Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 11:36

Après quelques décennies d'existence terrestre où mes yeux aimèrent puis se détachèrent des appétits les plus matérialistes, il reste que rien n'est plus beau que l'amour.

Mais voilà ! Au-delà du mot, au-delà de l'acquiescement qui peut nous réunir, la question n'est pas : Qu'est-ce que l'amour ? - le définir par des mots ne peut certainement qu'en réduire la réalité à un concept -, mais : Quelles sont les conditions favorisant et permettant que l'on aime ? C'est-à-dire que j'aime jusqu'à indépendamment des contingences ou considérations terrestres. Que j'aime tout court, en soi ! C'est-à-dire non à partir d'un objet particulier qui déclenche que je l'aime, mais d'un amour qui aime à partir de lui-même, dont la combustion en moi - car l'amour est un feu - dépend d'abord du fait qu'il est là - ou pas : l'amour est une habitation de l'existant.

C'est une fusion qui s'opère dans notre être le plus intérieur - dans notre esprit en communion avec l'Amour qui est, que la Bible appelle Dieu (avant de lui donner un nom d'accès plus personnel). Ce qui fit écrire à "l'apôtre de l'amour" comme on l'appelle parfois, Jean : "Dieu est amour". Mais il n'est pas que... amour ; sinon on pourrait aussi dire l'Amour c'est Dieu, ce qui est une particularité de l'Être de Dieu, mais non sa totalité. Ce qui fait aussi que la permanence, l'immuabilité que Dieu est en tant qu'Amour, n'est pas, de notre côté, un partage aussi permanent. Pourquoi ? parce que d'autres éléments de ce que Dieu est aussi, doivent devenir notre partage, si nous voulons connaître un amour défendable face à ses immanquables ennemis.

Pour avancer dans cette connaissance - dont la finalité est que nous devenions amour, c'est-à-dire que l'amour qui est Dieu demeure en moi -, il faut lâcher (de) nos pré-jugés, toutes sortes de pensées conditionnantes fausses (notamment sur la réalité de Dieu) car l'amour ne peut être sans vérité, c'est-à-dire là où il y a du mensonge (et à un degré moindre des erreurs ou de l'ignorance que la conscience ne peut discerner).
Ainsi le Bien qu'est l'amour a besoin du Bien que sont les vérités en soi, dont celles sur Dieu. C'est pourquoi Jésus insiste régulièrement quand il parle, disant en préambule : "En vérité, en vérité, je vous le dis..."

La et les vérités expriment une justice particulière : La justice, la justesse même, est un autre Bien, sans quoi l'amour ne pourra subsister. Concrètement, que dans un couple s'immisce entre les conjoints du mensonge, en commençant parfois par des dires approximatifs, évasifs car à la limite du prononçable, un manque de justesse donc (comme des demi-vérités), est l'amour même le plus brûlant, le plus profond, va prendre du plomb dans l'aile. Et il se portera de plus en plus mal si des injustices d'en mêlent. Cela semble rien que de prendre dans les fournitures de bureau de l'entreprise un stylo ou une cartouche d'imprimante, un outil ou un peu de matière qu'on sort d'un l'atelier, une note de frais truquée... Autant de gains mesquins, de détournements qui semblent insignifiants, mais qui ont des conséquences qui s'étendent bien au-delà de l'utilisation qu'on peut faire de ces choses chapardées, détournées, "empruntées", volées, parfois même sur fond d'une justification... qui n'excuse rien ! On ne rend pas le mal par le mal, et depuis toujours "qui vole un oeuf vole un boeuf". Le vol est une injustice, et parfois on crie à l'injustice pour ce que nous voyons qui se commet contre nous, mais sans voir que nous-même nous commettons à notre niveau, de notre place, quelque injustice. Et cela l'amour en nous le sait, le vit, et comme un oiseau à la fois fort et fragile, il perd de sa force quand nous nous perdons loin de ce qu'est la vérité et la justice de comportement....

Or qu'est-ce qui est important ? De récupérer par fraude un beau couvert dans un resto ou de payer un peu moins d'impôt en falsifiant une déclaration. J'ai fait ce genre de choses avant d'être rendu par l'Esprit de Dieu sensible à la vérité,à la justesse, à la valeur transcendante et à la fragilité de l'amour quand on le mélange en nous avec le mal. Et les crises et autres conséquences indirectes n'ont pas manqué de venir telles des jugements sur mon ou notre comportement...

Et puis il y a un ennemi des plus subtils de l'amour - et cela peut paraître curieux : (ce que peut devenir) la sexualité...
Depuis Adam à qui Dieu donna la femme comme "os de ses os et chair de sa chair", il nous a donné la sexualité comme cadeau de l'amour. Encore faut-il ne pas permettre aux démons d'être parmi nos ébats amoureux. On voit comment cela est possible en lisons ce qui se passa sur terre jusqu'à un développement que Dieu jugea de la plus sévère des manières au temps de Noé. livre de la Genèse ch. 6, vers. 1 à 8 où les démons sont appelés "fils de Dieu". C'est en ce sens que l'apôtre Paul divinement inspiré fait la recommandation suivante même aux couples mariés : "Que le mariage soit honoré de tous, et le lit conjugal exempt de souillure, car Dieu jugera les impudiques et les adultères." (lettre aux Hébreux ch. 13).
Comprenons avec intelligence que si Dieu a pris la peine de nous faire transmettre des écrits au contenu immuable, c'est qu'ils sont importants pour notre bien, pour nous garder dans la liberté en vis-à-vis des forces asservissantes du Mal qui ne cherchent qu'à nous maltraiter, juger, condamner, accaparer, jusque dans le filet que constitue pour les âmes défuntes le Séjour des morts.

C'est pourquoi, si vous êtes là à la frange où vous pouvez avoir à choisir entre ce qui est Bien et ce qui est Mal, choisissez le Bien car c'est la vie - dont la préservation de l'amour -, et non ce qui est Mal car c'est le retrait de la vie - dont la mort de l'amour, son extinction, voire jusqu'à une mort physique prématurée (j'en suis passé bien près il y a bientôt quatre décennies, et qui peut dire s'il reviendra de là s'il lui arrive de se trouver subitement à la lisière de ce monde !?)...

Si on ne respecte pas la valeur de l'amour de ce côté-ci, comment pourra-t-on entrer dans l'Amour permanent qu'est Dieu dans sa sphère éternelle ?
On va encore voir une autre sorte d'ennemi de l'amour demain...

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2016 1 12 /12 /décembre /2016 21:08
"CAR DIEU A TANT AIME LE MONDE QU'IL A DONNE SON FILS UNIQUE (JESUS) AFIN QUE QUICONQUE CROIT EN LUI NE SOIT PAS PERDU...

 

Par là Jésus dit que si nous ne croyons pas EN LUI - autrement dit : si nous ne croyons pas en Dieu PAR LUI -, on est perdu ! Mais qu'est-ce qui est perdu ?

Il faut revenir au fait que créés à l'image de Dieu, nous sommes chacun une entité à la fois Une et Pluriel. Essentiellement Une mais aussi fondamentalement Multiple, savoir que nous sommes une âme dans un corps et potentiellement un esprit joint à cette dualité (dualité que la Bible appelle "la chair", par opposition à l'esprit dont l'origine est Dieu lui-même)

Ce que menace le plus gravement ruine, déstructuration**, perdition, anéantissement, c'est notre âme, dit Dieu. Car le corps est davantage un véhicule que son conducteur. Notre moi ou moi-je, ce qui fait notre ego, c'est la disposition psychique développée dans l'âme - elle-même émergence du corps et en lien avec lui par le sang - est-il écrit dans le Lévitique 17.11). Ainsi notre être (ou existant) le plus possiblement permanent, est de nature psychique (du grec psuché qui est l'âme), et donc ne saurait se réduire au cerveau et à sa nature physique*.

Dans la Bible on peut lire cette révélation importante que Jésus délivre (en Matthieu 10.28) : "Ne redoutez pas ceux qui tuent le corps mais qui ne peuvent pas tuer l'âme. Redoutez plutôt celui qui peut faire périr l'âme et le corps dans la géhenne (enfer ou étang de feu et de soufre dans l'Apocalypse)". Et donc dans l'affirmation qui se déroule article après article, la foi au Christ Jésus ou Mashiah Yeshoua, permet d'éviter cette fin dernière - que je trouve pour ma part terrible - qui consiste à être détruit et disparaître vivant en tant que conscience individuelle que je suis, chacun que nous sommes, alors que le Créateur a(vait) prévu que nous puissions vivre cette réalité de nous-même éternellement dans un Bien sans nuage avec lui...

On ne va pas développer ici sur le sort du corps qui a été tiré de la terre et qui a été condamné par la chute adamique à redevenir poussière, si ce n'est pour dire que ceux qui auront gardé leur identité propre (dans les deux sens du terme), recevront aussi un nouveau corps, immortel, incorruptible, pour vivre leur éternisation en Dieu et en Christ...
Ainsi on doit savoir que la mort physique est essentiellement la séparation du corps et de l'âme (ou du couple âme-esprit formé quand on a cru au point de recevoir de Dieu "des arrhes" de son Esprit). Jésus est aussi venu dire que cette mort est plus réellement un sommeil, un endormissement par rapport à ce côté-ci du Réel (Jean 11.11- 1Thessaloniciens 4.13)...

La mort c'est aussi et premièrement la mort spirituelle, qui fait que créature de Dieu originellement tri-unitaire comme lui (avec un corps, une âme et un esprit), on se trouve réduit à n'être d'un corps et une âme, quand on s'éloigne et persiste loin des ordres, lois, principes... divinement établis pour notre bien et pérennité.
Jean 1.12 : "
A tous ceux qui l'ont acceptée (Jésus la lumière du monde venue de Dieu), à ceux qui croient en son nom, elle a donné le droit de devenir enfants de Dieu", c'est-à-dire de ne pas connaître la mort qui est séparation éternelle d'avec Dieu.

D'où le développé suivant écrit pas quelqu'un qui a connu  comme les autres cette mort spirituelle avant d'être réintroduit dans le dessein éternel de Dieu : "Quant à vous, vous étiez morts à cause de vos fautes et de vos péchés,2 que vous pratiquiez autrefois conformément à la façon de vivre de ce monde, conformément au prince de la puissance de l’air, de l’esprit qui est actuellement à l’œuvre parmi les hommes rebelles.3 Nous tous aussi, nous étions de leur nombre : notre conduite était dictée par les désirs de notre nature propre, puisque nous accomplissions les volontés de la nature humaine et de nos pensées, et nous étions, par notre condition même, destinés à la colère, tout comme les autres.4 Mais Dieu est riche en compassion. A cause du grand amour dont il nous a aimés,5 nous qui étions morts en raison de nos fautes, il nous a rendus à la vie avec Christ – c’est par grâce que vous êtes sauvés." Lettre aux Ephésiens au ch. 2

Puisse ce Dieu qui désire nous sauver tous de la perte de notre réalité et identité personnelles être votre lumière dans la perception de ces vérités les plus hautes et déterminantes pour nous.  

_________
* Le cerveau est l'interface entre le corps et l'âme comme l'écran avec la mémoire vive est interface entre le reste dur d'un ordinateur et son utilisateur. Si on voulait admettre cette conception du vivant on pourrait faire de très grands progrès dans la résolution de plusieurs de nos problématiques... mais bien sûr cela suppose ou sous-entend la reconnaissance de la réalité de Dieu - ce qui est le coeur et les poumons et les entrailles... de nos problématiques.

** Le mal d'Alzheimer montre déjà ici que notre identité psychique personnelle peut se perdre. On parle de détricotage - de socialisation d'abord, voire de la conscience de soi.

 

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2016 1 26 /09 /septembre /2016 05:13
La Croix-Rouge est une figure de la croix ensanglantée de Jésus par les meurtrissures duquel la Bible annonce que nous pouvons être guéris.
La Croix-Rouge est une figure de la croix ensanglantée de Jésus par les meurtrissures duquel la Bible annonce que nous pouvons être guéris.

Notre fille avait alors 3-4 ans et son frère Matthieu 5-6. Avec lui je constate qu'elle a une très grosse fièvre, vraiment brûlante ; elle s'est couchée.
Ma femme panique à cette annonce et je lui dis qu'il vaut mieux commencer par prier plutôt que d'appeler un médecin. Le temps de revenir à la chambre et Matthieu nous dit : - Pépette est guérie, elle a plus de fièvre !
Etonné je mets ma main sur son front pendant que Matthieu m'explique : "J'ai imposé les mains sur Pépette comme toi Papa et le Seigneur l'a guérie". Son front est frais. Elle dit que ça va.

Dieu honore la foi des enfants. De tous ses enfants, enfants ou adultes, pourvu qu'on ait la foi - aussi - en sa Parole : "Vous imposerez les mains aux malades et les malades seront guéris." Marc 16.
Croire en Dieu est un premier pas de foi. Le suivant est bien plus important : Croire Dieu. Le croire sur Parole. L’Évangile est sa parole (ainsi que l'Ancien Testament mais il faut le comprendre en esprit et pas toujours au premier degré).

Même si vous n'avez encore fait aucune expérience vraiment spirituelle avec le Dieu vivant (Celui qui a créé les cieux et la terre et envoyé Jésus pour nous mettre en relation avec lui), vous pouvez faire une démarche de foi. Un peu comme on se jetterait dans le vide (de notre incrédulité), lui demandant la guérison - comme on peut aussi lui demandait le pardon de nos péchés.

C'est parce qu'il pardonne nos péchés, dans sa grâce imméritée, qu'aussi il peut nous guérir.
"On amena à Jésus un paralysé porté par quatre hommes.4 Comme ils ne pouvaient pas l'aborder à cause de la foule, ils découvrirent le toit au-dessus de l’endroit où il se tenait et descendirent par cette ouverture le brancard sur lequel le paralysé était couché.5 Voyant leur foi, Jésus dit au paralysé : « Mon enfant, tes péchés te sont pardonnés. »
6 Il y avait là quelques spécialistes de la loi qui étaient assis et qui se disaient en eux-mêmes :7 « Pourquoi cet homme parle-t-il ainsi ? Il blasphème. Qui peut pardonner les péchés, si ce n'est Dieu seul ? »8 Jésus sut aussitôt dans son esprit qu’ils raisonnaient ainsi en eux-mêmes, et il leur dit : « Pourquoi raisonnez-vous ainsi dans vos cœurs ?9 Qu'est-ce qui est le plus facile à dire au paralysé : ‘Tes péchés sont pardonnés’, ou : ‘Lève-toi, prends ton brancard et marche’ ?10 Afin que vous sachiez que le Fils de l'homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés,11 je te l'ordonne – dit-il au paralysé –, lève-toi, prends ton brancard et retourne chez toi. »12 Aussitôt il se leva, prit son brancard et sortit devant tout le monde, de sorte qu'ils étaient tous très étonnés et célébraient la gloire de Dieu en disant : « Nous n'avons jamais rien vu de pareil. » Evangile selon Marc, chap. 2.

Entrez dans la puissance de Dieu, dans son surnaturel, le vrai Dieu n'était pas seulement l'objet d'une croyance, mais encore le sujet d'interventions surnaturelles bénies en notre faveur.

"Jésus-Christ est le même hier, aujourd'hui et pour l'éternité." Lettre aux Hébreux - et à nous aujourd'hui - chap. 13.
A vous de jouer !

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2016 3 27 /07 /juillet /2016 22:42

Lisons-le ici, dans l’Évangile selon Luc, chap. 13, verset 1 à 5 :

"A ce moment-là, quelques personnes qui se trouvaient là racontèrent à Jésus ce qui était arrivé à des Galiléens dont Pilate avait mélangé le sang avec celui de leurs sacrifices. Jésus leur répondit : « Pensez-vous que ces Galiléens étaient de plus grands pécheurs que tous les autres Galiléens, parce qu’ils ont subi un tel sort ? Non, je vous le dis. Mais si vous ne changez pas d’attitude (envers Dieu, envers ce qui est péché), vous périrez tous de même. Ou bien ces 18 personnes sur qui la tour de Siloé est tombée et qu'elle a tuées, pensez-vous qu'elles étaient plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ? Non, je vous le dis. Mais si vous ne changez pas votre manière de vivre, vous périrez tous de même. »

Aurions-nous depuis trouver mieux à dire ?

Que chacun soit éclairé pour son propre compte par la seule bonne parole qui peut sauver de la mort et des tourments incessants.
Soyez éclairé-e et assurément sauvée-e.

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2016 6 23 /07 /juillet /2016 05:37

Article Inventer une démocratie éclairée - par clic ici

Ma réponse : Sortons de la double illusion que le peuple peut savoir par quelque stratagème se gouverner, et qu’une oligarchie peut y parvenir bien mieux. Le débat se passe plus haut, comme le montre le courant de l’actualité – voire les mouvements de l’Histoire – et comme en parle depuis des millénaires la bible – l’un et l’autre curieusement s’accordant. La réalité est spirituelle, dans sa suprématie et dans ses manifestations. Tant qu’on n’admettra pas/plus que derrière les hommes, au-dessus de nous, il y a des entités occultes, des esprits spirituels qui régissent le monde bien plus grandement que les peuples ou que les impérialistes, on sera livré à des quêtes sans solution et à des combats “contre la chair et le sang”, entre clans, idéologie ou religion, entre humains d’autant plus soumis aux forces du mal qu’on les ignore et trouve dans les bassesses de nos instincts naturels – déchus – des accointances avec ces dieux qu’on rend usurpateurs du pouvoir du Vrai.

Et vous, où en êtes-vous de votre perception du Réel ? Avec un Dieu créateur qui nous laisse libres ? Avec un Dieu qui veut imposer la croyance en lui par tous les moyens ? Avec ou sans des esprits infernaux dont on pourrait bien avoir sous les yeux, de plus en plus, des effets de leur sentiment et volonté envers nous les hommes ?...

Soyez béni-e, éclairé-e, et sauvé-e des mensonges, des illusions et de la mort spirituelle - qui est la mort éternelle.


Partager cet article
Repost0
14 juillet 2016 4 14 /07 /juillet /2016 05:09

Charles Finney, un grand et puissant serviteur de Dieu du XIXe siècle, a donné une bonne définition de ce que sont la repentance et l’humiliation véritables. Dans son livre Discours sur les Réveils Religieux, il enseigne la différence entre avoir ou venir à une religion, et en venir à connaître Dieu - par le moyen indispensable qu'est une vraie repentance :

« La repentance est un changement total de l’esprit et du cœur quant au péché. Ce n’est pas seulement un changement de vues, mais aussi de sentiments à cet égard. La repentance suppose toujours qu’il y a horreur pour le péché dans le cœur et que l’individu y renonce. Mais les sentiments du pécheur qui se repent sont bien différents de ce que les gens du monde s’imaginent à l’avance qu’ils sentiraient en délaissant leur voie pour devenir religieux.
Dans le monde, la religion est envisagée seulement sous ce point de vue, que, si quelqu’un devient pieux, il est obligé d’abandonner les amusements auxquels il prend plaisir ; et on ne comprend pas comment on peut encore après tout cela avoir des jouissances quelconques. Mais ce n’est là qu’une idée fausse qu’on se fait de la religion. Elle ne rend nullement malheureux celui qui, par elle, se prive des choses auxquelles il prenait plaisir, puisque le premier pas à faire dans le chemin de la piété, c’est de changer de dispositions à l’égard de toutes les choses mondaines. C’est donc une grande erreur, parmi les pécheurs impénitents, que de croire qu’ils sentiront toujours le besoin de leurs amusements s’ils se convertissent, et qu’ainsi ils auraient sans cesse à s’imposer des sacrifices qui les rendraient malheureu
x. »

Quand on rencontre Christ par le moyen de notre repentance du mal qu'on a fait, on découvre une telle réalité qu'elle fait pâlir l'attrait des mauvais divertissements et des pratiques impures. On a tout à coup bien mieux à faire, à connaître, à vivre !

Pourquoi parler de Christ ou Jésus-Christ ?

Parce que si vous cherchez réellement la paix avec Dieu vous ne pourrez la trouver sans passer par la personne de Jésus car c'est lui seul qui, par sa mort et sa résurrection, nous a acquis le droit - la grâce - de pouvoir être pardonnés.


Cherchez donc un vrai pardon, effectif, de vos péchés, et Dieu vous éclairera. Alors ni la religion - la religiosité - ni l'impiété - matérialisme agnostique ou athée - ne vous attireront plus, mais que Dieu par Christ seul. C'est cela le spirituel divin. En deçà, c'est du psychique ou du spirituel tenu par d'autres esprits que l'Esprit du seul vrai Dieu.

« Il est vrai qu’il y a quelques personnes qui, tout en faisant profession d’être pieuses, seraient bien aises de prendre ou de garder leur ancien train de vie, si elles ne se sentaient pas retenues par la crainte de perdre entièrement leur caractère de chrétien, ou par d’autres considérations semblables. Mais remarquez que, si elles ont de tels sentiments, c’est parce qu’elles n’ont pas de véritable religion, et qu’elles ne haïssent pas le péché. Elles ne se sont jamais repenties, car, si elles étaient réellement converties, elles se détourneraient avec dégoût de leur ancienne voie, au lieu d’avoir le désir d’y rentrer. Quiconque s’est vraiment repenti trouve son plus grand plaisir à obéir à Dieu. » (Discours sur les Réveils Religieux).

Connaissez-vous Dieu comme il lui plaît qu'on le connaisse et comme il nous est bon ? Je prie que son Esprit s'attache à être avec vous qui lisez, pour qu'il soit votre lumière, et de là vous scelle dans son salut éternel.

Si besoin, pour vous aider à demander pardon - par un clic

Partager cet article
Repost0
28 juin 2016 2 28 /06 /juin /2016 11:04

VOICI CES PHRASES - et je vous invite à vous y arrêter pour en percevoir tout le sens et les conséquences (permanentes ou potentielles) qu'elles incluent, soit que nous les écoutions et croyons, soit que nous ne les connaissons pas ou n'y croyons pas :

1 - "Nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang (les uns contre les autres, être humain contre être humain), mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes (contre des démons, contre Satan qui en est le chef, qui sont tous des esprits de nature angélique sortis du Bien potentiellement infini)." Lettre aux Éphésiens, chapitre 6, verset 12.
Pour ceux qui veulent le contexte cliquez ici

2 - "Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle." Evangile selon Jean, chap. 3, vers. 16.
Pour qui veut lire le contexte cliquez ici

3 - "Dieu, sans tenir compte des temps d'ignorance, annonce maintenant (un maintenant ouvert depuis 20 siècles... mais qui a une fin...) à tous les hommes, en tous lieux, qu'ils aient à se repentir, parce qu'il a fixé un jour où il jugera le monde selon la justice, par l'homme qu'il a désigné, ce dont il a donné à tous une preuve certaine en le ressuscitant des morts." Livre des Actes des apôtres ch. 17, v. 30-31.
Pour un complément cliquez là

4 - "le salaire du péché, c'est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle (par la foi) en Jésus-Christ." Lettre aux Romains ch. 6, v. 23.
Pour plus

Soyez béni-e par ces paroles du Dieu vivant.

Et si vous sentez le besoin de vous mettre en règle avec Dieu, voici (en cliquant ici) un guide de prière qui peut vous y aider.

Partager cet article
Repost0
21 juin 2016 2 21 /06 /juin /2016 19:37

LA DIFFICULTÉ D'AUJOURD'HUI EST LE TERREAU QUE DIEU UTILISERA DEMAIN POUR GLORIFIER SON NOM DANS VOTRE CŒUR ET DANS VOTRE BOUCHE, selon que la bouche parle de l'abondance du cœur.

Désirez cela de tout votre cœur : devenir un disciple témoin de la vie ressuscitée de Jésus le Christ unique de Dieu. Cela ne peut s'inventer, ni se forcer, mais s'obtient dans la persévérance et le désir profond d'obtenir de Dieu des révélations
- de ce qu'il est,
- de ce qu'il peut,
- de ce qu'il désire de meilleur pour vous.

Ce n'est pas d'abord une accumulation de connaissances qui nous permet de toucher Dieu, ou d'être touché par lui... mais du DÉSIR !
Désirez-le !


"Fais de l'Éternel tes délices, Et il te donnera ce que ton coeur désire.5 Recommande ton sort à l'Éternel, Mets en lui ta confiance, et il agira.6 Il fera paraître ta justice comme la lumière, Et ton droit comme le soleil à son midi.7 Garde le silence devant l'Éternel, et espère en lui ; Ne t'irrite pas contre celui qui réussit dans ses voies, Contre l'homme qui vient à bout de ses mauvais desseins.8 Laisse la colère, abandonne la fureur ; Ne t'irrite pas, ce serait mal faire." Psaume 37

Avec la bénédiction et grâce du Tout-Puissant.

Partager cet article
Repost0
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 19:26

"Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu.9 Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie." Lettre aux Ephésiens, chap. 2.

Dieu oppose ici LA FOI et LES OEUVRES qu'on pourrait faire pour essayer de lui plaire ou de le servir.
En quoi consiste une telle foi ?

1- clic pour lire Actes 16, versets 25 à 31

clic Marc 16.16

2- clic pour lire ce que contient encore la foi véritable Esaïe chap. 53, vers. 1 à 5

3- clic pour affirmation de Hébreux chap. 2, vers. 9 et svts

4- clic pour autre formulation Galates ch. 2, vers. 16

 

Vous pouvez ajouter des éléments si vous connaissez d'autres références...

Partager cet article
Repost0
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 05:05

Tu as une religion !?...
Malheureux ! Malheureuse ! Une religion ne peut que te condamne ! Une religion est donnée pour convaincre tout être humain qu'il est pécheur, pécheresse, c'est-à-dire coupable devant Dieu !

Coupable parce que s'il essaie de suivre sa religion du mieux possible, il va TOUJOURS faillir à un moment ou à un autre, dans un domaine ou dans un autre. Parce qu'une loi religieuse tient d'une perfection que ne peut suivre, étant imparfait, aucun d'entre nous.

Coupable parce que si on ne suit une religion que de loin, à la légère, sans se soucier de tout ce qu'elle exige, on est un mauvais croyant, un-e hypocrite, quelqu'un de malhonnête vis-à-vis de Dieu lui-même.

Dans tous les cas, on manque à des commandements, on n'est pas soumis comme il faudrait, et donc on reste coupable, condamnable, ce que signifie "l'enfer" au bout de cette route - dont quelques "flammes" viennent par moment de ce côté-ci du Réel nous lécher les pieds ou les pensées pour que nous réalisions en quoi une vie qui n'est pas couverte (1) par Dieu reste sujette aux effets des mondes infernaux.

Mais si on se montre honnête, si on reconnaît devant Dieu qu'on est un croyant misérable, incapable de fidélité, de sérieux avec lui, irrécupérable par nous-même, alors il peut venir à nous et nous manifester sa grâce, nous placer sur le chemin d'une vraie relation avec lui. (2 par clic)

 

Car c'est une RELATION que Dieu veut établir avec nous, et la religion - n'importe laquelle - n'est qu'un moyen mis à notre disposition pour que nous réalisions combien nous sommes perdus, combien par ce moyen d'une obéissance servile on ne peut être ni heureux ni fidèle - car Dieu nous a créés pour la liberté et veut nous rendre libres du péché qui nous habite et attriste.
Et le Seigneur-Dieu en a assez qu'il soit - qu'on joue ! - au pécheur, à la pécheresse, contrit-e, "pauvre pécheur" sans ressource pour se changer, qui bat sa coulpe chaque fois qu'il se présente devant lui ! Parce que par ailleurs IL A TOUT ACCOMPLI pour que nous puissions ÊTRE CHANGÉS, pour vivre une vie et des expériences heureuses
- avec lui, par lui, par SON Esprit, en son Esprit,
- dans la grâce qu'il nous a sauvés lui-même,
- et non sur la base de nos mérites, de nos efforts - toujours insuffisants -, de notre religiosité, pour nous sauver nous-même.

Telle est la bonne Nouvelle qu'est l'Évangile de Jésus-Christ qui s'est donné lui-même, jusqu'à la mort de la croix, pour nous amener à Dieu sans autre intermédiaire que lui-même et sans condition que notre foi.

"Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu.9 Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie." Lettre aux Ephésiens, chap. 2.

"Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation.20 Nous faisons donc les fonctions d'ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous ; nous vous en supplions au nom de Christ : Soyez réconciliés avec Dieu ! 21 Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu." 2e Corinthiens chap. 5.

Prière de réconcliation et paix avec Dieu par clic ici

Que le Dieu de toutes grâces vous attire lui-même dans la grâce opérée lui-même par la mort du CHrist Jésus pour le salut éternel (de l'âme) de QUICONQUE croit.
Faites-vous partie de QUICONQUE ? Il suffit de remplacer en toute conscience QUICONQUE par VOTRE PROPRE NOM/PRÉNOM pour entrer au bénéfice de cette grâce :

"Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.17 Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.18 Celui qui croit en lui n'est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu." Bonne Nouvelle selon Jean chap. 3.

(1) nous avons, au moyen du sang de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire20 par la route nouvelle et vivante qu'il a inaugurée pour nous au travers du voile, c'est-à-dire, de sa chair,21 et puisque nous avons un souverain sacrificateur (Jésus seul médiateur entre Dieu et nous) établi sur la maison de Dieu,22 approchons-nous avec un coeur sincère, dans la plénitude de la foi, les coeurs purifiés d'une mauvaise conscience, et le corps lavé d'une eau pure." Hébreux chap. 10.

"vous vous êtes approchés de la montagne de Sion, de la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, des myriades qui forment le choeur des anges,23 de l'assemblé des premiers-nés inscrits dans les cieux, du juge qui est le Dieu de tous, des esprits des justes parvenus à la perfection,24 de Jésus qui est le médiateur de la nouvelle alliance, et du sang de l'aspersion qui parle mieux que celui d'Abel.25 Gardez-vous de refuser d'entendre celui qui parle ; car si ceux-là n'ont pas échappé qui refusèrent d'entendre celui qui publiait les oracles sur la terre, combien moins échapperons-nous, si nous nous détournons de celui qui parle du haut des cieux..."

 

 

LIVRE DES PROVERBES BIBLIQUES chap. 4

"Ecoutez, mes fils, l'instruction d'un père, et soyez attentifs pour connaître l’intelligence,

2 car je vous transmets un bon savoir. Ne rejetez pas mon enseignement !

3 J'étais un fils pour mon père, un fils tendre et unique aux yeux de ma mère.

4 Il m'enseignait alors et me disait : « Que ton cœur retienne mes paroles ! Obéis à mes commandements et tu vivras.

5 Acquiers la sagesse, acquiers l'intelligence ! N'oublie pas les paroles de ma bouche et ne t'en détourne pas !

6 Ne l'abandonne pas et elle te gardera. Aime-la et elle te protégera. »

7 Voici le commencement de la sagesse : acquiers la sagesse et avec tout ce que tu possèdes acquiers l'intelligence.

8 Tiens-la en haute estime et elle t'élèvera. Elle fera ta gloire, quand tu l'embrasseras.

9 Elle mettra sur ta tête une couronne de grâce, elle t'ornera d'un magnifique diadème.

10 Ecoute-moi, mon fils, fais bon accueil à mes paroles et les années de ta vie seront nombreuses.

11 Je t'enseigne la voie de la sagesse, je te conduis dans les sentiers de la droiture.

12 Pendant ta marche, ton pas ne sera pas gêné, et si tu cours, tu ne trébucheras pas.

13 Attache-toi à l'instruction, ne la délaisse pas ! Garde-la, car elle est ta vie.

14 N'emprunte pas le sentier des méchants et ne t'avance pas sur le chemin des hommes mauvais.

15 Evite-le, n'y passe pas ! Détourne-toi de lui et passe plus loin !

16 En effet, ils ne dorment pas tant qu'ils n'ont pas fait le mal, le sommeil leur est enlevé s'ils n'ont pas fait trébucher quelqu’un.

17 Oui, le pain qu'ils mangent, c'est la méchanceté, le vin qu'ils boivent, c'est la violence.

18 Le sentier des justes ressemble à la lumière de l’aube : son éclat grandit jusqu'au milieu du jour.

19 La voie des méchants ressemble aux ténèbres : ils n'aperçoivent pas ce qui les fera trébucher.

20 Mon fils, sois attentif à mes paroles, tends l'oreille vers mes discours !

21 Qu'ils ne s'éloignent pas de tes yeux ! Garde-les au fond de ton cœur,

22 car ils apportent la vie à ceux qui les trouvent, la guérison à tout leur corps.

23 Garde ton cœur plus que toute autre chose, car de lui jaillissent les sources de la vie.

24 Ecarte de ta bouche la fausseté, éloigne de tes lèvres les détours !

25 Que tes yeux regardent bien en face et que tes paupières se dirigent droit devant toi.

26 *Fais une route droite pour tes pieds et que toutes tes voies soient bien sûres !

27 Ne dévie ni à droite ni à gauche et détourne ton pied du mal."

Soyez béni-e - ce qui n'est pas un vain mot ! Une vaine redite !...

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche