Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 août 2019 7 11 /08 /août /2019 08:21

En direct ici, vivre ou découvrir une louange vivante, un message propice à la vie, approcher de Dieu...

Bon dimanche et bonne semaine. Soyez béni-e.

 

Partager cet article

Repost0
4 juin 2019 2 04 /06 /juin /2019 12:36

La Pentecôte arrive ce week-end et lundi prochain.
Comment allez-vous la vivre ? En étranger désintéressé, ou en curieux désireux d'enrichir sa vie par les meilleures connaissances qu'on puisse avoir du Réel ?

La fête de la Pentecôte arrive 50 jours (du grec penta = 5) après la fête de(s) Pâque(s) juive et chrétienne.
De quoi est-on censés se souvenir à ces occasions calendaires ?

A l'origine la Pentecôte s'appelait Chavouoth (en hébreu semaines).
Avec Pessa'h ("la Pâque") et Souccot (qui signifie cabanes ou tabernacles), c'était les 3 principales fêtes instituées par le Dieu de la Bible... l'inventeur du jour de repos hebdomadaire et des jours fériés (jour de vacances, de réjouissances) !

Pensez qu'après plus de 400 années passées en esclavage, le peuple hébreu (israélites ou juifs c'est tout pareil) avait de quoi apprécier que le Dieu de leurs pères génétiques (Abraham, Isaac et Jacob) leur offre un jour de repos par semaine et en plus au total 7 fêtes annuelles ! Rien de plus humain et social en cette époque primitive de civilisation !

Et donc la 1ère de toute les fêtes annuelles était Pessa'h, ce qu'on traduit par la Pâque.

RAPPEL HISTORIQUE SUR L'ORIGINE DE LA PÂQUE
L'apparition de la Pâque est liée à cette fin et sortie de l’esclavage d’Égypte justement.
Pour ce faire, l’Éternel-Dieu avait demandé à chaque famille descendante de Jacob, de badigeonner les montants de leur porte d'entrée de sang pour les garder de l'ange de la mort qui une certaine nuit descendit faire mourir (à cause de l'obstination du Pharaon qui voulait tenir tête à Dieu) tous les petits-nés des humains et des animaux.
La vertu du sang nous apprend la bible, est dans le fait que cette substance est le support physique de l'âme (le moyen de son attache au corps), et que, pour que l'âme d'un coupable ne meurt pas (ne soit pas séparée de son corps, ce qui provoque la mort physique), il faut qu'une autre âme meurt à sa place - en l'occurrence on sacrifiait alors un animal innocent, au sang pur.

Et comme tous les israélites avaient pu ainsi être épargnés puis libérés, dès qu'ils furent hors d’Égypte, Dieu leur dit de faire dès cette libération accomplie un mémorial, une fête du souvenir, qui reprenne ce moyen de protection et de donc de pardon pour quiconque se l'appliqua, que fut le sacrifice d'animaux innocents (on lit ici dans le livre de l'Exode ch. 12).

Cette méthode et ce rituel se perpétuèrent pendant environ 1 400 ans, temps où Jésus paraît comme étant "L'agneau de Dieu qui ôte le péché (le mal) du monde"(Jean 1.29).

Après avoir démontré sa singularité par ses paroles, des guérisons et autres miracles tout à fait inusités, Jésus a effectivement, comme annoncé par avance, l'agneau dans la force de l'âge qu'on mène à la boucherie afin que son sang soit versé pour la rémission (l'expiation, l'effacement, le pardon) des péchés (du mal fait aux autres et des offenses envers Dieu).
Sur les annonces prophétiques qui rendent la crucifixion de Jésus pleine de justice et de sens, on peut lire par exemple Ésaïe ch. 53, le psaume 22, Zacharie 11. 12,13.

Ainsi la fête de la Pâque fut accomplie une toute dernière fois, spiritualisée par Dieu lui-même en la personne de Jésus livré en sacrifice pour le rachat (possible, potentiel) de tous de la main du démon Satan qui, depuis le premier couple humain, s'était rendu souverain de la terre. (Hébreux ch. 2)

RAPPEL HISTORIQUE SUR LA PENTECÔTE
la fête de  de la Pentecôte arrive au terme des semaines qui contribuent à la pousse des céréales jusqu'au moment joyeux de la moisson.
Par la suite, la tradition rabbinique a aussi fait judicieusement coïncider cette fête avec le don de la Torah (fondement du judaïsme) à Moïse sur le mont Sinaï.
La Torah ou Loi étant l'ensemble des (613) articles de lois qui forment une véritable Constitution par quoi régler les vies personnelles et en société. Loi dont les 10 commandements ou Paroles sont le noyau central dur, gravés dans la pierre du doigt de Dieu...

Par la suite, là aussi quand le temps en fut venu, une manifestation de Dieu dans la chair humaine (à distinguer d'une manifestation divine en chair de Dieu ou théophanie) la fête de la Pentecôte a été activée par Jésus (Dieu fait homme né de la chair) et spiritualisée pour l’avènement d'une ère et humanité vraiment nouvelles, celle-ci ayant obtenue la vie éternelle de Dieu (éternisation de l'âme par réconciliation et alliance spirituelle avec Dieu).

Ainsi Jésus fut glorifié après sa résurrection et élevé par une ascension céleste, 40 jours après sa mort. Là, partageant le trône éternel de Dieu, il a présidé dans son nouveau corps au don du Saint-Esprit aux hommes. Celui-ci se répandit parmi le genre humain, descendant notamment comme des langues de feu sur 120 disciples de Jésus demeurés dans l'attente de l'accomplissement de cette promesse. (Actes des Apôtres ch. 2)

IMPUISSANCE DES LOIS RELIGIEUSES CONTRE FORCE DU PÉCHÉ 
Ainsi ce don qui figure le nouveau mode (d'appropriation) de la justice de Dieu - ce qu'on appelle la grâce, la rédemption, le salut, le rachat... - vint se substituer très favorablement à ce qu'exigeait la Torah ou Loi écrite, c'est-à-dire une obéissance par la force de notre âme (pécheresse, amoindrie, détraquée, imparfaite) à une loi parfaite.

A cette mission impossible, imposée par Dieu pour que chacun se juge objectivement et se trouve immanquablement pécheur/pécheresse, perdu-e car incapable jamais de plaire à Dieu par lui-même, Jésus seul à pu répondre parfaitement pendant tout le temps de son périple terrestre. Par son obéissance parfaite, il a pu nous délivrer des commandements en tant que force extérieure à nous à laquelle il faudrait sans cesse veiller d'obéir, ou sacrifier (des animaux) pour effacer nos fautes.

Ce qui me fait dire qu'aucune religion n'a le pouvoir de faire de nous des gens-bons, car aucune n'a le pouvoir de tuer le cochon... qui est en nous ! Ce que la Bible appelle "la loi du péché".
C'est ainsi que la Nouveau Testament est venu s'ajouter au Tanak (la Bible juive) qui devint l'Ancien Testament. Un lieu d'écritures qui demeure de référence à plus d'un titre, mais qui n'est pas - qui n'a jamais été - le moyen pour obtenir la paix avec Dieu et avec tous nos concitoyens.

Car depuis maintenant bientôt 2 000 ans, c'est seulement par la foi au Fils unique de Dieu vivant, en sa mort sacrificielle, en sa résurrection et en sa capacité de nous sauver d'une perdition psychique éternelle par son Esprit qu'un retour à Dieu s'opère véritablement. Ce qu'on appelle aussi à partir du grec l’Évangile, ce qui signifie "bonne nouvelle" de Jésus-Christ.

UN DÉTAIL CAPITAL
on peut chacun bénéficier de jours fériés ou d'un pont par la grâce des fêtes judéo-chrétiennes. Mais ce n'est là comme bénéfice qu'un verre d'eau d'une rivière ! Dieu a tellement mieux en réserve pour nous. "Le ruisseau de Dieu est plein d'eau" !

Mais il ne nous veut pas seulement des spectateurs d'une scène heureusement vécu par d'autres. Il ne veut pas que nous soyons ce genre d'assistés profiteurs qui veulent bien prendre ou recevoir mais sans jamais s'investir, donner en retour : ils auraient un tellement meilleur bénéfice s'ils entraient dans la dynamique du partage réciproque, des échanges mutuels !

Bref, ici il est question de la vie spirituelle, qui est de la nature ou essence même de Dieu. C'est la vie jusque dans sa dimension éternelle, par opposition à ce qu'on est en tant que corps et âme, doublement mortel : Une première fois dans notre dimension physiologique, quand l'âme se détache du corps. Et une autre fois, si nous ne sommes pas réconciliés avec Dieu, lorsqu'il n'y aura plus pour circonscrire tout ce qui sera resté mal qu'un ardent étang de feu et de soufre. Ce qui est "la seconde mort" est-il dit dans l'Apocalypse. La part dernière de ceux qui n'auront pas voulu entrer selon la règle dans le bénéfice de la justice de Dieu. La règle étant de réaliser qu'on a besoin d'être pardonné de nos fautes, de demander ce pardon qui s'obtient par la foi en Celui qui l'a mis à notre portée : Jésus.

"Celui qui vaincra héritera ces choses ; je serai son Dieu, et il sera mon fils.8 Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l'étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort."

IL FAUT, POUR CONNAÎTRE DIEU, NAÎTRE DE LUI
Et donc le détail auquel j'arrive, c'est qu'on apprend par la Bible qu'entre la mort de Jésus (comme victime expiatoire de la Pâque) et son départ de la terre (ou Ascension), il se passe un événement des plus importants pour ceux qui ont suivi Jésus jusque là.
Pendant ce laps de temps où Jésus ressuscité se montre ici et là à ses disciples, on peut lire, rapporté par l'apôtre Jean dans son Évangile au chapitre 20 :
"Les portes du lieu où se trouvaient les disciples étant fermées, à cause de la crainte qu'ils avaient des Juifs, Jésus vint, se présenta au milieu d'eux, et leur dit : La paix soit avec vous !20 Et quand il eut dit cela, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent dans la joie en voyant le Seigneur.21 Jésus leur dit de nouveau : La paix soit avec vous ! Comme le Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie.22 Après ces paroles, il souffla sur eux, et leur dit : Recevez le Saint Esprit."

Dieu crée ainsi de sa bouche, par son souffle exprimant les paroles de ce qu'il a conçu et de ce que veut sa volonté.
Ce souffle de Jésus est doublé de ce qu'il dit : il est ainsi décomposé en deux temps et réalités pour qu'on comprenne mieux ce qui se fait.
Ce souffle est créateur d'une nouvelle structure de vie en l'homme condamné à mourir à cause du péché. En grec il était parlé par les anciens du logos spermatikos (on pourrait traduire par parole séminale, fécondante). Et dans le Tanak (Bible des juifs) le Messie (pour eux à venir, pour nous déjà venu) est appelé "le germe", c'est-à-dire le cœur d'une semence.

Ainsi Dieu sème, ensemence, engendre en mettant, en enterrant sa vie dans l'humain... qui se réconcilie avec lui. C'est ce que Jésus appelle par ailleurs "naître de nouveau", naître une seconde fois, cette fois-ci par une naissance comme intra-utérine, dans ce monde, pour une manifestation qui ne paraîtra qu'au delà de cette matérialité. Quand ?
Après la fin de ce corps mortel, en rapport avec et pour la création tout autre qui va suivre la fin de celle-ci : le Paradis véritable, qui n'a encore jamais été.

Jean a écrit à ce sujet : "A tous ceux qui l'ont reçue (la lumière de Dieu, son Esprit), à ceux qui croient en son nom (yeshoua en hébreu, Jésus en français et anglais), elle a donné le pouvoir de devenir enfant de Dieu, lesquels sont nés ni du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu".

Ainsi Dieu crée encore des êtres humains d'une race totalement à part de ce que produit la naissance physique. Il crée comme on greffe un sillon d'un arbre qu'on veut voir grandir sur un tronc plus vieux d'une autre espèce qui, de ce qu'il est, va devenir tout autre chose.
On fait ainsi par exemple produire
un plant de tomate et des tomates à (sur, à la suite) d'un pied d'aubergine.
Le parallèle avec la façon dont la terre est organisée par la médiation des mots prononcés par Dieu est clair (pour qui veut voir
- relire Genèse chap. 1). "Car il dit, et la chose arrive ; Il ordonne, et elle existe." Psaume 33.

 

ÊTES-VOUS NÉ-E DE DIEU ?
C'est la principale question, après la conscience que Dieu existe et que Jésus a été sur la terre ce que la Bible en dit, la plus conséquente de tout votre présent et devenir éternel.

Il faut que vous soyez au clair à ce sujet. Si vous ne voulez pas que toute cette parenthèse d'existence - qui aura essentiellement servi à ce que vous soyez formé-e en tant qu'entité individuelle, qu'un moi, un ego conscient de lui-même - sombre dans une perdition (déconscientisation ou mort sans retour en tant que personne) à jamais.

à suivre...

Prière-guide ici si vous voulez maintenant venir à Dieu pour entrer dans son alliance de paix véritable

Partager cet article

Repost0
18 avril 2019 4 18 /04 /avril /2019 09:21

sa

Où sont les querelles et les divisions quand un malheur sévit ?
Où sont nos assurances face à l'improbable ?
Où est Dieu quand Paris re-brûle... depuis déjà quelques années ?

Dieu n'a pas permis une fête de Pâques de plus vécue dans la saleté (le péché) dont le déballage a inondé les ondes.
Pas de hasard(s) avec lui !
Je suis croyant et me veux intègre, récepteur par grâce de la lumière divine, qu'il demande à ses enfants (disciples de Jésus) de ne pas garder sous étouffoir, mais de partager.
Car avec la justice ce sont les vérités d'En-haut qui peuvent nous faire échapper au mal (dont le mensonge - comme certains silences - est la première morsure aliénante).

DEUX DES PRINCIPALES FACES DE DIEU
La ruine de la cathédrale de Paris n'est pas sans lien avec la Bible qui nous donne de connaître Dieu.
D'une part "Dieu est Amour".
Mais l'amour qu'est Dieu et qu'il désire que nous vivions, n'a rien à voir avec les dépravations charnelles, manipulations psychiques trompeuses, fornications pornographiques et autres échanges sexuels pratiqués en dehors du cadre posé pour l'homme et pour la femme par Lui, le Créateur et Arché-organisateur de tout.

D'autre part, Dieu est justesse et garant de justice.
Il ne saurait laisser toujours impunis nos crimes et délits.
"Lorsque tes jugements s'exercent sur la terre, Les habitants du monde apprennent la justice.10 Si l'on fait grâce au méchant, il n'apprend pas la justice, Il se livre au mal dans le pays de la droiture, Et il n'a point égard à la majesté de Dieu.11 Éternel, ta main est puissante : Ils ne l'aperçoivent pas..."Ésaïe 26

Plus précisément encore, il est écrit (par Pierre) que lorsque arrivent des jugements généraux, collectifs, ils commencent par la maison de Dieu:
"Car c'est le moment où le jugement va commencer par la maison de Dieu. Or, si c'est par nous qu'il commence, quelle sera la fin de ceux qui n'obéissent pas à l'Évangile de Dieu ?18 Et si le juste se sauve avec peine, que deviendront l'impie et le pécheur ?19 Ainsi, que ceux qui souffrent selon la volonté de Dieu remettent leurs âmes au fidèle Créateur, en faisant ce qui est bien."
Paroles et vérités millénaires immuables d'un Dieu réel, qui trouvent toujours, à un moment ou à un autre, le temps de leur accomplissement. Le temps où ce qui est annoncé par avance (par donnée prophétique) arrive.

DES SIGNES ET DES FAITS
Beaucoup de signes planétaires se cumulent (crises économiques et sociétales, pollutions multiples, recrudescence de maladies et maladies nouvelles, appauvrissement des terres arables dopées par voie chimique, disparition des graines saines et des espèces animales et écosystèmes menacés, dérèglement climatique...).
Un  faisceau mesurable, alarmant, symptomatique, qui laisse entrevoir qu'on est entrés, depuis quelques années plus particulièrement, dans un temps de fin, de déconstruction, de décomposition, de jugements, appelé dans les Saintes Écritures "temps de la fin des nations". C'est le temps de la fin de l'ère bimillénaire de la Grâce...

Et donc, OÙ EST DIEU, QUE FAIT-IL ?
Il est là, par et dans ce genre de jugements dont la cathédrale de Paris a été symboliquement atteinte.
Il montre clairement - et parfois il doit crier/frapper fort, par ce qui fait mal, pour que nous nous réveillions à la vue de ce qu'est le mal que nous pratiquons qui nous domine.

Il ne se désolidarise pas de la justice des hommes quand elle est juste. Savoir en l'espèce, quand elle condamne des fautes graves réitérées de l'église catholique apostolique romaine qui se réclame de son nom.

Les jugements de Dieu témoignent qu'il se soucie de tous, compris bien sûr de ceux qui se réclament de lui.
Le pire, c'est quand il nous laisse, livrés à nos sens réprouvés, ce qui conduit rapidement à laisser à Satan et à ses acolytes démons de venir nous presser de plus près (jusqu'à l'oppression, l'obsession et la possession)*.

DES JUGEMENTS D'ORIGINES DIVERSES
L'épreuve est toujours un jugement. Mais pas forcément de Dieu. Si on sort en hiver trop peu habillé, on va tomber malade. Si on conduit sans respecter le code, ça va finir par nous coûter cher (accident, amende ou +...).
Et si on transgresse des lois morales (écrites dans les textes de notre religion ou de la société ou encore dans notre conscience personnelle), c'est la même chose. Car selon la même loi universelle de causalité, les conséquences de nos fautes viennent nous percuter à partir des cieux qui nous dominent. Et ce peut être comme ici des expressions de la justice de Dieu et de sa patience parvenue à un terme.


TOUT JUGEMENT A UNE CAUSE...
Faute d'avoir l'intelligence spirituelle suffisante (le discernement, l'Esprit de Dieu avec nous) pour voir et dominer le mal dans lequel on se fourvoie, un jour un jugement ou un autre tombe. Ils peuvent être individuels ou collectifs.

En résulte des réactions, personnelles et/ou collectives comme on le voit et entend ces jours par les ondes : l'émotion (charnelle ou spirituelle), l'incompréhension (la sidération ou le questionnement), l'arrogance (- Ah, ah, s'il y avait un Dieu !) ou le désir (quasi-revanchard) de ne pas se soumettre aux adversités et de rebondir**.

Mais est-ce là ce qu'il y a de plus juste, ce que Dieu voudrait voir paraître du tréfonds de nos âmes ?...

L'histoire et nos actualités sont pleines des effets éprouvants de ce qui part ainsi des lieux célestes vers nous.
Il peut s'agir des plus justes rétributions de nos fautes (le plus généralement morales ou dans notre rapport avec l'occulte, le ciel obscurci dangereux). Mais encore de terribles injustices initiées par quelques démons ou Satan lui-même (ces entités angéliques déchues qui ont une très mauvaise maîtrise de la justice comme de leurs propres sentiments pervertis)*...

DES CAUSES ET DES EFFETS
A travers l'épreuve que constitue un jugement divin, Dieu fait deux choses - nécessaires et utiles.
Il exerce sa justice (parfois lente à paraître, car il patiente afin que nous nous reprenions nous-même).
Va-t-on le lui reprocher ?
On sait trop bien ce qu'est une justice mollasse, qui ne punit pas les fautes, qui laisse des criminels courir et des victimes dans la frustration.
Dieu n'est pas ainsi.

Sa justice n'est pas indépendamment de sa volonté de nous aider dans notre avancée (traversée, périple temporaire) terrestre, et surtout spirituelle.
Car il sait mieux que nous nous en soucions nous-mêmes, que nous sommes mortels, et il ne veut pas que nous arrivions à son "jugement dernier" sans plus de possibilités - pour notre âme avec ce moi-je conscient d'avoir la vie qu'on est devenu - d'échapper à une dramatique fin ultime.
"Car pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l'étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort." La première mort étant celle physiologique (du corps), la seconde celle de l'âme qui n'a(ura) pas su saisir la grâce qui lui fut offerte de trouver à être en paix et bonne relation avec Dieu et ses lois d'organisations.

Par ses jugements donc, en laissant agir le bras de sa justice, le Dieu qui nous aime veut provoquer en nous une saine réaction, salutaire, source de spiritualité activée ou réactivée.

QUE RECHERCHE DIEU A TRAVERS L’ÉPREUVE DU JUGEMENT ?
Il recherche surtout une réaction simple, comme le lâcher prise et une disponibilité (qu'on se donne ou qui s'impose).
Ou une réaction raisonnée, qui s'interroge vraiment ; qui tienne compte de ce que, étant des êtres personnellement responsables, on peut voir des liens entre nos comportements (individuels et/ou collectifs) et ce qui nous arrive, dans la conscience des causalités dont le concept combiné "bien-mal"***.

A ce sujet, les médias ont été copieux pour dire et étaler jusqu'à l'humiliation et la honte, les impudicités pratiquées plus qu'accessoirement dans cette institution ecclésiale.
Quand on ne sait pas se juger soi-même, un jugement peut venir d'ailleurs, plus visible et péremptoire.

SILENCE, HUMILIATION, HONTE, ET QUOI D'AUTRE !?
Humiliation et honte sont le maximum qui peut se produire dans notre âme quand nous sommes dévoilés dans des comportements iniques (comme il s'agit ici).
C'est le résultat d'un déterminisme naturel interne qui opère à la fois contre nous et pour nous (si encore on ne s'est pas conditionné ou laissé conditionner pour les faire disparaître. Car aujourd'hui on voit bien que même ces réactifs inconscients de l'âme et de l'esprit que sont l'humiliation et la honte, ont été largement érodés et jusqu'à bannis de nos capacités conscientes préventives et réactives face au mal).

Il en résulte que lors de mises en lumière du péché, ce mode naturel moral d'abaissement n'est pas accompagné par une prise de conscience personnelle... qui seule peut heureusement tout changer dans nos désordres.
Car elle est rencontre avec Dieu dans la lumière, source de la repentance, amorce de la rédemption.

ÉPREUVE POUR MIEUX RENCONTRER OU RETROUVER DIEU
C'est cet accès (ouverture, éveil, confrontation) au plan de la conscience de soi liée à celle de ce qu'on a fait, qui permet que nous arrivions au point où Dieu veut nous rencontrer, nous retrouver : à la repentance (un vrai repentir, une contrition sincère, un amer regret, un abandon à la vérité sans calcul) qui témoigne de la vraie faiblesse et misère de soi que nous sommes - pécheur/pécheresse incapable de tenir jamais dans le bien, de satisfaire aux exigences divines et de lui plaire par nous-même.
"La grandeur de l'homme est grande en ce qu'il se sait misérable" a compris et écrit Pascal.

C'est là que Dieu veut nous amener... tous ; pour nous pardonner !
Car son amour veut toujours surpasser sa justice.

Nous pardonner et encore, bien plus, nous délivrer de ce que Paul a pu appeler "la terrible loi du péché" qui nous habite, nous affecte et nous domine. (Lire ici ce court mais grand et utile traité de la psychologie humaine condensé en 12 versets (14 à 25).

Nous délivrer et encore nous changer, selon le pouvoir de sa sanctification, "sans laquelle personne ne verra le Seigneur." (Hébreux 12.24).

"Que personne, lorsqu'il est tenté, ne dise : C'est Dieu qui me tente. Car Dieu ne peut être tenté par le mal, et il ne tente lui-même personne.14 Mais chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise.15 Puis la convoitise, lorsqu'elle a conçu, enfante le péché ; et le péché, étant consommé, produit la mort."

NOUS SOMMES PÉCHEURS/PÉCHERESSES, DONT SURTOUT ORGUEILLEUX
Plus nous nous développons en capacités personnelles, plus nous nous exposons à devenir (plus) orgueilleux (qu'à notre naissance).
L'orgueil, c'est une trop haute estime de soi. Un piédestal artificiel, sans fondement, dont on finit toujours par descendre - intelligemment c'est mieux, le plus souvent c'est par jugement (par voies de rupture, coups d'arrêt divers).

Et "Dieu résiste aux orgueilleux.
"De même, vous qui êtes jeunes, soyez soumis aux anciens. Et tous, dans vos rapports mutuels, revêtez-vous d'humilité ; car Dieu résiste aux orgueilleux, Mais il fait grâce aux humbles.6 Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu, afin qu'il vous élève au temps convenable ;7 et déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car lui-même prend soin de vous.8 Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera." 1Pierre 5.

Honte et humiliation ont pour effet de nous (r)amener à l'humilité ; car aussi est-il encore écrit : "L'arrogance précède la ruine, et l'orgueil précède la chute." Proverbe 16.18

Et donc qu'est-ce que penser tout de suite à la reconstruction sans chercher à comprendre ? Comme aussi de faire appel d'une décision de justice qui le condamne, comme fait le cardinal Barbarin ?...
"Que toute personne soit soumise aux autorités supérieures ; car il n'y a point d'autorité qui ne vienne de Dieu, et les autorités qui existent ont été instituées de Dieu...
Veux-tu ne pas craindre l'autorité ? Fais-le bien, et tu auras son approbation.
4 Le magistrat est serviteur de Dieu pour ton bien. Mais si tu fais le mal, crains ; car ce n'est pas en vain qu'il porte l'épée, étant serviteur de Dieu pour exercer la vengeance et punir celui qui fait le mal." Romains 13.

Voilà déjà la priorité de ce qu'on peut tirer comme enseignement bénéfique de la destruction massive de cette cathédrale emblématique.
Mais ce n'est pas tout !

Cependant, avant de donner une suite à cet article, voilà que Pâque(s) arrivent (cette année en coïncidence, d'une part Pessah, souvenir et prophétie dans la tradition juive et d'autre part mémorial chrétien appelé Pâques).
C'est un événement du cœur brûlant de l'amour de Dieu pour chacun-e de ce genre humain si naturellement terrible d'injustices et d'insuffisances - de prétendues suffisances - et perdu hors de Dieu (parfois ensemble et toujours isolément).

Je pressens, comme souvent tout juste après une lourde épreuve, que la gloire de Dieu va se manifester. 
La gloire de Dieu est (entre autres) de tourner le mal en bien. De faire apparaître de cendres, de tôles tordues ou de chairs déchirées, telle ou telle bénédiction étonnante, inattendue, généreuse.

Et je me dis là qu'il va le faire aussi ! Que quelque(s) bienfait(s) à sa façon va(vont) nous atteindre très vite... possiblement dans cette Pâque désormais toute particulière de 2019.

Aussi, que vous en connaissiez ou pas toute la signification et le pouvoir, pour une réelle Bonne Pâque pour vous, je vous invite à lire l'article précédent en cliquant ici. 

Soyez richement béni-e.

à suivre...
___________________
* sur la réalité des démons qui sévissent parmi nous, qu'on reconnaît aux effets produits par leurs présences : Activité démoniaque : Y voir clair !

** La réaction-élan de générosité qu'on enregistre tient d'une vieux réflexe conditionné par la christianisation de l'occident et plus encore peut-être par cette église dissidente du pur Évangile. Car elle enseigna longtemps que les œuvres de charité était un véritable moyen personnel pour se sauver de l'enfer - pour se déculpabiliser donc.
Alors que la spécificité de l'Évangile  - étymologiquement "la Bonne Nouvelle" - est que le salut de nos âmes ne vient QUE de notre foi en la mort expiatoire et rédemptrice de Jésus-Christ. Moyen de salut de notre âme unique, dont les œuvres bonnes, venant du cœur et non de l'obligation ou de la pression ecclésiale,  sont des conséquences spirituelles sans rapport avec des dépenses diverses visant à apaiser notre conscience, à rattraper notre manque de foi véritable ou de pratique, à gagner son ciel tout en demeurant dans nos péchés.  

*** Le concept du bien et du mal n'est étranger à personne. Car nous avons tous une conscience morale. Qu'on peut éteindre mais qui nous interpelle relativement bien avant que par notre stupidité nous la soufflions comme une vulgaire bougie.
Et puis nous avons pour la connaissance du bien et du mal, en plus des lois de nos sociétés, un référentiel majeur : la Bible, et notamment les 10 commandements. C'est aussi pour cela que la Bible est depuis des siècles le livre le plus traduit, le plus imprimé, le plus offert et le plus lu par toute la terre.

Partager cet article

Repost0
14 avril 2019 7 14 /04 /avril /2019 10:57

La fête de la Pâque ou Pessach, juive et chrétienne, )
et la fête de Pâques (catholique, orthodoxe, voire laïque...)
commémorent toutes deux, qu'on l'ignore ou pas,
un sacrifice
qui n'a pas fini d'avoir des effets et du sens.

 

                                            (pour qui veut un résumé en audio, cliquez ici)

LA NAISSANCE DE JÉSUS, UNE IMAGE VENUE DU CIEL
Jésus est né en une période indéfinie dans une étable.
Une étable n'est rien d'autre qu'une écurie mal-odorante avec des mouches et des animaux qui dorment ou qui ruminent et font leurs autres besoins sur leur litière.
Comme image idyllique on peut trouver mieux !
Comme vérité, on est au cœur de la problématique humaine: Jésus est mis dans une crèche, c'est-à-dire dans une mangeoire, pour que les "bestiaux" que nous sommes puissent le manger !
C'est une image, mais particuli-rement significative. 

C'est si vrai, que quelque trente années plus tard, Jésus dira à des auditeurs à la fois attentifs et médusés: "Je suis le pain de vie.49 Vos pères ont mangé la manne dans le désert, et ils sont morts.50 C'est ici le pain qui descend du ciel, afin que celui qui en mange ne meure point.51 Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement ; et le pain que je donnerai, c'est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde.
52 Là-dessus, les Juifs disputaient entre eux, disant : Comment peut-il nous donner sa chair à manger ?" (Evang. Jean 6)

La réponse, lors d'une fête de la Pâque, c'est la croix!

CRUCIFIE ! CRUCIFIE ! VIOLE, CASSE, TUE !
Jésus se laisse arrêter, prendre sa vie jusqu'à cette crucifixion barbare, ignoble, horrible, qui met en lumière cette bestialité du cœur humain, que ce soit celui de soldats endurcis, de membres d'une foule excitée ou de religieux bien-pensants.

"Car c'est du dedans, c'est du coeur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres,22 les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l'orgueil, la folie.23 Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans, et souillent l'homme." (Evang. Marc 7)

Par là on peut comprendre que de gentils gilets jaunes, de braves paroissiens ou employés et encore des détenteurs de pouvoir puissent, aujourd'hui encore, surprendre par leurs délits ou crimes et faire l'actualité...

Pourquoi?
Parce que l'être humain sans relation vivante avec le vrai Dieu (homme ou femme à égalité!?), rempli de l'intolérance de l'athéisme ou avec des croyances idolâtres quelconques, est toujours potentiellement la proie de démons quand ils trouvent en lui des pratiques iniques (mensonge, tromperie, vol, injustice, perversion, occultisme...).

Et donc, comment sortir de ce manque, de cette absence de spiritualité divine en nous? Car sans l'Esprit de Dieu nous habitant, nous sommes chacun réduits à un corps qui porte une âme, tout comme sont les animaux!
Avec le plus de nos capacités qui peut se traduire par un plus d'amplitude dans le déploiement du mal ;
Selon que les comportements des animaux sont essentiellement tenus par des déterminismes (selon leurs espèces), alors que nous, nous sommes pourvus d'une vaste plage de liberté(s), seulement (re)tenus par une socialisation/éducation... qui peut laisser libre cours au pire de nos instincts dénaturés! 
Telle est notre condition de chute adamique, avec ses conséquences malignes perdurantes dans quoi tous et chacun nous nous débattons (nous battons, souffrons, nous agitons ou nous laissons couler).
Connaissance de soi trop peu admise et transmise parmi nous par les détenteurs du pouvoir sociétal, au point où le gain est davantage pour ceux qui vivent à partir des souffrances que pour les lambda qui n'ont pas les capacités, temps ou moyen financier pour se procurer de la connaissance correspondant au Réel comme il est ; et par là s'enrichir des vérités qui fondent le bien (bien-être, mieux-vivre, paix intérieure, récupération, sommeil...).   

PÂQUE (PESSACH) ou PÂQUES COMMÉMORENT LE SACRIFICE D'INNOCENTS
Les juifs sont restés au souvenir du sacrifice animal, de l'agneau pascal (animal doux et innocent par nature), institué par l'Eternel-Dieu, via Moïse, à l'occasion de la sortie d’Égypte où la descendance d'Abraham et de Sarah avait été progressivement rendue captive.

Les chrétiens (et assimilés), notamment les "nés de nouveau"comme Jésus expliqua à ce maître de la Loi en Israël, Nicodème, venu le trouver de nuit) célèbre pour leur part le don sacrificiel de la vie de Jésus, "l'Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde". 

Sa mort est là un accomplissement parfait de ce besoin d'un sacrifice que Dieu avait fait connaître dès la chute du premier couple coupable, en tuant lui-même des animaux pour couvrir leur faute et la vue de leur nudité qui en découla.

Accomplissement prophétisé aussi par l'épisode de la vie d'Abraham lorsqu'il est appelé à sacrifier son fils Isaac, où Dieu lui donne de comprendre qu'il se pourvoira lui-même du nécessaire pour l'expiation des offenses qui lui sont faites:
"
Abraham leva les yeux, et vit derrière lui un bélier retenu dans un buisson par les cornes ; et Abraham alla prendre le bélier, et l'offrit en holocauste à la place de son fils.14 Abraham donna à ce lieu le nom de Yawhé Yiré. C'est pourquoi l'on dit aujourd'hui : A la montagne de l'Éternel il sera pourvu." (Genèse 22)

La montagne de l’Éternel c'est alors Morija, devenu Golgotha, le mont du crâne, d'où on va pouvoir en finir avec toutes les tempêtes de pensées qui sévissent sous nos crânes. Ceux-ci figurent notre âme sans l'Esprit de Dieu, déspiritualisée, qui est dès lors livrée à tous les égarements, à toutes les tentations et dépravations, toutes les injustices et l'impiété jusqu'à l'athéisme militant et armé.
"Car mes pensées (dit l'Eternel-Dieu) ne sont pas vos pensées, Et vos voies ne sont pas mes voies, Dit l'Éternel.9 Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, Autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, Et mes pensées au-dessus de vos pensées." (Ésaïe 55)

C'est pourquoi il est encore proposé (en Philippiens 4) aux croyants:
"Ne vous inquiétez de rien ; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces.7 Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos coeurs et vos pensées en Jésus Christ.

POUR DIEU, HIER ET AUJOURD'HUI, RIEN DE CHANGÉ
Et cette année encore, le temps de Pâque(s) est un rappel à regarder à cette croix dressée sous un ciel de plomb, où, Parole du Dieu éternel incarnée par son Esprit, un fils d'homme bien-aimé de Dieu et unique est tué... comme un des pires brigands.
"
Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu." (2Corinthiens 5).

C'est ce que Jésus dit encore au chef juif Nicodème en lui rappelant un épisode de la vie de son peuple, ce qu'on appelle Les serpents brûlants:
Bien que délivré miraculeusement de L’Égypte concentrationnaire,  le peuple "parla contre Dieu et contre Moïse : Pourquoi nous avez-vous fait monter hors d'Égypte, pour que nous mourions dans le désert ? car il n'y a point de pain, et il n'y a point d'eau, et notre âme est dégoûtée de cette misérable nourriture.6 Alors l'Éternel envoya contre le peuple des serpents brûlants ; ils mordirent le peuple, et il mourut beaucoup de gens en Israël.7 Le peuple vint à Moïse, et dit : Nous avons péché, car nous avons parlé contre l'Éternel et contre toi. Prie l'Éternel, afin qu'il éloigne de nous ces serpents. Moïse pria pour le peuple.8 L'Éternel dit à Moïse : Fais-toi un serpent brûlant (en bronze), et place-le sur une perche ; quiconque aura été mordu, et le regardera, conservera la vie.9 Moïse fit un serpent d'airain, et le plaça sur une perche ; et quiconque avait été mordu par un serpent, et regardait le serpent d'airain, conservait la vie." (Nombres 21)

A partir de là, Jésus expliqua ce qui allait se produire le concernant et ce qui en résulterait:
"Personne n'est monté au ciel, si ce n'est celui qui est descendu du ciel, le Fils de l'homme qui est dans le ciel.14 Et comme Moïse éleva le serpent dans le désert, il faut de même que le Fils de l'homme soit élevé (par sa mise en croix),15 afin que quiconque croit en lui ait la vie éternelle." (Evang. Jean 3)

Les serpents ce sont les péchés, nos fautes morales, nos mécontentements comme toutes autres formes d'injustice, qui nous tuent spirituellement (= qui font mourir Dieu en nous en obligeant son Esprit (saint, pur, qui ne peut cohabiter avec le mal) à se retirer de notre corps).

Le serpent de bronze élevé sur une perche, c'est Jésus qui accepte qu"on le monte sur la croix pour mourir à la place de tout être humain, pécheur/pécheresse, imparfait-e, coupable, dont la mort spirituelle, psychique (de l'âme) et corporelle sont en marche.
"Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle." (Evang. Jean 3).

"Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance, Semblable à celui dont on détourne le visage, Nous l'avons dédaigné, nous n'avons fait de lui aucun cas.4 Cependant, ce sont nos souffrances qu'il a portées, C'est de nos douleurs qu'il s'est chargé ; Et nous l'avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié.5 Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités ; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris.6 Nous étions tous errants comme des brebis, Chacun suivait sa propre voie ; Et l'Éternel a fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous.7 Il a été maltraité et opprimé, Et il n'a point ouvert la bouche, Semblable à un agneau qu'on mène à la boucherie, A une brebis muette devant ceux qui la tondent ; Il n'a point ouvrt la bouche.8 Il a été enlevé par l'angoisse et le châtiment ; Et parmi ceux de sa génération, qui a cru Qu'il était retranché de la terre des vivants Et frappé pour les péchés de mon peuple ?" (Ésaïe 53).

LA CRUCIFIXION, LE SACRIFICE QUI SAUVE
Ainsi entre la crèche et la croix, Jésus a grandi, puis s'est montré puissant en œuvres bonnes pour qu'on voit ce qu'il était réellement, avant d'aller au bout de sa mission de sauvetage des âmes - ce qu'on appelle la rédemption, le salut, le rachat ou grâce divine - en prenant sur lui pour nous sauver les conséquences, le jugement final de nos fautes:

"Car le salaire du péché, c'est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur." (Romains 6).

Le nom de Jésus en hébreu, c'est Y'shoua, ce qui veut dire salut, Dieu sauve.
C'est pourquoi il est écrit, regardant Jésus crucifié comme l'Agneau pascal offert par Dieu pour que nous puissions chacun individuellement, selon notre foi, être pardonnés de nos fautes, que "Celui ou celle qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné." (Evang. Marc 16).

SAUVÉ-E DE QUOI? ET CONDAMNÉ À QUOI?
Sauvé de la perte absolue de notre personnalité par anéantissement final de notre âme - qui est le siège de notre ego, de cette conscience de soi qui nous fait dire Je ou Moi-je.

Sauvé dès après la mort physique du tunnel noir qui débouche (comme en témoignent plusieurs personnes revenues d'une EMI le dire) sur les tourments de l'enfer.
L'enfer est un terme non biblique par lequel en fait est désigné la plupart du temps le shéol (en hébreu) ou hadès (en grec), ce qu'on traduit en français par "séjour des morts"*, une immense "bulle" psychique temporelle faite de toutes les âmes devenues et restées captives des esprits satanisés (anges devenus des démons).

Ce qui sera plus précisément l'enfer comme on le pense, vient bien plus tard, comme jugement dernier irrévocable des fautes (de Satan, des anges dévoyés à sa suite, et de quiconque n'a pas reçu Christ comme son Sauveur).

C'est pourquoi  "nous faisons les fonctions d'ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous ; nous vous en supplions au nom de Christ : Soyez réconciliés avec Dieu ! Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation." (2Corinthiens 5)

REVENIR A DIEU PAR LA FOI EN UI, ET EN LA CROIX !
La crucifixion de Jésus est un événement et travail inouïs de Dieu le Père et de son divin Fils, qui a des vertus salvatrices en elle-même et en potentialité, substitutive, expiatoire, propitiatoire, guérissante, libératrice, de rachat (comme les esclaves pouvaient être rachetés de mauvais maîtres).

Et croire, y croire, c'est pouvoir se nourrir spirituellement de la vérité vivifiante de cette "Bonne nouvelle" (ce que signifie le mot grec Evangélion) introduite par Jésus, qui dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme, et si vous ne buvez son sang, vous n'avez point la vie en vous-mêmes.54 Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour.55 Car ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang est vraiment un breuvage.56 Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi, et je demeure en lui.57 Comme le Père qui est vivant m'a envoyé, et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mange vivra par moi.58 C'est ici le pain qui est descendu du ciel. Il n'en est pas comme de vos pères qui ont mangé la manne et qui sont morts : celui qui mange ce pain vivra éternellement.59 Jésus dit ces choses dans la synagogue, enseignant à Capernaüm." (Evang. Jean 6)

C'est le sens du dernier repas de Jésus, qu'on appelle encore la Sainte-cène (le Saint-repas, que l'eucharistie catholique ne représente pas vraiment), qui est réellement et prophétiquement le repas de la Pâque où l'agneau sacrifié pour couvrir les péchés était mangé comme il fut ordonné à Moïse de l'instituer.

Institution qui fut respectée jusqu'au changement que produisit la venue de Jésus. C'est aussi pourquoi les juifs sont mal partout où ils se trouvent, dès lors qu'ils n'offrent plus de sacrifices sanglants selon leur Loi - la Torah, dont le livre du Lévitique, explicite, ne peut être retiré sans être remplacé par une réalité supérieure.

LE GRAND REMPLACEMENT
Sans reconnaître Jésus comme "L'agneau de Dieu" qui fait cesser en les remplaçant tous les sacrifices sanglants nécessaires pour obtenir la paix avec Dieu.

Aujourd'hui encore cette expression de l'amour de Dieu se donnant pour nous secourir, est rappelée car sans cela, nous mourrons encore dans nos péchés, loin de Dieu, sans Dieu, après notre mort comme avant.

Cette mort si particulière de Jésus et son sang d'innocent versé en sacrifice volontaire sont liés à une grande libération des captifs, non plus de l’Égypte de pharaon mais de la force du péché qui réside dans notre cœur.
Cette fête (comme aussi la Sainte-cène demandée par Jésus) figure, rappelle donc l'inimitié qu'il y a naturellement entre nous et Dieu, qu'il veut changer en amitié et intimité, restauration relationnelle possible pour qui vient à la croix et à Jésus:
"Pierre leur dit : Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ, pour le pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint Esprit.39 Car la promesse (de Dieu, du don de son Esprit qui est vie éternelle) est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera." (Actes des Apôtres 2)

"Car la vie est dans le sang" (Lévitique 17) et "sans effusion de sang, il n'y a pas de pardon" (Hébreux 9).
De la sorte, "Si nous confessons nos péchés, Dieu est fidèle et juste pour nous les pardonner et nous purifier de toute injustice" et "si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché."

FÊTER PÂQUE(S) SANS OUBLIER, SANS CACHER!...
Une fête sous forme de jeu de piste à la recherche d’œufs et de lapins en chocolat est organisée pour des enfants.
Je demande à une animatrice s'il va être parlé aux enfants de Jésus et ce qui est à l'origine de ce temps et de ce jeu. - Non, c'est laïque ici!
- Mais la laïcité c'est la liberté d'expression, concernant ce qui est religieux ou spirituel comme le reste.
- On peut pas!

Idem qu'avec Noël! Drame de l'occultation des réalités fondamentales, en fait de l'athéisme (militant, réducteur du Réel) qui s'impose à la laïcité (qui devrait rester ouverte)!... Silence qui se paie un jour ou l'autre, d'une manière ou d'une autre. Car si on ne sait pas, et si on ne met pas les souffrances et la mort de Jésus, son sacrifice pour nous, à sa place dans et pour notre propre existence, ce sont d'autres souffrances, et une mort terrible, qui viennent, qu'il veut nous éviter, qui viendront à nous et dont nous n'aurons pas assez de moyens pour échapper à la plupart!

Pâque(s) donc, sans oublier que si la mort de Jésus est à saisir comme l'extraordinaire moyen du pardon de nos fautes et de l'éternisation de notre âme (éternisation toute personnelle, de vous, de moi), c'est aussi parce qu'il est RESSUSCITÉ et vit pour toujours que tout cela peut devenir possible, opérationnel, par l'envoi gracieux de son Esprit-Saint jusqu'en nous.

"Car Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous.9 A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère.10 Car si, lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, à plus forte raison, étant réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie (retrouvée, ressuscitée)."

Ainsi par cette spiritualisation de la première fête, qui fit dire à Jésus expirant "Tout est accompli", chacun par toute la terre (juifs compris) peut vivre un jour pour la toute première fois (puis régulièrement) cet événement et ses effets comme lui étant particulièrement destinés.

Que Dieu y pourvoit pour vous, c'est mon vœu et ma prière.

Un chant  -  un résumé en audio, cliquez ici (3'47")

une prière (de paix avec Dieu)

_________________________
* article annexe ici d'un clic ! Les 5 types de mort

Aussi pour vous aider si vous en ressentez le besoin, une trame guide de prière

 

Partager cet article

Repost0
23 mars 2019 6 23 /03 /mars /2019 10:58

Expression du toujours vieux conflit entre les ténèbres et la lumière.
Où le genre humain est tenu en otage entre autres
tant qu'il se laisse fractionné...
et aussi tant qu'on amalgame sans discernement le bien et le mal...

CRISE = SYMPTÔME !
La crise française qui s'est traduite par l'apparition des gilets jaunes est révélatrice, mais de quoi plus exactement?... 
Car on voit bien qu'il ne suffit pas d'enduire de plâtre ou de chaux-vive, de colmater des fissures, de passer un peu de baume là où ça semble faire mal, de rafistoler, bidouiller... pour résoudre ce qui se passe !

Bien que cela soit central, l'essence (qui enflamme) du problème n'est pas la politique et la démocratie, ni même le pouvoir d'achat.

Et ne pas aller "au fond des choses", jusqu'à un curetage qui atteint la racine profonde du mal, on remue ce qui fait souffrir, on abîme plus encore, toujours sans solutionner...

Car toutes les crises sont essentiellement révélatrices de deux grandes vérités :

1 - La terre n'est pas le paradis rêvé.
C'est d'autant plus compréhensible que plus on avance - en progressiste ou en traînant les pieds - plus on peut observer
   - la militarisation du monde, la sophistication croissante des armements, l'augmentation des crimes et délits, des faits de violence et le besoin connexe de prisons, avec tous les coûts faramineux occasionnés ;
   - que cette puissance du mal n'a jamais fait au cours de toute l'histoire autant de morts qu'il y en eut dans le seul dernier siècle rien qu'en quelques guerres affreuses (dont deux dites mondiales) et autres révolutions sanguinaires (Russie et Chine notamment) - au minimum entre 150 et 200 millions ! ;

De fait il faut arrêter de rêver qu'un politique ou un gouvernement plutôt qu'un autre va soudain devenir le sauveur, l'artisan d'une paix durable ! Ce sera toujours une illusion !

C'est à trop s'appuyer sur des hommes (qu'on élit ou qui se proposent) qu'on a vu apparaître des Napoléon et plus récemment des Hitler (un élu du peuple avant de l'être du diable).
Sans même aller jusque là, avec n'importe quel élu, on est bientôt déçus, aigris, frustrés, irrités... jusqu'à se lever pour obtenir plus de justice (de justesse) ou de liberté, et on pète les plombs parce qu'on ne répond pas soi-même de la bonne manière à la situation qui amène le trouble ;

UN ÉGOCENTRISME PROBLÉMATIQUE
- Seconde observation majeure à épingler: Nous sommes tous des êtres imparfaits, faillibles enclins à se tromper et à mal faire plus qu'à trouver naturellement les bonnes solutions à ce que nous sommes amenés concrètement à vivre.
Pour parler clair, la problématique de notre égocentrisme - qui se développe en proportion de nos propres forces et moyens d'emprise sur nos environnements (personnes, choses, espaces) - constitue un élément majeur, de fond, de nos difficultés (intérieures et extérieures).
Alors plutôt que de gueuler contre autrui, de mépriser ou haranguer, de s'élever d'une manière ou d'une autre, on ferait TOUS mieux de s'humilier d'être encore en guerre avec/contre quelqu'un, qu'on soit Président de n'importe qui n'importe où, ou simple citoyen ou apatride d'ici ou de là !
Faute d'avoir ce regard et cette attitude, on n'a que la violence comme réponse à la violence, ce qui finit par s'appeler de la vengeance, ce qui outrepasse le droit... divin comme celui de la nation.
"9 Ne vous vengez point vous-mêmes, bien-aimés, mais laissez agir la colère ; car il est écrit : A moi la vengeance, à moi la rétribution, dit le Seigneur."

Car Dieu fait grâce aux humbles, mais laisse les orgueilleux, les vindicatifs, les menteurs, vengeurs, arnaqueurs, tous les injustes... à leur(s) sens désorienté(s), livrés à leurs conflits sociétaux comme personnels qui n'apportent, au mieux, que des temps brefs de soulagement et de répit (après tel ou tel cumul de souffrances qui auraient pu être évitées).

Donc marcher paisiblement dans la rue pour dire ce qu'on éprouve - et mieux encore en priant pour que Dieu dispose favorablement les cœurs des autorités comme cela nous est conseillé - pas de problème. Mais c'est vrai que dans un pays qu'on a dépouillé de sa foi fondatrice (amorcée en Clovis le 1er roi franc-çais), ce langage  peut faire hausser les épaules !... tant qu'on a encore la force de le faire...

Et donc casser, caillasser, c'est à l'inverse de l'ordre de violer une femme ou un enfant pour répondre à ses pulsions - peut-être  naturelles, mais qui ont besoin d'être maîtrisées ou traitées.
Et justement, on arrive là à notre problématique universelle personnelle, celle qui va à l'encontre de toutes les paix, savoir le fond de notre nature profonde, d'avant socialisation et de pendant situation de crise...

Donc comprenons déjà qu'il nous faut sortir de cette idée (r)évolutionnaire progressiste qui nous entrave tous - de la même manière que des enlisements réactionnaires mal éclairés - que dit que la terre, même si elle n'est pas aujourd'hui le paradis, le deviendra demain par nos propres forces, par quelques nouveaux chants ou grand débat, par les technologies, l'intelligence humaine ou artificielle, par nos espoirs humanistes...
Parce que non, la foi en l'homme (femmes et enfants compris) n'est pas une foi bien placée. La simple lecture de l'histoire - du sens réel de l'histoire - et (surtout) des actualités - en témoignent !... 


L'INTELLIGENCE HUMAINE DÉPASSÉE... ET SURPASSÉE !
De fait, le monde (toute la création) va bien, largement en tenu en mouvements et équilibres parfaits depuis l'aube des temps... juste perturbée - mais quels dégâts locaux ! - par l'ébullition des intelligences séparées de Dieu, des humains... et des anges déchus (les démons), ces derniers établis (comme nous, avant nous) dans le mal-être et les révoltes, et qui nous y poussent quand ils ne parviennent plus à nous contenir par leurs ruses en matière de séduction.

Faute de voir ainsi, on n'a pas fini d'être en guerre, avec un voisin ou un conjoint, avec un patron ou un ouvrier, avec un gouvernement ou des citoyens, avec le pouvoir d'achat et tous les pouvoirs qui veulent dominer sur les autres, avec des maladies, même avec la nature (la terre) et le climat (le ciel, qu'on dérègle) - et sur ces derniers points, le morceau va être très très très difficile à avaler (à résoudre, car même les planches à millions de billets n'y suffiront pas)...

C'est en ce sens qu'on est chacun et tous pris, universellement, dans des troubles et des affrontements... sans fin ! 
Pris, autant le commandant de bord, les machinistes que tous les passagers de toutes les classes, personnes mais aussi tout ce qu'on touche (qu'on salit, abîme, fait dépérir), pris dans une nasse, sur un Titanic ou dans un gros avion endommagé comme est cette terre dont on échappe pas si facilement !

D'où le cumul des dérèglements qui défont les foyers, aliènent ou traumatisent les enfants, font crouler les entreprises, vendre les pays en morceaux géographiques ou par domaines d'administration à des étrangers, jusqu'à la question déjà évoquée des fièvres et spasmes du climat qui sont effet pur et simple de l'étendue de comportements humains irresponsables, inconscients, aveugles, sur les environnements (causalité que la Bible enseigne déjà dans l'Ancien Testament ou encore dans le Nouveau ici ou encore ).  

Par "sans fin", il faut comprendre : Qui peut durer trop longtemps (plus longtemps que nous) et que la solution n'est entre les mains de personne ici-bas... sauf entre des mains armées et qui en viendront à tirer, toujours sans rien solutionner ! (selon que Dieu ne va bientôt même plus être prié au sujet de nos affaires même les plus graves parce que son Esprit et ses enfants dans la foi ne seront plus là).

Cela dit parce qu'outre les signes qui font notre actualité en figurant la décomposition certaine des infrastructures de l'humain. La Bible aussi nous avertit, depuis des millénaires par plusieurs de ses livres prophétiques, de la mauvaise tournure généralisée des choses.
Et comme plus de cent prophéties se sont déjà accomplies, celles encore à venir vont aussi paraître... certaines s'accomplissant déjà sous nos yeux, visibles dès lors qu'on sait et que nos yeux (spirituels) sont ouverts par la grâce que Dieu accorde par Jésus-Christ et son Esprit-Saint.

ON EST DES GRANDS INCAPABLES !
Et donc l'essentiel sur quoi s'arrêter à mon avis, est que la crise actuelle révèle dans tous les cas le coeur humain !
Notre cœur à tous - qui est d'abord notre âme, siège de nos capacités psychiques et de la conscience de soi (qui nous fait dire "moi-je").
Composante de notre personne, notre âme est d'autant plus problématique qu'elle - que "moi-je" - s'impose à l'esprit qui a été donné par Dieu comme un arbitre en rapport du bien et du mal et comme un coach en matière de développement et d'avancement.

Ainsi n'avons-nous au mieux un peu de paix en nous-même que lorsqu'on nous laisse tranquille - et c'est de moins en moins souvent et longtemps -, et surtout on ne sait pas gérer, de quelque place ou poste élevé qu'on se trouve, malgré des moyens de plus en plus importants à notre disposition, la nécessaire vie en société, le fameux "vivre-ensemble" dont on parle d'autant plus qu'il est menacé, voire ici ou là écrabouillé !

La notion de Bien commun s'est fondue au fil des décennies, au profit de "droits" lâchés, créés, imaginés pour tous sous prétexte de justice égalitaire parfaite...
Une frénésie, une hérésie de plus quant au bon sens, à ce qui est réellement juste. Savoir que la justice peut très bien être parfaite et respectable avec des inégalités ! Même avec les hiérarchies et autres différences, qui sont moins à combattre que nos sentiments personnels qui sont nos vrais perturbateurs, la frustration, l'envie, la jalousie, le sentiment d'infériorité et celui de supériorité, la mégalomanie même qui devient le partage du plus grand nombre !

A tout vouloir mettre à plat, égaliser, "paritairiser", on crée un encéphalogramme sans relief, qui indique la mort du bien, des ordres préétablis formant viabilité.
Arrêt d'effets des vrais progrès aussi, ceux qui avaient fait émergé la France et l'Europe des barbaries antiques et des obscurités moyenâgeuses.

ON EST DANS LE SCENARIO "DORIAN GRAY" OU "PEAU DE CHAGRIN"
On signe par nos comportements qui s'individualisent et s'exacerbent, si ce n'est la mort de l'humain - car heureusement le genre humain dépend de Dieu et pas de nous seuls ! -, du moins d'incessantes déclarations de guerre - comme aussi des revendications féministes déjantées jusqu'à des délations façon années 30 - qui finissent de pourrir cet ordre où le vrai Dieu n'a pas sa place.

Certes Celui-ci ne va pas prendre les armes pour qu'on le respecte et pour nous imposer des lois restrictives et son amour - car le vrai Dieu est amour, et l'amour ne se plante pas dans les cœurs par l'intimidation et la peur. Car contraindre le naturel humain préjudiciable par des lois (civiles comme religieuses), ce n'est pas le libérer ; c'est l'exaspérer !

Et vouloir considérer l'humain comme un corps déjà mort (soumis, non réactif, duquel on peut retirer tout ce qui l'habille, son argent par les impôts ou sa conscience par un jeu de lois qui combinent libertaire et répression d'opinion), c'est le sortir de la torpeur dans laquelle le système l'anesthésie, sans le tuer totalement et bien sûr sans le guérir de ses maux adamiques.
Pauvre, voire dangereux moyen que la psychologie quand elle n'est qu'un développement néodarwinien athée! La doctrine évolutionniste n'a pas fini de produire des métastases ravageuses. Car plus on voudra créer un nouvel homme, parfait donc (maître de ses pulsions et passions, respectueux et soumis à la doxa la plus puissante, égalitaire en tout...), plus on va durcir la résistance du "vieil homme" (dont la Bible parle depuis longtemps et indique comment il doit être traité). Plus donc on va amener le totalitarisme mondialisé qui commence à se lever comme un cobra sur sa queue.
 

D'où les symptômes qui paraissent comme des irruptions cutanées graves : manif' récurrentes, défilements urbains pour différents motifs, grèves, et encore divorces et procès en progression dramatique, sans oublier les attentats et autres actes individuels de pétage de plomb comme les démons savent en provoquer chez les personnes qui leur sont le plus assujetties...

Tout est là qui crie ensemble un mal bien plus profond que les effets somme toute secondaires visibles qui en résultent. Car le mal fondamental, primordial, c'est que les français comme toute l'Europe a perdu Dieu ! Celui qui a fait la différence (économique, social, humaine) entre l'Occident et le reste du monde ! Le Dieu unique, le Dieu vivant qu'on peut connaître.

Mais tant qu'on se cristallise, bloque, s'endurcit sur les douleurs immédiates, rebondissant inlassablement par de mauvais ressorts, on reste captifs, borgnes ou aveugles, ne voyant pas ou plus dans l'invisible, dans le domaine des pensées et de leurs sources (4 potentiellement).
Le nez dans le guidon, on ne voit pas l'horizon des énergies psychiques et spirituelles vivantes qui existent et agissent - que ce soit Dieu d'un côté ou Satan et ses démons de l'autre. Et ainsi chacun savons-nous bien naturellement et facilement démolir, corrompre, gâter, et beaucoup moins construire ou même simplement restaurer !

L’ANNÉE DU JUBILÉ !
Gilets jaunes, bonnets ou foulards rouges insatisfaits, encapuchonnés démonisés, étudiants ou personnel soignant de plus en plus en déroute, économie qui s'étouffe, dette esclavagiste, politiques impuissants secoués mais accrochés à leurs privilèges confortables, tout s'ajoute et montre l'ampleur du mal en cette année jubilé de Mai 68 !

Une analyse objective peut montrer qu'on est là face au fruit géant et gênant de ce spasme jouissif de 68 qui a enfanté - sans rien libérer - un relâchement des mœurs, de la morale, l'irrespect des autorités, et généralisé comme jamais la corruption de ce beau cadeau de mariage divin qu'est la sexualité.
Et quand un tel objet rare est livré à tous vents, perdant forcément sa qualité, ses goûts, sa finalité, il se change - et c'est largement et tristement fait - en sujet d'allergie, en cause de nausée, de répulsion, voire en source d'effroi quand l'intempérance qui en résulte (addiction sexuelle) pousse jusqu'au viol et autres crimes consécutifs.

Oh, on glousse encore d'être une nation phare, une lumière dans la nuit pour d'autres nations ! Coq orgueilleux, on se targue de la "spécificité française" et on pense toujours à l'exporter et à en couvrir le monde via la mondialisation !

Mais c'est aujourd'hui les conséquences de notre déroutage spirituelle que nous avons, plein de souffrances, sous les yeux !
Car plus nous avons reçu du Ciel, plus aussi il nous est redemandé ! Et quand on met le comble à nos infidélités ou trahisons, on est jugé sévèrement, notre honte est exposée que le monde étonné regarde !

On vit le fruit véreux mûr de notre apostasie croissante, de notre orgueil impie, de notre manque de recherche de la vérité sur Dieu. En découlent notre impuissance, notre laxisme face aux amalgames que les esprits méchants des lieux célestes nous inspirent, et face aux pluralités qu'ils animent pour les assembler comme les pièces d'un puzzle dont on n'a pas le modèle et qu'on forme à s'emboîter.

Laxisme et pressions aussi (fiscale, administrative dépersonnalisée, services publics abandonnés aux empoignes de la concurrence privée, libertés libertaires...) qui pourrissent le tissu social. Jusqu'à faire en ce printemps - prometteur côté nature mais pas côté culture - des taches de couleurs mal assorties, jaune-contestation et noir-casseur avec bleu-forces-de-l'ordre et maintenant kaki-militaire.

Et donc le salut - la paix, la compréhension, le sens, la joie d'exister - reste individuel - pas de salut public, global ! Car Dieu seul peut donner plus d'aise à quiconque se confie en lui, revient à lui, le cherche pour le trouver:
Si nous faisons trois pas vers lui, comme trois pas dans le vide si on n'est pas encore croyant-e, attendons-nous toujours, attendez-vous à ce qu'il en fasse au moins autant - voire bien plus - lui-même vers vous.

Bien cordialement. Recevez déjà là sa bénédiction.  

Partager cet article

Repost0
13 février 2019 3 13 /02 /février /2019 11:47

La fin terrestre d'un être humain est un témoignage sans fard de la valeur réelle des fondamentaux de son existence.
Ainsi il nous est dit de Voltaire par exemple que sa fin fut épouvantable. Son médecin, le docteur Tronchin écrivit: "Je voudrais que tous ceux qui ont été séduits par les livres de Voltaire eussent été témoins de sa mort. Il n'est pas possible de tenir contre un pareil spectacle."

Henri Heine, un des plus grands écrivains du XIXe siècle, longtemps persifleur contre la foi, écrit sur cette fin de sa vie : "Depuis quatre ans, j'ai renoncé à tout orgueil philosophique et suis revenu vers des idées et des sentiments religieux ; je meurs dans la croyance en un Dieu unique, le créateur éternel de ce monde, dont j'implore la miséricorde pour mon âme immortelle. Je regrette d'avoir parfois parlé de choses saintes sans le respect qui leur était dû, mais j'étais entraîné bien plus par l'esprit de mon époque que par mes propres penchants. Si j'ai, sans le savoir, offensé les bonnes mœurs et la morale, essence véritable de toutes les religions monothéistes, alors j'en demande pardon à Dieu et aux hommes."

SUCCÈS ET SOUFFRANCES
Nous vivons une condition humaine dégradée, dénaturée, amoindrie... qui explique l'essentiel de nos insatisfactions, problèmes et souffrances, et encore les difficultés que nous avons à y trouver des solutions.

Certes nous faisons des progrès, parfois remarquables, mais le mal est une réalité dynamique, qui évolue en fonction de nos comportements, et dont on voit bien qu'il est comme l'eau, retenue quand elle est prise dans une tuyauterie et par des robinets fermés, mais capable de se répandre n'importe où par des points de fuite.

EN NOUS, DUEL OU DUO ?
Dans cette condition - devenue le naturel dans lequel nous naissons et évoluons -, notre corps et notre âme sont assez souvent en duel, alors qu'à l'origine ils ont été créés complémentaires, pour vivre en duo.
De fait notre santé, psychique comme physique, voire spirituelle, dépend de ce rapport - harmonieux ou chaotique - entre ces deux grandes parties de notre personne. 

C'est ainsi que par notre âme nous pouvons aimer le chocolat ou plus généralement manger ou boire bien plus que notre corps ne le supporte. Et si nous n'apprenons pas à maîtriser nos plaisirs - qui sont toujours une perception psychique, un ressenti de l'âme, même s'ils découlent de l'un ou l'autre de nos 5 sens -, divers désordres d'ordre physique (physiologique) peuvent apparaître... comme expression maligne la plus sensible du manque de compréhension, de sagesse, de maîtrise au plan de notre être intérieur.
On appelle ce phénomène la somatisation, quand le corps laisse se produire en lui un trouble (une maladie ou une addiction) destiné à interpeller l'âme, moi ! Ce moi que je suis censé être supérieur au corps, son gardien en quelque sorte.

Et il en est ainsi de toute démesure et autres mauvais usages que nous faisons de notre corps, que ce soit comme on a dit dans le domaine de l'alimentation, de la pratique sportive (trop intensive ou insuffisante), du travail ou d'une passion (dévorante, chronophage, épuisante), de la sexualité, des pensées (idéologies fausses, croyances trompeuses, valeurs bafouées ou controuvées...), du sommeil...

SURVEILLANCE MUTUELLE EFFECTIVE ET NÉCESSAIRE 
Les réactions du corps (via un organe, un fluide ou un autre) à une sollicitation anormale peuvent prendre deux directions :
- soit tel organe trop sollicité va se mettre à réclamer lui-même avec toujours plus de force ce qu'on lui impose d'injuste.
Il entre alors dans un cercle de dépendance et désordre croissants, vicieux et jusqu'infernal puisque cette union du corps et de l'âme dans un mauvais traitement de leurs usages respectifs finit par permettre à une entité démoniaque de se greffer sur nous, ce qu'on appelle addiction, oppression et même possession, d'où les troubles dans l'ordre psychique ou spirituel ;

- soit le corps se fatigue et capitule face à notre obstination psychique, laisse faiblir ses défenses (immunités), au puis où un virus (dont il aurait pu, en meilleure santé, se défendre) peut se mettre à avoir raison de lui dans telle ou telle partie de son corps.
Et on sait que d'un unique et petit point d'ancrage du mal, peut résulter pour nous une grosse maladie, un trouble physique sévère, et même la mort (qui exprime le franchissement d'un seuil critique d'abaissement des forces vitales).

À la suite on peut dire qu'on a tous expérimenté que la présence et domination d'un mal corporel ou d'un autre affecte en retour notre moral... Et disons tout cru, l'affection du moral est bien souvent une interpellation sur notre morale !
Car si le bien et le mal existent en matière de santé physique, il existe aussi en matière de santé psychique, avec des définitions connues et avérées de l'un et de l'autre. Par exemple Les 10 commandements ou le danger qu'il y a dans les pratiques occultes...

LIBERTÉ DE CHOIX ET DÉTERMINISMES CONNECTÉS
En nous tout cela fonctionne, agit et réagit en pleine intelligence du Réel, dans le but que nous nous soucions bien davantage de comprendre le sens, des épreuves, de notre propre présence en ce monde, et encore de tout l'aléatoire non seulement de notre présent et futur ici-bas, mais encore de notre devenir éternel ! Aléatoire tant que nous n'en savons pas assez, mais qui peut être changé en ordre, en paix intérieure, voire en joie, par une intelligence nouvelle des choses (modifiée, élargie, éclairée, surajoutée).

Alors bien sûr, quand un mal nous abaisse de manière significative, il nous faut recourir à un spécialiste ou un autre de la lutte contre le mal. Cela va du médecin généraliste à diverses sortes de psy-thérapies, et au recours à Dieu pour qui croit en son existe et en sa capacité à libérer une âme captive ou un corps malade.
La Bible affirme que Jésus est "le même, hier, aujourd'hui et éternellement", et donc il est toujours capable de faire des miracles comme il fit lors de sa (première) venue sur terre.
Des témoins de guérison ou de délivrance aujourd'hui encore le racontent, comme je l'ai moi-même expérimenté à quelques reprises, dont le cas particulier que vous pouvez lire ici).

AVEC DIEU IL EST IMPORTANT DE S'IMPLIQUER
Avez-vous des "points de fuite", par où votre vie et vitalité sont affaiblies, menacées, attaquées ? 
La Bible appelle ces points de fuite (du bien) ou porte d'accès au mal le et les péchés. Pécher c'est étymologiquement "manquer la cible", du bien, ce que Dieu a conçu que nous pouvons faire pour connaître le bonheur et partager son amour et son éternité.
Ainsi pécher c'est mal faire, ou faire mal, et cela c'est sortir du bien ou ne pas pouvoir y entrer.

Et si mal faire et faire mal est la principale caractéristique de notre condition abîmée, il faut aussi savoir que Dieu lui-même a prévu une porte de sortie du mal, ce qu'on appelle le pardon de nos péchés (fautes actives ou passives, pratiques comportementales ou conceptions mentales mauvaises).
Et alors que Jésus a tout payé à notre place en donnant sa vie dont le corps a été crucifié jusqu'à la mort pour nous, il est attendu de nous devant Dieu de la vérité et de l'humilité, ce qui permet que nous lui confessions nos fautes et obtenions son parfait pardon.
"Car le prix que coûte le péché (que doit payer celui/celle qui pèche), c’est la mort ; mais le don que Dieu accorde gratuitement, c’est la vie éternelle par la foi et dans l’union avec Jésus-Christ notre Seigneur."

(On peut aussi avoir à demander pardon à quelqu'un à qui on a fait du mal, et il faut le faire sans quoi Dieu ne peut pas nous pardonner...).

Si vous avez envie de prier pour vous mettre en ordre avec Dieu, vous avez ici une trame de prière pour vous y aider.

Un autre article qui peut vous intéresser : ET SI LA MEILLEURE FAÇON DE S'OCCUPER DE SON CORPS, C'ÉTAIT DE S'OCCUPER SURTOUT DE SON ÂME !?

Partager cet article

Repost0
24 janvier 2019 4 24 /01 /janvier /2019 08:35

Chère lectrice, lecteur,

On ne saurait trop le redire, dans un monde qui se perd (repères, valeurs, sens général, directions particulières... et même pouvoir d'achat !) : Dieu existe et Jésus est vivant !

CROIRE QUE DIEU EST UNE PERSONNE RÉELLEMENT VIVANTE !
Pour vivre régulièrement des expériences avec lui depuis plus de trente-cinq ans, et compte tenu de mes propres difficultés et insuffisances, je peux assurer que le Dieu véritable est un Dieu fidèle, qui ne manque pas quand on l'invoque... et même quand parfois on se déroute (Il sait nous retrouver).

Telle est la vérité la plus essentielle que nous ayons non seulement à connaître de manière intellectuellement (par notre âme), mais encore à connaître par notre esprit et son Esprit. C'est-à-dire dans une relation vivante, rapprochée, qui vient et tient de la connaissance que nous pouvons avoir, lui de nous et nous de lui.

Relation faite d'expériences de ses réponses à nos prières ou attentes ; parfois de ses silences - qui n'ont d'autre but que de nous interpeller, pour une raison ou une autre - à rechercher - ; aussi de muscler notre foi pour que nous ne croyons pas seulement quand nous (le) ressentons.

Relation faite aussi bien sûr de ressentis, comme par exemple le bien dans notre cœur quand on expérimente un exaucement de prière, ou face aux merveilles de la nature, ou quand nous lisons avec à propos des paroles qui viennent de lui.

On ne doit pas se contenter de savoir qu'il y a deux mille ans Jésus a rendu vivantes des paroles de Dieu à deux disciples en train de perdre la foi (lire ici), mais on doit croire que par le même Esprit, il peut aujourd'hui, à nous personnellement, parler d'une manière toute surnaturelle ou d'une autre.

PAROLE(S) DE DIEU : DIEU PARLE TOUJOURS
Si toute la Bible est parole(s) inspirée(s) du Dieu souverain, quand nous n'avons pas une direction particulière de l'Esprit, le livre des Psaumes est comme une source abondante d'affirmations et de promesses par lesquelles il peut nous parler, établir une relation avec nous.

Hier soir par exemple, je ne me sens pas suffisamment près de Dieu, notamment sans direction spirituelle. Au bout d'un moment je décide de me placer devant la Bible, demandant à Jésus de me conduire où il a quelque chose à me dire.
Il me rappelle (par une pensée qui me vient) "psaume 84", qu'il m'a déjà dit de lire 2-3 semaines en arrière (et dont j'ai a priori oublié le contenu). 
En lisant je me rappelle du texte, mais surtout l'Esprit me met en relief le verset 6 "Heureux ceux qui placent en toi leur appui ! Ils trouvent dans leur coeur des chemins tout tracés." J'approuve cette affirmation et demande alors à voir dans mon cœur quel chemin...

Puis au verset 12 je lis une autre affirmation (que je connais, mais on est si oublieux !) qui m'interroge "l'Éternel Dieu est un soleil et un bouclier, L'Éternel donne la grâce et la gloire, Il ne refuse (ou retient) aucun bien à ceux qui marchent dans l'intégrité.". Il me semble que je marche dans l'intégrité !? Mais l'Esprit tout-divin me fait sentir que non ! Il y a un problème !
Comme je ne vois rien je m'humilie et demande sa lumière : Il me montre ce que je n'ai pas réglé, qui peut se régler - et qu'il est préférable de le faire - avant la fin du jour (si je veux être rapproché de lui).
Ce que je fais, et que l'Esprit atteste en moi.
Le lendemain matin, un, deux, trois chemins se tracent en moi, dont a résulté cet article.

Le Psaume 23 commence avec une affirmation similaire "L'Éternel est mon berger : je ne manquerai de rien."
Cette fois c'est notre part de croyant de croire et d'affirmer que si je prends le Dieu de toute éternité comme conducteur de ma vie (comme un berger conduit les brebis/moutons qui lui sont confiés), je ne manquerai de rien ! 
Car si cette affirmation venue de David (le berger/poète/roi) est écrite là, c'est qu'il s'agit d'une vérité sur laquelle tout croyant authentique peut fonder sa foi. La part de Dieu est alors de répondre en rapport de notre foi, c'est-à-dire ici de faire qu'on ne manquera de rien.

On peut noter que le verbe manquer est au futur. L'affirmation est donc une promesse de Dieu. Il la tiendra quand il jugera que c'est le meilleur pour nous, et encore quand il pourra ! Puisqu'on vient de voir que peuvent exister des obstacles de notre part (manque d'intégrité mais aussi d'autres), qui empêchent Dieu de nous accorder tout le bien dont il veut nous pourvoir.

¤

Pour poursuivre une étude personnelle, voici quelques passages-clés :
- la foi qui met "en paix avec Dieu" et conduit à "l'aimer" n'a rien d'une simple croyance religieuse, mais passe par une "nouvelle naissance", toute spirituelle, qui se produit en nous :
     - Principe "A tous ceux qui l'ont reçue (la lumière de Dieu), à ceux qui croient en son nom (Jésus-Yeshoua-Issa), elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés,13 non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu."

      - Exemple : Évangile selon Jean, chap. 3, versets 1 à 21.

- Pourquoi la foi au Dieu vivant ne peut être séparée de la foi en Jésus vivant (mort et ressuscité) :
"Si quelqu'un est en Christ (né de Dieu), il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.18 Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation.19 Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation.20 Nous faisons donc les fonctions d'ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous ; nous vous en supplions au nom de Christ : Soyez réconciliés avec Dieu !21 Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu."

- Distinguer le bien du mal, avec, d'une manière générique "nos manifestations mauvaises", "les 10 commandements", le danger des contacts occultes, et en vis-à-vis "le fruit de l'Esprit" (ce vers quoi nous devons tendre pour le pratiquer par la force de la vie nouvelle de Christ en nous et la foi.
(Pour mieux cerner le mal selon Dieu qui pourrait vous concerner, voyez vous-même avec le Saint-Esprit pour qu'il vous conduise à voir/trouver ce qui vous est tout personnellement problématique).

Et bien sûr, parce qu'aucun d'entre nous n'est parfait en soi, c'est-à-dire sans pécher, sans faute, sans tomber, sans faire mal, "Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité.10 Si nous disons que nous n'avons pas péché, nous le faisons menteur, et sa parole n'est point en nous."
Et là, nous avons à apprendre à distinguer entre les fautes que nous pouvons commettre, et la force maligne qui nous habite et nous pousse à mal faire de manière répétitive (malgré notre désir de ne pas ou plus vouloir) : Pour les fautes on a besoin de pardon ; pour la force irrépressible dans un domaine donné, on a besoin de délivrance. Pardon et délivrance - et autres bénédictions - sont essentiellement au pouvoir de Dieu. 

Soyez béni-e, et réconcilié-e (jour après jour) avec Dieu par Christ "notre paix" (notre meilleur moyen disponible de paix intérieure durable). "Le Dieu de paix écrasera bientôt Satan sous vos pieds. Que la grâce de notre Seigneur Jésus Christ soit avec vous !"

un chant : Roi des cieux

Vous avez une question ? Posez-la !

Partager cet article

Repost0
25 août 2018 6 25 /08 /août /2018 06:46

(suite de l'article commencé ici ou  de la section immédiatement précédente)

On a vu par des exemples, témoignages et étude des Écritures que le concept de résurrection en tant que retour corporel à la vie après un temps de mort (physiologique, du corps physique) fait partie des expériences potentielles, possibles et encore futures que Dieu peut opérer. 
On a vu plus largement encore que la Bible parle, comme ici par le prophète Daniel, de deux types de résurrection collective finale :
"Ton peuple (le peuple originel de Dieu, la descendance d'Abraham et Sarah) échappera : tous ceux qui se trouveront inscrits dans le Livre (le Livre de Vie). Un très grand nombre qui dorment au pays de la poussière s'éveilleront, les uns pour la vie éternelle, les autres pour l'opprobre, pour l'horreur éternelle. Ceux qui auront été perspicaces resplendiront comme la splendeur du firmament, et ceux qui ont enseigné la justice à un grand nombre, comme les étoiles, pour toute l'éternité."
L'apôtre Paul aussi le dit : Romains ch. 2, vers. 5 et ss.
Voyons maintenant ce que va être ce que la Bible présente comme l'ultime (des formes de) résurrection.


3 – SECONDE DES RÉSURRECTIONS COLLECTIVES (CHRONOLOGIQUEMENT LA DERNIÈRE DE TOUTES)

"Faute de connaissance mon peuple dépérit, dit l’Éternel-Dieu."
On a compris que pour avoir choisi de suivre des voies injustes (égoïstes, méchantes, cupides, perverses, pernicieuses...) de leurs propres mauvais penchants et/ou de ceux des démons, les personnes réduites par la mort physique à leur dimension psychique (âmes des défunts) qui n'auront pas été de la 1ère résurrection, sont retenues captives dans le séjour des morts (shéol ou hadès)* tenu par Satan qu'on a laissé par nos existences continuer à être le dominateur de la terre et des existences - alors que Jésus l'a dépouillé de toute sa puissance depuis longtemps par sa mort et sa résurrection affirme Bible : "Il (Jésus) a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d'elles par la croix."

Et donc ce n'est que par la foi en ce Christ victorieux pour nous de toutes les forces du mal, que les humains que nous sommes peuvent échapper à une main mise satanique sur nos âmes au delà même de la mort physique.

On comprend la réalité temporaire de cette retenue des âmes désincarnées (qui ne sont pas entrées dans leur possible rédemption) dans le séjour des morts, par divers passages, notamment la parabole de Lazare et du mauvais riche et Apocalypse chap. 20, vers. 13... (On y reviendra).

Cette seconde résurrection collective, c'est qu'à un moment défini par Dieu, chacune de ces âmes est réassociée à son corps ressuscité, misérable, périssable, encore condamnable, c'est-à-dire des corps bien différents et moindres que les corps éternels incorruptibles qu'ont reçu les ressuscités de la première heure.

Lisez comment Jésus révèle à son apôtre Jean ce que va être cet événement inouï qui va donner à son tour à nos existences et à notre conscience (et à toute la création) une dimension, une grandeur, une profondeur, sans commune mesure avec ce que nous nous figurons en général, même en tant que croyants, de nos vies et de cet univers.
Cet épisode est généralement appelé Le jugement dernier :
"Je vis alors un grand trône blanc et celui qui y était assis. La terre et le ciel s'enfuirent loin de lui et l’on ne trouva plus de place pour eux.12 Je vis les morts, les grands et les petits, debout devant le trône. Des livres furent ouverts. Un autre livre fut aussi ouvert : le livre de vie. Les morts furent jugés conformément à leurs œuvres, d'après ce qui était écrit dans ces livres.13 La mer rendit les morts qu’elle contenait, la mort et le séjour des morts rendirent aussi leurs morts, et chacun fut jugé conformément à sa manière d’agir.14 Puis la mort et le séjour des morts furent jetés dans l'étang de feu. L’étang de feu, c'est la seconde mort.15 Tous ceux qui ne furent pas trouvés inscrits dans le livre de vie furent jetés dans l'étang de feu."

On lit là que cet événement cosmique sera suivi pour ces ressuscités-là, en vertu de ce que disent ces versets, de deux destinations.
a) La prochaine création de Dieu ou Paradis éternel déjà évoqué, pour les personnes dont les noms seront trouvés écrits dans "le livre de vie"... mais qui n'auront pu être de la 1ère résurrection, étant morts après, ou n'ayant pas eu la foi personnelle qui eut été nécessaire pour échapper à ce séjour funeste***...

b) L'autre destination est un "étang ardent de feu et de soufre" (ce qu'on appelle populairement l'enfer), espace initialement conçu par Dieu pour les anges rebelles et impénitents (anges dont la vie éternelle ne peut finir d'elle-même), qui peut devenir la destination finale des humains qui resteront à fonder leur justice (leur justification devant Dieu) sur leurs propres valeurs personnelles et œuvres (ce qui est la façon dont Satan veut nous faire croire que nous pourrons plaire à Dieu).
Une illustration (à la fois réalité et préfiguration) sur le fond de cette question se trouve dès les origines avec Abel et Caïn et leurs offrandes.

Mais cette fois encore, ce qui va se passer va dépendre de ce qui précède. Savoir qu'il y a une différence fondamentale entre vouloir se sauver (plaire à Dieu)
a) comme Caïn, par soi-même - ce qui est la source de l'humanisme - c'est-à-dire en comptant sur nos propres mérites, par nos œuvres personnelles, notre travail, nos capacités humaines...
ou
b) plus humblement en réalisant notre misère spirituelle ; que nos œuvres ne sont jamais pures ou assez pures pour nous mettre en relation avec Dieu. En comprenant qu'un Dieu saint ne peut avoir de contact avec un homme ou une femme dont les fautes ne sont pas effacées... Et à partir de cette vue (juste) du Réel selon Dieu, opter pour la foi qui sauve. Celle-ci consistant à croire en Jésus dont
     - la vie fut une réussite parfaite en notre faveur - au point où il meurt en pouvant dire "Tout est accompli"... pour nous ;
     - et sa mort fut un sacrifice agréé par Dieu qui dès lors le ressuscita trois jours après.
C'est en vertu de cette foi dit la Bible que nous pouvons échapper à la condamnation éternelle qui résulte de notre vie personnelle dont nos actions, paroles et pensées n'auront pas été de valeur suffisante pour nous introduire dans la sphère de la communion avec le Dieu qui est saint...

C'est ainsi que depuis presque 2000 ans, sans presque que nous nous en apercevions - malgré les Écritures et les faits qui le montrent -  pour nous s'opposent :
a) l'incrédulité (agnostiques ou athées) et encore des croyances religieuses où prédominent sur une relation vivante, aimante, purifiée avec Dieu, des œuvres obligées (pratiquées sans amour et/ou sans justice) fondées sur notre valeur personnelle, voire sur la défense forcenée d'une religion, d'une secte ou d'une idéologie,
et
b) la foi spécifique dont traite la Bible, fondée sur les mérites uniques de la personne de Jésus, par qui nous pouvons avoir accès à une relation vivante avec le Dieu trois fois saint dès ici-bas, par son Esprit, selon ce qui est dit et écrit :
"Jésus dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.7 Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père. Et dès maintenant vous le connaissez, et vous l'avez vu.8 Philippe lui dit : Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit.9 Jésus lui dit : Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m'as pas connu, Philippe ! Celui qui m'a vu a vu le Père ; comment dis-tu : Montre-nous le Père ?10 Ne crois-tu pas que je suis dans le Père, et que le Père est en moi ? Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; et le Père qui demeure en moi, c'est lui qui fait les oeuvres.11 Croyez-moi, je suis dans le Père, et le Père est en moi ; croyez du moins à cause de ces oeuvres."
"Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus Christ homme,6 qui s'est donné lui-même en rançon pour tous."

"Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu.9 Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie."
ou encore ici...

C'est ainsi, et je le crois. C'est étroit - comme toute vérité -, qui exclut naturellement d'autres résultats (mensonges, demi-vérités ou erreurs). Comme 2 et 3 font 5,00 et rien d'autres (entier ou décimal)...

"Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation.19 Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation.20 Nous faisons donc les fonctions d'ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous ; nous vous en supplions au nom de Christ : Soyez réconciliés avec Dieu !21 Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu."

Et parce qu'il a affronté la mort pour la vaincre - et l'a vaincue, ce qu'est et que prouve sa résurrection -, Jésus a le pouvoir de garder quiconque se confie en lui de ce que la Bible appelle "la seconde mort" ou anéantissement de l'âme - de la conscience - personnelle en enfer.

Ce qu'on appelle communément et parfois bien légèrement l'enfer est donc cette fournaise appelé "étang ardent de feu et de soufre" que figurent très bien à nos yeux et pour notre conscience les volcans en irruption. Imaginez-vous y tombant dedans, être pris dans une coulée de lave incandescente irrépressible !...

Il s'agit d'un dispositif où sera précipité au final Satan et ceux qui auront marché activement à sa suite sans jamais avoir voulu de Jésus pour les préserver et garder de cette fin :
"La bête fut capturée, ainsi que le prétendu prophète qui avait accompli devant elle des signes miraculeux pour égarer ceux qui avaient reçu la marque de la bête et adoré son image. Tous les deux furent jetés vivants dans l'étang ardent de feu et de soufre."

"4 Et la mort et le séjour des morts furent jetés dans l'étang de feu. C'est la seconde mort, l'étang de feu."

"Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises : Celui qui vaincra n'aura pas à souffrir la seconde mort."

Cet étang terrible est en fait l'ultime parade et rempart dressé par Dieu contre "le mal", c'est-à-dire contre tout ce qui refuse obstinément le Bien, avec ses lois-cadres divines, son plan de rédemption (aussi appelée rachat de nos âmes), la trame de ses projets à venir formés pour notre bonheur selon ce qu'il désire partager du meilleur de lui-même et de ses dons : amour, paix, joie, arts, créativité, espaces infinis, éternité, sagesses et toutes sortes de dynamiques de développements sans fin...

Prenez le temps de bien méditer et de vous ouvrir à ces choses pour être persuadé-e qu'on est là face à des vérités capitales, essentielles, immuables, qui vont, comme les lois de la nature commandent les mouvements naturels de l'univers, commander notre - votre - destinée  personnelle éternelle. Destinée sur laquelle nous pouvons intervenir par notre attention et foi vis-à-vis de ces choses.
Jésus dit un jour - et c'est encore valable aujourd'hui :
"Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l'âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr l'âme et le corps dans la géhenne* (nom illustrant un peu ce qu'est le séjour des morts)."
Et pour être convaincu-e tout personnellement de la véracité des dires bibliques, demandez directement à Dieu, au Créateur du ciel et de la terre, qu'il vous révèle de manière évidente si cela est la vérité ou pas...


4 - LA RÉSURRECTION (UNIQUE) DE JÉSUS

On peut donc savoir à notre tour les vérités concernant Jésus comme la Bible nous les apporte. Tout comme plusieurs centaines de témoins oculaires qui virent Jésus ressuscité. Tout comme par toute la terre des centaines de millions de chrétiens authentiques** en reçurent et reçoivent encore par l’Esprit-Saint l'attestation intérieure, ce qui déclenche la foi même qui sauve.

"...L'ange prit la parole, et dit aux femmes : Pour vous, ne craignez pas ; car je sais que vous cherchez Jésus qui a été crucifié. 6 Il n'est point ici ; il est ressuscité, comme il l'avait dit. Venez, voyez le lieu où il était couché, 7 et allez promptement dire à ses disciples qu'il est ressuscité des morts. Et voici, il vous précède en Galilée : c'est là que vous le verrez. Voici, je vous l'ai dit. 8 Elles s'éloignèrent promptement du sépulcre, avec crainte et avec une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle aux disciples. 9 Et voici, Jésus vint à leur rencontre, et dit : Je vous salue. Elles s'approchèrent pour saisir ses pieds, et elles se prosternèrent devant lui. 10 Alors Jésus leur dit : Ne craignez pas ; allez dire à mes frères de se rendre en Galilée : c'est là qu'ils me verront."

Une résurrection toute particulière, unique, où Jésus a reçu, en deux temps, un corps tout nouveau, désormais éternel, dans lequel il vit actuellement sur le trône de Dieu... jusqu’au moment (très proche) où il va revenir déclencher l’enlèvement de ses enfants-disciples en même temps que la 1ère résurrection dont on a parlé.

C‘est cette résurrection unique de Jésus qui est garante de la résurrection et de l’enlèvement de tous ceux qui croient en lui pour échapper au filet du séjour des morts*, et aussi de ceux dont le nom sera trouvé dans le livre de vie***... 

Apparaissant à l'apôtre Jean - ce que rapporte l'écrit qu'est l'Apocalypse - voici comment Jésus se présente après sa résurrection :
"Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige ; ses yeux étaient comme une flamme de feu ;15 ses pieds étaient semblables à de l'airain ardent, comme s'il eût été embrasé dans une fournaise ; et sa voix était comme le bruit de grandes eaux.16 Il avait dans sa main droite sept étoiles. De sa bouche sortait une épée aiguë, à deux tranchants ; et son visage était comme le soleil lorsqu'il brille dans sa force.17 Quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort. Il posa sur moi sa main droite en disant : Ne crains point !18 Je suis le premier et le dernier, et le vivant. J'étais mort ; et voici, je suis vivant aux siècles des siècles. Je tiens les clefs de la mort et du séjour des morts.19 Écris donc les choses que tu as vues, et celles qui sont, et celles qui doivent arriver après elles,"
On est loin du "petit Jésus" comme nous le dépeint une religion dont les responsables se sont perdus dans les abominations sataniques !

UN POINT CRUCIAL DONC
Il est à la convergence de
a) la connaissance de la mort de Jésus en tant que sacrifice volontaire, ce qui en fait le Sauveur potentiel de tous,
et
b) de la foi personnelle en lui - qui résulte de la vue objective autant que subjective de notre perdition et insuffisance pour subsister devant Dieu sans sa grâce agissante pour nous.
Ce point est appelé "nouvelle naissance", ou naissance spirituelle. C'est la forme de résurrection par laquelle je terminerai cet article.

Ainsi Dieu ne veut pas des gens qui croient par croyance religieuse transmise et héritée et/ou par leurs facultés mentales qu'il existe. Mais il cherche à communiquer de sa propre vie en nous - ce qui nous manque du fait de notre nature déchue et de nos comportements mauvais -, s'alliant ainsi à notre existence pour la transcender et l'éterniser... C'est SA manière de voir et de faire ! A nous de nous y conformer si nous voulons être au mieux au bénéfice de ses créations et de ses intentions.

Il reste donc à voir, peut-être de manière plus déterminante encore, en quoi, dans cet ici-maintenant que nous vivons jour après jour, il est dans le plan bienveillant de Dieu de nous ressusciter de manière individuelle afin que nous échappions à la seconde mort.
C'est-à-dire de nous sortir de notre mort à lui (mort spirituelle, de l'esprit en nous, qui fait qu'on est séparés de lui, pas en paix et encore moins en amour avec lui) pour nous rendre plus et mieux vivant, plus complet et achevé... et même éternel...

Si déjà vous avez saisi le message, vous pouvez vous mettre en paix avec Dieu dès maintenant en vous aidant de cette prière-guide (qui vise à faciliter une amorce effective avec le Dieu vivant).

Soyez assoiffé-e de connaître - et de vivre - en vérité...

à suivre ici...
____________________
* Le séjour des morts, qu'aussi la religion a appelé purgatoire et au sujet duquel des trafics ignobles ont été un temps imaginés. Temporaire, il est à distinguer de l'étang ardent qui est l'enfer aux effets éternels (que Jésus appelle aussi la Géhenne pour mieux le figurer. Mot dérivé de Gé-Hinnom (=vallée de Hinnom), l'une des vallées de Jérusalem. Il est probable que dans cette vallée on a adoré Moloch (2Ro 23:10) et même Thammuz, désigné sous le nom de Baal. (2Ch 28:2, Jer 32:35) Le souvenir de ce culte donna un caractère sinistre à ce lieu, et amena Josias à le souiller pour empêcher le retour de ces rites païens (2Ro 23:4-10). Dès lors, le Gé-Hinnom devient la Géhenne, l'endroit où le feu consume les détritus de la ville, les cadavres d'animaux et les corps des suppliciés. Ainsi Géhenne devient synonyme d'enfer. (cf. Mt 5:29).

** Des témoignages de rencontres avec Jésus ressuscité ici - ou là - ou là...

*** Ces rachetés ultimes des ténèbres et de l'emprise satanique auront certainement personnellement à répondre à ce moment-là par oui ou par non à l'offre de salut qui procède de la personne et du sacrifice de Jésus.
Ils seront ensuite dépendants comme il est écrit ici : "Au milieu de la place de la ville et entre les deux bras du fleuve se trouvait l'arbre de vie**** qui produit douze récoltes ; il donne son fruit chaque mois et ses feuilles servent à la guérison des nations."
De là il est possible (supposition - mais probable puisqu'on est alors là dans ce qui est éternel !) de penser que, se guérissant par cet arbre des conséquences de leurs péchés et de leur incrédulité, ils s'éterniseront à leur tour.
Mais il est clair que même un juif qui refuserait sciemment de croire en Jésus comme en son Mashiah rédempteur en se disant que de toute façon, étant juif, il sera sauvé de la perdition éternelle, prendrait, en rejetant Jésus maintenant sans recherche dans l'amour de la vérité, au minimum le gros risque de passer par le sh'eol...

**** arbre de vie : Au commencement l'homme désobéissant (et nous tous à la suite) fut privé d’accéder à la vie éternelle qui résidait dans un tel arbre (Genèse 3) : à la fin, par la rédemption, il semble qu'un tel arbre va permettre par la vertu de ses feuilles aux derniers rescapés de cette humanité de poursuivre l'aventure sans fin initiée par le Créateur... qui est cohérent dans ses plans, sa justice et sa grâce (son amour)...

Partager cet article

Repost0
22 août 2018 3 22 /08 /août /2018 06:58

Suite de l'article commencé ici

2 – LA 1ère RÉSURRECTION COLLECTIVE

C’est celle des défunts qui auront cru en Jésus comme au fils de Dieu, Messie pour les juifs et Christ pour les goïm (les non-juifs). Cette résurrection ne saurait plus tarder à s’accomplir, car des infos relatives aux contextes sociétaux précédant cet événement nous en avertissent.

SIGNES DE CE TEMPS
La Bible annonce depuis longtemps dans quelles circonstances généralisées ce double évènement va se produire. Lisez vous-même en cherchant à savoir si cela est véridique – ce que l’Esprit de Dieu peut toujours attester en nous personnellement quand nous sommes sincère, humble et vraiment intéressé :
Lectures proposées : 2Timothée 3.1 - 2Pierre 3.3 - 1Timothée 4.1 - Comme au temps de Noé - Comme au temps de Sodome

Plus particulièrement aussi ce passage : "Et, parce que l'iniquité (toutes sortes d'injustices) se sera accrue, la charité du plus grand nombre se refroidira.13 Mais celui qui persévérera jusqu'à la fin sera sauvé.14 Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin."

La Bonne Nouvelle de Jésus-Christ est actuellement prêchée jusqu'à des peuplades et ethnies les plus reculées. En 2017, la Bible entière avait été traduite et imprimée en 674 langues et au moins un livre de la Bible est accessible dans 3 324 langues et dialectes (source Alliance Biblique Universelle). Ce qui fait aussi que depuis longtemps la Bible est le livre le plus traduit, le plus imprimé et le plus lu (mais pas toujours le mieux compris) par toute la terre... C'est un des signes des temps dont l'accomplissement est lié à l’avènement (ou parousie) que va constituer cette 1ère résurrection.

COMMENT CETTE RÉSURRECTION ?
a) Sur la manière dont cela va se passer :
" 2 en un instant, en un clin d'œil, au son de la dernière trompette. La trompette sonnera, alors les morts ressusciteront incorruptibles et nous (ceux encore en vie sur la terre à ce moment-là), nous serons transformés."

Ou encore 1Thessaloniciens 4.13...

b) coordination de deux événements à la fois semblables et distincts.
Cette résurrection est donc liée à un autre événement majeur appelée l'enlèvement de l’Église...
La parabole de Jésus appelée des 10 vierges (avec des insensées et des sages) fait référence à cet événement des plus surnaturels et spectaculaires.
Il s'agira de la part de Dieu de sortir ses disciples des temps (tribulations) terribles qui vont arriver sur le monde du fait des mauvaises actions des hommes qui, pour la satisfaction de plaisirs, perversions et autres intérêts égoïstes et égarements dans beaucoup d'illusions, livrent la terre (outre à des appauvrissements physiques critiques déjà bien connus) à la puissance de myriades de démons...

Malheureusement comme le prophétise Jésus par cette parabole, en plus des autres, tous les chrétiens n'auront pas suffisamment pris au sérieux ses avertissements...
(Pour les curieux, ce qui suivra ce double-événement est développé à partir du chap. 13 de l'Apocalypse, temps terrible comme la terre n'en a jamais connu, ce qui est encore appelé "la grande tribulation"...).

Une certitude de plus qu'on peut avoir, c’est qu’il vaudra mieux être de cette résurrection collective que de la suivante… qui surviendra plus de 1 000 ans plus tard, nous est-il. Si donc on a des chances d'être encore vivant dans quelques années, il est bien, voire urgent et vivement conseillé, de saisir comment Dieu veut que nous soyons, un croyant sage plutôt qu'insensé*...

PREMIER EFFET DE CETTE 1ère RÉSURRECTION COLLECTIVE
Cette 1ère résurrection planétaire conduira les ressuscités dotés d’un corps transformé, incorruptible et éternel, devant le « tribunal de Christ » où chacun recevra de son Divin Sauveur des récompenses pour ses implications et applications dans sa marche de disciple de Jésus :
"Car il nous faut tous (les mêmes) comparaître devant le tribunal de Christ, afin que chacun reçoive selon le bien ou le mal qu'il aura fait, étant dans son corps."
À ce sujet, on a aussi la parabole des talents.

On peut encore lire sur ce point à la fin du chap. 11 de l'Apocalypse - et donc suite à la sonnerie de la dernière trompette dont il a été parlé :
" 8 Les nations se sont irritées, mais ta colère aussi est venue ; voici le moment de juger les morts, de récompenser tes serviteurs les prophètes, les saints et ceux qui craignent ton nom, petits et grands, et de détruire ceux qui détruisent la terre."
Lire aussi la parabole des talents.

¤

"Ensuite je vis des trônes, et ceux qui s'y assirent reçurent le pouvoir de juger. Je vis aussi l’âme de ceux qui avaient été décapités à cause du témoignage de Jésus et à cause de la parole de Dieu, tous ceux qui n'avaient pas adoré la bête ni son image et qui n'avaient pas reçu sa marque sur le front ni sur la main. Ils revinrent à la vie et ils régnèrent avec Christ pendant 1000 ans.5 [Les autres morts ne revinrent pas à la vie avant que les 1000 ans soient passés. ] C'est la première résurrection.6 Heureux et saints ceux qui ont part à la première résurrection ! La seconde mort n'a pas de pouvoir sur eux, mais ils seront prêtres de Dieu et de Christ et ils régneront avec lui pendant 1000 ans." (la suite se passera sur une autre terre, dans la création suivante - apocalypse ch. 21).

UN AUTRE EFFET
qui ne pourra pas passer inaperçu par toute la terre, c'est que d'un coup, ici et là en tout des millions et des millions de personnes auraient disparu ! Des familles entières ou des membres seulement d'une même famille.
Jésus l'a dit ainsi :
"Dans les jours précédant le déluge, les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu'au jour où Noé est entré dans l'arche.39 Ils ne se sont doutés de rien jusqu'à ce que le déluge vienne et les emporte tous. Il en ira de même au retour du Fils de l'homme.
40 Alors, deux hommes seront dans un champ : l'un sera pris et l'autre laissé ;41 deux femmes moudront à la meule : l'une sera prise et l'autre laissée.42 Restez donc vigilants, puisque vous ignorez à quel moment votre Seigneur viendra.43 Vous le savez bien, si le maître de la maison savait à quelle heure de la nuit le voleur doit venir, il resterait éveillé et ne laisserait pas percer les murs de sa maison.44 C'est pourquoi, vous aussi, tenez-vous prêts, car le Fils de l'homme viendra à l'heure où vous n'y penserez pas."

En plus de cette référence à l'antique déluge, Jésus fait référence à la ville de Sodome :
"Ce sera comme à l’époque de Lot : les hommes mangeaient, buvaient, achetaient, vendaient, plantaient, construisaient,29 mais le jour où Lot est sorti de Sodome, une pluie de feu et de soufre est tombée du ciel et les a tous fait mourir.30 Il en ira de même le jour où le Fils de l'homme apparaîtra.
31 » Ce jour-là, que celui qui sera sur le toit et qui aura ses affaires dans lamaison ne descende pas pour les prendre et que celui qui sera dans les champs ne retourne pas non plus en arrière.32 Souvenez-vous de la femme de Lot.33 Celui qui cherchera à sauver sa vie la perdra, et celui qui la perdra la conservera.34 Je vous le dis, cette nuit-là, deux personnes seront dans un même lit : l'une sera prise et l'autre laissée..."

¤

Il est écrit que la seconde résurrection collective sera d’une toute autre teneur, survenant après que Jésus revenu sur terre y ait régné 1 000 ans (le millénium, un âge d’or pour cette terre mais qui ne sera pas le paradis sans fin...).
Avec celles et ceux qui auront cru et auront été ressuscités ou enlevés, il remettra tout en ordre suite au chaos phénoménal provoqué sur toute la terre par la conjonction des forces des humains et des démons livrés à eux-mêmes et à Satan (alors précipité de sa sphère céleste sur la terre du fait de la 1ère résurrection et l’enlèvement (Apocalypse, chap. 12).

Étant donné que nous serons TOUS et CHACUN pour soi d’une ou de l’autre des deux résurrections collectives, comprenons bien que cela va dépendre de nous, de notre connaissance et de notre positionnement personnel (attitude, réaction, réponse) en rapport direct avec notre conscience, notre désir et notre possibilité de connaître le Réel en vérité, concernant la personne de Jésus-Christ et la vertu surnaturelle intemporelle de son sacrifice pour nous sauver.

Le libre rapport que nous pouvons avoir aux vérités que contiennent ces connaissances, en vue que nous y adhérions ou pas, appelle et offre une démarche toute personnelle de réconciliation et paix avec Dieu... que vous pouvez faire par exemple en vous aidant de cette prière-guide.

Sans cette démarche de foi qui permet que nous devenions bénéficiaires de ce premier événement planétaire (qu'on a vu et qui vient), c'est la résurrection suivante qui nous sera réservée...

à suivre ici...

_____________
* un article ici si vous désirez mieux savoir sur quelle base s'opère notre réconciliation (rédemption, paix, salut) avec Dieu.

Partager cet article

Repost0
18 juillet 2018 3 18 /07 /juillet /2018 13:28

On peut avoir le meilleur matelas du monde, mais sans pour autant trouver le sommeil.
La cause ?
Trop de fatigue comme trop de paresse ; la peur d'être visité de nuit par des voleurs, ou encore par des mauvais esprits (des "maris de nuit", etc...) ; des pensées qu'on n'arrive pas ou plus à maîtriser ; un souci ou un mauvais projet qui s'impose, vous ronge et revient sans que vous puissiez leur résister ; trop manger, ou pas assez ; trop de café, ou autre substance énergisante dont on est devenu accro ; un cumul de fautes morales dont la perte de sommeil est un jugement (en vue que nous nous interrogions sur notre couche quant à nos faits d'existence jusque là et autre avenir compromis)...

"Vous les hommes, jusqu’à quand mépriserez-vous ma gloire ? Jusqu’à quand aimerez-vous ce qui est sans valeur et rechercherez-vous le mensonge ? – Pause.
4 Sachez que l’Éternel s’est choisi un homme fidèle. L’Éternel entend quand je crie à lui.5 *Si vous vous mettez en colère, ne péchez pas ! Parlez dans votre cœur, sur votre lit, et faites silence. – Pause.
6 Offrez des sacrifices conformes à la justice* et confiez-vous en l’Éternel.7 Beaucoup disent : « Qui nous fera voir le bonheur ? » Fais briller la lumière de ton visage sur nous, Éternel !
8 Tu mets dans mon cœur plus de joie qu’ils n’en éprouvent quand abondent leur blé, leur vin [et leur huile].
9 Je me couche et aussitôt je m’endors en paix, car c’est toi seul, Éternel, qui me donnes la sécurité dans ma demeure."

"Il n'y a pas de repos pour le méchant."

"N'emprunte pas le sentier des méchants et ne t'avance pas sur le chemin des hommes mauvais.15 Evite-le, n'y passe pas ! Détourne-toi de lui et passe plus loin !16 En effet, ils ne dorment pas tant qu'ils n'ont pas fait le mal, le sommeil leur est enlevé s'ils n'ont pas fait trébucher quelqu’un."

Psaume 102 : "Prière d’un malheureux, lorsqu’il est abattu et qu’il expose sa plainte à l’Éternel."

Et puis il y a des sortes de sommeil de mort, de plomb, d'abrutissement, après une fête ou une grosse fatigue, après trop d'effort ou un accident... quand Dieu n'a plus que la nuit pour se faire percevoir de nous :
"Dieu parle, tantôt d'une manière, tantôt d'une autre, et on ne le remarque pas.15 Il parle par des rêves, par des visions nocturnes, quand un sommeil profond tombe sur les hommes, quand ils sont endormis sur leur lit.16 Il leur communique alors son message et confirme les avertissements qu’il leur donne.17 Il veut ainsi détourner l'homme de sa manière de faire. Il évite à l’homme fort de tomber dans l'orgueil,18 il préserve son âme de la tombe et sa vie de la menace du javelot.19 » Par la douleur aussi, l'homme est corrigé, quand il est cloué au lit, quand tous ses os s’engourdissent."**

Confiez-vous en l’Éternel-Dieu qui a compassion des pécheurs que nous sommes... pourvu que nous le reconnaissions. Il ne nous cache pas toujours sa face, sa présence et le sentiment qu'on peut en avoir, ce qui manque à notre cœur.
Que Jésus vous bénisse du trône céleste d'où il agit encore et patiente ... jusqu'aux jours (bien proches) de son retour en gloire...

Trois prières-guide de réconciliation avec Dieu :
- Cliquez sur Psaume 51
- et/ou cette autre prière-guide
qui peuvent être continuées par
- le Psaume 32

______________
* Pour le Dieu véritable, depuis bientôt 2 000 ans, le seul sacrifice qui ait une vraie valeur ,que nous ayons à lui offrir en notre faveur, c'est celui de Jésus venu donné sa vie en rémission de nos péchés. Présentez-vous à Dieu en lui apportant non vos propres mérites pour être reçu et écouté par lui, mais bien le fait historique et tout spirituel à la fois de la crucifixion du Christ Jésus car "ce sont nos souffrances qu'il a portées, c'est de nos douleurs qu'il s'est chargé. Et nous, nous l'avons considéré comme puni, frappé par Dieu et humilié.5 Mais lui, il était blessé à cause de nos transgressions, brisé à cause de nos fautes : la punition qui nous donne la paix est tombée sur lui, et *c'est par ses blessures que nous sommes guéris.6 Nous étions tous comme des brebis égarées : chacun suivait sa propre voie, et l'Eternel a fait retomber sur lui nos fautes à tous.7 Il a été maltraité, il s’est humilié et n'a pas ouvert la bouche. *Pareil à un agneau qu'on mène à l’abattoir, à une brebis muette devant ceux qui la tondent, il n'a pas ouvert la bouche.8 Il a été enlevé sous la contrainte et sous le jugement, et dans sa génération qui s’est inquiété de son sort ? Qui s’est soucié de ce qu’il était exclu de la terre des vivants, frappé à cause de la révolte de mon peuple ?9 On a mis son tombeau parmi les méchants, sa tombe avec le riche, alors qu'il *n'avait pas commis de violence et qu'il n'y avait pas eu de tromperie dans sa bouche.10 L’Éternel a voulu le briser par la souffrance. Si tu fais de sa vie un sacrifice de culpabilité, il verra une descendance et vivra longtemps, et la volonté de l’Éternel sera accomplie par son intermédiaire.11 Après tant de trouble, il verra la lumière et sera satisfait. Par sa connaissance, mon serviteur juste procurera la justice à beaucoup d'hommes ; c’est lui qui portera leurs fautes.12 Voilà pourquoi je lui donnerai sa part au milieu de beaucoup et il partagera le butin avec les puissants : parce qu'il s'est dépouillé lui-même jusqu’à la mort et qu'il *a été compté parmi les criminels, parce qu'il a porté le péché de beaucoup d'hommes et qu'il est intervenu en faveur des coupables."
C'est pourquoi encore il est écrit : « Crois au Seigneur Jésus et tu seras sauvé-e, toi et ta famille. »

** sur les songes, rêves, cauchemars... mon article le plus complet.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche