Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 septembre 2017 2 26 /09 /septembre /2017 12:54


Le Dieu vrai n'est pas à confondre avec Satan l'ange usurpateur, esprit invisible qui séduit (par de belles apparences, l'argent, le sexe, le succès, du pouvoir...), fait peur et/ou fait souffrir.
Parmi nous, c'est parfois moins évident de faire la différence que de bien vouloir le croire !

Ici par un clic le témoignage d'un homme qui parle en toute simplicité et vérité de ses expériences des profondeurs possibles de l'existence - profondeurs démoniaques, mais aussi céleste...

Bonne réception, soyez béni-e.

pour mon propre témoignage cliquez sur ACCUEIL

Repost 0
26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 19:33

  

Enclos dans un espace que bordent la mort et d'autres limites
pas toujours bien aperçues, noyé dans la foule ou esseulé,
nous avons pour recours, parfois ultime, la vraie prière
qui est dialogue (au début balbutiant) avec Dieu.
 

On n’avance tous qu’avec l’aide d’autres (choses et personnes).
D’où l’importance de choisir celles qui nous tirent vers le haut.
D’où l’importance d’avoir d’abord conscience de quel côté se trouve le bas et de quel côté se trouve le haut.

Et notre conscience des réalités résulte de la somme de ce qu’on sait et de ce qu’on ne sait pas.

Ainsi notre tranquillité intérieure peut être due à notre ignorance.
Ce qui n’est certainement pas la meilleure façon dont nous pouvons avoir la paix.
La paix ne nous habite pas naturellement. Pas plus que l’amour, la patience et autres qualités qui sont en fait des attributs de Dieu (Galates 5.22).

Êtes-vous en ce moment dans une tranquillité qui n'est due qu'à votre ignorance ?
Dans ce cas viendra forcément un moment, un événement, une mauvaise surprise, qui montrera que votre sécurité n’est qu’illusoire, sans force face à une de ces adversités qui peuplent notre monde et nous rencontrent un jour ou l’autre.
Êtes-vous inversement dans une inquiétude qui vous
taraude, tellement chevillée à vous que vous ne discernez même pas quelle en est la raison véritable ?

Dans les deux cas, vous n’avez pas la paix que Dieu donne. Car la paix intérieure qui tient même quand notre barque est secouée ou menacée, ne vient que par Celui qui la possède... parce qu’il l’est en sa personne.
C’est là ce que Jésus possède comme il se possède lui-même et veut nous transmettre parce qu’il en a le pouvoir.
Quand Jésus dit « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre coeur ne se trouble point, et ne s'alarme point. », il le fait en même temps qu’il le dit, car ses paroles sont « esprit et vie ». Si vous écoutez et prenez cette affirmation pour vous, vous en recevez et ressentez en même temps l’effet.
Et cela chaque fois que vous viendrez à Jésus après avoir perdu sa paix, par votre légèreté, votre inattention, méconnaissance, ou autre adversité.
 

Notre indigence ne doit pas nous faire venir à Jésus comme un mendiant seulement. Sinon on ne sera toujours qu’un mendiant, qui demeure à la porte, hors les murs.
Par Jésus, l'Éternel-Dieu a beaucoup plus à nous offrir : il veut faire de nous des filles et des fils adoptifs de sa Grâce !
« 
Or, je dis qu'aussi longtemps qu'un héritier est enfant, il ne diffère en rien de l'esclave, quoiqu'il soit seigneur de tout ;2 Mais il est sous des tuteurs et des curateurs jusqu'au temps marqué par le père.3 Nous aussi de même, lorsque nous étions enfants, nous étions sous l'esclavage des rudiments du monde.4 Mais, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d'une femme, né sous la loi,5 Afin qu'il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous reçussions l'adoption.
6 Et, parce que vous êtes fils (et filles), Dieu a envoyé dans vos coeurs l'Esprit de son Fils, lequel crie : Abba, ô Père ! »

Ne voudriez-vous pas trouver - faire - la paix avec Dieu, en vous laissant adopter par lui ? 
Il s’agit là d’une réalité de portée spirituelle éternelle, bien plus qu’une simple idée ou métaphore qui ne serait que temporairement plaisante à notre psychisme, dans notre seule dimension intellect !

Il est dit à ceux qui reçoivent (ont reçu) Jésus comme leur Sauveur : « Et vous n'avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte ; mais vous avez reçu un Esprit d'adoption, par lequel nous crions : Abba ! Père !16 L'Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. »

Si quelqu’un le veut, ce Jésus Sauveur des âmes égarées, pourvoyeur de paix comme personne, la démarche est simple pour notre part : Il nous suffit de vouloir laisser nos vieux vêtements de mendiant. Vêtements de athée, agnostique ou religieux dont les étoiles brillantes ne sont que les trous faits par la vermine des erreurs, de l’ignorance, des mensonges, des mauvaises actions et autres pensées fauuses…
Voulez-vous revêtir les habits de fête que ce Père adoptif veut nous donner à tous, individuellement, par l’entremise de Jésus le premier qui en a été revêtu ?

Si vous en ressentez le besoin, dépouillez-vous donc ainsi :
- Dieu méconnu, je veux venir à toi maintenant pour trouver la paix de l’âme, pour connaître le bien qu’il peut y avoir à être adopté par ton amour, pour ne plus vivre de saletés, de bassesses, d’insatisfactions successives, de plaisirs qui ne sont suivis que d’amertume, de déconvenues ou de mépris…
Pardonne-moi mes erreurs, mes fautes, mes manquements (les lui dire… il les connaît mais les lui confesser c’est dire qu’on devient d’accord avec lui sur ce qu’est le mal…).

Merci père céleste de m’adopter comme un enfant de ton éternité. Merci d’avoir envoyé et donné Jésus ton fils premier-né comme lumière pour me faire connaître tes vérités, comme chemin ouvert devant moi jusqu’à toi, comme sacrifice purificateur. Amen (ce qui signifie : Qu’il en soit ainsi).

"Ne vous inquiétez de rien, mais en toute occasion exposez vos demandes devant Dieu, par des prières et des supplications, avec des actions de grâces,7 Et la paix de Dieu qui surpasse toute intelligence, gardera vos coeurs et vos pensées en Jésus-Christ.8 Au reste, frères, que toutes les choses qui sont véritables, toutes celles qui sont honnêtes, toutes celles qui sont justes, toutes celles qui sont pures, toutes celles qui sont aimables, toutes celles qui sont de bonne réputation, et où il y a quelque vertu, et qui sont dignes de louange ; que toutes ces choses occupent vos pensées.9 Vous les avez aussi apprises, reçues et entendues de moi, et vous les avez vues en moi. Faites-les, et le Dieu de paix sera avec vous."
Autre lecture ici versets 25 à 32.

Soyez encore béni-e.

 

Repost 0
25 juillet 2017 2 25 /07 /juillet /2017 05:59

Le soleil ou les nuages, la neige, la grêle, les éclairs, la pluie...
ne nous disent-ils pas que le lien est intense entre la terre et ce qui est bien
au delà d'elle, et de nous !?...

 

La terre et les cieux sont reliés (par des forces électro-magnétiques énormes) et liés (par des réalités d'ordre psychique et spirituel).
Ce que nous faisons sur terre, compris à partir des pensées que nous adoptons et jusqu'à nos choix de comportements personnels et relationnels, a des répercussions célestes... bénéfiques ou néfastes.
La question du réchauffement climatique est une expression tangible de ce lien. On a compris que par notre comportement, par les effets de nos choix (par exemple pétrole et plastique plutôt qu'énergies et produits propres renouvelables), nous affectons notre couverture atmosphérique, nous nous créons des dangers là où il n'y en avait pas - sauf potentiellement...

Mais il n'y a pas que l'anarchie dans les domaines de l'exploitation des ressources physiques (en lien direct avec la course à la surabondance et aux profits, et notre ignorance) qui soit cause de manifestations célestes qui nous plombent. Car si l'univers tient sur la base des lois physiques, nous-mêmes, notre psychisme, dépend de lois morales tout autant constitutives de l'ordre cosmique, et plus particulièrement terrestre.

Transgresser toujours plus de ces lois-cadre qui fondent les équilibres, dont celui de notre entendement et de nos mouvements, permet à des énergies mauvaises de venir à nous, nous perturbant encore davantage, voire nous plaçant sous des pressions et des jougs de servitude de plus en plus difficiles à supporter.

Ces réalités que nous pouvons attirer du ciel sur la terre, dans notre existence et parmi nous, sont bien concrètement, formant une sphère ou royaume céleste inique, des myriades d'anges sortis de leurs rangs, rebellés à la suite de l'ange puissant qu'on a appelé Lucifer (traduction de "astre brillant" dans Ésaïe 14.12) et qui est devenu Satan (l'ennemi, l'Adversaire), tous étant des esprits occultes, malveillants, directement méchants ou séducteurs, des démons de diverses puissances.

Par leurs influences, ils peuvent de plus avoir sur et par des êtres humains qui se prêtent à leurs malveillances (directes ou déguisées), médiums de toutes sortes... beaucoup de pouvoirs sur nous - surtout en rapport de notre ignorance, méconnaissance, crainte, ou attraits de ces choses.

C'est pourquoi face aux réalités invisibles, il a été ajouté aux 10 commandements (ou Décalogue), comme consigne importante à respecter si on ne veut pas se laisser séduire, entraîner, effrayer, tromper, manipuler... (notamment, d'abord, au niveau des pensées) par ce genre de réalités et forces invisibles préjudiciables :

"... Tu n'apprendras pas à faire selon les abominations de ces nations : 10 il ne se trouvera au milieu de toi personne qui fasse passer par le feu son fils ou sa fille, ni devin qui se mêle de divination, ni pronostiqueur, ni enchanteur, ni magicien, ni sorcier, 11 ni personne qui consulte les esprits, ni diseur de bonne aventure, ni personne qui interroge les morts ; 12 car quiconque fait ces choses est en abomination à l'Éternel ; et à cause de ces abominations, l'Éternel, ton Dieu, les dépossède devant toi. 13 Tu seras parfait avec l'Éternel, ton Dieu. 14 Car ces nations, que tu vas déposséder, écoutent les pronostiqueurs et les devins ; mais pour toi, l'Éternel, ton Dieu, ne t'a pas permis d'agir ainsi."

Il est aussi fait mention ici des morts, car dans l'invisible, on ne peut pas voir distinctement, en esprit, si on a affaire à l'âme d'un défunt ou à un esprit qui se fait passer pour lui, pour nous incommoder, voire nous nuire gravement, par ce moyen de tromperie.
C'est pourquoi, d'une manière générale, Dieu nous dit de ne pas chercher à établir - ou de refuser d'établir - avec quoi que ce soit du domaine de l'invisible un contact, une communication...

 

L'autre manière de faire venir le ciel sur la terre, c'est d'appartenir au seul vrai Dieu, pour être instruit selon lui et par lui, gardé des mauvaises influences ou circonstances problématiques, dirigé dans nos choix, fortifié pour résister au mal, afin que Dieu agisse toujours plus à partir de notre foi, de notre comportement et de nos prières, de manière bénéfique, envoyant parmi nous de cette lumière spirituelle qu'il est, et qui nous manque tant...

Ainsi faisons-nous, bien plus qu'on ne le sait ou imagine, venir d'une manière (bonne) ou d'une autre (mauvaise), de ce qui est des cieux sur la terre, de l'invisible actif dans le visible.
C'est pourquoi aussi il est écrit dans la Bible : "Si je ferme les cieux et qu'il n'y ait pas de pluie, et si je commande à la sauterelle de dévorer la terre, et si j'envoie la peste parmi mon peuple,14 que mon peuple, qui est appelé de mon nom s'humilie, et prie, et cherche ma face, et revienne de ses mauvaises voies, moi aussi j'écouterai des cieux, et je pardonnerai leur péché, et je guérirai leur pays."

Et peut-être même ce Dieu qui n'a pas d'âge, dit-il ce qui suit à quelqu'un qui lit : "5 Maintenant mes yeux seront ouverts et mes oreilles attentives à la prière qu'on fera de ce lieu ;16 car maintenant j'ai choisi et sanctifié cette maison, afin que mon nom y soit à jamais ; et mes yeux et mon coeur seront toujours là. "

 

Si vous vous voyez perdu-e face à la réalité de Dieu et/ou aussi celle des démons, conviez-vous en Jésus.
En Jésus, car il est le seul parmi nous à avoir triomphé pour nous délivrer de toute la puissance ennemie, néfaste, maléfique, cruelle, terrifiante, mortifère à mortelle, en se soumettant à l'injustice terrible exercée contre lui depuis son arrestation et jusqu'à son dernier souffle expiré sur la croix de sa mise à mort. Par ce sacrifice, Jésus sauve parfaitement quiconque se confie en lui - maintenant ressuscité et vivant à toujours.

Prière-guide de délivrance et de paix avec Dieu...

Soyez béni-e.

Repost 0
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 08:25

Un ici en français et plein d'autres sur la droite...

Un ici en anglais et plein d'autres sur la droite...

Repost 0
21 juillet 2017 5 21 /07 /juillet /2017 05:55

Connaissez-vous Frédéric Bastiat ?

C'est un français de réflexion du XIXe siècle qui a observé dans sa partie (l'économie), et dit cette chose intéressante - largement généralisable - dans son dernier livre "Ce qui se voit et ce qui ne se voit pas" (1850) :

« Dans la sphère économique, un acte, une habitude, une institution, une loi n’engendrent pas seulement un effet, mais une série d’effets. De ces effets, le premier seul est immédiat ; il se manifeste simultanément avec sa cause, on le voit. Les autres ne se déroulent que successivement, on ne les voit pas ; heureux si on les prévoit.
Entre un mauvais et un bon économiste, voici toute la différence : l’un s’en tient à l’effet visible ; l’autre tient compte et de l’effet qu’on voit et de ceux qu’il faut prévoir.
Mais cette différence est énorme, car il arrive presque toujours que, lorsque la conséquence immédiate est favorable, les conséquences ultérieures sont funestes, et vice versa. D’où il suit que le mauvais économiste poursuit un petit bien actuel qui sera suivi d’un grand mal à venir, tandis que le vrai économiste poursuit un grand bien à venir, au risque d’une petit mal actuel
Du reste, il en est ainsi en hygiène, en morale. Souvent, plus le premier fruit d’une habitude est doux, plus les autres sont amers. Témoin : la débauche, la paresse, la prodigalité. Lors donc qu’un homme, frappé de l’effet qu’on voit, n’a pas encore appris à discer­ner ceux qu’on ne voit pas, il s’abandonne à des habitudes funestes, non-seulement par penchant, mais par calcul.
Ceci explique l’évolution fatalement douloureuse de l’humanité. L’ignorance entoure son berceau ; donc elle se détermine dans ses actes par leurs premières conséquences, les seules, à son origine, qu’elle puisse voir. »

Ainsi on va "se faire réparer" par un guérisseur/magnétiseur et quelques mois plus tard notre couple qui allait bien en arrive au divorce !...
On s'amuse à invoquer des esprits en faisant tourner une table ou en questionnant un verre, et bientôt on sent des présences qui nous font peur dans notre appart, ou bien on fait des cauchemars horribles, ou des objets suspendus tombent du mur, la télé implose !...

Il m'a fallu être éclairé sur des causalités de cet ordre. Soit que l'effet n'est pas immédiat, soit qu'il est dans un domaine si éloigné de celui de sa cause, combien nous restons globalement aveugles sur des causalités essentielles, qui seraient à connaître avant bien d'autres choses.

Pourquoi la Bible enseigne-t-elle que, selon toute logique, "on récolte ce qu'on sème"... si ce n'est pour attirer notre attention sur la causalité ? Si je sème du mal autour de moi, dans le coeur de quelqu'un, un jour ou l'autre je vais récolter un mal en retour. Parfois exactement la même situation, inversée.

Il est encore dit que "Qui sème le vent, récolte la tempête" ! C'est qu'il peut y avoir un effet puissant face à un geste ou une parole qui nous a semblé anodin-e. J'ai de la sorte compris un jour que mon accident avait sa source dans un acte commis quelques mois avant, alors jugé sans conséquence (autre que la satisfaction d'un confort personnel). Mais quand nos yeux s'ouvrent selon la manière dont Dieu voit, d'un coup c'est une révolution, un éclairage qui change tout. Et s'il nous mène le plus souvent à la contrition, à des larmes de repentance, à un puissant regret, c'est là l'essentiel de ce que nous pouvons expérimenter de l'éclairage divin dans ce monde.

Parce que voir de la bonne manière après que nous ayons quitté notre corps, ne peut plus rien changer à la direction dans laquelle, comme un arbre abattu, nous sommes tombé.
Mais si nous voyons, ici et aujourd'hui, notre péché, nos fautes, le mal tel qu'on l'a fait, c'est le mieux qui peut nous arriver... si on connait la solution de rattrapage préparée par Dieu dans son amour envers nous : "Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous trompons nous-mêmes et la vérité n'est pas en nous. 9 Si nous reconnaissons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner et pour nous purifier de tout mal. 10 Si nous disons que nous n’avons pas péché, nous faisons de Dieu un menteur, et sa parole n'est pas en nous."

"Quant à vous, vous (êtes ou) étiez morts(spirituellement) à cause de vos fautes et de vos péchés, 2 que vous pratiquiez autrefois conformément à la façon de vivre de ce monde, conformément au prince de la puissance de l’air, de l’esprit qui est actuellement à l’œuvre parmi les hommes rebelles. 3 Nous tous aussi, nous étions de leur nombre : notre conduite était dictée par les désirs de notre nature propre, puisque nous accomplissions les volontés de la nature humaine et de nos pensées, et nous étions, par notre condition même, destinés à la colère, tout comme les autres. 4 Mais Dieu est riche en compassion. A cause du grand amour dont il nous a aimés, 5 nous qui étions morts en raison de nos fautes, il nous a rendus à la vie avec Christ – c’est par grâce que vous êtes sauvés –, 6 il nous a ressuscités et fait asseoir avec lui dans les lieux célestes, en Jésus-Christ. 7 Il a fait cela afin de montrer dans les temps à venir l'infinie richesse de sa grâce par la bonté qu’il a manifestée envers nous en Jésus-Christ. 8 En effet, c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. 9 Ce n'est pas par les œuvres, afin que personne ne puisse se vanter."

Si vous le sentez bon à faire, ici une prière pour vous guider dans un retour (ou une première venue) à Dieu par Jésus-Christ, selon que Jésus dit "C’est moi qui suis le chemin, la vérité et la vie. On ne vient au Père qu’en passant par moi.7 Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père."

Soyez béni-e. Un chant ici

 

 

Repost 0
19 juillet 2017 3 19 /07 /juillet /2017 06:22

 

 

La philosophie, notamment post-XVIIIe, vise une vaine gloire. La preuve, on se souvient davantage du nom de tel ou tel, que de l'essentiel de ce qu'ils ont écrit. Les a-t-on seulement lus ?... Et même si l'intention est de produire une avancée dans le bien commun, rien n'est plus certain qu'elle complique et dramatise en fait les choses au lieu de les clarifier !
Le problème est même qu'on peut leur faire dire autre chose que ce qu'ils ont voulu dire (les exemples ne manquent pas de ces déroutages psycho-philosophiques) !


Bref, on peut favorablement être amorcé, suite à la lecture d'une portion ou d'une citation philosophique, pour une réflexion personnelle ; mais la pensée élaborée d'un de nos semblables n'a pas à devenir une fin pour nous. Adhérer de manière exclusive à tel philosophe ou courant philosophique, voire idéologie consécutive, peut nous faire perdre toute possibilité d'ouverture à plus de lumière et de libération. Peut même faire de nous un idolâtre – c'est-à-dire quelqu'un qui élève, à son détriment, une personne humaine, à la hauteur que Dieu seul devrait avoir à nos yeux…

Seule donc est durablement profitable la pensée issue du seul vrai Dieu. Elle seule peut être prise pour argent comptant, pour base et de nos réflexions et du fondement solide de notre existence… si l'on ne veut pas construire nos jours - et notre éternité ! - sur le sable que sont les points de vue subjectifs de n'importe quel humain !

Attention aussi à ne pas en rester à notre propre point de vue subjectif (tout aussi sable mouvant que celui des autres) ! Comme si nous avions effectivement en nous tout le nécessaire pour conduire notre existence quotidienne - et son prolongement éternel - avec succès ! Chacun est à la merci de ce leurre : en croyant s'agrandir, bien souvent on se réduit...

Et c'est bien tout le sens de l'évolution philosophique contemporaine, où à l'idéal nietzschéen d'un surhomme à venir s'ajoute l'absurde sartrien avec les prolongements techno-biologiques qu'on connaît aujourd'hui, où la morale et la valeur typiquement humaine, notamment des plus faibles, se perdent sous un scientisme qu'on ne veut pas voir. "Science sans conscience, disait déjà Bossuet en son temps, n'est que ruine de l'âme."

Quel égarement préjudiciable ce serait - c'est ! - de n'avoir que les pensées qui nous viennent pour seuls road-book et boussole ! Ce serait se faire dieu nous-même… ce qu'alors des épreuves plus ou moins insurmontables – dont au final la mort – viendraient (viennent) confronter comme les vagues d'une mer qui se déchaîne et sape les bases d'une falaise jusqu'à son effondrement. On voit bien cela du côté des idoles de chair (chanteurs, acteurs, comiques...) également… 

 

Ainsi devons-nous nous dégager des subjectivités typiquement humaines, qui - de plus - peuvent aussi s'avérer être de nature démoniaque, sans même que nous ayons la capacité de le discerner (assez tôt).
En ce sens, seule la pensée de Dieu peut être vue comme objective et bonne, fiable et stable, comme objectivité véritable à rejoindre, étant sans parti pris, si ce n'est celui de la justice et de la vérité… d'où peuvent découler sur nous et en nous son amour et notre liberté intérieure.

Autre qu'un philosophe, plus qu'un sage, Jésus a dit : " » Entrez par la porte étroite ! En effet, large est la porte, spacieux le chemin menant à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là, 14 mais étroite est la porte, resserré le chemin menant à la vie, et il y en a peu qui les trouvent.

15 » Méfiez-vous des prétendus prophètes ! Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au-dedans ce sont des loups voraces. 16 Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des ronces ou des figues sur des chardons ?17 Tout bon arbre produit de bons fruits, mais le mauvais arbre produit de mauvais fruits.18 Un bon arbre ne peut pas porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits.19 Tout arbre qui ne produit pas de bons fruits est coupé et jeté au feu.20 C'est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez.

21 » Ceux qui me disent : ‘Seigneur, Seigneur !’n'entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais seulement celui qui fait la volonté de mon Père céleste.22 Beaucoup me diront ce jour-là : ‘Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé en ton nom ? N'avons-nous pas chassé des démons en ton nom ? N'avons-nous pas fait beaucoup de miracles en ton nom ?’23 Alors je leur dirai ouvertement : ‘Je ne vous ai jamais connus. Eloignez-vous de moi, vous qui commettez le mal !’24 » C'est pourquoi, toute personne qui entend ces paroles que je dis et les met en pratique, je la comparerai à un homme prudent qui a construit sa maison sur le rocher.25 La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont déchaînés contre cette maison ; elle ne s’est pas écroulée, parce qu'elle était fondée sur le rocher.26 Mais toute personne qui entend ces paroles que je dis et ne les met pas en pratique ressemblera à un fou qui a construit sa maison sur le sable.27 La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont abattus sur cette maison ; elle s’est écroulée et sa ruine a été grande. »

28 Quand Jésus eut fini de prononcer ces paroles, les foules restèrent frappées par son enseignement, 29 car il enseignait avec autorité, et non comme leurs spécialistes de la loi."

 

Bon timing pour la suite. Soyez béni-e.

 

 



 

Repost 0
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 07:28

 

 

 

 

 

 

 

L'homme intelligent se veut
alchimiste plus que sage.
Voyons-nous
ce qu'ils nous concoctent
avec leurs recettes politiques ?
 

 

Croire en Jésus semble dérisoire aujourd'hui ! On est tous devenus de telles "grandes personnes" (re-lire Le petit Prince), si intelligentes, si occupées, si évoluées...

Sauf qu'on meurt toujours chacun un jour ou une nuit qui vient inéluctablement aperçu ou à l'improviste, jetant notre corps dans une fosse (ou livré au feu, je ne vous conseille pas !) et notre âme* - nous ! - où ?

Comme tout autre chose, on peut savoir ! Cela s'apprend comme le reste.
Quand on cherche la vérité - les grandes vérités -,
1/ ce monde est tel qu'il n'est pas forcément facile de savoir, mais
2/ il est certain qu'on peut les atteindre, être touché, éclairé, par elles. Et ça c'est autrement durablement bon que se tromper !

"Pourquoi être abattue, mon âme, et pourquoi gémir en moi ? Espère en Dieu, car je le louerai encore ! Il est mon salut et mon Dieu."

¤

Plus il y a de copropriétaires d'un espace donné (un immeuble par exemple), plus les intérêts contradictoires se multiplient.

Et face à ces difficultés inéluctables, se produisent des querelles et montent des animosités, puis paraissent des démissions (départs ou abstentions de votes)...
Et toujours reste un noyau, qui s'est durci, qui tient et ne lâche pas la barre et fait ce qu'il veut, selon ce que ses quelques membres se trouvent avoir comme désirs et intérêts communs - et là ça devient plus facile... pour eux, pas pour tous les autres qui subissent.

Ainsi y a-t-il malgré l'intelligence humaine développée, comme une loi de sélection naturelle qui continue à opérer, au détriment de ceux qui se sont avérés les plus faibles, les pauvres, les sans-trop-de-voix, les maillons faibles**...

S'il devient de plus en plus évident que les hommes/femmes réunis en gouvernement ne savent pas comment gérer économiquement un pays-nation, comment les mêmes (ou à peu près les mêmes), sauront-ils gouverner une fédération de pays-nations... comme l'Europe par exemple ?

On a le témoignage historique de l'URSS et de ceux qui vécurent ce totalitarisme, et survécurent pour parler, tels des trompettes avertissantes, des effets de ce processus où se rencontrent
1/ des bonnes volontés humaines non éclairées (athées, voire religieuses), et
2/ des démons puissants qui sont, avec Satan, les vrais instigateurs et gagnants possibles, leur volonté étant l'obtention d'une suprématie quasi-absolue du genre humain.
Et pour cela, rien de mieux que de changer les codes et ordres divins stables, par des normes autres, contraires même au simple bon sens et changeantes...

¤

Qui n'a vu le paradoxe, d'un désir boosté de pluri-culturalisme sur un même espace européen, et d'une pensée unique sous laquelle s'aligner... par on ne sait quel tour de passe-passe !?

 

Une image intéressante : le mariage de l'eau et de l'acide chlorhydrique.
On peut procéder de deux manières :
1/ on verse de l'acide chlorhydrique dans une certaine quantité d'eau, et ça se passe très bien : le mélange est paisible et forme un produit utilisable...

2/ L'autre consiste à verser l'eau sur l'acide déjà versé dans le récipient de mélange. Se produit alors une effervescence fantastique dont les éclaboussures peuvent sauter sur les mains ou jusqu'au visage, tout en dégageant une forte odeur dangereuse à respirer.***

Eh bien je vois-là dans cette union eau-acide chlorhydrique, ce que peut être :
1/ l'union des peuples produites par la grâce de Dieu et la foi en Jésus-Christ comme le Sauveur de chacun de cette unité :
"Après cela, je regardai et je vis une foule immense que personne ne pouvait compter. C’étaient des hommes de toute nation, de toute tribu, de tout peuple et de toute langue. Ils se tenaient debout devant le trône et devant l'Agneau, habillés de robes blanches, des feuilles de palmiers à la main, 10 et ils criaient d'une voix forte : « Le salut est à notre Dieu qui est assis sur le trône et à l'Agneau. » 11 Tous les anges qui se tenaient autour du trône, des anciens et des quatre êtres vivants se prosternèrent, le visage contre terre, devant le trône et ils adorèrent Dieu 12 en disant : « Amen ! La louange, la gloire, la sagesse, la reconnaissance, l'honneur, la puissance et la force sont à notre Dieu, aux siècles des siècles ! Amen ! »"

2/ une union non plus consentie mais forcée de peuples et de cultures, ne trouvant rien de consistant  pour les unir, si ce n'est des contraintes croissantes qui vont provoquer tout à coup un embrasement phénoménal de l'ordre de l'eau jetée dans de l'acide chlorhydrique ! Et plus il y a d'eau et d'acide, plus...

Sans quel mélange allez-vous être immergé ? C'est-à-dire que croyez-vous, de la Bible ou des slogans et du progressisme ?...
Bonne suite à vous.
____________
* l'âme étant cette part immatérielle ou psychisme (du grec psuché) dont s'occupent en principe les psy quand on déraille de trop dans notre compréhension du Réel, causant par exemple
- dépression ou surexcitation dans le compartiment émotions ; 
- orgueil, présomption ou infantilisme dans le compartiment intellectuel ;
- exploitation, manipulation ou mollesse dans le compartiment volonté ;
- amnésie ou nostalgie dans le comportement de la mémoire...
- et encore divers désordres physiologiques - moyens du corps pour que nous puissions mieux entendre qu'on marche de travers - de l'AVC au cancer, du mal de dos ou des jambes au mal à la tête, cauchemars et autres signes qu'il est bon d'apprendre à déchiffrer...

** en fait, selon la courbe de Gauss appliquée à cette évolution de la contrainte, le plus grand nombre.

*** Pour ne pas se tromper de sens : Dans le genre en mémotechnique : Acide dans l'eau bravo, eau dans l'acide suicide !
Et si on perd un peu la mémoire, mettre de l'acide chlorhydrique dans une cuvette de WC n'est pas dangereux (sauf pour la céramique du WC !), alors que le contraire le serait... mais pas facile à faire !...

 

 

Repost 0
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 08:35

Tu as (encore) une conscience ?
Tu as une religion !?...
Malheureux ! Malheureuse ! Une religion comme notre conscience ne peut que te condamner ! Car une religion est donnée pour convaincre tout être humain qu'il est pécheur, pécheresse, c'est-à-dire coupable devant Dieu ! N'as-tu pas ce sentiment, qui revient régulièrement, voire obsessionnel, de culpabilité ? C'est tout à fait normal, et il faut avoir l'honnêteté de le reconnaître... si du moins on veut passer à un autre moyen de - bien - vivre sous le regard de Dieu...

Coupable donc parce que si quelqu'un essaie de suivre sa religion du mieux possible, il va TOUJOURS faillir à un moment ou à un autre, dans un domaine ou un autre. Pire ! il va se trouver confronté à un problème récurrent, à une force qui ne le quitte pas et le pousse toujours à pécher de la même manière. Ce qui est complétement incompatible avec l'obéissance que réclament la religion et la satisfaction qu'on pourrait apporter à Dieu.

Cela parce qu'une loi religieuse comme celle de notre conscience, peut tenir d'une perfection que ne peut suivre, imparfait que nous sommes, aucun d'entre nous. Et comment une telle loi nous donnerait-elle la force qui nous manque, puisqu'on est tous pécheurs, séparés de Dieu et sans force vis-à-vis du bien véritable, incapables de nous présenter propre par nos propres moyens devant un Dieu qui est SAINT ?

Coupable aussi parce que si on ne suit une religion que de loin, à la légère, sans se soucier de tout ce qu'elle exige, on est un mauvais croyant, un-e hypocrite, quelqu'un de malhonnête vis-à-vis de Dieu lui-même.

Dans tous les cas, on manque à des commandements, à des pratiques, on n'est pas soumis comme il faudrait, et donc on reste coupable, condamnable, ce qui signifie "l'enfer" au bout de cette route. (Enfer dont d'ailleurs déjà de ce côté-ci du Réel, quelques "flammes" viennent par moment nous lécher les pieds ou les mains ou les pensées, pour que nous réalisions en quoi une vie qui n'est pas couverte (agréée, protégée) par Dieu reste sujette aux effets des mondes infernaux).

C'est d'ailleurs exactement le même problème quand on n'a pas de religion ! Car on a tous une conscience personnelle, qui est une loi de moralité que Dieu a placée en l'homme. Le problème, c'est que Dieu impose le moins possible ses voies sans notre assentiment, ce qui veut dire que nous pouvons faire taire notre conscience. Ne pas l'écouter ou la suivre, et pire la piétiner. D'ailleurs la culture ambiante dans laquelle nous évoluons peut même être tellement anti-Dieu, qu'elle travaille à endormir notre conscience, à nous la faire transgresser - en appelant notamment bien ce qui est mal...

Mais si on se montre honnête, si on reconnaît devant Dieu qu'on est un croyant (ou un incroyant) assez minable, voire misérable, incapable de fidélité, de sérieux avec Dieu et/ou avec ses semblables, irrécupérable par nous-même, alors le Dieu vivant peut venir à nous et nous manifester sa grâce, nous placer sur le chemin d'une vraie relation avec lui.
Si donc aussi l'agnostique ou l'athée n'a pas la paix, est en butte à une culpabilité qu'il ne comprend pas, ou est tenu par la crainte de la mort, qu'il ne cherche pas ou plus à refouler d'une (mauvaise) manière (ou d'une autre), Dieu n'est pas loin de pouvoir lui venir en aide. (Marc 2.16,17)

Car c'est une RELATION que Dieu veut établir avec nous, et la religion - n'importe laquelle - ni notre conscience morale - surtout si elle est vive -, ne sont que des moyens mis à notre disposition pour que nous réalisions
- combien nous sommes insuffisants par rapport au bien véritable, à l'amour et à sa pérennité,
- perdus quant au sens de tout ce qui nous arrive - et par rapport à la réalité de Dieu -,
- combien par ce moyen d'une obéissance servile à des pratiques, on ne peut être ni heureux ni fidèle - car Dieu nous a créés pour la liberté et veut nous rendre libres du péché (qui nous habite et attriste) ET de la religion même (qui nous le montre et nous condamne).

Et le Seigneur-Dieu en a assez qu'on soit - qu'on joue ! -
- pour l'impie à l'humaniste, au gars ou à la fille bien, alors qu'on est égocentré-e au possible, intêressé-e dans tout ce qu'on fait, même bénévole ;

- pour le croyant qu'on joue trop mal au pauvre pécheur, toujours triste ou contrit, hypocrite ou faussement humble, sans ressource pour se changer soi-même, qui bat sa coulpe plus qu'il ne donne gloire à Dieu !

Le Seigneur-Dieu en a assez, parce que par ailleurs IL A TOUT ACCOMPLI pour que nous puissions ÊTRE CHANGÉS, pour vivre une vie et des expériences heureuses
- avec lui, par lui, par SON Esprit, en son Esprit,
- dans la grâce qu'il nous a sauvés, et donc qu'on n'a plus à faire d'efforts méritoires ou quelques mortifications pour se sauver ou se sanctifier soi-même,
- vivre l'expérience de ce salut divin non fondé sur la base de nos mérites, de nos efforts, de notre humanisme, de notre religiosité, pour être quelqu'un de bien.

Telle est la bonne Nouvelle qu'est l'Évangile de Jésus-Christ qui s'est donné lui-même, jusqu'à la mort de la croix, pour nous amener à Dieu sans autre intermédiaire que lui-même et sans condition que notre foi.

"Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu.9 Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie." Lettre aux Ephésiens, chap. 2.

"Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation.20 Nous faisons donc les fonctions d'ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous ; nous vous en supplions au nom de Christ : Soyez réconciliés avec Dieu ! 21 Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu." 2e Corinthiens chap. 5.

Prière de réconcliation et paix avec Dieu

Que le Dieu de toutes grâces vous attire lui-même dans celle majestueuse opérée par lui-même par la mort du Christ Jésus pour le salut éternel (de l'âme) de QUICONQUE croit.

Êtes-vous un de ces "QUICONQUE" pour qui Jésus a donné sa vie ? Il suffit alors de remplacer en conscience et de coeur QUICONQUE par VOTRE PROPRE NOM et/ou PRÉNOM, pour entrer au bénéfice de cette grâce :
"Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque - ........................ - croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.17 Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.18 Celui qui croit en lui n'est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu." Bonne Nouvelle selon Jean chap. 3.

Ainsi
autant notre rachat de la force du mal qui nous habite et des forces occultes démoniaques qui veulent nous asservir ne nous a rien coûté à son origine - don gratuit de la vie, des souffrances et de la mort de Jésus -,
autant il dépend de nous pour l'activer en notre faveur, que nous croyons. "
Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton coeur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé.10 Car c'est en croyant du coeur qu'on parvient à la justice, et c'est en confessant de la bouche qu'on parvient au salut, selon ce que dit l'Écriture."

Ainsi "nous avons, au moyen du sang (de la crucifixion) de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire (céleste de Dieu)20 par la route nouvelle et vivante qu'il a inaugurée pour nous au travers du voile, c'est-à-dire de sa chair.
21 et puisque nous avons un souverain sacrificateur (Jésus seul médiateur entre Dieu et nous) établi sur la maison de Dieu,22 approchons-nous avec un coeur sincère, dans la plénitude de la foi, les coeurs purifiés d'une mauvaise conscience, et le corps lavé d'une eau pure." Hébreux chap. 10.

"vous vous êtes approchés... de la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, des myriades qui forment le choeur des anges,23 de l'assemblée des premiers-nés inscrits dans les cieux, du juge qui est le Dieu de tous, des esprits des justes parvenus à la perfection,24 de Jésus qui est le médiateur de la nouvelle alliance, et du sang de l'aspersion qui parle mieux que celui d'Abel.25 Gardez-vous de refuser d'entendre celui qui parle ; car si ceux-là n'ont pas échappé qui refusèrent d'entendre celui qui publiait les oracles sur la terre, combien moins échapperons-nous, si nous nous détournons de celui qui parle du haut des cieux...""

"Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, 2 Dieu, dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils, qu'il a établi héritier de toutes choses, par lequel il a aussi créé le monde,"

Et donc comme nous ne pouvons pas sauver notre âme par la religion ou par notre humanisme, mais pouvons nous sauver par notre foi, sachons où elle se trouve, au principal :
"
Frères, le voeu de mon coeur et ma prière à Dieu pour eux (les croyants qui n'ont qu'une religion pour couverture), c'est qu'ils soient sauvés.2 Je leur rends le témoignage qu'ils ont du zèle pour Dieu, mais sans intelligence :3 ne connaissant pas la justice de Dieu, et cherchant à établir leur propre justice, ils ne se sont pas soumis à la justice de Dieu ;4 car Christ est la fin de la loi (des religions), pour la justification de tous ceux qui croient.5 En effet, Moïse définit ainsi la justice qui vient de la loi : L'homme qui mettra ces choses en pratique vivra par elles.6 Mais voici comment parle la justice qui vient de la foi : ... La parole est près de toi, dans ta bouche et dans ton coeur. Or, c'est la parole de la foi, que nous prêchons.9 Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton coeur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé.10 Car c'est en croyant du coeur qu'on parvient à la justice, et c'est en confessant de la bouche qu'on parvient au salut, selon ce que dit l'Écriture :11 Quiconque croit en lui ne sera point confus.12 Il n'y a aucune différence, en effet, entre le Juif et le Grec (tous les hommes), puisqu'ils ont tous un même Seigneur, qui est riche pour tous ceux qui l'invoquent.13 Car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé.14 Comment donc invoqueront-ils celui en qui ils n'ont pas cru ? Et comment croiront-ils en celui dont ils n'ont pas entendu parler ? Et comment en entendront-ils parler, s'il n'y a personne qui prêche ?15 Et comment y aura-t-il des prédicateurs, s'ils ne sont pas envoyés ? selon qu'il est écrit : Qu'ils sont beaux Les pieds de ceux qui annoncent la paix, De ceux qui annoncent de bonnes nouvelles ! 16 Mais tous n'ont pas obéi (reçu par la foi) à la bonne nouvelle. Aussi Ésaïe dit-il : Seigneur, Qui a cru à notre prédication ? 17 Ainsi la foi vient de ce qu'on entend, et ce qu'on entend vient de la parole de Christ."

 vous de croire ! C'est le deal - tout à notre avantage - divin. C'est une alliance, qui tient du mariage ou d'une amitié profonde, pour entrer dans l'éternité de bonheur de Dieu. Il nous l'offre à signer.
Jésus l'a signé avec son sang.
Nous en disant : Oui, je crois Seigneur. (Viens au secours de mon incrédulité).

 

Repost 0
27 juin 2017 2 27 /06 /juin /2017 11:58

Si Dieu ne s'était révélé,
je serais resté mû par des déterminismes innés et inculqués
qui n'ont vertu que de nous accidenter toujours un peu plus,
sans recul pour voir de manière globale,
sans approche pour discerner des points significatifs (signes),
laissé inachevé en un chantier sans queue ni tête,
mort au devenir le meilleur...
qui peut s'atteindre par Grâce et une avancée authentique (ou inversement).

¤

Les animaux sont faits de déterminismes (dits) naturels. Et pour eux, cela marche plutôt bien...

Les êtres humains ont été faits plus libres, puisque capables de se donner les uns aux autres des déterminismes culturels.
Et pour nous, ça marche plutôt mal !

Parmi les pires animaux sauvages, lesquels ont plus que nous la capacité de meurtre, de filouterie, de démolition de son environnement, d'exploitation de son semblable, de barbarie... ?
 quoi est du ce mal ? ... et l'aveuglement qui va avec ?

L'homme moderne avancé en culture crie encore : Vive l'autodetermination de soi ! Mon corps m'appartient ! Mon âme, j'en ai pas !...

Et l'homme post-moderne ? Incroyant ou partagé, bipolaire (exalté ou déprimé), largement insatisfait, cherche à inventer, en solution buvable allégée, sous-cutanée ou aisément cérébralisable, toujours plus de déterminismes culturels dont s'affubler.
Cela
a) au lieu d'admettre le fond de notre inhumanité, notre misère - toute personnelle et par conséquent collective -, impuissance à nous construire et à bien gérer la terre.

Nous voilà Homo sapiens-sapiens-sapiens*+ - pour reprendre (ironiquement et significativement) la phraséologie évolutionniste - redevenant homo erectus**.
Dans le même temps que la désolidarisation de l'articulation naturelle liant fonction sexuelle et procréation, apparaît progressivement une culture toujours plus mortifère. Une sorte de persistance inéluctable dans la voie de notre extermination, signant et cosignant un peu partout des arrêts de morts imminentes.
Par compensation (principe typiquement humaniste) on se veut protecteur de la nature, la destruction d'un oeuf d'aigle, d'un bébé phoque ou la cueillette de certaines plantes étant sévèrement punies.
Parce que notre conscience toute perso est tourmentée, nous tient par un juste sentiment de culpabilité. Mais se faire grâce à soi-même, est une fausse solution, illusoire, jamais longtemps apaisante : de l'anesthésie à l'euthanasie de notre conscience où est la ligne blanche (ou verte ou rouge) ?
Or Satan et ses démons actifs parmi nous dans l'invisible, veulent cette mort, qui leur permet de faire même possiblement d'un citoyen lambda (ordinaire, apparemment au-dessus de tous soupçons, socialement intégré, "de souche" ou de l'immigration) un terroriste ou un famillicide (il faut bien inventer le mot), un suicidaire ou autre agent de maux "éclatants" ou des plus subtils (manipulation, propagande, arnaque...). 

b) Ces évolutions non-naturelles s'amplifient à notre encontre, sauf, avant que notre entêtement obscur ne devienne plus cuisant encore, à considérer personnellement la venue ou le retour à Dieu comme l'ultime recours en grâce.
Comme le moyen de notre préservation (présente et éternelle) et réformation (psychique et spirituelle) toute individuelle.

... Encore faut-il qu'on soit suffisamment lucide sur soi, se jugeant parvenu au bout de nos tentatives d'y arriver - arriver à quoi ? - par nos capacités propres... ou pas propres du tout.

Avec un peu d'humilité et les moyens utiles nécessaires***, on commence par balayer devant sa porte. Ce qui demande qu'on voit dans quel état est le devant - et le dedans - de notre porte.

"Malheur à vous (tous) hypocrites ! parce que vous ressemblez à des sépulcres blanchis, qui paraissent beaux au dehors, et qui, au dedans, sont pleins d'ossements de morts et de toute espèce d'impuretés."

"Jésus leur (nous) dit : Vous aussi, êtes-vous donc sans intelligence ? Ne comprenez-vous pas que rien de ce qui du dehors entre dans l'homme ne peut le souiller ? 19 Car cela n'entre pas dans son coeur, mais dans son ventre, puis s'en va dans les lieux secrets, qui purifient tous les aliments. 20 Il dit encore : Ce qui sort de l'homme, c'est ce qui souille l'homme. 21 Car c'est du dedans, c'est du coeur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres, 22 les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l'orgueil, la folie. 23 Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans, et souillent l'homme."

Et balayer devant (dans) sa porte, c'est entretenir régulièrement un état de propreté, comme on a à veiller sur les niveaux de notre voiture, sur les mauvaises herbes dans notre jardin, sur le sérieux de notre travail...

¤

Pourquoi n'enseigne-t-on pas ces vérités basiques, fondamentales, primordiales, à l'école de la république ? En quoi la laïcité est-elle tenue de soustraire les élèves - comme les enseignants, dans leur formation formatante - aux vérités de base de la connaissance de soi ?
Pourquoi écouter et enseigner Rousseau***** qui déclare l'homme bon par nature, plutôt que d'enseigner en se fondant sur l'observation de soi-même et les apports de Christ comme le rapportent Marc et la Bible ?
Pourquoi enseigner Nietzsche qui n'arrive pas à triompher des tourments de sa propre âme jusqu'à finir dément dans un asile ?
Pourquoi, là où doivent être alimentées la réflexion et l'intelligence par la découverte du sens, enseigner l'existentialisme de Sartre (ou de Camus) alors qu'il a conclu lui-même que sans Dieu, sans raison d'être, l'univers entier et toutes ses parties n'est qu'absurdité ? 

Bonne réaction. Demandez à Dieu qu'il se révèle à vous.

______________
* sapiens latin signifiant savant, raisonnable, qui a démontré de l'intelligence

** erectus signifie dressé, debout, d'où érection...

*** moyens utiles nécessaires à un retour à Dieu :
- la connaissance selon Dieu : Paroles de Jésus et d'autres témoins**** innombrables de la véracité de ses paroles, soit tous les écrits et autres messages audio ou vidéo en nombre incalculable, anciens et récents, qui ne sont pas en contradiction avec ce que Jésus est venu dire,
- et la foi en la rédemption offerte par Dieu aux pécheurs/pécheresses repentants.

**** mon témoignage

 

Repost 0
25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 06:29

 

suite de l'article commencé ici - partie 2 ici.

COMMENT JÉSUS A-T-IL FAIT CHANGER LE RÉGIME ET L'EXERCICE DE LA JUSTICE DE DIEU ?
En se substituant à celle qui se fondait sur les pratiques ou oeuvres d'obéissance. Il a accompli une oeuvre exceptionnelle, unique, inimitable, parfaite, comme on va le lire à la suite.

D'abord, dès le début de son ministère publique, il a annoncé ce qu'il était venu faire :
"Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes ; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir.18 Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu'à ce que tout soit arrivé."
Comment ?
En prenant notre place de fauteur invétéré, de pécheur et pécheresse incapable de tenir dans le bien, en s'identifiant à nous jusqu'au bout de ce que le péché nous oblige à vivre : la mort. "Car le salaire du péché, c'est la mort..." : 1ère partie du verset, suivi de ce qui se passe dès lors que Jésus meurt pour cela ; ...mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur." Entre les deux, notre part : la place de la foi qui permet que s'opère pour nous, individuellement, le passage de la loi culpabilisante à la grâce salvatrice.
"Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres...4 Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés,5 nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c'est par grâce que vous êtes sauvés) ...8 Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu.9 Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie."

D'injustes, de souillés, de faussaires, la foi en Christ nous permet d'être justifié, en ordre, en paix avec Dieu. En deçà de cette foi (rédemptrice), il est dit que "Nous sommes tous comme des impurs, Et toute notre justice est comme un vêtement souillé ; Nous sommes tous flétris comme une feuille, Et nos crimes nous emportent comme le vent."
Mais le Christ Jésus est devenu notre justice, qui vient au secours de tous nos manquements - normalement de moins en moins nombreux - grâce à la purification de nos fautes :
- par notre repentance et demande de pardon
- et par son sang - pur, purificateur - versé sur la croix et agréé par Dieu le Père. Car Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu."

"Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, (et il a mis en nous la parole de la réconciliation.)".

"Étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ,2 à qui nous devons d'avoir eu par la foi accès à cette grâce, dans laquelle nous demeurons fermes, et nous nous glorifions dans l'espérance de la gloire de Dieu."

Où donc sont les préceptes de religion qui nous tenaient dans des contraintes mortifères, qui nous rendaient hypocrites ou apostats ? "maintenant, en Jésus Christ, vous qui étiez jadis éloignés, vous avez été rapprochés par le sang de Christ.14 Car il est notre paix, lui qui des deux (des juifs et de nous de tous les autres peuples) n'en a fait qu'un, et qui a renversé le mur de séparation, l'inimitié,15 ayant anéanti par sa chair la loi des ordonnances dans ses prescriptions, afin de créer en lui-même avec les deux un seul homme nouveau, en établissant la paix,16 et de les réconcilier, l'un et l'autre en un seul corps, avec Dieu par la croix, en détruisant par elle l'inimitié.17 Il est venu annoncer la paix à vous qui étiez loin, et la paix à ceux qui étaient près ;18 car par lui nous avons les uns et les autres accès auprès du Père, dans un même Esprit."

"Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s'appuyant sur la tradition des hommes, sur les rudiments du monde, et non sur Christ.9 Car en lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité.10 Vous avez tout pleinement en lui, qui est le chef de toute domination et de toute autorité...
14 il a effacé l'acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l'a détruit en le clouant à la croix ;15 il a dépouillé les dominations et les autorités*, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d'elles par la croix."

De fait Jésus nous apparaît bien comme le moyen de notre salut éternel ou entrée dans le Paradis de Dieu, comme il est écrit :
"
il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus Christ homme,6 qui s'est donné lui-même en rançon pour tous.".
Ce qu'il enseignait ainsi avant de quitter la terre : "
Jésus dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.7 Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père. Et dès maintenant vous le connaissez, et vous l'avez vu.8 Philippe lui dit : Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit.9 Jésus lui dit : Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m'as pas connu, Philippe ! Celui qui m'a vu a vu le Père ; comment dis-tu : Montre-nous le Père ?"
"Que votre coeur ne se trouble point. Croyez en Dieu, et croyez en moi."

 

MAIS CE N'EST PAS TOUT ! CE QUI FAIT TOUTE LA DIFFÉRENCE AVEC LE RELIGIEUX OU LE SPIRITUEL NOUVEL-ÂGEUX, C'EST RECEVOIR L'ESPRIT DE DIEU EN NOUS.
La Bible enseigne qu'en tant être humain naturel, nous n'avons rapidement plus qu'un corps et une âme... comme les animaux ! - ce qui peut faire de nous le pire des animaux sauvages !... On parle alors de mort spirituelle (article sur les différens types de mort) . Ce qui fait dire à Saul de Tarse à des croyants religieux et idolâtres devenus chrétiens : "Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés,2 dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l'air, de l'esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion (Satan le faux-dieu et vraie puissance sur ce monde)."
Et donc la foi en Jésus, en son sacrifice substitutif (expiatoire et propitiatoire), en notre pardon purificateur, permet que nous recevions de Dieu des "arrhes" de son Esprit.
Vous avez peut-être 50 ou 70 ans et vous ne connaissiez pas ces choses !? C'est le moment, comme il est écrit : "Changez de comportement (répentez-vous) et que chacun de vous se fasse baptiser au nom de Jésus-Christ, pour que vos péchés vous soient pardonnés. Vous recevrez alors le don de Dieu, le Saint-Esprit.39 Car la promesse de Dieu a été faite pour vous et vos enfants, ainsi que pour tous ceux qui vivent au loin, tous ceux que le Seigneur notre Dieu appellera."
Si vous vous sentez appelés, ne regardez pas en arrière. Continuez ce chemin. Car il s'agit de faire la paix avec Dieu ! Il s'agit d'éternité, dans laquelle naître dès ce côté-ci du Réel, et non pas après la mort : "Dès que quelqu’un est uni au Christ, il est un être nouveau (une nouvelle créature) : ce qui est ancien a disparu, ce qui est nouveau est là.18 Tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par le Christ et qui nous a confié la tâche d’amener d’autres hommes à la réconciliation avec lui."

En fait, Dieu nous dit là que croire en Jésus-Christ, ce n'est pas adopter une nouvelle religion - comme il y a des religions dites chrétiennes, mais qui ne le sont pas véritablement, car Jésus n'est pas venu instituer une ou plusieurs religions. Il est venu pour nous apporter la vie ! La vie dans sa plénitude d'éternité. Ce qui constitue "une nouvelle ou seconde naissance", toute spirituelle.
Car
- dans un premier temps, nous n'avons pas choisi de naitre physiologiquement, pour avoir cette existence, et donc il n'était pas question pour Dieu de nous l'imposer éternellement ;
- Par contre, concernant une vie éternelle possible (notre éternisation), en accord conscient avec Dieu (on fait alliance), nous pouvons naître spirituellement, par l'Esprit éternel de Dieu s'unissant à notre âme, comme il es écrit ici : "à tous ceux qui l'ont reçue (Jésus la lumière de Dieu), à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés,13 non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu."

Voilà un chef religieux qui vient voir Jésus de nuit. Celui-ci lui répond : "En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d'eau et d'Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu.6 Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l'Esprit est Esprit.7 Ne t'étonne pas que je t'aie dit : Il faut que vous naissiez de nouveau.8 Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit ; mais tu ne sais d'où il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né de l'Esprit.9 Nicodème lui dit : Comment cela peut-il se faire ?10 Jésus lui répondit : Tu es le docteur d'Israël, et tu ne sais pas ces choses !"

Ainsi, en même temps qu'on croit réellement en Jésus comme le Fils du Dieu vivant venu nous sauver et nous donner accès auprès du Père, on reçoit son Esprit. On lui ouvre notre coeur et on l'accueille en le remerciant de cette grâce de sa vie - éternelle - en nous :
"Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.17 Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.18 Celui qui croit en lui n'est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.19 Et ce jugement c'est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises.20 Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient dévoilées ;21 mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses oeuvres soient manifestées, parce qu'elles sont faites en Dieu."

Voilà, en la personne et oeuvre sacrificielle de Jésus, l'accomplissement à la fois
- de la justice de Dieu,
- de notre religion si on en a une, pour nous libérer de son formalisme pesant,
- et encore de vieilles promesses magnifiques de Dieu faites via ses prophètes, comme par exemple :
- Ézéchiel : "Et je vous donnerai un coeur nouveau, et je mettrai au dedans de vous un esprit nouveau ; et j'ôterai de votre chair le coeur de pierre, et je vous donnerai un coeur de chair."

- Et Jérémie : "Voici, des jours viennent, dit l'Éternel, et j'établirai avec la maison d'Israël et avec la maison de Juda** une nouvelle alliance,32 non selon l'alliance que je fis avec leurs pères, au jour où je les pris par la main pour les faire sortir du pays d'Égypte, mon alliance qu'ils ont rompue, quoique je les eusse épousés, dit l'Éternel.33 Car c'est ici l'alliance que j'établirai avec la maison d'Israël**, après ces jours-là, dit l'Éternel : Je mettrai ma loi au dedans d'eux, et je l'écrirai sur leur coeur, et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple ;34 et ils n'enseigneront plus chacun son prochain, et chacun son frère, disant : Connaissez l'Éternel ; car ils me connaîtront tous, depuis le petit d'entre eux jusqu'au grand, dit l'Éternel ; car je pardonnerai leur iniquité, et je ne me souviendrai plus de leur péché."

Qui d'autre peut réaliser cela que Dieu seul ? Une religion ? Notre obéissance à des lois, à des rituels ? L'enseignement d'un maître quelconque ? Ou celui que la  Bible prise dans son entier nous rapporte fidèlement - car Dieu étant Dieu, il a su garder l'authenticité des textes originaux de toutes erreurs ou falsifications  ?
"Les paroles de l'Éternel sont des paroles pures, Un argent éprouvé sur terre au creuset, Et sept fois épuré.7 (12 : 8) Toi, Éternel ! tu les garderas, Tu les préserveras de cette race à jamais."

EN CHRIST, PAR JÉSUS ET SON ESPRIT-SAINT, SÉRIEUX ET LIBERTÉ
"Là où est l'Esprit du Seigneur, est la liberté".
Et voilà un peu de ce que la foi au Christ Jésus donne à quiconque croit, notamment une liberté appréciable par rapport à des prescriptions qui n'étaient en somme qu'un tremplin... ou un gouffre :
"
Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d'une fête, d'une nouvelle lune, ou des sabbats :17 c'était l'ombre des choses à venir, mais le corps est en Christ.18 Qu'aucun homme, sous une apparence d'humilité et par un culte des anges, ne vous ravisse à son gré le prix de la course, tandis qu'il s'abandonne à ses visions et qu'il est enflé d'un vain orgueil par ses pensées charnelles,19 sans s'attacher au chef, dont tout le corps, assisté et solidement assemblé par des jointures et des liens, tire l'accroissement que Dieu donne.20 Si vous êtes morts avec Christ aux rudiments du monde, pourquoi, comme si vous viviez dans le monde, vous impose-t-on ces préceptes :21 Ne prends pas ! ne goûte pas ! ne touche pas !22 préceptes qui tous deviennent pernicieux par l'abus, et qui ne sont fondés que sur les ordonnances et les doctrines des hommes ?23 Ils ont, à la vérité, une apparence de sagesse, en ce qu'ils indiquent un culte volontaire, de l'humilité, et le mépris du corps, mais ils sont sans aucun mérite et contribuent à la satisfaction de la chair."

Voilà ce qu'a été obligé de faire un Dieu saint pour avoir contact dès ici-bas avec nous, et nous recevoir à la suite en tant qu'âme, puis avec un corps ressuscité, tout nouveau..., dans son Royaume éternel d'amour et de Gloire.

Selon qu'on va rester à vivre sous la loi de justice primaire de Dieu (via religion ou règle aléatoire de notre conscience) ou entrer dans le bénéfice de sa loi de rédemption, les bénédictions et malédictions ne nous atteindront pas du tout de la même manière...  Au fur et à mesure bien sûr qu'on croît en connaissance et confiance en le Dieu Un-en-trois.

Pourquoi Jésus aurait-il du payer si cher, si ce n'était pas pour nous offrir une sécurité tout à fait exceptionnelle, qui ne dépende pas que de nous, mais aussi surtout de lui - notre foi personnelle étant le trait d'union qui permet d'arrêter des attaques comme faire descendre des grâces.

Bonne Nouvelle (ou Évangile) selon Jean :
"Jésus leur dit encore : En vérité, en vérité, je vous le dis, je suis la porte des brebis.8 Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des brigands ; mais les brebis ne les ont point écoutés.9 Je suis la porte. Si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé ; il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages.10 Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire ; moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu'elles soient dans l'abondance.11 Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis.12 Mais le mercenaire, qui n'est pas le berger, et à qui n'appartiennent pas les brebis, voit venir le loup, abandonne les brebis, et prend la fuite ; et le loup les ravit et les disperse.13 Le mercenaire s'enfuit, parce qu'il est mercenaire, et qu'il ne se met point en peine des brebis. Je suis le bon berger.14 Je connais mes brebis, et elles me connaissent,15 comme le Père me connaît et comme je connais le Père ; et je donne ma vie pour mes brebis."

À vous de savoir et/ou choisir où vous en êtes et voulez être, en exemple en lisant encore le chapitre 8 de la lettre aux Romains, qui parle des avantages qu'il y a à vivre, par son Esprit et par la foi, au bénéfice du sacrifice expiatoire de Jésus...

Venez à Jésus, pas à moi ou à une religion, pas à une secte ou quelque pratique qui devenir meilleur-e, tel-le que vous êtes, pour être sauvé-e, et gardé-e, et conduit-e.
Que sa bénédiction en ce jour vous soit partagée de manière sensible, et éternelle.

Un chant 
Prière-guide si vous sentez de prier maintenant.

_____________
* Les démons de divers ordres et Satan le diable comme il en est parlé ici en Éphésiens  vers. 11 et 12.

** Cette alliance possible scellée entre Dieu et les hommes par le sang de Jésus a été promise à... et accomplie par Israël, puisque
1/ Jésus est juif en tant que fils d'homme, né de Myriam (Marie), et
2/ cette bonne nouvelle ou Évangile du remplacement des religions et autres mouvements spirituels (plus piégeux qu'autre chose) a été reçu, vécu et répandu par les juifs qui suivirent Jésus jusqu'à recevoir cette promesse le jour de la fête de la Pentecôte (Chavouoth)... Donc comme a dit Jésus : le salut vient des juifs ! Pas des français ou européens ou américains...  

Repost 0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS : Dieu existe ! C'est ici mon cheminement depuis ce premier instant, pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il !? C'est aussi un Questions/réponses dans les domaines connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité, politique, philo, actualité... bref, un englobe-blog. Répétez ! ☺
  • Contact

Recherche