adamique ; c'est une marque psychique qui définit largement ce qu'est notre difficile condition humaine...

"L'aiguillon de la mort (ce qui rend la mort douloureuse), c'est le péché ; et la puissance du péché, c'est la loi."
Il nous est redit là que la religion est le moyen mis en place par Dieu pour que nous réalisions que nous sommes pécheur, c'est-à-dire dominé par une faculté intérieure qui nous pousse à mal faire, d'autant plus que nous voulons faire le bien et/ou plaire à Dieu.

"Tous ceux qui s'attachent aux oeuvres de la loi (à suivre une religion) sont sous la malédiction ; car il est écrit : Maudit est quiconque n'observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi, et ne le met pas en pratique.11 Et que nul ne soit justifié devant Dieu par la loi, cela est évident, puisqu'il est dit : Le juste vivra par la foi.12 Or, la loi ne procède pas de la foi ; mais elle dit : Celui qui mettra ces choses en pratique vivra par elles."
Ici, nous avons à comprendre qu'il y a un dilemme entre avoir une religion et avoir la foi. En d'autre termes, avec une religion on est croyant, on a une croyance, mais Dieu distingue entre
- le fait de croire en s'appuyant sur les observances d'une religion... pour essayer de lui plaire, de l'apaiser envers nous,
- et le fait d'avoir foi en lui... pour nous sauver (et nous donner sa paix).

Er notez bien cette vérité fondamentale dans notre relation avec Dieu : "Quiconque observe toute la loi, mais pèche contre un seul commandement, devient coupable de tous." Pourquoi ?
Parce que Dieu est saint - trois fois saint, dit même la Bible. Dès lors rien de souillé ne peut entrer dans le royaume de sa présence. Aucun péché qui ne soit pardonné.
Si la religion parle de balance et du poids du bien et du mal de nos oeuvres, c'est essentiellement pour que nous réfléchissons maintenant, ici-bas, sur ce que nous faisons. Car la réalité et vérité - bien malin ou hypocrite qui dit y échapper - c'est que le poids de nos fautes sera toujours plus lourd que celui du bien qu'on aura pu faire. Toujours !
C'est là de la part de Dieu un test, une heure de vérité, en consciencen, devant sa fce. Qui peut dire, s'il meurt maintenant, qu'il est en position d'être pesé favorablement ?...

Et donc la solution n'est pas dans cette surenchère - perdue d'avance dit Dieu - où il faut faire moins de mal que de bien, ou plus de bien pour couvrir le mal irréductible... Moins boire ou manger, moins se mettre en colère, être moins méchant, être encore plus religieux, etc... Non !
La solution est dans une repentance sincère, navrée. Dans la vue qu'on est un pécheur/une pécheresse, infidèle, pas capable de plaire à Dieu, indigne de lui, et par là obtenir de sa part un réel pardon de TOUS nos péchés ! La purification intérieure de TOUTES nos souillures. Ce qu'aucune religion ne peut faire : Dieu seul pardonne les coupables qui se confessent et décident d'abandonner - avec Sa force - leurs mauvaises voies.

La Bible dit encore, en utilisant l'image suivante, que le fait religieux - qui prédomine, voire empêche une relation vivante avec Dieu -, est "un rudiment du monde" : "Aussi longtemps que l'héritier est enfant, je dis qu'il ne diffère en rien d'un esclave, quoiqu'il soit le maître de tout ;2 mais il est sous des tuteurs et des administrateurs (lois et pratiques, instructeurs) jusqu'au temps marqué par le père.3 Nous aussi, de la même manière, lorsque nous étions enfants, nous étions sous l'esclavage des rudiments du monde..."
Ainsi une forme de notre vie en société - le plus souvent héritée, traditionnelle plus que vivante et vivifiante en elle-même - est appelée à être dépassée, non par l'abandon (apostasie) ou par l'agnosticisme ou l'athéisme, mais par une réponse autre à une meilleure offre faite par Dieu lui-même.

  
POSSIBILITÉ DE SORTIE !?
Bien différemment donc que de suivre une loi religieuse de manière laborieuse et ingrate - car ne nous apportant toujours pas la paix et une relation sensible avec Dieu -, ce qu'il nous offre comme substitut à religion ou conscience propre, c'est que nous passions de la domination du péché qui nous habite à sa grâce libératrice - ce qui est d'un tout autre ordre, une autre expression de la justice parfaite qu'exige Dieu (dont on ne peut dans tous les cas pas se départir).

Là où les lois semblables, psychique intérieure et religieuse extérieure, ne font que réclamer de nous, sans nous procurer la force nécessaire pour tenir dans le bien, la grâce de Dieu et son acceptation de notre part vont nous donner accès à la force - part de vie - qui nous manque pour une existence honnête (sans faux-semblant, victorieuse sur le péché). Par la communication à notre âme de l'Esprit même de Dieu.
Comment cette transition - énergétique pourrait-on dire - se passe-t-elle?

à suivre...

Que la bénédiction du Dieu très-haut, l'unique, vous soit partagée de manière sensible.

Partager cet article
Repost0
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 18:35

ATLÉTICO DE MARINE vs OLYMPIQUE MACRONNAIS
La finale contestée !?

Cela me rappelle la sinistre déchéance de l'Équipe de France
à la Coupe du Monde en Afrique du Sud, après son injuste qualification
sur une main de Thierry Henry :
Prophétique, prémonitoire, et leçon de l'Histoire ?


 

UN FEU ALLUMÉ !?...
Les citoyens que nous sommes sont sous un feu médiatique, plus qu'informés objectivement des projets des candidats et de leur pertinence. Que cela se passe pour Marine Le Pen comme il en a été pour F. Fillon a de quoi faire rejeter ce vote, hisser le vote blanc.
Mais pas forcément le drapeau blanc !

La force et la subjectivité journalistiques ont privé les citoyens de liberté de conscience. En jouant la carte psy de la peur, au lieu d'aider et d'appeler à la réflexion...
Par peur du résultat !?...

Depuis les (récents) développements de la science psychologique (connaissance des mécanismes actifs et réactifs de l'âme), on peut se demander si sa connaissance n'est pas plus utiliser pour manipuler que pour aider ? Dans cette campagne au moins, on a une réponse.

C'est qu'en tout 78,7 % des électeurs inscrits (54,7 % de votants ailleurs que EM ou MLP + 1,78 % de votes blancs + 22,23 % d'abtenus) ne se sont pas prononcés pour le scénario final sorti du chapeau des urnes !
Et beaucoup - influences directes, insinuations appuyées ou autres manoeuvres peu catholiques (comme on dit) - peuvent aujourd'hui encore avoir le sentiment d'être pris au piège d'une démocratie sortie de ses rails.

DÉMOCRATIE, DÉMOCRATIE, QU'EST-CE QUE LA DÉMOCRATIE ?
J'ai déjà dit que la démocratie n'est
- ni un bien en soi (car ses majorités électives sont souvent le vote d'une minorité et de sa morale spécifique),
- ni faite pour durer longtemps (puisque la Bible annonce qu'au temps "de la fin des nations" (comprendre ce que cela signifie qui nous a été prophétisé), c'est un totalitarisme planétaire qui prend (s'empare de) la terre habitée...

Cela s'est avéré avec le traité de Lisbonne : puis avec quelques passages aux forceps 49-3 pour des lois très conséquentes ; ça semble plus vrai que jamais avec ce dernier vote présidentiel éminemment capital.

Tout cela vise - d'En-haut - à ce qu'on prenne conscience de ce qu'est réellement notre condition humaine - de souffrants et de mortels -, de ce qu'est le Réel (tout compris, Dieu et les démons inclus), et encore les temps dans lesquels nous sommes (prophétisés par la Bible et qui prennent consistance jour après jour sous nos yeux).

Alors avoir peur, OUI ! Quel que soit le lauréat des suffrages exprimés. Car les temps sont mauvais, et ce n'est pas un homme - ou une femme - qui va résoudre ou faire fondre... l'insoluble. Donc comme souvent on va faire avec...
Et mon conseil c'est : On va faire avec... en cherchant la paix et la sécurité personnelle, familiale,* que seul le Dieu véritable peut accorder - indépendamment de nos mérites, sur la base de la foi personnelle - plutôt qu'en cherchant du pouvoir d'achat (pour acheter toujours plus d'appareils superflus qui font surtout - et peut-être même pas - le bonheur d'actionnaires et/ou de milliardaires).

Car "C'est, en effet, une grande source de gain que la piété avec le contentement ;"

On pourrait donc moins lutter pour la démocratie, et davantage pour la... domocratie (du latin domus "maison"), c'est-à-dire pour le gouvernement de sa propre maison...

CE QUE SONT LES VRAIES RICHESSES
Votez en conscience, et recherchez les richesses les plus véritables :
- la paix intérieure et la grâce de Dieu qui s'accordent par la foi au Christ Jésus ;
- la libération de la convoitise qui est un vrai fléau de notre coeur ;
- la foi qui met Dieu à la portée de nos prières pour les exhausser ; qui lui permet de nous transformer face au mal, de nous donner la force de tenir dans la vérité et la justice ; et qui nous rend... éternels !

"Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.
17 Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.18 Celui qui croit en lui n'est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.19 Et ce jugement c'est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises.20 Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient dévoilées ;21 mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses oeuvres soient manifestées, parce qu'elles sont faites dans le regard de Dieu."

Soyez béni-e.

(prière-guide de réconciliation avec Dieu)

____________
* Si on veut croire au vivre-ensemble, il faut être lucide : il ne peut que commencer dans nos maisons, dans nos couples, avec nos enfants... Trêve de vue illusionniste !

Partager cet article
Repost0
4 mai 2017 4 04 /05 /mai /2017 07:29

Dans un monde où l'homme pense pouvoir et veut (se) gouverner sans Dieu, le mensonge est une valeur.
Sinon pourquoi s'en servirait-on dans toutes les sauces ?

Il y a le mensonge direct, formulé avec aplomb, de type "ministre délégué chargé du Budget" - ce n'est pas que celui-ci soit plus pécheur* que les autres, mais c'est un cas d'école clair et connu du plus grand nombre ;
et il y a la tromperie plus sophistiquée, où on esquive les questions, où on reste vague avec emphase, où on dit autre chose que le fond de sa pensée et de ses motivations, où on séduit, où on noie le poisson...

Le mensonge (la menterie disent les canadiens - c'est pas mieux) est une des expressions du libre-arbitre**.

Il est écrit dans le livre-arbitre (la Bible) que c'est une des causes (raisons, origines), petites mais majeures, du mal. Pourquoi ? Parce que mentir sans souci de moralité, sans distinction du bien et du mal, c'est emprunter à l'inventeur du mensonge, c'est faire de nous ses fils, ses filles ! Jésus, autorité éternellement compétente,  l'a dit ainsi : "Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu'il n'y a pas de vérité en lui. Lorsqu'il profère le mensonge, il parle de son propre fonds ; car il est menteur et le père du mensonge.45 Et moi, parce que je dis la vérité, vous ne me croyez pas.46 Qui de vous me convaincra de péché ? Si je dis la vérité, pourquoi ne me croyez-vous pas ?47 Celui qui est de Dieu, écoute les paroles de Dieu ; vous n'écoutez pas, parce que vous n'êtes pas de Dieu.
Ces mots s'adressaient à des religieux. Ils s'adressent toujours à eux, et de la même façon à des politiques... et à chacun de nous.

"Nous avons proféré la violence et la révolte, Conçu et médité dans le coeur des paroles de mensonge ;14 Et la délivrance s'est retirée, Et le salut se tient éloigné ; Car la vérité trébuche sur la place publique, Et la droiture ne peut approcher.15 La vérité a disparu, Et celui qui s'éloigne du mal est dépouillé. -L'Éternel voit, d'un regard indigné, Qu'il n'y a plus de droiture,"

Qui donc à raison, de la Bible qui nous incite - pour notre bien (personnel et collectif) - à ne pas mentir, ou d'une culture sociétale qui n'aborde pas la question du mensonge, accordant par là (aussi) aux esprits mauvais de la dimension spirituelle à dominer sur nous ? 

Ajouter dans ce débat du 3 mai 2017 une bonne dose de médisance, un saupoudrage de mesures - qui ne pourront être tenues par personne -, trois louches d'ego - bio, peu vierges mais de première pression (à chaud comme à froid), et on a déjà l'image de la courbe, non seulement du chômage mais de la paix et du bonheur qu'un (tel) État ou association européenne peut apporter à ses populations.

 

DÉMOCRATIE ET CONFIANCE... EN QUI ?
Dans cette démocratie, outre qu'elle en est de moins en moins une, c'est aux futurs votants à aller à la pêche*, sur internet ou on ne sait pas où, aux vérifications, aux informations exactes, au vrai contenu des dossiers débattus, si, d'aventure, on a encore la volonté de savoir qui dit vrai et qui dit faux !

C'est par là toute la question de la confiance - = foi reposante en qui on se confie -, qui est soulevée. Comment voter quand on n'a plus de conviction véritable - sauf inféodation béate à son candidat-idole ?
Voter par défaut, contre sa conscience, "en se pinçant le nez" comme j'ai entendu un politique le dire !? Outre que toutes nos convictions ne sont pas forcément justes, "agir sans conviction c'est péché, dit la Bible !
Donc de toutes parts on est perdus !
On va être gouvernés par des ordonnances, de type médical, faite par un médecin qui, ne voyant guère que des symptômes, ne connaît pas le mal qui frappe le pays et ses populations. Par un médecin qui s'impose plus qu'on ne le choisit et ne lui fera véritablement confiance.

On est faits comme des rats dans une souricière !
Parce qu'on ne s'est pas souciés nous-mêmes de la vérité et du mensonge.
Parce qu'on a préféré suivre des voies plaisantes, jouir immédiatement plutôt que de résister au mal. Parce qu'on s'est laissés aveugler - à l'encontre de nos capacités d'observation et de réflexion.
Parce qu'on a abandonné Dieu, pour ceux qui avaient eu une instruction religieuse, au lieu de le chercher au-delà, voire malgré telle religion (ou toutes les religions) qui nous cache(nt) sa face (autant que nos propres péchés).

TOUS PERDUS !
J'ai été cet apostat qui, à l'adolescence, a préféré le discours matérialiste séduisant d'un prof de philo plutôt que de vouloir approfondir la foi déjà vivante en moi qui me permettait de voir des réponses à mes prières.
J'ai été ce pécheur qui, plus tard, malgré son retour à la croyance et toute ma bonne volonté pour servir Dieu, n'avait pas la force en lui-même pour marcher dans la bonne spiritualité ou même pour résister à quelques tentations basiques. Car il faut recevoir Dieu (Christ) en nous-même comme force de bien et de vie amplifiée...

C'est qu'on est tous perdus ! Sans exception aucune ! Seul Jésus a marché dans notre monde malade, souillé, corrompu, sans faillir en rien. On ait pris la démocratie pour un bon concept - alors que ce n'est qu'un concept envisageable, ni bon ni mauvais en soi. Et dès lors, comme en tout, ce qui peut être bon pouvant aussi être mauvais, le suffrage universel s'avère un leurre - de plus -, un moyen au service des plus intelligents, mais pas des plus nombreux.
Parce que c'est nous-même qui faisons que même la meilleure nourriture peut devenir un problème énorme, quand on se laisse prendre par la boulimie (quand un plaisir excessif de manger est relayé par un démon qui vient se greffer sur notre psychisme et/ou estomac).
Parce que ce sont des hommes (et quelques femmes) de notre Occident atteint et élevé par les bénédictions christiques, qui ont choisi de "jeter le bébé avec les eaux sales de son bain" - de se cacher de Dieu en évacuant le fait religieux et Dieu lui-même de l'avant-scène des nations.

Et donc les heurts chaotiques qui ne peuvent que suivre l'apostasie ou l'incrédulité des uns, et la religiosité non éclairée d'autres, sont déjà là, dont la finale de cette élection présidentielle. On parle à juste titre d'un vote qui va s'écrire dans l'Histoire, en ce qu'il ne peut plus constituer, comme aux USA, qu'un coup de frein à main tiré contre la mondialisation en marche, ou un pied plus lourd encore sur la pédale d'accélérateur d'un dit "ordre" mondial nouveau qui vient - dont la Bible nous informe depuis longtemps...

ALORS LA FOI !
Il reste la foi, qui toujours n'est efficace qu'étant personnelle. La foi car on a des promesses de Dieu pour les temps difficiles que constituent "le temps de la fin des nations" dont on est avertis, et qui s'opèrent sous nos yeux au jour le jour.

La vraie foi - celle qui met en contact avec Dieu et lui permet de nous accompagner ou couvrir de ses grâces jusqu'au coeur de nos problèmes -  consiste non pas seulement à croire qu'il y a un Dieu qui existe, mais à croire Dieu sur parole. Quand on ne peut plus faire confiance aux humains, on peut placer notre confiance en ce Dieu unique
- qui se révèle à notre coeur quand il est purifié (moyen), de son Esprit à notre esprit,
- qui se voit par ses réponses aux prières et diverses autres interventions, selon que les effets montrent leur cause
- et en ce qu'il nous a communiqué via des serviteurs au cours de 1 500 ans (d'où la toute la Bible).

DANS TOUS LES CAS, EN ROUTE VERS L'ESSENTIEL
En ce sens tout ce qui nous arrive est profitable pour nous approcher de Dieu par qui nous pouvons recevoir et le pardon et la paix immédiats, et l'éternisation de notre existence. Maintenant ce problème politique, dans tous les cas ouvert sur l'instabilité ou la déstabilisation, vient s'ajouter à ce que Jésus a dit à propos de la façon dont nous construisons nos maisons (intérieures) : "C'est pourquoi, quiconque entend ces paroles que je dis et les met en pratique, sera semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc.25 La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont jetés contre cette maison : elle n'est point tombée, parce qu'elle était fondée sur le roc.26 Mais quiconque entend ces paroles que je dis, et ne les met pas en pratique, sera semblable à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable.27 La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et ont battu cette maison : elle est tombée, et sa ruine a été grande."  
La sécurité se trouvera donc, si ce n'est pour la société, au moins pour chacun en fonction de son positionnement pesonnel en vis-à-vis du Dieu qui est.  

Shalom. Soyez béni-e.

______________
* Pécheur, péché, pécher (qui n'a rien à voir avec la pêche à la lgne) : C'est ne pas tenir compte des lois divines, commettre des fautes (morales ou contre (la) nature).
Étymologiquement, c'est manquer la cible - en l'occurrence le bonheur éternel que le Créateur veut nous offrir.
C'est se couper de la réalité et des bontés de Dieu. Voire donc un jour de son éternité paradisiaque si on persiste sans chercher et obtenir le pardon de nos fautes.

** Pour ceux à qui ce terme de libre-arbitre est très cher, si y tenir par-dessus tout, c'est pour se vouloir libre de mentir ou autres pratiques qui nous nuisent, libre à eux, mais comme dit A.Huxley "Les faits ne cessent pas d'exister parce qu'on les ignore." Et Dieu non plus.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche