Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juin 2017 6 24 /06 /juin /2017 06:03

Le concept de démocratie a vécu.

Pour l'achever, il a valu écoeurer citoyens et électeurs, et ça a bien marché !

Il en résulte que l'autoroute de la mondialisation est ouverte en France (pays leader) sans péages possibles à opposer à ses nouveaux marcheurs.

En me penchant sur les chiffres de ma circonscription (vieux bastion de la Droite basculé au Centre libéral dès les Présidentielles), j'ai retrouvé ce signe de la mort de la démocratie : La candidate En Marche - hier totalement inconnue de la plupart et de la politique - a été élue devant le nouveau représentant de Les Républicains par 7 708 voix sur 39 582 inscrits, soit élue par 5,13 % des inscrits !

Avant même ce calcul j'avais pensé à une forme de suicide de la citoyenneté, comme lorsqu'on se sent condamné par un mal irréversible, et dès lors on renonce à lutter. Ce qui vient conforter le regard d'Éric Zemmour développé notamment dans son livre Le Suicide français. Hier suicide par les instances au pouvoir, souvent contre l'avis ou la volonté du peuple ;
Aujourd'hui suicide par le peuple lui-même qui n'en peut plus de ce qui apparait jour après jour comme de la mascarade de pouvoir et de quête de profits personnels.

On le voyait un peu, on le savait plus ou moins, mais les forces d'opposition ne sont plus là. Une loi de moralisation y changera quelque chose ? Que nenni ! Les lois donnent l'opportunité aux plus malins d'en trouver les failles inévitables...
Et tout cela, parce qu'on a trop été entraînés à vivre dans le péché, dans ce qu'on ne sait même plus être du mal selon Dieu : les fornications, les fraudes, les manipulations, les mensonges, les pratiques occultes, le secours des stupéfiants et autre alcool, chacun plus ou moins dans son coin... Ainsi un peuple se donne - par abstention ça revient au même - pour chef ce qu'il mérite. Cela ne veut pas dire qu'E. Macron n'a pas de grandes capacités, mais certainement qu'il lui manque les plus fondamentales (foi authentique, amour de son pays, désir d'une remontée aux sources, discernement spirituel des temps).

De fait, tout au long du XXe siècle des leaders ou des lobbies (comme on ne disait pas alors) ont travaillé à sortir Dieu avec ses représentations religieuses - d'autant peu convaincantes qu'elles étaient et sont toujours faussées - de la pensée, de la mémoire, de la spiritualité des français - ce que n'obligeait pas la laïcité ! -.
A-t-on seulement vu dans les deux guerres mondiales les jugements successifs sur la politique française adoptée depuis la fin de XIXe et sur une chrétienté qui a perdu depuis trop longtemps sa substantielle moelle ?...

Le fait est que le peuple français est devenu apostat, s'exposant par l'abandon de la foi à toutes les dérives matérialistes, à l'invasion de toutes sortes de spiritualités dont l'Islam radical est devenu la face la plus visible pour - s'il était encore possible - que la France interpelée reviennent avec ses leaders à la foi de ses pères les plus véridiques, et bien mieux, au message évangélique non frelaté qui en est l'origine et dont la Bible nous met toujours le contenu à portée.

Ainsi l'Europe va devenir le poumon artificiel de la mondialisation telle que le livre de l'Apocalypse en parle depuis longtemps. (chapitre 13 et suivants). Pour l'heure, comme déjà dit, on est arrivé au dernier acte du chapitre 9 avec
- l'apparition de l'État islamique, apparition antitéthique d'un état à l'heure où les nations disparaissent au profit d'un supra-souverainisme planétaire, ce qui ne fait que travailler à la centralisation de la gouvernance de tout le genre humain.... (avec le dernier attentat des Champs-Élysées - par un fiché S qui avait un permis de port (et donc d'achat) d'armes - "on" en vient à demander une centralisation européenne des Renseignements...),
- et la poussée mondialisante qui opère par ailleurs.

Désormais haut perché dans l'Hémicycle, le drapeau européen symbolise la souveraineté européenne, et plus encore la réalité des esprits spirituels qui commandent cette autorité politique qui n'aspire qu'à sortir de ses propres frontières pour embrasser le monde...   

Bref l'histoire dont nous sommes sujets, spectateurs et acteurs, se déroule selon le synopsis biblique préétabli. La canicule depuis l'élection de la nouvelle chambre est elle aussi pré-figurative de ce que ça va être chaud et même très chaud dans les temps qui viennent.

Couvrez-vous, physiquement, mais surtout spirituellement, psychiquement, pour ne pas être confus-e.
"Celui qui demeure sous l'abri du Très Haut Repose à l'ombre du Tout Puissant.2 Je dis à l'Éternel : Mon refuge et ma forteresse, Mon Dieu en qui je me confie !3 Car c'est lui qui te délivre du filet de l'oiseleur, De la peste et de ses ravages.4 Il te couvrira de ses plumes, Et tu trouveras un refuge sous ses ailes ; Sa fidélité est un bouclier et une cuirasse.5 Tu ne craindras ni les terreurs de la nuit, Ni la flèche qui vole de jour,6 Ni la peste qui marche dans les ténèbres, Ni la contagion qui frappe en plein midi..?"

Cherchez vous-même la lumière, en direct...

Repost 0
13 juin 2017 2 13 /06 /juin /2017 06:04

 

Le drame français s'approfondit.
Tout est bien quand même,
parce qu'on est dans ce qui est écrit...

 

Comme déjà dit, le glas de la démocratie sonne un peu plus à chaque élection.
En ce 11 juin 2017, on ranime une nouvelle fois la flamme du Candidat inconnu, hypothétique mais absent, autour de qui on se serait mobilisés sans hésitation : Il est majoritairement évoqué par toutes les voix qu'on ne peut lui donner : plus de 51 % d'abstentionnistes !
Et il est compté pour du beurre quand on veut quand même faire comme s'il existait, ce candidat hypothétique, sans nom, pour qui on aurait bien voté  : Il s'appelle alors Vote-Blanc, sans prénom, sans parti (pris).

Certes ils seront encore au second tour Abstention et Vote-Blanc, mais ils ne seront jamais élus - c'est-à-dire que plus de la moitié des voix se perd dans quel désert, pas écoutées en ce qu'elles disent muettement comme besoin prooooofond de réformes - de quelles réformes ?
Et elles disent Quoi ces voix : Repentez-vous vieux briscards de la République qui n'avaient pas su voir ce qui manque à la France ! Repentez-vous, mauvais croyants et athées, de ce que vous n'avez pas apporté à ce pays, à ses enfants - pour l'avoir oublié, pas partagé, méprisé - : la foi au Dieu de vos pères, la foi au Dieu vivant !
La confusion est telle qu'on ne sait même plus d'où - par quoi ? - on est tombés ! "La force du peuple est brisée !" (expression biblique).
Ce résultat électoral me fait penser au "cri silencieux", et à Diogène qui, parcourant la ville en plein midi une lampe à la main disait : Je cherche un homme ! Je cherche un homme !...
Et de tout ça; la machine s'en foutra !

15 à 20 candidats en lice ici et là !
Déjà cela aura donné du travail aux imprimeurs.
Ensuite, on peut constater que cette année presque tout le monde peut devenir député ! En tout cas y prétendre. C'est aussi, à cet endroit une démonstration de démocratie - mais peut-être en chant du cygne, ou du coq gaulois - !
Car si la démocratie n'est plus que pouvoir parler chacun pour soi - et Dieu pour personne -, par petits groupes comme si on était des myriades, on est dans un travers qui mène à une fin : Même si les causes et les sensibilités particulières ne manquent pas, l'individucratie ne vivra pas !

Ainsi, partis de l'idée enthousiasmante de la force produite par l'unité du plus grand nombre des faibles contre les minorités nanties, arrive-t-on dramatiquement dans le morcellement, la mosaïque, des actions claniques plus que solidaires, des sous-classes de pensées et de sensibilité, pour ne pas dire de nouveaux communautarismes, d'intérêt...
Ce qui
1- certes est contraire à la pensée unique qui veut assujettir tous,
2- mais ne peut construire une unité (sociale ou nationale),
3- ce qui profite au final... à la caste des plus puissants.

Morceler pour mieux gagner ! Nouvelle version de Diviser pour mieux régner.
C'est mathématique, et on y est.
Donc la machine dont Emmanuel Macron ici est pour le moment une motrice, l'Europe un pantographe, et une oligarchie financière le courant (non-alternatif), est en marche, et va prendre de la vitesse. C'est l'ère qui veut ça, que ne commande heureusement pas les hommes : Le livre de l'Apocalypse nous montre que c'est Jésus qui tient l'agenda et le timing de l'avancement des temps et des forces spirituelles libérées sur la terre. Et Emmanuel (quel prénom !?) Macron est poussé dans l'arène au temps où les forces les plus dangereuses pour l'homme, pour l'humain, jouent des coudes ou (s')écrasent : L'humilité peut le garder, l'orgueil peut le perdre.
 

LES HOMMES/FEMMES SOUMIS À DES FORCES PLUS GRANDES QU'EUX
Attention aux lois qui vont sortir des cartons, qui vont décoller (autant les vérités que les préjugés), votées ou volées de nuit comme de jour, et pendant les vacances : Rien de nouveau là-dedans, mais rien n'apparaissant, à l'image du Brexit anglais, comme retro-pédalage, la dynamique du quinquennat précédent se poursuivra...
Sauf un véritable sursaut de conscience des électeurs dimanche prochain. Mais alors provoqué par qui ?...

Humainement, philosophiquement, je crois qu'on n'a sans doute pas (assez) analysé le concept de libéralisme ou ultra-libéralisme (comme d'ailleurs celui de progrès !). Pour savoir s'ils conduisent à plus de libertés - effectivement ! - et/ou à des privations de libertés - ce qui est aussi le cas !
On n'a pas étudié le rapport entre liberté intérieure (bien-être psychique) et libertés de tout faire - de son corps par exemple -. Or les deux ne sont pas forcément compatibles et rien que de mauvais usages du corps peuvent coûter très cher - ou rapporter très gros, selon de quel côté on se trouve - en anxiolytiques, anti-dépresseurs et autres journées et années de travail perdues...

Mais quand on a été élevé à 10 000 mètres d'altitude dans un engin nommé Mondialisation, ou Nouvel Ordre Mondial, on n'a pas besoin de juger de toutes les conséquences : globalement on sait où on va, alors les détails - comme a dit le maire de Londres à propos de l'attentat qui a fait 7 morts et 48 blessés :  "Y a pas de raison de s’alarmer !".

DE LA DÉMOCRATIE À LA MÉDIA OU MÉDIOCRATIE
Dans tous les cas, comme avec la parité où on voit désormais beaucoup plus de femmes que d'hommes à des manettes-clés - sans que personne ne le relève ! -, le rapport de force d'influence des citoyens et des médias a subi une OPA ou OPE plutôt sauvage - pour des êtres civilisés ! - de la part du moindre nombre.
Au point où depuis 2 ou 3 jours déjà la majorité macronite était présentée sur nos écrans comme acquise et déjà largement commentée comme telle.
L'effet psychologique recherché a joué, produisant un tel sentiment d'impuissance auprès de qui ne comprend pas les manoeuvres, que votant ou restant chez soi, il n'y avait comme plus rien à faire contre la force de ce courant de l'histoire.

En temps de guerre, on sait l'importance de la maîtrise des moyens de communication (nom ancien des médias). On est en temps de guerre, depuis longtemps, contre Satan - ou plutôt lui contre nous. Et plus nous approchons de la fin - de sa fin ! - plus on va être sous tension, en insécurité, rendus irrités à très méchants (ou suicidaire), en état d'urgence. Tout cela permis par Dieu, comme ultime moyen pour nous faire rechercher, demander, réclamer, son secours et notre pardon.

Et dans la pyramide des pouvoirs - car tout est toujours pyramidal (et/ou asymétrique), n'en déplaise aux égalitaristes manquant de jugement -, c'est quasiment une logique que la minorité formant l'étage des médias soit au-dessus de la base plus large des votants, eux-mêmes au-dessus de toute la masse citoyenne.
Alors nous pouvons parler
- de médiacratie - terme admissible du côté de ses protagonistes,
- et sans doute plutôt de médiocratie, de la part de ceux qu'on n'informe que pour mieux les faire aller où souffle le vent des grands groupes, de la mondialisation, et tout au sommet de quelques démons puissants et de Satan pour qui, si on est sans Dieu, nous sommes moins que des sauterelles.*


COURANT DE L'HISTOIRE
Car c'est aussi de cela qu'il s'agit. Désormais face à ce que va véhiculer le courant de l'histoire en marche, les freins à la mondialisation risquent de n'être plus... qu'explosifs ! Si la démocratie a été muselée au niveau du bulletin de vote, on peut s'attendre à des réactions ou ripostes violentes, de toutes parts. Car si la marche en avant se fait sur fond d'injustices ou encore de séductions essentiellement manipulatrices, des jugements tomberont. (voir autres articles).

Voici une parole prophétique, compréhensible malgré quelques références géographiques symboliques autant que réelles - de quoi chercher son positionnement personnel dans ce qui se passe - :
"
Voici, les héros poussent des cris au dehors ; Les messagers de paix pleurent amèrement.8 Les routes sont désertes ; On ne passe plus dans les chemins. Il a rompu l'alliance, il méprise les villes, Il n'a de respect pour personne.9 Le pays est dans le deuil, dans la tristesse ; Le Liban est confus, languissant ; Le Saron est comme un désert ; Le Basan et le Carmel secouent leur feuillage.
10 Maintenant je me lèverai, Dit l'Éternel, Maintenant je serai exalté, Maintenant je serai élevé.11 Vous avez conçu du foin, Vous enfanterez de la paille ; Votre souffle, C'est un feu qui vous consumera.
12 Les peuples seront des fournaises de chaux, des épines coupées qui brûlent dans le feu.13 Vous qui êtes loin, écoutez ce que j'ai fait ! Et vous qui êtes près, sachez quelle est ma puissance !14 Les pécheurs sont effrayés dans Sion, Un tremblement saisit les impies : Qui de nous pourra rester auprès d'un feu dévorant ? Qui de nous pourra rester auprès de flammes éternelles ? -
15 Celui qui marche dans la justice, Et qui parle selon la droiture, Qui méprise un gain acquis par extorsion, Qui secoue les mains pour ne pas accepter un présent, Qui ferme l'oreille pour ne pas entendre des propos sanguinaires, Et qui se bande les yeux pour ne pas voir le mal,16 Celui-là habitera dans des lieux élevés ; des rochers fortifiés seront sa retraite ; du pain lui sera donné, de l'eau lui sera assurée."

Et Jésus encore de dire "Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point." Ce qui est une vraie invitation à visiter ses paroles, selon ce qui est aussi dit dans l'épître aux Romains : "La foi vient de ce qu'on entend, ce qu'on entend qui vient de la parole de Christ."

Bonne suite. Soyez béni-e ^par ce Dieu qui cherche sa créature. C'est mon voeu et ma prière.

 

Repost 0
31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 12:36

Sommes-nous comme un ragondin qui jouerait à cache-cache avec la vérité
pour la trouver,
ou comme le même qui se voile la face pour ne pas la voir ?

A - En politique, le lancer de javelot contre François Fillon n'a pas fini de frapper. Parce qu'en fait il s'agissait d'un boomerang, une arme qui fait des émules, mais capable d'atteindre autant qui le lance que qui est visé.
Un boomerang explosif (progrès oblige, pouvant atteindre une fois lancé plusieurs nuques ou front de lanceurs... ou de marcheurs), au tempo réglé pile-poil sur le cycle électoral.

Connaître là l'Évangile se serait une nouvelle fois avérer capital - un capital plein d'intérêt, qui enrichit tout le monde sans léser personne - qui dit en (l')espèce (sonnante et particulièrement trébuchante) :
On vous jugera du jugement dont vous jugez, et l'on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez.
Avec Jésus, on est chacun averti pour en valoir deux, en tout cas pour réfléchir avant de jeter des pierres sur tout ce qui bouge qui nous dérange. (Voir aussi ici la leçon complémentaire, niveau élémentaire, comme on peut toujours en tirer d'un mal...).

Pour être complet, on peut sortir un proverbe qui a de la profondeur (ou de la hauteur selon comme on l'entend), qui laisse à penser, surtout sous les tropiques - mais je le trouve aussi très exportable sous nos latitudes, vu nos attitudes - : "Quand on veut monter au cocotier, il vaut mieux avoir le derrière propre."

B - Tout aussi sérieusement, au sujet de la croyance (puisque tous concernés).
En effet, qu'on le veuille ou non, on croit tous en "quelque chose".
- En des choses, comme l'avion dans lequel on monte, la direction ou le frein de la voiture qu'on conduit... On croit que le pain ou le steack-frites (les moules) ou le médicament qu'on a payé n'est pas empoisonné... On croit en une banque !

- En des personnes : en quelqu'un qu'on élit pour en faire un élu - en quelqu'un à qui on donne sa main, et parfois bien plus... avant même de le connaître. Je crois au boulanger qui fait mon pain - au réalisateur du nouveau film que je vais voir - au patron de ma boîte, au moins pour le salaire - à mon banquier, au point je lui passe tout ce que je gagne, etc, etc...

- Et on croit tous en soi - plus ou moins consciemment : quand on apprend à marcher, à nager, à apprendre (parce qu'on croit que ça va nous servir à quelque chose). On y croit quand on écrit et envoie son CV ; quand on se couche - qui est sûr de se réveiller ?
Vous avez déjà remarqué ça, que la plupart de ce qu'on fait (ou pense), n'est jamais dans la certitude - mais dans la foi que... ?

Ainsi on peut apprendre - de manière certaine ! - que la foi est un principe inhérent au vivant ! Ce qui déjà peut nous aider à remettre en cause ce mensonge éhonté des adultes aux enfants et à eux-mêmes, qu'est la doctrine évolutionniste. Et oui, on a cru (patate crue) comme si c'était vrai ! Un propos sans fondement scientifiquement - quoi qu'on nous en est dit. Car si le principe de vie par la foi est avérée, celui des hasards créateurs ne peut être prouvé et doit être banni - en tout cas si vous voulez être mieux...

C - En ce sens voici quelques citations que je pense pertinentes à connaître et à méditer :
Einstein : ''Le souci de parvenir à la vérité doit primer sur toutes les autres considérations.''

Ainsi entre Dieu et Hasard, il faut trouver ! C'est simple, non, si on se met à réfléchir ne serait-ce que sur la beauté ou la profondeur de tant de choses ?!
Après savoir Lequel il est ce seul vrai Dieu, parmi les représentations plus ou moins déformantes - et contradictoires - qu'on nous en donne. Cela requiert de la recherche - non prédéfinie, le propre de l'homme - de l'attention. De la liberté aussi - et là je prie Dieu qu'il en donne à celui/celle qui lit -, car il n'est pas toujours facile de se départir d'un formalisme ou formatage (athée comme religieux) pour basculer dans ce qui est vrai et/ou meilleur encore que ce qu'on connaît déjà (la religion comparée est une des méthodes pour trouver où la vérité est la plus délivrée)...

Ici une indication de Descartes peut nous être précieuse : "Pour atteindre la vérité, il faut une fois dans sa vie se défaire de toutes les opinions qu'on a reçues, et reconstruire de nouveau tout le système de ses connaissances."

Normalement Dieu s'expérimente. Il est un Dieu qui se veut proche, il désire qu'on se connaisse comme entre personnes qui s'apprécient. D'abord caché - à cause de nos péchés, fautes diverses - toujours apparentées à l'injustice et au danger), il est un Dieu qui veut se dévoiler, aussi faut-il le chercher si une révélation subite ne nous l'illumine tout à coup...

Victor Hugo aussi nous aide à voir clair quand il y a trop de choix, ou de confusion : "On ne se compose pas plus une sagesse en introduisant dans sa pensée les divers résidus de toutes les philosophies humaines que ne se ferait une santé en avalant tous les fonds de bouteille d'une vieille pharmacie."

Dit plus simplement par Lewis Carroll le père d'Alice au pays des merveilles : "Si vous vous efforcez de tout croire, vous deviendrez incapable de croire les vérités les plus simples."

G. Orwell, le "père" inspiré de Big Brother et 1984 : "En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire."
Guy Béart le chanta par la suite.

Et surtout Jésus l'a vécu et le dit, depuis 2 000 ans jusqu'à aujourd'hui avec une audace qui ne peut qu'interpeler : "Je suis le chemin, la vérité, et la vie."
Culot monstre ? Folie douce ? Impertinence outrancière ? Parole d'autorité ? Vérité ?

Depuis nos premiers pas sur deux jambes, un vrai acte de croyance est toujours un dépassement
- de où on en est,
- de ce qu'on connait,
- d'une peur.

Osez croire ! Mais plus encore : Osez vérifier ! si ce que vous croyez ou commencez à croire est fiable, se démontre, vous fait réellement trouver Dieu, par expérience personnelle indiscutable ! Car tel est le Dieu qui s'est révélé à moi, avec qui je vis mes fiançailles depuis des décennies - le mariage sera céleste -.
Tel est le Dieu véritable, qui est, et qui nous/vous cherche. Qui vous aime et désire que vous expérimentiez vous-même, personnellement, la réalité qu'il est amour*...

Qu'il vous aide dans cette confiance à faire, peut-être le premier pas, ou un pas de plus vers ou avec Dieu.

_______
Réalité mise à mal par les faits conjoints de sa justice et de sa sainteté qui, tous deux, limitent extrêmement l'accès à sa présence. Mais la solution nous a été donnée ici versets 4 à 9...

 

Repost 0
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 20:45



Croire Dieu sur Parole
est plus déterminant de réussites que seulement croire qu'il existe.
"Faute de connaissance, mon peuple dépérit." Livre du prophète Osée

 

Suite de 1/2 ici
On est comme en temps de guerre où les maisons peuvent soudain s'écrouler - à côté de nous, ou sur nous. Où quelque chose peut nous péter dans la tête ou au coeur avant qu'on ait réalisé ce qui nous arrive.
A-t-on été averti du danger ou de l'imminence d'une attaque ou d'une autre ? Certainement, mais on n'y a pas fait attention. Pourtant cela a été dit et répéter : On EST en guerre ! cf. encore l'état d'urgence !...

Mais jusque-là on n'a pas cru que les avertissements existent, parce qu'on ne croit plus selon le fil intelligent des causalités. Rendus hagards par l'athéisme prégnant, on croit seulement un peu en l'homme mortel et au non-sens de notre existence. On croit comme Sartre, d'autant plus absurdement qu'on ne sait pas,
- que tout n'est qu'existences aléatoires, chanceuses ou pas,
- et ensuite, quant à l'essence, qu'il s'agit de ce qui est possiblement imaginable (comme sens, concept ou solution), à inventer donc...

Or aujourd'hui, par la raison ou les sciences, il est bien plus que probable que le contraire, qu'il y a un Dieu aux origines de l'univers, et encore qui en suit les mouvements. Pour beaucoup de gens honnêtes qui en font l'expérience, comme c'est mon cas, il est clair que Dieu EST.
Dans ce sens-là, on peut observer que l'essence (le sens, la raison, la cause, l'information du pourquoi des choses organisées, complexes et fonctionnelles) précède leur existence (réalisation).
Le sens relie l'essence (la pensée conceptrice) à l'existence (qu'on voit ou entend). Si on inverse, on perd le sens, et notre emprise essentielle sur le monde...

La connectique nous enseigne l'importance du link, des liens, parmi et sur la réalité et les mouvements des choses ou de nos personnes... Et c'est ainsi que Dieu aussi parle : Sa (ses) Parole(s) sont du lien essenCiel entre lui et nous (comme on a découvert "la singularité initiale" entre l'acte appelé Big-bang et son Concepteur). Par la pensée, par l'intuition, par des écritures, des songes, visions... Dieu enseigne et/ou avertit.

Et Dieu n'avertit pas pour qu'on ait peur et qu'on s'affole, qu'on se suicide. Mais pour que nous cherchions comment nous mettre sous sa protection. Ne nous leurrons pas sur ce que de nouveaux ministres peuvent faire pour nous. Sauf qu'ils voient soudain qui est le véritable ennemi qui nous secoue, nous ébranle et met en guerre, qui nous combat tous - non pas le chômage ou l'immigration, ni le FN ou François Fillon... Non, l'ennemi bicéphale que nous avons chacun à combattre ! La Bible les dénonce ici et . Seulement nos politiques - comme nous-mêmes - lisent-ils ce Livre... comme leurs pères européens ou américains l'ont fait ?

Par exemple
Jean Jaurès (XIX-XXe, avant qu'il laisse sa foi être absorbée par le socialisme) "La Bible est le livre qui fait bondir la tête et le coeur des hommes, tressaillir les collines. C’est le livre des sursauts, des images grandioses et tragiques."

William Gladstone (1er ministre britannique de la fin du XIXe) "J’ai connu 95 des plus grands hommes du monde de mon époque, et 87 d’entre eux étaient attachés à la Bible. La Bible est frappée d’un sceau de garantie d’origine. Tout le bien du Sauveur du monde nous est communiqué par ce livre."

Robert Kemp (académicien XXe) "L’importance de la Bible est évidente. Son ignorance creuse un abîme dans la culture... Je veux la Bible pour tout homme désireux d’étendre ses connaissances, de réfléchir sur sa condition et de goûter la beauté des pensées de Jésus."

Comte Axel Oxenstierna (homme d’Etat suédois du XVIIe) "J’ai fait beaucoup d’expériences dans ce monde et jouit de bien des heures agréables; mais en vérité, je n’ai appris que maintenant ce que c’est d’être heureux et joyeux. Je remercie mon Dieu qui m’accorde encore du temps pour apprendre à Le connaître et à me connaître moi-même. La connaissance de l’amour de Dieu par la lecture de ce merveilleux livre a plus de valeur pour mon coeur que tout ce que le monde peut m’offrir."

Jean Gutenberg (XVe - inventeur de l’imprimerie à cause de la Bible, 1er de tous les livres imprimés) "Dieu souffre parce qu’une grande multitude ne peut être atteinte par la Parole Sacrée; la vérité est captive dans un petit nombre de manuscrits qui renferment des trésors. Brisons le sceau qui les lie, donnons des ailes à la vérité. Qu’ils ne soient plus manuscrits à grands frais, par des mains qui se fatiguent, mais qu’ils volent, multipliés par une machine infatigable, et qu’ils atteignent tous les hommes !"

Victor Hugo (XIXe, écrivain et homme politiquee) "Sachez que le livre le plus philosophique, le plus populaire, le plus éternel, c’est l’Ecriture Sainte. Ensemencez les campagnes d’Evangiles! Une Bible par cabane !"

Alphonse de Lamartine (XIXe, homme politique et poète)
Pour les poètes, un poème sur la création

Etc, etc...

ALORS MAINTENANT ENCORE DES NOUVELLES RÉFORMES !?
Moi Président, je parlerai sur

> LA MORALISATION DE LA VIE POLITIQUE... ET LA MORALE PERSONNELLE !
Pour un retour (ou une vraie avancée pour ceux qui n'ont jamais connu) à la Morale Objective. Parce que le Créateur de toutes choses a posé une fois pour toutes (il y a déjà 3 500 ans) 10 points (appelés Les 10 Commandements) comme socle bénéfique de nos existences et à nos relations :
- Aimer Dieu - lui-même et non quelques images ou représentations religieuses qui nous en sont proposées - ;
- Ne pas parler de Lui pour ne rien dire (Galilée "C'est notre grande maladie de parler pour ne rien voir.") ;
- Se reposer un jour par semaine - pour un vrai break et pour s'approcher de Dieu - ;
-
Honorer son père et sa mère afin que nos jours se prolongent et qu'on sois heureux ;
- Ne pas commettre de meurtre ;
- Ne pas commettre d'adultère ;
- Ne pas voler ;
- Ne pas faire de faux-témoignages ;
- Ne pas convoiter la femme et tous les biens de son prochain. Mais désirer son bien.

On peut ajouter, Arrêter de trafiquer avec tout ce qui est occulte (esprits, revenants, apparitions, spiritisme...) - car vous ne réalisez même pas qu'on se met ainsi inévitablement à la portée des démons trompeurs et méchants qui veulent votre perte éternelle.

> LE TRAVAIL
Président je dirais que le chômage doit questionner aussi notre responsabilité personnelle ! Car les crises et toutes sortes de malheurs sévères nous arrivent-ils seulement par hasard ? Par la faute à Pas-de-chance !? Pourquoi je suis au mauvais endroit au mauvais moment (comme ce fut le cas pour mon accident) ?

Un peu de rationalité ! pour ne plus voir seulement globalement la problématique du travail comme une calamité sans cause, mais comme résultant, au cas par cas, de nos propres fautes de comportements qui s'additionnent. D'où jugement qui tombent par exemple sur des patrons cupides ou des gérants peu capables ou vertueux, tels exploiteurs plus qu'humains, ou d'autres trop "humains" quand il s'agit d'évoquer ou solliciter la sexualité...
Et donc peut-être bien aussi des malveillances similaires chez les salariés ! Avec l'employé-e qui sort des fournitures de bureau ; l'ouvrier qui soustrait du matériel ou des produits de sa boîte. Cela s'appelle vol, rapine, larcin, abus, traitrise... ce qu'enseignent les bonnes vieilles fables morales - qu'on a cessé de nous apprendre à l'école : Qui vole un oeuf vole un boeuf !
Profit indu de la sécu ou d'autres choses (ça peut être fraude, arrêt abusif, fausse déclaration, mensonge, détournement...). Avec encore peut-être l'entretien d'un esprit de contradiction ou du mécontentement permanent (participant-e et soumis-e mais à contre-coeur). Soit des relations professionnelles troubles, polluées, tendues, qui nuisent à notre santé et à tout ce qui touche à "notre" entreprise, et jusque dans nos familles et jusqu'à rendre visible la gangrène au plan sociétal.

(Nous) a-t-on appris à être satisfaction d'avoir un emploi, à être reconnaissant, à trouver du plaisir même dans ce qu'on nous dit être des "sots métiers" : "Il n'y a pas de sots métiers" ! Etc, etc...
Est-ce que je parle d'une vue de l'esprit théorique, ou de faits que vous connaissez au plus près de vous ?...

Le roi Salomon (dit l'Ecclésiaste) écrivit "Voici ce que j'ai vu : c'est pour l'homme une chose bonne et belle de manger et de boire, et de jouir du bien-être au milieu de tout le travail qu'il fait sous le soleil, pendant le nombre des jours de vie que Dieu lui a donnés ; car c'est là sa part.19 Mais, si Dieu a donné à un homme des richesses et des biens, s'il l'a rendu maître d'en manger, d'en prendre sa part, et de se réjouir au milieu de son travail, c'est là un don de Dieu."

Dieu ne refuse jamais ses bienfaits sans raison. S'il est l'initiateur du bonheur par le - et dans le - travail (Prov. 12), il "suffit" de chercher pourquoi cette loi parfois cesse de jouer.
Un médecin ne fait normalement pas d'ordonnances avant ou sans diagnostics corrects ! Sinon on va mettre de la pommade contre un cancer, ou opérer une tête agacée par des poux !...
C'est pourquoi aussi il est écrit "C'est une grande source de gain que la piété avec le contentement." et encore "Quand il n'y a pas de révélation, le peuple est sans frein ; Heureux s'il observe la loi !" - Job 12.

SUJET SENSIBLE !?
Vus sous cette angle - pas "en étant dans la lune" mais du plus haut des Cieux -, le chômage et le travail deviennent un sujet plus sensible encore. Et quand on n'a pas le Concepteur des choses et des êtres, et ses lumières avec nous, le traitement des sujets sensibles n'a guère de chances de succès. Quinquennat confirme !

Et donc, quand finalement résultent d'un cumul de fautes (morales plus que professionnelles) des maux de dos ou de tête lancinants à insupportables, des nausées, pressions et tensions à péter les plombs, pénurie de travail, grèves récurrentes, délocalisations, accident ou maladie, licenciements, liquidations d'entreprises pandémiques, révoltes, casses, crises... ne laissent pas en paix. Mais ce "syndrome de ruptures" activé réveille-t-il pour autant - un peu, beaucoup... pas du tout !?... Attention de ne pas en arriver là !

Alors, les bonnes solutions ?
- l'appel à) la repentance,
- la confession des fautes avec demande de pardon,
- le renoncement à nos avantages injustes,
- la volonté d'une existence qui plaise à Dieu...****

Concernant nos décisions et comportements, l'impertinence (dans les 2 sens du mot) est un de ces graves effets qui viennent,
- d'un étage au-dessus, de l'idéologie-évolutionniste-néo-darwinienne prise pour socle de la connaissance du Réel,
     - qui réduit le monde à ce qui se mesure, se compte, est matériel ;
     - qui substitue à Dieu et aux causalités véritables les concepts non-scientifiques (absurdes !?) de hasards infinis, de sélections naturelles (sophisme) ou encore de mutations positives (inexistantes),
- et d'un étage encore plus haut, de démons malins que nous écoutons bien trop souvent, ne serait-ce que parce qu'on n'a pas appris qu'il y a 4 sources d'où proviennent toutes nos pensées, intuitions, nouveautés, concepts, slogans...

Président ou ministre, je repousserais donc cette couverture d'ignorance et de méconnaissance du Réel qui plombent notre entendement, notre paix intérieure et notre bien-vivre ensemble, si ce n'est encore nos allées et venues.
Car toutes nos injustices - qu'on voit plus facilement chez les autres qu'on a envie de les considérer chez nous -, conduisent à nous diviser - ou mal assembler - ; à nous avilir - ou élever dans une gloire factice éphémère - ; et à nous déresponsabiliser dramatiquement - tout en nous culpabilisant - pour, au final, mieux s'approprier nos personnes et après la mort physique nos âmes...

 > ÉDUCATION : Comment être content-e et rayonnant-e (sans produits, sans béquilles), quand on est (subtilement, à notre insu) fondé (conditionné et animé)
- comme si on était seulement vie animale (ce que défend l'évolutionnisme), c'est-à-dire seulement fait d'un corps et d'une âme ?... alors que Dieu nous a créés, par exception, à son  image, réalité unique tri-unitaire, faite d'un corps, une âme et un esprit !
"Connais-toi toi-même et tu connaitras l'univers" disait Socrate. Faute d'une juste connaissance de soi, on centre de plus en plus l'enfant sur son corps, son look... et jusqu'à de "drôles de plaisirs" qu'on veut les aider à expérimenter !!!

Pour voir l'humain comme Rousseau ("L'homme est naturellement bon, c'est seulement son environnement qui le corrompt" - rousseauisme), on n'éduque plus les enfants, on les laisse livrés à leurs instincts, à leur héritage psychique (adamique, c'est-à-dire dénaturé, problématique), qui, il est vrai existent, puisqu'on n'a pas besoin d'apprentissage pour commencer à se battre, pour mentir, envier, voler...
Pas étonnant qu'on arrive naturellement très vite et en masse à des ego intraitables, difficilement enseignables, qui se plaisent dans la confrontation, in fine c'est la lutte fratricide des classes ou/avec des fêtes désinhibées) !

S'il faut une réforme de l'Éducation - ah que oui ! -, il faut peut-être donner à lire aux lycéens*** le petit livre de Maurice DRUON (résistant, écrivain, ministre, académicien...) "La France aux ordres d'un cadavre" (disponible déjà depuis 2000, mais peu popularisé - et pourquoi, malgré qui est l'auteur ?...).

Et bien sûr pour une vraie réforme, redonner à la Bible - dont les enseignements fondamentaux sont intemporels - la place qu'elle avait dans les écoles encore au XIXe siècle... Parce qu'avec sa disparition
- a disparu au minimum la Leçon de morale qui ouvrait la journée de classe,
- puis s'est perdu du sens, pour diverses abstractions, souvent absurdes, ubuesques plus qu'instructives de ce qu'est la vie et de comment se bâtir en société,
- et de détricotage en détricotage, on est arrivés à plus aucun respect des autorités (parents, gendarmes, enseignants, police, juge, gouvernement, pays...).
Et certes, "On récolte ce qu'on sème", et parfois semer de l'ivraie au lieu du bon blé, ou semer de mauvais vents, c'est s'exposer à récolter des tempêtes.

Et si ce nouveau gouvernement Edouard Philippe sera comme les autres sur les raisons de nos problématiques majeures, on n'est pas encore empêchés de donner à nos enfants ou petits-enfants - quand ce n'est pas aussi à nous-même - un fondement qui leur permettra de traverser les temps difficiles qui sont déjà et arrivent vite, en étant le mieux ancrés possible.
"Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits.18 Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits.19 Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu.20 C'est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez.21 Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n'entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux.22 Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé par ton nom ? n'avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ?23 Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité.24 C'est pourquoi, quiconque entend ces paroles que je dis et les met en pratique, sera semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc.25 La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont jetés contre cette maison : elle n'est point tombée, parce qu'elle était fondée sur le roc.26 Mais quiconque entend ces paroles que je dis, et ne les met pas en pratique, sera semblable à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable.27 La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et ont battu cette maison : elle est tombée, et sa ruine a été grande.28 Après que Jésus eut achevé ces discours, la foule fut frappée de sa doctrine ;29 car il enseignait comme ayant autorité, et non pas comme leurs scribes.

 

Liberté - Égalité- Fraternité sont des idéaux très imprécis et ne peuvent être des valeurs... Espérons que de plus en plus s'en rendent compte pour chercher à intégrer les vraies valeurs pour le soi et pour le nous.

Voyez, ce n'est pas difficile en fait de trouver non seulement où le bât blesse - et salit, et casse, et désorganise, et tue... mais aussi comment y remédier : car avec la connaissance des éléments de la loi morale permanente telle que nous la livre le livre le plus imprimé et accessible au monde (la Bible), Dieu nous offre aussi le moyen de remédier à nos fautes, à nos égarements, à nos déviances, à nos insuffisances... : Sa grâce, en lieu et place de ses jugements, obtenue et saisissable par la foi en Jésus le Christ.
"Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation. 20 Nous faisons donc les fonctions d'ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous ; nous vous en supplions au nom de Christ : Soyez réconciliés avec Dieu !21 Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu."

D'où la Bonne Nouvelle dont peuvent bénéficier ceux qui croient ainsi :
"Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés,5 nous qui étions morts (spirituellement) par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c'est par grâce que vous êtes sauvés) ;6 il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus Christ,7 afin de montrer dans les siècles à venir l'infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus Christ.8 Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu.9 Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie."

À QUAND LE DERNIER TOUR DE LA DÉMOCRATIE !?
S'il ne reste plus en juin assez de votants en état de résistance face à l'orientation mondialiste qui veut s'imposer aux gouvernements des hommes les plus influents, on sera tous démocratiquement rendus plus que jamais des sans-dents - ou des méchants qui ne comprennent rien à la fête qui arrive -, qui ne savent pas mordre, à cause de caries réactionnaires, à pleines incisives dans le progrès universel... 

"Jésus leur parla de nouveau, et dit : Je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie."

"La lumière se lève dans les ténèbres pour les hommes droits, Pour celui qui est miséricordieux, compatissant et juste."

Psychiquement (dans notre compréhension du monde réel), on peut être en marche sous un soleil qui éclaire nos pensées et nos choix, comme on peut aussi agir étant dans la nuit : ténèbres de notre ignorance des fondamentaux
- dont Dieu,
- la domination du péché et encore des mauvais esprits (c'est en corrélation),
- et la rédemption qui réveille d'entre les morts et insère dans le Réel ici maintenant et éternellement, de la meilleure manière possible.

Soyez béni-e, effectivement, de Dieu.
_______________
*** Le mot lycée viendrait du gymnase situé au nord-est d'Athènes où enseignait Aristote, dans un coin où rodaient des lycos ou lyceon (des loups).  

**** La Bible emploie le mot "péché" pour dire ce qui est mal. Étymologiquement, il signifie "manquer la cible"... du bien. Passer à côté du meilleur pour nous, donc.
Le Dieu de la Bible ne distingue pas entre les fautes, "Car quiconque observe toute la loi, mais pèche contre un seul commandement, devient coupable de tous.", cela à cause de sa Sainteté (la moindre faute nous séparant de lui), et parce que dans tous les cas il peut et veut toujours accorder son pardon aux coeurs repentants. Quelle grâce de le savoir, et de savoir en bénéficier. C'est de l'ordre du surendettement : car ajouter fautes à péchés, offenses à injustices, sans jamais remettre le compteur à zéro, c'est s'alourdir l'existence de manière insensée - alors que Jésus a tout payé ! (lisez ce chapitre si vous ne le savez pas).

Repost 0
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 13:42



 

Tout de notre monde marche vers une fin...

...qui peut être arrivée(s) victorieuse(s) ou désillusion(s) :
... au plus haut sommet pour chacun la vie éternelle reçue (après coup),
ou une mort (déjà) commencée qui devient un flop tragique.

Et pour un gouvernement nouveau-né fait d'un alphabet de 22 ministres,
qu'en est-il ? Qu'en sera-t-il ? Pour quelle novlangue ?
Avec quels objectifs visés et quels objectifs (non) atteignables ?

LA QUÊTE DU SENS DE L'HISTOIRE
Le précédent quinquennat a démontré qu'il ne suffit pas d'avoir des idées, des projets, des objectifs et de faire des promesses, pour les tenir ! Sauf à tenir celles qu'on a du faire en tant que candidat, dans des coulisses, à des "sponsors", pour accéder à ce niveau (intermédiaire) du pouvoir et pour les remercier par quelques ordonnancements propices à leurs intérêts (on appelle cela retour sur investissements)...

Sans trop préjuger de la portée de la planète Macron qui vient de paraître, on ne peut se départir de savoir que Vouloir, Marcher, Réformer, Progresser, Réorganiser, Innover... ne sont pas des bonnes choses en soi ! (Comme d'ailleurs dans l'autre sens Conserver, Protéger, Assurer, Maintenir...).

Ce qui compte c'est essentiellement
1 - l'à propos, la bonne chose au bon moment,

2 - le contenu : des réformes (bonnes ou mauvaises), mesures (bonnes ou mauvaises), méthodes (bonnes ou mauvaises),  réorientations (bonnes ou mauvaises), libertés accordées (bonnes ou mauvaises), contraintes (bonnes ou mauvaises)..., et donc bien sûr

3 - la question - grosse mais à la réponse centrale : Qui veut-on comme véritables bénéficiaires des politiques menées ? Qu'est-ce qui doit primer des ou sur les intentions exprimées... et celles non-dites (sachant qu'il n'y a rien de caché qui ne doive être découvert...) :
     a)  faire face au mal-être français multiforme, c'est-à-dire s'intéresser aux français (plus encore qu'aux citoyens-votants), aux personnes donc, malgré que la mode, les clips ou les médias trouvent l'archétype français ringard, mal adapté, à réformer ;
     b) ou faire la mondialisation, dont l'Europe est le 1er étage de lancement ? C'est-à-dire pour le moins privilégier l'avènement d'une unicité (ce qui est unique, singulier, original) de gestion économique et politique, de pensée et même de croyance (on n'en parle pas encore ouvertement mais là aussi c'est en marche et ça va venir).

LA QUÊTE DU SENS DU RÉEL : Apprendre, Observer, Réfléchir !
Même sans avoir des avantages que communique une relation effective avec Dieu (Le vivant et vrai), nous pouvons tous
   - Apprendre (nous informer, chercher),
   - Observer (être attentif, chercher),
   - et Réfléchir (prendre du temps pour penser, chercher).

En ce sens - de l'Histoire -, on vit un temps proprement apocalyptique, puisque sous nos yeux se mettent en place des prophéties vieilles de deux millénaires et plus - qui se dépoussièrent progressivement et paraissent sans rides... à l'encontre des idées (crues et retenues) que les lumières (blafardes) du XVIIIe ont jetées sur l'homme : certes on y a gagné en volumes commerciaux, mais pas en qualité de relations. En confort matériel mais pas en bien-être intérieur. On sait fabriquer de bons matelas (même de billets !), mais on n'arrive plus à dormir...

Maintenant donc la question suivante est presque évidente (comme je l'ai déjà abordée dans un article précédent) :
Comment une telle unicité de vue va-t-elle pouvoir se mettre en oeuvre - puisque la Bible confirme que vient en effet une gouvernance centrale de la terre habitée -... compte tenu qu'elle prend naissance et grandit là même où les individus (et de plus en plus d'individus) ont été pourvus des plus forts développements psychiques, c'est-à-dire essentiellement de leur ego, de leur "moi-je" (qui plus est des plus déspiritualisés, càd peu enclins au "nous") !? Comment cette unicité pourra-t-elle être plus ouvertement susciter ?
Comment tant et tant de grandes personnes qu'on ne dupe plus comme il y a encore un demi-siècle, pourront-elles adhérer sans regimber, sans révolte, sans s'offusquer toujours plus fort, sans être entendu... à un tel formalisme (et fondamentalisme !?) diversement annoncé ?
Passé l'effet de nouveauté, comment pourra se mettre en place un tel système holiste, certes prometteur de paix et sécurité et bonheur, mais unique, englobant, uniformisant, sécuritaire... forcément dépersonnalisateur ?

LE DIEU DE LA BIBLE E(S)T LE DIEU DES VISIONS
Outre la Bible - sans doute le Dieu de ce livre ne voulant pas passer pour trop sectaire ☺ -, on a vu paraître successivement (au moins) trois ouvrages visionnaires majeurs (à lire si ce n'est pas encore fait) :

- Le Meilleur des mondes (Brave New World), écrit en 1931 par Aldous Huxley, paru en 1932 ;

- 1984 (Nineteen Eighty-Four), écrit par George Orwell, publié en 1949. C'est là qu'il est question de "Big Brother"... ;

Le Camp des saints, écrit lui aussi surnaturellement par Jean Raspail*, publié en 1973. Il décrit, à une époque où la question n'était pas à l'ordre du jour - mais le choc pétrolier avait commencé -, les conséquences d'une immigration massive.

Ainsi "Dieu parle, tantôt d'une manière, Tantôt d'une autre... et l'on n'y prend point garde.". Et l'on ferait bien, par un sursaut personnel non naturel, d'y prendre garde ! Averti, on en vaut deux ! Averti mais restant sourd ça donne le drame du Titanic...

Cela pour dire qu'on vit un temps de plus en plus singulier, qui va s'avérer de plus en plus déroutant, et oppressant.
Par exemple, tout à coup voilà un flot incessant - surnaturel ! - et hyper médiatisé d'immigrés ! Et tout à coup quasiment plus rien ! Est-ce fini pour autant ? On ne sait pas, on ne sait plus. On nous a dit, donc on sait. Qui coordonne, qui orchestre tout ça !? Il est évidemment qu'on est face à une synchronicité qui dépasse et les frontières et les volontés seulement humaines !

Et puis (au moins) trois des effets : la montée - démocratique - du FN, le Brexit par Référendum, puis l'élection US de Donald Trump. Pour freiner quoi, si ce n'est la mondialisation !? - Autre synchronicité... -
Quand est-ce qu'on avance vers le bien, vers plus de problèmes, et quand est-ce qu'on s'éloigne de la paix ou des difficultés ? Tant qu'on ne voit pas le monde par une fenêtre spirituelle, on perçoit bien que des mouvements nous échappent, mais on ne voit pas d'où ils partent, et qu'est-ce qu'ils visent ! Pour mieux voir la terre, l'astronomie nous dit qu'il faut prendre de l'altitude, ce qui donne du recul...
Autre effet nouveau, en France le vieux clivage Droite/Gauche, et leurs partis accrochés comme des moules aux rochers sautent, et moins de la moitié des inscrits votent au jugé ! notamment la relance de la machine européenne constipée, contestée et plutôt grippée.

Mais quelle conscience du Réel ont nos 22 bleus et leur entraîneur, peu expérimentés, qui visent à la fois la victoire de la France sur l'Entropie et la tête de quelque chose comme la Ligue Europa ou la Supercoupe de l'UEFA ? Comment gagner sans savoir ce que sont réellement nos adversaires, leurs tactiques, leurs bottes secrètes** ; si on ne connaît pas les vrais tenants et aboutissants et l'enjeu du monde ? Comment pensent-ils et pourront-ils écrire leurs pages d'histoire !?

On est de plus en plus dans de grandes incertitudes, inquiétudes, perte de sens. JP Sartre ayant fait le tour de la connaissance par la réflexion humaine (ce qu'on appelle improprement philosophie), a conclu il y a déjà pas mal de temps : "L"univers sans Dieu, sans raison d'être, est absurde dans son ensemble et dans ses parties." Il l'a dit, admis, et fait savoir : l'École a relayé ses écrits mais seulement parce qu'ils étaient athéïques, comme s'il s'agissait d'un courant de pensée constructif, alors qu'ils établissent un lucide constat d'échec, existentiel comme essentiel, de l'homme qui avance sans Dieu.

à suivre...
Soyez béni-e.
_______________
* Interrogé par Le Figaro en 2011, Jean Raspail dit de cette écriture : "C'est un livre inexplicable, écrit il y a presque quarante ans, alors que le problème de l'immigration n'existait pas encore. J'ignore ce qui m'est passé par la tête. La question s'est posée soudain : “Et s'ils arrivaient ?” Parce que c'était inéluctable. Le récit est sorti d'un trait. Lorsque je terminais le soir, je ne savais pas comment j'allais poursuivre le lendemain. Les personnages ont surgi, inventés au fur et à mesure. De même pour les multiples intrigues."

** Un livre difficile à lire mais très parlant quand on le pénètre : Tactique du diable de C.S. Lewis - l'auteur de Chroniques de Narnia.

Repost 0
15 mai 2017 1 15 /05 /mai /2017 19:50

 

L'apparition macronienne
fait penser à celle d'Alexandre III dit le Grand (ici représenté).
On peut lire dans Wikipédia : "La séduction du personnage tient sans doute à ce mélange contradictoire : barbare et grec, mystique et réaliste, violent et généreux, emporté par son imagination et son rêve et guidé par sa lucidité.
Sa volonté inflexible se double d’un réel opportunisme
et d’un sens inné de la mise en scène."

 

PAS DE GOUVERNANCE SANS UN SOCLE PERSONNEL DE... CROYANCE !
Emmanuel Macron saura-t-on gouverner avec le recul nécessaire à toute marche, à tout engagement - personnel, collectif ou présidentiel ?
C'est-à-dire, aura-t-il
- en vis-à-vis, en référent, en conseil,
- un tiers fiable - et qu'il sache écouter -,
- capable d'ajouter ou de soustraire à sa vue personnelle
- ce qui forcément va lui manquer, ou être de trop,
- ...car bien sûr tout être humain est incomplet, insuffisant, à construction permanente, et toujours imparfait en soi - ?
Se donnera-t-il un conseil qui intègre la dimension spirituelle du Réel, ou pense-t-il que religion(s) et spiritualité c'est du pareil au même, et juste bon à tolérer en attendant que la laïcité (l'athéisme) en ait dissout les derniers vestiges ?...

DES EXEMPLES CONCRETS ET SIGNIFICATIFS
Pourquoi les États-Unis d'Amérique sont-ils devenus en moins de deux siècles d'existence la première puissante mondiale ?
Parce que leurs pères fondateurs étaient des chrétiens authentiques, non seulement faisant partie de ce qu'on appelle une religion (en l'occurrence le protestantisme évangélique), mais surtout conscients et vivant chacun une relation personnelle avec Dieu !
Le premier de tous les Présidents américains, George Washington (XVIIIe) écrivait : "Il est impossible de gouverner le monde avec droiture sans Dieu et la Bible."

Abraham Lincoln (XIXe) : "Sans la Bible, nous ne pourrions savoir ce qui est juste ou ce qui ne l’est pas. Toutes choses les plus désirables pour le bonheur de l’homme, ici-bas et au delà, y sont dépeintes. Je m’adonne avec profit à la lecture de la Bible. Acceptez de ce livre tout ce que vous pouvez par la raison et le reste par la foi.  Votre vie jusqu’à la mort sera meilleure."*

Il y a juste quelques années, la Suisse, qui malgré sa petite surface n'est pas le moindre des états par son PIB, a réaffirmé que sa république (confédération) avait été fondée dans la foi (chrétienne) en Dieu. Le préambule de sa constitution commence par : "Au nom de Dieu Tout-Puissant !"

Plus particulièrement, par quelle foi... ou simple présomption - car croyant ou athée, nous n'avançons tous de toutes façons selon un principe et une dynamique de foi**... - , Emmanuel Macron va-t-il conduire la France et son rapport à l'Europe ?

Pour le moment, le premier rapport que nous voyons entre la dimension spirituelle du Réel et le nouveau Président, c'est... son prénom : Emmanuel. C'est en effet un (pré)nom biblique, d'origine hébraïque, qui signifie littéralement "Dieu avec nous".

Il apparait prophétiquement dans l'Ancien Testament (ténak juif) sous la plume du prophète Ésaïe aux chapitres 7 et 8, puis dans le 1er livre du Nouveau Testament (Bonne nouvelle ou Évangile) comme nom qui à ce moment-là de l'Histoire s'incarnera par la venue dans notre monde du Christ/Mashiah Jésus (dont le nom hébreu/araméen Yeshoua signifie Dieu sauve ou Dieu sauveur).

Si donc les noms et prénoms ont une signification et une correspondance avec qui le reçoit, s'ils sont bien distribués - ce qui, étymologiquement, est une de leurs raisons -, celui d'Emmanuel Macron, déjà d'après la Bible, n'est pas anodin... sans qu'on puisse (encore) affirmer en quel sens !...

De ce côté personnel encore, Emmanuel Macron a grandi comme bénéficiaire
- d'une hérédité aux capacités déjà bien développées (père et mère médecins),
- d'une instruction et éducation ancrée dans la culture et la foi chrétiennes (scolarité à La Providence, établissement privé catholique d'Amiens de la congrégation des jésuites), qui lui apportent une "discipline de l’esprit" et une "volonté d’ouverture au monde", en développant une pensée nourrie de spiritualité,
- et encore il assiste de 1999 à 2001 le philosophe Paul Ricœur à propos de son livre La Mémoire, l'histoire, l'oubli.

Le 15 déc. 2016 au magazine La vie :
"Aujourd’hui, j’ai une réflexion permanente sur la nature de ma propre foi. Mon rapport à la spiritualité continue de nourrir ma pensée mais je n’en fais pas un élément de revendication."

"Penser rassurer le peuple en prétendant chasser le mal radical en dehors de la communauté nationale est une promesse dangereuse et intenable. Car il y a du mal radical en nous et il continuera à vivre. La clé c’est éduquer et prévenir, même si c’est très dur dans ces moments-là."

Mais si cela peut plaire à un catholique ou un protestant, il en faut (bien) plus pour signifier une foi qui joigne réellement le Dieu Créateur et Rédempteur à notre panache et mode de vie (présidentiel ou de simple citoyen) !
On est même avertis que c'est du milieu de chrétiens que peuvent venir des antéchrists et que va sortir le dernier et plus puissant qui doit paraître.

¤¤¤

On sait ou peut savoir aussi plus largement que rien de significatif, d'important, de conséquent, n'apparaît sur la face de la terre hors de la volonté ou connaissance du Dieu véritable.
C'est ainsi qu'on est informés que Jésus mort et ressuscité (à Pâque), puis monté dans le Ciel divin (Ascension), est celui qui, après avoir été intronisé sur le trône le plus élevé, comme indiqué en Apocalypse 5libère le cours essentiel de l'Histoire

Parfois ce sont à des informations peu développées qu'il faut faire attention, brèves mais précises, données par les Écritures pour la sagacité de ceux qui aiment la vérité et veulent toujours plus s'y attacher pour discerner les temps et n'être pas confus dans leur présent et avenir...

PLACE DE L'EUROPE DANS LE CONCERT DU MONDE
Dans tous les cas l'Europe est au coeur du présent et de la vue macronienne de la gouvernance des nations, peuples et territoires.
Dans l'idée humaine, c'est quelque chose comme plus on centralise les instances gouvernementales - jusqu'à plus qu'un seul foyer décisionnel -, plus on a de chances de ne plus connaître de guerre comme furent les deux dernières. (C'est l'origine de l'idée de l'Europe dès l'après-guerre).
Il faut aussi savoir que l'idée démoniaque existe, qui va dans le même sens, mais pour le contrôle et non le bonheur et la paix du genre humain, compris bien entendu des femmes/hommes qui formeront la tête pseudo-gouvernante de la planète.

C'est ainsi qu'on peut voir dans le passé très proche et encore aujourd'hui, ce que ce genre de concentration des pouvoirs entre quelques doigts d'une main unique, a fait avec l'URSS et en Chine, via l'idéologie socialiste rapidement tournée en communiste : déportations massives contraintes de populations avec plus de 100 millions de morts !
Certes cette idéologie athée a été posée et tient encore en Chine, ou en Corée du Nord - mais on "sait" à quels prix de souffrances, d'angoisses et de sang, avec quelles restrictions de libertés et autres manipulations...
À côté le flop de l'URSS a été, comme celui de la vue tout aussi sataniquement impérialiste de Hitler, un gâchis phénoménal, terrible, immonde...
Dans la même vue des choses et par le versant religieux, on a encore Daesh qui exprime cette volonté d'impérialisme planétaire vieille comme le commencement de la multiplication des hommes...

Bravo à ceux qui croient encore que le mieux pour nous est de vivre libre de Dieu et de ses lois,
- c'est-à-dire comme s'il n'y avait pas de Dieu ;
- en réalité seulement dans sa permissivité, qui témoigne essentielllement
     - qu'il nous a créés réellement libres,
     - et en même temps que toutes les libertés ne sont pas bonnes à prendre !...

La recherche donc d'une autorité centralisée pour conduire des peuples - tous les peuples, dit le mondialiste -, n'est pas assurément un bien en soi. Mais elle peut s'avérer un moyen des plus détestables, dévastateurs, meurtriers, totalitaire, par lequel Satan, le prince spirituel invisible qui plane au-dessus de notre humanité***, cherche toujours plus à se - à nous - s'assujettir.
Plusieurs livres bibliques avertissent de cette montée d'une volonté qui se centralise pour mettre en place un ordre mondial dont cet ange déchu entré dans la rébellion céleste et ses quatre principaux démons (figurés comme généraux, vents, cavaliers) seront les véritables souverains (d'autant incontestés qu'ils ne se voient pas en direct).

 

IMAGES, SYMBOLES, ET AUTRE(S) SIGNE(S) !?
On pourrait penser que les États-unis sont ou vont être le centre de la mise en place de cet Ordre Planétaire déjà activée. Mais en accord avec les données bibliques, une information semble bien dire que non. Il s'agit de la devise du grand sceau des États-Unis.

On lit au milieu E pluribus unum, littéralement "un seul à partir de plusieurs" ou, dans une traduction plus directe, "De plusieurs, un". Devise de 1776...
avec deux autres devises ajoutées en 1782 sur le revers du sceau (la face non visible), en latin : Annuit cœptis "Il/Elle approuve cette entreprise" et Novus Ordo Seclorum "Nouvel ordre des siècles" ). Qui approuve cette entreprise et ce Nouvel Ordre des siècles ?
La réponse est toujours inévitablement : Dieu ou Satan. Le vrai Dieu créateur, ou celui qui a usurpé son pouvoir par ruse auprès de nous dans le jardin d'Eden... et n'a pas fini de vouloir s'approprier la race humaine, pour que ce soit éternellement... si Dieu et notre foi ne veillaient...
C'est ainsi, qu'on le sache ou pas, qu'on le croit ou pas, qu'on n'est JAMAIS dans une autre histoire que celle-ci ! C'est pourquoi tout va toujours mal malgré toutes les bonnes volontés humaines qui s'unissent pour bâtir un avenir meilleur****...

Or, voilà qu'en 1956, le Congrès des États-Unis passe une loi (H.J. Resolution 396) qui adopte une nouvelle devise officielle : In God We Trust ("En Dieu nous croyons" ou "notre confiance/foi est en Dieu").
...Ce qui rejoint l'imagerie biblique où des ailes d'aigle qui furent sur le dos du lion figurant le Dieu (l'ange-démon dégénéré puissant) qui pilota dans l'impérialisme Nabucodonosor roi de Babylone (actuel Irak), lui furent arrachées (Daniel 2 ici).

 

DELOCALISATION SPIRITUELLE ?
La devise qui dit que l'union fait la force, E pluribus unum, a-t-il donc disparu de la scène mondiale ? Oui, mais seulement jusqu'en 2 000, où l'Union Européenne la prend à son compte, sous une forme différente mais au fond similaire :In varietate concordia "L'unité dans la diversité" (ou traduction française adoptée "Unie dans la diversité").

Que voilà une gageure énorme ! Si on a du mal à gouverner 20 ou 60 millions de citoyens dans le cadre d'une nation, comment va-t-on, QUI va être capable d'apporter du mieux à plus de 500 millions de personnes !? Si on a du mal avec une seule culture dominante, comment on va faire avec un pluralisme culturel... qui vient de toutes parts !

Car selon la Commission européenne (nous dit Wikipédia) "cette devise signifie que, au travers de l'Union européenne, les Européens unissent leurs efforts en faveur de la paix et de la prospérité, et que les nombreuses cultures, traditions et langues différentes que compte l'Europe constituent un atout pour le continent."

Or, on n'en est plus là ! Ce sont d'autres cultures, souvent très différentes (à antagoniste) de ce qu'on peut appeler la culture européenne - culture judéo-chrétienne pour parler vrai -, qui viennent et parfois même veulent faire l'Europe, en investissant par le nombre ou des actes barbares ses nations.
Ce n'est pas qu'on soit contre le fait migratoire ou des immigrations -
qui sont une constance de l'Histoire -, mais il faut ouvrir les yeux sur
- le caractère exceptionnel, envahisseur voire souverain de la vague mise en oeuvre qui confronte les états,
- et sans que "l'Europe" - celles et ceux des hommes qui en tiennent les rênes - fasse rien pour endiguer le mouvement, voire le bénisse euphoriquement...

La Bible - encore elle, bien sûr -, enseigne que l'orgueil, l'arrogance, précèdent la disgrâce, la chute ou la ruine. Qu'en est-il au sommet de l'Europe ? Que sont les prétentions des coeurs visées par les technocrates européens ?... Ou par les lobbies qui hantent les couloirs du Parlement européen ou les commissions ?...
Où nos vues matérialistes du monde rejoignent-elles, ou sont-elles rejointes, par l'occulte et, au delà encore et par dessus la gente humaine par les esprits malins appartenant au second ciel (la sphère spirituelle que domine le mal) !?...

DES FIGURES ANIMALIÈRES POUR MIEUX NOUS INFORMER
On les trouve dans la Bible et en correspondance dans les armoiries des pays.
Dans le livre final de la Bible, l'Apocalypse, il est fait état du système économico-politique d'un gouvernement unique terrible, initié par la collusion des 4 démons-maîtres dont j'ai déjà parlé. Sa force d'opération est d'abord traduite par les figures animalières du léopard, de l'ours et du lion. (Apo ch. 13).

Le système de gouvernance planétaire ainsi annoncé via l'Apocalypse a une origine ancienne, tant il est vrai qu'il y a une continuité, un fil rouge, à toute l'aventure humaine. Les puissances célestes dont les expressions sont figurées par des animaux, ne sont pas une nouveauté. Il s'agit d'une résurgence de forces démoniaques jadis déjà successivement actives pour produire sur terre des systèmes de gouvernement "bestiaux".
Cela nous est dit par les paroles et images (songe ou vision) que rapporte le livre du prophète Daniel (vers - 600 avant Jésus-Christ), avec la figure du lion, de l'ours, du léopard, et d'une bête indescriptible, terrible, qu'aucun des animaux sauvages de la terre ne suffit à sa représentation (chapitre 7...).
Ce furent politiquement et historiquement les 4 grands empires antiques de Babylone, Mède-Perse, la Grèce d'Alexandre le Grand et la Rome impériale (voir aussi Daniel chap. 2)...

Dans un autre article on a vu que ces quatre entités tour à tour et jusque là rendues captives et impuissantes par le Dieu Souverain - suite à toutes les atrocités qu'elles firent commettre - ont été déliées il y a peu de temps, ce qui provoqua notamment l'apparition du Califat de Daesh autour de l'Euphrate (Apo ch. 9)...

Mais ce genre des figurations ne se trouve pas que dans l'histoire ancienne...

ANIMAUX, SYMBOLE ET HÉRALDIQUE (ARMOIRIES)
Le système gouvernemental mondial qui vient est annoncé par
1 - la forme générale du léopard
2 - les pattes de l'ours
3 - et une gueule de lion

On n'y voit pas vraiment de place pour la figure de l'aigle, qui est l'emblème animalier des États-unis... et de l'Allemagne. Pour les États-unis on a vu plus haut le transfert de la devise US sur l'UE. Pour l'Allemagne, une réponse peut-être significative va suivre...

1 - Disons d'abord que le léopard parle de la rapidité, avec laquelle des choses (avancées, accords, décisions, lois...) vont se mettre à aller. Dans le passé l'esprit-démon ainsi représenté fut celui qui provoqua l'ascension phénoménale d'Alexandre le grand et l'immense expansion territoriale qu'il donna à la Grèce : à 20 ans, en trois ans, il prit possession d'un empire gigantesque, qui allait de
Il semble que ce soit un autre esprit fort qui, pendant la neutralisation de celui-ci, fut à l'origine du rapide avènement du caporal Adolphe Hitler, jusqu'au poste de chancelier et maître despote de l'Allemagne nazifiée.

2 - Outre la rapidité, les pattes d'ours veulent dire que les avancées font se faire par des décisions, ordonnances, lois de poids, lourdes de conséquences matérielles, pesantes sur les consciences. L'état d'urgence dans lequel se trouve la France au moment où Emmanuel Macron devient Président tient de ce poids, avec tout ce qui à la fois s'oppose à la rapidité et n'est que stratégies pour mieux se donner des aises dans le démantèlement (notamment moral et éthique) que demande encore la montée en puissance des démons contre le genre humain.

Dans la symbolique des nations, l'ours est une figure de la Russie, et, non pas de l'Allemagne mais quand même de la ville de Berlin (de l'allemand Bär qui est l'ours). Ville formée de (divisée en) 4 secteurs d'occupation après la défaite allemande de 45, elle fut réunifiée après la chute du mur du même nom en 1989. Berlin est en outre depuis octobre 1990 un état de la République fédérale d’Allemagne, et de fait une ville-état...
Autre détail, qui tient de la métaphysique qui nous intéresse, c'est à Berlin, dans le musée de Pergame, que se trouve aujourd'hui le trône (physique) de... Satan***** (satanas, en grec l'Adversaire) !

3 - Le système holiste qui vient est encore exprimé par une gueule de lion. La gueule parle de son porte-voix, notamment de l'arrogance qui peut être dans des discours, déclarations, affirmations abruptes qui font suite aux premières paroles (de ralliement)...
Là encore un signe qui nous indique que si l'on sait tenir dans l'humilité, sans s'élever au-dessus de ce que Dieu lui-même peut nous élever, on n'est pas en danger comme lorsque l'orgueil personnel nous ouvre à l'arrogance, nous rend cassant, outrancier... toute posture chez l'homme/la femme qui donne accès à tel esprit qui rôde et cherche qui il pourra se soumettre pour lui communiquer de sa force psychique et nécro-spirituelle (spiritualité de mort dont l'apôtre Jacques parle par exemple ici).

 

PLEINS FEUX SUR L'ACTUALITÉ
Hier 14 mai, lors de son investiture on a vu le nouveau Président arrosé du ciel, faisant sa première entrée à l'Élysée trempé ! Le quinquennat hollandais avait été abondamment mouillé dès son 1er jour et lors de plusieurs représentations présidentielles. Difficile de prendre cela pour une bénédiction directe du Ciel ! Mais une bénédiction indirecte oui, signifiant : Fais attention mon garçon ! Tu n'est pas assez couvert contre tout ce qui peut descendre du (3e) ciel ! Reste humble et petit si tu ne veux pas être investi d'une puissance qui serait démoniaque, et non ta propre force !...

Aujourd'hui 15 mai, arrive ce que j'ai écrit il y a quelques jours (lire ici) : Le timing du Président, qu'il voulait bien réglé, déjà se dérègle ! L'annonce de son 1er ministre est remise de plusieurs heures, alors qu'il doit s'envoler le jour-même pour l'Allemagne !
C'est devoir admettre comme dit la Bible, que "L'homme fait des projets, mais ce n'est pas forcément son dessein (ce qu'il vise) qui s'accomplit." Calculs, accords qui font sortir de l'idéal poursuivi (qui n'était peut-être pas ce qu'il y a de mieux pour la France), compromis pour avoir les mains libres pour gouverner - ah, l'oxymore ! Le jeune Macron est maintenu dans le feu où le moi-je peut-être bien peu de chose face à des meutes aux intérêts pas toujours bien articulables...

Et donc, au sujet des principales forces sataniques successivement à l'oeuvre pendant l'antiquité et qui maintenant se positionnent pour accomplir finalement seulement ce que Dieu permettra, à nous de voir avec le regard spirituel qui perce, par la grâce de Dieu, jusqu'au delà des apparences. Car Dieu regarde au coeur, et non aux apparences.
Il voit tous les hommes, puissants, influents ou trois fois rien - ce qui n'est pas rien ! -, toujours versatiles, insécurisés et mal intéressés, aveugles sur les forces occultes cette (ultime) fois coalisées, qui en deux camps malhabiles ont confusément peur du nombre et/ou qui appellent de leurs voeux, sur la base de leur naïveté et/ou ignorance, le
Novus ordo seclorum comme il est écrit sur... le dollar américain !

Au delà de ces informations qui dépassent bien sûr - comme le Réel dépasse le visible - le cadre de notre base de matérialité, cherchez donc - ou affermissez-vous dans votre relation avec - le Dieu qui manque si dramatiquement aux puissants et gouvernements de ce monde comme à nos existences plus provisoires encore.

Car "Ainsi parle l'Éternel : Placez-vous sur les chemins, regardez, Et demandez quels sont les anciens sentiers, Quelle est la bonne voie ; marchez-y, Et vous trouverez le repos de vos âmes !"

Soyez richement béni-e, par Grâce.

_____________
* Tous ont été (plus ou moins) animés par cette foi évangélique jusqu'à J.F. Kennedy qui fut le 1er Président catholique, et curieusement - mais est-ce vraiment curieux ? - supprima le temps de prière qui commençait les journées à l'école.

** Définition biblique de la foi : "La ferme assurance des choses qu'on espère, la démonstration de celles qu'on ne voir pas". Ce qui est vrai pour la foi en Dieu comme en toute autre chose - de plan philosophique, religieux, moral ou idéologique - nettement tranchée ou aléatoirement amalgamée.

*** ce que la Bible dit de lui, avant et après sa propre arrestation : Esaïe 14.

**** Depuis l'antique Tour de Babel, toutes les tentatives d'unification des ethnies ou nations, c'est-à-dire de quête conquérante, impérialiste, ont été initiées soit par un démon puissant, soit par un homme orgueilleux et pervers ou cruel qui a permis à un ou des démons de s'emparer, pour le pire, de l'affaire...

***** Le trône de Satan qui est (aussi) un autel pour les sacrifices apparait pour la 1ère fois dans le livre de l'Apocalypse (ici). Il a été dégagé des sables, transporté de Pergame (alors en Grèce), et reconstitué à Berlin en 1886 aux termes d'un accord entre l'Allemagne et l'Empire ottoman. Il était donc à Berlin quand déjà le Kaiser (càd le César!), l'empereur allemand Guillaume II (1859-1941) déclencha la 1ère guerre mondiale, s'en prenant notamment dès le début aux juifs. Hitler fit transporté cet édifice à Nuremberg (on le fois sur des photos d'alors) avant qu'il ne revienne à Berlin où il est toujours. Quelle part de symbole, quel signe d'une réalité occulte encore là ? L'avenir (plutôt proche) devrait nous le dire...

Nota : Cet article comme les précédents est comme une pièce d'un puzzle, qui ne peut tout redire de la globalité qu'il aborde. Cela avec des liens parfois renvoyant vers d'autres articles, mais dans tous les cas qui demande au lecteur qui veut savoir, apprendre et comprendre, une curiosité et implication personnelles qui permettent ou aident pour qu'on soit arrachés à la torpeur et aux obscurités languissantes qui plombent notre monde. (Bien de ses leaders veulent que Dieu soit mort (perçu, conçu initialement puis différemment élaboré, comme invention fétiche archétypale), le mettant de fait davantage en position de spectateur de nos existences et mouvements que d'Acteur privilégié. Cela pour nos plus grandes difficultés et plus grands malheurs... Ce qu'Il accepte (out relativement) puisque nous ayant créés avec une liberté véritable - véritable signifiant liberté d'imaginer, d'inventer ou de suivre ce qui n'est pas le bien selon Dieu , c"est-à-dire le bien qui n'est suivi d'aucun mauvais effet ou contre-coup).
Je ne sais bien sûr pas tout, mais on peut chacun-e en notre âme et conscience en savoir, par l'Esprit de Dieu, pas mal à plus que quiconque n'en pourra jamais appréhender d'utile et vraiment bénéfique avec le seul développement de toutes ses capacités psychiques personnelles (d'intelligence, ressenti, volonté, mémoire). Cela dit humbement, car c'est à Dieu seul que revient la gloire de ce qu'on peut vivre avec lui et par lui.

Repost 0
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 15:01

Faire de la nouveauté avec de l'ancien qui court depuis déjà longtemps : "Il n'y a rien de nouveau sous le soleil."

 

La densité et la fébrilité de l'escorte du nouveau Président traversant Paris hier soir pour rejoindre le Louvre, sont-ils le premier signe d'une situation nouvelle qui ne va guère changer l'état général du pays, qui est un "état d'urgence" !?

Qui peut imaginer la pression qui tombe d'un coup sur un tel chef d'État ? Il se trouve soudain pris dans une tenaille
- entre une population insatisfaite qui fonde en lui ses espoirs de bien-être ou de survie,
- et une hiérarchie qui a travaillé à porter par lui un projet qu'il a fait sien.

Qu'est cette hiérarchie ?
- On a tous entendu parler de financiers, milliardaires, de "grands groupes", de lobbies aux idées souvent bien arrêtées et qui montent à la surface plus qu'on ne voit quels sont leurs visages.

Et là, dans la réussite, vous vous trouvez plus que jamais uni avec eux,
- d'un côté une masse (hétérogène ou hétéroclite) de populations qui attend,
- et de l'autre une minorité de "grandes personnes" qui ont misé sur vous, et qui attendent aussi... maintenant - et parfois très vite, parce qu'elles aussi sont des mortels, qui vieillissent et/ou qui sont malades... - leur retour sur investissement.

Et puis, on l'oublie ou on ne le sait pas, dans la transversalité du Réel, il y a, dans la hauteur de leur ciel ténébreux (2e ciel) ou encore se mouvant sur terre, la réalité d'esprits maléfiques, d'anges sortis du projet pourtant infini de Dieu le Créateur, des démons donc, surexcités, qui exultent, éructent, fulminent, se querellent.
Et leurs influences et leur autorité se répandent et descendent ou vont descendre encore sur la terre... selon la force dont on les aura dotés par le "je" de nos bulletins de vote, par le "jeu" de la démocratie.

Parce que monsieur Macron comme madame Le Pen ou monsieur Fillon, et chacun-e de nous, nous sommes d'abord des pécheurs devant Celui qui est, encore un niveau plus haut, au-dessus de tout (3e Ciel ou cieux de Dieu) !
"Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu."

Des pécheurs, des pécheresses, des transgresseurs des lois de la création, tous des créatures abimées, essentiellement soumises à des insuffisances, à la culpabilité, et sous des poids de condamnation... tant que nous n'avons pas reçu de la part de ce Dieu Souverain le pardon de nos fautes et offenses.

"Car le salaire du péché, c'est la mort..." :
- Mort spirituelle premièrement (= séparation d'avec Dieu, incrédulité, athéisme), qui comprend obscurité quant aux réalités et pensées de Dieu et de Satan, faiblesses d'esprit face aux problèmes incontournables...
- capacités psychiques vives mais amoindries, retenues, qui ne peuvent et ne pourront pas être libérées au service du Bien (malgré toute notre bonne volonté, malgré notre volonté humaniste),
- et au final mort physique, où du corps véhicule/tente se détache notre âme - le coeur de notre moi-je vivant, le disque dur de notre existant - pour où ?

     - soit pour le séjour des morts (provisoire mais très long) si on part d'ici sans être entré dans une relation personnelle avec Dieu,
     - soit pour entrer plus pleinement en Dieu - en Christ, dit la Bible, car c'est par le Christ Jésus et la foi en sa mort pour nous et en sa résurrection, que nous sommes réunis à l'éternité divine : "Jésus est La pierre rejetée par vous qui bâtissez, Et qui est devenue la principale de l'angle. 12 Il n'y a de salut en aucun autre ; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés."

CIEUX ET TERRE NE SONT JAMAIS SÉPARÉS
Donc nous vivons avec, ici et là,
- les mauvais esprits qui n'aspirent toujours plus qu'à dominer une bonne fois tout le genre humain, et avec
- Dieu, oui aussi, et même dans des élections démocratiques !
Le spirituel n'est jamais évincé de notre matérialité ! Et s'il n'est pas d'ordre divin, il est de l'ordre de l'occulte déchu, avec qui "ça craint".

C'est pourquoi des milliers de chrétiens ont prié - et jeûné - afin que le résultat de cette élection soit le meilleur pour nous.
Le meilleur ne veut pas forcément dire redressement économique de la France, fin des crises, fête des plaisirs... Mais ce sera des situations, circonstances et événements qui contribueront au mieux à permettre au plus grand nombre de trouver en Dieu par Jésus-Christ et son Divin Esprit, ce que ni un nouveau Président, ni des aides sociales, ni des médecins ou des psy, ni des croyances religieuses ou superstitieuses ou autres techniques ou produits d'apaisement... ne parviendront jamais à leur - à nous - procurer.

C'est en ce sens que, même si on avait pensé une autre séquence du scénario, expression plus directe de la grâce divine, on est maintenant face au mieux pour nous. Pas forcément pour notre porte-feuille, pouvoir d'achat, sécurité immédiate ou liberté d'expression ou même liberté de circulation...
Mais pour notre découverte ou retrouvaille avec le Dieu notre Créateur. Parce que - qu'on le sache ou pas Dieu le sait et y travaille - c'est là notre essentiel : la possible éternisation bienheureuse de notre âme, notre accès à vivre éternellement une autre création que celle-ci, dans le Bien et sans Mal.
Ce qui est et va être
   - l'expression la plus inouïe de l'amour et de la puissance de Dieu envers la terre habitée...,
   - et le fruit de la foi, de l'espérance et de l'amour envers Dieu et son prochain, de quiconque aura cru pour échapper aux temps très très difficiles qui sont encore à venir (On n'est encore qu'au chapitre 9 du livre biblique qu'est l'Apocalypse).

TOUT EST BIEN* !?
Tout est bien :
- pour les convaincus - notamment des jeunes - enthousiastes du pouvoir macronien comme d'un Graal qu'ils auraient saisi...
- peut-être pour le Président encore sans toutes les pressions (dont l'ivresse) de l'exercice du pouvoir...
- et pour les chrétiens qui savent que Dieu est aussi de toutes les turbulences, des souffles ascensionnels qui portent jusqu'où l'oxygène manque pour vivre encore, jusqu'où le froid devient mortel, ou encore quand s'ouvrent des cratères de bombes ou se répandent comme la peste des éclats mêlés de toutes sortes de maux....
Tout est bien, car toujours c'est le seul vrai Dieu - amour, justice, vérité et grâce - qui a tout en contrôle et peut orienter ce qui va suivre dans le sens du bien (de sa grâce), comme dans le sens du mal (de la justice en forme de jugements),
- selon nos comportements et choix (personnels et/ou collectifs),
- et selon les opportunités qu'on laissera ou qu'il créera pour nous rejoindre bien davantage dans nos épreuves. Car nos afflictions du moment présent produisent pour nous, au delà de toute mesure, un poids éternel de gloire... si nous regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles ; car les choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles..

Et donc même si c'est Satan, le chef des anges déchus de nationalité divine, qui fait avancer son désir farouche de mondialisation, d'un unique gouvernement qu'il tienne bien sous sa main velours-et-fer, en dernier ressort, c'est Dieu qui aura le dernier mot. Avec lui seul : "Tout est bien qui finit bien."

Si donc
- François Fillon n'a pas pu devenir la pédale de frein de ce mouvement planétaire centripète et sens prophétisé de l'Histoire - qui ne pourra se faire et tenir que par voie totalitaire** - ;
- ni Marine Le Pen n'a eu le droit de saisir le frein à main - comme il a été donné aux britishs et à D. Trump -,
Dieu saura se servir de tout, tous maux compris, pour faire tourner à sa gloire dans un nombre croissant de coeurs humains, la réalité de qui il est et du bonheur qu'il veut partager avec nous.

Ainsi, c'est bien Lui - et que les chrétiens dépités aussi le comprennent - qui a répondu en sous-main de la démocratie aux prières de ceux qui ont dit : Notre Père qui est aux cieux, que ta volonté soit faite sur la terre - et plus spécifiquement dans cette élection -, car c'est à Toi qu'appartiennent - malgré les apparences - le règne, le pouvoir d'orienter les coeurs, la puissance et la gloire. Amen.

DÉMONS LIBÉRÉS = PERCEPTION ACCRUE DU RÉEL
Il y a ce que Dieu permet et ce qu'il veut. Seule sa bénédiction n'est suivie d'aucun effet secondaire qui l'étouffe. Dans tous les cas, Dieu est capable d'accorder des bénédictions par ricochets, de tourner du mal en bien, de venir faire grâce aux pécheurs, individuellement ou familialement, ou par petits groupes : c'est tout le sens de sa rédemption, le pourquoi de la mort sacrificielle de Jésus, comme il est écrit ici.

DES CONTINUITÉS CONNUES ET INCONNUES
Monsieur Macron et son épouse entrant dans l'Élysée vont s'installer dans les espaces occupés par son prédécesseur... et tout ce qu'il y a fait ! Et ce n'est pas parce que monsieur Hollande en sort, que "tout le monde influent" le suit (je ne parle pas des personnels domestiques).
Ainsi, surtout faute de (le) savoir, se cumule dans ce lieu comme possiblement dans n'importe quelle maison, certainement plus d'une présence, plus d'un esprit malin, qui ne se privera ou ne se priveront pas de jouer de leur droit acquis pour influencer ou imposer leur autorité, et cela jusque dans leur propre intimité...

Parallèlement, que le jeune élève ait maintenant bien dépassé son épouse de professeur, ne va pas être une chose psychologiquement facile à gérer entre eux. Il faut vraiment que l'amour soit réel et fort, et les personnalités capables de sacrifices pas évidents, pour supporter un relationnel empreint de ce genre de passé décalé.

On n'a donc pas fini à mon avis de voir "des affaires" ou des coups d'éclats, car, c'est aussi une loi spirituelle, qu'on est chacun mesuré avec la mesure dont on mesure les autres.

Pour l'heure, il reste à attendre le 3e tour, les Législatives où toutes les cartes maîtresses font pouvoir être remises en attribution. À partir de ce résultat on verra mieux à quelle heure nous sommes du compte à rebours qui égrène en année les dernières minutes où vont paraître les termes clairs et/ou ambigus (selon notre lumière personnelle) de la transition entre l'ère christique de la grâce (ces 2 000 dernières années) et son ère judiciaire et restaurateur... qui arrivera aussi certainement que subsistent les saisons.

Bref, désirons déjà, pour nous-même, une vraie (re)prise en mains divines de vos insuffisances, de notre implacable faillite existentielle, de notre misère fondamentale, de notre bipolarité et incrédulité patente ou latente... de tout ce qui est irréductible... sans Christ.
"Car Christ est la fin de la loi (des religions et des efforts personnels pour être quelqu'un de bien), pour la justification de tous ceux qui croient."

Bien cordialement. Soyez encore béni-e.

un chant d'à propos

__________
* all is well en chant

** J'en ai déjà parlé et on en reparlera et cela se comprend tellement de mieux en mieux : Comment parvenir à une unité fondamentale (dite pensée unique) du genre humain, avec des êtres aussi disparates et munis d'un ego-moi-je toujours plus sûr de lui et intransigeant... D'autant que cela ne peut espérer se mettre en oeuvre que parmi les espaces les plus riches (naturellement et/ou industriellement). (Et la Bible semble particulièrement parler de l'Europe comme coeur de ce système).

Repost 0
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 18:35

ATLÉTICO DE MARINE vs OLYMPIQUE MACRONNAIS
La finale contestée !?

Cela me rappelle la sinistre déchéance de l'Équipe de France
à la Coupe du Monde en Afrique du Sud, après son injuste qualification
sur une main de Thierry Henry :
Prophétique, prémonitoire, et leçon de l'Histoire ?


 

UN FEU ALLUMÉ !?...
Les citoyens que nous sommes sont sous un feu médiatique, plus qu'informés objectivement des projets des candidats et de leur pertinence. Que cela se passe pour Marine Le Pen comme il en a été pour F. Fillon a de quoi faire rejeter ce vote, hisser le vote blanc.
Mais pas forcément le drapeau blanc !

La force et la subjectivité journalistiques ont privé les citoyens de liberté de conscience. En jouant la carte psy de la peur, au lieu d'aider et d'appeler à la réflexion...
Par peur du résultat !?...

Depuis les (récents) développements de la science psychologique (connaissance des mécanismes actifs et réactifs de l'âme), on peut se demander si sa connaissance n'est pas plus utiliser pour manipuler que pour aider ? Dans cette campagne au moins, on a une réponse.

C'est qu'en tout 78,7 % des électeurs inscrits (54,7 % de votants ailleurs que EM ou MLP + 1,78 % de votes blancs + 22,23 % d'abtenus) ne se sont pas prononcés pour le scénario final sorti du chapeau des urnes !
Et beaucoup - influences directes, insinuations appuyées ou autres manoeuvres peu catholiques (comme on dit) - peuvent aujourd'hui encore avoir le sentiment d'être pris au piège d'une démocratie sortie de ses rails.

DÉMOCRATIE, DÉMOCRATIE, QU'EST-CE QUE LA DÉMOCRATIE ?
J'ai déjà dit que la démocratie n'est
- ni un bien en soi (car ses majorités électives sont souvent le vote d'une minorité et de sa morale spécifique),
- ni faite pour durer longtemps (puisque la Bible annonce qu'au temps "de la fin des nations" (comprendre ce que cela signifie qui nous a été prophétisé), c'est un totalitarisme planétaire qui prend (s'empare de) la terre habitée...

Cela s'est avéré avec le traité de Lisbonne : puis avec quelques passages aux forceps 49-3 pour des lois très conséquentes ; ça semble plus vrai que jamais avec ce dernier vote présidentiel éminemment capital.

Tout cela vise - d'En-haut - à ce qu'on prenne conscience de ce qu'est réellement notre condition humaine - de souffrants et de mortels -, de ce qu'est le Réel (tout compris, Dieu et les démons inclus), et encore les temps dans lesquels nous sommes (prophétisés par la Bible et qui prennent consistance jour après jour sous nos yeux).

Alors avoir peur, OUI ! Quel que soit le lauréat des suffrages exprimés. Car les temps sont mauvais, et ce n'est pas un homme - ou une femme - qui va résoudre ou faire fondre... l'insoluble. Donc comme souvent on va faire avec...
Et mon conseil c'est : On va faire avec... en cherchant la paix et la sécurité personnelle, familiale,* que seul le Dieu véritable peut accorder - indépendamment de nos mérites, sur la base de la foi personnelle - plutôt qu'en cherchant du pouvoir d'achat (pour acheter toujours plus d'appareils superflus qui font surtout - et peut-être même pas - le bonheur d'actionnaires et/ou de milliardaires).

Car "C'est, en effet, une grande source de gain que la piété avec le contentement ;"

On pourrait donc moins lutter pour la démocratie, et davantage pour la... domocratie (du latin domus "maison"), c'est-à-dire pour le gouvernement de sa propre maison...

CE QUE SONT LES VRAIES RICHESSES
Votez en conscience, et recherchez les richesses les plus véritables :
- la paix intérieure et la grâce de Dieu qui s'accordent par la foi au Christ Jésus ;
- la libération de la convoitise qui est un vrai fléau de notre coeur ;
- la foi qui met Dieu à la portée de nos prières pour les exhausser ; qui lui permet de nous transformer face au mal, de nous donner la force de tenir dans la vérité et la justice ; et qui nous rend... éternels !

"Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.
17 Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.18 Celui qui croit en lui n'est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.19 Et ce jugement c'est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises.20 Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient dévoilées ;21 mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses oeuvres soient manifestées, parce qu'elles sont faites dans le regard de Dieu."

Soyez béni-e.

(prière-guide de réconciliation avec Dieu)

____________
* Si on veut croire au vivre-ensemble, il faut être lucide : il ne peut que commencer dans nos maisons, dans nos couples, avec nos enfants... Trêve de vue illusionniste !

Repost 0
4 mai 2017 4 04 /05 /mai /2017 07:29

Dans un monde où l'homme pense pouvoir et veut (se) gouverner sans Dieu, le mensonge est une valeur.
Sinon pourquoi s'en servirait-on dans toutes les sauces ?

Il y a le mensonge direct, formulé avec aplomb, de type "ministre délégué chargé du Budget" - ce n'est pas que celui-ci soit plus pécheur* que les autres, mais c'est un cas d'école clair et connu du plus grand nombre ;
et il y a la tromperie plus sophistiquée, où on esquive les questions, où on reste vague avec emphase, où on dit autre chose que le fond de sa pensée et de ses motivations, où on séduit, où on noie le poisson...

Le mensonge (la menterie disent les canadiens - c'est pas mieux) est une des expressions du libre-arbitre**.

Il est écrit dans le livre-arbitre (la Bible) que c'est une des causes (raisons, origines), petites mais majeures, du mal. Pourquoi ? Parce que mentir sans souci de moralité, sans distinction du bien et du mal, c'est emprunter à l'inventeur du mensonge, c'est faire de nous ses fils, ses filles ! Jésus, autorité éternellement compétente,  l'a dit ainsi : "Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu'il n'y a pas de vérité en lui. Lorsqu'il profère le mensonge, il parle de son propre fonds ; car il est menteur et le père du mensonge.45 Et moi, parce que je dis la vérité, vous ne me croyez pas.46 Qui de vous me convaincra de péché ? Si je dis la vérité, pourquoi ne me croyez-vous pas ?47 Celui qui est de Dieu, écoute les paroles de Dieu ; vous n'écoutez pas, parce que vous n'êtes pas de Dieu.
Ces mots s'adressaient à des religieux. Ils s'adressent toujours à eux, et de la même façon à des politiques... et à chacun de nous.

"Nous avons proféré la violence et la révolte, Conçu et médité dans le coeur des paroles de mensonge ;14 Et la délivrance s'est retirée, Et le salut se tient éloigné ; Car la vérité trébuche sur la place publique, Et la droiture ne peut approcher.15 La vérité a disparu, Et celui qui s'éloigne du mal est dépouillé. -L'Éternel voit, d'un regard indigné, Qu'il n'y a plus de droiture,"

Qui donc à raison, de la Bible qui nous incite - pour notre bien (personnel et collectif) - à ne pas mentir, ou d'une culture sociétale qui n'aborde pas la question du mensonge, accordant par là (aussi) aux esprits mauvais de la dimension spirituelle à dominer sur nous ? 

Ajouter dans ce débat du 3 mai 2017 une bonne dose de médisance, un saupoudrage de mesures - qui ne pourront être tenues par personne -, trois louches d'ego - bio, peu vierges mais de première pression (à chaud comme à froid), et on a déjà l'image de la courbe, non seulement du chômage mais de la paix et du bonheur qu'un (tel) État ou association européenne peut apporter à ses populations.

 

DÉMOCRATIE ET CONFIANCE... EN QUI ?
Dans cette démocratie, outre qu'elle en est de moins en moins une, c'est aux futurs votants à aller à la pêche*, sur internet ou on ne sait pas où, aux vérifications, aux informations exactes, au vrai contenu des dossiers débattus, si, d'aventure, on a encore la volonté de savoir qui dit vrai et qui dit faux !

C'est par là toute la question de la confiance - = foi reposante en qui on se confie -, qui est soulevée. Comment voter quand on n'a plus de conviction véritable - sauf inféodation béate à son candidat-idole ?
Voter par défaut, contre sa conscience, "en se pinçant le nez" comme j'ai entendu un politique le dire !? Outre que toutes nos convictions ne sont pas forcément justes, "agir sans conviction c'est péché, dit la Bible !
Donc de toutes parts on est perdus !
On va être gouvernés par des ordonnances, de type médical, faite par un médecin qui, ne voyant guère que des symptômes, ne connaît pas le mal qui frappe le pays et ses populations. Par un médecin qui s'impose plus qu'on ne le choisit et ne lui fera véritablement confiance.

On est faits comme des rats dans une souricière !
Parce qu'on ne s'est pas souciés nous-mêmes de la vérité et du mensonge.
Parce qu'on a préféré suivre des voies plaisantes, jouir immédiatement plutôt que de résister au mal. Parce qu'on s'est laissés aveugler - à l'encontre de nos capacités d'observation et de réflexion.
Parce qu'on a abandonné Dieu, pour ceux qui avaient eu une instruction religieuse, au lieu de le chercher au-delà, voire malgré telle religion (ou toutes les religions) qui nous cache(nt) sa face (autant que nos propres péchés).

TOUS PERDUS !
J'ai été cet apostat qui, à l'adolescence, a préféré le discours matérialiste séduisant d'un prof de philo plutôt que de vouloir approfondir la foi déjà vivante en moi qui me permettait de voir des réponses à mes prières.
J'ai été ce pécheur qui, plus tard, malgré son retour à la croyance et toute ma bonne volonté pour servir Dieu, n'avait pas la force en lui-même pour marcher dans la bonne spiritualité ou même pour résister à quelques tentations basiques. Car il faut recevoir Dieu (Christ) en nous-même comme force de bien et de vie amplifiée...

C'est qu'on est tous perdus ! Sans exception aucune ! Seul Jésus a marché dans notre monde malade, souillé, corrompu, sans faillir en rien. On ait pris la démocratie pour un bon concept - alors que ce n'est qu'un concept envisageable, ni bon ni mauvais en soi. Et dès lors, comme en tout, ce qui peut être bon pouvant aussi être mauvais, le suffrage universel s'avère un leurre - de plus -, un moyen au service des plus intelligents, mais pas des plus nombreux.
Parce que c'est nous-même qui faisons que même la meilleure nourriture peut devenir un problème énorme, quand on se laisse prendre par la boulimie (quand un plaisir excessif de manger est relayé par un démon qui vient se greffer sur notre psychisme et/ou estomac).
Parce que ce sont des hommes (et quelques femmes) de notre Occident atteint et élevé par les bénédictions christiques, qui ont choisi de "jeter le bébé avec les eaux sales de son bain" - de se cacher de Dieu en évacuant le fait religieux et Dieu lui-même de l'avant-scène des nations.

Et donc les heurts chaotiques qui ne peuvent que suivre l'apostasie ou l'incrédulité des uns, et la religiosité non éclairée d'autres, sont déjà là, dont la finale de cette élection présidentielle. On parle à juste titre d'un vote qui va s'écrire dans l'Histoire, en ce qu'il ne peut plus constituer, comme aux USA, qu'un coup de frein à main tiré contre la mondialisation en marche, ou un pied plus lourd encore sur la pédale d'accélérateur d'un dit "ordre" mondial nouveau qui vient - dont la Bible nous informe depuis longtemps...

ALORS LA FOI !
Il reste la foi, qui toujours n'est efficace qu'étant personnelle. La foi car on a des promesses de Dieu pour les temps difficiles que constituent "le temps de la fin des nations" dont on est avertis, et qui s'opèrent sous nos yeux au jour le jour.

La vraie foi - celle qui met en contact avec Dieu et lui permet de nous accompagner ou couvrir de ses grâces jusqu'au coeur de nos problèmes -  consiste non pas seulement à croire qu'il y a un Dieu qui existe, mais à croire Dieu sur parole. Quand on ne peut plus faire confiance aux humains, on peut placer notre confiance en ce Dieu unique
- qui se révèle à notre coeur quand il est purifié (moyen), de son Esprit à notre esprit,
- qui se voit par ses réponses aux prières et diverses autres interventions, selon que les effets montrent leur cause
- et en ce qu'il nous a communiqué via des serviteurs au cours de 1 500 ans (d'où la toute la Bible).

DANS TOUS LES CAS, EN ROUTE VERS L'ESSENTIEL
En ce sens tout ce qui nous arrive est profitable pour nous approcher de Dieu par qui nous pouvons recevoir et le pardon et la paix immédiats, et l'éternisation de notre existence. Maintenant ce problème politique, dans tous les cas ouvert sur l'instabilité ou la déstabilisation, vient s'ajouter à ce que Jésus a dit à propos de la façon dont nous construisons nos maisons (intérieures) : "C'est pourquoi, quiconque entend ces paroles que je dis et les met en pratique, sera semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc.25 La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont jetés contre cette maison : elle n'est point tombée, parce qu'elle était fondée sur le roc.26 Mais quiconque entend ces paroles que je dis, et ne les met pas en pratique, sera semblable à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable.27 La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et ont battu cette maison : elle est tombée, et sa ruine a été grande."  
La sécurité se trouvera donc, si ce n'est pour la société, au moins pour chacun en fonction de son positionnement pesonnel en vis-à-vis du Dieu qui est.  

Shalom. Soyez béni-e.

______________
* Pécheur, péché, pécher (qui n'a rien à voir avec la pêche à la lgne) : C'est ne pas tenir compte des lois divines, commettre des fautes (morales ou contre (la) nature).
Étymologiquement, c'est manquer la cible - en l'occurrence le bonheur éternel que le Créateur veut nous offrir.
C'est se couper de la réalité et des bontés de Dieu. Voire donc un jour de son éternité paradisiaque si on persiste sans chercher et obtenir le pardon de nos fautes.

** Pour ceux à qui ce terme de libre-arbitre est très cher, si y tenir par-dessus tout, c'est pour se vouloir libre de mentir ou autres pratiques qui nous nuisent, libre à eux, mais comme dit A.Huxley "Les faits ne cessent pas d'exister parce qu'on les ignore." Et Dieu non plus.

Repost 0
27 avril 2017 4 27 /04 /avril /2017 17:32

Après la défaite de François Fillon par KO debout au 1er round, il reste la finale qui ne peut être qu'une victoire normalement aux points... anormalement aux poings.
Plus sérieusement, risque et danger sont partout (on vit sur une planétaire dangereuse, et en danger). Et ici, au plan politique, le danger - comme dans les arts et les religions - s'appelle aussi idolâtrie !

L'idolâtrie, c'est la propension naturelle que nous avons tous à voir une personne - ou un objet - avec des yeux embués d'une émotion qui nous le ou la montrent de manière quelque peu idyllique, naïve, et dotée de capacités fabuleuses... qu'elle n'a pas !

Le fait que plusieurs aient vu dans le comportement ou quelque harangue d'E. Macron une posture qui leur a fait penser à la notion de gourou, (devrait) interroge(r) et amène(r) à creuser plus avant.
"En marche" donc pour progresser vers plus de lumière en vue de plus de vraie liberté... (c'est là mon progressisme ☺)

QUI EST UN IDOLÂTRE ?
Plus explicitement, idolâtrer c'est faire d'une réalité créée un dieu, c'est-à-dire
- déjà dans notre coeur l'élever à la place que devrait seul y occuper Dieu - le vrai Dieu... ;
- voire c'est contribuer (ce qu'on appelle prosélytisme) à l'élever aussi aux yeux des autres, jusqu'à une positon de pouvoir d'où il semble qu'elle va manifester plus nettement ce qu'on croit qu'elle est. Ainsi se fait une célébrité, par le fait qu'on la célèbre (qu'on lui rend un culte) et que cela tend à s'élargir... indépendamment de la valeur réelle ou même de la nocivité de la "chose" ainsi mise en avant (au-dessus).

De la sorte nous pouvons fabriquer une idole à partir de tout et de rien :
- d'une idée, d'un slogan ou d'une image, d'une statue, d'une pierre autant que de l'or, d'un animal, d'un liquide (enivrant) ou d'un oignon (il existe une secte où l'on vénère pour ses vertus l'oignon)...
- comme aussi à partir d'un être humain, un chanteur ou une actrice, d'un cinéaste ou d'un philosophe... et de bien moins que cela (un dealer, un tueur - mais oui bien sûr...).

ATTITUDES IDOLÂTRES
Quand l'idole est de pierre et de dorures, on voit des gens se prosterner devant elle, faire des pèlerinages, leur parler comme si c'était à une personne, l'embrasser ou embrasser son image, etc...
On s'offusque assez facile de ce genre de comportement quand il est lié à la religion. Mais ce n'est pas que...

Quand les idoles sont de chair - papale ou autres que papale -, on fait la même chose ! attitude révérencieuse (prosternation de coeur), baisers, rêves, fantasmes, désir de voir ou de toucher... Tout cela donne à l'idole les moyens (financiers ou de séduction) qui lui permettent de "se payer" (ou s'offrir, dominer) plus ou moins de personnes (jusqu'au plan sexuel) et d'acquérir beaucoup de biens (dont elle n'a pas besoin)...

Car l'idolâtre que nous pouvons tous devenir - c'est moins courant de devenir une idole - donne, accorde, concède sur lui un pouvoir - qui va prendre de lui temps et/ou argent, âme et/ou corps.
Idolâtrer, c'est donc se donner sans réserves, à l'objet de notre vénération (amour fort ou adoration) ; c'est un abandon sans soupçon du moindre mal ou du moindre défaut... ce qui ne peut être une attitude juste que face à Dieu... Dès lors on est fragilisés, à la lisière d'une soumission qui est déjà ou peut devenir problématique...

EN POLITIQUE AUSSI
Et donc, pourquoi l'être faillible et en manque* que nous sommes, qui se trouve être convoqué comme citoyen pour voir et entendre des candidats politiques, ne peut-il pas succomber et devenir là aussi idolâtre ?
Comment les candidats, dotés de capacités humaines réelles, bien que limitées, ne pourraient-ils pas être tentés de glisser, de jouer, sur autre chose que sur le bon sens ou la raison - sur l'émotion - pour obtenir des suffrages en leur faveur ?
C'est évident ! Et entre la conviction honnête et la subtile manipulation, voit-on aisément la frontière ? Parfois oui ! Entre le coeur touché par la vérité et l'émotion remuée dans son manque, a-t-on le recul nécessaire ? A-t-on fait le travail de l'âme (en lien avec l'Esprit) pour ressentir juste, pour ne pas se la laisser jouer !? Pas souvent !...

On peut se demander : Pourquoi chercher encore midi à quatorze heures pour ce qui est des sentiments et de la raison (et de leurs effets), comme aussi de la raison et de la foi !?... Pour le moins, comme disait l'humoriste : parce que "Je ne veux pas mourir idiot" ! Au plus juste, parce que derrière les hommes, naturellement susceptibles de devenir des marionnettes, se trouvent des marionnettistes, experts...

LA FACE CACHÉE DES POUVOIRS
Et donc en quoi y a-t-il un problème à se laisser séduire, endormir, tromper, berner... par des paroles, par une voix, des mots, des idées ou des traits d'un visage de chair ou qui a été tracé sur un papier pour l'imprimer ?**

C'est que l'idolâtrie est en rapport direct avec la réalité subtile des esprits. Là où on a été créés pour aimer ou adorer Dieu - dans la dimension Esprit qu'il est - ce sont d'autres esprits qui veulent trouver en nous l'espace laissé vacant par une non-instruction et éducation et expériences spirituelles.
Or Dieu seul est bon, tous les autres esprits qui veulent (venir) nous influencer, voire jusqu'à nous habiter, sont mauvais ! (les anges fidèles de Dieu aussi sont bons, mais ils ne cherchent pas à venir prendre en nous la place qui doit revenir à leur Créateur)*.

Et donc se faire idolâtre face à une personne - homme politique compris -, c'est s'ouvrir à laisser entrer dans notre âme des pensées, des croyances, des illusions, des valeurs - ou horreurs - qui l'habitent, au point que nous soyons nous-même assujettis à l'esprit mauvais ou démon qui a triomphé de lui ou d'elle qui s'est laissé-e séduire et élever au-dessus de sa condition typiquement humaine.
S'agissant de personnalités politiques, on va parler
- au plan du terrain (physique) de despote, tyran ou dictateur (qu'il soit empereur, président, secrétaire ou chef de parti...). C'est celui qui allie généralement séduction (surtout au début) et arrogance (puis violences incontrôlées) ;
- et au plan des idées (psychique et spirituel) on parlera de religion ou d'idéologie hégémonique, impérialiste... toujours de plus en plus totalitaire et inhumaine.
L'Histoire et sans doute votre mémoire ne manquent ni des uns ni des autres...

DEUX SENS DE L'HISTOIRE HUMAINE
Qui ne connaît l'histoire horrible et horrifiante liée à un pas si lointain Adolf Hitler, qui séduisit très rapidement, par son harangue et ses premières mesures de redressement de l'économie, au point où il fut appelé "le sauveur" par beaucoup d'allemands subjugués. Une fois la confiance gagnée de ses proches lui ayant accordé des pleins pouvoirs, on sait comment les démons réussirent à le pousser dans leur vue hégémonique et leur folie meurtrière, notamment en visant une branche trop significative à leurs yeux de la réalité du Dieu unique... (significative mais la moins couverte par la grâce du même Dieu que les juifs religieux n'ont pas su voir en la personne et en l'oeuvre transcendante de Jésus-Christ).

Ainsi depuis l'Antiquité des hommes, Satan (le dieu usurpateur qui nous trompe d'autant que nous ne croyons pas qu'il existe) n'a jamais cessé de se donner des têtes humaines pouvant transmettre ses impulsions maléfiques aux rênes du char de sa suprématie. En vue d'établir un pouvoir et un contrôle complets des petits hommes. C'est un sens majeur de notre Histoire.
L'autre sens majeur de l'Histoire est développé par le Dieu véritable en lien avec la foi que nous pouvons avoir en lui (La foi est toujours un fait personnel même si des nations entières peuvent être placées dans ce bénéfice).

La Bible annonce que "la fin du temps des nations" - que nous vivons - va se concrétiser comme jamais par l'avènement d'un gouvernement mondial - le dernier mouvement impérialiste tentaculaire.
Il sera constitué via une oligarchie, quelques poignées d'hommes influents qui auront entre leurs mains les moyens pour mettre l'humanité sous un joug (pièce de bois qui sert à mener les boeufs où on veut qu'ils aillent). Le livre de l'Apocalypse parle notamment d'un moyen monétaire mis en place sur tous les échanges économiques pour que tout le monde - s'il était possible - exprime son allégeance à ce système (d'origine satanique)... (Apo 13)... Le 666 dont il est question est déjà en place, avec le système de codes-barre qui étiquettent les produits, et avec le web...
Et donc il est édifiant, en suivant les actualités mondiales en parallèle des Paroles inspirées de Dieu, de voir où nous en sommes et comment se positionner personnellement quand nous avons, comme lors d'élections, à réagir face à des propositions.

UN PLAN D'EXPANSION SELON DIEU
Il n'y a rien de mauvais qui ne soit antagonisme ou imitation de ce qui le précède qui est bon. On dit que Satan est un imitateur.
Et donc le sens majeur de l'Histoire qui constitue le Plan B Divin, vise
- premièrement, à ce que, individuellement, nous cessions de subir aveuglement le sens pesant qu'est "le train toujours dégradant de ce monde", en nous plaçant judicieusement sous la protection de Dieu. Car il a, lui, capacité à nous donner une vraie bonne vie, nouvelle et qui sera éternelle, à partir du pardon de nos fautes, qui s'obtient quand nous regardons avec foi la crucifixion de Jésus comme le moyen de notre réconciliation et paix avec Dieu.
- dans le même temps et à la suite, une création toute nouvelle (nouveau ciel et nouvelle terre), qu'habiteront les croyants au Christ devenus un corps d'humanité nouvelle, une unité de vivre-ensemble sans rapport avec l'illusion déraisonnée qui voudrait se faire ici et maintenant...

Dans la Bible, Dieu se déclare comme étant un "Dieu jaloux" ! Il est dit par là que dans son amour pour nous, il trouve déplorable et fou et révoltant que nous nous laissions abuser par les tentations, vices et autres pièges démoniaques, au point d'en devenir les jouets et instruments méprisés, avilis, cassables, jetables...
Qui ne voit ces dégâts dans la vie des uns ou des autres autour de nous, rendus méconnaissables en peut de temps, via le moyen de l'alcool ou de la drogue, d'un divorce subi ou d'un accident grave, d'un deuil, d'une maladie...
Et quand Satan se trouve des politiques ouverts par leurs péchés à ses vues, cela devient son règne sur la terre, avec des "éliminations" - de qui ne suit pas sa vue et sa pensée controuvées -, des lois aberrantes, des génocides, des guerres fratricides, ethniques ou mondiales... et les crises internes qui viennent en jugement des comportements ou choix corrompus.
La haine, raciale ou pas, tient bien sûr de ces esprits/anges devenus démons à qui nous accordons, par notre incrédulité ou nos fausses croyances, par diverses injustices et par l'orgueil de la part des dirigeants ou de la masse des peuples, le droit de nous soumettre à leurs regards et pressions dévoyés.

C'est pourquoi on doit toujours être attentif à qui on donne la main, sans se laisser tromper par des discours ou par une bonne mine, sans se soumettre à quelque orgueil, perversion ou méchanceté qui nous conditionneraient, mais plutôt en voyant comme Dieu voit.
C'est pourquoi se rallier - d'abord - à l'Évangile par la foi est une priorité - comme le dit Jésus : "Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et le reste, même le nécessaire, vous seront données par-dessus." Car alors "vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira."

Dans ce contexte épineux et conséquent comme jamais, que l'on vote pour l'un ou pour l'autre, pour un coup de frein à main ou pour un coup d'accélérateur, bonne réflexion, bon sens (commun et surnaturel), bon vote.
Soyez béni-e.

Dernière minute : je crois intéressant de vous soumettre un article que je découvre venu de chrétiens des Etats-Unis, c'est-à-dire un regard moins pris dans la mêlée que nous ne le sommes : ici.

_________________
* C'est en manque de Dieu qu'on est chacun en réalité, car on a été créés avec, en nous, cette plage de vide, cet espace d'un manque, qui correspond à la place que Dieu veut venir occuper au plus profond de notre être intérieur, pour le meilleur que nous puissions connaître (vivre), maintenant et éternellement...

** C'est au point où les 2 premiers des 10 Commandements (qu'on connaît par Moïse) se rapportent à cela, et donnent des raisons (Exode, ch. 20, 3 à 6 et Deutéronome 5. 7,10).

Repost 0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS : Dieu existe ! C'est ici mon cheminement depuis ce premier instant, pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il !? C'est aussi un Questions/réponses dans les domaines connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité, actualité... bref, un blog qui englobe....
  • Contact

Recherche