Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2015 7 27 /12 /décembre /2015 07:07

LES VISIONS (suite de la partie 1 ici)

On peut aussi recevoir de Dieu des visions, ce qui est généralement plus rare. Il y en a de deux sortes : - Soit il s'agit d'une véritable projection ou introduction de notre âme dans un plan spirituel supérieur, où l'on voit et entend par nos sens spirituels quelque réalité ou situation divine qui nous est montrée. Là aussi c'est dans un but et pour une finalité, immédiatement révélés ou à chercher à connaître.

Mais attention aussi car les ténèbres peuvent donner des visions ! réelles mais trompeuses, convaincantes malgré le mensonge qu'elles représentent. Cela n'arrive cependant pas au commun des mortels, mais plutôt à des gens qui ont déjà assez avancés dans des recherches ésotériques, mystiques, à partir d'un cheminement d'ordre spirituel (individuel ou collectif) mal orienté, dans un relationnel occulte : Satan peut se faire "ange de lumière" à nos yeux, avertit la Bible.

- Soit, à l'inverse de ce type de visions qui s'opèrent dans une autre sphère que physique, on peut avoir une vision qui est une immersion de réalités spirituelles dans notre environnement courant. Ainsi depuis sa résurrection, Jésus continue à apparaitre à des personnes, généralement croyantes et sincères, souvent parce qu'elles méconnaissent qui est véritablement Dieu (le seul Dieu incréé éternel), et il les éclaire.

Des anges aussi, en tant que messagers serviteurs, peuvent se manifester dans notre dimension et univers physique, soit par des interventions surnaturelles qu'on remarque mais où on ne les voit pas ; soit par des manifestations visibles où ils se montrent en forme d'homme (plus ou moins ordinaire ou très impressionnant, grand comme une maison par ex).

LES CAUCHEMARS

Le cauchemar tient du songe en ce qu'il est (très) significatif, émanent d'une réalité extérieure à nous, mais différente : Ce n'est pas Dieu qui met directement quelque chose en lumière, mais c'est un esprit (démoniaque) qui manifeste par cet effet une relation plus ou moins étroite qu'il a, qu'il vient de réussir, ou qu'il cherche à établir avec nous.

Comme pour les songes, les cauchemars se situent à deux hauteurs : sur le plan de notre psychisme ou sur notre plan physique.

Ils résultent de choix et/ou de pratiques mauvaises, dangereuses parce que touchant, pour nous plus souvent inconsciemment qu'en conscience, à l'ordre spirituel (inférieur). Ils peuvent aussi être une tentation, qui joue sur une faiblesse (un penchant, un travers naturel) ou sur un moment de faiblesse, en conjugaison avec un manque de connaissance.

Par exemple on voit un visage (dans l'ordre psychique) ou on ressent la présence (dans l'ordre physique) d'une personne connue, décédée, aimée. On est tenté d'entrer en relation avec elle. Mais rien ne nous assure que l'impression provoquée soit juste : les esprits mauvais des lieux célestes ont la capacité de se donner une apparence qui n'est pas la leur, d'usurper une identité pour se donner chez nous, avec notre acceptation, un espace qui leur appartienne. D'où des contacts qui peuvent avoir des conséquences de plus en plus aliénantes, jusqu'à entraîner, en état de veille, dans une altération graves des réalités, que vous ne voyez pas venir et qui vous déconnecte de ce monde (vues de réalités dans l'ordre de l'esprit, voix entendues). Cela peut aller jusqu'à voir des figures horrifiantes, de démons, du diable, qui se présentent, nous entourent, nous malmènent de diverses façons. Pourquoi ? Parce qu'on leur a ouvert un accès d'une manière ou d'une autre, en croyant un mensonge de leur acabit, en pratiquant un rituel qui est de leur cru, alors qu'on croit qu'il s'agit de quelque chose selon Dieu...

Visités physiquement (pour les mêmes raisons), on peut soudain se sentir en proie à des mains qui nous empoignent ou cherchent à nous étouffer. Suite à des relations sexuelles iniques ou autres vues pornographiques, on peut encore se trouver en prise avec des étreintes sensuelles, touchés sexuellement voire violés et violentés (ce qui est appellé "les maris de nuit" dans certaines îles)...

Une nuit j'ai expérimenté le continuum qu'il y a entre ce qu'on peut vivre au plan psychique endormi (inconscient et cauchemar) et ce qu'il en est au plan physique et psychique conscient. Dans cette vision spirituelle cauchemardesque apparaît une présence maléfique (qui me fait sentir ou me dit qu'elle est Satan). Dur, d'acier, il se met à me quereller et m'accuse jusqu'à ce que... bien content d'échapper à la peur suscitée, je me réveille. Mais ce n'est pas fini ! Je sens nettement que l'entité mauvaise est là, dans ma chambre, invisible mais très perceptible avec les poils qui se dressent, la chair de poule, froid dans le dos, peur que je veux refuser. Au même instant mon fils de 9-10 ans se met à hurler dans la chambre à côté. Je me lève et commence à chasser l'intrus au nom de Jésus en avançant pour qu'il s'en aille. Mon fils vient dans notre chambre - et il nous dira par la suite qu'il a vu à ce moment-là la silhouette d'un homme qui reculait devant moi. Je fais donc reculer l'adversaire jusqu'à me trouver dans la salle de bains, mais je sens que je ne prends pas le dessus pour le faire partir (ce que j'ai pourtant déjà eu l'occasion de faire). Je tombe finalement à genoux devant la baignoire en demandant à Dieu son secours. En un clin d'oeil c'est fait : disparu, l'atmosphère est changée, l'état ordinaire est revenu. Je sais (intuitivement) que Dieu a envoyé un ange pour réprimer cet esprit. Mon fils est rouge de la tête aux pieds, atteint par une sorte de varicelle géante (qui va épisodiquement lui poser des problèmes pendant bien longtemps)*. Cela pour montrer que ce que nous vivons pendant notre sommeil et pendant notre conscient ordinaire n'est pas sans rapport : ce n'est qu'une question de plans de conscience (psychique et spirituel).

On ne doit bien sûr pas confondre entre un songe et un cauchemar, je veux dire quand le songe peut avoir un caractère angoissant ou parle de mort. Les deux ne proviennent pas de la même source. S'ils sont pareillement informatifs, éclairant sur notre positionnement comportemental, enseignant et donc d'une manière ou d'une autre utiles, on comprend que le songe vient par sollicitude et intention divine. Le cauchemar est quant à lui une manifestation pernicieuse (méchante ou séduisante, surtout quand elle est sexuelle), un droit obtenu, qu'on a donné à une entité occulte qui dès lors peut entrer plus précisément dans notre sphère humaine. Dit autrement aussi : un contact cauchemardesque, c'est Dieu non pas qui fait, mais qui permet, nous mettant par là au courant d'une problématique existentielle (cognitive et relationnelle) avec le monde des ténèbres. Faute de savoir réagir, on s'enfonce sans trop comprendre dans des difficultés multiples - d'autant plus dominantes qu'on ne voit pas les rapports de cause à effet. Et faute de croire et de savoir relier ces effets avec leurs causes, on peut traîner des problématiques (de plus en plus lourdes) toute son existence, et dangereusement mourir avec. Le drame est aussi qu'on peut se confier pour des aides en des personnes qui en fait ne font que compliquer notre problème, voire l'exploite (financièrement et/ou sexuellement). CONNAISSANCE ET INTERPRETATIONS

Ici comme ailleurs, pour une explication qui est la bonne, peuvent s'en trouver bien d'autres plus ou moins fantaisistes à dangereuses, allant d'un soulagement temporaire à une aggravation en passant par des transferts de maux dont l'effet illusoire marche généralement bien... pendant un certain temps – d'où l'illusion.

On trouver ici ou là dans des livres ou sur le net d'autres interprétations que celle-ci. Par exemple certains croient et disent que rêver (sans distinguer les catégories) est le moyen - notamment dans certaines situations troublantes comme tuer quelqu'un ou son enfant... - de s'affranchir de la chose, de se libérer au plan ''concret'' (conscient) de cette représentation attribuée à... l'inconscient ! (alors que cela signifie, dans cet ex., qu'on est effectivement en train de tuer quelqu'un ou son enfant, sur un plan inaperçu mais qui fait partie de la plus juste réalité.

J'affirme que ne voir là que des fantasmes, allégories aléatoires, expression de notre inconscient, c'est se tromper et passer à côté du sens : on enterre par cette mauvaise traduction de la chose rêvée, une information significative de notre existence ; on éteint une lumière explicative et/ou corrective donnée en vue de notre bien le plus général ; et donc on perd le bénéfice du moyen concret, conscient, participatif, qui pourrait être mis en oeuvre pour redresser ce qui apparaît de la sorte problématique. Si je rêve que je tombe dans un puits sans fond, si de plus ce songe se répète, il n'évacue rien par sa seule production de ce qui, en réalité en moi, a besoin d'être vu, pour être traité. Il reste en attente d'une réponse pertinente ; il reste un problème profond, souvent spirituel, à discerner pour être solutionner. On a affaire à un langage à comprendre, symbolique, significatif du réel que nous vivons, codé et décodable. En fait comme est Dieu lui-même par rapport à nous : inconnu mais connaissable.

On comprend par là qu'une personne appelée à l'aide qui n'a de foi qu'en des connaissances où Dieu n'est pas pris en compte, ne peut apporter d'aide efficace.

Bref, ce qui sort de ces diverses catégories de rêves contribue au sens (de notre réalité, de notre finalité de présence ici-bas, et/ou des tenants et aboutissants majeurs de ce monde). Pour appuyer ou illustrer cette vue de la dimension globalement onirique de notre existence, la Bible est riche et explicite concernant chaque type de manifestations, depuis les songes et visions d'Abraham qu'on trouve dans la Genèse (1er livre biblique) à celles de l'apôtre Jean qui forment l'Apocalypse (dernier livre).

_________________

* Pour information : Ne comprenant pas pourquoi cette attaque, le matin j'appelle un serviteur de Dieu et lui explique. En quelques minutes d'échange la faute spirituelle que j'ai commise la veille au soir vient à la lumière. Une faute de jeune converti qui manque d'expérience. Mis en lumière ce péché est confessé, pour que la porte ne reste pas ouverte aux desseins malveillants des ténèbres.

Prière donnée par l'Eternel-Dieu à Moïse, que nous pouvons reprendre pour nous : "Que Dieu ait pitié de nous et qu'il nous bénisse, Qu'il fasse luire sur nous sa face..."

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS : Dieu existe ! C'est ici mon cheminement depuis ce premier instant, pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il !? C'est aussi un Questions/réponses dans les domaines connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité, politique, philo, actualité... bref, un englobe-blog. Répétez ! ☺
  • Contact

Recherche