Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 juillet 2018 6 28 /07 /juillet /2018 07:55

Ne faisons pas de la poésie une idole d'hier et d'avant-hier, un vestige. Ne voyons pas les poèmes seulement comme des fossiles intéressants.
Au XXIe siècle on peut encore avoir à dire la vie présente et le Réel sous forme poétique.
Pour moi la poésie est à la vie ce qu'est la tendresse à l'amour... et à la haine.

CORPS À CORPS

En se livrant encor encore
A la femme, à son corps,
L’homme met en désaccord
La soute, la quille, bâbord, tribord.

Les faux-amours font corps à corps
Où l’âme se lasse de ces rapports
Qui chassent les plus beaux accords
Par des moiteurs jusqu’en la mort.

L’intelligence en berne l’homme
Ne bâtit plus que de chaume,
Ne pense même plus en home
Dégénère son génome.

Il et elle ont banni les axiomes,
Chenilles ils papillonnent,
En résultent des hématomes,
Rend impossible le nickel-chrome.

Ainsi se perdent des trésors
Chacun ayant sa part de torts,
Loin de Dieu la vie s’endort
Pour des cauchemars, encore.

On souille tout en somme !
On pourrit tous nos royaumes,
On se débat, perce nos paumes,
Mais seul Jésus est le surhomme.

Claude Thé - 22 juillet 2018

 

La Bible, l'Histoire et nos histoires préviennent que la sexualité débridée suscite de mauvais désirs, amène des problèmes relationnels importants (dans les foyers et avec Dieu), des pertes de capacités (dont Samson est une figure), violences, cruautés, chaos, chute des civilisations (Mahagonny de Brecht et Weill)...
Et Jésus a annoncé qu'un temps allait venir où il en serait par toute la terre comme au temps de Noé, comme au temps de Sodome.

Choisissons personnellement la paix - avec Dieu, puisque c'est seulement par là qu'elle peut venir, dans notre cœur d'abord, et sur la terre relativement. Paix dont Jésus est le Prince, qui s'obtient par la foi, le pardon de nos fautes et le renouvellement par l'Esprit-Saint de notre intelligence...

Soyez béni-e de Dieu.

Partager cet article

Repost0
26 juillet 2018 4 26 /07 /juillet /2018 10:38

"...ils se sont consacrés à l'infâme idole, Et ils sont devenus abominables comme l'objet de leur amour."

Qui d'une nation ou d'un souverain nouveau venu est le premier coupable ?
Lequel est l'idole ?
Ici un poème qui met en scène La France déboussolée et Bonaparte le petit corse intrépide, dont elle fît Napoléon qui toucha, comme tous ceux qui s'élèvent trop vite et trop haut, à l'humiliation plus qu'aux véritables étoiles.
Comme Alexandre le grand et, plus près de nous, comme qui encore !?...
Apprenons-nous encore que l'Histoire - comme la Bible - est porteuse de leçons édifiantes ?

AUGUSTE BARBIER : L'IDOLE

Ô Corse à cheveux plats ! que ta France était belle
Au grand soleil de messidor !
C'était une cavale indomptable et rebelle,
Sans frein d'acier ni rênes d'or ;
Une jument sauvage à la croupe rustique,
Fumante encor du sang des rois,
Mais fière, et d'un pied fort heurtant le sol antique,
Libre pour la première fois.
Jamais aucune main n'avait passé sur elle
Pour la flétrir et l'outrager ;
Jamais ses larges flancs n'avaient porté la selle
Et le harnais de l'étranger ;
Tout son poil était vierge, et, belle vagabonde,
L'oeil haut, la croupe en mouvement,
Sur ses jarrets dressée, elle effrayait le monde
Du bruit de son hennissement.
Tu parus, et sitôt que tu vis son allure,
Ses reins si souples et dispos,
Dompteur audacieux tu pris sa chevelure,
Tu montas botté sur son dos.
Alors, comme elle aimait les rumeurs de la guerre,
La poudre, les tambours battants,
Pour champ de course, alors tu lui donnas la terre
Et des combats pour passe-temps :
Alors, plus de repos, plus de nuits, plus de sommes,
Toujours l'air, toujours le travail.
Toujours comme du sable écraser des corps d'hommes,
Toujours du sang jusqu'au poitrail.
Quinze ans son dur sabot, dans sa course rapide,
Broya les générations;
Quinze ans elle passa, fumante, à toute bride,
Sur le ventre des nations ;
Enfin, lasse d'aller sans finir sa carrière,
D'aller sans user son chemin,
De pétrir l'univers, et comme une poussière
De soulever le genre humain ;
Les jarrets épuisés, haletante, sans force
Et fléchissant à chaque pas,
Elle demanda grâce à son cavalier corse ;
Mais, bourreau, tu n'écoutas pas !
Tu la pressas plus fort de ta cuisse nerveuse,
Pour étouffer ses cris ardents,
Tu retournas le mors dans sa bouche baveuse,
De fureur tu brisas ses dents ;
Elle se releva : mais un jour de bataille,
Ne pouvant plus mordre ses freins,
Mourante, elle tomba sur un lit de mitraille
Et du coup te cassa les reins.


Dans tous les cas, tout vient en jugement, tantôt les peuples, tantôt les monarques, et toujours l'homme, individuellement.

Soyez béni-e par le Dieu qui ne passe(ra) jamais.

Partager cet article

Repost0
18 juillet 2018 3 18 /07 /juillet /2018 13:28

On peut avoir le meilleur matelas du monde, mais sans pour autant trouver le sommeil.
La cause ?
Trop de fatigue comme trop de paresse ; la peur d'être visité de nuit par des voleurs, ou encore par des mauvais esprits (des "maris de nuit", etc...) ; des pensées qu'on n'arrive pas ou plus à maîtriser ; un souci ou un mauvais projet qui s'impose, vous ronge et revient sans que vous puissiez leur résister ; trop manger, ou pas assez ; trop de café, ou autre substance énergisante dont on est devenu accro ; un cumul de fautes morales dont la perte de sommeil est un jugement (en vue que nous nous interrogions sur notre couche quant à nos faits d'existence jusque là et autre avenir compromis)...

"Vous les hommes, jusqu’à quand mépriserez-vous ma gloire ? Jusqu’à quand aimerez-vous ce qui est sans valeur et rechercherez-vous le mensonge ? – Pause.
4 Sachez que l’Éternel s’est choisi un homme fidèle. L’Éternel entend quand je crie à lui.5 *Si vous vous mettez en colère, ne péchez pas ! Parlez dans votre cœur, sur votre lit, et faites silence. – Pause.
6 Offrez des sacrifices conformes à la justice* et confiez-vous en l’Éternel.7 Beaucoup disent : « Qui nous fera voir le bonheur ? » Fais briller la lumière de ton visage sur nous, Éternel !
8 Tu mets dans mon cœur plus de joie qu’ils n’en éprouvent quand abondent leur blé, leur vin [et leur huile].
9 Je me couche et aussitôt je m’endors en paix, car c’est toi seul, Éternel, qui me donnes la sécurité dans ma demeure."

"Il n'y a pas de repos pour le méchant."

"N'emprunte pas le sentier des méchants et ne t'avance pas sur le chemin des hommes mauvais.15 Evite-le, n'y passe pas ! Détourne-toi de lui et passe plus loin !16 En effet, ils ne dorment pas tant qu'ils n'ont pas fait le mal, le sommeil leur est enlevé s'ils n'ont pas fait trébucher quelqu’un."

Psaume 102 : "Prière d’un malheureux, lorsqu’il est abattu et qu’il expose sa plainte à l’Éternel."

Et puis il y a des sortes de sommeil de mort, de plomb, d'abrutissement, après une fête ou une grosse fatigue, après trop d'effort ou un accident... quand Dieu n'a plus que la nuit pour se faire percevoir de nous :
"Dieu parle, tantôt d'une manière, tantôt d'une autre, et on ne le remarque pas.15 Il parle par des rêves, par des visions nocturnes, quand un sommeil profond tombe sur les hommes, quand ils sont endormis sur leur lit.16 Il leur communique alors son message et confirme les avertissements qu’il leur donne.17 Il veut ainsi détourner l'homme de sa manière de faire. Il évite à l’homme fort de tomber dans l'orgueil,18 il préserve son âme de la tombe et sa vie de la menace du javelot.19 » Par la douleur aussi, l'homme est corrigé, quand il est cloué au lit, quand tous ses os s’engourdissent."**

Confiez-vous en l’Éternel-Dieu qui a compassion des pécheurs que nous sommes... pourvu que nous le reconnaissions. Il ne nous cache pas toujours sa face, sa présence et le sentiment qu'on peut en avoir, ce qui manque à notre cœur.
Que Jésus vous bénisse du trône céleste d'où il agit encore et patiente ... jusqu'aux jours (bien proches) de son retour en gloire...

Trois prières-guide de réconciliation avec Dieu :
- Cliquez sur Psaume 51
- et/ou cette autre prière-guide
qui peuvent être continuées par
- le Psaume 32

______________
* Pour le Dieu véritable, depuis bientôt 2 000 ans, le seul sacrifice qui ait une vraie valeur ,que nous ayons à lui offrir en notre faveur, c'est celui de Jésus venu donné sa vie en rémission de nos péchés. Présentez-vous à Dieu en lui apportant non vos propres mérites pour être reçu et écouté par lui, mais bien le fait historique et tout spirituel à la fois de la crucifixion du Christ Jésus car "ce sont nos souffrances qu'il a portées, c'est de nos douleurs qu'il s'est chargé. Et nous, nous l'avons considéré comme puni, frappé par Dieu et humilié.5 Mais lui, il était blessé à cause de nos transgressions, brisé à cause de nos fautes : la punition qui nous donne la paix est tombée sur lui, et *c'est par ses blessures que nous sommes guéris.6 Nous étions tous comme des brebis égarées : chacun suivait sa propre voie, et l'Eternel a fait retomber sur lui nos fautes à tous.7 Il a été maltraité, il s’est humilié et n'a pas ouvert la bouche. *Pareil à un agneau qu'on mène à l’abattoir, à une brebis muette devant ceux qui la tondent, il n'a pas ouvert la bouche.8 Il a été enlevé sous la contrainte et sous le jugement, et dans sa génération qui s’est inquiété de son sort ? Qui s’est soucié de ce qu’il était exclu de la terre des vivants, frappé à cause de la révolte de mon peuple ?9 On a mis son tombeau parmi les méchants, sa tombe avec le riche, alors qu'il *n'avait pas commis de violence et qu'il n'y avait pas eu de tromperie dans sa bouche.10 L’Éternel a voulu le briser par la souffrance. Si tu fais de sa vie un sacrifice de culpabilité, il verra une descendance et vivra longtemps, et la volonté de l’Éternel sera accomplie par son intermédiaire.11 Après tant de trouble, il verra la lumière et sera satisfait. Par sa connaissance, mon serviteur juste procurera la justice à beaucoup d'hommes ; c’est lui qui portera leurs fautes.12 Voilà pourquoi je lui donnerai sa part au milieu de beaucoup et il partagera le butin avec les puissants : parce qu'il s'est dépouillé lui-même jusqu’à la mort et qu'il *a été compté parmi les criminels, parce qu'il a porté le péché de beaucoup d'hommes et qu'il est intervenu en faveur des coupables."
C'est pourquoi encore il est écrit : « Crois au Seigneur Jésus et tu seras sauvé-e, toi et ta famille. »

** sur les songes, rêves, cauchemars... mon article le plus complet.

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2018 1 09 /07 /juillet /2018 11:31

Un mur aux jointements qui interrogent (Machu Picchu,
ancienne cité inca au Pérou) !
"Soyons impossible, demandons le Réel !" Alexandre Koyré
Est-ce à dire qu'on peut chercher Dieu comme on cherche et trouve dans
le domaine de la physique ?...

Il est évident que nous vivons dans un univers ouvert (qui tient de l'infini - sans en être) qui nous est largement fermé, mais s'ouvre par notre implication à le pénétrer. Et d'autant nous savons qu'il est issu de Dieu, d'autant nous sommes portés, par l'enthousiasme de l'esprit, par la curiosité, la soif de savoir, à le dé-couvrir.

"La physique, c'est pas la bureaucratie des apparences... En fait, il faut trouver des stratagèmes intellectuels, pour que le réel dé-coïncide de ce qu'il montre." Étienne Klein.
Exemple le plus évident : la course du soleil...

"Faire de la physique, c'est penser contre son cerveau" Gaston Bachelard. En termes plus précis, c'est dépasser ou sortir  des bornes acquises de notre capacité intellectuelle (raison rigide, préjugés, savoir scientifique partiel ou du moment, voire idéologie) par des capacités comme l'intuition, l'extrapolation, la transcendance de l'esprit, voire le secours divin par révélation ou "hasard conduit" (sérendipté - que je trouve une meilleure traduction auditive que sérendipité).

En parallèle donc, dans un Univers ou Réel (réel Total) qu'on peut entrevoir par la foi comme étant d'une hyper-unité, pourquoi les réalités (incréées) de Dieu et autres esprits de l'ordre angélique (créés) ne pourraient-ils pas se découvrir selon la même affirmation : "Faire de la spiritualité, c'est penser contre son cerveau" !?

Regardez et écoutez Étienne Klein, la structure fondamentale de la matière*... et rien qu'à partir de là, réfléchissez si la théorie de l'évolution - qui fait des hasards aveugles et sans intelligence et des nécessités aléatoires le créateur un-pluriel de la matière et du reste qu'on a sous les yeux - peut-être (encore) prise au sérieux !?
Ensuite, à partir de cette vidéo et approche intelligente des réalités (visibles et bien cachées) - qui dit notamment que le Réel s'explique par l'impossible (Alexandre Koyré) -, comprenez que la connaissance ou découverte de la réalité de Dieu en tant qu'auteur de la matière et de ses dispositions, peut aussi passer par ces mêmes processus d'approche... compris la révélation qu'il peut initier en votre faveur (comme il fit à partir d'un certain jour pour moi qui ne le cherchais même pas).

Soyez béni-e...

à suivre...
________________
* Ce n'est pas que je comprenne tout comme pour me vanter que je propose cette vidéo, mais parce que la pensée véhiculée peut donner à notre âme l'idée (très en vogue par ailleurs...) d'un lâcher-prise qui permette à la dimension et au contenu de l'esprit de trouver sa place - son nid...

Partager cet article

Repost0
7 juillet 2018 6 07 /07 /juillet /2018 07:47

Les vestiges ne manquent pas sur la terre
qui témoignent que le surnaturel autant que le naturel
est constitutif de notre univers...

Le Réel (au minimum l'univers visible) est à la fois apparent, disponible, accessible, mais aussi invisible, voilé, à chercher, pénétrer, percer, pour en amener des réalités et vérités dans la lumière de nos consciences.
- C'est devenu manifeste concernant les dimensions physiques ;
- C'est vrai au plan des psychiques (que ce soit dans l'ordre animal ou humain) dont s'occupent différentes catégories de psy :
- Et c'est tout aussi exact au plan des réalités spirituelles (peut-être plus subtiles que les autres, mais aussi réelles que les électrons, les quarks ou les bosons auxquels on croit sans que personne n'en ait jamais vu) dont témoignent tous les croyants spirituels (nés spirituellement), la Bible et quantité de livres chrétiens...

Et donc à nous, dotés de liberté(s) là où les animaux sont déterminés, de chercher encore, notamment ce qui nous concerne au plus près : le sens de notre existence et encore de sa fin physique globalement programmée, en accédant à la dimension (potentielle en nous) que constitue la vie de l'Esprit divin.

 

DES VESTIGES D'UN PASSÉ SURNATUREL ENGLOUTI
Plusieurs vestiges physiques extraordinaires témoignent d'un passé étonnant :
- les statues de l'Île de Pâques ;
- les pyramides d’Égypte ;
- les restes architecturaux d'anciennes civilisations d'Asie ou d'Amérique du sud ;
- des squelettes humains mesurant 3 ou 6 mètres et plus ;
- des passages bibliques qui parlent de races de géants ;
- diverses mythologies qui se recoupent et rapportent forcément des éléments de vérités anciennes participant à la trame de nos origines ;
- etc, etc...

De même dans notre être profond se trouve encore des vestiges, des relents, des effluves - et de là des aspirations ou des nostalgies - d'un passé merveilleux qui nous est perdu :
- Quand on a un peu cheminé et face à nos difficultés ou échecs, remonte souvent un lancinant sentiment que c'était mieux avant, comme si l'histoire avançait à reculons, du meilleur vers le pire ;
- Distants des passions, on est généralement habités par un désir de paix, de relations pacifiques, heureuses, d'harmonisation ou de retour à la nature ;
- la pensée de l'éternité se trouve également écrite dans beaucoup de cœurs, curieusement confrontée à cette réalité antagoniste qu'est la mort physique, le retrait de l'âme consciente de cette terre des vivants ; C'est en ce sens que certains milliardaires font congeler leur corps mort en vue d'une résurrection ultérieur quand la science le permettra.... ou encore que le patron de Google - qui peut tout avoir bien au delà de ses besoins et envies et caprices - mais pas la vie éternelle ! -, cherche à s'immortaliser en entrant des données dans un ordinateur...
- un désir d'amélioration de la condition humaine jugée aliénée... sans qu'on voit clair sur la et les vraies causes de notre aliénation, de nos entraves, de nos insatisfactions ;
- notre attachement naturel à ce qu'on aime, et les souffrances qu'occasionnent beaucoup de ruptures, de fins de relations, dont la mort bien entendu ;
- et l'amour !? qui transcende l'ordinaire de tous quand il vient se mettre à brûler comme un feu dans notre cœur spirituel. Amour merveilleux et révolutionnaire (qu'il ne faut pas confondre avec une séduction maligne aux effets déplorables) qui est une émanation du cœur de Dieu - car Dieu est amour - qui peut toujours nous tomber dessus à l'improviste... mais qui s'envole aussi plus facilement qu'on ne sait le préserver, le construire et le conserver...

Ainsi sommes-nous chacun prit dans un dilemme, une dualité, voire une tenaille, entre ce qui n'est effectivement pas (pour nous ou en nous) et ce qu'on désirerait plus que tout.
- Si on est animés par un complexe de supériorité, nous dépassons ou couvrons notre souffrance en se lançant dans des entreprises, des conquêtes... qui ne sont pas sans contraintes, sans adversités, sans irritations, et de toutes façons bientôt ne satisfont plus...
- Si c'est un complexe d'infériorité qui fait notre déséquilibre, on est réduits à subir, silencieusement ou par des réactions violentes sporadiques, à supporter, à être morose, sans espérance, défaitiste, dépressif, etc...
- Entre deux, on ne va tenir dans un équilibre bien précaire que par de la superficialité, des dérivatifs, diversions ou dérision, tout ce qu'on appelle "la fête"* - qui ne l'est qu'artificiellement, en rapport de l'argent qu'on peut y consacrer et par l'alcool (désinhibiteur) ou autres produits-béquilles plus ou moins stupéfiants qu'on peut se procurer... en vue d'une abondance de plaisirs ou de joie (de débauches) éphémères et qui s'amenuisent d'autant qu'on en use et abuse.

IL RÉSULTE INDÉNIABLEMENT DE CES FAITS - PASSÉS ET PRÉSENTS...
a) que nous sommes des êtres tombés, par rapport à une condition initiale plus démunie mais d'autant plus plus haute. Que ce soit des vestiges historiques ou des sentiments, des aspirations, à l'intérieur de nous, tout va dans le sens d'une perte, d'un amoindrissement.

La Bible comme toutes les cosmogonies témoignent
- de la réalité de dieux - qui n'en sont pas vraiment, en fait des anges déchus, devenus les démons, qui s'immiscèrent de manière dramatique dans la vie de notre race, jusqu'à procréer des "demi-dieux", des géants ;
- également d'un déluge - dont des traces se signalent un peu partout sur la terre (en Ardèche on trouve encore dans une grotte en altitude des dents de requins fossilisées) ;
- partout et toujours la croyance en des réalités spirituelles invisibles mais bien réelles (actives, visibles par leurs effets) perdure malgré que la culture laïc-athée cherche à éradiquer ce genre de foi par une confiscation de nombreuses données (voire évidences)...

b) que la théorie de l'évolution est seulement une fausse doctrine en fait, maintenue uniquement pour asseoir l'incrédulité de ses défenseurs. Jamais elle ne put être validée scientifiquement, au point où plus personne ne parle de la fameuse preuve que certains espérèrent un temps d'un fameux chaînon manquant (Wiki) entre le singe et l'homme - qui d'ailleurs ne suffirait en rien (v. Wikipédia). Plusieurs supercheries furent déjouées (dont celle de Lucy, de L'homme de Piltdown, de L'homme du Nébraska, Le pithécanthrope...)

En effet, comment, selon cette théorie qui ne comprend aucune finalité, aucun sens pré-tracé, aucune réponse prévue avant l'apparition d'événements nouveaux, peut-il y avoir des aspirations dans le coeur de l'homme ?
Comment pouvons-nous avoir très vite - et notamment les enfants ! - les capacités nécessaires pour entrer par exemple dans la maitrise des technologies très complexes qui se succèdent depuis ces dernières décennies ?
Comment pouvons-nous avoir plus de capacité de mémoire que nous en avons eu besoin jusque là, pour intégrer en quelques mois ou années des sommes considérables de connaissances nouvelles ?
La théorie évolutive ne peut rien concevoir de plus que ce que des nécessités obligent à paraître comme réponses satisfaisantes ; des réponses que créent par suite d'infinités de tâtonnements dépourvus de toute ligne directrice, de toute intelligence, une mystérieuse dynamique - qui est là forcément par avance, pour répondre aux tout premiers besoins !? - et s'enclenche à la sollicitation !...

Également, contre la théorie que l'homme évolue globalement d'une animalité primitive vers une emprise intelligente croissante sur son univers, le fait de plus en plus patent que l'homme se fait le principal ennemi de son cadre de vie. Plus il s'immisce dans la vie naturelle (arbres, flore, faune), plus il la dégrade, pollue, appauvrit, tue !
Une expression manifeste de plus que ça ne tourne pas rond dans l'homme, ses capacités et potentialités réelles importantes ne bénéficiant pas - plus ! - d'un organe sensible (qu'avaient assurément des populations de divers continents des siècles précédents) de jugement, de protection, d'anticipation, d'intuition, de respect... Un argument qui s'ajoute en faveur de la vision du genre humain tombé, déchu, accidenté, handicapé, dégénéré, déséquilibré et incapable de gérer ses puissances et potentialités internes bien réelles...

 

UNE CIVILISATION (OCCIDENTALE, POST-CHRÉTIENNE) QUI TOUCHE DÉJÀ À SA FIN
- Les décompositions de structures aux plans politique ou économique et des familles,
- la pourriture insinuée dans toutes les relations (couple, famille, entreprises, associations...) à cause de concepts controuvés pris pour argent comptant, de slogans trompeurs crus comme vérité, ou d'une justice rendue impuissante du fait de l'iniquité (corruption) qui sévit ici et là de haut en bas de l'échelle sociale, des zones de non-droit aux demeures les plus cossus,
- le recours croissant à des thérapies, médications, à des pratiques visant à apaiser... ou toujours plus extrêmes (quasiment suicidaires),
- des solitudes  parfois profondes, qui résultent le plus souvent de ruptures douloureuses qui font perdre tout sens et toute motivation (conjoints ou ascendants abandonnés, enfants placés ou écartelés entre parents disjoints, accidents handicapants, maladies invalidantes...),
- les (bouffées d')angoisses, les dépressions longue durée, la bipolarité, le burn-out (2 par jour avoue un médecin d'une ville de 15 000 habitants),
- l'environnement naturel qui se délite en rapport des traitements insensés qu'on lui applique (terres arables, forêts, eaux douces, mers et océans, air des grandes villes),
- la mort qui frappe à tout âge - suicides compris -, dont on se fait une alliée (terrible) dans une recherche d'un mieux-vivre perso... qu'on éloigne d'autant plus que notre quête est égoïste,
- la présence invisible, mais discernable par leurs effets, de démons, dont la foi chrétienne et les jugements des deux dernières guerres mondiales avaient débarrassés la terre, mais qui reviennent en rapport de ce qu'on se soumet à leurs influences au lieu de tenir dans l'obéissance aux lois du Créateur et de la création...
tout cela s'ajoute en un faisceau symptomatique qui témoigne d'un double mal lié déjà profond et globalement incurable au plan de toute la planète, qui s'appelle génériquement péché et jugement sur le péché.

Le développement des cancers, sida ou vih, Alzheimer...,
l'apparition de maladies ou épidémies nouvelles (orphelines),
le retour de maladies qu'on croyait éradiquées (comme la tuberculose), sont bien sûr de ces signes autant que des réalités capables d'interpeler les consciences... au moins de quelques-uns dont il est bon que nous soyons...


TOUT DANS L'UNIVERS NE FONCTIONNANT QUE SELON DES LOIS...
Et pendant qu'il y a encore (un peu ou un semblant) de vie, parmi les lois qui s'appliquent à nos existences (qu'on le veuille ou non, qu'on croit en Dieu ou en rien... que soi), la Bible nous dit que l'orgueil (complexe de supériorité) précède la ruine ou la chute (une rupture sévère), alors que l'humilité (à quoi aide parfois un complexe d'infériorité ou une rupture) précède la gloire.
Dit autrement - non plus en vertu de lois établies par le Créateur mais en le considérant lui-même -, Dieu déclare qu'il abaisse les orgueilleux mais fait grâce aux humbles, restaure les cœurs brisés, soutient le faible...

LE MONDE VA MAL, MAIS DIEU SE PORTE BIEN
Si le monde va mal, Dieu se porte (toujours) bien (nonobstant le fait que nos égarements l'attristent) !
Si les individus comme les corps sociaux courent à leurs pertes, ceux qui craignent respectueusement Dieu et ses lois et lui font confiance trouvent ou gardent la paix : ils ne sont pas forcément épargnés par des adversités - car nul n'est parfait en soi ni dans sa marche avec Dieu -, mais l'Esprit de Dieu - Christ en nous - communique sa force vivifiante et qui empêche parfois de couler.

Plus encore, Jésus n'est pas venu juste pour nous aider à survivre, il promet de donner une vie abondante à qui se confie en Dieu par lui, parfois pour ici-bas, certainement en plénitude dans l'éternité qu'il ouvre à notre conscience (de soi) et à notre être tout entier : âme et esprit ensemble tout d'abord, corps (ressuscité, nouveau, incorruptible) par la suite.
Il commence par une extraordinaire promesse :
"Voici l'alliance que je ferai avec eux (qui croiront en Jésus comme Christ ou Messie rédempteur) : Après ces jours-là (de sa mort, de sa résurrection et de son ascension), dit le Seigneur : Je mettrai mes lois dans leurs coeurs, Et je les écrirai dans leur esprit, il ajoute :17 Et je ne me souviendrai plus de leurs péchés ni de leurs iniquités."

Aussi ne restez pas dans l'incrédulité qui témoigne que nos actions, pensées ou paroles sont mauvaises, mais changez de camp pour ne pas avoir à subir ce reproche : "O homme (femme), qui que tu sois, toi qui juges, tu es donc inexcusable ; car, en jugeant les autres, tu te condamnes toi-même, puisque toi qui juges, tu fais les mêmes choses.2 Nous savons, en effet, que le jugement de Dieu contre ceux qui commettent de telles choses est selon la vérité.3 Et penses-tu, ô homme, qui juges ceux qui commettent de telles choses, et qui les fais, que tu échapperas au jugement de Dieu ?4 Ou méprises-tu les richesses de sa bonté, de sa patience et de sa longanimité, ne reconnaissant pas que la bonté de Dieu te pousse à la repentance ?5 Mais, par ton endurcissement et par ton coeur impénitent, tu t'amasses un trésor de colère pour le jour de la colère et de la manifestation du juste jugement de Dieu,6 qui rendra à chacun selon ses oeuvres ;7 réservant la vie éternelle à ceux qui, par la persévérance à bien faire, cherchent l'honneur, la gloire et l'immortalité ;9 Tribulation et angoisse sur toute âme d'homme qui fait le mal, sur le Juif premièrement, puis sur le Grec !... etc..."

Du prophète Daniel, en parallèle avec Apocalypse ch. 12 à 14 , on est avertit qu'un jour vient où "En ce temps-là se lèvera Micaël (un archange puissant), le grand chef, le défenseur des enfants de ton peuple ; et ce sera une époque de détresse, telle qu'il n'y en a point eu de semblable depuis que les nations existent jusqu'à cette époque. En ce temps-là, ceux de ton peuple qui seront trouvés inscrits dans le livre seront sauvés.2 Plusieurs de ceux qui dorment dans la poussière de la terre (le séjour des morts) se réveilleront, les uns pour la vie éternelle, et les autres pour l'opprobre, pour la honte éternelle.3 Ceux qui auront été intelligents brilleront comme la splendeur du ciel, et ceux qui auront enseigné la justice, à la multitude brilleront comme les étoiles, à toujours et à perpétuité."

Ainsi c'est toujours À CHACUN de choisir, de se positionner, l'écart existant entre ce qui va (plutôt) bien et ce qui va (certainement) mal résultant à la fois de notre liberté (initiale, attribuée au genre humain, et résiduelle, qui reste à chacun) et de notre foi personnelle - dans la manifestation de la grâce de Dieu envers les perdus (que nous sommes tous) :
"Car la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée.12 Elle nous enseigne à renoncer à l'impiété et aux convoitises mondaines, et à vivre dans le siècle présent selon la sagesse, la justice et la piété,13 en attendant la bienheureuse espérance, et la manifestation de la gloire du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus Christ,14 qui s'est donné lui-même pour nous, afin de nous racheter de toute iniquité, et de se faire un peuple qui lui appartienne, purifié par lui et zélé pour les bonnes oeuvres."

Bonne suite - équilibrée au mieux - à vous...

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2018 4 05 /07 /juillet /2018 16:01

Beauté des formes,
beauté des fonctionnalités, merveilles des interactions...
moyens d'interpellation...

 

Pourquoi ne voit-on que des fleurs achevées, que des plantes fonctionnelles qui se reproduisent depuis des millénaires ?

Pourquoi n'y a-t-il pas parmi nous des animaux tout bizarres, des espèces en cours d'évolution avec des fonctionnalités non terminées, avec des membres inachevés ou manquants ou en trop, avec des yeux au bout des doigts ou des orteils... ?

L'évolution darwinienne aurait-elle atteint un aboutissement physique, physiologique, biologique généralisé depuis... on ne sait pas quand, en tout cas depuis avant les plus vieux témoignages connus et transmis de la vie sur la terre, car à part la disparition des dodos de l'île Maurice et l'imagination de Charles Darwin on n'a très curieusement aucune trace d'espèces intermédiaires qui auraient existé entre celles que l'on connaît actuellement !?... Que ce soit entre les singes et l'homme ou entre chaque espèce animale...

Et si on réfléchissait un peu, plutôt que de se faire le maillon inconscient et irraisonné d'une hypothèse jamais validée expérimentalement !...

Profitez peut-être des vacances pour considérer comment des hasards ont pu élaborer l'usine à gaz qu'est rien qu'un brin d'herbe avec la photosynthèse ?
Ou comment ont pu être créés chez beaucoup d'espèces animales les poumons au stade fœtal (où ils ne servent encore à rien), en vue de la vie prochaine à l'air libre... compte tenu que l'hypothèse évolutionniste s'oppose à l'idée et à la réalité qu'une chose quelconque encore inexistante (organe et/ou fonction dans ce cas) apparaisse sans une nécessité immédiate qui provoquerait sa recherche et, des décennies ou des millénaires après, son état achevé !?
Ou comment le système reproducteur (notamment avec des éléments mâle et femelle séparés) a pu être opérationnel (différent selon des espèces) avant que ne meurent les corps vivants non encore pourvus !?...
Etc, etc...

Et si on remarquait que tout ce qui nous a précédés depuis les Big-bangs de la vie et a perduré pendant des millénaires sans détériorations notoires, était des créations nées d'une intelligence au minimum bien supérieure à la nôtre !? La nôtre qui, malgré son niveau et ses capacités novatrices (de découvertes, de calculs, d'invention, de technologies) n'arrive en moins de deux siècles qu'à faire disparaître toujours plus d'espèces ! "Depuis 1900, les disparitions d’espèces ont été multipliées par 100, soit un rythme sans équivalent depuis l’extinction des dinosaures." (Wikipédia).

Bref, choisissez n'importe quelles généralités ou détails d'une ou l'autre des réalités naturelles innombrables qui vous entourent, et entrez dans une vraie observation et réflexion personnelles (avec possiblement les dernières données des connaissances scientifiques établies sur le sujet), et concluez vous-même si cela a été créé fonctionnellement tout fini, ou a résulté de milliards de milliards de tâtonnements aveugles avant de parvenir au résultat que nous connaissons.

Bonne quête du Réel et de ses vérités fondamentales et bonne appréciation des données, car si en leur temps Galilée et d'autres ont du résister face aux traditions et dogmes de religion (sans rapport avec une spiritalité véritable), si la théorie du Big-bang (c'est-à-dire d'un commencement de l'univers) a pu bousculer il n'y a pas si longtemps (années 1950) les tenants de la science d'alors qui disaient (croyaient) que l'univers était immuable de toute éternité, il est de même possible que nous ayons à ne pas nous laisser arrêter aux dires (croyances) évolutionnistes (jamais avérés).

Soyez béni-e dans l'amour de la vérité.

 

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2018 7 01 /07 /juillet /2018 13:44

L'être humain cherche toujours à toucher au Ciel - à l'éternité - par de la connaissance - qu'il se donne ou reçoit d'esprits obscurs comme s'il s'agissait de Dieu !
...Alors que la connaissance typiquement divine  accessible à tous, non ésotérique, n'a jamais été aussi proche.
Qui serait assez sot pour s'en priver !

Ne voudriez-vous que tout ce qu'il peut y avoir de bon, de bien, de beau dans cette existence (l'amour, la joie, la liberté, la fraternité, la paix...) - et plus encore - soit votre partage sans fin - éternellement !?...

Savez-vous que le mot Évangile - qui vient du grec evangelion - signifie en réalité Bonne Nouvelle ?
Bonne Nouvelle et pas religion (comme on le croit généralement, par traditions et mauvais préjugé).

C'est pourquoi, comme l'eau d'un fleuve est bien plus claire et bonne à sa source qu'après avoir parcouru de longues distances au cours desquelles elles se chargent de pollution, je vous invite là à revenir au texte biblique qui est le fondement de la transmission évangélique - dont l'accès nous est aujourd'hui encore largement ouvert (par la page imprimée, internet et autres supports récents de communication ).

La Bonne Nouvelle de Jésus-Christ, c'est celle
- de sa venue,
- de son message original, accessible à tous et qui n'a pas vieilli,
- de sa puissance divine manifestée pour confirmer la véracité (vérité) de ses paroles,
- de sa mort comme sacrifice sanglant ultime de la Loi judaïque et de la Pâque, bénéfique une fois pour toutes pour nous, suivie de sa résurrection,
- puis de son ascension et glorification célestes attestées par l'envoi de l'Esprit de Dieu vers nous le jour de la fête juive de Chavouot ou Pentecôte...
- en vue que nous le recevions - Jésus et son Esprit - individuellement, pour notre réconciliation et paix avec Dieu par le pardon de nos fautes et notre éternisation en lui.

CE QUE LA BIBLE DIT (ici par l'apôtre Paul) :
"Christ m'a envoyé pour annoncer l'Evangile, et cela sans recourir à la sagesse du langage, afin que la croix de Christ (le sens de la crucifixion) ne soit pas vidée de sa force.
18 En effet, le message de la croix est une folie pour ceux qui périssent, mais pour nous qui sommes sauvés, il est la puissance de Dieu.19 Du reste, il est écrit : Je ferai disparaître la sagesse des sages et j'anéantirai l'intelligence des intelligents.20 Où est le sage ? Où est le spécialiste de la loi ? Où est le discoureur de l’ère actuelle ? Dieu n'a-t-il pas convaincu de folie la sagesse de ce monde ?21 Puisque à travers cette sagesse le monde n'a pas connu Dieu en voyant sa sagesse, il a plu à Dieu de sauver les croyants à travers la folie de la prédication..."

Voici du Nouveau Testament, en une forme synthétique unique, qui balaie et le cœur et la finalité de l'histoire humaine - du lointain passé de la crucifixion jusqu'à son potentiel d'éternité pour quiconque croit -, le 15ème chapitre d'une lettre initialement adressée à des Corinthiens (en Grèce), et qui informe encore actuellement  quiconque s'en fait lecteur ou auditeur (vous pouvez l'écouter en cliquant ici sur le texte puis sur le casque à gauche du titre) :
"
Je vous rappelle l'Évangile que je vous ai annoncé, que vous avez reçu, dans lequel vous avez persévéré,2 et par lequel vous êtes sauvés, si vous le retenez tel que je vous l'ai annoncé ; autrement, vous auriez cru en vain.3 Je vous ai enseigné avant tout, comme je l'avais aussi reçu, que Christ est mort pour nos péchés, selon les Écritures ;4 qu'il a été enseveli, et qu'il est ressuscité le troisième jour, selon les Écritures ;5 et qu'il est apparu à Céphas, puis aux douze.6 Ensuite, il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois, dont la plupart sont encore vivants, et dont quelques-uns sont morts.7 Ensuite, il est apparu à Jacques, puis à tous les apôtres.8 Après eux tous, il m'est aussi apparu à moi, comme à l'avorton ;9 car je suis le moindre des apôtres, je ne suis pas digne d'être appelé apôtre, parce que j'ai persécuté l'Église de Dieu.10 Par la grâce de Dieu je suis ce que je suis, et sa grâce envers moi n'a pas été vaine ; loin de là, j'ai travaillé plus qu'eux tous, non pas moi toutefois, mais la grâce de Dieu qui est avec moi.11 Ainsi donc, que ce soit moi, que ce soient eux, voilà ce que nous prêchons, et c'est ce que vous avez cru.
12 Or, si l'on prêche que Christ est ressuscité des morts, comment quelques-uns parmi vous disent-ils qu'il n'y a point de résurrection des morts ? 13 S'il n'y a point de résurrection des morts, Christ non plus n'est pas ressuscité. 14 Et si Christ n'est pas ressuscité, notre prédication est donc vaine, et votre foi aussi est vaine. 15 Il se trouve même que nous sommes de faux témoins à l'égard de Dieu, puisque nous avons témoigné contre Dieu qu'il a ressuscité Christ, tandis qu'il ne l'aurait pas ressuscité, si les morts ne ressuscitent point. 16 Car si les morts ne ressuscitent point, Christ non plus n'est pas ressuscité. 17 Et si Christ n'est pas ressuscité, votre foi est vaine, vous êtes encore dans vos péchés, 18 et par conséquent aussi ceux qui sont morts en Christ sont perdus. 19 Si c'est dans cette vie seulement que nous espérons en Christ, nous sommes les plus malheureux de tous les hommes. 20 Mais maintenant, Christ est ressuscité des morts, il est les prémices de ceux qui sont morts.
21 Car, puisque la mort est venue par un homme, c'est aussi par un homme qu'est venue la résurrection des morts. 22 Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ, 23 mais chacun en son rang. Christ comme prémices, puis ceux qui appartiennent à Christ, lors de son avènement. 24 Ensuite viendra la fin, quand il remettra le royaume à celui qui est Dieu et Père, après avoir détruit toute domination, toute autorité et toute puissance. 25 Car il faut qu'il règne jusqu'à ce qu'il ait mis tous les ennemis sous ses pieds. 26 Le dernier ennemi qui sera détruit, c'est la mort. 27 Dieu, en effet, a tout mis sous ses pieds. Mais lorsqu'il dit que tout lui a été soumis, il est évident que celui qui lui a soumis toutes choses est excepté. 28 Et lorsque toutes choses lui auront été soumises, alors le Fils lui-même sera soumis à celui qui lui a soumis toutes choses, afin que Dieu soit tout en tous...
30 Et nous, pourquoi sommes-nous à toute heure en péril ? 31 Chaque jour je suis exposé à la mort, je l'atteste, frères, par la gloire dont vous êtes pour moi le sujet, en Jésus Christ notre Seigneur. 32 Si c'est dans des vues humaines que j'ai combattu contre les bêtes à Éphèse, quel avantage m'en revient-il ? Si les morts ne ressuscitent pas, Mangeons et buvons, car demain nous mourrons. 33 Ne vous y trompez pas : les mauvaises compagnies corrompent les bonnes moeurs. 34 Revenez à vous-mêmes, comme il est convenable, et ne péchez point ; car quelques-uns ne connaissent pas Dieu, je le dis à votre honte.
35 Mais quelqu'un dira : Comment les morts ressuscitent-ils, et avec quel corps reviennent-ils ? 36 Insensé ! ce que tu sèmes ne reprend point vie, s'il ne meurt. 37 Et ce que tu sèmes, ce n'est pas le corps qui naîtra ; c'est un simple grain, de blé peut-être, ou de quelque autre semence ; 38 puis Dieu lui donne un corps comme il lui plaît, et à chaque semence il donne un corps qui lui est propre. 39 Toute chair n'est pas la même chair ; mais autre est la chair des hommes, autre celle des quadrupèdes, autre celle des oiseaux, autre celle des poissons. 40 Il y a aussi des corps célestes et des corps terrestres ; mais autre est l'éclat des corps célestes, autre celui des corps terrestres. 41 Autre est l'éclat du soleil, autre l'éclat de la lune, et autre l'éclat des étoiles ; même une étoile diffère en éclat d'une autre étoile.
42 Ainsi en est-il de la résurrection des morts. Le corps est semé corruptible ; il ressuscite incorruptible ; 43 il est semé méprisable, il ressuscite glorieux ; il est semé infirme, il ressuscite plein de force ; 44 il est semé corps animal, il ressuscite corps spirituel. S'il y a un corps animal, il y a aussi un corps spirituel. 45 C'est pourquoi il est écrit : Le premier homme, Adam, devint une âme vivante. Le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant. 46 Mais ce qui est spirituel n'est pas le premier, c'est ce qui est animal ; ce qui est spirituel vient ensuite. 47 Le premier homme, tiré de la terre, est terrestre ; le second homme est du ciel. 48 Tel est le terrestre, tels sont aussi les terrestres ; et tel est le céleste, tels sont aussi les célestes. 49 Et de même que nous avons porté l'image du terrestre, nous porterons aussi l'image du céleste. 50 Ce que je dis, frères, c'est que la chair et le sang ne peuvent hériter le royaume de Dieu, et que la corruption n'hérite pas l'incorruptibilité.
51 Voici, je vous dis un mystère : nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés, 52 en un instant, en un clin d'oeil, à la dernière trompette. La trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés. 53 Car il faut que ce corps corruptible revête l'incorruptibilité, et que ce corps mortel revête l'immortalité. 54 Lorsque ce corps corruptible aura revêtu l'incorruptibilité, et que ce corps mortel aura revêtu l'immortalité, alors s'accomplira la parole qui est écrite : La mort a été engloutie dans la victoire. 55 O mort, où est ta victoire ? O mort, où est ton aiguillon ? 56 L'aiguillon de la mort, c'est le péché ; et la puissance du péché, c'est la loi. 57 Mais grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus Christ !"

"Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.17 Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.18 Celui qui croit en lui n'est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.19 Et ce jugement c'est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises.20 Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient dévoilées ;21 mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses oeuvres soient manifestées, parce qu'elles sont faites en conformité avec Dieu."

Guide pour une prière.

soyez béni-e et porté-e au bénéfice de cette extraordinaire rédemption du genre humain... dont nous sommes.

Partager cet article

Repost0
7 juin 2018 4 07 /06 /juin /2018 10:29

Prenez ici moins de 20 minutes pour entendre, de manière des plus surprenantes, un lien surnaturel entre le fait historique de la crucifixion de Jésus (qui date de bientôt 2 000 ans) et nous vivants aujourd'hui !
Une (autre) preuve que notre temps est un déroulement (dit chronologique) alors que l'éternité selon Dieu est un présent (permanent) qui peut contenir à tous moments la somme des passés et des avenirs.

"Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son fils unique
afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle".
Évangile (Bonne Nouvelle) selon Jean, chap. 3, vers. 16.

Trame de prière en vue d'être sauvé-e (réconcilié-e et en paix avec Dieu, (r)établi-e dans une relation vivante avec lui, éternisé-e pour le meilleur devenir possible).

Article annexe : Les 5 types de mort

Partager cet article

Repost0
3 juin 2018 7 03 /06 /juin /2018 10:00

Comment se diriger quand la lumière des consciences se retire,
quand la perte de repères liés à la connaissance du vrai Dieu
laisse la terre livrée aux forces psychiques et spirituelles entropiques
(chaotiques, déconstructives, source de douleurs et de souffrances) ?

>I<

Quand notre température personnelle monte, on parle de fièvre et de quelque mal sous-jacent qui couve ou sévit déjà. Et quand notre corps est malade par suite d'un problème psychologique, on parle de psycho-somatisation. Psycho venant du grec psyché ou psuké qui désigne l'âme.
Cela signifie que dans l'ordre général des lois régissant notre monde, des lois de l'ordre moral (psychique), selon leur respect ou qu'on les transgresse, commandent sur les organisations de l'ordre physique...

Quand la température sociétale monte (revendications, grèves, affrontements, délinquance, zones de non-droits, arrêts maladie, bref relationnel social et humain de plus en plus difficiles, tendus, cloisonnés, hermétiques...), le corps social exprime bien souvent à sa manière que ça va mal dans les pensées, projets, vues, desseins, compréhensions, calculs, gestions de celles et ceux qui ont brigué des postes d'autorité au niveau de l’État, mais aussi d'une commune. On parle de sociologie, alors qu'un mot commençant par psycho (-socialité, - sociabilité, -socialisation...) serait plus juste et parlant...

Et donc quand ce sont les grandes nations - c'est-à-dire  l'âme dirigeante de la terre (oligarchies politico-financières) - qui commencent à prendre feu, il ne faut pas perdre pied mais comprendre qu'à cet endroit le climat - comme l'appauvrissement des sols et la pollution des eaux - peut traduire le mal psychique de la somme hiérarchisée de celles et ceux qui ont le contrôle globale de la terre habitée.

Ainsi, localement et à l'échelle des nations (quand des intempéries pèsent jusque sur l'économie du pays), les perturbations météo, c'est-à-dire des anomalies notables par rapport aux événements des cycles saisonniers, sont à la fois des jugements et des alertes - appelant à se reprendre ! - sur les temps que nous vivons en rapport de ce que nous faisons : Lors de sa venue, Jésus a montré que les lois physiques peuvent être positivement pliées aux lois (commandements) spirituelles...

A l'inverse, quand l'homme se dérègle, les lois psychiques iniques que se donne son ego s'imposent aux lois de la nature pour provoquer des catastrophes interpellantes :
"Si tu n'obéis point à la voix de l'Éternel, ton Dieu, si tu n'observes pas et ne mets pas en pratique tous ses commandements et toutes ses lois que je te prescris aujourd'hui, voici toutes les malédictions qui viendront sur toi et qui seront ton partage..."
Le ciel sur ta tête sera d'airain, et la terre sous toi sera de fer.24 L'Éternel enverra pour pluie à ton pays de la poussière et de la poudre ; il en descendra du ciel sur toi jusqu'à ce que tu sois détruit."

"La sécheresse contre ses eaux ! qu'elles tarissent ! Car c'est un pays d'idoles ; Ils sont fous de leurs idoles."


ET L'HISTOIRE SE RÉPÈTE
Jésus a aussi dit qu'un temps viendrait où sur la terre il en sera comme au temps de Noé et des villes de Sodome et Gomorrhe. Au temps de Noé (livre de la Genèse chap. 6 et suiv.), le règne humain est caractérisé par toutes sortes de violences et méchancetés directement liées à l'immixtion des démons (appelés "fils de Dieu" ou géants, aujourd'hui on dirait extra-terrestres, qui alors avaient encore la capacité de se matérialiser sur terre) qui avaient des relations sexuelles fécondes avec les "filles des hommes"*.
En a résulté un jugement planétaire, par l'eau : le déluge, dont les signes sont encore nombreux ici et là...
Après, c'est à chacun de nous de faire le lien entre des paroles prophétiques, des faits d'actualité - surtout sortant de l'ordinaire - et encore l'histoire - toujours porteuse de leçons pour qui veut apprendre et comprendre... sachant que Dieu ne veut pas notre malheur, mais que nous changions de vie afin que notre existence soit bénie et non plus maudite :
"Si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s'humilie, prie, et cherche ma face, et s'il se détourne de ses mauvaises voies, -je l'exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son pays."


DIEU VEUT TOUJOURS FAIRE GRÂCE
Dans la trilogie être humain - mal et démons - et Dieu, ce dernier impose ou doit laisser agir des jugements contre le mal, toujours dans la vue de nous ramener dans une relation avec lui, dans sa paix et son amour.
Car loin de Dieu et hors de lui après la mort physique, c'est une éternité où il n'y a plus rien de bien (que ce soit dans le séjour des morts ou dans l'étang final ardent de feu et de soufre - ou enfer).

En tout temps de déspiritualisation comme de démonisation du genre humain (où des personnes) et des jugements qui suivent, Dieu a une solution, un secours, une réponse aimante en réserve.
Après le déluge apparut l'arc-en-ciel, comme signe d'une alliance de Dieu avec les hommes, que plus jamais la terre ne serait submergée de façon aussi dramatique.
Avec le déluge qui submerge déjà de plus en plus de personnes en Occident - suite au retrait de la marée de la Grâce évangélique libérée par Jésus le Christ et Messie d'Israël -, l'Esprit de Dieu plane encore (pour un temps court) au-dessus des grandes eaux des abîmes de souffrances, de dépression, de handicap, de confusion psychique, d'incompréhension (comme aussi il y eut au temps de la tour de Babel) pour sauver de la noyade éternelle ceux qui veulent entendre son appel, reconnaître les songes qu'il envoie, croire les paroles transmises par ses serviteurs :
"(Jésus-)Christ a souffert une fois pour les péchés, lui juste pour des injustes, afin de nous amener à Dieu, ayant été mis à mort quant à la chair, mais ayant été rendu vivant quant à l'Esprit,"
"Lui qui n'a point commis de péché, Et dans la bouche duquel il ne s'est point trouvé de fraude ;23 lui qui, injurié, ne rendait point d'injures, maltraité, ne faisait point de menaces, mais s'en remettait à celui qui juge justement ;24 lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice ; lui par les meurtrissures duquel vous avez été guéris."
"Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous."
"Il dit : Que faut-il que je fasse pour être sauvé ?31 Paul et Silas répondirent : Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé, toi et ta famille."

Que ce Dieu éternel unique de la Bible (à la fois fondamentalement Un mais aussi essentiellement trois en lui-même) devienne le nôtre, tout personnellement. C'est mon vœu et ma prière.
__________
* ici un article pour le moins intéressant au sujet des enfants (géants) nés de la relation des démons et des êtres humains...

Partager cet article

Repost0
2 juin 2018 6 02 /06 /juin /2018 10:23

 

Les dernières actualités nous interpellent étrangement au sujet de notre perception (qui peut être réaliste ou controuvée) de la mort.

 

Il y avait eu l'automne dernier le "spectacle" pour le moins déroutant de Douaumont où des milliers de jeunes ont été mis en scène pour courir pêle-mêle entre les tombes des combattants tombés à Verdun en 1916...

Il y a aujourd'hui cette idée (vieille de 2016) reprise par la maire de Paris, d'un "Printemps des cimetières" où les populations curieuses et/ou festives sont invitées à venir non seulement visiter mais encore écouter de la musique, chanter ou même danser au gré de diverses animations parmi les tombes dans les cimetières de la capitale...

Et puis cette autre idée de fin d'un épisode de l'aventure humaine, qui offre à chacun de pouvoir mourir tout seul, à l'azote liquide, de manière certaine (pas de risque de  faire une simple T.S.), directement dans son cercueil (appelé en l'espèce sarcophage - étymologiquement "qui mange la chair") fabriqué par imprimante 3D selon fichier joint... Départ en douceur, mort en 5 mn après avoir composé un code pour montrer qu'on est bien conscient de ce qu'on fait. Suicide pour tous en accès libre et facilité.
Réflexion : Mais qu'est-ce que la conscience, et qu'est-ce qu'être conscient ?... Un groupe de musique heavy-metal qui signe un pacte avec Satan est-il "conscient" de ce qu'il fait ?

On n'en est donc plus à vouloir aller "cracher sur vos tombes". Les scandales d'hier sont du pipi de chat aujourd'hui... et les scandales d'aujourd'hui n'en seront plus demain.
Mais Boris Vian est mort à 39 ans d'une crise cardiaque - il y a un temps où on disait plus explicitement "d'une attaque". Et demain le mal vengeur sera encore à la mesure de comment on s'enfonce dans l'irrespect des conditions bénéfiques à la vie...

Plusieurs - une minorité quand même - sont lucides sur la gravité de nos évolutions, mais sans solution tant qu'on amalgame l'impiété et les injustices qui vont avec, avec le reste de nos capacités - même les plus pertinentes par ailleurs.
On est "bel et bien", c'est-à-dire terriblement, sur la pente savonneuse d'une fin de civilisation. Dont les ingrédients sont connus depuis l'antiquité, et dont la Bible, par Jésus et autres prophètes, prophétise l'arrivée, qui va maintenant se produire en deux temps* :
- Bientôt un temps de paix et sécurité formidable proclamé avec force et enthousiasme, notamment au sujet du Moyen-Orient (des relations d'Israël et des populations arabes) -, ce que - presque - tout le monde va prendre pour le commencement d'un nouveau paradigme (paradis) sur terre....,
- sauf qu'avant quatre années, les accords et compromis et compromissions ne vont unilatéralement plus être respectés***, déclenchant des conflits de plus en plus cataclysmiques, la montée d'un totalitarisme planétaire inouï, avec des conséquences apocalyptiques comme il est écrit à partir du chapitre 13 du dernier livre de la Bible.
A ce moment-là ceux qui auront su mettre au préalable - c'est-à-dire déjà maintenant ! - leur pleine confiance en Dieu par Jésus le Christ pour les nations et Messie d'Israël, auront été mis à part pour être épargnés et pouvoir intervenir à la suite avec leur Héros, le Seigneur Jésus, revenant pour entrer dans son règne terrestre de mille ans...

Avant ces événements d'autant plus certains qu'ils ont été écrits depuis deux et trois millénaires et que beaucoup se sont déjà réalisés, nous sommes dans cette phase de destructuration, démontage, décomposition, d'un ordre ancien, temps trouble et troublé par des avertissements retentissants sporadiques (plus que par les grands jugements des nations qui suivront), avec une redistribution des cartes - on l'a déjà vu, des plus surprenantes et rapides.

Et donc ce qui caractérise cette course folle - vers le bonheur, la liberté de tout pouvoir choisir, la quête effrénée des conditions d'un bien-être jusqu'à la jouissance personnelle illimitée... comme croient les progressistes -, c'est la place que prend la mort, depuis la conception du vivant jusqu'aux blancheurs de la vieillesse.
Et ce qu'on voit, c'est un déni - de plus - du Réel. La mort n'est pas la mort, veut-on dire et se dire, en jouant avec, en se donnant la liberté de choisir son heure... comme si cela la rendait moins inéluctable, l'apprivoisait au point où elle n'est plus la mort. Des enfants peuvent ainsi jouer sur un nid de vipères...
Et c'est précisément quand la mort est le plus ressenti - de manière persistante mais avec peu de conscience réelle - comme une problématique prégnante, qui s'impose jusque dans nos fibres, qu'on cherche une ou des échappatoires pour s'en divertir comme on a vu au début de cet article. La dérision est un des ultimes moyens réactifs et preuve de notre... impuissance.

DEUX CHEMINS
Et la Bible a encore des choses à nous dire à ce sujet. Elle nous parle bien de faire un choix personnel capital en rapport avec la mort. Mais pas le choix de se la donner un soir enfermé dans sa chambre ou devant un coucher de soleil !
Elle parle de choisir entre la vie et la mort ! En disant : Choisis la vie !
Et la vie que nous avons à choisir est celle de Jésus, qui par sa marche avec Dieu devenu son Père, a été ressuscité des morts et vit désormais éternellement - vérité qu'en tant que croyant-e nous pouvons expérimenter. Jésus a du mourir pour plusieurs raisons nous concernant, dont celle de montrer son triomphe de la mort par sa résurrection.

Qui a pu dire comme lui : "Je suis le chemin (pour aller à Dieu), la vérité (à connaître pour être sauvé), la vie (éternelle, qu'il peut donner à qui il veut)" !?

A l'opposé on a la mort. Et pourquoi notre âme, notre conscience, ressent-elle la mort et la peur de la mort jusqu'à l'épouvante parfois, parce que "le salaire du péché (du mal que nous faisons), c'est la mort", dit la Bible.
Et la mort en nous est d'abord une mort spirituelle, déjà active et privative de beaucoup de choses bonnes et de vraies libertés.

J'ai connu cette mort de l'esprit en moi, consécutive à des comportements et choix amoraux, pouvant dire comme l'apôtre Paul (un ex-terroriste religieux en fait !) l'écrivit aux habitants d’Éphèse :
"Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés,2 dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l'air, de l'esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion.3 Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres...
4 Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés,5 nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c'est par grâce que vous êtes sauvés) ;6 il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus Christ,7 afin de montrer dans les siècles à venir l'infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus Christ.8 Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu.9 Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie."

La suite de cette mort - dans laquelle des foules de plus en plus nombreuses marchent et échangent et se déchirent crescendo, ne se supportent plus, forcément ! -, c'est la mort physique où l'âme se détache du corps pour migrer vers l'une ou l'autre de deux types de régions spirituelles :
- la sphère divine ou royaume de Dieu (des cieux), première étape d'un paradis sans fin...,
- et la sphère ténébreuse des esprits angéliques déchus (démons) qui engrangent les âmes défuntes (désincarnées) dans ce que la Bible appelle Shéol en hébreu, Hadès en grec, ce qu'on traduit par "Séjour des morts", première étape en direction de l'Enfer (défini en Apocalypse comme un "étang ardent inextinguible de feu et de soufre").

Alors choisir le moment où on va mourir, dans quel but ? Faire cesser des souffrances physiques !?
Normalement** oui !
Mais qu'en est-il des souffrances psychiques, puisque l'âme continue à vivre avec ses capacités propres - dont les sensations et la mémoire !?...

Faut-il que nous soyons insensés pour ne pas (mieux) nous soucier, nous inquiéter de ce fait patent que nous sommes mortels ?
Car la mort est plus présente que jamais, outre spirituelle, fauchant par le monde plus de cent personnes chaque minute, séparant des corps qui tombent à terre et y retournent les âmes (siège de notre moi conscient et autres fonctions psychiques) qui entrent dans une éternité ou éternisation généralement ignorée ou méconnue... ce qui est le pire qui puisse suivre la mort physique...

Si "la mort m'est un gain" comme le dit l'apôtre Paul, ce n'est pas (seulement) parce qu'il est âgé et usé, mais plutôt parce qu'il est bien certain de rejoindre son Seigneur dans la félicité divine dès son départ de cette tente devenue pour un moment le temple du St-Esprit : C'est l'Esprit de Dieu et ses anges qui entraînent les âmes attachées à Dieu par Jésus dans l'éternité bénie.
Sinon le poids des fautes fait descendre dans le séjour des tourments post-mortem dont parlent la Bible et plusieurs qui l'ont expérimenté en état de mort clinique (vois EMI ou NDE sur Youtube par exemple).
Et si vous ne le croyez pas (encore) - ce qui est tout à fait naturel quand on est mort spirituellement -, demandez à Dieu qu'il vous le révèle : Il en est capable (si vous êtes sincère)...

De toutes les façons, bonne suite d'existence pour vous cher lecteur, chère lectrice, qui êtes parvenu-e jusque là. Bonne quête pour votre éternisation dans le meilleur possible.
Faites le choix de la vie ! selon qu'il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus Christ homme,6 qui s'est donné lui-même en rançon pour tous." Et qui attend la réponse personnelle de chacun.

Soyez béni-e pour discerner jusque dans l'invisible.

 

Voir aussi mon étude sur les 5 types de mort. Pourquoi cet article est-il régulièrement le plus lu de mon blog, si ce n'est que la civilisation occidentale glisse dans une culture impie mortifère dont chacun reçoit en lui-même de plus en plus la perception et l'alerte !?

______________
* Comme est la fin des supernovas, avec une brusque et brève immense expansion 'éclatante, lumineuse, joyeuse), immédiatement suivie d'un effondrement sur soi auto-destructeur.

** "Normalement" car un corps sans vie ne ressent plus rien. Mais dans l'autre sens, il n'est pas vraiment certain que l'âme - qui elle ne meurt pas ! - ne conserve pas le souvenir de douleurs corporelles !? Ce qui me fait penser ainsi, c'est que nous pouvons parfois ressentir, après la perte d'un membre, des douleurs comme s'il était encore là...

*** scénario non inédit puisque déjà déployé via Hitler qui signa des accords avec la Russie par exemple, pour l'envahir par surprise peu de temps après.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche