Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mai 2022 2 31 /05 /mai /2022 10:02

La foi est un principe premier par quoi nous pouvons nous unir avec ce que nous ne connaissons pas au point de le vivre !

Quand on apprend à marcher, à nager, à faire du deux roues ou à conduire quoi que ce soit..., on avance PAR LA FOI, quelque soit le degré de conscience que nous en ayons.

Et parce qu'on avance dans l'inconnu de cette manière qui ouvre du potentiel, on entre dans de la nouveauté qui devient notre partage et notre victoire,

C'est la même chose au sujet de la croyance en Dieu ! Tu ne sais pas, mais tu avances dans l'inconnu, avec confiance ou tremblement, et tu vas découvrir que ton existence peut s'élargir de "quelque chose", de Quelqu'un dans le cas de Dieu, qui te donne une dimension de plus.

"Marthe dit à Jésus : Seigneur, si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort. 22 Mais, maintenant même, je sais que tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l'accordera. 23 Jésus lui dit : Ton frère ressuscitera. 24 Je sais, lui répondit Marthe, qu'il ressuscitera à la résurrection, au dernier jour. 25 Jésus lui dit : Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort; 26 et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? 27 Elle lui dit : Oui, Seigneur, je crois que tu es le Christ, le Fils de Dieu, qui devait venir dans le monde...
...Jésus se rendit au sépulcre. C'était une grotte, et une pierre était placée devant. 39 Jésus dit : Otez la pierre. Marthe, la soeur du mort, lui dit : Seigneur, il sent déjà, car il y a quatre jours qu'il est là. 40 Jésus lui dit : Ne t'ai-je pas dit que, si tu crois, tu verras la gloire de Dieu ?..." Jean chap. 11.

Si donc tu veux faire ce saut dans l'inconnu du Divin, commence par le commencement : débarrasse-toi de ton passé, des fautes (péchés) qui le plombent ; des maladreses, des manquements, des offenses, blessures, bref de tout ce que tu perçois maintenant comme ayant été mal et te culpabilise.

Car Dieu veut commencer par nous décharger de notre culpabilité envers lui (et envers d'autres) par la confession de nos fautes et par la foi que Jésus est mort pour cela, à cause de cela qu'il a pris sur lui.

Et donc voici >> plus de détails et un guide de prière pour trouver la paix avec le Dieu qui est, qui t'aime et veut te pardonner <<

Et pour affermir ta foi le film désormais en libre accès >> Jésus, l'enquête <<

______________
* L'exercice de la foi peut demander un discernement et dans tous les cas doit être activée en rapport avec la vérité - dont le ressenti profond de notre coeur.

Que l'Éternel-Dieu vous fasse du bien

Partager cet article
Repost0
17 mai 2022 2 17 /05 /mai /2022 14:51

... Cela est d'autant plus vrai que nous vivons déjà avec une conscience éclairée sur les réalités divines et plus largement des cieux autres que celui que nous aprecevons.

Dans tous les cas la volonté de Dieu est de sauver d'une perdition définitive de notre personne unique quiconque réalise que Dieu est réel, qu'on est maléfiquement séparé de lui, et désire trouver la paix avec lui par le pardon de ses fautes.
Pour aider à une éventuelle réconciliation avec Dieu si vous sentez que c'est pour vous le moment (et peut-être le moment ou jamais), >un guide de prière se trouve là <

Soyez bénie-e jusque vivre ce surcroit de vie spirituelle qui ne fait pas partie intégrante de notre existence naturelle, mais se reçoit en conscience de Dieu... 



 

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2021 1 27 /12 /décembre /2021 10:19

Cette question est SIMPLE :
EXISTE-T-IL UN DIEU CRÉATEUR, OU PAS ?

SIMPLE parce qu'elle n'a que DEUX RÉPONSES POSSIBLES :
Oui ou NON !

Et simple parce qu'une seule des deux est LA BONNE, et l'autre est FAUSSE.

Ce qui fait qu'on NE DOIT PAS rester dans du DOUTE* !

Et du SÉRIEUX avec lequel on s'occupe de cette question FONDAMENTALE, dépend tout LE COURS, LA QUALITÉ et encore LA DURÉE de notre existence !

Enfin cette question simple exige que nous ne soyons pas et restions pas dans l'à peu près, mais que nous parvenions à la CERTITUDE de ce qui est VRAI - ce qui s'appelle une appropriation de vérité par LA FOI.

Car la foi est TOUJOURS notre seul moyen d'acquisition de SAVOIR et d'expansion de CONSCIENCE : Parce que ce n'est qu'en croyant D'ABORD qu'on apprend (à l'école, à faire du vélo, à nager, à conduire, à devenir parent...).

LA FOI est donc formée de LA CONFIANCE et de LA CROYANCE.

Ce n'est qu'APRÈS, que S’ÉPROUVENT la validité, l'exactitude, la justesse, la pertinence de ce qu'on nous a dit, a entendu ou lu...

C'est là que nous POUVONS et DEVONS exercer notre ATTENTION, notre DISCERNEMENT... ce qui n'a de VALEUR seulement SI nous cherchons ce qui est VRAI, JUSTE, LA VÉRITÉ.

CAR tout ce qui est vrai SE VÉRIFIE COMME TEL. Et concernant la vérité sur DIEU, c'est d'autant plus CERTAIN que LUI-MÊME va venir à la rencontre de notre RECHERCHE de réponse.

Car vous l'avez compris, pour moi il s'est RÉVÉLÉ ÊTRE, être VIVANT, EXISTANT, RÉEL,

et dans cette vue, depuis des décennies, il me donne d'EXPÉRIMENTER de diverses manières LA VÉRACITÉ** de ce qu'il EST, me connait, veille sur moi, m'enseigne, etc...

C'est aussi parce qu'après la réponse certaine à cette 1ère question, nous DEVONS AVANCER jusqu'à la seconde, TOUTE AUSSI IMPORTANTE :
QUI EST-IL ?
LEQUEL EST-IL parmi toutes les représentations, parfois contradictoires, qui sont faites et proposées de Lui. 
Là encore, c'est LE DÉSIR, L'AMOUR DE LA VÉRITÉ qui nous conduira à la réponse JUSTE.

Je vous renvoie aussi à la vidéo de mon article précédent, qui peut aider à chercher, ET À TROUVER..

Bonne quête, bonne EN-QUÊTE, pour une année qui vient dont les temps seront en BÉNÉDICTION à votre existence et vie.

__________________
*
Le doute a sa place dans nos interrogations, mais ne doit jamais rester une position sur laquelle on s'établit comme sur une chaise à deux pieds !
Le doute doit amener à plus de recherche pour SAVOIR.
Quand Descartes écrit son "Discours sur la méthode", où il avance le doute et la remise en cause des acquis, religieux ou scientifiques, il précise bien justement que Dieu ne peut être un sujet de doute... dès lors qu'on est parvenu - comme lui - à l'ASSURANCE, la CONVICTION ACQUISE qu'il existe...
Dès lors, si des doutes arrivent sur la réalité de Dieu, notre part est de les rejeter, sachant que la foi en l'existence de Dieu est aussi tributaire d'attaques (par l'incrédulité, la moquerie, la menace ou d'autres croyances)...

** Une manière facile de chercher Dieu, est de se mettre à lui parler, dans la foi que s'il existe réellement, IL ENTEND, et donc IL RÉPONDRA... Dès lors, restez attentif, car des réponses peuvent arriver de manière étonnante, très vite !

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2021 6 04 /12 /décembre /2021 12:20

> Article QUI PRÉCÈDE celui-ci <

On a vu comment un système économico-politique-totalitaire (prophétisé dans la Bible) est en train de se mettre en place comme un filet - a net in english ! - sur la planète. Voyons maintenant ce que dit la Bible sur le moyen d'échapper à ce marquage terrible sans lequel il va devenir impossible "d'acheter et de vendre" - ce qui comprend de ne plus pouvoir s'alimenter !

Ce n'est pas que le flux de la pensée des humains est toujours tourné vers le mal ! Ici l'idée de la marque de la Bête (une micro-puce informatique) peut être honorable, présentant des sécurité contre la falsification, les vols ou les pertes des autres types de documents, gain de temps, voire diminution saluée par les écologiques des consommations de ressources naturelles...
Berf pour beaucoup une panacée, un progrès de plus.

ÉCHAPPER A LA MARQUE DE LA BÊTE

Nous sommes avertis de cette apparition. Elle est déjà aujourd'hui opérante par la vertu des micro- et nanotechnologies.
Un système de marquage sophistiqué, "sur la main droite ou sur le front"précise fort judicieusement Jésus à Jean pour que nous ne soyons pas pris par ignorance.

Et on parle depuis plusieurs décennies de cette puce, dont les éléments micro ou nanométriques pilotent déjà les ordinateurs, téléviseurs, cartes bancaires et autres, portables, mobiles et divers appareils connectés dans les logements.

Une puce qui s'introduit sous la peau avec une... seringue, contenant des matières composites et des capacités de saisie et de stockage d'informations sur la personne, avec des moyens de contrôle, des connexions à des bornes, certainement des antennes et autres moyens non-filaires de connectique: Le futur c'est déjà maintenant !

La première question prioritaire est: Que faut-il faire pour ne plus être sur terre quand ce système va devenir une réalité imposante, impressionnante, effective en 3D, crucifiante, avec cette implantation de technologies super-sophistiquées sous la peau, comme prophétisé au 13e chapitre de l'Apocalypse ? Avec les covid et les vaccinations, on prépare le terrain des mentalités, des assentiments, de la solidarité, d'un gestion de moins en moins démocratique des emprises d'envergure planétaire.

La 1ère démarche consiste à se mettre en ordre avec Dieu, à cesser d'être coupable à ses yeux. Car par nature, nous sommes chacun coupé d'un contact effectif, établi, avec lui (d'ordre spirituel), selon que "tous ont péché et sont privés de la glorieuse présence de Dieu." Romains 3:23

Car nous commettons tous des actes mauvais, méchants, blessants, tordus, injustes... qui nous condamnent, un peu comme des taches sales ou marques perforantes faites sur une belle robe blanche (représentation la sainteté ou pureté de Dieu).

Face à cette situation universelle quasi désespérée et désespérante, aucune religion avec ses règles et rites ne peut être utile, sauf pour nous montrer plus encore comme la disposition à mal faire nous habite. Mais Dieu peut faire, et il nous fait connaître le moyen d'être pardonné de nos fautes, purifié de toute la saleté qu'on a fait venir sur nous. Il le dit ainsi:
"Car, lorsque nous étions encore sans force (pour faire le Bien, càd pas né ou dominés par nos péchés), Christ, au temps marqué, est mort pour des impies. 7 A peine mourrait-on pour un juste; quelqu'un peut-être mourrait-il pour un homme de bien. 8 Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous."

LE SALUT DE NOTRE ÂME, LA PAIX AVEC DIEU

Voilà la Bonne Nouvelle: C'est que Jésus a donné sa vie pour mourir en notre faveur, comme un coupable qu'il n'était pas.
Il a ainsi pris la place de tous, pour que celle ou celui qui croit en cette substitution, en ce remplacement, ne soit un coupable et condamné devant Dieu, mais bénéficie de sa grâce (comme existe possiblement "la grâce présidentielle". Lettre aux Romains, ch. 5.

"Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses. 21 Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu." 2e lettre aux Corinthiens ch. 5.

1ère ÉTAPE: NAÎTRE SPIRITUELLEMENT ou LA NOUVELLE NAISSANCE...

Ainsi par la foi en ce sacrifice parfait de la vie de Jésus, n'importe qui peut recevoir le pardon de ses fautes, pourvu qu'il les voit et accepte comme telles et les Lui confesse. (Cela peut e faire sans intermédiaire humain pour la plupart des fautes, sauf pour les choses les plus graves comme les meurtres - et nous le sommes bien plus que nous en avons conscience - et les pratiques occultes et illicites). 
A partir de là, Dieu nous pardonne et peut remettre son Esprit en nous, comme force pour beaucoup moins mal faire, pour bien faire, et comme vie éternelle.

Car "Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, 5 nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c'est par grâce que vous êtes sauvés)... 7 afin de montrer dans les siècles à venir l'infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus-Christ.8 Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. 9 Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie." Lettre aux Ephésiens ch. 2.

"Si (donc par cette foi) quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. 18 Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ."

Du côté de Dieu donc la croix. De notre côté la foi, et ainsi pouvons-nous naître spirituellement, devenir "enfant de Dieu", héritier de son Royaume éternel:
"
à tous ceux qui l'ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, 13 lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu." Evangile selon Jean, hap. 1.12,13.

"Après avoir entendu ce discours, ils eurent le cœur vivement touché, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres : Hommes frères, que ferons-nous ?38 Pierre leur dit : Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés; et vous recevrez le don du Saint-Esprit. 39 Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera. 40 Et, par plusieurs autres paroles, il les conjurait et les exhortait, disant : Sauvez-vous de cette génération perverse." Actes des Apôtres, chap. 2.

2e ÉTAPE: ÊTRE PRÊT-E POUR LA PAROUSIE OU RETRAIT DU MONDE DES ÉLUS

On a compris que si l'appel à s'approcher ou à se tourner vers Dieu vient de lui (selon qu'"il y a beaucoup d'appelés", entrer dans l'élection, être des élus, dépend de nous, de notre réponse toute personnelle à cet appel à changer de vie, à se moraliser, à entrer dans la paix avec Dieu pour avoir sa paix en nous, et pour relationner à jamais avec lui dans une grâce plénière - qui est le fleuron de son amour envers nous.

UNE VRAIE TRANSITION PERSONNELLE

Et donc ainsi on continue ensuite à vivre ici-bas autrement, avec un regard très élargi sur ce qui fait tout le Réel, avec des pensées et un comportement modifiés, plus respectueux, plus sensible à beaucoup de choses -dont ce qu'est le mal à éviter, en trouvant dans la Bible les enseignements justes et bénéfiques à des progrès et succès matériels et/ou spirituels...jusqu'à ce jour qui approche, où Jésus va descendre du Ciel (transversal) où il est depuis son Ascnesion, pour accomplir ce qui a été annoncé d'avance, qu doit arriver avant que le chaos sur la terre ne devienne terrible, terrifiant, dévastateur à l'extrême...
Ce que la Bible en dit d'immédiatement transparent:

"Nous ne voulons pas que vous soyez dans l'ignorance au sujet de ceux qui dorment, afin que vous ne vous affligiez pas comme les autres qui n'ont point d'espérance. 14 Car, si nous croyons que Jésus est mort et qu'il est ressuscité, croyons aussi que Dieu ramènera par Jésus et avec lui ceux qui sont morts.
15 Voici, en effet, ce que nous vous déclarons d'après la parole du Seigneur : nous les vivants, restés pour l'avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui sont morts.
16 Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d'un archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement. 17 Ensuite, nous les vivants, qui serons restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. 18 Consolez-vous donc les uns les autres par ces paroles." 2e lettre aux Thessaloniciens, chap. 4.

UN EVENMENT PLANETAIRE QUI SERA IMMANQUABLE À VOIR...
Mais l'important sera d'en être. Comme il y a une différence entre des cosmonautes qui partent dans l'espace et ceux qui restent à seulement regarder de leur place.

"Ainsi en est-il de la résurrection des morts. Le corps est semé corruptible; il ressuscite incorruptible; 43 il est semé méprisable, il ressuscite glorieux; il est semé infirme, il ressuscite plein de force; 44 il est semé corps animal, il ressuscite corps spirituel. S'il y a un corps animal, il y a aussi un corps spirituel...45 C'est pourquoi il est écrit : Le premier homme, Adam, devint une âme vivante. Le dernier Adam(Jésus-Christ) est devenu un esprit vivifiant.

46 Ce qui est spirituel n'est pas le premier, c'est ce qui est animal; ce qui est spirituel vient ensuite. 47 Le premier homme, tiré de la terre (Adam, dont nous sommes charnellement les descendants) est terrestre; le second homme (Jésus, premier né d'une race nouvelle, charnelle et spiritualisée) est du ciel. 48 Tel est le terrestre, tels sont aussi les terrestres; et tel est le céleste, tels sont aussi les célestes. 49 Et de même que nous avons porté l'image du terrestre, nous porterons aussi l'image du céleste.

50 Ce que je dis, c'est que la chair et le sang ne peuvent hériter le royaume de Dieu, et que la corruption n'hérite pas l'incorruptibilité. 51 Voici, je vous dis un mystère : nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés, 52 en un instant, en un clin d'oeil, à la dernière trompette. La trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés. 53 Car il faut que ce corps corruptible revête l'incorruptibilité, et que ce corps mortel revête l'immortalité." 1ère lettre aux Corinthiens, chap. 15.

C'est sans doute surprenant losqu'on lit ou entend cela pour la première fois, mais ce n'est pas difficile à comprendre: Il suffit de savoir lire.

Cela dit que dans les brèves années qui viennent, soudain un événement instantané phénoménal va se produire, qui comprendra la résurrection et l'enlévement dans les airs de toutes les personnes décédées dans leur foi en Jésus mort à leur place, et immédiatement dans la suite l'enlèvement de toutes les personnes vivant à ce moment-là dans la même foi et qui se seront préparées à cet événement par la connaissance préalable qu'elles en auront eue.

Ainsi Dieu agit en notre faveur parfois par des avertissements très forts comme des accints, des cancers ou autres Sida, Ebola ou Covids, parfois par des songes ou des cauchemars, parfois par des paroles transmises par un-e chrétien-ne, comme c'est le cas ici, significatives, interpellantes, vibrantes de vérités...

Et puis, il reste toujours notre liberté de réponse:
On ne continue à lire que pour mieux chercher comment démolir ce discours ;
Ou on va vite oublier et l'existence va se poursuivre, dépourvue de sens générique, dans l'oubli ou dominé par les soucis ou d'autres pensées... (vous pouvez lire ici à ce sujet la parabole des 4 terrains dans lesquels sont semées des paroles de Dieu).

Et donc il y a "la bonne terre", qu'on est ou qu'on désire devenir, qui reçoit la semence de vie par de telles paroles et veut les serrer dans son cœur pour entrer dans la germination qu'elles veulent produire, qui est la vie et une existence éternelles dans la prochaine création divine, dans laquelle on entre en conscience à la différence de notre venue dans ce monde-ci...

Bien cordialement, dans la bénédiction déjà agissante du Dieu qui fait grâce aux humbles.

Le cas échéant un guide de prières ici pour qui veut se positionner en Dieu dès maintenant pour n'être pas confus dans les temps vont devenir trop difficiles.

Je vous souhaite et prie pour, LA MEILLEURE SUITE DE VIE POUR VOUS.

Partager cet article
Repost0
20 juin 2021 7 20 /06 /juin /2021 19:43

 

 

UN TAUX D'ABSENTION SIGNIFICATIF
Le bel idéal antique ressorti par "les lumières" (du XVIIIe siècle, pas les plus brillantes !)) a fini de séduire les citoyens français : le taux record d'abstention à ces élections du 20 Juin le dit.

Mieux que des arguments du moment (qui engagent aussi la responsabilité du pouvoir en place), voici un bref regard panoramique à la fois historique et prophétique de la démocratie.
De quoi comprendre, pour peu qu'on le veuille vraiment.

LA DÉMOCRATIE, UN MODÈLE UTOPIQUE ?... EN FIN DE VIE ?

Épisode 1 :
Rien qu'en parlant des années 2000, l'illusion du pouvoir (politique ou économique, ou encore moral ou éthique) par le peuple a été gravement sabrée par le Président Sarkozy en 2007. C'est l'année où il livra la France à une gouvernance politico-économique européen en signant le ttaité de Lisbonne alors que les français avaient majoritairement répondu NON à cette adhésion par référendum peu avant.
Dès cet instant, on savait que le glas était sonné de l'idée grecque ancienne, généreuse mais combien idéaliste.
C'était alors déjà comme une mise au lit.

Mais l'alitement laissait le concept Démocratie encore trop vivace pour qui ne se sentait pas encore ou refuser de se voir soudain si malade.

L'homme Sarkozy y perdit son panache, mais qu'à cela ne tienne ! le fil rouge visant à la concentration des pouvoirs sur le monde entre un minimum de mains ne manquerait pas pour autant d'un candidat de remplacement.
Et la voix démocratique se fit entendre sans surprise : Quand la droite s'est mal conduite, on passe à gauche, comme vice-versa !

Épisode 2 :
De fait, à l'image de sa politique, la France avait été (en Afrique du Sud 2010) lamentablement sortie de la Coupe du monde de ballon rond, on entrait avec un nouveau Président, dans un match France-Hollande où dès l'engagement, le pouvoir socialisme allait faire de la France... un pays-bas, en passant en force la loi dite "du mariage pour tous". Là encore la vox populi de la France profonde, radicale car ayant des racines, fut bafouée pour satisfaire une minorité militante opiniâtre. 
La malade ne se relèverait pas ! Malgré des spasmes un peu comme dans les crises dépilepsie, les françaises et les français restèrent couchés, plus intéressés d'ailleurs globalement pour les jeux de lit que pour une virilité citoyenne.
Bien sûr le bialn fut catatrophique, le mal s'était creusé, et il ne restait plus qu'à plonger la grande souffrante dans un coma artificiel si un miracle de guérison ne se produisait pas ! (Mais comment ce miracle aurait-il pu avoir lieu puisqu'il aurait fallu - et suffi - que l'on revienne massivement du bouillon de culture laïco-athée à la foi des pères (la foi chrétienne qui avait fait, malgré les mécréants et les religieux hypocrites unis, dans tout l'Occident la preuve de ses capacités et potentialités humaines et techniques.

Épisode 3 :
On change de Président, mais pas de direction. La course vers la mondialisation est plus que jamais lancée, dont l'Europe - est-il cru notamment par la France et l'Allemagne - pourrait être la tête, le pivot, la tour de contrôle.
Pour ce faire, il faut finir de déconstruire la France, par les moyens les plus subtils comme les plus grossiers, le covid étant même trouvé comme un moyen opportun pour faire ranger les gilets jaunes et plus encore, pour tester la résistance ou la docilité par les injonctions multipliées d'un discoursvaccinal politico-pseudo-scientifique sans stabilité  (qui tiennent de l'expérimentation animale - rien d'étonnant à ce que cela nous arrive si nous ne sommes que des animaux (dénaturés de plus) selon la croyance et doctrine évolutionnistes.

Mais tout n'a pas dépendu que de trois présidents. Depuis Les De Gaulle et Pompidou, l'accès de jeunes loups de la politique au pouvoir n'a cessé de conduire le pays de Charybde en Scylla.

OÙ EN SOMMES-NOUS le 21-6-21 ?

C'est une sorte d'apostasie à quoi nous venons d'assister ce dimanche, apostasie pour dire "abandon de la foi... en la démoceatie" par 2/3 des personnes pourvues de la responsabilité électorale du pays.
Un effondrement dont on ne se relève pas. Car il y a trop de raisons pour que l'idéal démocratique (révolutionnaire ou antique) ne soit pas un moyen validable de gouvernement. L'illusion a fait son temps. Dommage ! Mais c'était garder une bénédiction née des troubles du christianisme devenu pipé qui ne pouvait subsister longtemps : Quand on jette le bébé avec les eaux sales de ses bains, on se retrouve avec un vide, de Dieu, de sens, de bien, et tout est près à s'engouffrer dans un vode (c'est une loi pas seulement physique).

VERS UNE gOUVERNANCE QUI VA FINIR PAR FAIRE TRES MAL
Alors la suite, une fois que la démocratie a "jeté l'éponge" (ce qui signifie un abandon en boxe) ? Une fois que le corps sociétal paraisse comme on y arrive en phase de soins palliatifs ? Faut-il intuber pour redonner de l'oxygène (des arguments) en multipliant les tentatives de réveil ? Faire des massages (des messages) cardiaques (touchant au coeur) ?

La peur d'un sursaut du demi-mort tenaille ceux qui ballotent entre tout et rien ? Un sursaut nationaliste qui fait plus peur que d'autres montées sévères qu'on laisse faire !

Un peu de lucidité montre que les jeux sont faits, avec de toute façon des coalitions tous azimuts anti-lepéniste.
Surtout les jeux sont faits au plan plus général de la politque mondiale, dès lors que la France finit de se vendre par morceaux à des puissances extérieures sans rapport avec les racines chrétiennes et même seulement humanistes.
il suffit de regarder les yeux ouverts ce qui se passe derrière les rideaux de fer relativement baissés, pour voir comment l'ultra-libéralisme (avec ses lois de libertés liberticides) va basculer, s'inverser en contrôle et surveillance de plus en plus sophistiquées : ce sera cela le fruit le plus abouti du progrès de sciences sans conscience (sans Dieu) en matière de technologies (bio ou nano notamment).

LES VRAIES LIBERTÉS SOUS ÉTOUFFOIR

Rien qu'à mon minuscule niveau, mon blog dont la pensée n'est pas particulièrement celle de la pensée unique (qui appelle fakenews tout ce qui la contredit), est passé il y a quelques mois d'environ 3 000 visiteurs uniques par mois à 1200. Et ces dernières semaines, c'est autour de 500-600. Pourquoi ?

Parce que tout à coup, sans la moindre concertation possible, deux tiers de celles et ceux  des quatre coins de la francophonie qui cherchent des lumières, de la compréhension, des vérités solides, ont décidé en même temps de ne plus s'intéresser aux sujets comme "la mort et après" ou les EMI/NDE ou les songes ou la prière ou les moyens d'aacès au Divin ? Et puis en une seconde vague, entre la moitié moins !?

Non, la réponse est que par des mots-clés tous les posts du net sont analysés et le référencement est changé pour que certains articles n'appaaraissent plus aussi facilement.
Ce n'est un secret pour personne, et le dernier bastion de vraies libertés qu'est la toile est en train d'être passer au peigne fait pour trouver les ADN qui ne collent pas avec le nouvel humain humanoïde que certains visent de mettre à leur propre disposition. (le dernier qui avait été envisagé, par Nietzsche, devait donné sous la botte de fer d'Hitler le sur-homme aryen (grand, blond, aux yeux bleus... comme le petit Fürher !?)*.


Une dictature, dure, va jaillir.
Elle se met en place en catimini, de manière encore sournoise, mais pour éclater au grand jour comme un volcan qu'on voyait fumer mais sans jamais croire qu'il allait sortir de son sommeil.
La Bible en parle depuis longtemps, et ce qui a été prophétisé arrive, de plus en plus évident...
il est même annoncé qu'un temps de paix exceptionnel va fleurir avant que tout ne s'embrase. Il ne duera pas plus de 1260 jours après un accord historique (il y a bien des chances que ce soit entre Israël et les nations arabes), est-il écrit.

N'oubliez pas, et cherchez dès maintenant : Il n'y a qu'en Christ, que par la foi mise en Jésus et en l'Esprit-Saint que des croyants seront gardés des pires calamités qui se prépaent et arriveront.

Je voudrais bien annoncer autre chose, mais c'est d'abord cela qu'il faut savoir et qui doit nous faire réagir.
Ensuite, c'est sûr qu'un avenir radieux suivra les événements rapides et un peu plus lointains qui viennent.
L'essentiel est écrit dans n'importe quelle Bible ! Lisez, cherchez Dieu, avant que ce livre même devienne interdit ! Car les autorités du mal à l'ouvre pour prendre le contrôle du monde, ne veulent pas tolérer et ne toléreront bintot plus - ce qui est bien commencé - ce qui n'est pas cp,forme au discours de la bien-pensance mondialiste et mondialisante.

Lisez la Bible pour mieux savoir comment trouver la paix intérieure dans les temps troublés. Lisez même éventuellement les livres dits de fiction mais en réalité très prophétiques dans le versant sombre : "1984" et "Le meilleur des mondes".

Pour vous aider à vous approcher de Dieu jusqu'à trouver en lui une sûre protextion (retraite), une aide pour prier de manière efficace < ici.

_______________
* Les hommes comme Satan ne pouvant rien créer de vraiment original, la notion de sur-homme n'est qu'une tentative (plusieurs fois mis en oeuvre) et une imitation d'une vérité essentielle que Jésus a été le nouvel homme de Dieu (appelé dans la Bible le second ou dernier Adma), venu à la fois réduire les forces du mal (avec aussi la foi exercée par ceux qui croiraient en lui) et communiquer de sa vie - éternelle - à quiconque croirait en lui et en sa mort rédemptrice. Et cela se passe depuis 2 000 ans, pas trop visiblement, mais cela va devenir (très vite maintenant) éclatant comme un Big bang ou bouquet final... Lisez la Bible !

Partager cet article
Repost0
29 mai 2021 6 29 /05 /mai /2021 18:40

 

 

Que vous croyez en un homme-singe sorti de nulle part par hasard et ayant évolué,
ou en Adam et Eve créés par un Dieu intelligent, dans tous les cas, vous ne faites que CROIRE.

Mais de croire, l'important est de passer à SAVOIR...

ARGUMENT SCIENTIFIQUE : A CHACUN DE NOUS D'Y RÉFLÉCHIR ET DE VÉRIFIER

Partant des faits observables, je suis arrivé à la conclusion - et chacun peut le faire -que la croyance est le moteur numéro 1 de notre existence, comme de tout ce qui vit.

Il ne s'agit donc pas - plus - de réduire le concept de croyance, sans réflexion, par préjugé, à la religion.

Car la croyance apparaît nettement à l'étude du vivant, principalement comme un moteur des mouvements de tout ce qui se bouge.
C'est une disposition, et même une prédisposition, dynamique qu'on peut aussi appeler la foi.

Jugez-en vous-même :

Un enfant d'un an, debout sur ses jambes, se lance à marcher, lâchant pour la première foi, les mains qui le tiennent.
Il n'est bien sûr pas conscient de ce qu'il fait, mais il le fait, et c'est un pas de foi.

Voilà des oisillons au bord d'un nid, le père ou la mère voletant, voire les poussant, pour qu'ils prennent leur envol pour la première foi ! Un moment arrive où les parents "savent" - par quelque préscience qui tient aussi de la foi - que c'est le moment pour leurs petits de sortir du nid en se lançant dans le vide.

On continue dans on apprend à faire du vélo, à nager, à conduire une voiture, à monter en avion ou une entreprise, quand on décide de sarier...
Voyez-vous que tout se fait par une dynamique incluse en nous, qui est un vrai moteur primordial de ce qui a vie, qu'on ne peut qu'appeler croyance ou foi, que définir par le verbe d'action CROIRE !

Cela va bien au delà du mimétisme, qu'on peut évoquer comme un mode d'acquisition de certaines connaissances ou comportements certes, mais qui n'exclut jamais la foi, qui est le pas de faire soi-même ce qu'on voit faire....

Ainsi sommes-nous tous croyants, des croyants qui s'ignorent pendant longtemps, ne vivant pour bouger que par le bénéfique de ce déterminisme premier qui est une organisation dynamique incluse (plus explicitement qu'ailleurs) dans le vivant,un système - la croyance ou la foi - mise en nous... Par qui ?

LE HASARD, CRÉATEUR DE CE MOTEUR !?

Par qui, si ce n'est un Créateur - qui lui-même a agi avec foi chaque fois qu'il y a pensé à une création, et qu'il l'a réalisée passant de la conception (de la pensée) à la concrétisation (les forces et la matière formant l'univers).

Rien que cette observation des plus objectives de la vie comme elle apparait quand on y réfléchit avec attention, en dehors de tout préjugé athée, permet de s'émanciper de la théorie matérialiste évolutionniste qui ne prête à la vie que des mouvements évolutifs hasardeux, non programmés d'avance, ce qui ne reflète qu'une très faible partie de ce qu'on peut comprendre et de tout ce qu'est l'univers.

Seuls l'inobservation, le manque de sérieux ou d'intérêt pour la vérité, voire le déni initié par une position matérialiste jamais contestée, peut laisser au(x) hasard(s) la paternité des organisations célestes et terrestres en corps séparés mis en relation et en forces gigantesques.
Et cela - a du admettre la communauté sceintifique - depuis un commencement - dénommé Big bang - survenu pourquoi, décidé par qui, par quoi ? - et déployé jusqu'à la vie, jusqu'à nous, c'est-à-dire jusqu'à l'intelligence incluse dans la matière, et la pensée autonome...

Aujourd'hui nous savons que tout ce qui existe de visible ou même invisible, de matière ou d'énergies plus subtiles, est essentiellement de l'information.
Et qui dit information, dit organisation, ordre, programme, prédisposition orientée vers des mouvements cohérents et des fonctions qui ont du sens, qui sont des expressions d'intelligence(s), multiple(s), différenciée(s), forccément primordiale(s), cause première, visant des objectifs déterminés, utiles, accessoirement beaux, comme respirer, manger, dormir, éliminer, se reproduire... autant de actions qui réclament de plus du discernement (Qu'est-ce qui est bon et mauvais à manger ?...), des attirances, des accointances, des complémentarités préétablies, comme il se trouve aussi des répulsions, des aversions, des inimitiés...

Et donc les actions du vivant, comme les mouvements automatisés de l'univers, sont d'abord mues par une dynamique, un dispositif actif, un programme originel aux applications multiples, dont seuls le mot foi et le verbe croire peuvent dire au mieux de quoi il s'agit.

DES PRÉDISPOSITIONS (INNÉISME) A DES EXTENSIONS CONSCIENTES (EMPIRISME)

Une définition de la foi est la suivante : "La foi est une ferme assurance des choses qu'on espère, une démonstration de celles qu'on ne voit pas."
Et c'est ce que nous faisons, sans nous en rendre compte, parce que cette manière de bouger, d'avancer, de passer d'une chose ou d'une situation connue à une chose ou situation inconnue, est là, active par elle-même en son temps (programmée donc), et encore, plus largement et progressivement, s'ouvrant à la disposition de notre volonté : on peut choisir de manifester de la foi... Et on ne fait quasiment que cela !

Car, au delà de cette disposition déterminée qui précède... tout, il y a la possibilité supplémentaire que nous prenions conscience de cette capacité, au point d'en déclencher nous-même en conscience des mouvements, des applications, des actions.

De la sorte, dès qu'il y a une part de risque dans un mouvement, dans ce qui est visé, c'est de la foi que nous manifestons.
Foi pour décider d'avoir un ou des enfants, pour faire et envoyer un CV, pour se lancer dans une recherche scientifique, pour manger les aliments qui sont chaque jour sur notre table ! Et oui, même manger ce sur quoi nous n'avons aucun moyen effectif de vérifier s'ils sont sains ou toxiques, c'est avoir la foi.

Spécifiquement chez nous, humains, la foi tend donc, par sa nature et son organisation intelligente, à (faire) entrer en conscience dans des champs inconnus, à nous ouvrir des horizons dans le faire et dans la compréhension, dans le sens des choses et des relations, etc...

Ainsi va-t-on d'émerveillement en émerveillement par le jeu de ce principe appliqué à certains domaines... comme aussi on peut se casser les dents, s'accidenter le corps, les biens ou l'âme, en ayant mal calculé notre saut dans le vide. Toujours la notion de risque, que nous devons apprendre à calculer avec nos autres capacités, de la connaissance, de la réflexion, des craintes justifiées, la prudence, la maîtrise de soi...

Ainsi est le challenge de notre existence, qu'on peut vivre rikiki, replier sur nous-même, dans la peur de perdre ce qu'on a, ou nous ouvrant sur le don, le partage,l'exploration du Réel, la recherche de nouvelles vérités, avec le risque de se planter ou de (se) faire du bien sans effets secondaires néfastes.
S
ortir de nos limites naturelles ou artificieuses (culturelle, idéologique, religieuse, familiale...), lâcher des zones de confort, de connu, pour entrer dans plus de sens... jusqu'à découvrir, savoir, qu'il y a bien un Créateur, et qu'on peut se connaître lui et nous !

Car dans une quête véritable de sens, il est évident que la question de la foi, en Dieu, apparaît.
Le croyons-nous déjà par éducation familiale ? Ou croyons-nous qu'il n'y a pas de Dieu par éducation sociétale, par l'école et les médias, notamment dans notre occident devenu subreptisement athée ?
Dans tous les cas, on ne sait pas au départ, mais on se met à croire et à nous comporter en fonction de ce qu'on nous dit, ce qu'on voit et entend.
Et à partir de là, exactement comme dans une recherche scientifique ou un développement économique, commercial, etc.., on va pouvoir découvrir la pertinence de cce qu'on aura cru... jusqu'à savoir si Dieu existe réellement. Pour le savoir, je puis vous assurer qu'il nous est possible de savoir, ce qui est bien plus que de croire.

AVANCER EN AVEUGLE OU EN VOYANT

On se marie ou se mit en couple, et c'est le divorce brutal, douloureux, au bout de 6 mois ! On investit pour monter une boîte ou un commerce à son compte, et au bout de deux ans, l'investissement se perd car l'affaire s'évère non viable.

On a pu faire une étude des compatibilités de caractères, ou une étude de marché, rien dans ce monde ne peut garantir d'un succès à l'avance, et surtout de ce que cela va durer. C'est ainsi - loi d'imprévisibilité de E. Lore,z notamment.

Et la vérité que nous avons à rejoindre, c'est que Dieu seul sait tout d'avance, et peut nous aider à cheminer dans la foi, en évitant des écueils cuisants.

Et quelqu'un s'est peut-être mis à croire qu'il ya un Dieu selon ce qu'il a entendu de tel ou telle croyant-e ou religion, et ça ne marche pas : on ne sent rien de réel de la part de Dieu, on se trouve pris dans un système où on fait semblant plus qu'on ne montre vrai, on se sent coincé et obligé, etc...

A l'inverse, on a cru bon de ne rien croire de ce qu'il y ait un Dieu ; on a fait son chemin sans cette dimension d'une spiritualité, et les échecs, les baffes, les accidents s'accumulent et nous submergent ; on déprime, on ne trouve plus de sens et de goût à rien, on pense au suicide, on est mal et plus rien ne suffit pour nous sortir de ce malaise.

CHOISIR DE CHERCHER LE VRAI POUR NE PLUS SUBIR CE QUI EST FAUX

Dans tous ces cas, ce qu'on a cru être juste s'avère... faux ou vrai. Une fausse piste, une croyance mal placée peut commencer par un temps d'euphorie (comme il y en a souvent en quelque nouveauté). Mais bientôt, une nouvelle, un choc, un coup d'arrêt ou une grande insatisfaction vient nous dire qu'en fait c'est un mauvais chemin pour nous, une voie sans issue, une erreur, une illusion qui se dévoile.
On a perdu l'enthousiasme et la paix, peut-être le sommeil ou le goût de manger... La ou les raisons d'être et de continuer disparaisent, que ce soit dans une relation, dans un boulot, dans une religion, dans un mouvement politique ou quelqu'autre cause que ce soit.

La maladie même peut-être est là pour nous "aider" à voir que quelque chose ne marche pas... parce qu'on a cru en quelque chose de faux, ou de la mauvaise manière.

Et c'est là que, à bout de ressources naturelles ou d'expédients, de tentatives, de déconvenues ou d'un lâcher-prise forcé, une lumière nouvelle peut encore arriver : Il y a un Dieu, et on peut le connaître, expérimenter sa réalité, en direct, sans religion, sans système, sans pratique obligée, sans rituel... juste en capitulant devant lui, par et dans la foi qu'il est là, même si on ne ressent encore rien, et qu'il peut, lui comme personne, faire quelque chosede bien, de bon, de solide, pour nous.

Il ne reste plus qu'à faire ce pas supérieur à tous les autres, de la foi, à activer ici dans la direction la plus haute, la plus déterminante de toute notre réalité et présence ici à ce moment-là : la foi en Dieu.

Il suffit de commencer à croire qu'il existe vraimen (ou peut-être, car à ce stade rien ne peut encore être certain).

Croire qu'il nous voit, compatit à la situation ou l'état dans lequel on s'est mis. Il nous voit humilié-e, misèrable, en réel besoin. On touche au côté positif des erreurs, des fautes, des égarements : un abaissement qui permet de croire que Dieu peut quelque chose pour moi. Une attitude de vérité, d'authenticité qui permet à Dieu de nous voir dans la vérité admise de ce qu'on est : des créatures séparées de notre Créateur, des enfants sans père - sans le Père du Ciel, voire sans la mère qu'il peut devenir pour nous par le côté féminin de son Esprit.

Dieu voit alors votre démarche, et va y répondre.
Il y répond parfois dans l'instant, nous donnant d'avoir une perception inouïe de sa présence, d'une délivrance, d'une chaleur surnaturelle, d'une joie, de pleurs qui font du bien... Et parfois c'est plus tard que nous allons nous apercevoir qu'il a répondu... Dans tous les cas croyez, et vous verrez.

Car Dieu, comme toutes les autres réalités de l'univers, se découvre à ceux qui cherchent, qui veulent savoir, de tout leur coeur, comme du plus profond de leur détresse, ou d'un vide accidentel qu'il a soudain envie de combler - Diverses situations qui lui permette de nous approcher, de se faire entendre comme un Dieu vivant qui a compassion de nous, pour nous pardonner, et nous donner un tout nouveau départ d'existence et de vie avec lui.

C'est tout le bien que je souhaite, et pour quoi je prie, pour toi qui a lu jusqu'ici. Que Dieu fasse luire sur toi sa face, révèle sa réalité merveilleuse et bienveillnte, sa réalité et son amour pour toi, de la manière qu'il jugera la meilleure.

 

Si tu le ressens, ici > un guide de prière pour faire un pas - de plus, de foi - vers lui.
 

Partager cet article
Repost0
3 août 2020 1 03 /08 /août /2020 14:36

Dans les jours qui viennent, bien plus que le covid déjà bien exceptionnel, des événements d'ampleur planétaire vont se succèder - annonce la Bible de diverses manières.
Plus vite on apprend ce qui concerne ces réalités, moins on a de chance de se faire surprendre en fâcheuse posture quand on n'aura plus de temps pour se positionner autrement.

DES JEUX DES LOIS ET DES HASARDS

On peut admettre que des hasards se faufilent ici ou là dans nos existences. Il s'agit de rencontres, de résolutions ou de complications - jamais de choses aux conséquences importantes, sévères ou durables. Cela se produit aléatoirement, fortuitement, sans le jeu d'aucune volonté. Sans calcul quelque part, sans raison (autre que le hasard) en amont, mais pas forcément sans effet à la suite.
En ce sens, la connaissance du Réel est précieuse pour nous éviter de passer à côté de quelque chose qui n'est pas venu par hasard, et aussi pour nous empêcher de tomber dans ce qui peut être un piège tendu intentionnellement, par une personne humaine ou par une entité invisible, un esprit mauvais, qui cherche à nous faire du mal immédiat ou à nous mettre en difficulté (on parle alors de tentation).

Ce qui est certain scientifiquement, c'est que l'univers est fait d'une somme considérable de lois, d'ordres, d'organisations inouïes, de relations qui souvent ne laissent pas la moindre place à un écart, ce qui fait que dans les jeux fantastiques de toutes les lois qui se combinent de cent mille façons (et plus !), la place pour des hasards véritables est très infime... alors que quelques hasards aussi ne le restent qu'à cause de notre manque de discernement (quant aux lois diverses en train de jouer chacune leur partition). Mettre les vraies causes en face d'effets vus, est un challenge que nous ne soupçonnons généralement même pas exister. D'où bien de nos confusions, errements, hauts et bas à répétition.

Et puis il y a des coïncidences, des faits qui, ajoutés ou vus les uns rapprochés des autres, interrogent, laissent apercevoir une singularité qui sort de l'ordinaire, qui pourrait ou veut carrément dire quelque chose de spécifique, d'à propos; et en même temps qui montre un "plus que" l'ordinaire, que la vue matérialiste du Réel a bien du mal à faire entrer dans son étroite représentation.
Personne ne peut rester matérialiste s'il veut voir et entendre le Réel dans toutes ses acceptations.

Et quand on a découvert la réalité vivante de Dieu au point de le "voir" dans plusieurs effets qui en témoignent, on s'attache avec plénitude de vie à décrypter au mieux les arcanes du Réel pour le vivre avec le moins de place possible à l'aléatoire, à ce qui peut être un hasard mais aussi une tentation...
L'exemple que je veux partager date d'hier.

DU GÉNÉRAL AU PARTICUIER

Dans la soirée je cherche encore à voir un dernier post sur la toile, et j'arrive sur une chaîne inconnue dont je regarde une vidéo, que je mets ici pour qui veut vérifier la pertinence de mon expérience : "Parle au rocher!". Rien d'original pour moi, une sorte de révision ou entretien de la mémoire.

Comme vous l'entendez si vous l'écoutez, il y est surtout question d'un rocher. Un rocher qui est Christ, Dieu lui-même en figuration, en symbolique active. Le sujet n'est pas ici de partager davantage sur ce qu'enseigne ce passage, mais de la suite de la soirée.

Une fois déconnecté, je vais pour me coucher. Je voudrais louer Dieu, c'est-à-dire me réjouir de sa bonté (générale et envers moi, ma famille, etc...); le remercier de ce qu'il m'a donné de savoir qu'il existe et de faire des expériences avec lui, etc... Mais j'ai pas de mots. Je suis sec, et si je forçais, je sais que ce ne serais pas la bonne manière pour relationner avec lui, pour vivre quelque chose qui soit en vérité avec lui.

Alors j'ai un simple désir d'entendre Dieu me parler; me dire quelque chose qui me montre qu'il est bien là avec moi, indépendamment du fait patent que là, en cet instant, je ne sens rien de sa présence ni au-dedans de moi, ni en dehors. 
Je lui demande donc, totalement par la foi, de me parler.
Aussitôt (comme cela arrive parfois de cette manière-là), j'entends intérieurement "Psaume 95". 
Je connais assez bien la Bible mais là je ne vois pas de quoi il va s'agir.
J'ouvre la Bible et je lis... avec l'émotion qui monte dès la première ligne, où figure cette même image que dans la vidéo, du rocher, qu'est Dieu. Une image pas très fréquente dans les Écritures.

"Venez, chantons avec allégresse à l'Éternel ! Poussons des cris de joie vers le rocher de notre salut.2 Allons au-devant de lui avec des louanges, Faisons retentir des cantiques en son honneur !3 Car l'Éternel est un grand Dieu, Il est un grand roi au-dessus de tous les dieux.4 Il tient dans sa main les profondeurs de la terre, Et les sommets des montagnes sont à lui.5 La mer est à lui, c'est lui qui l'a faite ; La terre aussi, ses mains l'ont formée.6 Venez, prosternons-nous et humilions-nous, Fléchissons le genou devant l'Éternel, notre créateur !7 Car il est notre Dieu, Et nous sommes le peuple de son pâturage, Le troupeau que sa main conduit... Oh ! si vous pouviez écouter aujourd'hui sa voix !8 N'endurcissez pas votre coeur, comme à Meriba, Comme à la journée de Massa, dans le désert,9 Où vos pères me tentèrent, M'éprouvèrent, quoiqu'ils vissent mes oeuvres..."

Hier soir donc j'ai perçu un de ces vrais clins d’œil du Dieu du Ciel et de la Terre, qui rebooste dans une foi heureuse, victorieuse, comme il veut que nous en vivions. Car "l'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu."
Les paroles (lues ou écoutées) sont nourriture pour l'âme, aliment psychique. Comme l'herbe fraîche du ruminant... que nous sommes appelés à devenir (méditer c'est ruminer). Ces paroles sont eau fraîche qui désaltère, et d'un coup toute mon aridité intérieure s'est évanouie.

Le choix de Dieu de me parler de lui en tant que rocher correspond au temps très particulier que nous vivons - que l'apparition du covid est venue comme avérée, certifiée, scellée, alors que nous (les chrétiens éveillés) en parlons depuis longtemps. Vient un moment où Jésus revenant sur terre pour y établir un règne de mille ans, frappera les méchants et incrédules de ses paroles puissantes comme la pierre envoyée par David pour terrasser le géant philistin Goliath."

UNE QUÊTE OUVERTE À TOUS

Avez-vous trouvé en Jésus le Christ, Celui qui a "les paroles de la vie", vie éternelle au demeurant ? Celui dont les paroles peuvent être douces comme le miel, mais aussi cassantes comme un marteau ! Il vaut mieux connaître Dieu dans son amour, dans sa grâce, plutôt que selon sa justice, implacable, qui demeure sur nous tant que notre péché n'est pas ôté, nos fautes ne sont pas pardonnées.

A chacun de se positionner. C'est simple : Entre ce qui est de la mort et donne la mort, et ce qui est de la vie et donne la vie... choisissez la vie.

Soyez sauvé-e !

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2019 3 27 /11 /novembre /2019 11:19

C'est un fait indéniable que nous sommes tous mortels,
et que le jour de notre mort ne nous appartient pas.
Et la peur même que cette évocation suscite en nous
est un signal qui montre que cet article
n'est pas sans importance.

Il suffit de voir ce qui peut survenir soudain comme déréglement climatique jusqu'à mortifère (eaux diluviennes*, neige, canicule), accidents de voiture, d'avion, de train (ou d'hélicoptère comme avant-hier avec 13 militaires tués), attentat, meurtre passionnel ou familial, AVC, cancer.......... Personne n'est à l'abri... mais personne aussi n'est mieux protéger que celui/celle qui a remis sa personne entière sous l'autorité de Dieu par Jésus-Christ. Et on va là voir pourquoi.

Si donc la mort est un fait indéniable qui risque de faire que cette existence avec toutes ses difficultés et souffrances n'aura eu aucun sens si elle est la fin de notre conscience, un anéantissement total de soi, pourquoi continuer à vivre ?...
C'est ce qu'on peut entendre de plus ou plus souvent chuchoté à nos âmes. Ce qu'on peut chacun percevoir à un moment ou à un autre (bien sûr surtout quand ça va mal), sous forme d'une pensée... qui en fait est une suggestion maligne qui vient d'où ?

De nous-même ou de Satan, du diable, d'un démon ? D'une ou l'autre de ses créatures angéliques déchues (invisibles car seulement psychiques et spirituelles, sans corps) qui nous détestent et se jouent de nous d'autant que nous ne croyons pas à leur existence. Ces esprits maléfiques nous détestent et le bonheur qu'on peut connaître.
Pourquoi ?

Car ils se sont mis dans le malheur et ne semblent plus trouver de satisfaction qu'en cherchant à nous entraîner dans leurs vices, leurs perversions, leurs mensonges, leurs injustices, et dans la mort, par le meurtre ou encore par le suicide qui se présente (faussement) comme le terminal d'un mal-être.
Or la mort telle que nous la voyons et comprenons, savons-nous ce que c'est réellement ?

QUE CROIRE QUANT À LA MORT?
- Certains croient que c'est la fin (de nous, de tout, de moi). Un anéantissement donc de notre corps et de notre psychisme.

- D'autres croient que c'est comme une mutation ou métamorphose où on va changer de corps. Où l'âme continue à vivre mais en migrer dans un autre corps, plus divin ou, le plus souvent, dans un corps animal quelconque (comme punition d'une vie où le mal à dominer sur le bien). Ils parlent alors de réincarnation.

- D'autres encore croient qu'en se sacrifiant pour une cause (religieuse ou humaniste ou politique), ils vont au moins changer la face du monde ou d'une situation, sans la moindre idée de ce qui se passe quand on meurt et quand on est mort, ou encore en croyant que des vierges nous attendent pour que nous assouvissions sans limites, sans opposition, nos pulsions sexuelles.

- Certains croient qu'il y a un paradis pour tous, ou encore différents paradis, comme un paradis des boxeurs par exemple pour les boxeurs qui meurent (où ils se boxeront éternellement peut-être !?).

- d'autres croient qu'il y a un paradis et un enfer, et que c'est loin d'être gagné d'avance pour savoir où on va se retrouver pour l'éternité !

- Certains croient que les morts avec leurs sensations psychiques sont toujours attachés à leur corps et qu'il faut aux vivants retourner leur corps une fois par an pour qu'ils se sentent mieux.

- Certains croient que l'âme sort du corps et par là perd son individualité pour rejoindre et se fonde en pleine inconscience une Conscience cosmique unique et universelle qui n'a rien de personnel.

- Peut-être croyez-vous encore d'une autre manière !?

Surtout remarquez que dans tous les cas il s'agit de CROIRE.
Ce qui peut nous poser un vrai problème: Celui que croire touche au religieux (et donc on se ferme rien qu'à entendre ou lire ce mot), ou touche à un inconnu inconnaissable, à ce qu'on ne peut absolument pas savoir.

Or je voudrais vous inviter à observer ce qui est observable, à réfléchir avec vos capacités de raison et de bon sens bien terre à terre, et à comprendre ce qui demande simplement que nous cherchions - comme en science si nous voulons découvrir des vérités qui ne sont pas immédiatement accessibles. 

UNE INVITATION À... NE PAS MOURIR... IDIOT !?
Questions :
Comment avez-vous appris tout ce que vous savez par l'école?
Comment avez-vous présenté un concours pour entrer dans une grande école ou dans un poste?
Comment avez-vous reçu les instructions d'un apprentissage?
Comment avez-vous appris le code de la route et la conduite (automobile ou maritime ou aérienne)?
Comment avez-vous appris à faire du vélo ou à nager?
Comment avez-vous pu manger aujourd'hui sans savoir si ce que vous avez mis dans votre bouche était bon ou avarié?
Etc, etc, etc...
Avez-vous la réponse exacte... que vous n'avez peut-être jamais soupçonnée!?

C'est que TOUT ce que nous apprenons et faisons, commence par un acte de confiance, par une transmission qui ne se reçoit que par... la foi ! En croyant ce qu'on nous dit.
Vrai ou faux!?
Et donc à la question qui peut vivre sans croire? la réponse est PERSONNE!

Car on est tous par nature des croyants, des êtres capables de croire avant de savoir ET POUR SAVOIR.
On ne peut arriver à SAVOIR quelque chose, que ce soit pas le domaine matériel le plus basique (apprendre un métier manuel) ou dans des domaines de connaissances théoriques (comme les maths, les physiques, la biologie...), qu'en commençant par écouter ou lire quelque chose qui nous est extérieur, qu'on ne connaît pas, et, le croyant, on se l'approprie en tant que savoir.

En fait il nous est absolument impossible d'avancer, de vivre la dynamique du vivant qu'on a héritée,  sans faire "des pas de foi", sans accepter de croire (quelqu'un, des idées, des concepts, des axiomes, des instructions, du savoir, qu'on va y arriver) pour arriver à autre chose, à plus loin, à plus haut, à plus grand, à meilleur, que ce qu'on est à un moment donné (que ce soit en tant qu'enfant, ado, adulte, ou même vieillard).
Beaucoup de cette vérité se passe comme indépendamment de nous, c'est-à-dire en dehors d'une conscience éveillée à comment on approche ou saisit les choses, à comment on a cet élan vital qui nous fait lever le matin (quand il n'est pas cassé!), préparer un cours, une conférence, chercher une solution, concevoir un film, tenir le choc (sans mal faire) face à une adversité qui nous encombre la vie...
Mais notre capacité et potentialité spécifiques d'être humain contiennent  aussi que nous puissions en conscience acquérir des données, des connaissances, du savoir et des savoir-faire. C'est-à-dire conscient qu'on se met à croire quelque chose alors même qu'on ne sait pas si c'est juste, vrai, bénéfique, utile, intéressant...

C'est donc là le POINT DE DÉPART crucial, prédéfini et toujours prêt à être actif ou activé de nos mouvements (physiques, psychiques ou spirituels).
Êtes-vous déjà convaincu-e que cela est vrai ?
Convaincu-e de la prééminence de cet axiome, de ce moteur fantastique  posé en nous par le Créateur**, qui fait que la vie est mouvements et dépassements et joie d'aventures, d'explorations et de nouveautés toujours possibles ?
Je pose cette question car le but de la dynamique du vivant pour nous, c'est que nous acquérions, que nous nous enrichissions donc de ce qu'on n'a pas à l'origine (bien qu'on ait déjà des capacités et beaucoup de potentialités), et que par là nous nous déployons jusqu'à dépasser même le cap suprême... celui de la mort physique !

Et c'est là TOUT l'enjeu (si ce n'est premier en tout cas final) de cette existence. C'est l'enjeu supérieur à tout, transcendant, de ce principe de foi qui est notre propre puissant moteur par lequel nous saisissons et évoluons... en bien ou en mal... selon ce qu'on va croire, qui on va croire, pour quoi on va croire.
Et on arrive là à "l'entonnoir" de la vérité !

L'ENTONNOIR DE LA VÉRITÉ
Facile à comprendre. Si 2 et 9 font 11 tout rond, cela ne fait ni 10, ni 13, ni même 10,5 ou 10,95, ni 11,05 ou 12, etc...

On comprend par là que la vérité, comme l'exactitude, est quelque chose de précis, qui exclut plusieurs autres choses qui dès lors, n'étant pas vérité, sont des erreurs, ce qu'on appelle encore selon les domaines des fautes ou des mensonges, voire des demi-vérités (qui peuvent être une forme subtile de mensonge).

CROIRE, QUOI ET PAS QUOI ? TOUT !?...

De la question de la vérité et du mensonge, du juste et du faux, donc plus globalement du bien et du mal, découle les questions ou notions capitales de notre liberté et d'une capacité personnelle à trier les informations - capacité psychique que nous avons comme bien d'autres choses à développer, ce qui donne du discernement, un jugement critique, une capacité à ne pas se faire avoir par n'importe quoi.
On connaît bien ça par les tentatives d'arnaque, d'hameçonnage sur la toile, par la faon dont des gens peuvent essayer de nous séduire (par l'attrait du gain, du sexe, du pouvoir, de produits stupéfiants, etc...) pour tirer profit de nous, nous manipuler, escroquer, etc...

DONC TOUT N'EST PAS A CROIRE, BIEN ÉVIDEMMENT !
Tout de ce qu'on entend, de ce qu'on nous dit ou nous montre, n'est donc pas à prendre "pour argent comptant". Comme s'il s'agissait d'une vérité, d'une bonne chose. 
Et là il faut croire que sans Dieu le discernement et la protection est bien difficile, voire impossible.
Qui ne s'est pas fait trompé, arnaqué, possédé, par une offre alléchante, par un gars ou par une fille, par une promesse (il n'y a pas qu'en politique que les promesses ne sont pas tenues, une fois qu'on a mordu à l'hameçon ! Emoji ).

EXTENSION DES DOMAINES OÙ EXERCER DE LA FOI  POUR S'ENRICHIR DE SAVOIRS... ET DE VIE !

On est toujours à avancer sur et par le principe de croire avant de savoir et pour savoir. Et on est juste en train de faire le pas qui passe d'un contenu matériel (physique et psychique) de ce qu'on croit à un contenu spirituel (qui touche au domaine des esprits, de Dieu donc, de l'après-mort, de l'éternité...).

ET DONC LA QUESTION MAJEURE DE LA VIE MORTELLE ET DE L'ÉTERNITÉ !?...
Plus conséquente que tout - on y arrive -, la question de savoir ce qu'il y a après la mort est capitale car cette échéance peut arriver à l'improviste - ça n'arrive pas qu'aux autres ! -, ouvrant sur rien moins que l'éternité.
On a vu plus haut diverses idées ou pensées, opinions, préjugés ou connaissance avérée) à ce sujet, chacun de nous ayant forcément une position, une idée (l'absence même d'idée est une forme d'idée, une façon de concevoir certaines choses par l'indifférence). Et parmi ce florilège de propositions issues d'ici ou de là, il y a FORCÉMENT, ASSURÉMENT, UNE RÉPONSE JUSTE, ce qui est LA VÉRITÉ sur ce point à la fois délicat (comme sont toutes recherches) et auquel personne ne peut éviter d'être confronté.
Comment savoir? Comment passer de croire à savoir?

Une bonne manière de procéder consiste à s'appuyant sur une approche comparée des propositions. En disposant et cherchant des informations sans faire l'impasse sur rien, dans la dynamique de TROUVER ce qui est vrai.
Car seul chercher ce qui est vrai permet de sentir et d'accéder à une conviction toute personnelle que la chose (l'information, l'affirmation, la proposition) est vraie.

La Bible insiste sur ce principe de chercher la vérité pour trouver la vérité. Par exemple dans la lettre aux Thessaloniciens on peut lire cet avertissement :
"La venue de cet impie (l'antéchrist) se fera par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers10 et avec toutes les séductions de l'injustice pour ceux qui périssent parce qu'ils n'ont pas accueilli l'amour de la vérité pour être sauvés.11 C'est pourquoi Dieu leur envoie une puissance d'égarement pour qu'ils croient au mensonge,12 afin que tous ceux qui n'ont pas cru à la vérité mais ont pris plaisir à l'injustice soient condamnés."

Ainsi permettez-moi pour faciliter cette recherche, de vous donner là ma réponse, mon intime conviction, acquise par différents chemins, ce que vous mettrez en vis-à-vis de ce que vous croyez déjà et si nécessaire pour vous faire une idée bien arrêtée en vis-à-vis du contenu d'autres croyances.

En fait je n'ai rien inventé - car on n'a pas à imaginer ce genre de connaissance (universelle et préétablie) -, mais j'ai rallié ce que dit la Bible (après avoir été au préalable indifférent, ignorant, et encore en comparant ce qui se dit ici et là).

QU'ENSEIGNE LA BIBLE SUR L’APRÈS MORT (LE "POST MORTEM") ?

La Bible dit depuis le commencement, que l'âme ne meurt pas avec la mort physique. 1er exemple : Dieu dit à Caïn après qu'il ait tué son frère Abel: "Qu'as-tu fait ? La voix du sang (l'âme***) de ton frère crie de la terre jusqu'à moi.".

Dieu conduit encore la foi d'Abraham jusque dans la résurrection des morts. En lui demandant de sacrifier le fils unique qu'il lui a donné par Sarah (Isaac) afin de leur assurer une postérité, Dieu amène Abraham à croire, de manière logique, rationnelle bien que surnaturelle, qu'il ne peut lui demander cela que parce qu'il a le pouvoir de le ressusciter ensuite.

Du temps de Jésus (1 800 ans plus tard), cette descendance abrahamique, dans sa partie engagée dans la fonction religieuse (sacerdotale) est divisée sur le sujet, avec d'un côté le parti majoritaire, les pharisiens, qui croient à une pérennité de l'âme et à la résurrection des corps.
Les saducéens (alors minoritaire) ont pour leur part adopté une position "moderne", qui coupe d'avec la tradition et les textes sacrés, niant toute vie post mortem de l'âme, et donc toute résurrection des corps. Sûrs de l'option nouvelle par laquelle ils se distinguent, ils viennent tenter Jésus, pour le confondre et/ou pour le faire rejoindre leur camp:
"« Maître, voici ce que Moïse nous a prescrit : Si un homme marié meurt sans avoir d'enfants, son frère épousera la veuve et donnera une descendance à son frère.29 Or, il y avait sept frères. Le premier s’est marié et est mort sans enfants.30 Le deuxième [a épousé la veuve et est mort sans enfants],31 puis le troisième l’a épousée ; il en est allé de même pour les sept : ils sont morts sans laisser d'enfants.32 Enfin, la femme est morte aussi.33 A la résurrection, duquel d'entre eux sera-t-elle donc la femme ? En effet, les sept l'ont eue pour épouse. »
34 Jésus leur répondit : « Les hommes et les femmes de ce monde se marient,35 mais celles et ceux qui seront jugés dignes de prendre part au monde à venir et à la résurrection ne se marieront pas.36 Ils ne pourront pas non plus mourir, car ils seront semblables aux anges, et ils seront enfants de Dieu en tant qu’enfants de la résurrection.37 Que les morts ressuscitent, c'est ce que Moïse a indiqué, dans l'épisode du buisson, quand il appelle le Seigneur le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob.38 Or Dieu n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants, car tous sont vivants pour lui. »39 Quelques spécialistes de la loi prirent la parole et dirent : « Maître, tu as bien parlé »"

La question est alors: Qui, mieux que Jésus qui a donné des signes surnaturels de sa nature divine (jointe à sa nature humaine), a pu dire autrement et aurait raison?
Et encore qui, mieux que l'Esprit de Dieu qui a enseigné et inspiré les écrivains des  la Bible, sait ce qu'il en est de ce qui se passe sur l'autre versant de tout ce qui fait le Réel ? (vous pouvez par exemple (lire ou écouter en cliquant ici ce qu'a pu écrire l'apôtre Paul de détaillé sur la 1ère résurrection)
A vous de chercher... si sa réponse christique et biblique est bonne, ou pas...

POUR NOUS AIDER À TROUVER L'HISTOIRE (BIBLIQUE) MAIS AUSSI L’ACTUALITÉ
Depuis quelques années les langues se délient dans plein de domaines. Et dans celui qui nous concerne ici aussi. On parle alors de EMI (Expérience de Mort Imminente) ou NDE (Near Death Expérience).
On pourrait surtout parler de Vie Imminente, car les rapporteurs de ces expériences faites alors qu'ils sont en état comateux ou de mort clinique, dans un ou des univers surnaturels (qui tiennent de l'enfer et du paradis), racontent qu'il y a dans ces sphères non matérielles (psychiques et spirituelles), où ce corps n'a pas sa place, plus de vie, plus de conscience, plus d'acuité de perception, qu'ici-bas.
Pour écouter de ces témoignages, tapez EMI ou NDE sur un moteur de recherche et vous pourrez rejoindre des milliers de vidéos qui forme un tel faisceau d'indices qu'on peut désormais parler de preuve que l'essentiel de notre existence et de notre être, c'est l'âme (la psyché en grec, d'où tous les mots formés autour de la racine "psy").
Ce que disent depuis l'aube des temps toutes les religions et encore aujourd'hui bien des cultures, et la Bible qui va même plus loin en disant que l'être humain créé à l'image de Dieu (qui est un Dieu Un et trinitaire en même temps) est un corps habité par une âme et un esprit...

La Bible enseigne encore qu'outre des résurrections isolées surnaturelles de morts, il va se produire pour tout le genre humain deux résurrections bien distinctes et différentes des défunts, distantes de mille ans.

PREMIÈRE RÉSURRECTION DES MORTS
Une 1ère résurrection est celle de ceux qui sont morts dans leur foi au Seigneur Jésus venu sur terre pour y mourir en tant que Sauveur, obtenant que quiconque croit en lui et en ce sacrifice totale de sa personne puisse recevoir un authentique pardon de Dieu de toutes ses fautes.

Cette résurrection donne immédiatement à qui en bénéficie un corps nouveau, tout autre, comme si en tant que conducteur on recevez d'un coup une Ferrari toute neuve, une Bentley, une Tesla, une Maserati, une Rolls-Royce...
C'est ce que la Bible déclare (que vous pouvez lire en cliquant ici). 
Cette résurrection va conduire ses heureux bénéficiaires jusque dans le Royaume céleste éternel de Dieu. La Bible donne pas mal de renseignements sur ce futur... qui devient de plus ou plus imminent, ce qui apparait par une conjonction des textes bibliques prophétiques et des principales actualités planétaires.

Ce qui pose là aussi la question de la véracité des écrits bibliques !
Écrits d'hommes (une quarantaine) qui, bien que sur une durée de 1 500 ans environ, ont pris l'initiative de faire ce livre, ou bien livre totalement inspiré par l'Esprit de Dieu pour que nous sachions, en croyant, ce qui ne peut être accessible à notre raison, à notre âme, mais qui l'est à notre esprit.
A vous de chercher, et une bonne manière de le faire est de chercher cette vérité en lisant la Bible (en commençant par la seconde partie (le Nouveau Testament) par exemple car elle est plus courte et éclaire beaucoup ce qui était resté mystérieux dans la première.
Pour ma part la réponse n'a pas été difficile du fait qu'un jour où j'étais en panne dans mes recherches et tâtonnements spirituels (genre Nouvel-âge), Dieu m'a parlé par une voix très audible, disant simplement : "Lis la Bible ! Lis la Bible !" (Je raconte la suite surnaturelle ici en descendant la page jusqu'à DIEU ME PARLE, VRAIMENT !).

SECONDE RÉSURRECTION DES MORTS
Elle est celle de tous les autres qui n'ont pas pu être de la première.
Elle interviendra après le millénium ou règne terrestre de Jésus de 1 000 ans. (comme vous pouvez le remarquer, la foi en Christ et par la Bible ne laisse pas dans du flou ou des limbes évanescentes au sujet du futur (terrestre, céleste, puis sur une nouvelle terre et sous un nouveau ciel...).

ÔTER DES OBSTACLES QUI BOUCHENT LA VUE ET PARALYSENT LE CŒUR ET LA RAISON
Mais pour entrer dans l'assurance qui est un des signes qui attestent d'une foi juste, c'est-à-dire d'une foi en ce qui une vérité, il faut d'abord que nos péchés (nos fautes morales et autres injustices et pratiques occultes) soient vus et confessés à Dieu pour obtenir de sa part un pardon véritable? Et cela dans la foi concomitante que c'est uniquement parce que Jésus est mort à cause de nos fautes, prenant sur lui tous les effets qui en résultent, dont la mort, que le Dieu éternel peut nous laver de tout.
Ainsi est-on chacun remis en règle et en paix avec Dieu, non sur quelque mérité de notre part (car toute notre justice est comme un vêtement souillé, dit le prophète Ésaïe), mais uniquement sur la base que Jésus, en donnant sa vie pour nous, a satisfait la justice de Dieu qui exige que le mal commis soit sanctionné.
Ce qui est dit ici de merveilleuse manière: "En effet, le salaire du péché, c'est la mort, mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur.". 

Désormais, ayant lu jusque là, vous avez la responsabilité de poursuivre (ou pas) dans la seule quête qui finalement est importante, car vitale (et bien au delà de ce qu'on peut imaginer), celle de chercher comment entrer en relation avec Dieu dès ici et maintenant, c'est-à-dire comment trouver ç s'établir dans une paix avec lui, ce qui seul permet de tenir les démons et Satan (qui sont des anges déchus) à distance.
Enfin faire la paix avec Dieu pour le connaître de l'intérieur, dans sa sensibilité, dans son amour, dans son repos, dans sa dynamique en notre faveur... et non seulement du dehors par ses jugements, c'est trouver comment accéder à l'éternisation qu'il désire tant de notre âme - c'est-à-dire une pérennité éternelle de notre moi-je, de notre personne consciente d'elle-même et unique.
Avec Jésus les choses sont simples. 
C'est au point où entendant et discernant l'état d'esprit d'un des deux brigands crucifiés à côté de lui, il lui répond: "Aujourd'hui tu seras avec mon dans le paradis".
A un autre, l'apôtre Paul va dire: "Crois au Seigneur Jésus et tu seras sauvé toi et ta famille".
A d'autres l'apôtre Pierre dit: "Repentez-vous (ce qui veut dire Regrettez ce qu'a été votre vie passée tout en décidant de changer vos  manières de faire) et que chacun de vous soit baptisé pour signe du pardon de vos péchés (comme expression physique qui rend visible ce qui s'est réellement passé comme changement dans votre for intérieur), et vous recevrez le don du Saint-Esprit (qui est la vie même de Dieu, éternelle donc, qui vient s'ajouter à notre être psychique pour nous mettre à part de toutes les forces dominantes mauvaises et nous sauver de la perdition de soi qui suivra toute mort qui n'est pas marquée par cette présence divine en nous).

En toutes ces choses je n'invente rien; je n'ai fait, parmi tous les possibles proposés par les uns et les autres, philosophes, idéologues, médiums, charlatans, religions, que croire que la meilleure manière de croire consiste à considérer les écritures bibliques comme étant d'origine divine, et donc que Jésus est bien l'unique Sauveur dont nous ayons besoin pour échapper un maximum au mal présent et à venir.

Pour clore ici, un verset dans lequel il peut suffire de mettre votre nom à la place du mot "quiconque"pour que, si vous le faites en toute intégrité et foi, vous entriez (naissiez spirituellement) immédiatement dans le plan rédempteur de Dieu:
"En effet, Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle."

Si vous désirez mieux ancrer encore en conscience une telle démarche que vous venez de faire ou que vous désirerez de faire, voici en cliquant ici > un guide de prière pour vous aider à passer ainsi d'une mort (spirituelle, qui est notre lot commun) à La vie (spirituelle qui se reçoit et ne peut jamais finir). 

Soyez richement béni-e.

(Pour + mon article sur les 5 formes de résurrections en cliquant ici. Aussi si vous voulez creuser le sujet de la mort Les 5 types de mort < ici

_________________
* La Bible nous dit que Dieu a fait une alliance avec nous par Noé, lui assurant qu'il ne détruirait plus de lui-même le genre humain par de "grandes eaux" (grosses inondations, cyclone, rupture de barrage,  tsunami, pollutions mortelles...).
Ce qui signifie que lorsque de tels accidents se produisent en rapport avec l'eau, Dieu n'en est pas responsable. La cause, la responsabilité incombe à ceux qui les subissent pour les avoir suscités de la part des démons (toujours capables d'influencer les éléments naturels comme on peut le lire ici dans la Bible) à partir de leurs comportements coupables. Notamment par des pratiques graves (individuelles, collectives ou d'un groupe de responsables) que la Bible appelle des abominations parce qu'elles donnent des droits sur nos existences aux démons). Il en est ainsi des meurtres (dont l'avortement fait partie aux yeux de Dieu et de Satan), de perversités dénaturées, de diverses formes d'occultisme et autre satanisme (notamment comme il est écrit dans le livre biblique du Deutéronome au chapitre 18, à partir du verset 10).

** Rien que par cette dynamique incluse dans le vivant, la théorie athée qui pose l'évolution comme moteur du vie est intenable (sans parler de toutes les lois, organisations, complexités et systèmes découverts).
En effet avec ce que prône cette doctrine qui veut ôter à Dieu la paternité du monde et de la vie, on veut nous faire croire - toujours la croyance au départ de nos adhésions ou refus - que tout s'est fait à partir de rien uniquement par des successions infinies d'évolutions conduites par la main droite du hasard (des hasards) et par la main secondaire (gauche) des nécessités qui surviennent et obligent le hasard à se mettre à chercher sans la moindre intelligence des solutions aux problèmes posés...
Et donc comment le hasard serait-il parvenu à créer un déterminisme primordial comme est le principe de foi? Quelle nécessité aurait amené une telle évolution interne dans la nature psychique du vivant, qui n'est pas solution à une problématique particulière apparue au cours du temps, mais un universalisme préexistant à des situations et difficultés qui apparaissent dans le temps, qui s'y adapte plus que rapidement puisque c'est le principe même qui invite, appelle, déclenche toute appropriation nouvelle dans des dépassements de soi...

*** L'expression "la voix du sang" enseigne déjà ici que l'âme, le psychisme, est liée au sang, en est une émanation, le sang restant son support tant qu'il peut assurer la vie au corps. 

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2019 4 14 /11 /novembre /2019 11:19

 

 

Notre cœur,
comme nos pieds ou nos mains,
a besoin d'être
lavé, purifié, éclairé, régénéré...

 

Ce qui réjouit le cœur de Dieu, c'est qu'il puisse nous pardonner.
L'avez-vous appris ? Ne le savez-vous pas ? Le saviez-vous mais l'avez-vous oublié?

"Car, lorsque nous étions encore sans force, Christ, au temps marqué, est mort pour des impies.7 A peine mourrait-on pour un juste ; quelqu'un peut-être mourrait-il pour un homme de bien.8 Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous."

Jésus-Christ "mort pour nous" pour quoi?
Entre eux - la première raison à expérimenter: Pour nous pardonner.

Un jour j'ai vu (et entendu) un handicapé sur une chaise roulante s'en prendre avec violence (verbale) à la personne qui manœuvrait son fauteuil.
Apparemment parce que cette dernière venait de trop le secouer alors qu'il s'agissait de sortir d'un magasin ayant une marche ou deux à son entrée.

Sans doute pas facile de gérer ce passage difficile, et le jeune homme assis a-t-il pu être plus ou moins secoué et avoir mal.
Mais autant il était sans force physique pour marcher, autant il n'était pas sans animosité tapie au fond de son cœur pour réagir. C'est réellement de la méchanceté qui sortit alors de sa bouche, au point de me faire retourner.

CONNAISSANCE DE SOI

Cette image est pour moi une illustration de ce que nous sommes chacun en face de Dieu: à la fois la personne handicapée qui a besoin d'aide, et la personne qui assiste l'autre pour bien faire, mais sans expertise, et avec moultes maladresses...

D'un côté un cœur profond dont une contrariété peut rapidement atteindre et faire déborder son fond (qui est comme la lie déposée au fond d'une bouteille); de l'autre une bonne volonté à bien faire, mais avec une sempiternelle insuffisance pour réussir là où ce serait le plus nécessaire... notamment dans nos relations les plus rapprochées et obligées.

C'est ainsi que Jésus (le psy qui connaît l'être humain plus que quiconque) dit un jour: "Ayant de nouveau appelé la foule à lui, il lui dit : Écoutez-moi tous, et comprenez.15 Il n'est hors de l'homme rien qui, entrant en lui, puisse le souiller ; mais ce qui sort de l'homme, c'est ce qui le souille.16 Si quelqu'un a des oreilles pour entendre, qu'il entende.
17 Lorsqu'il fut entré dans la maison, loin de la foule, ses disciples l'interrogèrent sur cette parabole.18 Il leur dit : Vous aussi, êtes-vous donc sans intelligence ? Ne comprenez-vous pas que rien de ce qui du dehors entre dans l'homme ne peut le souiller ?19 Car cela n'entre pas dans son coeur, mais dans son ventre, puis s'en va dans les lieux secrets, qui purifient tous les aliments.20 Il dit encore : Ce qui sort de l'homme, c'est ce qui souille l'homme.21 Car c'est du dedans, c'est du coeur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres,22 les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l'orgueil, la folie.23 Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans, et souillent l'homme."

Voilà ce qui nous habite... tous ! Et qui se révèle à une occasion, dans une situation ou même une discussion ou une autre. On a vu que ça peut aller jusqu'à un coup de couteau pour une place de parking!
Certes, une bonne socialisation (éducation) peut rabaisser les pulsions qui résultent de cet état de fait générique, mais c'est dans une adversité qu'on peut réellement se découvrir... tel-le que Dieu nous voit. 

Et avec son pardon pour les faute passées, c'est aussi ce fond mauvais, corrompu, déréglé de diverses manières, que Dieu veut changer, pour nous changer.
D'une part donc, en commençant par nous pardonner chaque élément et la somme de ce qui est sorti de notre bouche et jusque dans notre comportement, tout ce qu'on a pu faire de mal, à partir et à la suite de mauvaises pensées et/ou de mauvais choix, avec notre corps (que ce soit dans la luxure ou dans la violence).
Et d'autre part, ce qui nous caractérise d'une autre manière, c'est une vraie faiblesse, congénitale, adamique, universelle, qui nous laisse laxiste où il faudrait réagir, ou au contraire qui nous met en mouvement pour ce qu'on pense être du bien, et qui va s'avérer être mal.

UNE AFFAIRE DE CONNAISSEURS   

Un autre grand psychologue avant l'heure (et psychanalyste puisqu'il a fait son analyse et peut dire ce qu'il a expérimenté en lui-même), l'apôtre Paul, décrit cela ainsi: "Car je ne sais pas ce que je fais : je ne fais point ce que je veux, et je fais ce que je hais.16 Or, si je fais ce que je ne veux pas, je reconnais par là que la loi (qu'elle soit celle de notre conscience personnelle ou d'une religion) est bonne.17 Et maintenant ce n'est plus moi qui le fais, mais c'est le péché qui habite en moi.18 Ce qui est bon, je le sais, n'habite pas en moi, c'est-à-dire dans ma chair : j'ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien.19 Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas.20 Et si je fais ce que je ne veux pas, ce n'est plus moi qui le fais, c'est le péché qui habite en moi.21 Je trouve donc en moi cette loi : quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi.22 Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l'homme intérieur ;23 mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres.24 Misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps de cette mort ?..."

N'avez-vous jamais failli, cédé ainsi, jusqu'à vous laisser entraîner dans ce que vous sentiez ou saviez être mal ?
Ou encore au contraire, ne vous êtes-vous jamais comporté comme un lâche, un peureux, un muet, là où il aurait fallu ouvrir la bouche pour défendre une situation, une cause ou une personne?

DÉVELOPPEMENT PERSONNEL

Il est important d'apprendre à être ou à devenir honnête vis-à-vis de soi-même quant à ce que nous sommes. C'est là que commence le véritable développement personnel !
Si on aspire à s'améliorer (mentalement, psychiquement ou spirituellement), il ne faut pas que ce soit une construction qu'on veuille développer sur un fondement pourri, piqué des vers... que sont ces forces intérieures mauvaises qui forment ce que la Bible appelle "le péché" (mot décrié mais très significatif puisqu'il a le sens de "manquer une cible", "passer à coté de" (ce qui est le bien véritable).

Et tant que le péché est une loi qu'on laisse librement écrite et agir, selon sa propension naturelle (psycho-génétiquement et par suite développée par nous-même), tant qu'on ne peut se maîtriser au contact des forces qui animent le monde qui nous entoure, nous sommes entraînés dans des erreurs, ses mensonges, des divagations, des pulsions malignes, des travers, des perversités et autre aveuglement...

Et le grand psy Paul expose encore de manière synthétique et parlante l'opposition qu'il y a entre le bien et le mal. C'est-à-dire entre ce qu'on peut vivre selon qu'on poursuit notre route sans la transformation surnaturelle que Dieu (le vrai, le Dieu de la Bible et non celui des religions ou des philosophes) peut opérer en nous; ou selon qu'on désire être pardonné et purifié par lui. Lisons: "Car la chair a des désirs contraires à ceux de l'Esprit, et l'Esprit en a de contraires à ceux de la chair ; ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez.18 Si vous êtes conduits par l'Esprit, vous n'êtes point sous la loi.19 Or, les oeuvres de la chair sont manifestes, ce sont l'impudicité, l'impureté, la dissolution,20 l'idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes,21 l'envie, l'ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d'avance, comme je l'ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n'hériteront point le royaume de Dieu.
22 Mais le fruit de l'Esprit, c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance."

Par le mot "chair" il est question de notre être naturel (notre corps et notre âme), qui ne tient pas compte de la réalité de Dieu et ne peut triompher du mal par le bien car nous sommes chacun habités par cette loi terrible dite "du péché et de la mort."

Par le mot "Esprit" il est parlé de l'Esprit même de Dieu qu'il donne à ceux qui veulent entrer et entrent effectivement dans son plan de rédemption de nos âmes et personnes.

Le verset suivant nous expliquant: "24 Ceux qui sont à Jésus Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs.

Dès lors que Dieu nous donne de voir aussi clair entre ce qui est bien et ce qui est mauvais pour moi et en moi, va-t-on rester ce que nous sommes - c'est-à-dire la personne pécheresse dont on a lu les descriptions, ce que je suis par nature et encore ce qui a été fabriqué dans mon intérieur par une culture et/ou par une religion?

Ou bien veut-on que Dieu nous adopte? Veut-on qu'il nous donne de repartir tout à nouveau, en mettant le compteur de nos péchés à zéro?

TRANSFORMATION DE SOI

Rien de religieux là-dedans!
Il s'agit seulement que nous trouvions ou retrouvions comment vivre en relation avec Dieu. C'est-à-dire dans une relation vivante (vivifiante, purificatrice, sanctifiante, apaisée, réjouissante...) avec ce Dieu véritable qui veut nous enrichir de son propre Esprit.

C'est pourquoi, quand ils veulent savoir comment entrer au bénéfice de la rédemption obtenue pour nous en sa mort par Jésus, l'apôtre Pierre dit à ses auditeurs ce que la Bible nous rapporte ainsi: "Après avoir entendu ce discours, ils eurent le coeur vivement touché, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres : Hommes frères, que ferons-nous ?38 Pierre leur dit : Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ, pour le pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint Esprit.39 Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera.40 Et, par plusieurs autres paroles, il les conjurait et les exhortait, disant : Sauvez-vous de cette génération perverse.41 Ceux qui acceptèrent sa parole furent baptisés ; et, en ce jour-là, le nombre des disciples s'augmenta d'environ trois mille âmes.42 Ils persévéraient dans l'enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières."
"Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.18 Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation.19 Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation.20 Nous faisons donc les fonctions d'ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous ; nous vous en supplions au nom de Christ : Soyez réconciliés avec Dieu !21 Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu."

Voilà tout "l'Evangile" de Jésus-Christ (mot venant du grec qui veut dire Bonne nouvelle). Ces passages en sont son cœur, qui expriment le cœur de Dieu, vérités à partir de quoi quiconque veut être honnête et sauvé de la perdition dans laquelle nous naissons tous et risquons de finir, peut s'impliquer, s'insérer tout personnellement dans ce plan de rachat de nos personnalités en risque et état de perdition.

En cliquant ici vous avez un guide de prière si vous désirez faire cette démarche toute personnelle qui permet d'obtenir le pardon de nos fautes et de recevoir la vie de l'Esprit de Dieu qui fait de nous des "nouvelles créatures" (qui seront ici-bas des enfants adoptifs de Dieu et vivront par la suite leur maturité, dans un nouveau corps glorifié, dans le Royaume éternel de Dieu, ce qu'on appelle le Paradis). 

Soyez béni-e, et sauvé-e.

Pour lire la Bible si vous en êtes totalement ou largement ignorant, je vous conseille de commencer par le Nouveau Testament (sa 2e partie) et par un des quatre évangiles - par exemple en cliquant ici: 1/ Évangile selon Matthieu - 2/selon Marc - 3/selon Luc - 4/selon Jean...

 

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2019 6 02 /11 /novembre /2019 08:48

 

On est notre ADN !

Oui. Mais avant,

et après?...

 

En réalité (comme monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir), on part tous d'un principe (puisque par définition principe signifie "Point de départ, commencement").

Et notre principe premier est celui qui nous est donné - en fait inculqué pour l'essentiel sans qu'on en soit conscient - par le mix (cohérent ou bâtard) des opinions, avis et croyances (athées ou religieuses) de nos formateurs (parents, école, réseaux sociaux et autres médias).

"AUX ÂMES BIEN NÉES, LA VALEUR N'ATTEND PAS LE NOMBRE DES ANNÉES" (CORNEILLE) 

De fait, naissant en France après la 2e guerre mondiale de lignées de parents formés par la culture socio-humaniste (post-judéo-gréco-chrétienne, née au XXe siècle), on devient le plus généralement tout naturellement... incroyant (indifférent à ce qu'il y ait un Dieu ou pas, agnostique ou athée).

Né-e de lignées de parents formés dans une appartenance religieuse, on devient par un autre principe catholique ou musulman par exemple.

Ainsi un principe n'est pas juste un mot ou un concept, c'est un contenu ! C'est un pack fait d'acquis automatisés (bons ou mauvais), de préjugés, de prédominance, de partialité, d'insuffisance, de tares (toujours certainement) comme de valeurs.

Ainsi on part tous dans notre existence nantis d'une somme de données, d'un principe donc, par défaut.

Et la pire chose pour chacun de nous est de ne pas éprouver la valeur (morale, sociale, sociétale) de ce principe (qu'il soit dit laïc, athée ou religieux), selon que le bien consiste globalement en une vie paisible, sociable, solidaire, où le bien commun nous est aussi cher que notre propre bien - notre bonheur ne naissant au minimum que d'un respect conjoint de soi et de ce qui fait notre environnement (il n'y a pas de bonheur tout seul).

LE VRAI CARTÉSIANISME

Le grand apport de Descartes - si piteusement dévié en un principe agnostique par les incroyants - tient de cette révélation qu'il a eu, qu'il est fort bon que nous ayons tous un jour une prise de conscience - toute personnelle pour le coup, véritable - qui nous amène à remettre en cause ces fondements principaux.
Fondamentaux à partir desquels nous avons tous commencé à exprimer notre existence. Une phrase le résume particulièrement où il dit:
"Pour atteindre la vérité, il faut une fois dans sa vie se défaire de toutes les opinions qu'on a reçues, et reconstruire de nouveau tout le système de ses connaissances."

Car la question pour le coup réellement principale, est que nous vivons majoritairement sur la base d'opinions (qu'on a héritées plus que nous les avons réfléchies et adoptées en conscience), indépendamment de la notion de vérité.

Or il y a bien souvent antinomie, contradiction, tension, entre comment "ça pense" en nous (ce qu'on appelle "nos" opinions) et ce qui est juste, vrai, bien, bon, meilleur (des vérités que caractérisent leur universalisme et leur stabilité).

Ce n'est pas qu'on n'ait pas à avoir des opinions! C'est qu'elles ne doivent pas prendre la place des vérités. Par exemple c'est une vérité qu'on ait besoin de manger. C'est une opinion qu'on mange de la viande ou qu'on n'en mange pas, bio ou pas... (Et c'est important que nos opinions soient conformes à notre conscience...).

VÉRITÉS ET OPINIONS, LE GRAND DILEMME

Ainsi déjà le slogan qui court plus que jamais "A chacun ses vérités" est un non-sens complet. C'est confondre les opinions qui se caractérisent par la subjectivité et la multiplicité, avec les vérités qui sont objectives en soi, et une pour chaque chose. Par exemple pour dix mensonges possibles sur quelque chose, il y a une vérité. Comme 3 et 2 font 5,00 et pas tout autre chiffre et autres décimales.

Aussi Descartes dit encore: "Nous devons chercher la vérité en pleine liberté, affranchis de toute idée préconçue."

Des siècles plus tard dans le même esprit, le scientifique fait écho au philosophe, Albert Einstein disant: ''Le souci de parvenir à la vérité doit primer sur toutes les autres considérations.''

Parce que, remarque Otto Niebergall : "Tous les hommes naissent en originaux, mais la plupart meurent en copie."

Allez-vous rester une copie de ceux qui vous ont formé-e, voire fortement déformé-e par rapport à un schéma idéal que pourrait être votre vie et un réel mieux-être?

Einstein a encore dit: "Rare est le nombre de ceux qui regardent avec leurs propres yeux et qui éprouvent avec leur propre sensibilité."

Qu'allez-vous faire de ces remarques des plus pertinentes?
Rester ce que d'autres vous ont fait-e, peut-être dans une dramatique illusion que ce que vous croyez être déjà, n'est pas ce que vous pourriez déjà être de mieux?
Ou bien chercher davantage les grandes vérités du Réel, des personnes et des choses, sans rester embarrassé-e dans des préjugés, des erreurs, de l'ignorance, des mensonges, de fausses croyances (matérialistes ou religieuses)!?

Un jour j'ai été mis face à l'évidence de cette nécessité de revoir la copie que je rendais jour après jour face au monde qui m'entourait.
Jusque là j'avais été croyant selon la tradition protestante pendant deux à trois ans. Puis un prof de philo qui se disait librement athée marxiste-léniniste (c'était avant qu'on apprit les horreurs qui se passaient derrière "le rideau de fer") m'avait dépouillé du peu de foi que j'avais eu au contact d'histoires bibliques,
avec cette idée présomptueuse et complétement irréfléchie qu'il n'y n'y a pas de Dieu. Qu'on n'a pas besoin de s'en mettre un au-dessus de nos têtes. Que ce n'est que faiblesse, peur et superstitions qui nous amènent à croire à une transcendance qui pourrait quelque chose pour nous.

Avec son armée philosophique de païens, nihilistes, révolutionnaires, existentialistes, et de pseudo-scientifiques (évolutionnistes à la vue étroitisée), il avait fait de moi un révolutionnaire en herbe, un anti-conformiste, un débridé, qui allait pouvoir s'affranchir de la religion qui fait des hommes des toxicomanes, et par là de la morale judéo-chrétienne qui aliène l'individu... Ce qui me conduisit en une douzaine d'années à des sorties de route graves, le tout se soldant dans un sérieux accident qui me mit une nuit à la porte de la mort.

Et c'est là où, dans sa clémence, dans sa miséricorde, par son regard qu'il maintient cependant sur nous, Dieu vint révolutionner ma vue quant à lui et du monde. Il se présenta lui-même à ma conscience, comme le principe de tout, réel, immuable et dynamique à la fois. Celui qui ouvre les horizons bouchés par les philosophies et par nos fautes; qui élargit le Réel aux dimensions de ses vérités éternelles là où on avait fait qu'être rabaissés au plan de la matérialité.

Et nous voilà dans cette courte existence - prêtée et non donnée en toute propriété -, à ce stade où nous avons avancé et où les épreuves n'ont pas manqué - sans même que nous réalisions que c'était parfois des avertissements bienveillants et parfois des jugements sur nos comportements qui finissaient par arriver.
A un stade où, parce que vous êtes ici en train de lire, vous pouvez dire (à votre tour): Et si je partais effectivement du principe que Dieu existe réellement, qu'il est vivant et qu'on peut vivre une relation avec lui!?

RIEN N'EST PLUS PERSONNEL ET MOINS DÉLÉGABLE
Car, comme il est dit dans le film "Reines et rois": "Il faut toujours prévoir que, évidemment, on a raison, mais que c'est toujours possible qu'on ait un peu tort en plus, sans s'en rendre compte. Et avoir un peu tort, c'est une très bonne nouvelle! Ca veut dire qu'on n'a déjà pas toute la solution et que la vie va être bien plus étonnante et pleine de surprises que ce que l'on croyait."

Et combien on a besoin de retrouver ou recevoir pour la première fois de la fraîcheur, comme après une difficile canicule. Recevoir de l'enthousiasme pour chercher, une soif de savoir jusqu'à entrer dans la joie de comprendre et dans la découverte de plus de vie.
(Le docteur Alexis Carrel disait : "Il vaut mieux ajouter de la vie à nos années que des années à notre vie").

Et dans son livre culte "Le meilleur des mondes", Aldous Huxley affirme que "Les faits ne cessent pas d'exister parce qu'on les ignore."
Alors Oui, Dieu existe, il me l'a révélé - il s'est révélé, alors même que je ne pensais en rien à lui. Et cela en dehors de tout contexte religieux.
C'est pourquoi, il ne nous faut pas amalgamer Dieu et religion, ni même Jésus (vivant) et christianisme (système mortifère). Il faut le chercher Lui, comme on peut et en comptant sur sa grâce pour qu'il vienne à notre rencontre.

Car c'est Dieu qui nous rencontre, ce n'est jamais nous qui pouvons aller jusqu'où il est (même s'il est parfois tout près de notre cœur).

Alors "Cherchez Dieu de tout votre cœur", dit la Bible. "Chercher et vous trouverez", dit Jésus. "Frappez et il vous ouvrira". C'est votre éternité qui est en jeu. Lui a accomplit une Rédemption parfaite pour nous; notre part est de désirer la réconciliation possible avec Dieu que cela ouvre.

"Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.17 Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.18 Celui qui croit en lui n'est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.19 Et ce jugement c'est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises.20 Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient dévoilées ;21 mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses oeuvres soient manifestées, parce qu'elles sont faites comme Dieu l'approuve."

Soyez béni-e par Lui.

 

Guide ici si vous désirez prier Dieu

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche