Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 septembre 2022 6 17 /09 /septembre /2022 10:00

Nous sommes dans un temps où se généralise une inversion terrible : celle du mal appelé bien, et du bien considéré comme du mal.

Cela ne date pas d'hier, car la terre habitée a déjà connu des temps de décadence... et les jugements divins qui s'en suivent.
"Malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal, Qui changent les ténèbres en lumière, et la lumière en ténèbres, Qui changent l’amertume en douceur, et la douceur en amertume !" Esaïe 5:20

Ainsi peut-on arriver à relativiser toutes choses, ce qui résulte d'une mauvaise vue du Réel.
Car si parmi nous la relativité est une grande vérité, il ne faut pas la rendre... absolue ! Et notamment en excluant de ce qui est (du réel créé) des fondations (des infrastructurations) qui ne sont pas relatives mais universelles, immuables, d'ordre divin.

THAT IS THE QUESTION

Que pouvons-nous trouver comme point d'ancrage le plus sûr, pour savoir ce qui est objectivement, universellement et de manière permanente ce qu'on peut appeler bien et ce qu'on doit appeler mal ?

L'intérêt de la question venant du fait des causalités où le mal comme le bien produit des effets, de la même manière que des graines de carotte ne produisent pas des choux et inversement.

Plus prosaïquement encore, si je suis mal, ce n'est pas sans raison, ce n'est pas par hasard, mais c'est parce qu'il y a forcément quelque part une cause, perceptible ou cachée, qu'on connaît ou qu'on ne soupçonne pas du tout.

La médecine ne procède pas autrement pour chercher à guérir d'un mal physique.
Les psy font de même et tout ce qui se veut réellement scientifique n'a pas d'autre approche que la quête des causes, des origines les plus premières.

POURQUOI CE MYSTÈRE !

Et pourquoi donc faisons-nous des progrès fabuleux dans des dommaines très pointus de la connaissance, avec des développements qui ne servent même pas notre bonheur, pendant que nous avons toujours nous tant de mal concernant le bien et le mal, qui sont bien des concepts dont notre qualité d'existence (de santé, de réussite...) est particulièrement tributaire !?

Rien que cela devrait nous rendre intelligence pour chercher à mieux comprendre ce qui se passe d'étrange dans ce monde, d'irrationnel, de puissant dans le mauvais sens !

Parce que si nous nous sommes enfermés dans l'enclos d'une vue seulement matérialiste du Réel - c'est un fait -, nous ne sommes logiquement pas prêts à entendre tout ce qui peut être dit des origines et de la nature du bien et du mal dans la mesure où cela rejoint notre vie morale, nos psychismes et autres spiritualités.
Et donc nous restons sans réponse, stagnants comme des eaux qui croupissent et nourrissent des microbes ou larves malignes qui bientôt vont nous poser des problèmes.
Ou alors nous nous donnons des réponses fantaisistes, in-àpropos, controuvées.
 

Alors pour sortir du "déni du Réel", la meilleure solution est de chercher ce qu'on peut connaître du bien comme du mal selon une source sérieuse, autorisée, qui en traite abondamment, prioritairement, source dont la valeur s'avère déjà par la longévité exceptionnelle (des millénaires) de ses transmissions (Les écrits bibliques).

ALORS, LE BIEN ET LE MAL, CE N'EST PAS COMPLIQUÉ !

L'essentiel se résume ainsi :
- par 10 Paroles qu'on appelle les 10 Commandements, lisibles ici <<
Ces Paroles de caractère absolue ont été données la première fois à Moïse comme lumière pour le monde via le peuple né d'Abraham, d'Isaac et de Jacob/Israël.

La transmission fidèle de ces Paroles (dites Commandements) a été perpétuée jusqu'à nous et partout, et notamment réactivée avec la personne unique de Jésus.
Incarnation et lumière divines venue sur terre pour mettre les exigences irréductibles que posent ces 10 paroles à respecter pour se garder du mal, Jésus est venu pour les mettre à notre portée.

DES CONDITIONS, MAIS EST-CE QU'ON AIME QU'IL Y AIT DES CONDITIONS !

Car pour que nous puissions nous garder nous-même de faire du mal et donc d'avoir a en subir des conséquances à la suite, il nous faut d'abord avoir une honnêteté envers nous-même. Savoir, avez-vous déjà essayé de vivre chaque jours dans le respect de ces 10 paroles ?

Sans tourner autour du pot, la vérité est que personne d'entre nous n'est capable d'une telle perfection morale, qu'on puisse ne pas pécher (faillir) au sujet d'un commandement ou d'un autre pendant seulement deux ou trois jours - ou quelques heures ! - de suite !

Parce qu'on n'est pas des êtres spirituels par nous-même et nos améliorations psychiques ne peuvent jamais nous amener à une perfection qui serait selon les exigences que la sainteté (pureté) de Dieu réclame dans des contacts spirituels avec lui.

Ainsi par10 points seulement, nous pouvons être convaincus que le mal n'est jamais, jamais, très loin de nous et s'impose à nous plus que nous ne le désirerions. 

Ce qui rend toute religion stérile comme moyen de tenir dans le bien et de résister à ce qui est mal, souillé, mauvais, méchant, trompeur, impur...

Quand on est adulte, la religion ne sert qu'à nous aider à mieux voir notre état de nature ; mais nous communiquer de force morale qui viendrait à changer notre coeur, le lit d'où partent nos réactions les plus inconsidérés.

Une religion n'est au mieux qu'un supplément de lumière pour notre conscience personnelle, souvent émoussée ou étouffée par les influences que le mal lui fait subir...

Ce qui implique la nécessité d'un moyen intermédiaire pour combler l'abîme générique qui est entre notre nature impuissante face à telle ou telle forme du mal et la pureté qu'est Dieu et que figure parmi nous ce qui est bien, juste, bon, agréable, parfait.

LA SOLUTION, UNE MÉDIATION, UN MÉDIATEUR

Là où notre conscience ou une religion s'arrêtent face au mal, il n'est plus resté pour résoudre la question de la force dominante à mal faire, que Dieu lui-même s'incarnant en un corps humain. 
Le but : accomplir parfaitement une vie sans péché, conforme à la pureté, qui ne laisse aucune place pour que s'insinue la moindre graine du mal, ni dans le corps, ni dans l'âme, ni dans l'esprit.

Telle fut la mission de Jésus, que diverses expressions les plus actives du mal n'eurent rien de mieux à faire que de le tuer pour faire disparaître cette manifestation globale ("holystique") de Dieu sur la terre.

Ainsi se liguèrent contre la sainteté, la pureté, la justesse, la bonté, la beauté morale, le bien le plus homogène,
a - les forces célestes de Satan et ses démons, avec

b - les forces malignes du coeur de religieux - défenseurs de la loi aveugles au lieu d'en être les bénéficiaires éclairés -, enfermés dans la fourberie, hypocrisie, duplicité,

c - l'effet de foule sur population, où l'on se rallie plus vite et par pression du groupe à des cris, à des débordements malsains, à la haine, qu'à la maîtrise, la bienveillance, la vérité, la justice ou l'amour,

d - et encore la force égotique et servile des dominants, en l'occurrence des Romains, mus par le désir de conserver le pouvoir et/ou d'obéir aveuglément.

Toute une coalition (on dirait aujourd'hui fasciste, nationale socialiste (nazie) ou communiste, mêlant religieux, idolâtres et athées) liguée pour que Satan puisse conserver l'avantage qu'il prit sur le genre humain en un épisode fameux que rapporte notamment le 3e chapitre du 1er livre de la Bible, la Genèse.  

LE BIEN TUÉ PAR LE MAL RESSUSCITE

Jésus a été traité comme le pire des brigands, parce qu'il a accepté de prendre notre place de coupables (par nos actes, paroles et pensées mauvaises), afin que par la foi en ce sacrifice (expiatoire et substitutif uniques), les forces du mal puissent être soumises à la force supérieure du Bien, de Dieu, sans que ce soit Lui directement qui l'exerce.

Une mort unique d'un juste pour les injustes, si parfaite que finalement aussi elle fut totalement injuste, ce qui valut à Jésus d'être ressuscité.

On parle là du moyen unique initié par le Créateur pour que nous ne restions pas régulièrement et éternellement  soumis au mal ; d'une part donc durant cette existence, et d'autre part pour que ne se poursuive pas la domination satanique sur notre âme (siège de notre conscience) après que nous ayons été séparés de notre corps (mort physique).

De plus, Jésus répandit à la suite du Ciel spirituel divin, comme preuve de sa résurrection et de sa glorification céleste, l'Esprit de Dieu (appelé Saint-Esprit ou encore Emmanuel), répandu activement sur et dans l'être intérieur ses disciples, et aussi potentiellement partout, comme un secours sans fin accessible à tous et chacun via le principe de la foi. 
On ne parle plus alors en terme de religion, mais de spiritualité, de croyance seulement mais de régénération, de renaissance ou "nouvelle naissance"
Lecture/écoute : Jean 1.12,13 - Jean 3.1 à 21 - Jean 20.21 - Actes 1.4...

Ainsi par l'Esprit Divin, on reçoit
- la capacité de voir bien plus clair sur ce qui est du bien et de ce qui est du mal
- et la force pour résister aux pressions, tentations, incitations, courants du mal et faire du bien malgré qu'on n'en ait pas la force personnellement.

 

CAS PARTICULIER DE L'OCCULTISME

Si le mal dont il est parlé jusque là ne fait état que de nos relations, verticale avec le Créateur et horizontales avec soi-même et avec nos semblables, il y a une autre source ou porte maligne par laquelle

a - le mal peut nous attirer et séduire, et
b - se glisser ou s’engouffrer dans notre quotidien et possiblement en nous jusqu'à l'oppression, la dépression, l'obsession, l'addiction ou la possession.

Car si le surnaturel et spirituel divins existent, le surnaturel et spirituel démoniaque, satanique, l'univers d'anges déchus aussi mal dans leur condition que puissants contre nous, existe tout autant.

C'est pourquoi depuis et par Moïse (puis bien d'autres), on est informé de cette dualité de la situation céleste, avec des effets terrestres malins et maléfiques.

Nous sommes avertis de cette réalité céleste ténèbreuse par exemple ici :

a - "Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable. 12 Car nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes." (lettre aux Ephésiens, chap. 6)

et là

b - "Qu'on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu, personne qui exerce le métier de devin, d'astrologue, d'augure, de magicien, 11 d'enchanteur, personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure, personne qui interroge les morts. 12 Car quiconque fait ces choses est en abomination à l'Eternel; et c'est à cause de ces abominations que l'Eternel, ton Dieu, va chasser ces nations devant toi. 13 Tu seras entièrement à l'Eternel, ton Dieu. 14 Car ces nations que tu chasseras écoutent les astrologues et les devins; mais à toi, l'Eternel, ton Dieu, ne le permet pas." Livre du Deutéronome chap. 18

Ce qui signifie que plusieurs pratiques (et exercices de foi) de nature surnaturelle, ne sont en réalité que des moyens de mise en contact avec des entités occultes, des esprits invisibles malveillants, qui entendent profiter e notre ignorance pour prendre le dessus sur nous, en nous faisant entrer dans des pratiques dont ils sont les initiateurs.

La liste est longue de ses multiples moyens de divination ou de communication avec le versant spirituel du Réel, ar c'est par cela - comme par les violences - que le grand nombre de ces démons s'assurent une domination du mal sur nous.

Et si l'on veut voir, il n'est pas difficile de s'apercevoir que dans nos actualités comme tout au long de l'histoire, que la ténèbre, les forces occultes distillant le mal se montrent, et de plus en plus, affligeant des personnes (jusqu'au suicide), ou en possédant pour accomplir des actes terribles : attaques au couteau, attentats, guerre, meurtres divers, abus sexuels et viols, mais aussi arnaques, séductions trompeuses, manipulations, influences malignes, propagande, tentations avec usage d'alcool ou de drogue, etc...

De plus en plus d'actes ont un effet sidérant sur des populations, engendrent des peurs, sensations de froidure, de présence, tremblement, insécurité, attirance au suicide..., c'est le résultat de 'jeux' invisibles mais effectifs de réalités et de causalités que nous ignorons trop souvent, mais comme l'a écrit Aldous Huxley "Les faits ne cessent pas d'exister parce qu'on les ignore."


SYNTHÈSE (SAINTE THÈSE !)

Un savant religieux connaissant intelligemment les paroles de la Loi de Dieu, les synthétisa très bien toutes - ce que Jésus approuva - disant que la force du bien, la force pour bien faire peut se résumer à un seul verbe - d'action - suivi de trois compléments : AIMER

1 - En premier lieu Aimer Dieu, sans quoi la suite va être des plus difficile, voire impossible,

2 - En parallèle apprendre à S'aimer soi-même, s'accepter comme on est, sans nous minimiser à excès ou nous enorgueillir de quoi que ce soit...

3 - pour pouvoir alentour Aimer son prochain, quiconque donné selon la loi d'imprévisibilité plus que par hasard...

Déjà un vrai challenge ! Pire : Si on est vraiment honnête, c'est une mission impossible que donne par là le Créateur aux êtres marqués à coeur par la loi dominante du mal (du péché).
Aimer de manière stable, continue, impartiale, nous est impossible.

Mais heureusement,ce qui est impossible à l'humain, est possible à Dieu !

LA CLE

La clé de la serrure du coeur et de l'amour est en réalité la plus utile et la plus difficile à trouver, et puis à ne pas perdre : Elle nous glisse des doigts sans qu'on s'en aperçoive !

Cette clé est donc dans une foi qui est abandon à Dieu, confiance la plus illimitée en SON amour.
Ne perdons plus de temps à chercher à aimer Dieu, à faire encore des efforts pour lui plaire, aimer tous les autres, et tout faire pour se trouver plaisant à nos propres yeux !

Rien de cela n'est durablement à notre portée.
Plus nous suivons un tel chemin d'application à devenir un être spirituel, admirable, différent des autres, aimant Dieu plus que tous, plus nous allons sombrer dans de la religiosité nauséabonde, dans un léglisme irritant et mortifère.

UNE CLÉ A TOURNER DANS LE BON SENS

C'est en suivant cette voie du mérite personnel, qui est une expression de l'orgueil, que des croyants comme des athées en viennent à prendre des armes et à tuer là où Dieu a dit : Aimer !

Il faut donc tourner la clé dans l'autre sens pour plaire à Dieu, entrer dans son amour pour nous, et en porter aux autres.

Il ne faut plus dire : Je le veux, j'y arriverai ! Mais plutôt : Je le veux, mais Seigneur ait pitié de moi ; je n'y arrive toujours pas ! Viens t'établir en moi pour que j'aime par toi, qui est amour.

C'est ainsi que si nous avons quelque attirance vers Dieu, c'est seulement parce qu'il nous a aimé le premier, et nous aime, et veut encore déverser en nous de son amour pour que nous aimions de sa part.
1 Jean 4:19 "Pour nous, nous l'aimons, parce qu'il nous a aimés le premier."

C'est la prise de cnscience, la révélation de l'amour que Dieu nous porte, qui nous rend aimant à notre tour.

Voyez cette belle, puissante et salutaire histoire (Luc chap. 7) :
"Un pharisien pria Jésus de manger avec lui. Jésus entra dans la maison du pharisien, et se mit à table. 37 Et voici, une femme pécheresse qui se trouvait dans la ville, ayant su qu'il était à table dans la maison du pharisien, apporta un vase d'albâtre plein de parfum, 38 et se tint derrière, aux pieds de Jésus. Elle pleurait; et bientôt elle lui mouilla les pieds de ses larmes, puis les essuya avec ses cheveux, les baisa, et les oignit de parfum. 39 Le pharisien qui l'avait invité, voyant cela, dit en lui-même : Si cet homme était prophète, il connaîtrait qui et de quelle espèce est la femme qui le touche, il connaîtrait que c'est une pécheresse.

40 Jésus prit la parole, et lui dit : Simon, j'ai quelque chose à te dire.- Maître, parle, répondit-il.- 41 Un créancier avait deux débiteurs : l'un devait cinq cents deniers, et l'autre cinquante. 42 Comme ils n'avaient pas de quoi payer, il leur remit à tous deux leur dette. Lequel l'aimera le plus ? 43 Simon répondit : Celui, je pense, auquel il a le plus remis. Jésus lui dit : Tu as bien jugé.

44 Puis, se tournant vers la femme, il dit à Simon : Vois-tu cette femme ? Je suis entré dans ta maison, et tu ne m'as point donné d'eau pour laver mes pieds; mais elle, elle les a mouillés de ses larmes, et les a essuyés avec ses cheveux. 45 Tu ne m'as point donné de baiser; mais elle, depuis que je suis entré, elle n'a point cessé de me baiser les pieds. 46 Tu n'as point versé d'huile sur ma tête; mais elle, elle a versé du parfum sur mes pieds. 47 C'est pourquoi, je te le dis, ses nombreux péchés ont été pardonnés : car elle a beaucoup aimé. Mais celui à qui on pardonne peu aime peu."

CE QUI VEUT DIRE

a - qu'on doit beaucoup pécher, faire beaucoup de mal, pour être beaucoup pardonné et pouvoir aimer Dieu !?
Non. On n'a pas besoin de se forcer à mal faire : On en fait bien assez chacun naturellement pour n'avoir pas à en rajouter.
Alors
b -
cela veut dire que nous avons à confesser le maximum - la totalité - de nos fautes pour en être pardonné. Il y en a suffisamment, faits par chacun-e, pour pouvoir ressentir l'amour de Dieu au fur et à mesure qu'on se dépouille devant lui... Quand on saisit que c'est pour chacune de nos fautes que Jésus s'est laissé crucifié, parce que se rendant comme coupable de toutes, notre coeur n'est-il pas encore ému !

Tant qu'il reste des fautes cachées non confessées, non pardonnées, inavouées car tellement honteuses, ou qu'on a cru si insignifiantes - alors que chaque faute met individuellement un voile entre Dieu et nous, nous devons chercher le pardon de Dieu, c'st-à-dire la manifestation de son amour, jusqu'à ce que notre coeur en soit atteint.

"Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle. 17 Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. 18 Celui qui croit en lui n'est point jugé; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. 19 Et ce jugement c'est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises. 20 Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient dévoilées; 21 mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses oeuvres soient manifestées, parce qu'elles sont faites conformément aux pensées de Dieu." Jean chap. 3

"Car, lorsque nous étions encore sans force, Christ, au temps marqué, est mort pour nous impies. 7 A peine mourrait-on pour un juste; quelqu'un peut-être mourrait-il pour un homme de bien. 8 Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous." Romains chap. 5. 

Que reste-t-il à faire d'essentiel durant tout le reste de notre existence ?
Voir nos fautes, nos travers, nos dérapages, nos sorties de route, nos hontes, nos faillites morales ou autres??? et demander pardon, deander pardon et encore demander pardon... jusqu'à ce qu'on ait compris qu'on est irrécupérable pour être quelqu'un de bien ! Pour devenir par nous-même une belle personne.

C'est l'humiliation de l'apôtre Pierre, toujours à vouloir être le premier pour Dieu, le plus zélé, parlant haut et voulant toujours plaire à Jésus,, se faisant son défenseur (jusqu'à couper l'oreille d'un homme), sûr de sa propre fidélité... jusqu'à ce qu'il le trahisse de manière tout aussi minable que put le faire Judas peu de temps avant.

Il faudra tout l'amour de Jésus, sa douceur, pour une réhabilitation de Pierre à ses propres yeux (ce qui se lit >> ici <<

Trouvez vous aussi la paix avec Dieu, l'acceptation de vous-même, pécheur, pécheresse, mais que Dieu aime et veut sans cesse pardonner et transformer.

COMMENT ÉCHAPPER AUX FORCES MAUVAISES QUI MONTENT

En trouvant un secours, un abri, un refuge, une défense, en Dieu. Par la foi en Jésus qui par sa mort consenti, a créé un pont unique entre Dieu et nous au dessus de l'abîme terrorisant de nos péchés et de la mort, du mal en général...
C'est dans le roc de cet abîme qu'a été plantée la croix de la crucifixion pour que nous puissions venir à Dieu et Dieu prendre notre existence et notre âme sous ses ailes...

>> Un guide pour aider dans une ou des prières qui peuvent faire de votre existence une nouveauté et dynamique de vie que vous ne soupçonnez même pas <<

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2022 7 11 /09 /septembre /2022 17:09


>> ici un guide pour vous guider si vous désirez remettre votre existence au Dieu vivant éternel <<

Venir à Dieu n'est pas venir à une religion, mais c'est vouloir entrer dans une relation réelle, directe, vivante, où la paix et l'amour vont pouvoir dominer ; un contact et une relation de notre âme avec l'Esprit (Saint) du Dieu unique, Créateur et Rédempteur.
 

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2022 2 06 /09 /septembre /2022 19:54

Pour faire des progrès qui ne soient pas des dévoiements et des régressions, il faut que le niveau moral des personnes concernées soit maintenu ou amélioré, voire que l'amour de la vérité et la maîtrise de soi grandissent.

Or, nous sommes dans un temps troublé, de crises, de jugements, et persister à innover, à tenter de nouvelles techniques, à investir et miser sur des développements technologiques incessants, c'est se compliquer la vie, c'est créer des écarts lourds à gérer entre générations, c'est ajouter significativement à l'effet planétaire de serre, au réchauffement climatique, à des événements perturbateurs des équilibres, des éco-systèmes...
A trop vouloir bouger, faire des kilomètres, parcourir la terre, on la pollue, on se condamne à des restrictions de mobilité terribles quand on va réaliser l'ampleur des déréglages humains et environnementaux.

Dieu nous a fait savoir qu'il désire nous voir abandonner le mal (selon son estimation) et nous accorder une seconde chance pour obtenir de lui de pouvoir vivre éternellement, sans plus de place pour quelque mal que ce soit.
Inimaginable !?
Bien sûr !
Mais quand on observe tout l'univers, dans sa taille astronomique comme dans ses dimensions nanométriques, est-il si difficile de croire qu'il peut nous rendre éternels même après que la mort ait séparé notre âme de notre corps !

Si Dieu est l'auteur des formes de vie - vie qu'il est en soi et éternellement -, pourquoi ne pourrait-il pas réparer des organismes ou organisations détruites !?

C'est une question qui touche à ses capacités et à notre foi, exactement comme croire que la vie est un pur produit du hasard et de hasards innombrables.
Dans tous les cas, on n'est toujours que des croyants, matérialistes ou religieux ou spirituels.

A partir de là, que continuer à croire quand tout perd son sens, quand on se trouve dans une galère ou sous une sombre vague déferlante ?
Pour trouver la foi en Dieu selon la Bonne Nouvelle amenée et portée par Jésus, le Christ devenu éteernel et son Esprit-Saint, ici >> un guide où rejoindre quelques formulations de prières qui peuvent aider <<
.

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2022 6 03 /09 /septembre /2022 08:47

J'écris l'mage de ce principe hier (2-08-22), et ce matin, conduit par... le travail pédagogique* de l'Esprit, j'en arrive à découvrir la personne de Ivan Illich et  notamment cette phrase-clé qui dit la découverte du même principe fondamental :
« Lorsqu'une activité outillée dépasse un seuil défini par l'échelle ad hoc, elle se retourne d'abord contre sa fin, puis menace de destruction le corps social tout entier. » — Ivan Illich, La Convivialité, Paris, Éditions du Seuil, 1973, p. 11

Revenir ou venir à Dieu est l'ultime secours individuel dans un monde où collectivement le bien recherché est déjà dans la bascule et sa fin va se précipiter.

Savoir que les recherches sans limites de liberté et de plaisir par certains, et de pouvoir par les mêmes ou par d'autres, sont (de manière suffisamment générique) parvenues à ce seuil critique au delà duquel c'est perte et non plus gain, par chute et glissade, dans les domaines visés (liberté, plaisir, confort, pouvoir).

Et les actifs aux plus hauts sommets eux-mêmes n'y échapperont pas... Car Dieu reste Dieu, et le montre, soit par le jeu de ce principe qui fait partie de son organisation de l'univers, soit par toute autre intervention surnaturelle quelconque de lui-même.

>> guide pour prier en vue d'un repositionnement essentiel dans ce monde et face au vrai Dieu. <<

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2022 5 02 /09 /septembre /2022 18:29

Si la révélation ou compréhension du sens des choses et des personnes n'est pas plus immédiate, c'est que notre liberté est réelle... avec son corollaire, notre responsabilité d'êtres pouvant penser et se penser.

Le double sens : Les chemins du bien et les chemins du mal

 

 

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2022 5 02 /09 /septembre /2022 17:07

L'ampleur que prennent les "MOI-JE" conduit à des morcellements qui ont besoin d'un pouvoir de plus en plus fort pour tendre vers une unité nécessaire.
En français courant : On va tous désirer ou être conduit vers une gouvernance de plus en plus drastique qui ne pourra vite plus faire de différences entre les uns et les autres, les quêteurs de bien et les guetteurs de mal...

Que reste-t-il donc comme solution ?...

Pour qui veut faire le pas vers la solution personnelle la plus radicale et bonne, >> cliquez ici pour une aide à la prière<<

Bon choix de vie.

Partager cet article
Repost0
23 août 2022 2 23 /08 /août /2022 18:28

 

POÈME D'UN AUTRE TEMPS... ET DE TOUT LE TEMPS

              à un Président qui passe
 

Un jour ô Président,
Sache que mort devant les vivants
Ta vie autrement paraîtra,
Non plus auréolée de tous tes apparats,
Non plus lissée par des séductions,
Mais livrée dénudée, brute, sans concession
A la vue objective d'un autre temps
Qui regarde sans emprise tous les événements.


Car la roue tourne et changent les regards,
Se dévoilent après tous les départs
Des dossiers, des secrets défense de toucher
La nudité des faits, les clairs obscurs éclairés ;
Car il n'est rien de caché qui ne soit
Un jour ou une nuit sorti de son carquois,
Respirs d'alcôves ou messages codés
Lie du cœur et de l'âme intimes pensées.


Un jour il faudra ô Président
(D’État, de boîte, d'holding, de paravent,
D'asso, de derrière ou de devant)
Car nous sommes tous faits de fer blanc
Pécheurs sans force face aux pouvoirs,
A l'argent, à certaines beautés, aux miroirs...,
Il faudra déloger et devant le Tribunal de Jésus-Christ
Ou le Grand Trône Blanc où ce monde finit
Voir sa misère, ce peu qu'on est resté...

...Et peut-être aussi voir cette Grâce mal jugée
Que Dieu tient en réserve sous les pieds percés de sa croix
Pour ceux qui regardent et qui croient.

CT 23-08-22

En annexe : un guide de prières ici <

Soyez béni-e, et faites passer si vous connaissez quelque Président...
 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 août 2022 6 20 /08 /août /2022 20:00

Le passage du témoin n'est pas qu'en sport, c'est aussi de la sorte que la foi se transmet et qu'on peut entrer dans des épreuves pour gagner... contre le mal...

C'est (curieusement mais pas par hasard) l'athée Lénine qui dit que les chrétiens avaient l'arme la plus redoutable - la prière -, mais (d'une manière générale) ils ne s'en rendent pas compte et s'en servent très peu, sans beaucoup de foi.

Pourquoi, si ce n'est que là comme ailleurs il faut commencer à pratiquer si on veut monter en force et résultats; et pratiquer demande de la ténacité, de la patience, de vouloir apprendre, de se trouver face à des échecs, demande une foi qui croit réellement au surnaturel et au Dieu puissant de la Bible... ême si la réponse n'est pas celle qu'on s'imaginait.
Mais il est toujours préféable de "jouer" son talent, un don de Dieu, à le garder au frigo ou au congélateur.

Ce challenge reste toujours ouvert, et s'il y a beaucoup d'appelés mais peu d'élus, je veux être du faible nombre (certainement quand même plus d'une centaine de millions dans le monde).

Cet article fait donc suite à >> celui-ci au sujet des feux et de la prière qui peut venir comme force supérieure dans la lutte contre les flammes <<

Croire que la prière peut faire reculer ou empêcher ou arrêter des événements même importants, telle est la foi que Dieu honore.

Au sujet du feu et de l'eau, on doit savoir ou se souvenir de ce que Dieu en a dit :
- à Noé et depuis, il a dit qu'il ne submergerait plus jamais la terre par des grandes eaux. D'où on peut comprendre que des tsunamis, des vagues géantes ou des précipitations de plus en plus soudaines, brutales et imprévisibles ne sont plus seulementde des phénomènes qui se justifient spirituellement, mais il s'agit de manoeuvres atmosphériques organisées par des esprits capables de modifier ou d'amplifier des mouvements de notre ciel physique.

On voit cela dans la Bible (un peu comme un événement archétype) à un moment où Jésus s'est endormi dans une des barques qui traversent la mer de Galilée.

Dans le livre biblique de Marc chapitre 4 on peut lire : "Il s'éleva un grand tourbillon, et les flots se jetaient dans la barque, au point qu'elle se remplissait déjà.
La violence de la tempête est telle que les disciples, pourtant habitués à du gros temps sur cette mer, pensent que cette fois ils vont périr. Dans leur incapacité de manifester la foi dans laquelle il les forme jour après jour. ils crient vers Jésus.
Celui-ci se réveille, se lève et tance les éléments leur ordonnant de se calmer.
Cela nous semble d'un autre monde, d'un temps révolu.
Il n'en est rien : Dieu ne change pas, ses interventions sont toujours possibles dans l'exercice de la foi.
Soit si on lui demande d'intervenir - ce que Jésus fait -,. Mais aussi par nos paroles prononcées dans la foi et la puissance admise du nom de Jésus, les éléments peuvent se soumettre (si je me permets d'écrire cela, c'est pour l'avoir expérimenté à plusieurs reprises).

"S'étant réveillé, Jésus menaça le vent, et dit à la mer : Silence ! tais-toi ! Et le vent cessa, et il y eut un grand calme. 40 Puis il leur dit : Pourquoi avez-vous ainsi peur ? Comment n'avez-vous point de foi ? 41 Ils furent saisis d'une grande frayeur, et ils se dirent les uns aux autres : Quel est donc celui-ci, à qui obéissent même le vent et la mer ?"

Dieu n'en finit pas de faire notre éducation, pourvu qu'on suive ce qui se passe dans l'école de notre quotidienneté.

C'est pourquoi je voudrais réveiller des consciences jadis informés de ces choses à revenir à une vue spiritualiste puissante de ce monde. Celle qui peut faire la différence d'une manière significative. Celle qui n'a pas besoin de chercher à rendre ces prévisions plus pointues pour éviter des drames ; celle qui peut se passer de renforts en personnes ou en matériel pour calmer des vagues en furie ou arrêter un feu attisé par le vent.

Ne suffit-il pas d'une pluie survenant à point nommé - ce que peut provoquer une prière de foi - pour changer le rapport de force avec le feu ? Pour détourner une tornade qu'on voit se déclencher, pour qu'un début de grêle s'arrête !

Comment croit-on que nos anciens, qui dépendaient du temps plus que nous, majoritairement en campagne, pratiquaient pour ne pas mourir de faim à cause d'une sécheresse ou de l'embrasement d'un champ mûr pour la moisson ?

Et quand la pluie vient stopper des incendies, qu'entend-on des bouches dépourvues de foi ?
Dommage qu'il y en ait pas eu davantage ! C'st bien mais ça ne va pas suffire contre les reprises !
Dieu entend-il de la reconnaissance ?...
Savons-nous encore nous humilier quand nous sommes dans la défaite, sous un jugement, insuffisant pour ce qui se présente à nous !
Et savons-nous aussi après notre abaissement être à l'écoute de l'Esprit Divin qui nous dit que tel événement n'est pas juste, et refuser des événements comme étant des fatalités irrémédiables !

Que nous soyons un citoyen lambda ou un élu pour un territoire, l'invitation est la même : excercer une foi en Dieu qui rebat les cartes, qui change la donne, qui nous fait tenter des coups qui font bouger le bras du Dieu qui aime que nous plaçions notre foi en lui.

Face au feu, face à l'eau, comme face à des maladies, à des points de rupture... pouvons-nous prendre position pour notre salut qui s'acquiert pour la seule foi en Dieu et en Jésus son Christ notre médiateur, reprenant les paroles du psalmiste :  :"Je dis à l'Eternel : Mon refuge et ma forteresse, Mon Dieu en qui je me confie !3 Car c'est lui qui te délivre du filet de l'oiseleur, De la peste et de ses ravages. 4 Il te couvrira de ses plumes, Et tu trouveras un refuge sous ses ailes; Sa fidélité est un bouclier et une cuirasse. 5 Tu ne craindras ni les terreurs de la nuit, Ni la flèche qui vole de jour, 6 Ni la peste qui marche dans les ténèbres, Ni la contagion qui frappe en plein midi." Quelles promesses de Dieu pour qui veut se confier en lui pour lui permettre et le voir agir !

Et puis ces promesses pour la foi qui viennent de Jésus (Evangile selon Marc, chap. 16) : "Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. 16 Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné. 17 Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : en mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; 18 ils saisiront des serpents; s'ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris."

Ni Dieu Lumière éternelle inaccessible, ni Jésus qui en fut l'incarnation et se trouve désormais les deux assis sur le même trône, ni encore le Saint-Esprit, qui est parmi nous et opère les miracles, ne change(nt) dans leur vue et dans leurs paroles, c'est pourquoi croyons, alors que les temps et les épreuves vont se durcir (comme au temps du Pharaon d’Égypte face à Moïse). Croyons et osons la foi.

Ah, faut-il le préciser !? Le carburant (ou comburant) de la foi, c'est... l'amour.
Car c'est lui qui va nous pousser à prier avec foi, à intercéder pour d'autres, quand soudain par exemple on est ému de compassion en voyant certains désastres, des sinistrés, certaines menaces...

C'est aussi pourquoi Jésus place l'amour du coeur, désintéressé ou même filial, partisan, comme pierre de touche de sa Bonne Nouvelle ou Evangile (qui est le don de sa vie pour nous épargner un maximum de problèmes et de souffrances).

Et si vous vous sentez si loin de Dieu, si pauvre dans la foi ou en amour, et désireux cependant de croire et de vivre de manière à plaire à Dieu, >> pour vous aider à formuler une ou quelques prières selon votre coeur, un lien ici <<

Soyez béni-e...

 

 

Partager cet article
Repost0
15 août 2022 1 15 /08 /août /2022 18:50

UNE DOUBLE CHAUDE ACTUALITÉ

Les tourbières sont mieux connues depuis qu'on a compris comment les feux même arrêtés en surface, continuent à brûler sous la terre.
Par leur constitution spongieuse, elles peuvent sournoisement préparer de nouveaux départs de feu.

PAR LA LOI DE CORRESPONDANCES

S'agissant de la question du feu, je viens de voir le parallèle magistral qu'on peut faire entre les tourbières et nos coeurs. Les unes comme les autres forment une source cachée - comme le coeur des volcans d'ailleurs - à partir de quoi peuvent s'embrasser sans crier gare des feux ravageurs, en l'espèce aussi dans nos relations les uns avec les autres.

On peut lire sous la plume de Jacques des comparaisons interpellantes (chap. 3) :
"Qu'il n'y ait pas parmi vous un grand nombre de personnes qui se mettent à enseigner, car vous savez que nous serons jugés plus sévèrement. 2 Nous bronchons tous de plusieurs manières. Si quelqu'un ne bronche point en paroles, c'est un homme parfait, capable de tenir tout son corps en bride.

3 Si nous mettons le mors dans la bouche des chevaux pour qu'ils nous obéissent, nous dirigeons aussi leur corps tout entier. 4 Voici, même les navires, qui sont si grands et que poussent des vents impétueux, sont dirigés par un très petit gouvernail, au gré du pilote. 5 De même, la langue est un petit membre, et elle se vante de grandes choses. Voici, comme un petit feu peut embraser une grande forêt ! 6 La langue aussi est un feu; c'est le monde de l'iniquité. La langue est placée parmi nos membres, souillant tout le corps, et enflammant le cours de la vie, étant elle-même enflammée par la géhenne*.

7 Toutes les espèces de bêtes et d'oiseaux, de reptiles et d'animaux marins, sont domptés et ont été domptés par la nature humaine; 8 mais la langue, aucun homme ne peut la dompter; c'est un mal qu'on ne peut réprimer; elle est pleine d'un venin mortel. 9 Par elle nous bénissons le Seigneur notre Père, et par elle nous maudissons les hommes faits à l'image de Dieu. 10 De la même bouche sortent la bénédiction et la malédiction. Il ne faut pas, mes frères, qu'il en soit ainsi. 11 La source fait-elle jaillir par la même ouverture l'eau douce et l'eau amère ? 12 Un figuier, mes frères, peut-il produire des olives, ou une vigne des figues ? De l'eau salée ne peut pas non plus produire de l'eau douce.

13 Lequel d'entre vous est sage et intelligent ? Qu'il montre ses oeuvres par une bonne conduite avec la douceur de la sagesse. 14 Mais si vous avez dans votre coeur un zèle amer et un esprit de dispute, ne vous glorifiez pas et ne mentez pas contre la vérité. 15 Cette sagesse n'est point celle qui vient d'en haut; mais elle est terrestre, charnelle, diabolique. 16 Car là où il y a un zèle amer et un esprit de dispute, il y a du désordre et toutes sortes de mauvaises actions. 17 La sagesse d'en haut est premièrement pure, ensuite pacifique, modérée, conciliante, pleine de miséricorde et de bons fruits, exempte de duplicité, d'hypocrisie. 18 Le fruit de la justice est semé dans la paix par ceux qui recherchent la paix."

Ainsi notre coeur est comme une rtourbière en ce sens qu'il renferme en chacun un feu qui couve et qui, s'échauffant à l'intérieur, peut monter jusqu'aux lèvres en des propos méchants, virulents, agressifs, étonnants parfois, blessants, destructeurs de bonnes relations...

Et c'est l'apôtre Marc qui nous explique (chap. 7 de "son" évangile), le lien qui existe entre notre intérieur et l'extérieur, entre notre coeur profond et ce que nous pouvons dire :
"Jésus
dit à la foule : Ecoutez-moi tous, et comprenez. 15 Il n'est hors de l'homme rien qui, entrant en lui, puisse le souiller; mais ce qui sort de l'homme, c'est ce qui le souille (notre âme). 16 Si quelqu'un a des oreilles pour entendre, qu'il entende.

17 Lorsqu'il fut entré dans la maison, loin de la foule, ses disciples l'interrogèrent sur cette parabole. 18 Il leur dit : Vous aussi, êtes-vous donc sans intelligence ? Ne comprenez-vous pas que rien de ce qui du dehors entre dans l'homme ne peut le souiller ? 19 Car cela n'entre pas dans son coeur, mais dans son ventre, puis s'en va dans les lieux secrets, qui purifient tous les aliments. 20 Il dit encore : Ce qui sort de l'homme, c'est ce qui souille l'homme. 21 Car c'est du dedans, c'est du coeur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres, 22 les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l'orgueil, la folie. 23 Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans, et souillent l'homme."

Et les souillures (même si elles ne sont pas péchés), nous séparent de Dieu tant qu'elles ne sont pas vues, confessées et lavées...

CORRESPONDANCES ET CAUSALITÉS

Et pour finir là avec un parallèle tout aussi saisissant, c'est tout notre intérêt de se demander ou de se dire que le dérèglement climatique, la canicule, la sécheresse, les feux de forêt gigantesques (comme le feu des covids), ne se fait pas sans nous, on l'a compris maintenant (depuis peu) par nos comportements économiques égoïstesn égotiques, envieux, cupides, irrespectueux... et j'ajoute sans l'ombre d'un doute - ce qu'on a encore du mal à admettre - les dérèglements de la nature sont aussi résultats et images de nos dérèglements moraux, de nos échauffements intérieurs qui produisent de plus en plus d'excitation, d'irritation, de ruptures ou accidents, de dissipations énergétiques en tous genres...

Comment va ton coeur et de quelle nature est le fruit de tes lèvres ? Que se passe-t-il encore à l'intérieur, quelles pensées qui ne nous lâchent pas, et qu'il serait honteux de dire au dehors !
Et qui purifiera de lui-même son propre coeur !?
Mssion impossible !
Mais rien n'est impossible à Dieu, et il peut nous aider à désirer un cœur nouveau, un esprit mieux disposé.

Une étude ultérieure peut se faire sur la différence en nous entre le feu profane naturel qu'on vient de voir là - qui s'appelle aussi selon la Bible "la loi du péché et de la mort" - un feu sacré que Dieu veut allumer, par son Esprit, dans notre coeur purifié ou renouvelé - feu paisible de bienveillance, de pardon et d'amour.

Pour qui veut changer, entrer dans une nouveauté d'existence mieux apaisée, qui saisit plus justement le sens des événements et réalités, >> ici une page pour aider à formuler votre propre prière (ou quelques prières) pour venir ou revenir à Dieu <<
 


_________________
* La géhenne tire ce nom de la vallée de Jérusalem dans laquelle on brûlait tous les déchets, encombrants, pourritures, cadavres... Jésus l'emploie comme image de ce qu'il va révéler plus tard, dans l'Apocalypse, "un étang ardent de feu et de soufre" où s'opèrent les derniers jugements sur les coupables impénitents (ce qu'on appelle aussi l'enfer).

OURBIÈRES

Partager cet article
Repost0
11 août 2022 4 11 /08 /août /2022 17:03

Le ciel s'est ligué, notamment contre la France en ce moment, non sans raison, mais aussi non sans secours possible des cieux eux-mêmes !

FAIRE FACE AU FEU !

N'y a-t-il donc plus parmi les élus des communes comme parmi ceux du gouvernement et des assemblées, des conseils départementaux ou régionaux, personne pour conduire vers la prière efficace la population dont ils ont voulu avoir la charge !?

N'y a-t-il plus de responsables qui ait la Bible pour livre et ligne de conduite afin que tout aille le mieux possible et pour solliciter et obtenir un secours de Dieu quand ça ne va pas ?

Car le Dieu qui ne change pas a dit au grand roi Salomon et dit encore par le second livre historique des chroniques royales d'alors à ceux qui cherchent Dieu et veulent son secours : '13 Quand je fermerai le ciel et qu'il n'y aura point de pluie, quand j'ordonnerai aux sauterelles de consumer le pays, quand j'enverrai la peste parmi mon peuple; 14 si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s'humilie, prie, et cherche ma face, et s'il se détourne de ses mauvaises voies,-je l'exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son pays. 2 Chroniques 7:14

Pourquoi donc Dieu ferme-t-il le ciel, la chaleur (entre autres) dévastant les cultures et les forêts ?
La réponse est simple et claire, écrite dans la > lettre aux Romains (Nouveau Testament) au chap. 1, vers. 18 à 32 lisible ici < (A nous de nous mettre à l'oeuvre pour savoir, comprendre, et obtenir des changements notoires dans les difficultés).

Nous sommes dans un temps de jugements grave à cause du péché (tout le mal qui s'accumule du fait de la méconnaissance ou du mépris de Dieu et de ses instructions, et des comportements impies qui en résultent) : les Covids, la gestion drastique qui en a été faite, les inondations ravageuses, les feux attisés par l'air surchauffé, les vents et les tourbières, la raréfaction de l'eau potable, peut-être "la variole du singe" et quoi d'autre(sà demain !?

De toute façon, nous devons savoir que Dieu a déclaré qu'un jour "Tout genou fléchira devant Lui"
C'est ce que je fais et font les croyants volontairement, face à la Seigneurie de Dieu et de notre petitesse et insuffisances. Et un jour même les plus récalcitrants, les plus athées, les plus obstinés devront plier le genou devant Dieu. Et avec ces feux, cette canicule et sécheresse, Dieu permet, par ses jugements qui sont des avertissements, que nous réalisions et admettions nos manques, insuffisances, dépendances... de Lui aussi.

LEÇON D'HISTOIRE

C'est ainsi que pendant la seconde guerre mondiale (un jugement-sanction pour des nations entières, ce qui arrive quand les avertissements ne sont pas écoutés), les britanniques avaient envoyé plus de deux cents mille jeunes soldats en France pour résister au nazisme hitlérien, quand ils se trouvèrent enfermés à Dunkerque dans une tenaille allemande qui allait tous les écraser.

Winston Churchill alors chef du gouvernement anglais lança à sa population un appel solennel et profond à une journée de jeun et de prière pour demander à Dieu de leur venir en aide.

Il en résulta que les chefs allemands reçurent des informations qui les détourna momentanèment de cette zone, remettant leur attaque de quelques jours.

Pendant ce temps, toute une flotte militaire et civile se forma, chacun y allant de son bateau de pêche ou de plaisance, pour évacuer les troupes coincées dans cet étau infernal, en tout 338 226 hommes, et le carnage n'eut pas lieu (voir wikipédia par exemple).

RETOUR AU CŒUR DES RÉALITÉS

Un retour non pas de feu mais de foi va-t-il se produire quelque part ?

Faites connaître ce post à des élus concernés car la foi a besoin de s'alimenter à la foi et aux dires même de Dieu pour s'activer ou se réactiver.

C'est pourquoi il est aussi écrit :
"19 Si l'on vous dit : Consultez ceux qui évoquent les morts et ceux qui prédisent l'avenir (compris les météorologues), Qui poussent des sifflements et des soupirs, Répondez: Un peuple ne consultera-t-il pas son Dieu ? S'adressera-t-il aux morts en faveur des vivants ? 20 A la loi et au témoignage ! Si l'on ne parle pas ainsi, Il n'y aura point d'aurore pour le peuple. 21 Il sera errant dans le pays, accablé et affamé; Et, quand il aura faim, il s'irritera, Maudira son roi et son Dieu, Et tournera les yeux en haut; 22 Puis il regardera vers la terre, Et voici, il n'y aura que détresse, obscurité et de sombres angoisses : Il sera repoussé dans d'épaisses ténèbres. Livre du prophète Esaïe, chap. 8..

Bien sûr les météorologues peuvent prédirent des épisodes à venir de variations du temps , mais aussi Dieu peut intervenir surnaturellement et changer ces pronostics qui ne peuvent donc jamais être entièrement sûrs, voire complétment erronés.
Et la foi est justement de ne pas se laisser scotcher, sans réaction, par des prévisions humaines qui peuvent attiser la crainte mais pas la croyance en un Dieu qui est le maître des tempêtes ou sécheresse.

Lire par exemple les avertissements du livre du >> Deutéronome chap. 28 << ou encore Jésus face à une tempête MATTHIEU 8:18, 23-27

FOI COLLECTIVE ET/OU FOI PERSONNELLE

Et puis, si des mobilisations ne se font pas connaître à l'initiative des responsables politiques, qu'on ait aussi l'assurance que Dieu entend la prière d'une seule personne autant que celle d'une foule. 
Si une maison est en jeu, un patrimoine, forêt, vigne ou autres, le fruit d'années de travail voire de sacrifice, sachez avec assurance que "la prière fervente du juste a une grande efficace" est-il dit dans la Lettre de Jacques aux croyants, avec cette précision essentielle :

"Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière fervente du juste a une grande efficace. Jacques 5:16
 

On peut aussi s'abaisser tout seul devant et lui demander pardon pour nos fautes, de ne pas s'être soucié de lui pendant si longtemps... car il entend les coeurs humiliés et sincères et nécessiteux.

Ici aussi >> un guide pour aider dans une ou plusieurs prières efficaces qui vous correspondent <<

Nota : Quand je parle de Dieu, ce n'est pas comme témoin d'une religion quelconque mais comme disciple du Dieu vivant qui entend, parle et se révèle, le Dieu de la Bible.

 

Qu'Il vous bénisse en cet instant.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche