Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 juin 2018 6 30 /06 /juin /2018 19:00

Et si dimanche vous suiviez un culte en direct ? à partir de 9h 30 :

par ici ou par là.
(avec d'autres vidéos de messages accessibles à partir de ce site).

Bonne suite de vie 

Partager cet article

Repost0
7 juin 2018 4 07 /06 /juin /2018 10:29

Prenez ici moins de 20 minutes pour entendre, de manière des plus surprenantes, un lien surnaturel entre le fait historique de la crucifixion de Jésus (qui date de bientôt 2 000 ans) et nous vivants aujourd'hui !
Une (autre) preuve que notre temps est un déroulement (dit chronologique) alors que l'éternité selon Dieu est un présent (permanent) qui peut contenir à tous moments la somme des passés et des avenirs.

"Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son fils unique
afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle".
Évangile (Bonne Nouvelle) selon Jean, chap. 3, vers. 16.

Trame de prière en vue d'être sauvé-e (réconcilié-e et en paix avec Dieu, (r)établi-e dans une relation vivante avec lui, éternisé-e pour le meilleur devenir possible).

Article annexe : Les 5 types de mort

Partager cet article

Repost0
2 juin 2018 6 02 /06 /juin /2018 10:23

 

Les dernières actualités nous interpellent étrangement au sujet de notre perception (qui peut être réaliste ou controuvée) de la mort.

 

Il y avait eu l'automne dernier le "spectacle" pour le moins déroutant de Douaumont où des milliers de jeunes ont été mis en scène pour courir pêle-mêle entre les tombes des combattants tombés à Verdun en 1916...

Il y a aujourd'hui cette idée (vieille de 2016) reprise par la maire de Paris, d'un "Printemps des cimetières" où les populations curieuses et/ou festives sont invitées à venir non seulement visiter mais encore écouter de la musique, chanter ou même danser au gré de diverses animations parmi les tombes dans les cimetières de la capitale...

Et puis cette autre idée de fin d'un épisode de l'aventure humaine, qui offre à chacun de pouvoir mourir tout seul, à l'azote liquide, de manière certaine (pas de risque de  faire une simple T.S.), directement dans son cercueil (appelé en l'espèce sarcophage - étymologiquement "qui mange la chair") fabriqué par imprimante 3D selon fichier joint... Départ en douceur, mort en 5 mn après avoir composé un code pour montrer qu'on est bien conscient de ce qu'on fait. Suicide pour tous en accès libre et facilité.
Réflexion : Mais qu'est-ce que la conscience, et qu'est-ce qu'être conscient ?... Un groupe de musique heavy-metal qui signe un pacte avec Satan est-il "conscient" de ce qu'il fait ?

On n'en est donc plus à vouloir aller "cracher sur vos tombes". Les scandales d'hier sont du pipi de chat aujourd'hui... et les scandales d'aujourd'hui n'en seront plus demain.
Mais Boris Vian est mort à 39 ans d'une crise cardiaque - il y a un temps où on disait plus explicitement "d'une attaque". Et demain le mal vengeur sera encore à la mesure de comment on s'enfonce dans l'irrespect des conditions bénéfiques à la vie...

Plusieurs - une minorité quand même - sont lucides sur la gravité de nos évolutions, mais sans solution tant qu'on amalgame l'impiété et les injustices qui vont avec, avec le reste de nos capacités - même les plus pertinentes par ailleurs.
On est "bel et bien", c'est-à-dire terriblement, sur la pente savonneuse d'une fin de civilisation. Dont les ingrédients sont connus depuis l'antiquité, et dont la Bible, par Jésus et autres prophètes, prophétise l'arrivée, qui va maintenant se produire en deux temps* :
- Bientôt un temps de paix et sécurité formidable proclamé avec force et enthousiasme, notamment au sujet du Moyen-Orient (des relations d'Israël et des populations arabes) -, ce que - presque - tout le monde va prendre pour le commencement d'un nouveau paradigme (paradis) sur terre....,
- sauf qu'avant quatre années, les accords et compromis et compromissions ne vont unilatéralement plus être respectés***, déclenchant des conflits de plus en plus cataclysmiques, la montée d'un totalitarisme planétaire inouï, avec des conséquences apocalyptiques comme il est écrit à partir du chapitre 13 du dernier livre de la Bible.
A ce moment-là ceux qui auront su mettre au préalable - c'est-à-dire déjà maintenant ! - leur pleine confiance en Dieu par Jésus le Christ pour les nations et Messie d'Israël, auront été mis à part pour être épargnés et pouvoir intervenir à la suite avec leur Héros, le Seigneur Jésus, revenant pour entrer dans son règne terrestre de mille ans...

Avant ces événements d'autant plus certains qu'ils ont été écrits depuis deux et trois millénaires et que beaucoup se sont déjà réalisés, nous sommes dans cette phase de destructuration, démontage, décomposition, d'un ordre ancien, temps trouble et troublé par des avertissements retentissants sporadiques (plus que par les grands jugements des nations qui suivront), avec une redistribution des cartes - on l'a déjà vu, des plus surprenantes et rapides.

Et donc ce qui caractérise cette course folle - vers le bonheur, la liberté de tout pouvoir choisir, la quête effrénée des conditions d'un bien-être jusqu'à la jouissance personnelle illimitée... comme croient les progressistes -, c'est la place que prend la mort, depuis la conception du vivant jusqu'aux blancheurs de la vieillesse.
Et ce qu'on voit, c'est un déni - de plus - du Réel. La mort n'est pas la mort, veut-on dire et se dire, en jouant avec, en se donnant la liberté de choisir son heure... comme si cela la rendait moins inéluctable, l'apprivoisait au point où elle n'est plus la mort. Des enfants peuvent ainsi jouer sur un nid de vipères...
Et c'est précisément quand la mort est le plus ressenti - de manière persistante mais avec peu de conscience réelle - comme une problématique prégnante, qui s'impose jusque dans nos fibres, qu'on cherche une ou des échappatoires pour s'en divertir comme on a vu au début de cet article. La dérision est un des ultimes moyens réactifs et preuve de notre... impuissance.

DEUX CHEMINS
Et la Bible a encore des choses à nous dire à ce sujet. Elle nous parle bien de faire un choix personnel capital en rapport avec la mort. Mais pas le choix de se la donner un soir enfermé dans sa chambre ou devant un coucher de soleil !
Elle parle de choisir entre la vie et la mort ! En disant : Choisis la vie !
Et la vie que nous avons à choisir est celle de Jésus, qui par sa marche avec Dieu devenu son Père, a été ressuscité des morts et vit désormais éternellement - vérité qu'en tant que croyant-e nous pouvons expérimenter. Jésus a du mourir pour plusieurs raisons nous concernant, dont celle de montrer son triomphe de la mort par sa résurrection.

Qui a pu dire comme lui : "Je suis le chemin (pour aller à Dieu), la vérité (à connaître pour être sauvé), la vie (éternelle, qu'il peut donner à qui il veut)" !?

A l'opposé on a la mort. Et pourquoi notre âme, notre conscience, ressent-elle la mort et la peur de la mort jusqu'à l'épouvante parfois, parce que "le salaire du péché (du mal que nous faisons), c'est la mort", dit la Bible.
Et la mort en nous est d'abord une mort spirituelle, déjà active et privative de beaucoup de choses bonnes et de vraies libertés.

J'ai connu cette mort de l'esprit en moi, consécutive à des comportements et choix amoraux, pouvant dire comme l'apôtre Paul (un ex-terroriste religieux en fait !) l'écrivit aux habitants d’Éphèse :
"Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés,2 dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l'air, de l'esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion.3 Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres...
4 Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés,5 nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c'est par grâce que vous êtes sauvés) ;6 il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus Christ,7 afin de montrer dans les siècles à venir l'infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus Christ.8 Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu.9 Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie."

La suite de cette mort - dans laquelle des foules de plus en plus nombreuses marchent et échangent et se déchirent crescendo, ne se supportent plus, forcément ! -, c'est la mort physique où l'âme se détache du corps pour migrer vers l'une ou l'autre de deux types de régions spirituelles :
- la sphère divine ou royaume de Dieu (des cieux), première étape d'un paradis sans fin...,
- et la sphère ténébreuse des esprits angéliques déchus (démons) qui engrangent les âmes défuntes (désincarnées) dans ce que la Bible appelle Shéol en hébreu, Hadès en grec, ce qu'on traduit par "Séjour des morts", première étape en direction de l'Enfer (défini en Apocalypse comme un "étang ardent inextinguible de feu et de soufre").

Alors choisir le moment où on va mourir, dans quel but ? Faire cesser des souffrances physiques !?
Normalement** oui !
Mais qu'en est-il des souffrances psychiques, puisque l'âme continue à vivre avec ses capacités propres - dont les sensations et la mémoire !?...

Faut-il que nous soyons insensés pour ne pas (mieux) nous soucier, nous inquiéter de ce fait patent que nous sommes mortels ?
Car la mort est plus présente que jamais, outre spirituelle, fauchant par le monde plus de cent personnes chaque minute, séparant des corps qui tombent à terre et y retournent les âmes (siège de notre moi conscient et autres fonctions psychiques) qui entrent dans une éternité ou éternisation généralement ignorée ou méconnue... ce qui est le pire qui puisse suivre la mort physique...

Si "la mort m'est un gain" comme le dit l'apôtre Paul, ce n'est pas (seulement) parce qu'il est âgé et usé, mais plutôt parce qu'il est bien certain de rejoindre son Seigneur dans la félicité divine dès son départ de cette tente devenue pour un moment le temple du St-Esprit : C'est l'Esprit de Dieu et ses anges qui entraînent les âmes attachées à Dieu par Jésus dans l'éternité bénie.
Sinon le poids des fautes fait descendre dans le séjour des tourments post-mortem dont parlent la Bible et plusieurs qui l'ont expérimenté en état de mort clinique (vois EMI ou NDE sur Youtube par exemple).
Et si vous ne le croyez pas (encore) - ce qui est tout à fait naturel quand on est mort spirituellement -, demandez à Dieu qu'il vous le révèle : Il en est capable (si vous êtes sincère)...

De toutes les façons, bonne suite d'existence pour vous cher lecteur, chère lectrice, qui êtes parvenu-e jusque là. Bonne quête pour votre éternisation dans le meilleur possible.
Faites le choix de la vie ! selon qu'il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus Christ homme,6 qui s'est donné lui-même en rançon pour tous." Et qui attend la réponse personnelle de chacun.

Soyez béni-e pour discerner jusque dans l'invisible.

 

Voir aussi mon étude sur les 5 types de mort. Pourquoi cet article est-il régulièrement le plus lu de mon blog, si ce n'est que la civilisation occidentale glisse dans une culture impie mortifère dont chacun reçoit en lui-même de plus en plus la perception et l'alerte !?

______________
* Comme est la fin des supernovas, avec une brusque et brève immense expansion 'éclatante, lumineuse, joyeuse), immédiatement suivie d'un effondrement sur soi auto-destructeur.

** "Normalement" car un corps sans vie ne ressent plus rien. Mais dans l'autre sens, il n'est pas vraiment certain que l'âme - qui elle ne meurt pas ! - ne conserve pas le souvenir de douleurs corporelles !? Ce qui me fait penser ainsi, c'est que nous pouvons parfois ressentir, après la perte d'un membre, des douleurs comme s'il était encore là...

*** scénario non inédit puisque déjà déployé via Hitler qui signa des accords avec la Russie par exemple, pour l'envahir par surprise peu de temps après.

Partager cet article

Repost0
23 avril 2018 1 23 /04 /avril /2018 21:06

On entend des incroyants dirent avec emphase qu'ils ne croient
qu'à ce qu'ils voient !
Alors entrons dans cette croyance : Que voit-on sur cette photo ?...

- de l'herbe, et des petits tas de terre.
Et donc ? N'existe-t-il rien d'autres ?...
A ce faible butin dans la connaissance purement matérialiste de celui qui ne croit qu'à ce qu'il voit, on peut ajouter bien sûr une ou des taupes et leur habitat souterrain, bien qu'on ne les voit pas... ce que même le matérialiste le plus étroit doit bien admettre, à l'encontre de son affirmation sans réflexion !

C'est donc en voyant un peu plus loin que le bout de son nez, qu'on s'enrichit mieux des réalités qui sont par elles-mêmes, afin de mieux connaître et s'inscrire dans le Réel tel qu'il est.
Si Copernic ou Galilée (deux croyants notoires) s'étaient contentés de ne croire qu'à ce qu'ils voyaient, ils seraient restés à voir le soleil se  lever et se coucher, voire à imaginer qu'il nous tourne autour...
On a bien là constamment la plus grande illusion d'optique !... Pourquoi ?
Parce qu'on a là deux leçons permanentes - avec l'air, aussi indispensable qu'il est invisible ! -, qui nous invitent à la réflexion, au doute sur ce que nous pouvons percevoir par tels ou tels sens, à l'humilité quant à nos assurances même les plus évidentes.

La découverte scientifique du Big-Bang au moyen de calculs au milieu du XXe siècle par Alexandre Friedmann et l'abbé Georges Lemaître est un autre exemple, qui nous dit que s'en tenir même à la science - qui est toujours d'un moment - peut être s'accrocher à une vue fausse, puisqu'à l'époque le monde scientifique croyait que l'univers était stable et sans doute éternel... Les bourdes "scientifiques" ne manquent pas en réalité !

PAS D'EFFET(S) SANS CAUSE(S)
Et donc bien sûr notre enrichissement est notoirement plus vaste encore quand on considère, ne serait-ce que l'illustration de cet article, dans son histoire la plus longue : D'où est venue la taupe... son origine ? son pourquoi ? Sa fonction écologique, sa place dans le concert de la nature ?...
D'où est venue la terre  ? Et l'herbe, à la couleur apaisante ? La nature comme cadre agréable et bon, pourvue de la capacité de nourrir êtres humains et animaux ? Etc, etc...

Le scientifique est bien obligé de croire qu'il n'y a pas d'effet sans cause. Et pourquoi donc tout à coup au sujet de l'immensité toute entière régie par de la mathématique et autres lois très nombreuses (pas encore toutes découvertes), n'y aurait-il qu'une absurdité pour cause, des hasards sans intelligence pour créer un univers fait rien que d'intelligences !?

LE BEAU... ET LE MAL !?
La question du mal n'est plus une énigme insoluble, a beaucoup moins besoin de médicaments et de tâtonnements, dès l'instant où on lui trouve une cause... intelligente, qui a du sens !)
L'évolutionnisme ne peut rien expliquer de l'antagonisme notoire entre d'une part nos capacités humaines et notamment de conscience (sans commune mesure avec celles des animaux), et d'autre part la cruauté, les horreurs, les tromperies et autres aberrations dont nous sommes capables (sans commune mesure avec celles des animaux).
Par contre voir derrière des effets terribles, des causes invisibles qu'ils révèlent, tient de l'intelligence qu'on peut avoir des mystères de premier degré. Et la Bible nomment clairement ces causes du mal : des anges déchus (ou démons) et nous-mêmes déchus à leur suite, chacun habité par une loi du mal (appelée "loi du péché et de la mort") qui prend le dessus sur le bien et la volonté de bien qu'on veut faire sans tenir compte de certaines conditions préétablies inhérentes (constitutives) au Bien en général : comme la justice, la vérité, l'amour, le respect, la paix, la patience... des attributs, des capacités (plus que des valeurs, des forces) qui sont loin d'être accessibles au plus grand nombre - voire surtout aux plus intelligents !...

Et comme un château de cartes, vous enlevez une ou deux pièces de cet ordre de votre existence, et rien ne marche comme il faudrait (comme ce serait possible).
On croit en l'homme mais pas en Dieu, et l'homme livré à lui-même devient une insuffisance en soi...
On croit en une idéologie ou politique - même la meilleure sur le papier -, mais pas aux démons, et ils ne tardent pas à s"inviter dans les champs d'application pour que l'homme réalise le monde qu'il y a entre avoir une idée qui semble bonne, et connaître et faire ce qui est bon. Après un siècle de communisme, on totalise plus de cent millions de morts, et on continue sans s'interroger sur ce qui se passe !?...
C'est la loi du péché en l'homme (loi d'indépendance vis-à-vis de Dieu le créateur) qui domine et montre ses fruits...

¤ 

Quelqu'un a dit : Il faut beaucoup de foi pour être athée !
Beaucoup de foi pour croire à l'évolution (c'est une croyance et non une démonstration établie) comme moteur unique du vivant activée un jour à partir de... rien !... On sait que les évolutionnistes les plus virulents sont des athées qui n'ont que cette base pour justifier leur impiété.
Il faut aussi le plus souvent bien peu de réflexion, d'observations et d'objectivité (d'impartialité) face aux merveilles des choses en soi, face à la somme des lois qui régissent tout l'univers, face aux complexités et aux relations formant écosystèmes, systèmes combinés, cycles et recyclages, besoin d'alimentation et réponses, besoin de reproduction et réponses, etc...

 

Ouvrez un livre de SVT ou de biologie avec un esprit ouverte et curieux,
interrogez les descriptions, et demandez-vous objectivement
si quelques hasards et nécessités peuvent raisonnablement
- et même scientifiquement - être à l'origine du vivant ?
Ou a-t-il fallu - forcément - une intelligence supérieure aux structures de base
et organisations complexes du vivant pour qu'elles soient ?

 

LA LIBERTÉ C'EST COMME LA BEAUTÉ, UN AVANTAGE... MAIS TRÈS DIFFICILE A GÉRER
Bref, c'est de l'usage de notre (petit moment de) liberté, que nous décidons si nous nous arrêtons à croire que ce qu'on voit ou entend ici et là, ou que nous cherchons dans l'invisible, comme on a fait pour découvrir les microbes et autres virus nanométriques d'un côté et des horizons cosmologiques d'un autre.

Invisibles et horizons qui nous disent que tout va bien au delà de l’immédiat perceptible... et donc pourquoi n'y aurait-il pas un Dieu créateur (cause la plus rationnelle et raisonnable en fait !) dans un invisible (d'ordre spirituel) comme il y a de l'invisible dans l'ordre physique (ondes, champs électromagnétiques, l'air...) et encore dans l'ordre psychique (les pensées, les sentiments, l'âme...) !?

CHERCHER ET ÉPROUVER
Comme dans les ordres matériel et psychique, dans l'ordre spirituel on peut éprouver les réalités pour savoir si elles sont vraies. Il dépend de notre soif et faim spirituels, ou à l'inverse d'une sorte d'anorexie (forcément maladive, voire démoniaque), que nous cherchions et trouvions, que nous permettions à Dieu, à Jésus, de se révéler à nous.

Car savez-vous que ce Dieu véritable que permet de connaître la Bible depuis des millénaires, veut lui aussi se rendre connaissable à notre âme, se révéler à notre cœur !?
Alors pourquoi la rencontre, la jonction ne se fait-elle pas ?
C'est si simple à comprendre si on est droit de cœur (sans fard, sans cuirasse, sans masque ou autre défense insensée) !
C'est que le Dieu qui est saint (pur, comme est blanche une robe de mariée) nous dit par son prophète Ésaïe : "Non, la main de l'Éternel n'est pas trop courte pour sauver, Ni son oreille trop dure pour entendre.2 Mais ce sont vos crimes qui mettent une séparation Entre vous et votre Dieu ; Ce sont vos péchés qui vous cachent sa face Et l'empêchent de vous écouter.3 Car vos mains sont souillées de sang, Et vos doigts de crimes ; Vos lèvres profèrent le mensonge, Votre langue fait entendre l'iniquité.4 Nul ne se plaint avec justice, Nul ne plaide avec droiture ; Ils s'appuient sur des choses vaines et disent des faussetés, Ils conçoivent le mal et enfantent le crime.5 Il couvent des oeufs de basilic, Et ils tissent des toiles d'araignée. Celui qui mange de leurs oeufs meurt ; Et, si l'on en brise un, il sort une vipère.6 Leurs toiles ne servent point à faire un vêtement, Et ils ne peuvent se couvrir de leur ouvrage ; Leurs oeuvres sont des oeuvres d'iniquité, Et les actes de violence sont dans leurs mains.7 Leurs pieds courent au mal, Et ils ont hâte de répandre le sang innocent ; Leurs pensées sont des pensées d'iniquité, Le ravage et la ruine sont sur leur route.8 Ils ne connaissent pas le chemin de la paix, Et il n'y a point de justice dans leurs voies ; Ils prennent des sentiers détournés : Quiconque y marche ne connaît point la paix. -9 C'est pourquoi l'arrêt de délivrance est loin de nous, Et le salut ne nous atteint pas ; Nous attendons la lumière, et voici les ténèbres, La clarté, et nous marchons dans l'obscurité.10 Nous tâtonnons comme des aveugles le long d'un mur, Nous tâtonnons comme ceux qui n'ont point d'yeux ; Nous chancelons à midi comme de nuit, Au milieu de l'abondance nous ressemblons à des morts.11 Nous grondons tous comme des ours, Nous gémissons comme des colombes ; Nous attendons la délivrance, et elle n'est pas là, Le salut, et il est loin de nous.12 Car nos transgressions sont nombreuses devant toi, Et nos péchés témoignent contre nous ; Nos transgressions sont avec nous, Et nous connaissons nos crimes.13 Nous avons été coupables et infidèles envers l'Éternel, Nous avons abandonné notre Dieu ; Nous avons proféré la violence et la révolte, Conçu et médité dans le coeur des paroles de mensonge ;14 Et la délivrance s'est retirée, Et le salut se tient éloigné ; Car la vérité trébuche sur la place publique, Et la droiture ne peut approcher.15 La vérité a disparu, Et celui qui s'éloigne du mal est dépouillé. -L'Éternel voit, d'un regard indigné, Qu'il n'y a plus de droiture."

Ainsi admettre qu'on est coupable de mauvaises actions (paroles ou pensées malséantes) et obtenir le pardon qu'on demande à Dieu, rien n'est plus simple et égalitaire pour connaître la réalité du Divin (comme Père, Fils ou Esprit-Esprit). C'est la premièrement manière d'éprouver que Dieu est, entend et répond. 
Et ainsi, au fil des mois et des années de cheminement avec lui, on continue à éprouver la véracité de notre relation à lui et la vérité de ses affirmations et promesses. Et quand nos capacités naturelles n'y suffisent pas - parce que face à Dieu on est parfois comme un enfant de 3 ou 4 ans face à ses parents -, on lui fait confiance plus qu'à nous-même...

LA QUESTION DE DIEU EST UNE QUESTION HAUTEMENT PERSONNELLE
La France ni l'Europe ne redeviendront (par elle-mêmes, en tant qu'entités pourtant pourvues de quelque intelligence) chrétiennes ! Leur châtiment global va devenir terrible (celui qui n'en sent pas déjà la lourdeur, le trouble et les convulsions est déjà ou encore bien enténébré)...

Mais beaucoup de français et autres européens peuvent revenir à Dieu, seul ou en famille : Comme l'individu et la famille sont l'unité de base des sociétés, pour Dieu ils sont aussi l' unité de base du salut des âmes. Selon que "Dieu a tant aimé notre monde, qu'il a livré son fils unique, afin que quiconque croit en lui, ne périsse pas, mais qu'il ou qu'elle ait la vie éternelle." 

Lecteur, lectrice, dans la liberté qui vous est chère, considérez les chemins qui se présentent à vous ; n'allez pas par n'importe quel chemin, en suivant telle doctrine, idéologie, concept, slogan, idée du moment... mais cherchez ce qui demeure, ce qui est éternel, que n'arrête même pas la mort physique (ce départ par séparation de l'âme).
Car plusieurs chemins séduisants conduisent à la mort - spirituelle, puis psychique, éternelle -, alors qu'il est un chemin, certes moins attractif dès l'abord, mais qui conduit à recevoir la vie d'En-haut, celle que rien ne peut faire cesser.

Celle-ci se reçoit dans la foi au fils unique de Dieu venu en chair en vue de faire une alliance d'amour avec notre âme. Notre âme qu'on peut reconnaître si largement insuffisante (si on est vrai) pour affronter les grandes épreuves inhérents à nos existences rendues temporaires par notre condition de réprouvés, dont bien sûr l'épreuve que constitue la mort la plus visible.

Et que sert-il de gagner, gagner, ici-bas, si on n'en peut rien emporter même dans la tombe, et si on perd son âme (dont les deux seules destinations possibles sont, nous disent la Bible et Jésus, le séjour des morts et l'enfer d'un côté, l'éternité dans une nouvelle création de Dieu et avec Dieu d'un autre !?

Une exhortation à lire ici (ou à écouter par clic en haut à gauche) pour quiconque veut prendre à cœur la réalité et les conseils de Dieu.

articles connexes : Les 5 types de mort - La Porte singulière/plurielle de connexion avec le Dieu véritable - Comment Dieu s'est révélé à l'incroyant que j'étais -

Bonne suite d'existence pour vous...

Partager cet article

Repost0
5 avril 2018 4 05 /04 /avril /2018 21:12

suite de l'article commencé ici, et ce qui précède est là.

3 - 3ème PORTE ou MOYEN DE RENCONTRE AVEC LE DIVIN (suite) : CAS PARTICULIER DES EMI ou NDE.
(EMI pour Expérience de Mort Imminente, ou NDE pour Near Death Experience).

Parmi ces expériences où Dieu prend une initiative secourable qui chamboule tout, on trouve les NDE ou EMI (sommairement décrites précédemment).
Mais cela peut aussi arriver quand on est en état de simple sommeil ou dans un grand relâchement, une vacuité (un vide) intérieure... Par exemple comme il est arrivé il y a quelques années à Mario Martinez - vidéo.*
Ce qui fait que le terme EMI ou NDE n'est pas assez englobant pour parler de toutes ces différentes expériences. Plus généralement on pourrait parler de vision par transportation de l'âme (VTA) ou transport trans-dimensionnel (TTD).
Existent aussi des événements par transportation corporelle (ÉTC)...

(Nombreux témoignages d'EMI sur internet...)

Hormis les cas de ÉTC, il s'agit d'une décorporation de l'âme, d'une sortie de soi de son propre corps laissé mort ou comme mort. Cela révèle et l'existence propre de l'âme - de soi sans corps - et l'existence d'un au delà de notre espace-temps ordinaire qui peut être rejoint dans certaines conditions.

La contestation ou le scepticisme, résultat conditionné des formations scientifiques purement matérialistes, perd relativement pied ici, sauf à s'emmurer dans le déni, qui vient de la vue réductrice de l'humain (voire de l'animal) à seulement de la matière, ce qui fait faussement du cerveau le siège de notre personne. Alors qu'il n'est en réalité que l'interface (comme un écran tv ou informatique) entre le reste du corps et l'âme où se situe notre personnalité.

L’AU-DELÀ : ROYAUME CÉLESTE DE DIEU, SÉJOUR DES MORTS ET/OU ENFER !?
a) Pour certains c'est une expérience qui dévoile la réalité  de ce que la Bible appelle "le séjour des morts" (shéol en hébreun, hadès en grec) ou "l'étang ardent de feu et se soufre", que Jésus appelle "la géhenne" et d'autres l'enfer. D,eux lieux bien distincts (à différencier donc) dont la Bible parle, espaces essentiellement de tourments, de souffrances et de présences terribles, le premier temporaire (ce que les catholiques ont appelé le purgatoire), le suivant éternel...

b) Pour d'autres c'est un transport dans ou vers la lumière. Une lumière dont les témoignages montrent qu'elle n'est pas uniforme et unique, mais faite de "tranches" d'intensité différente. Cela n'est pas sans devoir nous interroger, comme dans notre univers se trouve la lune qui reflète une lumière qui n'est pas directement la sienne, mais celle d'une réalité toute différente, le soleil...

Ce qui caractérise ce côté lumineux de l'après existence incarnée, c'est le sentiment d'un amour comme on n'en trouve pas sur terre, d'une acceptation sans condition, pas de jugement, le pardon, une image donc du paradis, parfois sans décor (significatif), parfois dans ce qui ressemble à un jardin, avec des couleurs inconnues sur terre, des parfums...
On y reconnaît parfois des personnes décédées, avec qui on peut parler, il peut y avoir des anges, parfois des figures mystiques connues, ou Jésus seul... Cela parait assurément être le Ciel le plus haut, une expression du Paradis.
Mais là attention ! Tout comme sur la terre, tout ce qui donne de la lumière, ou des lumières, n'est pas forcément donné par Dieu...

c) Certaines expériences commencent par un transport dans un tunnel sombre, d'où on passe progressivement ou d'un coup dans la lumière.

DES EXPÉRIENCES EN SOI, MAIS SURTOUT BIEN PLUS...
Ce qu'on doit comprendre, c'est que ces expériences - tout comme les songes que Dieu peut nous donner - sont significatives au delà d'elle-mêmes. Sont un moyen d'accès à une connaissance spécifique, d'abord personnelle ( et qui peut avoir un caractère universel), qui a besoin d'être décryptée.
Un jour un pasteur a eu une vision extraordinaire concernant le rassemblement dont il est responsable. Il la raconte.On est tous convaincu par des détails comme par l'ensemble, que c'est une vision de Dieu. Et on en reste là, à la description. Pour ma part, je demande à Dieu ce qu'il a voulu dire par la révélation de ces images, et il donne la signification. Le pasteur partage ainsi plusieurs fois son expérience, mais sans rien dire de plus que ce qu'il a vu.
Je finis par demander s'ils savent ce que Dieu dit par là !? Étonnement ! On s'est arrêtés à l'extraordinaire de ce qui été montré du Ciel...
Et avec les EMI/NDE, on entend de telles descriptions, mais sans même penser que cela peut vouloir dire bien au delà des images, surtout pour celui/celle qui la vit. Pire, on tire une conclusion... fausse ! Genre : Si j'ai vécu le tunnel blanc et l'amour, entendez-moi, c'est ce qui nous attend tous !...
Non ! Ce n'est pas le sens de l'expérience.

Je veux donc aussi m'adresser à ces personnes expérimentatrices d'un plan ou un autre au delà de notre perception habituelle, et surtout à celles qui ont été transportées dans la lumière du Ciel divin... ou dans "quelque chose" qui y ressemble !...
Pour que, soit qu'elles soient descendues dans des ténèbres, soit montées dans de la lumière, elles ne restent pas à croire que leur expérience est la manifestation figée, certaine, de ce qui suivra leur (dernière) mort à la terre, savoir
- que leur âme est déjà absolument éternelle - car selon la Bible l'immortalité de l'âme n'a rien d'absolu, n'est pas sans conditions ;
- et que le lieu visité est une destination déterminée, fatale.

Ainsi, entre une interprétation d'expérience et ce que dit la Bible, que faut-il croire ? C'est une question qu'il convient de se poser.
Jésus dit expressément "En effet, celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi et de la bonne nouvelle la sauvera.36 Et que servira-t-il à un homme de gagner le monde entier, s'il perd son âme ?37 Que donnera un homme en échange de son âme ?38 En effet, celui qui aura honte de moi et de mes paroles au milieu de cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l'homme aura aussi honte de lui quand il viendra dans la gloire de son Père avec les saints anges. »"
Et encore : "Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l'âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr l'âme et le corps dans la géhenne."

La réaction "blanche", positive, optimiste, que rapportent les expérimenteurs dans leurs témoignages est qu'il y a là-haut un amour infini, une quiétude absolue, un bonheur parfait... comme si cela était l'unique au delà. Comme si elles-mêmes, ces personnes bénies de la sorte, étaient déjà ou allaient restées dans l'état de grâce nécessaire pour entrer dans une éternité d'amour dont il leur a été donné de goûter... mais pas de rester.
Certes ce sera - peut-être - pour plus tard pour certains, mais il n'apparait pas que cela sera ainsi pour tous.
Parlant de l'accès au Royaume des cieux ou présence de Dieu, Jésus a encore dit : "Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là.14 Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent.15 Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtement de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs.16 Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons ?17 Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits.18 Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits.19 Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu.20 C'est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez.21 Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n'entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux."

Dès lors la question se pose : S'il y a divergence fondamentale entre ce que dit et offre Jésus à partir de son sacrifice et ce que des expérimenteurs concluent de leur EMI, qui croire ? Pourquoi là aussi les expériences ne sont-elles pas pour une unique convergence qui mettrait tout le monde d'accord ? C'est suffisamment interpelant pour qu'on n'en reste pas à une superficialité dans la compréhension de ce qui nous a été donné de vivre !

Car la réalité, la raison, le message de l'expérience, peut être seulement une image à un instant T de vers où on va si on mourrait maintenant.
Soit encore c'est peut-être une (simple) proposition, une possibilité, un appel du pied à réaliser l'existence du merveilleux céleste - ou de l'horreur de certaines profondeurs -  pour en tenir compte. Réalités non immédiatement accessibles dont on n'avait jamais entendu parler, ou qu'on n'avait pas cru parce que venant d'un enseignement religieux, et à laquelle il faut maintenant se mettre à penser sérieusement si on veut connaître à un terme plus définitif la béatitude montrée... ou éviter un terminal terrible.

C'est que je crois, en toute logique, que les expériences de cet ordre éminemment surnaturel sont comme les autres visions (éveillé) ou songes divins... et encore ce que les religions disent depuis la nuit des temps de l'après-existence terrestre. C'est donc surtout, assurément, une grâce accordée à notre conscience pour que nous sachions que tout ne s'arrête pas cette terre.

Pour nous interroger, on a donc
- qu'on trouve des expériences des ténèbres et d'autres de la lumière. Ce qui doit nous empêcher, je le répète, de dire que ce qu'on a expérimenté est le sort réservé à tous
Chaque expérimenteur doit avoir l’honnêteté de dire que son voyage ne donne pas le seul sens général, universel, de l'après.
- C'est encore que des accès dans la lumière sont nettement de deux catégories bien distinctes ;
       - certaines EMI ne font même pas référence à un Dieu, comme si la spiritualité était une merveille sans personne divine à  son origine et/ou présente, avec seulement des anges ou des formes humanoïdes, qui parlent, mais sans Dieu souverain perceptible et connaissable. Cela peut se comprendre selon que la Bible dit que "Dieu est amour" et donc l'espace pénétré étant amour, c'est la signature de Dieu sans qu'il se fasse connaître en tant que tel. Mais la Bible dit de Dieu qu'il n'est réellement connaissable qu'en esprit et en vérité ! Il est celui qui se révèle, se manifeste, fait connaître son nom par lequel justement nous entrons dans l'éternité de Dieu.

Dans son témoignage, Marie de Solemne se trouve escorté par une entité indéfinissable qu'elle nomme "Ilça", "cette chose", "ce truc" ; puis en face d'une autre "chose", de forme humanoïde sans visage sur laquelle elle s'interroge : - C'est Dieu !? A quoi l'être répond : Non, c'est infiniment plus ! Wouah ! Qu'est-ce qui peut se dire "infiniment plus grand" que Dieu ?... si ce n'est Satan, son usurpateur. Le genre de détails qui doit nous interroger, non !?...

       - Une autre catégorie d'EMI conduit en pleine conscience dans ce que l'expérimenteur sait être la présence de Dieu, avec certaines fois la vue, l'accueil, des échanges avec Jésus. Un type de perception qui ne résulte pas forcément d'un arrière-plan religieux, puisque des incroyants ou athées font cette expérience qui rejoint ou conduit à la Bible.

Aussi permettez-moi de vous dire qu'il faut chercher à y voir plus clair que ce que semble l'expérience sans une analyse critique**. Pourquoi cela est-il effectivement montré ? Est-ce, selon blanc ou noir, une représentation de ce que j'aurai la chance ou que je risque de connaître si je ne change pas ma vie ?...
Exemple : une expérience de l'enfer ne peut être qu'une image de l'enfer, car la Bible enseigne que cet espace initialement conçu pour Satan et ses démons, n'est pas encore en activité, de grands événements prophétisés dans l'Apocalypse et Daniel n'étant pas encore arrivés.
...Alors que le séjour des morts est une réalité effective, créée par Satan, déjà terriblement active, suite à sa main mise sur l'humanité via le premier couple humain. 

En restant sans chercher Dieu pour mieux comprendre pourquoi il a montré ceci ou cela, on risque... d'aller au final où il ne faudrait pas, ou de ne pas retourner où on aurait déjà voulu rester ! La question est très importante, aussi a-t-on besoin de repères. Et pour moi (comme pour des cents millions de chrétiens ayant connaissance et expérience de Dieu), la Bible est véritablement la boussole pour la connaissance de l'homme et de Dieu (comme pour les (grandes) décisions et le comportement ici-bas), et encore pour notre destination post-mortem.
Et puis, Dieu existant, on peut toujours s'adresser ultérieurement à lui pour qu'il nous dise ! - Dieu parle, Dieu répond, Dieu nous vient en aide... : il ne fait parfois qu'attendre cela de notre part. Parce que sachant du surnaturel en général et de Dieu, c'est de foi dont il s'agit : le principe par lequel on entre en relation avec Dieu, c'est l'activation d'une foi toute personnelle.

Ce genre de rencontre qui est à la fois spirituelle et psychique (psyché = âme) relativise toujours beaucoup et la valeur de la matérialité de notre univers présent et celles des religions***. Ce qui est juste.
Il ne faut pas pour autant se déconnecter des contingences matérielles comme si on était déjà désincarné, ni rejeter les religions comme des nuisances absolues : Bien que je ne sois pas devenu religieux (c'est un risque) après que Dieu se soit révélé à moi sans le truchement d'une religion, il m'a montré que si elles sont là, c'est qu'il le permet (comme beaucoup de choses) pour une finalité qui n'est pas ce qu'on croit généralement (en faire un système, une institution une fin qui prend la place même de Dieu). Plutôt qu'une fusée (que le croyant est dans cette illustration), la religion est un échafaudage de sa construction (stable ou... dangereux) et ce qui va permettre - ou empêcher - la mise à feu : l'entrée en relation avec Dieu***.

LE VRAI SENS DES RELIGIONS
La double finalité selon Dieu des religions, c'est de (faire se) tourner la conscience dès le jeune âge vers le Divin. Rôle important car la dimension spirituelle n'est pas ce qu'il y a de plus immédiatement accessible du Réel.
C'est ensuite, par ses lois et exigences, pour être un "bon fidèle" qui devrait mériter le Ciel, le moyen de le convaincre que la force à mal faire est en lui plus forte que la force à vouloir être fidèle et faire le bien, notamment en le faisant transgresser, contre sa volonté même ou ses désirs les meilleurs, les règles qui lui sont édictées. D'où il ne reste plus qu'au pécheur se voyant perdu, de chercher en Dieu seul son secours***...

Quand quelqu'un fait une EMI, réalisant qu'on peut être approché de Dieu et l'approcher sans religion, il faut faire attention de ne pas prendre ces organisations en aversion, mais plutôt comprendre comment dire à quelques croyants en questionnement le danger d'être enfermé dans ce qui est présenté comme une fin en soi (devenir membre d'une organisation), alors que toute institution est au mieux un moyen en vue de chercher et trouver Dieu personnellement (bien plus que collectivement).
Concernant ce qu'est la communauté de croyants, la Bible dit essentiellement deux choses :
- "Là où deux ou trois sont rassemblés en mon nom, je suis au milieu d'eux."
et encore : "Ils persévéraient dans l'enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain et dans les prières."
Et la définition de "La religion pure et sans tache devant Dieu notre Père consiste à s'occuper des orphelins et des veuves dans leur détresse et à ne pas se laisser souiller par le monde."

DANGER DONC, LIÉ À DES EXPÉRIENCES SPIRITUELLES !
Jésus déclare à haute et intelligible voix, qu'il est "la lumière du monde", et Jean précise au début de son évangile : "Cette lumière était la vraie lumière qui, en venant dans le monde, éclaire tout être humain."

De là il est facile de comprendre qu'une belle lumière peut être... jusqu'à une imitation, seulement un reflet de la vraie ! A nos yeux charnels, limités en capacités par l'état de chute dans lequel nous sommes, il est possible que des êtres supérieurs, maléfiques, rusés, trompeurs, encore puissants par rapport à nous, désireux de nous dominer ou posséder, puissent nous tromper par quelque illusion ou jeu de miroir. De la même manière que nous pouvons aisément être trompé par la course du soleil qui nous tourne autour, alors que la vérité est moins accessible : c'est nous qui tournons autour de lui...

La vie ici-bas nous montre que tout ce qui est bien ou bon de manière véritable peut être imité, pour séduire, tromper, accaparer. Quand les esprits méchants ne trouvent plus en nous assez de ressort pour nous animer par la violence et la méchanceté (fatigués qu'on est par les guerres, procès, animosités...), il leur reste la carte du cœur, de la gentillesse, de la séduction,  jusqu'à susciter des amours qui ne vont pouvoir mener qu'à des catastrophes, à des alliances qui vont nous manger, capables de nous détruire quand la phase séductrice est passée...

On est prévenus par Jésus concernant le temps dernier de la fin (de l'ère de sa grâce), "Prenez garde que personne ne vous séduise.5 Car plusieurs viendront sous mon nom, disant : C'est moi qui suis le Christ. Et ils séduiront beaucoup de gens."

Ce que  l'apôtre Paul va confirmer dans sa lettre aux Galates d'abord : "Je m'étonne que vous vous détourniez si vite de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ pour passer à un autre évangile.7 Ce n’est pas qu'il y ait un autre évangile, mais il y a des gens qui vous troublent et qui veulent déformer l'Evangile de Christ.8 Mais si quelqu’un – même nous ou même un ange venu du ciel – vous annonçait un évangile différent de celui que nous vous avons prêché, qu'il soit maudit !9 Nous l'avons déjà dit, et je le répète maintenant : si quelqu'un vous annonce un autre évangile que celui que vous avez reçu, qu'il soit maudit !"
Et dans la 2e lettre aux Corinthiens il écrit : "Et ce n'est pas étonnant, puisque Satan lui-même se déguise en ange de lumière."

C'est qu'à son origine, le diable est un des plus beaux anges de Dieu, extrêmement brillant, auréolé de lumière, appelé dans la Bible "astre brillant" (ce qui donne Lucifer). Et donc, par rapport à nous pris dans l'épaisseur pandémique de la matérialité soumise à la vanité, il est encore capable, malgré sa chute, de transporter des pécheurs dans une lumière, un amour, une douceur si intenses que l'être humain ne peut être qu'ébloui par ces attributs du Divin et croire qu'il est déjà dans la compagnie du vrai Dieu : C'est le feu volé par Prométhée ; c'est la lumière que reflète la lune grise et terne !

ACCÉDER A LA CONNAISSANCE PAR RÉVÉLATION
En écoutant attentivement des témoignages de NDE/EMI, j'ai du demander à Dieu - au Dieu tri-unitaire - plus de lumière pour comprendre ce qui me posait question, sans que j'ai la réponse.
Le lendemain je me suis réveillé avec la réponse ! accompagnée de retours sur plusieurs passages ou versets bibliques qui prirent alors un relief nouveau.

J'ai vu (c'est ce que je viens d'écrire) que des expériences de décorporation et de transport de l'âme dans la lumière, même dans une lumière et un amour révolutionnaires hors du commun, ne sont pas forcément qu'accès au champ spirituel où Dieu règne. Cela peut aussi se passer comme dans une anti-chambre du Divin, dans une zone de rayonnement où les anges déchus peuvent encore venir ou les occupent comme un champ intermédiaire.
La preuve ?
C'est quand ces expérimenteurs reviennent porteurs d'un message qui nie le besoin de réconciliation avec Dieu par la foi en Jésus. Avec un message où "tout le monde il ira au paradis", ce qui désavoue tout le message biblique. "Reconnaissez à ceci l'Esprit de Dieu : tout esprit qui confesse Jésus Christ venu en chair est de Dieu ;3 et tout esprit qui ne confesse pas Jésus n'est pas de Dieu, c'est celui de l'antéchrist, dont vous avez appris la venue, et qui maintenant est déjà dans le monde." La Bible donne encore d'autres critères pour discerner...
Sinon qui croire dans un domaine qui nous est si naturellement étranger !? Un esprit qui dit être notre guide ? Un autre qui nous donne des écritures automatiques ? Des messages pour lesquels on n'a même pas reçu en nous l'Esprit de Dieu pour sentir si on a affaire à la vérité ou à des mensonges ? Voyez-vous jusqu'où Dieu nous prend au sérieux, nous laissant comme Adam et Eve dans le 1er jardin la liberté et la responsabilité de choisir ce qu'on va croire !?

Et donc on entend dans ces rapports d'EMI chacun campé sur son expérience et ce qu'il en comprend sans recul, en se confortant par le témoignage d'autres à peu près similaires, mais sans confrontation avec les expériences divergentes et encore des écrits avérés, anciens, qui en parlent. Esprit critique non pour remettre en cause l'expérience elle-même, mais le sens de son apparition, ce qu'elle veut nous dire vraiment, sa raison la plus dernière.

DUALITÉ = BESOIN DE COMPRÉHENSION, ET DE CHOISIR
Amour et terreur ! Douceur et tourments indicibles ! Ce qui veut déjà dire dualité du bien (le plus fort) et du mal (le plus abject), de la quiétude et des souffrances... Même dualité antagoniste dans le versant invisible du Réel comme de ce côté-ci.
Et donc la quête consécutive à notre expérience - ou à ce qu'on en découvre sur le net - a-t-elle été amorcée, poussée jusqu'à recevoir le sens de la chose, et plus encore, ce à quoi cela veut nous amener ?
Certes il faut plus aimer sur terre ! Mais avec quelle force ? En est-on suffisamment capable ? Il faut ne pas vouloir aller en enfer ou au séjour des morts ! Mais comment ? En aimant ? Mais on en est tellement incapable ? En étant pardonnant - ô que oui ! Mais que faire pour être pardonner ? Est-ce un pur automatisme de la part du Ciel, auquel cas je fais ce que je veux et je serai pardonné ?
Quête de vérité, de la lumière la plus haute - que Jésus a dit être ! Comme un prétentieux absolu ou comme ce qu'il est vraiment !?

Comme j'ai dit, après mes premières révélations, j'ai écrit deux livres (plus de 500 pages, et plein d'autres choses), sans recul, sans m'adresser jamais à Dieu, dont je savais juste qu'il existait, dont il me restait le vif sentiment d'avoir à le dire au monde entier, et encore duquel je recevais - sans m'interroger le moins du monde sur la source - des connaissances nouvelles. Sans imaginer que déjà quelque esprit s'était immiscé là et me donnait aussi des connaissances, erronées, controuvées. De quoi faire une assiette anglaise avec de la mâche et de l'arsenic  !

Boosté par les expériences, mais encore sans moyen de contrôle sur ce qui arrivait. Avec une conscience que Satan aussi existait, mais sans réaliser du tout comment il pouvait être actif en-dehors du mal manifeste, et donc comment agissait déjà pour me mettre dans sa poche, faire de moi son écrivain !
Par le mélange donc qu'il y avait dans ces premiers écrits, il y parvenant, m'élevant dans l'auberge espagnole qu'est le New-Âge au rang d'initié, me donnant de l'argent pour publier, etc... Pour faire quoi, si ce n'est une secte - un sectarisme de plus !
Cela peut être dur pour un expérimenteur de se faire interroger sur le sens, la signification réelle de son expérience, surtout après en avoir parlé pendant longtemps dans un certain  sens. Pour ma part, quand j'ai vu - par une toute nouvelle prise de conscience... -, j'ai été amené à détruire tous les livres qui n'avaient pas encore été vendus (3 000), et des tableaux que j'avais peints. Parce que le mélange est toujours en faveur du mal !

"Faute de connaissance, mon peuple dépérit/meurt" déclare par son prophète Osée le Dieu-Éternel. Alors voyons encore d'une autre manière la sphère de lumière divine.

AUTRES POSSIBILITÉS DES DIFFÉRENTES INTENSITÉS DE LUMIÈRE
Parce que dans certaines EMI, l'expérimentateur transporté dans une lumière déjà éclatante et baigné de douceur ou d'amour, voit plus loin une lumière bien plus étincelante encore et voudrait y aller, mais on leur dit : Non ! il faut retourner.
N'est-ce pas suffisamment explicite pour, une fois de retour dans le corps, s'interroger : Pourquoi une limite à l'accès que J'AI eu, moi, dans la lumière ? Est-ce la même lumière ? Dans sa nature, juste avec un éclat différent, ou bien y a-t-il deux catégories de lumière, une vraie et une imitation?...

La Bible là encore a de la lumière en réserve pour nous.
Le salut de nos âmes s'opère par la foi en la rédemption obtenue pour nous par Jésus, mort pour que Dieu puisse nous pardonner nos fautes, et ressuscité pour être éternellement avec Dieu et Dieu (comme il était avant de venir sur terre).
Il est dit de ceux qui croient ainsi en lui, qu'ils forment tous ensemble, assemblés dans la même foi au fil des siècles, son corps (immense), comme notre propre corps est fait, ou comme toutes les sociétés sont faites, dont chacun est une cellule, l'élément de vie de base. "Vous êtes le corps de Christ, et vous êtes ses membres, chacun pour sa part.".
Ce corps, qui tient de la vie physique, psychique et spirituelle, est la vraie Église de Dieu (vraie parce que là aussi l'imitation existe), en tant que somme des croyants "nés de Dieu", aussi appelé Épouse de Jésus-Christ. Qui dit épouse, dit relation rapprochée, amour, joie d'être ensemble...
Cette épouse unique est une multitude fantastique, inimaginable, qui a répondu à l'amour de Dieu en désirant l'aimer en retour, jusqu'à vivre un jour - et éternellement - plus pleinement cette relation privilégiée dans le Ciel avec son céleste époux le Christ Jésus.
Relation qui se vit et va se vivre dans la plus grande proximité de Dieu, c'est-à-dire dans la lumière et dans l'amour qu'il est les plus intenses.
Et position qui est celle d'un Roi souverain - Jésus ayant été élevé pour la terre au rang de Roi des rois - avec sa Reine...

Et puis on trouve dans le Cantique des cantiques notamment (livre poétique de l'Ancien Testament qui gravite autour de l'amour en ses divers aspects), il est question avec l'épouse du roi, de "concubines". Dans cette dimension spirituelle, il va être question de personnes aimées par le Roi mais avec une intensité moindre, montées et établies dans la lumière divine dans une position des plus bienheureuse, mais avec une proximité bien moindre que celle de la reine avec son roi.

Il est encore question de "demoiselles d'honneur", et des "amis de l'époux" - expression que se donne par exemple Jean le Baptiste (quand on lui parle de son rapport à Jésus) qui est le dernier prophète de l'Ancienne Alliance .
Tout cela est dans l'amour de Dieu, dans sa sphère, mais de manière moindre dans sa proximité et présence.
Ce qui explique que des EMI vécues dans la lumière et dans l'amour divin ne laissaient même pas percevoir la réalité de l'existence ou de la personne de Dieu. Comme on sera resté sur terre, au bénéfique de sa grâce mais distant de Dieu (de Jésus, de son Esprit), sans chercher ou aspirer à une relation vivante à sa personne, il fera avec nous dans sa sphère. 

TRANSCENDANCE (QUI NE S'IMPOSE PAS ABSOLUMENT) ET DUALITÉ (RÉCURRENTE)
Il semble qu'une EMI qui immerge dans la lumière n'est pas sécurisée !

Ce qui veut dire que Dieu n'est pas forcément personnellement à son origine. Cela peut résulter d'un processus comme un airbag se déclenche sous l'effet d'un choc accidentel. Dans tous les cas, la suprématie même d'une transcendance, même dépassant toute perception connue, peut être récupérée par un esprit maléfique, trompeur, sans que le commun des mortels ainsi immergés dans une EMI s'en aperçoive s'il n'a pas au préalable une connaissance suffisante de ce versant occulte et occultée du Réel. Ce qui fait qu'il peut être vécu, dans la même expérience, sous la même lumière, les deux aspects contradictoires. Ce qui fait que souvent l'expérience et son interpellation ne suscite par les réactions de recherche qui devrait, peuvent devenir un poids existentiel plus qu'un gain. Ce qui est bien sûr tellement regrettable.

Deux exemples d'EMI dans la description desquelles on peut distinguer deux expressions surnaturelles issues de deux sources, qui semblent à simple vue une seule, mais en réalité sont antagonistes :
Une première ici - Une autre là -

C'est pourquoi je vous invite à (bien mieux) le chercher si déjà vous avez expérimenté la réalité de sa lumière (par rapport aux ténèbres) et de son amour (en regard de sa pauvreté ou absence dans nos cœurs et sur la terre).

¤

On n'est chacun vraiment libre, ou en position de le devenir, seulement après qu'on ait eu accès aux différentes propositions qui se trouvent dans le monde sur un sujet donné. Certes, c'est plus exigeant de chercher de la sorte que de prendre ce qui fait l'unanimité et qui nous est donné en grande pâture par les médias (ou l'école). 
Mais en rapport avec une grandeur que Dieu considère en nous (créés initialement à son image quand même !) qu'il nous donne des éléments de connaissances qui nous ouvrent des champs d'interpellation et d'implication personnelles, typiquement humaines (ce qui n'est pas offert aux animaux).
Aussi devons-nous au mieux mobiliser nos capacités d'observation, de réflexion, de comparaison, de jugement, si nous voulons sortir des habitudes routinières sources (comme l'oisiveté) de beaucoup de vices, pour découvrir à la place de la suprématie du mal, comment le Bien et le Bon - le Dieu véritable - peuvent devenir notre source, nos objectifs et la fin glorieuse de cette existence.

4 - 4ème PORTE ou MOYEN : LA/les RÉSURRECTION/s

Résurrection : Encore un de ces mots singuliers/pluriels qui s'emploient couramment au singulier, mais qui renferment en réalité des expressions bien différentes de la même chose nommée (comme vie, mort, naissance, baptême...)

Voici dont le moyen universel par lequel le Dieu qui a tout créé va amener devant lui toutes les créatures humaines que la terre aura portées.
Si les trois autres modes de mises en contact avec Dieu sont relatifs à notre existence ici-bas, étant vivants dans ce corps de chair, la quatrième porte est bien différente.
Ainsi la mort dont on connaît le mieux la réalité est ici montrée comme l'accès futur à une porte/événement qu'est la résurrection corporelle de chaque être humain.

Seule la Bible apporte des révélations claires au sujet de la résurrection des corps, notamment par le livre/révélation qu'est l'Apocalypse. On apprend là que vont se produire - événements des plus surnaturelles que la terre aura vu - en fait deux résurrections bien différentes, distantes d'environ 1 000 ans l'une de l'autre. Une très prochaine, aussi appelée Enlèvement (les deux faits étant concomitants), l'autre à un millénaire de là...
Je vous dirige ici maintenant vers un article précédent (au domaine plus vaste) qui développe ces deux résurrections.

Soyez béni-e de Dieu par Jésus-Christ et par son Esprit selon ce qui vous convient le mieux. 

Prière guide pour demande de pardon et paix avec Dieu

Retour au témoignage >  DIEU SE REVELE

___________
* Dans la Bible ces phénomènes sont nombreux, avec les prophètes Ésaïe - ÉzéchielDaniel... Dans le Nouveau Testament on a l'apôtre Paul et surtout Jean qui monta au Ciel divin et vit de nombreuses scènes célestes qui se trouvent maintenant encore dans l'Apocalypse.

** Plus jeune surtout, incroyant j'ai reçu des songes par exemple où je volais (en l'air !). Cela représentait ma et notre disposition spirituelle possible ! Dieu voulait et cherchait à m'attirer vers plus de merveilleux avec lui (je trouvais alors déjà la vie belle). Mais sans n'avoir jamais reçu de connaissances sur ce sens des choses (essentielles), sans intelligence suffisamment vive et curieuse pour chercher à ce moment-là d'où cela venait, est-ce que cela voulait me dire quelque chose - et quoi ? -, je restais sans réaction, comme si une telle information était gratuite, fortuite, aléatoire, et donc indigne d'intérêt.

*** Car aucune religion ne sauve personne - que Dieu sauve -, mais elles servent à quiconque reste lucide et honnête à voir son impuissance à faire (le) bien, sa perdition donc, et son besoin de trouver bien au delà de la religion, en Dieu lui-même son sauveur personnel par une naissance d'ordre spirituel.
Ainsi devons-nous distinguer en nous-même entre la religiosité, qui est croyance par l'âme, dans notre âme (d'origine et par nature) charnelle, et spiritualité qui est foi par l'esprit (d'origine et par nature de Dieu). Le passage de l'impiété de l'athée ou du religieux à une vie spirituelle effective qui provient de ce que la Bible appelle "nouvelle naissance" (plusieurs articles du blog en parlent).

Annexe
Les 5 types de mort

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche