Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 novembre 2018 1 12 /11 /novembre /2018 18:38

 

On accède aux choses d'abord par leurs formes et par notre subjectivité (reçue, partielle, partisane...).

Mais pour connaître le réel, il y faut
de l'attention détachée pour mieux discerner la réalité dans son objectivité, c'est-à-dire approcher et con-
naître en vérité, sans être trompé et se tromper soi-même.

Quel rapport y a-t-il entre notre psychologie (et regard sur la psychologique) et celle d'un être humain qui vivait il y a 2, 3, 4... millénaires ?

ÉVOLUTION, MAIS PAS QUE...
Il y a presque 2 000 ans, l'heure est à des peuplades ou tribus primitives disséminées sur la terre, peureuses ou vindicatives, qui se cachent ou s'envahissent, et à un empire - romain - immense autant que féroce, dont la main de fer tient soumises la culture grecque et des multitudes rustres et barbares, tout autour du bassin méditerranéen.

Au cœur de cette inculture généralisée dominée par les superstitions, l'idolâtrie et des démons*, voilà ce que peut écrire avec une simplicité et finesse toujours aussi pertinente et utile un homme qui a été touché par la grâce céleste :
"Nous savons, en effet, que la loi (les préceptes de la religion) est spirituelle ; mais moi (en tant qu'être humain), je suis charnel, vendu au péché (à un pouvoir de mal faire).15 Car je ne sais pas ce que je fais : je ne fais point ce que je veux, et je fais ce que je hais.16 Or, si je fais ce que je ne veux pas, je reconnais par là que la loi est bonne.17 Et maintenant ce n'est plus moi qui le fais, mais c'est le péché qui habite en moi.18 Ce qui est bon, je le sais, n'habite pas en moi, c'est-à-dire dans ma chair : j'ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien.19 Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas.20 Et si je fais ce que je ne veux pas, ce n'est plus moi qui le fais, c'est le péché qui habite en moi.21 Je trouve donc en moi cette loi : quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi.22 Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l'homme intérieur ;23 mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres.24 Misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps de cette mort ?..."

Est-on là dans une vue objective de l'homme/la femme générique ?
La vérité, la sincérité envers soi-même, nous oblige à répondre : Oui ! On est bien comme ça !
Et l'étude confirme que c'est là un universalisme, une vraie loi au plan de notre psychisme (âme), qui nous empêche de faire ce qui serait bien.
C'est "la loi du péché"dans notre être intérieur, comme il y a une loi de la mort au plan des corps.
Le sens original du mot péché est "manquer le but", passer à côté de ce qui aurait été bien, bon, le mieux, le meilleur.

UN TESTAMENT - QUI EST TOUJOURS UNE EXPRESSION FORTE
Je vous invite à découvrir ou relire dans cette perspective le "testament philosophique" d'un de nos contemporains qui a le plus extraordinairement réussi au niveau professionnel et commercial : Steve Jobs, pionnier de l'avènement de l'ordinateur personnel (Mac), du baladeur numérique, du smartphone, de la tablette tactile (Apple), milliardaire mort à 56 ans d'un cancer au pancréas :

"J'ai atteint le summum du succès dans le monde des affaires. Dans les yeux des autres, ma vie est une réussite.

Cependant, mis à part le travail, j'ai eu peu de joie. En fin de compte, la richesse n'est qu'un fait auquel je me suis habitué.

En ce moment, allongé sur mon lit d’hôpital, et me rappelant toute ma vie, je me rends compte que toute la reconnaissance et la richesse dans laquelle j’ai pris tant de fierté, a pâli et est devenue insignifiante face à la mort imminente.

Vous pouvez employer quelqu'un pour conduire votre voiture ou gagner de l'argent pour vous mais c’est impossible d’engager quelqu'un pour supporter la maladie et mourir pour vous.

Les choses matérielles perdues peuvent être trouvées. Mais il y a une chose qui ne peut jamais être trouvée quand elle est perdue - "la vie ».

Quelle que soit l'étape de la vie à laquelle nous sommes actuellement, avec le temps, nous serons confrontés au jour où le rideau se ferme.

Aimez votre famille, votre conjoint et vos amis ... Traitez-les bien. Chérissez les. 

Au fur et à mesure que nous vieillissons, et devenons plus sages, nous réalisons lentement que porter une montre à 300 $ ou 30 $ - les deux donnent la même heure...

Que nous ayons un portefeuille ou un sac à main de 300 $ ou de 30 $ - le montant à l’intérieur est le même;

Que nous conduisions une voiture de 150 000 $ ou une voiture de 30 000 $, la route et la distance sont les mêmes, et nous arrivons à la même destination.

Que nous buvions une bouteille de vin à 1000.$ ou à 10 $, la gueule de bois est la même;

Que la maison dans laquelle nous vivons mesure 300 ou 3000 pieds carrés - la solitude est la même.

Vous réaliserez que votre véritable bonheur intérieur ne provient pas des choses matérielles de ce monde.

Que vous voyagiez en première classe ou en classe économique, si l'avion tombe en panne, vous tombez avec lui ...

Par conséquent .. J'espère que vous vous rendez compte, quand vous avez des amis, des copains et des vieux amis, frères et sœurs, avec qui vous discutez, riez, parlez, chantez, parlez du nord-sud-est ou du ciel et la terre, .... c'est le vrai bonheur !!

Cinq faits incontestables de la vie:

1. N'éduquez pas vos enfants à être riches. Éduquez-les pour être heureux. Donc, quand ils grandiront, ils connaîtront la valeur des choses et non le prix.

2. Mangez vos aliments comme médicaments. Sinon, vous devez manger des médicaments comme nourriture.

3. Celui qui vous aime ne vous quittera jamais pour un autre, car même s'il y a 100 raisons d'abandonner, il trouvera une raison de se retenir.

4. Il y a une grande différence entre un être humain et l'être humain.
Seuls quelques-uns le comprennent vraiment.

5. Vous êtes aimé quand vous êtes né. Vous serez aimé quand vous mourrez. Entre les deux, vous devez gérer!

REMARQUE: Si vous voulez juste marcher vite, marchez seul! Mais si vous voulez marcher loin, marchez ensemble!

Six meilleurs médecins au monde :
1. Lumière du soleil
2. Repos
3. Exercice
4. Régime
5. Confiance en soi
6. Amis
Gardez-les à tous les stades de la vie et profitez d'une vie saine."

Percevez-vous le décalage entre ce qu'il a fait, et ce qu'il dit, c'est-à-dire ce qu'il aurait aimé bien mieux faire !?
C'est cela la loi du péché en action dans l'existence des plus riches en dons comme des plus démunis.
Et là on ne parle que des manques et des pertes au plan terrestre ! Mais l'âme - son âme, notre âme - où part-elle quand elle est détaché par la mal du corps qui l'a véhiculée ?
(Lire Les 5 types de mort pour en savoir plus).

Savez-vous ce qu'a encore écrit l'apôtre Paul à la suite de ce qui précède ?
"Ainsi donc, moi-même, je suis par l'entendement attaché à la loi de Dieu (faire le bien), et je suis par la chair esclave de la loi du péché.
Misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps de cette mort ?...
25 Grâces soient rendues à Dieu par Jésus Christ notre Seigneur !..."

Si donc nous sommes globalement un peu moins barbares aujourd'hui du fait de l'influence psycho-génétiquement et culturellement transmise, ne croyons pas que cette socialisation est très solide ! 
Car la loi du péché reste une permanence dans notre cœur naturel (adamique, irrégénéré).

Avez-vous personnellement trouvé en la personne vivante de Dieu l’Éternel et de Jésus son incarnation comment dominer sur cette loi qui cause l'essentiel de nos problèmes personnels et relationnels ?

Sinon, dans l'immédiat du temps qui reste disponible, allez-vous chercher à savoir et trouver la clé de cette métamorphose psychique dont nous avons tant besoin ?
La clé ? La foi !
Le prix ? Gratuité
!
Car Jésus a payé le prix en prenant sur sa vie la condamnation que méritent nos fautes morales, nos égarements, notre impiété : Lire cela par exemple ici au 53e chapitre du livre du prophète Ésaïe.

Quand Steve Jobs dit ce qu'il trouve - finalement - être les Six meilleurs médecins au monde, je suis très près de la vue que sa maladie et le temps qu'elle lui a laissé pour la réflexion lui donne de comprendre. La différence ? Je mets "Christ" à la place de "soleil" !
Mais très près peut être aussi différent que visiter un pays par la télé et le visiter en s'y rendant. 
"
Jésus leur parla de nouveau. Il dit : « Je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura au contraire la lumière de la vie. »"

Et si vous voulez faire une prière de réconciliation pour trouver la paix de Dieu (en vous et avec lui), cliquez ici pour avoir une trame qui vous aidera à formuler votre propre prière.

Soyez béni-e.

______________________
* Aujourd'hui, on entend de plus en plus parler de "vieux démons" qu'on ne voudrait pas voir revenir (dixit E. Macron). Mais si nous ne réalisons pas qu'il s'agit de "vrais" démons, des entités angéliques encore puissantes et éternelles (tombées par l'orgueil et la séduction dans l'égarement des sens, méchancetés et perversions), comment pourra-t-on les contrer ?
Ils sont d'autant puissants qu'on est ignorant de leur existence...

** Avant d'être arrêté et de recevoir la lumière de Christ (Jésus en qui il reconnaît le messie d'Israël), Paul (qui s'appelle Saul) est un juif brutal dans l'exercice de sa religion contre les chrétiens.
Toute religion a pour effet majeur de révéler à ceux-là mêmes qui s'appliquent à la pratiquer, la dureté de leur cœur, leur intolérance, leur nature de pécheur - personne incapable naturellement d'aimer - ce qu'on est tous.

 

 

 
Partager cet article
Repost0
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 21:07

Un coeur bleu... de coups (donnés et reçus)...

 

Que voilà une parole brève mais qui en dit long sur la façon dont Edmond Rostand (l'auteur de Cyrano de Bergerac) avait appris à voir l'homme :
- son frère, cet autre de même nature et de la même condition psychologique abimée que lui ; un frère ou une soeur de même sang - humain - quel que soit son faciès ou la couleur de sa peau...
- mais un frère fait aussi d'un intérieur, d'un package psychique hérité de lignées humaines spécifiques, de parents et d'une éducation (ou pas), dans tous les cas forgé dans un bouillon de culture ambiante. Et ce mix autonome qui se veut si illusoirement indépendant se manifeste rien qu'en se mettant à parler. Et bien sûr plus nettement quand il veut imposer sa vue des choses. Et là il y a bien plus de couleurs de vues partisanes du monde qu'il y a de couleurs de peau ou de cheveu.
Que faire avec cette difficulté irrépressible à vivre les uns avec les autres ?

Je crois que là aussi Jésus a parlé et dit ce qui nous concerne tous. Le savoir nous évite(rait) de juger l'autre avant de nous juger nous-même. Savoir qu'il y a de la sorte un Dieu sous les yeux duquel tout est à découvert, nous aide(rait) à un comportement personnel moins problématique
a) immédiatement vis-à-vis des autres ; et
b) un jour prochain de jugement vis-à-vis de Dieu lui-même.
Que Jésus a-t-il donc dit pour notre bien qui n'épargne et n'exclut personne d'entre nous ?
"Ce qui sort de l'homme, c'est ce qui souille l'homme.21 Car c'est du dedans, c'est du coeur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres,22 les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l'orgueil, la folie.23 Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans, et souillent l'homme." Marc ch. 7

Souiller signifie salir : se salir soi-même et salir les autres. Signifie abimer nos relations, les rendre impures ; nous mettre ou tenir au plan commun que la Bible appelle péché, le mal, toutes sortes de maux qui nous font "manquer le but" imaginé pour nous par Dieu : l'aimer et nous aimer les uns les autres - sans hypocrisie, sans manipulation, sans séduction, sans recherche prioritaire de notre propre bien, sans mensonges... Bref un idéal originel perdu depuis le jour que rapporte le chapitre 3 du livre de la Genèse

Ainsi je suis cet être déchu qui, par des mots porte de la division, apporte des maux, de la souffrance (volontaire ou que j'aurais voulu éviter), en moi comme autour de moi. Car tel est mon coeur. Tel est le coeur de TOUS les hommes/femmes... dès l'enfance.
Le prophète Jérémie a même reçu d'écrire ce diagnostic terrible : "Le coeur est tortueux par-dessus tout, et il est méchant : Qui peut le connaître ?10 Moi, l'Éternel, j'éprouve le coeur, je sonde les reins, Pour rendre à chacun selon ses voies, Selon le fruit de ses oeuvres."
Qui donc parmi nous purifiera lui-même son coeur ?

"Un Éthiopien peut-il changer sa peau, Et un léopard ses taches ? De même, pourriez-vous faire le bien, Vous qui êtes accoutumés à faire le mal ?", interroge l'Eternel-Dieu.

Qui n'a jamais menti ? Mais si plus personne ne mentait, ne faisait de faux-témoignages, ne trompait les autres !?
Beaucoup n'ont pas tué. Mais si plus personne ne tuait, la face de notre terre n'aurait-elle pas un tout autre aspect !?
etc... Le problème, c'est qu'on ne peut pas se changer !
Et quand une socialisation induite par les valeurs gréco-judéo,chrétiennes est progressivement changée en un nouveau paradigme où l'on se soucie plus de changements que de leur pertinence, c'est bien le coeur naturel qui encore se manifeste, qui cherche à
marquer basiquement son territoire - pendant la minute où l'on a hérité de quelque pouvoir. Pauvres hommes que nous sommes ! Pauvres femmes dont l'intelligence - toujours égocentrée et vite orgueilleuse- n'obtiendra pas de meilleurs résultats que les mâles dont elles revêtent les attributs !

Mais cela n'est pas pour nous rendre morose ou défaitiste. Au contraire, cela a de positif de confirmer la vue (juste) de Dieu sur nous, et permet que nous voyons mieux en nous-même à partir de nos boulettes, nos ratés, le mal qu'on fait autant qu'on en subit, les mauvais choix, les décisions aux pires effets (directs ou secondaires)..
Heureusement, Dieu n'en a pas fini avec nous et notre condition d'accidenté cosmique. Il nous voit, nous cherche, nous éclaire... diverses expressions de son amour qui a triomphé de sa justice par le don de la vie de Jésus
- à cause de nous
- mais aussi pour nous, à notre place.

Qu'ainsi la lumière de Dieu sur notre âme nous donne de nous voir tel qu'il nous voit, afin que nous nous laissions sauver par lui qui s'est laissé crucifier pour que nous échappions aux conséquences, proches et éternelles, de ce que produit notre coeur rebelle à la paix et au bien.
"Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation.20 Nous faisons donc les fonctions d'ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous ; nous vous en supplions au nom de Christ : Soyez réconciliés avec Dieu !21 Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui par la foi justice de Dieu." 2ème aux Corinthiens

Bien cordialement. Soyez ainsi béni-e.
Pardon, Seigneur pardon (chant pour aider un retour à Dieu)

Partager cet article
Repost0
8 avril 2016 5 08 /04 /avril /2016 05:32


...jusqu'à vouloir trouver les VÉRITABLES tenants et aboutissants qui gèrent le Réel, c'est-à-dire jusqu'à entrer dans la double dimension spirituelle de ce qui fait LE TOUT.

En ce sens de l'approfondissement, j'ai noté un article intéressant que je mets là en lien, à la suite de quoi j'ai posté la réponse qui le suit : Souriez, vous êtes tués!

Ma réponse :
"dénoncer des sentiments, faire une campagne de clips télévisés contre la peur ou la haine est absurde." Mais l'absurde est en fait une intelligence très subtile ! L'absurde n'existe pas... plus que n'existent des actes gratuits ! Tout est ficelé par et dans des lois, au plan du psychisme comme aux plans physiques. L'important est, comme vous vous attachez ici à le faire, de dénouer (déjouer !) le noeud gordien qui tient l'homme - générique - dans une condition de malade permanent, de bipolarité - inexorable pour lui - entre faiblesse et insuffisance d'un côté, et force et non-maîtrise de l'autre.
Et là-dedans, bien sûr qu'il faut aussi que la haine soit anéantie, ce qui demande une vraie possibilité de s'en sortir, de la sortir du jeu - qu'il faut connaître...
Un article de mon blog qui touche aussi à cette dimension de la psychologie qui commande et qu'il faut savoir désarmer... vraiment ! http://www.toucherlalumiere.info/2016/04/actualite-et-connaissance-de-soi-du-mepris-au-suicide.html

J'ajoute ici en lien, concernant la haine dont nous avons à nous garder nous-même, article sous le clic

Avançons à pleine eau dans le surnaturel, car ce n'est pour l'essentiel, pour le lourd, que de ses effets - dont nous sommes tantôt éclaboussés de lumière, de bonheur, de sérénité..., tantôt frappés de lambeaux de chair, d'abattement, de frustration... - que nous voyons et entendons.
Soyez béni-e dans cette quête du sens de notre présence ici-bas.

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2015 5 27 /11 /novembre /2015 09:00
Pensée du jour : IL EST CLAIR QU'ON N'A PAS A SE LAISSER IMPRESSIONNER, MAIS (QUAND) LA PEUR GAGNE OU RÔDE...



On est tous des êtres vulnérables. Notre chair peut retourner plus ou moins vite à la terre, mais dans tous les cas elle y retourne (même incinérée).

Notre âme, que notre corps contient et véhicule (partiellement, dans son domaine), est sujette à la peur et aux défaillances - comme pour d'autres raisons à la joie et à des victoires.

La peur elle-même peut se situer à deux endroits :

- en nous, dans notre âme, jusqu'à faire trembler notre corps ; mais aussi
- en dehors de nous, dans notre environnement. Dans les deux cas, la déjouer pour ne pas tomber sous une réaction mauvaise ou une autre - qu'elle peut, voire qu'elle VEUT provoquer - n'est pas facile. Cela requiert une force de caractère personnelle ou une foi réelle qu'on peut mettre en action de deux manières :
- En demandant à Dieu de nous garder ; ou bien
- En prenant autorité contre la peur, par notre force psychique ou notre force spirituelle.

Les causes de la peur sont diverses, mais elle résulte principalement de :
- un bruit ou un mouvement inattendu et subit qui nous surprend ;
- une parole ou une lecture mauvaise qui nous agresse ;
- la vue d'une scène ou d'images terribles qui incluent une action démoniaque ;
- une présence démoniaque dans notre propre environnement immédiat (notre maison, un lieu particulier où l'on va, dans la rue où nous marchons, sur une personne possédée...), voire qui a déjà réussi à s'attacher à nous (se faisant pressante, oppressante, affligeante, déprimante ou conquérante, nous rendant vindicatif, critique, pervers, profiteur, manipulateur, cupide, haineux, radical...) ;
- nos propres fautes morales quand elles se répètent et des contacts que nous établissons avec des esprits maléfiques par des pratiques dont Dieu nous avertit du danger : ces choses nous mettent dans la situation d'Adam et Eve après qu'ils aient cédé au serpent (Satan infiltré) qui réussit à les faire désobéir à Dieu. (Genèse chap. 3)

"Que personne, lorsqu'il est tenté, ne dise: «C'est Dieu qui me tente», car Dieu ne peut pas être tenté par le mal et il ne tente lui-même personne. Mais chacun est tenté quand il est attiré et entraîné par ses propres désirs. Puis le désir, lorsqu'il est encouragé, donne naissance au péché et le péché, parvenu à son plein développement, a pour fruit la mort." Épitre de Jacques, chap. 1, vers. 13-15.

Dans tous les cas, Dieu peut venir à notre secours, dès lors qu'on demande à Jésus son aide (ou qu'on demande à DIeu par Jésus), et d'autant plus quand l'on a compris : en cherchant à voir quelle faute de notre part pourrait être à l'origine du mal-être ressenti.

Dans votre quête soyez béni(e), éclairé(e) d'En-Haut.

Un chant de circonstance : http://www.dailymotion.com/video/xly2ko_pardon-seigneur-pardon_music

http://toucherlalumiere.info.over-blog.com/2015/11/le-pardon-de-dieu-et-la-folie-des-hommes-quel-en-est-le-prix-combien-coutent-ils.html

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2015 7 22 /11 /novembre /2015 13:15

Notre condition toute humaine, commune et naturelle, oblige à des abaissements.

La preuve en est, de manière absolue, le vieillissement et la mort.

Qui par ailleurs n'a jamais subi un revers cuisant, une coup d'arrêt brutal, accident ou maladie grave, ou toute autre rupture "significative" ?

L'essentiel est toujours pour nous d'en apercevoir ou savoir la vertu, qui est de s'interroger sur le sens, la pertinence, la valeur, de ce que nous vivons, sur le pourquoi de ce qui nous arrive qui n'est pas dans les clous de la ligne de marche que nous avons adoptons (sciemment) ou que nous suivons (comme on est amenés à suivre un mouvement de foule).

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche