Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mars 2020 3 25 /03 /mars /2020 09:21

TÉMOIGNAGE D'ITALIE

(Dans le sens de l'article précédent Continuer à tirer le meilleur parti du covid-19 et du confinement), voici un bref et authentique témoignage d'Italie qui montre quel est le sens (voilé, au second degré) du mal (d'un jugement)*, et invite de manière implicite à se repositionner dans notre relation (coupée ou superficielle) avec le Dieu créateur.

 

 

Le retour du fils prodigue**
par Rembrandt.

 

 

Lulian Urban 38 ans · Docteur en Lombardie :

 "Jamais dans les cauchemars les plus sombres je n’ai imaginé que je pourrais voir et vivre ce qui se passe ici dans notre hôpital depuis trois semaines. Le cauchemar coule, la rivière devient de plus en plus grande.
Au début, certains sont arrivés, puis des dizaines puis des centaines et maintenant nous ne sommes plus médecins mais nous sommes devenus des "trieurs sur la bande" et nous décidons qui devrait vivre et qui devrait être renvoyé chez lui pour mourir, même si tous ces gens ont payé des impôts italiens pendant toute leur vie.

Jusqu’à il y a deux semaines, mes collègues et moi étions athées ; c’était normal parce que nous sommes médecins et nous avons appris que la science exclut la présence de Dieu.
J'ai toujours ri de mes parents qui allaient à l’église.

Il y a neuf jours, un pasteur de 75 ans est venu à nous ; c’était un homme gentil, il avait de graves problèmes respiratoires mais il avait une Bible avec lui et nous a impressionnés qu’il la lisait aux mourants et les tenait par la main.
Nous étions tous des médecins fatigués, découragés, psychiquement et physiquement finis quand nous avons eu le temps de l’écouter.

Nous devons maintenant admettre que nous, en tant qu’humains, avons atteint nos limites plus, nous ne pouvons pas faire et de plus en plus de gens meurent chaque jour.
Et nous sommes épuisés, nous avons deux collègues qui sont morts et d’autres ont été infectés.

Nous nous sommes rendu compte que là où se termine ce que l’homme peut faire, nous avons besoin de Dieu et nous avons commencé à lui demander de l’aide quand nous avons quelques minutes de libre ; nous parlons entre nous et nous ne pouvons pas croire qu’en tant que féroces athées nous sommes maintenant tous les jours à la recherche de notre paix, en demandant au Seigneur de nous aider à résister pour que nous puissions prendre soin des malades.

Hier, le pasteur de 75 ans est mort ; que jusqu’à aujourd’hui, bien que nous ayons eu plus de 120 morts en 3 semaines ici et que nous étions tous épuisés, détruits, avait réussi, malgré ses conditions et nos difficultés, à nous amener Une paix que nous n’espérions plus trouver.

Le pasteur est allé vers le Seigneur et bientôt nous le suivrons aussi s'il continue comme ça.

Je ne suis pas à la maison depuis 6 jours, je ne sais pas quand j’ai mangé la dernière fois, et je me rends compte de mon inutilité sur cette terre et je veux consacrer mon dernier souffle à aider les autres. Je suis heureux d’être de retour à Dieu alors que je suis entouré de la souffrance et de la mort de mes semblables « .

Témoignage récolté par : Gianni Giardinelli ❤
Traduit de : Italien

En cliquant ici > un guide de prière pour vous aider à prier pour un vrai retour ou une (re)consécration au Dieu vivant.

Soyez béni-e, secouru-e et sauvé-e.

______________________
* Dès le commencement de nos problèmes avec le mal, dans le 3e chapitre du livre (biblique) de la Genèse, on voit comment le genre humain tombe en ne résistant pas à une tentation, et comment, avec le jugement qui en résulte, l'Éternel-Dieu donne aussi le moyen qui permet que les fautes soient effacées, que la relation avec Lui soit tout à nouveau restaurée > Genèse 3. 1 à 21
(pour comprendre ce qu'est le moyen révélé dès ce moment par Dieu - le besoin d'un sacrifice - cherchez parmi les pages de ce blog (ou ailleurs, ou directement dans une Bible) en quoi Jésus est celui qui s'est donné lui-même à Dieu comme ce sacrifice, pour nous soustraire à la puissance du mal en nous ramenant au Dieu-Père. 2Corinthiens 5. 17 à 21

** Toute l'actualité de cette parabole de Jésus, selon que (nous dit-il) "quand vous verrez ces choses arriver, sachez que le royaume de Dieu est proche....
33 Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point."

 

Partager cet article

Repost0
10 décembre 2019 2 10 /12 /décembre /2019 20:45

suite de - 1 - ici

Reprise :
Trois gros 4x4 venaient de s'arrêter et neuf hommes en descendirent dont les trois pontes principaux de la NASA.

Un enfant dans la rue - Oui, oui, monsieur, c'est bien là qu'ils habitent, cette porte, vous pouvez sonner.

- Merci bonhomme. Tiens pour t'acheter des chewing-gums.

- Des QUOI !???

- Des ch'wi... Ah !.. Voyons… Peut-être on dit des Mistral-gagnants par ici !? Enfin des bonbons ! Tiens prends... So, allons-y ! Le ciel nous a conduits.

Une fois entrés, ils expliquent à Marie :

- En fouillant le ciel avec nos télescopes, on a été interpellés par une conjonction de planètes produisant une lumière étonnante, avec l'idée insistante que cette naissance, apparente dans notre ciel physique, pouvait bien en signifier une autre dans notre univers humain. Ce qui nous a amenés ici. L'enfant est-il là-bas sous cette moustiquaire ?

Marie – Oui, il doit dormir. Faut-il le réveiller ?

- On va attendre. Les choses bonnes se font en leur temps, ne croyez-vous pas !?

Marie – Ça permettra à Youssef mon mari, de rentrer de son travail.

- Très bien.

Marie – Vous venez d'où ? Je vous offre à boire de l'eau fraîche ? Nature ou avec du miel pour la sucrer !?

- Bien volontiers… On vient de l'Occident, d'abord en avion, puis on a débarqué nos voitures pour terminer le voyage en profitant un peu des paysages du coin. Vous êtes vraiment dans un bon pays, où coulent encore le lait et le miel je suppose !?

Marie – Malgré les épreuves qui ne manquent pas, et qu'il nous donne de supporter, les bontés de l’Éternel envers nous ne sont pas épuisées.

- Amen. Nous aussi on s'est un peu égarés sur la fin. Nos instruments ne sont pas encore suffisamment précis. On est donc allés à Jérusalem, et là-bas on a été redirigés jusqu'ici.

Voilà, j'entends l'enfant bouger il me semble !...

Un autre des pontes: - Ne bougez pas, je vais chercher les cadeaux !

Il se dirige donc vers la porte, qui s'ouvre juste quand il l'approche.

- C'est magique, porte automatique ici aussi ?!...

Non, c'est un homme qui paraît.

- Ah, vous êtes Youssef je suppose !?... Excusez-moi, je sors, on va vous expliquer.
 

Conformément à leur disposition de cœur, les astronomes ont amené quantité de cadeaux plus riches, plus utiles et significatifs les uns que les autres.

- Et ça… ah, un produit pour embaumer les corps ! Je ne sais pas qui a mis ce paquet parmi les cadeaux, mais bon, il est là, on ne va pas le remporter… Et encore celui-ci…

Joseph – Arrêtez, arrêtez, on ne mérite pas tout ce bien.

- Mais Yeshoua si ! C'est pour que vous vous occupiez de lui et de votre famille sans gêne.

Marie – C'est magnifique, on se croirait à Noël !

Un autre ponte - C'est peut-être une parole prophétique que vous dites-là Marie ! Vous permettez que je vous appelle Marie !? Chez nous, on aime bien adapter les noms à notre culture !

Marie – Pourquoi pas ! Youssef, ta femme s'appelle Marie.

- Et Youssef, ce sera… Joseph chez nous, vous êtes d'accord Youssef ?

Joseph – Qu'il soit fait selon la grande sagesse de notre Elohim le grand Dieu d'Israël qui dispense sa bonté sur tous les hommes.

Marie – Et Yeshoua comment le nommerez-vous dans votre langue !?

- Yesh-ou-a… Disons que chez nous ce sera… Jésus ! Oui, Jésus.

Joseph – Ah ben !... Jésus. Jésus. On a un petit Jésus.

- Ne dites surtout pas ça Joseph ! Jésus est déjà très grand dans le dessein de Dieu. Nous devons voir comme Dieu voit; Pas avec nos lunettes d'humains amoindris...

Oui c'est sûr qu'il va devenir immense cet enfant. Une très grande montagne de l’Éternel, qui remplira beaucoup de cœurs et toute la terre !

Joseph répéta avec un fort accent araméen : - Jésus.

Ils rirent tous joyeusement car la joie de l’Éternel était leur force, et, malgré les différences, le moyen de leur union d'âmes.

Au moment du départ, Joseph eut une parole pour ces visiteurs :

- Quand vous arriverez à l'âge de la retraite, continuez à regarder au-delà de tous les sommets de la terre, du côté des cieux très-hauts, car à la fin c'est encore du ciel qu'arrivera le secours, puis par le côté de l'Orient.

 

Les astronomes sont repartis en évitant Jérusalem où un attentat avait été fomenté… et éventé, selon que personne ne peut cacher quoi que ce soit à la CIA, et donc plus encore aux faces de l’Éternel, le Père émerveillé.

 

A la suite Joseph reçut d'un ange instruction pour descendre en Égypte. Ce fut juste avant que l'autorité romaine du Démon entre en furie, faisant massacrer tous les innocents de cette région (comme il sera rapporté plus tard dans les chroniques nouvelles).

Mais qu'on ne s'en inquiète pas : au-delà des souffrances et de la mort même, de toute injustice qu'il voit et supporte, Dieu se revêt de son habit de rédempteur et peut faire de tout ce qui est abîmé, déchiré ou égorgé, des créations nouvelles.

¤

 

Quelques années plus tard après leur retour à Nazareth, Marie eut un nouveau songe qui l'épouvanta. Elle avait commencé à repasser dans son cœur tout ce qui arrivait, en cherchant à faire le lien avec ce qui était dit à la synagogue à partir des écritures des rouleaux.

Quand Joseph rentra de son travail, Marie l'interpela sans tarder tout en l'attirant loin de Jésus pour qu'il n'entende pas.

- Youssef, qu'est-ce que ça veut dire !? J'en suis encore toute tremblante… Cette nuit j'ai vu tu sais de ces horribles poteaux auxquels les romains attachent les malfaiteurs jusqu'à ce que mort s'en suive.

Il y en avait trois dressés sous un ciel très sombre. Avec des brigands cloués dessus, les bras en croix, souffrant le martyr. Et soudain - le temps d'un flash, comme ça - j'ai reconnu… Oh c'est trop affreux… Non, non…

Marie, secouée par un sanglot déchirant essuie nerveusement son visage qui s'est mis à transpirer, dévoilant son effroi.

- Libère-moi de cette image Youssef ! Chasse-moi cette servante de Shatan qui m'effraye encore quand j'y pense !

Joseph – Qu'as-tu vu ma douce ?

- J'ai vu… J'ai vu, au milieu, pendu… Yeshou…

Sa voix se perd dans un râle d'agonie. Joseph a compris. Impuissant, il ne peut que rester longtemps immobile et muet, ses bras finissant par entourer tant qu'il peut sa frêle Marie.

Que se passait-il !? Y avait-il un risque qu'il fasse, lui, échouer le plan de Hachem !? Il se sentit soudain sans force, appesanti et de trop dans cette affaire. Et dans ce silence lourd, lui aussi pleura.

Quand enfin ils revinrent vers Jésus, celui-ci leur dit :

- Adonaï mon Père céleste, Celui qui est, est bon et puissant. Il se glorifie d'accomplir ses desseins malgré nos faiblesses. Comme une mère a compassion de ses enfants, il console les cœurs brisés et tous ceux qui s'appuient sur lui ne sont pas confus.

Joseph et Marie avaient écarquillé les yeux et un baume comme celui de Galaad avait coulé sur leur cœur, sous le regard aimant du Père émerveillé.

¤


- Ainsi Jésus grandit en sagesse, en stature et en grâce, et rien n'échappa au Dieu très-haut. Ni l'agonie du jardin de Gethsémané, ni l'arrestation de ce fils en qui il avait mis toute son affection; ni sa crucifixion et ni même sa mort, d'où le troisième jour, en Père glorieux, il le ressuscita.

Plus tard des érudits cherchèrent à établir la date de naissance de Jésus. Mais Hashem le Dieu maître des temps ne le permit pas. Cependant, Jésus devint si grand aux cœurs de quantité d'hommes et de femmes se découvrant perdus et ayant besoin de la grâce qu'offre le Sauveur, il fut décidé d'abandonner le calendrier romain pour en commencer un nouveau. C'est ainsi qu'on est en ?...

suite et fin <> ici

chant Hélène Goussebayle - chant Héritage

 

 

Partager cet article

Repost0
30 juillet 2019 2 30 /07 /juillet /2019 17:40

50 mn d'un témoignage qui devrait vous apporter quelque chose... ou Quelqu'un...
Laurent Gay : Arraché à l'enfer

Si vous le sentez, ici guide de prière pour rencontrer ce Dieu qui change les vies comme personne.
Soyez réconcilié avec Dieu.

Partager cet article

Repost0
4 mars 2019 1 04 /03 /mars /2019 11:29

Voici un florilège de témoignages que je crois réellement sincères et authentiques.
Et bien sûr le récit de mes propres expériences avec Dieu dont le lien est à la fin.

A vous de voir, en cliquant ici ou là... au hasard ! Hasard dont Albert Einstein a dit que c'est le nom de Dieu quand il veut rester incognito.

"Je vivais de l'occultisme"

De la rue à Jésus – (Témoignage de Thierry Perez)

Témoignage d'Azadeh

TÉMOIGNAGE : « J'ÉTAIS LE DERNIER À SAUVER… »

Témoignage Renversant : Après 50 ans de souffrance, d’occultisme, de divination, de spiritisme etc, elle finit par rencontrer le seul vrai Dieu vivant !

TÉMOIGNAGE : DE LA DROGUE À LA VIE EN CHRIST

Mon témoignage personnel de la réalité de Dieu - et autres expériences...

Soyez... attiré-e par la lumière, la vérité, la vie qui est bien plus que l'existence...

Partager cet article

Repost0
31 janvier 2019 4 31 /01 /janvier /2019 09:23

SOLUTION AU READER OVER-BLOG DISPARU
L'absence du Reader (qui permet de recevoir les notifications de nos sites connectés/suivis) dans la nouvelle administration des blogs, est maintenant résolue. Ce qu'il faut faire (si cette fonctionnalité vous intéresse) :

"Le reader est désormais disponible dans sa version Bêta car il est encore en cours de développement.
Vous pouvez le réactiver sur votre blog en activant les fonctionnalités Bêta. Pour cela rendez-vous sur votre Profil (en haut à droite dans votre administration) > Paramètres > Réglages > Activer les fonctionnalités Bêta (tout en bas de la page).
En activant cette fonctionnalité, vous pourrez également avoir accès à la liste des blogs de vos abonnés Reader (attention cependant, la liste peut être longue à charger)."
Ensuite on trouve le bouton Reader en haut du tableau de bord. Et ça marche !

¤

Deux citations en vue de grandir, de "l'incroyable" Hellen Keller :
"Lorsqu'une porte du bonheur se ferme, une autre s'ouvre ; mais parfois on observe si longtemps celle qui est fermée qu'on ne voit pas celle qui vient de s'ouvrir à nous."

"J'ai pleuré parce que je n'avais pas de souliers, jusqu'au jour où j'ai vu quelqu'un qui n'avait pas de pieds."
 

Le handicap tend naturellement toujours à dégager - en plus - dans l'âme l'amertume, la frustration, l'irritation...
Mais surnaturellement, il peut en être autrement.

L'apôtre Paul a connu lui aussi ce que peut être le handicap et bien d'autres adversités ; et il apprit comment trouver la maîtrise et la victoire psychiques et spirituelles, au point où plusieurs de ses lettres d'enseignement et d'exhortation à la victoire contre le mal sont devenues des pages essentielles de la Bible.

Ici il n'est pas question de positiver, de développement personnel, de technique pour un bien-être qui ne dure jamais, ni même d'une croyance religieuse : il est question de foi ! Car sinon comment être comme Nick, dont vous connaissez peut-être déjà le témoignage "incroyable", mais authentique : Écoutez-le ici sur "le vrai sens de la vie"

Soyez béni-e. 

Partager cet article

Repost0
25 mai 2018 5 25 /05 /mai /2018 14:36

Voici un témoignage intéressant qui montre que la recherche de vérité peut aboutir dans nos existences à des découvertes révolutionnaires, enthousiasmantes, en contact avec le surnaturel divin.
Cela à travers un questionnement et des comparaisons pertinentes, par l'exercice de notre raison et d'une logique départies des préappris formant une connaissance superficielle qui n'est somme toute que préjugés.

On retrouve là la fameuse découverte que fit Descartes (ce qui donna son "Discours de la méthode") qu'il résume quelque part de manière générique ainsi :
"Pour atteindre la vérité, il faut une fois dans sa vie se défaire de toutes les opinions qu'on a reçues, et reconstruire de nouveau tout le système de ses connaissances."

Einstein a dit dans le même sens : "Rare est le nombre de ceux qui regardent avec leurs propres yeux et qui éprouvent avec leur propre sensibilité."
Et encore : ''Le souci de parvenir à la vérité doit primer sur toutes les autres considérations.''

"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire." G. Orwell, dans 1984.
Et on peut ajouter : La trouver aussi !
Mais parce qu'existe précisément un Dieu vivant véritable, rien ne peut empêcher qu'il se révèle... que nous-même !... Et encore...

Ici vous pouvez lire ce témoignage en français,
et là l'entendre et le voir en vidéo et en anglais.

Ajout : Je découvre ce nouveau témoignage (par clic ici).
Il s'avère que Jésus apparait de plus en plus aux croyants de tous bords qui se veulent intègres et ont une "crainte respectueuse" de Dieu - ce que la Bible qualifie de "commencement de la sagesse"...

Ajout 2 : Jésus qui pleure et sauve

Soyez béni-e, déjà pour que le Dieu unique et vrai soit l'objet d'une découverte fructueuse pour vous (aussi)...

Partager cet article

Repost0
16 décembre 2017 6 16 /12 /décembre /2017 14:20

Jeune, j'ai aimé les musiques rock et yéyé du temps de "Salut les copains", les Johnny, Sylvie, Sheila, Eddy, Antoine, Dutronc, Claude François, Françoise Hardy... (pour les français).

Et puis j'ai découvert la réalité de Jésus, non pas sous sa forme Super-star ou hippie comme on le chantait alors, mais de Jésus mort crucifié pour moi !!!? J'ai appris qu'il avait ainsi donné SA vie pour MOI ! Cela ayant été fait comme une réponse pré-établie, tenue en réserve, solution à ce qui allait un jour m'apparaître comme mon besoin de lui, besoin de cette mort pour que mes fautes puissent être pardonnées...
Après quoi aussi Dieu le ressuscita...

Et maintenant donc je donne gloire à Dieu - ce que signifie le mot Alléluia - et non plus à des hommes ou femmes qui ont reçu un talent même certain - de qui ? - et qui l'utilisent, bien trop souvent pour obtenir une gloire toute personnelle, sans rendre la moindre gloire (qui devrait revenir) à Dieu. (Ceux qui le font le montrent ou en parlent, comme certains sportifs notamment, ou encore le chantent comme le font voir et entendre les vidéos qui suivent).

Dans les années 60-70, il y avait aussi de vrais chrétiens dont les chants traversaient l'Atlantique ou des pays, mais la plupart du temps on ne comprenait rien aux paroles, seule la musique plaisait (ou ne plaisait pas) et leur témoignage de foi se perdait (Simon et Garfunkel - Bob Dylan - Elvis*, qui disait : Non, le king c'est pas moi, c'est Christ - ici vidéo reportage sur la vie d'Elvis).*

Et maintenant donc, connaissez-vous de ces chants actuels qui donnent gloire à Dieu et à Jésus qui donne à qui croit en lui la vie ÉTERNELLE !
Pour les jeunes comme pour les soixante-huitards, écoutez et voyez : C'est la musique sacrée de notre temps !

Ici en France : Hosanna - Fort et puissant - Majestueux - Abba père

Là aux USA : How great is our God - Our God Is An Awesome God (Live) - Your love never fails - Awesome God 

Ici encore en Australie : Mighty to save (en français)

Chant chrétien kabyle - Chant oriental en arabe -

Chant en chinois - Chant en Corée du sud - louange à l'africaine -  ...

Plus spécifiquement comme style, il y a bien sûr tout le Gospel, ce mot anglo-américain qui est contraction de God spell(s) : appel de Dieu ou Dieu appelle, et plus largement chants issus de la foi en Jésus le Christ et Messie. A l'origine le chant - récitatif, heureux, libéré, joyeux - des esclaves noirs travaillant sur les champs de coton des américains du sud, et mis en contact avec les écrits bibliques qui changeaient leur perspective de vue et bientôt de vie.

Pour finir ici avec la musique chrétienne, il est certain que parmi la musique dite classique, on peut toujours apprécier, selon la sensibilité de chacun, les pièces souvent enjouées de Vivaldi (comme les 4 saisons), de Beethoven (sa 9e symphonie** avec l'hymne à la joie), de Bach, de Haendel, etc, etc...

 

Dieu se crée parmi le genre humain une famille innombrable de toutes les ethnies, tribus, couleurs, langues et nations de la terre, en faisant naître spirituellement des êtres en manque de Dieu comme nous sommes, morts à sa vie, à la vie de son Esprit (qui est la vie éternelle).
Et les membres de cette famille sont amenés à sortir de leur enlisement adamique (torpeur, vanité vaine, endormissement spirituel, illusion, angoisse, impuissance, mensonge, insuffisance...) au point de chanter librement, joyeusement et heureusement les louanges de leur Père (céleste) et Dieu (rédempteur) : De tout mon être.

Ce n'est donc pas d'avoir ou de rejoindre une religion qui donne une vie telle qu'on peut, comme ici chanter des louanges de reconnaissance, de satisfaction, de joie, amour, à ce Dieu manifesté en la personne humaine de Jésus-Christ,  mais c'est d'avoir reçu de lui sa vie et de ses dons.

Et encore éventuellement, pour mieux comprendre comment vivre avec un Dieu vivant qui n'est pas qu'une morne religion à pratiquer, voici un message : Amazing grâce pour un nouveau style de vies.

Que le Dieu vivant et vrai vous bénisse par une (et plusieurs) expérience(s) qui change(nt) - en bien et éternellement - votre existence et votre être le plus profond. Pour moi and U2*** !

____________
* On peut aussi voir à travers l'existence déréglée et décadente de plusieurs stars, idoles, gloires (de la chanson notamment mais pas que...), des dérives, des excès, des stupéfiants, des délires... autant de glissements et changements malsains, de perte de maitrise, dont on doit aussi comprendre qu'il s'agit des effets de pressions et tentations d'ordre démoniaque sur leur nature charnelle adamique. leurs pensées, désirs et autres manques essentiels...

** La particularité de cette symphonie est qu'elle est la première sur laquelle ont été mises des paroles !  A l'époque une révolution. Il s'agissait des paroles du poète Schiller qui avaient particulièrement touché le compositeur.

*** U2 (you too, toi aussi) est un groupe chrétien à grands succès surtout dans les années 80

Partager cet article

Repost0
26 septembre 2017 2 26 /09 /septembre /2017 12:54


Le Dieu vrai n'est pas à confondre avec Satan l'ange usurpateur, esprit invisible qui séduit (par de belles apparences, l'argent, le sexe, le succès, du pouvoir...), fait peur et/ou fait souffrir.
Parmi nous, c'est parfois moins évident de faire la différence que de bien vouloir le croire !

Ici par un clic le témoignage d'un homme qui parle en toute simplicité et vérité de ses expériences des profondeurs possibles de l'existence - profondeurs démoniaques, mais aussi céleste...

Bonne réception, soyez béni-e.

pour mon propre témoignage cliquez sur ACCUEIL

Partager cet article

Repost0
11 juin 2016 6 11 /06 /juin /2016 05:00
Phot'aquarelle Claude T.
Phot'aquarelle Claude T.

Partager cet article

Repost0
13 mai 2016 5 13 /05 /mai /2016 09:44

Le chanteur se battait contre un cancer qui le privait de sa voix. Il est décédé le 2 janvier de cette année 2016, à l'âge de 69 ans. Dans l'épreuve, il confiait ce qui le consolait : l'amitié, les « petites choses de la vie », la foi chrétienne dont il témoignait à coeur ouvert.

«J’ai cru guérir de ce cancer de la langue qui m’a touché en février 2013. Je me suis trompé. Il est revenu. Il y a une guerre au fond de ma gorge. Je me bats, je travaille à guérir. Pour un chanteur, perdre sa voix, c’est la pire épreuve. Depuis l’âge de 18 ans, la chanson est toute ma vie. Deux cents chansons en cinquante ans de carrière, dont trente “tubes”.

Curieusement, alors que je vis pour ma voix et par ma voix, je n’ai pas interpellé Dieu, je ne me suis jamais dit que ce qui m’arrivait était injuste. Peut-être parce que je commence à vivre non plus par ma voix, mais par la foi ? Pour parodier le titre d’une mes chansons – “Le Loir et Cher” –, je dis aujourd’hui : “La foi m’est chère”.

Mon premier cancer avait mis ma vie spirituelle en veilleuse. Je ne pouvais plus lire, ni me nourrir intellectuellement, moi qui suis féru de théologie. Cette rechute me révèle que la vie spirituelle ne se loge pas dans l’intellect, mais qu’elle est la VIE même – la vie de Dieu qui irradie tout l’être, et pas seulement la tête.

Je suis profondément croyant. J’ai vécu un jour un “choc religieux” à Jérusalem, où j’ai rencontré le Christ. Je visitai le Saint-Sépulcre avec ma femme, et là, pressé pourtant par de nombreux pèlerins, soudain, devant le Tombeau, je m’agenouille et me voilà chrétien. Un peu comme Frossard, Claudel, Clavel – d’un coup. En l’espace d’un instant, Jésus est entré dans ma vie, dans mon cœur. C’était très doux. J’ai immédiatement eu la sensation que j’étais sauvé. Tout ce qui m’était arrivé auparavant devenait caduc. La seule chose que je ne remette jamais en doute, c’est l’existence de Dieu.

Je suis d’un naturel plutôt ténébreux, un hypersensible qui s’en fait pour un rien. Je crois savoir où est la sagesse à force de lectures et de rencontres, mais je ne l’ai pas encore trouvée. Or, dans cette chambre d’hôpital, depuis des mois, curieusement, je n’ai jamais été aussi apaisé. Ce “re-cancer” ne m’a pas brisé : je crois qu’il me grandit.

Dans l’épreuve, quelles sont mes consolations ? D’une part, l'amitié. Je n’avais pas réalisé que j’avais autant d’amis. Dans le tourbillon de la vie “du dehors”, la vie quotidienne, nous ne trouvons jamais le temps de nous arrêter pour voir ceux qui nous sont chers, et les années passent, les liens se distendent… Trop bête ! C’est quand ça ne va pas que l’essentiel ressurgit. Et l’amitié fait partie de l’essentiel.

J’ai été soutenu physiquement et psychologiquement par la bienveillance qui m’entoure. L’amour de ma femme, de mes enfants, la tendresse et la compétence du personnel médical et infirmier. On guérit plus vite quand on aime et qu’on est aimé, j’essaierai de ne pas l’oublier.

Curieusement, moi qui suis un gourmand invétéré, je n’ai plus de consolation culinaire. Je n’ai même plus le désir d’une bonne entrecôte avec un verre de Saint-Émilion ! On me nourrit avec des sondes et des pipettes. Pourtant, l’autre jour, le goût m’est un peu revenu en absorbant une cuillerée de glace au café. Elle m’a irrésistiblement évoqué La Première Gorgée de bière de Philippe Delerm ! Depuis, je suis plus ouvert aux toutes petites choses de la vie, ces surprises discrètes qui émaillent l’existence et peuvent nous passer sous le nez sans même qu’on les remarque.

Je goûte aussi des consolations spirituelles. Ainsi, celle de la patience. Le cancer est l’une de ces épreuves qui vous enseignent cette vertu. Vous pouvez fulminer, vous morfondre, crier, pleurer, cela ne changera rien. N’allez pas croire que je suis un saint homme ! Au quotidien, face aux mini-tracas, je peux être sanguin, colérique, râleur. J’ai tous les défauts de la terre pour les petits soucis. Mais là, c’est autre chose : il y a un “vrai” combat à mener. Ai-je reçu une grâce de Dieu pour cela ? Je le crois. Je sais qu’Il est à mes côtés.

Patience quand j’articule mal, que je suis inaudible. Patience quand la douleur se réveille et me contraint au silence. Patience face aux régressions inévitables, aux déceptions inhérentes, parce que les traitements semblent inefficaces. Patience quand je me fatigue très vite. Patience devant la mélancolie qui m’est familière…

J’étais jeune, j’avais du succès, la vie me souriait, lorsqu’une profonde dépression m’a mis à terre. J’ai plongé très bas. La maladie m’a tenu éloigné de la scène pendant dix ans. J’ai fait une rechute dépressive après mon premier cancer. J’ai survécu au jour le jour, les petites victoires se sont accumulées ; finalement, je me suis retrouvé à quai, quand patatras, le cancer est revenu.

Durant cette plongée dans les ténèbres de la dépression, j’ai connu le chaos. J’ai cherché à en sortir par le “haut”, en tâtant du bouddhisme, de l’hindouisme, en essayant la méditation transcendantale… Mais je me suis rendu compte, progressivement, que tout cela n’était pas un chemin fécond pour moi. J’étais en train de me perdre. J’ai commencé simultanément à m’intéresser à cette part de mon identité que je refusais jusqu’alors de regarder : la religion chrétienne. Et j’ai osé… le christianisme ! Je ne sais si j’aurais eu cette hardiesse sans la dépression, je ne sais pas si je serais allé aussi loin dans cette voie. Une chose est sûre : depuis, Dieu reste l’objet incessant de ma quête.

Je me suis formé tout seul. J’ai beaucoup lu. Des livres qui ne sont pas tous “modernes” : Isaac le Syrien et Thomas Merton, saint Jean de la Croix et les Pères du désert, saint Augustin et l’Introduction à la vie dévote de François de Sales ; Urs von Balthasar et Thérèse d'Avila dont je retiens cette phrase : “Seigneur, si Tu n’existes pas, ça n’a pas d’importance. Tout ce que j’ai fait, je l’ai fait pour Toi”.

Je suis un homme de peu de foi. Telle est ma tragédie. Ma foi n’est pas un long fleuve tranquille : elle est dans la torture, dans la complexité. J’en suis parfois épuisé. Pourtant, je plains ceux qui n’ont pas la chance de connaître ce tumulte-là. Il fait vivre jusque dans l’Au-delà ! Je ne pense pas que le Ciel se soit mêlé de mon cancer, mais je lui demande de m’aider à avoir la force de le surmonter, de me plier à la discipline indispensable, de faire ce qu’il m’est exigé de faire. Je n’ai jamais prié pour guérir, j’ai plus souvent pensé : “Que ta volonté soit faite”.

Autre consolation que permet le repos qu’impose la maladie, c’est une relecture apaisée de l’existence, même si je n’aime pas trop regarder en arrière. J’en ai fait des bêtises ! La fiesta, les filles, quelques drogues, étaient intimement liées à l’univers de la chanson, surtout dans les années 1960 et 1970. J’ai été un oiseau de nuit. Mais je crois en la miséricorde et au pardon – qui sont les plus grandes consolations qui soient...

Un philosophe me console aussi, c’est Gustave Thibon. Je suis fasciné par la vérité et la force spirituelle du verbe de ce génie autodidacte qui a révélé Simone Weil. Je l’ai convié à une émission de télévision à laquelle j’étais invité. Il est venu et a subjugué l’auditoire. Nous sommes devenus amis. Je suis allé le voir plusieurs fois chez lui, en Ardèche. Je fais mienne cette phrase de lui : “Je croyais en Dieu, et maintenant je ne crois plus qu’en Dieu”. Et cette autre : “Dieu ne te délivrera pas de toi-même ; Il te délivrera de la lassitude et du dégoût de toi-même”.

La maladie vous dépossède. Elle vous dénude. Elle vous contraint à vous interroger sur les vraies valeurs. Nous voulons une plus grande maison, une plus puissante voiture, plus d’argent, mais en serons-nous plus heureux ? Je constate souvent chez ceux qui possèdent moins un sourire plus radieux que chez ceux qui ont tout.

Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu‘il se renie lui-même, qu’il se charge de sa croix et qu’il me suive”, dit Jésus (Mt 16, 24). Alors je porte ma croix et je découvre que c’est le secret de la joie. Je réalise aussi que Dieu est là afin de m’aider à la porter. Pour la première fois de ma vie, je n’envisage pas une solution à une épreuve que j’affronte. Je sais aujourd’hui que je risque fort de ne plus pouvoir chanter. Ma confiance la plus totale, c’est en Dieu que je la place : “Que ta volonté soit faite Seigneur ! Sans Toi, je suis perdu”. »

Publié dans Famille chrétienne.
Soyez béni-e, aussi par ce dernier chant de Michel Delpech

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : OSER TOUCHER LA LUMIERE !
  • : Un après-midi Dieu fait irruption dans ma vie! Rien de violent, mais avec une force de persuasion telle que d'un coup JE SAIS ! Dieu existe !!! C'est ici mon cheminement depuis ce 1er instant... aussi pour faciliter le chemin à qui cherche le sens de son existence et/ou se demande : Dieu existe-t-il vraiment !? Des questions et réponses dans les domaines de la connaissance de soi, de Dieu, du Réel, Jésus-Christ, spiritualité(s), psycho, philo, actualité... bref, un blog qui englobe des Essentiels ☺ Soyez béni-e.
  • Contact

Recherche