Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juin 2019 2 04 /06 /juin /2019 12:36

La Pentecôte arrive ce week-end et lundi prochain.
Comment allez-vous la vivre ? En étranger désintéressé, ou en curieux désireux d'enrichir sa vie par les meilleures connaissances qu'on puisse avoir du Réel ?

La fête de la Pentecôte arrive 50 jours (du grec penta = 5) après la fête de(s) Pâque(s) juive et chrétienne.
De quoi est-on censés se souvenir à ces occasions calendaires ?

A l'origine la Pentecôte s'appelait Chavouoth (en hébreu semaines).
Avec Pessa'h ("la Pâque") et Souccot (qui signifie cabanes ou tabernacles), c'était les 3 principales fêtes instituées par le Dieu de la Bible... l'inventeur du jour de repos hebdomadaire et des jours fériés (jour de vacances, de réjouissances) !

Pensez qu'après plus de 400 années passées en esclavage, le peuple hébreu (israélites ou juifs c'est tout pareil) avait de quoi apprécier que le Dieu de leurs pères génétiques (Abraham, Isaac et Jacob) leur offre un jour de repos par semaine et en plus au total 7 fêtes annuelles ! Rien de plus humain et social en cette époque primitive de civilisation !

Et donc la 1ère de toute les fêtes annuelles était Pessa'h, ce qu'on traduit par la Pâque.

RAPPEL HISTORIQUE SUR L'ORIGINE DE LA PÂQUE
L'apparition de la Pâque est liée à cette fin et sortie de l’esclavage d’Égypte justement.
Pour ce faire, l’Éternel-Dieu avait demandé à chaque famille descendante de Jacob, de badigeonner les montants de leur porte d'entrée de sang pour les garder de l'ange de la mort qui une certaine nuit descendit faire mourir (à cause de l'obstination du Pharaon qui voulait tenir tête à Dieu) tous les petits-nés des humains et des animaux.
La vertu du sang nous apprend la bible, est dans le fait que cette substance est le support physique de l'âme (le moyen de son attache au corps), et que, pour que l'âme d'un coupable ne meurt pas (ne soit pas séparée de son corps, ce qui provoque la mort physique), il faut qu'une autre âme meurt à sa place - en l'occurrence on sacrifiait alors un animal innocent, au sang pur.

Et comme tous les israélites avaient pu ainsi être épargnés puis libérés, dès qu'ils furent hors d’Égypte, Dieu leur dit de faire dès cette libération accomplie un mémorial, une fête du souvenir, qui reprenne ce moyen de protection et de donc de pardon pour quiconque se l'appliqua, que fut le sacrifice d'animaux innocents (on lit ici dans le livre de l'Exode ch. 12).

Cette méthode et ce rituel se perpétuèrent pendant environ 1 400 ans, temps où Jésus paraît comme étant "L'agneau de Dieu qui ôte le péché (le mal) du monde"(Jean 1.29).

Après avoir démontré sa singularité par ses paroles, des guérisons et autres miracles tout à fait inusités, Jésus a effectivement, comme annoncé par avance, l'agneau dans la force de l'âge qu'on mène à la boucherie afin que son sang soit versé pour la rémission (l'expiation, l'effacement, le pardon) des péchés (du mal fait aux autres et des offenses envers Dieu).
Sur les annonces prophétiques qui rendent la crucifixion de Jésus pleine de justice et de sens, on peut lire par exemple Ésaïe ch. 53, le psaume 22, Zacharie 11. 12,13.

Ainsi la fête de la Pâque fut accomplie une toute dernière fois, spiritualisée par Dieu lui-même en la personne de Jésus livré en sacrifice pour le rachat (possible, potentiel) de tous de la main du démon Satan qui, depuis le premier couple humain, s'était rendu souverain de la terre. (Hébreux ch. 2)

RAPPEL HISTORIQUE SUR LA PENTECÔTE
la fête de  de la Pentecôte arrive au terme des semaines qui contribuent à la pousse des céréales jusqu'au moment joyeux de la moisson.
Par la suite, la tradition rabbinique a aussi fait judicieusement coïncider cette fête avec le don de la Torah (fondement du judaïsme) à Moïse sur le mont Sinaï.
La Torah ou Loi étant l'ensemble des (613) articles de lois qui forment une véritable Constitution par quoi régler les vies personnelles et en société. Loi dont les 10 commandements ou Paroles sont le noyau central dur, gravés dans la pierre du doigt de Dieu...

Par la suite, là aussi quand le temps en fut venu, une manifestation de Dieu dans la chair humaine (à distinguer d'une manifestation divine en chair de Dieu ou théophanie) la fête de la Pentecôte a été activée par Jésus (Dieu fait homme né de la chair) et spiritualisée pour l’avènement d'une ère et humanité vraiment nouvelles, celle-ci ayant obtenue la vie éternelle de Dieu (éternisation de l'âme par réconciliation et alliance spirituelle avec Dieu).

Ainsi Jésus fut glorifié après sa résurrection et élevé par une ascension céleste, 40 jours après sa mort. Là, partageant le trône éternel de Dieu, il a présidé dans son nouveau corps au don du Saint-Esprit aux hommes. Celui-ci se répandit parmi le genre humain, descendant notamment comme des langues de feu sur 120 disciples de Jésus demeurés dans l'attente de l'accomplissement de cette promesse. (Actes des Apôtres ch. 2)

IMPUISSANCE DES LOIS RELIGIEUSES CONTRE FORCE DU PÉCHÉ 
Ainsi ce don qui figure le nouveau mode (d'appropriation) de la justice de Dieu - ce qu'on appelle la grâce, la rédemption, le salut, le rachat... - vint se substituer très favorablement à ce qu'exigeait la Torah ou Loi écrite, c'est-à-dire une obéissance par la force de notre âme (pécheresse, amoindrie, détraquée, imparfaite) à une loi parfaite.

A cette mission impossible, imposée par Dieu pour que chacun se juge objectivement et se trouve immanquablement pécheur/pécheresse, perdu-e car incapable jamais de plaire à Dieu par lui-même, Jésus seul à pu répondre parfaitement pendant tout le temps de son périple terrestre. Par son obéissance parfaite, il a pu nous délivrer des commandements en tant que force extérieure à nous à laquelle il faudrait sans cesse veiller d'obéir, ou sacrifier (des animaux) pour effacer nos fautes.

Ce qui me fait dire qu'aucune religion n'a le pouvoir de faire de nous des gens-bons, car aucune n'a le pouvoir de tuer le cochon... qui est en nous ! Ce que la Bible appelle "la loi du péché".
C'est ainsi que la Nouveau Testament est venu s'ajouter au Tanak (la Bible juive) qui devint l'Ancien Testament. Un lieu d'écritures qui demeure de référence à plus d'un titre, mais qui n'est pas - qui n'a jamais été - le moyen pour obtenir la paix avec Dieu et avec tous nos concitoyens.

Car depuis maintenant bientôt 2 000 ans, c'est seulement par la foi au Fils unique de Dieu vivant, en sa mort sacrificielle, en sa résurrection et en sa capacité de nous sauver d'une perdition psychique éternelle par son Esprit qu'un retour à Dieu s'opère véritablement. Ce qu'on appelle aussi à partir du grec l’Évangile, ce qui signifie "bonne nouvelle" de Jésus-Christ.

UN DÉTAIL CAPITAL
on peut chacun bénéficier de jours fériés ou d'un pont par la grâce des fêtes judéo-chrétiennes. Mais ce n'est là comme bénéfice qu'un verre d'eau d'une rivière ! Dieu a tellement mieux en réserve pour nous. "Le ruisseau de Dieu est plein d'eau" !

Mais il ne nous veut pas seulement des spectateurs d'une scène heureusement vécu par d'autres. Il ne veut pas que nous soyons ce genre d'assistés profiteurs qui veulent bien prendre ou recevoir mais sans jamais s'investir, donner en retour : ils auraient un tellement meilleur bénéfice s'ils entraient dans la dynamique du partage réciproque, des échanges mutuels !

Bref, ici il est question de la vie spirituelle, qui est de la nature ou essence même de Dieu. C'est la vie jusque dans sa dimension éternelle, par opposition à ce qu'on est en tant que corps et âme, doublement mortel : Une première fois dans notre dimension physiologique, quand l'âme se détache du corps. Et une autre fois, si nous ne sommes pas réconciliés avec Dieu, lorsqu'il n'y aura plus pour circonscrire tout ce qui sera resté mal qu'un ardent étang de feu et de soufre. Ce qui est "la seconde mort" est-il dit dans l'Apocalypse. La part dernière de ceux qui n'auront pas voulu entrer selon la règle dans le bénéfice de la justice de Dieu. La règle étant de réaliser qu'on a besoin d'être pardonné de nos fautes, de demander ce pardon qui s'obtient par la foi en Celui qui l'a mis à notre portée : Jésus.

"Celui qui vaincra héritera ces choses ; je serai son Dieu, et il sera mon fils.8 Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l'étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort."

IL FAUT, POUR CONNAÎTRE DIEU, NAÎTRE DE LUI
Et donc le détail auquel j'arrive, c'est qu'on apprend par la Bible qu'entre la mort de Jésus (comme victime expiatoire de la Pâque) et son départ de la terre (ou Ascension), il se passe un événement des plus importants pour ceux qui ont suivi Jésus jusque là.
Pendant ce laps de temps où Jésus ressuscité se montre ici et là à ses disciples, on peut lire, rapporté par l'apôtre Jean dans son Évangile au chapitre 20 :
"Les portes du lieu où se trouvaient les disciples étant fermées, à cause de la crainte qu'ils avaient des Juifs, Jésus vint, se présenta au milieu d'eux, et leur dit : La paix soit avec vous !20 Et quand il eut dit cela, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent dans la joie en voyant le Seigneur.21 Jésus leur dit de nouveau : La paix soit avec vous ! Comme le Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie.22 Après ces paroles, il souffla sur eux, et leur dit : Recevez le Saint Esprit."

Dieu crée ainsi de sa bouche, par son souffle exprimant les paroles de ce qu'il a conçu et de ce que veut sa volonté.
Ce souffle de Jésus est doublé de ce qu'il dit : il est ainsi décomposé en deux temps et réalités pour qu'on comprenne mieux ce qui se fait.
Ce souffle est créateur d'une nouvelle structure de vie en l'homme condamné à mourir à cause du péché. En grec il était parlé par les anciens du logos spermatikos (on pourrait traduire par parole séminale, fécondante). Et dans le Tanak (Bible des juifs) le Messie (pour eux à venir, pour nous déjà venu) est appelé "le germe", c'est-à-dire le cœur d'une semence.

Ainsi Dieu sème, ensemence, engendre en mettant, en enterrant sa vie dans l'humain... qui se réconcilie avec lui. C'est ce que Jésus appelle par ailleurs "naître de nouveau", naître une seconde fois, cette fois-ci par une naissance comme intra-utérine, dans ce monde, pour une manifestation qui ne paraîtra qu'au delà de cette matérialité. Quand ?
Après la fin de ce corps mortel, en rapport avec et pour la création tout autre qui va suivre la fin de celle-ci : le Paradis véritable, qui n'a encore jamais été.

Jean a écrit à ce sujet : "A tous ceux qui l'ont reçue (la lumière de Dieu, son Esprit), à ceux qui croient en son nom (yeshoua en hébreu, Jésus en français et anglais), elle a donné le pouvoir de devenir enfant de Dieu, lesquels sont nés ni du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu".

Ainsi Dieu crée encore des êtres humains d'une race totalement à part de ce que produit la naissance physique. Il crée comme on greffe un sillon d'un arbre qu'on veut voir grandir sur un tronc plus vieux d'une autre espèce qui, de ce qu'il est, va devenir tout autre chose.
On fait ainsi par exemple produire
un plant de tomate et des tomates à (sur, à la suite) d'un pied d'aubergine.
Le parallèle avec la façon dont la terre est organisée par la médiation des mots prononcés par Dieu est clair (pour qui veut voir
- relire Genèse chap. 1). "Car il dit, et la chose arrive ; Il ordonne, et elle existe." Psaume 33.

 

ÊTES-VOUS NÉ-E DE DIEU ?
C'est la principale question, après la conscience que Dieu existe et que Jésus a été sur la terre ce que la Bible en dit, la plus conséquente de tout votre présent et devenir éternel.

Il faut que vous soyez au clair à ce sujet. Si vous ne voulez pas que toute cette parenthèse d'existence - qui aura essentiellement servi à ce que vous soyez formé-e en tant qu'entité individuelle, qu'un moi, un ego conscient de lui-même - sombre dans une perdition (déconscientisation ou mort sans retour en tant que personne) à jamais.

à suivre...

Prière-guide ici si vous voulez maintenant venir à Dieu pour entrer dans son alliance de paix véritable

Partager cet article

Repost0
11 août 2018 6 11 /08 /août /2018 07:30

Un texte proclamé au XVIe siècle, d'autant plus significatif qu'il est écrit et chanté au cœur d'un environnement sociologique des plus puissamment hostiles (opposition spirituelle employant l'organisation catholique romaine et le pouvoir politique du moment).
Martin LUTHER, instrument majeur (trompette !) de Dieu pour un gigantesque réveil spirituel ou : Comment Dieu par un seul homme oint par le Saint-Esprit peut changer un cours de l'histoire dominé par Satan et ses fortes armées.
 

C'EST UN REMPART - Martin LUTHER

1. C'est un rempart que notre Dieu :
    Si l'on nous fait injure,
    Son bras puissant nous tiendra lieu
    Et de fort et d'armure.     
    L'ennemi contre nous
    Redouble de courroux :
    Vaine colère !
    Que pourrait l'adversaire ?
    L’Éternel détourne ses coups.

2. Seuls, nous bronchons à chaque pas,
    Notre force est faiblesse.
    Mais un héros, dans les combats,
    Pour nous lutte sans cesse.
    Quel est ce défenseur ?
    C'est toi, puissant Seigneur,
    Dieu des armées !
    Tes tribus opprimées
    Connaissent leur libérateur.

3. Que les démons forgent des fers
    Pour accabler l’Église,
    Ta cité brave les enfers,
    Sur le rocher assise !
    Constant dans son effort,
    En vain, avec la mort,
    Satan conspire :
    Pour briser son empire,
    Il suffit d'un mot du Dieu fort !

4. Dis-le, ce mot victorieux,
    Dans toutes nos détresses !
    Répands sur nous du haut des cieux
    Tes divines largesses.
    Qu'on nous ôte nos biens,
    Qu'on serre nos liens,
    Que nous importe ?
    Ta grâce est la plus forte,
    Et ton royaume est pour les tiens.

 

Et si on peut faire des reproches à Luther qui est resté homme et n'a pas eu le temps de tout comprendre de la Bible - qui a tout compris ? -, on peut aussi se regarder soi-même et se demander ce que le Dieu créateur des cieux et de la terre et rédempteur du genre humain peut opérer de sa volonté à travers nous...

Toujours en recherche de plus de justesse et de vérités, soyez béni-e, et inspiré-e... par le "bon" Dieu.

 

Partager cet article

Repost0
20 mai 2018 7 20 /05 /mai /2018 16:28

 "EN MAI (68) FAIS CE QU'IL TE PLAÎT" ! - ET APRÈS ?

L'homme joue sa vie comme une partie de cartes
Moins paisible que celle peinte par Cézanne,
Et quand la femme s'y met, sans comprendre Descartes
Vers quel azur part-on pour construire nos raisons et cabanes ?

En avril déjà sans doute, étions-nous découverts,
Secoués par le rock, balancés par le twist,
Loin des dictons ringards qui nous veulent couverts
On s'ouvrait à la vague nouvelle des plus non-conformistes.

Mais en mai, foin des lois et de toutes les normes,
Ouvriers, étudiants retrouvent la tradition
De la Révolution qui rend la France morne
Quand en 89 elle tue roi pour Aigle et pour Aiglon.

En Mai dans la rue descends, fais ce qu'il te plaît,
Monte dans les chambres où dorment jeunes filles en fleur
Défais le beau, le laid, le bien ! C'est le progrès
En marche, laisse aller l'instinct, prends ton pied, profite de l'heure.

De cette nuit d'ivresse qui dura quelques jours
Furent prises des libertés, sont nées des addictions
Dont le poids aujourd'hui n'est ni paix ni amour
Comme on crut, mais des troubles, tristesse, déprime et délation.

Pas de quoi jubiler ! même si bien des produits
Technologiques, de santé, de confort sont là ;
On s'achète un bon lit mais le sommeil nous fuit;
Volatile, le bien-être intérieur n'y est globalement pas.

C'est qu'à oublier Dieu, se donner des idoles,
On y perd et l'esprit et notre âme et on s'ouvre
A bien des ennemis qui font mal ou rigolent
En voyant le déni sous lequel on se trompe et se couvre.

Foin de 68, de ses flux malséants,
Nauséeux, qui attirent les plus grands jugements !
Revenir à la foi, à Jésus, maintenant
En demandant pardon, rédemption, tout personnellement.

C.T. @LGDDV -

¤

EN MAI (78), PAR QUEL AMOUR...

Par quel amour sur mon chemin sans freins
Tu es venu un jour prendre ma main !?
Tu m’as trouvé sans que je t’ai cherché :
J’étais ailleurs encore trop occupé !

J’étais nanti!... Mais plus qu’il ne faudrait
Ne suffit pas à un bonheur parfait.
Insatisfait autant qu’insouciant
Je ne voyais de la vie que bons temps,
Je la prenais, l’usais, la déchirant,
J'en abusais au gré de mes penchants.

Mais l’on récolte un jour ce que l’on sème
Tous les plaisirs ne font pas que l’on aime,
Et mauvais vents sur nos chemins amènent
Non pas la paix, mais la peur et la haine.

Il a fallu enfin pour que j’arrête
Un coup plus fort pour faire tourner ma tête :
Le sang mêlé est parfois nécessaire
Pour faire cesser le flot de nos misères.

Par quel amour sur mon chemin sans freins
Tu es venu, Jésus, prendre ma main !

J'étais sans foi!... Mais où péché abonde
Dieu nous pardonne, sa grâce surabonde.
J'ai pu goûter la douceur d'être aimé
Le Ciel ouvert sur sa réalité
Les flots de son cœur épanché
Jusqu'au bonheur d'être régénéré.

Il m’a parlé ! me disant que la Bible
Était son livre aux secrets indicibles...
Que son Esprit seul peut nous révéler,
Lumière d’en Haut, eau fraîche et vérité.

Ainsi Jésus fut l'ultime réponse
Venu payer jusqu’à la dernière once
Le prix de mes torts et de mon rachat
Sa mort signant la trêve des combats.

Par une croix dressée pour le supplice
Le Fils de Dieu offrit en sacrifice
Sa vie bénie pour ôter le péché
Qui dans nos vies ferme à l’éternité.

Par quel amour sur mon chemin sans freins
Tu es venu, Jésus, prendre ma main !

Pour toi ami(e) qui ne L’a pas trouvé
Je veux dire : Grâce, au nom de Jésus-Christ !
Tout ton péché, Il l’a déjà porté
Confesse-le, il sera englouti ;

Je veux dire : Grâce, de la part de Jésus
Reçois sa vie, ne sois plus des perdus.
Sur son chemin Il te tiendra la main
Pour avancer chaque jour et sans fin
Pour avancer, chaque jour et sans fin...

Par son amour sur nos chemins sans freins
Il peut venir, Jésus, prendre nos mains !...

C.T. 2000-2010 ALGDJ

Partager cet article

Repost0
6 avril 2018 5 06 /04 /avril /2018 13:38

La rime est belle : "En Mai, fais ce qu'il te plaît."
En Mai 68, pour beaucoup, c'est la porte ouverte à faire
TOUT ce qui nous plaît. Alors voyons !

Car si sur le moment on n'a pas vu, un demi-siècle plus tard on peut voir bien plus clair ! À voir !?
Je dis toujours - comme Descartes : Il faut prendre du recul ! Ou comme Pascal : il faut avoir "une pensée de derrière", c'est-à-dire avoir un point de vue relativement détaché de ce qu'on vit.
Mais pas du recul dans le temps, car on ne sait pas tenir compte des leçons de nos histoires ; non, du recul sur le moment ! ... et j'avoue qu'alors, comme les autres - puisque je fus de cet événement -, brut d'une culture culturante mais qui ne rend pas forcément intelligent comme il faut, je n'ai pas eu (beaucoup) de recul...

Et donc maintenant voir quoi ?
Qu'on s'est donnés là encore une mauvaise action/réaction, dans le droit fil d'une fin de seconde guerre mondiale – pas rien quand même deux guerres mondiales en 20 ans ! – qui aurait dû être accompagnée et suivie dans une repentance collective, nationale, dans des demandes de pardon vraiment libérateur, dans un vrai retour au Dieu de la Bible, au Dieu de l'essentiel de nos ancêtres.
Car il faut bien l'entendre si on ne veut pas être une nouvelle fois - qui vient ! - la proie de hordes sauvages satanisées : les jugements sont des effets de nos fautes morales, de notre impiété ou de quelque religiosité en quoi la vérité n'est pas l'essentiel (l'essence du Ciel).
Il faut s'en souvenir pour soi, car c'est de moins en moins, voire plus jamais, que des nations avec toutes leurs autorités vont revenir à Dieu comme un seul homme...

En 45, l'humilité, mieux que l'humiliation, n'aurait certainement pas empêché l'essor des "trente glorieuses", mais aurait permis, de plus, qu'elles ne soient pas stoppées net en 73 - c'est-à-dire peu après 68 -, par où on ne l'attendait pas !...

Alors voilà ! C'est comme une triste fatalité (tant qu'on ne sait pas comment ça marche), qu'une fois la liberté (ou la santé) retrouvée, on oublie d'où est venu le malheur, on retourne à son comportement problématique, on suspend la rémission, on fait rebelote avec le pique (un cœur noir à l'envers), on se met en cheville avec le trèfle (l'argent "bon serviteur mais mauvais maître"), on coupe le cœur (le vrai amour, dont Dieu est l'origine et peut seul assurer la pérennité), et on va finir "dedans", sur le carreau. (si vous ne comprenez pas, apprenez les règles de La belote) *:) Heureux .

Et donc,

Un homme joue sa vie comme une partie de cartes
Moins paisible que celle que nous peignit Cézanne,
Et quand femme s'y met sans comprendre Descartes
Vers quel azur part-on pour construire nos cabanes ?

En avril déjà sans doute étions-nous découverts,
Secoués par le rock, balancés par le twist,
Loin des dictons ringards qui nous veulent couverts
On s'ouvrait à la vague nouvelle non-conformiste.

Mais en Mai, foin des lois et de toutes les normes,
Ouvriers, étudiants retrouvent la tradition
De la Révolution qui rend la France morne
Quand en 89 elle tue roi... pour Aiglon.

En Mai dans la rue descends, fais ce qu'il te plaît !
Monte dans les chambres où sont jeunes filles en fleur,
Défais le beau, le laid, le bien ! C'est le progrès
Qui court : Laisse aller l'instinct ! Prends-toi du bonheur !

De cette nuit d'ivresse qui dura quelques jours
Furent prises des libertés… sont nées des addictions
Dont le poids aujourd'hui n'est ni paix ni amour
Comme on crut... mais troubles, tristesse et délation.

Pas de quoi jubiler ! même si bien des produits
Technologiques, de santé, de confort, sont là ;
On s'achète un bon lit mais le sommeil nous fuit,
Le bien-être intérieur n'y est globalement pas.

C'est qu'à oublier Dieu, se donner des idoles,
On y perd et l'esprit et notre âme - et on s'ouvre
A bien des ennemis qui font mal ou rigolent
En voyant le déni par lequel on se couvre.

Foin de 68, de ses flux malséants,
Nauséeux, qui attirent les plus grands jugements !
Revenir à la foi, à Jésus, maintenant
En demandant pardon, tout personnellement.

C.T. @LGDDV - avril 18

Soyez renouvelé-e pour connaître Ce qui est véritable.

Partager cet article

Repost0
4 avril 2018 3 04 /04 /avril /2018 13:06

 

Pâques ! Vous avez du entendre parler des œufs (ou des lapins) en chocolat, de la transhumance pascale (par les routes, le rail...), ou encore du lundi férié - ça c'est de la fête !
Mais avez-vous entendu parler par les médias dont sa reine la télévision, du sujet principal de ce long week-end  : de Jésus crucifié ? Les grands médias vous ont-ils informés sur le sens réel de cet événement  et son lien avec nous ?
Savez-vous ce qu'en dit la Bible - puisque c'est par la Bible qu'on connaît ce centre très particulier de l'histoire humaine et son explication ?
Quel pouvoir bénéfique est encore possible aujourd'hui ,de cette mort et de cette résurrection, pour changer nos vies, pour participer à la résolution de nos problèmes perso et relationnels parmi les plus importants immédiats et futurs?

Certes on peut exister sans savoir que Jésus est mort un jour, ni pourquoi et ni pour quoi. Comme on peut vivre tout en restant illettré, en ayant un niveau de 3e ou un niveau universitaire. Ou comme on peut avoir de l'eau par un puits situé à 5 kms de chez nous, une fontaine sur la place publique ou un robinet qu'il suffit de tourner dans sa cuisine ou sa salle-de-bains. C'est une question de qualité profonde de vie (essentiellement psychique, de ce centre qu'est notre âme).

Aussi je vous invite encore à revenir à Jésus pour mieux savoir ce qu'il en fut et ce qu'il en est du rapport de sa mort à notre vie... et encore à notre propre mort !. Car c'est en comprenant sa mort, que sa résurrection prend son sens et peut atteindre son but, qui est de devenir notre partage personnel, individuel, à la fois immédiat et éternel...

Pour pénétrer ce qui n'est un mystère que pour celui/celle qui ignore, vous pouvez lire un article en cliquant là - ou celui-ci - ou celui-là - ou encore cet autre.

Aussi lire ce passage de la Bible, extrait du livre initialement adressé aux Hébreux ;
"Comment échapperons-nous en négligeant un si grand salut, qui, annoncé d'abord par le Seigneur, nous a été confirmé par ceux qui l'ont entendu,4 Dieu appuyant leur témoignage par des signes, des prodiges, et divers miracles, et par les dons du Saint Esprit distribués selon sa volonté.5 En effet, ce n'est pas à des anges que Dieu a soumis le monde à venir dont nous parlons.6 Or quelqu'un a rendu quelque part ce témoignage : Qu'est-ce que l'homme, pour que tu te souviennes de lui, ou le fils de l'homme, pour que tu prennes soin de lui ?7 Tu l'as abaissé pour un peu de temps au-dessous des anges, Tu l'as couronné de gloire et d'honneur,8 Tu as mis toutes choses sous ses pieds. En effet, en lui soumettant toutes choses, Dieu n'a rien laissé qui ne lui fût soumis. Cependant, nous ne voyons pas encore maintenant que toutes choses lui soient soumises.9 Mais celui qui a été abaissé pour un peu de temps au-dessous des anges, Jésus, nous le voyons couronné de gloire et d'honneur à cause de la mort qu'il a soufferte, afin que, par la grâce de Dieu, il souffrît la mort pour tous.10 Il convenait, en effet, que celui pour qui et par qui sont toutes choses, et qui voulait conduire à la gloire beaucoup de fils, élevât à la perfection par les souffrances le Prince de leur salut.11 Car celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés sont tous issus d'un seul. C'est pourquoi il n'a pas honte de les appeler frères,12 lorsqu'il dit : J'annoncerai ton nom à mes frères, Je te célébrerai au milieu de l'assemblée.13 Et encore : Je me confierai en toi. Et encore : Me voici, moi et les enfants que Dieu m'a donnés.14 Ainsi donc, puisque les enfants participent au sang et à la chair, il y a également participé lui-même, afin que, par la mort, il anéantît celui qui a la puissance de la mort, c'est à dire le diable,15 et qu'il délivrât tous ceux qui, par crainte de la mort, étaient toute leur vie retenus dans la servitude.16 Car assurément ce n'est pas à des anges qu'il vient en aide, mais c'est à la postérité d'Abraham*.17 En conséquence, il a dû être rendu semblable en toutes choses à ses frères, afin qu'il fût un souverain sacrificateur miséricordieux et fidèle dans le service de Dieu, pour faire l'expiation des péchés du peuple ;18 car, ayant été tenté lui-même dans ce qu'il a souffert, il peut secourir ceux qui sont tentés."

Soyez (encore) béni-e.

Un chant : Le tombeau vide !

_____________
* Jésus a aussi dit : "Le salut vient des juifs". D'abord par lui, ensuite par ses apôtres, à Jérusalem, en Samarie et jusqu'aux extrémités de la terre à partir des milliers de premiers disciples, relayés par "les gentils et les barbares", les païens des nations (les goïm, étrangers à la descendance abrahamique).

Partager cet article

Repost0
5 février 2018 1 05 /02 /février /2018 15:19

Le juste jugement de Dieu sur tout ce qu'on a fait de mal
peut-être évité... avant qu'il ne soit trop tard !
Il s'agit de recevoir le pardon de Dieu au point de devenir
"une nouvelle créature"

Suite de...

  • F2 - SECONDE RÉSURRECTION ET JUGEMENT FINAL

Apocalypse 19 "7 Quand les mille ans seront accomplis, Satan sera relâché de sa prison.8 Et il sortira pour séduire les nations qui sont aux quatre coins de la terre, Gog et Magog, afin de les rassembler pour la guerre ; leur nombre est comme le sable de la mer.9 Et ils montèrent sur la surface de la terre, et ils investirent le camp des saints et la ville bien-aimée. Mais un feu descendit du ciel, et les dévora.10 Et le diable, qui les séduisait, fut jeté dans l'étang de feu et de soufre, où sont la bête et le faux prophète. Et ils seront tourmentés jour et nuit, aux siècles des siècles.11 Puis je vis un grand trône blanc, et celui qui était assis dessus. La terre et le ciel s'enfuirent devant sa face, et il ne fut plus trouvé de place pour eux.12 Et je vis les morts, les grands et les petits, qui se tenaient devant le trône. Des livres furent ouverts. Et un autre livre fut ouvert, celui qui est le livre de vie. Et les morts furent jugés selon leurs oeuvres, d'après ce qui était écrit dans ces livres.13 La mer rendit les morts qui étaient en elle, la mort et le séjour des morts rendirent les morts qui étaient en eux ; et chacun fut jugé selon ses oeuvres.14 Et la mort et le séjour des morts furent jetés dans l'étang de feu. C'est la seconde mort, l'étang de feu.15 Quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l'étang de feu."

 

F1 acte 2, et F2  : VIVRE UNE CRÉATION TOUTE NOUVELLE ET ÉTERNELLE
Votre nom sera-t-il écrit là dans Le livre de vie ?
Aura-t-il été écrit avant la 1ère résurrection et réunion des croyants à leur Tête, le Sauveur et Seigneur Christ Jésus ?

Le temps est encore ouvert maintenant, où il dépend de chacun de nous de participer, par notre foi toute personnelle, à notre salut accompli par Jésus en sa crucifixion où il accepta de prendre sur lui "le péché du monde" : le vôtre ? Croyez-le !
Que les distractions, manipulations, mensonges pseudo-scientifiques ou complétement éhontés et autres tentations démoniaques ne vous privent pas de la grâce que Dieu veut accorder à tout pécheur, à toute pécheresse, qui se repent et veut vivre en bonne relation avec lui, maintenant et pour toujours.
Les merveilles de la création éternelle qui succédera à celle-ci peuvent déjà être aperçues de loin par tout croyant authentique, pressenties ou ressenties dans le cœur, en esprit, dont il nous dit en guise d'introduction :
"Puis je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre ; car le premier ciel et la première terre avaient disparu, et la mer n'était plus.2 Et je vis descendre du ciel, d'auprès de Dieu, la ville sainte, la nouvelle Jérusalem, préparée comme une épouse qui s'est parée pour son époux.3 Et j'entendis du trône une forte voix qui disait : Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes ! Il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux.4 Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu.5 Et celui qui était assis sur le trône dit : Voici, je fais toutes choses nouvelles. Et il dit : Écris ; car ces paroles sont certaines et véritables.6 Et il me dit : C'est fait ! Je suis l'alpha et l'oméga, le commencement et la fin. A celui qui a soif je donnerai de la source de l'eau de la vie, gratuitement.7 Celui qui vaincra héritera ces choses ; je serai son Dieu, et il sera mon fils.8 Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l'étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort.9 Puis un des sept anges qui tenaient les sept coupes remplies des sept derniers fléaux vint, et il m'adressa la parole, en disant : Viens, je te montrerai l'épouse, la femme de l'agneau.10 Et il me transporta en esprit sur une grande et haute montagne. Et il me montra la ville sainte, Jérusalem, qui descendait du ciel d'auprès de Dieu, ayant la gloire de Dieu.11 Son éclat était semblable à celui d'une pierre très précieuse, d'une pierre de jaspe transparente comme du cristal.12 Elle avait une grande et haute muraille. Elle avait douze portes, et sur les portes douze anges, et des noms écrits, ceux des douze tribus des fils d'Israël :13 à l'orient trois portes, au nord trois portes, au midi trois portes, et à l'occident trois portes.14 La muraille de la ville avait douze fondements, et sur eux les douze noms des douze apôtres de l'agneau.15 Celui qui me parlait avait pour mesure un roseau d'or, afin de mesurer la ville, ses portes et sa muraille.16 La ville avait la forme d'un carré, et sa longueur était égale à sa largeur. Il mesura la ville avec le roseau, et trouva douze mille stades ; la longueur, la largeur et la hauteur en étaient égales.(comme un cube de plus de 2 000 kms de côté !) 17 Il mesura la muraille, et trouva cent quarante-quatre coudées, mesure d'homme, qui était celle de l'ange.18 La muraille était construite en jaspe, et la ville était d'or pur, semblable à du verre pur.19 Les fondements de la muraille de la ville étaient ornés de pierres précieuses de toute espèce : le premier fondement était de jaspe, le second de saphir, le troisième de calcédoine, le quatrième d'émeraude,20 le cinquième de sardonyx, le sixième de sardoine, le septième de chrysolithe, le huitième de béryl, le neuvième de topaze, le dixième de chrysoprase, le onzième d'hyacinthe, le douzième d'améthyste.21 Les douze portes étaient douze perles ; chaque porte était d'une seule perle. La place de la ville était d'or pur, comme du verre transparent.22 Je ne vis point de temple dans la ville ; car le Seigneur Dieu tout puissant est son temple, ainsi que l'agneau.23 La ville n'a besoin ni du soleil ni de la lune pour l'éclairer ; car la gloire de Dieu l'éclaire, et l'agneau est son flambeau.24 Les nations marcheront à sa lumière, et les rois de la terre y apporteront leur gloire.25 Ses portes ne se fermeront point le jour, car là il n'y aura point de nuit.26 On y apportera la gloire et l'honneur des nations.27 Il n'entrera chez elle rien de souillé, ni personne qui se livre à l'abomination et au mensonge ; il n'entrera que ceux qui sont écrits dans le livre de vie de l'agneau."

C'est donc deux espaces et devenirs terminaux (si on regarde au mal) qui clôturent les chutes d'un tiers des anges et du genre humain :
- Ce qu'on vient de lire là - où le fait que cette nouvelle création commence par une ville, alors que sur cette terre Dieu avait commencé pour l'homme par un jardin, montre qu'il y a continuité et prolongement de ce que nous connaissons, nous développons et mémorisons ici maintenant.
On est là au cœur abouti du dessein éternel de Dieu envers nous genre humain.

- et un "étang ardent de feu et de soufre" (ce qui est appelé généralement l'enfer), que Dieu a du créer pour les anges entêtés dans leur rébellion - car ils sont immortels -, et dans lequel aussi peuvent finir ceux des humains dont le nom n'aira pas été écrit dans Le livre de vie du Sauveur immolé.
C'est là la "poche" nécessitée par l'apparition du mal et  par l'exercice de la justice divine envers quiconque s'obstine à pervertir ce qui est bien, bon, beau, agréable... 

Résumé
On a pu comprendre que les deux résurrections introduisent dans des commencements de vie qui font qu'effectivement nous pouvons avoir à vivre jusqu'à 7 et 8 épisodes d'existence bien distincts :
- Existence conçue et pressentie dans le cœur de Dieu ;
- Vie fœtale (indépendamment de notre volonté) ;
- Existence actuelle à la suite, corporelle, psychique et/ou pas spirituelle ;
- Naissance spirituelle non automatique (qui tient compte d'une liberté de choix) dans l'éternité de Dieu ;
- Vie de l'âme séparée du corps (notamment après la mort physique) ;
- Vie de résurrection physique pour tous, en deux temps et avec deux devenirs qui peuvent être diamétralement opposés (comme vie et mort) ;  
- Nouvelle vie millénaire sur cette terre pour ceux qui auront triomphé par la foi et seront conviés à régner ici-bas avec Jésus-Christ pendant 1 000 ans ;
- Vie transportée dans la nouvelle création éternelle de Dieu ;
- Existence projetée dans l'étang de feu et de soufre créé pour engloutir tout le mal (mort comprises).

Ne passez pas à côté de l'ESSENTIEL (l'Essence du Ciel) et de l’ÉTERNEL !
Ne vivez pas que des bribes, même pas les miettes des festins de vie que Dieu a préparés avant que nous en jouissions !...

Que le Dieu qui sauve vous attire et libère assez pour que vous désiriez entrer dans les conditions et la réalité de votre potentielle éternisation.

Chants : Dieu est-il ta source ?
De grâce en grâce

Un message

Partager cet article

Repost0
24 décembre 2017 7 24 /12 /décembre /2017 16:25

suite de 1 - ou 2 -

 

Plus tard des érudits cherchèrent à établir la date de naissance de Jésus. Il était devenu si grand aux cœurs de quantité d'hommes et de femmes se découvrant perdus et se faisant sauver, qu'il fut décidé d'abandonner le calendrier romain pour en commencer un nouveau.
Là aussi les hommes se trompèrent un peu, mais bon, Dieu sait bien de quoi nous sommes faits ! Bref, c'est de là qu'est née la fête de Noël.

Timothée - On y parle beaucoup des cadeaux mais pas beaucoup de Jésus je trouve !

Papé - Eh oui. C'est comme si on fêtait ton anniversaire sans toi ! En tout cas les années et tous les jours qu'on passe sous ce soleil sont marqués de ce qu'avec Jésus une nouvelle ère a été ouverte. Une ère dans laquelle sont mises à la portée du genre humain une formidable grâce immédiate, qui comprend aussi que nous entrions vivants dans l'éternité de Dieu.

Timothée - C'est l'histoire vraie de Noël ?

Papé - Tout-à-fait fiston !

Timothée - Nickel ! Un peu drôle quand même l'histoire des 4x4 de la NASA !

Papé - C'est pour dire que ce qui s'est passé il y a plus de 2 000 ans, continue aujourd'hui encore. Et que riche ou pauvre, on peut toujours venir tel que nous sommes jusqu'à Jésus, lui rendre hommage et un jour l'adorer.

Timothée - Il n'est plus un bébé maintenant !

Papé - Certainement pas ! Je te lirai comment il est maintenant : c'est écrit* dans l'Apocalypse, le dernier livre de la Bible.

Timothée – Et il est au ciel maintenant ! Sur le trône de Dieu.

Papé - Tout-à-fait. Mais tu sais, ce ciel-là n'est pas loin du tout ! Il est à portée de notre cœur, pourvu qu'on le laisse être purifié…

D'ailleurs as-tu compris pourquoi Jésus est né dans une étable, au milieu des bestiaux et des mauvaises odeurs d'écurie ?

Timothée - Berk ! Parce qu'il n'y avait plus de chambre à l'hôtel !

Papé - Oui… Mais aussi pour nous dire, par les habitants de l'étable, qu'il n'y a pas de cœur humain trop sale qu'il ne puisse venir habiter, et nettoyer.

Timothée - Ça fait des grosses bouses les vaches !... Et les ânes c'est têtu, c'est très bête !

Papé - Nous aussi quelquefois - et parfois bien plus qu'eux ! Chez nous cela s'appelle le péché. Des méchancetés ou des injustices qu'on commet ; des mauvais sentiments qu'on laisse se développer et pourrir dans notre cœur…
Mais Jésus est venu pour nous pardonner et libérer de tout ça, pour faire même d'une écurie un temple saint, un magnifique palais divin.

Timothée - C'est sympa.

Papé - Oui Timothée, c'est le moins qu'on puisse dire !

Timothée - Et pourquoi on dit la crèche ?

Papé - C'est l'autre nom de la mangeoire des animaux où Jésus a été couché après sa naissance. C'est aussi un symbole, que Jésus est venu pour se donner à nous comme de la nourriture, pour nous nourrir de nouvelles connaissances venant directement du ciel.

Timothée - Et c'est quoi ces nouvelles connaissances ?

Papé - Ah ça c'est une bonne question ! Jésus a dit que Dieu aimait tellement le monde que nous formons, qu'il a livré son fils unique pour que n'importe qui parmi nous qui croit en lui ne meurt pas pour toujours, mais qu'il reçoive sa vie éternelle.

Timothée - Qu'est-ce que ça veut dire "qu'il a livré son fils unique" ?

Papé - Allons dans le salon, je vais t'expliquer….


Ainsi ce grand-père dans le coup transmit-il la connaissance de ce Dieu à la fois père et mère veillant (ferme et doux) ; de ce fils dont les vérités éternelles rendent libre et apaisent ; et de la Vie spirituelle sans fin qui s'obtient par la foi en lui.

Noël heureux... pas sans Jésus !... et peut-être avec un chant

_________
Jésus aujourd'hui : Apocalypse chap. 1, versets "9 Moi Jean, votre frère, et qui ai part avec vous à la tribulation et au royaume et à la persévérance en Jésus, j’étais dans l’île appelée Patmos, à cause de la parole de Dieu et du témoignage de Jésus.10 Je fus ravi en esprit au jour du Seigneur, et j’entendis derrière moi une voix forte, comme le son d’une trompette,11 qui disait: Ce que tu vois, écris-le dans un livre, et envoie-le aux sept Eglises, à Ephèse, à Smyrne, à Pergame, à Thyatire, à Sardes, à Philadelphie, et à Laodicée.12 Je me retournai pour connaître quelle était la voix qui me parlait. Et, après m’être retourné, je vis sept chandeliers d’or,13 et, au milieu des sept chandeliers, quelqu’un qui ressemblait à un fils d’homme, vêtu d’une longue robe, et ayant une ceinture d’or sur la poitrine.14 Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige; ses yeux étaient comme une flamme de feu;15 ses pieds étaient semblables à de l’airain ardent, comme s’il eût été embrasé dans une fournaise; et sa voix était comme le bruit de grandes eaux.16 Il avait dans sa main droite sept étoiles. De sa bouche sortait une épée aiguë, à deux tranchants; et son visage était comme le soleil lorsqu’il brille dans sa force.17 Quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort. Il posa sur moi sa main droite en disant: Ne crains point! (1-18) Je suis le premier et le dernier,18 et le vivant. J’étais mort; et voici, je suis vivant aux siècles des siècles. Je tiens les clefs de la mort et du séjour des morts."

Claude T.  - Déc. 2017 - ALGDDV - Utilisation soumise à simple demande et autorisation préalables. Merci.

Partager cet article

Repost0
22 décembre 2017 5 22 /12 /décembre /2017 09:23

 

- L'histoire fantastique et vraie de Noël -

***

Claude Thé
 

L'enfant est né. Un beau garçon. Youssef (Joseph) l'a placé dans la mangeoire des animaux.

Joseph – Je suis franchement désolé qu'on n'ait trouvé que cette écurie, mais on n'avait vraiment plus le temps… Trop souvent je ne comprends pas Hachem (Dieu pour les juifs).

Marie – C'est nous qui n'avons pas dû faire attention à quelque chose.

Joseph – Non Myriam, c'est la faute des romains ! Sans leur recensement, nous n'aurions pas eu à faire ce voyage ! Ça leur sert à quoi de nous recenser comme si on était leurs biens !?...

Marie – C'est nos péchés qui nous ont amenés sous leur domination, Youssef. Nous n'avons pas à leur en vouloir.

Joseph – Certes, certes, nos pères ont abandonné Hachem. Nous ne sommes vraiment pas dignes de notre père Abraham !...

Mais il y a quand même plus de 400 ans qu'Hachem se tait et ne sort plus avec nous ! Combien de temps encore avant qu'il ne nous délivre !?

Marie – Je crois qu'il va falloir patienter encore quelques longues années.

Joseph – On mourra donc comme ceux de nos pères qui n'ont pas vu se réaliser la promesse concernant la terre.

Marie – Hachem ne voit pas passer le temps comme nous.

Joseph – Certainement.

Marie - Il domine sur les origines et les fins.

Joseph – Tu as raison Mimie, je n'en disconviens pas. Comment te sens-tu ?

Marie – Étonnamment bien ! Je me lève d'ailleurs, je veux revoir cet enfant que j'ai eu comme notre mère Eve, avec l'aide de l’Éternel.

Joseph – Eve avait péché.

Marie – Et nous, en quoi sommes-nous différents ? Ce qui compte c'est que nous croyons en comptant sur sa grâce… plus qu'en pensant aux coups de bâton qu'il peut nous donner quand nous le mettons en colère.

Myriam regarde le bébé.

– Il est vraiment beau n'est-ce pas ! Loué soit l’Éternel qui s'est penché sur son humble servante.

Youssef reste visiblement intrigué et peu enjoué par tout ce qui se passe.

Marie – Tu n'es pas jaloux quand même qu'Hachem ait fait ce petit fils d'homme sans toi !? C'est son fils, surtout. Pas le fils d'un autre.

Joseph – Non, non, pas jaloux… Expectatif ! J'attends de voir.

Marie – Sois patient, et j'en suis certaine, il t'en donnera des fils. Je t'aime Youssef.

Contre toute tradition, Myriam vient se blottir contre son mari qui en est agréablement surpris et la couvre de son manteau.

Marie - Je pense qu'il n'a pas froid comme ça !... Regarde Youssef, l'âne et même cette vache rousse viennent le réchauffer du souffle qu'ils ont reçu d'Hachem… Hummm, j'aurais envie de le manger tellement il est chou !

Une lumière était venue s'ajouter à celle toute ombrée de l'étable et père et mère veillaient.

¤

Il y eut tout à coup dans l'aube naissante du remue-ménage dans la rue, juste devant l'écurie. Youssef se réveilla et tendit l'oreille. Myriam ne dormait pas.

Joseph – Qu'est-ce que c'est ?

La porte s'entrebâille doucement. Une tête, puis deux, puis trois apparaissen parmi des chuchotements.

- On dirait que c'est ici.

- Je crois bien qu'on y est.

- On peut entrer ?

C'était des bergers qui avaient été avertis par un concert d'anges heureux qu'un enfant était né pour amener la paix à ceux des hommes et des femmes qui seraient de bonne volonté.

Vivement saisis par l'Esprit-Saint, ils se prosternent devant l'enfant et louent Dieu de ce qu'il visitait son peuple.

Mais la nuit suivante, Myriam eut un songe inquiétant qu'elle partagea avec Youssef.

- Youssef, c'est horrible, j'ai fait un affreux cauchemar ! Mon cœur en a été transpercé comme par une épée…

On était montés tous les deux avec Yeshoua à Jérusalem. Il devait avoir 12-13 ans. Peut-être était-ce pour sa Bar-mitsva… Bref, on l'avait perdu ! Tu te rends compte Youssef, perdu ! Et - mon Dieu quelle horreur ! -, on ne s'en était même pas aperçu le jour-même ! On ne l'a retrouvé que le lendemain. J'ai peur Youssef ! J'ai peur de n'être pas à la hauteur d'un tel don d'Hachem.

Joseph – Oui, c'est impressionnant. Est-ce Hachem qui t'a parlé !? Sinon c'est un tour du vilain Shatan !...

Pour tout dire, moi j'ai eu le sentiment d'avoir à descendre en Égypte comme firent nos pères pour sauver leur vie…

Mais ne nous laissons pas submerger par des pensées ou des rêves qui ne sont peut-être même pas des songes.

Cet après-midi je visite une maison où on pourra rester le temps nécessaire avant de repartir. Le propriétaire est d'accord pour me la louer si je lui refais la charpente d'une dépendance.

Marie – Que l’Éternel soit loué qui dispose les cœurs en faveur de ses enfants. Yeshoua me rend si heureuse Youssef ! Et toi aussi tu es un bon mari, et un père solide pour ce fils qui nous a été donné.

Il y eut bientôt pour eux à Bethléem une maison et du pain. Et auprès de Yeshoua pères et mère veillaient.

¤

Tout à coup il y eut beaucoup de bruits et de mouvements entre les maisons. Trois gros 4x4 venaient de s'arrêter et neuf hommes en descendirent dont les trois pontes principaux de la NASA.

Un enfant dans la rue - Oui, oui, monsieur, c'est bien là qu'ils habitent, cette porte, vous pouvez sonner.

- Merci bonhomme. Tiens pour t'acheter des chewing-gums.

- Des quoi !???

- Ah !.. Voyons… Peut-être on dit des Mistral-gagnants par ici !? Enfin des bonbons !... So, allons-y ! Le ciel nous a conduits.

à suivre, demain...

 

un chant et/ou un autre

 

Partager cet article

Repost0
25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 06:29

 

suite de l'article commencé ici - partie 2 ici.

COMMENT JÉSUS A-T-IL FAIT CHANGER LE RÉGIME ET L'EXERCICE DE LA JUSTICE DE DIEU ?
En se substituant à celle qui se fondait sur les pratiques ou oeuvres d'obéissance. Il a accompli une oeuvre exceptionnelle, unique, inimitable, parfaite, comme on va le lire à la suite.

D'abord, dès le début de son ministère publique, il a annoncé ce qu'il était venu faire :
"Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes ; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir.18 Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu'à ce que tout soit arrivé."
Comment ?
En prenant notre place de fauteur invétéré, de pécheur et pécheresse incapable de tenir dans le bien, en s'identifiant à nous jusqu'au bout de ce que le péché nous oblige à vivre : la mort. "Car le salaire du péché, c'est la mort..." : 1ère partie du verset, suivi de ce qui se passe dès lors que Jésus meurt pour cela ; ...mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur." Entre les deux, notre part : la place de la foi qui permet que s'opère pour nous, individuellement, le passage de la loi culpabilisante à la grâce salvatrice.
"Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres...4 Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés,5 nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c'est par grâce que vous êtes sauvés) ...8 Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu.9 Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie."

D'injustes, de souillés, de faussaires, la foi en Christ nous permet d'être justifié, en ordre, en paix avec Dieu. En deçà de cette foi (rédemptrice), il est dit que "Nous sommes tous comme des impurs, Et toute notre justice est comme un vêtement souillé ; Nous sommes tous flétris comme une feuille, Et nos crimes nous emportent comme le vent."
Mais le Christ Jésus est devenu notre justice, qui vient au secours de tous nos manquements - normalement de moins en moins nombreux - grâce à la purification de nos fautes :
- par notre repentance et demande de pardon
- et par son sang - pur, purificateur - versé sur la croix et agréé par Dieu le Père. Car Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu."

"Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, (et il a mis en nous la parole de la réconciliation.)".

"Étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ,2 à qui nous devons d'avoir eu par la foi accès à cette grâce, dans laquelle nous demeurons fermes, et nous nous glorifions dans l'espérance de la gloire de Dieu."

Où donc sont les préceptes de religion qui nous tenaient dans des contraintes mortifères, qui nous rendaient hypocrites ou apostats ? "maintenant, en Jésus Christ, vous qui étiez jadis éloignés, vous avez été rapprochés par le sang de Christ.14 Car il est notre paix, lui qui des deux (des juifs et de nous de tous les autres peuples) n'en a fait qu'un, et qui a renversé le mur de séparation, l'inimitié,15 ayant anéanti par sa chair la loi des ordonnances dans ses prescriptions, afin de créer en lui-même avec les deux un seul homme nouveau, en établissant la paix,16 et de les réconcilier, l'un et l'autre en un seul corps, avec Dieu par la croix, en détruisant par elle l'inimitié.17 Il est venu annoncer la paix à vous qui étiez loin, et la paix à ceux qui étaient près ;18 car par lui nous avons les uns et les autres accès auprès du Père, dans un même Esprit."

"Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s'appuyant sur la tradition des hommes, sur les rudiments du monde, et non sur Christ.9 Car en lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité.10 Vous avez tout pleinement en lui, qui est le chef de toute domination et de toute autorité...
14 il a effacé l'acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l'a détruit en le clouant à la croix ;15 il a dépouillé les dominations et les autorités*, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d'elles par la croix."

De fait Jésus nous apparaît bien comme le moyen de notre salut éternel ou entrée dans le Paradis de Dieu, comme il est écrit :
"
il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus Christ homme,6 qui s'est donné lui-même en rançon pour tous.".
Ce qu'il enseignait ainsi avant de quitter la terre : "
Jésus dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.7 Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père. Et dès maintenant vous le connaissez, et vous l'avez vu.8 Philippe lui dit : Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit.9 Jésus lui dit : Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m'as pas connu, Philippe ! Celui qui m'a vu a vu le Père ; comment dis-tu : Montre-nous le Père ?"
"Que votre coeur ne se trouble point. Croyez en Dieu, et croyez en moi."

 

MAIS CE N'EST PAS TOUT ! CE QUI FAIT TOUTE LA DIFFÉRENCE AVEC LE RELIGIEUX OU LE SPIRITUEL NOUVEL-ÂGEUX, C'EST RECEVOIR L'ESPRIT DE DIEU EN NOUS.
La Bible enseigne qu'en tant être humain naturel, nous n'avons rapidement plus qu'un corps et une âme... comme les animaux ! - ce qui peut faire de nous le pire des animaux sauvages !... On parle alors de mort spirituelle (article sur les différens types de mort) . Ce qui fait dire à Saul de Tarse à des croyants religieux et idolâtres devenus chrétiens : "Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés,2 dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l'air, de l'esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion (Satan le faux-dieu et vraie puissance sur ce monde)."
Et donc la foi en Jésus, en son sacrifice substitutif (expiatoire et propitiatoire), en notre pardon purificateur, permet que nous recevions de Dieu des "arrhes" de son Esprit.
Vous avez peut-être 50 ou 70 ans et vous ne connaissiez pas ces choses !? C'est le moment, comme il est écrit : "Changez de comportement (répentez-vous) et que chacun de vous se fasse baptiser au nom de Jésus-Christ, pour que vos péchés vous soient pardonnés. Vous recevrez alors le don de Dieu, le Saint-Esprit.39 Car la promesse de Dieu a été faite pour vous et vos enfants, ainsi que pour tous ceux qui vivent au loin, tous ceux que le Seigneur notre Dieu appellera."
Si vous vous sentez appelés, ne regardez pas en arrière. Continuez ce chemin. Car il s'agit de faire la paix avec Dieu ! Il s'agit d'éternité, dans laquelle naître dès ce côté-ci du Réel, et non pas après la mort : "Dès que quelqu’un est uni au Christ, il est un être nouveau (une nouvelle créature) : ce qui est ancien a disparu, ce qui est nouveau est là.18 Tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par le Christ et qui nous a confié la tâche d’amener d’autres hommes à la réconciliation avec lui."

En fait, Dieu nous dit là que croire en Jésus-Christ, ce n'est pas adopter une nouvelle religion - comme il y a des religions dites chrétiennes, mais qui ne le sont pas véritablement, car Jésus n'est pas venu instituer une ou plusieurs religions. Il est venu pour nous apporter la vie ! La vie dans sa plénitude d'éternité. Ce qui constitue "une nouvelle ou seconde naissance", toute spirituelle.
Car
- dans un premier temps, nous n'avons pas choisi de naitre physiologiquement, pour avoir cette existence, et donc il n'était pas question pour Dieu de nous l'imposer éternellement ;
- Par contre, concernant une vie éternelle possible (notre éternisation), en accord conscient avec Dieu (on fait alliance), nous pouvons naître spirituellement, par l'Esprit éternel de Dieu s'unissant à notre âme, comme il es écrit ici : "à tous ceux qui l'ont reçue (Jésus la lumière de Dieu), à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés,13 non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu."

Voilà un chef religieux qui vient voir Jésus de nuit. Celui-ci lui répond : "En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d'eau et d'Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu.6 Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l'Esprit est Esprit.7 Ne t'étonne pas que je t'aie dit : Il faut que vous naissiez de nouveau.8 Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit ; mais tu ne sais d'où il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né de l'Esprit.9 Nicodème lui dit : Comment cela peut-il se faire ?10 Jésus lui répondit : Tu es le docteur d'Israël, et tu ne sais pas ces choses !"

Ainsi, en même temps qu'on croit réellement en Jésus comme le Fils du Dieu vivant venu nous sauver et nous donner accès auprès du Père, on reçoit son Esprit. On lui ouvre notre coeur et on l'accueille en le remerciant de cette grâce de sa vie - éternelle - en nous :
"Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.17 Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.18 Celui qui croit en lui n'est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.19 Et ce jugement c'est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises.20 Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient dévoilées ;21 mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses oeuvres soient manifestées, parce qu'elles sont faites en Dieu."

Voilà, en la personne et oeuvre sacrificielle de Jésus, l'accomplissement à la fois
- de la justice de Dieu,
- de notre religion si on en a une, pour nous libérer de son formalisme pesant,
- et encore de vieilles promesses magnifiques de Dieu faites via ses prophètes, comme par exemple :
- Ézéchiel : "Et je vous donnerai un coeur nouveau, et je mettrai au dedans de vous un esprit nouveau ; et j'ôterai de votre chair le coeur de pierre, et je vous donnerai un coeur de chair."

- Et Jérémie : "Voici, des jours viennent, dit l'Éternel, et j'établirai avec la maison d'Israël et avec la maison de Juda** une nouvelle alliance,32 non selon l'alliance que je fis avec leurs pères, au jour où je les pris par la main pour les faire sortir du pays d'Égypte, mon alliance qu'ils ont rompue, quoique je les eusse épousés, dit l'Éternel.33 Car c'est ici l'alliance que j'établirai avec la maison d'Israël**, après ces jours-là, dit l'Éternel : Je mettrai ma loi au dedans d'eux, et je l'écrirai sur leur coeur, et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple ;34 et ils n'enseigneront plus chacun son prochain, et chacun son frère, disant : Connaissez l'Éternel ; car ils me connaîtront tous, depuis le petit d'entre eux jusqu'au grand, dit l'Éternel ; car je pardonnerai leur iniquité, et je ne me souviendrai plus de leur péché."

Qui d'autre peut réaliser cela que Dieu seul ? Une religion ? Notre obéissance à des lois, à des rituels ? L'enseignement d'un maître quelconque ? Ou celui que la  Bible prise dans son entier nous rapporte fidèlement - car Dieu étant Dieu, il a su garder l'authenticité des textes originaux de toutes erreurs ou falsifications  ?
"Les paroles de l'Éternel sont des paroles pures, Un argent éprouvé sur terre au creuset, Et sept fois épuré.7 (12 : 8) Toi, Éternel ! tu les garderas, Tu les préserveras de cette race à jamais."

EN CHRIST, PAR JÉSUS ET SON ESPRIT-SAINT, SÉRIEUX ET LIBERTÉ
"Là où est l'Esprit du Seigneur, est la liberté".
Et voilà un peu de ce que la foi au Christ Jésus donne à quiconque croit, notamment une liberté appréciable par rapport à des prescriptions qui n'étaient en somme qu'un tremplin... ou un gouffre :
"
Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d'une fête, d'une nouvelle lune, ou des sabbats :17 c'était l'ombre des choses à venir, mais le corps est en Christ.18 Qu'aucun homme, sous une apparence d'humilité et par un culte des anges, ne vous ravisse à son gré le prix de la course, tandis qu'il s'abandonne à ses visions et qu'il est enflé d'un vain orgueil par ses pensées charnelles,19 sans s'attacher au chef, dont tout le corps, assisté et solidement assemblé par des jointures et des liens, tire l'accroissement que Dieu donne.20 Si vous êtes morts avec Christ aux rudiments du monde, pourquoi, comme si vous viviez dans le monde, vous impose-t-on ces préceptes :21 Ne prends pas ! ne goûte pas ! ne touche pas !22 préceptes qui tous deviennent pernicieux par l'abus, et qui ne sont fondés que sur les ordonnances et les doctrines des hommes ?23 Ils ont, à la vérité, une apparence de sagesse, en ce qu'ils indiquent un culte volontaire, de l'humilité, et le mépris du corps, mais ils sont sans aucun mérite et contribuent à la satisfaction de la chair."

Voilà ce qu'a été obligé de faire un Dieu saint pour avoir contact dès ici-bas avec nous, et nous recevoir à la suite en tant qu'âme, puis avec un corps ressuscité, tout nouveau..., dans son Royaume éternel d'amour et de Gloire.

Selon qu'on va rester à vivre sous la loi de justice primaire de Dieu (via religion ou règle aléatoire de notre conscience) ou entrer dans le bénéfice de sa loi de rédemption, les bénédictions et malédictions ne nous atteindront pas du tout de la même manière...  Au fur et à mesure bien sûr qu'on croît en connaissance et confiance en le Dieu Un-en-trois.

Pourquoi Jésus aurait-il du payer si cher, si ce n'était pas pour nous offrir une sécurité tout à fait exceptionnelle, qui ne dépende pas que de nous, mais aussi surtout de lui - notre foi personnelle étant le trait d'union qui permet d'arrêter des attaques comme faire descendre des grâces.

Bonne Nouvelle (ou Évangile) selon Jean :
"Jésus leur dit encore : En vérité, en vérité, je vous le dis, je suis la porte des brebis.8 Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des brigands ; mais les brebis ne les ont point écoutés.9 Je suis la porte. Si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé ; il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages.10 Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire ; moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu'elles soient dans l'abondance.11 Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis.12 Mais le mercenaire, qui n'est pas le berger, et à qui n'appartiennent pas les brebis, voit venir le loup, abandonne les brebis, et prend la fuite ; et le loup les ravit et les disperse.13 Le mercenaire s'enfuit, parce qu'il est mercenaire, et qu'il ne se met point en peine des brebis. Je suis le bon berger.14 Je connais mes brebis, et elles me connaissent,15 comme le Père me connaît et comme je connais le Père ; et je donne ma vie pour mes brebis."

À vous de savoir et/ou choisir où vous en êtes et voulez être, en exemple en lisant encore le chapitre 8 de la lettre aux Romains, qui parle des avantages qu'il y a à vivre, par son Esprit et par la foi, au bénéfice du sacrifice expiatoire de Jésus...

Venez à Jésus, pas à moi ou à une religion, pas à une secte ou quelque pratique qui devenir meilleur-e, tel-le que vous êtes, pour être sauvé-e, et gardé-e, et conduit-e.
Que sa bénédiction en ce jour vous soit partagée de manière sensible, et éternelle.

Un chant 
Prière-guide si vous sentez de prier maintenant.

_____________
* Les démons de divers ordres et Satan le diable comme il en est parlé ici en Éphésiens  vers. 11 et 12.

** Cette alliance possible scellée entre Dieu et les hommes par le sang de Jésus a été promise à... et accomplie par Israël, puisque
1/ Jésus est juif en tant que fils d'homme, né de Myriam (Marie), et
2/ cette bonne nouvelle ou Évangile du remplacement des religions et autres mouvements spirituels (plus piégeux qu'autre chose) a été reçu, vécu et répandu par les juifs qui suivirent Jésus jusqu'à recevoir cette promesse le jour de la fête de la Pentecôte (Chavouoth)... Donc comme a dit Jésus : le salut vient des juifs ! Pas des français ou européens ou américains...  

Partager cet article

Repost0
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 13:42



 

Tout de notre monde marche vers une fin...

...qui peut être arrivée(s) victorieuse(s) ou désillusion(s) :
... au plus haut sommet pour chacun la vie éternelle reçue (après coup),
ou une mort (déjà) commencée qui devient un flop tragique.

Et pour un gouvernement nouveau-né fait d'un alphabet de 22 ministres,
qu'en est-il ? Qu'en sera-t-il ? Pour quelle novlangue ?
Avec quels objectifs visés et quels objectifs (non) atteignables ?

LA QUÊTE DU SENS DE L'HISTOIRE
Le précédent quinquennat a démontré qu'il ne suffit pas d'avoir des idées, des projets, des objectifs et de faire des promesses, pour les tenir ! Sauf à tenir celles qu'on a du faire en tant que candidat, dans des coulisses, à des "sponsors", pour accéder à ce niveau (intermédiaire) du pouvoir et pour les remercier par quelques ordonnancements propices à leurs intérêts (on appelle cela retour sur investissements)...

Sans trop préjuger de la portée de la planète Macron qui vient de paraître, on ne peut se départir de savoir que Vouloir, Marcher, Réformer, Progresser, Réorganiser, Innover... ne sont pas des bonnes choses en soi ! (Comme d'ailleurs dans l'autre sens Conserver, Protéger, Assurer, Maintenir...).

Ce qui compte c'est essentiellement
1 - l'à propos, la bonne chose au bon moment,

2 - le contenu : des réformes (bonnes ou mauvaises), mesures (bonnes ou mauvaises), méthodes (bonnes ou mauvaises),  réorientations (bonnes ou mauvaises), libertés accordées (bonnes ou mauvaises), contraintes (bonnes ou mauvaises)..., et donc bien sûr

3 - la question - grosse mais à la réponse centrale : Qui veut-on comme véritables bénéficiaires des politiques menées ? Qu'est-ce qui doit primer des ou sur les intentions exprimées... et celles non-dites (sachant qu'il n'y a rien de caché qui ne doive être découvert...) :
     a)  faire face au mal-être français multiforme, c'est-à-dire s'intéresser aux français (plus encore qu'aux citoyens-votants), aux personnes donc, malgré que la mode, les clips ou les médias trouvent l'archétype français ringard, mal adapté, à réformer ;
     b) ou faire la mondialisation, dont l'Europe est le 1er étage de lancement ? C'est-à-dire pour le moins privilégier l'avènement d'une unicité (ce qui est unique, singulier, original) de gestion économique et politique, de pensée et même de croyance (on n'en parle pas encore ouvertement mais là aussi c'est en marche et ça va venir).

LA QUÊTE DU SENS DU RÉEL : Apprendre, Observer, Réfléchir !
Même sans avoir des avantages que communique une relation effective avec Dieu (Le vivant et vrai), nous pouvons tous
   - Apprendre (nous informer, chercher),
   - Observer (être attentif, chercher),
   - et Réfléchir (prendre du temps pour penser, chercher).

En ce sens - de l'Histoire -, on vit un temps proprement apocalyptique, puisque sous nos yeux se mettent en place des prophéties vieilles de deux millénaires et plus - qui se dépoussièrent progressivement et paraissent sans rides... à l'encontre des idées (crues et retenues) que les lumières (blafardes) du XVIIIe ont jetées sur l'homme : certes on y a gagné en volumes commerciaux, mais pas en qualité de relations. En confort matériel mais pas en bien-être intérieur. On sait fabriquer de bons matelas (même de billets !), mais on n'arrive plus à dormir...

Maintenant donc la question suivante est presque évidente (comme je l'ai déjà abordée dans un article précédent) :
Comment une telle unicité de vue va-t-elle pouvoir se mettre en oeuvre - puisque la Bible confirme que vient en effet une gouvernance centrale de la terre habitée -... compte tenu qu'elle prend naissance et grandit là même où les individus (et de plus en plus d'individus) ont été pourvus des plus forts développements psychiques, c'est-à-dire essentiellement de leur ego, de leur "moi-je" (qui plus est des plus déspiritualisés, càd peu enclins au "nous") !? Comment cette unicité pourra-t-elle être plus ouvertement susciter ?
Comment tant et tant de grandes personnes qu'on ne dupe plus comme il y a encore un demi-siècle, pourront-elles adhérer sans regimber, sans révolte, sans s'offusquer toujours plus fort, sans être entendu... à un tel formalisme (et fondamentalisme !?) diversement annoncé ?
Passé l'effet de nouveauté, comment pourra se mettre en place un tel système holiste, certes prometteur de paix et sécurité et bonheur, mais unique, englobant, uniformisant, sécuritaire... forcément dépersonnalisateur ?

LE DIEU DE LA BIBLE E(S)T LE DIEU DES VISIONS
Outre la Bible - sans doute le Dieu de ce livre ne voulant pas passer pour trop sectaire ☺ -, on a vu paraître successivement (au moins) trois ouvrages visionnaires majeurs (à lire si ce n'est pas encore fait) :

- Le Meilleur des mondes (Brave New World), écrit en 1931 par Aldous Huxley, paru en 1932 ;

- 1984 (Nineteen Eighty-Four), écrit par George Orwell, publié en 1949. C'est là qu'il est question de "Big Brother"... ;

Le Camp des saints, écrit lui aussi surnaturellement par Jean Raspail*, publié en 1973. Il décrit, à une époque où la question n'était pas à l'ordre du jour - mais le choc pétrolier avait commencé -, les conséquences d'une immigration massive.

Ainsi "Dieu parle, tantôt d'une manière, Tantôt d'une autre... et l'on n'y prend point garde.". Et l'on ferait bien, par un sursaut personnel non naturel, d'y prendre garde ! Averti, on en vaut deux ! Averti mais restant sourd ça donne le drame du Titanic...

Cela pour dire qu'on vit un temps de plus en plus singulier, qui va s'avérer de plus en plus déroutant, et oppressant.
Par exemple, tout à coup voilà un flot incessant - surnaturel ! - et hyper médiatisé d'immigrés ! Et tout à coup quasiment plus rien ! Est-ce fini pour autant ? On ne sait pas, on ne sait plus. On nous a dit, donc on sait. Qui coordonne, qui orchestre tout ça !? Il est évidemment qu'on est face à une synchronicité qui dépasse et les frontières et les volontés seulement humaines !

Et puis (au moins) trois des effets : la montée - démocratique - du FN, le Brexit par Référendum, puis l'élection US de Donald Trump. Pour freiner quoi, si ce n'est la mondialisation !? - Autre synchronicité... -
Quand est-ce qu'on avance vers le bien, vers plus de problèmes, et quand est-ce qu'on s'éloigne de la paix ou des difficultés ? Tant qu'on ne voit pas le monde par une fenêtre spirituelle, on perçoit bien que des mouvements nous échappent, mais on ne voit pas d'où ils partent, et qu'est-ce qu'ils visent ! Pour mieux voir la terre, l'astronomie nous dit qu'il faut prendre de l'altitude, ce qui donne du recul...
Autre effet nouveau, en France le vieux clivage Droite/Gauche, et leurs partis accrochés comme des moules aux rochers sautent, et moins de la moitié des inscrits votent au jugé ! notamment la relance de la machine européenne constipée, contestée et plutôt grippée.

Mais quelle conscience du Réel ont nos 22 bleus et leur entraîneur, peu expérimentés, qui visent à la fois la victoire de la France sur l'Entropie et la tête de quelque chose comme la Ligue Europa ou la Supercoupe de l'UEFA ? Comment gagner sans savoir ce que sont réellement nos adversaires, leurs tactiques, leurs bottes secrètes** ; si on ne connaît pas les vrais tenants et aboutissants et l'enjeu du monde ? Comment pensent-ils et pourront-ils écrire leurs pages d'histoire !?

On est de plus en plus dans de grandes incertitudes, inquiétudes, perte de sens. JP Sartre ayant fait le tour de la connaissance par la réflexion humaine (ce qu'on appelle improprement philosophie), a conclu il y a déjà pas mal de temps : "L"univers sans Dieu, sans raison d'être, est absurde dans son ensemble et dans ses parties." Il l'a dit, admis, et fait savoir : l'École a relayé ses écrits mais seulement parce qu'ils étaient athéïques, comme s'il s'agissait d'un courant de pensée constructif, alors qu'ils établissent un lucide constat d'échec, existentiel comme essentiel, de l'homme qui avance sans Dieu.

à suivre...
Soyez béni-e.
_______________
* Interrogé par Le Figaro en 2011, Jean Raspail dit de cette écriture : "C'est un livre inexplicable, écrit il y a presque quarante ans, alors que le problème de l'immigration n'existait pas encore. J'ignore ce qui m'est passé par la tête. La question s'est posée soudain : “Et s'ils arrivaient ?” Parce que c'était inéluctable. Le récit est sorti d'un trait. Lorsque je terminais le soir, je ne savais pas comment j'allais poursuivre le lendemain. Les personnages ont surgi, inventés au fur et à mesure. De même pour les multiples intrigues."

** Un livre difficile à lire mais très parlant quand on le pénètre : Tactique du diable de C.S. Lewis - l'auteur de Chroniques de Narnia.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche