Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 05:14
Si les psy on tant recours aux images mythologiques, symboliques et bibliques, c'est qu'on est là depuis les temps anciens au plus près des origines et de la connaissance des réalités profondes...
Si les psy on tant recours aux images mythologiques, symboliques et bibliques, c'est qu'on est là depuis les temps anciens au plus près des origines et de la connaissance des réalités profondes...

1ère et donc ancienne section (> nouvelle à sa suite) :
On sait (ou on devrait savoir) que l'origine de la problématique humaine première et fondamentale commença dans un jardin avec un homme et une femme, jusque là images parfaites de Dieu (car entre autre vraiment libres... même de sortir des lois déterminatives divines.. ce qu'ils firent et on en est toujours là).

Maintenant si tout l'Occident (USA-Canada compris, mais principalement l'Europe) est devenu un jardin nouveau (en rapport des déserts et autres domestications de nature moins avancées), voilà qu'on y trouve face-à-face deux étranges forces terrestres antagonistes, qui figurent l'homme et la femme séparés, ne formant plus un seul corps amoureux, à cause du mal qui habite nos cœurs (notamment injustices et autres perversités ennemies de l'amour). Et on peut remarquer que, les tensions montant et les positions se radicalisant, on arrive à un terme de la déchéance adamique qui va ne plus pouvoir... qu'exploser d'une manière inouïe (peut-être bien pendant la décennie qui vient).

Ces forces sont appelées au plan des peuples Islam et Laïcité. Mais on pourrait mieux les définir encore en disant Religion et Athéisme (deux croyances fondées sur deux contenus antagonistes). Ou encore religiosité et incrédulité, ou pseudo-théocratie et pseudo-démocratie.
Dans tous les cas, deux expressions du réel culturé par l'humain - et le S(h)atan -, qui arrivent dans les deux camps à leur paroxysme : islamistes-kamikazes et femens-impies. C'est le sommet - qui va être terrible et approche d'une fin des défaites du genre humain -, de cette fracture apparue en Eden (délices) à l'aube de l'humanité (lire ici Genèse des malédictions entre homme et femme).

Et le serpent donc, où est-il caché ?... Avez-vous compris !...
Faute de ce regard holiste dans le temps et les dimensions, on reste dans la sidération au lieu d'entrer dans la compréhension - qui peut permettre de s'extraire psychiquement et spirituellement de cette condition imposante du mal (en nous et alentour).

LE MASCULIN ET LE FÉMININ EN VIS-À-VIS !?
D'un côté on voit donc déjà en pointe des combats sur un front des hommes trop mâles (on peut dire machistes), sans la nécessaire part féminine qui fait l'homme complet ; sur l'autre des femmes qui ont perdu leur féminité, troquée contre ce qui est chez les hommes qualités (virilité, autorité, témérité, regard politique...), ce qui devient chez elles dénaturalisation, défauts forcément préjudiciables (intransigeance, hargne, vindicte, impudicité, fascisme...). Voyez-vous l'antagonisme en présence ? Pas en affrontement direct, mais qu'est-ce que ça sera demain...

En fait on ne voit là que deux expressions controuvées du développement du masculin, donc de Mars, de la guerre !
Les hommes produits par l'occident agnostique-athée ont perdu leur place et ne sont dans le circuit des rapports de force qu'en ce qu'ils sont psychiquement féminisés, donc malencontreusement (dans leur cas) amoindris et mal efficaces. Et les femmes de l'islam sont globalement tenues dans une soumission qui ne leur permet pas d'être des "aides efficaces" - comme la femme peut être auprès de l'homme. Autre article sur ce sujet 1

Cette radicalisation parmi les unes et parmi des autres, est observée bien sûr d'assez près par les autres prétendants à la direction du monde, dont l'idéologie communiste est et reste le ferment. De partout donc des gens plein de bonne volonté et de détermination pour mettre en place SON système du Bien, qui ne peut être que le meilleur ! Juste que l'histoire a montré - et n'a aps fini de montrer - que tous les systèmes humains, religieux ou non religieux - ne peuvent tenir que par la violence ou tomber, ne peuvent devenir universel que par dictature ou totalitarisme....

Dès lors des affrontements terribles deviennent de plus en plus inéluctables, d'autant qu'on veut les éviter et qu'on n'affronte pas cette dimension du Réel en face et en vérité.
De plus en plus, c'est le salut individuel qui est le dernier bon combat, la foi étant le seul moyen d'échapper à des problèmes immédiats et autres situations dangereuses, et de franchir le passage de la mort sans sombrer dans l'abîme qu'ouvre pour notre âme notre séparation non réparée avec Dieu. 1Corinthiens 15 "19 Si c'est dans cette vie seulement que nous espérons en Christ, nous sommes les plus malheureux de tous les hommes." (pour lire tout le passage -très significatif- clic ici)

Soyez béni-e et dynamisé-e dans le sens de la lumière spirituelle véritable et des vérités qui ne changent pas.

(sur la droite, en Pages, prière-guide pour paix avec Dieu)

Une image significative, que le drapeau tricolore ait été remplacé par celui aux 12 étoiles ne changeant rien à la réalité en marche

Une image significative, que le drapeau tricolore ait été remplacé par celui aux 12 étoiles ne changeant rien à la réalité en marche

Section 2 : DÉSÉQUILIBRE, MALGRÉ LES APPARENCES, EN FAVEUR DU MASCULIN !
La montée, sur le versant occidental du monde habité, de la femme, n'est pas comme on pourrait le croire illusoirement une mise en valeur, un progrès, un gain de la féminité !
En réalité ce qu'on voit, c'est le genre féminin qui s'habite des vêtements qui font le masculin ! Image significative de l'appropriation - à partir de quelques icônes du cinéma et de la chanson, des idoles, de fausses déesses ! - du pantalon et des cheveux (très courts), dans les années 60 !

Redisons-le ! Le corps est (normalement) livré fini sexué, en résultat, au plan des gamètes, de ce que sont dans leur rapport le père et la mère... Ce qui fait des garçons ou des filles.
L'âme humaine, cette part seconde et centrale de nous-même, a été conçu une, sans distinction originelle de genre. C'est-à-dire que notre psyché est essentiellement sexuable. Ce qui se passe à deux niveaux :
- Déjà, à partir des premières semaines de la fécondation*, la nature de l'âme ne se réduisant pas à des parois et données physiques uniquement, elle va être nourrie par ce qu'elle va ressentir qui pénètre son nid... ce qui va constituer une orientation plus ou moins dominante (masculinité ou féminité) de ce qui fait le caractère dans un corps, que celui-ci soit sexué mâle ou femelle.
- Ensuite, c'est le rôle (délégué par Dieu)
des parents de poursuivre cette formation du moi qui est en train de devenir (de toute façon) un sujet autonome, c'est-à-dire de guider son équilibre (on peut dire de caractère, et tout son psychisme, le comportement suivant) pour en faire le mieux possible un homme ou une femme à l'image du Créateur.**
- Et puis le couple, par privilége, comme espace d'expression des partages les plus édifiants (mais aussi les autres relations sociales), devrait être le lieu de l'affinage des caractères, des progrès vers l'amour et la justice (dont la vérité fait partie) - les eux ensemble formant le sommet à viser...

(Cela dit, nous montre aussi comment on est parfois si loin d'un idéal pour nous
(bonheur, fraternité, paradis), qui pourtant existe, puisqu'on le recherche, planté en filigrane dans nos déterminismes, mais qu'il nous appartient de co-construire...
Car b
ien sûr une harmonisation de la détermination (fondamentale) du corps et (dominante) de l'âme ne peut être que satisfaisante, le contraire provoquant inexorablement des difficultés d'unification (en nous et avec les autres) et d'intégration à nos environnements, dont notre émergence dans la dimension du Divin (naissance à la spiritualité divine)...

Et donc ce qu'on voit, c'est une montée radicale du masculin,
- chez des hommes qui deviennent de plus en plus machos, jusqu'à ne plus pouvoir relationner correctement avec une conjointe et plus généralement avec la gente féminine, vue comme trop faible, méprisable, dont il faut se détourner ou au contraire qu'il faut soumettre - de gré ou de force - quand son attraction sur nous reste irrésistible... Et la même attirude vis-à-vis de l'homo occidentus festivus paumé dans l'effarement de sa féminité dominante... ce que nous montre l'actualité devenue dominante. (article connexe Du mépris à la mort) ;
- Et donc chez ces femmes homo occidentus, c'est une dérive d'un autre genre mais dans le même sens, une poussée programmée depuis longtemps et arrivant à son terme, où une certaine liberté, figurée par David sous la figure d'une femme aux seins nus - la première femen !? -, veut poursuivre son oeuvre de libération (des corps) pour, sans le savoir, sans s'en douter, avancer étendard à la main, vers un chaos qui n'a pas finir de nous recaler sur le Réel !
Car libérer les corps sans doute, mais libérer les psychismes, nous rendre heureux, c'est tout autre chose, et cette révolution libératrice-là n'est prête d'être gagnée ! Autant le dire encore ici : Sans Christ et la foi en lui, l'être humain est incapable de se réaliser dans son humanité bienfaisante. Son dit-humanisme - compris chez l'homo occidentus mâle asservi par une féminité aberrante - n'a pas plus de force contre le mal, c'est-à-dire pour le bien véritable, contre les (vrais) démons, que quelque religion que ce soit n'en a...
C'est dire - il faut atteindre cette objectivité - que les deux camps en présence sont dans le tort, dans le dérèglement, et donc aucun des deux ne va pouvoir sortir vainqueur de cette bataille, peut-être ultime, des plus mortifère à mortelle...

Et peut-être peut-on voir encore, dans la figure qui se trace sur nos écrans et autour de nous, un voulu jardin d'Eden, avec des fruits de son arbre du savoir et du mal déjà bien mangés.
L'arbre de la vie est là aussi, toujours encore largement délaissé, que figure depuis la réouverture du chemin qui donne accès à la vie éternelle, la croix dressé au même endroit qu'en ce commencement de la chute, sur laquelle Jésus est mis à mort tel un serpent, vers qui il faut regarder pour être guéri de la puissance du mal qui empêche de trouver la vraie vie et qui nous tue.

Cette fois c'est l'homme, déréglé sous les deux aspects, autrement dit séduit et rendu captif de deux manières, entré dans la désobéissance qui y persiste, voulant trouver la solution à l'équation gordienne de sa condition. Alors que la femme masculinisée est là juste à côté, qui peut manger ou pas le fruit qui lui est tendu - fruit tentant qu'est cette position haut élevé offerte - dont le concept de parité est le leurre, l'aspect séduisant du fruit.
Et donc la femme se présente encore là, dans la relation inversée, comme la gardienne possible, ultime, d'un certain ordre, qui ne pourra subsister si elle cède, si elle se laisse globalement dénaturée dans un caractère et une position qui ne sont pas siens.

...Ce qu'on ne pourra certes pas lui reprocher, puisque l'homme céda lui-même en Eden étant dans la même porition rempart...

En ce sens aussi, "la femme est 'avenir de l'homme", ce qui n'est pas pour elle une pteite affaire, puisque s'agissant d'un plan d'avenir bien plus haut et important qu'on ne pense naturellement.
Je crois que du camp dans lequel elle va globalement rester - qui est déjà le camp de la mort au bien véritable et à Dieu - ou du camp dans lequel elle va passer en nombre - qui est le camp de l'arbre de la vie éternelle auquel Jésus donne accès -, va dépendre une fin plus ou moins rapide et dramatique pour les uns et pour les autres et pour tous.
Et passer dans le camp de Christ, ce n'est pas adhérer à une religion ou changer de religion ! C'est trouver en quoi on peut vivre une dimension complémentaire de notre existence, ce qui fait notre satisfaction et plénitude, qui est la vie spirituelle. Une vie ajoutée à celle de notre âme, qui est et met en relation avec Dieu, étant son Esprit même mis en nous. (voir des Articles ou Pages sur le côté droit pour avancer sur ce chemin).

On sait déjà que tout le mal ne va pas cesser sur la Terre à ce stade de déroulement du genre humain. Au contraire ! Quand il est contré, Satan, le diable chef des démons se déchaîne... dans la mesure où Dieu permet... Il rugit contre le bien comme un lion, dit la Bible, qui nous dit encore de Résister, à toutes ces pressions incitant à mal faire, incitant à désorganiser les ordres humains et planétaires instaurés par le Créateur.
Dieu nous aime. Il vous aime, lecteur, lectrice toujours en danger de rester ou d'entrer plus avant dans les dégénérescences (personnelles, sociétales ou plus largement environnementales)... Donnez-vous, si ce n'est déjà fait, totalement à Christ, à Jésus qui a donné sa vie entière - son sang versé jusqu'à la dernière goutte figurant aussi son âme entièrement livré au mal, pour nous éviter une telle fin devant Dieu.
Cherchez la vie, et vous vivrez ! Soyez béni-e dans cette recherche, pour cette découverte. Amen.


 


_____________
* La Bible dit à cet endroit que l'âme vivante est "dans" le sang, c'est-à-dire dans un rapport étroit - qui dépasse ma recherche (et là je ne fais qu'ébaucher une approche dont il n'est pas forcément nécessaire de creuser plus avant) - avec le sang. Juste dire que le sang apparaissant la 3e semaine de conception, ce qui fait notre âme prend vie à ce moment-là.

** Sans développer là, la norme qui procure le plus grand bien (car c'est en cela que des normes sont posées et intéressantes à trouver et à respecter : le bien-être, la bonne insertion au Réel...), est pour un garçon d'avoir été développé dans ses potentialités masculines (de virilité, de force physique et mentale, d'autonomie, de conquête...) plus que - ce qui n'en exclut pas un développement !... - dans les qualités typiquement féminines que sont la douceur, la grâce, la finesse, la compassion, la capacité d'accompagner, de gérer un espace donné... Et la fille recevra comme éducation privilégiée d'être féminine, posée, compatissante, active dans une sphère moins large - pour y être plus efficace et mieux entreprenante (c'est-à-dire avec une touche de masculinité)...
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS : Dieu existe ! C'est ici mon cheminement depuis ce premier instant, pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il !? C'est aussi un Questions/réponses dans les domaines connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité, politique, philo, actualité... bref, un englobe-blog. Répétez ! ☺
  • Contact

Recherche