Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 septembre 2020 5 25 /09 /septembre /2020 12:48

 

Si on cherche la vérité d'une manière générale,
il n'y a aucune raison pour qu'on ne la trouve pas dans le domaine spirituel.


Dans la Bible, Dieu ne mâche pas ses mots !
Par la bouche de son prophète Jérémie (Yirməyāhū), il avertit "Ainsi parle l'Éternel : Maudit soit l'homme qui se confie dans l'homme, Qui prend la chair pour son appui, Et qui détourne son cœur de l'Éternel !"

N'est-ce pas parlant !?
S'il n'y a que des hasards aveugles pour conduire le monde et notre histoire, n'écoutez pas !
Mais s'il y a un Dieu à l'origine de l'univers et de ce qui vit, le plus sage n'est-il pas d'abord de s'en assurer, puis de l'écouter !?

Ainsi, après avoir été formaté athée par un prof de philo matérialiste, j'ai connu (et je vis toujours) la grâce de faire des expériences spirituelles avec Dieu, dont celles de l'entendre me parler - soit à partir de la Bible, soit par des intermédiaires, soit directement par son Esprit en moi.

Si ce Dieu existe bel et bien, croyez qu'il est forcément Créateur (de tout, dont la liberté, entre bien et mal, de le croire ou pas), et Rédempteur (dans notre besoin de secours, au quotidien comme face à la mort, nous offrant une relation vivante et éternelle avec lui).

Et s'il nous dit qu'en plaçant aveuglément notre confiance dans les hommes, on se met sous une malédiction, c'est sérieux.
Car le mot malédiction fait référence à des forces célestes maléfiques, à des esprits méchants, occultes, Satan et autres démons qui veulent mettre la main sur nous et nous veulent du mal.
C'est nettement pour qu'on ne reste pas ignorant, et pour qu'on ne le fasse pas !

C'est pour qu'on cherche plutôt l'apaisement, plus de sécurité, des réponses et des solutions en Dieu, par lui, avec lui... (sans qu'il soit question de religion* pour mettre en contact**).

Qu'est-il encore dit de celui/celle qui se confie en l'homme plus qu'en Dieu (ou à la place de Dieu) : "6 Il est comme un misérable dans le désert, Et il ne voit point arriver le bonheur ; Il habite les lieux brûlés du désert, Une terre salée et sans habitants.
7 Béni soit l'homme qui se confie dans l'Éternel, Et dont l'Éternel est l'espérance !8 Il est comme un arbre planté près des eaux, Et qui étend ses racines vers le courant ; Il n'aperçoit point la chaleur quand elle vient, Et son feuillage reste vert ; Dans l'année de la sécheresse, il n'a point de crainte, Et il ne cesse de porter du fruit.
9 Le cœur est tortueux par-dessus tout, et il est méchant : Qui peut le connaître ?10 Moi, l'Éternel, j'éprouve le cœur, je sonde les reins..."

"Éprouvez-vous vous-même" dit encore Dieu par sa Parole écrite. Et croyez en Dieu pour obtenir sa grâce, son pardon, sa purification, de ses dons, sa transformation de notre intérieur (bref, tout ce qui est compris dans la Rédemption qui ne demande qu'à ce que nous aspirions à le désirer et le vivre).

Shalom. Grâce et paix pour quiconque a lu jusque là.
D'autres articles sont disponibles sur ce blog (voir Articles chronologiques et pages fixes côté droit).

Guide de prières pour paix, pardon, réconciliation, nouvelle naissance de la part de Dieu (Évangile selon Jean chap. 3). 
______________
* Jésus n'est jamais venu pour créer une ou des religions nouvelles, mais pour montrer leur inefficacité pour nous rendre meilleurs, et plus encore pour que notre nature mauvaise soit bien mise en lumière.
En effet, plus nous voulons obéir aux lois d'une religion, plus elle devient vivante en face de nous, et comme nous sommes incapables d'y demeurer fidèle (étant des pécheurs), elle nous tue (voire nous en fait tuer d'autres) !

** Le Dieu d'Abraham, de Moïse, de la Bible, nous fait savoir par cette dernière que la médiation dont on a besoin (entre Dieu et nous), ce sont essentiellement
- d'une part les Écritures qu'il nous a faits transmettre notamment par Moïse, les prophètes et les apôtres,
- et d'autre part par Jésus, médiateur central incontournable entre Dieu et les hommes par la foi en qui nous pouvons être sauvés (Éphésiens, chap. 2, vers. 1 à 10 - 1Timothée 2.5) - Évangile selon Jean, chap. 3, vers. 16 à 21 - chap. 14, vers. 6).
 

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2020 7 20 /09 /septembre /2020 09:28

Hey ! Vous avez entendu l'enseignement de ce matin ?
Cool, rien n'est perdu ! Avec le net le temps n'existe plus de la même manière ; ce qui est passé ne l'est pas vraiment, il suffit maintenant de copier/coller ou de cliquer >
https://www.youtube.com/watch?v=kuuAkaeCf3s

 

Partager cet article

Repost0
3 septembre 2020 4 03 /09 /septembre /2020 20:50

 

Parler encore de la covid, mais pas pour ne rien dire de plus...
Car il y a bien de plus en plus deux manières de voir la même réalité (comme ici vase et visages)...

HUM, HUMMM !

Il y a eu la soudaineté et l'ampleur avec lesquelles s'est répandue cette covid-19... événement qui confirme bien cette loi (relative aux connaissances de phénomènes) de "l'imprévisibilité" ou Théorie du Chaos*.
Elle dit que dans notre univers, on sera toujours incapable de tout prévoir, et encore qu'un battement d'aile de papillon en Chine peut provoquer un cataclysme en Amérique du Sud ! Ce qui veut dire que tout est relié d'une manière qui dépasse largement notre compréhension du Réel dans ses parties comme dans son ensemble ;

Il y a eu (et il y a encore) des tâtonnements de gouvernements bizarres, voire inquiétants dans la mesure où ils se réclament de la vigilance et de la compétence de leur plus "haute autorité scientifique" pour gérer et maîtriser cette situation inouïe.

En l'espèce, un peu de connaissance et d'humilité permettent de savoir que tous nos systèmes de connaissances humains ne permettent (et permettront) jamais de trouver tout ce qu'il faut connaître ou comprendre pour résoudre bien des problèmes : C'est ce que déclare la loi ou principe d'incomplétude (de tout système terrestre) mise en évidence par les deux théorèmes du mathématicien Gödel ;

Il y a aussi, toujours, ce matraquage médiatique qui maintient la pression quant à l'obéissance et à une flexibilité qu'on doit manifester en fonction des fluctuations de décisions politiques... qui parfois heurtent le simple bon sens (comme la vue la plus scientifique du problème) ;

Voilà un article qui vaut la peine d'être lu. Il vient de Suisse, mais ses informations sensées et pertinentes sont de portée universelle :
Une Statistique détournée met à mal la démocratie et les Libertés! Charly Pache

 

DE QUOI S'INTERROGER PLUS QUE JAMAIS

Alors des questions  se posent, de plus en plus de gens s'interrogent sur comment on leur demande - commande ! - de vivre sous contrôle rapproché, sanction pécuniaire à la clé. Interrogation jusqu'à constater une possible violation du principe de proportionnalité, un  principe d'adéquation des moyens employés à un but recherché.
D'où la question : Quel est le but réellement poursuivi par ceux qui font bouger les gens de populations entières... Ce qui finit bien évidemment par rejoindre la fameuse "Théorie du complot" que toutes ces choses font toujours mieux apparaître. 

Et puis il y a un double fait patent.

1 - CHAQUE PROPHÉTIE BIBLIQUE EST UN PRONOSTIC FIABLE
Ce fait que je juge patent, c'est d'une part ce que la Bible annonce - notamment par son célébrissime, mais fort mal connu, livre de l'Apocalypse.

Savoir qu'un sens de l'histoire est en marche, où chaque civilisation va d'un commencement à un enflement puis à une décadence ou décomposition relativement rapide, et plus précisément où un impérialisme planétaire vient mettre fin aux cultures et politiques nationales, bousculant et ébranlant tout pour ce faire, jusqu'à apparaître comme un totalitarisme et la pire dictature que la terre ait portée.

Et il y a de quoi envisager ce que cela peut être, quand on sait ce que fut il n'y a pas très longtemps tout le XXe siècle rien qu'avec la Première Guerre mondiale, la révolution communiste bolchévique, le Seconde Guerre mondiale avec la Shoah (tentative d'anéantissement du peuple juif), la révolution communiste chinoise avec ses satellites. En tout des centaines de millions de déportations et de morts violentes, barbares, ignobles, en bien des points inhumaines.

Or quand l'homme (ou la femme - fait des choses barbaresques, ignoblement surhumaines, qui tiennent du "C'est plus fort que moi", ne faut-il pas (re)commencer à penser en termes de Réel élargi ?
Un Réel plus réel que la seule matérialité des choses qu'on peut voir ou mesurer, avec d'une part un Dieu qu'on a voulu écarté de nos gouvernances humaines - et qui respecte ces prises de libertés qu'on se donne -, et d'autre part des forces occultes maléfiques terribles, des esprits dénaturés qu'on appelle Satan et démons, qui sont, de leur invisibilité, comme le marionnettiste qui tire les ficelles subtiles de ces marionnettes.

L'actualité comme l'histoire des siècles, grouille de plus en plus de faits divers et d'événements sidérants, avec des terroristes religieux, racistes et sexistes, des casseurs et pilleurs, des arnaqueurs séducteurs, inconnus des fichiers de police ou récidivistes bien connus, qui échappent par la duplicité et les ruses même des esprits devenus maîtres de leurs existences... Ce qui va aller crescendo dans les faits délictueux et criminels et dans la restriction croissante des libertés de tous.

2 - LE NIVEAU DE CONSCIENCE INDIVIDUELLE : UN DÉVELOPPEMENT HÉMIPLÉGIQUE

Ce niveau de conscience (de réalités conceptuelles) et de la force propre à avoir une opinion (sur presque tout, même sans savoir) a rapidement augmenté, d'autant que la civilisation qui s'est voulue post-chrétienne (à partir du XIXe siècle) a voulu cultiver - culturer - les individus par l'école laïque (athée pour parler sans langue de bois) et obligatoire.
L'idée n'est pas mauvaise en soi - pas plus que la découverte des lois de l'atome par Einstein -, mais voilà le constat de toujours : C'est qu'on ne peut éviter que tout le bien que l'être humain veut développer sans un accompagnement ou une direction d'ordre divin, tourne au fiasco, à la catastrophe (du fait de notre dégénérescence adamique et  insuffisances.   

Plus particulièrement aujourd’hui, les individus par le monde, internet à l'appui démultipliant beaucoup ce phénomène, connaissent une vraie émancipation par la pensée personnelle capable de former, si ce n'est beaucoup de réflexions pertinentes, du moins assez d'opinions subjectives sitôt prises pour des vérités. D'où le slogan inepte qu'on se répète bêtement comme s'il s'agissait qu'une vraie force personnelle "A chacun ses vérités !"

Ainsi en est-il de l'approche de ce temps prophétisé où une dictature mondiale va vouloir jeter un filet gigantesque unique sur tous, alors qu'à l'opposé de plus en plus de personnes prennent conscience qu'on veut les mener en bateau, leur faire croire des inepties et encore leur imposer des choses injustes. Que peut-il résulter de cette tectonique de plaques (humano-démoniaques), si ce n'est une régression ou récession forcée, une répression croissante qui va vite montrer son caractère irrépressible, inhumain, démoniaque.
On n'en sera plus aux crises dues à des addictions marginales, à des mutilations humaines ou de chevaux (comme en ce moment étrangement un peu partout en France).

D'aucuns réfléchissent aussi sur la question du vaccin - une manne grasse pour l'oligarchie pharma qui le produira (qu'il y en ait un ou deux différents). Quelle sera sa réelle efficience ? Que contiendra-t-il ?
La vaccination, encore un principe dégagé du mal pour faire du bien, mais qui peut, comme tout, faire tourner au cauchemar !?

Dans tous les cas, pour le croyant véritable Dieu est en contrôle et rien ne se fera qui dépassait la limite de ce qu'il permet.

PROSPECTIVE : DES LENDEMAINS QUI DÉCHANTERONT 

Vu que l'augmentation des suicides (de jeunes, de policiers, d'agriculteurs...) ne suffit pas, pas plus que les actes de barbarie qui frappent chaque jour ici ou là, pas plus que les naissances d'enfants déficients physiques ou psychiques, ou encore que l'apparition de la covid-19 comme jugement de Dieu, la réalité de notre temps vue du point de vue divin veut que l'on va voir de plus en plus de phénomènes témoignant d'activités démoniaques (via personnes humaines ou pas). Pour que l'on réalise que cette dimension de notre environnement existe et agit avec forces contraignantes (comme avec forces de séduction).
De là, il restera - s'il n'est pas trop tard - à passer à une conscience éclairée que Dieu aussi existe, et qu'il faut vite venir à lui avant que le tsunami de privations qui vient ne vous prenne dans ses mailles irrésistibles.

Entre le confort encore apparent du Titanic déjà coupé en deux (ce monde avec sa civilisation globale puissamment athée et misérablement religieuse), et une chaloupe de secours - qui semble minuscule mais qui sauve ceux qui la rejoigne - (notre sauvetage par la foi placée en Jésus (crucifié, ressuscité et glorifié) comme Sauveur offert pour le monde, il peut y avoir de quoi hésiter ! Mais le temps pour choisir son camp est court, car il faut bien voir ce qui nous est bon à garder et ce qu'il faut laisser sans retour...   

____________
* Loi mise en lumière par Edward Lorenz à partir des années 60.

Guide de prières

 

Partager cet article

Repost0
30 août 2020 7 30 /08 /août /2020 18:19

Dimanche j'ai remarqué trois messages qui parlent de Dieu et de comment on peut relationner de manière effective avec lui.

Rien à voir avec un système religieux fait d'un légalisme qui n'est que basé sur une soumission à des règles et des règles et des pratiques.
La spiritualité avec Dieu, c'est plutôt une question de relation, où l'on trouve en sa vivante réalité la force (Sa force communiquée, sa Vie) pour vivre d'une manière qui lui plaît et qui nous satisfait plus que toute autre.

En Europe comme en Chine, on évolue dans un monde qui a mis Dieu au placard*, croyant - Quelle étrange croyance ! - que de la sorte on n'entendra plus parler de lui et on aura la paix.
Mais ça ne marche pas comme ça !

Toutes les difficultés, crises, tensions, ruptures douloureuses, mésententes, violences, manipulations, insatisfactions... qui résultent de ce comportement (incrédule, athée, païen, impie) s'accumulent au fil des années et décennies, sans solutions satisfaisantes durables.

Je vous invite à regarder (au choix) une ou l'autre de ces trois vidéos par lesquelles Dieu peut vous montrer qu'il vous connaît et peut vous le faire sentir.

Cliquez ici sur Message 1 (le message lui-même commence à 46 mn),

ou sur Message 2 (commence à 26 mn)

ou sur message 3 (commence à 1 h. 26 mn).

Bonne réception dans la Grâce bénissante du Dieu vivant éternel qui nous connaît et nous aime.

___________
* par des pensées ou philosophies impies, par un humanisme athée,

Partager cet article

Repost0
20 août 2020 4 20 /08 /août /2020 08:21

On trouve plus facilement
la perfection dans des objets que nous fabriquons, que dans nos fonctionnements individuels.
..

SOUS LE SIGNE DE LA DUALITÉ MAL/BIEN
Notre existence se déroule dans le temps.
Le temps est une dimension d'espace qui permet des mouvements dans les trois dimensions physiques, dans la dimension psychique (des âmes) et dans la dimension spirituelle (de l'Esprit et des esprits... bénéfiques et maléfiques).

Tous les mouvements sont des possibles dans deux sens, positif (du Bien, du Bon, du Beau, de prolongements, développements, améliorations, transformations, lutte contre diverses formes du Mal, ou simplement appréciation bienfaisante de ce qui est), ou négatif (du Mal, de la laideur, de l'horreur, de désorganisations malignes, d'entropies (naturelles ou controuvées), de constructions illusoires, dangereuses, mortifères, jusqu'à de la jouissance tirée du mauvais).

Les mouvements humains vont ainsi de la vie (naissance) à la mort (physique, mais aussi spirituelle et psychique), mais aussi par ce qu'on appelle Rédemption, de la mort (spirituelle et physique) à la Vie plus pleine, éternelle, qui s'obtient par une seconde naissance (spirituelle).

Ainsi nous pouvons chacun vivre des mouvements (du corps ou des pensées, des idées) qui tendent vers la dégradation de (la réalité de) ce qui est, ou qui cherchent une autre réalité à atteindre - comme le bonheur ou un amour durables, des solutions à des difficultés immédiates ou une philosophie ou une idéologie, politique nouvelles...

De fait, rien n'est statique (ni au plan physique, ni au plan psychique, ni au plan spirituel), tout évoluant - qu'on y participe en conscience ou pas - vers un plus (de Bien) ou un moins (plus de mal... dont la mort est l'ultime).
La règle générale, il faut le savoir, c'est que sur notre planète, au premier degré - où l'on voit, entend, ressent... physiquement et psychiquement -, le mal domine naturellement et surnaturellement sur ce qui est bien (comme la paix, le bien-être, l'amour ou la joie véritables, l'harmonie des relations...).

Mais il y a aussi un second degré - où le spirituel, sans s'imposer, avec du recul, en laissant des longueurs de libertés, par touches (incognito ou révélé) contrôle et intervient.
Il conduit vers un retour (holistique, global), qui est une transcendance de la Vie pleine, quiconque parmi nous (vous, toi, moi, l'autre) s'unit à ce mouvement de rédemption. C'est une dynamique "négentropique" (qui renverse le cours dominant du mal), un mouvement de rachat des personnes, de libération des âmes, de sauvetage des créatures toute entières, d'extraction (des forces) du mal, conduit par Dieu le Créateur.* Y a-t-il meilleur idéal à poursuivre, à rejoindre ?

POURSUIVEZ-VOUS UN IDÉAL ?
Je ne m'adresse ici qu'à celles et ceux qui veulent d'un véritable nouveau paradigme, qui soit réellement hors (en marge) des systèmes humains, comme il ressort de la prière que Jésus adressa à son Père avant de quitter la terre : "Je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les préserver du mal.16 Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde."

Les idéaux possibles peuvent être nombreux et variés, comme fonder une famille ou une entreprise, suivre une philosophie, développer une idélogie ou adopter un mode de vie, etc... sans problème.
Un idéal est ce qui doit ou devrait permettre de vivre "sans problème".
C'est donc ce qui devrait être, par rapport à ce qui est, ce qui est étant toujours avec des problèmes.

Autres exemples (sociétaux), dans une recherche d'un idéal de vie (pour soi et pour les autres), le gouvernement crée le concept de Vivre-ensemble. Mais comment atteindre cet idéal alors que nous ne sommes même pas capable, chacun, de vivre bien longtemps en paix, en harmonie, avec les membres de sa propre famille ?

On voudrait vivre sans cette plaie qu'est le racisme. C'est un idéal. Mais comment faire pour changer le coeur de l'homme qui est si naturellement raciste ? En imposant, par une lois, des amendes, des procès... ? Impossible !
Car d'une part les lois n'ont pour force que de nous irriter encore davantage dans la problématique qu'elles voudraient contrôler; et d'autre part cette manière de faire perturbe la liberté au point de repousser par cette perturbation nouvelle l'approche de l'idéal visé.
Certaines femmes ont vu comme un idéal d'être absolument égales aux hommes. Résultat, si cela a débloqué l'accès à des postes à responsabilité à la gente féminine, le rapport entre les gendres et jusque dans l'intimité personnelle des genres se sont terriblement dégradés du fait de la propagande (jusqu'au viol des consciences !?) entreprise.

QUEL IDÉAL ALORS PEUT-ON REJOINDRE ?
Autrement dit, un idéal, qui est en quelque sorte une perfection globale, est-il accessible à des êtres aussi imparfaits que nous ?
L'idéal humaniste mis en œuvre à partir du siècle dit des lumières (XVIIIe) a-t-il était atteint, 300 ans plus tard, après que l'on ait mis sur la touche ce qui semblait l'empêcher, la/les religion/s et autres tabous comme des réserves ou limitations sur la pratique sexuelle ?
Bien sûr que non !

Hitler avait un idéal, qu'il a appelé le IIIe Reich. Il s'agissait pour loin de réussir là où ses ancêtres germaniques avaient échoué (1er et 2e Reich).
Reich signifie règne, le rêve étant pour lui d'établir sur la terre un règne de 1 000 ans ! (Curieusement, ce que la Bible annonce que Jésus va venir établir à partir du moment où il revient de la dimension spirituelle (céleste) sur la terre).
Le résultat, on le connaît.

IDÉAL, IDÉAUX, FACE À UN MUR !

Ce que nous avons tous à comprendre, c'est qu'un idéal que nous voulons nous donner, dont on voudrait trouver la formule magique et l'application bienheureuse, va toujours devenir un danger, tourner à des effets contraires que ceux que l'idéaliste escomptait.

C'est une loi qui s'impose à toutes nos forces d'intelligence, de persuasion, d'organisation, de volonté. Toute l'histoire en témoigne... comme nos propres existences. Tout simplement parce que des êtres imparfaits, au cœur plus ou moins mais toujours habité par le mal (qui s'exprime toujours d'une manière ou d'une autre), ne peuvent rien construire de parfait, d'idéal.

EST-ON CONDAMNÉ AUX SOUFFRANCES (IMMÉDIATES, VOIRE PERPÉTUELLES) DUES À  L'IMPERFECTION (AU PÉCHÉ EN SOMME) ?
En fait, pourquoi aspirer à un mieux, à un idéal, si ce monde était seulement le produit aléatoire de hasards et de nécessités comme prône la doctrine évolutionniste athée ?
Pour imaginer qu'un idéal de vie bien supérieur aux mouvements chaotiques que nous connaissons, il faut deux choses (séparées, complémentaires ou pas). Une aspiration à un idéal, ce qu'une évolution seulement physique, matérielle, matérialiste du vivant, n'aurait pu produire (car ce n'est pas une nécessité).

Autre chose, l'orientation de notre être vers un idéal ou même une amélioration de soi, vient d'un manque.
Un manque profond, inconscient, ressenti, d'une condition humaine antérieure meilleure. Ce que le défilement des ans, des décennies, des siècles et des millénaires montre comme une réalité, le temps passé devenant souvent "le bon vieux temps".
Même si on ne peut se contenter de cette vue que le meilleur c'était avant (car avant il y avait aussi eu des guerres, des perte de libertés), il y a là une marque et réalité certaines que nous avons perdu un paradis, un état de perfection (comme le rapporte notamment la Bible), une condition humaine privilégiée antérieure même à ce que d'antiques générations sont devenues de bassement primitives, comme conséquence de cette (d'une véritable) déchéance originelle.

C'est donc en toute logique et selon les meilleures probabilités, que je retiens cette vue d'une humanité déchue, ayant perdu un ordre intérieur et environnemental, une qualité de vie et de relations, que je m'oriente à partir d'elle vers les meilleures approches, compréhensions et connexions avec le Réel..

POUR DIRE QUOI EN DÉFINITIVE ?

Qu'il existe forcément, si on prend en compte un Dieu créateur - parfait lui-même et ne pouvant créer des imperfections -, une organisation de la vie - des vies, des existences - qui fut originellement parfaite, un idéal donc, tant dans les espèces qu'entre elles. 
Soit dit en passant, pour qu'il y ait aspiration à, tentative et imitation de quelque chose de bon, juste, agréable, bénéfique..., il faut que cette chose désirée existe au préalable.

Par exemple, quand Nietzsche imagine un surhomme - qu'Hitler va vouloir créer sous le nom de race aryenne -, ce n'est que parce que Jésus est préalablement paru, se montrant dans une perfection inégalée pour faire le bien et dire des vérités essentielles nous concernant et concernant Dieu (lire les évangiles pour s'en convaincre).
Pourquoi aujourd'hui encore, une forme d'eugénisme est réapparue, forme nouvelle seulement par les moyens technologiques qui ont évolués, peuvant permettre des modifications d'ADN, des tris et congélation de gamètes et autres moyens de fertilisation des femmes ou de leurs ovules ?

D'une part, parce que nous nous trouvons bien imparfaits,dotés d'un ego ou moi-je problématique, et aspirons désespérément à vivre heureux alors que cela ne nous est pas possible.
D'autre part, parce que l'être humain a connu dans son lointain passé cette perfection de l'être - ce que nous portons chacun psycho-génétiquement dans un plan sous la conscience (ce qui comprend aussi la pensée de vivre éternellement) et parce que Jésus a été montré par Dieu comme un modèle nouveau de l'être humain pouvant échapper à des mille facettes du mal, et notamment à la mort spirituelle et psychique qui sont ce qu'il y a de plus dramatique (comme le pilote et le co-pilote d'une voiture de rallye sont plus importants que la voiture elle-même, qui figure le corps).

C'est ainsi que pour vaincre par exemple le pouvoir de la mort physique, il a fallu qu'il meurt, et qu'il soit ressuscité (vu l'injustice que fut sa mort en tant que jugement personnel), seul moyen pour nous ouvrir la voie d'une vie toute nouvelle, éternelle.
"Car le salaire du péché, c'est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur." Don qui se reçoit par le pardon de nos fautes, par la foi en ce que Jésus, vainqueur de la mort, a aussi le pouvoir de nous communiquer et partager cette immortalité (éternité) acquise.

Y A-T-IL QUAND MÊME UN IDÉAL A NOTRE PORTÉE, OU PAS !?

La vie avec Dieu dès ici-bas est donc devenue par jésus un idéal dans lequel il est possible d'entrer, par le moyen de notre foi. Ici comme en tout, il n'y a qu'une méthode pour parvenir à un savoir utile et efficace, qui nous forme en cette "nouveauté de vie" : apprendre (entendre, écouter, lire) et croire.
Tout ce qu'on croit de vrai se confirme, se vérifie, se valide.
Tout ce qui est mensonger, erreur ou même demi-vérité, parait comme tel un moment ou un autre... surtout en dépendance de ce qu'on cherche nous-même avec désir de connaitre en vérité.

Ainsi Jésus, par sa vie exemplaire, exempte de défauts, irréprochable, a démontré la possibilité d'une vie idéale, c'est-)à-dire victorieuse sur les forces et formes diverses du mal. 
De là, il veut - Dieu veut - que nous aussi empruntions cette voie peu courante mais universel, pour vivre et apprendre à vivre toujours plus, une existence qui tient de l'idéal.

Mais - mais ! - cet idéal, pas plus que tous les autres, n'est à notre portée. On a dit pourquoi.
Cependant, s'agissant de surnaturel véritable, où Dieu se montre réel et actif en faveur de ceux qui le cherchent et vivent dans une (recherche de) communion avec lui, on peut expérimenter des plages de plus en plus larges de communion avec ce qui est de l'ordre de l'idéal. On peut demeurer progressivement de plus en plus dans une position de relation vivante, réciproque, avec Dieu.

PAS D'EFFETS SANS CAUSES, PAS DE FIN SANS MOYENS

C'est toute la nouveauté et réalité de l'Evangile, qui est l'annonce du moyen possible de notre restauration dans la réalité divine par deux raisons et moyens efficaces.
Par le sacrifice de Jésus vu comme le moyen par lequel on peut être pardonné de nos fautes, rendus purs d'elles. Par lequel aussi on peut échapper aux pressions opérées par les démons contre notre vie et intégrité; Par lequel encore la mort physique n'est pas une sombre fin et un passage pour l'âme suivie d'un jugement - juste mais qui fait mal - du mal.

La seconde raison et moyen par lesquels entrer et s'établir dans une relation restaurée, rouverte, avec le Divin Créateur, est notre foi qui est notre réponse positive, notre acceptation de ce que Dieu a fait par Jésus pour nous raccorder à lui et en lui.

Avez-vous, poursuivez-vous un idéal ?
Un idéal accessible ? A vous de répondre en toute objective honnêteté.
Selon moi, si on veut réellement parler d'idéal, il faudrait pouvoir inclure dans cet idéal la réalisation de la problématique de notre mort physique et du devenir consécutif de notre âme (dans quoi est nichée notre vraie personne, notre ego ou moi-je conscient).
Un idéal sérieux nécessite donc que nous ayons une idée le plus claire possible de ce qu'est la mort physique, de ce qu'est l'âme et sa dépendance ou indépendance d'un corps, etc...
Car dans tous les cas comment être idéalement heureux avec la mort comme épée de Damoclès toujours au-dessus de notre tête... ce qu'aussi la Covid-19 est venue faire en nous une (re)mise à jour.

La différence de l'idéal de notre protection la plus sûre et éternisation personnelle par Dieu et par la foi, avec tous les autres idéaux, c'est qu'en cette espèce on obtient le secours qui nous manque pour passer de nos inaptitudes à vivre-bien à une qualité de vie qui insert toujours plus la perfection, Parce qu'elle est en Dieu, et il a, lui, le pouvoir de communiquer à ceux qui veulent de son plan de rachat ou rédemption, les forces spirituelles (flux, influences, impulsion, de l'action victorieuse à de la patience obligée),
Dieu peut aussi arranger nos situations, nos circonstances, nos problèmes, de manière surnaturelle.
"Or, à celui qui peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment au delà de tout ce que nous demandons ou pensons,21 à lui soit la gloire..." 

DIEU OU RELIGION, FAUT-IL CHOISIR ?
On passe ici la question de l'athéisme, renvoyant seulement ceux qui le sont (comme je le fus un temps... d'ignorance) à ce qu'il y a d'étriqué et d'incompréhension dans une existence vue en matérialiste...

Les lois qui encadrent le vivant et nos mouvements nous amènent à répondre Oui à cette question. Car on ne peut suivre et obéir correctement à Dieu lui-même par l'esprit, en même temps qu'obéir aux termes d'une religion figée en tout.
Avec Dieu notre foi pour l'immédiat et notre espérance pour au delà des pires difficultés (dont la mort) sont établis sur l'amour et la justice parfaites du Dieu qui domine tout.
Avec une religion pour guide - pour Dieu !? -, notre croyance et espérance ne se fondent que sur notre réponse personnelle à ce que la religion pose comme obligations et interdits. Elles se fondent sur ce qui est le plus aléatoire, le plus imparfait, notre capacité à plaire à Dieu par nos propres efforts de dévotion. Ce qui ne peut qu'aboutir à notre confusion, voire à notre perdition si nous persistons dans cette voie, dans ce moyen qu'est la religion - n'importe quelle religion.

Aussi ne vous trompez pas, ne vous laissez pas tromper par un système dans lequel vous êtes inscrit par votre naissance même (ou entré en vide ou en désespoir de cause), qui peut convenir pour former les enfants à une vie morale et à une certaine socialisation, mais certainement pas pour entrer en relation avec Dieu lui-même... et dans son éternité paradisiaque - son idéal divin - par la suite.
Un paradis qui ne sera pas désincarné, mais sur une terre nouvelle, avec des corps et des cœurs nouveaux, incorruptibles... (en lire ici une description en Apocalypse chap. 21).

Soyez éclaire-e et établi-e dans une relation avec le Ciel divin par la bénédiction gracieuse du Dieu trois fois saint.

Ici > Guide de prière pour paix avec Dieu et rédemption éternelle

__________________
* Il est clair que les religions n'ont pas ce pouvoir de ramener les créatures dominées par les forces du mal que nous sommes si naturellement, dans une existence réorganisée avec un surcroit de vie (spirituelle, tellement nécessaire), qui ne peut que venir de Dieu lui-même, étant ajoutée par lui à ce que nous sommes par notre naissance initiale.
C'est l'opération surnaturelle qu'opère l'Esprit de Dieu - en chacun qui entre dans ce projet et cette volonté divine de rachat -, comme il en est parlé dans l’Évangile selon Jean, au chapitre 1, versets 12 et 13 et encore dans les 21 premiers versets du chapitre 3. 

Partager cet article

Repost0
16 août 2020 7 16 /08 /août /2020 08:52

Aujourd'hui DIMANCHE à partir de 11 heures, il est possible de rejoindre en direct l'Église MLK (Martin Luther King) pour partager ses chants et un message spirituel (en cliquant ici)

Ce monde offre bien peu d'occasions pour des temps de qualité personnels.
Sachez vous arrêter, sachez oser vous approcher de l'Essentiel dans la profondeur de la Vie pleine (physique, psychique et spirituel).

Bon moment spirituel.

Guide de prière de réconciliation et paix avec Dieu.

Partager cet article

Repost0
6 août 2020 4 06 /08 /août /2020 11:25

PLÉNITUDE DE VIE : PAR DES ÉTAPES BIEN DISTINCTES

Notre existence n'est pas faite d'un seul bloc. Chacun sait qu'il y a une différence - énorme ! - entre un être humain (vivant mais encore très limité) dans une matrice maternelle, et un (autre être humain ou le même plus tard) qui "a vu le jour", qui est "venu au monde", né plus directement à la lumière solaire.

Deux premières étapes qu'on connaît bien et qui, déjà, ont de quoi nous interroger sur l'extraordinaire de ce changement d'état (d'un espace confiné liquide à un large espace aérien) et sur les merveilles multiples qui permettent à la vie de commencer à se déployer ainsi sur la terre.

NOUVELLE RÉVOLUTION !

Il y a presque 2 000 ans, quand Jésus paraît, venu pour une mission essentielle triple*,c'est pour nous dire qu'il y a une autre étape - possible, potentielle, en réserve et très souhaitable - à expérimenter. qui ne dépend plus de parents terrestres (biologiques, génétiques, d'adoption...), d'une transmission de leur propre existence par leurs gamètes.
Une forme de vie pour le moins aussi différente de celle par laquelle vous pouvez être à lire cet article, que sont celles des deux premières étapes.

Une sorte de saut quantique que ni les sages anciens d'Egypte ou d'Orient, ni les philosophes antiques grecs ou latins, n'ont découvert... même si Pythagore, Socrate ou Platon qui rapporte l'allégorie de la caverne, approchèrent cette réalité.

 Jésus explique donc plus clairement que tout autre, et notamment au leader religieux d'Israël de son temps (nommé Nicodème), de quoi il s'agit.

IL TE FAUT NAÎTRE DE NOUVEAU !

Voici la révélation la plus fantastique nous concernant - concernant la connaissance personnelle de soi - telle que nous la rapporte l'apôtre Jean :

"Jésus lui répondit "En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu."
Nicodème lui dit "Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Peut-il rentrer dans le sein de sa mère et naître ?"
Jésus répondit "En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d'eau et d'Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu.6 Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l'Esprit est Esprit.7 Ne t'étonne pas que je t'aie dit : Il faut que vous naissiez de nouveau.8 Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit ; mais tu ne sais d'où il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né de l'Esprit."
Nicodème lui dit "Comment cela peut-il se faire ?"
Jésus lui répondit "Tu es le docteur d'Israël, et tu ne sais pas ces choses !11 En vérité, en vérité, je te le dis, nous disons ce que nous savons, et nous rendons témoignage de ce que nous avons vu ; et vous ne recevez pas notre témoignage.12 Si vous ne croyez pas quand je vous ai parlé des choses terrestres, comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses célestes ?..."

Que voilà une parole révolutionnaire, et aujourd'hui encore ! Car combien parmi nous, au fil des siècles et dans la largeur planétaire de l'actuel présent, savent ? Combien ont entendu cette parole dont l'accomplissement constitue le troisième Himalaya** de notre existence, le point vernal à partir de quoi tout change une nouvelle fois, de manière toute surnaturelle.

Une naissance qui ne fait pas sortir sans nous - conscient - d'un sanctuaire seulement féminin mais magnifique,mais une qui fait entrer en Dieu comme on est entrés dans ce monde solaire.

Une naissance non plus physique maintenant, physiologique, faite de matière ajoutée, mais spirituelle, de la nature même de Dieu, de sa dimension la plus spécifique. Pour quoi faire ?

Pour mieux être déjà ici maintenant; pour bien mieux-être, même si les plaques tectoniques de deux mondes se frottent alors plus intensément. Puis pour être, dans la suite ainsi ouverte, comme le papillon par rapport à la chenille, vivant une toute autre existence, sublimée, réorganisée et amplifiée, dans une création qui vient dont Jésus ressuscité a été initiateur et le premier de cordée.
" il est (Jésus) le commencement, le premier-né d'entre les morts, afin d'être en tout le premier. 19 Car Dieu a voulu que toute plénitude habitât en lui; 20 il a voulu par lui réconcilier tout avec lui-même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix."

JÉSUS, VENU POUR UNE SPIRITUALITÉ ORIGINALE ET NON POUR UNE NOUVELLE EXPRESSION DE RELIGIOSITÉ

Premier-né d'une humanité nouvelle - que sont les chrétiens "nés de Dieu"de tous les âges et espaces, qui ne se distinguent pas physiquement de l'humanité adamique courante (excepté normalement par le comportement), lesquels ont entendu et cru en Jésus qui s'est annoncé à nous comme étant (entre autre) "la lumière du monde".
"Cette lumière était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme. 10 Elle était dans le monde, et le monde a été fait par elle, et le monde ne l'a point connue. 11 Elle est venue chez les siens, et les siens ne l'ont point reçue. 12 Mais à tous ceux qui l'ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, 13 lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu." Jean chap. 1.

Nicodème est (comme beaucoup d'autres de diverses religions) un maître religieux, mais non un maître spirituel. Alors Jésus part de ce qu'il connaît de sa religion, pour lui expliquer comme on parvient à la nouvelle naissance.

"...Personne n'est monté au ciel, si ce n'est celui qui est descendu du ciel, le Fils de l'homme qui est dans le ciel.14 Et comme Moïse éleva le serpent dans le désert, il faut de même que le Fils de l'homme soit élevé,15 afin que quiconque croit en lui ait la vie éternelle.
16 Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.17 Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.
18 Celui qui croit en lui n'est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.19 Et ce jugement c'est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises.20 Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient dévoilées ;21 mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses oeuvres soient manifestées, parce qu'elles sont faites conformément à Dieu."

C'est ici le point déterminant et la pierre sur laquelle plusieurs tombent : Pour naître spirituellement, pour Il faut regarder à Jésus élevé sur le bois de sa crucifixion comme les israélites du temps de Moïse eurent à regarder à l'image forgée d'un serpent élevé sur une hampe pour ne pas mourir après avoir été piqués par des serpents.

Le serpent qui nous mord tous s'appelle "le péché", qui est une force (une propension) qui nous habite tous, qui nous pousse régulièrement, de manière irrépressible, à mal faire, à faire mal, et par là à mourir (spirituellement) à Dieu.
L'apôtre Paul a été conduit à bien le résumer (s'adressant à des chrétiens) ici > Lettre aux Ephésiens, chap. 2, vers. 1 à 10.

Ainsi, Jésus est venu parmi le concert fort discordant non seulement des dominations armées mais, tout aussi problématique, des religions, sectes et autres spiritualités sans Dieu qui, toutes, se tiennent au plan de l'âme - ce qu'on appelle la religiosité, quand nous, par l'âme, nous intéressons à la métaphysique (mystique, surnaturel, occultisme, ésotérisme, philosophie spiritualiste...) sans le secours et surtout la présence de l'Esprit Divin (le seul de tous les esprits qui soit Saint, Bon, Pur, Juste...).
C'est pour nous ouvrir la possibilité de naître à (en, par, pour) cette spiritualité, où s'unissent en Un les différentes personnes de la Divinité unique, que Jésus est venu puis, après être mort, ressuscité, élevé et intronisé dans le Ciel le plus ahut, a envoyé cet Esprit-Saint... qui dès lors se donne - leur donne son éternité - aux pécheurs (que nous sommes tous) repentants (attitude intérieure qu'il est bon que nous connaissions).

Êtes-vous né-e de Dieu ? Alors réjouissez-vous en rendant gloire à Dieu !

Ne l'êtes-vous pas ? Mettez-vous en ordre avec Dieu, repentez-vous de vos fautes, en vous aidant si vous voulez, pour être complet dans votre prière, du guide qui est ici...

"C'est la parole de la foi, que nous prêchons.9 Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton coeur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé.10 Car c'est en croyant du coeur qu'on parvient à la justice, et c'est en confessant de la bouche qu'on parvient au salut, selon ce que dit l'Écriture :11 Quiconque croit en lui ne sera point confus."

Pour la lecture quodidienne d'une vérité à connaître et à méditer, cliquez ci-après et enregistrez ce lien dans vos Favoris > "Les trésors de la foi"

Que l'Eternel-Dieu invariable ajoute à votre existence plus de sa vie, sa vie en ce qu'elle a d'éternel. C'est mon vœu pour vous lectrice/lecteur et c'est ma prière.

_____________
* La mission unique que Jésus, de Parole de Dieu s'incarnant, est venu accomplir parmi et pour les hommes en se faisant fils d'homme, comprend trois volets :

- L'enseignement, dont l'annonce dont il est parlé ici d'une étape d'existence supplémentaire, à la suite des deux premières ;

- Reprendre (par étapes là aussi) le dessus sur tout mal (sur la terre et dans les cieux... ce qui ne se fait pas sans nous) ;

- faire une création toute nouvelle (éternelle notamment, avec ceux d'entre nous qui entrent dans son plan), création qui paraitra suite à la fin de cet univers (provisoire), où il n'y aura plus de libertés (liberticide) qui permettraient de laisser paraître un mal quelconquse.

** Notre existence se présente comme une émergence des montagnes au temps primitif de l'organisation de la terre. Les quatre principaux sommets qui peuvent venir dominer notre apparition et notre cheminement ici-bas se définissent ici en terme de conscience.

- La prise de conscience de soi en tant qu'entité autonome pensante par elle-même (naissance à la conscience du soi distinct du reste) ;

- L'accès par expérience à la conscience de Dieu, qui inclut (semble-t-il toujours) une perception plus large et juste (des tenants et aboutissants) du Réel. En quelque sorte une première conversion ;

- L'accès à une conscience de nous-même perçu-e du point de vue de Dieu, qui provoque une autre conversion.
Ces deux derniers sommets peuvent être jumelés, qui enfante la seconde, nouvelle, naissance, par l'Esprit ;

- Une émergence suivante, prochaine, éternisée, consécutive pour ceux qui ont connu les trois sommets précédents, dans la sphère et conscience divine.
On a là de quoi mesurer la faillite que peut devenir cette existence qui nous en restons aux horizons seulement terrestres, matériels, charnels, du premier sommet...

 

Partager cet article

Repost0
3 août 2020 1 03 /08 /août /2020 14:36

Dans les jours qui viennent, bien plus que le covid déjà bien exceptionnel, des événements d'ampleur planétaire vont se succèder - annonce la Bible de diverses manières.
Plus vite on apprend ce qui concerne ces réalités, moins on a de chance de se faire surprendre en fâcheuse posture quand on n'aura plus de temps pour se positionner autrement.

DES JEUX DES LOIS ET DES HASARDS

On peut admettre que des hasards se faufilent ici ou là dans nos existences. Il s'agit de rencontres, de résolutions ou de complications - jamais de choses aux conséquences importantes, sévères ou durables. Cela se produit aléatoirement, fortuitement, sans le jeu d'aucune volonté. Sans calcul quelque part, sans raison (autre que le hasard) en amont, mais pas forcément sans effet à la suite.
En ce sens, la connaissance du Réel est précieuse pour nous éviter de passer à côté de quelque chose qui n'est pas venu par hasard, et aussi pour nous empêcher de tomber dans ce qui peut être un piège tendu intentionnellement, par une personne humaine ou par une entité invisible, un esprit mauvais, qui cherche à nous faire du mal immédiat ou à nous mettre en difficulté (on parle alors de tentation).

Ce qui est certain scientifiquement, c'est que l'univers est fait d'une somme considérable de lois, d'ordres, d'organisations inouïes, de relations qui souvent ne laissent pas la moindre place à un écart, ce qui fait que dans les jeux fantastiques de toutes les lois qui se combinent de cent mille façons (et plus !), la place pour des hasards véritables est très infime... alors que quelques hasards aussi ne le restent qu'à cause de notre manque de discernement (quant aux lois diverses en train de jouer chacune leur partition). Mettre les vraies causes en face d'effets vus, est un challenge que nous ne soupçonnons généralement même pas exister. D'où bien de nos confusions, errements, hauts et bas à répétition.

Et puis il y a des coïncidences, des faits qui, ajoutés ou vus les uns rapprochés des autres, interrogent, laissent apercevoir une singularité qui sort de l'ordinaire, qui pourrait ou veut carrément dire quelque chose de spécifique, d'à propos; et en même temps qui montre un "plus que" l'ordinaire, que la vue matérialiste du Réel a bien du mal à faire entrer dans son étroite représentation.
Personne ne peut rester matérialiste s'il veut voir et entendre le Réel dans toutes ses acceptations.

Et quand on a découvert la réalité vivante de Dieu au point de le "voir" dans plusieurs effets qui en témoignent, on s'attache avec plénitude de vie à décrypter au mieux les arcanes du Réel pour le vivre avec le moins de place possible à l'aléatoire, à ce qui peut être un hasard mais aussi une tentation...
L'exemple que je veux partager date d'hier.

DU GÉNÉRAL AU PARTICUIER

Dans la soirée je cherche encore à voir un dernier post sur la toile, et j'arrive sur une chaîne inconnue dont je regarde une vidéo, que je mets ici pour qui veut vérifier la pertinence de mon expérience : "Parle au rocher!". Rien d'original pour moi, une sorte de révision ou entretien de la mémoire.

Comme vous l'entendez si vous l'écoutez, il y est surtout question d'un rocher. Un rocher qui est Christ, Dieu lui-même en figuration, en symbolique active. Le sujet n'est pas ici de partager davantage sur ce qu'enseigne ce passage, mais de la suite de la soirée.

Une fois déconnecté, je vais pour me coucher. Je voudrais louer Dieu, c'est-à-dire me réjouir de sa bonté (générale et envers moi, ma famille, etc...); le remercier de ce qu'il m'a donné de savoir qu'il existe et de faire des expériences avec lui, etc... Mais j'ai pas de mots. Je suis sec, et si je forçais, je sais que ce ne serais pas la bonne manière pour relationner avec lui, pour vivre quelque chose qui soit en vérité avec lui.

Alors j'ai un simple désir d'entendre Dieu me parler; me dire quelque chose qui me montre qu'il est bien là avec moi, indépendamment du fait patent que là, en cet instant, je ne sens rien de sa présence ni au-dedans de moi, ni en dehors. 
Je lui demande donc, totalement par la foi, de me parler.
Aussitôt (comme cela arrive parfois de cette manière-là), j'entends intérieurement "Psaume 95". 
Je connais assez bien la Bible mais là je ne vois pas de quoi il va s'agir.
J'ouvre la Bible et je lis... avec l'émotion qui monte dès la première ligne, où figure cette même image que dans la vidéo, du rocher, qu'est Dieu. Une image pas très fréquente dans les Écritures.

"Venez, chantons avec allégresse à l'Éternel ! Poussons des cris de joie vers le rocher de notre salut.2 Allons au-devant de lui avec des louanges, Faisons retentir des cantiques en son honneur !3 Car l'Éternel est un grand Dieu, Il est un grand roi au-dessus de tous les dieux.4 Il tient dans sa main les profondeurs de la terre, Et les sommets des montagnes sont à lui.5 La mer est à lui, c'est lui qui l'a faite ; La terre aussi, ses mains l'ont formée.6 Venez, prosternons-nous et humilions-nous, Fléchissons le genou devant l'Éternel, notre créateur !7 Car il est notre Dieu, Et nous sommes le peuple de son pâturage, Le troupeau que sa main conduit... Oh ! si vous pouviez écouter aujourd'hui sa voix !8 N'endurcissez pas votre coeur, comme à Meriba, Comme à la journée de Massa, dans le désert,9 Où vos pères me tentèrent, M'éprouvèrent, quoiqu'ils vissent mes oeuvres..."

Hier soir donc j'ai perçu un de ces vrais clins d’œil du Dieu du Ciel et de la Terre, qui rebooste dans une foi heureuse, victorieuse, comme il veut que nous en vivions. Car "l'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu."
Les paroles (lues ou écoutées) sont nourriture pour l'âme, aliment psychique. Comme l'herbe fraîche du ruminant... que nous sommes appelés à devenir (méditer c'est ruminer). Ces paroles sont eau fraîche qui désaltère, et d'un coup toute mon aridité intérieure s'est évanouie.

Le choix de Dieu de me parler de lui en tant que rocher correspond au temps très particulier que nous vivons - que l'apparition du covid est venue comme avérée, certifiée, scellée, alors que nous (les chrétiens éveillés) en parlons depuis longtemps. Vient un moment où Jésus revenant sur terre pour y établir un règne de mille ans, frappera les méchants et incrédules de ses paroles puissantes comme la pierre envoyée par David pour terrasser le géant philistin Goliath."

UNE QUÊTE OUVERTE À TOUS

Avez-vous trouvé en Jésus le Christ, Celui qui a "les paroles de la vie", vie éternelle au demeurant ? Celui dont les paroles peuvent être douces comme le miel, mais aussi cassantes comme un marteau ! Il vaut mieux connaître Dieu dans son amour, dans sa grâce, plutôt que selon sa justice, implacable, qui demeure sur nous tant que notre péché n'est pas ôté, nos fautes ne sont pas pardonnées.

A chacun de se positionner. C'est simple : Entre ce qui est de la mort et donne la mort, et ce qui est de la vie et donne la vie... choisissez la vie.

Soyez sauvé-e !

Partager cet article

Repost0
2 août 2020 7 02 /08 /août /2020 07:58

 

Doit-on croire et espérer - seulement - en la science (ou en la politique ou en la justice ou en la police...) pour nous protéger ?

 

Je mets ici le commentaire posé suite à un article* sur les "pestes modernes" (actuelles). Le but étant toujours de réfléchir et de trouver le sens de la vie, la raison et la finalité de notre présence ici maintenant.

"Je vais jouer l’extra-terrestre… nécessaire !?
L’origine du mal c’est la transgression d’un ordre établi par le Créateur – qui n’est pas un hasard et des hasards aveugles; si on s’y arrête un minimum.

Dès lors, cette possibilité (la transgression) ayant été prévue par ce Dieu-là (le Créateur), il a aussi établi des systèmes de défense dont les réactions immunitaires. Sauf bien sûr qu’il ne nous accorde pas tout, pour qu’on n’évolue pas sans lui, le fondement de ses créations étant son amour – qu’il désire partager – autant que son potentiel créatif -qu’il partage aussi un peu.

Et donc, quand on persiste à dire qu’il n’y a pas de Dieu et qu’être c’est faire tout ce qu’on voudra (Même Lacan le frère du moine que j’ai connu le dit !), on arrive un jour on l’autre au seuil où les immunités ne suffisent plus, ni en soi ni via les recherches scientifiques… dont on sait de plus en plus comment elles sont aussi incertaines et insuffisantes que nous-mêmes (Heisenberg, Gödel, Lorenz…). Et si on persiste et signe en ne voulant toujours pas voir ou entendre qu’on n’est que des créatures (dénaturées, génériquement et psycho-génétiquement accidentées, abîmées) et qu’il existe (dont on est en exil ou exit) un Dieu dont on est une image (déformée, amoindrie), ça va être comme pour la génération d’après la 1ère guerre mondiale, une seconde « vague » qui n’aura rien à voir avec la première.
D’autant que les prophéties bibliques ne sont pas prises de court avec ce qui arrive.

Alors VIH ou Covid sont seulement des déclencheurs, des gouttes qui font mousser et déborder le vase de nos intérieurs impurs, malades, insanes (au plan psyché, l’âme en grec, avant que le principe de somatisation opère). Et tout le monde sait que la saleté est source de bien des maladies et morts.
C.T. "

Psaume 91 : "Celui qui demeure sous l'abri du Très Haut Repose à l'ombre du Tout Puissant.2 Je dis à l'Éternel : Mon refuge et ma forteresse, Mon Dieu en qui je me confie !3 Car c'est lui qui te délivre du filet de l'oiseleur, De la peste et de ses ravages.4 Il te couvrira de ses plumes, Et tu trouveras un refuge sous ses ailes ; Sa fidélité est un bouclier et une cuirasse.5 Tu ne craindras ni les terreurs de la nuit, Ni la flèche qui vole de jour,6 Ni la peste qui marche dans les ténèbres, Ni la contagion qui frappe en plein midi."On croit tous en quelque chose ! On ne peut d'ailleurs pas vivre, pas mettre un pied devant l'autre, sans croire. La question primordiale est alors : Croire quoi ? Croire qui ? 
Dieu ne se voit pas ! Certes, Mais le Covid-19 non plus ! Ni les électrons, ni les autres particules formant la physique quantique ! Ni même l'air qu'on respire (avec ou sans covid pris dedans).

- Mais on peut savoir qu'une chose existe sans la voir, par les effets qu'elle produit. Comme les électrons invisibles par l'électricité par exemple. Ou lle covid par des symptômes, etc... Et Dieu de la même manière se voit par les effets de sa présence ou de ses actions. Si on le croit, on le voit. Et si on place en lui notre confiance, il agit et agira. Ce qui me permet de faire mien ce texte du frand roi-poète David :
". L'Éternel est mon berger : je ne manquerai de rien.2 Il me fait reposer dans de verts pâturages, Il me dirige près des eaux paisibles.3 Il restaure mon âme, Il me conduit dans les sentiers de la justice, A cause de son nom.4 Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : Ta houlette et ton bâton me rassurent.5 Tu dresses devant moi une table, En face de mes adversaires ; Tu oins d'huile ma tête, Et ma coupe déborde.6 Oui, le bonheur et la grâce m'accompagneront Tous les jours de ma vie, Et j'habiterai dans la maison de l'Éternel Jusqu'à la fin de mes jours."

Ici clic sur un Guide pour prier en vue de se réconcilier avec Dieu, de faire la paix avec lui et avec d'autres

* https://lilianeheldkhawam.com/2020/08/01/sida-le-doute-film-documentaire-rts-arte-france-tve-histoire-tv-1997/

 

Partager cet article

Repost0
27 juillet 2020 1 27 /07 /juillet /2020 06:33

 

Cette existence est une course, un combat, non contre les autres nos semblables, mais contre des ennemis plus subtils... la cupidité, l'égoïsme, des concepts controuvés, des lois iniques, des délégations d'autorité...
Comment arriver à être le plus libre possible ?

QUELLE AUTORITÉ SUR NOS TÊTES ?

Après que les révolutionnaires de 1789 eurent coupé la tête du roi de France, il ne tardèrent pas à avoir une nouvelle autorité sur l'orientation de leur existence Un empereur cette fois, pris de mégalomanie, qui se mit à entraîner à la guerre, dans la mort, les hommes et les garçons du peuple qui s'était laissé révolter.

La démocratie est une arme à double tranchant, par laquelle on désigne, on se donne un chef... qui n'aura de valeur, de morale, de pouvoir bon ou mauvais qu'en fonction, qu'en image, qu'en retour, de ce qu'est le peuple, de ce qu'il mérite.

VOTER SANS SE TROMPER, EST-CE POSSIBLE !?

Quels rois (présidents) se donnent les peuples d'aujourd'hui ?
Quelles réactions avons-nous quand nous réalisons que nous avons mal fait de voter pour tel ou tel ?
Quelle solution au problème de la direction des peuples ?

Des rebellions (manif', casse, grève...) jusqu'à la révolution ?
Après 1789 la France a connu un chaos sanguinaire bien plus que pendant les guerres de religions.
La révolution bolchévique de 1917 a entraîné la mort de plusieurs dizaines de millions de personnes (et combien de traumatismes et de déportements).

La révolution maoïste plus récemment fit plus de morts encore ! Et maintenant un nouveau coronavirus (le covid-19 n'est pas le 1er sorti de la Chine tenue sous le joug de l'athéisme), sans parler de toutes les productions de futilités qui épuisent les ressources de la planète, encombrent nos esprits et les détournent des vraies réalités.

Quand l'être humain n'a pour fondement scientifique que l'évolutionnisme (de plus néo-darwinien), sa méprise et son impatience n'ont que des mouvements révolutionnaires comme perspective (réformes, pseudo-changements ou changements désorganisateurs, violences exprimant le mal-vivre). Un enfermement dans le mal qui se répand, qui s'infiltre en catimini, qui gangrène, un enlisement dans le non sens, dans l'absurde sartrien.

Et c'est où nous en sommes. Pourquoi ?
Soljenitsyne l'a dit : "On a oublié Dieu". Et on ne parle pas de celui des philosophes ou des religions, mais du Dieu vivant, véritable, qui se connaît non par des discours, incantations ou des rites mais par régénération de notre être intérieur et communion d'esprits.

On a cru pouvoir faire - mieux savoir faire ! - sans Lui ! Alors que depuis des siècles, nous avons accès à des connaissances historiques autant que spirituelles pour nous dire ce que sont les fondements et les mécanismes de la vie humaine, pour nous avertir.

Pourquoi chercher toujours les solutions à notre problématique psychique millénaire dans l'innovation, dans des nouveautés - qui n'en sont pas (car tout déjà a été essayé plusieurs fois) ?

Lisons plutôt ce qui a été écrit il y a déjà 3 000 ans, pour comprendre aujourd'hui et tirer enseignement et sagesse - au moins individuellement si c'est désormais impossible collectivement.
1er livre biblique de Samuel : "Et tout le peuple dit à Samuel : Prie l'Éternel, ton Dieu, pour tes serviteurs, afin que nous ne mourions pas ; car nous avons ajouté à tous nos péchés le tort de demander pour nous un roi.20 Samuel dit au peuple : N'ayez point de crainte ! Vous avez fait tout ce mal ; mais ne vous détournez pas de l'Éternel, et servez l'Éternel de tout votre coeur.21 Ne vous en détournez pas ; sinon, vous iriez après des choses de néant, qui n'apportent ni profit ni délivrance, parce que ce sont des choses de néant.'"
Ce que Dieu veut - pour notre bien -, c'est être le roi de nos coeurs, de nos décisions, de nos orientations les plus personnelles. Sachant qu'il n'est pas un roi comme sont les présidents des nations qui une fois élus, font ce qui les intéresse... ou ce que des plus hauts placés leur disent de faire pour leur suprématie cachée.

Alors ne nous leurrons plus ! Devenons royalistes ! Devenez sujet béni d'un roi qui est le Dieu de nos pères ; le Dieu qui depuis Clovis à fait la France, le même qui a fait prospérer l'Amérique du nord, le Canada, la Suisse, l'Australie, l'Afrique du sud (avant que des chefs apostats ne ternissent cette gloire des nations). Devenir sujet béni d'un Dieu régnant par son Esprit mis en nous, par son amour éternel, et avec justesse, sur notre coeur : Rien st plus essentiel.

Jésus dit : "Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur ; et vous trouverez du repos pour vos âmes.30 Car mon joug est doux, et mon fardeau léger."

"Et il dit (à ceux) qui avaient cru en lui : Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ;32 vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres."

Soyez déjà (ou encore) béni-e par Lui.

En cliquant ici guide pour prière visant à se mettre en ordre et en paix avec Dieu.

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche