Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 août 2019 5 16 /08 /août /2019 13:25

"Gardez-vous des idoles !"
Ainsi l'apôtre Jean termine-t-il sa (1ère) lettre (chap. 5, vers. 21). Comme s'il craignait - comme si Dieu savait - que l'idolâtrie est et reste toujours pour les croyants un risque majeur.

D'où cette exhortation particulière :

Notre-Dame est tombée !
La croix demeure, débout, où regarder.

Résister
Revenir au Dieu qui donne la vie.

"Comme Moïse éleva le serpent dans le désert, il faut de même que le Fils de l'homme soit élevé, afin que quiconque croit en lui ait la vie éternelle." Jean chap. 3.
Origine de cette image (1400 ans plus tôt) :
"Le peuple s'impatienta en route, et parla contre Dieu et contre Moïse : Pourquoi
nous avez-vous fait monter hors d'Égypte, pour que nous mourions dans le désert ? car il n'y a point de pain, et il n'y a point d'eau, et notre âme est dégoûtée de cette misérable nourriture. Alors l'Éternel envoya contre le peuple des serpents brûlants ; ils mordirent lepeuple, et il mourut beaucoup de gens en Israël. Le peuple vint à Moïse, et dit : Nous avons péché, car nous avons parlé contre l'Éternel et contre toi. Prie l'Éternel, afin qu'il éloigne de nous ces serpents. Moïse pria pour le peuple. L'Éternel dit à Moïse : Fais-toi un serpent brûlant, et place-le sur une perche ; quiconque aura été mordu, et le regardera, conservera la vie. Moïse fit un serpent d'airain, et le plaça sur une perche ; et quiconque avait étémordu par un serpent, et regardait le serpent d'airain, conservait la vie." (livre des Nombres ch. 21).

Sur la croix, crucifié, réduit au rang de malfaiteur - de pécheur -, Jésus ressemble à ce qu'est le péché : "Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation... : Soyez réconciliés avec Dieu ! Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu." (2Corinthiens 5).

Dieu le Père a fait de Jésus le mal incarné, péché absolu afin que nous devenions juste pour revenir à Dieu.
> devenir (grec ginomai) : venir dans l'existence, commencer à être. Revenir au passé, arriver pour des événements, provenir de, apparaître dans l'histoire d'un homme apparaissant en public, être fait, terminé.

> afin que (grec hina) : pour, dans le but, pour un objectif, une raison, une finalité, en vue de...

"La lumière (Jésus, Parole de Dieu faite chair) est venue chez les siens, et les siens ne l'ont point reçue. Mais à tous ceux qui l'ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir (ginomai) enfants de Dieu, lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu."(Jean ch. 1)

> pouvoir (exousia) : pouvoir de choisir, liberté de faire ce qui plaît, capacité ou force dont chacun dispose, qu'il possède ou exerce, pouvoir des décisions judiciaires.

RECEVEZ donc, lecteur, lectrice, attirés là par l'action rédemptrice de l'Esprit-Saint, la liberté, le pouvoir de venir à l'existence comme enfant de Dieu. D'enfant de ce monde de ténèbre, né-e de la volonté humaine ou des ardeurs de la chair, naissez maintenant en croyant, en regardant Jésus donnant sa vie pour vous sur cette croix de tous les supplices.
Naissez à une autre vie, par la vie éternelle de
Dieu.

"Jésus répondit (à Nicodème, chef religieux croyant mais encore mort dans ses offenses): En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. Nicodème lui dit : Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Peut-il rentrer dans le sein de sa mère et naître ? Jésus répondit: En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d'eau et d'Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l'Esprit est Esprit. Ne t'étonne pas que je t'aie dit : Il faut que vous naissiez de nouveau. Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit ; mais tu ne sais d'où il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né de l'Esprit (sous-entendu il se met à être conduit par l'Esprit de Dieu). Nicodème lui dit : Comment cela peut-il se faire ?" (Jean ch. 3)

> "Pierre leur dit : Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ, pour signe du pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint-Esprit (qui est la vie éternelle). Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera. Et, par plusieurs autres paroles, il les conjurait et les exhortait, disant : Sauvez-vous de cette génération perverse." (Actes des apôtres ch. 2)
> se repentir (metanoeo) : changer son esprit (pour mieux), changer d'avis, de voie, de direction, regretter, s'amender (modification en vue d'amélioration) de bon cœur avec une aversion extrême pour ses péchés (fautes, offenses, tout mal) passés.

Tels sont le moyen et l'offre de salut gratuit de Dieu.
Qui a payé le prix ? C'est Jésus, par sa mort.
"Car le salaire du péché, c'est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur." (Romains ch. 6).

Prophétie d’Ésaïe ch. 52 et 53, dans l'Ancien Testament (le Tanakh des juifs), prononcée 700 ans avant la crucifixion de Jésus :
"Voici, mon serviteur prospérera ; Il montera, il s'élèvera, il s'élèvera bien haut. De même qu'il a été pour plusieurs un sujet d'effroi, -Tant son visage était défiguré, Tant son aspect différait de celui des fils de l'homme, - De même il sera pour beaucoup de peuples un sujet de joie ; Devant lui des rois fermeront la bouche ; Car ils verront ce qui ne leur avait point été raconté, Ils apprendront ce qu'ils n'avaient point entendu.

Qui a cru à ce qui nous était annoncé ? Qui a reconnu le bras de l'Éternel ?2 Il s'est élevé devant lui comme une faible plante, Comme un rejeton qui sort d'une terre desséchée ; Il n'avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, Et son aspect n'avait rien pour nous plaire.3 Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance, Semblable à celui dont on détourne le visage, Nous l'avons dédaigné, nous n'avons fait de lui aucun cas.4 Cependant, ce sont nos souffrances qu'il a portées, C'est de nos douleurs qu'il s'est chargé ; Et nous l'avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié.5 Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités ; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris.6 Nous étions tous errants comme des brebis, Chacun suivait sa propre voie ; Et l'Éternel a fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous.7 Il a été maltraité et opprimé, Et il n'a point ouvert la bouche, Semblable à un agneau qu'on mène à la boucherie, A une brebis muette devant ceux qui la tondent ; Il n'a point ouvert la bouche.8 Il a été enlevé par l'angoisse et le châtiment ; Et parmi ceux de sa génération, qui a cru Qu'il était retranché de la terre des vivants Et frappé pour les péchés de mon peuple ?9 On a mis son sépulcre parmi les méchants, Son tombeau avec le riche, Quoiqu'il n'eût point commis de violence Et qu'il n'y eût point de fraude dans sa bouche.10 Il a plu à l'Éternel de le briser par la souffrance... Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, Il verra une postérité et prolongera ses jours ; Et l'oeuvre de l'Éternel prospérera entre ses mains.11 A cause du travail de son âme, il rassasiera ses regards ; Par sa connaissance mon serviteur juste justifiera beaucoup d'hommes, Et il se chargera de leurs iniquités.12 C'est pourquoi je lui donnerai sa part avec les grands ; Il partagera le butin avec les puissants, Parce qu'il s'est livré lui-même à la mort, Et qu'il a été mis au nombre des malfaiteurs, Parce qu'il a porté les péchés de beaucoup d'hommes, Et qu'il a intercédé pour les coupables."

 

Qui intercède pour nous ? Jésus !
N'est-il pas suffisant ? Pas assez fort ou compatissant ? Pas assez aimé du Père ?
La Bible ne nous parle de personne d'autre qui, dans et du haut du Royaume céleste de Dieu, prie pour nous. C'est ainsi !

Jésus a dit : "Maintenant a lieu le jugement de ce monde ; maintenant le prince de ce monde sera jeté dehors.Et moi, quand j'aurai été élevé de la terre, j'attirerai tous les hommes à moi.." (Jean ch. 12). N'en est-il pas capable ?...


Cessez donc l'idolâtrie ! Ne laissez rien d'autre se mettre entre le Dieu Père et vous, que Jésus. Tout le reste est idolâtrie qui ferme le ciel ! Qui attire les démons et pose un jugement pesant, une condamnation sur quiconque se comporte ainsi.

 

"Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus Christ homme,6 qui s'est donné lui-même en rançon pour tous." (1Timothée ch. 2).

 

Dieu est-il menteur ? La Parole de Dieu ment-elle ? La Bible est-elle mensongère, moins vraie que les dires de quelqu'homme (ou femme) que ce soit ? Peut-on en contredire ses versets et son sens, et prétendre être (encore) dans la vérité ?Jésus ment-il ?
"Thomas dit à Jésus : Seigneur, nous ne savons où tu vas ; comment pouvons-nous en savoir le chemin ?6 Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi."
LE chemin - QUE par moi.


Alors abandonnez vos idoles, votre idole ! tout ce que vous pouvez mettre entre Dieu et vous. La Bible affirme que Satan lui-même peut se déguiser en ange de lumière (2Corinthiens 11.14). Il peut se présenter comme ce qu'il n'est pas, défunt masculin ou féminin, Napoléon ou Vierge Marie, pour lui pas de problème !


"Lorsque tu seras entré dans le pays que l'Éternel, ton Dieu, te donne, tu n'apprendras point à imiter les abominations de ces nations-là.10 Qu'on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu, personne qui exerce le métier de devin, d'astrologue, d'augure, de magicien,11 d'enchanteur, personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure, personne qui interroge les morts.12 Car quiconque fait ces choses est en abomination à l'Éternel ; et c'est à cause de ces abominations que l'Éternel, ton Dieu, va chasser ces nations devant toi.13 Tu seras entièrement à l'Éternel, ton Dieu.14 Car ces nations que tu chasseras écoutent les astrologues et les devins ; mais à toi, l'Éternel, ton Dieu, ne le permet pas." (Deutéronome ch. 18)

 

"Celui qui vaincra héritera ces choses (le Paradis qui vient) ; je serai son Dieu, et il sera mon fils.8 Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l'étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort." (Apocalypse ch. 21)

 

"Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.17 Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.18 Celui qui croit en lui n'est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.19 Et ce jugement c'est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises.20 Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient dévoilées ;21 mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses oeuvres soient manifestées, parce qu'elles sont en accord avec Dieu." (Jean ch. 3)

 

Alors CROYEZ EN DIEU ET CROYEZ EN JÉSUS, et (RE)VIVEZ !

 

"Jésus leva les yeux au ciel, et dit : Père, l'heure est venue ! Glorifie ton Fils, afin que ton Fils te glorifie,2 selon que tu lui as donné pouvoir sur toute chair, afin qu'il accorde la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés.3 Or, la vie éternelle, c'est qu'ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ." Jean ch. 17

 

"Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu.9 Ce n'est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie.10 Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d'avance, afin que nous les pratiquions." (Éphésiens ch. 2)

 

Comprenez catholiques, réformés et incrédules que Dieu aime - comme vous ne le soupçonnez pas -, que Dieu attire - par d'invisibles cordages d'amour -, païens, paillards, athées, agnostiques, incrédules, religieux, idolâtres de toutes sortes, membres à naître et éclopés du Corps spirituel du Seigneur Jésus  !
Il veut vous séparer du péché, du mal - qu'il abhorre. Potentialité absolue à saisir par notre foi.

Fuyez l'idolâtrie qui emmielle votre foi ! Fuyez les faux dieux de ce monde en perdition ! Cessez de vous donner des protections qui vous attirent des problèmes ! Cessez de vous donner des béquilles qui ne vous aideront jamais à marcher de manière spirituelle, de manière à plaire à Dieu, de manière à être sauvé des tourments psychiques de l'après-mort loin de Dieu l
Veillez à ne rien élever au-dessus de vous, à tort à un rang injuste entre Dieu et nous.

Invitez Jésus à régner comme Christ (envoyé et Seigneur) en vous.
Il est mort et ressuscité et glorifié et il intercède pour vous en ce sens et en ce moment.
Que sa bénédiction franchisse les mauvaises murailles qui nous/vous trompent et nous/vous accaparent, afin que nous connaissions ensemble Dieu comme il veut que nous le connaissions - "en esprit et en vérité".

Guide de prière pour se réconcilier avec lui.

 

Partager cet article

Repost0
29 décembre 2017 5 29 /12 /décembre /2017 09:41

A que voilà des paroles d'une force incroyable !
Mais que signifient-elles !?

En français, il y a plusieurs mots qui permettent de parler d'amour : l'amour-éros ou sexuel ; mais aussi l'amour-compassion (qui parle de souffrir avec...) ; l'amour miséricorde (une corde - de Dieu, affective - lancée à la misère pour en secourir) ; l'amour-filéo (affection fraternelle, amitié par affinité) ; l'amour-agapé qui est l'amour de Dieu (l'amour qu'il est en lui-même de la même manière qu'est la lumière blanche, en laquelle se trouvent toutes les couleurs). Et il y a encore des séductions qui ne sont pas de l'amour mais y ressemblent, des imitations comme Satan et certains de ses démons savent les produire...

ET quand Johnny devient "forçat de l'amour", de quel amour s'agit-il ? Explicitement de l'amour physique, en vue du plaisir charnel qui peut en résulter, possiblement indépendant de l'amour qui est le véritable amour entre un homme et une femme (à la fois filéo et agapé), celui qui n'a même pas besoin de mettre les corps en mouvement ni pour être, ni pour brûler ni pour s'entretenir.*

C'est qu'il est des amours dont le feu est destructeur, de l'âme ou du corps indifféremment, et bien sûr de la spiritualité. Comme il en est qui sont semblables au feu qui brûlait devant Moïse dans un buisson sans le consumer.

Quand même le meilleur de l'amour se mêle de convoitise, d'envie charnelle qu'on ne maîtrise pas, de désirs impudiques, s'en est fait de l'amour ! Apparaît une emprise qui va croissant, d'autant on se soumet à des tentations, à toutes les occasions et séductions, jusqu'à nous posséder. On devient ainsi addict au sexe, comme à l'alcool, à la drogue, à l'argent ou à la nourriture...
C'est-à-dire que de certains comportements humains dont Dieu nous met en garde, on va tomber sous une double domination, d'une part de nous-même dont le corps après l'âme se dérègle (phénomène de somatisation) ; et d' autre part d'un démon (minimum) qui, nous voyant ainsi amorcé, peut entrer dans le jeu de nos ébats (comme de nos beuveries ou prises de stup', actes de cupidité ou boulimique...).

Il y a une frontière entre l'humain et le démoniaque, qui est "matérialisée" par notre conscience morale et des lois de société, par des préceptes d'une religion quand on en a une, aussi par des situations ou circonstances défavorables (qu'on doit apprendre à discerner comme étant significatives), et même des songes.
Frontière dont le passage un peu répété ouvre en nous la porte à une présence démoniaque, d'abord sous forme de convoitise excessive, pressante et exacerbée au point qu'on y pense sans pouvoir le contrôler, voire tout le temps. Oppression donc, compulsion et dépendance avec toutes les souffrances de l'obsession, du manque créé artificieusement, de la frustration..., jusqu'à une possible possession où l'on ne s'appartient plus. Quand on arrive à dire "C'est plus fort que moi ! C'a été plus fort que moi !". D'où des comportements que dominent la violence, l'insolence, des abus, l'irrespect le plus absolu, jusqu'au viol ou meurtre comme l'actualité nous donne parfois de voir.
...Ce qui peut également se produire dans le cadre du mariage, ce qui fait dire à la Bible cette exhortation interpellative : "Que le lit conjugal soit exempt de toutes souillures." Est-ce que Dieu est voyeur et despote jusqu'à ne pouvoir s'empêcher d'instruire de telles dispositions concernant nos intimités, ou parle-t-il ainsi pour notre bien ?... sachant mieux que nous que les anges déchus, démons séducteurs autant que méchants, plongent leur regard dans nos vies jusqu'à vouloir et pouvoir les posséder pour en jouir selon leurs lubies, leurs dérèglements, leurs perversités, leur rage et haine du bonheur du genre humain. 
Ainsi si Satan peut dénaturer l'amour et les beautés qui y sont liées, il réussit à nous asservir à ses propres vices, et donne au monde l'image de la bassesse humain qui cherche à nous faire conclure, à partir de là, qu'il ne peut y avoir un Dieu.

Ainsi dès lors qu'on suit de moins en moins le comportement individuel et/ou sociétal que la Bible présente comme le bien, ce qui est bon, on donne de plus en plus accès à des esprits méchants et trompeurs qui, de leur sphère céleste sombre coincé entre le ciel divin et notre ciel atmosphérique, peuvent descendre jusqu'à nous, parmi nous, et quand c'est possible jusqu'en nous (possession).
C'est seulement avec ce regard sur le Réel qu'on peut comprendre ce qui arrive de plus en plus parmi nous, qu'il s'agisse des drames terroristes, de l'amour de l'argent, des addictions à des produits ou d'abus sexuels.

Il est ainsi des libertés qu'on se donne dont l'issue n'est pas plus de libertés encore, mais un enfermement, un esclavage, - des conditions de forçat -, souvent accompagné de solitude qui grandit...
En ce sens, dans les libertés prises, le sexe tue l'amour véritable bien plus qu'il ne le sert. Le beau, précieux, fragile, exclusif et intime cadeau de Dieu perd de ses attraits (par impuissance, déception, frustration, asynchronicité, mépris, dégoût, nausée, haine...) quand il est foulé aux pieds, abordé dans la boue des péchés... Il n'est pas difficile dès lors de comprendre que l'amour véritable  n'a rien à voir avec ces mélanges et ce gâchis. Et là aussi on peut dire que "rien n'est pire que la corruption du meilleur."

Vouloir mourir d'amour enchaîné, est donc une folie, parmi d'autres auxquelles nous adhérons sans discernement, inconscient de ce qu'est la  vie réelle, ses forces les plus fortes, ses tenants et aboutissants... dont la souffrance, la maladie, les accidents et autres ruptures toujours douloureuses, la mort étant l'ultime.

¤ 

Ce qu'on ne nous apprend pas, c'est que l'amour, s'il est du domaine du sentiment, de l'affect, du cœur, est aussi une réalité qui se vit par la volonté... Le pasteur noir Martin Luther a écrit un livre qui s'appelle "La force d'aimer". Il sait de quoi il parlait ! Et on devrait savoir de quoi on parle, quand on parle d'amour, d'aimer. Pour le défendre comme il y a des plantes à protéger de prédateurs, ou encore pour l'entretenir et le soigner intérieurement comme avec les plantes prises par une maladie.

Que de paroles, d'injustices (dont l'infidélité, les mensonges), de comportements qui sabordent un couple pourtant uni, parfois avec des enfants ! Quelqu'un qu'on voudrait aimer, mais qui le rend impossible parce qu'il est ou fait ce qui est trop injuste. Quelqu'un qui a voulu nous aimer mais a dû abandonner à cause de notre fichu caractère ou de telle lubie !...

à suivre, demain...

____________________
* L'amour physique étant avec cet amour-là, dans un couple, cadeau particulier de Dieu. Mais cet amour n'est pas forcément celui dont parlait Platon (l'amour platonique), qui est plutôt l'amour filéo qui donne la véritable amitié, indépendamment du genre des personnes.

Partager cet article

Repost0
16 juin 2017 5 16 /06 /juin /2017 07:03


 

- 21 mai 2017 : France, Trivy (Saône-et-Loire), un agriculteur de 37 ans tué par des gendarmes sur lesquels il fonçait. il n'était plus en phase avec les réglementations vétérinaires et sanitaires.

300 suicides d’agriculteurs (contre la moitié il y a cinq ans) ont endeuillé la France en 2016 !

- Jean-Pierre Le Guelvout, ancien candidat de l'émission d'M6, "L'amour est dans le pré", s'est donné la mort le 15 décembre dernier.

Le suicide est un acte contre la vie. Se suicider n'est pas naturel : c'est une conséquence de la combinaison de divers éléments-causes qu'il serait bon que l'on recherche avec sérieux et honnêteté, dans le désir de parvenir au maximum de vérités.
Pour cela il nous faut partir d'une vue spiritualiste du Réel. Car tant qu'on part de la croyance qu'il n'y a pas de Dieu ni de démons - réels et actifs -, on ne peut pas trouver les parades nécessaires contre le mal sous toutes ses formes.
Sans Dieu dans la riposte, on peut multiplier les "cellules psychologiques de crise", mais pas faire chuter (sensiblement) le mal. Car c'est aux racines qu'il faut travailler, et les racines sont ancrées dans la morale et le monde spirituel.

LES CAUSES DU MAL
Mieux que la psychologie qui accompagne les difficultés plus qu'elle ne se développe dans la prévention par la connaissance partagée de l'être humain*, la vue chrétienne permet d'aborder sans complexe quelles peuvent être les causes à l'origine d'une problématique comme celle-ci. Non (seulement) pour gérer après coup, mais pour prévenir avant que les causes n'aient produit de nouveaux effets funestes.

1 - notre péché, nos fautes - par transgression des lois de notre religion ou de notre propre conscience !
Nos fautes morales, nos pratiques dans le domaine de l'occulte, nos pensées faibles ou fausses, nos actions ou réactions injustes, nos mauvais choix... Les causes ne manquent pas pour nous rendre possiblement responsable de ce qui nous arrive.
Mieux donc nous savons et voyons ce que c'est que Pécher, mieux on s'en gardera, et en cas de chute, on pourra en obtenir très vite le pardon, afin de reprendre le chemin étroit mais sécurisé qu'encadrent notre droiture (honnêteté, sincérité) et l'humilité (qui nous garde des excès qui naissent de l'orgueil, de l'envie, de la présomption).
Sur ce plan, qui est toujours le premier à considérer, la grâce de Dieu est toujours disponible pour qui connaît Jésus comme son Sauveur personnel :
"Ne savez-vous pas qu'en vous livrant à quelqu'un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l'obéissance qui conduit à la justice ?17 Mais grâces soient rendues à Dieu de ce que, après avoir été esclaves du péché, vous avez obéi de coeur à la règle de doctrine dans laquelle vous avez été instruits."

"Car le salaire du péché, c'est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur."**

2 - Fautes et pressions environnementales.
Malheureusement, bien des injustices commises par d'autres que nous, peuvent, de plus, avoir un impact négatif ou dangereux sur nous.
- Dans le cas des agriculteurs, on sait que la question de normes à respecter, qui changent que trop souvent, de contraintes - justifiées ou absurdes -, de paperasserie administrative n'est pas des moindres ! Des lois peuvent être mortifères - qu'il s'agisse de provoquer la fermeture de l'entreprise ou la mort de l'exploitant...

- Outre ce mauvais sentiment personnel qu'est l'envie ou convoitise, l'exploitant peut aussi être soumis à des tentations : de mieux s'équiper pour un meilleur rendement - de voir plus grand - d'acheter sans apport avec taux préférentiel...
Dans ce domaine, on sait que des commerciaux formés à des pratiques de (force de) ventes deviennent peu scrupuleux... Le mal trouve donc là une autre source de son développement, dans un enseignement, une éducation socio-économique et culturelle aux anti-valeurs exacerbées...

3 - Dans le cas de ceux pour qui l'amour n'est pas dans le pré, mais plutôt les surcharges de travail, le burnout, l'endettement, la solitude..., on peut penser que la fameuse émission met en scène des rencontres d'un type idyllique qui peuvent s'ajouter aux difficultés déjà présentes. Exposer ainsi des formes de bonheur, réelles ou factices, est certainement là pour plusieurs moins pour les faire rêver un moment et supporter leur condition difficile que pour enfoncer un peu plus le pieu par la comparaison ainsi offerte...

4 - Enfin bien sûr, pour en arriver au suicide ou à péter les plombs d'une autre manière, il peut aussi y avoir une action surajoutée de quelque esprit maléfique qui susurre à l'oreille malheureuse que la meilleure façon de mettre la clé sous la porte c'est de se pendre ou se tirer un coup de fusil dans la bouche... Au moins y aura pas à se retrouver à pointer au chômage et chercher une formation qui n'offrira jamais les avantages qu'on avait !

Et c'est vrai que la vie en pleine campagne présente des avantages, une liberté possible... que la mauvaise gestion de son temps, c'est-à-dire de sa vie, de ses choix, de ses priorités, des tentations, enserre et fait disparaître.
Au sujet de la liberté, la Bible est claire, concernant les agriculteurs comme n'importe qui d'entre nous : "Jésus dit à ceux qui avaient cru en lui : Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ;32 vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira.33 Ils (les juifs d'alors) lui répondirent : Nous sommes la postérité d'Abraham, et nous ne fûmes jamais esclaves de personne ; comment dis-tu : Vous deviendrez libres ?34 En vérité, en vérité, je vous le dis, leur répliqua Jésus, quiconque se livre au péché est esclave du péché.35 Or, l'esclave ne demeure pas toujours dans la maison ; le fils y demeure toujours.36 Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres.".

Le drame des suicides et des libertés qu'on perd les uns et les autres, c'est que, même si on se dit chrétien-ne - et il y en a parmi les agriculteurs -, on dépend davantage de la connaissance de traditions que de l'Écriture évangélique originale. C'est-à-dire que la parole de Dieu qui a la puissance en elle-même (comme une graine a la puissance pour la plante) de nous faire vivre et rendre libre, est entravée ou stoppée. Qui dit par exemple :
"Quand je fermerai le ciel et qu'il n'y aura point de pluie, quand j'ordonnerai aux sauterelles de consumer le pays, quand j'enverrai la peste parmi mon peuple (à cause de nos péchés) ;14 si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s'humilie, prie, et cherche ma face, et s'il se détourne de ses mauvaises voies, -je l'exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son pays."

Voilà le genre de promesses que Dieu nous fait, et qu'il accomplit
1- si nous le savons,
et 2-  si par la foi nous l'invoquons - de la bonne manière -,
pour lui permettre de répondre.

Avez-vous cette foi, qui non seulement porte à croire en Dieu, mais encore qui croit Dieu... sur parole ?

Bonne journée et réflexion et approche de Dieu.

article en lien : Bénédictions et malédictions

________________
* Le problème qui fait la limite majeure de la psychologie, c'est qu'à part quelques psy chrétien-nes, l'être humain n'est pas vu comme premier porteur et source du mal qui lui arrive. Les notions de responsabilité personnelle et de culpabilité sont escamotées, notamment bien sûr parce que Dieu seul peut libérer véritablement par le pardon de nos fautes...

** Si vous n'en êtes pas là mais voulez y arriver, voici une prière (par clic) qui vous guidera dans votre démarche de paix et relation effectives avec Dieu.

Partager cet article

Repost0
6 juin 2017 2 06 /06 /juin /2017 14:09

 

Même si le mal est dans le coeur de l'autre ton semblable,
ce n'est pas à toi à l'en déloger
...sauf par l'amour
ET
le combat spirituel - qui doit d'abord se passer dans ton propre coeur.

 

Articles précédents (notamment explicatifs) ici en vert cliquable > -1- et -2- - Listes précédentes liées.

Je ne fais état ici que d'événements ponctuels médiatisés (tels qu'ils peuvent communément nous parvenir des quatre coins de la planète)...

La Bible dit que "le monde entier est assujetti à la puissance du poneros* - du mal ou Malin." Globalement, tout ce qui touche pour notre part à la corruption (de soi-même et/ou en position d'autorité), abus de pouvoirs, égoïsme, manipulations, exploitations (notamment des personnes) par cupidité, violences, méchancetés, perversités (commerciales, sexuelles, idéologiques, religieuses), orgueil, mégalomanie, passions (dépendances ou tromperies), occultisme, état dépressif, liens générationnels...

En journalisme, on parle de "mort kilométrique" ! Ce qui fait que l'impact de l'information de la mort sur notre conscience suit un ratio entre le nombre de morts et la distance à laquelle l'événement se produit par rapport à nous. Et bien sûr les médias tiennent compte de ce processus psychologique - sans que ce soit le seul - pour livrer leurs infos. 

31 mai 2017 : Kaboul (Afghanistan) : Dans le quartier super sécurisé des ambassades, un camion citerne bourré d'explosifs (1,5 tonne estimé) peut franchir plusieurs barrages avant de faire 90 morts et plus de 450 blessés.

En fait, c'est la guerre en Afghanistan, et la guerre est une activité qui peut être initiée par des hommes dont les mauvais penchants ont été nourris au lieu de contrés, sur la base d'intérêts (ou pseudo-intérêts) ou de causes qu'ils font leur.
Et dans ce "jeu" des ego qui s'égarent, les démons trouvent aussi des terrains de "jeu" - un jeu qui rejoint celui des hommes, mais avec des buts qui ne se recoupent pas du tout sur l'essentiel : Hommes et esprits ou anges rebelles sont foncièrement ennemis.

1er juin : Attentat aux Philippines, dans le casino d'un complexe hôtelier de la banlieue de Manille. Au moins 38 personnes sont mortes par la fumée et le feu mis aux tapis de jeu. Plus de 70 blessés.
"Nous demandons vos prières en ces temps difficiles", a écrit la direction de l'hôtel sur Twitter. Certes, mais convertissez-vous et changez de vie, répond Dieu en pareille circonstance... à tous ceux qui sont en contact avec l'événement ou en sont informés. On ne peut vivre selon les passions de notre chair ou des addictions démoniaques et compter que Dieu arrêtent les jugements quand ils tombent ! Certes il est le consolateur, mais surtout il veut être le directeur (le coach) de nos destinées que nous exposons - dans l'inconscience, l'ignorance, les passions débridées (par l'argent et/ou l'alcool) - aux souffrances et à la mort en rapport de ce que nous vivons loin de lui et de ses préceptes de vie.

Parallèlement à cet attentat, c'est une véritable guerre comme les démons en raffolent, qui se poursuit dans ce pays - et d'autres comme on le sait - entre un pouvoir et des rebelles, des affrontements qui en réalité sont largement des guerres (dites) de religion, animées et alimentées par des esprits religieux et/ou mécréants. 

3 juin : Panique monstre sr une place de Turin en Italie :  + de 1 500 blessés. On ne sait pas ce qu'a été le point de départ... si ce n'est que la peur a agi, le sentiment d'insécurité que les divers attentats et le lâcher de démons sur l'Europe a pu déclencher, même à partir de rien (un pétard ou un cri).
Un accident-symptôme qui montre que la planète est infectée par toujours plus de forces mauvaises, capables de produire des réactions... mauvaises elles aussi. La vérité c'est que la force psychique qu'on veut se donner en réaction au mal subi (comme on entend ici et là), ne peut en fait supporter la réalité occulte qui nous confronte et veut créer en nous un conditionnement de moutons qui acceptent de se laisser parquer sous une même houlette (autorité)...

3 juin : Nouvel attentat à Londres*** : 10 morts (7 + les 3 assaillants), 48 blessés. Ce qui m'interroge c'est qu'il s'agit d'une seconde attaque sur un pont, comme il y a trois mois. Voyant cela devant Dieu, j'ai la pensée de l'intelligence machiavélique qui préside à ce choix : sur un pont il n'y a pas de maisons où se cacher ! Ici que des rambardes ou parapets qui empêchent de fuir, sinon de sauter dans la Tamise et peut-être s'y noyer...

C'est aussi qu'on s'est tellement glorifiés de la solidarité des habitants qui ouvraient leurs maisons... que ce n'est pas tombé que dans de bonnes oreilles ! Et on est là au coeur du problème de fond de la condition du moyen-occidental (européen) :
1/ Ayant globalement perdu le sentiment de Dieu, on n'a plus la moindre image du mal en ce qui nous concerne.

2/ Il en résulte que ce ne sont que des victimes dites innocentes - on est tous des innocents !? - qui sont frappées aveuglément par des méchants haineux. Le mal n'est plus vu que d'un côté.

3/ Donc il n'est pas question de s'humilier de ce qu'on est atteint.  De ce que, quelque part, on est certainement coupable de quelque chose de mal qu'on a commis ou qu'on vit.

4/ Donc pas de repentance, pas de moyen pour l'Esprit de Dieu de nous éclairer - ceux qui restent - pour que nous puissions réagir de manière à faire s'arrêter le mal qui vient nous toucher. Pas de repentance globale, de la part des gouvernements. Mais peut-être des repentances individuelles - qui ont la vertu de ramener qui a fauté sous la couverture du Dieu véritable. C'est la raison pour laquelle Dieu permet que le mal sévisse, surtout en forme de jugement.

5/ De quel Dieu parlent les uns et les autres ? Est-il celui qui commandite ces scènes d'horreur et de terreur ? Existe-t-il seulement un Dieu ?... Un des aspects de l'horreur ou de la sidération, c'est qu'on soit si ignorant et inconséquent sur ce point central de ce qui constitue le Réel dans sa plus grande globalité : Y a-t-il un Dieu créateur, OUI ou NON !?

Quand donc l'Ecole d'une nation
- ne se donne plus la responsabilité de parler de Dieu (alors même que ce qu'elle est ne s'est construit que sur ce fondement !),
- ni ne cherche en quoi on peut SAVOIR à son sujet et expérimenter sa réalité vivante et agissante en revenant à lui,
à quel dieu peut-on se retrouver confrontés, sans chance de réussir contre lui, sinon à Satan et tels ou tels corps de ses armées célestes sévissant parmi nous ? La réalité que nos yeux voient, que nos oreilles entendent, n'est rien d'autre !

6 juin : à Paris, sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame, agression au marteau de 3 policiers : un est blessé ainsi que l'assaillant en riposte.

7 juin : en Iran, à Téhéran, 2 attentats coordonnés ont fait 13 morts et 46 blessés sans compter les terroristes tués.
Politique et religion s'entrecroisent, s'emmêlent.

Les démons-maîtres de Satan vont de plus en plus jouer leur va-tout selon leur volonté individuelle de conquête planétaire. Selon le synopsis biblique lu dans sa phase apocalyptique, suivra, après et avant des événements autrement plus terribles et terrifiants, un temps d'entente et de coalition démoniaque dans leur ciel, ce qui produira une plage de paix inhabituelle sur terre (de 3 ans et demi)...
"Faute de connaissance, dit l'Eternel-Dieu, mon peuple meurt". Sans ce regard spirituel sur le Réel et les événements importants qui nous affectent, nous ne sommes capables que de nous entre-tuer.

Dès lors qu'on ne sait pas ou voulons pas savoir, on se trompe d'ennemi. Comment alors empêcher des jeunes (désoeuvrés et pleins de vie, rendus assez intelligents pour disposer d'autonomie) de trouver dans la révolte un moyen d'exister - d'autant plus facile que la révolte est une expression tout à fait naturelle de l'homme pécheur que nous sommes tous ?

Comment les empêcher de s'unir corps et âme à Satan ou autres esprits maléfiques oeuvrant incognito via des intermédiaires humains qui ne savent pas eux-mêmes à qui ils se soumettent en se faisant leader ou instrument de mouvements assassins ?

Comment tourner les (jeunes) générations vers le Dieu vivant et vrai pour qu'ils trouvent le manque naturel et surnaturel qui est le nôtre : de son Esprit, de sa lumière (de sa paix, etc...). Jésus n'a-t-il pas dit "Je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie." ?
Les témoignages** manquent-ils que le Dieu de la Rédemption existe et peut transformer des existences, faire passer des personnes de toutes origines de la domination du mal dans le camp du bien... et non le contraire ?

 

Pour comprendre ce qui se vit sous nos yeux, on peut prendre une image : on en est à voir le méchant seulement chez l'homme qui gifle sa femme parce qu'elle l'a trompée, ou son enfant qui a encore volé dans un magasin, sans mettre en cause... la cause ! Sans même penser qu'il puisse y en avoir une. Parce que le mal vu, terminal, est mal, on ne cherche pas ce qui peut en avoir été le déclencheur, qui est mal également - même si ce n'est pas du tout le même.

Il n'est pas question d'excuser, de justifier un attentat, il est question de se dire qu'il y a des causes, réelles, et que ne pas vouloir savoir, c'est rester coupable et exposé à une poursuite de représailles. Dire que l'amour suffit à désarmer l'ennemi démoniaque, ne peut que l'irriter et faire chercher plus encore comment "calmer notre joie" que ne justifie aucune justice. 


C'est ainsi qu'on est devant les terroristes sans autre alternative que
- l'impuissance pour les juguler, voire - ce qui serait le mieux - pour les convertir au Dieu véritable*,
- ou les abattre comme des chiens quand ils sont passés à l'action. Ce n'est pas dans cette sorte de loi du talion ou vendetta nouvelle formule qu'on trouve la parade au mal qui fait souffrir et aux démons qui restent les maîtres du jeu... tant que Dieu - le vrai - ne nous secourt pas - ce qui requiert notre bonne attitude.
"Dis-leur : je suis vivant ! dit le Seigneur, l'Éternel, ce que je désire, ce n'est pas que le méchant meure, c'est qu'il change de conduite et qu'il vive. Revenez, revenez de votre mauvaise voie ; et pourquoi mourriez-vous, maison d'Israël ?"

 

Qu'est-ce qu'un méchant selon Dieu ?
Toute personne suffisamment consciente - à partir de 12-13 ans déjà - qui désobéit
- aux règles connues de sa religion et/ou qui l'abandonne,
- ou aux manifestations intérieures de sa conscience, en faisant - à l'encontre de ce qu'elle nous fait sentir comme étant mal.
Et "la résistance (ou persévérance dans l'abandon de Dieu) des stupides les tue, et la sécurité (tranquillité, aise, prospérité) les perd. "

Qui peut dire que Dieu n'avertit pas ? Ne parle pas !? Qui ferait une vraie enquête pour savoir, parmi des victimes, si plusieurs ou toutes n'ont pas été averties d'une manière ou d'une autre qu'elles n'avaient pas à se trouver où le mal a frappé en manière de jugement ? Voilà de l'investigation intelligente, utile !...
Avant mon accident grave, j'ai été averti ! Avec mon épouse, notre conscience à tous deux a été alertée qu'il fallait changer quelque chose à notre existence - alors même que nous étions à cette époque sans foi qu'il y ait un Dieu.
Mais aussi c'est que nous l'avions abandonné, à l'adolescence, chacun de notre côté (comme beaucoup), selon le train impie de ce monde... Certes nous n'avions eu qu'un peu de religion, mais ç'aurait été à nous de creuser, à vouloir vraiment savoir s'il y a un Dieu ou pas !... En cela, Dieu nous considère comme des personnes ayant une vraie responsabilité quant à nos existences et ce qui les atteindre - en bénédictions et/ou en malédictions.

Dans le prochain article en rapport avec les activités démoniaques et notre implication, on verra la question de : LES JUGEMENTS QUI NOUS ATTEIGNENT SONT-ILS JUSTES OU NON !?
Cet article sera aussi suivi d'un sur Bénédictions et malédictions.

Pour l'heure, soyez béni-e dans la victoire de Dieu et des hommes**** contre le Satan et ses hordes.

_______________
* grec poneros, signifiant :
1- rempli de contrariétés, privations
   - pressé et harassé par le labeur
   - apportant des difficultés et périls: d'un temps plein de péril pour la foi chrétienne et la constance; causant peine et difficultés.
2- mauvais, d'une nature ou condition mauvaise
   - dans un sens physique: morbide ou aveugle
   - dans un sens moral: méchant, mauvais

** Exemple de transformations radicales de vie comme le Dieu véritable en opère :
- Témoignage de Nicky Cruz
- Témoignage de Yanis Gautier
- Témoignage de Moussa Koné
- Témoignage d'un fondateur d'"église" luciférienne

*** Pourquoi encore l'Angleterre ? La raison est spirituelle plus que politique. Pour régner sur les hommes Satan veut que nous soyons progressivement toujours plus soumis à un seul centre de décisions et de commandements. Hors le Brexit est une liberté prise par rapport à cette volonté centralisatrice...
**** Car Dieu se sert des hommes pour vaincre ce qui est est à la fois plus faible que lui et plus fort que nous, selon le principe de la foi. Exemple de David contre Goliath, et surtout de Jésus contre le chef des anges rebelles...

 

Partager cet article

Repost0
27 avril 2017 4 27 /04 /avril /2017 17:32

Après la défaite de François Fillon par KO debout au 1er round, il reste la finale qui ne peut être qu'une victoire normalement aux points... anormalement aux poings.
Plus sérieusement, risque et danger sont partout (on vit sur une planétaire dangereuse, et en danger). Et ici, au plan politique, le danger - comme dans les arts et les religions - s'appelle aussi idolâtrie !

L'idolâtrie, c'est la propension naturelle que nous avons tous à voir une personne - ou un objet - avec des yeux embués d'une émotion qui nous le ou la montrent de manière quelque peu idyllique, naïve, et dotée de capacités fabuleuses... qu'elle n'a pas !

Le fait que plusieurs aient vu dans le comportement ou quelque harangue d'E. Macron une posture qui leur a fait penser à la notion de gourou, (devrait) interroge(r) et amène(r) à creuser plus avant.
"En marche" donc pour progresser vers plus de lumière en vue de plus de vraie liberté... (c'est là mon progressisme ☺)

QUI EST UN IDOLÂTRE ?
Plus explicitement, idolâtrer c'est faire d'une réalité créée un dieu, c'est-à-dire
- déjà dans notre coeur l'élever à la place que devrait seul y occuper Dieu - le vrai Dieu... ;
- voire c'est contribuer (ce qu'on appelle prosélytisme) à l'élever aussi aux yeux des autres, jusqu'à une positon de pouvoir d'où il semble qu'elle va manifester plus nettement ce qu'on croit qu'elle est. Ainsi se fait une célébrité, par le fait qu'on la célèbre (qu'on lui rend un culte) et que cela tend à s'élargir... indépendamment de la valeur réelle ou même de la nocivité de la "chose" ainsi mise en avant (au-dessus).

De la sorte nous pouvons fabriquer une idole à partir de tout et de rien :
- d'une idée, d'un slogan ou d'une image, d'une statue, d'une pierre autant que de l'or, d'un animal, d'un liquide (enivrant) ou d'un oignon (il existe une secte où l'on vénère pour ses vertus l'oignon)...
- comme aussi à partir d'un être humain, un chanteur ou une actrice, d'un cinéaste ou d'un philosophe... et de bien moins que cela (un dealer, un tueur - mais oui bien sûr...).

ATTITUDES IDOLÂTRES
Quand l'idole est de pierre et de dorures, on voit des gens se prosterner devant elle, faire des pèlerinages, leur parler comme si c'était à une personne, l'embrasser ou embrasser son image, etc...
On s'offusque assez facile de ce genre de comportement quand il est lié à la religion. Mais ce n'est pas que...

Quand les idoles sont de chair - papale ou autres que papale -, on fait la même chose ! attitude révérencieuse (prosternation de coeur), baisers, rêves, fantasmes, désir de voir ou de toucher... Tout cela donne à l'idole les moyens (financiers ou de séduction) qui lui permettent de "se payer" (ou s'offrir, dominer) plus ou moins de personnes (jusqu'au plan sexuel) et d'acquérir beaucoup de biens (dont elle n'a pas besoin)...

Car l'idolâtre que nous pouvons tous devenir - c'est moins courant de devenir une idole - donne, accorde, concède sur lui un pouvoir - qui va prendre de lui temps et/ou argent, âme et/ou corps.
Idolâtrer, c'est donc se donner sans réserves, à l'objet de notre vénération (amour fort ou adoration) ; c'est un abandon sans soupçon du moindre mal ou du moindre défaut... ce qui ne peut être une attitude juste que face à Dieu... Dès lors on est fragilisés, à la lisière d'une soumission qui est déjà ou peut devenir problématique...

EN POLITIQUE AUSSI
Et donc, pourquoi l'être faillible et en manque* que nous sommes, qui se trouve être convoqué comme citoyen pour voir et entendre des candidats politiques, ne peut-il pas succomber et devenir là aussi idolâtre ?
Comment les candidats, dotés de capacités humaines réelles, bien que limitées, ne pourraient-ils pas être tentés de glisser, de jouer, sur autre chose que sur le bon sens ou la raison - sur l'émotion - pour obtenir des suffrages en leur faveur ?
C'est évident ! Et entre la conviction honnête et la subtile manipulation, voit-on aisément la frontière ? Parfois oui ! Entre le coeur touché par la vérité et l'émotion remuée dans son manque, a-t-on le recul nécessaire ? A-t-on fait le travail de l'âme (en lien avec l'Esprit) pour ressentir juste, pour ne pas se la laisser jouer !? Pas souvent !...

On peut se demander : Pourquoi chercher encore midi à quatorze heures pour ce qui est des sentiments et de la raison (et de leurs effets), comme aussi de la raison et de la foi !?... Pour le moins, comme disait l'humoriste : parce que "Je ne veux pas mourir idiot" ! Au plus juste, parce que derrière les hommes, naturellement susceptibles de devenir des marionnettes, se trouvent des marionnettistes, experts...

LA FACE CACHÉE DES POUVOIRS
Et donc en quoi y a-t-il un problème à se laisser séduire, endormir, tromper, berner... par des paroles, par une voix, des mots, des idées ou des traits d'un visage de chair ou qui a été tracé sur un papier pour l'imprimer ?**

C'est que l'idolâtrie est en rapport direct avec la réalité subtile des esprits. Là où on a été créés pour aimer ou adorer Dieu - dans la dimension Esprit qu'il est - ce sont d'autres esprits qui veulent trouver en nous l'espace laissé vacant par une non-instruction et éducation et expériences spirituelles.
Or Dieu seul est bon, tous les autres esprits qui veulent (venir) nous influencer, voire jusqu'à nous habiter, sont mauvais ! (les anges fidèles de Dieu aussi sont bons, mais ils ne cherchent pas à venir prendre en nous la place qui doit revenir à leur Créateur)*.

Et donc se faire idolâtre face à une personne - homme politique compris -, c'est s'ouvrir à laisser entrer dans notre âme des pensées, des croyances, des illusions, des valeurs - ou horreurs - qui l'habitent, au point que nous soyons nous-même assujettis à l'esprit mauvais ou démon qui a triomphé de lui ou d'elle qui s'est laissé-e séduire et élever au-dessus de sa condition typiquement humaine.
S'agissant de personnalités politiques, on va parler
- au plan du terrain (physique) de despote, tyran ou dictateur (qu'il soit empereur, président, secrétaire ou chef de parti...). C'est celui qui allie généralement séduction (surtout au début) et arrogance (puis violences incontrôlées) ;
- et au plan des idées (psychique et spirituel) on parlera de religion ou d'idéologie hégémonique, impérialiste... toujours de plus en plus totalitaire et inhumaine.
L'Histoire et sans doute votre mémoire ne manquent ni des uns ni des autres...

DEUX SENS DE L'HISTOIRE HUMAINE
Qui ne connaît l'histoire horrible et horrifiante liée à un pas si lointain Adolf Hitler, qui séduisit très rapidement, par son harangue et ses premières mesures de redressement de l'économie, au point où il fut appelé "le sauveur" par beaucoup d'allemands subjugués. Une fois la confiance gagnée de ses proches lui ayant accordé des pleins pouvoirs, on sait comment les démons réussirent à le pousser dans leur vue hégémonique et leur folie meurtrière, notamment en visant une branche trop significative à leurs yeux de la réalité du Dieu unique... (significative mais la moins couverte par la grâce du même Dieu que les juifs religieux n'ont pas su voir en la personne et en l'oeuvre transcendante de Jésus-Christ).

Ainsi depuis l'Antiquité des hommes, Satan (le dieu usurpateur qui nous trompe d'autant que nous ne croyons pas qu'il existe) n'a jamais cessé de se donner des têtes humaines pouvant transmettre ses impulsions maléfiques aux rênes du char de sa suprématie. En vue d'établir un pouvoir et un contrôle complets des petits hommes. C'est un sens majeur de notre Histoire.
L'autre sens majeur de l'Histoire est développé par le Dieu véritable en lien avec la foi que nous pouvons avoir en lui (La foi est toujours un fait personnel même si des nations entières peuvent être placées dans ce bénéfice).

La Bible annonce que "la fin du temps des nations" - que nous vivons - va se concrétiser comme jamais par l'avènement d'un gouvernement mondial - le dernier mouvement impérialiste tentaculaire.
Il sera constitué via une oligarchie, quelques poignées d'hommes influents qui auront entre leurs mains les moyens pour mettre l'humanité sous un joug (pièce de bois qui sert à mener les boeufs où on veut qu'ils aillent). Le livre de l'Apocalypse parle notamment d'un moyen monétaire mis en place sur tous les échanges économiques pour que tout le monde - s'il était possible - exprime son allégeance à ce système (d'origine satanique)... (Apo 13)... Le 666 dont il est question est déjà en place, avec le système de codes-barre qui étiquettent les produits, et avec le web...
Et donc il est édifiant, en suivant les actualités mondiales en parallèle des Paroles inspirées de Dieu, de voir où nous en sommes et comment se positionner personnellement quand nous avons, comme lors d'élections, à réagir face à des propositions.

UN PLAN D'EXPANSION SELON DIEU
Il n'y a rien de mauvais qui ne soit antagonisme ou imitation de ce qui le précède qui est bon. On dit que Satan est un imitateur.
Et donc le sens majeur de l'Histoire qui constitue le Plan B Divin, vise
- premièrement, à ce que, individuellement, nous cessions de subir aveuglement le sens pesant qu'est "le train toujours dégradant de ce monde", en nous plaçant judicieusement sous la protection de Dieu. Car il a, lui, capacité à nous donner une vraie bonne vie, nouvelle et qui sera éternelle, à partir du pardon de nos fautes, qui s'obtient quand nous regardons avec foi la crucifixion de Jésus comme le moyen de notre réconciliation et paix avec Dieu.
- dans le même temps et à la suite, une création toute nouvelle (nouveau ciel et nouvelle terre), qu'habiteront les croyants au Christ devenus un corps d'humanité nouvelle, une unité de vivre-ensemble sans rapport avec l'illusion déraisonnée qui voudrait se faire ici et maintenant...

Dans la Bible, Dieu se déclare comme étant un "Dieu jaloux" ! Il est dit par là que dans son amour pour nous, il trouve déplorable et fou et révoltant que nous nous laissions abuser par les tentations, vices et autres pièges démoniaques, au point d'en devenir les jouets et instruments méprisés, avilis, cassables, jetables...
Qui ne voit ces dégâts dans la vie des uns ou des autres autour de nous, rendus méconnaissables en peut de temps, via le moyen de l'alcool ou de la drogue, d'un divorce subi ou d'un accident grave, d'un deuil, d'une maladie...
Et quand Satan se trouve des politiques ouverts par leurs péchés à ses vues, cela devient son règne sur la terre, avec des "éliminations" - de qui ne suit pas sa vue et sa pensée controuvées -, des lois aberrantes, des génocides, des guerres fratricides, ethniques ou mondiales... et les crises internes qui viennent en jugement des comportements ou choix corrompus.
La haine, raciale ou pas, tient bien sûr de ces esprits/anges devenus démons à qui nous accordons, par notre incrédulité ou nos fausses croyances, par diverses injustices et par l'orgueil de la part des dirigeants ou de la masse des peuples, le droit de nous soumettre à leurs regards et pressions dévoyés.

C'est pourquoi on doit toujours être attentif à qui on donne la main, sans se laisser tromper par des discours ou par une bonne mine, sans se soumettre à quelque orgueil, perversion ou méchanceté qui nous conditionneraient, mais plutôt en voyant comme Dieu voit.
C'est pourquoi se rallier - d'abord - à l'Évangile par la foi est une priorité - comme le dit Jésus : "Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et le reste, même le nécessaire, vous seront données par-dessus." Car alors "vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira."

Dans ce contexte épineux et conséquent comme jamais, que l'on vote pour l'un ou pour l'autre, pour un coup de frein à main ou pour un coup d'accélérateur, bonne réflexion, bon sens (commun et surnaturel), bon vote.
Soyez béni-e.

Dernière minute : je crois intéressant de vous soumettre un article que je découvre venu de chrétiens des Etats-Unis, c'est-à-dire un regard moins pris dans la mêlée que nous ne le sommes : ici.

_________________
* C'est en manque de Dieu qu'on est chacun en réalité, car on a été créés avec, en nous, cette plage de vide, cet espace d'un manque, qui correspond à la place que Dieu veut venir occuper au plus profond de notre être intérieur, pour le meilleur que nous puissions connaître (vivre), maintenant et éternellement...

** C'est au point où les 2 premiers des 10 Commandements (qu'on connaît par Moïse) se rapportent à cela, et donnent des raisons (Exode, ch. 20, 3 à 6 et Deutéronome 5. 7,10).

Partager cet article

Repost0
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 10:06


Suite et fin (provisoire) de l'article commencé ici.

Mai 68 fut une révolution relativement pacifique, malgré des morts et des blessés. Une révolution ouvrant sur des libérations, mais pas seulement : aussi sur de nouvelles opportunités pour des esprits manipulateurs et oppresseurs, une nouvelle vague de démons jouant de la séduction. Avec eux, tant qu'on marche dans ce jeu (de la douceur, flatterie, tentation, pommade, sens du poil, cadeaux, promesses...), ils s'y tiennent ; mais quand on s'aperçoit qu'on est "le dindon de la farce" (d'une mauvaise farce), ils peuvent donner un tout autre visage à celui ou celle par qui ils agissaient. C'est ainsi que de très "bonnes" relations (amoureuses, commerciales...) peuvent soudainement - ou après quelques menaces - tourner au vin-aigre, vol, violence, voire meurtre... 

 

Qui, aujourd'hui en France et en Europe, peut dire qu'il ne s'aperçoit pas de la dégradation des moeurs - ce qu'on nous a fait croire être de la libération ?
Cela se mesure à la dégradation des relations et à la montée des contraintes, des pressions, du mal-vivre ensemble.
Parce que nous saturons notre environnement, non seulement de pesticides, de gaz, particules à effet de serre et autres polluants et déchets intraitables - tout cela étant la face visible de l'iceberg Corruption-Dégradation -, mais encore des réalités toxiques plus subtiles dont on a déjà bien parlé - partie cachée, dans leurs dimensions psychique et spirituelle de l'iceberg, avec toutes nos fautes morales non vues, confessées à Dieu et pardonnées).

A partir de là, c'est à nous à reconnaître, à accepter de voir de ces causalités fondamentales qui sont, mais qu'on veut ou peut, comme font les autruches, ne pas croire.

Si elle a quelque chose de pacifique - à cause des esprits qui s'y déploient, la révolution de Mai 68 est en fait venue ajouter à ce qu'on peut appeler "la déchristianisation", c'est-à-dire à l'incompréhension spirituelle du Monde Réel, avec des reconstructions matérielles seulement fondées sur le sable, la libération des moeurs - notamment sexuelles - étant la proue qui, avec l'argent, donne beaucoup d'accès à ceux qui veulent la fin d'un monde libre pour l'humanité entière*.

La prétendue libération de la femme (par slogans, "Ton corps est à toi !"...) est typique de la manipulation démoniaque. Mais il faut toujours du temps avant de voir en quoi une direction n'était pas la bonne. Et avec la tension qui naît du simple fait d'être homme et femme, on arrive à la bascule où ce qu'il a pu être tirés de plaisirs de la pseudo-libération soixante-huitarde tourne au vinaigre, à des difficultés au vivre-ensemble le plus simple et naturel, entre adultes mâle et femelle.

La perte de foi chrétienne induit une perte de réalisme et de tenue face au réel immédiat, ce qui devient manifeste à un nombre croissant d'entre nous. Le progrès le plus significatif à faire maintenant, consiste à rapprocher les crises dans lesquelles nous nous enfonçons de leurs causes véritables, notamment en liant la morale à tous les domaines de l'existence (d'intime à public), en décloisonnant.

 

Révolutions et Révolution

Si on compare toutes les révolutions importantes, malgré les dérapages de religieux étrangers à la connaissance et/ou à la foi biblique, la plus grande des révolutions de tous les temps, aux effets les meilleurs pour transformer les personnes et former les nations (ethnos en grec, d'où patrie) est celle qui commença par Jésus, qui ne tua personne pour imposer sa vue du Réel et pour contraindre quiconque dans le chemin spirituel qu'il ouvrit pour que l'homme ait accès à Dieu son Père et alter-ego. (quand il y eut contraintes, marchandages et autres vilénies, on n'était plus dans ce que Jésus était venu ouvrir).

Il ne versa que son propre sang pour agir sur les circonstances et redonner une vraie liberté personnelle de choix. Après avoir démontré sa bonté, sa droiture, ses pouvoirs et la terrible condition humaine (qui lui valu arrestation et jugement inique et la crucifixion qu'on sait - le film). Il laissa sa vie être prise par les religieux méchants et hypocrites qui le livrèrent aux romains et encore à Satan et à ses démons.

Quand on lit le Psaume 22 qui est une vue prophétique de sa crucifixion (écrite environ 1 000 ans avant que cela ne se produise), il faut comprendre que les animaux dont il est question sont des images des vrais démons qui étaient là à ce moment-là :
1 Au chef des chantres. Sur "Biche de l'aurore". Psaume de David. 2 Mon Dieu ! mon Dieu ! pourquoi m'as-tu abandonné, Et t'éloignes-tu sans me secourir, sans écouter mes plaintes ? 3 Mon Dieu ! je crie le jour, et tu ne réponds pas; La nuit, et je n'ai point de repos.4 Pourtant tu es le Saint, tu sièges au milieu des louanges d'Israël. 5 En toi se confiaient nos pères; Ils se confiaient, et tu les délivrais. 6 Ils criaient à toi, et ils étaient sauvés; Ils se confiaient en toi, et ils n'étaient point confus.7 Et moi, je suis un ver et non un homme, L'opprobre des hommes et le méprisé du peuple. 8 Tous ceux qui me voient se moquent de moi, Ils ouvrent la bouche, secouent la tête : 9 Recommande-toi à l'Eternel ! L'Eternel le sauvera, Il le délivrera, puisqu'il l'aime !-10 Oui, tu m'as fait sortir du sein maternel, Tu m'as mis en sûreté sur les mamelles de ma mère; 11 Dès le sein maternel j'ai été sous ta garde, Dès le ventre de ma mère tu as été mon Dieu. 12 Ne t'éloigne pas de moi quand la détresse est proche, Quand personne ne vient à mon secours !13 De nombreux taureaux sont autour de moi, Des taureaux de Basan m'environnent. 14 Ils ouvrent contre moi leur gueule, Semblables au lion qui déchire et rugit. 15 Je suis comme de l'eau qui s'écoule, Et tous mes os se séparent; Mon coeur est comme de la cire, Il se fond dans mes entrailles. 16 Ma force se dessèche comme l'argile, Et ma langue s'attache à mon palais; Tu me réduis à la poussière de la mort.17 Car des chiens m'environnent, Une bande de scélérats rôdent autour de moi, Ils ont percé mes mains et mes pieds. 18 Je pourrais compter tous mes os. Eux, ils observent, ils me regardent; 19 Ils se partagent mes vêtements, Ils tirent au sort ma tunique. 20 Et toi, Eternel, ne t'éloigne pas! Toi qui es ma force, viens en hâte à mon secours ! 21 Protège mon âme contre le glaive, Ma vie contre le pouvoir des chiens ! 22 Sauve-moi de la gueule du lion, Délivre-moi des cornes du buffle ! 23 Je publierai ton nom parmi mes frères, Je te célébrerai au milieu de l'assemblée
24 Vous qui craignez l'Eternel, louez-le! Vous tous, postérité de Jacob, glorifiez-le! Tremblez devant lui, vous tous, postérité d'Israël ! 25 Car il n'a ni mépris ni dédain pour les peines du misérable, Et il ne lui cache point sa face; Mais il l'écoute quand il crie à lui.
26 Tu seras dans la grande assemblée l'objet de mes louanges; J'accomplirai mes voeux en présence de ceux qui te craignent. 27 Les malheureux mangeront et se rassasieront, Ceux qui cherchent l'Eternel le célébreront. Que votre coeur vive à toujours !28 Toutes les extrémités de la terre penseront à l'Eternel et se tourneront vers lui; Toutes les familles des nations se prosterneront devant ta face. 29 Car à l'Eternel appartient le règne : Il domine sur les nations.30 Tous les puissants de la terre mangeront et se prosterneront aussi; Devant lui s'inclineront tous ceux qui descendent dans la poussière, Ceux qui ne peuvent conserver leur vie. 31 La postérité le servira; On parlera du Seigneur à la génération future. 32 Quand elle viendra, elle annoncera sa justice, Elle annoncera son oeuvre au peuple nouveau-né."

Tel fut le moyen par lequel Jésus attira sur lui les pires démons, dont Satan (dans ce psaume le lion), pour en dégager quiconque de la génération alors présente et des générations suivantes par toute la terre croirait en cette Bonne Nouvelle...

Dans le même ordre d'idée, savez-vous comment tout à coup le Mur de Berlin est tombé, sans fusillade, sans morts, sans blessés ? Qui a su voir ou appris dans cet événement le surnaturel de Dieu agissant parmi nous ?
En tant que chrétien, on sait (voire on a participé) que fut lancé à partir de 1982, un mouvement mondial de 7 années de prière pour l'URSS. Au bénéfice des populations tenues sous le joug d'une dictature athéiste. Contre donc la puissance démoniaque initiatrice (ici) du communisme (forme collectiviste de l'idéologie marxiste socialiste).

Au terme des 7 années, sans heurts le Mur de la honte tombe, l'autorité spirituelle (démon puissant maître, au-dessus des hommes, de ce type de gouvernement) a été vaincue par l'intercession, à cause du poids qu'elle a fait subir aux populations d'iniquités de violences, souffrances, vols, tortures, meurtres, corruptions... (cette puissance démoniaque avait été nettement ébranlée à partir de 1985, ce qui permit l'arrivée au pouvoir de Mickaël Gorbatchev. Défait de la pression de l'autorité spirituelle déjà rendue impuissante - qu'enfant déjà il n'avait pas apprécié sur sa famille -, il devint une sorte de libérateur pacifique - la perestroïka...). 

***

Les démons dénoncent devant Dieu nos mauvaises pensées et comportements, pour obtenir, comme des huissiers, le droit d'exécuter les jugements que nous méritons.
Ils plaident aussi leur libération (droit d'entrer dans la sphère terrestre), dès lors que par leurs tentations ils réussissent à obtenir ou ré-obtenir sur nos existences et comportements des droits.
Et quand ils exercent sur nous des jugements, ils sont souvent si iniques, que Dieu les châtie à leur tour...
C'est tout un processus de justice, simple et juste, qui opère dans une triangulation Homme-Dieu-Démons.


C'est souvent ainsi que suite à une grande épreuve et à une délivrance qui change littéralement la personne, on devient soudain meilleur, tout à coup la conscience ouverte à la réalité des autres, avec le désir d'aider les plus faibles faibles, les pauvres, ou les handicapés..., comme bénévole en association, ou plus anonymement dans son coin, ou encore par une conversion professionnelle...
La vie a pris une liberté nouvelle, un goût nouveau, inconnus jusque-là, de repos, de simplicité, de retour à la nature ou d'ouverture à l'autre ou à la connaissance...
C'est là qu'il est important de laisser ce retournement (cette métanoïa) entrer dans la foi, inclure la conscience qu'il y a un Dieu... et de se mettre à le chercher en vérité... sans laisser nos reliquats d'incrédulité, de préjugés ou passé anti-religieux détourner de ce qui est vrai dans l'ordre spirituel. Il ne s'agit pas de trouver une religion, mais une personne : Dieu lui-même.

***

Parmi les moyen-occidentaux qui ont cru décrocher la lune en suivant à partir du XVIIIe siècle les écrits de "lumières" (quelques philosophes aux comportements peu conformes à leurs écrits ou idéaux...), une des ruses de Satan qui marchent bien, c'est aussi de faire croire qu'il n'existe pas.
On a tellement cru qu'on était devenus intelligents - au point d'avoir quasiment cru (possible de) prouver par la science que Dieu n'existe pas -, qu'il fut et qu'il est encore facile aux démons de continuer leurs vilaines besognes sans être inquiétés.
Du moment qu'il ne s'agit, croit-on, que d'effets de nos peurs archétypales, superstitieuses, surannées, infondées, dont la science et les connaissances et l'évolution vont bientôt, nous dit-on, nous débarrasser : qu'en attendant deux corps d'armée de psy gèrent.

Juste que les démons existent toujours et reviennent de plus en plus, que les psychiatres (sur une ligne de front) sont plus d'une fois dépassés, subjugués, envahis eux-mêmes par ce(ux) qui habite(nt) leurs patients, (j'en ai connu un qui entendait des voix), ne sachant comment se protéger. Les réalités comme "les faits ne cessent pas d'exister parce qu'on les ignore." A. Huxley.

 

Voilà un diagnostic qu'il faut VOULOIR voir, admettre, écouter. Car on regarde souvent le Réel seulement la main devant les yeux les doigts plus ou moins écartés. La peur préside, car là où il y a du péché (abandon des préceptes bibliques et non-réception ou non-applications justes de la grâce divine), il y a toujours de la peur, des angoisses, des luttes, des ruptures douloureuses de continuum... et de la culpabilité.
La culpabilité qui est un ressenti bénéfique, qu'on rejette sur les autres ; ou dont les autres veulent nous distraire, bien intentionnés mais bien à tort. Alors que la seule solution pour un bien durable, c'est venir à Dieu dans l'humilité, pour être secouru, pardonné, revêtu (de sa grâce, de ses sentiments, d'une force nouvelle,...). Lire ou relire Genèse 3 sur (l'image et la profondeur de) l'habit dont Dieu veut nous revêtir.

Et donc ce qu'il est important de saisir, c'est encore qu'on est toujours, ici, maintenant, chacun, dans cette histoire duelle, cruelle, mal-tournée - par le jeu possiblement dangereux de notre réelle liberté -, mais dont Dieu veut et peut extirper quiconque cherche son secours. > Vous, avec lui, sortez-en !

Lumière et grâce pour vous. Je vous aime.

_____________
* l'autre versant de cette poursuite d'objectif étant formé et dynamisé par les violences (jusqu'à mortelles).
On est de plus en plus nombreux à bien aperçoit ce qui se passe, où l'on parle sans trop savoir de quoi il s'agit de complot, de manipulations, d'arnaques, de lobbies puissants ou encore de cabinets noirs (politique, religieux, sectaire). Mais sans la lumière véritable qui vient de l'Esprit de Christ, on reste incrédule, proie ou prédateur, dans tous les cas impuissants en regard de notre simple quotidien, et bien plus de l'éternité.

Partager cet article

Repost0
30 mars 2017 4 30 /03 /mars /2017 15:57

Suite de l'article commencé ici.

On s'est mis à s'approcher de ce qu'il y a de plus terrible dans notre actualité (proche et lointaine) et on a commencé à le faire (très sommairement) dans l'Histoire humaine, pour que notre regard sur ce que sont les réalités visibles et invisibles s'éclaire.

Pour revenir sur la 1ère guerre qui d'un coup retira "anormalement" la vie à plus de 18 millions de personnes, cela a-t-il été suffisant
- pour que français, allemands et autres européens, du peuple, philosophes ou même religieux, se mettent à voir clair sur ces forces spirituelles malignes ? Sur les rouages subtils générateurs de violences et manipulations et meurtres et désordres jusqu'au chaos ?
- pour qu'enfin le genre humain prétendu civilisé revienne de sa sottise de croire que la raison (dite humaine mais on comprend bien que ce n'est pas toujours le cas !) est le top suffisant pour gérer convenablement et sans besoin de Dieu nos affaires ?
- pour qu'enfin nous devenions capables de dénoncer et d'apprendre à lutter contre le mal primordial comme il est et là où il est niché ?

Pourtant la croyance ne manque pas aux débuts des deux grandes guerres ! Des appels à la prière s'impriment sur les journaux. Et Dieu certainement entend ! Cependant "Faute de connaissances, dit ce Dieu invoqué par le prophète Osée, mon peuple est détruit."
La connaissance, c'est celle du bien et du mal comme Dieu les conçoit, et celle des moyens permettant de ne pas avoir à subir les châtiments de nos fautes (repentance et foi en la mort expiatoire de Jésus pour l'essentiel). Hors des fondamentaux bibliques, le croyant reste la proie sans couverture des anges devenus démons. Alors que Dieu promet sa protection à qui acquiert sa connaissance : Psaume 91.

Et donc à la suite, "faute de connaissances", c'est le sacrifice de la jeunesse nés des poilus qui bientôt arrive (seulement 20 ans après).

(Juste pour mémoire ici, avant la fin de la guerre arrive aussi l'inouïe pandémie que fut "la grippe espagnole". En moins de deux ans (1918-19)  ce fléau entraîne dans la mort au minimum 50 millions de personnes (on penche même aujourd'hui vers près de 100 millions : une autre forme des jugements).

Courte accalmie donc après 1919. Pourquoi ? Parce qu'après ces cataclysmes, on ne parle pas d'un retour à Dieu, mais d'"années folles" - expression historique des plus parlantes. Jusqu'à quand ? 1929 : "la grande dépression" économique US puis mondiale, conséquence, suite logique, de la crise morale qui gangrène les peuples.

Les démons voient que l'Allemagne, plus touchée que la France, peut devenir un bon outil pour corriger à leur façon ces Franzöuses qui veulent tenir le haut du pavé par leur force et capacité (ethnique) d'indépendance, tout en se donnant des libertés coupables.
Globalement les français pèchent par sensualité et par orgueil - ce qui précède la ruine - ; les allemands penchent par un héritage psychique qui est rigueur mais aussi rigidité, légalisme (qui induit souvent de la jalousie (de libertés que d'autres prennent).
Tout cela permet la poussée démoniaque qui fait paraître en peu de temps l'homme de leurs circonstances, Hitler, qui a les "qualités" qui ouvrent à la possession démoniaque, et leur nouvelle doctrine, le national-socialiste (en abrégé nazi).
Tout cela arrive de part et d'autre en résultat d'un abandon (apostasie) des religions chrétiennes (protestante en Allemagne, surtout catholique en France) qu'est venue doubler la crise de 29. Résultat :

- 1939-45 : Des Pays-bas au Japon, les morts se comptent désormais par dizaines de millions : 50 à 70 millions (sans les morts de carences, privations, de suites de blessures, ou autres maladies consécutives au conflit, après mai 1945).
C'est si terrible qu'on veut un peu partout tout mettre en oeuvre pour une paix durable, par des alliances, des traités, des compromis, l'Europe...
Des hordes de démons étant dans ces conflits sanctionnés par le Divin, rendus interdits d'interagir avec la terre, allons-nous pouvoir entrer enfin dans une paix durable et un bonheur comme tous y aspirent ? C'est compter sans leur réalité, leur pouvoir d'obtenir devant Dieu des jugements de nos fautes (impiété, immoralité et autres injustices), et leurs ruses...

- Guerre d'Indochine (46-54) et d'Algérie (54-62)... "Il n'y a pas de paix pour les méchants" enseigne la Bible. Les méchants c'est tous ceux qui pratiquent des injustices infiniment variées, dont ceux qui deviennent infidèles (désobéissants) à Dieu sans cause.

Dans ce conflit monumental, quantité de démons faibles, haineux, puissants (racistes, jaloux, meurtriers, voleurs, pervers, antisémites...) sont soustraits de la sphère terrestre*. La paix pourrait durer. Mais comment est-ce possible sans le Prince de la paix, Jésus le Christ, qui seul, en se faisant vainqueur de Satan et de tous les démons par sa crucifixion et résurrection, n'est pas invité à la table des négociations. (l'absence étrange de la France à Yalta fait figure de cette étrange absence au partage du monde...).
Faute de Christ dans les coeurs par leur régénération, pas de paix intérieure durable, d'où découle des relations meilleures, stables autant qu'apaisées. Parce que les places laissées vides par les démons guerriers, ne le restent pas longtemps si l'Esprit de Dieu ne les remplit pas.
Et donc on entre là dans une ère nouvelle, un nouvel humanisme, où les bonnes dispositions humaines ne vont pas suffire.
- Car elles sont dépourvues des qualités (spirituelles) dont l'origine et la pérennité se trouvent en Dieu seul ;
- Car elles sont éloignées de la connaissance biblique qui devrait être retrouver pour un "vrai nouveau bon" redémarrage,* car seule celle-ci peut construire des personnes complètes, équilibrées, à la socialisation solide ; 
- Et donc parce que les âmes sont seulement et maladroitement gonflées ("têtes bien pleines, mais pas bien faites" comme Montesquieu avait averti du risque) par des connaissances (non spirituelles) qui laissent ados et adultes sans contre-poids personnel (inclus) face au développement de leur "moi-je" > égocentrisme, égoïsme, égotisme.

De la sorte, hommes et femmes vont mal grandir, un peu comme des unijambistes, l'esprit restant larvaire, atrophié à mort. Ce qui fait une dépression intérieur, par un vide dangereux. C'est ainsi qu'on va avancer au fil des ans en laissant entrer dans la sphère des existences humaines une (nouvelle) catégorie de démons : les esprits séducteurs, manipulateurs.

Mai 68
Cette révolution est essentiellement chez nous l'apogée critique de cette individuation problématique.... qui n'a pas fini aujourd'hui encore de manifester ses effets, comme un arbre manifeste son espèce, sa santé ou ses défauts, par ses fruits.
Barricades et affrontements comme en 1789 - les démons sanguinaires et meurtriers mis à part comme on a dit par la grande guerre précédente. Désormais on préfère à la guerre l'amour, se croit-on libre de dire ! Parce que les forces occultes guerrières ne sont plus, et parce que celles qui vont jouer désormais notamment sur la sexualité sont aspirées, appelés par nos comportements libertaires, et de plus en plus lâchées sur nous et dans la nature (dans nos rues)...
Étudiant en mai 68, j'ai profité de cette libération progressive des sexes des années 60. Même les filles "de bonne famille" se sentaient obligées de céder pour "être à la page", "dans le coup", "in". Sous prétexte de progrès, d'émancipation, de liberté, de modernisme, la séduction et la manipulation centrées sur le moi (l'ego) prenaient facilement le pas sur l'amour, le vrai, le précédaient, l'empêchaient. Les relations s'amorçaient dans la licence (pas de Droit comme je faisais). Du coeur aux approches trop lentes (et respectueuses), on descendait d'un étage, sous l'effet des slogans scandés, à la va-vite, dans le feu,  activé par des esprits jouisseurs, des désirs et des transgressions (de "tabous") : L'abandon de la morale (préservatrice) est dans le cortège de l'abandon de la foi.

Nouvelle conséquence de cette généralisation - ça commence toujours par une minorité... - d'un  changement des moeurs comportementales, il allait "falloir" libérer l'avortement...

On se défait toujours plus et toujours plus nombreux des codes et pratiques de religions sans discerner le bon du mauvais, le vrai du faux, la mesure de la démesure, la morale et moralité irréductibles des libertés... liberticides.
On ouvre ainsi des portes
- à un égocentrisme accrue (par la priorité accordée au(x) plaisir(s) personnel(s));
- à des surestimations néfastes de soi (par quelques capacités développées et insertions matérielles qui gonflent l'ego sans contre-partie),
- aux alcool et autres drogues (de l'"opium du peuple" on passe à la marijuana).
On dilue dans cette ivresse du soi unijambiste (psychique mais pas spirituel) le respect des parents ("nos vieux", alors qu'ils n'ont que 40 ans) et des autorités (forcément déléguées aux plus âgés) : un abîme générationnel, une fracture de plus, sans remède humain.

On invite et installe ainsi progressivement, sans rien voir venir, dans le quotidien le plus populaire (large) ce qui était déjà, mais seulement de manière marginale, dans quelques milieux intellos et/ou aisés, de ces esprits séducteurs, jouisseurs, trompeurs, exhibitionnistes, scandaleux, manipulateurs... qui aspirent à faire beaucoup de prosélytes, et sévissent en effet plus que jamais parmi nous désormais.
De faits nos relations se corrompent, l'économie patine ou régresse, des maladies nouvelles paraissent, et plus on cherche des solutions loin de Dieu, aux antipodes de ce qu'Il appelle Bien, plus on complique et ajoute de la contrainte sur toutes choses et personnes.

Pire, arrive un temps - et il est arrivé depuis 2012-14 - où, comme par une sorte de mutations là aussi, une nouvelle catégorie de démons est (re)lâché, vengeurs, guerriers, sanguinaires... C'est leurs méfaits qu'on peut voir et entendre et comptabiliser au fil chaotique de notre quotidien, ce que je rapporte ici.

à suivre...

Bonne suite à vous
...car si tout cela n'a pour but, côté ombres, de nous effrayer et/ou de nous faire entrer toujours plus dans des comportements anti-Dieu (et donc donner accès à un totalitarisme toujours plus absolu), côté Divin, la finalité est le mal soit vaincu par le Bien, en nous premièrement. 

______________________
* La Shoah, par l'ampleur, l'horreur et les injustices embrasées par des hordes de démons, a été un des chantiers de destruction massive des vies humaines, qui a sans doute le plus libéré la terre de puissances spirituelles sataniques. Cela tient de l'horreur et de l'injustice de la crucifixion de Jésus, dont les effets pareillement furent, entre autres, de libérer la terre de puissants démons.
(La Shoah n'aurait pas eu à être cet immense oeuvre génocidaire si beaucoup de juifs avaient reconnu Jésus, Yeshoua - ce qui signifie Dieu sauve dans leur langue - comme leur Mashiah (Messie annoncé, notamment dans leurs livres par le prophète Isaias Esaïe chap. 53).

Partager cet article

Repost0
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 09:00

Il faut lever ce voile qui occulte une des réalités les plus puissantes et maléfiques de la terre... d'autant que l'on abandonne le Dieu véritable.

suite de l'article commencé ici

Que de drames où des démons sont partie invisible, prenante et agissante ! Connaissiez-vous (ou commencez-vous maintenant à rejoindre) ce point de vue (qui est celui de la Bible et de l'Esprit Divin plus que le mien et celui d'une multitude de chrétiens) ?

C'est important car de plus en plus possiblement juste à côté ou en face de chez nous (par écran interposé dans tous les cas). Avec une personne (totalement transparence, ou qu'on trouvait bien un peu bizarre) qui sort de l'ombre. Une famille et toute une société sont soudain plongées dans la découverte de l'horreur, du macabre... du démoniaque ! Deuils et larmes cruels, coeurs déchirés, âmes ravagées, ko ou qui déjà crient vengeance -... et toujours dans l'incompréhension...

Ainsi un tel homme, une telle femme, devenu-e victime d'une puissance subtile, devient coupable par un acte terrible, par une faiblesse ou quelques fautes changées en force de destruction, se trouve face à deux possibilités :

- coupable pas pris : il devient un récidiviste en puissance, et si son geste est si spécifique (comme une personne en particulier et pas une autre) qu'il ne peut être reproduit, il va devoir vivre une duplicité qui, s'il réussit de la sorte à échapper à la condamnation terrestre, ne résout pas sa culpabilité de conscience immédiate, ni demain devant Dieu...

- le coupable est pris, jugé, condamné, privé de liberté et de possibilité de recommencer... pendant un temps.
S'il se repent ou si sa peine est injustement lourde, il peut obtenir de Dieu la délivrance du démon qui l'a conduit jusque là, ce dernier jugé par Dieu devant laisser sa proie, voire ne pouvant plus agir de la sorte par quelqu'un d'autre sur terre.
S'il subit sa peine sans prise de conscience, voire en nourrissant et s'endurcissant dans des bas sentiments de haine, de vengeance, de meurtre, de déraison... il reste la proie de ce qui a un jour triomphé de lui, et n'attend que sa libération pour le faire recommencer (et les démons sont éternels). En ce sens ce mécanisme devrait être connu au moins des aumôniers pour conduire un détenu à la compréhension, à la repentance et au renoncement dans la foi mise en le Dieu véritable.

Si le détenu meurt en prison sans repentance et sans trouver en Jésus son sauveur, le démon devenu son maître garde autorité sur son âme qui, séparé du corps, n'a plus pour destination possible que "le séjour des morts" (hadès) - dont on voit qui en dispose plus particulièrement (un des quatre chevaux = "généraux" de Satan) en Apocalypse 6.8 -, jusqu'à l'heure de sa résurrection corporelle pour le Jugement Dernier...

 

c) La 3eme manière dont la terre est dégagée des démons tient de ce qui vient d'être dit, mais quand leur autorité et capacités de pressions, oppressions et possessions cumulées sur quelques-uns ou beaucoup d'hommes/femmes engendrent des conflits de grande ampleur, où tout contrôle échappe aux humains poussés dans des carnages comme de ces guerres ethniques qu'on a vu il n'y a encore pas si longtemps en Afrique. Comme la montée récente, dans le camp islamique, de Daesh et autres attentats terroristes. Comme aussi toutes les révolutions sanglantes... et leurs réprimandes (1789 et juqu'en 1848 - les révolutions communistes et fascistes) ; toutes les guerres (militaires ou civiles) ; et autres moyens plus ou moins subtils d'extermination physique massive...
Les démons qui étaient (sans doute) des anges les plus beaux et puissants sont capables de fédérer à partir de peu (des prosélytes militants) des multitudes (qui s'engouffrent car le mal, le défoulement, la vengeance, les débordements... font immanquablement partie de notre lit personnel des appréciations et des réactions...
L'histoire comme la nature montre qu'il suffit d'un petit feu - un petit Hitler par ex. - pour lancer un embrasement que plus personne, même les armes, ne peut plus maîtriser. 

Dans ces cas il y a tant de dévoiements et de débordements, d'injustices, d'exactions, d'abominations et de morts ignominieuses, que des jugements divins tombent sur les démons qui sont à l'origine et/ou à l'oeuvre sur les champs de batailles, dans les orgies, pillages et massacres. Le vrai Dieu leur retire (via ses anges) tout pouvoir de pressions et d'actions possibles parmi les hommes. C'est ainsi que des temps d'horreurs, d'embrasements sanguinaires et orgiaques, de carnages innommables sont un jour suivis de reddition, de paix et de réjouissances : "Même la nuit la plus longue en dure pas toujours". Malheureusement dans l'ignorance de cet élément majeur de notre condition, les traités de paix ici, les recherches de paix là, sont de bien faibles remparts. (Et l'Apocalypse - livre des révélations prophétiques de Jésus-Christ - annonce des choses à venir plus terribles que jamais). 

Le problème est que l'homme est largement orgueilleux (ce qui se libère avec l'argent et dans le pouvoir), et plus globalement encore (tenu) ignorant de ces réalités de fond. Tous les gros problèmes provoque assurément des abaissements, une attitude humble et priante.
Mais rarement (faute d'incitations, de connaissances, d'intelligence) une recherche du vrai Dieu et de en quoi nous aurions à changer pour sortir de ces tourbillons qui peuvent d'un coup nous mettre dans l'oeil d'un cyclone.
Au lieu de cela, les survivants cherchent à rebondir, à revenir à des pratiques et/ou plaisirs plus ou moins coupables. Les gifles et la bonne volonté ne suffisent pas : Chasser le naturel, il revient au galop ! Dieu seul peut nous placer dans une attitude qui nous garde et permet la protection divine.
Faute de ce retour à la source de notre origine, faute de connaissances ô combien utiles, et tellement escamotées ou combattues, notre descendance immédiate peut déjà avoir à payer un nouveau tribut.

C'est ainsi qu'une lecture lucide de notre Histoire montre que, depuis la Révolution française qui comprit le régicide par le peuple, beaucoup de démons sanguinaires furent comme appelés de leurs sphères dans la nôtre à cause des mauvaises actions et réactions des (prétendus) gouvernants et/ou du peuple*** . On peut lire ainsi - en remarquant bien les laps de temps entre deux grands conflits - :

- 1789 à 1848 : La chute de la royauté est un jugement de Dieu sur l'orgueilleux Louis XIV (et sa révocation de l'édit de Nantes) notamment en sa pseudo-descendance (Louis XVI). Sa décapitation sous la guillotine tourne à l'embrasement sanguinaire, les démons ne sachant jamais juger en justice : régicide (inutile), exécutions sommaires ("la grande terreur"), guerres de Vendée, impérialismes napoléoniens (tous les impérialismes sont provoqués par les hordes sataniques), émeutes frôlant la guerre civile réprimées par les armes ;

- 1870 : La France impérialiste (de Napoléon III, alors même qu'il est personnellement contre cette offensive !) tombe dans le piège de déclarer la guerre à la Prusse (Allemagne).
La France est battue au prix de combien de vies sacrifiées dans ce qui est devenu un nouveau jugement inique que Dieu a du concéder aux démons (à cause entre autres d'une politique extérieure pleine d'orgueil...). La défaite se double d'insurrections (parisiennes) terriblement meurtrières (amenant la Commune) ;

- 1894-1899. Cette fois c'est l'affaire (du juif) Dreyfus qui, par cette plaie qu'est l'antisémitisme, ouvre la porte à des mécréants (sans religion) qui, formant "le bloc des Gauches", ont réussi à se faire élire : le gouvernement Waldeck-Rousseau commence à attaquer les congrégations religieuses, qui sont dissoutes et spoliées. Puis le gouvernement Combes, dans le cadre de la séparation de "l'Église" et de l'État, fait appel à l'armée pour faire l'inventaire des biens des églises qui deviennent propriété de l'État !
On peut juger de toutes les iniquités qui se sont jointes à de justes jugements, ce qui est terrain fertile pour toutes les sortes d'esprits maléfiques.
Que peut-il en résulter une nouvelle fois pour les enfants dont les pères sont manifestement manipulés et peu capables de résister ?

- 1914-1918 : Assassinat de Jean Jaurès, un chrétien longtemps intègre pacifiste qui céda le contenu de sa foi à l'idéologie politique dominante du moment ; et guerre déclarée par l'Allemagne, où on commence à compter les morts par... millions !

Parallèlement, en commençant en 1917 par la Révolution russe, avec ensuite des variantes de la même idéologie athée (marxisme) transposée sur le terrain politique, on arrive
- à partir de sa vue universalisme : à un impérialisme ou totalitarisme forcené ;
- à partir de l'évolutionnisme néo-darwinien à un progressisme qui n'a pas de freins ;
- à partir du concept de lutte des classes à l'extermination des opposants et de tous types de populations attachées à des croyances religieuses.

 

Ainsi se démontre par la multitude de leurs fruits ruisselants de sang, de quelle nature sont les arbres qui se veulent avancée de la pensée humaine, mais sont en réalité la démonstration que les réalités sataniques ne sont pas loin de nous dès lors qu'on innove tous azimuts, sans discernement, en opposition aux ordres divins. Les démons tirent ainsi, au fil de l'Histoire et aujourd'hui bien sûr encore, les ficelles des rapports de ce monde (entre des personnes ou entre des nations), jusqu'à pouvoir transformer chacun de nous en instruments de destruction, coupables autant que victimes, marionnettes, girouettes, pantins...

à suivre...

______________
** Il n'est pas certain que ce qu'on appelle exorcisme puisse se ranger dans cette catégorie, si c'est davantage en comptant sur des objets ou incantations que sur la puissance qui est dans le nom de Jésus que les délivrances sont opérées... Voir à ce sujet ici un cas biblique retentissant.

*** La seule bonne réaction étant un retour de dimension nationale à Dieu et à la compréhension de ses Écritures les plus certaines et bénéfiques scellées dans la Bible.

Partager cet article

Repost0
25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 10:00

Suite de l'article commencé ici

b) L'autre bonne - meilleure - dynamique contre ces esprits sataniques est de les chasser au nom de Jésus. C'est ce que Jésus faisait lui-même, ce qu'il a donné pouvoir à ses disciples de faire, ce qui se fait donc encore par des chrétiens qui ne se laissent pas arrêter dans leur combat par la foi**.

Cette pratique libératrice est aujourd'hui appelée exorcisme** par nous. Elle beaucoup mieux connue et plus exercée en Afrique où les pratiques occultes et autres croyances dangereuses initiées ou manipulées par des démons sont nombreuses.

Mais aujourd'hui chez nous où pratiques immorales et occultes se multiplient loin des directives bibliques, avec donc toute l'incroyance (qui est un péché, parce qu'acception naïve, irréfléchie, non éprouvée de préjugés, slogans ou autres concepts matérialistes) qui est érigée en lit de culture, le besoin de voir et croire et faire appel à la délivrance dans le nom de Jésus s'accroit et va certainement s'accroître significativement.

On nous dit déjà que 45 % des personnes qui dorment à deux ont de mauvaises nuits. A cause du ronflement, mais encore de mouvements brusques soudains ou d'autres agitations, de cauchemars.
Certains sentent des présences invisibles - pires devisent avec elles -  ou voient apparaître en vision une personne peu rassurante. On peut encore sentir des mains qui veulent réellement nous étouffer, etc...
La peur de dormir dans le noir fait dormir bon nombre d'adultes avec un éclairage.
Plutôt que de passer une nuit seul(e) dans sa maison, certain(e)s vont dormir ailleurs.
Il y a aussi pendant la nuit des attouchements, excitations sexuelles et jusqu'à des viols opérés par des démons appelés dans les îles "mari de nuit"...

A part des rêves occasionnés par des activités du jour, on est là le plus souvent face à des intrusions de mauvais esprits (par leurs intentions). Ils se sont acquis des droits d'accès à notre quotidien, voire dans notre intimité (d'où aussi cette exhortation biblique), par nos mauvaises pensées, paroles ou comportements. Ces démons ont des caractères, qui vont de la timidité aux pires exhibitionnismes et barbaries.

Qui, à part Jésus, par l'invocation ou l'appel de son nom, par la foi et la recherche de protection en lui, peut résoudre, sans transfert maléfique, sans déplacement de problèmes, des troubles, agitations et agissements de cet ordre ?...

Le nom de Jésus est efficace dans la bouche d'un chrétien authentique pour prendre autorité sur un ou des démons. Cela n'est bien sûr pas sans danger et requiert des connaissances de base (qui s'acquièrent)...
Dans tous les cas quiconque se trouve en danger et appelle Jésus peut obtenir son secours (tout immédiat ou différé). Lire tout le psaume 107.

Bien sûr que la force démoniaque devenue irrésistible jusqu'à des actes malveillants horribles et horrifiants, n'exclut pas la responsabilité de ceux qui se livrent ainsi à ce qui devient sur eux des autorités toute-puissantes.
Dans ce cas les coupables, les bourreaux, les exécuteurs, sont arrivés à un terme où ils découvrent que "c'est devenu plus fort qu'eux" ! Alors ce n'est plus eux (seulement) !
Parvenu à un seuil (élevé) de soumission, c'est seulement le passage à l'acte qui fait tomber la pression : encore un verre d'alcool - un autre shoot - encore une masturbation ou une copulation forcée - un viol - un casse - un meurtre - une boucherie...


Le démon gagne à travers des actes matériels qu'ils provoquent, comme on marque un but ou on transforme un essai. Il s'aguerrit lui-même pour conduire celui ou celle qui est devenue sa proie, son outil, son agent, son appât, son jouet... vers un 1er ou un nième nouvel acte destructeur - tourné et accompli contre son instrument ou à travers lui...

Le suicide est souvent un acte en rapport avec une activité démoniaque :
- acte comme une réaction de défense face à un harcèlement démoniaque qu'on ne veut plus supporter de la part d'autrui ;
- acte comme une échappatoire face à un harcèlement intérieur (voix, obsessions devenues incessantes...) qui veut nous pousser à mourir comme seule solution de repos ;
- acte comme une ultime résistance ou dernier rempart aperçu quand un démon pousse de plus en plus fort pour faire passer à un acte des plus graves, à un irréparable qu'on ne veut pas accomplir.
J'ai connu une personne qui, dans une quête pseudo-spirituelle très poussée, en était arrivé à un "sommet". Il lui était maintenant proposé de recevoir une puissance planétaire. Le prix : il devait sacrifier sa fille ! Il ne réussit à s'empêcher de le faire qu'en restant au lit pendant des semaines : S'il se levait, il sentait qu'il ne pourrait pas résister...

Que de drames ainsi, souvent entièrement inaperçus, dans la maison d'un voisin, à la surprise générale, toujours dans l'incompréhension... quand ça ne commence pas à se montrer dans la nôtre. De quoi plonger soudain une personne et/ou une famille ainsi livrée aux puissances occultes dans une sorte de preuve que : Oui, l'enfer existe ! et on en goûte le feu et le soufre.

Un temps j'ai eu la révélation que Satan existait, mais je ne savais pas du tout comment, par quoi, il agissait. Cela aussi s'apprend, et pas sans être confronté directement à ses réalités.

à suivre...

______________
** Il n'est pas certain que ce qu'on appelle exorcisme puisse se ranger dans cette catégorie, si c'est davantage en comptant sur des objets ou incantations que sur la puissance qui est dans le nom de Jésus que les délivrances sont opérées... Voir à ce sujet ici un cas biblique retentissant.

 

Partager cet article

Repost0
5 avril 2016 2 05 /04 /avril /2016 05:34

DU MÉPRIS AU SUICIDE : C'est un chemin extrême... mais on est dans des temps extrêmes ! Ce qui se caractérise par une GÉNÉRALISATION de l’extrémisme des personnes (de leur caractère, des limites de leurs capacités et libertés, des forces pouvant dépendre de leur moi-je -ou ego).
Rien de nouveau sous le soleil, puisque la généralisation d'un comportement ou réunification des hommes en exil de leur Créateur, a toujours été recherché, les images - biblique et européenne - de la Tour de Babel se rejoignant d'un commencement à une fin...

Et donc, la mort étant une des formes de fin les plus universelles, déterminantes et pour qui sait voir significatives, la voyons-nous et la sentons-nous toujours plus proche et porteuse de l'horreur, de la relativité du vivant incarné, et des sentiments qu'elle suscite...

Et je me suis souvenu d'une phrase d'un auteur qui s'est plus tard suicidé : "La faiblesse fait lever la haine."
On est là en plein dans l'humain que nous sommes si naturellement, obligés par une psyché qui, lorsqu'elle est laissée libre dans sa condition adamique, ne peut que voir le mal se mettre à dominer sur soi et sur le bien. Et cette domination du mal, c'est peut-être faire mal en conscience, mais surtout c'est faire mal en croyant ne pas mal faire ou en croyant vraiment bien faire.

Et donc le mal sévissant - dès lors qu'on n'est pas entré personnellement dans la grâce secouriste qu'accorde Dieu... -, laisser le mépris prendre le dessus dans l'espace de nos relations obligés (de voisinage, familiale, professionnelle, de loisirs...) peut plus ou moins rapidement conduire à la haine. Plus ou moins vite selon des ingrédients comme le contexte familial et/ou sociétal, la promiscuité, la différence ethnique, le sexe, les capacités intellectuelles, les moyens financiers...

Et la haine apparaît vite comme un poison, comme un acide qui ronge, qui détériore le regard, si irrite jusqu'à ne plus pouvoir être contenue. De donc de la haine à la mort, le pas n'est plus très grand.
Si c'est la haine envers un autre ou d'autres, on peut avoir de plus en plus envie de les voir disparaître, et on peut finir par y mettre la main ; si c'est une haine dirigée contre nous, on peut envisager aussi que la disparition de l'autre s'opère, soit qu'on le tue, soit qu'on se tue : le sommet, le cumul, étant comme on le voit de plus en plus singulièrement, de tuer et de se tuer avec. Ce qui passe la logique, ce qui est une incohérence totale, sauf à être aveuglé - alcoolisé, drogué, fanatisé par des paroles - jusqu'à remettre la gouvernance de soi totalement entre les mains "d'un autre".

Quel est "cet autre" ? On le nomme radicalisme religieux, ou idéologue ; Cause ; Idéal ou utopie ; rêve ou hallucination ; une personne (gourou ou autre leader de la pensée ou de la croyance)... Et pour aller jusqu'au bout des choses, "jusqu'au bout de la nuit", il faut pouvoir dire que cet autre qui peut nous dominer à l'extrême, c'est une réalité vivante de l'ordre spirituel (que forment une multitude d'anges déchus de leur rang céleste, mais encore puissants dans leur relation à la Terre, qu'on ne doit pas craindre d'appeler des démons.
Par notre évolution culturelle occidentale post-chrétienne, on a voulu évacuer cette réalité, trop attachée à la religion jugée comme un archaïsme, mais il ne suffit aps de nier une réalité pour qu'elles cesse d'exister ! Et on n'a pas fini d'en avoir des démonstration, jusqu'à ce qu'on plie le genou, non forcément devant des hommes, mais devant la réalité de ces esprits maléfiques... et surtout devant Dieu.

Car s'éloigner de Dieu, c'est s'approcher de la mort et la laisser nous approcher. Mais revenir à Dieu, c'est pouvoir permettre à la vie de se rapprocher de nous. Dieu est la vie, et créateur de la vie (en diverses manifestations).
Les démons sont entrés dans une mort (séparation) vis-à-vis de Dieu. Et nous, dès lors que nous nous élevons - par le mépris, la critique, des jugements lapidaires, la méchanceté, l'envie...-, 1 - nous nous séparons ou nous maintenons dans une séparation vis-en-vis du Dieu vivant. et
2 - nous pouvons nous ouvrir à des attractions démoniaques de plus en plus puissantes, en pensée ou par des voix entendues dans notre âme, jusqu'à entraîner notre corps dans la soumission, en vue de concrétiser les instincts et volonté malfaisantes de l'autorité spirituelle qui a dès lors triomphé de nous.
Faute de cette compréhension, on reste tous et chacun une proie de ce monde occulte et du mal qu'il peut actionner, par nous ou contre nous - car ça joue toujours dans les deux sens, comme la course d'un boomerang, comme le vent qu'on sème et qui peut nous amener des tempêtes...

"Mourir pour une cause ne fait pas que cette cause soit juste." Montherland.

Liens utiles : Prière-guide pour se réfugier en Dieu -

Lisez et cliquez : "Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi ; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses." Matthieu 6.14-15.

Soyez béni-e par le Dieu vivant dont l'amour peut couvrir nos égarements et offenses.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche