Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mars 2021 1 15 /03 /mars /2021 22:09

Photo de la couverture : Une coccinelle bleue !?
... pour parler du côté surnaturel dont tout ce livre est imprégné. En rapport avec la connaissance de soi, l'actualité, science et foi - fort compatibles -, et comment trouver des solutions à nos problématiques en connaissant Dieu, le vrai, comme dit Blaise Pascal "pas le Dieu des philosophes", ni même celui des religions formées en système qui occulte le Divin plus qu'il
ne permet de l'approcher.

 

Le texte poétique 2 des plus de 50 qui forment (avec un résumé de mon histoire extraordinaire )le corps du livre.

2 – SUBJECTIVITÉS

La subjectivité est élément second du Réel.
Elle nous donne des vues, justes ou fausses,
de ce qui est.


Les lettres, les mots, les sons sont asservis
A qui les emploie à qui les écrit et à qui les lit
Tant pour ne rien dire que pour dire, pour unir que pour trahir,
A qui les conjugue à son être épithète au présent ou à venir.

Ils trouvent ou perdent leur force en des arrangements
Beaux, subtils, vieillissant mal ou nous revigorant,
Poétique par quelle muse qui séduit, qui amuse ou musèle,
Frêle ou terrible comme une femme sans ailes,

Jusqu'à hameçonner de force ou d'illusion
Prosélytes, idolâtres, vies en creux ou en rond,
Rejoignant dans nos vides ou troubles entre-deux
Trop d’échos ou aucun, ou les deux
.

Les langues de bois nous poussent vers les frontières
Qui carapaçonnent sous des fioritures fières
Des tonsures et autres tortures lierres.

Alors parfois, des mots de vie trouvent en derniers
Dans tels bas-fonds des paumés derrière des haies
Des perdus des foutus égarés, des relégués des riches désargentés,
Des absurdes aliénés des Nietzsche religieux ou athées,

Entr'ouvant le Ciel par la force toujours vive jamais surannée
De la vérité.

Vérité, vérités !
Toujours étroites, « sectaires » (le mot ne fait pas peur)
Comme une ligne fait un vers,
Comme des lois font l'univers
Comme on compte trois moins un font deux

Ou encore trois fois un font un... Comme il en est de Dieu.

Sectaires les voies mathématiques,
Sectaires combinaisons chimiques,
Sectaires les règles dans les affaires,
Sectaire un travail, sa valeur, ses horaires,
Sectaires les poids justes et la balance,
Sectaires les hiérarchies et les équivalences,
Sectaires les talents les prédispositons les dons,

Sectaire la mort qui signe la fin du pardon
L'entérinant pour toujours ou le fermant.

Sectaire l'objectivité de ce qui est,
Qui doit prévaloir sur nos subjectivités,
Sectaires beaucoup de choses – bonnes,
Comme le bonheur quand on donne,
Et rien d'étonnant que soit détonante,

Sectaire aussi la voie de Dieu.

 

« Entrez par la porte étroite.
Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent
à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là.
Mais étroite est la porte, resserré le chemin, qui mènent
à la vie, et il y en a peu qui les trouvent. »

Évangile selon Matthieu, ch. 7, vers. 13,14


Partager cet article
Repost0
6 mars 2021 6 06 /03 /mars /2021 14:17
Une  carriole qui a trouvé une seconde jeunesse...

 

NOS DÉCHETS

La vie ici-bas est ainsi disposée
Qu'on fait tous des déchets.
On a tous besoin d'une poubelle
Ou d'un lieu où jeter nos habituels
Ou occasionnels ordures, débris, balayures.

On peut recycler soi-même certains déchets,
Composter, rendre à la terre ce qu'elle a donné...
Mais pas tout. On a aussi besoin d'un ramassage
Ou d'emmener loin de nous, pour d'autres recyclages,
Ce qui va être détruit, brûlé ou enfoui, désossé, réduit, anéanti,
Ou transformé, pour en faire sortir une nouvelle vie.

Alors maintenant voyez ! Au plan de votre âme,
Comment sont traités les déchets, des drames,
Des blessures les infections, des gangrènes :
Regrets, remords, soucis, amertume, rancœur, haine ?
Les pensées mauvaises qu'on garde dans un coin
Du cœur, qui l'affectent et d'aimer nous tiennent loin ;
Et les mots durs et méchants qui se sont construits
Et tapissent notre fond jusqu'au jour (ou la nuit)
Où ils jaillissent et éclaboussent un autre cœur,
Par sms ou par la bouche cassent une relation,
Arrête une entreprise, enraye une belle organisation !

Pense-t-on souvent, ou jamais, à se laver
L'âme comme le corps, souillée, chargée, malade, encombrée,
Ayant besoin de trouver un refraîchissement
Tout intérieur, sans mettre toujours injustement
Sur le dos des autres, la cause de nos heurts,
De nos déboires, insatisfactions, malheurs !?

Est-ce seulement possible, qu'on se purifie soi-même,
Qu'on puisse trouver en nous la solution à tous problèmes ?
Faut pas rêver ! Faut plus rêver ni occulter
Nos insuffisances, nos manques, nos trop, nos difficultés,
Nos peines perdues face aux adversités
Irréductibles et toujours renouvelées.
Il faut trouver ce qui manque à notre billet
Pour qu'il soit entier et qu'on puisse gagner
Le gros lot immérité, qui nous mettrait en liberté,
En joie, en paix, pour aujourd'hui et pour... l'éternité !?

Alors voici une poubelle ! Un dépotoir, une décharge,
A nul autre pareil ; un trou noir, terrestre et cosmique,
Qui s'ouvrit béant en un corps-âme-esprit qui se charge
De tous les déchets du monde, des épaves critiques
Des tissus usées et déchirées, des identités aliénées,
Des pensées trompées trompeuses, des fautes morales,
De la cruauté des cœurs, des plus injustes iniquités,
De l'orgueil, hypocrisie... de tout ce qui s'appelle mal.


 

Regardez ! C'est Jésus mis en croix.
Voilà la poubelle pour le monde habité, dérouté,
Pour l'humanité déshumanisée et condamnée
A souffrir et à mort par la justice, par la Loi.

Entendez, regardez, ce trublion fils de Dieu – parait-il,
Flagellé, déchiré, percé, en conséquence de tous nos péchés,

Pour prix de tous les délits et crimes des continents et des îles,
Des fraudes, des vices, perversions, scories, impuretés,

Cloué sur un bois sans impartialité, en toute illégalité,
S
eulement parce qu'il a laissé les forces terrestres
Et célestes les plus fortes – hors Dieu – s'exprimer
Et faire. Substitution voulue, désirée, mise en orchestre

Par Dieu Père invariable et Parole et Esprit qui en sortent
Pour assurer aux humains que le mal domine un salut éternel.
Car Dieu nous a tant aimé qu'il a livé son fils Jésus de telle sorte
Que quiconque croit en lui vive à jamais, de sa vie éternelle,

Délivré des forces qui font manquer ce but,
Déchet visible par le corps qui meurt et se décompose
Mais possiblement aussi âme lavée, rachetée, de perdue
Retrouvée, adoptée et bientôt nouvels être et cause,

Redistribuée pour les concerts sans fin
De la création qui est et qui vient.

© Claude Thé  mars 2021 - @LGDDV

Vous pouvez demander mon dernier livre :

CHANGER POUR 2 BON
Poétique et Transition du 3e Millénaire.

Soyez béni-e.

Partager cet article
Repost0
14 février 2021 7 14 /02 /février /2021 13:45

C'est le premier livre de ma nouvelle vague (la première, c'était... au siècle dernier).

Il sort ici en tirage privé, sans prix fixé : on donne ce qu'on veut compte tenu des indications suivantes :

Contenu spiritualiste (chrétien) avec des poèmes, nouvelle, témoignage et autres pensées éparses joignant foi et raison, spiritualité et science, actualité et texte biblique...

CHANGER POUR 2 BON
- Poétique et Transition du 3e Millénaire -
2021
148
15,5*22
Couverture souple
brillant
blanc 90 g


Image en ligne

4e de couverture :

   "Chacun de nous est unique on le sait, mais il est bon de se l'entendre dire... pourvu premièrement que nous soyons intéressé à vouloir mieux connaître ce "moi" - pas toujours bien, imparfait, que je suis : Pourquoi ça ne tourne pas rond chez moi, comme chez les autres, partout ! Ensuite il nous faut croire qu'il y a de justes solutions à nos problématiques, qui ont la simplicité et la pertinence des plantes médicinales, ou de bons médicaments pas forcément chers, bons pourvu qu'on se les administre."

    Livre étonnant, détonnant, décalé (vers le bleu !?) mais réaliste, réacteur, qui mêle intimisme et holisme ("holystique"), poétique et métaphysique, foi et raison, spiritualité (non religieuse) et science, histoire (la grande et les nôtres), interrogations et réponses sur et pour soi-même, sur l'existence et sur la vie, sur l'actualité et sur la mort... et après ?... Un défi à notre primo-formatage socio-culturel (occidental post-chrétien mais pas que...) qui n'a pas fini de nous amener des problèmes.

   Parce qu'il n'est pas bon de rester toute son existence la/le même et parce que le culte matérialiste va arriver très vite au bout de ses mainmises réductrices et aliénantes sur les personnes, les relations et environnements, il est préférable d'accéder à certains savoirs de fond maintenant, pour avoir une vraie liberté de choix, sans report.

    Claude Trouiller a été photographe du sport automobile avant qu'un grave accident professionnel lui « permette » de vivre de ces expériences surnaturelles (du genre des EMI/NDE) qui provoquent une expansion de conscience et ouvrent sur plus de sens des réalités et sur la finalité de notre présence ici."

 

Si vous êtes intéressé-e, merci de me le faire savoir par commentaire ou par Contact de la page d'accueil.

Cordialement.

 

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2021 4 07 /01 /janvier /2021 22:15

 

Tout est bon en équilibre.
Le vrai repos est dans des équilibres.
Dans équilibre il y a libre... mais pas forcément cheval.
Passer de droite à gauche ou de gauche à droite est par foi bien difficile.
Mais tenir le centre est plus difficile encore. Surtout quand le centre est pris par l'ego, un gros ego qui ne supporte pas d'égaux.

PENSÉES ÉPARSES NÉES EN HIVER

C'est beau une éolienne, je trouve,
Mais si on ne leur met pas un frein,
Par gros vents elles s'emballent et cassent.
On met aussi un frein à l'âne, au cheval,
Ce qui s'appelle un mors, et parfois des oeillères,
Aux chiens une muselière,
Et pourquoi ne pas mettre au même endroit et pour les mêmes raisons
Aux humains qui, en perdition se prennent pour des simiens,
Des masques de leur tragédie.

¤

Chez nous tout ce qui est cassant est un jour ou l'autre cassé.
Il vaut mieux être cool comme Raoult
Souple comme le roseau qui, même s'il pense moins que le chêne
Résiste mieux aux intempéries et contrepètries tragiques de la vie.

¤

L'amour vrai et durable
Comme le bonheur paisible profitable
Est dans le près,
Auprès de Dieu.

¤

 

 

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2020 7 13 /12 /décembre /2020 18:10

Pour ne plus avoir peur !

UN HOMME AVANCE (7:30) 

(mis en vidéo par Anne Miller)

 

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2020 6 12 /12 /décembre /2020 12:15

Découvrir une petite vidéo tout juste sortie d'un de mes poèmes

Je termine un recueil d'une soixantaine de "Poèmes du 3e millénaire" que je pourrais envoyer à qui le demande en avant-première (gratuitement)...

Soyez béni-e

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2020 4 17 /09 /septembre /2020 13:09

 

Les guerres !?
Signe criant de la problématique humaine.
"Mais la nuit la plus longue finira bien un jour"...

 

Revenir tous de cette grande et affreuse guerre
où se coutoyèrent des grandeurs et la misère
Noire, violente, vicieuse, douloureuse, létale,
Comme on rentre chez soi à jamais loin du mal.
En vainqueurs glorieux, légers, le visage irradié
La peau neuve, sans plus de traces du passé ;
Ou en vaincus sombres, humiliés, mais cependant graciés,
Blessés, vivants mais si peu, quand même rescapés, sauvés,
A qui les soins de la guérison seront mis à portée de main
Selon la miséricorde immense du Dieu ouvrant ses lendemains
- Sans fin - à ces descendances humaines dont il s'est fait
une Épouse royale, des amis éternels, des servants zélés,
Un ordre, une hiérarchie toute nouvelle où des derniers
Se retrouvent premiers et les plus humbles sont élevés.

Mieux vaut déjà un heure dans ses parvis que mille ailleurs,
Mieux vaut déjà ici-bas sur les champs de malheurs
Trouver son secours et changer de camp
Plutôt que guerroyer comme des manants
Sans autre espérance qu'en des pensées controuvées,
Dont celle de n'avoir jamais Dieu à rencontrer.

17-09-20 @LGDDV C.T
// Apocalypse 22.1,2.

Soyez des vainqueurs ! C'est mieux !
Pour vous y aider, ici > invitation à une prière qui change tout.

 

Partager cet article
Repost0
18 juin 2020 4 18 /06 /juin /2020 20:55

 

"Le cri"

Pourquoi ce tableau
(signé Edvard Munch)
a-t-il été acheté en 2012
au prix inégalé de
120 millions de dollars ?


 Peut-être parce qu'il symbolise
mieux que tout l'homme moderne
emporté par sa crise d'angoisse existentielle...
Faute d'avoir pu ou voulu entendre,
devons-nous encore nous boucher les oreilles pour ne pas entendre le mal qui nous poursuit et vient encore ?...

QUE NOUS MANQUE-T-IL ?

Qu'aurions-nous dû entendre depuis longtemps, pour ne pas nous retrouver surpris, dépités, apeurés, atterrés, sans solution post-confinem qui nous redonnerait un vrai moral, qui nous ouvrirait sur le sens et encore des portes qui correspondent à ce que nous sommes et à ce qui nous va le mieux ?

Une crise n'éclate pas du jour au lendemain.
Le corona covid-19 il n'est pas né il y a trois matins.
Le mal-être était caché par le confort, les sorties, les apéros,
Chacun depuis longtemps avait, brefs, des pics hauts
Mais surtout des bas, des débats intérieurs
Et même pas ! Sans plus de réflexion, mais avec des peurs
Des langueurs, des sueurs froides ou des chaleurs,
Tout ces trucs qu'on efface en ouvrant la téloche
En regardant la misère de certains - très moche -
Puis en zappant sur les fêtes paradisiaques milliardaires,
Un film de sang avec, obligé, du sexe, puis une enquête judiciaire
Et on s'endort trop plein de vide, sans envie ou trop ragaillardi
Bref, trêve de rêves en apnée, trêve de rimes et de poésie
Trop de somnifères, de tensions, de fautes, de galères
Au point de ne plus rien comprendre du ciel et de la terre...

C'est qu'on ne nous a pas tout dire. On nous a dit beaucoup de choses et des salades, par feuilles de chou (de Bruxelles ou chinois, de droite ou de gauche), corona compris, et bientôt un vaccin, ze vaccin, pour la meilleure santé possible (financière) au moins de quelques uns.

Alors que nous a-t-on caché ? Quelle info décisive qu'on n'a pas ou plus entendue parce qu'étouffée sous des esbroufes, remplacée par "un conte de fée" comme disait le grand et pieux et lucide professeur Jérôme Lejeune*.

C'EST LES VÉRITÉS SUR DIEU QUE LA FRANCE ET L'EUROPE DEVENANT DARWINIENNES ET MARXISTES NOUS A VOILÉES

Car oui Dieu existe, on peut le rencontrer - en esprit et en vérité.
Le créateur intelligent et bien intentionné de l'univers, d'un point de vue scientifique infiniment plus probable qu'un "hasard" qui se mettrait à créer par des suites de hasards capables de produire parfois (sans foi ni la moindre pensée) de la matière, des énergies, plein de lois, des ordres, des organisations partout et autres relations significatives.

QUE CHOISIR ? THAT IS ZE GOOD QUESTION !

Rien que pour la raison libre (de penser, d'analyser, de soupeser, de conclure...), il n'y a pas photo entre
- d'une part une Intelligence (divine) qui crée un tout dynamique, mécanique et quantique, avec autant de parties bourrés d'intelligence incluse,
- et d'autre part un hasard - qui est quoi en soi ? - qui se met tout à coup en mouvement (Pourquoi ? Comment ?) et produit par des myriades de hasards plus aveugles qu'aléatoires tous les systèmes très divers et très complexes qu'on connait, dont ceux qui sont déjà présents, constituant et agissant, dans les plus simples organismes unicellulaires.


L'ingénierie incluse dans une simple cellule ! Même aujourd'hui avec nos moyens et notre intelligence, on est bien incapable de former un tel corps vivant, ne serait-ce qu'à partir de la matière déjà disponible...

LA LOI DE CAUSALITÉ FAIT QUE LES ARBRES PRODUISENT DES FRUITS À LEUR IMAGE

Et voilà pourquoi au bout d'un moment rien ne va plus ! On est comme un train dont le moteur a été coupé et qui peut encore roulé longtemps et des kilomètres dans sa lancée, mais d'avance il est voué à s'arrêter et à devenir un encombrant sur la voie.
Alexandre Soljenitsyne qui a connu le goulag et la cruauté humaine quand les hommes se déterminent à vouloir dessiner eux-mêmes leurs lendemains (sans Celui qui seul connaît ce que sera demain et voit dans l'invisible) a écrit : "Le plus grand drame du XXe siècle : on a oublié Dieu."

Et encore il est réservé dans sa formulation (la peur viscérale contractée pendant des années à toujours craindre d'être surpris en train de penser hors des normes du Parti communiste). Car on peut bien remplacer oublié par occulté, par écarté sciemment et tué délibérément... la liberté de la pensée de Dieu, comme si cela allait rendre Dieu inexistant.
Oui, on ne nous a pas (plus) dit, alors que nous ou nos parents étions enfants, qu'il y a un Dieu réel, vivant, dont on est les créatures, et qu'on peut en expérimenter la réalité si on se tourne vers lui.

Le fruit de cette décision entérinée de croire les penseurs mécréants, athées ou agnostiques du XVIIIe siècle et leurs constructions philosophiques et idéologiques controuvées, a mûri comme un fruit, jusqu'à commencer en nos jours à se décomposer, à sentir la décomposition et la mort. Rien de tel quand il y a un vers dedans ! Ne fusse qu'un virus, avant le covid on sait déjà ce que cela peut produire dans un ordinateur.

On est entrés dans cette décomposition, ce démantèlement (des couples, des familles, des entreprises, sociétés et nations même) au profit de quoi ? de qui ?
D'une mondialisation.
Que voilà un de ces mots qui cachent une forêt !
Un idée, un projet, une volonté qui pourrait sembler bonne... mais qui ne va pouvoir se mettre en place qu'en faisant disparaître l'idée et la réalité démocratique - forcément !
On a compris quand on voit et entend les divergences de vue et de solutions, les argumentations jusqu'à agressives, l'impossibilité pour des gens de même culture, couleur, racine de s'unir jamais lors de tels échanges radio ou télé sur n'importe quel thème.

Et le chômage ? Pas assez de travail pour tous !? Non, la réalité là encore est que Quelqu'un, le Dieu véritable, a tout sous le coude, comme des privilèges qu'il veut bien partager avec tous, dès lors qu'on se confie en lui. J'invite celui/celle que ce point intéresse à lire (ou écouter) ici > le livre de l'Ecclésiaste.

Alors réveillons-nous, la démocratie ne passera pas (même par la guerre civile, car elle n'a pas (assez) d'armes), mais la mondialisation avancera jusqu'à faire plier l'humain sous les programmes... comme en Russie hier, en Chine ou en Corée du nord aujourd'hui.
La phase consensuelle prendra bientôt fin, la lucidité l'emportera encore un peu sur les séductions, manipulations, faux-semblants démasqués, mais la parole sera de plus en plus muselée, la résistance aura fini d'être usée, et soudain ce sera la force, genre traité de Lisbonne, 49-3 état d'urgence, vaccin obligatoire sinon rapt d'enfants ou puce électronique permanente sinon tu es out... Par des contraintes administratives et économiques donc, des interdictions ou obligations drastiques, voire progressivement par des armes de diverses sortes (bactériologiques ou à feux) et beaucoup, beaucoup, beaucoup de morts annonce le livre prophétique de l'Apocalypse.

COMME IL Y A UNE FACE CACHÉE DE LA LUNE...

Mondialisation au profit de qui ? Quelle surprise si vous ne le savez pas encore !
Au profit d'une élite intello-financières ? D'une oligarchie humaine ?
Non, car au-dessus des hommes, de ceux-là comme de tous, de notre humanité entière, sont des esprits - que d'aucuns peuvent imaginer comme des extra-terrestres façon film de science-fiction.
En réalité des esprits méchants, méchants, trompeurs, séducteurs, dénaturés, toujours maléfiques, qui sont initialement des anges de Dieu qui ont pris la liberté de sortir du Bien absolu. Ainsi fut créé le mal, tout ce qui n'est pas (le) bien, tout ce qui ne peut pas rester bien.

Le premier de cette autonomisation fut un ange puissant et brillant comme un astre, devenu dès lors Satan, l'adversaire de tout ce qui est bien véritable, de Dieu et ses anges et de nous humains moins bien pourvus en forces, capacités, pouvoirs.

Des myriades sortirent de leur rang béni à la suite de Satan, anges se transformant alors en démons. Ce sont eux, entités spirituelles invisibles, qui cherchent à s'assurer le contrôle total et durable (éternel comme ils sont) de la terre et de ses habitants (notre humanité et tout le reste). Telle est la réalité occulte qui se cache et manœuvre sous la pensée mondialiste mondialisante.

Des hommes/femmes haut placés qui siègent en oligarques dans des clubs ou sectes croient pouvoir devenir eux-mêmes les maîtres du monde... à partir de divers rapports troubles qu'ils peuvent avoir avec ses esprits satanisés. C'est bien mal connaitre les entités avec lesquelles ils collaborent quelque peu consciemment ou qu'ils prennent pour leurs propres pensées.

S'ils voyaient mieux ils chercheraient vite du côté du vrai Dieu et de Jésus-Christ le secours dont ils ont besoin face ne serait-ce qu'à leur mortalité physique.
Au lieu de croire les mensonges du diable et de ses démons - qui se fait passer à leurs yeux pour une créature bonne (sous le nom de Lucifer en général), ils feraient mieux d'avoir l'humilité de chercher de l'aide pour être sauver. Mais on a chacun à un moment ou à un autre, des plages de liberté où on peut passer des ténèbres de Satan à la lumière de Christ. Mais attention de ne pas remettre au lendemain, car on ne sait jamais si une porte de secours ouverte aujourd'hui, ici et maintenant, le sera encore ce soir, cette nuit ou en d'autres circonstances...

ÉCHAPPER A LA DICTATURE QUI VIENT

Le livre biblique de l'Apocalypse prédit qu'effectivement, par la soumission des hommes à ces autorités spirituelles trompeuses autant que maléfiques, vient un ordre mondial qui sera une dictature terrible d'origine et de forces sataniques.

L'histoire nous permet de voir plusieurs effets de domination démoniaque derrière les hommes, avec les inquisitions, le massacre de la St-Barthélémy, des croyants brûlés ou décapités par d'autres croyants, le terrorisme sous diverses formes, les massacres ethniques, du vandalisme haineux et tueur...

Et bien sûr avec Hitler, le nazisme et la shoah, on a la figure - récente pour nous montrer que cela n'est pas une vieille histoire moyenâgeuse - réelle et en même temps prophétique, des effets concrets pouvant résulter des capacités et incitables démoniaques quand elles réussissent à tromper des hommes pour en faire les agents de leurs propres objectifs. En ce sens notre propre mal-être comme une convoitise égotique boostée par l'orgueil, peuvent l'un et l'autre devenir le ferment qui permet la greffe d'une entité ou d'une autre démoniaque sur nous.

Ces esprits sont capables de donner des moyens financiers, de l'intelligence pour trouver des solutions (apparemment bénéfiques) aux problèmes des êtres humains ou des sociétés, des voix lors d'élection, des succès divers, des tremplins qui sortent de l'ordinaire, des charismes qui peuvent séduire des foules, entrainer à sa suite indistinctement hommes, femmes ou enfants... Le tout se terminant toujours par de la casse, des brisements, des destructions plus ou moins massives, du chaos, et souvent la mort des instruments utilisés, aussi dramatique ou plus celles de leurs victimes prises sans défense suffisante sous ces influences et forces.

POURQUOI JÉSUS LE SEUL ?

La Bible nous dit que Jésus seul a été capable de résister à Satan au point de ne lui céder aucune place dans sa vie pendant toute son existence semblable à la nôtre, et plus encore il'a vaincu de manière définitive la puissance de tous ces anges déchus. Comment ?
En les laissant volontairement libres de s'en prendre à lui, à partir de son arrestation dans la nuit de Gethsémané.
En a résulté son humiliation, les coups terribles qu'il a reçu de la part de Pilate, et jusqu'à la crucifixion sollicitée par les leaders juifs, ce qui était la plus grande des injustices parues sur la terre.

En effet Jésus était sans faute et sans fraude, saint, irréprochable quant au mal,  parfaitement innocent quant à lui-même. Or la mort dit la Bible, apparait comme la conséquence, la sanction, du mal (ou péché) qui nous habite et qu'on peut faire. Et donc cette mise à mort des plus ignominieuses et injustes ne pouvait qu'être comme annulée par Dieu par une résurrection de la victime innocente. Ce qui se produisit au 3e jour après la crucifixion.

Mais ce n'est pas tout. La résurrection n'annule pas tous des souffrances, de l'agonie et de la mort de Jésus. En se laissant prendre, juger et tuer injustement, Jésus en fait acceptait aux yeux de Dieu de prendre la place de coupable que nous sommes tous (par nos fautes), acceptait de supporter ce que mérite chacun de nous.
Pire même, il est mis à mort de la plus horrible manière, comme meurt les criminels, afin que son sacrifice permette aux pires des êtres humains de pouvoir être pardonnés et graciés s'ils se repentent de leurs fautes et croient en lui qui paya à leur place, pour eux, le prix de toutes leurs iniquités.

C'est ce que fit un des deux brigands qui étaient crucifiés pour ses crimes en même temps que Jésus. Sa droiture à ce moment-là lui permit d'entendre Jésus lui annoncer que dès sa mort il serait avec lui dans le paradis (ou royaume de Dieu). Quelle grâce !

Il en est tout autrement pour le second brigand resté dans son arrogance au lieu de s'humilier sous l'effet de la honte que ses actions amenèrent sur sa vie. Il mourut physiquement comme l'autre, mais son âme alors séparée de son corps, au lieu d'entrer dans la présence et sphère divines, descendit au shéol autrement appelé hadès ou séjour des morts (où sont les impies non pardonnés parmi les feux incessants des tourments de l'âme)...

Cela pour dire que Jésus peut sauver du shéol ou séjour des morts, quiconque, à sa fin terrestre, se confie en lui en reconnaissant ses fautes et en croyant en l'innocence - c'est-à-dire la divinité - de Jésus.
Mais avant le passage par la mort physique, on peut trouver à tous moments en Jésus ce sauveur qu'il est.
Il devient possible d'entrer par notre foi au bénéfice de sa protection, comme un enfant qui reste, en lui obéissant, sous la protection de son père ou de sa mère.

C'est pourquoi "Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité."

"Car lorsque nous étions encore sans force, Christ, au temps marqué, est mort pour des impies.7 A peine mourrait-on pour un juste ; quelqu'un peut-être mourrait-il pour un homme de bien.8 Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous.9 A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère."

Aussi, face à la montée de la mondialisation et de ce qui peut paraitre pour nous soumettre tous, pour notre malheur, aux puissances occultes démoniaques, confions-nous en Dieu par Jésus, son incarnation historique et maintenant éternelle, car "Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné" ...à ce que Satan voudra et pourra imposer pour marquer chacun de nous d'un sceau irrémédiable d'appartenance (sans doute avec une puce électronique dont parle le livre de l'Apocalypse, et qui existent maintenant).

Ecoutez et cherchez si vous n'avez pas encore trouvé en Christ Jésus le sauveur et gardien de votre âme - l'âme étant l'essentiel de notre personne, le siège de notre moi conscient et autres facultés psychiques.

Ici > un guide pour prier si vous en ressentez le besoin...

___________________________
* Comment Jérôme Lejeune a-t-il vécu sa première rencontre (expérience) avec Dieu ? Il la décrit à sa femme comme « Un fils retrouvant son Père très aimé, un Père enfin connu, un maître révéré, un cœur très sacré découvert, il y avait de tout cela et beaucoup plus. Comment dirais-je, de la tendresse, de la douceur, de l’affection, de l’amour timide et pourtant décidé, un besoin de faire savoir combien j’étais touché jusqu’au cœur de tant de gentillesse et de tendresse de Sa part, qu’IL voulût bien être là, qu’Il eût accepté que je L’y reconnusse, qu’Il m’eût accueilli si simplement et fraternellement. Comment dire ? Du tendre amour le plus évident. »

Cela ne donne-t-il pas envie de vivre une vraie révélation, toute personnelle, avec ce Dieu saint et aimant qui a déjà tout fait (par le don de Jésus) pour nous en accorder la grâce ?

Partager cet article
Repost0
8 juin 2020 1 08 /06 /juin /2020 13:47

Le cherche-t-on ? Existe-t-il le bonheur ?
Par nature invisible, parfois cependant il s'aperçoit,
Se fait sentir au plus sensible des cœurs,
Mais déjà Oups, il n'est plus là !... Pourquoi ?

Le bonheur ne dépend pas des richesses,
Le riche le sait mieux que quiconque,
Que l'imprévu peut toujours surprendre,
Qui n'a pas tôt fait d'être en liesse
Qu'il se trouve déjà au fond d'une jonque
Qui prend l'eau ou le fait pendre.

C'est que le bonheur ne dépend pas de ce qu'on a
Si ce n'est des soucis que cela pose,
Il dépend surtout, toujours, de ce qui manque.

Et que manque-t-il toujours quand tout est là
Semble-t-il, pour que tout soit bleu et vert et rose ?
Aux rois, aux beaux, aux princes comme aux saltimbanques
Aux prélats, aux préfets, aux citoyens en gilets jaunes
Aux ados boutonneux, aux séniors et aux vieux vieux,
Il manque Dieu... tant qu'on ne l'a pas trouvé, en vrai,
Tant qu'on ne croit pas ou plus qu'il donne
Le surcroît de vie qui ouvre accès aux cieux
Les plus hauts où tout s'unit en live éternité. 

Le bonheur ne manque pas, là où il se trouve,
Là où il demeure et attend qu'on le rencontre,
Avec l'amour la paix l'enthousiasme le bien
Le bon, éphémères ici parmi nous, qui cependant prouvent
Qu'il faut chercher ailleurs, où il se démontre,
Le Dieu auquel croire plutôt que de ne croire en rien.

Le bonheur ne dépend pas de ce qu'on a
Mais de ce qu'on est quand on a trouvé Dieu,
Quand on est, conscient de nos insuffisances
De nos limites de notre inconsistance d'être iota,
Qui se comble comme un vase devenant précieux
De ce qu'on n'est pas de grâce de bonté de confiance.

C. T. June 2020 @LGDDV

Un après-midi de printemps le ciel m'apparut immense et bleu profond,
quand soudain un voile est levé aux yeux de ma conscience
et je perçois, j'entends, JE SAIS : DIEU est là !

Lire ici à ET SOUDAIN...

Poésie-vie similaire d'un clic ici <

Partager cet article
Repost0
14 avril 2020 2 14 /04 /avril /2020 12:38

La foi en l'homme - en nous-même ou en d'autres - fond.
L'espoir humain est une béquille qui se casse.
Ce temps crépusculaire nous amème

Les jeux sont faits !?
Par nos comportements coupables, arrogants, pervers, anti-Dieu, nous avons mis le comble à nos insolences, et globalement, collectivement,
on a perdu la main.

La folie serait maintenant de croire à un retour à la normale.
Notre normalité civilisationnelle est la cause de la crise planétaire
qui nous englobe.
Nos normalités (économiques, idéologiques, religieuses, morales...) sont devenues un consensus normatif souillé, utopique, chimérique, vulnérable à "l'effet papillon" (loi d'imprévisibilité mise à jour par E. Lorenz), inconduisible.
A vouloir vivre sans Dieu, d'Europe en Chine, on s'est attirés un jugement qui ne laisse plus de place à nos caprices et choix imposés par nos ego.

LES PROPHÉTIES BIBLIQUES S'ACCOMPLISSENT TOUJOURS

Dans la chronologie biblique apocalyptique, il reste une petite fenêtre (de très peu d'années) où un pseudo-sauveur va paraître pour relancer les économies... et les idéologies... comme ce fut dans les années 30 en Allemagne - car l'histoire se répète selon un procédé pédagogique autant que causal -.
Ce sera le pire mal... se présentant comme un bien miraculeux...

On est donc avertis, par l'histoire (ancienne et récente) et par la Bible depuis longtemps. C'est pourquoi il ne faut pas attendre demain une reprise bienheureuse, à l'identique, ou une suite seulement fatale et déprimante,
en restant maintenant laxiste ou impatient.

Le temps est à un positionnement personnel de fond.
Entre les erreurs, les mensonges, l'ignorance, les demi-vérités,
et les vérités vraies, immuables, universellement objectives en elles-mêmes,
un choix déterminant est à opérer. Tout retard pris - comme face au covid - risque de nous coûter (très) cher.

C'est l'amour et la patience de Dieu qui permettent encore ce temps à part.
Qu'on soit membres de corps de métiers hyper-sollicités en première ligne,
des politiques format la seconde ligne, ou des confinés lambda
sur les lignes arrières, ce temps est appel à interrogation.
...Exactement comme eut à faire le fils prodigue d'une parabole qui n'a pas fini de nous parler (ne manquez pas de la lire ou écouter ici).

Interrogation, entrée en soi-même, en vue de prendre une grande décision:
Dans ce monde que dominent les injustices, les contraintes, les extravagances faussement prometteuses et novices, soit nos restons coincés ensemble, insécurisés ensemble, à l'étroit dans nos situations personnelles
et dans la vue des choses;
soit nous venons, chacun pour sa part, ou revenons (non physiquement mais en associant raison, foi et espérance) en contact avec "la maison du Père" (avec le Dieu réel dans les dimensions psychique, spirituelle, transversale, de son royaume, avec ses grâces*, sa bienveillance, ses protections, sa justice).

La consigne sanitaire, solidaire et salutaire est claire:
Ne pas rester où on est tombé, où la vie ne nous satisfait plus - ou nous séduit trop (par une addiction ou une autre) -, là où "les esprits méchants dans les lieux célestes" nous veulent sous leur pouvoir, nous aident à nous y mettre, nous foulent ensuite aux pieds et, à un moment qui peut être le leur, arrachent les âmes des corps pour les jeter dans le shéol ou Séjour des morts
(qui est les prémices de l'enfer terminal.

 

QUAND LE CHEMIN SE PERD

Quand le chemin se perd
De nos vies, de nos entreprises, de la compréhension,
Quand on ne sait plus rien de comment la gestion
Du temps, de l'espace, des organisations,
Du conjoint, des enfants, des parents, de la raison,
Où trouver le secours, à qui regarder de fiable,
Sur quel rebord s'appuyer qui soit convenable,
Vers quel patron, vers quel chef capable,
Vers quel saint se tourner qui nous rendra vivable
Le présent arrêté ?

Quand les chemins se perdent qui étaient mal assurés,
Sur quoi on avançait sans soucis d'où cela menait,
Quelle folie que d'aller sans voir et regarder
Où on met ses pieds, à quelle fin arriver !
Et nous voilà défaits, pantelants, interdits.
Nous voilà face au Réel tel qu'il est écrit
Sinon à écrire... peut-être encore, suspendu
En dessous du vide de notre coeur rendu
A une extrêmité. Comme face à une savane,
A quel bush, quelle jungle remplie de lianes,
Impraticable comme sont tant de pensées lourdes
Ou volatiles, toutes possiblement des bourdes,
Voies sans issue, impasses, autant de culs-de-sac...
Mais points de départ possibles !? Entre l'adret et l'ubac
Comme en Tolkien, jeux vidéo, où une Terre du Juste Milieu
Existe, est à trouver qui touche aux cieux,
Pour enfin pour de vrai les toucher,
Et y gagner.

Quand le chemin se perd... une voix comme d'un désert,
Comme d'un rivage pas si lointain, sonne claire:
- Venez enfants, j'ai du pain et des poissons cuits !
Vous n'avez rien pris de votre nuit ?
Mais laissez là vos barques et vos soucis, moi je suis
Le chemin, la vérité et la vie.
 
C'est ce que Jésus dit encore aujourd'hui
Pour sauver ce qui est perdu, malade, sans toit ou sans abri
Spirituel, sans Dieu dans ce monde où les malédictions
Sévissent, font payer des tributs, démolissent les maisons.
- Croyez en Dieu et croyez en moi ! Croyez que je suis
La lumière de ce monde et que devant moi s'enfuient
L'ombre de la mort, tous les plus forts que vous, les raisons
Insensées... Parce que j'ai payé pour votre rançon
Par mon corps livré, fait péché, mal vivant crucifié,
Payé par tout mon sang versé pour le pardon de vos méfaits.


Car Dieu mon Père a tant aimé chacun de nous de ce monde déchu
Qu'il a donné son bien-aimé fils Jésus,
Pour que l'âme de quiconque croit en lui ne périsse pas
Mais qu'il reçoive en lui la vie divine qui le guidera pas à pas.
Par la prière on devient son enfant
Dès ce moment, et éternellement.

C.T. @LGDDV Avril 2020

> Aide à la prière

Écritures incluses dans le poème : Romains chap. 3.11,12 - Matthieu chap. 21.4,14 - 18.11 - Évangile selon Jean chap. 14.1-6 - Hébreux 2.14,15 - Jean chap. 3.16... - chap. 1.12,13 - chap. 8.12...
___________________
* Les grâces = faveurs imméritées, que Dieu peut nous accorder par la médiation de Jésus mort pour nous et ressuscité sont multiples.
Les plus fondamentales sont qu'il ajoute en nous, comme force contre le mal, la vie - éternelle - de son Esprit. Il élargit dans une dimension de profondeur, notre vue des réalités, visibles et invisibles, des tenants et des aboutissants de notre existence ici-maintenant. Il nous assure de sa protection et de son assistance face à ce que nous n'avons pas (enore, assez) la force de voir par nous-même qui nous serez préjudiciable. Il est une force, qui s'exerce dans notre foi, face aux esprits méchants, aux démons, qui nous tentent et veulent mettre la main sur nous pour nous faire faire toutes sortes de mauvaises choses...

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche