Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 juin 2017 3 28 /06 /juin /2017 06:02

Comme une graine peut faire une plante
jusqu'à donner sa fleur...

 

Rendement :
idée d'un retour, sur investissement.
¤ J'achète une machine à laver, j'attends d'elle
qu'elle me lave bien le linge que je lui confie !
> idée qu'on prévoit et attend d'une chose,
ou d'une personne, un retour, un rendu .
¤ Un chef d'entreprise embauche et paye
son employé contre service rendu

¤ Je mets des graines en terre,
Pour qu'elles soient perdues ?...

Non, car en fait TOUT se passe comme ça,
si on y regarde bien.
¤ Même acheter un tableau, un CD ou DVD,
se fait dans ce bu : qu'on en obtienne
quelque chose en retour...
¤ Même mon petit chat a de la sorte une utilité :
je ne le nourris pas pour rien !…


Allons plus loin
Si le chef d'entreprise c'est Dieu !?
¤ La Bible nous parle de serviteurs de Dieu (avec cette notion de service rendu) :
Moïse, le roi David ou Salomon, des prophètes - Aïe avec Jonas !!!
Josué, Gédéon, Samson : avec ce dernier on remarque que le rendement peut arriver juste à la fin.
Esther, Néhémie, Pierre, Paul, Jean... !

¤

C'est comme avec les plantes en fait,
les fruits après les feuilles, les fleurs
avec le passage fécondant des insectes…
Avec l'idée d'utilité, on trouve aussi
celle d'action productrice et de processus de
transformation, qui lie la vie avec la mort.

Un arbre vit pour donner un fruit qui s'en sépare ;
une pomme de terre, une  graine meurt
pour devenir un plant nouveau !
Et on espère toujours avoir un
bon rendement ! Le meilleur rendement !...

Pour les objets la transformation
ce sera l'usure, jusqu'à leur fin,
Le recyclage comme retour nourricier
ou du recyclage plus artistique

 

Des chevrons de palettes à jeter deviennent une table basse.
 

Tout donc à une fin, et semble, avant de finir,
appeler ou destiner à produire,
à procurer un retour, un bénéfice…

Et donc !?... Moi, nous !
Échappons-nous à cette loi ?
Bien sûr que non !
On l'a vu avec le salarié ;
c'est aussi vrai du patron vis-à-vis de
ses fournisseurs et clients :
Rien ne se fait
sans l'attente d'un du,
d'une contrepartie en conséquence.

  • Et donc si Dieu existe réellement !?
    (car sinon d'où viendraient l'univers
    et la vie, et toutes les lois qui gouvernent

    tout ce qui est de fonctionnel,
    avec des écosystèmes très intelligents,

    extraordinaires, avec de la beauté,
    et les sentiments,
    la bonté, l'altruisme,
    la joie, l'amour… !?).

Bref, je veux dire :
Qu'avons-nous à comprendre, si ce n'est que Dieu
attend de nous un compte rendu, un retour de notre temps, de nos capacités, actions et potentialités...

Et nul doute déjà que le bonheur, la solidarité,
la paix, la patience, la foi...
expriment par nous
qu'il est ainsi
ce Dieu.
Que nous sommes bien ici et quelque part
image de ce qu'il est.

Alors oui, le Dieu qui a créé de manière à ce que nous ayons pu faire notre entrée dans ce monde,
attend des choses de nous,
de toi, comme de moi !

  • Il attend un retour avant que nous
    finissions comme tout le reste sans plus de temps et de forces pour faire quoi que ce soit.
    En ce sens, nous aurons tous à rendre compte de ce que nous avons fait, montré, exposé,
    défendu, combattu...
    La Bible appelle cela "nos oeuvres" ;
    ... Et il faut se sentir bien fort
    pour croire
    que nos oeuvres, c'est-à-dire le solde de ce qu'on aura fait de bien et de mal, pourront satisfaire
    la justice et le coeur pur de Dieu !...


    Cependant,
    venant d'un Dieu très saint
    mais qui nous aime,
    face à cette condamnation aperçue d'avance,
    n'y a-t-il rien de plus positif et réjouissant que nous puissions amener avec nous, lui offrir ?

S'il est ce Dieu d'amour
dont parlent la Bible et les chrétiens,
Quel est le mieux, le très-bon ultime
qui réjouirait le Coeur Divin,
le nec plus ultra qu'il puisse attendre de nous,
possiblement de chacun de nous ?
Je vous le donne en 1 000 !...

¤


Le Dieu qui a créé par amour attend en retour,
comme expression de la considération que nous puissions avoir pour lui et pour les immenses travaux qu'il a déployés comme on le voit partout,
que nous désirions vivre éternellement !
Obtenir de lui qu'il partage
avec moi, avec toi,
son éternité !
Éternité
qu'il n'accordera
à personne qui ne la désire pas,
Cela est nettement compréhensible !...

Rien moins que sa vie éternelle transmise,
Comme l'homme transmet à l'ovule
un spermatozoïde qui
est de sa vie

donnée
pour faire paraître
séparément une vie toute nouvelle...


  Dieu désire donc
que nous trouvions qu'il y a
déjà dans la vie des choses perceptibles ici-bas,
de telles merveilles physiques,
mais aussi psychiques,

voire spirituelles,
le bien-être,
le bonheur,

la motivation,
l'enthousiasme à faire ce qui nous plait,
l'amour bien sûr… Tant de belles et bonnes réalités que nous ayons envie de vivre
cette part éternellement,
sans tout le mal,

sans les souffrances,
les échecs, les pleurs, les deuils…

Et c'est bien à cela que Dieu nous destine !
Croyez-le !

 

C'est bien cela
le meilleur rendement
qu'il espère de nous, de vous comme de moi :
Qu'on accepte de sortir déjà
de tout ce qu'il y a de mauvais,
pour trouver le bonheur de vivre éternellement,
déjà dans un relationnel avec le Divin;

puis dans tout le bien qu'il est
et veut nous donner.


L'aviez-vous su ? N'est-ce pas merveilleux ?
C'est ce que la Bible appelle Bonne Nouvelle !
Est-ce que cela pourrait porter un autre nom ?

Oui ! ¨Porter aussi le nom de Celui
par qui cette aventure a été
rendue possible :
Jésus !

 

La Bonne Nouvelle de Jésus-Christ,
que Dieu nous aime
et veut partager avec nous
son éternité,
et une prochaine création,
ce qu'on appelle - il suivra ! - le Paradis.

  • Que faire donc
    pour que de la sorte Dieu obtienne
    le meilleur rendement de notre existence ?

    Il faut croire en Jésus.

    Parce que Jésus est mort pour nous.
    Il a donné sa vie à notre place. Sa vie et tout son sang : C'était le prix à payer pour nos fautes, pour le mal fait et
    qu'on peut toujours faire,

    car, dit la Bible,
    "Le salaire du péché, c'est la mort."


    Ainsi mourons-nous pour que le mal
    ne dure pas éternellement à travers nous.
    C'est pourquoi il est écrit
    que si
    nous confessons nos péchés, Dieu est bon pour nous les pardonner.

    Car vous avez bien observé
    qu'on fait tous du mal,
    d'une manière
    ou d'une autre,
    raffinées tout comme horribles.

  • La Bible dit qu'on est des pécheurs
    – pas des pécheurs à la truite -: des gens qui commettons des péchés, qui offensons Dieu.
    Et il faut que cela nous soit pardonné
    si déjà on veut trouver la paix intérieure,
    être en paix avec Dieu
    dès ici-bas.

     
  • Dieu est fidèle et juste pour nous pardonner,
    car Jésus a déjà payé le prix pour ce pardon.
    Voilà ce qu'il nous faut croire !
    Que Dieu, nous ayant tant aimés, a livré
    Jésus, son fils bien-aimé, à la mort
    pour que quiconque croit en lui
    ne perde pas sa propre conscience d'exister,
    mais qu'il reçoive de Dieu
    la vie éternelle.
    Croyons-le, demandez pardon à Dieu
    en lui disant vos fautes, et recevez
    - maintenant (si vous faites cela) -
    la vie même de Dieu, sous la
    forme de son Esprit qu'il met en vous.
    Là, Dieu et les anges du ciel nous est-il dit,
    sont heureux de voir que
    le plein rendement de notre existence
    passagère aura été atteint.

    Que cette grâce soit votre partage,
    cher lecteur, chère lectrice,
    maintenant et
    à jamais.
    Amen.


 

Repost 0
25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 06:29

 

suite de l'article commencé ici - partie 2 ici.

COMMENT JÉSUS A-T-IL FAIT CHANGER LE RÉGIME ET L'EXERCICE DE LA JUSTICE DE DIEU ?
En se substituant à celle qui se fondait sur les pratiques ou oeuvres d'obéissance. Il a accompli une oeuvre exceptionnelle, unique, inimitable, parfaite, comme on va le lire à la suite.

D'abord, dès le début de son ministère publique, il a annoncé ce qu'il était venu faire :
"Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes ; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir.18 Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu'à ce que tout soit arrivé."
Comment ?
En prenant notre place de fauteur invétéré, de pécheur et pécheresse incapable de tenir dans le bien, en s'identifiant à nous jusqu'au bout de ce que le péché nous oblige à vivre : la mort. "Car le salaire du péché, c'est la mort..." : 1ère partie du verset, suivi de ce qui se passe dès lors que Jésus meurt pour cela ; ...mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur." Entre les deux, notre part : la place de la foi qui permet que s'opère pour nous, individuellement, le passage de la loi culpabilisante à la grâce salvatrice.
"Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres...4 Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés,5 nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c'est par grâce que vous êtes sauvés) ...8 Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu.9 Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie."

D'injustes, de souillés, de faussaires, la foi en Christ nous permet d'être justifié, en ordre, en paix avec Dieu. En deçà de cette foi (rédemptrice), il est dit que "Nous sommes tous comme des impurs, Et toute notre justice est comme un vêtement souillé ; Nous sommes tous flétris comme une feuille, Et nos crimes nous emportent comme le vent."
Mais le Christ Jésus est devenu notre justice, qui vient au secours de tous nos manquements - normalement de moins en moins nombreux - grâce à la purification de nos fautes :
- par notre repentance et demande de pardon
- et par son sang - pur, purificateur - versé sur la croix et agréé par Dieu le Père. Car Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu."

"Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, (et il a mis en nous la parole de la réconciliation.)".

"Étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ,2 à qui nous devons d'avoir eu par la foi accès à cette grâce, dans laquelle nous demeurons fermes, et nous nous glorifions dans l'espérance de la gloire de Dieu."

Où donc sont les préceptes de religion qui nous tenaient dans des contraintes mortifères, qui nous rendaient hypocrites ou apostats ? "maintenant, en Jésus Christ, vous qui étiez jadis éloignés, vous avez été rapprochés par le sang de Christ.14 Car il est notre paix, lui qui des deux (des juifs et de nous de tous les autres peuples) n'en a fait qu'un, et qui a renversé le mur de séparation, l'inimitié,15 ayant anéanti par sa chair la loi des ordonnances dans ses prescriptions, afin de créer en lui-même avec les deux un seul homme nouveau, en établissant la paix,16 et de les réconcilier, l'un et l'autre en un seul corps, avec Dieu par la croix, en détruisant par elle l'inimitié.17 Il est venu annoncer la paix à vous qui étiez loin, et la paix à ceux qui étaient près ;18 car par lui nous avons les uns et les autres accès auprès du Père, dans un même Esprit."

"Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s'appuyant sur la tradition des hommes, sur les rudiments du monde, et non sur Christ.9 Car en lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité.10 Vous avez tout pleinement en lui, qui est le chef de toute domination et de toute autorité...
14 il a effacé l'acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l'a détruit en le clouant à la croix ;15 il a dépouillé les dominations et les autorités*, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d'elles par la croix."

De fait Jésus nous apparaît bien comme le moyen de notre salut éternel ou entrée dans le Paradis de Dieu, comme il est écrit :
"
il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus Christ homme,6 qui s'est donné lui-même en rançon pour tous.".
Ce qu'il enseignait ainsi avant de quitter la terre : "
Jésus dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.7 Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père. Et dès maintenant vous le connaissez, et vous l'avez vu.8 Philippe lui dit : Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit.9 Jésus lui dit : Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m'as pas connu, Philippe ! Celui qui m'a vu a vu le Père ; comment dis-tu : Montre-nous le Père ?"
"Que votre coeur ne se trouble point. Croyez en Dieu, et croyez en moi."

 

MAIS CE N'EST PAS TOUT ! CE QUI FAIT TOUTE LA DIFFÉRENCE AVEC LE RELIGIEUX OU LE SPIRITUEL NOUVEL-ÂGEUX, C'EST RECEVOIR L'ESPRIT DE DIEU EN NOUS.
La Bible enseigne qu'en tant être humain naturel, nous n'avons rapidement plus qu'un corps et une âme... comme les animaux ! - ce qui peut faire de nous le pire des animaux sauvages !... On parle alors de mort spirituelle (article sur les différens types de mort) . Ce qui fait dire à Saul de Tarse à des croyants religieux et idolâtres devenus chrétiens : "Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés,2 dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l'air, de l'esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion (Satan le faux-dieu et vraie puissance sur ce monde)."
Et donc la foi en Jésus, en son sacrifice substitutif (expiatoire et propitiatoire), en notre pardon purificateur, permet que nous recevions de Dieu des "arrhes" de son Esprit.
Vous avez peut-être 50 ou 70 ans et vous ne connaissiez pas ces choses !? C'est le moment, comme il est écrit : "Changez de comportement (répentez-vous) et que chacun de vous se fasse baptiser au nom de Jésus-Christ, pour que vos péchés vous soient pardonnés. Vous recevrez alors le don de Dieu, le Saint-Esprit.39 Car la promesse de Dieu a été faite pour vous et vos enfants, ainsi que pour tous ceux qui vivent au loin, tous ceux que le Seigneur notre Dieu appellera."
Si vous vous sentez appelés, ne regardez pas en arrière. Continuez ce chemin. Car il s'agit de faire la paix avec Dieu ! Il s'agit d'éternité, dans laquelle naître dès ce côté-ci du Réel, et non pas après la mort : "Dès que quelqu’un est uni au Christ, il est un être nouveau (une nouvelle créature) : ce qui est ancien a disparu, ce qui est nouveau est là.18 Tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par le Christ et qui nous a confié la tâche d’amener d’autres hommes à la réconciliation avec lui."

En fait, Dieu nous dit là que croire en Jésus-Christ, ce n'est pas adopter une nouvelle religion - comme il y a des religions dites chrétiennes, mais qui ne le sont pas véritablement, car Jésus n'est pas venu instituer une ou plusieurs religions. Il est venu pour nous apporter la vie ! La vie dans sa plénitude d'éternité. Ce qui constitue "une nouvelle ou seconde naissance", toute spirituelle.
Car
- dans un premier temps, nous n'avons pas choisi de naitre physiologiquement, pour avoir cette existence, et donc il n'était pas question pour Dieu de nous l'imposer éternellement ;
- Par contre, concernant une vie éternelle possible (notre éternisation), en accord conscient avec Dieu (on fait alliance), nous pouvons naître spirituellement, par l'Esprit éternel de Dieu s'unissant à notre âme, comme il es écrit ici : "à tous ceux qui l'ont reçue (Jésus la lumière de Dieu), à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés,13 non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu."

Voilà un chef religieux qui vient voir Jésus de nuit. Celui-ci lui répond : "En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d'eau et d'Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu.6 Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l'Esprit est Esprit.7 Ne t'étonne pas que je t'aie dit : Il faut que vous naissiez de nouveau.8 Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit ; mais tu ne sais d'où il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né de l'Esprit.9 Nicodème lui dit : Comment cela peut-il se faire ?10 Jésus lui répondit : Tu es le docteur d'Israël, et tu ne sais pas ces choses !"

Ainsi, en même temps qu'on croit réellement en Jésus comme le Fils du Dieu vivant venu nous sauver et nous donner accès auprès du Père, on reçoit son Esprit. On lui ouvre notre coeur et on l'accueille en le remerciant de cette grâce de sa vie - éternelle - en nous :
"Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.17 Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.18 Celui qui croit en lui n'est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.19 Et ce jugement c'est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises.20 Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient dévoilées ;21 mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses oeuvres soient manifestées, parce qu'elles sont faites en Dieu."

Voilà, en la personne et oeuvre sacrificielle de Jésus, l'accomplissement à la fois
- de la justice de Dieu,
- de notre religion si on en a une, pour nous libérer de son formalisme pesant,
- et encore de vieilles promesses magnifiques de Dieu faites via ses prophètes, comme par exemple :
- Ézéchiel : "Et je vous donnerai un coeur nouveau, et je mettrai au dedans de vous un esprit nouveau ; et j'ôterai de votre chair le coeur de pierre, et je vous donnerai un coeur de chair."

- Et Jérémie : "Voici, des jours viennent, dit l'Éternel, et j'établirai avec la maison d'Israël et avec la maison de Juda** une nouvelle alliance,32 non selon l'alliance que je fis avec leurs pères, au jour où je les pris par la main pour les faire sortir du pays d'Égypte, mon alliance qu'ils ont rompue, quoique je les eusse épousés, dit l'Éternel.33 Car c'est ici l'alliance que j'établirai avec la maison d'Israël**, après ces jours-là, dit l'Éternel : Je mettrai ma loi au dedans d'eux, et je l'écrirai sur leur coeur, et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple ;34 et ils n'enseigneront plus chacun son prochain, et chacun son frère, disant : Connaissez l'Éternel ; car ils me connaîtront tous, depuis le petit d'entre eux jusqu'au grand, dit l'Éternel ; car je pardonnerai leur iniquité, et je ne me souviendrai plus de leur péché."

Qui d'autre peut réaliser cela que Dieu seul ? Une religion ? Notre obéissance à des lois, à des rituels ? L'enseignement d'un maître quelconque ? Ou celui que la  Bible prise dans son entier nous rapporte fidèlement - car Dieu étant Dieu, il a su garder l'authenticité des textes originaux de toutes erreurs ou falsifications  ?
"Les paroles de l'Éternel sont des paroles pures, Un argent éprouvé sur terre au creuset, Et sept fois épuré.7 (12 : 8) Toi, Éternel ! tu les garderas, Tu les préserveras de cette race à jamais."

EN CHRIST, PAR JÉSUS ET SON ESPRIT-SAINT, SÉRIEUX ET LIBERTÉ
"Là où est l'Esprit du Seigneur, est la liberté".
Et voilà un peu de ce que la foi au Christ Jésus donne à quiconque croit, notamment une liberté appréciable par rapport à des prescriptions qui n'étaient en somme qu'un tremplin... ou un gouffre :
"
Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d'une fête, d'une nouvelle lune, ou des sabbats :17 c'était l'ombre des choses à venir, mais le corps est en Christ.18 Qu'aucun homme, sous une apparence d'humilité et par un culte des anges, ne vous ravisse à son gré le prix de la course, tandis qu'il s'abandonne à ses visions et qu'il est enflé d'un vain orgueil par ses pensées charnelles,19 sans s'attacher au chef, dont tout le corps, assisté et solidement assemblé par des jointures et des liens, tire l'accroissement que Dieu donne.20 Si vous êtes morts avec Christ aux rudiments du monde, pourquoi, comme si vous viviez dans le monde, vous impose-t-on ces préceptes :21 Ne prends pas ! ne goûte pas ! ne touche pas !22 préceptes qui tous deviennent pernicieux par l'abus, et qui ne sont fondés que sur les ordonnances et les doctrines des hommes ?23 Ils ont, à la vérité, une apparence de sagesse, en ce qu'ils indiquent un culte volontaire, de l'humilité, et le mépris du corps, mais ils sont sans aucun mérite et contribuent à la satisfaction de la chair."

Voilà ce qu'a été obligé de faire un Dieu saint pour avoir contact dès ici-bas avec nous, et nous recevoir à la suite en tant qu'âme, puis avec un corps ressuscité, tout nouveau..., dans son Royaume éternel d'amour et de Gloire.

Selon qu'on va rester à vivre sous la loi de justice primaire de Dieu (via religion ou règle aléatoire de notre conscience) ou entrer dans le bénéfice de sa loi de rédemption, les bénédictions et malédictions ne nous atteindront pas du tout de la même manière...  Au fur et à mesure bien sûr qu'on croît en connaissance et confiance en le Dieu Un-en-trois.

Pourquoi Jésus aurait-il du payer si cher, si ce n'était pas pour nous offrir une sécurité tout à fait exceptionnelle, qui ne dépende pas que de nous, mais aussi surtout de lui - notre foi personnelle étant le trait d'union qui permet d'arrêter des attaques comme faire descendre des grâces.

Bonne Nouvelle (ou Évangile) selon Jean :
"Jésus leur dit encore : En vérité, en vérité, je vous le dis, je suis la porte des brebis.8 Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des brigands ; mais les brebis ne les ont point écoutés.9 Je suis la porte. Si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé ; il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages.10 Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire ; moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu'elles soient dans l'abondance.11 Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis.12 Mais le mercenaire, qui n'est pas le berger, et à qui n'appartiennent pas les brebis, voit venir le loup, abandonne les brebis, et prend la fuite ; et le loup les ravit et les disperse.13 Le mercenaire s'enfuit, parce qu'il est mercenaire, et qu'il ne se met point en peine des brebis. Je suis le bon berger.14 Je connais mes brebis, et elles me connaissent,15 comme le Père me connaît et comme je connais le Père ; et je donne ma vie pour mes brebis."

À vous de savoir et/ou choisir où vous en êtes et voulez être, en exemple en lisant encore le chapitre 8 de la lettre aux Romains, qui parle des avantages qu'il y a à vivre, par son Esprit et par la foi, au bénéfice du sacrifice expiatoire de Jésus...

Venez à Jésus, pas à moi ou à une religion, pas à une secte ou quelque pratique qui devenir meilleur-e, tel-le que vous êtes, pour être sauvé-e, et gardé-e, et conduit-e.
Que sa bénédiction en ce jour vous soit partagée de manière sensible, et éternelle.

Un chant 
Prière-guide si vous sentez de prier maintenant.

_____________
* Les démons de divers ordres et Satan le diable comme il en est parlé ici en Éphésiens  vers. 11 et 12.

** Cette alliance possible scellée entre Dieu et les hommes par le sang de Jésus a été promise à... et accomplie par Israël, puisque
1/ Jésus est juif en tant que fils d'homme, né de Myriam (Marie), et
2/ cette bonne nouvelle ou Évangile du remplacement des religions et autres mouvements spirituels (plus piégeux qu'autre chose) a été reçu, vécu et répandu par les juifs qui suivirent Jésus jusqu'à recevoir cette promesse le jour de la fête de la Pentecôte (Chavouoth)... Donc comme a dit Jésus : le salut vient des juifs ! Pas des français ou européens ou américains...  

Repost 0
23 juin 2017 5 23 /06 /juin /2017 07:21

Les lois religieuses comme celle de notre conscience morale
sont avec la loi amorale qui habite notre âme
comme chien et chat :
une dualité antagonique que ne peut résoudre qu'une transcendance... divine.

suite de l'article commencé ici

Ainsi une forme de notre vie en société - le plus souvent héritée, traditionnelle plus que vivante et vivifiante en elle-même - est appelée à être dépassée, non par l'abandon (apostasie) ou l'agnosticisme ou l'athéisme ! - mais par notre réponse à une meilleure offre faite par Dieu lui-même.

C'est ce qu'avait compris Descartes, qui nous l'a dit depuis longtemps ainsi : "Pour atteindre la vérité, il faut une fois dans sa vie se défaire de toutes les opinions qu'on a reçues, et reconstruire tout à nouveau tout le système de ses connaissances."
Ce qui est vrai
- qu'on soit né et qu'on ait été (comme lui) formaté sous une loi religieuse (n'importe laquelle),
- ou qu'on ait été fabriqué par une culture fondée sur l'incroyance - dont l'essentiel est existentiellement  absurde, comme l'a conclu Jean-Paul Sartre*.

  
QUELLE POSSIBILITÉ DE SORTIE !?
Bien différemment donc que
- de suivre une loi religieuse de manière laborieuse et ingrate (ce qui n'apporte jamais la paix et une relation sensible avec Dieu)
- ou de transgresser sans cesse sa propre conscience (jusqu'à dramatiquement finir par la faire taire),
ce que Dieu nous offre comme substitut à ces deux cas d'échec, c'est que nous passions
     - de la domination du péché qui nous habite - loi amorale s'il en est - (comme on l'a compris)
     - à sa grâce libératrice - ce qui est d'un tout autre ordre. C'est une toute autre expression de la justice divine dont dans tous les on ne peut pas se départir...
Là où la loi ne fait que réclamer de nous, sans nous procurer la force nécessaire pour tenir dans le bien, la grâce de Dieu et son acceptation de notre part vont nous donner accès à la force qui nous manque pour une vie honnête et sans faux-semblants, par une communication - don, gratuit, enthousiaste - de l'Esprit même de Dieu.

Comment cette transition - énergétique pourrait-on dire - se passe-t-elle? La suite du dernier verset cité nous le dit : "...nous étions sous l'esclavage des rudiments du monde.4 mais, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d'une femme, né sous la loi,5 afin qu'il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous puissions recevoir l'adoption de Dieu."

Pour recevoir Jésus comme la Parole de Dieu faite chair afin de nous délivrer de la puissance du péché et du diable, il faut que nous soyons arrivé personnellement au terme de la démarche religieuse, savoir réaliser que par notre religion nous ne pouvons atteindre Dieu, le satisfaire, lui plaire, entrer dans son ciel éternel et ses projets pour aujourd'hui et futurs...
C'est ce que signifie le verset lu plus haut : "Par la loi que je suis mort à la loi, afin de vivre pour Dieu."
Car on ne veut vivre sous deux types de justice ! On ne peut servir deux maîtres à la fois. Ce qui nous est encore expliqué ainsi :
"Ignorez-vous, frères, - car je parle à des gens qui connaissent la loi -, que la loi (notre religion) exerce son pouvoir sur l'homme aussi longtemps qu'il vit ?2 Ainsi, une femme mariée est liée par la loi à son mari tant qu'il est vivant ; mais si le mari meurt, elle est dégagée de la loi qui la liait à son mari.3 Si donc, du vivant de son mari, elle devient la femme d'un autre homme, elle sera appelée adultère ; mais si le mari meurt, elle est affranchie de la loi, de sorte qu'elle n'est point adultère en devenant la femme d'un autre.4 De même, mes frères, vous aussi vous avez été, par le corps de Christ, mis à mort en ce qui concerne la loi, pour que vous apparteniez à un autre, à celui qui est ressuscité des morts, afin que nous portions des fruits pour Dieu.5 Car, lorsque nous étions dans la chair, les passions des péchés provoquées par la loi agissaient dans nos membres, de sorte que nous portions des fruits pour la mort.6 Mais maintenant, nous avons été dégagés de la loi, étant morts à cette loi sous laquelle nous étions retenus, de sorte que nous servons dans un esprit nouveau, et non selon la lettre qui a vieilli."

2 - LA FOI VÉRITABLE DÉPASSE ET ENGLOUTIT LES RELIGIOSITÉS SPIRITUELLEMENT INOPÉRANTES
Cet autre fondement de Justice Divine, celui de la grâce avec pardon effectif de toutes nos fautes quand nous tombons (offenses, transgressions, péchés, travers, dépendances, pratiques perverses...), s'appuie non plus sur nos oeuvres, mais sur ce que nous croyons, concernant Dieu et ce qu'il a fait pour nous faire échapper à la justice religieuse dont les démons et Satan sont souvent les agents d'exécution iniques et les principaux bénéficiaires.

Ainsi lisons-nous : "C'est par la loi que je suis mort à la loi, afin de vivre pour Dieu."
Ce qui pose le fondement nouveau :
     a) sur le seul mérite de ce que Jésus a fait quand, de Parole éternelle de Dieu, il est venu prendre vie dans une chair semblable à la nôtre, pour mourir à notre place.
Non plus loi du talion - qu'il a acceptée de laisser complétement tombée sur lui plutôt que sur nous tous -, mais loi de substitution, d'expiation et de propitiation. C'est la justice rédemptrice qui se substitue à l'ordinaire universel ; qui nous offre comme un asile, une tour de défense, la solution légale qui libère des légalismes impossibles à vivre correctement... sans la réception et force du seul Esprit saint...

     b) sur notre foi toute personnelle en Jésus-Christ.
"Que dirons-nous donc ? Les païens, qui ne cherchaient pas la justice, ont obtenu la justice, la justice qui vient de la foi,31 tandis qu'Israël (et tous ceux qui pratiquent religieusement), qui cherchait une loi de justice, n'est pas parvenu à cette loi.32 Pourquoi ? Parce qu'Israël (et d'autres religions à la suite) l'a cherchée, non par la foi, mais comme provenant des oeuvres. Ils se sont heurtés contre la pierre d'achoppement,33 selon qu'il est écrit : Voici, je mets en Sion une pierre d'achoppement Et un rocher de scandale (Yeshoua, Jésus), Et celui qui croit en lui ne sera point confus."

"Car chose impossible à la loi, - parce que la chair la rendait sans force -, Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché,4 et cela afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l'esprit.5 Ceux, en effet, qui vivent selon la chair, s'affectionnent aux choses de la chair, tandis que ceux qui vivent selon l'esprit s'affectionnent aux choses de l'esprit.6 Et l'affection de la chair, c'est la mort, tandis que l'affection de l'esprit, c'est la vie et la paix ;7 car l'affection de la chair est inimitié contre Dieu, parce qu'elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, et qu'elle ne le peut même pas."

"Car Christ est la fin de la loi, pour la justification de tous ceux qui croient.5 En effet, Moïse définit ainsi la justice qui vient de la loi : L'homme qui mettra ces choses en pratique vivra par elles.6 Mais voici comment parle la justice qui vient de la foi : Ne dis pas en ton coeur : Qui montera au ciel ? c'est en faire descendre Christ ;7 ou : Qui descendra dans l'abîme ? c'est faire remonter Christ d'entre les morts.8 Que dit-elle donc ? La parole est près de toi, dans ta bouche et dans ton coeur. Or, c'est la parole de la foi, que nous prêchons.9 Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton coeur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé.10 Car c'est en croyant du coeur qu'on parvient à la justice, et c'est en confessant de la bouche qu'on parvient au salut, selon ce que dit l'Écriture :11 Quiconque croit en lui ne sera point confus.12 Il n'y a aucune différence, en effet, entre le Juif et le Grec (toutes les ethnies), puisqu'ils ont tous un même Seigneur, qui est riche pour tous ceux qui l'invoquent.13 Car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé."

On appelle cet aspect de notre relation avec Dieu la justification, ce qui signifie que notre foi en qui est Jésus et en ce qu'il a fait pour nous en donnant sa vie, nous rend juste... sans que nous ayant sans cesse à vouloir l'être par nos propres efforts.
La Bible présente Abraham comme étant le "père de la foi", c'est-à-dire le premier des êtres humains qui fut considéré juste par Dieu en raison de sa foi. Ainsi de la même manière chaque chrétien peut plaire à Dieu - devenir héritier de sa vie éternelle - de la même façon qu'Abraham crut, comme il est expliqué ici :
"Les héritiers le sont par la foi, pour que ce soit par grâce, afin que la promesse soit assurée à toute la postérité, non seulement à celle qui est sous la loi, mais aussi à celle qui a la foi d'Abraham, notre père à tous, selon qu'il est écrit :17 Je t'ai établi père d'un grand nombre de nations. Il est notre père devant celui auquel il a cru, Dieu, qui donne la vie aux morts, et qui appelle les choses qui ne sont point comme si elles étaient.18 Espérant contre toute espérance, il crut, en sorte qu'il devint père d'un grand nombre de nations, selon ce qui lui avait été dit : Telle sera ta postérité.19 Et, sans faiblir dans la foi, il ne considéra point que son corps était déjà usé, puisqu'il avait près de cent ans, et que Sara n'était plus en état d'avoir des enfants.20 Il ne douta point, par incrédulité, au sujet de la promesse de Dieu ; mais il fut fortifié par la foi, donnant gloire à Dieu,21 et ayant la pleine conviction que ce qu'il promet il peut aussi l'accomplir.22 C'est pourquoi cela lui fut imputé à justice.23 Mais ce n'est pas à cause de lui seul qu'il est écrit que cela lui fut imputé ;24 c'est encore à cause de nous, à qui cela sera imputé, à nous qui croyons en celui qui a ressuscité des morts Jésus notre Seigneur,25 lequel a été livré pour nos offenses, et est ressuscité pour notre justification."

Après quoi, nous avons à rester saint-e - ce qu'a fait de nous le pardon de nos péchés -. C'est alors ce qui s'appelle la sanctification.

c) La sanctification est complémentairement la façon dont nous vivons dans ce monde sans nous (laisser) séparer de Dieu. Elle dépend de ce que Dieu a fait pour nous ET de notre façon de vivre "en nouveauté de vie", sous ou dans l'influence de l'Esprit et non plus sous et dans la domination de la loi du péché qui procure la mort (spirituelle).
La bonne mesure ou l'étalon de la marche avec Christ :
"Ne jugez point, afin que vous ne soyez point jugés.2 Car on vous jugera du jugement dont vous jugez, et l'on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez.3 Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l'oeil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton oeil ?4 Ou comment peux-tu dire à ton frère : Laisse-moi ôter une paille de ton oeil, toi qui as une poutre dans le tien ?"

Règle effet boomerang : "O homme, qui que tu sois, toi qui juges, tu es donc inexcusable ; car, en jugeant les autres, tu te condamnes toi-même, puisque toi qui juges, tu fais les mêmes choses."

"Je me suis tenu en garde contre mon iniquité.24 (18 : 25) Aussi l'Éternel m'a rendu selon ma droiture, Selon la
pureté de mes mains devant ses yeux.
25 (18 : 26) Avec celui qui est bon tu te montres bon, Avec l'homme droit tu agis selon la droiture,26 (18 : 27) Avec celui qui est pur tu te montres pur, Et avec le pervers tu agis selon sa perversité.27 (18 : 28) Tu sauves le peuple qui s'humilie, Et tu abaisses les regards hautains."

 

COMMENT JÉSUS A-T-IL FAIT CHANGER LE RÉGIME ET L'EXERCICE DE LA JUSTICE DE DIEU ?
En se substituant à celle qui se fondait sur les pratiques ou oeuvres d'obéissance. Il a accompli une oeuvre exceptionnelle, unique, inimitable, parfaite, comme on va le lire à la suite.

à suivre...

Venez à Jésus pour être sauvé-e et gardé-e et conduit-e.
Que sa bénédiction en ce jour vous soit partagée de manière sensible.

___________
* JP Sartre dut convenir du pourquoi de l'absurde - et donc aussi de l'absurdité de sa propre philosophie - : "L'univers sans raison d'être, sans Dieu, est absurde dans son ensemble et dans ses parties."

 

Repost 0
16 juin 2017 5 16 /06 /juin /2017 07:03


 

- 21 mai 2017 : France, Trivy (Saône-et-Loire), un agriculteur de 37 ans tué par des gendarmes sur lesquels il fonçait. il n'était plus en phase avec les réglementations vétérinaires et sanitaires.

300 suicides d’agriculteurs (contre la moitié il y a cinq ans) ont endeuillé la France en 2016 !

- Jean-Pierre Le Guelvout, ancien candidat de l'émission d'M6, "L'amour est dans le pré", s'est donné la mort le 15 décembre dernier.

Le suicide est un acte contre la vie. Se suicider n'est pas naturel : c'est une conséquence de la combinaison de divers éléments-causes qu'il serait bon que l'on recherche avec sérieux et honnêteté, dans le désir de parvenir au maximum de vérités.
Pour cela il nous faut partir d'une vue spiritualiste du Réel. Car tant qu'on part de la croyance qu'il n'y a pas de Dieu ni de démons - réels et actifs -, on ne peut pas trouver les parades nécessaires contre le mal sous toutes ses formes.
Sans Dieu dans la riposte, on peut multiplier les "cellules psychologiques de crise", mais pas faire chuter (sensiblement) le mal. Car c'est aux racines qu'il faut travailler, et les racines sont ancrées dans la morale et le monde spirituel.

LES CAUSES DU MAL
Mieux que la psychologie qui accompagne les difficultés plus qu'elle ne se développe dans la prévention par la connaissance partagée de l'être humain*, la vue chrétienne permet d'aborder sans complexe quelles peuvent être les causes à l'origine d'une problématique comme celle-ci. Non (seulement) pour gérer après coup, mais pour prévenir avant que les causes n'aient produit de nouveaux effets funestes.

1 - notre péché, nos fautes - par transgression des lois de notre religion ou de notre propre conscience !
Nos fautes morales, nos pratiques dans le domaine de l'occulte, nos pensées faibles ou fausses, nos actions ou réactions injustes, nos mauvais choix... Les causes ne manquent pas pour nous rendre possiblement responsable de ce qui nous arrive.
Mieux donc nous savons et voyons ce que c'est que Pécher, mieux on s'en gardera, et en cas de chute, on pourra en obtenir très vite le pardon, afin de reprendre le chemin étroit mais sécurisé qu'encadrent notre droiture (honnêteté, sincérité) et l'humilité (qui nous garde des excès qui naissent de l'orgueil, de l'envie, de la présomption).
Sur ce plan, qui est toujours le premier à considérer, la grâce de Dieu est toujours disponible pour qui connaît Jésus comme son Sauveur personnel :
"Ne savez-vous pas qu'en vous livrant à quelqu'un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l'obéissance qui conduit à la justice ?17 Mais grâces soient rendues à Dieu de ce que, après avoir été esclaves du péché, vous avez obéi de coeur à la règle de doctrine dans laquelle vous avez été instruits."

"Car le salaire du péché, c'est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur."**

2 - Fautes et pressions environnementales.
Malheureusement, bien des injustices commises par d'autres que nous, peuvent, de plus, avoir un impact négatif ou dangereux sur nous.
- Dans le cas des agriculteurs, on sait que la question de normes à respecter, qui changent que trop souvent, de contraintes - justifiées ou absurdes -, de paperasserie administrative n'est pas des moindres ! Des lois peuvent être mortifères - qu'il s'agisse de provoquer la fermeture de l'entreprise ou la mort de l'exploitant...

- Outre ce mauvais sentiment personnel qu'est l'envie ou convoitise, l'exploitant peut aussi être soumis à des tentations : de mieux s'équiper pour un meilleur rendement - de voir plus grand - d'acheter sans apport avec taux préférentiel...
Dans ce domaine, on sait que des commerciaux formés à des pratiques de (force de) ventes deviennent peu scrupuleux... Le mal trouve donc là une autre source de son développement, dans un enseignement, une éducation socio-économique et culturelle aux anti-valeurs exacerbées...

3 - Dans le cas de ceux pour qui l'amour n'est pas dans le pré, mais plutôt les surcharges de travail, le burnout, l'endettement, la solitude..., on peut penser que la fameuse émission met en scène des rencontres d'un type idyllique qui peuvent s'ajouter aux difficultés déjà présentes. Exposer ainsi des formes de bonheur, réelles ou factices, est certainement là pour plusieurs moins pour les faire rêver un moment et supporter leur condition difficile que pour enfoncer un peu plus le pieu par la comparaison ainsi offerte...

4 - Enfin bien sûr, pour en arriver au suicide ou à péter les plombs d'une autre manière, il peut aussi y avoir une action surajoutée de quelque esprit maléfique qui susurre à l'oreille malheureuse que la meilleure façon de mettre la clé sous la porte c'est de se pendre ou se tirer un coup de fusil dans la bouche... Au moins y aura pas à se retrouver à pointer au chômage et chercher une formation qui n'offrira jamais les avantages qu'on avait !

Et c'est vrai que la vie en pleine campagne présente des avantages, une liberté possible... que la mauvaise gestion de son temps, c'est-à-dire de sa vie, de ses choix, de ses priorités, des tentations, enserre et fait disparaître.
Au sujet de la liberté, la Bible est claire, concernant les agriculteurs comme n'importe qui d'entre nous : "Jésus dit à ceux qui avaient cru en lui : Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ;32 vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira.33 Ils (les juifs d'alors) lui répondirent : Nous sommes la postérité d'Abraham, et nous ne fûmes jamais esclaves de personne ; comment dis-tu : Vous deviendrez libres ?34 En vérité, en vérité, je vous le dis, leur répliqua Jésus, quiconque se livre au péché est esclave du péché.35 Or, l'esclave ne demeure pas toujours dans la maison ; le fils y demeure toujours.36 Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres.".

Le drame des suicides et des libertés qu'on perd les uns et les autres, c'est que, même si on se dit chrétien-ne - et il y en a parmi les agriculteurs -, on dépend davantage de la connaissance de traditions que de l'Écriture évangélique originale. C'est-à-dire que la parole de Dieu qui a la puissance en elle-même (comme une graine a la puissance pour la plante) de nous faire vivre et rendre libre, est entravée ou stoppée. Qui dit par exemple :
"Quand je fermerai le ciel et qu'il n'y aura point de pluie, quand j'ordonnerai aux sauterelles de consumer le pays, quand j'enverrai la peste parmi mon peuple (à cause de nos péchés) ;14 si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s'humilie, prie, et cherche ma face, et s'il se détourne de ses mauvaises voies, -je l'exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son pays."

Voilà le genre de promesses que Dieu nous fait, et qu'il accomplit
1- si nous le savons,
et 2-  si par la foi nous l'invoquons - de la bonne manière -,
pour lui permettre de répondre.

Avez-vous cette foi, qui non seulement porte à croire en Dieu, mais encore qui croit Dieu... sur parole ?

Bonne journée et réflexion et approche de Dieu.

article en lien : Bénédictions et malédictions

________________
* Le problème qui fait la limite majeure de la psychologie, c'est qu'à part quelques psy chrétien-nes, l'être humain n'est pas vu comme premier porteur et source du mal qui lui arrive. Les notions de responsabilité personnelle et de culpabilité sont escamotées, notamment bien sûr parce que Dieu seul peut libérer véritablement par le pardon de nos fautes...

** Si vous n'en êtes pas là mais voulez y arriver, voici une prière (par clic) qui vous guidera dans votre démarche de paix et relation effectives avec Dieu.

Repost 0
9 juin 2017 5 09 /06 /juin /2017 07:57

suite de l'article précédent

LES JUGEMENTS QUI NOUS ATTEIGNENT SONT-ILS TOUJOURS JUSTES !?

La plupart sont injustes. Dieu répugne à nous juger, c'est-à-dire à rendre contre nous le mal qu'on mérite en raison de nos mauvais comportements.
Un comportement mauvais est un comportement qui masque ou déforme l'image de Dieu en nous ; qui donc rend plus difficile la croyance 1/ qu'un Dieu existe, et 2/ qu'il est foncièrement bon. Car nos fautes nous séparent de Dieu comme un rideau gris ou noir qu'on tire entre nos yeux et le ciel bleu.

Dieu voudrait - et veut - surtout nous parler - pour nous réconcilier avec lui plutôt que nous affliger de sanctions (dont la vertu est, en soi et par notre compréhension, corrective). Mais quand nous ne nous soucions pas ou plus de lui, les démons obtiennent de nous toucher. Physiquement dans notre corps ou psychiquement dans notre intelligence, nos sentiments, émotions, volonté ou mémoire. Cela à titre de jugement, sur la base de nos fautes cumulées et/ou perdurantes, comme des huissiers vivent de l'exécution des jugements ou arrêts prononcés contre des coupables par les magistrats...

Sauf que les démons pour leur part sont par nature, depuis leur sortie de la lumière et des ordres divins, des créatures injustes, peu capables de maîtrise, donc incapables d'être des exécutants de jugements "neutres", équilibrés. Ainsi peut-on être frappés par un mal violent (plus ou moins) au-delà de ce que nous mériterions en justice.

 

LES JUGEMENTS QUI JUSTIFIENT : EN NOTRE FAVEUR.
Un jugement n'est pas qu'une condamnation. Ce peut être une réparation, voire une grâce (comme existe la grâce présidentielle en politique judiciaire).

C'est notamment là que Dieu peut venir vers nous. Quand nous sommes atteints trop méchamment, il se révèle en accordant une contrepartie ou grâce particulière en correction de l'injustice qui nous a été opposée.

C'est ainsi que lorsque Jésus meurt, il meurt parce qu'il consent à se laisser crucifier à notre place à tous. Il prend sur lui les pires souffrances que pourrait souffrir le pire pécheur (donc les englobant toutes en sa personne), et dans ce laisser-faire inouï, Satan et les démons ne se gênent pas....
Que se passe-t-il alors ? Pour un seul fait, deux réalités concomitantes :
- Ce que Jésus fait en sa qualité d'homme, d'être humain qui se substitue à la condamnation de tous et pour le bénéfique de tous, c'est accomplir la justice parfaite de Dieu qui veut que tout coupable meurt - la mort étant "le salaire du péché".

- Cependant les esprits méchants qui tournoient, raillent et excitent les hommes à la cruauté, tout à leurs jouissances perverses, ne réalisent pas l'injustice qu'ils commettent contre Jésus en sa qualité de Fils de Dieu. Il est pur quant à lui-même de tout péché, il est resté innocent, et sa mort quant à son incarnation est donc une injustice totale, insupportable à la justice de Dieu.
La preuve ? Dieu la donne en le ressuscitant d'entre les morts - ce qui parait au matin du troisième jour après sa crucifixion.

Concernant telles atteintes contre l'intégrité des personnes lors d'un attentat, ou accident, ou licenciement, divorce, maladie... (tout ce qui en fait constitue une rupture grave dans notre continuum ordinaire), on est dans le même cas de figure : Exécution de condamnation - plus ou moins injuste -, donc 1/ acte réprimandable sur les exécuteurs, et 2/ grâce que Dieu peut accorder en contrepartie d'un mal subi par trop inique.

Pourquoi donc la crucifixion de Jésus ?
Pour que quiconque y croit échappe aux châtiments (présents, déjà actifs, contraignants, douloureux... et futurs...) qu'il mérite, Jésus ayant été châtié mortellement à sa place. Sa mort fut le prix de la rançon payée à Satan pour racheter les âmes humaines de son emprise ici-bas et après la mort.
"Le Fils de l'homme (Jésus) n'est pas venu pour être servi, mais pour servir, et pour donner sa vie en rançon pour un grand nombre (tous ceux qui croient en lui et en son sacrifice)."

LE RÉEL VA BIEN AU-DELÀ DE CE QUE NOS YEUX VOIENT
Comme l'univers a un horizon cosmologique, nous sommes confrontés à un horizon psychologique, au-delà duquel nous ne voyons pas... si ce n'est par révélation(s) divine(s).

Dieu a donc des pensées et solutions qui nous dépassent. Dans la Bible, vous pouvez encore lire le passage qui commence là....
En effet on ne peut comprendre l'essentiel de ce qui arrive sur terre, si notre regard du Réel ne porte pas au-delà des sangs versés et des morts physiologiques*, c'est-à-dire sur notre vie immédiate en tant que foncièrement problématique et sur tout ce que Dieu donne de connaître qui sera ou qui peut être (selon votre positionnement ici-bas) après la mort corporelle...

Une autre réalité est que si les anges déchus sont à l'oeuvre dans une action violente contre nous, il peut y avoir en notre faveur protection de la part d'anges de Dieu tout aussi présents. On parle alors de miracles.
Il y en a assez souvent dans des catastrophes visant beaucoup de monde. Dieu garde ainsi tout particulièrement une personne ou une autre en rapport de sa relation à elle et/ou de ce qu'il veut faire par la suite avec elle (la sauver et/ou l'utiliser comme témoin...).
Chacun avons pu, sans même réaliser le fond de ce qui s'est passé, bénéficier d'une intervention ou d'une autre d'un ange. On en sent alors le côté étonnant, une situation délicate tournant d'un coup en un dénouement inattendu, inespéré, surnaturel...

DIEU REND DES JUGEMENTS JUSTES
En ce sens que Dieu ne laisse aucun jugement sans l'utiliser d'une manière ou d'une autre avant qu'il soit au final juste, voire largement bénéfique, on peut fonder notre foi dans le fait que :
"Tu es juste, toi qui es, et qui étais ; tu es saint, parce que tu as exercé ce jugement.(6 Car ils ont versé le sang des saints et des prophètes, et tu leur as donné du sang à boire : ils en sont dignes.7 Et j'entendis l'autel qui disait : Oui, Seigneur Dieu tout puissant, tes jugements sont véritables et justes.)"

"Tu es juste, ô Éternel ! Et tes jugements sont équitables ;"

"Je sais, ô Éternel ! que tes jugements sont justes ; C'est par fidélité que tu m'as humilié.76 Que ta bonté soit ma consolation, Comme tu l'as promis à ton serviteur !77 Que tes compassions viennent sur moi, pour que je vive ! Car ta loi fait mes délices.78 Qu'ils soient confondus, les orgueilleux qui m'oppriment sans cause ! Moi, je médite sur tes ordonnances."

Dieu juge tous les coupables, dont les prétendus justiciers : "Le chemin du juste est la droiture ; Toi qui es juste, tu aplanis le sentier du juste.8 Aussi nous t'attendons, ô Éternel ! sur la voie de tes jugements ; Notre âme soupire après ton nom et après ton souvenir.9 Mon âme te désire pendant la nuit, Et mon esprit te cherche au dedans de moi ; Car, lorsque tes jugements s'exercent sur la terre, Les habitants du monde apprennent la justice.10 Si l'on fait grâce au méchant, il n'apprend pas la justice, Il se livre au mal dans le pays de la droiture, Et il n'a point égard à la majesté de Dieu.11 Éternel, ta main est puissante : Ils ne l'aperçoivent pas. Ils verront ton zèle pour le peuple, et ils en seront confus ; Le feu consumera tes ennemis."

"Cherchez l'Éternel pendant qu'il se trouve ; Invoquez-le, tandis qu'il est près.7 Que le méchant abandonne sa voie, Et l'homme d'iniquité ses pensées ; Qu'il retourne à l'Éternel, qui aura pitié de lui, A notre Dieu, qui ne se lasse pas de pardonner."

La Bible a rendu célèbre l'histoire de Job, dont il a fait une bénédiction pour cet homme pieux et pour des multitudes qui ont été enrichis (jusqu'à aujourd'hui) en connaissance du Réel et en compréhension...

NE PAS PERDRE DE VUE
On peut perdre de vue beaucoup de choses ou de personnes ici-bas. Mais ne perdons pas de vue - ou apprenons - que c'est la fin d'une chose, d'une existence, qui compte. Si on ne veut pas lire tout Job, il faut au moins en connaître la fin (à partir d'ici).
Un proverbe dit que du côté où un arbre tombe, il reste. L'Éternel-Dieu veut que nous tombions du bon côté : dans ses bras d'amour, dans sa prochaine création terrestre et céleste qui sera véritablement paradisiaque, sans plus de souffrances, de cris et de larmes (si ce n'est peut-être de joie). A nous de mettre à profit ce que nous avons encore de liberté dans ce corps, pour lui dit : Oui, Jésus, je veux te connaître ! Je veux moi aussi de ta vie éternelle ! 

Chacun-e de nous, ne perdons jamais de vue la grande et précieuse promesse de Dieu envers nous (qui sommes toujours coupables d'une faute ou d'une autre qui nous sépare de sa glorieuse présence) : "Si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché.8 Si nous disons que nous n'avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n'est point en nous.9 Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité.10 Si nous disons que nous n'avons pas péché, nous le faisons menteur, et sa parole n'est point en nous."

"Je vous rappelle l'Évangile que je vous ai annoncé... 2 et par lequel vous êtes sauvés, si vous le retenez tel que je vous l'ai annoncé ; autrement, vous auriez cru en vain.3 Je vous ai enseigné avant tout, comme je l'avais aussi reçu, que Christ est mort pour nos péchés, selon les Écritures..."

Soyez touché-e par l'Esprit du Dieu qui vit, qui voit et entend et qui sauve.

Prière pour faire la paix avec Dieu

un chant
___________
* retrait de la vie qui rend progressivement le corps à sa condition purement physique.

 

Repost 0
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 20:24

"J'élève mes yeux vers les montagnes, d'où me viendra le secours ?..."

Dans notre moyen-occident, on est désormais entrés dans un monde si décousu (il était cousu, par la culture chrétienne), qui se décompose plus qu'il ne se recompose (il était composé, à l'image de la famille, malgré ses faiblesses et manquements), si déraciné... qu'on a des fêtes (des jours fériés) dont les dernières générations ne savent guère de quoi il s'agit.

S'il n'y avait pas (encore) quelques querelles pour savoir si on peut mettre ou pas une crèche dans un lieu public, Noël passerait pour beaucoup être sans rapport avec Jésus (ou globalement le christianisme).
...De là à savoir pourquoi Jésus est né et pourquoi il est mort, on est le plus souvent loin de bénéficier de la connaissance du surnaturel de Dieu via la personne - aujourd'hui éternelle - du Christ Jésus, et de ce qu'il est venu faire sur terre pour l'humanité moribonde. (s'il n'était pas venu, déjà ni vous ni moi ne serions là... Article sur le Noël authentique).

Jeudi 25 mai donc il s'agit
- d'un mémorial,
- d'une fête, qui fait bénéficier d'un jour de repos (férié),
- à cause de "l'ascension" de Jésus tel que le médecin grec Luc nous le rapporte dans son second livre biblique appelé Actes des apôtres (chap. 1) :
"les apôtres réunis demandèrent à Jésus : Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d'Israël ?7 Il leur répondit : Ce n'est pas à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité.8 Mais vous recevrez une puissance, le Saint Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre.
9 Après avoir dit cela, il fut élevé pendant qu'ils le regardaient, et une nuée le déroba à leurs yeux.10 Et comme ils avaient les regards fixés vers le ciel pendant qu'il s'en allait, voici, deux hommes vêtus de blanc leur apparurent,11 et dirent : Hommes Galiléens, pourquoi vous arrêtez-vous à regarder au ciel ? Ce Jésus, qui a été enlevé au ciel du milieu de vous, viendra de la même manière que vous l'avez vu allant au ciel."

D'où la question pour le profane curieux : Et qu'en est-il de Jésus aujourd'hui ?

QUEL SOMMET JÉSUS A-T-IL ATTEINT ?
Jésus est monté physiquement dans le ciel et jusque dans un autre Ciel : appelé le 3e Ciel, une réalité transversale, autre que notre espace-temps ou Royaume spirituel éternel divin. Là il a été glorifié en tant que "fils de l'homme" ayant reçu, par sa résurrection, un corps humain nouveau, immortel/éternel/incorruptible - comme en recevront ceux qui auront cru en lui...

Peu après cette ascension, il apparut en vision à son disciple et apôtre Jean de la manière suivante (ce qu'on peut lire dans l'Apocalypse) :
"Moi Jean, votre frère, et qui ai part avec vous à la tribulation et au royaume et à la persévérance en Jésus, j'étais dans l'île appelée Patmos, à cause de la parole de Dieu et du témoignage de Jésus.10 Je fus ravi en esprit au jour du Seigneur, et j'entendis derrière moi une voix forte, comme le son d'une trompette,11 qui disait : Ce que tu vois, écris-le dans un livre, et envoie-le aux sept Églises, à Éphèse, à Smyrne, à Pergame, à Thyatire, à Sardes, à Philadelphie, et à Laodicée.12 Je me retournai pour connaître quelle était la voix qui me parlait. Et, après m'être retourné, je vis sept chandeliers d'or,13 et, au milieu des sept chandeliers, quelqu'un qui ressemblait à un fils d'homme, vêtu d'une longue robe, et ayant une ceinture d'or sur la poitrine.14 Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige ; ses yeux étaient comme une flamme de feu ;15 ses pieds étaient semblables à de l'airain ardent, comme s'il eût été embrasé dans une fournaise ; et sa voix était comme le bruit de grandes eaux.16 Il avait dans sa main droite sept étoiles. De sa bouche sortait une épée aiguë, à deux tranchants ; et son visage était comme le soleil lorsqu'il brille dans sa force.17 Quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort. Il posa sur moi sa main droite en disant : Ne crains point !18 Je suis le premier et le dernier, et le vivant. J'étais mort ; et voici, je suis vivant aux siècles des siècles. Je tiens les clefs de la mort et du séjour des morts.19 Écris donc les choses que tu as vues, et celles qui sont, et celles qui doivent arriver après elles,".

Au delà des mots, il nous faut l'Esprit de Dieu pour nous donner de saisir (un peu) de la réalité de cette vision - sauf à en recevoir pour soi une toute aussi personnelle. Dans tous les cas, les paroles écrites par lesquelles Dieu communique avec nous, ont pour but de nous attirer à mieux savoir, à mieux croire, à expérimenter de notre terre quelque chose qui est de ce Ciel...
Jour férié, temps accordé donc, qui peut permettre de s'interroger, d'interroger Dieu, de vouloir mieux savoir, pour croire afin de voir, toucher, goûter... que ces réalités existent et qu'elles tiennent du meilleur de l'avenir possible de l'humain que nous sommes, inconsistant en nous-même et (devenu) accidentellement mortel.

PARTI, MAIS POUR REVENIR
Concernant Jésus nous savons comme nous l'avons lu, qu'ainsi qu'il est parti, un jour il reviendra : "Voici, il vient avec les nuées. Et tout oeil le verra, même ceux qui l'ont percé ; et toutes les tribus de la terre se lamenteront à cause de lui. Oui. Amen !8 Je suis l'alpha et l'oméga, dit le Seigneur Dieu, celui qui est, qui était, et qui vient, le Tout Puissant.".

Ainsi la fête de l'Ascension nous parle de la manière dont Jésus a quitté la terre après sa résurrection, mais aussi d'un événement qui est maintenant bien-bien plus proche de nous, de son retour.
Assez curieusement - mais y a-t-il quelque chose d'étonnant de la part de Dieu !? -, dans les trois grands ordres de croyance monothéiste, plusieurs disent attendre de manière assez imminente (à la vue notamment des dépravations morales, de l'idolâtrie et de l'apostasie dans et par les pays issus de la foi en Christ), une apparition ou manifestation tangible de Dieu :

- Une venue pour certains musulmans (qui parlent d'un Mahdi) et des juifs (qui disent que leur mashiah (Messie sauveur) est déjà à la porte),
- Un retour pour les chrétiens (et certains musulmans), de cette personne unique dont le nom a été sanctifié (...) pour être le plus haut et le plus puissant de tous ceux qui nous sont prononçables.

CONNAÎTRE LE NOM DE JÉSUS, LE SAUVEUR
Dans sa langue natale, le nom de Jésus : Yeshoua, signifie Dieu sauve, ou Dieu Sauveur. Ce que la Bible rapporte encore ainsi :
"Sachez-le tous... C'est par le nom de Jésus Christ de Nazareth, que vous avez crucifié, et que Dieu a ressuscité des morts, c'est par lui que cet homme se présente en pleine santé devant vous.11 Jésus est La pierre rejetée par vous qui bâtissez, Et qui est devenue la principale de l'angle.12 Il n'y a de salut en aucun autre ; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés.13 Lorsqu'ils virent l'assurance de Pierre et de Jean, ils furent étonnés, sachant que c'étaient des hommes du peuple sans instruction ; et ils les reconnurent pour avoir été avec Jésus.14 Mais comme ils voyaient là près d'eux l'homme qui avait été guéri, ils n'avaient rien à répliquer."

"Dieu, dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils, qu'il a établi héritier de toutes choses, par lequel il a aussi créé le monde,3 et qui, étant le reflet de sa gloire et l'empreinte de sa personne, et soutenant toutes choses par sa parole puissante, a fait la purification des péchés et s'est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très hauts,4 devenu d'autant supérieur aux anges qu'il a hérité d'un nom plus excellent que le leur."

En ce sens on a un réel intérêt à comprendre que la Bible et ses écrits, comme les chrétiens authentiques qui parlent de Jésus, ne sont pas des réalités ringardes, d'un âge que l'évolution a englouties, mais bien la fine fleur de l'avenir de la terre.
Ce n'est pas une marginalisation de l'Évangile et des témoins de la mort salvatrice et de la résurrection transformatrice de Jésus, qui ôte quoi que ce soit à ce que Dieu veut et va encore faire parmi les terriens que nous sommes.
Pas plus le diable Satan et ses hordes de démons chevauchant Hitler, les nazis et autres collabos, n'ont pu faire disparaître physiquement le peuple élu - par leur ascendance physique (les juifs) -, pas plus ils ne pourront avec de nouveaux hommes/femmes assujettis à leur cause faire disparaître les élus - par leur foi et spiritualité (les chrétiens nés de Dieu), car autant pour les uns que pour les autres, encore Dieu va intervenir avec puissance, Jésus va revenir.

Aussi "Nous ne sommes pas de ceux qui se retirent pour se perdre, mais de ceux qui ont la foi pour sauver leur âme.".

De ce Ciel spirituel où les esprits divins se matérialisent, Jésus nous suit et prie :
"Dieu qui n'a point épargné son propre Fils, mais qui l'a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec lui ?33 Qui accusera les élus de Dieu ? C'est Dieu qui justifie !34 Qui les condamnera ? Christ est mort ; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous !"
... jusqu'au jour prochain où il va revenir, descendre encore, cette fois comme il est monté. Heureux qui le sait, le croit, et l'attend... actif et disponible à la fois, comme le moine Martin Luther devenu chrétien qui disait : "Même si Jésus revient demain, aujourd'hui je plante un arbre."
C'est qu'il avait trouvé la foi qui sauve l'âme de l'égarement et de la perdition éternelle de soi, et avait appris la marche par l'Esprit et la foi !

En est-il déjà de même pour vous lecteur/lectrice qui, par cette lecture êtes en train de vous rapprocher ou de mieux connaître Celui a encore dit : "Je suis la vérité" ?

"Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.
17 Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.18 Celui qui croit en lui n'est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.19 Et ce jugement c'est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises.20 Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient dévoilées ;21 mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses oeuvres soient manifestées, parce qu'elles sont faites selon Dieu.".

Et pour les déjà chrétiens (nouveaux ou anciens), voici une feuille de route des plus spirituelles :

"Si donc il y a quelque consolation en Christ, s’il y a quelque soulagement dans la charité, s'il y a quelque communion d'esprit, s'il y a quelques cordiales affections et quelques compassions,2 Rendez ma joie parfaite, étant d'un même sentiment, ayant un même amour, n'étant qu'une même âme, et consentant [tous] à une même chose.3 Que rien ne se fasse par un esprit de dispute, ou par vaine gloire ; mais que par humilité de coeur l’un estime l'autre plus excellent que soi-même.4 Ne regardez point chacun, à votre intérêt particulier, mais [que chacun ait égard] aussi à ce qui concerne les autres.5 Qu'il y ait donc en vous un même sentiment qui a été en Jésus-Christ.6 Lequel étant en forme de Dieu, n'a point regardé comme une usurpation d'être égal à Dieu.7 Cependant il s'est anéanti lui-même, ayant pris la forme de serviteur, fait à la ressemblance des hommes ;8 Et étant trouvé en figure comme un homme, il s'est abaissé lui-même, et a été obéissant jusques à la mort, à la mort même de la croix.9 C'est pourquoi aussi Dieu l'a souverainement élevé, et lui a donné un Nom, qui est au-dessus de tout Nom ;10 Afin qu'au Nom de Jésus tout genou se ploie, tant de ceux qui sont aux cieux, que de ceux qui sont en la terre, et au-dessous de la terre,11 Et que toute Langue confesse que Jésus-Christ est le Seigneur, à la gloire de Dieu le Père."

BONNE ASCENSION PERSONNELLE !
Soyez béni-e. Aimez toujours la vérité. Soyez sauvé-e.  

Repost 0
26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 07:38

Plastic Bertrand chantait "Ça plane pour moi" !
Aujourd'hui ça plane peut-être pour les deux finalistes de la Présidentielle.
Bientôt ça ne planera plus que pour un !
Mais est-ce que ça va planer pour nous et vous... durablement !? 

C.S. Lewis (auteur de Chroniques de Narnia) a compris et écrit que "Dans tout l'univers il n'y a pas un seul endroit qui soit neutre."*
Dans la tempête électorale sidérante (si ce n'est sidérale) que nous traversons, il ne peut donc en être autrement !

VOTE-MISTRAL UTILE ET VOTE-MISTRAL PERDANT
On a vu par exemple que le vote en faveur des "petits" candidats de la droite, notamment du gaulliste Dupont-Aignan avec ses presque 5 %, a soustrait au gaulliste F. Fillon un pourcentage de voix qui l'aurait mis en 1ère position pour la finale ! > Qu'est-ce qu'être gaulliste ?...
...Et il n'est pas le seul qui auraient mieux fait de réfléchir en regardant moins leur nombril, pour un décentrage de soi au profit d'une orientation par défaut plus judicieuse que le résultat tombé dimanche soir.

ET LE VOTE DES SANS-VOIX
Pareillement TOUS les sans-voix volontaires - abstentionnistes et votes blancs (presque 1 million) ou encore votes nuls - ont de fait voté (en laissant les autres s'exprimer) Macron et Le Pen !...
On ne refait pas l'histoire, mais analyser nos histoires n'est pas sans intérêt si on s'intéresse un peu au sens des réalités et du Réel.

Et donc dimanche 7 mai ce sera comme dimanche 23 avril... Il n'y aura de neutralité pour personne ! Le nouveau Président sortira du chapeau de la voix de ses supporters + de tous les sans-voix...
Dès lors et selon leur propre logique ces derniers devront continuer à se taire, sans avoir un seul mot à dire (par des contestations, des expressions de mécontentement, des grèves, des manif., des discussions critiques...) contre une politique qu'ils auront démocratiquement accordée. Quand par exemple on sait si peu de choses sur les mesures concrètes du projet porté par E. Macron, beaucoup n'ont peut-être pas fini d'avoir envie de parler par la suite...

Et je suis comme vous le premier pris dans cette non-neutralité du Réel. Tant mieux pour qui est déjà arrêté dans son vote (45,29 % des votants) et normalement le poursuivra . Mais pour les plus de... 75 % d'autres - pas moins, recomptez ! - on est pris entre marteau et enclume, certains même ayant l'image du passage entre Charybde et Scylla.

ET DONC LA VALEUR DU VOTE BLANC !?
À ce niveau il me semble bien de dire que la vertu du comptage des bulletins blancs pourrait avoir du sens s'il intervenait (seulement) au second tour. Le vote blanc deviendrait alors carton rouge.
Au premier tour, chacun reste libre de voter - ou pas - en ce qu'il en est de "son âme et conscience" à cette heure-là. Un vote blanc ayant valeur de renvoyer TOUS les candidats à leurs pénates n'a pas de sens à ce niveau.
En revanche au second, une majorité de + de 50 % de votes blancs renverrait les finalistes au vestiaire, au profit des deux suivants les mieux placés ! Une idée de la démocratie à creuser... Mais il faut faire vite, car la démocratie ne va plus avoir beaucoup d'années avant qu'on ne lui (re)prenne complétement le relais (le témoin) des mains...

UN VOTE QUI PARTAGE PLUS QUE JAMAIS LA NATION FRANCE DANS LE COURANT DU MONDE
Dit par ailleurs (voir articles précédents), la forme démocratique telle qu'elle existe ne peut jamais produire d'unité nationale. On est dans un développement alambiqué de la lutte des classes... D'où les contestations, revendications, insatisfactions... incessantes, et en mode crescendo.
C'est aussi qu'il est programmé, au timing divin, un temps appelé "temps de la fin des nations". Avec l'Europe comme elle fonctionne, on a la démonstration qu'on est entrés dans ce temps terminal d'une ère.

RAPPORT ÉLECTIONS ET BIBLE
C'est un rapprochement capital qu'on peut faire.
Car la Bible parle de la mondialisation.
Le dernier livre biblique, l'Apocalypse, décrit prophétiquement la forme de gouvernement planétaire qui apparait au temps de "la fin des nations". C'est la mondialisation sous forme d'un totalitarisme holiste comme il n'y en a jamais eu.
En fait le nouvel ordre planétaire qui vient n'est que l'ultime tentative pour Satan et ses démons (tous entités angéliques déchues qui tiennent les manettes de ce jeu vidéo 3D dont la terre est le décor et nous les personnages) de prendre le contrôle le plus absolu possible de l'humanité. Ce qui se prépare et va venir très vite est décrit à partir du 13e chapitre de l'Apocalypse.
Actuellement on est en train de vivre le temps apocalyptique de la fin du chapitre 9, l'apparition de Daesh correspondant au son retentissant de la 6e trompette. Il s'est agit, comme il est écrit, de la libération de 4 puissances démoniaques d'envergure. - Qui avaient été liées (rendues impuissantes) pour avoir déjà cruellement sévi dans ces régions dans l'antiquité...
Si vous lisez la fin de ce chapitre, vous pouvez voir l'ampleur considérable du désastre planétaire qui vient consécutivement à cette 6e trompette (une trompette est toujours essentiellement un jugement et un signal avertisseur). Le mal ne va pas venir que par eux, mais va activer du mal déjà potentiel et latent parmi nous, dont ce qu'ont déjà libéré les 5 trompettes précédentes.
Le nombre annoncé de morts incite à penser que cela va arriver entre autre
- par la libération (volontaire ou accidentelle) d'énergies nucléaires : Tchernobyl (en russe absinthe) était la 3e trompette qui ait sonné. Et Fukushima répand toujours sans interruption ses particules de mort dans les océans :
- et encore possiblement par l'usage d'armes chimiques...

LA GUERRE DU CIEL SUR LA TERRE ET POUR LA TERRE
Et donc on comprend pourquoi ça tiraille si fort dans les gouvernements, entre partisan de la mondialisation et nationaliste : C'est la forme ultime, qui supplante le clivage obsolète droite-gauche ou encore le faux-différent communisme-capitalisme.
Et là on peut imaginer que, dans la face maléfique du Réel qui nous est cachée, les plus puissants des démons véritables se démènent et se déchirent et font et défont des alliances pour offrir au diabolos (étymologiquement l'adversaire), au serpent ancien (du jardin d'Eden), de trôner, une fois incarné, comme souverain de toute la terre. (L'Histoire montre que ce ne sera pas sa première tentative d'impérialisme totalitaire...).

Pour être apaisés, sachons que Dieu tient tout en contrôle et ne permettra rien au-delà des limites qu'il pose lui-même. Mais la liberté qui est la nôtre se restreint et va lourdement se restreindre en rapport des mauvaises libertés qu'on se donne, et des mauvais choix qui en résultent...
On comprend que dans notre corporéité et notre psychisme, ça va aller de chaud à bouillant, c'est le moins qu'on puisse dire. (voir déjà l'augmentation des désordres psychiques, mentaux et/ou comportementaux...).
D'où l'exhortation toujours pressante à trouver - dès aujourd'hui - individuellement, un ombrage suffisant contre le mal et les maux qui déjà sévissent lourdement sur sociétés, familles, individus. À ma connaissance (et suite à mes recherches pérégrinatoires), seul le Christ Jésus, mort sacrifié pour nous et ressuscité pour nous sortir de là -, peut accorder la couverture spirituelle nécessaire... à qui croit ou va croire en lui. Tel est le seul secours initié par le Dieu Créateur, qui en Jésus s'est fait Rédempteur pour cela.
"Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation.20 Nous faisons donc les fonctions d'ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous ; nous vous en supplions au nom de Christ : Soyez réconciliés avec Dieu !21 Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu."

"Ne dormons donc point comme les autres, mais veillons et soyons sobres.7 Car ceux qui dorment dorment la nuit (dans leur inconscience du Réel tel qu'il est), et ceux qui s'enivrent s'enivrent la nuit.8 Mais nous qui sommes du jour, soyons sobres, ayant revêtu la cuirasse de la foi et de la charité, et ayant pour casque l'espérance du salut.9 Car Dieu ne nous a pas destinés à la colère, mais à l'acquisition du salut par notre Seigneur Jésus Christ."

"Rendez grâces au Père, qui vous a rendus capables d'avoir part à l'héritage des saints dans la lumière,13 qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour,14 en qui nous avons la rédemption, la rémission des péchés."

Alors bon vote, en conscience, et surtout sachez, si ce n'est encore fait, faire de Jésus votre Sauveur tout personnel, et par là l'élu unique de votre coeur. C'est une décision du coeur ET de la raison. Ici plus que partout ailleurs, il est hautement souhaitable de ne pas se (laisser) tromper.

______________
* Je préfère nettement cette vue (générique) de Lewis à celle (particulière) de Sartre qui ne voit dans l'univers et partout que de l'absurde. Mais il le dit si bien qu'on comprend qu'il a raison... pour lui-même et pour ceux comme lui qui ne croient pas : "L'univers sans Dieu, sans raison d'être, est absurde dans son ensemble et dans ses parties."

Repost 0
16 avril 2017 7 16 /04 /avril /2017 12:25


Pâque ! Jésus mort dans la fournaise de la croix,
est ressuscité !
Il peut désormais sauver et réunir
les hommes/femmes/enfants de toutes tribus, de toutes langues :
il est le bon lien, possible, unique, entre JE et US (NOUS).
Il vit éternellement, actuellement sur le trône de Dieu,
avant de revenir - bientôt - sur terre...

suite de l'article ici

Superman, Spiderman, Zorro, Goldorak, L'homme qui tombe à pic... Les personnages héroïques ne manquent pas, sauveurs des faibles ou du monde perdu ou menacé. Juste qu'il s'agit de poupées de cire ou de son, d'images colorisées, virtuelles, d'histoires inventées... Alors qu'avec Jésus on est dans le vrai !

On est dans l'authentique, le vécu à son paroxysme
- en puissance (Il a ressuscité des morts, même en décomposition)
- et en faiblesse (apparente et effective, quand on l'arrête et le crucifie).
On est dans la chair vive, sans cuirasse et sans doublure, dans le sensible jusqu'au sang, dans l'angoisse existentielle et cosmique, dans la douleur la plus véritable et sans morphine.

Fait-on plus de cas de Jésus pour autant ? Étonnant, non !?... Qui s'étonne du deux poids deux mesures ?
N'y a-t-il pas déjà là plus qu'un paradoxe, une interrogation absolue !?...
Pourquoi ne présentons-nous pas Jésus à notre progéniture dans la vérité qu'il est et de ce qu'il a fait ? À notre jeunesse en mal de vivre et en manque de repères, nous offrons des héros de papier ou tout numérique : pourquoi ne faisons-nous pas connaître - aussi, d'abord - Jésus avec enthousiasme, comme le seul héros véritable pour l'humanité ? Lui dont le sacrifice fut pour que nous restions globalement libres.
Pourquoi ne savons-nous pas mieux qu'il a empêché, il y a 2 000 ans, que l'humanité ne soit totalement asservie à Satan et à ses démons via un empire qui se serait développé à toute la terre habitée ?*... Ce qui serait arrivé qu'il avait échoué. Quelle conscience avons-nous de cela ?... Et de ce qui encore arrive* ?...

- C'est de la religion, nous dit-on ! - Bah, Jésus c'est religieux ! C'est pas pour moi, je suis athée !...
Suffit-il qu'on entende dire que la vie et la mort et la résurrection de Jésus sont associées à la religion, pour qu'on se détourne ou pour qu'on soit dégoûté de cet essentiel ?
Religion, le mot épouvantail, qui éloigne de Dieu bien plus qu'il n'en rapproche. Parce qu'on ne sait pas ! Parce qu'on ne sait pas ce qu'est la religion dans la pensée de Dieu ! Même parmi les croyants ! Et alors on amalgame, on coagule !
Mais qui crie, ici comme pour d'autres choses, et à cause de la vérité : Padamalgam ! Arrêtons cet amalgame !**
Quelle autorité ou association aimant la vérité, se soucie de ce qu'on amalgame Dieu et religion, comme si l'une représentait l'Autre ?  Quelle obscurité donc nous environne, au point où nous ne l'apercevons même pas !?

Noël, avec la crèche et les cadeaux - et victuailles et alcools - ; Pâques, avec les oeufs, cloches ou lapins en chocolat ! Et voilà toute l'histoire de ce que Jésus est venu faire sur la terre ! Voilà toute l'oeuvre du diable, quant à la connaissance du fils de Dieu, en occultation ou négation de tout le bien qui pourrait - qui peut potentiellement - nous revenir de cette crucifixion inimitable ! Tout le bien : immédiat, et compris l'éternisation glorieuse de la personne que je suis, que vous êtes, que tu es !

Pendant longtemps pour moi aussi la naissance de Jésus ou Pâques étaient tout au plus des (occasions de) festoyer... voire de faire pire que d'habitude. Et c'est ainsi chez chacun, tant que le voile de l'incrédulité ou de la religiosité nous masque le Réel tel qu'il est (que ce soit même dans la nature, comme dans sa dimension surnaturelle).

C'est pourquoi il faut une vraie révélation, un mouvement de Dieu en notre faveur, pour que soudain on se mette à voir, à entendre, à comprendre comme cela n'a encore jamais été pour nous. Il faut aussi parfois à certains la grâce d'un retour à Dieu, quand on l'a perdu de vue en cours de chemin, parmi les épines ou pierres tranchantes de notre cheminement. Ainsi, à un carrefour ou dans une halte, l'Esprit de Dieu peut se rendre perceptible, peut révéler Jésus, peut réapparaisse.

Car cette histoire millénaire est loin d'être achevée : d'ailleurs elle est sans fin, puisqu'elle ouvre la vie des hommes sur l'éternité de Dieu.
Lecteur nouveau ou ancien, lectrice de même, êtes-vous déjà en lien - spirituel - avec cette vie de résurrection de Jésus, le Christ pour toutes les nations et Mashiah d'Israël qui veut devenir sauveur personnel de tout un chacun ?
Si oui, réjouissez-vous en ! Si non, c'est bien là qu'il ne faut pas remettre à demain ce qui peut se faire le jour même. Ne permettez pas à Satan de vous détourner par une pensée vaine ou un appel futile...

Lien avec l'article précédent, sur le sens de la mort de Jésus.
Chant 1 - chant 2 - chant 3 - chant 4 - chant 5 -

Lecteur, lectrice, soyez tous individuellement sauvés ! C'est ce que Dieu veut, et c'est ma prière : À ce moment-là, il ne dépend plus que de... Qui ?!
Trame de prière
______________
* C'est ce qu'aurait été l'empire romain si Jésus et ses disciples à la suite ne l'avait pas fait tomber - directement par leur résistance dans la foi, ou par des ennemis extérieurs suscités en représailles de tout le mal fait aux chrétiens...
Mais l'Histoire et cette histoire n'est pas finie, qui va bientôt mal évoluer par l'avènement d'un nouvel empire - appelé déjà nouvel ordre mondial, dont la tête invisible sera de la même espèce...

** Jésus n'a de rapport avec la religion que
- pour engloutir lui-même dans sa mort l'aspect légaliste et ritualiste de la religion - même la plus parfaite -, ce côté système qui en fait un joug pesant et sans efficacité contre le mal qui habite le coeur de tous ;
- pour mettre à jour ce qui nous habite tous : quand on est religieux surtout l'hypocrisie ; quand on est militaire ou soumis à des pressions, la méchanceté, la cruauté, l'ingratitude et autres perversions...

Repost 0
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 17:34

Jérusalem - Canaan, Terre Promise à Abraham devenue Province romaine de Palestine - 3e décennie de notre ère. Jésus, né 33 ans avant, sait que l'heure est venue où, selon le plan (B) de Dieu envers l'humanité, il doit mourir. Il se laisse arrêter dans le jardin de Gethsémané.
Dernier épisode d'une longue et dramatique histoire d'amour contrarié entre Dieu et nous les hommes.

1er acte : Chute humaine et couverture divine (se lit dans Genèse ch. 3).
Jésus est arrêté dans un jardin, comme ce fut dans un jardin qu'à l'origine du Plan Divin A, le 1er couple du genre humain fut arrêté et sombra tout à coup sous la domination d'un ange (invisible) déchu (Satan, le diable, séducteur-trompeur et usurpateur) qui s'était servi d'un serpent pour ce faire.
Le plan A capote, non parce qu'il n'est pas bon - la terre est un paradis -, mais parce que nous avons été créés LIBRE (d'aller hors du Bien, de suivre les voies des démons plutôt celles du Divin).

On note dès ce commencement du mal sur la terre, que pour couvrir la nudité de l'homme et de la femme (dévoilée par le retrait de leur débordante lumière intérieure), l'Éternel-Dieu tue un, ou plus certainement deux animaux.
C'est le premier sacrifice, le premier sang innocent versé à cause du péché - de la désobéissance à l'instruction divine, faute ici originelle - qui nous fait, à tous à la suite : manquer le but (c'est étymologiquement le sens du mot qu'on traduit par péché).
C'est manquer le but du Plan A, qui était que nous neutralisions Satan et ses démons et devenions tous sur une terre paradisiaque éternels par et dans l'amour de Dieu, sans devoir expérimenter la mort.
N'y étant pas parvenus, Adam et Eve sont atteints, dénaturés, par une force maléfique qu'ils transmettent (surtout) psycho-génétiquement à toutes leurs descendances. C'est pour cela aussi qu'on doit mourir, pour ne pas être éternellement soumis à la loi du mal en nous et parmi nous. Tout est donc cohérent et a du sens (le vieillissement qui nous diminue progressivement compris).

C'est ainsi qu'on voit bientôt Caïn premier fils de la terre, tuer Abel son frère, sous la pression de Satan à qui il ne peut résister parce qu'il n'a pas obéi à Dieu qui a donné le sacrifice sanglant (on va voir pourquoi plus loin), et non une offrande des fruits de la terre, comme seul moyen de paix avec Dieu et de couverture spirituelle. (Genèse 4).*

On note encore ici qu'il s'agit - et s'agira toujours - du sacrifice d'une victime innocente, càd du versement d'un sang pur, ce que Dieu peut seul agréer pour que sa justice envers nous soit faite : c'est-à-dire pour qu'on soit rendu innocent nous-même après avoir fauté...
Et donc pourquoi faut-il du sang versé jusqu'à la mort de la victime ?
- Parce que dans notre ordre des choses, le sang est l'indispensable de la vie, le support de notre vie psychique (âme). Lévitique ch. 17.
- Parce que la loi juste veut qu'on paie "oeil pour oeil, dent pour dent, vie pour vie". Ainsi est-il du
   a) réparation (quand c'est possible) vis-à-vis de la ou des personnes envers qui on s'est rendu coupable, et
   b) réparation envers Dieu - qui, dans tous les cas, est offensé par tout ce qu'on fait de mal dans/contre sa création. Envers lui, le prix de l'offense, c'est toujours une vie innocente pour prix d'une faute. Que la faute soit un mensonge, un vol ou un meurtre, le principe de justice est une mort pour chaque faute, quelle qu'elle soit. (C'est juste la richesse ou pas du coupable qui fait une différence, le sacrifice nécessaire pour couvrir une faute pouvant être soit une tourterelle, soit un animal de petit ou de gros bétail).
la raison de ce principe de justice (on le redira) est simple : la moindre de nos fautes nous fait mourir dans notre relation à Dieu (mort spirituelle). Comme on coupe une fleur...

 

2e acte : L'épreuve d'Abraham, et sa signification
Lecture de ce récit : Genèse, chap. 22.
Dieu nous montre là, en l'enseignant à Abraham qui le pratique, que le sacrifice animal n'est pas un moyen qui durera toujours pour résoudre notre problème de pécheur/pécheresse face à Dieu. Le moyen définitif, qui réponde le mieux à la pleine justice, est celui de la mort d'un homme pour les fautes d'un ou plusieurs autres.
Mais de quel homme ?
D'Isaac comme sacrifice d'un fils 'innocent) pour les fautes de la maison d'Abraham ?
De quel homme si pur que Dieu pourra accepter sa mort comme prix des fautes à pardonner ?

Le Dieu de toujours annonce là
- qu'il se pourvoira lui-même, c'est-à-dire qu'il se donnera lui-même, un jour, à la place des animaux, l'homme nécessaire pour la couverture des fautes commises... Et encore
- que c'est par la foi en lui - puisqu'il paiera tout lui-même à notre place - qu'on sera pardonné et rendu juste devant Dieu... C'est-à-dire qu'on échappera à la mort spirituelle qui forme séparation immédiate et éternelle d'avec Dieu. (événement illustratif prophétique des "serpents brûlants").


3e acte : Dieu fait sortir d'Égypte une branche de la descendance adamique - Lecture Exode ch. 12
Les hébreux ou israélites ayant communautairement abandonné le Dieu de leurs ancêtres Abraham et Sarah, étaient devenus esclaves en Égypte. Entendant leurs cris et voyant leur misère, ce Dieu de leur père (le Dieu créateur venu au secours d'Adam et d'Eve), leur envoie Moïse (et Aaron) comme instrument(s) de sa libération.

C'est lors de cette délivrance des hébreux que Dieu donne à Moïse le rite de la Pâque, qui va se confirmer être le moyen par lequel Dieu couvre (pardonne) les fautes des pécheurs (des manqueurs de cible) que nous sommes, et par là peut nous délivrer.
Il faut donc aux israélites revenir à la pratique du sacrifice initial : Cela prend un nom : Pessah en hébreu.

A partir de là, la bête "sans défaut et sans taches" immolée pour protéger l'homme devient
- le mémorial de la nuit terrible où "l'Ange exterminateur" chargé de tuer tous les enfants premiers-nés d'Égypte fut obligé de passer au-dessus* des maisons des hébreux/israëlites dès lors que le linteau et les montants de leur porte avaient été aspergés de sang. (Exode ch. 11 et 12) ;
- le rappel de la nécessité de sacrifier pour être en ordre, Dieu étant apaisé envers nous et nos fautes, et nous étant apaisé en nous-même et avec les autres ;
- et, avec tout le reste de ce que Moïse va recevoir à écrire, c'est la codification de ce rite expiatoire et propitiatoire** - qui est à vivre comme une loi, une obligation de faire, mais surtout avec à propos et avec le coeur... (Lecture Exode ch. 12).


4e acte : Jésus, "l'Agneau qui ôte le péché du monde."
Voilà un Dieu qui a de la suite dans les idées : Environ 4 000 ans après Adam et Éve, et 1 500 ans après Moïse, parait Jésus que le prophète Jean dit le-baptiste présente de cette curieuse manière : "Voici l'Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde".
Dieu accomplit sa promesse et prophétie dite il y a bien longtemps à Abraham : Il se fait homme lui-même, par un spermatozoïde parfait qui le figure parfaitement, qu'il dépose surnaturellement dans l'utérus d'une jeune fille vierge, Myriam (Marie chez nous) : Voilà la Parole de Dieu faite Jésus dans un corps humain. Il aura donc les deux natures et identités, de fils d'homme et de fils de Dieu.

- Comme fils de Dieu il va montrer qui il est par la puissance de l'Esprit qui lui est accordé sans mesure. Il va guérir, délivrer de démons et manifester d'autres signes miraculeux de sa divinité (résurrections de morts).
Surtout, il dit qu'il a lui, le pouvoir de pardonner les péchés... parce que bientôt il va faire "le nécessaire" pour que son pardon ne soit pas une injustice, mais le bénéfice d'une justice absolue.
Quand c'est l'heure de la Pâque, il va se réduire à n'être plus qu'homme seulement. Pourquoi ?

- Comme fils d'homme, comme l'un d'entre nous, de chair et de sang,
     - il va devoir obéir en tout aux commandements et prescriptions de la religion mosaïque (judaïsme) de ses pères charnels, afin de délivrer de tous les jougs de religiosité quiconque croira qu'il a ainsi pris sur lui le poids terrible que posent, par des rites et des devoirs, toutes les religions sur leurs fidèles. (Matthieu 5).
     - et il va "faire le nécessaire" pour cela, en devenant "l'Agneau de Dieu" - la réalité incarnée que figurait le bélier qu'Abraham voit à Morija comme substitut de son fils Isaac.

L'arrestation de Jésus se passe dans le jardin des souffrances (Gethsémané veut dire "pressoir à huile", là où la tentation de renoncer est la plus forte. Il lui faut cadenasser là le puissant effet sur tout le genre humain (passé, présent et à venir) de la chute d'Adam survenue dans le 1er jardin (d'Eden, "des délices").
Jésus subit un jugement sans justice, qui le condamne à mourir comme un des meurtriers de la terre. Il est cloué nu sur la pièce de bois qu'il a porté jusqu'au lieu de son supplice, ce qui forme une croix sur laquelle sont aussi cloués ses pieds. Golgotha (le "mont du crâne", lieu de cette exécution) se substitue à Morija (où Abraham aurait eu à sacrifier son fils). (Il n'est pas impossible que ce soit le même endroit...).

En ce jour funeste, la torture dure des heures, sous le soleil, les injures et les moqueries de tous, sous la sueur et le sang qui ruissellent, piquent les yeux, font cuire les plaies, attirent les mouches, collent les poussières comme la langue au palais. "Il n'a plus l'apparence d'un homme". Il est la poubelle du monde, le réceptacle de tous les maux et de toutes les souffrances...
"Il est fait malédiction... pour nous !"
- Par Satan et ses démons qui tournent autour de lui et excitent la foule dans une hystérie collective comme il en parait par moment.
- Par Dieu qui se sert des méchants - il suffit qu'il se retire de nous pour qu'on puisse tous en devenir - pour exécuter de cette manière inouïe son Plan B.

Sur la croix Jésus les bras grand ouverts est fait rempart entre la justice de Dieu avec ses justes jugements et nous pécheurs, pécheresses, qui méritons de les subir à un moment ou à un autre. Il meurt physiquement parce que nous sommes mortels. Et son Père céleste par l'Esprit-Saint va le ressusciter, pour que nous aussi qui croirons le surnaturel absolu de cet événement soyons de la même manière ressuscités. (Il y aura deux résurrections distinctes, d'abord celle des justifiés par leur foi, et bien plus tard celle des méchants, des incrédules, en vue de leur jugement sur la base de leurs oeuvres)... 

Pâque ! Jésus est en croix. Il a 7 paroles, dont celle-ci, qui dépasse tout : "Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font."
Qui pourrait pardonner en pareille circonstance !?...
Le 3e Ciel montre sa colère : celui de la terre devient noir, des éclairs claquent, une pluie soudaine, la stupeur, l'angoisse, la sidération parmi les "acteurs/spectateurs" ; des morts sortent des tombeaux...

C'est la nouvelle Pâque, juive et universelle ! Celle commencée au temps de Moïse selon une alliance avec Dieu scellée sur le Mont-Sinaï. Ici Jésus est fait
- Péché, à notre place - serpent brûlant -, "le salaire du péché, c'est la la mort."... 
- Il est fait Pâque, par son sang qui va pouvoir interdire à l'Ange exterminateur (Satan et ses démons) de toucher à ceux qui se réfugient sous ce sacrifice.

C'est pourquoi depuis, les sacrifices animaux ont cessé en Israël et parmi les israélites/juifs. En sont-ils interrogés ? Ce devrait être la moindre des choses ! Comme aussi pourquoi ne comprennent-ils pas leurs Écritures, comme par exemple à la lecture du chapitre 53 du livre de leur prophète Isaïe ! Satan aveugle toujours l'homme qui ne se repent pas, qui trône dans son système controuvé et dans son orgueil.

 

5e acte : Quand la mort de Jésus et son sang nous purifie de tous péchés
Comment tout se mit en mouvement pour le bénéfice de toute la terre : Actes des apôtres ch. 2

A mon tour un jour j'ai été atteint par ce message et touché par ce Dieu qui est le Créateur, le Dieu d'Abraham, de Moïse... de Pascal... Sa grâce ouvrit le ciel à sa présence.
Il m'a fallu du temps avant que je n'arrive au pied de cette croix sanglante, infâme, ignominieuse, barbare et salvatrice à la fois, moi pécheur ayant besoin d'être soustrait à l'emprise du diable (à cause de pratiques malveillantes et occultes, d'écritures mal inspirées...).
Et le Sauveur potentiel de tout le monde est devenu celui qui ME sauve, celui qui est meurt pour MOI ! À cause de moi (de mes fautes), autant que pour moi (pour que je puisse en être pardonné et poursuivre la route dans une relation avec lui qui sera sans fin). Dieu est un Dieu personnel : à découvrir personnellement ; et avec qui relationner sans intermédiaire - que Jésus qui est à la fois Dieu et médiateur du fait de son incarnation.

Connaissez-vous déjà Dieu ainsi ?
Créateur et Sauveur, chez qui depuis 2 000 ans son amour a surpassé sa justice, sa grâce ayant englouti notre condamnation.

" Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.17 Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.18 Celui qui croit en lui n'est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.19 Et ce jugement c'est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises.20 Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient dévoilées ;21 mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses oeuvres soient manifestées, parce qu'elles sont faites en Dieu.Évangile selon l'apôtre et prophète Jean.

Soyez béni-e, et heureusement transformé-e par cette lecture.

Guide de prière pour trouver en Jésus le sauveur de VOTRE âme (pour qui cela n'est pas encore accompli).

Film Jésus

__________
* le nom de Pâque en hébreu est Pessah (prononcer Pessar), qui signifie "passer au-dessus". On le retrouve dans le nom chrétien de la Pâque en anglais : Passover (le nom anglais profane étant Easter).

**On peut ici comprendre que le sacrifice sanglant initié par Dieu et qui est mis en oeuvre de façon satisfaisante par Abel, n'a cependant pas été suffisamment compris par lui - comme on le voit encore parmi nous dans les religions dites chrétiennes -. Ce sacrifice en effet est
- substitutif - la bête est sacrifiée à notre place pour que nous n'ayons pas nous-même à mourir pour prix de notre faute,
- propitiatoire - càd qu'il est vu par Dieu comme une offrande qui nous le ren propice, favorable,
- et expiatoire - ce qui veut dire que l'animal expie, càd paye pour nos fautes, à notre place. (Sur cette base de compréhension, on peut saisir ce qu'est véritablement la mort de Jésus sur une croix...

 

Repost 0
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 13:39

Je vous assure qu'on peut SAVOIR ce qu'il en est réellement, objectivement, au sujet de Dieu - exactement comme on peut apprendre et savoir au sujet des autres réalités. C'est-à-dire certainement pas totalement, mais déjà suffisamment pour trouver avec Lui comme avec d'autres choses, un bon positionnement et une relation qui témoigne de sa réalité.
Pour trouver il faut chercher et/ou recevoir... de Lui.

Dans tous les cas, c'est aimer ce qui est vrai, juste, exact, c'est aimer la vérité des réalités en soi qui importe, si on désire bien avancer, c'est-à-dire trouver plus de sens - jusqu'au sens primordial de notre présence ici -, et par là pour mieux vivre.

Je vous invite là à regarder et écouter une vidéo, en cherchant à savoir si ce qui est dit là est vrai : Chute d'assiettes.

Si vous le sentez possible, ici comment vous intégrer perso dans le Plan B Divin.

Soyez béni-e.

 

Repost 0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS : Dieu existe ! C'est ici mon cheminement depuis ce premier instant, pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il !? C'est aussi un Questions/réponses dans les domaines connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité, actualité... bref, un blog qui englobe....
  • Contact

Recherche