Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mai 2018 5 25 /05 /mai /2018 14:36

Voici un témoignage intéressant qui montre que la recherche de vérité peut aboutir dans nos existences à des découvertes révolutionnaires, enthousiasmantes, en contact avec le surnaturel divin.
Cela à travers un questionnement et des comparaisons pertinentes, par l'exercice de notre raison et d'une logique départies des préappris formant une connaissance superficielle qui n'est somme toute que préjugés.

On retrouve là la fameuse découverte que fit Descartes (ce qui donna son "Discours de la méthode") qu'il résume quelque part de manière générique ainsi :
"Pour atteindre la vérité, il faut une fois dans sa vie se défaire de toutes les opinions qu'on a reçues, et reconstruire de nouveau tout le système de ses connaissances."

Einstein a dit dans le même sens : "Rare est le nombre de ceux qui regardent avec leurs propres yeux et qui éprouvent avec leur propre sensibilité."
Et encore : ''Le souci de parvenir à la vérité doit primer sur toutes les autres considérations.''

"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire." G. Orwell, dans 1984.
Et on peut ajouter : La trouver aussi !
Mais parce qu'existe précisément un Dieu vivant véritable, rien ne peut empêcher qu'il se révèle... que nous-même !... Et encore...

Ici vous pouvez lire ce témoignage en français,
et là l'entendre et le voir en vidéo et en anglais.

Ajout : Je découvre ce nouveau témoignage (par clic ici).
Il s'avère que Jésus apparait de plus en plus aux croyants de tous bords qui se veulent intègres et ont une "crainte respectueuse" de Dieu - ce que la Bible qualifie de "commencement de la sagesse"...

Ajout 2 : Jésus qui pleure et sauve

Soyez béni-e, déjà pour que le Dieu unique et vrai soit l'objet d'une découverte fructueuse pour vous (aussi)...

Partager cet article

Repost0
23 avril 2018 1 23 /04 /avril /2018 21:06

On entend des incroyants dirent avec emphase qu'ils ne croient
qu'à ce qu'ils voient !
Alors entrons dans cette croyance : Que voit-on sur cette photo ?...

- de l'herbe, et des petits tas de terre.
Et donc ? N'existe-t-il rien d'autres ?...
A ce faible butin dans la connaissance purement matérialiste de celui qui ne croit qu'à ce qu'il voit, on peut ajouter bien sûr une ou des taupes et leur habitat souterrain, bien qu'on ne les voit pas... ce que même le matérialiste le plus étroit doit bien admettre, à l'encontre de son affirmation sans réflexion !

C'est donc en voyant un peu plus loin que le bout de son nez, qu'on s'enrichit mieux des réalités qui sont par elles-mêmes, afin de mieux connaître et s'inscrire dans le Réel tel qu'il est.
Si Copernic ou Galilée (deux croyants notoires) s'étaient contentés de ne croire qu'à ce qu'ils voyaient, ils seraient restés à voir le soleil se  lever et se coucher, voire à imaginer qu'il nous tourne autour...
On a bien là constamment la plus grande illusion d'optique !... Pourquoi ?
Parce qu'on a là deux leçons permanentes - avec l'air, aussi indispensable qu'il est invisible ! -, qui nous invitent à la réflexion, au doute sur ce que nous pouvons percevoir par tels ou tels sens, à l'humilité quant à nos assurances même les plus évidentes.

La découverte scientifique du Big-Bang au moyen de calculs au milieu du XXe siècle par Alexandre Friedmann et l'abbé Georges Lemaître est un autre exemple, qui nous dit que s'en tenir même à la science - qui est toujours d'un moment - peut être s'accrocher à une vue fausse, puisqu'à l'époque le monde scientifique croyait que l'univers était stable et sans doute éternel... Les bourdes "scientifiques" ne manquent pas en réalité !

PAS D'EFFET(S) SANS CAUSE(S)
Et donc bien sûr notre enrichissement est notoirement plus vaste encore quand on considère, ne serait-ce que l'illustration de cet article, dans son histoire la plus longue : D'où est venue la taupe... son origine ? son pourquoi ? Sa fonction écologique, sa place dans le concert de la nature ?...
D'où est venue la terre  ? Et l'herbe, à la couleur apaisante ? La nature comme cadre agréable et bon, pourvue de la capacité de nourrir êtres humains et animaux ? Etc, etc...

Le scientifique est bien obligé de croire qu'il n'y a pas d'effet sans cause. Et pourquoi donc tout à coup au sujet de l'immensité toute entière régie par de la mathématique et autres lois très nombreuses (pas encore toutes découvertes), n'y aurait-il qu'une absurdité pour cause, des hasards sans intelligence pour créer un univers fait rien que d'intelligences !?

LE BEAU... ET LE MAL !?
La question du mal n'est plus une énigme insoluble, a beaucoup moins besoin de médicaments et de tâtonnements, dès l'instant où on lui trouve une cause... intelligente, qui a du sens !)
L'évolutionnisme ne peut rien expliquer de l'antagonisme notoire entre d'une part nos capacités humaines et notamment de conscience (sans commune mesure avec celles des animaux), et d'autre part la cruauté, les horreurs, les tromperies et autres aberrations dont nous sommes capables (sans commune mesure avec celles des animaux).
Par contre voir derrière des effets terribles, des causes invisibles qu'ils révèlent, tient de l'intelligence qu'on peut avoir des mystères de premier degré. Et la Bible nomment clairement ces causes du mal : des anges déchus (ou démons) et nous-mêmes déchus à leur suite, chacun habité par une loi du mal (appelée "loi du péché et de la mort") qui prend le dessus sur le bien et la volonté de bien qu'on veut faire sans tenir compte de certaines conditions préétablies inhérentes (constitutives) au Bien en général : comme la justice, la vérité, l'amour, le respect, la paix, la patience... des attributs, des capacités (plus que des valeurs, des forces) qui sont loin d'être accessibles au plus grand nombre - voire surtout aux plus intelligents !...

Et comme un château de cartes, vous enlevez une ou deux pièces de cet ordre de votre existence, et rien ne marche comme il faudrait (comme ce serait possible).
On croit en l'homme mais pas en Dieu, et l'homme livré à lui-même devient une insuffisance en soi...
On croit en une idéologie ou politique - même la meilleure sur le papier -, mais pas aux démons, et ils ne tardent pas à s"inviter dans les champs d'application pour que l'homme réalise le monde qu'il y a entre avoir une idée qui semble bonne, et connaître et faire ce qui est bon. Après un siècle de communisme, on totalise plus de cent millions de morts, et on continue sans s'interroger sur ce qui se passe !?...
C'est la loi du péché en l'homme (loi d'indépendance vis-à-vis de Dieu le créateur) qui domine et montre ses fruits...

¤ 

Quelqu'un a dit : Il faut beaucoup de foi pour être athée !
Beaucoup de foi pour croire à l'évolution (c'est une croyance et non une démonstration établie) comme moteur unique du vivant activée un jour à partir de... rien !... On sait que les évolutionnistes les plus virulents sont des athées qui n'ont que cette base pour justifier leur impiété.
Il faut aussi le plus souvent bien peu de réflexion, d'observations et d'objectivité (d'impartialité) face aux merveilles des choses en soi, face à la somme des lois qui régissent tout l'univers, face aux complexités et aux relations formant écosystèmes, systèmes combinés, cycles et recyclages, besoin d'alimentation et réponses, besoin de reproduction et réponses, etc...

 

Ouvrez un livre de SVT ou de biologie avec un esprit ouverte et curieux,
interrogez les descriptions, et demandez-vous objectivement
si quelques hasards et nécessités peuvent raisonnablement
- et même scientifiquement - être à l'origine du vivant ?
Ou a-t-il fallu - forcément - une intelligence supérieure aux structures de base
et organisations complexes du vivant pour qu'elles soient ?

 

LA LIBERTÉ C'EST COMME LA BEAUTÉ, UN AVANTAGE... MAIS TRÈS DIFFICILE A GÉRER
Bref, c'est de l'usage de notre (petit moment de) liberté, que nous décidons si nous nous arrêtons à croire que ce qu'on voit ou entend ici et là, ou que nous cherchons dans l'invisible, comme on a fait pour découvrir les microbes et autres virus nanométriques d'un côté et des horizons cosmologiques d'un autre.

Invisibles et horizons qui nous disent que tout va bien au delà de l’immédiat perceptible... et donc pourquoi n'y aurait-il pas un Dieu créateur (cause la plus rationnelle et raisonnable en fait !) dans un invisible (d'ordre spirituel) comme il y a de l'invisible dans l'ordre physique (ondes, champs électromagnétiques, l'air...) et encore dans l'ordre psychique (les pensées, les sentiments, l'âme...) !?

CHERCHER ET ÉPROUVER
Comme dans les ordres matériel et psychique, dans l'ordre spirituel on peut éprouver les réalités pour savoir si elles sont vraies. Il dépend de notre soif et faim spirituels, ou à l'inverse d'une sorte d'anorexie (forcément maladive, voire démoniaque), que nous cherchions et trouvions, que nous permettions à Dieu, à Jésus, de se révéler à nous.

Car savez-vous que ce Dieu véritable que permet de connaître la Bible depuis des millénaires, veut lui aussi se rendre connaissable à notre âme, se révéler à notre cœur !?
Alors pourquoi la rencontre, la jonction ne se fait-elle pas ?
C'est si simple à comprendre si on est droit de cœur (sans fard, sans cuirasse, sans masque ou autre défense insensée) !
C'est que le Dieu qui est saint (pur, comme est blanche une robe de mariée) nous dit par son prophète Ésaïe : "Non, la main de l'Éternel n'est pas trop courte pour sauver, Ni son oreille trop dure pour entendre.2 Mais ce sont vos crimes qui mettent une séparation Entre vous et votre Dieu ; Ce sont vos péchés qui vous cachent sa face Et l'empêchent de vous écouter.3 Car vos mains sont souillées de sang, Et vos doigts de crimes ; Vos lèvres profèrent le mensonge, Votre langue fait entendre l'iniquité.4 Nul ne se plaint avec justice, Nul ne plaide avec droiture ; Ils s'appuient sur des choses vaines et disent des faussetés, Ils conçoivent le mal et enfantent le crime.5 Il couvent des oeufs de basilic, Et ils tissent des toiles d'araignée. Celui qui mange de leurs oeufs meurt ; Et, si l'on en brise un, il sort une vipère.6 Leurs toiles ne servent point à faire un vêtement, Et ils ne peuvent se couvrir de leur ouvrage ; Leurs oeuvres sont des oeuvres d'iniquité, Et les actes de violence sont dans leurs mains.7 Leurs pieds courent au mal, Et ils ont hâte de répandre le sang innocent ; Leurs pensées sont des pensées d'iniquité, Le ravage et la ruine sont sur leur route.8 Ils ne connaissent pas le chemin de la paix, Et il n'y a point de justice dans leurs voies ; Ils prennent des sentiers détournés : Quiconque y marche ne connaît point la paix. -9 C'est pourquoi l'arrêt de délivrance est loin de nous, Et le salut ne nous atteint pas ; Nous attendons la lumière, et voici les ténèbres, La clarté, et nous marchons dans l'obscurité.10 Nous tâtonnons comme des aveugles le long d'un mur, Nous tâtonnons comme ceux qui n'ont point d'yeux ; Nous chancelons à midi comme de nuit, Au milieu de l'abondance nous ressemblons à des morts.11 Nous grondons tous comme des ours, Nous gémissons comme des colombes ; Nous attendons la délivrance, et elle n'est pas là, Le salut, et il est loin de nous.12 Car nos transgressions sont nombreuses devant toi, Et nos péchés témoignent contre nous ; Nos transgressions sont avec nous, Et nous connaissons nos crimes.13 Nous avons été coupables et infidèles envers l'Éternel, Nous avons abandonné notre Dieu ; Nous avons proféré la violence et la révolte, Conçu et médité dans le coeur des paroles de mensonge ;14 Et la délivrance s'est retirée, Et le salut se tient éloigné ; Car la vérité trébuche sur la place publique, Et la droiture ne peut approcher.15 La vérité a disparu, Et celui qui s'éloigne du mal est dépouillé. -L'Éternel voit, d'un regard indigné, Qu'il n'y a plus de droiture."

Ainsi admettre qu'on est coupable de mauvaises actions (paroles ou pensées malséantes) et obtenir le pardon qu'on demande à Dieu, rien n'est plus simple et égalitaire pour connaître la réalité du Divin (comme Père, Fils ou Esprit-Esprit). C'est la premièrement manière d'éprouver que Dieu est, entend et répond. 
Et ainsi, au fil des mois et des années de cheminement avec lui, on continue à éprouver la véracité de notre relation à lui et la vérité de ses affirmations et promesses. Et quand nos capacités naturelles n'y suffisent pas - parce que face à Dieu on est parfois comme un enfant de 3 ou 4 ans face à ses parents -, on lui fait confiance plus qu'à nous-même...

LA QUESTION DE DIEU EST UNE QUESTION HAUTEMENT PERSONNELLE
La France ni l'Europe ne redeviendront (par elle-mêmes, en tant qu'entités pourtant pourvues de quelque intelligence) chrétiennes ! Leur châtiment global va devenir terrible (celui qui n'en sent pas déjà la lourdeur, le trouble et les convulsions est déjà ou encore bien enténébré)...

Mais beaucoup de français et autres européens peuvent revenir à Dieu, seul ou en famille : Comme l'individu et la famille sont l'unité de base des sociétés, pour Dieu ils sont aussi l' unité de base du salut des âmes. Selon que "Dieu a tant aimé notre monde, qu'il a livré son fils unique, afin que quiconque croit en lui, ne périsse pas, mais qu'il ou qu'elle ait la vie éternelle." 

Lecteur, lectrice, dans la liberté qui vous est chère, considérez les chemins qui se présentent à vous ; n'allez pas par n'importe quel chemin, en suivant telle doctrine, idéologie, concept, slogan, idée du moment... mais cherchez ce qui demeure, ce qui est éternel, que n'arrête même pas la mort physique (ce départ par séparation de l'âme).
Car plusieurs chemins séduisants conduisent à la mort - spirituelle, puis psychique, éternelle -, alors qu'il est un chemin, certes moins attractif dès l'abord, mais qui conduit à recevoir la vie d'En-haut, celle que rien ne peut faire cesser.

Celle-ci se reçoit dans la foi au fils unique de Dieu venu en chair en vue de faire une alliance d'amour avec notre âme. Notre âme qu'on peut reconnaître si largement insuffisante (si on est vrai) pour affronter les grandes épreuves inhérents à nos existences rendues temporaires par notre condition de réprouvés, dont bien sûr l'épreuve que constitue la mort la plus visible.

Et que sert-il de gagner, gagner, ici-bas, si on n'en peut rien emporter même dans la tombe, et si on perd son âme (dont les deux seules destinations possibles sont, nous disent la Bible et Jésus, le séjour des morts et l'enfer d'un côté, l'éternité dans une nouvelle création de Dieu et avec Dieu d'un autre !?

Une exhortation à lire ici (ou à écouter par clic en haut à gauche) pour quiconque veut prendre à cœur la réalité et les conseils de Dieu.

articles connexes : Les 5 types de mort - La Porte singulière/plurielle de connexion avec le Dieu véritable - Comment Dieu s'est révélé à l'incroyant que j'étais -

Bonne suite d'existence pour vous...

Partager cet article

Repost0
10 avril 2018 2 10 /04 /avril /2018 08:45

Soyez béni-e !
Je vous informe que je viens de compléter la page (accessible par un clic ici ou dans la liste des pages sur la droite) et finis de la mettre en ligne.
Vous y trouverez pourquoi elle est titrée LA PORTE(S)..., puisqu'on se trouve là encore devant un de ces mots singuliers qui peuvent cacher (contenir) une pluralité : en fait 3 portes bien distinctes de l'unique moyen d'accès dans (la sphère de) la présence de Dieu.
J'ajoute un complément important avec les EMI ou NDE, puisque ces expériences sont (en conformité avec l'existence d'une des trois portes) des accès accordés au Divin... mais pas que...
Si donc le sujet vous intéresse...

Bonne suite de vie à vous.

Partager cet article

Repost0
6 avril 2018 5 06 /04 /avril /2018 13:38

La rime est belle : "En Mai, fais ce qu'il te plaît."
En Mai 68, pour beaucoup, c'est la porte ouverte à faire
TOUT ce qui nous plaît. Alors voyons !

Car si sur le moment on n'a pas vu, un demi-siècle plus tard on peut voir bien plus clair ! À voir !?
Je dis toujours - comme Descartes : Il faut prendre du recul ! Ou comme Pascal : il faut avoir "une pensée de derrière", c'est-à-dire avoir un point de vue relativement détaché de ce qu'on vit.
Mais pas du recul dans le temps, car on ne sait pas tenir compte des leçons de nos histoires ; non, du recul sur le moment ! ... et j'avoue qu'alors, comme les autres - puisque je fus de cet événement -, brut d'une culture culturante mais qui ne rend pas forcément intelligent comme il faut, je n'ai pas eu (beaucoup) de recul...

Et donc maintenant voir quoi ?
Qu'on s'est donnés là encore une mauvaise action/réaction, dans le droit fil d'une fin de seconde guerre mondiale – pas rien quand même deux guerres mondiales en 20 ans ! – qui aurait dû être accompagnée et suivie dans une repentance collective, nationale, dans des demandes de pardon vraiment libérateur, dans un vrai retour au Dieu de la Bible, au Dieu de l'essentiel de nos ancêtres.
Car il faut bien l'entendre si on ne veut pas être une nouvelle fois - qui vient ! - la proie de hordes sauvages satanisées : les jugements sont des effets de nos fautes morales, de notre impiété ou de quelque religiosité en quoi la vérité n'est pas l'essentiel (l'essence du Ciel).
Il faut s'en souvenir pour soi, car c'est de moins en moins, voire plus jamais, que des nations avec toutes leurs autorités vont revenir à Dieu comme un seul homme...

En 45, l'humilité, mieux que l'humiliation, n'aurait certainement pas empêché l'essor des "trente glorieuses", mais aurait permis, de plus, qu'elles ne soient pas stoppées net en 73 - c'est-à-dire peu après 68 -, par où on ne l'attendait pas !...

Alors voilà ! C'est comme une triste fatalité (tant qu'on ne sait pas comment ça marche), qu'une fois la liberté (ou la santé) retrouvée, on oublie d'où est venu le malheur, on retourne à son comportement problématique, on suspend la rémission, on fait rebelote avec le pique (un cœur noir à l'envers), on se met en cheville avec le trèfle (l'argent "bon serviteur mais mauvais maître"), on coupe le cœur (le vrai amour, dont Dieu est l'origine et peut seul assurer la pérennité), et on va finir "dedans", sur le carreau. (si vous ne comprenez pas, apprenez les règles de La belote) *:) Heureux .

Et donc,

Un homme joue sa vie comme une partie de cartes
Moins paisible que celle que nous peignit Cézanne,
Et quand femme s'y met sans comprendre Descartes
Vers quel azur part-on pour construire nos cabanes ?

En avril déjà sans doute étions-nous découverts,
Secoués par le rock, balancés par le twist,
Loin des dictons ringards qui nous veulent couverts
On s'ouvrait à la vague nouvelle non-conformiste.

Mais en Mai, foin des lois et de toutes les normes,
Ouvriers, étudiants retrouvent la tradition
De la Révolution qui rend la France morne
Quand en 89 elle tue roi... pour Aiglon.

En Mai dans la rue descends, fais ce qu'il te plaît !
Monte dans les chambres où sont jeunes filles en fleur,
Défais le beau, le laid, le bien ! C'est le progrès
Qui court : Laisse aller l'instinct ! Prends-toi du bonheur !

De cette nuit d'ivresse qui dura quelques jours
Furent prises des libertés… sont nées des addictions
Dont le poids aujourd'hui n'est ni paix ni amour
Comme on crut... mais troubles, tristesse et délation.

Pas de quoi jubiler ! même si bien des produits
Technologiques, de santé, de confort, sont là ;
On s'achète un bon lit mais le sommeil nous fuit,
Le bien-être intérieur n'y est globalement pas.

C'est qu'à oublier Dieu, se donner des idoles,
On y perd et l'esprit et notre âme - et on s'ouvre
A bien des ennemis qui font mal ou rigolent
En voyant le déni par lequel on se couvre.

Foin de 68, de ses flux malséants,
Nauséeux, qui attirent les plus grands jugements !
Revenir à la foi, à Jésus, maintenant
En demandant pardon, tout personnellement.

C.T. @LGDDV - avril 18

Soyez renouvelé-e pour connaître Ce qui est véritable.

Partager cet article

Repost0
5 avril 2018 4 05 /04 /avril /2018 21:12

suite de l'article commencé ici, et ce qui précède est là.

3 - 3ème PORTE ou MOYEN DE RENCONTRE AVEC LE DIVIN (suite) : CAS PARTICULIER DES EMI ou NDE.
(EMI pour Expérience de Mort Imminente, ou NDE pour Near Death Experience).

Parmi ces expériences où Dieu prend une initiative secourable qui chamboule tout, on trouve les NDE ou EMI (sommairement décrites précédemment).
Mais cela peut aussi arriver quand on est en état de simple sommeil ou dans un grand relâchement, une vacuité (un vide) intérieure... Par exemple comme il est arrivé il y a quelques années à Mario Martinez - vidéo.*
Ce qui fait que le terme EMI ou NDE n'est pas assez englobant pour parler de toutes ces différentes expériences. Plus généralement on pourrait parler de vision par transportation de l'âme (VTA) ou transport trans-dimensionnel (TTD).
Existent aussi des événements par transportation corporelle (ÉTC)...

(Nombreux témoignages d'EMI sur internet...)

Hormis les cas de ÉTC, il s'agit d'une décorporation de l'âme, d'une sortie de soi de son propre corps laissé mort ou comme mort. Cela révèle et l'existence propre de l'âme - de soi sans corps - et l'existence d'un au delà de notre espace-temps ordinaire qui peut être rejoint dans certaines conditions.

La contestation ou le scepticisme, résultat conditionné des formations scientifiques purement matérialistes, perd relativement pied ici, sauf à s'emmurer dans le déni, qui vient de la vue réductrice de l'humain (voire de l'animal) à seulement de la matière, ce qui fait faussement du cerveau le siège de notre personne. Alors qu'il n'est en réalité que l'interface (comme un écran tv ou informatique) entre le reste du corps et l'âme où se situe notre personnalité.

L’AU-DELÀ : ROYAUME CÉLESTE DE DIEU, SÉJOUR DES MORTS ET/OU ENFER !?
a) Pour certains c'est une expérience qui dévoile la réalité  de ce que la Bible appelle "le séjour des morts" (shéol en hébreun, hadès en grec) ou "l'étang ardent de feu et se soufre", que Jésus appelle "la géhenne" et d'autres l'enfer. D,eux lieux bien distincts (à différencier donc) dont la Bible parle, espaces essentiellement de tourments, de souffrances et de présences terribles, le premier temporaire (ce que les catholiques ont appelé le purgatoire), le suivant éternel...

b) Pour d'autres c'est un transport dans ou vers la lumière. Une lumière dont les témoignages montrent qu'elle n'est pas uniforme et unique, mais faite de "tranches" d'intensité différente. Cela n'est pas sans devoir nous interroger, comme dans notre univers se trouve la lune qui reflète une lumière qui n'est pas directement la sienne, mais celle d'une réalité toute différente, le soleil...

Ce qui caractérise ce côté lumineux de l'après existence incarnée, c'est le sentiment d'un amour comme on n'en trouve pas sur terre, d'une acceptation sans condition, pas de jugement, le pardon, une image donc du paradis, parfois sans décor (significatif), parfois dans ce qui ressemble à un jardin, avec des couleurs inconnues sur terre, des parfums...
On y reconnaît parfois des personnes décédées, avec qui on peut parler, il peut y avoir des anges, parfois des figures mystiques connues, ou Jésus seul... Cela parait assurément être le Ciel le plus haut, une expression du Paradis.
Mais là attention ! Tout comme sur la terre, tout ce qui donne de la lumière, ou des lumières, n'est pas forcément donné par Dieu...

c) Certaines expériences commencent par un transport dans un tunnel sombre, d'où on passe progressivement ou d'un coup dans la lumière.

DES EXPÉRIENCES EN SOI, MAIS SURTOUT BIEN PLUS...
Ce qu'on doit comprendre, c'est que ces expériences - tout comme les songes que Dieu peut nous donner - sont significatives au delà d'elle-mêmes. Sont un moyen d'accès à une connaissance spécifique, d'abord personnelle ( et qui peut avoir un caractère universel), qui a besoin d'être décryptée.
Un jour un pasteur a eu une vision extraordinaire concernant le rassemblement dont il est responsable. Il la raconte.On est tous convaincu par des détails comme par l'ensemble, que c'est une vision de Dieu. Et on en reste là, à la description. Pour ma part, je demande à Dieu ce qu'il a voulu dire par la révélation de ces images, et il donne la signification. Le pasteur partage ainsi plusieurs fois son expérience, mais sans rien dire de plus que ce qu'il a vu.
Je finis par demander s'ils savent ce que Dieu dit par là !? Étonnement ! On s'est arrêtés à l'extraordinaire de ce qui été montré du Ciel...
Et avec les EMI/NDE, on entend de telles descriptions, mais sans même penser que cela peut vouloir dire bien au delà des images, surtout pour celui/celle qui la vit. Pire, on tire une conclusion... fausse ! Genre : Si j'ai vécu le tunnel blanc et l'amour, entendez-moi, c'est ce qui nous attend tous !...
Non ! Ce n'est pas le sens de l'expérience.

Je veux donc aussi m'adresser à ces personnes expérimentatrices d'un plan ou un autre au delà de notre perception habituelle, et surtout à celles qui ont été transportées dans la lumière du Ciel divin... ou dans "quelque chose" qui y ressemble !...
Pour que, soit qu'elles soient descendues dans des ténèbres, soit montées dans de la lumière, elles ne restent pas à croire que leur expérience est la manifestation figée, certaine, de ce qui suivra leur (dernière) mort à la terre, savoir
- que leur âme est déjà absolument éternelle - car selon la Bible l'immortalité de l'âme n'a rien d'absolu, n'est pas sans conditions ;
- et que le lieu visité est une destination déterminée, fatale.

Ainsi, entre une interprétation d'expérience et ce que dit la Bible, que faut-il croire ? C'est une question qu'il convient de se poser.
Jésus dit expressément "En effet, celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi et de la bonne nouvelle la sauvera.36 Et que servira-t-il à un homme de gagner le monde entier, s'il perd son âme ?37 Que donnera un homme en échange de son âme ?38 En effet, celui qui aura honte de moi et de mes paroles au milieu de cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l'homme aura aussi honte de lui quand il viendra dans la gloire de son Père avec les saints anges. »"
Et encore : "Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l'âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr l'âme et le corps dans la géhenne."

La réaction "blanche", positive, optimiste, que rapportent les expérimenteurs dans leurs témoignages est qu'il y a là-haut un amour infini, une quiétude absolue, un bonheur parfait... comme si cela était l'unique au delà. Comme si elles-mêmes, ces personnes bénies de la sorte, étaient déjà ou allaient restées dans l'état de grâce nécessaire pour entrer dans une éternité d'amour dont il leur a été donné de goûter... mais pas de rester.
Certes ce sera - peut-être - pour plus tard pour certains, mais il n'apparait pas que cela sera ainsi pour tous.
Parlant de l'accès au Royaume des cieux ou présence de Dieu, Jésus a encore dit : "Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là.14 Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent.15 Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtement de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs.16 Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons ?17 Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits.18 Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits.19 Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu.20 C'est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez.21 Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n'entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux."

Dès lors la question se pose : S'il y a divergence fondamentale entre ce que dit et offre Jésus à partir de son sacrifice et ce que des expérimenteurs concluent de leur EMI, qui croire ? Pourquoi là aussi les expériences ne sont-elles pas pour une unique convergence qui mettrait tout le monde d'accord ? C'est suffisamment interpelant pour qu'on n'en reste pas à une superficialité dans la compréhension de ce qui nous a été donné de vivre !

Car la réalité, la raison, le message de l'expérience, peut être seulement une image à un instant T de vers où on va si on mourrait maintenant.
Soit encore c'est peut-être une (simple) proposition, une possibilité, un appel du pied à réaliser l'existence du merveilleux céleste - ou de l'horreur de certaines profondeurs -  pour en tenir compte. Réalités non immédiatement accessibles dont on n'avait jamais entendu parler, ou qu'on n'avait pas cru parce que venant d'un enseignement religieux, et à laquelle il faut maintenant se mettre à penser sérieusement si on veut connaître à un terme plus définitif la béatitude montrée... ou éviter un terminal terrible.

C'est que je crois, en toute logique, que les expériences de cet ordre éminemment surnaturel sont comme les autres visions (éveillé) ou songes divins... et encore ce que les religions disent depuis la nuit des temps de l'après-existence terrestre. C'est donc surtout, assurément, une grâce accordée à notre conscience pour que nous sachions que tout ne s'arrête pas cette terre.

Pour nous interroger, on a donc
- qu'on trouve des expériences des ténèbres et d'autres de la lumière. Ce qui doit nous empêcher, je le répète, de dire que ce qu'on a expérimenté est le sort réservé à tous
Chaque expérimenteur doit avoir l’honnêteté de dire que son voyage ne donne pas le seul sens général, universel, de l'après.
- C'est encore que des accès dans la lumière sont nettement de deux catégories bien distinctes ;
       - certaines EMI ne font même pas référence à un Dieu, comme si la spiritualité était une merveille sans personne divine à  son origine et/ou présente, avec seulement des anges ou des formes humanoïdes, qui parlent, mais sans Dieu souverain perceptible et connaissable. Cela peut se comprendre selon que la Bible dit que "Dieu est amour" et donc l'espace pénétré étant amour, c'est la signature de Dieu sans qu'il se fasse connaître en tant que tel. Mais la Bible dit de Dieu qu'il n'est réellement connaissable qu'en esprit et en vérité ! Il est celui qui se révèle, se manifeste, fait connaître son nom par lequel justement nous entrons dans l'éternité de Dieu.

Dans son témoignage, Marie de Solemne se trouve escorté par une entité indéfinissable qu'elle nomme "Ilça", "cette chose", "ce truc" ; puis en face d'une autre "chose", de forme humanoïde sans visage sur laquelle elle s'interroge : - C'est Dieu !? A quoi l'être répond : Non, c'est infiniment plus ! Wouah ! Qu'est-ce qui peut se dire "infiniment plus grand" que Dieu ?... si ce n'est Satan, son usurpateur. Le genre de détails qui doit nous interroger, non !?...

       - Une autre catégorie d'EMI conduit en pleine conscience dans ce que l'expérimenteur sait être la présence de Dieu, avec certaines fois la vue, l'accueil, des échanges avec Jésus. Un type de perception qui ne résulte pas forcément d'un arrière-plan religieux, puisque des incroyants ou athées font cette expérience qui rejoint ou conduit à la Bible.

Aussi permettez-moi de vous dire qu'il faut chercher à y voir plus clair que ce que semble l'expérience sans une analyse critique**. Pourquoi cela est-il effectivement montré ? Est-ce, selon blanc ou noir, une représentation de ce que j'aurai la chance ou que je risque de connaître si je ne change pas ma vie ?...
Exemple : une expérience de l'enfer ne peut être qu'une image de l'enfer, car la Bible enseigne que cet espace initialement conçu pour Satan et ses démons, n'est pas encore en activité, de grands événements prophétisés dans l'Apocalypse et Daniel n'étant pas encore arrivés.
...Alors que le séjour des morts est une réalité effective, créée par Satan, déjà terriblement active, suite à sa main mise sur l'humanité via le premier couple humain. 

En restant sans chercher Dieu pour mieux comprendre pourquoi il a montré ceci ou cela, on risque... d'aller au final où il ne faudrait pas, ou de ne pas retourner où on aurait déjà voulu rester ! La question est très importante, aussi a-t-on besoin de repères. Et pour moi (comme pour des cents millions de chrétiens ayant connaissance et expérience de Dieu), la Bible est véritablement la boussole pour la connaissance de l'homme et de Dieu (comme pour les (grandes) décisions et le comportement ici-bas), et encore pour notre destination post-mortem.
Et puis, Dieu existant, on peut toujours s'adresser ultérieurement à lui pour qu'il nous dise ! - Dieu parle, Dieu répond, Dieu nous vient en aide... : il ne fait parfois qu'attendre cela de notre part. Parce que sachant du surnaturel en général et de Dieu, c'est de foi dont il s'agit : le principe par lequel on entre en relation avec Dieu, c'est l'activation d'une foi toute personnelle.

Ce genre de rencontre qui est à la fois spirituelle et psychique (psyché = âme) relativise toujours beaucoup et la valeur de la matérialité de notre univers présent et celles des religions***. Ce qui est juste.
Il ne faut pas pour autant se déconnecter des contingences matérielles comme si on était déjà désincarné, ni rejeter les religions comme des nuisances absolues : Bien que je ne sois pas devenu religieux (c'est un risque) après que Dieu se soit révélé à moi sans le truchement d'une religion, il m'a montré que si elles sont là, c'est qu'il le permet (comme beaucoup de choses) pour une finalité qui n'est pas ce qu'on croit généralement (en faire un système, une institution une fin qui prend la place même de Dieu). Plutôt qu'une fusée (que le croyant est dans cette illustration), la religion est un échafaudage de sa construction (stable ou... dangereux) et ce qui va permettre - ou empêcher - la mise à feu : l'entrée en relation avec Dieu***.

LE VRAI SENS DES RELIGIONS
La double finalité selon Dieu des religions, c'est de (faire se) tourner la conscience dès le jeune âge vers le Divin. Rôle important car la dimension spirituelle n'est pas ce qu'il y a de plus immédiatement accessible du Réel.
C'est ensuite, par ses lois et exigences, pour être un "bon fidèle" qui devrait mériter le Ciel, le moyen de le convaincre que la force à mal faire est en lui plus forte que la force à vouloir être fidèle et faire le bien, notamment en le faisant transgresser, contre sa volonté même ou ses désirs les meilleurs, les règles qui lui sont édictées. D'où il ne reste plus qu'au pécheur se voyant perdu, de chercher en Dieu seul son secours***...

Quand quelqu'un fait une EMI, réalisant qu'on peut être approché de Dieu et l'approcher sans religion, il faut faire attention de ne pas prendre ces organisations en aversion, mais plutôt comprendre comment dire à quelques croyants en questionnement le danger d'être enfermé dans ce qui est présenté comme une fin en soi (devenir membre d'une organisation), alors que toute institution est au mieux un moyen en vue de chercher et trouver Dieu personnellement (bien plus que collectivement).
Concernant ce qu'est la communauté de croyants, la Bible dit essentiellement deux choses :
- "Là où deux ou trois sont rassemblés en mon nom, je suis au milieu d'eux."
et encore : "Ils persévéraient dans l'enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain et dans les prières."
Et la définition de "La religion pure et sans tache devant Dieu notre Père consiste à s'occuper des orphelins et des veuves dans leur détresse et à ne pas se laisser souiller par le monde."

DANGER DONC, LIÉ À DES EXPÉRIENCES SPIRITUELLES !
Jésus déclare à haute et intelligible voix, qu'il est "la lumière du monde", et Jean précise au début de son évangile : "Cette lumière était la vraie lumière qui, en venant dans le monde, éclaire tout être humain."

De là il est facile de comprendre qu'une belle lumière peut être... jusqu'à une imitation, seulement un reflet de la vraie ! A nos yeux charnels, limités en capacités par l'état de chute dans lequel nous sommes, il est possible que des êtres supérieurs, maléfiques, rusés, trompeurs, encore puissants par rapport à nous, désireux de nous dominer ou posséder, puissent nous tromper par quelque illusion ou jeu de miroir. De la même manière que nous pouvons aisément être trompé par la course du soleil qui nous tourne autour, alors que la vérité est moins accessible : c'est nous qui tournons autour de lui...

La vie ici-bas nous montre que tout ce qui est bien ou bon de manière véritable peut être imité, pour séduire, tromper, accaparer. Quand les esprits méchants ne trouvent plus en nous assez de ressort pour nous animer par la violence et la méchanceté (fatigués qu'on est par les guerres, procès, animosités...), il leur reste la carte du cœur, de la gentillesse, de la séduction,  jusqu'à susciter des amours qui ne vont pouvoir mener qu'à des catastrophes, à des alliances qui vont nous manger, capables de nous détruire quand la phase séductrice est passée...

On est prévenus par Jésus concernant le temps dernier de la fin (de l'ère de sa grâce), "Prenez garde que personne ne vous séduise.5 Car plusieurs viendront sous mon nom, disant : C'est moi qui suis le Christ. Et ils séduiront beaucoup de gens."

Ce que  l'apôtre Paul va confirmer dans sa lettre aux Galates d'abord : "Je m'étonne que vous vous détourniez si vite de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ pour passer à un autre évangile.7 Ce n’est pas qu'il y ait un autre évangile, mais il y a des gens qui vous troublent et qui veulent déformer l'Evangile de Christ.8 Mais si quelqu’un – même nous ou même un ange venu du ciel – vous annonçait un évangile différent de celui que nous vous avons prêché, qu'il soit maudit !9 Nous l'avons déjà dit, et je le répète maintenant : si quelqu'un vous annonce un autre évangile que celui que vous avez reçu, qu'il soit maudit !"
Et dans la 2e lettre aux Corinthiens il écrit : "Et ce n'est pas étonnant, puisque Satan lui-même se déguise en ange de lumière."

C'est qu'à son origine, le diable est un des plus beaux anges de Dieu, extrêmement brillant, auréolé de lumière, appelé dans la Bible "astre brillant" (ce qui donne Lucifer). Et donc, par rapport à nous pris dans l'épaisseur pandémique de la matérialité soumise à la vanité, il est encore capable, malgré sa chute, de transporter des pécheurs dans une lumière, un amour, une douceur si intenses que l'être humain ne peut être qu'ébloui par ces attributs du Divin et croire qu'il est déjà dans la compagnie du vrai Dieu : C'est le feu volé par Prométhée ; c'est la lumière que reflète la lune grise et terne !

ACCÉDER A LA CONNAISSANCE PAR RÉVÉLATION
En écoutant attentivement des témoignages de NDE/EMI, j'ai du demander à Dieu - au Dieu tri-unitaire - plus de lumière pour comprendre ce qui me posait question, sans que j'ai la réponse.
Le lendemain je me suis réveillé avec la réponse ! accompagnée de retours sur plusieurs passages ou versets bibliques qui prirent alors un relief nouveau.

J'ai vu (c'est ce que je viens d'écrire) que des expériences de décorporation et de transport de l'âme dans la lumière, même dans une lumière et un amour révolutionnaires hors du commun, ne sont pas forcément qu'accès au champ spirituel où Dieu règne. Cela peut aussi se passer comme dans une anti-chambre du Divin, dans une zone de rayonnement où les anges déchus peuvent encore venir ou les occupent comme un champ intermédiaire.
La preuve ?
C'est quand ces expérimenteurs reviennent porteurs d'un message qui nie le besoin de réconciliation avec Dieu par la foi en Jésus. Avec un message où "tout le monde il ira au paradis", ce qui désavoue tout le message biblique. "Reconnaissez à ceci l'Esprit de Dieu : tout esprit qui confesse Jésus Christ venu en chair est de Dieu ;3 et tout esprit qui ne confesse pas Jésus n'est pas de Dieu, c'est celui de l'antéchrist, dont vous avez appris la venue, et qui maintenant est déjà dans le monde." La Bible donne encore d'autres critères pour discerner...
Sinon qui croire dans un domaine qui nous est si naturellement étranger !? Un esprit qui dit être notre guide ? Un autre qui nous donne des écritures automatiques ? Des messages pour lesquels on n'a même pas reçu en nous l'Esprit de Dieu pour sentir si on a affaire à la vérité ou à des mensonges ? Voyez-vous jusqu'où Dieu nous prend au sérieux, nous laissant comme Adam et Eve dans le 1er jardin la liberté et la responsabilité de choisir ce qu'on va croire !?

Et donc on entend dans ces rapports d'EMI chacun campé sur son expérience et ce qu'il en comprend sans recul, en se confortant par le témoignage d'autres à peu près similaires, mais sans confrontation avec les expériences divergentes et encore des écrits avérés, anciens, qui en parlent. Esprit critique non pour remettre en cause l'expérience elle-même, mais le sens de son apparition, ce qu'elle veut nous dire vraiment, sa raison la plus dernière.

DUALITÉ = BESOIN DE COMPRÉHENSION, ET DE CHOISIR
Amour et terreur ! Douceur et tourments indicibles ! Ce qui veut déjà dire dualité du bien (le plus fort) et du mal (le plus abject), de la quiétude et des souffrances... Même dualité antagoniste dans le versant invisible du Réel comme de ce côté-ci.
Et donc la quête consécutive à notre expérience - ou à ce qu'on en découvre sur le net - a-t-elle été amorcée, poussée jusqu'à recevoir le sens de la chose, et plus encore, ce à quoi cela veut nous amener ?
Certes il faut plus aimer sur terre ! Mais avec quelle force ? En est-on suffisamment capable ? Il faut ne pas vouloir aller en enfer ou au séjour des morts ! Mais comment ? En aimant ? Mais on en est tellement incapable ? En étant pardonnant - ô que oui ! Mais que faire pour être pardonner ? Est-ce un pur automatisme de la part du Ciel, auquel cas je fais ce que je veux et je serai pardonné ?
Quête de vérité, de la lumière la plus haute - que Jésus a dit être ! Comme un prétentieux absolu ou comme ce qu'il est vraiment !?

Comme j'ai dit, après mes premières révélations, j'ai écrit deux livres (plus de 500 pages, et plein d'autres choses), sans recul, sans m'adresser jamais à Dieu, dont je savais juste qu'il existait, dont il me restait le vif sentiment d'avoir à le dire au monde entier, et encore duquel je recevais - sans m'interroger le moins du monde sur la source - des connaissances nouvelles. Sans imaginer que déjà quelque esprit s'était immiscé là et me donnait aussi des connaissances, erronées, controuvées. De quoi faire une assiette anglaise avec de la mâche et de l'arsenic  !

Boosté par les expériences, mais encore sans moyen de contrôle sur ce qui arrivait. Avec une conscience que Satan aussi existait, mais sans réaliser du tout comment il pouvait être actif en-dehors du mal manifeste, et donc comment agissait déjà pour me mettre dans sa poche, faire de moi son écrivain !
Par le mélange donc qu'il y avait dans ces premiers écrits, il y parvenant, m'élevant dans l'auberge espagnole qu'est le New-Âge au rang d'initié, me donnant de l'argent pour publier, etc... Pour faire quoi, si ce n'est une secte - un sectarisme de plus !
Cela peut être dur pour un expérimenteur de se faire interroger sur le sens, la signification réelle de son expérience, surtout après en avoir parlé pendant longtemps dans un certain  sens. Pour ma part, quand j'ai vu - par une toute nouvelle prise de conscience... -, j'ai été amené à détruire tous les livres qui n'avaient pas encore été vendus (3 000), et des tableaux que j'avais peints. Parce que le mélange est toujours en faveur du mal !

"Faute de connaissance, mon peuple dépérit/meurt" déclare par son prophète Osée le Dieu-Éternel. Alors voyons encore d'une autre manière la sphère de lumière divine.

AUTRES POSSIBILITÉS DES DIFFÉRENTES INTENSITÉS DE LUMIÈRE
Parce que dans certaines EMI, l'expérimentateur transporté dans une lumière déjà éclatante et baigné de douceur ou d'amour, voit plus loin une lumière bien plus étincelante encore et voudrait y aller, mais on leur dit : Non ! il faut retourner.
N'est-ce pas suffisamment explicite pour, une fois de retour dans le corps, s'interroger : Pourquoi une limite à l'accès que J'AI eu, moi, dans la lumière ? Est-ce la même lumière ? Dans sa nature, juste avec un éclat différent, ou bien y a-t-il deux catégories de lumière, une vraie et une imitation?...

La Bible là encore a de la lumière en réserve pour nous.
Le salut de nos âmes s'opère par la foi en la rédemption obtenue pour nous par Jésus, mort pour que Dieu puisse nous pardonner nos fautes, et ressuscité pour être éternellement avec Dieu et Dieu (comme il était avant de venir sur terre).
Il est dit de ceux qui croient ainsi en lui, qu'ils forment tous ensemble, assemblés dans la même foi au fil des siècles, son corps (immense), comme notre propre corps est fait, ou comme toutes les sociétés sont faites, dont chacun est une cellule, l'élément de vie de base. "Vous êtes le corps de Christ, et vous êtes ses membres, chacun pour sa part.".
Ce corps, qui tient de la vie physique, psychique et spirituelle, est la vraie Église de Dieu (vraie parce que là aussi l'imitation existe), en tant que somme des croyants "nés de Dieu", aussi appelé Épouse de Jésus-Christ. Qui dit épouse, dit relation rapprochée, amour, joie d'être ensemble...
Cette épouse unique est une multitude fantastique, inimaginable, qui a répondu à l'amour de Dieu en désirant l'aimer en retour, jusqu'à vivre un jour - et éternellement - plus pleinement cette relation privilégiée dans le Ciel avec son céleste époux le Christ Jésus.
Relation qui se vit et va se vivre dans la plus grande proximité de Dieu, c'est-à-dire dans la lumière et dans l'amour qu'il est les plus intenses.
Et position qui est celle d'un Roi souverain - Jésus ayant été élevé pour la terre au rang de Roi des rois - avec sa Reine...

Et puis on trouve dans le Cantique des cantiques notamment (livre poétique de l'Ancien Testament qui gravite autour de l'amour en ses divers aspects), il est question avec l'épouse du roi, de "concubines". Dans cette dimension spirituelle, il va être question de personnes aimées par le Roi mais avec une intensité moindre, montées et établies dans la lumière divine dans une position des plus bienheureuse, mais avec une proximité bien moindre que celle de la reine avec son roi.

Il est encore question de "demoiselles d'honneur", et des "amis de l'époux" - expression que se donne par exemple Jean le Baptiste (quand on lui parle de son rapport à Jésus) qui est le dernier prophète de l'Ancienne Alliance .
Tout cela est dans l'amour de Dieu, dans sa sphère, mais de manière moindre dans sa proximité et présence.
Ce qui explique que des EMI vécues dans la lumière et dans l'amour divin ne laissaient même pas percevoir la réalité de l'existence ou de la personne de Dieu. Comme on sera resté sur terre, au bénéfique de sa grâce mais distant de Dieu (de Jésus, de son Esprit), sans chercher ou aspirer à une relation vivante à sa personne, il fera avec nous dans sa sphère. 

TRANSCENDANCE (QUI NE S'IMPOSE PAS ABSOLUMENT) ET DUALITÉ (RÉCURRENTE)
Il semble qu'une EMI qui immerge dans la lumière n'est pas sécurisée !

Ce qui veut dire que Dieu n'est pas forcément personnellement à son origine. Cela peut résulter d'un processus comme un airbag se déclenche sous l'effet d'un choc accidentel. Dans tous les cas, la suprématie même d'une transcendance, même dépassant toute perception connue, peut être récupérée par un esprit maléfique, trompeur, sans que le commun des mortels ainsi immergés dans une EMI s'en aperçoive s'il n'a pas au préalable une connaissance suffisante de ce versant occulte et occultée du Réel. Ce qui fait qu'il peut être vécu, dans la même expérience, sous la même lumière, les deux aspects contradictoires. Ce qui fait que souvent l'expérience et son interpellation ne suscite par les réactions de recherche qui devrait, peuvent devenir un poids existentiel plus qu'un gain. Ce qui est bien sûr tellement regrettable.

Deux exemples d'EMI dans la description desquelles on peut distinguer deux expressions surnaturelles issues de deux sources, qui semblent à simple vue une seule, mais en réalité sont antagonistes :
Une première ici - Une autre là -

C'est pourquoi je vous invite à (bien mieux) le chercher si déjà vous avez expérimenté la réalité de sa lumière (par rapport aux ténèbres) et de son amour (en regard de sa pauvreté ou absence dans nos cœurs et sur la terre).

¤

On n'est chacun vraiment libre, ou en position de le devenir, seulement après qu'on ait eu accès aux différentes propositions qui se trouvent dans le monde sur un sujet donné. Certes, c'est plus exigeant de chercher de la sorte que de prendre ce qui fait l'unanimité et qui nous est donné en grande pâture par les médias (ou l'école). 
Mais en rapport avec une grandeur que Dieu considère en nous (créés initialement à son image quand même !) qu'il nous donne des éléments de connaissances qui nous ouvrent des champs d'interpellation et d'implication personnelles, typiquement humaines (ce qui n'est pas offert aux animaux).
Aussi devons-nous au mieux mobiliser nos capacités d'observation, de réflexion, de comparaison, de jugement, si nous voulons sortir des habitudes routinières sources (comme l'oisiveté) de beaucoup de vices, pour découvrir à la place de la suprématie du mal, comment le Bien et le Bon - le Dieu véritable - peuvent devenir notre source, nos objectifs et la fin glorieuse de cette existence.

4 - 4ème PORTE ou MOYEN : LA/les RÉSURRECTION/s

Résurrection : Encore un de ces mots singuliers/pluriels qui s'emploient couramment au singulier, mais qui renferment en réalité des expressions bien différentes de la même chose nommée (comme vie, mort, naissance, baptême...)

Voici dont le moyen universel par lequel le Dieu qui a tout créé va amener devant lui toutes les créatures humaines que la terre aura portées.
Si les trois autres modes de mises en contact avec Dieu sont relatifs à notre existence ici-bas, étant vivants dans ce corps de chair, la quatrième porte est bien différente.
Ainsi la mort dont on connaît le mieux la réalité est ici montrée comme l'accès futur à une porte/événement qu'est la résurrection corporelle de chaque être humain.

Seule la Bible apporte des révélations claires au sujet de la résurrection des corps, notamment par le livre/révélation qu'est l'Apocalypse. On apprend là que vont se produire - événements des plus surnaturelles que la terre aura vu - en fait deux résurrections bien différentes, distantes d'environ 1 000 ans l'une de l'autre. Une très prochaine, aussi appelée Enlèvement (les deux faits étant concomitants), l'autre à un millénaire de là...
Je vous dirige ici maintenant vers un article précédent (au domaine plus vaste) qui développe ces deux résurrections.

Soyez béni-e de Dieu par Jésus-Christ et par son Esprit selon ce qui vous convient le mieux. 

Prière guide pour demande de pardon et paix avec Dieu

Retour au témoignage >  DIEU SE REVELE

___________
* Dans la Bible ces phénomènes sont nombreux, avec les prophètes Ésaïe - ÉzéchielDaniel... Dans le Nouveau Testament on a l'apôtre Paul et surtout Jean qui monta au Ciel divin et vit de nombreuses scènes célestes qui se trouvent maintenant encore dans l'Apocalypse.

** Plus jeune surtout, incroyant j'ai reçu des songes par exemple où je volais (en l'air !). Cela représentait ma et notre disposition spirituelle possible ! Dieu voulait et cherchait à m'attirer vers plus de merveilleux avec lui (je trouvais alors déjà la vie belle). Mais sans n'avoir jamais reçu de connaissances sur ce sens des choses (essentielles), sans intelligence suffisamment vive et curieuse pour chercher à ce moment-là d'où cela venait, est-ce que cela voulait me dire quelque chose - et quoi ? -, je restais sans réaction, comme si une telle information était gratuite, fortuite, aléatoire, et donc indigne d'intérêt.

*** Car aucune religion ne sauve personne - que Dieu sauve -, mais elles servent à quiconque reste lucide et honnête à voir son impuissance à faire (le) bien, sa perdition donc, et son besoin de trouver bien au delà de la religion, en Dieu lui-même son sauveur personnel par une naissance d'ordre spirituel.
Ainsi devons-nous distinguer en nous-même entre la religiosité, qui est croyance par l'âme, dans notre âme (d'origine et par nature) charnelle, et spiritualité qui est foi par l'esprit (d'origine et par nature de Dieu). Le passage de l'impiété de l'athée ou du religieux à une vie spirituelle effective qui provient de ce que la Bible appelle "nouvelle naissance" (plusieurs articles du blog en parlent).

Annexe
Les 5 types de mort

Partager cet article

Repost0
5 avril 2018 4 05 /04 /avril /2018 18:57

UNE SEULE PORTE D’ACCÈS, cloisonnée en trois et quatre par des piliers,
pour figurer les trois et quatre moyens de mise en contact effectif avec
la sphère divine et/ou la présence immédiate de Dieu...

(suite de la page commencée ici)

 

3 - 3ème MOYEN DE CONTACT AVEC LE VRAI DIEU : C'EST LUI QUI VIENT À NOUS !

Ce troisième moyen tient de la grâce absolue de Dieu. C'est ce qu'on trouve, repris dans le Nouveau Testament (la nouvelle alliance par Jésus) de l'Ancien :
"L'Eternel dit à Moïse: Je ferai miséricorde à qui je fais miséricorde, et j’aurai compassion de qui j’ai compassion. Ainsi donc, cela ne dépend ni de celui qui veut, ni de celui qui court, mais de Dieu qui fait miséricorde. Car l’Ecriture dit à Pharaon: Je t’ai suscité à dessein pour montrer en toi ma puissance, et afin que mon nom soit publié par toute la terre. Ainsi, il fait miséricorde à qui il veut, et il endurcit qui il veut. Tu me diras: Pourquoi blâme-t-il encore? Car qui est-ce qui résiste à sa volonté? O homme, toi plutôt, qui es-tu pour contester avec Dieu? Le vase d’argile dira-t-il à celui qui l’a formé: Pourquoi m’as-tu fait ainsi? Le potier n’est-il pas maître de l’argile, pour faire avec la même masse un vase d’honneur et un vase d’un usage vil? Et que dire, si Dieu, voulant montrer sa colère et faire connaître sa puissance, a supporté avec une grande patience des vases de colère formés pour la perdition, et s’il a voulu faire connaître la richesse de sa gloire envers des vases de miséricorde qu’il a d’avance préparés pour la gloire? Ainsi nous a-t-il appelés, non seulement d’entre les Juifs, mais encore d’entre les païens, selon qu’il le dit dans Osée: J’appellerai mon peuple celui qui n’était pas mon peuple, et bien-aimée celle qui n’était pas la bien-aimée; et là où on leur disait: Vous n’êtes pas mon peuple! ils seront appelés fils du Dieu vivant." Lettre aux Romains ch. 9, vers. 15,26.

En clair, Dieu voit une personne qui, pour une raison ou une autre touche son cœur, il intervient dans sa vie, parfois incognito ou en se faisant connaître, pour la secourir, la protéger, la délivrer, pour un moyen ou un autre, l'objectif final étant d'établir une relation pérenne avec lui, d'est-à-dire de la sauver de la condition adamique (déchue) en lui accordant pardon et vie éternelle.

Par exemple Jésus sur la croix voit l'aveuglement des chefs religieux et de son peuple, comment Satan réussit à les manipuler - comme déjà il a fait avec Judas - et va ensuite pouvoir leur faire payer très cher leur crime (sur la base de œil pour œil, où celui qui prend l'épée sera puni par l'épée).
Alors il intercède du haut de la croix où il est abaissé comme le pire des hommes, disant ; Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font !
C'est la grâce totale, sans qu'ils aient conviction du mal qu'ils font et donc sans repentance de la part des coupables. Le céleste Père dès lors pardonne, parce que selon la justice légale son fils est en train de payer le prix qui un jour ou l'autre rejoindrait sur eux leurs fautes : le jugement ou châtiment qu'ils s'attirent... dont la plus grave conséquence est la mort spirituelle qui est séparation éternelle (perdition) d'avec Dieu.
(C'est aussi le résultat de cette prière que Jérusalem et le temple ne seront détruits qu'avec la génération suivante (en 70)... ce qui montre aussi le pouvoir que la prière d'intercession peut avoir dans la bouche d'un enfant de Dieu, selon que "La prière fervente du juste a une grande efficace.).

C'est par cette ouverture souverainement initiée par Dieu que j'ai pu me retrouver un jour face à ce fait rendu évident que Dieu est ! D'un coup, sans l'avoir cherché, sans avoir eu la moindre pensée de Dieu,  il se dévoilait, et JE SAVAIS ! Il était là, dans sa dimension Esprit, invisible à mes yeux charnels, mais tellement perceptible à ma conscience ! (retour à ce témoignage ici)

J'ai trouvé plus tard cette même idée en lisant le prophète Ésaïe, où l'Éternel-Dieu dit - au début du chapitre 65 : "J’ai exaucé ceux qui ne demandaient rien, Je me suis laissé trouver par ceux qui ne me cherchaient pas…"

L'ouverture à sa sphère ou présence de cette manière, c'est le pouvoir souverain de Dieu. Il est Dieu, et il fait comme il veut, quand il veut, envers qui il veut. S'il y a des conditions - et il y en a qui lui sont propres (comme il y en a habituellement qui  sont de notre part) -, on ne les connaît pas... sauf éventuellement après...
Par exemple quand on apprend que Dieu fait grâce aux humbles, secourt les cœurs brisés, les âmes abattues...

AMOUR INCONDITIONNEL DE DIEU : ATTENTION À NE PAS SE TROMPER !
On entend parfois, quand il s'agit de l'ouverture de cette porte qui dépend du seul bon vouloir de Dieu, parler de "l'amour inconditionnel", ce qui peut être une expression déviée de la réalité.
Car en effet Dieu en lui-même est amour, sans condition puisqu'il s'agit de sa nature, de son être même, comme la nature du soleil est combustion et rayonnement.
Cependant, de notre côté, c'est une évidence que le rayonnement de l'amour de Dieu est comme celui du soleil quand le ciel est encombré de nuages. Même si le soleil rayonne sans cesse, il n'est pas question pour nous de le voir briller dans tout son éclat : on en reçoit cependant bien de la lumière, mais très amoindrie, empreinte de grisaille ou d'obscurité. Et dans il fait nuit noire, c'est que le soleil brille ailleurs. Ainsi pouvons-nous avoir différentes perceptions du Divin, de l'incrédulité la plus totale, à la foi la plus vivante.
Maintenant, quand parfois tout à coup une lumière purement divine vient à paraître dans ou à notre conscience c'est, étant dans le cas de cette 3eme possibilité, un don de Dieu, une grâce sans condition de notre côté (à la différence des deux autres possibilités), mais avec condition du sien. Savoir que pour être et rester juste en lui-même tout en rendant quelqu'un juste (c'est  ce que produit son pardon et/ou sa grâce), cela ne peut pas être au détriment de sa justice : il faut que la justice subsiste. En clair, quand Dieu nous fait pleinement grâce à partir de lui-même, c'est qu'il pardonne un coupable indépendamment du jugement qu'il méritait. Ce qui n'est possible, en justice, que parce que Jésus est venir prendre sur lui, de manière générique, totale, tout le châtiment que méritent nos fautes, outre beaucoup et de terribles souffrances, la mort la plus humiliante et cruelle.
"En effet, le salaire du péché, c'est la mort, mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur."

Donc ne croyez pas que si vous expérimentez une grâce absolue de la part de Dieu, c'est seulement par un amour inconditionnel (permanent) que Dieu aurait en votre faveur. C'est que Dieu vous témoigne en une circonstance particulière qu'il est amour, mais cette expression de ce qu'il est n'est pas à voir comme ce qu'il va être toujours et définitive pour vous. C'est comme une levée de voile, une exception à la règle (qui est notre séparation d'avec Dieu), une démonstration de ce qui peut être avec Dieu, ce qu'on doit comprendre comme une invitation à chercher Dieu et son amour en vue d'une pérennité de la relation établie à ce moment-là avec lui. Et à partir de là - comme au commencement de mon cheminement de sa découverte Dieu un jour vint me dire "Lis la Bible ! Lis la Bible !" -, c'est à vous à le chercher... sachant (si vous voulez en tenir compte) que les meilleurs moyens potentiellement à notre disposition sont une bible (notamment le Nouveau Testament) et l'Esprit de Dieu (invisible, mais à qui on peut s'adresser pour recevoir des réponses significatives relatives à nos interrogations, problèmes ou sur des réalités célestes).

 

EXPRESSION DONC D'UNE GRÂCE DIRECTE, INATTENDUE, TOTALEMENT GRATUITE, MAIS PAS QUE...
Ainsi, malgré la force interpellative, révolutionnaire, de ce qu'on vit de la part de Dieu, nous reste une vraie liberté, un espace pour nos réactions. Cela malgré la force de l'expérience - indéniable en soi, transformante déjà -, qui va devenir bientôt un souvenir, un mémorial en nous, prégnant psychiquement, mais ramenée à une sorte de filigrane, qui ne s'impose pas à la conscience au quotidien. On ne fait certes plus du tout bien des choses de la même façon, etc... mais on reste libre de la suite qu'on donne en retour à cette intervention de grâce. Libre en fait de la place qu'on accorde à Dieu - en tant que personne, et non pas expérience ! - dans notre conscient et dans notre quotidien.

C'est que cette expérience ne "scelle" pas à Dieu - en Dieu : le scellement dans notre vie mortelle (de notre âme) à sa vie éternelle (spirituelle) doit encore passer par une expérience bien plus extraordinaire encore qui s'appelle nouvelle naissance : le rachat en conscience, avec notre implication, de notre âme.
- C'est-à-dire une acceptation personnelle de plus, bien plus, que l'expérience initiale, qui passe cette fois par la 1ère des trois portes évoquées, où se rejoignent la crucifixion salvatrice de Jésus (qu'on apprend et comprend) et la foi alors initiée en nous (par laquelle on y croit en même temps qu'on se repent).

- C'est-à-dire qu'il faut, outre une expérience de grâce (un moyen quelconque de révélation du Divin), parvenir à  l'objectif que Dieu poursuit : nous amener à une réponse personnelle en conscience, qui scelle une réconciliation et paix avec lui. La finalité étant que nous recevions de lui la (sa) vie éternelle et/pour l'accès dans sa prochaine création (le Paradis finitif).

En d'autres termes, une expérience révélatrice initiée par Dieu, est seulement un moyen conséquence du don de la vie de Jésus pour nous - qui par sa mort ouvre potentiellement pour tous le chemin du Ciel divin -, et non encore l'activation toute personnelle de ce potentiel en nous qui, elle, est naissance spirituelle et salut éternel de notre âme.

La distinction est primordiale, cruciale, ce qui fit dire (entre autre) à Jésus : "Celui qui croit en moi n'est pas jugé, mais celui qui ne croit pas est déjà jugé parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. "

EXPÉRIENCE PERSO
Pour ma part, j'ai navigué pendant quatre années parmi les spiritualités, cherchant des personnes qui connaissaient ce Dieu qui m'avait visité. Quatre années durant en France et en Suisse, pour en trouver finalement... tout près de chez moi - quand Dieu me remit sur la piste de sa découverte, non plus seulement en tant que Dieu-qui-est - donc que Créateur, encore impersonnel -, mais en tant que Sauveur des pécheurs - dont j'étais encore et que je découvris alors ! (voir dans mon témoignage le chapitre : Croyant, mais pas sauvé).

On peut encore voir cela dans la Bible dans le 4e exposé de l’Évangile où il est écrit au 1er chapitre :
"Cette lumière (Jésus qui a dit : Je suis la lumière du monde) était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme.10 Elle était dans le monde, et le monde a été fait par elle, et le monde ne l'a point connue.11 Elle est venue chez les siens, et les siens ne l'ont point reçue.12 Mais à tous ceux qui l'ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés,13 non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu."

Car Dieu ne fait pas de choses définitives avec nous/pour nous, sans nous. Comment pourrait-il nous imposer une éternité de vie avec lui, si on ne le désire pas déjà (au moins personnellement un minimum) de ce côté-ci de l'existence ?

C'est au point où Jésus s'arrêtant lors d'un certain épisode, demanda un jour aux disciples qui avaient commencé à le suivre s'ils voulaient continuer ou le laisser :
"C'est ici (dit Jésus de lui-même) le pain qui est descendu du ciel. Il n'en est pas comme de vos pères qui ont mangé la manne et qui sont morts : celui qui mange ce pain vivra éternellement.59 Jésus dit ces choses dans la synagogue, enseignant à Capernaüm.60 Plusieurs de ses disciples, après l'avoir entendu, dirent : Cette parole est dure ; qui peut l'écouter ?61 Jésus, sachant en lui-même que ses disciples murmuraient à ce sujet, leur dit : Cela vous scandalise-t-il ?...63 C'est l'esprit qui vivifie ; la chair ne sert de rien.Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie.64 Mais il en est parmi vous quelques-uns qui ne croient point. Car Jésus savait dès le commencement qui étaient ceux qui ne croyaient point, et qui était celui qui le livrerait.65 Et il ajouta : C'est pourquoi je vous ai dit que nul ne peut venir à moi, si cela ne lui a été donné par le Père
66 Dès ce moment, plusieurs de ses disciples se retirèrent, et ils n'allaient plus avec lui.67 Jésus donc dit aux douze : Et vous, ne voulez-vous pas aussi vous en aller ?68 Simon Pierre lui répondit : Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle.69 Et nous avons cru et nous avons connu que tu es le Christ, le Saint de Dieu.70 Jésus leur répondit : N'est-ce pas moi qui vous ai choisis, vous les douze ? Et l'un de vous est un démon !"

Jésus dit bien, dans la vue de cette porte que Dieu lui-même nous ouvre, qu'il a choisi et appelé ceux qui sont devenus ses disciples et ses apôtres, à l'origine donc indépendamment d'eux. Idem avec l'apôtre Paul plus tard.
C'est donc ensuite pour une part de nous que dépend que nous trouvions réellement Jésus comme notre Sauveur et recevions dès lors de Dieu devenant notre Père, son Esprit - ou pas ! Pour preuve ceux qui laissent là Jésus (vous avez peut-être noté que c'est dit au verset 66 du 6e chapitre !) ; et aussi Judas qui va par la suite trahir Jésus.

ATTENTION DONC À NE PAS DORMIR SUR DES LAURIERS... QUI NE SONT PAS UNE RÉALITÉ ACQUISE !!?
Cela est très important à comprendre quand on a fait une expérience déterminante avec Dieu, alors même qu'on ne l'a pas cherché, qu'on dormait - ou qu'on se démenait - dans une religion sans spiritualité, ou encore qu'on était incroyant (comme je l'étais alors).

Au cours de mon périple de quatre années, surtout dans ce qu'on appelle le New-Âge ou Nouvel Âge, j'ai rencontré des gens qui avaient vécu d'authentiques expériences divines. Quand ils me racontaient, l'Esprit de Dieu m'attestait que c'était vrai.
Telle révélation de la croix pour un tel, ou une vision de Jésus, ou du royaume des cieux, ou une intervention surnaturelle qu'on sent intuitivement être de Dieu, ou une visitation qui remplit de son amour, de sa paix ou de sa joie (notamment après ou pendant quelque grosse épreuve)... un événement qui dans tous les cas révèle Dieu comme étant réel, sans intermédiaire.

Réel, mais perçu seulement temporairement et de manière partielle :
- comme le Dieu-qui-est par exemple, c'est-à-dire Dieu en tant que présence invisible mais consistante comme immobile - comme on lit dans la Bible : Dieu générateur des lumières "en qui il n'y a ni changement ni l’ombre d’une variation.."
C'est ainsi que des croyants notamment d'orient en entendent parler et/ou le cherchent (ce qu'ils appellent nirvana) en le concevant seulement comme une conscience cosmique, impersonnelle (nommée Brahma ou "Ça" par Krishnamurti).  C'est à partir de cette révélation (la 1ère pour moi) que j'écrivis un 1er livre sous le titre "L'appel cosmique".
A Moïse aussi le Dieu unique se révèle d'abord comme Yawhé (en hébreu), ce qui se lit "Celui-qui-est en permanence d'être, ou de toute éternité ;

- C'est parfois Jésus qui apparaît, par une partie ou une autre de son corps ou entièrement, en sa forme humaine adaptée à notre capacité à le voir... alors qu'il est aussi comme le décrit l'Apocalypse dans le 1er chapitre.
Jésus se montre souvent ainsi aux musulmans intègres qui prient et veulent plaire à Dieu, mais sans le connaître.
Dans tous les cas une révélation de Dieu nous fait changer radicalement de regard sur le Réel, sur le rapport de la matérialité et de l'invisible psychique et spirituel... mais pas forcément encore sur nous !...

Tous ces bénéficiaires de la grâce insigne du Très-Haut que je rencontrais étaient alors comme moi, ne pouvant pas m'apporter ce qui me manquait de Dieu, ni moi leur en apporter plus que ce que j'avais vécu - c'est-à-dire pas encore assez pour être un vrai témoin de qui est Dieu en vérité et de ce qu'il vise à faire avec chacun (la finalité de sa recherche envers nous : l'accession à son salut éternel, à sa présence et à sa prochaine création qui sera - enfin ! - Le paradis à la fois physique, psychique et spirituel, sans fin).

Par la Bible lue dans sa chronologie, on voit bien que Dieu se révèle le plus généralement progressivement, par touches ou par étapes, par moments, selon ce qu'il sait d'où on en est, qu'on cherche, qu'on attend ou qui nous manque.

¤

ET PUIS IL Y A DES IMITATIONS DU DIVIN, PARCE QU'EXISTE AUSSI UN IMITATEUR, UN USURPATEUR, UN VOLEUR !...
Il faut déjà s'en douter, car toutes les expériences surnaturelles ne sont pas de Dieu ! J'y reviens davantage juste après dans le chapitre suivant sur les EMI ou NDE...

C'est ainsi que beaucoup je pense se trouvent dans le New-Âge ou ailleurs, stoppés dans une sorte de sas étroit entre Ciel et terre, qu'ils prennent déjà pour un aboutissement , une élévation suprême ! Arrêtés et mal animés entre le monde vécu et vu en tant que matérialité qui a perdu beaucoup de son attrait ou emprise, et un regard tout autre, avec des priorités changées et une perspective ouverte sur l'autre versant du Réel dont ils ont été approchés, qu'ils ont entrevue, goûtée ou touchée... mais dont ils restent encore séparés, ne percevant qu'à travers une vitre dépoli, du dehors, sans être "dedans"...

Si vous en êtes là, ne restez pas sur un acquis temporel qui ne se renouvelle pas, mais cherchez Dieu, le vrai, dans "l'amour de la vérité" car il y a aussi dans l'envers de notre décor dense des mauvais anges, des esprits trompeurs, séducteurs, usurpateurs de la présence de Dieu, qui se font passer pour ce qu'ils ne sont pas, en vue de nous garder dans l'égarement du dehors - un égarement plus subtil mais bien effectif -, voire de faire de nous des messagers de mauvaise compréhension, de fausses doctrines, de concepts mensongers.

Il faut aussi savoir que lorsque le vrai Dieu commence à agir en notre faveur, les esprits qui tiennent globalement ce monde - et nous dedans -, le voient et cherchent alors à nous distraire ou dévier. J'ai plusieurs fois eu à faire avec des personnes incroyants à qui je parle de Dieu, de Jésus, du salut, qui soudain se remettent à devenir catholiques ou protestantes, ou décident d'étudier la philosophie... sans plus vouloir écouter. Étonnant n'est-ce pas ? Ce qui rmontre bien que les démons peuvent tout autant utiliser le versant religieux que celui de l'incroyance pour nous garder en dehors de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ...

Cherchez donc toujours, outre un intérêt nouveau pour le religieux ou une soif nouvelle de connaissance, la personne même de Dieu, du transcendant qui ne s'impose pas, le seul vrai Dieu, en lui demandant de se révéler encore : Qui est Jésus selon lui ? Quel est son plan pour vous ? Quelle connaissance est la meilleure pour notre personne mortelle ? Comment échapper à la culpabilité, être délivré d'une addiction ou présence démoniaque, ou de la peur de la mort ?... jusqu'à ce que vous receviez des réponses, la connaissance ou direction nécessaire, et sachiez que vous avez trouvé plus qu'un bienfait particulier : le Dieu véritable qui donne le salut éternel à votre âme (qui est vous, votre personne ou être spécifique qui dit moi-je) "sachant que ce n'est pas par des choses périssables, par de l'argent ou de l'or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous avez héritée de vos pères,19 mais par le sang précieux de Christ, comme d'un agneau sans défaut et sans tache,20 prédestiné avant la fondation du monde, et manifesté à la fin des temps, à cause de vous,21 qui par lui croyez en Dieu, lequel l'a ressuscité des morts et lui a donné la gloire, en sorte que votre foi et votre espérance reposent sur Dieu"

ET EMI (ou NDE), VOUS CONNAISSEZ !?
Dans l'ordre de ces expériences où Dieu et les réalités de l'au-delà sont approchés, où l'on entre soudain dans un champ (de l'Esprit) qui change tout (en nous soustrayant à la souffrance notamment), il y a aussi celles où c'est notre âme qui se trouve mise en état de se séparer du corps (ce qui nous montre ce qui se passe quand on meurt, et qui aussi court-circuite la douleur) qu'on appelle des NDE ou EMI :
Des personnes accidentées, gravement blessées ou victimes d'un problème de santé majeur, se trouve à la frontière de la mort, dans le coma, parfois encore conscient ou en état de mort clinique.
Leur être réel, intérieur, l'âme (en laquelle s'est développée notre individuation pour donner ce que nous sommes comme personne consciente d'elle-même) sort du corps. De cet état de séparation (qui peut permettre de voir ce qui se passe ici et là aux abords de leur corps ou même très loin ailleurs), on est très soudainement entraînée, aspirée, transportée, plus ou moins rapidement et difficilement dans un ou plusieurs autres plans du Réel. Plan qui juxtapose ce qui est de l'ordre psychique (psyché, c'est l'âme en grec) et de l'ordre spirituel (qui comprend deux sphères antagonistes, divine et satanique).

Cela commence le plus généralement par un tunnel ou couloir de transition, plus ou moins sombre, noir ou blanc de différentes intensités, selon l'état de l'âme (graciée ou pas) et donc où elle est dirigée.

L’AU-DELÀ : PARADIS, SÉJOUR DES MORTS ET/OU ENFER !?
a) Pour certains c'est une expérience qui dévoile la réalité de ce que la Bible appelle "le séjour des morts" (shéol en hébreu, hadès en grec) ou encore "l'étang ardent de feu et se soufre", que Jésus appelle "la géhenne" et d'autres l'enfer.

Deux lieux bien distincts (à différencier donc) dont la Bible parle clairement pour notre édification et salut éternel, espaces essentiellement de tourments, de souffrances et de présences horribles, terribles, terrifiantes, obsédantes...
Le premier est temporaire (ce que les catholiques ont appelé et transformé en purgatoire), le suivant est une destination éternelle...

b) Pour d'autres c'est un transport dans ou vers la lumière. Une lumière dont les témoignages montrent qu'elle n'est pas uniforme et unique, mais faite de "tranches" d'intensité différente. Cela n'est pas sans devoir nous interroger, de la même manière que dans notre univers se trouve le soleil, mais aussi la lune qui ne fait que refléter une lumière qui n'est pas directement la sienne...

Ce qui caractérise le côté le plus lumineux de l'après existence incarnée, c'est le sentiment d'une paix ou d'un amour surnaturels, comme on ne le connaît généralement pas sur terre.
Rien que cela nous dit que nous vivons sur la terre une condition où le mal domine, où les relations sont détériorées mais également notre intérieur personnel que domine, dit la Bible, une terrible loi : "la loi du péché et de la mort".

Une fois l'âme sortie de l'attache charnelle, c'est la plénitude d'une acceptation sans condition, sans jugement, où le pardon est accordé, total. Plus qu'une image, une vision, une visitation (sommaire, partielle, mais déjç très significative) de la réalité de ce qu'on doit bien appeler le Paradis.
C'est parfois sans décor, comme sans bords, parfois dans ce qui ressemble à un jardin, avec des couleurs inconnues sur terre, des parfums...
On y reconnaît possiblement des personnes décédées, avec qui on peut parler (ou pas), il peut y avoir des anges, parfois des figures mystiques connues, ou bien Jésus... Cela parait assurément être le Ciel le plus haut, une expression du Paradis.
Mais attention ! Tout comme sur la terre, tout ce qui donne de la lumière, ou des lumières, ne se rapporte pas forcément au Dieu unique souverain ! Car l'usurpation de divinité se trouve, après y avoir commencé premièrement, dans cette dimension des Esprits, de la même manière que des religions ou sectes peuvent donner de fausses représentations, trompeuses, séduisantes, de Dieu...

c) Certaines expériences commencent par un transport dans un tunnel sombre, d'où on passe progressivement ou d'un coup dans la lumière.

 Rejoignez la suite ici, car elle porte des remarques très importantes.

Liens de témoignages de NDE ou EMI :
Vue de l'enfer par une jeune fille argentine
Un homme passe 23 mn en enfer -
Mario ex-gangster voit l'enfer et le ciel -

PRIERE-GUIDE pour PAIX avec DIEU  

Retour au témoignage >  DIEU SE REVELE

Bien à tous.

Partager cet article

Repost0
4 avril 2018 3 04 /04 /avril /2018 13:06

 

Pâques ! Vous avez du entendre parler des œufs (ou des lapins) en chocolat, de la transhumance pascale (par les routes, le rail...), ou encore du lundi férié - ça c'est de la fête !
Mais avez-vous entendu parler par les médias dont sa reine la télévision, du sujet principal de ce long week-end  : de Jésus crucifié ? Les grands médias vous ont-ils informés sur le sens réel de cet événement  et son lien avec nous ?
Savez-vous ce qu'en dit la Bible - puisque c'est par la Bible qu'on connaît ce centre très particulier de l'histoire humaine et son explication ?
Quel pouvoir bénéfique est encore possible aujourd'hui ,de cette mort et de cette résurrection, pour changer nos vies, pour participer à la résolution de nos problèmes perso et relationnels parmi les plus importants immédiats et futurs?

Certes on peut exister sans savoir que Jésus est mort un jour, ni pourquoi et ni pour quoi. Comme on peut vivre tout en restant illettré, en ayant un niveau de 3e ou un niveau universitaire. Ou comme on peut avoir de l'eau par un puits situé à 5 kms de chez nous, une fontaine sur la place publique ou un robinet qu'il suffit de tourner dans sa cuisine ou sa salle-de-bains. C'est une question de qualité profonde de vie (essentiellement psychique, de ce centre qu'est notre âme).

Aussi je vous invite encore à revenir à Jésus pour mieux savoir ce qu'il en fut et ce qu'il en est du rapport de sa mort à notre vie... et encore à notre propre mort !. Car c'est en comprenant sa mort, que sa résurrection prend son sens et peut atteindre son but, qui est de devenir notre partage personnel, individuel, à la fois immédiat et éternel...

Pour pénétrer ce qui n'est un mystère que pour celui/celle qui ignore, vous pouvez lire un article en cliquant là - ou celui-ci - ou celui-là - ou encore cet autre.

Aussi lire ce passage de la Bible, extrait du livre initialement adressé aux Hébreux ;
"Comment échapperons-nous en négligeant un si grand salut, qui, annoncé d'abord par le Seigneur, nous a été confirmé par ceux qui l'ont entendu,4 Dieu appuyant leur témoignage par des signes, des prodiges, et divers miracles, et par les dons du Saint Esprit distribués selon sa volonté.5 En effet, ce n'est pas à des anges que Dieu a soumis le monde à venir dont nous parlons.6 Or quelqu'un a rendu quelque part ce témoignage : Qu'est-ce que l'homme, pour que tu te souviennes de lui, ou le fils de l'homme, pour que tu prennes soin de lui ?7 Tu l'as abaissé pour un peu de temps au-dessous des anges, Tu l'as couronné de gloire et d'honneur,8 Tu as mis toutes choses sous ses pieds. En effet, en lui soumettant toutes choses, Dieu n'a rien laissé qui ne lui fût soumis. Cependant, nous ne voyons pas encore maintenant que toutes choses lui soient soumises.9 Mais celui qui a été abaissé pour un peu de temps au-dessous des anges, Jésus, nous le voyons couronné de gloire et d'honneur à cause de la mort qu'il a soufferte, afin que, par la grâce de Dieu, il souffrît la mort pour tous.10 Il convenait, en effet, que celui pour qui et par qui sont toutes choses, et qui voulait conduire à la gloire beaucoup de fils, élevât à la perfection par les souffrances le Prince de leur salut.11 Car celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés sont tous issus d'un seul. C'est pourquoi il n'a pas honte de les appeler frères,12 lorsqu'il dit : J'annoncerai ton nom à mes frères, Je te célébrerai au milieu de l'assemblée.13 Et encore : Je me confierai en toi. Et encore : Me voici, moi et les enfants que Dieu m'a donnés.14 Ainsi donc, puisque les enfants participent au sang et à la chair, il y a également participé lui-même, afin que, par la mort, il anéantît celui qui a la puissance de la mort, c'est à dire le diable,15 et qu'il délivrât tous ceux qui, par crainte de la mort, étaient toute leur vie retenus dans la servitude.16 Car assurément ce n'est pas à des anges qu'il vient en aide, mais c'est à la postérité d'Abraham*.17 En conséquence, il a dû être rendu semblable en toutes choses à ses frères, afin qu'il fût un souverain sacrificateur miséricordieux et fidèle dans le service de Dieu, pour faire l'expiation des péchés du peuple ;18 car, ayant été tenté lui-même dans ce qu'il a souffert, il peut secourir ceux qui sont tentés."

Soyez (encore) béni-e.

Un chant : Le tombeau vide !

_____________
* Jésus a aussi dit : "Le salut vient des juifs". D'abord par lui, ensuite par ses apôtres, à Jérusalem, en Samarie et jusqu'aux extrémités de la terre à partir des milliers de premiers disciples, relayés par "les gentils et les barbares", les païens des nations (les goïm, étrangers à la descendance abrahamique).

Partager cet article

Repost0
29 mars 2018 4 29 /03 /mars /2018 19:43

Suite de la (bonne) nouvelle commencée ici

Jésus est maintenant cloué et attaché sur son instrument de supplice, une croix, depuis presque trois heures.
Le ciel a la couleur et la lourdeur d'une chape de plomb, tenue en suspens au-dessus du monde.

Dans un mouvement plein de courage, presque un soubresaut, Jean s'anime et se faufile pour rejoindre tout près de la croix deux femmes qu'il vient d'apercevoir et semble reconnaître. (les autres sont plus en arrière).

Jésus le regarde arriver... Jean n'ose pas lever les yeux. Il fixe les pieds ensanglantés, aux orteils crispés, transpercés par un énorme clou. L'émotion lui monte aux yeux et à la gorge. Il ne voudrait pas défaillir. Le sentiment qu'il a de sa fuite et de celle de tous les autres lui pèse atrocement depuis hier soir. Mais il veut être là, maintenant.

Jésus bouge un peu la tête du côté de sa mère qui est là depuis au moins deux heures, debout, vieillie, accablée, chancelante, l'âme comme traversée par un glaive. Créature là pitoyable, qui avait accepté avec tant de simplicité et d'innocence de servir l’Éternel Dieu, sans la moindre idée du scénario divin.
Hébétée, interdite, sidérée, sans plus pouvoir penser, ayant déjà connu les affres d'un veuvage quelque peu prématuré, il lui faut un soutien immédiat, sensible, aimant, pour ces jours de vallée de larmes et d'ombre de la mort qui plus que jamais sont là.
Sans céder à la sensiblerie, Jésus l'interpelle par un mot qui pose (comme il a déjà dû faire à Cana) une juste distance entre elle et lui :
- Femme... Voici ton fils.
Marie regarde Jean, à qui Jésus dit maintenant :
- Voici ta mère.
Le jeune homme (dont la maison est à Jérusalem) comprend qu'il lui faut prendre chez lui Marie et la garder près de lui. Ainsi pourra-t-elle entrer elle aussi dans la suite des événements...

 

Puis c'est une obscurité inouïe qui tombe sur le lieu (et sur toute la terre, fut-il dit après), qui durera pendant trois heures, de midi à quinze heures.
Trois heures de fin d'un monde, d'angoisses irrationnelles fondant sur le genre humain. L'épouvante règne comme dans une maison hantée où les démons tels des chiens ou des taureaux en furie exultent.

Jésus se remet à prier, se concentrant à l'extrême pour rester cohérent dans son âme. De la voix encore puissante d'un homme à bout mais qui ne veut pas désespérer, il lève la tête vers le ciel sombre et fermé et appelle son père :
- "Éloï, Éloï ! Mon Dieu! mon Dieu! pourquoi m’as-tu abandonné !?…
Sa voix se casse, il s'étouffe. Il est homme et plus rien qu'un homme livré aux pires conséquences des malédictions entrées en Eden dans le premier Jardin. Condition adamique déchue qu'il a acceptée et voulu épouser dans un amour inouï, pour en sauver le genre - à ce moment encore irrémédiablement condamné.
En sauver au moins quelques-uns.
Il poursuit à voix basse :
- "Pourquoi t’éloignes-tu sans me secourir, sans écouter mes plaintes ?... Éternel, ne t’éloigne pas ! Toi qui es ma force, viens en hâte à mon secours ! Protège mon âme contre le glaive, ma vie contre le pouvoir des chiens! Sauve-moi de la gueule du lion, délivre-moi des cornes du buffle ! … Je publierai ton nom parmi mes frères, Je te célébrerai au milieu de l’assemblée…"

Le temps s'est éternisé comme ne pouvant pas aller plus loin. L'air semble manquer. Le soleil darde ses rayons comme des guêpes dans les chairs à vif où se mêlent la sueur et le sang. Partout sans bruit des mouches excitées sucent le sang et les humeurs. Il voudrait les chasser ; se gratter...
Dans l'invisible Satan exulte.
C'est son heure. Enfin l'heure de sa victoire absolue ! Judas s'est suicidé - tant pis pour cet imbécile qu'il aurait revêtu de la puissance ! C'est la fin de ce Jésus qui voulait, qui pensait lui tenir tête et débandait ses hordes avec impudence. C'est désormais la voie à sa toute-puissance à lui, Astre éternel brillant qui va pouvoir se faire adorer par tous : La terre est à lui, pour l'éternité !

¤

La lumière du jour revient et un vent d'est apporte des bruits de l'activité du temple. C'est l'heure du sacrifice. Des agneaux bêlent. Jésus les entend et parvient à les écouter, lointains comme venant d'un autre monde. De beaux agneaux de l'année, sans défaut et sans tache. Les plus beaux des troupeaux... quand encore les coupables ne trichent pas sur la qualité requise. Des agneaux qui ne prospéreront pas, bientôt égorgés...
Jésus sait qu'il est la fin de la Loi (des religions en tant que système), l'accomplissement de la justice divine ; Celui qui fait naître la foi qui sauve et peut la rendre parfaite. Dans un souffle court et d'une voix affermie il peut dire maintenant :
- Tout est accompli.

Nicodème apercevant la tête qui tombe sur la poitrine, se souvient de la parole de Jean le Baptiste qu'on lui a rapportée : "Voici l'agneau de Dieu qui ôte le péché du monde."
Quel prodige ! se dit-il en fixant la croix... sur laquelle il voit maintenant le Dieu descendu élevé comme un trait d'union entre ciel et terre, sanguinolent comme tous les holocaustes et tous les sacrifices consumés par le feu sur l'autel.
Rendu de la couleur bariolée sombre des péchés de la race humaine, il semble là comme incrusté au bois à jamais. Tout à la fois bouc-émissaire honni, sacrifice de culpabilité propitiatoire, offrande d'agréable odeur à l’Éternel. Jamais la terre ne reverra pareil et si puissant spectacle !

Au cœur du silence et des murmures, soudain Jésus pousse un grand cri tout en disant d'une voix exténuée :
- Père… je remets mon esprit entre tes mains.
Et il expira.

Le centenier romain qui se trouvait en face de lui, voyant qu'il avait ainsi expiré, dit : Vraiment cet homme était fils de Dieu !

¤


- Heureusement que tu avais fait tailler ce sépulcre, dit Marie de Magdala à Joseph d'Arimathée.
- Je crois qu'il n'y a pas de place pour le hasard avec notre Dieu, répond modestement l'homme riche.
- C'est vrai, Dieu ne joue pas aux dés comme les romains, renchérit Thaddée.
Nicodème rejoint le petit groupe :
- Il s'est passé une chose, une chose si grande et si belle, dans le temple, exactement à l'heure où Jésus notre Mashiah a expiré : Le rideau, le gros rideau lourd qui sépare le lieu très-saint du lieu saint, s'est déchiré ! Entièrement ! En deux, et de haut en bas ! Vous rendez-vous compte ? De haut en bas.
- Par les bras puissants d'un ange ou par l’Éternel lui-même.
- Et qu'est-ce que ça veut dire frère Nicodème ?
- L’Éternel notre Adonaï nous dit qu'il a agréé la mort de son unique ! Qu'il a fait tomber par elle le mur de séparation et d’inimitié qui nous séparait tous de la glorieuse présence.
- On va pouvoir toucher Dieu alors, dit Thomas !?
- En quelque sorte oui.

- Maître, dit encore Thomas, je n'ai pas entendu ce que tu as rapporté à mes frères de ta rencontre de nuit…
- Je t'en prie - je vous en prie -, ne m'appelez plus Maître, car il y en a un seul et nous le connaissons maintenant.
J'ai dit que lorsque je suis allé le voir une certaine nuit, il m'a rappelé l'épisode que nos pères vécurent dans le désert quand leurs fautes avaient amené dans leur camp des serpents brûlants qui les faisaient mourir tous.
Moïse reçut alors de se faire une haute perche sur laquelle fixer un semblable serpent fait d'airain. Pour que chacun du peuple atteint par une morsure mortelle, qui y regarderait, ne périt pas mais conserve la vie.
Tout le petit groupe avait écouté l'ancien maître devenu disciple, et dans le silence chacun essayait de faire la translation de l'histoire ancienne à la crucifixion du Maître. La peur se dissipait ainsi par moment, sous une espérance qui semblait folle, que Jésus soit à nouveau parmi eux.

Nicodème dit encore : - Cela m'a aussi permis de comprendre la seconde parole (des 10 commandements), concernant les images taillées qu'Adonaï notre Seigneur abomine.
C'est qu'il y a dans notre histoire et dans toutes les choses visibles tout ce qui est nécessaire pour que par elles nous approchions et saisissions ce qu'il en est dans l'invisible vivant.
- C'est pour ça que notre Rabbouni parlait souvent en paraboles, dit une des Marie !
- Nous on n'a jamais aimé les images, contrairement aux autres peuples qui se font des idoles de pierre ou de bois, dit un autre disciple.
- Quand est-ce qu'il reviendra ?
- "L'an prochain à Jérusalem", répondit Nicodème mu par un certain automatisme.
Je veux dire que pour notre Seigneur mille ans ici sont comme un jour de son éternité. Vivons donc, puisqu'il nous accorde encore la vie, et attendons-le comme si son retour était pour ce soir ou demain.
Matthieu - Il a dit aussi de nous aimer ! Et d'aimer même nos ennemis. Et ça pour moi c'est pas facile…
- Pour personne, dit Jacques. Mais essayons, et avec des efforts on y arrivera au moins un peu.
- C'est un commandement que nous avons reçu, dit André !
- L’Éternel peut-il commander d'aimer ?!...
C'est Jean qui a posé la question, soulevant l'oxymore. Et il continua :
- Je ne sais pas comment il va faire, mais il nous donnera lui-même cette capacité. Sondons encore les Écritures des rouleaux ; je suis sûr qu'elles renferment à nos yeux, à nos cœurs - tout comme la nature - beaucoup de choses cachées magnifiques, qui peuvent nous aimer à comprendre.
Nicodème : - Oui, ce qu'il m'a surtout dit en cette nuit mémorable, lumineuse de son assurance et de sa douceur, c'est littéralement : Il te faut naître de nouveau ! Imaginez ma surprise ! Comment puis-je naître une seconde fois, lui réponds-je totalement déconcerté ?
Il m'expliqua alors la naissance spirituelle, celle qui vient tout changer dans le fond de nous-même, lorsqu'on reçoit l'Esprit du Très-Haut. J'ai juste compris qu'on doit de cette manière passer de notre insuffisante religiosité, à une dimension de spiritualité toute nouvelle.
- Loué soit-il, s'enthousiasma Thomas ! Il va nous faire renaître.

¤

Jésus est ressuscité ! Il s'est montré aux femmes qui courent le rapporter aux disciples. Est-ce possible ? Est-ce croyable ?

Le soir de ce même jour, alors que les portes de la maison où les disciples se trouvent sont fermées car ils ont (encore) peur des chefs juifs, Jésus vient se présenter au milieu d'eux et leur dit : - Que la paix soit avec vous !
Puis il leur montre ses mains et son côté, percés. Les disciples sont remplis de joie en voyant tout à nouveau leur Seigneur.

Jésus leur dit encore : - Que la paix soit avec vous ! Tout comme le Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie. Après ces paroles, il souffla sur eux et leur dit : - Recevez le Saint-Esprit !

Un feu nouveau venait d'être allumé sur la terre ! Des hommes et des femmes tout à fait ordinaires allaient désormais être changés en messagers de cette bonne nouvelle qui peut donner à quiconque croît la paix avec Dieu, ses protections et sa force pour reprendre le dessus sur les forces du mal.

¤

 

Dans un groupe de jeunes où il a été invité, très curieux Jérémie interroge :
- Pourquoi vous dites que Pâques est une fête alors que c'est le jour où Jésus a été tué !?
L'animateur lui explique, en lisant le passage biblique correspondant, l'événement qui est l'origine de la Pâque.
- C'est le souvenir d'une libération, de la délivrance de l'esclavage de tout un peuple. Voilà pourquoi c'est une fête, comme on fête la libération de 1945 par exemple.
Et surtout, ajoute l'animateur, ce qui compte c'est le rapport du sacrifice de Jésus avec chacun de nous aujourd'hui encore. Car bien au-delà du souvenir, c'est une œuvre intemporelle qui fut accomplie ce jour-là.
- Et c'est quoi ?
- C'est que Jésus étant mort pour qu'au fil du temps les péchés des êtres humains puissent être pardonnés, arrive un jour où c'est nous, personnellement, qui nous trouvons placés face à cette croix. Face au pouvoir potentiel immense de cette mort tout à fait unique.
Parce que Dieu a tellement aimé notre humanité marqué à mort par le péché, qu'il a donné ce fils sans pareil afin que quiconque croit en lui - toi comme moi - puisse échapper par sa foi aux angoisses de la mort et à la domination du péché.

Un jeune prend la parole :
- Moi je peux le dire : J'ai connu cette libération en croyant que la mort comme la résurrection de Jésus est une victoire. Satan croyait gagner, mais il a perdu. Jésus est maintenant mon Sauveur, depuis deux ans ; mon parachute par rapport à la chute d'Adam.
- Ah oui, belle image Adrien !
- Et vous dites il suffit de croire, demande Jérémie !? C'est un peu facile !
- C'est le point de départ. Ensuite la foi est, avec la raison, le fil rouge de toute notre existence dans ce bas-monde.
"Crois au Seigneur Jésus et tu seras sauvé !". Oui c'est facile. Mais pourquoi alors pas plus n'arrivent à le croire !?
- Oui, pourquoi ?
- Pourquoi les amis ?
Cyprien - Parce qu'on est tous bien formatés par la culture dans laquelle on naît. Dans un univers athée tu deviens naturellement athée, c'est logique !
Amid - Oui et quand tu es né dans une religion qui t'entoure de partout, tu te mets à croire comme les autres. Sauf qu'ici la laïcité te donne une porte de sortie ! Mais alors tu crois plus vraiment en Dieu, tu l'oublies, et même tu sais plus où tu en es.
- Voilà, ça c'est l'expérience d'Amid. Chacun a un parcours de vie différent avant d'arriver à Jésus.
Antoine veut prendre la parole :
- Moi j'ai eu du mal à croire parce qu'en fait je ne voulais pas avouer mes fautes à Dieu. Je me cachais pour faire des choses mal. Je disais que ça allait bien alors que ça n'allait pas du tout. Je me disais que Dieu peut-être me voyait, s'il existait. Mais je n'arrivais à lui dire ouvertement mon péché...
Et quand j'ai pu lui dire, voilà : j'ai été libéré et j'ai reçu sa paix.
Amid - Y a qu'en trouvant Jésus qu'on trouve Dieu. C'est comme ça ! Maintenant moi aussi je suis cool.
Jérémie - C'est pour ça que vous avez l'air si paisible tous !? C'est rare, et c'est un peu ce qui m'a attiré chez vous.
- Il dépend de toi de recevoir de Dieu le pardon de tes fautes et son Esprit-Saint. Parce que c'est par ce chemin que se trouvent la paix, l'amour, une vraie force face à l'avenir, et l'éternisation de ton âme, c'est-à-dire la vie éternelle...
Veux-tu cela maintenant toi aussi ? Attention : Il ne faut pas répondre oui pour nous faire plaisir ou juste pour faire partie du groupe ! C'est seulement si maintenant tu ressens un réel besoin de Jésus.


Claude Thé - @LGDDV - 2018

Une aide à la prière
Soyez béni-e.

Partager cet article

Repost0
27 mars 2018 2 27 /03 /mars /2018 14:05

- sous la forme d'une (bonne) nouvelle -

Yerushaláyim (Jérusalem), fin de la troisième décennie de notre ère. 6ème jour (jour où Dieu créa l'homme).

Salmon – Tu as entendu ce qui se passe du côté de Golgotha !?
David – Shalom Salmon ! Qu'est-ce qui se passe à Golgotha ?
Salmon – Les romains sont en train de crucifier des brigands.
David – Rien de bien nouveau !
Salmon – Quand même ! On arrive à un grand shabbat et les chefs du Sanhédrin (tribunal religieux) seraient à l'origine d'une des mises à mort ! Et ça avait l'air urgent de chez urgent d'après ce que j'ai entendu. Étonnant non !?
David – Pour dépendre les corps avant le commencement de la fête.
Arrive Moshé tout excité :
- Eh David, shalom, il paraît que c'est Jésus qu'on veut crucifier ! Tu sais, celui qui fait des miracles et a de bonnes paroles pour les pauvres.
David – Non !? Celui qu'on a vu guérir un paralytique à la piscine de Bethesda ?
Moshé – Oui et entends comment ça rouspète du côté de chez Pilate !
Arrive Josh – Jésus a été arrêté cette nuit. Il paraît qu'on est en train de lui donner les 40 coups moins 1 quelque part dans Antonia (Palais du gouverneur romain).
Salmon – Aïe ! C'est dur mais au moins il ne sera pas crucifié ! Qu'est-ce qu'il a bien pu faire pour mériter ça ?
Moshé – Il n'a pas été tendre avec les prêtres ! Je l'ai entendu les traiter de race de vipères !
David – Le racisme est-il une faute que condamne la Torah (la Loi ou Écritures qui fondent la religion juive) ?! D'ailleurs c'est même pas du raciste ! C'est comme quand il leur aurait dit que leur père c'est le diable. Il paraît qu'il y avait de l'orage dans l'air ce jour-là !
Moshé – Ça a toujours été chaud entre lui et tous ces religieux qui font les beaux par devant, mais dans le fond on ne sait pas tout ce qui se passe !...
Salmon – Si tu veux mon avis, c'est tous des hypocrites ; alors que Jésus, je l'ai vu et entendu une fois, c'est un parfait. Il guérit, il chasse les démons, et ses paroles - je sais pas comment dire... elles coulaient dans mon âme comme un miel liquide descend dans la gorge. Un délice !
Josh – Moi j'ai compris pourquoi il était si dur avec les prêtres et les lévites ! Parce qu'en fait ils se donnent pour justice uniquement les articles de la Torah, sans la moindre miséricorde. Et en fait, ils les transgressent, peut-être autant que nous (malgré toute notre bonne volonté). Alors Jésus les traite comme ils font eux-mêmes avec nous, selon la même loi, œil pour œil. Dureté pour dureté. A la différence d'avec ceux qui le suivent, à qui il manifeste de l'attention, de la compréhension... une gentillesse comme j'ai jamais vue.
Moshé - Ça ne veut pas dire qu'il méprise la Loi et que pour lui tout le monde il est beau, tout le monde il ira au Paradis ! Moi je l'ai entendu dire à la femme adultère - qu'il a sauvée de la lapidation : Va, et ne pèche plus !
David - Sinon la condition devient pire. Forcément !
Salmon – Tu as raison Josh, et toi aussi Mosh ; je comprends mieux maintenant… Je suis sûr qu'on n'imagine même pas la moitié du quart du sens de ce qu'il dit.
Moshé – Moi je connais un peu un apôtre - Jean il s'appelle -, je lui demanderai encore des choses.
Salmon – Hey, c'est quoi cette clameur !... Moi j'y vais, je sens qu'il se passe vraiment de drôles de choses ici ce matin…

¤

 

Face au mont Golgotha (autrement appelé Lieu du crâne), au nord-ouest de Jérusalem.

Élisée – Il parait que c'est Jésus.
Barthélémy – Oui. On le reconnaît même pas tellement ils l'ont massacré. Quels ss… (Il retient sa colère). L'horreur comme j'ai jamais vu… Comment des hommes peuvent-ils faire ça à un autre homme !?... Moi je comprends plus rien.
Élisée – Pour comprendre déjà, il faut voir Satan et les démons qui sont derrière tout ça !
Barthélémy - Au fait, je cherchais Pierre ! Tu l'as pas vu ?
- Non, pas vu.

¤

Jésus a été cloué sur le patibulum comme certains clouent une peau de bête sur une porte pour se protéger des mauvais esprits. Une fois les deux bras ficelés, il a été monté en l'air jusqu'à ce que la pièce de bois prenne sa place - dans un sursaut terrible, sur le poteau de la condamnation et du supplice.
Jean à Philippe : - Tu crois qu'il nous voit ?
- Je sais pas... Je sais pas ce qu'on a fait de mal pour en être arrivé là !?...
A côté d'eux Nicodème qui les a entendus cite la parole du prophète Isaïe :
- "Méprisé et abandonné des hommes, homme de douleur et habitué à la souffrance, semblable à celui dont on détourne le visage, nous l’avons dédaigné, nous n’avons fait de lui aucun cas. Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, C’est de nos douleurs qu’il s’est chargé; et nous l’avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié."

Jean et Philippe ont d'abord sursauté. Philippe a eu un mouvement de recul, presque de répulsion en découvrant à son habit qu'il s'agit d'un des prêtres du Temple. Celui-ci le regarde droit dans les yeux et poursuit sa lecture :
- "Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris."
- Mais attends Maître, l'interrompt Jean. Que dis-tu là !? D'où tiens-tu ces paroles ? Tu es prophète ?
- C'est Isaïe qui a prophétisé il y a 700 ans : "Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait sa propre voie; Et l’Éternel a fait retomber sur lui l’iniquité de nous tous. Il a été maltraité et opprimé, Et il n’a point ouvert la bouche, Semblable à un agneau qu’on mène à la boucherie, à une brebis muette devant ceux qui la tondent; Il n’a point ouvert la bouche."
Les yeux et les oreilles grand ouverts quelques hommes présents ont écouté, comme magnétisés par ces paroles étrangement nouvelles.
- Mais, mais j'ai jamais entendu cette écriture dans la synagogue, réagit Philippe ! Tu es sûr ? Et pourquoi n'es-tu pas avec les autres du Sanhédrin, là-bas ?
- L’Éternel Adonaï notre Dieu sépara le premier jour la lumière d'avec les ténèbres, après qu'il l'eut prononcé. La lumière est venue mais ils ne l'ont pas reçue. Ils ont préféré rester attachés à leurs œuvres sombres, cachées, que pourtant lui est venu nous rendre visibles, plus encore que les paroles de notre Loi.
Jean – Et toi tu as cru que Jésus…!?
- Est l'oint de l’Éternel, le fils du Psaume deuxième. Peut-être celui-là même que le prophète annonça encore comme devant naître d'une jeune fille vierge… On le saura bientôt.

- Il a dit quelque chose ! Il a dit quelque chose !
Comme une vague qui roule, un murmure sourd parcourt les rangs épars.
- Quoi, quoi ?
- Il a dit "Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font."
Nicodème – Alors c'est bien lui.
Parce qu'instantanément il s'est souvenu de la fin de cette prophétie : " il a intercédé pour les coupables."
- Hashem soit loué ! C'est lui !
Son cœur se gonfle comme la voile d'une embarcation qui prend le meilleur des vents. Il n'a jamais été aussi heureux de toute son existence.

Au bout d'un moment où chacun reste tendu vers la croix dans l'attente d'une autre parole, Jean ajoute :
- Je le crois aussi… Pierre avait été inspiré par la Rouah du Très-haut quand il avait dit sans la moindre réflexion : - Tu es le fils du Dieu vivant !
Nicodème – C'est cela. On y est les enfants ! C'est notre Mashiah. C'est le Messie de notre peuple.
- Mais Maître, réagit Philippe, il est en train de mourir là !?
Au même moment une pensée pleine de vie le traverse et il ajoute sur un tout autre ton :
- Il va ressusciter ! C'est ça, on va le voir ressusciter !? Comme il a fait avec Lazare à Béthanie ! Oh oui ça va être glorieux ; pour fermer la bouche à tous ces religieux qui n'ont eu que l'endurcissement comme réponse à ses lumières. Pour mettre dehors ses romains qui nous prennent pour des esclaves.
- Chuuut ! fait Nicodème. Attendons, et ne risquons pas d'attirer l'attention au détriment du plan de Dieu.

C'est que l'homme connaît la suite du chapitre 53ème d'Isaïe dont il se dit intérieurement la suite : "Il a été enlevé par l’angoisse et le châtiment ; et parmi ceux de sa génération, qui a cru qu’il était retranché de la terre des vivants, et frappé pour les péchés de mon peuple ? On a mis son sépulcre parmi les méchants, son tombeau avec le riche. Quoi qu’il n’eût point commis de violence et qu’il n’y eût point de fraude dans sa bouche. Il a plu à l’Éternel de le briser par la souffrance… Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, Il verra une postérité et prolongera ses jours; et l’œuvre de l’Éternel prospérera entre ses mains. A cause du travail de son âme, il rassasiera ses regards. Par sa connaissance mon serviteur juste justifiera beaucoup d’hommes, et il se chargera de leurs iniquités. C’est pourquoi je lui donnerai sa part avec les grands; il partagera le butin avec les puissants. Parce qu’il s’est livré lui-même à la mort, et qu’il a été mis au nombre des malfaiteurs; parce qu’il a porté les péchés de beaucoup d’hommes, et qu’il a intercédé pour les coupables."

Sur la croix, délaissé comme un simple - ou le pire - homme pécheur, Jésus parle à son céleste père :
- "Je suis un ver et non un homme, l’opprobre des hommes et le méprisé du peuple. Tous ceux qui me voient se moquent de moi. Ils ouvrent la bouche, secouent la tête :
- Recommande-toi à l’Éternel, disent-ils partagés en deux entre la haine et la crainte ! L’Éternel le sauvera, Il le délivrera, puisqu’il l’aime !"

Jésus lutte contre les pensées qui tourbillonnent et s'agitent  au-dedans de lui. Il veut revenir à son père. Il veut ne pas se laisser esseulé, enfermé dans la souffrance et l'hystérie qui sévissent jusqu'à perdre le sens de qui il est. Ne pas lâcher la main perdue du père, dont il ne perçoit absolument plus rien :
- "Dès le sein maternel j’ai été sous ta garde: dès le ventre de ma mère tu as été mon Dieu. Ne t’éloigne pas de moi quand la détresse est proche, quand personne ne vient à mon secours! De nombreux taureaux sont autour de moi, des taureaux de Basan m’environnent. Ils ouvrent contre moi leur gueule, semblables au lion qui déchire et rugit. Je suis comme de l’eau qui s’écoule, et tous mes os se séparent. Mon cœur est comme de la cire, Il se fond dans mes entrailles. Ma force se dessèche comme l’argile, et ma langue s’attache à mon palais. Tu me réduis à la poussière de la mort. Car des chiens m’environnent, une bande de scélérats rôdent autour de moi. Ils ont percé mes mains et mes pieds. Je pourrais compter tous mes os. Eux, ils observent, ils me regardent; ils se partagent mes vêtements, ils tirent au sort ma tunique."

Autour le temps semble arrêté.

à suivre
 

Partager cet article

Repost0
17 mars 2018 6 17 /03 /mars /2018 13:50

Beaucoup de personnes aujourd'hui encore disent ou pensent
que les animaux n'ont pas d'âme.
Mais la Bible dit que les animaux sont comme l'homme "une âme vivante".

Par ses yeux (fenêtre de l'âme !), le sentiment d'étonnement mêlé de crainte
de ce chaton ne vous apparait-il pas ?
...Mais les ressemblances n'excluent ni n'annulent les différences !...

Les animaux ne savent pas construire un langage.
L'être humain est distinct de tout le reste du règne vivant en ce qu'il est capable de créer des langages (des langues parlées, articulées et articulables, aussi des langages mathématiques, informatiques, symboliques, culturels…).

Bien plus que l'animal donc, l'être humain est capable de prouesses phénoménales, de découvertes et d'inventions merveilleuses… mais il est aussi capable des pires crasses, d'actes de cruauté sidérants, de manipulations psychologiques et (désormais) génétiques sur une échelle qui va des moins respectueuses de l'environnement et de la personne aux plus abjects.

ET DONC !?
No problem ! No questionnement ?
Non ! A cause de tout cela, il faut qu'en tant qu'être - digne de cet adjectif : humain, que nous sachions bien mieux qui nous sommes ?!
a) Créature de néants qui les unes les autres se télescopent, s'attirent et se repoussent aléatoirement depuis l'origine de la vie - celle-ci étant dans ce cas présumée apparue par hasard (rien que par des hasards !), sans intention ni finalité, ce qui fait que tout y est essentiellement absurde (vision existentialiste), dépourvu de sens, de cohérence, de surnaturel !? Est-ce votre vue des réalités ?...

b) ou bien nous sommes créature problématique, à l'image dérivée d'un esprit puissant qui a quelque chose de notre père, qu'on appelle Lucifer, Prométhée, le serpent ancien, Satan ou le diable !? Il est évident en ce sens que bien sûr le mal existe, et parfois en étant "plus fort que nous", proliférant plus facilement qu'on ne parvient à construire de bonnes relations durables. Ainsi, on n'a pas besoin d'apprendre à un enfant à mentir... mais il faut lui apprendre à dire la vérité.

c) ou encore sommes-nous créature d'un Dieu parfait, éternel, unique qui est en soi le Bien, le Beau, le Bon, qui nous dota, dans son image, de beaucoup de capacités et potentialités, dont aussi une liberté que ne possède aucune autre créature vivante de la terre !?
Espace spécifique de liberté, ici comprise comme accordée par un Créateur, si réelle que par elle on est chacun capable de sortir du bien (du beau, de l'aimable, de l'honorable, du juste, de la vérité, de la paix... plus facilement que d'y revenir), jusqu'à devenir la création d'un autre - du dit-diable, de Satan-Lucifer et encore de ses hordes d'anges déchus comme lui et devenus les démons.

¤

En vérité, on est bien chacun cumul de c) et de b), des êtres hybrides, des fruits génétiquement modifiés qui unissent si difficilement la Lumière et les ténèbres, le Sublime et l'horreur, la permanence et la corruption, des vérités et des mensonges mêlés et scellés... par une usurpation initiale (comme il est écrit ici).
De là la situation duelle malaisée à terrifiante dans laquelle on est tous aujourd'hui encore.

ILLUSTRATION
Dans cette image du mal résidant, en nous plus fort que faire le bien, on a pu entendre ces derniers temps l'histoire d'un septuagénaire qui réussit pendant très longtemps à abuser de dizaines de femmes qu'il hameçonnait sur internet (sous l'apparence d'un beau jeune homme), et qui finissait par copuler avec elles à partir d'un scénario trompeur suffisamment tentateur pour séduire celles qui croyaient qu'il suffit d'être libre de ses choix et de ses déplacements pour trouver son bon plaisir voire le bonheur.... Rien de nouveau sous le soleil ! Seulement les formes et forces des violences et des tromperies changent.
La Bible dit encore qu'on est chacun amorcé par sa propre convoitise, et que la convoitise étant consommée, elle produit la mort (au moins spirituelle, au pire physique).

ET DONC !?
Il faut choisir de savoir Qui on est, si on ne veut pas être la proie de ces esprits démonisés qui insécurisent nos pays et nos rues (et peuvent venir jusqu'en nous-mêmes), d'autant qu'on leur ouvre des portes pour entrer dans nos sphères personnelles ou collectives (de politique à conjugale) ! C'est la question capitale de notre première identité : De qui sommes-nous d'abord issus ?  Et encore Quelles sont les forces réellement en présence dans ce monde ?

COHÉRENCE DANS LE RÉEL
Déjà la physique nous répond : Ce qui est le plus puissant dans tout l'univers, ce ne sont pas les corps visibles (soleil, planètes, et autres étoiles), mais les forces invisibles qui tiennent et repoussent les corps (forces électromagnétiques, ondes de transport de données, forces quantiques...).
Quid chez nous avec la force de la pensée, et infiniment de Dieu, et des anges, compris les entités dénaturées rusées et méchantes.

Aux religieux de son temps qui se défendaient en disant qu'Abraham était leur père (ce qui était vrai sur le plan physique, génétique), Jésus répond : C'est pas vrai ! La vérité, c'est que votre père c'est le diable !
Jésus regarde au plan psycho-génétique, de leur âme (dont le corps physique est ,dans la normalité, le véhicule plus que le directeur), et il leur dit : Votre père c'est le diable, parce que vous obéissez à ses injonctions, vous vous soumettez à ses tentations. (lire ici)

Il est capital de savoir que nous existons entre la rive de l'éternité qui nous précède, et celle de l'éternité que le développement de notre conscience individualisée nous permet d'apercevoir (tout ne finissant pas avec nous), et dans laquelle à tout moment on peut entrer...

HUMAIN A PART ENTIÈRE OU PARTIELLEMENT ?
Si on ne s'arrête pas à ce genre de considération fondamentale pour en connaître la vérité, on aura été en quelque sorte comme un de ces milliards de spermatozoïdes produits et éjaculés pour rien dès lors qu'ils n'atteignent pas la cible unique prédisposée à la fois pour leur fin et pour leur métamorphose glorieuse : un ovule.
...La cible étant à notre niveau la sphère de Dieu lui-même, son Royaume éternel aux capacités et développements infinis... et plus encore…

Qui êtes-vous ? C'est à vous à le savoir - chacun pour notre part de conscientisation. Que voulez-vous devenir ?
Votre objectif et fin est-ce seulement de mourir à cette terre ?
Et si la réalité va bien au delà, et que vous ne le sachiez pas ?... Considérez tout le temps que vous passez à telle ou telle activité qui n'est pas vitale, et combien vous en avez passé à chercher la vérité sur Dieu, sur l'immortalité réelle ou potentielle de votre âme - c'est-à-dire de vous-même !

La vie, "on est vraiment rien sans elle" ! Des foules entendent tous les soirs depuis des années ce refrain du générique d'une série télé ! Mais qu'est-ce que ça veut dire !?...
Tout de surface, on se laisse ainsi bercer (ou secouer l'instant d'après par un nouveau thriller) avant d'aller se coucher abruti plus que lucide sur ce qu'on a fait de cette journée... Et ainsi, jour après jour, on se laisse endormir (et en même temps on n'arrive plus à trouver le sommeil !) par les idées et modes ambiantes d'un système qui vit sans Dieu - sans réaliser qu'"on est vraiment rien sans... LUI" ! Encore combien de temps ?
Jusqu'au dernier sommeil, où il ne restera plus qu'à découvrir avec effarement et en toute impuissance où nos choix et notre insouciance nous auront conduits.

Bonne quête ! Il en est maintenant encore temps : On ne sait jamais avec assurance de quoi tout à l'heure sera fait.
Or le jeu en vaut la chandelle, et ... *:) Heureux "un peu plus", ce que Dieu appelle l'éternité, une place dans son Royaume de vies sans fin, le véritable Paradis.
Sinon ce sera éternellement rien moins que tout le contraire du Bien...
Bénédictions de sa part. Il est vivant. Cherchez-le en vérité.

Prière-guide de réconciliation avec Dieu

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche