Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juin 2021 6 19 /06 /juin /2021 13:30

Aucune description de photo disponible.

Voilà une image simple et parlante de notre existence : pour en sortir vainqueur, nous devons franchir la barre placée tout là-haut !

* Cela montre que c'est humainement impossible.
Qu'il y faut bien plus que des forces musculaires, c'est-à-dire de nos capacités psychiques (de connaissance technique, d'intelligence, de volonté, de mental...), et pas que !...

* Comme ce perchiste, nous avons besoin d'une perche.
C'est comme pour franchir un mur trop haut, il ne faut pas avoir rien qu'une échelle trop courte !

* Et pourquoi la barre est-elle si haute ? Par qui a-t-elle été posée ?
Ce qui nous montre que la barre est si haute, c'est deux choses :
   - d'une part tous nos échecs, toutes nos tentatives pour vivre en paix et heureux plus ou moins lamentablement ratées. Et le découragement où l'on n'a parfois même plus envie de vivre : le burnout, la dépression, voire des pensées de suicide :

   - Et ce dernier point (la pensée de se suicider), nous met dirrectemement en rapport avec la seconde réalité qui nous montre que la barre est vraiment trop haute : c'est la mort !
Car franchir la barre avec succès, signifie en fait réussir à vivre toujours, dans la joie de la victoire, cette joie dont on sait bien qu'elle existe quand on gagne, quand on marque un but, quand on bat un record, quand on fait une prestige qui enthousiasme les spectateurs.

* Qui donc a-t-il posé la barre de notre existence qui haute ?
C'est Dieu bien sûr ! Sa volonté a toujours été que nous vivions éternellement ! Il nous faut bien le savoir quand même !
Dieu nous aime et si nous sommes si petits et insuffisants par rapport à son projet d'éternité pour nous, ce n'est pas de sa faute, mais de la nôtre, par le mauvais usage que nous pouvons faire de notre liberté.

Ainsi nous sommes devenus mortels, incapables de conserver indéfiniment notre existence, en nous séparant de Dieu, en sortant des lois et des instructions qu'il a posées pour cadre à un bien-être et bonheur qui pourraient durer tioujours. Et donc, comme quand on se met gravement hors-la-loi (comme un terroriste pris en train de tuer), on est abattu soi-même.
Nous sommes tous, naturellement, dans cette position d'abattus, de vivants-morts, comme des fleurs coupées qui autrement pourraient se renouveler sans fin année après année.

* Et donc comment cependant pouvoir passer la barre des difficultés dominantes et de la mort ?
En trouvant une perche (ou une échelle assez haute pour un mur) et en prenant notre élan avec la tenant fermement pour en recevoir toute la force de propulsion.
Ainsi pour pouvoir être propulsé dans la vie éternelle - une éternisation concrète de l'essentiel de notre existence (ce qu'est notre âme, notre moi donc), Dieu en tant que Père nous a donné Jésus. C'est lui le médiateur, l'intermédiaire qui, tel la perche, nous permet de trouver et connaître la plus extraordinaire de toutes les victoires de la terre : celle de pouvoir continuer à vivre éternellement, sans plus de larmes ni de mort, dans la présence de Dieu et habité du Bien le meilleur, rendu permanent : l'amour.

* Par quelle force se propulser soi-même, à l'aide de la perche toujours suffisante qu'est Jésus ?
Par la foi.
La foi, c'est-à-dire croire avant de voir des effets qui résultent de ce qu'on croit, est la force dynamique (le moteur universel) qui permet toutes les conquêtes :
   - foi du scientifique qui cherche à percer un mystère, à trouver un remède, à développer une invention ;
   - foi de quelqu'un qui monte en avio, se lance pour créer une entreprise ou encore pour fonder une famille...

 Et donc, il n'est pas plus difficile de placer ce ressort de la foi en Dieu, en la capacité de Jésus de sauver notre âme de la mort, que dans un projet qu'on forme nous-même ou dans la parole d'un homme (politique, philosophe, idéologue ou religieux).
Avec Dieu, on est même plus sûr de ne pas être trompé, de recevoir des effets positifs de cette démarche de confiance qu'est une vraie foi.
Pas besoin d'être religieux ou de le devenir ; c'est une question de lumière et de relation entre nous et lui.

* Alors, allez-vous prendre votre élan et faire le saut de la foi qui propulse notre âme jusque dans le Ciel divin ?
Comme le sportif prend ses marques pour se trouver en bonne position pour s'élever, pour assurer sa prestation, nous devons compter avec le chemin à parcourir jusqu'à arriver au pied de la barre et faire le saut qui peut tout changer.

Jésus a déjà dit : "Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Personne ne peut venir au Père céleste qu'en passant par moi" C'est une parole permanente, que nous sommes invités à croire pour prendre notre élan d'appelé à devenir éternel.

* En introduisant Jésus dans notre visée spirituelle la plus haute - la pérennité éternelle de notre âme personnelle), que devient la barre ?
En fait, Jésus est déjà mort à notre place. En ce sens, la barre s'est mise un jour à ressembler à une croix, sur laquelle Jésus a été crucifié pour affronter et vaincre la mort pour nous.
Sur la croix, "Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses...
Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu.
"
"
Si nous disons que nous n'avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n'est point en nous. 9 Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. 10 Si nous disons que nous n'avons pas péché, nous le faisons menteur, et sa parole n'est point en nous."
Voilà bien de quoi nous avons besoin de nous alléger pour sauter haut, pour sauver notre âme d'une vie après la mort qui sera un calvaire.

* Regardez bien cette photo - pas truqyée du tout ! N'est-elle pas aussi une image excellente de ce qu'est LA FOI !? En fait un principe universel qui précède tous les autres, et peut s'appliquer à tout, dont bien sûr la recherche de vérités au sujet de Dieu !...

 

Pour vous aider à vous élancer dans votre premier saut - ou dans une tantative nouvelle -, cliquez sur le lien du guide de prière.

Devenez un vainqueur ! C'est possible pour tous, pour vous aussi, car Jésus a fait l'essentiel de notre établissement en bons termes avec Dieu et l'éternité. Il nous reste ç le croire, à chacun.
Soyez aidé-e dans cette démarche.

 

Partager cet article
Repost0
6 juin 2021 7 06 /06 /juin /2021 15:31

Les EMI ou NDE ne se rapportent pas à l'univers céleste matériel, mais se produisent dans des cieux d'une autre nature, car entièrement de l'ordre psychique et spirituel.

suite de l'article commencé ici <, en complément du chapitre 5 sur "LA ET LES PETITES MORTS"

Dans la mesure où ce type d'expériences de mort imminente - ou plus justement de mort dépassée ou de vie post mortem - a été catégorisé dans l'article précédent; avec le sommeil, comme une "petite mort", il convient ici d'approfondir ce qui concerne, si ce n'est le contenu des expériences (dont chacun peut prendre largement connaissance sur le net), en tous cas ce qui en est dit après le retour d'expérience.

NE PAS AMALGAMER L’EXPÉRIENCE ET LA CONCLUSION QU'ON PEUT EN TIRER

Suite à l'audition ou à l'audio-vision de vidéos sur une ou des EMI ou NDE, on doit toujours distinguer deux choses :

1 - le rapport objectif  des faits : globalement il est significatif de deux "lieux" (sphères, espaces typiquement psychique et spirituel), qui correspondent parfaitement à ce qui est connu depuis l'antiquité et qu'on appelle communément - sans suffisamment de précisions - le paradis et l'ender ;

- L'interprétation subjective de l'expérience qui se fait essentiellement à partir de la connaissance que les personnes ont acquis avant cet événement. Ce qui est toujours une connaissance partielle, avec ses préjugés.
   > C'est le cas où l'opinion préalable est complétement inexistante sur le sujet (cas de personnes jusque-là athée par exemple).
   > La connaissance antérieure peut aussi comprendre une vue spiritualiste erronée, l'expérience étant alors donnée pour redresser la vue non conforme au Réel.
   > l'expérience peut aussi venir conforter une croyance à peu près exacte, la confirmant, complétant, scellant (comme Dieu le fait d'une manière ou d'une autre) dans sa vérité.

D'UNE EXPÉRIENCE AVÉRÉE A SA TRANSMISSION... ALÉATOIRE

De cet état de fait des acquis subjectifs de chacun, justes ou erronés rn tout ou partie, des expérimenteurs, on se trouve rapidement face à deux risques de dommage, pouvant suivre un retour de EMI :

     - Du fait que des extrapolations, des déviations dans la conclusion tirée de ce vécu d'un autre ordre, peuvent déformer le rapport qui en est fait, dans sa conclusion notamment ;

Cela vient du fait que les personnes revenues d'une EMI ne cherchent le plus souvent pas ce qu'on peut savoir par ailleurs (et depuis longtemps) sur la question, et notamment les "vérités", précises, significatives, réellement instructives sur le sujet. On en parle sans savoir assez ce qui est pertinent à dire au delà de l'expérience qui a été a) toute personnelle, et b) unique.
Cela permet bien évidemment d'en témoigner - c'est une des raisons du retour -, mais cela être nourri par une quête de sens de l'expérience, et de l'après mort en général.

     - En second, l'expérimenteur qui revient d'une EMI déduit très souvent de manière totalement naturelle (à notre constitution psychique abîmée) mais non pertinente, que ce qu'il a vécu est ce qui attend tout le monde après la mort.
Ce qui est une extrapolation trompeuse, des plus dangereuses.
        - Ceux qui reviennent qu'un tel "voyage" dans des zones infernales, ont moins tendance à dire cela - ce qui se comprend parfaitement, leur souci devant surtout être personnel, de savoir comment remédier à ce qui leur est ainsi montré.

De là déjà, on peut réfléchir que l'expérience n'est pas un jugement arrêté, ce qui va arriver de manière absolue au moment de la mort plus définitive.
C'est un vrai jugement qui est tombé, mais aussi seulement une image de où nous conduit la trajectoire de vie qu'on s'est mise à suivre depuis un certain temps. C'est là un avertissement solennel de la part du Divin.

        - D'autres sont portés, en tant qu'âmes conscientes, libérées des contraintes charnelles, dans quelque espace paradisiaque régi par le Divin, selon qu'"Il y a de très nombreuses demeures dans la maison du Père (ou Royaume de Dieu)", enseigne Jésus - évangile de Jean ch. 14.1.

Pour ceux-là, généralement, la conclusion est que là où ils ont été, est une réalité merveilleuse, qui baigne dans un amour inouï, où ils retourneront au moment de quitter plus définitivement la terre, et où tout le monde ira, comme de plein droit.
Ce qui est pour l'essentiel en contradiction avec la pensée et les vérités de l’Évangile - Et on sait (ou on devrait savoir) que même une demi-vérité peut avoir des effets aussi néfastes qu'un mensonge évident.

ATTENTION AUX CONCLUSIONS HÂTIVES INFONDÉES, ET DANGEREUSES

Car "le salut" des âmes, qui est notre réconciliation et entrée éternelle en Dieu, n'est pas un automatisme pour tous.
Sinon, ce serait
a) une négation de l'essentiel qu'est un libre-arbitre ou liberté réelle de choix ! Si nous n'avons pas eu le choix de notre naissance, Dieu a fait les choses de manière à ce qu'on ait un choix essentiel, celui de choisir si nous voulons de ma possibilité de vivre éternellement avec lui, dans son giron, dans son univers, ou pas.
Dieu ne s'imposera jamais à personne de manière éternelle et sans retour.

b) une négation de la foi personnelle comme moyen de ce salut ou rédemption ou ré-harmonisation avec Dieu. Une telle vue détruit le fondement de l'alliance proposée par Dieu par la médiation de Jésus qui, sauf preuve du contraire, est la seule qui permet le pardon de nos fautes sans bafouer la justice divine.


Penser ainsi - On ira tous au Paradis ! - est une aberration de vue grave de la part de quelqu'un qui a vécu une EMI. Car on oublie alors qu'avant de vivre cette expérience dans sa forme qui nous révèle un Dieu d'amour, on a été victime d'un jugement sévère à très sévère, qui a été une expression de la justice de Dieu. Car celle-ci doit s'exercer en sanction de comportements récurrents mauvais qu'on n'a changés même après des alertes ou avertissement (voir mon propre accident en page Accueil).

L'AMOUR DE DIEU NE PEUT ÊTRE INCONDITIONNEL !

Ainsi, il est aberrant de séparer l'amour de Dieu de sa justice !**** C'estde la sorte une erreur grave de parler sans discernement de "l'amour inconditionnel de Dieu".
C'est confondre - et semer la confusion - par un amalgame trompeur de deux vérités :

   - la 1ère est qu'effectivement, en lui-même, Dieu est amour. C'est son essence, sa nature, et cela s'expérimente dans sa sphère céleste où règne en maître souverain son amour.
On peut aussi expérimenter certaines degrés de cet amour en étant dans ce corps mortel, quand il décide de nous visiter (occasionnellement, ce que je connais par expériences).

C'est là l'amour qu'est Dieu, sans condition bien sûr vis-à-vis de lui-même, et de tout ce qui vit (des myriades d'anges) près ou loin de lui, en respect et en fidélité dans les ordres et organisations ouvertes qui fondent tout ce qui est divin.

Mais un ange vient-il à sortir des lois-cadres des créations, et d'un coup il sort de l'amour de Dieu, du bien, de la lumière, du beau, sombrant dans tout ce qui n'est pas Dieu.
C'est un jugement sur un mauvais usage de la liberté, usage présomptueux, orgueilleux, motivé par une faute de subjectivité qui veut élever au-dessus de règles infra-structurantes inviolables sans conséquences... ce qui devrait nous amener à mieux réflméchir quand on provoque ou adhère à des réformes législatives qui touchent aux bases des créations de Dieu...

En amont de l'humaine humaine, la Bible nous dit que cela est arrivé, chez les anges et dans notre humanité, ce qui est la cause première de la condition humaine telle que nous la vivons, la subissons, en souffrons...

Ainsi, nous sommes dans la preuve que la vie des créations de Dieu est parfaitement libre,mais d'une  liberté qui peut se perdre par une sortie intempestive des conditions générales de vie (On parle souvent de nos jours de ce genre de liberté liberticide). ;

- La seconde chose, est que sur la terre, nous vivons tous dans la sortie dramatique, la séparation effective d'avec Dieu, d'avec le bien qu'est sa présence, et son amour donc. D'où le mot exister, de la même racine qu'exil, exit en anglais.

Si l'amour de Dieu était inconditionnel sur la terre, pourquoi en serions-nous séparés ? Pourquoi ne le ressentirions-nous que lorsque qu'un jugement sévère nous atteint - c'est-à-dire comme une grâce exceptionnelle, comme une compensation qui vient nous permettre de sortir du schéma de compréhension (du conditionnement psychologique) qui dit seulement deux choses (fausses)  :

     - Soit il y a pas de Dieu, tout est hasard, absurde, sans causalité (hérésie de l'incrédulité, agnostique ou athée) ;

     - Soit Dieu existe mais ce n'est qu'un père fouettard, qui semble bien se plaire à nous faire mal, à nous blesser ou tuer même. Ce qui est une confusion grave entre les personnes du Dieu véritable, "le bon Dieu", et celle du Méchant, le faux dieu de notre monde, cet ange sorti de son rang et s'ayant acquis par la ruse un droit souverain sur le genre humain). Lire le récit du chap. 3 du livre de la Genèse qui explique mieux que tout la terrible origine qui fait toute l’ambiguïté de la condition de notre humanité.

     - Et donc, il nous reste à voir selon une troisième voie, médiane, qui dit que Dieu est amour et justice et sainteté, et que la seule conciliation possible de sa justice - qui doit sanctionner les fautes, sans quoi ce n'est plus de la justice - et son amour (qu'il veut que nous connaissions et dont il veut nous remplir) a dû passer par la crucifixion de Jésus - seul moyen - CONDITION absolument nécessaire ! - par laquelle nous puissions recevoir le pardon de nos fautes qui nous rend pur, saint, comme Dieu est saint.

LA VOIE ET VOIX DE L’ÉVANGILE

Pour la connaître, l'entendre, il faut lire ou écouter les pages formant Le Nouveau Testament (2e partie de la Bible) > lien ici où l'on peut lire ou écouter sur le net.

Que le Dieu véritable vous rencontre dans cette approche des vérités essentielles.

____________
**** L'amour de Dieu sans sa justice est une séduction trompeuse, tout comme considérer la justice de Dieu sans son amour, est un légalisme meurtrier.

Si quelqu'un veut prier pour se remettre à Dieu, ici > une aide

Ici > un film qui parcourt tout l’Évangile

Partager cet article
Repost0
15 mars 2021 1 15 /03 /mars /2021 22:09

Photo de la couverture : Une coccinelle bleue !?
... pour parler du côté surnaturel dont tout ce livre est imprégné. En rapport avec la connaissance de soi, l'actualité, science et foi - fort compatibles -, et comment trouver des solutions à nos problématiques en connaissant Dieu, le vrai, comme dit Blaise Pascal "pas le Dieu des philosophes", ni même celui des religions formées en système qui occulte le Divin plus qu'il
ne permet de l'approcher.

 

Le texte poétique 2 des plus de 50 qui forment (avec un résumé de mon histoire extraordinaire )le corps du livre.

2 – SUBJECTIVITÉS

La subjectivité est élément second du Réel.
Elle nous donne des vues, justes ou fausses,
de ce qui est.


Les lettres, les mots, les sons sont asservis
A qui les emploie à qui les écrit et à qui les lit
Tant pour ne rien dire que pour dire, pour unir que pour trahir,
A qui les conjugue à son être épithète au présent ou à venir.

Ils trouvent ou perdent leur force en des arrangements
Beaux, subtils, vieillissant mal ou nous revigorant,
Poétique par quelle muse qui séduit, qui amuse ou musèle,
Frêle ou terrible comme une femme sans ailes,

Jusqu'à hameçonner de force ou d'illusion
Prosélytes, idolâtres, vies en creux ou en rond,
Rejoignant dans nos vides ou troubles entre-deux
Trop d’échos ou aucun, ou les deux
.

Les langues de bois nous poussent vers les frontières
Qui carapaçonnent sous des fioritures fières
Des tonsures et autres tortures lierres.

Alors parfois, des mots de vie trouvent en derniers
Dans tels bas-fonds des paumés derrière des haies
Des perdus des foutus égarés, des relégués des riches désargentés,
Des absurdes aliénés des Nietzsche religieux ou athées,

Entr'ouvant le Ciel par la force toujours vive jamais surannée
De la vérité.

Vérité, vérités !
Toujours étroites, « sectaires » (le mot ne fait pas peur)
Comme une ligne fait un vers,
Comme des lois font l'univers
Comme on compte trois moins un font deux

Ou encore trois fois un font un... Comme il en est de Dieu.

Sectaires les voies mathématiques,
Sectaires combinaisons chimiques,
Sectaires les règles dans les affaires,
Sectaire un travail, sa valeur, ses horaires,
Sectaires les poids justes et la balance,
Sectaires les hiérarchies et les équivalences,
Sectaires les talents les prédispositons les dons,

Sectaire la mort qui signe la fin du pardon
L'entérinant pour toujours ou le fermant.

Sectaire l'objectivité de ce qui est,
Qui doit prévaloir sur nos subjectivités,
Sectaires beaucoup de choses – bonnes,
Comme le bonheur quand on donne,
Et rien d'étonnant que soit détonante,

Sectaire aussi la voie de Dieu.

 

« Entrez par la porte étroite.
Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent
à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là.
Mais étroite est la porte, resserré le chemin, qui mènent
à la vie, et il y en a peu qui les trouvent. »

Évangile selon Matthieu, ch. 7, vers. 13,14


Partager cet article
Repost0
5 mars 2021 5 05 /03 /mars /2021 21:15

Voulez-vous écouter des Psaumes ?
En cliquant > ici <. Vous avez le choix entre deux voix...

Soyez-béni-e, et priez, aidé par le guide > ici < si vous en ressentez le besoin.
Dieu existe ; il est vivant, et attend que nous venions à lui pour trouver un refuge contre les épreuves... et la vie éternelle.

"Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle. 
Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. 
Celui qui croit en lui n'est point jugé; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu."

Évangile selon Jean, chap. 3, vers. 16,18

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2020 6 05 /12 /décembre /2020 13:44

 

Quel oiseau de mauvais augure est venu sur nous en 2020 ?
Mais il n'y a rien de fatal...

En janvier j'ai présenté mes vœux pour 2020 comme suit... sentant bien que le mal ne pouvait qu'empirer :

"Je vous souhaite bien sûr une bonne année,
Bonne santé, bonheur, amour vrai, prospérité...
Bien conscient que le mal sévit et n'a pas fini
De nous atteindre, de nous rendre le pays gris,
De toucher à nos organes à la morale à la nature
De nous faire oublier qu'on n'est que des créatures...
Et qu'il dépendra de nous, de vous plus que de moi,
De vos valeurs, de vos priorités, de vos choix,
- De votre foi ! -,
Que l'année soit bonne ou imbuvable
Empreinte du Ciel ou épouvantable.

Donnez-vous
Une Bonne Année !"

ET DONC, BILAN A CE JOUR ?
Comment s'est passée votre année ? Épargné-e de la covid ou touché-e ?
Enrichi-e par des réflexions sur l'air du temps
Plus mauvais, plus pollué qu'il y a un an
Ou plus appauvri-e, avec moins d'argent, de vie ?

Pour ma part le Dieu qui est devenu mon Dieu m'a averti dès que j'ai su que la covid avait atteint la France : "Ne crains pas, n'en aies pas peur."
Ce qui a été un combat parfois pendant quelques semaines avant que je me repose sur cette parole céleste reçue en Esprit : la foi est toujours un combat, comme l'écrivit l'apôtre Paul à un jeune croyant :
"Combats le bon combat de la foi, saisis la vie éternelle. C’est à elle que tu as été appelé et c’est pour elle que tu as fait une belle profession de foi en présence d'un grand nombre de témoins.13 Devant Dieu qui donne vie à toute chose et devant Jésus-Christ qui a rendu témoignage par sa belle déclaration face à Ponce Pilate, je te commande14 de garder le commandement reçu (d'aimer Dieu, les autres et la vérité) en vivant sans tache et sans reproche jusqu'à l'apparition de notre Seigneur Jésus-Christ. (Car il est annoncé que Jésus doit aussi revenir, pour nous sortir des embarras croissants et bientôt insurmontables).
15 Cette apparition, le bienheureux et seul souverain, le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs, la révélera au moment voulu.16 Il est le seul à posséder l'immortalité, lui qui habite une lumière inaccessible et qu’aucun homme n'a vu ni ne peut voir. A lui soient l'honneur et la puissance éternelle." 1ère lettre à Timothée, ch. 6, vers. 12...

Il nous faut parfois  - ou souvent - des épreuves, des coups d'arrêt, des ruptures dans notre existence courante, qui nous arrêtent car on ne nous à jamais dit (ou nous oublions en marche) que nous (ne) sommes (que) des créations de Dieu. Des créatures par cette vie qu'on a reçue gratuitement, mais seulement en tant que prêt, et non en toute propriété.

Voilà encore, avec le retour de Noël qui doit - qui devrait - nous parler en priorité de Jésus, et avec les restrictions de mouvements causées par le mal qui rôde, une occasion de devenir un être responsable devant Dieu. Une personne qu'il pourra couvrir de sa grâce, qui sauvera son âme des adversités les plus immédiates et des tourments qui précèdent une fin dernière de soi (la perte de notre conscience personnelle).

QUE VAUT UNE MOITIÉ DE BILLET ?...

Ainsi, on peut comprendre que notre vie présente n'est en somme qu'une moitié de billet (que ce soit de 5, 10, 20, 50, 100 ou 500 euros) !
Que vaut une moitié de billet ? 
La moitié de la valeur inscrite ? Faites l'expérience avec un commerçant !
Une moitié de billet ne permet rien d'acheter !
Il faut donc ajouter - impérativement - à cette existence provisoire - et avant qu'elle finisse -, la moitié qui manque. La seconde moitié que Dieu tient en réserve et peut délivrer à quiconque voudrait bien pouvoir vivre éternellement. A quiconque veut entrer définitivement dans son projet glorieux.

Vivre éternellement ne signifie pas continuer à vivre les galères de la présente création, en pauvre, souffrant, jamais vraiment vainqueur ou heureux, insécurisé, etc...
La vie éternelle que Dieu nous offre est une vie qui commence à s'expérimenter ici-bas et qui se poursuivra sans fin dans une prochaine création physique qu'on appelle Paradis ou Royaume de Dieu.

...ET DONC L'AUTRE MOITIÉ ?...

Ce qui manque à notre existence à tous pour en faire une vie personnelle comme Dieu l'a conçue, bienheureuse et éternelle, est entre ses mains à lui, mais il dépend aussi de nous - de vous si cela n'est pas encore fait - qu'on reçoive ou pas cette part.

Pour cela, rien de compliqué ! Une procédure accessible pour le plus grand nombre.
Il faut d'abord entendre, savoir ce que Dieu veut que nous sachions : "Car la foi vient de ce qu'on entend et ce qu'on entend vient des paroles envoyées par Dieu." Lettre aux Romains ch. 10, vers. 17

Savoir quoi ?
Que nous vivons ici naturellement séparés de Dieu : "Car tous ont péché (fait du mal) et sont privés de la glorieuse présence de Dieu."

Pour sortir de cette séparation qui nous laisse soumis au temps qui passe et nous use et à la mort, Dieu a fait le nécessaire :
"
Car, lorsque nous étions encore sans force, Christ, au temps marqué, est mort pour des impies.7 A peine mourrait-on pour un juste ; quelqu'un peut-être mourrait-il pour un homme de bien.8 Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous."

Voilà la nouvelle à la fois terrible et bonne qui est une part essentielle, primordiale - pour le coup CRUCIALE (mot de même racine que croix) - qui manque à la partie du billet qu'est notre existence terrestre : "Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation....21 Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu."
C'est l'explication de la crucifixion et de la mort unique de Jésus, le Christ (Messie) de Dieu.

QUE RESTE-T-IL A FAIRE ?

"Crois au Seigneur Jésus et tu seras sauvé (toi et ta famille)".

"Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.17 Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.18 Celui qui croit en lui n'est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.19 Et ce jugement c'est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises.20 Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient dévoilées ;21 mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses œuvres soient manifestées, parce qu'elles sont faites selon Dieu."

Ainsi "Le salaire du péché, c'est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur."

Vous avez compris : Notre part - la plus importante que nous puissions prendre dans ce monde en faveur de notre propre vie -, c'est LA FOI !
"
Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu.9 Ce n'est point par nos œuvres, afin que personne ne se glorifie."

Et comment entrer dans la vertu déculpabilisante, libératrice et régénératrice du sacrifice de Jésus-Christ ?
"
Si nous confessons nos péchés (avouons à Dieu ce qu'il sait déjà de nos fautes), il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité.10 Si nous disons que nous n'avons point de péché, nous le faisons menteur, et sa parole n'est point en nous."
"Changez de vie, regrettez amèrement le mal que vous avez fait
, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ, pour le pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint Esprit (c'est lui la vie éternelle qui se donne à nous).39 Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera.40 Et, par plusieurs autres paroles, il les conjurait et les exhortait, disant : Sauvez-vous de cette génération perverse."

VOUS SAVEZ TOUT !

Si cela n'a jamais été fait (vraiment), à vous de regarder honnêtement en vous-même et dans ces paroles pour discernez en quoi cela vous concerne et ce que vous devez faire maintenant pour connaître à votre tour la plénitude de vie que le Créateur tient en réserve pour ceux qui aime la vérité au point de participer ainsi à leur rédemption éternelle.

QUE SERA 2021 ?
Comme 2020, cela dépendra aussi beaucoup de vous, de chacun de nous. Mais si vous laissez le Dieu Concepteur et Jésus le Sauveur prendre place dans votre barque, même si des rivières de difficultés veulent vous submerger, ce sera différent. Très différent.

Ici un guide pour vous aider à venir à Dieu, à prier, à lui parler, si vous êtes maintenant dans cette disposition.

Note : POURQUOI DIEU A-T-IL FAIT LES CHOSES AINSI EN DEUX TEMPS ET DEUX CRÉATIONS ?
Parce qu'il nous a créés libres et que l'amour ne s'impose pas.
Notre première naissance en vue de cette existence temporaire n'a dépendu en rien de nous
. On peut même dire qu'on ne l'aurait pas voulu, qu'on ne l'aime pas, qu'il y a des injustices, etc... C'est pourquoi elle n'est que temporaire.

Mais elle est surtout aussi le moyen de rebondir par nous-même comme il est dit précédemment. De rebondir librement, dans un choix personnel responsable, en connaissance de cause. Savoir continuer cette expérience d'être vivant en conscience dans la présence de Dieu.

Le Créateur ne pouvait pas plus nous donner une vie éternelle avec lui (bénie, dans son amour et des bienfaits infinis) que celle-ci. Ç'aurait été aussi nous l'imposer, et éternellement. Or l'amour - ni même d'autres bonnes choses - ne peut pas s'imposer. Il doit être librement consenti. Et donc c'est maintenant, ici, que nous pouvons, que vous pouvez, vouloir croire que Dieu est bon, qu'il est amour, mais aussi sainteté et justice - d'où le besoin de lui confesser nos fautes pour qu'il nous en purifie. Et à partir de cette foi, lui demander la grâce de vous donner son Esprit-Saint pour que s'unissant à votre âme, faisant avec vous une alliance semblable à un mariage (ici on en vit les fiançailles), vous receviez de vivre éternellement.

Guide pour venir à Dieu

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2020 2 01 /12 /décembre /2020 16:58

En ce début de 3e millénaire après Jésus-Christ, des politiciens de tous bords se sont mis à rêver et parle d'une "gouvernance mondiale"... dont bien sûr ils feraient partis.
Malgré la covid qui prend beaucoup de lace, cette idée n'est pas tombée à l'eau, d'une part parce que ce virus plus maléfique que les autres crée des opportunités pour trouver comment on peut agir largement sur les populations, et d'autre part parce qu'elle n'est pas seulement celle de quelques hommes du XXIe siècle avides de pouvoir, mais c'est une idée et une quête qui vient de bien plus loin dans le temps et de bien plus haut dans les sphères d'autorité en action dans notre monde...

SI NOTRE CITOYENNETÉ (DÉMOCRATIE) DEVIENT DE PLUS EN PLUS DIFFICILE A DÉFENDRE, DEVENONS DE MEILLEURS OBSERVATEURS 

Avant d'en partager plus, observons simplement, avec une logique naturelle basique ou mathématique, bref avec bon sens, ce qui suit.
Sans parler des plus de 150 nations qui forment la terre habitée, la gouvernance de l'Union Européenne avec seulement 27 pays n'a pas pu ou cherché à donner pour les tests covid une norme unique quant à "l'amplification" de la matière génétique du virus à détecter. Ne s'agit-il pas pourtant d'une question majeure de santé publique, qui concerne tous les pays membres !?

Et donc certains tests (à amplification les plus importants) vont déclarer positives des personnes qui, testées avec une amplification deux fois moins importante (d'un autre fabricant de test) sont déclarées négatives.

Pourtant c'est très largement une seule et même technique de dépistage qui s'applique dans tous les pays du monde (dit test RT-PCR) > un article explicatif parmi d'autres. Aurait-il donc été si difficile de fixer un nombre d'amplifications étalon, unique, pour mieux suivre la crise ?

Et donc on comprend que plus on a ou on veut avoir à gérer beaucoup, plus faut avoir de capacités de "bonne" réaction.
Et encore que plus le train à conduire à bon(s) port(s) est important, plus les rouages sont nombreux, plus les délais administratifs s'allongent, plus la bureaucratie devient... soviétique !

Même du côté atlantique, on a pu voir cette chose ahurissante : La grand magazine américain LIFE né en 1883 a du arrêter sa publication hebdomadaire à cause de son succès phénoménale ! Malgré les capitaux, les recettes et l’intérêt croissant de millions d'américains, dans les années 70 il a cessé de paraître dans l'impossibilité de tenir la cadence d'impression et de distribution... colosse devenu ingérable.

ILLUSTRATION PLUS TROUBLANTE ENCORE

Mon prof de maths disait "Qui peut le plus peut le moins". Mais quand on ne peut pas gérer le plus, est-ce qu'on peut être sûr que ce qui est moindre peut être résolu de la meilleure manière ?
On a une preuve étonnante que non !

C'est ce qu'on peut voir, encore avec l'Europe car l'Union Européenne est comme un laboratoire d'expérimentation d'une gouvernance élargie*.
Ainsi malgré une vingtaine années d'existence, le large abandon des souverainetés nationales et un financement pour le moins colossal, on est toujours sans avoir pu se montrer unis pour définir la base de l'heure d'été et de l'heure d'hiver !

A cause de la covid, le Conseil européen n’a toujours pas fixé de date pour évoquer le sujet. « Je pense que cela va être un peu compromis pour 2021 », avance une députée verte.

Comment expliquer qu'il y ait si peu de forces pour gouverner convenablement une Europe formant un corps uni ?
C'est que l'être humain n'est pas appelé à cela par son Créateur ! On ne peut même pas gouverner sa propre existence ou famille correctement ! L'ancien leader européen était un alcoolique notoire (ce qui s'est divulgué après son départ).

Dès lors, la pensée impérialiste, de gouvernance la plus élargie possible n'a que deux sources - qui se rencontrent : une vue mégalomane pathologique du côté humain, un orgueil démesuré qui provoque une aberration de vue de soi, et côté des esprits célestes méchants et malins, l'insistance à vouloir prendre le contrôle éternel de la terre et de tout ce qui se trouve.

ENCORE UNE ILLUSTRATION

Illustration que le gigantisme n'est pas la bonne direction pour bien gérer notre part de la terre - et donc notre vivre ensemble. Cela se passe en ce moment aux Etats-Unis avec l'élection ou réélection du Président américain. Malgré toute la technologie développée et déployée, cette opération est des moins sécurisées, et vu l'étendue des espaces et des données, des fraudes énormes sont assez facilement possibles. Au point de renverser un résultat. (On attend la suite des événements à ce sujet). 

Rien que par ces trois exemples, on peut vraiment s'interroger sur la capacité humaine à pouvoir faire fonctionner un seul corps (formé de quelques personnes !?) gouvernant toute la planète habitée !?

Alors qu'on palabre sur la bonne date de l'heure d'été ou sur la surveillance des forces de l'ordre pour être sûr qu'elles ne se montrent pas trop violentes, on réalise rien de la loi sociologique que les forces répressives vont devoir se déployer avec de moins en moins de retenues, et bientôt avec pouvoir de faire taire tout le monde.
Car dès lors que notre ignorance ou méconnaissance des tenants et aboutissants du monde nous tiennent dans une illusion globale et de nous-mêmes, on reste la proie de pensées ou d'invitations séductrices à tel ou tel comportement ou choix, et donc d'entités invisibles qui ne meurent pas et ont déjà agi tout au cours de l'histoire : massacres de la St-Barthélémy ou sous La terreur, en Arménie en 1915-16 et dans de nombreux pays africains, et tout près de nous avec les actes terroristes et bien d'autres choses... 

MONTÉE PROGRAMMÉE DU MAL

Le synopsis du scénario qu'on est là en train de jouer comme figurants ou comme premiers ou seconds rôles, est déjà écrit ! Les grandes scènes sont définies.
Et il est dit que la gouvernance mondiale de la terre va être la mise en place d'une Pensée unique - une idéologie "athée spiritualisée" ou "spiritualité sans Dieu" que l'Apocalypse figure par l'image d'une "bête" (Apocalypse ch. 13...).

Les fonctions politiques et économiques menées d'un gant de fer seront appuyées par un faux-prophète promouvant et servant un syncrétisme religieux - formant en sa personne  ce que la Bible appelle "la deuxième bête".

Une tête unique s'imposera (à la manière d'un Hitler, Lénine, Staline, Franco, Mao, Hussein et autres dictateurs nombreux qu'on a déjà en modèle...), boostant soudain un totalitarisme de la terreur.

Quel que soit cette personne humaine, elle sera un Antéchrist (« qui paraît avant le Christ ») et l'Antichrist (« qui se montre contre le Christ » et les enfants de Dieu), par un pouvoir surnaturel reçu de Satan (l'ange déchu sacrilège encore un action pour un temps qui va rétrécir de plus en plus vite).

TOUS CONCERNÉS

Cela nous est dit depuis presque 2 000 ans afin que nous ne soyons pas pris au dépourvu et que nous réalisions que dans nos affaires Dieu est au-dessus de tout de manière personnelle... dans la mesure où nous lui confions notre existence.

Donc les hommes qui parlent ou rêvent de gouvernance mondiale ne réalisent même pas qu'ils ne font que se laisser tenter par une idée diabolique, séduisante mais diabolique, très vieille qui est de prendre un contrôle de la planète par un seul pouvoir souverain centralisé. Vieux désir de Satan qui de nos jours plus que jamais peut trouver les moyens (notamment technologiques) de cette mise en œuvre.

La covid doit nous interpeler par son côté jugement universel et moyen improbable soudain d'amener un contrôle accrue des populations.
Le meilleur est alors de manière personnelle de réorienter toute notre pensée sur les essentiels :
la réalité de Dieu, et des démons (dévastateurs mais aussi trompeurs par la séduction) - Notre besoin de savoir ce que Dieu a fait pour nous tirer d'affaire - compris concernant la mort de notre âme et conscience - et ce qu'on peut se mettre à vivre en relation avec lui - La vérité sur les origines, les vérités sur le monde présent et à venir, etc...

MESSIEURS LES ANGLAIS TIRENT LES PREMIERS

Les anglais tirent les premiers sur le corona par vaccin. Plus personne ne parle des années qui étaient jusque là nécessaires pour s'assurer qu'un vaccin était suffisamment efficace et sécure. Désormais dans les médias français on svoit surtout qu'on n'est pas les premiers, qu'on s'est fait passer devant dans la "dernière" ligne droite. Mais on n'est pas loin ! Le vaccin nouveau sera là pour sauver la France dans peu de temps ! Au diable les précautions et délais... et lui ricane de son ciel sur la légèreté et l'infantilisme humains, des bons tours qu'il nous fait et de la (mauvaise) crédulité dont on est capables.

Alors allons-nous croire aussi facilement à un "petit père" à la tête d'une gouvernance mondiale bienheureuse visant au bonheur des peuples ? L'hisoire ne contient-elle pas des leçons ?

Allons-nous avec la même confiance courir se faire vacciner comme à un Black Friday - pas sous la pression de faire des affaires incroyables, absolument immanquables, mais sous celle de la peur de mourir ou de faire une bonne action humanitaire ?

De tout façon, la mort est un lot commun, et si on veut trouver la paix par rapport à cette réalité, ou l'attitude qui est la meilleure face à la covid et pour notre position de cœur quant à la mondialisation qui avance et va demander de plus en plus de choix personnels, c'est en se tournant vers le Créateur éternellement vivant qu'on  parviendra aux résultats, aux effets les plus probants... dès maintenant, et encore pour les années qui viennent... Car vous pensez bien que Dieu ne va laisser triompher le mal sans cesse : il s'en sert juste pour nous tester et nous faciliter les prises de position les plus pertinentes.

Dans le synopsis du scénario qu'on est en train de jouer (en chair et en os), sous son regard sévère mais toujours prêt à prendre notre défense, le Dieu vivant éternellement a aussi tracé (par ses prophètes, Daniel, Jean, Zacharie...) les grandes lignes des scènes prochaines qui font faire triompher le Bien.
Bien - mal !? Que de choix conséquents à faire ? 

Si vous éprouvez là un réel désir de vous confier en Dieu, même si vous ne comprenez pas tout mais en comprenant qu'il vous interpelle en votre esprit, priez, et/ou voyez > ici un guide de prière pour vous y aider.

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2020 4 26 /11 /novembre /2020 18:08

 

Restez assis ! Prenez le temps... de vivre... de comprendre... de réfléchir... d'interroger le Réel pour découvrir l'essentiel dont il est fait... Sinon l'absurde va vous submerger...
 

J'ai déjà développé ce thème d'actualité qu'est l'absurde dans > cet article.

Pourquoi, après et malgré la dernière allocution présidentielle (du 24 nov.) peut-on voir qu'un chapelet de décisions largement discutables, d'infantiles à illogiques - jusqu'à l'absurde évident -, continue... sans qu'on en vienne jamais au cœur de la problématique humaine dont on subit ainsi jugement après jugement ?

Je ne doute pas de grandes capacités intellectuelles, de nombreuses connaissances médicales et techniques pointues, de réflexions véritables, de la part des autorités dites sanitaires ou scientifiques, et des politiques qui les suivent... ou les dirigent
Mais nous n'entendons toujours pas parler d'un retour à une vue plus pertinente du Réel - qui tienne compte des dimensions matérielles mais aussi psychiques et spirituelles -, c'est-à-dire qui arrive au fond des problèmes premiers et collatéraux qui nous atteignent. Si on soigne des symptômes, seulement des effets, on laisse le mal grandir à partir de sa racine.

La seule bonne question qui pourrait nous aider est : Qui dirige vraiment, en France mais aussi au niveau planétaire, l'usage qui est désormais fait de la covid !?
Quelle en est la cause première ? Quelle est la plus haute instance d'où partent les idées, les pensées, les orientations, les directives, les pressions et autres manipulations dirigées contre le genre humain tout entier ?

Instance que je vois pour ma part au delà et différentes de toutes les strates des sociétés humaines, au-dessus même des politiques et sectes par lesquelles certains peuvent se croire - naïvement - devenir les maîtres du monde*.

LA RAISON A SES RAISONS QUI IGNORENT LE CŒUR

On peut voir, par la lunette du simple bon sens, que "la raison" que représente les dirigeants de chair et d'os et les raisons qui les font décider, ne sont globalement pas celles du reste de la population, et visent davantage à un contrôle qu'à des bons soins qui tiendraient compte des personnes dans leur entièreté (physique, psychique et psychologique, économique, relationnelle...).  
La fracture est évidente, et si la covid est - ou est devenu - un élément médian destiné à casser le "caractère français", voire une "vieille version de la France", c'est bien parti.
Et ce qui me fait dire que ce sont des forces occultes, invisibles comme les virus et capables d'actions très vastes comme la covid, qui dominent cette affaire, c'est que cette attaque contre l'humain n'est pas un fait isolé. Mais elle entre dans un processus et une stratégie multicéphale de longue date, qui visent à renverser des ordres établis fondamentaux - posés par Dieu comme socle de ses créations -, en vue de mettre en place un "ordre nouveau". D'où la "nécessité", pensent et provoquent certains, d'un chaos pour passer d'un système à un autre.

LA CONQUÊTE DU MONDE, LES PROTAGONISTES

Sur le terrain, on voit des groupements humains (ARN), qui figurent les forces spirituelles (ADN) qui manoeuvrent. 
On a l'islam qui pense instaurer sa charia sur toute la terre ;
On a le communisme (aujourd'hui surtout chinois) qui n'a d'autre idée que de soumettre le monde à l'athéisme ;
Il y a la laïcité qui veut s'exporter partout (sous le nom de gouvernance mondiale) ;
Il y a aussi, qui n'a pas dit son dernier mot, la religion d'obédience chrétienne qui veut catholiciser (par un syncrétisme des spiritualités) la terre (plus qu'y apporter le véritable Évangile ou bonne nouvelle de la mort rédemptrice de Jésus-Christ).

Tout est orienté vers l'établissement d'une pensée unique, un impérialisme de vue qui ne pourra être au début que des alliances forcées, des compromissions, des accords biaisés, une unification factice - ce que la Bible annonce comme un mélange de fer et d'argile. (On peut se souvenir du pacte signé entre Hitler et Staline, avant que le führer ne rompt unilatéralement et sans préavis son accord et envahisse l'URSS).
Les puissances maléfiques célestes (ADN) en action étant toujours les mêmes, c'est un scénario (prophétisé) qui va se produire.
D'où arrive le pire des totalitarismes et conflits que la terre n'ait encore vu.
D'où déjà des lois d'états d'urgence, des restrictions et pertes de liberté croissantes, le suivi de population.

On sait (ou on devrait savoir) que l'histoire se répète ; on sait qu'il y a des leçons à en tirer... et qu'on ne les tire généralement pas ; Serez-vous de cette majorité qui encaisse sans chercher à comprendre et à se rendre prévoyante ? 

RIEN N'EST ABSURDE EN FAIT !

Donc rien n'est si absurde qu'il n'y paraît.
Rien sauf... nous si nous ne réagissons encore pas !
Car en arrière-plan des actions de telle ou telle idéologie ou religiosité**, il y a une volonté de dimension spirituelle, qui veut imposer les dogmes de sa vue.
C'est seulement là que se trouvent une logique et une force organisée qui, si on n'a pas le vrai Dieu avec nous, nous balade, se joue de nous et nous amoindrit, ou tue à volonté.

L'ABSURDITÉ OÙ ELLE EST

Depuis que Sartre a découvert qu'un monde où il n'y a pas de Dieu, uniquement matérialiste donc, "est absurde dans son ensemble et dans ses parties", au lieu de revenir à Dieu en direct (hors de la médiation pernicieuse que peuvent représenter des systèmes religieux), l'être humain s'est développé un certain degré intelligence.***

Et sur la base de son impiété organisée en système (l'athéisme), il s'est découvert pour sortir de l'absurde, une raison d'être : Celle de se créer du sens soi-même, un système nouveau avec ses piliers, des dogmes et lois nouvelles.
Pour ceux-là la liberté consiste à s'affranchir des lois-cadres premières, infrastructurelles... que sont les lois divines. On scie ou casse un ou deux pieds à la table ! Et à ce niveau, on se fait... Dieu ! Ou plus précisément apprenti-sorcier, Faust !...

Comment ?
Face à une aporie (difficulté dont on n'a certainement pas la solution), on décide et s'invente des changements, des possibilités, des paradigmes (paradis ?) qui n'existent pas. Ce que ces matérialistes militants appellent progrès.

Ainsi, l'Evolution créatrice a été posée artificieusement sur le sable de la méconnaissance ou ignorance des dimensions spirituelles du Réel et de l'individu, comme seul moteur (Dieu donc) du vivant, mue par les fées (demi-dieux) Hasard(s), Nécessité et Sélection naturelle. Un mode d'avancement des plus rustres qui fait théoriquement bouger les choses avec une lenteur insupportable.
Car l'homme se sent mal, toujours, et veut une solution à ce mal-être et à nos mal-vivre... sans qu'il y ait besoin d'un Dieu dans le déni duquel on entre à partir du XVIIIe siècle...

Voilà donc que l'intelligence humaine se découvre - croit-elle - capable de relayer et reléguer tous les créateurs possibles - que ce soit la dynamique évolutionniste tortue et aveugle ou un vrai Dieu qui nous dérange avec ses attentes (notamment morales) de notre part. C'est vraiment l'image d'un ado qui claque la porte pour ne pas se sentir redevable à des parents qui l'ont élevé.

Ainsi s'ouvrent des chemins d'égarement croissant et, face à la persistance des difficultés sans solution humaine, on se met de plus en plus à forcer des portes que la conscience ou les religions condamnent, voire que Dieu lui-même préférerait - pour notre bien - que nous n'ouvrions pas. Mais il nous a créés avec cette possibilité de liberté...

C'est ainsi que se voulant sans Dieu ni maître ni morale, l'intelligence humaine se déploie à faux et, touchant à des interdits majeurs, devient ce que l'apôtre Jacques appelle "intelligence terrestre, charnelle, démoniaque".
Car ce que Dieu veut toujours nous éviter, c'est d'ouvrir nos âmes, nos coeurs, nos corps, notre devenir éternel, à ces puissances occultes maléfiques pour qui nous sommes des marionnettes, des jouets vivants, une espèce animale, voire si possible des robots (ce qu'on appelle par ailleurs possession)...

Ainsi globalement et progressivement depuis deux siècles, l'intelligence occidentale s'est élancée dans la carrière de la pensée qui se veut libre, autonome... à partir d'une erreur terrible de perception, d'un mensonge.
On est installés dans cette aberration de vue critique qui ne peut jamais permettre des extensions bonnes durables, réellement bienfaisantes, bénies : "Seule la bénédiction de l’Éternel n'est suivie d'aucune déconvenue", d'aucun effet secondaire néfaste, d'aucun chagrin ou souffrance surajoutés : Comme pour Michael Schumacher, c'est les hors-pistes qui sont dangereux.

Et sur cette trajectoire dominante de l'athéisme, on crée (volontairement ou pas) la covid. On en arrive à être comme coincés dans une porte qu'il ne fallait pas ouvrir : le conte de Barbe-Bleue n'a rien perdu de son principal...
Peut-on oser rapprocher le bleu de la barbe du dévoyé de la couleur au même endroit des masques qui désormais sillonnent nos espaces contaminés ? Si ça peut aider à un réveil !?...

A BOUT DE COURSE ET DE FORCES NATURELLES !?

Comme dans le conte, comme dans la parabole biblique très actuel du fils prodigue, nous arrivons en bout de course, en fin de civilisation libre.
Au sommet - mortifère, abyssal - des développement technologiques - de plus en plus addictifs ; Au sommet des possibilités de manipulations biologiques (psychologiques comme physiques et génétiques) ; Au sommet des dangers qui nous placent directement et sans retour possible dans les œuvres létales et griffes acérées de Satan (idolâtrie généralisée, superstitions, pratiques occultes, consultation des morts, toxicomanie...).

PROPHÉTIE
"Elle (une Bête qui prend autorité sur toute la terre) fit en sorte qu’on impose à tous les hommes, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, une marque sur leur main droite ou sur leur front.17 Ainsi, personne ne pouvait acheter ni vendre sans avoir la marque, c’est-à-dire le nom de la bête ou le nombre de son nom.18 Il faut ici de la sagesse. Que celui qui a de l'intelligence déchiffre le nombre de la bête, car c'est un nombre d'homme. Son nombre est 666." Apocalypse chap. 13.

Avez-vous déjà entendu cette prophétie millénaire qui prend corps sous nos yeux depuis l'apparition d'internet et des nanotechnologies (on parle de "puce électronique") ?

Avez-vous saisi qu'il s'agit d'un contrôle planétaire à partir de l'informatique, des données numériques (les datas), de l'internet (dont les chemins commencent par 666 - www, ou encore avec le code-barre, aussi chiffrés 666)...

Et la covid vient particulièrement activer cette mondialisation qui mange les états, les nations, les économies, et bientôt des populations entières, à partir des ressorts de la défense de la santé, de la peur et de solutions-miracles qui vont bientôt illusionner qui n'est pas du camp de Dieu.

Alors quelle solution ?
Un vaccin, parmi plusieurs, pour ceux qui veulent mettre leur foi et espérance dans ce moyen.
Ce n'est pas un marquage comme précisé dans l'Apocalypse 13, mais s'il contient des fragments d'ARN, où vont-ils aller se nicher ?
Chacun prend le risque et sa responsabilité de choix, d'abord pour lui-même. Et je vous assure que sans savoir se confier en Dieu - le Dieu vivant, pas celui des philosophes ou des religieux -, ça va devenir très très délicat pour ne pas se (laisser) tromper.

Car il ne s'agit pas de sortir seulement d'une maladie !
Mais des affres d'une bureaucratie technologique, impersonnelle au possible, qu'on peut pour le moins qualifier de soviétique ;
Problèmes de nos insuffisances psychiques notoires : combien de suicides par jour, quelle augmentation sur cette année ? Quand des sportifs de haut-niveau s'effondrent jusqu'à vouloir disparaître, on peut s'interroger sur la santé mentale de beaucoup... et penser à la sienne avant que la nuit ne soit trop avancée où on devra rester où on est. 
La lucidité va s'émousser, se réduire comme peau de chagrin, le sommeil spirituel menace ou s'appesantit...

ON EST MAL, MAIS DIEU VA (TOUJOURS) BIEN

Plus profonde et certainement des plus efficaces contre le mal, est une confiance renouvelée (ou qui s'ouvre) en Dieu. Un retour à lui en tant que ce qu'il est, Créateur et Rédempteur (plus qu'en tant que figure déformée par les athées, certains croyants ou autres systèmes religieux).

Ce devrait être le premier mouvement immédiat - car possiblement immédiat. Un retournement que Dieu cherche à susciter par cette pandémie et ses conséquences dramatiques, pour nous offrir une vue du Réel bien plus claire et signifiante, et une relation vivante rétablie et infiniment durable avec lui.

Je prie que ce Dieu d'amour et de justice ouvre les yeux de quiconque lit ici et veut être éclairé sur le monde tel qu'il est et sur le sens premier de nos existences.
Si vous êtes d'accord avec cette prière, vous pouvez dire "Amen", expression qui dit, devant Dieu, notre accord.

> Un guide pour aider à parler à Dieu de façon à la fois naturelle, juste, profonde et efficace.

____________________
* Quiconque veut avoir quelque pouvoir ou gouvernance dans ce monde sans avoir trouvé la clé qui permet de triompher de sa propre mort n'est encore qu'un naïf plein d'illusions, aveuglé par Qui ?

La réalité est qu'on n'a pas le pouvoir de nos bonnes intentions et volontés, et quand on trouve un vrai moyen de faire avancer le bien, il y a toujours quelques forces qui arrivent à en tirer du mal 

** La laïcité comme le socialisme ou communisme sont des constructions qu'on peut appeler religion. Le ministre philosophe de la laïcité ne l'a-t-il pas dot sans langue de bois : "La république pour s'établir a besoin de former sa propre religion, qu'ils ont d'ailleurs appelé la laïcité". Vidéo à 2mn 40  

*** Ce qui faisait dire à Pasteur : "Un peu de science éloigne de Dieu, mais beaucoup de science y ramène." Aujourd'hui, c'est beaucoup "trop" de science, qu'on n'est plus capable d'analyser, trop de données qu'on n'a pas le temps de vérifier ; qui empêchent qu'on remette en question des préjugés comme l'évolutionnisme athée scientiste ; qu'on juge de la pertinence morale (éthique) de telle ou telle loi, de telle ou telle mutation : Trop tard, c'est fait !

 

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2020 6 21 /11 /novembre /2020 20:12

 

Il y a des écrits qui peuvent nous aider à traverser des temps périlleux !... Mais certainement pas tous !...

UNE PENSÉE JUSTE !

« Pour comprendre le présent et prévoir l'avenir d'un peuple, il faut bien connaître son passé, suffisamment pour saisir le sens de son histoire particulière. » Lee Kuan Yew, 1er ministre de Singapour de 1959 à 1990.
Au même moment, je trouve cette phrase de Gilbert Presle (longtemps responsable de diverses associations importantes) : « Nous le savons bien, une œuvre ou une institution qui oublie ses racines ou son histoire, court à sa destruction à plus ou moins longue échéance. »

Le même jour, sur un site internet cette phrase de l'ex-Général des Armées Pierre de Villiers : « Un peuple sans ses racines n'a ni présent, ni avenir. »

Le message n'est-il pas clair ?
La triste réalité qu'est notre situation – sanitaire, économique, sociétale, relationnelle, personnelle – ne trouve-t-elle pas sa cause dans ce que disent ces trois personnes ? Que nous avons perdu le fil de notre histoire.

DES FAUTES MAJEURES = DES PRIX A PAYER

Quand Jacques Chirac, alors Président de la République, refuse que soit fait mention pour l'origine et la définition de l'Europe de ses racines chrétiennes, qui sait le mal grave qu'il a fait (et qu'il s'est fait) ?
Quand Nicolas Sarkozy, alors Président à son tour, court-circuite le résultat du référendum où le peuple a répondu « Non » à l'entrée de la France dans une Europe politique, ne s'est-il pas coupé les ailes (politiques) pour toujours ?

Quand son successeur veut marquer son temps en passant en force la loi dite du « mariage pour tous », avait-il une seule chance d'être réélu au terme de son mandat ?
Quand Louis XIV contre la partie la plus travailleuse de son peuple en révoquant l’Édit de Nantes, ne signe-t-il pas jusqu'à la décapitation de Louis XVI ?
Les exemples ne manquent pas dont le final peut-être l'engloutissement d'une culture ou civilisation au profit d'un nouveau chaos ? En voyez-vous déjà les sombres tâtonnements et les terribles contours ?

Et donc quand un système va finir, sortons-en avant d'être enfermé dans ses ruines les plus contraignantes. Redécouvrons-nous personnellement comme créature de Dieu, sui a besoin d'être en paix, en ordre, avec ce Créateur incontournable!

Guide de prières pour une approche vivante du Dieu véritable.

 

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2020 2 17 /11 /novembre /2020 10:19

C'EST UNE LOI
Il nous faut perdre les bonnes choses dont on dispose pour nous rendre compte de leur valeur qu'on n'a pas alors su apprécier.

C'est surtout vrai pour les choses les plus courantes, les plus ordinaires, comme pouvoir se déplacer, marcher, respirer normalement, dormir, manger à sa faim, voir normalement, aimer (un travail, son conjoint ou son enfant), pouvoir simplement parler avec quelqu'un, être écouté, ne pas être sourd ou handicapé...

C'est qu'il y a une valeur exceptionnelle à chacune de ces choses basiques et fondamentales qui constituent la vie et notre existence "ordinaire".
Une des choses simples dont j'ai pu expérimenter et apprécier la valeur (la saveur) comme jamais auparavant, fut de respirer l'air frais d'un matin de printemps le jour où je sortis d'une quinzaine de jours passés allongé sur un lit d’hôpital.

Et il y a ainsi des impressions, des sensations perdues, si banalisées qu'on les a perdues alors qu'on continue à bénéficier des choses... mais sans cette saveur qui change la vie, sans la conscience d'une sensibilité, d'un ressenti, qui est un vrai bonheur en soi. Car il y a en réalité pour nous, un bien-être surnaturel dans le seul fait de vivre, un bien conscientisable, qui se vit facilement mais hors de conscience quand nous sommes enfant, et qu'un jour nous ne touchons plus. Le bonheur se perd très curieusement sans qu'on s'en aperçoive. C'est alors le mal-être qui nous le rappelle.

Et c'est bien de cela qu'il s'agit : on continue à vivre une dimension basique de ce monde, physique, physiologique, matérielle, psychique aussi (notre âme, en grec la psyché), mais en étant coupé, déconnecté, dans une dimension de notre perception et de notre être profond : dans notre dimension spirituelle - celle où les sensations, les ressentis les plus profonds opèrent.

Ressentis bons, agréables, enthousiasmants, réjouissants, vivifiants, quand on vit bien notre relation à nous-même et à nos environnements ; mais aussi ressentis les plus bas (non sens, dépression, aphasie, tension, irritation, mépris, haine, isolement...) quand on a perdu de vue (ou jamais compris, ou peu connu) ce qui fait la base la plus fondamentale du bien-être individuel.

LE PHÉNOMÈNE ENTROPIQUE 

Dans tous les cas, tous, sans exception, perdons du goût de la vie, du bien "normalement" lié à ce qui constitue notre vivant. Plus ou moins rapidement selon la qualité de notre rapport au bien et au mal...

Même en pleine possession de nos poumons ou de notre appétit, d'une possibilité de gagner régulièrement sa vie ou de se faire plaisir sainement, on n'en retire bien vite plus l'essentiel, la quintessence, l'effet le plus profond et bénéfique.

Il y a usure, habitude, routine, des automations préjudiciables, le sentiment d'acquis qui n'ont rien d'exceptionnels...

Or tout est exceptionnel dans cette vie ! Tout y a une dimension surnaturelle, et il va nous falloir en perdre les effets les plus sensibles, les plus agréables, les plus réellement réjouissants, pour s'apercevoir qu'il nous manque toujours quelque chose, qu'on n'a pas vu ou qu'on est passé à côté de quelque chose de fondamental. 

Et ce qui manque alors, a un nom. C'est de l'ordre de l'esprit, du Divin.
C'est notre dimension spirituelle qui est affectée, une part en nous qui vient directement de Dieu... et qui se retire de nous si nous ne la connaissons pas. Si nous ne regardons jamais en conscience à cette partie de nous-même qu'est l'esprit.

Résultat : Cette part du Divin en nous s'étiole, n'est pas écoutée en tant que conscience morale et en tant que guide de notre existence, de nos choix.

COMME UNE VIE QUI MEURT EN NOUS !

Et quand ce souffle intérieur intelligent sent et voit qu'il n'a plus sa place bénie (bénéfique) en nous, il se retire comme la vapeur s'échappe d'une eau trop agitée par par les chaleurs ou les torpeurs de nos comportements controuvés.
La flamme de l'esprit en nous se souffle aussi comme celle d'une bougie. On meurt alors spirituellement.
L'esprit lui ne meurt jamais - il est éternel. Il nous quitte, et c'est nous qui descendons dans une mort... qui donne ce manque, ce "vide en forme de Dieu" comme en parla Pascal.

On reste comme les animaux, avec un corps spécifique et une âme individuelle. Mais pas plus. Et cela ne permet à personne parmi nous d'être heureux, d'être complet en nous-même.
Car on a été créés pour être une entité tripartite : Comme Dieu est trois en un (Genèse chap. 1, vers. 3), nous avons été conçus pour être une âme dans un corps et avec un esprit.

Si l'âme sort du corps, c'est la mort physique (physiologique). Si l'esprit sort du corps, on meurt spirituellement. Et ainsi, il y a beaucoup de vivants-morts sur la face de la terre... Lire le chap. 2 de la lettre biblique dite aux Ephésiens... Aussi mon témoignage de restauration par et avec Dieu en cliquant sur ACCUEIL.

Et le confinement est à voir comme un temps accordé à ce genre de réflexion profonde... car on n'est pas des animaux.

 

Parcourez ce blog, il ne manque pas d'articles sur la connaissance de soi et du Réel... avec ses deux versants (formés de l'Incréé d'une part et du Créé d'autre part).

Ici > un guide de prières pour rencontrer Dieu, pour retrouver en lui la réalité et la force de son Esprit, une paix souveraine qui vient de notre relation restaurée avec Lui.

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2020 2 27 /10 /octobre /2020 21:10


Bien avant que le covid n'apparaisse, on disait que la peur est mauvaise conseillère.
En effet, si elle est aussi un déterminisme qui nous avertit d'un danger, qui nous trouble quand on fait ou va faire quelque chose de mal, le revers et l'installation de cette émotion est une problématique d'une autre ampleur, qu'il est bon d'aborder pour ne pas en rester captif.
Car décider, faire des choix à partir de la peur risque de nous entraîner dans des situations plus catastrophiques que celle dans laquelle nous somes (on dit aussi "tomber de Charybde en Scylla").


L'ORIGINE DE LA PEUR
Le livre aujourd'hui toujours le plus lu de la planète, bien que vieux de 3 500 ans environ (pour ses premiers livres), la Bible, nous dit quelle est l'origine de la peur : Un accident terrible qui surprit le premier couple humain, une catastrophe qui tient d'une panne d'électricité permanente dans un iieu qui n'est jamais que pénombre.

Le drame vient surtout de ce que cette perte très conséquente s'est produite dans le cœur, dans l'âme des protagonistes. (lecture du rapport de cette chute ici).


Depuis on a compris que cet effondrement de la souveraineté humaine est du à un manipulateur qui a ainsi, par ruse, eu raison du genre humain. Partout par le monde on l'appelle Satan ou Shaïtan, un ange déchu lui-même, sorti de son rang angélique et donc tombé, une perte de position élevée qui l'amène à chercher des compensations en dominant partout où il peut.
Et ainsi, depuis cette rencontre de Genèse chap. 3 qui a mal tournée, la peur est entrée sur la terre et nous atteint tous (plus ou moins).

Si on n'a pas d'idée de ce qu'est cette peur à ce niveau-là, passez une nuit ou deux dans une maison hantée ou dans un hôpital psychiatrique, défoncez-vous avec des drogues, trouvez-vous sur un terrain où un ou plusieurs démons puissants se trouvent et agissent (scène de guerre, d'émeute, de massacre...), et vous découvrirez une des réalités les plus maléfiques qui dominent notre univers.

Plus couramment, cette sensation qui donne des frisson dans le dos par exemple, se perçoit par nos écrans qui ne manquent pas de scènes meurtrières, sanguinaires ou obscènes, orchestrées ou boostées par ces esprits occultes plus ou moins puissants.

Avec le recul significatif (l'apostasie) de ce qu'on appelle globalement le christianisme, cette situation qu'on pourrait qualifier de moyenâgeuse revient ! Des démons sont de plus en plus libérés parmi nous.
Voilà pourquoi on se sent mal dans son propre logement ! On y laisse entrer des présences sans s'en rendre compte, sauf par le fait qu'on sent parfois comme des mouvements invisibles, l'impression d'une présence, un froid dans le dos, on fait des cauchemars, on ne se supporte plus - car un démon n'est jamais là pour amener la paix, le pardon, des réconciliations.

Même sans regarder la télé ou voir des films d'horreur au cinéma, aujourd'hui on n'a pas besoin de chercher bien loin ce ressenti maléfique, ce sentiment d'insécurité, qui crée l'angoisse, la panique et autres pathologies liées à ces présences et à ces troubles : de plus en plus de démons sont dans la rue ! Dans nos espaces publics. Et la réalité du covid - et des peurs qu'il peut engendrer - est une expression de ce genre de phénomènes maléfiques.
Pourqoui ?
Pour qu'on s'interroge sur le monde tel qu'il est, et non comme on a cru qu'il était (avec l'homme capable de tout dominer, de se sortir de tous ces problèmes, de faire de la terre un paradis).
De plus en plus les illusions humanismes et athéistes tombent.
La réalité de fond de notre monde - qui est l'existence d'un Dieu à l'origine de l'univers et de la vie, et d'un ange puissant devenu mauvais qui nous domine avec beaucoup de démons de son camp - apparaît et va apparaître de plus en plus.
D'autant que nous sommes responsables, par nos comportements, par nos libertés prises à la légère, par nos manipulations psychologiques et génétiques, par nos égoïsmes dominés par la cupidité économique (capitalisme) et individuelle, les régimes politiques ou politico-religieux dictatoriaux, etc...

Bien de nos modes, slogans, concepts nouveaux résultent de sollicitations démoniaques, de tentations perverses, de pensées iniques... ce qui donne des comportements généralisés (sociétaux ou personnels) qui ouvrent des portes, donnent des entrées dans notre sphère à des multitudes de ces anges dénaturés.

Et donc quand le sentiment de peur, d'insécurité ou d'angoisses parait dans nos rues ou dans nos habitations, c'est qu'il y a un problème de cet ordre.

Nous parvenons actuellement et je pense sans retour (cette fois) par nous-même, à une fin car on ne s'est encore jamais autant éloignés des lois et principes et ordres divins que maintenant.

On s'est donné des normalités artificielles et artificieuses, controuvées, sans avenir. Et le port du masque généralisé est une image parlante de cette perte du naturel, de la simplicité de la vie telle que Dieu l'a conçue pour notre paix et bonheur.
C'est à un point tel, que les notions de bien et de mal, de sens, de cohérence, sont perdues de vue, trop éloignées des coeurs (des dirigeants comme de beaucoup de populations). Les vérités en soi, objectives, ne nous intéressent pas. On préfère avoir chacun sa vérité sur tous : comme si on allait pouvoir construire une unité (mondialisation) ou une fraternité humaine de la sorte.
Et c'est pourquoi il ne va pouvoir paraître - très vite - qu'un totalitarisme planétaire dont les effets de la pandémie sont l'image et la préparation...

Alors peur oui, angoisse et perte de liberté n'ont pas fini de nous surprendre et de s'imposer. Et donc, fatalisme ? Rien à faire ? Subir comme des moutons qu'on mène au parcage ?

SOLUTION !?
La plus simple, la moins onéreuse, la plus sûre !? Revenir à Dieu ! Revenir au Dieu qui permit avec des Clovis, des Saint-Louis et autres rois (dits "très chrétiens"), que la Gaule devienne la France et se construise en ethnie stable sur quel fondement ?
Celui de la foi au Christ, des valeurs humaines que Jésus vint faire connaître et mettre largement et révolutionnairement à la portée des coeurs qui l'acceptèrent comme le bon chemin. "Je suis le chemin, et la vérité, et la vie", dit Jésus. Et pour être devenu chrétien après plusieurs mauvaises expériences en tant qu'incroyant, je vis depuis longtemps la réalité des bienfaits de venir à Dieu, de se confier en lui, pour être pardonné de nos erreurs, de nos égarements, et entrer sous sa divine protection. Car on va en avoir besoin de la protection de Dieu et de Jésus, non seulement pour notre corps, mais aussi pour notre coeur, pour notre âme...

Un court message encourageant pour les chrétiens

Un guide pour faciliter votre prière

Vidéo-chant "N'ayez pas peur"

Soyez béni-e.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche